Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Quatrième partie. Éléments d’historiographie des résistances européennes

La résistance française et sa répression par l’occupant dans l’historiographie allemande

Steffen Prauser

Texte intégral

  • 1 Il existe toutefois quelques exceptions, comme le Sang de l’Étranger de Stéphane Courtois, Denis P (...)

1Jusqu’à présent, l’historiographie allemande n’a guère porté attention à la Résistance française. Même les travaux français relatifs à cette question ne sont que très rarement traduits en Allemagne1. Le dernier et seul ouvrage scientifique, entièrement consacré à la Résistance française, date de 1957. Il prit forme sous la plume d’un « expert » – s’il en fut – Hans Luther, ancien chef de la police de sûreté et du service de sûreté de Bordeaux, en bref la Gestapo ! Et si certains historiens allemands évoquent la Résistance française comme par exemple Hans Umbreit, Eberhard Jäckel ou bien, tout dernièrement, Ahlrich Meyer et Peter Lieb, ce n’est que dans le cadre plus général de leurs recherches consacrées à la politique d’occupation allemande ou aux crimes de guerre allemands en France. Toute représentation historiographique de la Résistance en Allemagne est donc inéluctablement liée à la question des crimes de guerre commis par les unités allemandes dans le cadre de la contre-guérilla. La Résistance y demeure presque un détail secondaire. Il convient donc de traiter ici aussi bien la représentation de la Résistance française que celle de la lutte contre cette Résistance.

  • 2 Otto Abetz, Das offene Problem. Ein Rückblick auf zwei Jahrzehnte deutsche Frankreichpolitik, Köln (...)
  • 3 Ernst Jünger, Strahlungen I, 5e édition, Munich, Deutsche Taschenbuch Verlag, 2003. Jünger n’occul (...)
  • 4 Wilhelm Schramm, Der 20. Juli in Paris, Bad Wörishofen, Kindler und Schiermeyer, 1953.

2L’Allemagne a conservé pendant très longtemps une image d’une relative indulgence à l’égard de l’occupation allemande en France. L’autobiographie apologétique de l’ancien ambassadeur allemand à Paris, Otto Abetz2, ou le journal du célèbre écrivain et officier des troupes d’occupation, Ernst Jünger, ont créé cette image d’une guerre généralement menée « proprement » et d’une attitude tout à fait convenable de la Wehrmacht à l’Ouest. Les atrocités commises, si tant est qu’elles soient mentionnées, sont en grande partie attribuées à la SS (entendue au sens large)3. Des publications concernant l’implication des officiers de l’entourage du commandant militaire allemand à Paris dans le complot du 20 juillet 1944 contre Hitler, soulignaient cette interprétation positive du comportement des militaires allemands en France4.

3Cette image d’une occupation de la France plutôt paisible, ainsi qu’une certaine sympathie générale dont bénéficiaient dans la société allemande les anciens combattants de la Wehrmacht, expliquent, entre autres, la place qui fut accordée pendant les années cinquante à des personnes comme Hans Luther, précédemment évoqué.

  • 5 Brunner, op. cit., p. 127.
  • 6 Luther, Der französische Widerstand gegen die deutsche Besatzungsmacht und seine Bekämpfung, Studi (...)

4Sans nier le fait que Luther ait fourni des informations et des sources primaires très importantes dans son ouvrage sur la Résistance française, son interprétation reste, pour des raisons évidentes, fort boiteuse. Luther lui-même avait dû se justifier au début des années cinquante devant un tribunal militaire français, pour l’exécution de 70 otages à Bordeaux en 1942. Magistrat dans la vie civile, Luther assura avec habileté sa propre défense et s’en sortit avec une condamnation à cinq ans de prison, peine qu’il avait déjà purgée en détention préventive. Après sa libération, il travailla pour la Zentrale Rechtsschutzstelle (service de protection juridique) du ministère des Affaires étrangères allemand – un service spécialisé dans la défense des soldats allemands détenus comme criminels de guerres dans plusieurs pays autrefois occupés par l’armée du troisième Reich. Luther y consigna sa plaidoirie prononcée lors de son procès, à titre documentaire, de façon à ce qu’elle puisse servir de référence dans d’autres procès contre des anciens de la Wehrmacht5. Il transforma ensuite cette plaidoirie en thèse de doctorat, soutenue auprès de l’Institut für Besatzungsfragen (Institut pour les questions d’occupation) à Tübingen et publiée sous le titre La Résistance française6.

  • 7 Art. 10. « Le Gouvernement français s’engage à n’entreprendre à l’avenir aucune action hostile con (...)
  • 8 Luther, Der französische Widerstand, p. 69-81.
  • 9 Ibid., p. 71.
  • 10 Selon ma propre interprétation.
  • 11 Luther, op. cit., p. 73. Toutes les traductions de citations extraites d’ouvrages de langue allema (...)
  • 12 Ibid., p. 74-81.
  • 13 Ibid., p. 224 et 225.
  • 14 Par exemple les exécutions de Nantes et Bordeaux en octobre 1941 qui, cependant, doivent être attr (...)
  • 15 Ibid., p. 178-181. Voir également p. 190.
  • 16 Ibid., p. 197.
  • 17 Ibid., p. 35.

5Luther dénie aux Français le droit de prendre les armes contre l’occupant en se référant à l’article 10 de la convention d’armistice du 25 juin 19407 et surtout à l’article 1 de la convention de La Haye de 1907. Cet article exigeait des combattants qu’ils aient un signe distinctif fixe et reconnaissable à distance, qu’ils portent les armes ouvertement, et qu’ils se conforment dans leurs opérations aux lois et coutumes de la guerre8. En s’appuyant sur les déclarations des procureurs français au procès de Nuremberg, Luther insiste sur le fait que les résistants n’avaient pas de signe distinctif fixe9, et que leurs armes, comme par exemple la mitraillette Sten10, étaient des armes « qui ne satisfaisaient pas à l’article 1 de la convention de La Haye11 ». De plus, il énumère plusieurs cas où les résistants fusillèrent leurs « prisonniers de guerre12 ». Bref, c’étaient des hors-la-loi, selon Luther. Par voie de conséquence, les exécutions d’otages pouvaient être considérées comme une réaction en général légale13 et, à de très rares exceptions près14, proportionnelle aux attaques terroristes illégales et perfides. Luther justifie la sélection des otages parmi les communistes et les juifs, sélection opérée sous la responsabilité du Militärbefehlshaber Frankreich (commandant militaire en France), Otto von Stülpnagel, par les résultats des enquêtes effectuées après les attentats contre des soldats allemands, puisque la grande majorité des auteurs de ces attentats aurait été des communistes et des juifs15. Selon Luther, ce fait aurait également servi de justification à la déportation de 1 000 juifs, par décision de von Stülpnagel16, début décembre 1941. De plus, les communistes auraient délibérément provoqué ces représailles pour inciter à la révolte « une population jusqu’alors bien disposée à l’égard de l’occupant17 ». Luther rend ainsi la résistance responsable de l’escalade de la terreur et excuse l’administration militaire allemande.

  • 18 Ibid., p. 236.
  • 19 Ibid., p. 237 ; voir en particulier la note 1 132.

6Certains massacres, comme ceux d’Oradour et de Tulle, trouveraient leur explication, selon Luther, dans l’engagement de troupes d’origines asiatique et africaine dans la contre-guérilla ou encore dans le transfert tout récent du front de l’Est des troupes allemandes18. Sans défendre complètement Oradour, il rappelle au lecteur les récents excès des troupes françaises en Indochine, où les méthodes de la guérilla auraient également déclenché automatiquement une escalade de la violence19.

  • 20 Ibid., p. 2.
  • 21 Ibid., p. 56-60.

7D’autres exactions allemandes sont passées sous silence, tout comme l’exploitation économique de l’État français en faveur de l’industrie de guerre d’outre-Rhin et les exactions et humiliations quotidiennes. Ce n’est qu’au tout début de son ouvrage que l’auteur mentionne brièvement les soi-disant « interrogatoires sévères » – autrement dit, les tortures – ainsi que « les mesures antisémites contraires à toutes les lois20 ». Tout à fait habilement, l’auteur utilise également les affirmations exagérées d’anciens Résistants sur les pertes allemandes infligées par la Résistance21. Alors qu’il se réfère d’habitude exclusivement aux sources allemandes, comme par exemple aux rapports de synthèse de l’administration militaire, il prête ici une étrange confiance aux sources de ses anciens ennemis résistants – des sources qui grossissaient fortement l’importance de la Résistance armée et qui, en conséquence, soulignaient implicitement, et soulignent toujours, l’impasse dans laquelle se trouvait l’occupant à l’époque.

  • 22 Ibid., p. 66.
  • 23 Ibid., p. 55.
  • 24 Ibid., p. 45. Luther mentionne aussi à ce propos une tentative allemande de sauver la Résistance « (...)

8En outre, on trouve chez Luther une nette bipartition de la Résistance : il distingue, d’un côté, une Résistance communiste et, de l’autre, une Résistance « nationale », c’est-à-dire gaulliste. Tandis que cette dernière aurait au moins essayé de se conformer dans ses opérations aux coutumes de la guerre, les communistes, toujours d’après Luther, auraient appliqué des méthodes clairement bolchevistes et impitoyables22. Leur but principal aurait été l’insurrection, non seulement contre les Allemands, mais aussi contre les Alliés et, d’une certaine façon, contre les Français. À deux reprises, en juin et à la fin du mois de juillet 1944, les Allemands auraient même déjoué un coup d’état communiste. Cette tentative de prise du pouvoir n’aurait été possible qu’après le départ des Allemands. Cette troisième tentative – presque couronnée de succès – aurait de plus coûté la vie à 50 000 Français23. L’occupant devient ainsi, d’une certaine manière, le protecteur naturel de la nation française, à qui il aurait épargné l’expérience d’une dictature soviétique24.

  • 25 Eberhard Jäckel, Frankreich in Hitlers Europa. Die Deutsche Frenkreichpolitik im Zweiten Weltkrieg (...)
  • 26 Hans Umbreit, Der Militärbefehlshaber in Frankreich 1940-1944, Boppard am Rhein, Harald Boldt Verl (...)

9Ce dernier trait de l’imagination débordante de l’auteur ne doit pas empêcher de discerner le discours juridique professionnel et l’accumulation importante des sources primaires qui expliquent que Luther, au moins jusqu’aux années quatre-vingt, a exercé une influence importante sur quasiment tous les ouvrages juridiques et historiographiques en Allemagne, concernant la Résistance française et les exécutions d’otages. Même des travaux sur l’occupation allemande aussi importants que ceux d’Eberhard Jäckel25 et de Hans Umbreit26, publiés dans la seconde moitié des années 1960, n’ont pas vraiment modifié cette perspective. Tous les deux ont fait preuve d’un usage peu critique du travail de Luther.

  • 27 Ibid., p. 118 et 125.
  • 28 Ibid., p. 137.
  • 29 Ibid., p. 143-145.
  • 30 Ce Sperrle-Erlaß disait, entre autres, que les soldats devaient immédiatement riposter à toute att (...)
  • 31 Umbreit, op. cit., p. 148 et 149.

10Umbreit suit de manière générale le jugement de Luther, tout au moins en ce qui concerne les attentats meurtriers perpétrés contre des soldats allemands. Les résistants communistes de la MOI et les bataillons de la jeunesse restent chez Umbreit des « groupes terroristes », et les exécutions d’otages auraient été, conformément à l’article 50 des conventions de La Haye, « légales27 ». À l’instar de Luther, Umbreit mentionne seulement très brièvement l’ordre de déportation du Militärbefehlshaber Frankreich de 1 000 juifs et communistes en décembre 1941, sans entrer dans les détails de cette question délicate28. Stülpnagel demeure plutôt ce héros tragique qui se trouve contraint de faire appliquer des mesures qu’il a désapprouvées dès le début. Umbreit accorde même une confiance aveugle à la présentation très euphémique, par Luther, du décret « Nuit et Brouillard29 ». Cet ordre atroce ressemble en conséquence à un simple acte administratif et le triste destin des déportés n’est pas pris en considération. Faute de sources alors disponibles, Umbreit consacre seulement quatre pages à la lutte contre le maquis. Bien qu’il cite des ordres impitoyables émanant des commandants militaires allemands, comme la tristement célèbre ordonnance Sperrle du février 194430, il donne néanmoins l’impression que les atrocités commises pendant la lutte contre le maquis résultent d’une montée en puissance de la violence réciproque ou qu’elles ont été exécutées par la Waffen-SS31.

  • 32 Henri Michel, Histoire de la Résistance (1940-1944), Paris, PUF, coll. « Que-sais-je », deuxième é (...)
  • 33 Jäckel, op. cit., p. 307. Voir également p. 308 et p. 321.
  • 34 Ibid., p. 329 (p. 466 dans la traduction française).
  • 35 Ibid., p. 307 et p. 323.
  • 36 Ibid., p. 259 (p. 370 dans traduction française).
  • 37 Ibid., (p. 369 dans traduction française).
  • 38 Luther, op. cit., voir par exemple p. 8 et p. 96.
  • 39 L’exploitation continuelle de la France par l’occupant est une des thèses centrales du travail de (...)
  • 40 Ibid., p. 308-311.
  • 41 Ibid., p. 195-197 ; p. 225-228 ; p. 311-313.
  • 42 « Les responsables sur place s’y prenaient pour mitiger ou même saboter les instructions d’un pouv (...)
  • 43 Successeur et cousin d’Otto von Stülpnagel.
  • 44 Ibid., p. 335.
  • 45 Ibid., p. 335 (p. 474 dans la traduction française).
  • 46 Ibid., p. 335 (p. 475 dans la traduction française).
  • 47 Ibid.

11Jäckel aborde le sujet de la Résistance en l’approfondissant davantage. Conformément à Luther, à ses sources allemandes et à quelques classiques français sur le sujet, tel Henri Michel32, il dépeint une Résistance bien organisée et coordonnée « sous la haute autorité du général de Gaulle33 », sans pourtant laisser aucun doute sur les limites de cette menace que fit peser la Résistance sur l’occupant en France. De fait, nulle part, « ni la Résistance ni les maquis n’ont eu d’action décisive sur l’issue de la guerre […]34 ». Contrairement à Umbreit et Luther, il utilise le terme « terroriste » seulement entre guillemets35 et s’abstient généralement de tout jugement moral sur la Résistance. Surtout, il s’écarte pour la première fois d’une approche strictement légaliste, en remarquant qu’à partir de 1942 « les relations germano-françaises ne pouvaient déjà plus guère entrer dans aucune catégorie juridique connue […]36 ». Et il se demande « si les conditions d’armistice étaient toujours en vigueur [en 42]37 » – un armistice invoqué souvent par Luther, afin d’incriminer la Résistance38. Jäckel expose également, en détail, l’exploitation économique de la France par le Troisième Reich39, le pillage des objets d’art40 et la déportation des juifs sur le sol français41. Certaines tournures de ce texte, généralement très critique, trahissent tout de même une empathie à l’égard des officiers de l’administration militaire allemande en France42. Ainsi, le fait que Karl-Heinrich von Stülpnagel43 et plusieurs de ses officiers aient joué un rôle de premier plan dans le complot contre Hitler le 20 juillet 1944, éclaire d’une « curieuse lumière44 » la politique d’occupation. « Beaucoup de ceux qui, à commencer par le Militärbefehlshaber lui-même, paraissaient être des séides convaincus de Hitler aux yeux de la population qui les haïssait en proportion, lui étaient en réalité passionnément hostiles45. » En conséquence, Jäckel voit « derrière la façade de rigueur souvent brutale » des militaires en France, les « lueurs hésitantes des positions plus conciliantes46 », sans pour autant oublier que « le but essentiel de la résistance [allemande] était bien entendu, non pas la modification de la politique à l’égard de la France, mais le renversement de la politique du Reich47 ».

  • 48 Hans Umbreit, « Die deutsche Herrschaft in den besetzten Gebieten 1942-1945 », in B.K. Kroener, R. (...)

12Les travaux de Jäckel et Umbreit restent encore aujourd’hui inégalés, quant à la richesse du matériel. Pour être juste, il convient également de mentionner qu’Umbreit, lui aussi, adopte un ton plus critique envers les troupes d’occupation dans son œuvre concernant la politique d’occupation allemande en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, publié en 1988. Il y juge les mesures allemandes de répression en France d’une manière moins indulgente et inclut l’Holocauste dans sa narration48.

  • 49 Ger van Roon, Neuordnung im Widerstand. Der Kreisauer Kreis innerhalb der deutschen Widerstandsbew (...)
  • 50 Hermann Langbein, Nicht wie Schafe zur Schlachtbank. Widerstand in NS-Konzentrationslagern, Francf (...)
  • 51 Derrière un titre plutôt spécifique, Knipping esquisse ici, avec une sobriété exemplaire, presque (...)
  • 52 Franz Knipping, « “Réseaux” und “Mouvement” in der französischen Résistance », 1940-1945, dans : G (...)
  • 53 Ibid., p. 108-117.
  • 54 Pour compléter, on devrait peut-être mentionner l’article suivant qui effleura le sujet de la Rési (...)

13Les résistants et les maquisards restèrent cependant sans visage et la Résistance française, elle-même, ne suscita guère l’intérêt des chercheurs allemands. Et pourtant, les années soixante et soixante-dix avaient déjà apporté un changement net dans la vision de la résistance allemande. Alors que la Résistance française restait un organisme vague de « terroristes communistes », une nouvelle génération d’historiens porta son intérêt sur les structures internes de la résistance allemande, ses objectifs politiques et ses divergences. Des recherches régionales et locales se sont montrées particulièrement fructueuses dans ce contexte49. La diversification de la recherche sur la résistance allemande s’accompagna également d’une attention nouvelle accordée à la résistance communiste, considérée jusque-là avec frilosité et par la parution d’analyses sur la résistance dans les camps de concentration ou au sein de la jeunesse50. Néanmoins, cette riche recherche n’a étrangement pas suscité un intérêt plus vif pour la Résistance française en Allemagne. Franz Knipping, professeur d’histoire contemporaine à Wuppertal, a été le seul à aborder la Résistance française à travers deux articles, au début des années quatre-vingt. Il s’est occupé des conceptions militaires de la Résistance51 et, ce qui étonnera peut-être les experts de la Résistance française, des réseaux52. Il s’est notamment concentré, dans le deuxième article, sur les Services britanniques SIS et SOE, sur le BCRA de la France libre et, chose surprenante, sur la Résistance des Services de Renseignement de l’armée de Vichy. La reconnaissance des mérites de ces derniers reste particulièrement remarquable. Knipping souligne, déjà en 1982, le professionnalisme de ces services, qui ont en grande partie continué leur travail de renseignement contre les Allemands, comme ils l’avaient fait avant juin 194053. Knipping n’a pas eu de successeurs immédiats54, mais une nouvelle façon de voir la Résistance française a été alors engagée.

  • 55 Ces dernières années, toute une série de travaux ont été consacrés à l’occupation allemande de la (...)

14Cette vision, dans sa sobriété, se retrouve généralement partagée par les ouvrages qui composent l’abondante littérature consacrée à la France occupée à partir du milieu des années quatre-vingt-dix55.

  • 56 Bernd Kasten, « Gute Franzosen » : die französische Polizei und die deutsche Besatzungsmacht im be (...)
  • 57 Ibid., p. 29-37 ; voir particulièrement p. 36.
  • 58 À titre d’exemple : ibid., p. 199.
  • 59 Ibid., p. 201, 215 et 221.
  • 60 Robert Belot, La Résistance sans de Gaulle : politique et gaullisme de guerre, Paris, Fayard 2006.
  • 61 Kasten, op. cit., p. 13.

15La présentation de la Résistance dans Gute Franzosen (« bons français »), un ouvrage de Bernd Kasten traitant de la police française sous l’Occupation, peut être considérée comme un prototype56. Kasten présente implicitement toute la Résistance, dont il ne parle qu’indirectement, d’une manière positive, communistes inclus. La contre-guérilla allemande y fait piètre figure et Kasten insiste, contrairement à Umbreit, Jäckel et surtout Luther, sur le fait que la Wehrmacht ne se distingua guère de la SS et que la collaboration entre les deux se déroulait en « parfaite harmonie ». De plus, Kasten met en évidence le fait que c’est la Wehrmacht qui a dirigé les grandes opérations de contre-guérilla en 1944 et il prétend que la Police de sûreté (autrement dit, la Gestapo) n’est que pour une petite partie responsable des crimes commis pendant ces opérations57. Il se montre aussi convaincu que la population soutenait généralement la Résistance58, et il considère que cette dernière a été plutôt efficace59. La bipartition nette entre communistes et gaullistes se trouve pourtant aussi chez Kasten. Toute « la Résistance sans de Gaulle », selon la conception de Robert Belot60, y reste absente. Curieux détail : le travail de Kasten ignore délibérément la littérature secondaire française, considérée comme peu fiable par l’auteur, du fait de l’ignorance des sources allemandes chez les auteurs français de l’époque61.

  • 62 Vernichtungskrieg : Verbrechen der Wehrmacht, 1941-1944. Ausstellungskatalog, publié par Hamburger (...)
  • 63 Pour les historiens, les faits évoqués dans l’exposition n’ont pas été une révélation. Le mythe d’ (...)
  • 64 Heribert Prantl (dir.), Wehrmachtsverbrechen. Eine deutsche Kontroverse, Hambourg, Hoffmann und Ca (...)
  • 65 Une sélection d’exemples : Bernhard Chiari, Alltag hinter der Front. Besatzung, Kollaboration und (...)
  • 66 L’intérêt pour les crimes de guerre allemands en Italie a été suscité par le procès (1994-1996) co (...)

16Le nouvel intérêt pour la France professé par la recherche allemande pendant les années quatre-vingt-dix, a été récemment renforcé par un débat plus général, portant sur les crimes de guerre commis par des unités de la Wehrmacht. En 1995, l’exposition photographique sur les crimes de la Wehrmacht, organisée par l’Institut de recherches en sciences sociales de Hambourg (Hamburger Institut für Sozialforschung), a divisé l’Allemagne62. Elle a détruit l’un des derniers mythes hérités du IIIe Reich, très répandu dans le grand public, selon lequel la Wehrmacht n’était pas, à la différence des SS, impliquée dans les crimes du régime nazi. Bien que ce fait ait été connu depuis fort longtemps parmi la corporation des historiens allemands63, l’exposition, ou plutôt l’immense débat public qu’elle a déclenché64, a suscité toute une vague de recherches concernant les crimes de la Wehrmacht. Ces recherches se sont d’abord concentrées sur le front de l’Est65 où le plus grand nombre d’atrocités avaient été commis et sur le théâtre des opérations italien66.

  • 67 Regina M. Delacor, Attentate und Repressionen. Ausgewählte Dokumente zur zyklischen Eskalation des (...)
  • 68 Delacor, op. cit., p. 46, p. 51 ; Meyer, op. cit., p. 3, p. 72-77.
  • 69 Delacor, op. cit., p. 21.
  • 70 Ibid., mais aussi p. 30 et 51.
  • 71 Ibid., p. 27, p. 21.
  • 72 Ibid.

17Dans le contexte de ce débat sur les crimes de guerre de la Wehrmacht, la France est à son tour devenue un champ d’observation, à partir de 2000 – en particulier, les fusillades des otages de l’automne et de l’hiver 1941-19 42. Regina Delacor et Ahlrich Meyer ont ainsi accusé la Wehrmacht d’avoir mené une guerre idéologique (Weltanschauungskrieg) en France et ont minimisé la différence entre la guerre à l’Est et la guerre à l’Ouest67. La lutte contre la Résistance aurait, d’après ces auteurs, répondu à des considérations nettement idéologiques. Ils s’accordent tous deux pour énoncer un lien étroit entre les mesures de répression contre la Résistance et le déclenchement de la déportation des Juifs en décembre 194168. Pourtant, un transfert de la guerre idéologique de l’Est aurait déjà eu lieu, selon Delacor, dès les premières exécutions des otages. Plus précisément, à partir du moment où les Allemands commencèrent officiellement à choisir les communistes comme victimes de prédilection, c’est-à-dire avec le « code des otages », fin septembre 194169. Delacor insiste sur l’importance de la politique anticommuniste chez l’occupant. La soi-disant crise des otages, apparemment provoquée par les attentats de jeunes communistes à partir du 21 août 1941, aurait été seulement un prétexte pour justifier l’élimination des communistes – principal ennemi idéologique du nazisme, au même titre que les Juifs – déjà préalablement prévue70. Elle fait observer que les forces d’occupation avaient ordonné la construction de camps d’internement pour communistes avant même l’attaque allemande contre l’Union Soviétique, et que des communistes ont été fusillés avant les premiers attentats contre les Allemands71. Ainsi, cette escalade attentat-représailles aurait été déclenchée par les Allemands eux-mêmes et non pas par les communistes72 – à l’encontre de ce qu’avaient prétendu Luther et Umbreit, respectivement en 1957 et 1968.

  • 73 Ibid., p. 41-44.
  • 74 Ibid., p. 19.

18En légère contradiction avec sa propre thèse, Delacor décrit minutieusement l’opposition de l’administration allemande en France à la politique des exécutions d’otages, sans pour autant expliquer si la guerre idéologique à l’Ouest était une pure invention d’Hitler et du Haut commandement à Berlin73. Plus confondant encore : pour elle, la résistance communiste devait être consciente que sa stratégie des attentats provoquerait des représailles74. Cela signifierait-il que le parti communiste, lui aussi, avait voulu cette escalade de la violence ?

  • 75 Voir, par exemple, Stéphane Courtois, Le PCF dans la guerre. De Gaulle, la Résistance, Paris, Rams (...)
  • 76 Meyer, op. cit., p. 4.
  • 77 Ibid., p. 80.

19Quoi qu’il en soit, Meyer, quant à lui, contredit avec véhémence cette thèse de Luther et d’Umbreit d’une escalade cyclique – thèse par ailleurs partagée par la plupart des historiens français75. L’affirmation selon laquelle la résistance communiste aurait délibérément provoqué des contre-mesures radicales serait, d’après Meyer, une pure légende inventée par l’occupant lui-même76. Cette escalade cyclique devrait plutôt être examinée dans le contexte plus large de la politique nationale-socialiste en Europe. En tout cas à partir de décembre 1941, lorsque le Militärbefehlshaber Frankreich décida de remplacer une partie des exécutions par la déportation de Juifs et de communistes « vers l’Est ». La répression de la Résistance française faisait alors partie d’un programme d’extermination plus large77. Autrement dit, il y avait bien un lien clair entre les mesures de répression et la persécution des Juifs, depuis au moins la fin de l’année 1941, et ce lien était une caractéristique de la politique allemande dans toute l’Europe.

  • 78 Ibid., p. 59.
  • 79 Meyer, op. cit., p. 61.
  • 80 Luther, op. cit., p. 178-180; Jäckel, op. cit., p. 187.
  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid., p. 64.

20Bien plus que Delacor, Meyer insiste sur le côté antisémite de la répression allemande. Dès le début, les Allemands identifièrent comme judéo-bolchéviques les auteurs des attentats78. Meyer présente comme purement apologétique79 l’affirmation de Jäckel et de Luther, selon laquelle l’occupant aurait simplement adapté le terme classique d’« otage » à une nouvelle situation80. Selon Meyer, avec cette définition de l’ennemi, la voie vers la déportation des Juifs aurait été engagée dès le mois d’août 194181. En appliquant cette nouvelle conception d’un ennemi idéologique, les Allemands n’auraient plus ménagé le droit de la guerre82. Mais Meyer ne fournit pas de définition précise de ce droit de la guerre qu’il évoque.

  • 83 Ibid., p. 81.

21Les tensions entre l’administration militaire à Paris et Berlin ne trouveraient pas non plus leur cause dans la volonté des militaires sur place de modifier la répression et d’agir selon le droit de la guerre, mais proviendraient d’une perception différente de la politique d’occupation. Si l’on en croit Meyer, les militaires se sont opposés à Hitler parce qu’ils craignaient que les fusillades excessives mettent en péril la politique de collaboration et le calme de la population. Ils ne cherchaient pas à éviter complètement ces exécutions, mais à les déplacer vers l’Est et à parvenir à une répression plus souple en France, ce qui permettrait de tirer profit d’une occupation « douce » en apparence83.

  • 84 Ulrich Herbert, Best. Biographische Studien über Radikalismus, Weltanschauung und Vernunft, 1903-1 (...)
  • 85 Herbert, Best, op. cit., p. 305.
  • 86 Herbert, Vergeltung, Zeitdruck, Sachzwang, p. 31.
  • 87 Ibid., p. 30; Herbert, Best, p. 299.

22Ulrich Herbert, professeur à l’université de Freiburg, qui a consacré une biographie à Werner Best (haut fonctionnaire de l’administration militaire à Paris) et un article à la crise des otages84, concède à Stülpnagel et à son entourage des motivations un peu plus honorables pour leur « résistance ». Ces motivations résulteraient, selon lui, d’une combinaison des « coutumes militaires, des réserves juridiques, des scrupules moraux » et des « considérations politiques et idéologiques concernant l’avenir de l’Europe, l’état culturel et racial des Français ou le développement ultérieur des relations franco-allemandes85 ». Alors qu’à l’Est les officiers n’avaient aucun scrupule à mener une politique rigide de répression, en France, ils s’opposaient même à Hitler, en raison de leur estime pour la culture française et pour les Français86. Herbert affirme même que les « exigences » d’Hitler concernant les exécutions massives auraient frayé la voie à la participation au complot du 20 juillet 1944 des officiers de l’administration militaire à Paris, qui furent particulièrement nombreux à y prendre part87.

  • 88 Ibid., p. 31.

23En ce qui concernait les mesures prises à l’encontre des Juifs et des communistes, il n’y avait cependant pas une grande divergence entre ces officiers et les dirigeants du Reich. L’antisémitisme traditionnel des officiers en poste à Paris n’aurait pas suffi, selon Herbert, à déclencher la déportation des Juifs. Mais, obéissant à une forte pression de Berlin, ils ont cédé sur une question qu’ils considéraient comme secondaire (à savoir la déportation des Juifs), pour maintenir une politique souple vis-à-vis des Français non juifs. S’il était nécessaire de faire preuve de sévérité, l’administration militaire de Paris préférait appliquer cette sévérité à l’égard d’un groupe qu’elle n’appréciait pas, qui n’était pas réellement considéré comme français, qui était déjà massivement discriminé, qui ne trouverait point de défenseur et qui était soupçonné, de toute façon, d’être les instigateurs des attentats88.

  • 89 Peter Lieb, Konventioneller Krieg oder Weltanschauungskrieg ? Kriegführung und Partisanenbekämpfun (...)

24La Wehrmacht en France connaît encore meilleure presse dans le dernier ouvrage de Peter Lieb, jeune maître de conférences, nommé actuellement à l’Académie militaire britannique de Sandhurst. Il s’est lancé dans une longue diatribe contre les thèses radicales de Delacor et principalement contre celles de Meyer. Dans Guerre conventionnelle ou guerre idéologique89, Lieb souligne la grande différence entre l’occupation allemande à l’Est et à l’Ouest, tout comme entre la Wehrmacht et les SS. Il insiste également sur le fait que l’aspect idéologique n’est jamais situé au cœur de la lutte contre la Résistance – même pas en 1944.

  • 90 Il insiste sur le fait que la Wehrmacht ne mena pas une « guerre raciale » en 1940, et ce malgré l (...)

25L’ouvrage couvre toute la période de l’occupation allemande en France. Lieb traite aussi bien des crimes de guerres commis pendant la bataille de 194090 que de la crise des otages. Mais il porte principalement l’accent sur les deux dernières années.

  • 91 Car la paternité communiste des attentats se serait avérée. Lieb, op. cit., p. 25.
  • 92 Lieb, op. cit., p. 24-25.

26S’opposant à Delacor et à Meyer, il insiste à propos du « code des otages » sur l’aspect pragmatique de la substitution des otages classiques, c’est-à-dire du remplacement des notables par des communistes et par des gaullistes. Les Allemands croyaient dès le début que les communistes et les gaullistes étaient les instigateurs des attentats. Fusiller des « notables » – maires, hauts-fonctionnaires, etc. – dont la collaboration technique était parfaite, aurait été un contresens. Avoir pour cible les milieux communistes et gaullistes, augurait des exécutions d’une certaine efficacité. Lieb admet que la définition des otages fut idéologique, mais il nie que cela nous autorise à parler d’une guerre idéologique en 1941. En premier lieu, il n’y avait pas de guerre en France à ce moment-là. Deuxièmement, le nombre des victimes, les méthodes d’exécution et la mentalité des auteurs de la répression étaient très différents en France et à l’Est. De plus, selon lui les juifs n’étaient pas inclus dans le « code des otages » – au contraire des gaullistes. C’est sur ce dernier point que Lieb insiste surtout : l’administration militaire allemande en France aurait eu en priorité dans sa ligne de mire les gaullistes, ainsi que les communistes. Ce n’est qu’après l’intervention du général de Gaulle dans son appel radiodiffusé le 23 octobre pour que les attentats cessent, et après les premiers résultats des différentes enquêtes policières91 que les Allemands ont commencé à se concentrer sur les communistes, quand il s’agissait de choisir des otages à fusiller. Un choix facilité, toujours selon Lieb, par le fait que les communistes ne jouissaient point de la considération générale, contrairement aux gaullistes92.

  • 93 Best, l’ancien bras droit de Reinhard Heydrich, une fois tombé en disgrâce auprès son ancien maîtr (...)
  • 94 Lieb, p. 27-29.

27Le choix de Stülpnagel de déporter les juifs trouverait son explication, selon Lieb, dans une forme de pression présumée exercée par l’ambassade allemande et par Werner Best, dont il a déjà été question93. L’auteur poursuit son explication en évoquant le désir de Stülpnagel de se dégager de toute responsabilité à l’égard des exécutions massives. Lieb conclut son argumentation, une des parties les plus faibles de son ouvrage, en mentionnant le fait que Stülpnagel n’avait envoyé « que » des hommes « à l’Est », alors que la soi-disant « solution finale » englobait depuis longtemps des femmes et des enfants94.

  • 95 Ibid., p. 30-31.
  • 96 L’ordonnance Sperrle ordonnait de répliquer à d’éventuelles attaques de la part des résistants, sa (...)
  • 97 Meyer, op. cit., p. 3.
  • 98 Ibid., p. 3, p. 130.
  • 99 Lieb, op. cit.

28L’auteur admet que l’administration militaire à Paris a réagi d’une manière démesurée et doute, lui aussi, que les mesures aient été en toute conformité avec le droit international en vigueur à l’époque. Mais l’intervention du Führerhauptquartier (quartier-général d’Hitler) aurait joué un rôle primordial dans cette escalade de la répression et au moment de la lutte contre le maquis en 1943 et 194495. Cette période constitue la pièce maîtresse de l’ouvrage de Lieb. Il y discute en détail les ordres donnés pour la lutte contre le maquis en 1944, tout comme la tristement célèbre « ordonnance Sperrle96 ». Bien qu’il condamne ces ordres, très largement perçus comme criminels par l’historiographie, il contredit avec force l’affirmation de Meyer97, selon laquelle la contre-guérilla allemande aurait pris la population civile pour cible. En outre, la lutte contre le maquis aurait été menée selon une logique militaire et n’aurait pas obéi à une logique idéologique, comme Meyer98 l’a également prétendu99.

  • 100 « Sauvage » par opposition au meurtre industrialisé à Auschwitz ou planifié derrière le front russ (...)
  • 101 Meyer, op. cit., p. 3, 139.
  • 102 Lieb, op. cit., p. 403-405.

29L’auteur poursuit cette diatribe contre Meyer et conteste l’assertion de ce dernier, selon laquelle la contre-guérilla aurait été accompagnée de meurtres « sauvages »100 et ininterrompus de Juifs, en prenant pour exemple l’opération contre le maquis en Dordogne et en Corrèze au printemps 1944 – opération surnommée « action Brehmer101 ». Selon Lieb, le massacre d’une centaine de Juifs pendant « l’action Brehmer » serait demeuré une exception en France et s’est de toute façon très probablement déroulé sous la responsabilité de la SIPO et du SD (autrement dit la Gestapo)102.

  • 103 Ibid., p. 506, 507.
  • 104 Ibid., p. 309-360.

30Lieb dégage un certain « profil type » des coupables de grands massacres et relève quatre facteurs déterminants. À l’origine de presque tous les massacres se trouvent des unités qui avaient servi auparavant sur le front de l’Est. Souvent, il s’agissait d’unités qui se qualifiaient d’élite, comme, par exemple, les parachutistes responsables du massacre de Vassieux-en-Vercors. L’endoctrinement aurait joué également un rôle déterminant – Lieb laisse pourtant cette affirmation souvent répétée sans véritable démonstration. Le quatrième facteur aurait été une certaine expérience du combat contre les partisans. Par conséquent, une unité du front de l’Est sans expérience, sans endoctrinement particulier et sans aucune prétention d’être une troupe d’élite pouvait recourir à des méthodes expéditives si elle était employée suffisamment longtemps dans la lutte contre le maquis103. Ce fut le cas de la 157e division de réserve engagée lors des grandes opérations contre le maquis en Haute-Savoie, dans le Jura et le Vercors104.

  • 105 Lieb, op. cit., p. 234-236.
  • 106 Ibid., p. 236.
  • 107 Art. 10. « Le Gouvernement français s’engage à n’entreprendre à l’avenir aucune action hostile con (...)
  • 108 Lieb, op. cit., p. 240 et 241.
  • 109 Lieb, op. cit., p. 505.

31Ce dernier constat signifierait-il alors que toute unité employée un certain temps dans la contre-guérilla développerait des tendances criminelles ? Lieb laisse ici le lecteur sans vraie réponse. Pour Lieb, comme pour les chercheurs des années cinquante et soixante, l’enjeu principal ne réside pas dans une analyse sociologique ou anthropologique, mais relève du droit international. Contrairement à ce que déclarent Meyer et Delacor, il affirme que les conventions de La Haye ne précisaient pas si un peuple occupé avait le droit ou non de se soulever contre un occupant105. En raison probablement de ce flou juridique, les Allemands auraient, toujours d’après Lieb, inclus dans la convention d’armistice de 1940 l’article 10106, qui prévoit que le gouvernement français s’engage à empêcher tous les actes hostiles à l’armée allemande107. Lieb interprète ainsi le droit dans un sens positif, ce qui implique que le combat mené par la plupart des partisans français était illégal108. D’un autre côté, il n’hésite pas à reconnaître l’exploitation des territoires occupés par le régime nazi, ainsi que son caractère criminel. Il se demande même ce qu’il convenait de faire si l’occupant enfreignait [on aurait pu ajouter : « continuellement »] ces conventions lui-même109. Lieb ne réussit pas, et, à vrai dire, n’essaie même pas de résoudre cette contradiction.

  • 110 Ainsi, Delacor et Meyer s’intéressent principalement, eux aussi, à la question de la culpabilité d (...)
  • 111 Outre les ouvrages de Delacor, Meyer, Herbert et Lieb, voir les publications suivantes : Christian(...)
  • 112 Hartmut Mehringer, « Vichy und die Résistance », in Peter Bettelheim, Robert Streibel (dir.), Tabu (...)
  • 113 Pour compléter on devrait ici mentionner l’ouvrage de Matthias Waechter Der Mythos des Gaullismus (...)

32Cette contradiction remonte à un manque général d’historicisation du droit de la guerre parmi les historiens allemands – souvent prisonniers encore d’un légalisme excessif110. La Résistance, désormais acceptée comme légitime, sinon légale par les historiens outre-Rhin, n’en demeure pas moins une Résistance sans visage, encore peu et mal connue. La richesse des études concernant la France occupée en Allemagne, dont la production est ininterrompue depuis les années quatre-vingt-dix111, n’a guère changé cet état de fait. Seuls de brefs articles en résumé sont parus112. Même si une évaluation positive est à relever, la Résistance reste largement tout entière à découvrir113.

33En Allemagne, on ignore l’étendue du spectre et des formes de la Résistance. On ignore par exemple la richesse des publications clandestines, les différentes bases sociales et motivations, le rôle important des jeunes et des immigrants juifs, espagnols et italiens, ainsi que les relations tendues entre les différents courants, au-delà même du clivage communiste-gaulliste. Même les héros de la Résistance, comme Jean Moulin, Pierre Brossolette ou Henri Frenay, sont généralement inconnus.

  • 114 L’auteur de cet article essaie de combler cette étrange lacune avec un modeste ouvrage sur la Rési (...)

34La recherche sur la résistance allemande, en revanche, est très avancée et diversifiée. Ses résultats et ses approches ressemblent, à beaucoup d’égards, à ceux de la recherche française sur la France. Il reste à espérer que la Résistance française sera bientôt bien connue en Allemagne, de la même manière que la résistance allemande l’est dernièrement devenue en France. Espérons que mon humble contribution pourra y concourir114.

Notes

1 Il existe toutefois quelques exceptions, comme le Sang de l’Étranger de Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski qui traite des immigrés de la MOI (Main d’œuvre immigrée) ; ce livre a été traduit en allemand en 1994 sous le titre L’Affiche Rouge, Immigration und Juden in der französischen Résistance, Berlin, Schwarze Risse Verlag.

2 Otto Abetz, Das offene Problem. Ein Rückblick auf zwei Jahrzehnte deutsche Frankreichpolitik, Köln, 1951. Le manuscrit de cette autobiographie a été sorti clandestinement de la prison parisienne du Cherche-Midi où Abetz attendait son procès. Voir Bernhard Brunner, Der Frankreich-Komplex. Die nationalsozialistischen Verbrechen in Frankreich und die Justiz der Bundesrepublik Deutschland, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 2007, p. 121.

3 Ernst Jünger, Strahlungen I, 5e édition, Munich, Deutsche Taschenbuch Verlag, 2003. Jünger n’occulte pas les crimes allemands. Il se montre particulièrement choqué par la persécution des juifs (p. 320, p. 336, p. 348). Il voit dans les fusillés des « héros » (p. 270, p. 281) et parle même de « crime », lorsqu’il évoque les exécutions d’otages (p. 305), alors qu’elles étaient généralement considérées en Allemagne comme un moyen de répression certes cruel, mais légitime. En revanche, la description de sa propre vie à Paris entre femmes, vin et culture, ainsi que son récit du quotidien sous l’occupation, donnent l’impression d’une existence paisible dans une France occupée (par ex. : p. 235, 247, 253). Le corps des officiers de l’armée d’occupation à Paris est présenté comme dissident (p. 289) et Otto von Stülpnagel, commandant en chef, comme un héros tragique (p. 308). Les rapports concernant les cruautés du Front russe font irruption dans un monde parisien intact (p. 268, 312, 323, 324) et ne font que renforcer le caractère pacifique de la France occupée.

4 Wilhelm Schramm, Der 20. Juli in Paris, Bad Wörishofen, Kindler und Schiermeyer, 1953.

5 Brunner, op. cit., p. 127.

6 Luther, Der französische Widerstand gegen die deutsche Besatzungsmacht und seine Bekämpfung, Studien des Instituts für Besatzungsfragen in Tübingen zu den deutschen Besatzung im 2. Weltkrieg, no 11, Tübingen, 1957.

7 Art. 10. « Le Gouvernement français s’engage à n’entreprendre à l’avenir aucune action hostile contre le Reich allemand avec aucune partie des forces armées qui lui restent, ni d’aucune autre manière […] » Voir : http://artsweb.bham.ac.uk/vichy/defeat.htm ; Luther, Der französische Widerstand, p. 96.

8 Luther, Der französische Widerstand, p. 69-81.

9 Ibid., p. 71.

10 Selon ma propre interprétation.

11 Luther, op. cit., p. 73. Toutes les traductions de citations extraites d’ouvrages de langue allemande sont de l’auteur de cet article, à l’exception de celles concernant l’ouvrage d’E. Jäckel.

12 Ibid., p. 74-81.

13 Ibid., p. 224 et 225.

14 Par exemple les exécutions de Nantes et Bordeaux en octobre 1941 qui, cependant, doivent être attribuées à un ordre exprès d’Hitler, comme le souligne Luther (ibid., p. 206).

15 Ibid., p. 178-181. Voir également p. 190.

16 Ibid., p. 197.

17 Ibid., p. 35.

18 Ibid., p. 236.

19 Ibid., p. 237 ; voir en particulier la note 1 132.

20 Ibid., p. 2.

21 Ibid., p. 56-60.

22 Ibid., p. 66.

23 Ibid., p. 55.

24 Ibid., p. 45. Luther mentionne aussi à ce propos une tentative allemande de sauver la Résistance « nationale » et de lui laisser des armes pour qu’elle puisse maintenir l’ordre public après une éventuelle retraite de l’occupant (p. 66). Il se réfère ici probablement à l’affaire Grandclément dans laquelle il a été impliqué.

25 Eberhard Jäckel, Frankreich in Hitlers Europa. Die Deutsche Frenkreichpolitik im Zweiten Weltkrieg, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1966 ; ouvrage paru en langue française en 1968 sous le titre La France dans l’Europe d’Hitler chez Fayard.

26 Hans Umbreit, Der Militärbefehlshaber in Frankreich 1940-1944, Boppard am Rhein, Harald Boldt Verlag, 1968.

27 Ibid., p. 118 et 125.

28 Ibid., p. 137.

29 Ibid., p. 143-145.

30 Ce Sperrle-Erlaß disait, entre autres, que les soldats devaient immédiatement riposter à toute attaque inopinée des partisans. Si des innocents y trouvaient la mort, la faute était rejetée sur les « terroristes ». Dans le cas de tirs provenant de maisons, celles-ci devaient être systématiquement brûlées ; et les mesures trop sévères ne seraient jamais sanctionnées. Umbreit attribue cette ordonnance au commandant en chef à l’ouest (Oberbefehlshaber West), le feld-maréchal Gerd von Rundstedt (Umbreit, op. cit., p. 148.). Cette ordonnance avait été tout d’abord édictée par le feld-maréchal Hugo Sperrle, intérimaire de von Rundstedt, alors en vacances au début du mois de février.

31 Umbreit, op. cit., p. 148 et 149.

32 Henri Michel, Histoire de la Résistance (1940-1944), Paris, PUF, coll. « Que-sais-je », deuxième édition, 1958.

33 Jäckel, op. cit., p. 307. Voir également p. 308 et p. 321.

34 Ibid., p. 329 (p. 466 dans la traduction française).

35 Ibid., p. 307 et p. 323.

36 Ibid., p. 259 (p. 370 dans traduction française).

37 Ibid., (p. 369 dans traduction française).

38 Luther, op. cit., voir par exemple p. 8 et p. 96.

39 L’exploitation continuelle de la France par l’occupant est une des thèses centrales du travail de Jäckel. Voir à titre d’exemple : Jäckel, op. cit., p. 265-270.

40 Ibid., p. 308-311.

41 Ibid., p. 195-197 ; p. 225-228 ; p. 311-313.

42 « Les responsables sur place s’y prenaient pour mitiger ou même saboter les instructions d’un pouvoir central de plus en plus frénétique. », ibid., p. 282 (p. 401 dans la traduction française).

43 Successeur et cousin d’Otto von Stülpnagel.

44 Ibid., p. 335.

45 Ibid., p. 335 (p. 474 dans la traduction française).

46 Ibid., p. 335 (p. 475 dans la traduction française).

47 Ibid.

48 Hans Umbreit, « Die deutsche Herrschaft in den besetzten Gebieten 1942-1945 », in B.K. Kroener, R.-D. Müller, H. Umbreit, Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, t. 5/2, Deutsche Verlags Anstalt, Stuttgart, 1999.

49 Ger van Roon, Neuordnung im Widerstand. Der Kreisauer Kreis innerhalb der deutschen Widerstandsbewegung, Munich, Oldenburg, 1967 ; Heinz Höhne, Kennwort Direktor. Die Geschichte der Roten Kapelle, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1970 ; Kurt Klotzbach, Gegen den Nationalsozialismus, Widerstand und Verfolgung in Dortmund 1930-1945 ; eine historisch-politische Studie, Hannover, Verl. für Literatur und Zeitgeschehen, 1969 ; Hans-Josef Steinberg, Widerstand und Verfolgung in Essen, 1933-1945, Hannover, Verl. für Literatur und Zeitgeschehen, 1969 ; Getrude Meyer, Nacht über Hamburg. Berichte und Dokumente, Francfort-sur-le-main, Röderberg, 1971 ; Martin Broszat/Elke Fröhlich (dir.), Bayern in der NS-Zeit, 6 tomes, Munich, Oldenbourg, 1977-1983.

50 Hermann Langbein, Nicht wie Schafe zur Schlachtbank. Widerstand in NS-Konzentrationslagern, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1980 ; Falk Pingel, Häftlinge unter SS-Herrschaft. Widerstand, Selbstbehauptung und Vernichtung im Konzentrationslager, Historische Perspektiven no 12, Hambourg, Hoffmann und Campe, 1978. Detlev J.K. Peukert, Die Edelweißpiraten. Protestbewegung jugendlicher Arbeiter im Dritten Reich. Eine Dokumentation, Cologne, Bund Verlag, 1980 ; Heinrich Muth, « Jugendopposition im 3. Reich », in Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, no 30 (1982).

51 Derrière un titre plutôt spécifique, Knipping esquisse ici, avec une sobriété exemplaire, presque toute l’histoire de la Résistance – y compris la Résistance communiste. Voir Franz Knipping, « Militärische Konzeptionen der französischen Résistance im Zweiten Weltkrieg », dans Gerhard Schulz (dir.), Partisanen und Volkskrieg. Zur Revolutionierung des Krieges im 20. Jahrhundert, Göttingen, 1985, p. 125-146.

52 Franz Knipping, « “Réseaux” und “Mouvement” in der französischen Résistance », 1940-1945, dans : Gerhard Schulz (dir.), Geheimdienste und Widerstandsbewegungen im Zweiten Weltkrieg, Göttingen, Zürich, Vandenhoeck & Ruprecht, 1982, p. 105-142.

53 Ibid., p. 108-117.

54 Pour compléter, on devrait peut-être mentionner l’article suivant qui effleura le sujet de la Résistance en 1984 : Elmar Krautkrämer, Admiral Darlan, « de Gaulle und das royalistische Komplott », in ViertelJahrshefte für Zeitgschichte, no 32 (1984), p. 529-589.

55 Ces dernières années, toute une série de travaux ont été consacrés à l’occupation allemande de la France, sans toutefois aborder véritablement les sujets de la « Résistance » et des « crimes de guerre » (dans un sens strict). À titre d’exemple voir : Claude Carlier, Stefan Martens (dir.) : La France et l’Allemagne en Guerre (septembre 1939 – novembre 1942)/Deutschland und Frankreich im Krieg (September 1939 – November 1942), Paris, AIAT, 1990. Gerhard Hirschfeld, Patrick March (dir.), Kollaboration in Frankreich. Politik, Wirtschaft und Kultur während der nationalsozialistischen Besatzung, Francfort-sur-le-Main, 1991 ; Bernd Zielinski, Staatskollaboration. Vichy und der Arbeitskräfteeinsatz im Dritten Reich, Münster, Westfälisches Dampfboot, 1995 ; Helga Bories-Sawala, Franzosen im « Reicheinsatz ». Deportation, Zwangsarbeit, Alltag – Erfahrungen und Erinnerungen von Kriegsgefangenen und Zivilarbeitern, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1996 ; Ulrich Herbert, Best. Biographische Studien über Radikalismus, Weltanschaung und Vernunft, 1903-1989, Bonn, Dietz, 1996.

56 Bernd Kasten, « Gute Franzosen » : die französische Polizei und die deutsche Besatzungsmacht im besetzen Frankreich 1940-1944, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1993.

57 Ibid., p. 29-37 ; voir particulièrement p. 36.

58 À titre d’exemple : ibid., p. 199.

59 Ibid., p. 201, 215 et 221.

60 Robert Belot, La Résistance sans de Gaulle : politique et gaullisme de guerre, Paris, Fayard 2006.

61 Kasten, op. cit., p. 13.

62 Vernichtungskrieg : Verbrechen der Wehrmacht, 1941-1944. Ausstellungskatalog, publié par Hamburger Institut für Sozialforschung, Redaktion : Hannes Heer, Hambourg, Hamburger Edition, 1996.

63 Pour les historiens, les faits évoqués dans l’exposition n’ont pas été une révélation. Le mythe d’une Wehrmacht « propre » a été brisé au plus tard, parmi la corporation des historiens, par l’ouvrage de Christian Streit, concernant le mauvais traitement des prisonniers soviétiques par la Wehrmacht, et celui de Helmuth Krausnick et de Hans-Heinrich Wilhelm, Ces derniers traitent principalement des massacres commis par les groupes d’intervention (SS-Einsatzgruppen), mais l’implication de la Wehrmacht est claire (Christian Streit, « Keine Kameraden » : die Wehrmacht und die sowjetischen Kriegsgefangenen, 1941-1945, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1978 ; Helmuth Krausnick/Hans-Heinrich Wilhelm, Die Truppe des Weltanschauungskrieges. Die Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD 1938-1940, Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1981). Déjà très critique à l’égard de la Wehrmacht : Manfred Messerschmidt, Die Wehrmacht im NS-Staat. Zeit der Indoktrination, Hambourg, Decker, 1969.

64 Heribert Prantl (dir.), Wehrmachtsverbrechen. Eine deutsche Kontroverse, Hambourg, Hoffmann und Campe Verlag, 1997 ; Christian Hartmann, Johannes Hürter, Ulrike Jureit (dir.), Verbrechen der Wehrmacht. Bilanz einer Debatte, Munich, C.H. Beck, 2005 ; « Une collection de crimes », dans : Gerd Ueberschär (dir.), Orte des Grauens. Verbrechen im Zweiten Weltkrieg, Darmstadt, Primus Verlag, 2003.

65 Une sélection d’exemples : Bernhard Chiari, Alltag hinter der Front. Besatzung, Kollaboration und Widerstand in Weißrußland 1941-1944, Düsseldorf, Droste 1998 ; Hamburger Institut für Sozialforschung (dir.), Verbrechen der Wehrmacht. Dimensionen des Vernichtungskrieges 1941-1944, Hambourg, Hamburger Edition, 2e édition révisée, 2002 ; Christian Gerlach, Kalkulierte Morde. Die deutsche Wirtschafts-und Vernichtungspolitik in Weißrußland 1941-1944, Hambourg, Hamburger Editionen, 1999 ; Christian Hartmann, Verbrecherischer Krieg – verbrecherische Wehrmacht ? Überlegungen zur Struktur des deutschen Ostheeres 1941-1944 in Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, no 52 (2004), p. 1-75. Rolf-Dieter Müller, Der letzte deutsche Krieg 1939-1945, Stuttgart, 2005 ; Johannes Hürter, Hitlers Heerführer. Die deutschen Oberbefehlshaber im Krieg gegen die Sowjetunion 1941/42, Oldenburg, Wissenschaftsverlag, 2e édition, 2007.

66 L’intérêt pour les crimes de guerre allemands en Italie a été suscité par le procès (1994-1996) contre l’ancien SS-Hauptsturmführer Erich Priebke pour les représailles effectuées dans les Fosse Ardeatine. Voici, à ce sujet, la littérature en langue allemande : Friedrich Andrae, Auch gegen Frauen und Kinder – Der Krieg der deutschen Wehrmacht gegen die Zivilbevölkerung in Italien 1943-1945, Munich, Zürich, Piper, 1994 ; Gerhard Schreiber, Deutsche Kriegsverbrechen in Italien. Täter, Opfer, Strafverfolgung, Munich, C.H. Beck, 1996 ; Steffen Prauser, « Sanktion oder Mord ? Die Erschießungen in den Fosse Ardeatine und der Anschlag in der Via Rasella in Rom (1944) », in Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, no 50 (2002), p. 269-301. Voir également les trois chapitres sur Marzabotto, Sant’Anna di Stazzema et Valucciole de Carlo Gentile, in Gerd R. Ueberschär (Hg.), Orte des Grauens, op. cit., Darmstadt, Primus 2003, p. 136-146, p. 231-236, p. 248-253. Je me permets de renvoyer à ma propre brève synthèse des crimes de guerre publiée en français : Steffen Prauser, « Les crimes de guerre allemands en Italie, 1943-1945 », in Gaël Eismann, Stefan Martens, Occupation et répression militaire allemandes, 1939-1945. La politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée, Paris, Autrement, 2007, p. 89-103.

67 Regina M. Delacor, Attentate und Repressionen. Ausgewählte Dokumente zur zyklischen Eskalation des NS-Terrors im besetzten Frankreich 1941/42, Stuttgart, Jan Thorbecke, 2000 ; Delacor, « Weltanschauungskrieg im Westen. Zur Rolle der Wehrmacht bei Geiselexekutionen im besetzten Frankreich 1941/42 », dans Militärgeschichtliche Zeitschrift (MGZ) 62, (2003), p. 71-100 ; les mêmes thèses en français : Delacor, « L’évolution de la politique répressive pendant l’occupation allemande en France », in B. Garnier, J.-L. Leleu et J. Quellien (dir.), La répression en France 1940-1945, Caen, CRHQ, 2007, p. 59-68 ; Ahlrich Meyer, Die deutsche Besatzung in Frankreich 1940-1944. Widerstandsbekämpfung und Judenverfolgung, Darmstadt, WBG, 2000.

68 Delacor, op. cit., p. 46, p. 51 ; Meyer, op. cit., p. 3, p. 72-77.

69 Delacor, op. cit., p. 21.

70 Ibid., mais aussi p. 30 et 51.

71 Ibid., p. 27, p. 21.

72 Ibid.

73 Ibid., p. 41-44.

74 Ibid., p. 19.

75 Voir, par exemple, Stéphane Courtois, Le PCF dans la guerre. De Gaulle, la Résistance, Paris, Ramsay, 1980, p. 221-222. Denis Peschanski, Vichy 1940-1944. Contrôle et exclusion, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 131.

76 Meyer, op. cit., p. 4.

77 Ibid., p. 80.

78 Ibid., p. 59.

79 Meyer, op. cit., p. 61.

80 Luther, op. cit., p. 178-180; Jäckel, op. cit., p. 187.

81 Ibid.

82 Ibid., p. 64.

83 Ibid., p. 81.

84 Ulrich Herbert, Best. Biographische Studien über Radikalismus, Weltanschauung und Vernunft, 1903-1989, Bonn, Dietz, 1996 ; Ulrich Herbert, « Vergeltung, Zeitdruck, Sachzwang. Die deutsche Wehrmacht in Frankreich und in der Ukraine », in Mittelweg 36, no 6, (2002), p. 25-42.

85 Herbert, Best, op. cit., p. 305.

86 Herbert, Vergeltung, Zeitdruck, Sachzwang, p. 31.

87 Ibid., p. 30; Herbert, Best, p. 299.

88 Ibid., p. 31.

89 Peter Lieb, Konventioneller Krieg oder Weltanschauungskrieg ? Kriegführung und Partisanenbekämpfung in Frankreich 1943/44, Munich, Oldenbourg, 2007.

90 Il insiste sur le fait que la Wehrmacht ne mena pas une « guerre raciale » en 1940, et ce malgré les massacres contre les troupes coloniales françaises. Lieb parle de plusieurs centaines, voire même d’un millier de prisonniers de couleur tués après leur capture. Il renvoie le lecteur, cependant, aux 90 000 soldats français de couleur faits prisonniers en été 1940 et que les Allemands auraient traités conformément aux conventions de Genève. Lieb, op. cit., p. 18-19.

91 Car la paternité communiste des attentats se serait avérée. Lieb, op. cit., p. 25.

92 Lieb, op. cit., p. 24-25.

93 Best, l’ancien bras droit de Reinhard Heydrich, une fois tombé en disgrâce auprès son ancien maître, est devenu le premier chef de l’administration de guerre auprès du commandant militaire à Paris. Voir Herbert, op. cit., p. 254-258.

94 Lieb, p. 27-29.

95 Ibid., p. 30-31.

96 L’ordonnance Sperrle ordonnait de répliquer à d’éventuelles attaques de la part des résistants, sans tarder et sans égard pour des civils. Si ces derniers étaient malencontreusement touchés, c’était regrettable, mais la responsabilité en incombait exclusivement aux « terroristes ». De plus, l’ordonnance disait : « Il ne faut punir que le chef manquant de fermeté et résolution car il menace la sécurité des troupes qui lui sont subordonnées […] les mesures trop sévères ne peuvent pas entraîner de punition pour leurs auteurs. » Voir Peter Lieb, « Répression et massacres. L’occupant allemand face à la Résistance française, 1943-1944 » in Gaël Eismann, Stefan Martens, Occupation et répression militaire allemandes, 1939-1945. La politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée, Paris, Autrement, 2007, p. 176-177. Cet ordre équivalait à donner carte blanche à toutes les unités employées dans la lutte contre le maquis.

97 Meyer, op. cit., p. 3.

98 Ibid., p. 3, p. 130.

99 Lieb, op. cit.

100 « Sauvage » par opposition au meurtre industrialisé à Auschwitz ou planifié derrière le front russe (l’Holocauste par balle).

101 Meyer, op. cit., p. 3, 139.

102 Lieb, op. cit., p. 403-405.

103 Ibid., p. 506, 507.

104 Ibid., p. 309-360.

105 Lieb, op. cit., p. 234-236.

106 Ibid., p. 236.

107 Art. 10. « Le Gouvernement français s’engage à n’entreprendre à l’avenir aucune action hostile contre le Reich allemand avec aucune partie des forces armées qui lui restent, ni d’aucune autre manière. Le Gouvernement français empêchera également les membres des forces armées françaises de quitter le territoire français et veillera à ce que ni les armes, ni des équipements quelconques, ni navires, avions, etc., ne soient transférés en Angleterre ou à l’étranger. Le Gouvernement français interdira aux ressortissants français de combattre contre l’Allemagne au service d’États avec lesquels l’Allemagne se trouve encore en guerre. Les ressortissants français qui ne se conformeraient pas à cette prescription seront traités par les troupes allemandes comme francs-tireurs. » Voir.

108 Lieb, op. cit., p. 240 et 241.

109 Lieb, op. cit., p. 505.

110 Ainsi, Delacor et Meyer s’intéressent principalement, eux aussi, à la question de la culpabilité de la Wehrmacht et moins à une analyse du mécanisme d’une éventuelle radicalisation d’un régime totalitaire.

111 Outre les ouvrages de Delacor, Meyer, Herbert et Lieb, voir les publications suivantes : Christian Eggers, Die Lager des Vichy-Regimes. Die Internierung jüdischer Flüchtlinge in Frankreich 1940-1944, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2000 ; Anja Köhler, Vichy und die französischen Intellektuellen. Die « années noires » im Spiegel autobiographischer Texte, Tübingen, Narr, 2001 ; Claudia Moisel, Frankreich und die deutschen Kriegsverbrecher. Die strafrechtliche Verfolgung der deutschen Kriegs-und NS-Verbrechen nach 1945, Göttingen, Wallstein, 2004 ; Bernhard Brunner, Der Frankreich-Komplex. Die nationalsozialistischen Verbrechen in Frankreich und die Justiz der Bundesrepublik Deutschland. Göttingen, Wallstein, 2004 ; Ahlrich Meyer, Täter im Verhör. Die « Endlösung der Judenfrage » in Frankreich 1940-1944, Darmstadt, WBG, 2005 ; Martin Jungius, Der verwaltete Raub. DieArisierung” der Wirtschaft in Frankreich 1940-1944, Thorbecke, Ostfildern, 2007.

112 Hartmut Mehringer, « Vichy und die Résistance », in Peter Bettelheim, Robert Streibel (dir.), Tabu und Geschichte : Zur Kultur des kollektiven Erinnerns, Vienne, Picus 1994, p. 78-99 ; Wilfried Loth, « Frankreich – Kollaboration, Résistance und Pragmatismus », in Ulrich Herbert, Alex Schildt (dir.), Kriegsende in Europa : vom Beginn des deutschen Machtzerfalls bis zur Stabilisierung der Nachkriegsordnung 1944-1948, Essen, Klartext, 1998, p. 100-113 ; Stefan Martens, « Zwischen Kollaboration und Résistance. Frankreichs Umgang mit dem Zweiten Weltkrieg », in Peter März, Sönke Neitzel (dir.), Geschichtsmythen. Erinnerung und Umgang mit dem Zweiten Weltkrieg in Europa, sous presse.

113 Pour compléter on devrait ici mentionner l’ouvrage de Matthias Waechter Der Mythos des Gaullismus qui reste essentiellement centré sur de Gaulle. Waechter décrit toute de même la relation entre de Gaulle et la Résistance d’une manière détaillée (voir Matthias Waechter, Der Mythos des Gaullismus. Heldenkult, Geschichtspolitik und Ideologie 1940 bis 1958, Göttingen, Wallstein, 2006, p. 67-69, 109-162, 195-214).

114 L’auteur de cet article essaie de combler cette étrange lacune avec un modeste ouvrage sur la Résistance française, qui devrait paraître aux éditions Beck de Munich, vers la fin de l’année 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540