Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Quatrième partie. Éléments d’historiographie des résistances européennes

Les historiens anglo-américains et la Résistance française

John Sweets

Texte intégral

  • 1 New York Times, « FFI in North Show Varying Qualities », 27 August 1944, p. 23. Cité dans John F. (...)

1Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer ailleurs, la Résistance française n’a jamais été aussi populaire aux États-Unis que durant la Deuxième Guerre mondiale. Plusieurs centaines d’articles furent publiés à son propos dans les journaux les plus importants du pays. C’est si vrai qu’un journaliste américain remarquant que les FFI avaient gagné « une réputation mondiale » pour leur aide aux Alliés, pouvait écrire le 27 août 1944 : « Toutefois, les louanges ont été si profuses à l’égard des FFI que le rôle joué dans les combats actuels par cette force magnifique de guérilla a été déformé et même exagéré. Aussi, les brillants exploits militaires des soldats américains et britanniques ont été quelque peu éclipsés1. »

  • 2 Sarah Farmer, « The Communist Resistance in the Haute-Vienne », French Historical Studies, vol. 14 (...)

2Mais si la Résistance était choyée par certains journaux américains à la Libération, cela fut prestement oublié quand la guerre froide émergea pour dominer la conscience américaine plusieurs décennies durant. On ne peut malheureusement pas dire que la communauté académique se rua pour sauvegarder la mémoire de la Résistance au cours de ces années. Plusieurs indices témoignent de ce désintérêt. The American Historical Review, la revue historique la plus prestigieuse aux États-Unis, n’a pas publié un seul article sur la Résistance française entre 1945 et 2001. Cela n’était pas dû à un manque d’intérêt pour l’histoire de France dans la mesure où ladite revue publia de nombreux articles sur des sujets comme la Révolution française, la Commune de Paris, la Révolution de 1848 et même « la mode française dans les années 1920 ». En outre, des articles furent publiés sur les mouvements de résistance dans des pays aussi divers que l’Allemagne, le Mozambique et la Pologne, ce qui revient à dire que la « résistance » ne constituait pas un sujet tabou. Même la première revue dédiée à l’histoire de France, French Historical Studies, publia son premier article sur la Résistance française seulement en 19852, et il ne devait être suivi que par quatre autres jusqu’en 2004. Une chose est évidente : les chercheurs américains ont montré beaucoup plus d’intérêt pour la France de Vichy que pour la Résistance. Dans les cinquante dernières années du XXe siècle, quatre thèses seulement ont été menées à bien aux États-Unis avec la Résistance française pour sujet contre quarante (soit dix fois plus) traitant d’un aspect ou d’un autre du régime de Vichy. La Bibliographie annuelle de l’Histoire de France du CNRS recensait, pour les 30 dernières années du XXe siècle, seulement 9 livres d’auteurs américains portant sur la Résistance française, soit approximativement un livre tous les trois ans.

  • 3 À noter que je ne dispose pas de données exactement comparables pour les publications des auteurs (...)

3On pourrait penser, compte tenu de ce si faible intérêt apparent pour le sujet chez les chercheurs américains, que les Américains ont faiblement contribué à l’histoire de la Résistance française. Englobant dans ma communication plusieurs collègues britanniques, canadiens et australiens – les « historiens anglo-américains » mentionnés dans le titre –, je voudrais montrer que, bien que relativement peu nombreux numériquement, ces chercheurs n’en ont pas moins apporté des contributions significatives à l’historiographie du sujet3.

4Avant de traiter des monographies les plus importantes, je mentionnerai deux articles émanant d’historiens américains de premier plan spécialistes de l’histoire de France qui ont compté aux États-Unis parmi les premières publications académiques dédiées à l’histoire de la Résistance française. Gordon Wright, qui fait autorité parmi les historiens américains de l’histoire de France du XXe siècle, relevait en 1962 que les historiens anglo-américains avaient montré très peu d’intérêt pour les « mouvements anti-nazi », omission dont, ajoutait-il, Henri Michel s’était plaint quelques années plus tôt. Je fais référence à cet article, parce que Wright y écrivait aussi que la Résistance française avait approximativement inclus deux pour cent de la population française totale, et parce que c’est en se fondant sur cet article que Robert Paxton a façonné le chiffrage qu’il a utilisé pour soutenir qu’il y avait eu, en réalité, plus de collaborateurs que de résistants en France. Dans mon premier ouvrage, comme Paxton, j’ai utilisé aussi le chiffre de deux pour cent de Wright sans autre forme de critique pour discuter de la taille de la Résistance.

  • 4 Robert O. Paxton, Vichy France, New York, Alfred A. Knopf, 1972, p. 294-295; Gordon Wright, « Refl (...)
  • 5 Serge Barcellini, « La Résistance française à travers le prisme de la carte CVR », in Laurent Douz (...)

5Plus importante probablement, mais moins remarquée à l’époque, cette notation de Wright : « Combien de résistants authentiques il y eut en France, cela demeure une question de conjecture et de définition. » Wright fondait sa propre estimation principalement sur le nombre de cartes de combattants volontaires de la résistance délivrées par le ministère des anciens combattants (170 000 cartes à cette époque) auquel il ajoutait les déportés et internés et « les martyrs – ceux qui n’ont pas survécu pour postuler au statut de héros », pour parvenir à environ 400 000 résistants, ou deux pour cent de la population4. Récemment, le débat sur la meilleure façon de juger de la taille de la Résistance a été l’objet, parmi d’autres, de l’intérêt de Serge Barcellini qui a revisité les dossiers des Combattants volontaires de la Résistance et cherché à en tirer des conclusions plus élaborées5.

  • 6 Les lettres de Brinton ont été publiées en deux livraisons de French Historical Studies, vol. 2, n(...)

6Un an avant l’article de Wright, la revue French Historical Studies publia les « lettres de la France libérée » du professeur Crane Brinton, reproduction des lettres que Brinton, expert américain des Jacobins sous la Révolution française, avait écrites à l’automne 1944 comme officier de l’OSS voyageant à travers de nombreuses régions de France dans le sillage de la Libération. Présentant les lettres en 1961, Brinton estimait, avec quelque satisfaction à propos du travail de la division Recherche et Analyse de l’OSS : « Oserais-je suggérer que nous autres à la division Recherche et Analyse avions moins tort à propos de la France et des Français en 1944 que beaucoup d’Américains occupant des postes plus élevés que les nôtres », allusion transparente aux hésitations du Président Franklin Roosevelt à reconnaître le Gouvernement provisoire de de Gaulle comme le gouvernement légitime de la France. Lues plus de cinquante ans après qu’elles ont été écrites, ces lettres offrent un portrait contemporain remarquablement précis de la France à la Libération, notamment pour leur reconnaissance du fait que les craintes d’anarchie et de désordre à la Libération, comme d’une tentative communiste de prendre le pouvoir, avaient été grandement exagérées ; pour leur description de la façon rapide et efficace, dans des circonstances difficiles, dont les nouvelles institutions nées de la résistance fonctionnaient, et de la modération (en comparaison avec les acteurs de l’histoire de la Révolution chère à Brinton) dont la plupart des résistants firent preuve. Décrivant les membres du parti communiste qu’il avait rencontrés à Clermont-Ferrand, il écrivait : « Je dois dire qu’ils paraissaient très modérés en réalité, pas du tout comme des révolutionnaires assoiffés de sang », ajoutant ailleurs : « À présent, pas de tombereaux, pas de femmes tricotant pendant qu’on actionne la guillotine, pas de Marat ou de Fouquier-Tinville… même L’Humanité et Le Populaire sont de douces colombes comparé à leurs aïeux de 1792-94. » Un commentaire particulièrement incisif, rédigé à Paris le 17 octobre 1944, argumentait : « En ce qui concerne l’attitude politique générale à l’égard du gouvernement actuel, j’ai à peine besoin de vous dire que la question de savoir si le gouvernement de de Gaulle est accepté ne se pose tout bonnement pas6. »

La Résistance vue d’en haut

  • 7 Je pense ici aux ouvrages comme celui de Sisley Huddleston, France, the tragic years, 1939-1947: A (...)
  • 8 David Schoenbrun, Soldiers of the Night: the Story of the French Resistance, New York, New America (...)

7Les journalistes américains ont très peu écrit sur la Résistance française, et moins encore qui vaille la peine qu’on s’en souvienne7. L’exception à cette règle est Soldiers of the Night: the Story of the French Resistance de David Schoenbrun8. Quand son travail parut en 1980, en dépit de l’usage de dialogues parfois fabriqués de toutes pièces et d’autres éléments propres au traitement journalistique, il a offert à l’honnête homme le meilleur survol narratif de la Résistance française disponible en anglais à cette date. Pendant la guerre, l’auteur avait travaillé avec la branche de psychologie de guerre des services secrets militaires de l’armée américaine – parmi d’autres missions, il diffusait des programmes en français vers la France occupée. Après la guerre, il était le chef du bureau parisien de CBS News, et au cours des ans il interviewa et en vint à bien connaître nombre des résistants à propos desquels il écrivit. Bien qu’il eût été aussi au fait de la plupart des travaux académiques sur la Résistance, l’essentiel de son livre se fonde sur des informations recueillies auprès de ces contacts personnels. Même si les historiens seraient plus subtils et nuancés dans leurs interprétations de la Résistance, et regarderaient plus loin que la lentille de Schoenbrun focalisée sur Paris, sur les principaux réseaux et mouvements et sur les chefs nationaux de la Résistance, je ne connais pas un autre auteur qui ait tenté de produire une histoire globale de la Résistance française en anglais, chose que les éditeurs demandent régulièrement mais défi devant lequel, au fur et à mesure qu’ils en mesurent mieux la complexité, les historiens continuent à se dérober.

  • 9 Arthur Layton Funk, Charles de Gaulle, The Crucial Years, 1943-1944, Norman, University of Oklahom (...)

8Lorsque les historiens universitaires anglo-américains commencèrent à écrire sur la Résistance française, ils poursuivirent plusieurs schémas différents. Un des premiers choix fut de considérer la Résistance par son sommet, ou depuis la position avantageuse des gaullistes à Londres et à Alger. Ce schéma est bien représenté par la carrière d’Arthur Funk, qui commenca par une excellente étude de Charles de Gaulle et de ses relations avec ses alliés britanniques et américains. Funk publia son Charles de Gaulle : the Crucial Years, 1943-19449, en 1959, bien avant que beaucoup de sources archivistiques fussent accessibles qui ont depuis lors été consultées par les chercheurs spécialisés dans les relations diplomatiques entre de Gaulle, Roosevelt et Churchill. Malgré cela, il produisit ce qui, à mon sens, reste une des descriptions les plus perspicaces et les plus convaincantes des relations entre ces trois hommes d’État, qui furent souvent tendues. En particulier, il éclaira parfaitement pour le lecteur américain, à une époque où de Gaulle venait de revenir au pouvoir en France et posait les fondations de la Ve République, les raisons pour lesquelles le chef français avait pu ne pas vouloir suivre aveuglément les initiatives des présidents américains.

  • 10 Arthur Layton Funk, The Politics of Torch: The Allied Landings and the Algiers Putsch 1942, Lawren (...)

9En 1974, le professeur Funk publia The Politics of Torch : the Allied Landings and the Algiers Putsch 194210, qui poursuivait son enquête sur les relations alliées pendant la guerre par un examen de la politique et des intrigues menées en arrière-plan du débarquement en Afrique du Nord. L’ouvrage détaille la planification qui précéda le débarquement et explique l’accord Clark-Darlan qui consterna beaucoup de résistants d’Alger qui ne voulaient pas d’arrangements avec Vichy, quelles que fussent les circonstances.

  • 11 Arthur Layton Funk, Hidden Ally: The French Resistance, Special Operations, and the Landings in So (...)

10Funk publia un troisième livre en 1992, Hidden Ally. The French Resistance, Special Operations, and the Landings in Southern France, 194411. Cette étude décrit les relations entre le général Alexander Patch de la 7e armée américaine, le SOE britannique, et les forces des maquis français, participants conjoints de l’Opération Anvil/Dragon au cours du débarquement sur la Riviera, un deuxième, et moins difficile « Jour J ». Il retrace aussi leur avance ultérieure, d’une surprenante rapidité, vers le nord en direction de Grenoble le long de la vallée du Rhône, menant à la libération de Lyon, après laquelle les forces d’invasion du Sud firent leur jonction avec la 3e armée du général Patton, devenant le fer de lance des forces qui boutèrent l’armée allemande hors de France en août et septembre 1944. Funk développe l’idée que les unités maquisardes de la Résistance française contribuèrent de façon significative au succès des armées régulières, même si elles auraient pu être plus efficaces si les chefs des armées régulières avaient eu une meilleure appréciation du potentiel que représentait l’action de la guerilla, et s’il y avait eu moins de tensions entre les Alliés. Il conclut que la coopération entre Français et Américains sur le terrain fut généralement bonne, même si les officiers américains souhaitèrent occasionnellement utiliser les maquis comme les troupes d’infanterie d’une armée régulière ce à quoi ils n’étaient pas préparés, et si les chefs des maquis estimèrent que la tactique américaine causait des dommages matériels excessifs et des pertes humaines inutiles qui auraient pu être évités. Il suggère que le front rapidement mouvant des combats rendit parfois plus difficile une meilleure coordination des troupes régulières et des maquis locaux.

  • 12 Kim Munholland, Rock of Contention: Free French and Americans at War in New Caledonia, 1940-1945, (...)

11Une analyse plus récente et très intéressante de la Résistance vue d’en haut a été fournie par Kim Munholland avec son Rock of Contention : Free French and Americans at War in New Caledonia, 1940-194512. Comme Arthur Funk, le professeur Munholland met au jour des éléments suggérant que le président Franklin Roosevelt – influencé par la sidérante défaite de 1940 et sa propre inclination croissante à s’élever contre l’impérialisme européen – croyait, comme nombre d’autres dirigeants civils et chefs militaires américains, que les Français joueraient inévitablement un moindre rôle dans les affaires du monde à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Pour Roosevelt, cela signifiait, entre autres choses, que les territoires clés de l’Empire français dans le Pacifique sud devraient être enlevés à la France et placés sous mandats dans un nouveau schéma global de sécurité qu’institueraient les vainqueurs de la guerre. D’autres historiens ont vu dans la politique et l’attitude de Roosevelt à l’endroit de Charles de Gaulle et des Français libres l’explication essentielle des relations difficiles entre ces deux leaders pendant la guerre.

  • 13 Ibidem, p. 122.

12Dans son exposé bien documenté et méticuleusement argumenté, Munholland ne minore pas le rôle du président américain dans ce qu’il qualifie de « mésentente franco-américaine du temps de guerre », mais il démontre que de Gaulle et ses représentants en Nouvelle-Calédonie aussi, par moments de façon délibérée, ont susbtantiellement contribué aux frictions récurrentes entre les deux parties. Les militaires américains qui « occupaient » la Nouvelle Calédonie étaient au premier chef préoccupés de poursuivre la guerre à son plus haut degré et aussi rapidement que possible. Ils voyaient l’île comme une rampe de lancement décisive pour évincer les Japonais du Pacifique sud. Quand leurs méthodes ou leurs comportements furent mis en question, ils se montrèrent souvent dédaigneux vis-à-vis de leurs collègues français responsables de l’administration civile de la colonie française qui avait rallié de Gaulle. Pour ce qui les concernait, un certain nombre d’envoyés gaullistes, notamment Georges Thierry d’Argenlieu, exagérèrent consciencieusement la volonté américaine d’enlever la Nouvelle-Calédonie aux Français, et encouragèrent consciemment des comportements anti-américains sur l’île. La conclusion nuancée de Munholland suggérait l’existence « d’une part, d’une attitude américaine condescendante et paternaliste envers les Français qui étaient considérés comme des mineurs incapables de se prendre en charge et qui faisaient preuve de mauvaise volonté en n’accédant pas à toutes les requêtes américaines ; d’autre part, d’une extrême susceptibilité de la part des Français qui voyaient dans leurs exigences la preuve de la volonté américaine de les pousser hors du jeu comme un peuple qui ne comptait plus et qui appelait peu de respect13 ».

  • 14 Ibidem, p. 231.

13Munholland voit l’expérience du temps de guerre en Nouvelle-Calédonie comme « une métaphore de la relation difficile qui a caractérisé les différends franco-américains pendant et après la Deuxième Guerre mondiale ». L’héritage gaulliste et français de ces conflits du temps de la guerre devait consister à résister à la « tendance américaine à dominer, produisant un antiaméricanisme officiel et gaulliste quand les intérêts de la France en tant que puissance mondiale ont été en jeu ou quand leur identité culturelle s’est heurtée, aux yeux des Français, à une menace d’américanisation ». Les Américains de leur côté considéraient souvent les Français comme des alliés peu commodes, adoptant de façon répétée des attitudes et des politiques s’opposant à celles des États-Unis14.

  • 15 Peter Novick, The Resistance versus Vichy: The Purge of Collaborators in Liberated France, New Yor (...)
  • 16 Herbert R. Lottman, The Purge, New York, William Morrow and Company, Inc., 1986.

14Finalement, dans le modèle de traitement de la Résistance « vue d’en haut », en 1968, The Resistance versus Vichy15 de Peter Novick a proposé un tableau étayé et convaincant de l’épuration des collaborateurs à la Libération dans lequel il a démontré avec soin que le rejet gaulliste de Vichy comme gouvernement « illégitime », bien qu’essentiel à la justification par de Gaulle de ses actions et de celles des Français libres, n’était pas inattaquable en termes strictements légaux, même s’il devait constituer le fondement de la condamnation après guerre de ceux qui avaient soutenu le régime de Pétain. Novick décrit la création de « listes noires » par les résistants de l’intérieur, et leurs mises en garde de plus en plus menaçantes envers les officiels de Vichy selon lesquelles ils seraient comptables de leurs actes à la Libération. Dans un chapitre intitulé « La justice à la croisée des chemins », il étudie les preuves relatives aux assassinats de miliciens et d’autres collaborateurs dans les derniers mois de l’occupation et à la Libération, concluant que cette justice sauvage n’était pas aussi répandue que cela avait parfois été dit. Dans l’ensemble, il conclut que l’épuration, à la fois en termes de règlements de comptes individuels et collectifs et dans le cadre plus officiel des cours de justice et des chambres civiques, a été beaucoup plus limitée que ne l’ont dit d’autres auteurs, comme Robert Aron, et que, pour des raisons différentes selon les situations, l’épuration a été finalement insatisfaisante pour presque tout le monde, résultat qui, selon Novick, était inévitable. À mon sens, la plupart des études universitaires sérieuses sur l’épuration qui ont vu le jour ultérieurement ont confirmé les grandes lignes du livre de Novick, et des exposés plus sensationnels, comme celui du journaliste britannique Herbert Lottman, The Purge16, ont ajouté peu de choses à l’étude pionnière de Novick.

La Résistance vue d’en bas

  • 17 Martin Blumenson, The Vildé Affair: Beginnings of the French Resistance, Boston, Houghton Mifflin (...)

15Une deuxième approche de la Résistance fut empruntée par les auteurs qui choisirent d’étudier la résistance individuelle des mouvements. En 1977, Martin Blumenson prit pour objet d’étude un des plus précoces mouvements de résistance parisien dans son livre The Vildé Affair17. Son travail détaille les activités du groupe, dirigé par Boris Vildé, connu sous l’appellation de Musée de l’Homme, qui rassembla des renseignements pour de Gaulle et les Britanniques, aida des soldats alliés à s’échapper vers l’Angleterre, et publia quelques numéros d’un journal clandestin, Résistance, avant qu’une trahison n’entraînât l’arrestation de plusieurs de ses acteurs clés et son démantèlement. L’ouvrage de Blumenson avait le mérite de transmettre quelque chose de l’ambiance des premiers groupements et l’histoire qu’il raconte reflétait bien à certains égards les difficultés des pionniers de la résistance partout en France, inaccoutumés aux activités clandestines, incertains quant à ce qu’il convenait exactement de faire, et souvent pas de taille à faire face aux polices allemande ou française. L’auteur, un expert reconnu ès général Patton, nous dit dans ses « notes de l’auteur » qu’Henri Michel lui suggéra d’étudier ce mouvement et fait allusion à quelques sources d’archives pour son livre. Malheureusement, il reproduit également un grand nombre de « conversations » reconstituées qui donnent un ton de romancier à son histoire mais qui entament sérieusement la crédibilité du travail, d’autant qu’il a décidé de ne pas user de notes de bas de page non plus que d’autres méthodes académiques classiques permettant de citer ses sources.

  • 18 John F. Sweets, The Politics of Resistance in France, Dekalb, Northern Illinois University Press, (...)

16En 1976, mon premier livre était publié sous le titre The Politics of Resistance in France18 : c’était une étude des Mouvements Unis de la Résistance, le mouvement de résistance le plus large de la zone sud. Ma principale préoccupation avec ce livre, comme son titre le montre, était de démontrer que la Résistance avait été en tout point aussi importante, voire davantage, pour ses activités politiques que pour ses actions militaires. Même si ces dernières n’étaient certainement pas sans importance, particulièrement en termes d’ambitions et de moral du résistant moyen, je défendais l’idée que d’un point de vue plus large les idées exprimées dans les feuilles clandestines étaient cruciales : elles donnaient forme à la vision d’une société française plus progressiste et socialement juste et à la création pragmatique – à travers le travail du service du Noyautage des Administrations Publiques, en collaboration avec les représentants gaullistes et les comités locaux de libération – d’un « gouvernement fantôme » à tous les niveaux. Ces organes allaient assurer une transition harmonieuse à la Libération, contrôlée par le Gouvernement Provisoire de la République Française, et éliminer tout prétexte pour que soit imposé l’Allied Military Government of Occupied Territories (AMGOT) en France ; quant aux idées, notamment celles qui prirent forme dans le programme d’action du CNR, elles devaient laisser un héritage positif à la fois pour la IVe et la Ve Républiques.

  • 19 Ibidem, p. 177.

17Je remarquais que les dirigeants des MUR étaient parfois critiqués par leurs homologues des mouvements de zone nord pour accorder trop d’attention à la politique mais qu’en fait, en raison même de leur attention à ce sujet, ces mêmes dirigeants des MUR avaient été capables d’exercer une influence significative sur l’organisation des services nationaux de la Résistance créés par le Conseil National de la Résistance, plusieurs d’entre eux étant calqués sur le modèle de ceux qu’avaient développés les MUR. Ce travail explorait aussi les relations parfois difficiles entre les mouvements de la résistance intérieure et les gaullistes de Londres et d’Alger, et entre les mouvements et les partis politiques français, notamment les communistes et les socialistes qui étaient parmi les plus actifs dans la Résistance. Parmi les thèmes que je traitais à propos de la politique en œuvre dans la Résistance, il y avait cette idée que, contrairement aux allégations avancées après guerre, le parti communiste n’avait pas dominé les MUR/MLN, ni la Résistance en général et je relevais le curieux destin du parti socialiste (SFIO) qui, comme Jacques Bingen le prédisait avant sa mort prématurée, pourrait bien « mourir en France au moment précis où le “Socialisme” y sera établi19 ». En tant qu’Américain, peut-être ma découverte la plus surprenante était-elle que, dans les mois qui précédèrent juste le Jour J, l’urgence d’empêcher les Américains de prendre le pouvoir en France à travers l’AMGOT, semblait plus importante et représentait une plus grande menace pour les dirigeants des MUR que de chasser les Allemands de France, ce qui à ce moment-là apparaissait inéluctable.

  • 20 Alban Vistel, La Nuit sans Ombre, Paris, Fayard, 1970.

18Une notation personnelle à propos des origines de The Politics of Resistance in France peut être de quelque intérêt compte tenu de l’attention portée dans ce colloque sur le rôle d’Henri Michel et du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. Ma recherche n’aurait pas été possible sans l’accueil très cordial que je reçus au Comité d’histoire où je passai plus d’une année de recherche à Paris en quête de témoignages d’anciens résistants, à lire mémoires et ouvrages dans la bibliothèque du Comité, et à consulter des documents contenant la correspondance entre les agents gaullistes en France et le BCRA à Londres. Toutefois, ce n’est pas avant d’avoir rencontré Alban Vistel pour un entretien dans un hôtel parisien dans le dernier mois de ma recherche en France que je tombais sur ce qui devait être l’épine dorsale de mon étude. Monsieur Vistel était venu à Paris discuter avec Henri Michel de la possibilité de verser ses papiers au Comité d’histoire, mais après que nous avions parlé environ une heure de son rôle en tant que l’un des chefs régionaux des Mouvements Unis de la Résistance, il me dit qu’il avait changé d’avis. Ayant estimé que j’étais un chercheur sérieux, il voulait que je lise ses papiers qui renfermaient quasiment toutes les directives écrites qui avaient été échangées par les chefs nationaux des MUR avec les chefs régionaux, et que, contre l’ordre exprès de ses supérieurs, Vistel n’avait pas détruites. Il me dit, en plaisantant à moitié je pense, « Je donnerai mes papiers à Monsieur Michel seulement après que vous les aurez lus, parce qu’autrement vous pourriez bien ne jamais les voir », ajoutant qu’il s’attendait à ce que Michel utilise ces documents pour ses propres travaux, peut-être même pendant plusieurs années, avant de les rendre accessibles au public. Là-dessus, il me confia séance tenante un volumineux paquet de ses documents originaux avec la permission d’en faire des photocopies, et il me transmit plus tard le reste de ses papiers par l’intermédiaire de son fils, de sorte que je pus les photocopier avant qu’ils ne soient donnés au Comité d’histoire pour sa collection. Curieusement, quand, quelques mois après notre rencontre, Alban Vistel publia son élégant livre de mémoires, La Nuit sans Ombre20, à l’exception de quelques documents figurant en annexes, il fit un usage extrêmement modéré de ses archives exceptionnellement riches. D’un autre côté, s’il n’y avait pas eu ma rencontre accidentelle avec lui à Paris, je suis convaincu que The Politics of Resistance in France n’aurait jamais trouvé d’éditeur.

  • 21 H.R. Kedward, Resistance in Vichy France, Oxford, Oxford University Press, 1978.

19Deux ans après la parution de mon livre, un jeune historien de grand talent s’est aussi intéressé à la Résistance en zone sud, dans son Resistance in Vichy France21 et a acquis le statut de chef de file des spécialistes de la Résistance française en Angleterre. Comme je l’ai fait remarquer à l’époque en rendant compte de son ouvrage, Kedward a réussi à donner la réplique à Pascal Copeau, un des chefs des MUR, qui se plaignait que la plupart des écrits savants sur la Résistance en France s’attachent à décrire systématiquement et à catégoriser les structures de la Résistance – lesquelles, pour exactes qu’elles fussent en théorie, échouaient à restituer la réalité résistante telle qu’il se la remémorait, dans sa diversité et sa spontanéité. Kedward, pour sa part, prenait acte de la complexité du phénomène résistant et mettait l’accent sur la multiplicité des motivations conduisant à l’acte de résistance. Son étude a été une des premières à considérer d’une manière sophistiquée la variété des motivations des individualités qui ont pris part à la Résistance. Elle a corrigé les distinctions trop tranchées établies auparavant entre « les vrais résistants », ceux de la première heure, et les tard venus, y compris certaines recrues de dernière minute aux motifs rien moins que nobles. Kedward a montré de façon convaincante que les motivations et la chronologie de l’engagement dans la Résistance constituaient des phénomènes souvent complexes. Il n’était pas surprenant que des individus placés dans des circonstances différentes y réagissent de façon différente. Si les militants et sympathisants de la gauche étaient plus présents et actifs dans la résistance pionnière de zone sud, ce n’était certainement pas sans rapport avec le fait qu’ils étaient les premières cibles de la répression. Si les premiers efforts de recrutement accordaient une place importante à des journalistes, des typographes, des postiers, des cheminots et d’autres corporations essentielles à la confection de la presse clandestine, cela ne devait pas nous surprendre. Le choix de chacun dépendait au moins autant des circonstances que de sa « fibre morale ». Il était clair que prendre la décision aux conséquences potentiellement mortelles d’entrer dans la vie clandestine, était plus facile pour un jeune – pour les lycéens ou les étudiants qui ont participé aux premières manifestations, distribué les premiers tracts, couvert les murs de V et de papillons – ou pour une personne sans charge de famille.

  • 22 Ibid., p. 247 (p. 253 dans la traduction française : Naissance de la Résistance dans la France de (...)

20Ainsi, en réexaminant les sources et les récits existants, par son étude approfondie et croisée du rôle respectif du milieu, de la personnalité et de la situation, Kedward nous a permis de mieux comprendre quand et pourquoi des individus des différentes couches sociales de la population française sont entrés dans la Résistance. Sa thèse centrale selon laquelle « la Résistance n’a jamais pu constituer un groupe homogène, étroitement uni, puisque le phénomène qu’on désigne sous ce nom prit corps de 1940 à 1942 à partir d’une pluralité de groupes et par une pluralité de cheminements » était développée de façon convaincante et appuyée par un impressionnant corpus de preuves documentaires22. Bien que son traitement du parti socialiste reconstitué (le Comité d’action socialiste ou CAS) puisse soulever quelques questions, son approche du parti communiste était mieux disposée et moins colorée par la passion que ce que l’on trouvait souvent à l’époque dans l’historiographie de la Résistance. D’une façon générale, Kedward nous a donné une excellente introduction aux « idées et motivations en zone sud 1940-1942 » – sous-titre approprié de son livre.

  • 23 H.R. Kedward, In Search of the Maquis, Oxford, Oxford University Press, 1993.

21Quelques années plus tard, en 1993, le professeur Kedward a publié In Search of the Maquis23, dont le sous-titre « La Résistance Rurale dans le Sud de la France 1942-1944 » indiquait que ce travail se voulait un complément logique à son étude sur les deux premières années de l’occupation qui, elle, était centrée sur les villes. L’ouvrage traite des campagnes françaises pendant les deux dernières années de l’occupation – les terres du maquis. Kedward réussit à combiner un récit plein d’intérêt, des exemples significatifs et une analyse qui emporte l’adhésion, offrant au lecteur une perspective neuve et pénétrante sur la Résistance française. En contribuant à reconceptualiser celle-ci, son livre essayait de replacer le phénomène résistant dans le contexte des communautés au sein desquelles il avait émergé.

  • 24 Ibid., p. 232 (p. 329 de la traduction française : À la recherche du maquis, Éditions du Cerf, 199 (...)

22Le récit de Kedward se fonde principalement sur le témoignage oral et les souvenirs publiés des participants, judicieusement équilibrés par les rapports de gendarmerie et de police qu’il a pu dénicher dans les archives départementales. Une de ses observations les plus intéressantes concerne la fiabilité de ce que l’on pourrait appeler « la mémoire résistante » des événements décrits par lui. « La guérilla engendrait des récits inexacts des faits. Certains détails étaient oubliés, d’autres exagérés ou sous-estimés. On ne savait jamais au juste ce qu’on avait fait. Une embuscade, un sabotage, un déraillement devaient être abandonnés à un moment crucial. On voyait tomber un soldat allemand mais on n’avait pas le temps de constater les dégâts24. »

23Dans sa « recherche du maquis », l’auteur conduit le lecteur à travers le temps, depuis la période du STO, au début de 1943, avec son impact dramatique qui a poussé des milliers de jeunes gens à se cacher, jusqu’aux combats, triomphes et déceptions de la Libération, et à travers l’espace, en peignant l’ambiance de ces régions rurales et montagneuses du Sud de la France qui procurèrent le vivre et le couvert aux maquisards, et en mettant en pleine lumière la symbiose entre le maquis et la société villageoise rurale. La présence des bandes de maquisards et les besoins liés à leur existence ont souvent placé les communautés dans une situation de dangereuse opposition avec le régime de Vichy et les occupants allemands ; la population « civile » tout autant que les groupes de maquisards plus ou moins armés ont constitué une « culture hors-la-loi », en résistant aux exigences des Allemands et de Vichy et en improvisant constamment des méthodes pour berner les autorités légales. Comme le fait remarquer l’auteur, le prix tragique qu’ont souvent payé les « civils » du fait des représailles allemandes exercées contre l’activité des maquis devrait suffire à rappeler au lecteur qu’on ne peut comprendre l’histoire des maquis sans le contexte des communautés au sein desquelles ils ont opéré. Les maquisards n’ont pu survivre sans l’aide de ces communautés et, malheureusement, certains membres de ces communautés n’ont pas survécu à l’occupation en raison de l’aide qu’ils leur avaient apportée.

24Kedward voit dans le processus de « l’inversion » le thème principal de l’histoire dont il rend compte. De « chassés » au début, puisqu’ils avaient fui dans les collines afin d’échapper aux ordres de réquisitions pour le travail forcé, les bandes de maquisards regroupés en forêt ou dans des villages reculés sont devenus des « chasseurs », traquant les mouchards, les miliciens, les collaborateurs pour leur infliger une justice expéditive en punition des crimes commis contre des patriotes français. De voleurs, qui pillaient les denrées locales ou s’emparaient des cartes de rationnement, ils sont devenus des « Robins des Bois » partageant leur butin avec la population locale – laquelle avait pris prétexte des descentes des maquis pour se justifier auprès des autorités vichystes de ne pas livrer ses denrées au marché. Traités de « bandits », de « terroristes » et d’« assassins » par le responsable de la propagande de Vichy, Philippe Henriot, les maquis répliquent en affublant des mêmes qualificatifs les membres de la Milice et les autres organismes collaborationnistes, et ils créent leur propre police pour châtier les « faux maquis » qui discréditent la résistance par leurs actes de pur banditisme. Dans les dernières semaines de l’occupation, par une ironie suprême (et un reflet évident de l’inversion que pointe Kedward), les derniers défenseurs de l’autorité de Vichy se terrent dans des abris fortifiés au cœur des villes françaises, encerclés par ces mêmes groupes de maquisards qu’ils avaient essayé d’isoler durant l’année précédente et de réduire à néant dans leurs refuges ruraux.

  • 25 Ibid., p. 253 (p. 358 de la traduction française, op. cit.).

25Fournissant des arguments supplémentaires au courant historique récent qui remet en cause l’étendue et la durée du soutien de la population au régime de Vichy, Kedward décrit une France rurale davantage en harmonie avec les comportements urbains que certains ne le pensaient à l’époque. Bien qu’il y ait des exemples d’hostilité au maquis de la part de certains villages, l’attitude la plus répandue, et de loin, chez les ruraux, est faite de sympathie pour ces « hors-la-loi », auxquels ils procurent volontiers du travail, de la nourriture ou un abri autant qu’ils le peuvent. D’après l’un des brefs témoignages recueillis par Kedward en conclusion de son récit, « ce n’était en aucun cas une guerre civile : la grande majorité des Français soutenait la Résistance. Comment les gens peuvent-ils parler de guerre civile alors qu’il n’y a eu qu’une poignée de collaborateurs25 ? » Cependant, Kedward est loin de brosser le tableau d’une « nation de résistants » unie, conformément au mythe gaulliste originel. Il attire l’attention sur le fait que les mêmes qui étaient prêts à aider les maquisards à échapper aux polices française et allemande, pouvaient être extrêmement anxieux des conséquences de la moindre opération de sabotage à proximité de chez eux. Comment les émotions n’auraient-elles pas été mêlées dans cette période où la Libération semblait toujours plus proche, mais où les troupes allemandes et leurs collaborateurs français gardaient la capacité d’infliger des tourments que les résistants mal équipés étaient souvent impuissants à prévenir ?

  • 26 Ibid., p. 285 (p. 403 de la traduction française, op. cit.).
  • 27 Ibid., p. 286 (p. 403 de la traduction française, op .cit.).
  • 28 Ibid., p. 94 (p. 144 de la traduction française, op. cit.).

26L’auteur soutient que l’histoire des maquis a parfois été sous-estimée, en tant qu’elle fait partie de l’héritage de la Résistance française. C’est peut-être dû à l’issue souvent désastreuse des combats entre les unités allemandes et les concentrations de bandes de maquisards, en général moins bien armés et encadrés, ou aux récits concernant leur participation aux « réquisitions » ou à la « justice punitive » infligée aux collaborateurs à la Libération. Kedward appelle à changer de focale et à se détacher des questionnements sur « héroïsme ou terrorisme » pour s’attacher davantage « au domaine de l’ingéniosité et de la créativité populaire26 ». Il met en lumière l’étonnante variété des techniques permettant de vivre sur le pays, l’imbrication entre zone de l’arrière et zone des combats, l’inter-relation totale entre les maquisards et les villageois, l’essence locale de la culture « hors-la-loi ». Dans cette perspective les actions de ceux qu’il nomme des « sympathisants, défenseurs et facilitateurs27 » deviennent aussi importantes pour l’histoire de la Résistance que les maquis eux-mêmes. Ainsi, on peut par exemple considérer que la variété des rôles joués par les femmes est bien davantage au centre de la dynamique de l’occupation que n’ont pu le reconnaître les récits des résistants combattants, pour la plupart masculins. « Le principal problème, écrit Kedward, lorsqu’on veut surmonter le déséquilibre existant encore dans les comptes rendus historiques est que les choix de nombreuses femmes sous l’occupation sont trop souvent considérés comme naturels et ordinaires, et qu’on leur refuse la dignité d’une décision historique, lourde de conséquences, que l’on accorde au choix de l’homme qui prend le maquis28. »

27Entre autres remarques, une des « inversions » intrigantes que signale Kedward est l’anxiété du maquisard (le « soldat ») à l’égard du sort de son épouse, de sa mère ou de sa sœur laissée au village face à la possibilité de représailles allemandes contre les actions des maquis – aussi exposée au danger que les hommes. Dans ces conditions, la distinction entre le front et l’arrière perd tout sens. Ce contraste avec l’image traditionnelle des épouses et des mères en temps de guerre, soucieuses de ce que deviennent leurs hommes au front, illustre à merveille le thème kedwardien de la non-séparation entre l’histoire des maquis et celle de la communauté. Dans cet exemple, comme dans bien d’autres cas que l’on pourrait citer, l’auteur a attiré notre attention sur la grande diversité des circonstances politiques, géographiques et sociales qui ont conditionné une multitude de réponses complexes face à l’occupation – et ce faisant, il a admirablement réussi à restituer la trame dont était faite la Résistance et la vie de la France rurale dans les dernières années de l’occupation.

  • 29 M.R.D. Foot, SOE in France, London, Her Majesty’s Stationery Office, 1966.
  • 30 Ibid., p. 11.
  • 31 Ibid., p. 396.

28Un autre auteur britannique, Michael Foot, a édité en 1966 la première étude conséquente sur le British Special Operations Executive, SOE in France29. L’ouvrage a pu voir le jour parce que son auteur en avait reçu la commande officielle et avait pu accéder aux archives du SOE à une époque où elles étaient fermées à tout autre chercheur. Le livre de Foot a offert d’intéressants aperçus sur l’origine, l’organisation et les activités du SOE, un service créé au début de la Deuxième Guerre mondiale pour « mettre l’Europe à feu30 », selon l’expression mémorable de Winston Churchill. Les agents de la Section F (France) du SOE devaient mettre en œuvre la directive de Churchill en créant des réseaux de sabotage et de renseignements qui fourniraient aux Alliés des informations sur les déplacements des troupes allemandes et déclencheraient des sabotages de façon coordonnée avec le débarquement allié attendu en France. Ce fut un ouvrage important lors de sa publication, en dépit des limites que les autorités gouvernementales avaient assignées à l’auteur pour accéder aux sources et aux anciens agents. En effet, il mettait en lumière les actions très importantes des réseaux (renseignement, sabotage et évasion), qui n’avaient jusqu’alors éveillé qu’un intérêt relatif chez les universitaires. L’auteur fournissait également, dans ses annexes, des données factuelles intéressantes, des copies de documents de valeur et des cartes. Foot a démontré la contribution très significative apportée par les Britanniques en matière d’armes, d’équipement et de transport, au développement des organisations de résistance en France et à leur efficacité militaire à la Libération. Néanmoins, en raison peut-être de la date précoce de sa publication, Foot n’a pas fait preuve d’une appréciation extrêmement fine de la Résistance intérieure française, et un certain nombre de ces interprétations n’allaient pas résister aux recherches ultérieures. Par ailleurs, comme l’ont fait remarquer certains lecteurs français, et en dépit de ses dénégations pas entièrement convaincantes (« il serait absurde d’attribuer au seul SOE tout le mérite de ces actions31 »), Foot semble, au fond, brosser le tableau d’une Résistance qui – au moins pour la résistance armée – serait pour l’essentiel une création des services secrets britanniques.

  • 32 Will Irwin, The Jedburghs. The Secret History of the Allied Special Forces, France 1944, New York, (...)

29Plus récemment, un officier américain en retraite, Will Irwin, a publié un livre, The Jedburghs. The Secret History of the Allied Special Forces, France 194432, qui, dans une certaine mesure, peut paraître relever de la même veine que celui du professeur Foot. Dans son cas, la Résistance est vue à travers les lorgnettes des équipes Jedburgh alliées envoyées en France peu après le Débarquement du Jour J, et dont la mission était de développer l’apport militaire de la Résistance française. Malheureusement, l’auteur n’opère que de très vagues rapprochements entre les équipes Jedburgh, composées de trois hommes (un Français et deux Alliés) et les réussites militaires qu’il attribue à l’ensemble des unités de la Résistance. Comme dans le cas du récit de Foot sur le SOE, on a du mal à se prémunir de l’impression qu’Irwin accorde trop de crédit aux Jedburgh et manque d’une connaissance approfondie de la Résistance française et de sa dynamique interne. Autres problèmes plus graves : les limites documentaires du livre et le choix peu heureux de l’auteur de présenter son travail dans le style désinvolte d’un roman d’aventures, qui diminue ses prétentions à un statut universitaire. Par ailleurs, on peut s’interroger sur la représentativité d’exemples tirés de l’expérience de six équipes Jedburgh sur environ une centaine. En fin de compte, si le lecteur trouvera à s’informer, dans cet ouvrage, sur les opérations spéciales alliées menées par les Jedburgh, il n’apprendra pratiquement rien sur la Résistance française.

  • 33 Paula Schwartz, « Redefining Resistance: The Activism of Women in Wartime France », dans Margaret (...)
  • 34 Margaret L. Rossiter, Women in the Resistance, New York, Praeger, 1986.

30Peut-être en raison de la puissante tradition académique des « Women’s Studies » dans leur pays, trois historiennes américaines peuvent prétendre à figurer parmi les pionnières des études sur la contribution des femmes à la Résistance française. Paula Schwartz a écrit deux articles importants qui montrent notamment que la manière dont on a défini la résistance a occulté la participation des femmes, dans l’historiographie et dans la mémoire collective33. Bien que sa compréhension générale de la Résistance soit assez limitée en raison de ses sources essentiellement parisiennes, elle est un des premiers auteurs à mettre l’accent sur le rôle crucial que certaines femmes ont joué en tant que combattantes, transgressant ainsi les rôles féminins traditionnels. Margaret Rossiter et Margaret Weitz ont chacune produit une monographie substantielle qui offre un tour d’horizon général et bien mené des diverses tâches remplies par les femmes dans la Résistance. Édite en 1986, le livre de Rossiter, Women in the Resistance34, a représenté le premier essai d’analyse systématique de la variété des rôles assumés par les femmes dans la Résistance française. Son récit prend en considération la participation des femmes aux filières d’évasion, aux réseaux de renseignement, à la fabrication des faux papiers et aux groupes paramilitaires. Des entretiens avec plus d’une centaine d’anciennes résistantes et une correspondance échangée avec une centaine d’autres constituent la base documentaire d’une série de remarquables parcours individuels, qui justifient pleinement la thèse de l’auteur selon laquelle la participation des femmes à la Résistance n’a pas été appréciée à sa juste valeur. Son plus grand mérite tient dans son récit original et très bien informé des opérations menées par les filières d’évasion. Elle les a reconstituées en s’appuyant, en partie, sur une documentation précieuse et inédite concernant les réseaux d’évasion qu’elle a trouvée aux Archives nationales américaines, à Washington.

  • 35 Margaret Collins Weitz, Sisters in the Resistance. How Women Fought to Free France, 1944-1945, New (...)

31Plus récemment, en 1995, Margaret Weitz a publié Sisters in the Resistance : How Women Fought to Free France, 1944-194535, qui soutient également que la contribution des femmes à la Résistance a été sous-évaluée. Elle suggère que la part des femmes a été occultée parce que leurs tâches dans la clandestinité étaient généralement une extension des responsabilités féminines traditionnelles : cacher et nourrir les personnes recherchées par les Allemands ou Vichy ; faire du travail de secrétariat (taper à la machine les textes des journaux clandestins, chiffrer les messages) ; servir d’agent de liaison pour le courrier. Elle décrit leur participation aux sabotages et à la lutte armée comme exceptionnelle. Contrairement à Rossiter, et de façon plus convaincante, elle montre que la participation des femmes à la Résistance n’a eu que peu d’effet visible sur leur émancipation politique postérieure ou leurs droits en général dans la société française. Elle soutient qu’il a fallu attendre les événements de mai 1968 pour qu’apparaisse de façon plus évidente un tournant progressiste. L’apport le plus important, peut-être, du livre du professeur Weitz, largement fondé sur des témoignages oraux, a été de permettre à un nombre significatif de femmes françaises, dont certaines n’avaient jamais raconté leur histoire, de relater leur expérience résistante dans une publication. Les témoignages reproduits dans son ouvrage ajoutent une touche personnelle qui donne de l’attrait à son récit et retiendront l’intérêt du grand public comme des chercheurs travaillant sur la période. Néanmoins, ces derniers peuvent mettre en question certaines de ses interprétations à valeur générale sur le rôle particulier des femmes dans la Résistance. Weitz décrit, par exemple, les femmes comme plus souples et plus adaptables que les hommes à la vie clandestine et moins susceptibles de parler sous la torture. Le problème évident est de savoir si les quelque quatre-vingt entretiens que l’auteur a menés constituent une base de départ adéquate pour de telles généralisations.

Études régionales

32Une fois mentionnés ces travaux, on est bien en peine de trouver d’autres études sérieuses écrites en anglais, sous forme de livre, et qui soient consacrés aux mouvements de résistance français. Cependant, si l’on élargit un peu la recherche de façon à englober le « phénomène résistant » en France au sens large, il est d’autres domaines où les historiens anglo-saxons ont fourni une contribution estimable à l’étude de la Résistance française. C’est particulièrement vrai pour les monographies sur des régions françaises. On peut mentionner, en plus de mon propre livre, Choices in Vichy France, qui se concentre sur Clermont-Ferrand et l’Auvergne, l’américain Robert Zaretsky pour Nîmes et le Gard, le Canadien Lynne Taylor pour le Nord et le Pas-de-Calais, une universitaire australienne, Vesna Drapac, pour une étude fascinante des paroisses catholiques de Paris, et l’anglais Robert Gildea, pour la vallée de la Loire. Tous ont livré un éclairage sur la Résistance bien que leur vision englobe la vie quotidienne et les réactions au régime de Vichy et à l’occupation de la population française dans ces régions.

33Pour respecter l’accent mis dans ce colloque sur le rôle pionnier qu’a joué le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale dans l’étude de la Résistance, il vaut peut-être la peine de rappeler ceci : lorsque, dans les années 70, j’ai commencé à envisager d’écrire une histoire centrée sur une ville occupée – m’inspirant du livre remarquable de William S. Allen, The Nazi Seizure of Power, qui avait traité de la prise du pouvoir par les nazis à partir de l’exemple d’une ville allemande – c’est Henri Michel qui m’a suggéré de retenir Clermont-Ferrand plutôt que Toulouse à laquelle j’avais d’abord pensé.

34Au moment où je commençais mes recherches, en 1973, d’après l’information que me donnait Monsieur Michel les archives n’étaient pas bien classées à Toulouse alors qu’à Clermont-Ferrand, non seulement les fonds qui m’intéressaient étaient bien rangés, mais le directeur des archives, René Sève, était très désireux de voir un historien les utiliser. Ironie du destin, lorsque, suivant le conseil d’Henri Michel, j’ai écrit au correspondant local du CH2GM pour lui demander assistance, il m’a répondu que les documents permettant de traiter un tel sujet étaient très peu nombreux ! Sans me décourager, j’ai entrepris mes recherches avec le désir de découvrir comment un Français ou une Française ordinaires avaient pu faire face aux circonstances de la défaite, à l’avènement du régime de Vichy et à l’occupation allemande dans sa ville ou sa région. Ayant commencé mon étude avec l’intention d’explorer l’histoire de Clermont-Ferrand et de l’Auvergne, et projetant de traiter seulement de l’expérience vécue par les Clermontois et les Auvergnats, j’en suis venu à considérer que, par certains côtés, celle-ci ne pouvait pas avoir été si différente que cela de l’expérience vécue ailleurs par leurs compatriotes. J’ai donc eu l’espoir que les conclusions de mon livre pouvaient avoir des implications dépassant le cadre de l’Auvergne.

  • 36 John Sweets, Choices in Vichy France, Oxford, Oxford University Press, 1986, p. 224 (p. 224 de la (...)

35Parmi ces conclusions il y avait le fait que les Auvergnats s’étaient détournés du régime de Vichy bien plus tôt que ne l’avait suggéré le travail de Robert Paxton ; sur un plan plus directement relié au thème de la résistance, mes recherches suggéraient que la résistance avait été bien supérieure et le collaborationnisme bien inférieur à ce que prétendait le professeur Paxton. Si l’on devait opérer un choix entre les expressions « collaborateurs fonctionnels » et « résistants fonctionnels », ma conclusion était que la seconde était préférable – bien que le terme ne soit pas réellement satisfaisant pour décrire le comportement de la masse de la population. En tout état de cause, mes recherches suggéraient avant toute chose qu’on avait besoin d’une définition plus complexe et plus étendue de la Résistance. J’indiquais donc : « La notion de petits groupes de conspirateurs militants doit être resituée, ou intégrée, dans une perspective plus large qui prenne en compte l’existence, en 1943-1944, d’un climat dans lequel, d’un côté, la Résistance bénéficiait d’une vaste et massive complicité populaire, et où, d’un autre côté, on décourageait la collaboration, son opposé, et on donnait aux collaborateurs le sentiment d’être des exilés dans leur propre pays36. » En fin de compte, je concluais que, même si elle était difficile à énoncer, une définition de la résistance dépassant les mouvements organisés était nécessaire de façon à englober tout le « phénomène résistant » et à mettre en œuvre le concept général d’opposition active au régime de Vichy et aux Allemands. Comme l’attestent les exemples qui me restent à traiter, le problème d’une définition étendue de ce qui a constitué la résistance est un problème avec lequel les historiens sont toujours aux prises.

  • 37 Robert Zaretsky, Nimes at War, University Park, Pennsylvania State University, 1995.
  • 38 Ibid., p. 259.

36Dans son étude sur Nîmes at War37, Robert Zaretsky, a découvert un certain nombre de situations similaires à celles que j’avais décrites pour l’Auvergne. Il a remarqué, par exemple, un large soutien de la population gardoise à l’égard de la Résistance organisée. Tout en faisant remarquer que la France n’était pas la « nation de résistants » de Charles de Gaulle, Zaretsky concluait : « Cependant, d’après notre étude sur le Gard, il se pourrait qu’elle ait été une nation comprenant un bon nombre de sympathisants de la Résistance – une nation dont la plupart des citoyens ont rejeté, sur des fondations idéologiques ou morales, et plus tôt qu’on ne le croit généralement, le régime de Vichy38. »

  • 39 Ibid., p. 256.

37Cependant, comme le sous-entendait le sous-titre de son livre « Religion, politique et opinion publique dans le Gard 1938-1944 », la contribution sans doute la plus significative de son étude résidait dans sa description des niveaux différents de participation des protestants et des catholiques aux activités résistantes, en particulier en ce qui concerne leur réaction à la politique antisémite de Vichy et à la déportation des juifs français et étrangers en 1942. Zaretsky écrit que « les protestants ont été plus prompts, plus unis, et plus directs dans leur condamnation du comportement du régime », ajoutant : « Quand il a fallu choisir, le choix de beaucoup des protestants était déjà fait. La réponse des protestants locaux à la politique violente de Vichy avait déjà été expérimentée dans les années passées et par les générations précédentes39. »

  • 40 Vesna Drapac, War and Religion, Washington, The Catholic University Press of America, 1998.

38En 1998, Vesna Drapac, professeur à l’université d’Adélaïde, a publié une étude bien documentée et soigneusement argumentée sur le rôle joué pendant l’Occupation par les structures religieuses traditionnelles, en l’occurrence les paroisses catholiques à Paris, sur le comportement des Parisiens ordinaires. Dans son War and Religion40, elle démontre de façon convaincante que l’Église catholique sous l’occupation a souvent été décrite d’une façon beaucoup trop simpliste : on s’est focalisé sur le haut de la hiérarchie ecclésiale considéré comme des laquais au service de Vichy, à l’exception de quelques prélats combattant cette posture par des appels passionnés à la morale au nom de l’humanité, face à la déportation des juifs français et étrangers. Drapacs soutient que, de même que les études menées sur des régions particulières et différents groupes ont révélé une diversité de réponses et de choix face à l’occupation allemande, de façon similaire, l’Église catholique n’était pas monolithique mais était une entité au sein de laquelle des options variées étaient possibles.

  • 41 Ibid., p. 32-33.

39Plutôt que de devenir un relais propagandiste consentant de la politique de collaboration de Vichy, argumente Drapacs, et à coup sûr sans préconiser la résistance armée, « l’Église a offert aux catholiques français une alternative à la collaboration. La paroisse était un sanctuaire et un foyer, et le fut d’autant plus face à la présence intrusive des forces d’occupation. Cependant ce ne fut pas un moyen d’échapper à l’occupation, un simple déni de la réalité. Ce fut le moyen par lequel les catholiques se sont confrontés à cette réalité. Les œuvres de charité qui s’occupaient des conséquences sociales de la guerre et les innombrables groupes de laïcs qui se consacraient au bien-être de leur voisin, de leur quartier, de la nation, représentaient tous cette forme de citoyenneté catholique active qui tirait sa force d’une communauté paroissiale et la renforçait en retour41 ».

  • 42 Ibid., p. 287.
  • 43 Lynne Taylor, Between Resistance and Collaboration. Popular Protest in Northern France, 1940-45, N (...)
  • 44 Taylor, op. cit., p. 2.
  • 45 Ibid., p. 4.
  • 46 Ibid., p. 71.

40L’auteur décrit cette posture comme une « politique de la présence » qui tentait de maintenir le courant des valeurs morales élémentaires face à l’occupation nazie. Par exemple, en enseignant aux enfants parisiens le catéchisme dans leurs paroisses, les religieuses et les laïcs ont contribué à un combat idéologique contre le nazisme, combat qui était crucial d’un point de vue moral et pour empêcher la réussite de la pénétration des idées nazies. Les idées religieuses qui façonnent ou informent les comportements ne peuvent être disjointes de l’histoire de cette période, et l’auteur attire notre attention sur la manière dont ces croyances ont joué au niveau d’une paroisse parisienne. Elle conclut : « La vie catholique, définie par la paroisse et ses structures, ses traditions et sa plénitude, n’a pas conduit à la résistance spirituelle au nazisme, mais elle en a été un élément constitutif. Ce que l’Église enseignait dans les paroisses de Paris sous l’Occupation a compté42. » Deux des plus récents exemples de débat autour de la Résistance dans le cadre d’une étude locale ou régionale sont Between Resistance and Collaboration : Popular Protest in Northern France, 1940-1945, de Lynne Taylor et Marianne in Chains, de Robert Gildea43. Cherchant à dépasser la dichotomie classique entre résistance et collaboration et à décrire les comportements des Français sous l’occupation allemande, le professeur Taylor se concentre sur « cette partie du spectre des réactions qui se situe entre la résistance active et la collaboration active ; [son] sujet, ce sont donc les gens qui constituent la part de la population qui ne s’engage pas ouvertement en politique à l’époque44 ». Elle examine un certain nombre de formes d’actions collectives différentes, englobant les grèves, les émeutes alimentaires, le pillage et le marché noir, qui font partie d’« une panoplie incroyable d’actions collectives », lesquelles, soutient-elle, « ne peuvent pas être expliquées de façon satisfaisante comme de la résistance. On doit laisser la place à un récit qui rende compte d’autres types d’actions, aux motivations différentes, et à une explication plus complexe de la relation entre occupé et occupant45 ». Dans une brève description de la résistance organisée du Nord et du Pas-de-Calais, Taylor écrit : « L’histoire de la résistance est chargée de drame. En tout état de cause, nous ne devons pas oublier que ces “irréguliers” étaient très peu nombreux et que leur histoire, même si elle est importante, n’est qu’un élément du tableau46. »

  • 47 Ibid., p. 144.

41Bien que l’auteur défende le point de vue selon lequel n’importe quel acte d’opposition aux autorités en temps de guerre ne doit pas être classé comme un acte de résistance, il est possible qu’elle évacue trop rapidement les connexions entre la Résistance et certains épisodes relatifs aux grèves et aux émeutes alimentaires qu’elle décrit. Bien qu’elle reconnaisse, notamment, l’influence traditionnelle du parti communiste sur les communautés ouvrières de la région, elle paraît excessive dans son insistance à séparer rigoureusement les grèves et les émeutes alimentaires de la Résistance. « Il est possible que ces actions aient eu pour effet d’handicaper l’effort de guerre des Allemands, directement ou indirectement, mais ce n’était pas le seul motif, ou même le motif initial de beaucoup de ces actions47. » De ce point de vue, le travail de Taylor paraît revenir en arrière, vers l’image d’une Résistance française vue comme une minorité infime, et se démarquer ainsi de ce qui a été une tendance majeure de la recherche sur la Résistance française dans les années récentes, la plupart des auteurs mettant l’accent sur la relation de soutien intégral entre les « activistes » que sont les Résistants et une partie substantielle des populations locales.

  • 48 Gildea, op. cit., p. 403.
  • 49 Ibid., p. 411.

42Rejoignant par certains aspects l’interprétation de Lynne Taylor, Robert Gildea écrit que l’objectif principal de son étude sur la vallée de la Loire durant l’Occupation a été de « sortir des interprétations rigides fondées sur une vision de l’histoire opposant Résistance et Collaboration, tout en refusant également de réduire les Français à l’état de victimes passives de l’Occupation, souffrant du froid, de la faim et de la peur48 ». Cependant, la plupart de ses conclusions sur la complexité de la vie sous l’Occupation ont déjà été bien établies par d’autres auteurs. Il conclut que la Résistance – qu’il limite principalement aux maquis et aux FFI, en plus des communistes impliqués dans des attentats et animateurs de grèves à Nantes, Saint-Nazaire et dans d’autres centres industriels – a eu une dimension limitée parce que la région de la Loire « n’était pas un lieu adapté au séjour des maquisards au sens où le Massif central ou les Alpes le furent49 ».

43Dans l’ensemble, qu’il s’agisse de la résistance vue d’en haut, vue sous l’angle des mouvements de résistance intérieure, ou vue dans le cadre d’études régionales, j’aime à croire qu’on peut raisonnablement présenter cette conclusion : malgré leur nombre relativement faible, les chercheurs anglo-américains ont modestement apporté plusieurs contributions de valeur à la quête continuellement menée par les historiens pour donner sa place à la Résistance française dans le tableau général de l’histoire de la France.

Notes

1 New York Times, « FFI in North Show Varying Qualities », 27 August 1944, p. 23. Cité dans John F. Sweets, « L’image de la Résistance française aux États-Unis depuis 60 ans », Charles-Louis Foulon (éd.), André Malraux et le rayonnement culturel de la France, Bruxelles, Éditions Complexe, 2004.

2 Sarah Farmer, « The Communist Resistance in the Haute-Vienne », French Historical Studies, vol. 14, no 1 (printemps 1985), p. 89-116.

3 À noter que je ne dispose pas de données exactement comparables pour les publications des auteurs britanniques, canadiens et australiens mais je suis sûr que la même conclusion générale vaut pour ce qui est du petit nombre de spécialistes universitaires de la Résistance française. À noter aussi que, pour ne pas alourdir ma présentation, je n’y ai pas inclus les articles (à quelques exceptions près) ou les thèses.

4 Robert O. Paxton, Vichy France, New York, Alfred A. Knopf, 1972, p. 294-295; Gordon Wright, « Reflections on the French Resistance (1940-1944) », Political Science Quarterly, vol. 77, no 3 (sept. 1962), p. 337-38.

5 Serge Barcellini, « La Résistance française à travers le prisme de la carte CVR », in Laurent Douzou et alii, La Résistance et les Francais : Villes, centres et logiques de décision, Paris, IHTP, 1995, p. 151-81.

6 Les lettres de Brinton ont été publiées en deux livraisons de French Historical Studies, vol. 2, no 1 (printemps 1961), p. 1-27, et vol. 2, no 2 (automne 1961), p. 133-156. Les citations proviennent du vol. 2, no 1, p. 1, et du vol. 2, n. 2, p. 146, p. 137, et p. 147.

7 Je pense ici aux ouvrages comme celui de Sisley Huddleston, France, the tragic years, 1939-1947: An eyewitness account of war, occuption, and liberation, New York, Devin-Adair, 1955, et Milton Dank, The French Against the French, New York, Lippincott, 1974.

8 David Schoenbrun, Soldiers of the Night: the Story of the French Resistance, New York, New American Library, 1980.

9 Arthur Layton Funk, Charles de Gaulle, The Crucial Years, 1943-1944, Norman, University of Oklahoma Press, 1959.

10 Arthur Layton Funk, The Politics of Torch: The Allied Landings and the Algiers Putsch 1942, Lawrence, The University of Kansas Press, 1974.

11 Arthur Layton Funk, Hidden Ally: The French Resistance, Special Operations, and the Landings in Southern France, 1944, Westport, Connecticut, Greenwood, 1992.

12 Kim Munholland, Rock of Contention: Free French and Americans at War in New Caledonia, 1940-1945, New York, Berghahn Books, 2005.

13 Ibidem, p. 122.

14 Ibidem, p. 231.

15 Peter Novick, The Resistance versus Vichy: The Purge of Collaborators in Liberated France, New York, Columbia University Press, 1968.

16 Herbert R. Lottman, The Purge, New York, William Morrow and Company, Inc., 1986.

17 Martin Blumenson, The Vildé Affair: Beginnings of the French Resistance, Boston, Houghton Mifflin Company, 1977.

18 John F. Sweets, The Politics of Resistance in France, Dekalb, Northern Illinois University Press, 1976.

19 Ibidem, p. 177.

20 Alban Vistel, La Nuit sans Ombre, Paris, Fayard, 1970.

21 H.R. Kedward, Resistance in Vichy France, Oxford, Oxford University Press, 1978.

22 Ibid., p. 247 (p. 253 dans la traduction française : Naissance de la Résistance dans la France de Vichy, Champ Vallon, 1989).

23 H.R. Kedward, In Search of the Maquis, Oxford, Oxford University Press, 1993.

24 Ibid., p. 232 (p. 329 de la traduction française : À la recherche du maquis, Éditions du Cerf, 1999).

25 Ibid., p. 253 (p. 358 de la traduction française, op. cit.).

26 Ibid., p. 285 (p. 403 de la traduction française, op. cit.).

27 Ibid., p. 286 (p. 403 de la traduction française, op .cit.).

28 Ibid., p. 94 (p. 144 de la traduction française, op. cit.).

29 M.R.D. Foot, SOE in France, London, Her Majesty’s Stationery Office, 1966.

30 Ibid., p. 11.

31 Ibid., p. 396.

32 Will Irwin, The Jedburghs. The Secret History of the Allied Special Forces, France 1944, New York, Public Affairs, 2005.

33 Paula Schwartz, « Redefining Resistance: The Activism of Women in Wartime France », dans Margaret Randolph Higonnet et alii (éd.), Behind the Lines: Gender and the Two World Wars, New Haven, Yale University Press, 1987, p. 141-53; et Paula Schwartz, « Partisanes and Gender Politics in Vichy France », French Historical Studies, vol. 16, no 1, printemps 1989, p. 126-151.

34 Margaret L. Rossiter, Women in the Resistance, New York, Praeger, 1986.

35 Margaret Collins Weitz, Sisters in the Resistance. How Women Fought to Free France, 1944-1945, New York, Wiley, 1995.

36 John Sweets, Choices in Vichy France, Oxford, Oxford University Press, 1986, p. 224 (p. 224 de la traduction française, Clermont-Ferrand à l’heure allemande, Paris, Plon, 1996).

37 Robert Zaretsky, Nimes at War, University Park, Pennsylvania State University, 1995.

38 Ibid., p. 259.

39 Ibid., p. 256.

40 Vesna Drapac, War and Religion, Washington, The Catholic University Press of America, 1998.

41 Ibid., p. 32-33.

42 Ibid., p. 287.

43 Lynne Taylor, Between Resistance and Collaboration. Popular Protest in Northern France, 1940-45, New York, St. Martin’s Press, 2000; Robert Gildea, Marianne in Chains, New York, Picador, 2004.

44 Taylor, op. cit., p. 2.

45 Ibid., p. 4.

46 Ibid., p. 71.

47 Ibid., p. 144.

48 Gildea, op. cit., p. 403.

49 Ibid., p. 411.

Auteur

Professeur émérite à l’université du Kansas.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540