Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Troisième partie. L’élaboration de l’histoire de la Résistance dans les régions

L’historiographie de la Résistance en région toulousaine (ancienne région R4)

Michel Goubet

Texte intégral

1Au même titre que son histoire, l’historiographie de la Résistance en région toulousaine présente d’une part des caractéristiques qui se retrouvent ailleurs, d’autre part des aspects plus originaux et spécifiques.

La phase d’héroïsation et d’idéalisation

  • 1 En 1950 le livre de Cazard et Metges, Capitaine Philippe, Cahors, Imprimerie Couesnant rend égalem (...)

2Dès l’après-Libération on a le souci de rendre un hommage éclatant aux résistants morts, déclarés « héros de la Résistance », « héros de la Libération » ou « morts pour la France ». À Toulouse, ces qualificatifs accompagnent les noms de résistants disparus qui sont donnés à de nombreux lieux de circulation ou à des bâtiments publics. Le devoir de mémoire l’emporte sur l’intérêt historique. Une personne symbolise à elle seule tous les « héros » et tous les martyrs de la Résistance régionale : François Verdier. C’est un négociant de matériel agricole, d’origine ariégeoise mais qui fait ses études et travaille à Toulouse. C’est une personnalité consensuelle. De sensibilité socialiste, c’est aussi un dignitaire de la Franc-maçonnerie. Entré dans la Résistance en 1940-1941, il appartient au mouvement Libération mais il a des contacts de plus en plus étroits avec Combat. Il est nommé chef régional des MUR alors que ceux-ci connaissent une grave crise de direction. Il devient un des premiers artisans de l’unification de la Résistance régionale. Arrêté en décembre 1943 (sans doute sur trahison), il est torturé en vain, il ne parle pas. Son corps mutilé est retrouvé à la fin de janvier 1944 dans la forêt de Bouconne, près de Toulouse. Depuis 1945, chaque année, une cérémonie s’y déroule le dernier dimanche de janvier pour que l’oubli n’efface pas le souvenir1.

  • 2 Francesco Fausto Nitti, Chevaux 8, Hommes 70, Toulouse, Éditions Chantal, 1945.
  • 3 Raymond Escholier, Maquis de Gascogne, Genève, Éditions du Milieu du Monde, 1945.
  • 4 Amicale des anciens combattants du maquis de Saint-Lys, Saint-Lys, maquis toulousain, Toulouse, Ju (...)

3Parmi les premiers ouvrages écrits sur la Résistance, plusieurs d’entre eux décrivent l’héroïsme de ses acteurs ainsi que leurs souffrances : Francesco Fausto Nitti retrace à chaud l’odyssée du « train fantôme » qui devait le mener en déportation durant l’été 1944 mais dont il s’est évadé à temps2, Raymond Escholier célèbre l’épopée et les exploits des maquis de Gascogne3, alors que l’histoire dramatique des maquis de Saint-Lys (en Haute-Garonne) et de Meilhan (dans le Gers) est rapidement écrite avec l’appui et les souvenirs des survivants4.

4Au même moment la Résistance est idéalisée dans sa composition, dans ses objectifs comme dans ses actions. Jean Cassou, l’ancien commissaire de la République de la période clandestine, évoque ainsi « le bonheur » qu’il a connu :

  • 5 Jean Cassou, La mémoire courte, Paris, Éditions de Minuit, 1953.

« Comment ne pourrais-je pas appeler du nom de bonheur […] un temps où, en quelque lieu que ce fût, en prison ou dans la clandestinité, il était possible à l’homme d’estimer l’homme ? On ne connaissait autour de soi que des gens qui n’avaient rien à gagner que le pire. On n’avait à les soupçonner d’aucun calcul de derrière la tête. S’ils couraient des risques, c’est qu’ils l’avaient voulu, et l’on ne pouvait envisager en eux que cette volonté simple. Heureux donc, bien heureux le moment… où l’on a pu connaître une si admirable simplification des relations humaines et une aussi franche et lumineuse fraternité5. »

  • 6 De nombreuses déclarations, écrites ou orales, ont rendu hommage à Jean-Pierre Vernant, ancien che (...)

5Il est évident que cette phase d’héroïsation et d’idéalisation de la Résistance ne rend pas compte parfaitement de la complexité du phénomène. Elle est rapidement contestée et ses manifestations les plus simplistes ou outrancières s’estompent progressivement. Mais il en reste toujours des traces, ne serait-ce par le fait que des témoignages idéalisent toujours la portée des actions de leurs auteurs et ne prennent pas en compte les erreurs ou les bavures qui ont pu exister. Et si l’image du « héros résistant » n’est plus aussi sommairement évoquée, l’hommage qui est rendu à de grands résistants lors de leur disparition peut s’en rapprocher, l’exemple de Jean-Pierre Vernant en témoigne6.

La phase de dénigrement

6Cette phase paraît plus spécifique. Elle a commencé ici très tôt et elle a perduré jusqu‘ à nos jours, après avoir atteint son paroxysme lors de « l’affaire Bertaux » dans les années 1970-1980.

  • 7 Cité par Pierre Laborie dans Libération dans le Midi de la France, Toulouse, Eché, 1986.
  • 8 Michel Goubet, « Une “République rouge” à Toulouse à la Libération : mythe ou réalité ? », Revue d (...)
  • 9 Michel Goubet, « La Résistance toulousaine : structures, objectifs (printemps-été 1944) », Revue d (...)

7Durant la période clandestine, une partie de la Résistance de R4 est jugée trop autonome et trop progressiste par des éléments de la France Libre, ce qui explique que plusieurs demandes de parachutages d’armes n’aient pas été satisfaites. La Libération venue, le climat de méfiance qui existait jusque-là se transforme en climat d’hostilité et de craintes. Des envoyés du BCRA dénoncent l’existence de menaces « communisto-révolutionnaires » (sic). Dans un rapport daté du 11 septembre 1944, il est dit que « la région de Toulouse est actuellement le siège d’une expérience communiste dont le premier stade s’est déroulé avec une surprenante facilité. Voici quelques aspects de la situation dans cette région : essai de soviétisation de certaines entreprises […], occupation de journaux […], justice expéditive […]7 ». À cela s’ajoutent les rumeurs les plus folles concernant les désordres toulousains de la Libération : on parle des « pendus de la place du Capitole » ainsi que d’une « incarcération du préfet et du commissaire de la République par des bandes bolcheviques » ! Tout ceci est faux, mais les thèmes du « complot communiste » et du caractère « insurrectionnel » de la libération de Toulouse sont des éléments qui nourrissent l’image inquiétante d’une supposée « République rouge de Toulouse ». S’y ajoutent de prétendus excès dans l’épuration, voire des mesures jugées « révolutionnaires », prises par le « pouvoir résistant » toulousain dans les domaines social et militaire. Tout ceci doit être nuancé et relativisé8. Il y a bien eu des désordres à Toulouse et dans sa région, mais ils sont isolés et à replacer dans le contexte particulier de l’époque, ils ne doivent pas être grossis ni généralisés. C’est la présence d’éléments communistes ou communisants à des postes de direction, ainsi que les nombreuses déclarations pro-révolutionnaires de l’époque qui ont pu accréditer l’idée de « complot » communiste. Mais celui-ci en reste au stade de présupposés, il n’a pas de fondement réel : les communistes ne contrôlent pas tous les organes du « pouvoir résistant », ils ne sont pas globalement en position de force9, ils doivent tenir compte de la présence de groupements opposés, ils représentent en fait un organe de pression comme il y en a d’autres au même moment. Exagérer le danger communiste, imaginer un risque de mainmise du parti sur une Résistance locale attachée à des valeurs de liberté et de progrès, c’est créer un climat de suspicion sur celle-ci ; ignorer la diversité d’origines et d’influences qui la caractérise, c’est un moyen indirect de contester les positions d’un « pouvoir résistant » qui s’est rallié majoritairement au programme révolutionnaire du CNR, plus fortement sans doute que ne l’auraient souhaité les milieux gaullistes. Mais bien des craintes émises et bien des rumeurs qui ont couru concernant la Libération et l’immédiat après-Libération ne sont pas objectivement fondées.

  • 10 Robert Aron, Histoire de la libération de la France, tome 2, Paris, Fayard, 1959.
  • 11 Henri Amouroux, La grande histoire des Français sous l’Occupation. Les règlements de comptes, tome (...)
  • 12 Henri Frenay, La nuit finira. Mémoires de Résistance, Paris, Robert Laffont, 1973.
  • 13 Colonel Schneider, Le sens de leur combat, Dole, Librairie Jacques, 1974.
  • 14 Philippe Erlanger, La France sans étoile. Souvenir de l’avant-guerre et du temps de l’occupation, (...)

8Pourtant le dénigrement a persisté et le mythe de « Toulouse la Rouge », dans ses volets « désordres » et « complot communiste », n’a cessé d’être diffusé jusqu’à nos jours. Les causes en sont variées : parfois un manque d’informations sérieuses ; le plus souvent des positions anticommunistes marquées (notamment lors de la période de la guerre froide) ou, pour les gaullistes, la nécessité de décrire en région toulousaine une situation de profonds désordres afin de justifier la reprise en main et la remise en ordre qui vont suivre. Dans ses Mémoires de guerre, le général de Gaulle décrit d’ailleurs Toulouse comme « une ville passablement agitée » où « des chefs de factions armées constituent comme un soviet ». Mais d’autres auteurs vont plus loin. En 1959, Robert Aron parle de « pagaïe qui dure quinze jours à Toulouse […], des coups de feu [qui] partent dans les rues autour des derniers allemands […], des chefs de bande ou de maquis qui ont afflué vers la ville10 ». Il dénonce aussi les excès toulousains dans le domaine extrajudiciaire. Ce thème est repris par l’académicien Michel Droit le 1er septembre 1984 dans un article du Figaro Magazine, où il parle d’une « épuration prétexte à des règlements de comptes » en région toulousaine, ainsi que par Henri Amouroux en 1991 quand il y signale l’existence de « représailles désordonnées et parfois répugnantes11 ». D’anciens résistants comme Henri Frenay en 197312 ou le colonel Schneider en 197413 développent pour leur part la thèse du complot communiste. Mais c’est sans doute Philippe Erlanger qui va le plus loin dans l’excès et la vilenie quand il écrit que, à Toulouse, dans « les derniers jours d’août 1944 (…), la ville rose est devenue rouge, rouge sang, rouge révolution14 ».

9Malgré leurs outrances, tous ces jugements ne suscitent pas de vives réactions de la part du monde résistant. Toute autre est son attitude dans les années 1970 quand éclate « l’affaire Bertaux ». Le débat est ici interne : de nombreux résistants se considèrent diffamés, voire outragés, par les déclarations de l’un d’entre eux, et non des moindres. Pierre Bertaux est le commissaire de la République de la Libération et des mois qui suivent. Il remplace « au pied levé » Jean Cassou, grièvement blessé lors d’un accrochage avec une colonne ennemie, juste la veille de la Libération. Bien qu’ayant été un des premiers résistants de 1940-1941, arrêté en décembre 1941 puis libéré en 1943, il est peu connu des résistants de 1944 et il n’a pas été associé aux préparatifs de la Libération. Mais une fois désigné il représente le pouvoir central du général de Gaulle. À ce titre, c’est lui qui assure le rétablissement de l’ordre et le retour progressif à une normalisation de situation dans tous les domaines (politique, économique, social, judiciaire…). Ceci se fait au prix de nombreux affrontements avec les représentants locaux de la Résistance, en particulier les membres du Comité départemental de libération de la Haute-Garonne. Pour eux, Pierre Bertaux est l’homme de la reprise en main, celui qui « trahit » une partie des espoirs de la Libération : il cristallise de ce fait bien des rancœurs et bien des déceptions. Le temps va passer, mais les souvenirs ne seront pas effacés.

  • 15 Pierre Bertaux, Libération de Toulouse et de sa région, Paris, Hachette, 1973.
  • 16 Correspondance Pierre Bertaux – Charles Louis Foulon (1973-1975), Archives Nationales, 72AJ126 – C (...)

10Une première alerte a lieu en 1966-1967. Le 10 octobre 1966 la première chaîne de télévision diffuse une émission de Roger Stéphane et Roland Darbois, « La France blessée », dans laquelle Pierre Bertaux, sortant de sa réserve d’après-guerre, évoque ce qu’a été pour lui la Libération et l’après-Libération. Ses propos sont tellement tendancieux et exagérés que plusieurs anciens responsables de la Résistance, comme les chefs FFI Serge Ravanel et Jean-Pierre Vernant, et l’ancien maire de Toulouse, Raymond Badiou, interviennent le 19 février 1967 en décrivant dans le journal local La Dépêche du Midi « ce que fut réellement la libération de Toulouse ». Le débat est lancé. Il rebondit en 1973 quand Pierre Bertaux publie un livre intitulé Libération de Toulouse et de sa région15, qui appartient à la collection « La Libération de la France » dirigée par Henri Michel. Une des originalités de cette collection tient au fait qu’elle a recours à des auteurs différents, d’anciens résistants d’un côté, des historiens de l’autre. Le choix de Pierre Bertaux peut paraître judicieux : c’est à la fois un ancien résistant et un universitaire connu (en tant que germaniste, mais pas en tant qu’historien). En réalité Henri Michel sous-estime les risques de controverses à venir. D’autant que Pierre Bertaux ne cache pas ses intentions. Dans une lettre envoyée à Charles-Louis Foulon le 1er mai 1973, avant la publication du livre, il écrit : « Il n’y a pas – pas encore de polémique. Je l’ai évitée de mon mieux, sans l’esquiver le moins du monde. S’il le faut – et il est possible que l’occasion s’en présente cette année – je monterai ma Rossinante, m’assurerai sur mes étriers, baiserai mon écu, saisirai ma lance d’une main ferme, me recommandant à Dieu et à ma belle… et je piquerai des deux ! […]. » Et plus loin : « Je pense que mon livre qui écorne la légende de « Toulouse qui s’est libérée elle-même » soulèvera quelques récriminations. » Dans une autre lettre envoyée le 20 juillet 1973 au même destinataire, il précise : « Si, quand sortira mon livre, il s’engage une polémique, je suis armé. Cette polémique, je ne la chercherai pas. Mais si on me cherche, moi, on me trouve. Et documenté […]16. » Le fait est que l’ouvrage qui paraît est beaucoup plus un témoignage subjectif qu’un livre d’histoire. Il « écorne bien certaines légendes » ou exagérations, mais il est avant tout une justification de l’action menée après la Libération par Pierre Bertaux, commissaire de la République. Le tout est écrit avec un ton souvent moqueur et sarcastique vis-à-vis de ses anciens camarades et opposants résistants. La réaction ne se fait pas attendre. Le 9 avril 1974, La Dépêche du Midi publie des communiqués d’anciens membres du CDL qui accusent Pierre Bertaux d’avoir monté « une entreprise de dénigrement de la Résistance et de ses responsables » contenant des « lacunes, fausses interprétations, légèreté de la documentation, appréciations fausses et évidentes contre-vérités ».

  • 17 Paul Debauges et Pierre Bertaux, revue Résistance R4, Toulouse, no 6, décembre 1978 et no 8, juin (...)

11La controverse porte surtout sur des points apparemment mineurs, à savoir : qui est entré le premier à la préfecture au matin du 19 août 1944, jour du début de la Libération de Toulouse ? Ou encore : Pierre Bertaux a-t-il été nommé suppléant de Jean Cassou et comment est-il exactement devenu commissaire de la République ? Les versions de Jean Cassou et de Pierre Bertaux diffèrent. Les résistants locaux affirment avoir toujours ignoré que Pierre Bertaux était le suppléant de Jean Cassou, ce sont eux qui l’auraient nommé commissaire mais… à titre provisoire, dans l’urgence et la précipitation. « Un fait bien établi, sans contestation, que cela plaise ou pas, est que nous avons désigné Pierre Bertaux », écrit Paul Debauges, un ancien membre du CDL. Ce à quoi Pierre Bertaux répond « avoir été porté au poste de commissaire de la République (…) en vertu d’une décision du Gouvernement provisoire17 » et que c’est à ce titre qu’il s’est installé… le premier à la préfecture, ce que contestent plusieurs résistants locaux. C’est témoignage contre témoignage, parole contre parole. Chacun donne sa part de vérité : si Pierre Bertaux a bien été désigné suppléant de Jean Cassou, les résistants de 1944 ont pu l’ignorer, mais il n’en demeure pas moins vrai qu’eux-mêmes le « nomment » par défaut quand les circonstances l’exigent…

  • 18 Paul Debauges et Michel Goubet, Histoire de la Résistance en Haute-Garonne, Toulouse, Milan, 1986 (...)

12Un nouveau rebondissement a lieu en 1974. Le 26 mai, à l’initiative de l’ancien président du CDL de Haute-Garonne, Albert Carovis, plusieurs centaines de résistants se réunissent et décident de créer un « Comité des Résistants pour l’histoire de la libération de Toulouse et de sa région ». Son but est de « rassembler documents, témoignages écrits et verbaux permettant de retracer ce que fut la Résistance dans la région R4 et de veiller au respect de la vérité historique ». Des historiens, pour la plupart correspondants du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, sont contactés. Une revue originale, Résistance R4, est créée. Elle doit publier des articles et des témoignages préparant des historiques départementaux et un ouvrage final de synthèse. L’objectif est ambitieux. Il ne sera pas entièrement atteint. Un seul ouvrage est publié en 1986, il concerne l’histoire de la Résistance dans la seule Haute-Garonne ; plusieurs fois actualisé et réédité, il est devenu un ouvrage de référence18. Par contre, de nouveaux documents originaux et des témoignages multiples sont rassemblés. Quant à « l’affaire Bertaux » proprement dite, elle perd progressivement de son acuité. Les problèmes de fond concernant la Libération et l’après-Libération ne sont toujours pas abordés. On en reste toujours au stade des invectives. Le 21 août 1974, les résistants cherchent à empêcher la diffusion d’un film télévisé de Jacques Ertaud sur la libération de Toulouse qui fait la part trop belle au témoignage de Pierre Bertaux ; ils n’obtiennent qu’un changement de titre, d’ailleurs plus proche de la vérité : « Souvenirs d’un commissaire de la République ». Le 8 octobre 1978, lors d’une assemblée générale de son Comité, Albert Carovis traite Pierre Bertaux de « résistant d’occasion, auquel il avait suffi de quelques mois de légèreté et d’inconscience pour se faire arrêter à une époque où il ne se passait pas grand-chose ». Et en 1985, lors d’un colloque qui réunit des historiens et des acteurs de la Libération à l’Université de Toulouse le Mirail, les deux hommes s’affrontent verbalement, violemment. Mais l’année suivante Pierre Bertaux disparaît et, peu après, Albert Carovis connaît des ennuis de santé qui l’obligent à se mettre en retrait. En perdant ses deux principaux animateurs et protagonistes, « l’affaire Bertaux » s’éteint d’elle-même. Née de la volonté d’un ancien résistant de remettre en cause de prétendues « idées reçues », elle a été perçue par d’autres résistants comme une forme de dénigrement de la Résistance régionale. Même si plusieurs anciens dirigeants, comme Jean-Pierre Vernant ou Serge Ravanel, ont su garder des positions modérées, elle n’en a pas moins profondément marqué la mémoire résistante, plus que l’Histoire elle-même, et ce pendant plus d’une dizaine d’années.

Les témoignages et les souvenirs

  • 19 Pierre Dumas, Saint-Jean Terroriste, Bordeaux, Delmas, 1945.
  • 20 Daniel Devilliers, L’étendard évadé. Épopée du 2e Dragons, Nancy, Berger-Levrault, 1957 ; Martin R (...)

13Dans les premières années d’après-guerre beaucoup de résistants n’éprouvent pas le besoin de raconter « leur résistance ». Les uns n’en voient pas l’intérêt, les autres sont déçus par le fait qu’une partie de leurs aspirations n’a pas été prise en compte : plusieurs d’entre eux se replient sur eux-mêmes et se murent dans le silence. Tout au plus certains acceptent-ils de répondre aux questionnaires des représentants du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. Il y a toutefois des exceptions. Le journaliste démocrate-chrétien Pierre Dumas en est une : ancien dirigeant des MUR, il raconte dès 1945 son vécu et il met en relief la personnalité et le rôle de François Verdier19. Dans le Gers, en 1957, Daniel Devilliers fait de même en racontant l’histoire du 2e Dragons stationné à Auch et passé à la Résistance, tandis que Martin Rendier, ancien membre de réseau, rapporte ses souvenirs dès 194920. Mais ces auteurs sont peu nombreux, et il faut attendre les années 1970-1980 pour voir la mémoire résistante se réveiller. Les retombées de « l’affaire Bertaux » l’expliquent en partie, le « devoir de mémoire » et le souci de témoigner avant qu’il ne soit trop tard peuvent également jouer.

  • 21 Jean Cassou, « La Résistance en Languedoc », Miroir de l’Histoire, no 150, juin 1962, et Une vie p (...)
  • 22 Serge Ravanel, L’esprit de résistance, Paris, Le Seuil, 1995.
  • 23 Charles dAragon, La résistance sans héroïsme, Paris, Le Seuil, 1977.
  • 24 Robert Noireau (colonel Georges), Le temps des partisans, Paris, Flammarion, 1978.

14Ce sont d’abord d’anciens responsables de la Résistance qui évoquent leur itinéraire, retracent leurs actions, décrivent le contexte qu’ils ont connu : l’ancien commissaire de la République Jean Cassou21, l’ancien chef régional FFI Serge Ravanel22, l’ancien chef de Combat dans le Tarn Charles d’Aragon23, l’ancien chef des FTP du Lot Robert Noireau (« colonel Georges »)24, et évidemment… Pierre Bertaux lui-même sont représentatifs de cette production.

  • 25 Claude Lévy, Les parias de la Résistance, Paris, Calmann-Lévy, 1970 ; Gérard de Verbizier, Ni trav (...)
  • 26 Rémy, Morhange. Les chasseurs de traîtres, Paris, Flammarion, 1975.
  • 27 Général M. Céroni, Le Corps Franc Pommiès, 2 tomes, Amicale du CFP-49e RI, 1980-1984.
  • 28 R. Picard et J. Chaussade, Ombres et espérances en Quercy 1940-1945, Toulouse, Privat, 1980.
  • 29 Henri Docquiert, Églantine et vert-de-gris, Paris, chez l’auteur, 1970.
  • 30 Marcel Thourel, Itinéraire d’un cadre communiste 1935-1950, Toulouse, Privat, 1980 ; René Andrieu,(...)

15Ce sont également les Amicales d’anciens membres de tel ou tel groupement, comme le Bataillon de guérilla de l’Armagnac – 158e RI (en 1997), le Corps franc Pommiès ou le réseau Brutus-Boyer, qui évoquent les activités de leur organisation. Des historiques sont publiés sous la forme de récit structuré ou de regroupement de témoignages et de jugements : c’est le cas pour la 35e brigade MOI Marcel Langer avec les ouvrages de Claude Lévy puis de Gérard de Verbizier25, pour le réseau Morhange avec celui de Rémy26, pour le Corps Franc Pommiès avec les livres du général Céroni27, pour les groupes AS-Veny du Lot avec celui de R. Picard et J. Chaussade28, pour le parti socialiste clandestin avec celui d’Henri Docquiert29, pour le parti communiste avec celui de Marcel Thourel ou celui de René Andrieu30 D’autres exemples pourraient être encore cités.

  • 31 René Figarol, Pour ne pas oublier 1941-1944, compte d’auteur, 1994 ; Louis Taudou, Libérer Toulous (...)
  • 32 Gerhard Leo, Un train pour Toulouse, Messidor, 1989.
  • 33 Gabriel Nahas, La filière du rail, France Empire, 1982.
  • 34 René de Naurois, Aumônier de la France Libre, Paris, Perrin, 2004.
  • 35 Docteur Créhange, La Gestapo aux fesses, Éd. Rabelais, 1974.
  • 36 Clara Malraux, Et pourtant j’étais libre, Paris, Grasset, 1979.

16Il y a aussi des témoignages d’anciens « résistants de l’ombre » qui parlent avec sincérité, simplicité et sans prétention de leur engagement personnel – à l’exemple de René Figarol, un ancien membre de Libérer et Fédérer et de Louis Taudou, un ancien FTP31. Il y a enfin les souvenirs de ceux qui éclairent et illustrent des situations particulières : Gerhard Leo rapporte les formes d’actions originales du mouvement Allemagne Libre32 ; Gabriel Nahas décrit le fonctionnement d’un réseau d’évasions33, René de Naurois explique l’engagement d’un ecclésiastique devenu aumônier de la France Libre34, le docteur Créhange analyse avec humour les difficultés de la vie quotidienne à Toulouse35, Clara Malraux rend compte de celles d’une réfugiée résistante36. Chaque témoignage doit être analysé avec prudence. Il est évidemment subjectif : il ne donne au mieux qu’une vérité partielle, celle de son auteur. Il peut y avoir des lacunes, des erreurs (de date, de situation, d’interprétation…), des exagérations. Mais il présente souvent un intérêt à ne pas négliger.

  • 37 Marc Lévy, Les enfants de la liberté, Paris, Laffont, 2007.

17Un dernier type de publication apparaît, souvent de seconde main : c’est celui de descendants de résistants. Le devoir de mémoire est ici primordial. Le cas le plus original est celui de Marc Lévy, un romancier à succès, fils de Raymond Lévy et neveu de Claude Lévy, deux anciens membres de la 35e brigade MOI Marcel Langer. En 2007 il publie Les enfants de la liberté37, un roman qui raconte l’histoire des combattants de la brigade. C’est une nouvelle forme d’idéalisation de la Résistance. « Magistrale leçon de courage et d’amour », écrit le journal La Dépêche du Midi. Le livre se lit facilement. Il reste en tête des meilleures ventes pendant plusieurs semaines et il dépasse les 500 000 exemplaires vendus. Malgré quelques erreurs et lacunes, en utilisant la liberté de ton et l’imagination du romancier, en s’émancipant de la rigueur et de la problématique de l’historien, cet ouvrage fait connaître une situation difficile et des actions téméraires qui, sans cela, auraient été probablement ignorées de la plupart de ses lecteurs. Mais l’histoire n’y retrouve qu’imparfaitement son compte.

Le lent cheminement de la démarche historique

  • 38 Robert Fareng, La libération de l’Ariège 1940-1944, DES, 1947 ; La Résistance en Ariège, thèse, Un (...)

18Dans l’attente de pouvoir disposer de témoignages probants et de sources fiables, les historiens ont du mal à imposer leur démarche rigoureuse, problématique et critique. En dehors d’un mémoire précurseur sur l’Ariège devenu une thèse en 198238, la recherche universitaire a longtemps négligé le sujet « hors normes » de la Résistance : en 1972, la création d’un Conseil scientifique, rattaché à un Centre d’études et de recherches voulu par la municipalité toulousaine et chargé de rechercher, conserver et reproduire des documents sur la Résistance, s’est heurtée à des réticences universitaires, dues tout à la fois à un refus d’utiliser des témoignages oraux, à des conflits de personnes et à des craintes de récupération politique

19Dans ce contexte le rôle des correspondants du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale n’est pas à négliger. Choisis par Henri Michel, ils regroupent à la fois d’anciens résistants et de jeunes enseignants désireux d’entreprendre un travail sur la Résistance. L’osmose est réalisée, plusieurs réunions de travail y contribuent. Le premier souci est de recueillir des témoignages écrits ou oraux, de retrouver et de préserver les documents d’époque (tracts, journaux, circulaires, correspondance etc.). Viennent ensuite l’élaboration de fiches (sur la chronologie, les organisations, les actions, les passages, les relations extérieures, la Libération et l’après-Libération) ainsi que la participation aux enquêtes du Comité (en particulier celle sur l’épuration). C’est un travail long, dont l’intérêt est parfois discuté et dont les effets ne se font sentir que progressivement. L’exemple de Daniel Latapie en Haute-Garonne est représentatif. Instituteur puis professeur des écoles, c’est un ancien membre de l’AS et des Services spéciaux. Il consacre toute sa vie à utiliser ses relations pour rassembler des documents, recueillir des témoignages écrits ou oraux, récupérer des archives privées, tout en consultant les archives publiques et en inventoriant les dossiers de CVR et les archives FFI. Il constitue ainsi un ensemble de recueils thématiques, source de documentation fondamentale pour l’histoire de la Résistance départementale et régionale.

  • 39 La revue publie 12 numéros trimestriels entre septembre 1977 et juin 1980. Les auteurs sont soit d (...)
  • 40 Émilienne Eychenne, Montagnes de la peur et de l’espérance, Toulouse, Privat, 1980 ; Pyrénées de l (...)
  • 41 Voir, par exemple, la communication de Jean-Pierre Amalric et Michel Goubet, « Les Espagnols et la (...)
  • 42 Monique-Lise Cohen et Jean-Louis Dufour (dir.), Les Juifs dans la Résistance, Paris, Tirésias, 200 (...)

20C’est à partir des années 1970 que l’apport des historiens devient plus visible. Les correspondants du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale sont désormais à même d’exploiter leur importante documentation. Des cartes de la Résistance et de la Souffrance sont confectionnées à l’échelon départemental. La Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale accueille dans son numéro 85 de janvier 1972 un article de Pierre Laborie sur « Partis politiques et Résistance dans le Lot ». Le no 131 est ensuite consacré, en octobre 1983, au « Midi toulousain : occupation et Libération » : y sont abordés des sujets aussi différents que la répression à la Libération, les Comités de libération d’entreprise de la région toulousaine ou l’image de la Résistance. De son côté la revue Résistance R4, au même titre que d’autres revues régionales ou locales, publie également des articles sur des groupements ou des actions de la Résistance39. En 1978, avec son ouvrage Résistants, vichyssois et autres (aux éditions du CNRS) qui fait de nombreuses références au département du Lot, Pierre Laborie ouvre la voie aux publications historiques à rayonnement national. Émilienne Eychenne, à la fois historienne et pyrénéiste confirmée, publie plusieurs livres sur les passages à travers les Pyrénées40. La tenue de colloques historiques amplifie encore le mouvement : plusieurs communications régionales sont publiées dans les actes qui en font le compte rendu41. En 1986 l’ouvrage Libération dans le Midi de la France (Eché, Toulouse) analyse le colloque qui s’est tenu l’année précédente à l’Université de Toulouse le Mirail ; en 1995 les éditions Privat publient Mémoire et Histoire : la Résistance, qui reprend, en les enrichissant, les actes d’un colloque qui s’est tenu en décembre 1993 ; une même démarche accompagne en 2001 l’ouvrage Les Juifs dans la Résistance42. Tout ceci est la preuve qu’un nouvel état d’esprit, plus ouvert et plus soucieux de vérité historique, est apparu. Dans les années 1980-1990 un Centre de recherche et de représentation audiovisuelle de l’Histoire (CERRAVHIS), dirigé par Jean-Louis Dufour et installé à Blagnac, réalise des films d’entretiens avec des résistants. Signe des temps : en 1992, pour la première fois, la revue historique régionale Les Annales du Midi publie un numéro double sur « Les années Quarante dans le Midi » (tome 104, juillet-décembre 1992), où la Résistance est évoquée.

  • 43 Jean-Louis Cuvelliez, Histoire du mouvement Combat en Haute-Garonne juillet 1940-janvier 1944, maî (...)
  • 44 Paul Arrighi, Silvio Trentin : un Européen en Résistance (1919-1943), Portet-sur-Garonne, Loubatiè (...)

21Ceci correspond à un réveil de la recherche universitaire. Encore au début des années 1980 tout ce qui touche l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale a du mal à s’imposer à l’Université de Toulouse le Mirail. Une unité de valeur de licence lui est consacrée, mais elle est vite supprimée au profit d’une unité de valeur (UV) sur… l’Occitanie. À la recherche d’explications, son responsable reçoit cette réponse : « L’histoire de la deuxième guerre mondiale, c’est une mode, cela passera. Mais comme nous sommes à Toulouse, capitale de l’Occitanie, l’UV sur l’Occitanie ne peut pas être supprimée ! » Toutefois les esprits finissent par évoluer. Des enseignants n’hésitent plus à diriger des travaux de recherche sur la Résistance et son environnement. Dans les années 1980-1990 des maîtrises sont soutenues sur des sujets aussi divers que l’histoire des maquis, des partis et des organisations de la Résistance régionale, la répression et l’épuration à la Libération, la sociologie des résistants ou les femmes dans la Résistance. L’analyse pionnière du « fonds Barlangue », l’ancien chef de Combat en Haute-Garonne, permet même de renouveler les connaissances sur ce mouvement43. Bien que la qualité des soutenances d’étudiants soit inégale, l’importance de leurs travaux ne peut être sous-estimée. En 2005 une thèse de doctorat est d’ailleurs soutenue sur Silvio Trentin. Un européen en résistance 1919-1943 : réfugié à Toulouse, ses idées ont influencé le mouvement Libérer et Fédérer44.

Quel bilan peut-on dresser ?

  • 45 Jean-Pierre Vernant, « La mémoire et les historiens », dans Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie ( (...)
  • 46 François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, coll. Bouquins, Paris, Laffont, (...)

22L’historiographie de la Résistance en région toulousaine n’est pas neutre. Elle est passée par des phases d’idéalisation et de dénigrement. Elle a suscité bien des passions et bien des conflits. Dans une lettre adressée le 23 janvier 1977 à Albert Carovis, Serge Ravanel se plaint que « les historiens traditionnels (…) soient complètement paralysés à l’idée d’avoir à prendre une responsabilité quelconque. À mon avis, il faut se faire à l’idée qu’ils attendent notre mort à tous pour être assurés de… ne plus travailler que sur documents. Au moins auront-ils la certitude de ne pas être critiqués ». Ce à quoi un autre résistant, Jean-Pierre Vernant répond : le but de l’historien « n’est pas d’écrire l’Histoire pour que ceux qui ont vécu les événements s’y retrouvent. On écrit l’Histoire pour arriver, d’une part, à retrouver les faits tels qu’ils ont eu lieu et deuxièmement pour comprendre quelle a été la règle du jeu, comment les choses se sont mises en place. Pour comprendre un système du passé, restituer les faits. L’historien est un homme en quête de vérité, et son objectif est la vérité de la période qu’il retrace45 ». Ceci prend du temps, mais cette démarche historique s’impose petit à petit. Les sources disponibles sont de plus en plus nombreuses. Les passions sont retombées. Certes, des légendes et des contre-vérités perdurent : elles répondent à une quête du sensationnel et de prétendues révélations, exagérées ou non prouvées. On peut regretter à cet égard que le travail de l’historien soit insuffisamment connu et mis en valeur pour les combattre. Lui seul permet de connaître, sans parti pris et avec honnêteté, la réalité de la Résistance régionale. Celle-ci est représentative d’une France du refus et de l’espoir. Plusieurs de ses aspects ont besoin d’être encore éclaircis ou approfondis. Il manque aussi une synthèse régionale fouillée pouvant compléter celle que le Dictionnaire historique de la Résistance a publiée récemment46. Il faut espérer que, dans l’étude de l’histoire des années de guerre 1939-1945 en France, la tendance qui privilégie des sujets autres que la Résistance ne pénalise pas trop celle-ci car, en région toulousaine au moins, l’histoire de cette Résistance a besoin d’être enrichie. Son importance, sa complexité et son originalité le justifient, son historiographie ne peut qu’en tirer profit.

Notes

1 En 1950 le livre de Cazard et Metges, Capitaine Philippe, Cahors, Imprimerie Couesnant rend également hommage à un autre martyr de la Résistance régionale, Jacques Chapou « capitaine Philippe », l’ancien chef départemental des MUR dans le Lot. Œuvre hagiographique, il laisse en suspens beaucoup de questions.

2 Francesco Fausto Nitti, Chevaux 8, Hommes 70, Toulouse, Éditions Chantal, 1945.

3 Raymond Escholier, Maquis de Gascogne, Genève, Éditions du Milieu du Monde, 1945.

4 Amicale des anciens combattants du maquis de Saint-Lys, Saint-Lys, maquis toulousain, Toulouse, Julia maître imprimeur, 1945 ; Chevigne F., pseudo Mme Bécanne, La tragédie de Meilhan, Toulouse, Imprimerie moderne, 1947. D’autres groupements ou maquis (comme le Corps Franc de la Montagne Noire, le maquis de Vabre dans le Tarn ou le maquis de Nistos dans les Hautes-Pyrénées) ont également leur propre historique.

5 Jean Cassou, La mémoire courte, Paris, Éditions de Minuit, 1953.

6 De nombreuses déclarations, écrites ou orales, ont rendu hommage à Jean-Pierre Vernant, ancien chef départemental et régional FFI et ancien professeur au Collège de France, immédiatement après sa disparition le 9 janvier 2007. Une plaque a été inaugurée en son honneur au lycée de Toulouse où il a enseigné. Des établissements scolaires toulousains doivent porter son nom.

7 Cité par Pierre Laborie dans Libération dans le Midi de la France, Toulouse, Eché, 1986.

8 Michel Goubet, « Une “République rouge” à Toulouse à la Libération : mythe ou réalité ? », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 131, juillet 1983.

9 Michel Goubet, « La Résistance toulousaine : structures, objectifs (printemps-été 1944) », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, no 99, juillet 1975.

10 Robert Aron, Histoire de la libération de la France, tome 2, Paris, Fayard, 1959.

11 Henri Amouroux, La grande histoire des Français sous l’Occupation. Les règlements de comptes, tome 9, Paris, Robert Laffont, 1991.

12 Henri Frenay, La nuit finira. Mémoires de Résistance, Paris, Robert Laffont, 1973.

13 Colonel Schneider, Le sens de leur combat, Dole, Librairie Jacques, 1974.

14 Philippe Erlanger, La France sans étoile. Souvenir de l’avant-guerre et du temps de l’occupation, Paris, Plon, 1974.

15 Pierre Bertaux, Libération de Toulouse et de sa région, Paris, Hachette, 1973.

16 Correspondance Pierre Bertaux – Charles Louis Foulon (1973-1975), Archives Nationales, 72AJ126 – CII 6.

17 Paul Debauges et Pierre Bertaux, revue Résistance R4, Toulouse, no 6, décembre 1978 et no 8, juin 1979.

18 Paul Debauges et Michel Goubet, Histoire de la Résistance en Haute-Garonne, Toulouse, Milan, 1986 (puis réédition 1992) ; Michel Goubet, La Résistance et les années noires à Toulouse et en Haute-Garonne 1940-1944, Toulouse, CRDP Midi-Pyrénées, 2004.

19 Pierre Dumas, Saint-Jean Terroriste, Bordeaux, Delmas, 1945.

20 Daniel Devilliers, L’étendard évadé. Épopée du 2e Dragons, Nancy, Berger-Levrault, 1957 ; Martin Rendier, Quatre ans dans l’ombre, Condom, 1949.

21 Jean Cassou, « La Résistance en Languedoc », Miroir de l’Histoire, no 150, juin 1962, et Une vie pour la liberté, Paris, Robert Laffont, 1981.

22 Serge Ravanel, L’esprit de résistance, Paris, Le Seuil, 1995.

23 Charles dAragon, La résistance sans héroïsme, Paris, Le Seuil, 1977.

24 Robert Noireau (colonel Georges), Le temps des partisans, Paris, Flammarion, 1978.

25 Claude Lévy, Les parias de la Résistance, Paris, Calmann-Lévy, 1970 ; Gérard de Verbizier, Ni travail, ni famille, ni patrie. Journal d’une brigade FTP-MOI à Toulouse 1942-1944, Paris, Calmann Lévy, 1994.

26 Rémy, Morhange. Les chasseurs de traîtres, Paris, Flammarion, 1975.

27 Général M. Céroni, Le Corps Franc Pommiès, 2 tomes, Amicale du CFP-49e RI, 1980-1984.

28 R. Picard et J. Chaussade, Ombres et espérances en Quercy 1940-1945, Toulouse, Privat, 1980.

29 Henri Docquiert, Églantine et vert-de-gris, Paris, chez l’auteur, 1970.

30 Marcel Thourel, Itinéraire d’un cadre communiste 1935-1950, Toulouse, Privat, 1980 ; René Andrieu, Du bonheur et rien d’autre, Paris, Stock, 1976.

31 René Figarol, Pour ne pas oublier 1941-1944, compte d’auteur, 1994 ; Louis Taudou, Libérer Toulouse. Vivre libre, Canet d’Aude, compte d’auteur, 2000.

32 Gerhard Leo, Un train pour Toulouse, Messidor, 1989.

33 Gabriel Nahas, La filière du rail, France Empire, 1982.

34 René de Naurois, Aumônier de la France Libre, Paris, Perrin, 2004.

35 Docteur Créhange, La Gestapo aux fesses, Éd. Rabelais, 1974.

36 Clara Malraux, Et pourtant j’étais libre, Paris, Grasset, 1979.

37 Marc Lévy, Les enfants de la liberté, Paris, Laffont, 2007.

38 Robert Fareng, La libération de l’Ariège 1940-1944, DES, 1947 ; La Résistance en Ariège, thèse, Université Toulouse le Mirail, 1982.

39 La revue publie 12 numéros trimestriels entre septembre 1977 et juin 1980. Les auteurs sont soit d’anciens résistants, soit des universitaires (Rolande Trempé, Pierre Laborie), soit des correspondants du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale : Claude Delpla et André Laurens (Ariège), Guy Labedan et Pierre Péré (Gers), Robert Fabre (Tarn), Michel Goubet (Haute-Garonne)…

40 Émilienne Eychenne, Montagnes de la peur et de l’espérance, Toulouse, Privat, 1980 ; Pyrénées de la liberté. Les évasions par l’Espagne 1939-1945, Toulouse, Privat, 1998.

41 Voir, par exemple, la communication de Jean-Pierre Amalric et Michel Goubet, « Les Espagnols et la Résistance dans la région toulousaine » dans Italiens et Espagnols en France 1936-1946, Paris, L’Harmattan, 1994.

42 Monique-Lise Cohen et Jean-Louis Dufour (dir.), Les Juifs dans la Résistance, Paris, Tirésias, 2001.

43 Jean-Louis Cuvelliez, Histoire du mouvement Combat en Haute-Garonne juillet 1940-janvier 1944, maîtrise, Toulouse, 1987.

44 Paul Arrighi, Silvio Trentin : un Européen en Résistance (1919-1943), Portet-sur-Garonne, Loubatières, 2007.

45 Jean-Pierre Vernant, « La mémoire et les historiens », dans Jean-Marie Guillon et Pierre Laborie (dir.) Mémoire et Histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, 1995.

46 François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, coll. Bouquins, Paris, Laffont, 2006. Un premier ouvrage de synthèse paraît en 2005 : José Cubero, La Résistance à Toulouse et dans la région R4, Éditions Sud-Ouest.

Auteur

Ancien correspondant du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, professeur honoraire en classes préparatoires.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540