Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Troisième partie. L’élaboration de l’histoire de la Résistance dans les régions

Alban Vistel et l’écriture de l’histoire de la Résistance

Cécile Vast

Texte intégral

  • 1 Fabrice Arfi, « Vistel, victime de la mémoire sélective », 20 minutes, 3 septembre 2004.

1En septembre 2004, lors des célébrations du soixantième anniversaire de la libération de Lyon, un entrefilet du quotidien 20 minutes revenait sur l’évocation circonspecte de la figure d’Alban Vistel. Il serait « passé entre les gouttes de la mémoire. Son rôle dans la libération de Lyon fut pourtant considérable. Historique, même. Comme un méchant paradoxe, son nom n’inspire plus aujourd’hui que le respect des exégètes1 ». Ce sentiment d’un souvenir vite estompé, que n’entretiendrait plus qu’un petit cercle d’initiés, reflète assez bien ce qu’on pourrait nommer un certain déficit de notoriété. Très souvent mentionné par ses contemporains, régulièrement cité par les historiens de la Résistance, Alban Vistel est paradoxalement resté peu étudié. À la différence des ouvrages de Jean Cassou, Charles d’Aragon, Henri Frenay, Jacques Lusseyran ou d’autres encore, Héritage spirituel de la Résistance (1955) et La nuit sans ombre (1970) n’ont pas fait l’objet de réédition. Leur auteur disparaît presque dans l’anonymat en 1994.

  • 2 « La Résistance a été une première conquête de la vertu d’intransigeance, d’autres lui sont promis (...)
  • 3 Article essentiel sur lequel nous reviendrons, il est publié en octobre 1952 dans la revue Esprit,(...)

2Alban Vistel fut pourtant l’initiateur en 1940 d’un groupe clandestin dans la région Rhône-Alpes (« La reconquête »), responsable de « Libération-Sud » à Vienne en 1941-1942, membre du directoire régional des Mouvements unis de résistance en 1943, avant d’en devenir le chef régional début 1944 puis chef régional FFI de la région de Lyon (R1) à l’été 1944. Avec le commissaire de la République Yves Farge, il fut l’un des principaux acteurs de la libération de Lyon début septembre 1944. Il faudra s’interroger sur les raisons d’une discrétion qui puise autant dans la modestie de son caractère que dans les espoirs déçus de l’immédiat après-Libération. Ajoutons qu’elle tient aussi au choix d’une vie lyonnaise retirée des réseaux parisiens et à une fidélité sans faille à une certaine idée de la Résistance. Cette dernière, ouvertement ambitieuse, se nourrit d’un parcours riche et diversifié qui tisse inlassablement un lien étroit entre action et responsabilité. Attaché à ce qu’il désigne souvent comme la « vertu d’intransigeance2 » Alban Vistel ne sépare pas cette action d’une forte exigence morale. Pour lui, l’expérience de la Résistance – dont il a connu de 1940 à 1944 chaque étape et chaque transformation – est vécue et construite à la fois sur le mode de l’engagement et sur celui de la pensée. Il ne dissocie pas l’engagement dans l’action de la pensée sur l’action. Acteur et organisateur de premier plan, il en est aussi une sorte de moraliste. Très tôt dans la clandestinité puis après guerre, Vistel ne cesse de développer et d’approfondir une écriture de la Résistance singulière. Ses textes clandestins – correspondance, circulaires et directives, articles et éditoriaux de La Marseillaise – comme ses essais de l’après guerre – « Fondements spirituels de la Résistance3 », Héritage spirituel de la Résistance et La nuit sans ombre – cherchent, avec lyrisme ou par l’appropriation réflexive, à donner sens à cette expérience.

  • 4 Collection des Presses universitaires de France dirigée par Henri Michel, également secrétaire gén (...)
  • 5 Diminutif de Lugdunum-Lyon, la maison d’édition Lug éditait essentiellement des bandes dessinées.

3Sans doute parce qu’elle fait appel à des notions éloignées des critères politiques, militaires ou institutionnels habituellement utilisés pour appréhender la Résistance, l’œuvre d’Alban Vistel, bien que reconnue par ses pairs (acteurs et historiens-résistants), est restée en retrait des historiographies. L’anecdote est révélatrice ; alors qu’il était membre du Comité de patronage de la collection « Esprit de la Résistance4 », il a publié son premier essai en 1955 à compte d’auteur dans sa propre maison d’édition, Lug5. Aussi, en se gardant de tout esprit justicier, et sans entrer dans le détail de la vie et de l’action résistante d’Alban Vistel, le propos qui suit voudrait tenter de retrouver une part de sa réflexion sur la Résistance. Dans un premier temps, il s’agira de retracer quelques-uns de ses engagements en insistant sur les moments qui structurent sa vision de la Résistance. Il faudra aussi éclairer dans leurs contextes respectifs les divers registres d’une écriture consubstantielle au phénomène, conçue originellement comme action, comme témoignage, comme « Verbe », et dont le statut ne cesse d’évoluer. L’écriture finit par fixer les grandes lignes d’une pensée originale, dont la modernité et les apports conceptuels demeurent opératoires.

Parcours et écritures

4Trois temps forts ont progressivement façonné cette pensée de la Résistance : la période de la clandestinité ; l’immédiat après-Libération et ses désillusions – en particulier celle provoquée par l’échec de la fusion lyonnaise du Front National (FN) et du Mouvement de libération nationale (MLN) ; enfin à partir des années 1950, les interrogations sur l’actualité et l’héritage de la Résistance accompagnent un processus d’historicisation. Chaque moment possède sa propre écriture – lyrisme inspiré par l’action, réflexion conceptuelle de l’essai, reconstitution historique –, et Vistel adopte successivement une posture de résistant, de moraliste et d’historien.

La clandestinité

  • 6 La nuit sans ombre, Fayard, 1970.
  • 7 Voir le « récit de vie » (10 août 1969, Lyon) publié par H. R. Kedward dans Naissance de la Résist (...)
  • 8 En juin 1932, dans un contexte de crise économique et sociale, un coup d’État met en place dans ce (...)

5En 1940 Vistel a trente-cinq ans. Il est ingénieur dans une usine de tannerie à Pont-Évêque, près de Vienne dans l’Isère. Sans vouloir construire a posteriori une cohérence linéaire à ses différents engagements, une certaine continuité relie la période des années 1930 à son parcours résistant. Attaché aux valeurs du christianisme, sensible aux idées socialistes, il participe aux bouleversements politiques tout en poursuivant une activité intellectuelle marquée par le personnalisme naissant. « La certitude s’enracinait que le personnalisme ne pouvait être que résistant et la Résistance, personnaliste6 », écrira-t-il quelques années plus tard. Correspondant de la revue Esprit en Amérique latine, il vit cinq ans au Pérou et au Chili7, où on le retrouve partisan de l’éphémère « République socialiste du Chili8 ». De retour en France il fait un temps l’expérience du chômage, devient directeur d’usine à Chevreuse, dans la banlieue parisienne, adhère au Front populaire, s’inscrit à la CGT et publie un ouvrage consacré à l’Amérique latine, Regards sur le monde indo-latin. De ces années formatrices, soulignons d’ores et déjà l’imbrication étroite entre son action politique et une vision du monde à laquelle le personnalisme n’est pas étranger.

  • 9 « Elle m’est apparue comme une guerre juste » confie-t-il à H. R Kedward en 1969, op. cit.
  • 10 La nuit sans ombre, op. cit., p. 33.
  • 11 « Le Mouvement est fortement hiérarchisé. Cinq membres sont pourvus d’un chef. Les six membres for (...)
  • 12 Marc Bloch sera arrêté quelques semaines plus tard en mars 1944.
  • 13 Albert Chambonnet sera exécuté par les Allemands place Bellecour à Lyon en juillet 1944.

6À la déclaration de guerre Vistel, bien que de santé fragile, refuse d’être réformé et commande un fort dans les Alpes au-dessus de Grenoble. Après la défaite il justifie dans un de ses tout premiers tracts clandestins sa vision d’une « guerre juste9 » : « La guerre ? Pourquoi ? Justification de l’entrée en guerre. Pour la France, une juste guerre10 ». Il hésite un temps sur les intentions du maréchal Pétain puis bascule très vite dans la clandestinité. En octobre 1940 il crée à Vienne un petit mouvement, « La Reconquête », qu’il organise un peu comme le mouvement de Libération nationale de Frenay, en « noyaux », « cohortes » et « légions11 ». Par l’entremise d’Emmanuel Mounier, Vistel prend contact avec André Philip fin 1941 ; ce dernier lui suggère de fondre son groupe dans le mouvement « Libération-Sud », dont il devient le responsable à Vienne. Arrêté en décembre 1942, jugé, il est incarcéré jusqu’en septembre 1943 à la prison Saint-Paul de Lyon. Un groupe franc de « Libération-Sud » le fait s’évader grâce à une fausse levée d’écrou. Il gravit alors tous les échelons de la direction du mouvement puis des Mouvements unis de résistance (MUR). Responsable de Libération-Sud pour le Rhône entre septembre et novembre 1943 il est désigné comme adjoint d’Alfred Malleret, le chef régional MUR de R1. En janvier 1944 il remplace ce dernier à la direction régionale jusqu’à la Libération. Atteint d’une pneumonie, c’est Marc Bloch, alors représentant de Franc-Tireur au directoire régional de R1, qui assure son intérim quelques jours en février 194412. Le 16 juillet 1944 Alban Vistel est nommé chef régional FFI en remplacement d’Albert Chambonnet qui vient d’être arrêté13. Cas unique, il cumule alors les responsabilités civiles et militaires.

7Son cheminement dans la Résistance est jalonné d’expériences diverses qui lui apportent une vision d’ensemble et finissent par structurer une réflexion originale sur la singularité du phénomène. La précocité et la longévité de son parcours, les longs mois passés en prison, les charges innombrables de l’été 1944, les incertitudes et les fragilités de l’après 6 juin, les combats et les drames de la Libération (Ain, Vercors, Lyon) inspirent une écriture de la Résistance pensée comme action et indissociable de son engagement. Dans son article publié en 1952, « Fondements spirituels de la Résistance », puis dans La nuit sans ombre, Alban Vistel revient sur la place essentielle qu’il accorde au « Verbe » :

  • 14 « Fondements spirituels de la Résistance », Esprit, 1952, p. 489. « À l’origine, le langage » est (...)

« Et même, dans les commencements, il n’y eut pas d’autres [armes] que la parole, le Verbe. Qu’il fût chuchoté ou écrit, du seul Verbe allait naître l’acte14. »

  • 15 La nuit sans ombre, op. cit., p. 43.
  • 16 Archives nationales, An 3 AG 2 BCRA, Liasse 378, dossier « Libération Sud ». Lettre de A. P. Viste (...)
  • 17 La Marseillaise, 14 juillet 1944.

8De fait, dès l’automne 1940 il cherche à s’approprier la Résistance à travers de nombreux écrits, aux fonctions et au style parfois différents. Parmi ces textes, mentionnons les premiers tracts, quasi confidentiels, du temps de « La Reconquête », une lettre de prison adressée en janvier 1943 à Yvon Morandat, les directives, circulaires et rapports de la direction régionale, les éditoriaux du journal clandestin La Marseillaise rédigés à partir de mai 1944. Le lyrisme imprègne cette écriture résistante et invente ainsi un langage spécifique. « Chaque temps exige un langage, celui-ci pouvait être entendu15 », analyse Vistel en 1970. Cette langue donne sens à l’expérience, elle en exprime à la fois le témoignage – « Nous croyons, du fond de nos catacombes, avoir acquis le droit de témoigner et notre témoignage est celui de tout notre peuple » écrit-il à Yvon Morandat en janvier 194316 – et le légendaire – « La Résistance va franchir le cap merveilleux où l’Histoire se transfigure en légende et la légende en symbole17 ».

Le « reflux » ou le temps des désillusions

  • 18 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 91.
  • 19 Pierre Laborie, « Opinion et représentations : la Libération et la construction de l’image de la R (...)

9Pour dire l’amertume et les désillusions des années de l’après-Libération Vistel évoque l’idée d’un « reflux18 ». Son désenchantement n’est pas isolé. Dans la décennie qui suit la fin de la guerre d’autres acteurs, revenus à la vie ordinaire, écrivent pour regretter le « processus de dégradation » de l’image de la Résistance décrit par Pierre Laborie19. Les facteurs sont multiples, état de grâce très bref, entrechoc du rêve et du réel à l’automne 1944, dégradation du climat moral, épuration, querelles politiciennes, dénigrement de la Résistance par les milieux de la droite vichyste. Les circonstances exacerbent souvent les sentiments. L’échec de l’expérience unitaire du MLN lyonnais au printemps 1945 en est une illustration.

  • 20 Voir Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance. Défense de la France (1940-1949), Seui (...)

10Président du CDL du Rhône à la Libération, responsable de la section lyonnaise du Mouvement de libération nationale, Vistel souhaite prolonger l’idéal unitaire forgé dans la clandestinité. Partisan de l’unité avec le Front national, il provoque une dissidence avec la tendance majoritaire du MLN national qui rejette l’idée d’une fusion. Deux motions s’opposent en effet au congrès national du mouvement réuni à Paris du 23 au 28 janvier 1945. La première, défendue par Pierre Hervé est favorable à la fusion et recueille 119 voix, la seconde, portée par André Malraux, l’emporte avec 250 voix20.

  • 21 « Charte d’unité FN-MLN dans le département du Rhône », avril 1945, Archives du Centre d’histoire (...)

11Passant outre cette décision le Comité exécutif régional du MLN de Lyon choisit au contraire l’union avec le FN et rédige une « Charte d’unité MLN-FN21 ». Adoptée en avril 1945 elle s’appuie sur le programme du CNR, se réclame de l’esprit d’union hérité de la clandestinité et prévoit la formation d’un Mouvement uni de la renaissance française (MURF). Un meeting commun au Front national et au MLN régional, organisé à Lyon le 7 avril 1945, entérine l’accord. Sur fond de campagne électorale (élections municipales puis élections législatives à l’Assemblée constituante), une crise éclate alors au printemps 1945 entre la tendance majoritaire du MLN et le projet de fusion FN-MLN de la région lyonnaise, soutenu par la tendance minoritaire. La question de la « discipline de la région lyonnaise » est inscrite à l’ordre du jour de trois réunions successives du comité directeur (12 avril, 17 mai et 7 juin). Le 12 avril un projet de motion qui prévoit ni plus ni moins l’exclusion de Vistel est soumis au vote :

  • 22 Procès verbal du Comité directeur plénier du MLN, 12 avril 1945, Fonds Jacques Baumel, Fondation C (...)

« Le CD plénier du MLN […] constate les manquements à ces engagements et à cette discipline qui se sont produits dans la région lyonnaise […] décide […] l’exclusion des citoyens Alban et Platane22. »

  • 23 Procès-verbal du Comité directeur du MLN, Paris, 17 mai 1945, Fonds Jacques Baumel, Fondation Char (...)
  • 24 Alban Vistel cite André Malraux dans ses éditoriaux de La Marseillaise.

12Il est finalement rejeté. Une motion d’exclusion est à nouveau présentée par Jacques Baumel au cours de la réunion du 17 mai 1945. Elle est retirée au profit de celle proposée par André Philip. Adressant un « blâme et un dernier avertissement aux camarades Alban et à son groupe23 » elle est adoptée par 22 voix pour, 16 contre (dont celle d’André Malraux24) et 5 abstentions. La décision ne freine nullement l’élan unitaire lyonnais. Le congrès départemental du MLN réuni à Lyon deux jours après approuve définitivement, à l’issue d’un vote – 52 voix pour, 31 contre –, la charte d’unité FN-MLN. L’ambiance est particulièrement électrique. Jacques Baumel, envoyé comme représentant et observateur par le MLN national, prend la parole pour défendre la ligne majoritaire. Le secrétaire de séance en rend compte dans des termes qui donnent une idée assez précise de la violence des échanges :

  • 25 Congrès départemental du MLN, Lyon, le 19 mai 1945, archives du Centre d’histoire de la résistance (...)

« Alors, le secrétaire général Baumel, avec un sourire satisfait et déplacé, donne lecture d’une décision du Comité directeur adressant un blâme au comité exécutif régional […] ordonne aux adversaires de l’unité de quitter la salle. Il prend ainsi seul la grave responsabilité de la scission […]25. »

13Le 26 mai 1945, Alban Vistel adresse une lettre aux adhérents régionaux du MLN. Usant d’une rhétorique antifasciste, il y dénonce « l’anticommunisme périmé et dangereux » du MLN national, s’inquiète aussi du devenir et de l’usage politique de la Résistance :

  • 26 Lettre adressée aux adhérents du MLN, Alban Vistel, 26 mai 1945, archives du Centre d’histoire de (...)

« Très vite, les éléments issus vraiment de la Résistance et, quoiqu’appartenant à toutes les classes sociales, résolument anti-capitalistes, sont noyés sous le flot des éléments petits-bourgeois et réactionnaires, voire même néo-fascistes, qui cherchent et qui chercheront dans l’avenir à se parer du prestige de la Résistance pour recommencer une aventure PSF ou similaire26. »

  • 27 Procès-verbal du CD du MLN, Paris, 7 juin 1945, Fonds Jacques Baumel, Fondation Charles de Gaulle.
  • 28 Parmi lesquelles Claudius-Petit, Avinin, Baumel, Frenay, Juvénal, Ferrat, Lévy, Philip.
  • 29 Copeau, Hervé, Degliame-Fouché, Malleret, d’Astier, Valrimont.
  • 30 Sur cet épisode voir Fernand Rude, Libération de Lyon et de sa région, Hachette, 1974, p. 248-253.

14Épilogue de cette crise, la réunion le 7 juin du comité directeur du MLN consomme la rupture. Jacques Baumel, après avoir fait le récit du dernier congrès départemental du Rhône, propose une nouvelle motion d’exclusion. Elle considère « que malgré des avertissements réitérés le groupe Alban a organisé dans le Rhône la fusion fractionnelle MLN-FN » et « que le groupe Alban, par ces agissements, s’est mis lui-même en dehors du MLN27 ». Alban Vistel est exclu du MLN par 23 voix pour28, 9 contre29 et les abstentions de Claude Bourdet, Yvon Morandat et Albert Bayet30.

  • 31 « Les dirigeants du MLN “majoritaires” qui s’étaient refusés à l’union de la Résistance lors du Co (...)

15Au delà des querelles de personnes, de postures ou de vocabulaire – « fusion fractionnelle » versus « anti-communisme périmé et dangereux » – cette crise révèle de profondes divergences sur le devenir de la Résistance. Deux conceptions se déchirent ; l’une, plus « réaliste », méfiante à l’égard du parti communiste, veut inscrire la Résistance dans le jeu politique ; l’autre, plus « idéaliste », voudrait dépasser ce cadre étroit et maintenir l’unité de la Résistance. S’il interprète en partie son exclusion comme l’expression de l’anticommunisme de certains membres du MLN31, Alban Vistel accuse surtout l’abandon de l’unité issue de la Résistance :

  • 32 Lettre d’Alban Vistel aux adhérents départementaux du MLN, Lyon, juin 1945, archives du Centre d’h (...)

« C’est la voie facile, écrit-il en juin 1945 aux militants du MLN lyonnais, mais l’avenir dira si ce n’est pas le commencement d’une trahison de l’idéal de la Résistance. […] Ce serait perdre ainsi tout l’acquis moral de la Résistance et s’engager dans une aventure dont seuls profiteront les puissances d’argent et le fascisme32. »

  • 33 Sur cet idéal unitaire voir en particulier l’analyse de Jean-Marie Guillon, « La Libération du Var (...)

16Conçu avec des partenaires rompus de longue date aux calculs politiques parfois intéressés, le projet unitaire de Vistel a pu pêcher par naïveté. Gardons-nous cependant de juger a posteriori une expérience politique vouée à l’échec. Sa détermination à mener à bien la fusion du MLN avec le Front national ne peut pas se comprendre sans tenir compte de la volonté de faire vivre l’idéal unitaire de la Résistance33. Néanmoins, le sentiment d’une trahison, d’une Résistance dévoyée, est bien là et cette crise du printemps 1945 met en lumière les difficultés à concilier prolongement politique et survivance morale.

17À cette première désillusion s’ajoutent, dans la décennie qui suit, les tentatives de dénigrement de la Résistance par l’extrême-droite et la droite vichyste qui exploitent les ressentiments de l’épuration. En septembre 1949, dans un article publié par Le Progrès de Lyon, Alban Vistel dénonce ce climat de suspicion généralisée, par ailleurs exacerbé par le contexte de la Guerre froide.

  • 34 Le Progrès, « Anniversaire de la Libération de Lyon », 5 septembre 1949.

« Voici qu’on voudrait toucher à l’héritage douloureux dont nous sommes responsables, voici qu’on prodigue le mensonge, qu’on imprime la calomnie et que, parfois, on persécute ceux qui jouèrent leurs biens, leurs familles, leurs vies dans un “volontariat” qui perpétue l’honneur d’une nation. Eh bien ! Réunis ce jour, nous affirmons que nous ne toucherons pas à cet héritage parce qu’il est pour nous l’essentiel et que, au-delà de la fraternité encore récente du drame, s’affirme la conscience que nous ne nous sommes pas trompés. Quels que soient les remous de la politique mondiale, quelles que soient les amertumes, les dégradations que les hommes et le temps infligent à l’œuvre de la Résistance de 1939 à 1944. Il n’y avait pas d’autre chemin possible. Alors que les traîtres, les lâches d’hier ne viennent pas prendre prétexte des échecs ou des menaces qui obscurcissent encore la vie pour s’ériger en juges, et (ils en caressent l’espérance), en accusateurs ! Que ceux qui furent égarés, puis victimes de condamnations injustes aient leurs procès révisés, c’est notre souhait. Nous sommes au-dessus de la haine et de la vengeance, mais nous disons qu’un coup d’éponge général constituerait une injustice qui ne manquerait pas d’engendrer le désordre.
[…] Nous n’avons pas couvert et ne couvrirons jamais des actes crapuleux commis sous le nom de la Résistance par une fausse Résistance, mais ceci, mes camarades, nous rendra d’autant plus résolus à couvrir et à défendre nos subordonnés et nos soldats qui accomplissent leur devoir34. »

18Comme au temps de la clandestinité l’écriture vient sublimer l’expérience. Elle est une réponse au discrédit, aux usages politiciens et au détournement de l’héritage de la Résistance.

  • 35 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit, p. 62.

« Tout ce qui après la Libération, analyse Vistel en 1955, continua d’utiliser le nom de Résistance n’avait qu’une parenté fort lointaine avec ce qu’elle fut vraiment. L’opinion qui la juge d’après le spectacle de cette utilisation commet la même erreur et la même injustice que si elle jugeait la Révolution française d’après le Directoire, la Troisième République d’après la panique de 4035. »

  • 36 L’article d’Esprit possède un style plus simple et plus épuré que celui du livre publié en 1955. D (...)
  • 37 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 62.
  • 38 La mémoire courte, Éditions de Minuit, 1953.
  • 39 Lettre aux directeurs de la Résistance, Éditions de Minuit, 1952.
  • 40 Camus à Combat. Éditoriaux et articles d’Albert Camus. 1944-1947, Gallimard, 2002 et Actuelles. Ch (...)
  • 41 La Paix des cimes. Chroniques. 1948-1955, Bertillat, 1999.
  • 42 Jean-Marie Guillon a suggéré cette comparaison Alban Vistel/Henri Michel au cours des débats du co (...)

19De 1945 à 1955, à travers deux textes majeurs – article « Fondements spirituels de la Résistance » paru dans Esprit en 1952, enrichi et republié en 1955 dans Héritage spirituel de la Résistance36 Alban Vistel cherche à se réapproprier une Résistance dénigrée, à en retrouver le sens premier, la « réalité profonde37 ». Sa démarche ressemble à celle de Jean Cassou38, Jean Paulhan39, Albert Camus40, ou François Mauriac41 qui publient alors des écrits analogues. Dans l’esprit, elle rejoint aussi l’entreprise historienne du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale portée par Henri Michel42.

La Résistance : passé et présent

  • 43 « Il faut tout faire pour aider Mendès. Il donne un magnifique exemple de courage et il faudrait c (...)
  • 44 Ibid., 1958.
  • 45 Rencontre « La Résistance a-t-elle encore un rôle à jouer ? », 17-23 juillet 1955, organisée par D (...)

20L’engagement politique de Vistel ne s’arrête pas avec la fin de la guerre ; proche du député socialiste Daniel Mayer, membre d’un groupe de pensée mendésiste43, fidèle au général de Gaulle – en dépit de doutes sur son entourage – il souhaite mener le « combat du Gaullisme de Gauche44 ». On retrouve au cœur d’une réflexion toujours aussi étroitement liée à son action politique la question de l’héritage de la Résistance. Deux approches se mêlent en effet : l’une s’interroge sur le rôle de la Résistance dans les problèmes du présent, en particulier celui de la décolonisation – quel message l’expérience de la Résistance peut-elle leur apporter ? Quel éclairage et quelles solutions ? – ; la seconde aboutit dans les deux décennies suivantes à une conceptualisation progressive, originale et cohérente de l’événement. Tantôt sous la forme de l’essai d’un moraliste, tantôt par la reconstitution historique, elle commence en 1952 avec un article donné à la revue Esprit et s’achève en 1970 par la publication d’une histoire des Mouvements unis dans le Sud-Est, La nuit sans ombre. Bien qu’ils soient publiés en marge du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, les écrits d’Alban Vistel ne restent pas totalement isolés d’une historiographie alors dominante. Ainsi, de concert avec Henri Michel et Daniel Mayer, piliers du CH2GM, il organise en juillet 1955 au Centre culturel international de Cerisy-la-Salle une rencontre sur « La Résistance a-t-elle encore un rôle à jouer45 ? » Prenant acte de l’échec politique de la Résistance, la problématique conçue par Daniel Mayer propose de discuter de l’actualité de la Résistance dans le contexte des guerres coloniales et d’une IVe République affaiblie.

  • 46 Daniel Mayer, texte préparatoire aux rencontres, Fonds du CCIC.

« La Résistance a-t-elle encore un rôle à jouer ? Plus exactement l’esprit qui animait tous les Français résistants, sans distinction de partis politiques ou de convictions religieuses, a-t-il survécu ? Peut-il aider au regroupement de ceux qui désireraient voir renouveler nos institutions, nos mœurs politiques, transformer notre régime économique et social ? Pour résoudre ces questions encore faut-il préciser ce qu’a été la Résistance, sur le triple plan militaire, politique, administratif. C’est à ces multiples interrogations que devront répondre, sans orgueil les résistants, et sans regret ni sans remords ceux qui ne le furent pas46. »

21À partir de ce débat sur le rôle et l’héritage, le questionnement finit par porter sur les critères utilisés pour comprendre un phénomène désormais historiquement daté. L’objectif vise à établir un bilan ainsi qu’une définition de la Résistance. De ces échanges entre Daniel Mayer, Henri Michel et Alban Vistel émergent des lectures croisées du phénomène, dont les interrogations et les apories sont toujours présentes. Quelques pistes de travail se dégagent qu’accompagne une réflexion sur leur validité et leurs limites. Ainsi il y est question de ne pas enfermer la Résistance dans une vision strictement militaire :

  • 47 Daniel Mayer, conférence du 18 juillet 1955, Introduction au colloque. Fonds du CCIC.

« Quelle est la part de la Résistance dans la libération du pays », se demande Daniel Mayer, « quelle a été la pensée politique de la Résistance ? Alban Vistel écrit que la Résistance ne voulait pas seulement la libération du pays, mais voulait être la libération de l’homme47. »

22De même, le seul critère de l’efficacité militaire ne suffit pas à rendre compte de sa dimension morale. Un dialogue s’engage sur ce problème. Alban Vistel et Henri Michel partagent la même conception de l’événement, de son appréhension, de sa singularité et de sa survivance :

  • 48 Alban Vistel, conférence du 18 juillet 1955, ibidem.

Alban Vistel. — « Efficacité militaire : à l’origine, il n’y a pas eu d’abord une armée ; l’armée est un aboutissement. Avant l’armée, il y a la propagande. […] Si la Résistance n’avait pas été là, l’Amérique aurait bombardé la France jusqu’à néant ; la France aurait eu plus de destructions. Ceci ne s’est pas produit ; il y eut en effet fort peu de destructions, et là s’affirme l’efficacité militaire de la Résistance. Je pense que la R. a un rôle à jouer dans la mesure où les hommes qui y participèrent demeurent fidèles à ce qui les a animés et tentent de demeurer à la hauteur de ce qu’ils furent. […] La Résistance a encore un rôle à jouer dans la mesure où ses hommes resteront à la hauteur où ils furent jadis. Elle a un rôle à jouer en surmontant la pure anecdote historique48. »

  • 49 Henri Michel, ibidem.

Henri Michel. — « Le problème à étudier se poserait dans ces termes : il y a eu une résistance militaire, mais la résistance a été autre chose : une politique ; elle a pensé à ce que devrait être la France. En quoi a consisté cette pensée de la Résistance ? […] La véritable transformation apportée par la Résistance […] c’est celle apportée par les hommes qui ont participé à la Résistance, transformation difficile à comprendre, créé encore par dessus les groupes, les partis, une grande complicité entre ceux qui l’ont éprouvé ensemble, si bien que peut-être, cette transformation est plus mystique que politique. Ce sont des principes sur lesquels une action nécessaire ultérieure pourrait s’engager. Il convient de dégager ce qui a été l’esprit de la résistance. Il faut dégager ce qu’il paraît impossible de recommencer dans une situation nouvelle. Il est impensable d’imaginer que le même rassemblement d’hommes sera obligatoirement le même devant des tâches nouvelles ; il n’en reste pas moins qu’il y avait des principes qui ont conditionné le choix des résistants, et s’il n’y a pas une politique de la résistance à mesurer, à connaître, il y a un état d’esprit qui peut être celui d’un rassemblement dont les membres et les activités peuvent varier49. »

23Ainsi, de la clandestinité à l’après-guerre, le parcours politique et l’écriture mêlés ont peu à peu modelé une idée de la Résistance et conceptualisé le phénomène. L’historicisation de l’événement proposée par Alban Vistel tente à la fois de dire ce qui relève de l’expérience humaine, de définir la singularité et les valeurs qui la portent.

Une idée de la Résistance : les apports conceptuels

24De l’Occupation jusqu’à ses derniers textes, quelques grandes idées s’imposent et structurent la pensée de Vistel sur la Résistance. Elles apportent à la connaissance des clés de lecture encore largement opératoires, et on retrouve des traces de sa réflexion et des concepts avancés dans des travaux historiques plus récents. Henri Michel l’avait remarqué à propos de la thèse de Pierre Laborie, Résistants, Vichyssois et autres parue en 1980 :

  • 50 Henri Michel, « Une étude d’opinion », compte rendu de : Pierre Laborie, Résistants, Vichyssois et (...)

« Pierre Laborie ne cache pas que sa réflexion le conduit à la louange de la Résistance : “Elle affirme la prééminence de l’intelligence dans un désert de médiocrité… elle a permis à des citoyens humiliés de retrouver la dignité perdue”, Alban Vistel n’aurait pas dit mieux50. »

25Avec constance, trois grandes questions parcourent sur le long terme ses principaux écrits, « Fondements spirituels de la Résistance », Héritage spirituel de la Résistance et La nuit sans ombre. La Résistance a d’abord permis une réappropriation de valeurs dénaturées voire niées par l’occupant et par Vichy, en leur redonnant sens et contenu. Sa singularité nécessite, pour la comprendre, d’inventer des critères et des concepts nouveaux. Enfin, sous-jacent, se pose le problème de l’héritage. Phénomène historiquement daté, la Résistance peut-elle survivre à un contexte autre que celui dans lequel elle s’est construite ?

La Résistance a retrouvé et réinventé des manières d’être, des vertus et des valeurs

  • 51 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 140.
  • 52 « Fondements spirituels de la Résistance », op. cit., p. 490.

26L’attention portée au langage et aux catégories propres à la Résistance constitue sans doute l’un des fondements de la pensée conceptuelle de Vistel. Dès 1952, conscient de l’éloignement progressif et de l’étrangeté d’un événement pourtant objectivement proche, Alban Vistel tente de reconstituer les idées et les mots alors inventés ou réinventés. Selon lui l’expérience de la Résistance a réactivé des valeurs endormies par l’habitude, ou qui pouvaient sembler désuètes et dépassées. Elle a aussi reconquis quelques principes détournés de leur signification première par le régime de Vichy et par l’Allemagne nazie. Il rappelle à propos des termes honneur et patrie : « Là [dans la Résistance] les mots furent décapés de l’usure, de l’oxydation des jours où ces valeurs n’évoquent rien d’autre que de belles formules de langage et d’écriture51. » Au-delà des mots, il insiste également sur l’authenticité ou la pureté des valeurs redécouvertes dans la clandestinité : « Il s’ensuivit la découverte progressive de valeurs vraiment authentiques, une transformation, un renouvellement de tout l’être et, dans le pire dépouillement, un exhaussement vers la pureté52. » Parmi celles-ci l’intransigeance, le patriotisme, la volonté et la lucidité, la solitude et la fraternité, le futur incarné, modèlent peu à peu une manière d’être spécifique.

27Objet d’un éditorial de La Marseillaise de juillet 1944, la « vertu d’intransigeance » caractérise plus spécifiquement et de manière constante les engagements de Vistel et l’idée qu’il se fait de la Résistance. L’expression dit à la fois le rejet du renoncement et de l’abandon, le refus du compromis et du calcul politique, l’intégrité, l’exigence et la responsabilité morales.

  • 53 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 69.

28Pour Vistel, analyser la Résistance dans les années 1950 c’est aussi revenir au sens originel d’un patriotisme qui va bien au-delà de l’exaltation martiale de la nation et qui s’apparente davantage à une mystique. Le patriotisme résistant est d’abord celui d’une France occupée ; il traduit l’attachement à une idée de la patrie – « âme collective et permanente », « une imprégnation mystérieuse53 » –, prolongée par la Résistance et inspirée par une lecture du passé qui emprunte autant à Jules Michelet, à Ernest Renan, à Charles Péguy qu’à André Malraux :

  • 54 Ibid., p. 68.

« Une connaissance intuitive, voire même instinctive en est donnée à l’homme le plus simple de ce pays de France, car il est l’aboutissement humain d’une tradition, d’une histoire, d’un effort de près de dix siècles, depuis les étonnants visages de porches romans54… »

  • 55 « Fondements spirituels de la Résistance », op. cit., p. 485.

29Comme « l’examen de conscience d’un Français » accompli par Marc Bloch dans L’étrange défaite, pour Vistel la Résistance suppose un retour sur soi, une lucidité : « Le volontariat de la Résistance fut donc le résultat d’un humiliant examen de conscience55. » Surmonter la défaite c’est d’abord l’analyser ; la Résistance est aussi une réponse à l’humiliation et à la trahison. Née du refus de l’inéluctable elle témoigne d’un futur ouvert sur l’inconnu, l’indéterminé et l’imprévisible :

  • 56 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 89.

« Le désastre de 40 ne semblait-il pas accomplir la prophétie ? Alors il apparaît bien que la Résistance fut aussi un refus victorieux de tout déterminisme historique, un refus victorieux de toute fatalité d’anéantis56. »

  • 57 « Fondements spirituels de la Résistance », op. cit., p. 480.
  • 58 Ibid., p. 486.

30La Résistance « fut essentiellement un dynamisme, un douloureux effort d’approfondissement, une volonté de conquête de l’avenir57 ». Enfin, proche de la pensée de Malraux, auquel il se réfère souvent, Alban Vistel fait de la fraternité l’une des expériences fondatrices de la Résistance : « L’univers de la Résistance Intérieure fut d’abord un univers de solitude puis de fraternité, enfin d’exhaussement de la personne58. »

Définir la Résistance comme un phénomène singulier qui échappe aux schémas traditionnels d’explication

31L’idée de l’invention est essentielle à la compréhension de la Résistance. « Toute explication utilitariste est à exclure, comme toute explication idéaliste à la manière de Hegel. » Pour Vistel il est nécessaire d’inventer des outils conceptuels autres que ceux habituellement empruntés aux traditionnelles philosophies de l’histoire. La singularité de l’événement est irréductible aussi bien au principe de la lutte des classes qu’à une explication strictement politique, dans le sens classique du terme.

  • 59 Ibid., p. 491-492.

« Le fait Résistance est donc absolument rebelle à l’analyse marxiste, comme à toute analyse qui se référerait uniquement à son contenu épisodique, comme à toute tentative d’accaparement ou de dénigrement59. »

32De même le phénomène ne peut pas se réduire à la seule question factuelle de son efficacité militaire :

  • 60 Ibid., p. 492.

« C’est parce qu’elle fut d’abord une construction aux fondements d’ordre spirituel que cette Résistance mérite de retenir l’attention des historiens futurs. Dans le conflit à l’échelle planétaire des armées et des peuples, préciser son efficacité militaire n’est pas de notre compétence […]. Même si l’efficacité militaire de la Résistance eût été négligeable, il demeurerait d’elle une leçon qui ne sera jamais épuisée60. »

  • 61 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 2-3. Voir aussi la lettre adressée à Yvon Morand (...)
  • 62 Alban Vistel, conférence du 18 juillet 1955, rencontre « La Résistance a-t-elle encore un rôle à j (...)
  • 63 La Marseillaise, juillet 1944.

33À côté de l’approche politique, militaire et organisationnelle de la Résistance, alors prédominante dans les années 1950 et 1960, les questionnements suggérés ici permettent de réintégrer le fait moral comme un élément constitutif de son identité. Ils frappent par leur modernité. Pour Vistel comprendre l’événement, c’est aussi tenir compte de ce qui constitue sa singularité. La Résistance a été à la fois un témoignage – « nous avons porté témoignage61 » – et l’expression d’un humanisme, d’une éthique – « La Résistance est la recherche d’un humanisme ; dans la mesure où elle continue cette recherche elle a encore un rôle à jouer62 ». Elle mène une guerre autre : « La Résistance va au-delà de la guerre parce qu’elle est le refus des compromis qui abaissent l’homme63. »

L’héritage de la Résistance

  • 64 Alban Vistel, conférence du 18 juillet 1955, op. cit.
  • 65 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 62.

34Autre constante de la pensée d’Alban Vistel, la question de l’héritage de la Résistance porte essentiellement sur la nature et les formes qu’il pourrait revêtir. Cette réflexion sur le prolongement possible de la Résistance s’inscrit en continuité avec une conception de l’événement qui se confond d’abord avec une idée du futur. Pour Vistel la Résistance est antinomique du passé, elle n’existe que dans un rapport au futur. De même son héritage ne peut se penser que dans la perspective d’un devenir, d’une transformation, et non dans un repli nostalgique sur le passé : « il faut que nous soyons capable de surmonter notre propre passé64. » Fidélité à l’expérience et à ses valeurs spirituelles, l’héritage répond également au constat de l’échec politique de la Résistance, échec auquel elle survit sur le plan moral et éthique. Aussi, avec optimisme et confiance, Vistel est convaincu que « si la Résistance fut vraiment, elle survit et survivra sous d’autres avatars. Ce que sa pensée et son action recèlent de valeurs sera cet héritage qui méritera d’être recueilli65 ».

35Moraliste comme Camus, Mauriac, Malraux ou Cassou, Vistel a aussi dialogué avec les historiens de son temps, Daniel Mayer et Henri Michel en particulier. Son écriture de l’histoire de la Résistance concilie ces deux dimensions et apporte ainsi des clés de lecture toujours probantes.

Quelques réponses

  • 66 Voir dans ses Mémoires, les termes peu amènes avec lesquels Jacques Baumel fait allusion, au détou (...)
  • 67 Voir Yves Farge, Rebelles, soldats et citoyens. Carnet d’un commissaire de la République, Grasset, (...)

36Pour conclure, quelques hypothèses devraient aider à comprendre pourquoi, malgré un intérêt manifeste des contemporains de Vistel pour ses travaux – ainsi d’Henri Michel –, ses écrits sont demeurés en marge de l’historiographie dominante sur la Résistance. Il faut certainement d’abord revenir aux premiers temps de la Libération. Il est fort possible que l’épisode du MLN lyonnais et l’échec de l’expérience unitaire au printemps 1945 l’aient écarté des cercles gaullistes du MLN. Presque soixante ans après les faits, le mépris dédaigneux avec lequel Jacques Baumel évoque Alban Vistel dans ses souvenirs atteste encore de la violence du conflit politique66. On peut aussi retrouver l’origine de cet effacement dans les premiers témoignages sur la libération de Lyon publiés à partir de 1945. Yves Farge, par exemple, commissaire de la République à Lyon – et sans que ses motivations soient forcément identiques à celles de Jacques Baumel –, ne mentionne quasiment pas dans son livre la participation de Vistel à la libération de la ville67, encore moins à l’organisation de la région R1. Ce choix contribue à figer la toute première mémoire de la période et rejette ainsi dans l’oubli les hommes dont on tait, plus ou moins volontairement, le nom. Un autre facteur n’est sans doute pas négligeable dans un pays jacobin et très centralisé ; Alban Vistel a toujours vécu à Lyon. Il ne participe pas aux réseaux parisiens et le fait qu’il publie son premier livre à compte d’auteur dans sa propre maison d’édition est révélateur. Sa discrétion et sa modestie ont certainement aussi pesé dans cet « isolement volontaire » qu’il décrit ainsi dans une lettre adressée à Emmanuel d’Astier en 1957 :

  • 68 Lettre à Emmanuel d’Astier, 28 juin 1957, Archives de l’IMEC.

« Mon cher Bernard. Je n’ai pas oublié ta préférence pour ce prénom, d’autre part il vient faciliter ma tâche. Voici tantôt douze ans que nous ne nous sommes rencontrés. De mon isolement volontaire, j’ai suivi ton action68… »

37Il faudrait enfin ajouter sa pratique indéfectible de la « vertu d’intransigeance », fidèle en cela à l’esprit de la Résistance, dont il dénonce sans cesse le dévoiement. On peut imaginer que son refus du calcul politique, son rejet viscéral du compromis moral et éthique ont pu lui valoir sinon la jalousie, du moins quelque hostilité.

Notes

1 Fabrice Arfi, « Vistel, victime de la mémoire sélective », 20 minutes, 3 septembre 2004.

2 « La Résistance a été une première conquête de la vertu d’intransigeance, d’autres lui sont promises », « La vertu d’intransigeance » in La Marseillaise, juillet 1944. « Dans cette ville [Lyon] essentiellement réactionnaire, la bataille commence, tant pis pour les vieux liens, il faudra pratiquer de nouveau la vertu d’intransigeance », lettre à Anne Heurgon-Desjardins, le 5 décembre 1957, Fonds du Centre culturel international de Cerisy (CCIC), archives de l’Institut Mémoire de l’Édition contemporaine (IMEC).

3 Article essentiel sur lequel nous reviendrons, il est publié en octobre 1952 dans la revue Esprit, no 10.

4 Collection des Presses universitaires de France dirigée par Henri Michel, également secrétaire général du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale.

5 Diminutif de Lugdunum-Lyon, la maison d’édition Lug éditait essentiellement des bandes dessinées.

6 La nuit sans ombre, Fayard, 1970.

7 Voir le « récit de vie » (10 août 1969, Lyon) publié par H. R. Kedward dans Naissance de la Résistance dans la France de Vichy. Idées et motivations, Champ-Vallon, 1989, p. 268-271.

8 En juin 1932, dans un contexte de crise économique et sociale, un coup d’État met en place dans ce pays un gouvernement du type front populaire qui ne dure que douze jours. Voir Marie-Claude Chaput, « Espagne, Chili : spécificités des fronts populaires ? » in Xavier Vigna, Jean Vigreux et Serge Wolikow (dir.), Le pain, la paix, la liberté. Expériences et territoires du Front Populaire, La Dispute-Éditions sociales, 2006, p. 293-309.

9 « Elle m’est apparue comme une guerre juste » confie-t-il à H. R Kedward en 1969, op. cit.

10 La nuit sans ombre, op. cit., p. 33.

11 « Le Mouvement est fortement hiérarchisé. Cinq membres sont pourvus d’un chef. Les six membres forment ainsi un « noyau ». Cinq « noyaux » forment une « cohorte » sous l’autorité d’un chef de cohorte. Cinq cohortes forment une légion. Chaque légion porte un chiffre, elle est sous l’autorité d’un chef de légion. Chaque région géographique est dirigée par un délégué général assisté d’un secrétaire général. Délégués et secrétaires généraux n’auront de contacts qu’avec les chefs de légion et de cohorte. Ceux-ci, seulement avec les chefs de noyaux », Texte fondateur de la Reconquête, 24 novembre 1940, cité dans La nuit sans ombre, op. cit., p. 35.

12 Marc Bloch sera arrêté quelques semaines plus tard en mars 1944.

13 Albert Chambonnet sera exécuté par les Allemands place Bellecour à Lyon en juillet 1944.

14 « Fondements spirituels de la Résistance », Esprit, 1952, p. 489. « À l’origine, le langage » est le titre de la troisième partie de La nuit sans ombre.

15 La nuit sans ombre, op. cit., p. 43.

16 Archives nationales, An 3 AG 2 BCRA, Liasse 378, dossier « Libération Sud ». Lettre de A. P. Vistel adressée à André Philip et Léon [Yvon] Morandat, 22 janvier 1943, Prison Saint-Paul.

17 La Marseillaise, 14 juillet 1944.

18 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 91.

19 Pierre Laborie, « Opinion et représentations : la Libération et la construction de l’image de la Résistance » in Les Français des années troubles. De la guerre d’Espagne à la Libération, Seuil, 2003, p. 245-267.

20 Voir Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la Résistance. Défense de la France (1940-1949), Seuil, 1995, p. 389. On trouve parmi les partisans de la tendance majoritaire, outre Jacques Baumel, Henri Frenay, Max Juvenal, Antoine Avinin, Jean-Pierre Levy, André Malraux ou André Philip. La tendance minoritaire est, quant à elle, représentée par Pierre Hervé, Marcel Degliame, Emmanuel d’Astier, Pascal Copeau ou Maurice Kriegel-Valrimont, tous plus ou moins réputés compagnons de route du PCF.

21 « Charte d’unité FN-MLN dans le département du Rhône », avril 1945, Archives du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

22 Procès verbal du Comité directeur plénier du MLN, 12 avril 1945, Fonds Jacques Baumel, Fondation Charles de Gaulle. Platane est le pseudonyme de M. Farbmann.

23 Procès-verbal du Comité directeur du MLN, Paris, 17 mai 1945, Fonds Jacques Baumel, Fondation Charles de Gaulle.

24 Alban Vistel cite André Malraux dans ses éditoriaux de La Marseillaise.

25 Congrès départemental du MLN, Lyon, le 19 mai 1945, archives du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

26 Lettre adressée aux adhérents du MLN, Alban Vistel, 26 mai 1945, archives du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

27 Procès-verbal du CD du MLN, Paris, 7 juin 1945, Fonds Jacques Baumel, Fondation Charles de Gaulle.

28 Parmi lesquelles Claudius-Petit, Avinin, Baumel, Frenay, Juvénal, Ferrat, Lévy, Philip.

29 Copeau, Hervé, Degliame-Fouché, Malleret, d’Astier, Valrimont.

30 Sur cet épisode voir Fernand Rude, Libération de Lyon et de sa région, Hachette, 1974, p. 248-253.

31 « Les dirigeants du MLN “majoritaires” qui s’étaient refusés à l’union de la Résistance lors du Congrès National, ont pris la responsabilité de la diviser irrémédiablement. De longue date nous connaissions leur volonté, elle vient de s’exprimer sans détours, il s’agit pour eux d’unir l’Organisation Civile et Militaire, Libération-Nord, une partie du MLN auxquels s’adjoindraient le Parti Socialiste et la Jeune République. Exclusive contre le Front National, le Parti Communiste ; singulier oubli des grandes Centrales Syndicales, du Parti Radical. Politique haineuse de bloc, oubli des échecs passés nés de nos divisions, rejet de l’expérience féconde de la Résistance. Un groupement qui se réclame de la Résistance et qui en exclut le puissant Front National, commet une escroquerie ; un groupement qui se prétend anti-fasciste et révolutionnaire, et en exclut le Parti Communiste, tente une opération mauvaise que nul verbalisme ne rendra bonne. L’anti-communisme est une faute politique et un crime contre la Nation », Message d’Alban Vistel aux militants des Mouvements unis de Résistance et du Corps-Franc de la Libération, 14 juillet 1945, Archives du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

32 Lettre d’Alban Vistel aux adhérents départementaux du MLN, Lyon, juin 1945, archives du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon.

33 Sur cet idéal unitaire voir en particulier l’analyse de Jean-Marie Guillon, « La Libération du Var : Résistance et nouveaux pouvoirs », Les cahiers de l’IHTP, no 5, juin 1990, p. 15.

34 Le Progrès, « Anniversaire de la Libération de Lyon », 5 septembre 1949.

35 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit, p. 62.

36 L’article d’Esprit possède un style plus simple et plus épuré que celui du livre publié en 1955. Dans ce livre Vistel a repris l’intégralité du premier article et y a ajouté une réflexion sur les problèmes du temps présent : Guerre Froide, bombe atomique, etc.

37 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 62.

38 La mémoire courte, Éditions de Minuit, 1953.

39 Lettre aux directeurs de la Résistance, Éditions de Minuit, 1952.

40 Camus à Combat. Éditoriaux et articles d’Albert Camus. 1944-1947, Gallimard, 2002 et Actuelles. Chroniques, 1944-1948, Gallimard, 1950.

41 La Paix des cimes. Chroniques. 1948-1955, Bertillat, 1999.

42 Jean-Marie Guillon a suggéré cette comparaison Alban Vistel/Henri Michel au cours des débats du colloque.

43 « Il faut tout faire pour aider Mendès. Il donne un magnifique exemple de courage et il faudrait corriger tous ces chiens qui aboient au fascisme » écrit-il dans une lettre de 1957. Correspondances annuelles avec Anne Heurgon-Desjardins, 1957, 1958, Fonds du Centre Culturel International de Cerisy, IMEC.

44 Ibid., 1958.

45 Rencontre « La Résistance a-t-elle encore un rôle à jouer ? », 17-23 juillet 1955, organisée par Daniel Mayer et Henri Michel, avec la participation organisatrice en amont d’Alban Vistel, Fonds du Centre Culturel International de Cerisy, CRS 3.8, Archives de l’IMEC. Outre Vistel, Henri Michel et Daniel Mayer, figurent parmi les participants André Chamson ou Marie Granet. Les actes n’ont jamais été publiés.

46 Daniel Mayer, texte préparatoire aux rencontres, Fonds du CCIC.

47 Daniel Mayer, conférence du 18 juillet 1955, Introduction au colloque. Fonds du CCIC.

48 Alban Vistel, conférence du 18 juillet 1955, ibidem.

49 Henri Michel, ibidem.

50 Henri Michel, « Une étude d’opinion », compte rendu de : Pierre Laborie, Résistants, Vichyssois et autres. L’évolution de l’opinion et des comportements dans le Lot de 1939 à 1944, Toulouse, Éditions du CNRS, 1980, 395 p., in Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, no 123, juillet 1981, p. 97.

51 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 140.

52 « Fondements spirituels de la Résistance », op. cit., p. 490.

53 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 69.

54 Ibid., p. 68.

55 « Fondements spirituels de la Résistance », op. cit., p. 485.

56 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 89.

57 « Fondements spirituels de la Résistance », op. cit., p. 480.

58 Ibid., p. 486.

59 Ibid., p. 491-492.

60 Ibid., p. 492.

61 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 2-3. Voir aussi la lettre adressée à Yvon Morandat.

62 Alban Vistel, conférence du 18 juillet 1955, rencontre « La Résistance a-t-elle encore un rôle à jouer », op. cit.

63 La Marseillaise, juillet 1944.

64 Alban Vistel, conférence du 18 juillet 1955, op. cit.

65 Héritage spirituel de la Résistance, op. cit., p. 62.

66 Voir dans ses Mémoires, les termes peu amènes avec lesquels Jacques Baumel fait allusion, au détour d’une phrase assassine au « (faux) colonel Alban-Vistel » in Résister. Histoire secrète des années d’Occupation, Albin Michel, 1999, p. 424. L’anticommunisme de Baumel et du RPF ont probablement influencé cette appréciation.

67 Voir Yves Farge, Rebelles, soldats et citoyens. Carnet d’un commissaire de la République, Grasset, 1946.

68 Lettre à Emmanuel d’Astier, 28 juin 1957, Archives de l’IMEC.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540