Version classiqueVersion mobile

La politique sans en avoir l'air

 | 
François Ploux
, 
Michel Offerlé
, 
Laurent Le Gall

Première partie. Des pratiques institutionnelles informelles

Pratiques, frontières et usages de la « politique informelle » sous le socialisme d’État

Jay Rowell

Texte intégral

  • 1 Sur la question du contrôle biographique, voir Pennetier C., Pudal B. (dir.), Autobiographies, aut (...)

1L’expérience du socialisme d’État en Europe centrale entre 1945 et 1989 peut être pensée comme une tentative d’inscrire toute expression et pratique politique dans des formes institutionnelles formelles. Ce faisant, le pouvoir politique a produit une définition dilatée du politique qui a englobé un ensemble d’activités sociales qui ne sont pas labellisées « politiques » dans d’autres contextes. La pratique sportive ou culturelle comme l’engagement dans les organisations de parents d’élèves ou des comités de quartier étaient ainsi dotés d’une signification politique et soumis à une série de dispositifs de contrôle de conformité : par l’inscription obligatoire d’une activité dans une organisation officielle soumise à un contrôle hiérarchique par les organes de l’État et du Parti ; par divers dispositifs de surveillance et de mobilisation visant à faire intérioriser le sens politique des activités ; par le contrôle biographique où toute activité « sociale », consignée dans un dossier personnel, était considérée comme un signe tangible de loyauté politique1.

2Le contexte du socialisme d’État, analysé ici à travers l’exemple du secteur du logement en République démocratique allemande (RDA), représente un terrain d’investigation heuristique pour explorer les apports potentiels du concept de « politique informelle » dans un cas « limite ». D’une part, la codification des pratiques et la densité des dispositifs de contrôle circonscrivent de façon très explicite les activités légitimes, officielles ou « formelles ». D’autre part, ce contexte permet d’explorer les effets d’une définition particulièrement extensive – et contrôlée – des pratiques politiques légitimes sur les catégories de l’« informel ». La définition très englobante de la politique « informelle » a plusieurs conséquences logiques qu’il s’agira ensuite d’examiner empiriquement.

  • 2 Mariot N., « Qu’est-ce qu’un enthousiasme civique ? », Annales HSS, vol. 63, no 1, 2008, p. 113-13 (...)
  • 3 Soucieux de distinguer l’administration socialiste de la bureaucratie sous le capitalisme, les « s (...)

3La première est que toute activité « informelle » se déployait dans des espaces très circonscrits, entre individus, et ne pouvait pas prendre la forme d’une expression collective publique : pas de fêtes en marge des manifestations officielles2 ; pas d’actions associatives en dehors des cadres formels. Les actions collectives se situant en dehors des définitions formelles étaient presque par définition illégitimes voire illégales : une grève ou un rassemblement de salariés, une pétition d’habitants d’un immeuble ou une manifestation ont été immédiatement interprétés comme une activité politique hostile, hétérodoxe, voire illégale. Cette topographie extensive du champ d’activités sociales labellisées comme politiques et un contrôle étroit de toute pratique politique publique ou collective avaient pour corollaire une difficulté à voir, à nommer et à réagir aux interactions interpersonnelles qui se déployaient à l’intérieur des institutions formelles tout en s’affranchissant des règles de comportement codifiées. Le favoritisme dans l’octroi d’une ressource rare ou la cooptation étaient qualifiés, par exemple, par les instances de contrôle de « subjectivisme », de « faiblesse idéologique » ou compris comme le signe d’une attention insuffisante à l’égard de la « légalité socialiste ». Pourtant monnaie courante, les transactions et échanges de biens et de services dans les relations officielles qui s’appuyaient sur des formes d’interconnaissance informelles, et qui étaient même encouragées dans les prescriptions sur le comportement des « agents au guichet », donnaient rarement lieu à des sanctions3. La politique « formelle » était ainsi prolixe, variée et extrêmement codifiée, mais cette codification définissait uniquement des comportements attendus. De ce fait, les mots utilisés pour qualifier la politique « informelle », si on peut d’ailleurs la qualifier de politique, sont dispersés, fragmentaires et laissent peu de traces dans les sources « officielles ».

4Ce constat pose explicitement le problème de définition de ce que l’on entend par « politique informelle ». Ce problème n’est pas propre au contexte du socialisme d’État mais il semble se poser de manière particulièrement aigue dans ce contexte. Faut-il privilégier la définition et les jugements des prescripteurs politiques qui déterminent ce qui est du ressort de la politique formelle/légitime et de la politique informelle/illégitime ? Faut-il privilégier le point de vue des destinataires des prescriptions et le sens qu’ils accordent à leur activité dans la mesure où les sources le permettent ? Enfin, dernière possibilité, c’est l’observateur, dans une tradition durkheimienne, qui propose une définition qui rapproche ce que le sens commun distingue et qui distingue ce que le sens commun réunit. L’on s’interrogera ici, dans une première partie, sur le vocabulaire, les catégories et les perceptions des prescripteurs. Pour autant, il nous a semblé que la faible capacité à définir ce qui relèverait de l’informel oblige à construire une définition permettant d’analyser un ensemble de pratiques qui ne sont pas perçues comme telles par les acteurs. Une première option possible consisterait à recenser les activités à caractère public et collectif, dotées d’une intentionnalité politique, qui se situeraient à la frontière des activités politiques formelles. Il s’agirait typiquement d’analyser les phénomènes tels que la satire politique, le cabaret, la musique punk ou rock, ou encore les mouvements pacifistes, écologistes ou de défense des droits de l’homme qui émergèrent à partir de la fin des années 1970. Ces pratiques collectives ont joué avec les frontières du politique, se sont fréquemment structurées à partir de logiques d’interconnaissance et ont suscité les vives réactions des gardiens de l’expression politique légitime. Une deuxième option pourrait consister, au contraire, à examiner les logiques « informelles » qui traversent les institutions « formelles ». Moins travaillée par l’historiographie, car moins visible, cette entrée mettrait l’accent sur les relations sociales qui irriguent les institutions « officielles » et qui contribuent, parmi d’autres facteurs, à orienter les pratiques s’inscrivant dans les cadres formels et codifiés. Nous privilégierons cette dimension dans cette contribution en centrant plus particulièrement la focale sur les organisations officielles afin de saisir les effets des formes d’interconnaissance qui contribuent à structurer les interactions au sein des institutions politiques et administratives. Dans un troisième temps, nous nous proposerons d’analyser les interactions entre les organisations étatiques et les « citoyens ordinaires » en étudiant les transactions et les usages des catégories officielles par les habitants.

Les usages « indigènes » et scientifiques des catégories « formelles » et « informelles »

5Essayons de préciser le champ lexical que l’on peut mobiliser pour appréhender ce travail de délimitation des frontières entre la politique « formelle » et « informelle ». Face à la richesse du vocabulaire pour décrire les activités politiques formelles, force est de constater une sorte d’embarras pour désigner d’autres activités qui traduit la difficulté à penser la place et le statut des relations sociales (interconnaissance, relations privées) dans les activités politiques officielles.

  • 4 Combe S., Une société sous surveillance. Les intellectuels et la Stasi, Paris, Albin Michel, 1999.

6Le seul usage récurrent d’un mot proche du registre de « informel » désigne une pratique du pouvoir très codifiée et routinière : le recrutement d’informateurs de la police politique appelés « collaborateurs officieux » ou Inoffizielle Mitarbeiter. Dans d’autres secteurs, on ne rencontre pas une telle opposition entre l’officiel et l’inofficiel. Cette occurrence nous renseigne d’une part sur un usage intentionnel de l’informel comme technique privilégiée de surveillance du corps social et son assimilation sémantique au secret d’État et à des stratégies de contrôle de l’individu4. L’informel ne se situe pas ici aux marges du pouvoir et ne renvoie pas aux pratiques peu institutionnalisées quand bien même il appartient au ressort des pratiques qui doivent rester invisibles et qui visent à transgresser les frontières entre le public et le privé. C’est par le recours codifié au registre de l’inofficiel que les bureaucraties spécialisées de l’État veillent à la production de la conformité formelle tant dans les espaces d’expression publics que dans les espaces privés. Au-delà de cet exemple significatif mais exceptionnel, il convient de s’interroger sur la capacité des prescripteurs des comportements politiques légitimes à nommer et à percevoir des pratiques informelles à l’intérieur des organisations « officielles ».

  • 5 La plupart de ces qualificatifs avaient des pendants symétriques tout aussi stigmatisants : formal (...)
  • 6 Diewald M., « Kollektiv, Vitamin B oder Nische? Persönliche Netzwerke in der DDR », dans Huinink J (...)

7Dans les sources qui évoquent des passe-droits indus, des échanges de services, le favoritisme ou des appropriations privatives de biens collectifs, on peut constater une difficulté à nommer et à assigner un sens à ces pratiques avec les catégories mobilisables. Ces situations ne sont pas évoquées dans les termes qui viennent d’être utilisés ou avec des mots qui les qualifient juridiquement dans d’autres contextes (favoritisme, corruption...). Les catégories disponibles permettent uniquement de qualifier ces pratiques comme la négation des pratiques légitimes avec un recours à des périphrases alambiquées qui tendent à obscurcir le sens de ce qui est désigné. Les expressions que l’on trouve reprennent souvent les catégories politiques stigmatisantes attachées aux individus sans se référer aux faits précis : un agent « trop subjectif », « connaissance insuffisante de la légalité socialiste », « faiblesses idéologiques », trop conciliant avec l’ennemi de classe (Versöhnlertum5). Le lexique utilisé pour désigner les pratiques mises en cause est encore plus flou : manque de clarté (Unklarheiten), d’organisation du travail ou de méthode ; des manifestations non souhaitées (Unerwünschte Erscheinungen). À titre d’hypothèse, on peut penser que la faiblesse de la culture juridique pour qualifier les faits et établir les distinctions entre le licite et l’illicite contribue à expliquer cette difficulté à nommer et à classer ces pratiques. On remarquera d’ailleurs que, dans le langage ordinaire, le « piston » ou les relations qu’on pouvait activer dans les relations avec les institutions officielles étaient désignés de manière parfaitement limpide : avoir ou ne pas avoir des relations (Beziehungen) ou du « Vitamin-B (eziehungen)6 ».

  • 7 Lüdtke A., « La RDA comme histoire : réflexions historiographiques, » Annales HSS, vol. 53, no 1, (...)

8L’usage de la notion « informelle » dans l’historiographie s’est essentiellement limité à la description des transactions économiques « hors plan », dans le sens de l’économie informelle ou parallèle, ou alors pour décrire les espaces sociaux privatifs à l’abri de l’emprise des logiques du pouvoir (dans le sens des « niches sociales » ou d’une « société des niches »). Si les sciences sociales se sont beaucoup intéressées aux pratiques politiques que l’on peut qualifier d’informelles dans d’autres contextes politiques ou historiques, elles ont, dans l’historiographie des sociétés communistes, soit nié le caractère politique de ces pratiques (hypothèse du retrait dans la sphère privée pour se protéger de – et refuser – l’emprise de la politique « officielle »), soit interprété ces formes de retrait comme une posture politique subversive. Le concept de « quant à soi » (Eigensinn) développé par Alf Lüdtke invite à rompre à la fois avec une interprétation centrée sur une logique privative apolitique et avec celle du « tout politique » en interrogeant les formes de réappropriation des logiques du pouvoir et leur articulation avec des pratiques et des représentations ancrées dans d’autres expériences et logiques d’action individuelle et collective7. Si ce concept n’exclut pas a priori des recherches sur la pluralité des logiques et des répertoires que l’on pourrait qualifier de politiques, il permet, dans son opérationnalisation empirique, d’interroger la réappropriation différentielle (selon les groupes sociaux, professionnels, générationnels ou les organisations) d’une logique politique « extérieure » considérée comme unifiée et peu questionnée comme un espace traversé par des logiques sociales. À titre expérimental, il s’agira d’analyser par la suite la portée empirique et théorique des pratiques politiques informelles pour comprendre le fonctionnement des espaces institutionnels « formels ».

Sociabilités professionnelles et réseaux d’interconnaissance au sein des organisations officielles

9L’analyse des rapports de pouvoir dans les systèmes communistes a traditionnellement consisté à étudier, d’un côté, les normes et règles collectives et, de l’autre, les dispositifs de sanction et de récompense visant à orienter les conduites des individus. Dans une première lecture, l’accent est placé sur la production de règles formelles par le Parti et les instances de socialisation à ces normes. La deuxième lecture insiste quant à elle sur des dispositifs ciblés (contrôle biographique, autocritique, sanctions ou récompenses) qui agissent sur l’individu et qui ont pour objectif d’assurer la discipline. Ces deux perspectives, maintenant bien développées dans l’historiographie, se complètent pour produire une image complexe et différenciée du fonctionnement des logiques du pouvoir. Deux aspects de ce déploiement du contrôle social et politique n’ont toutefois pas retenu l’attention des historiens. Premièrement, l’action du Parti sur l’espace social étudié est souvent conçue comme une injonction homogène venue de l’extérieur. Deuxièmement, les travaux qui s’inspirent du concept de l’Eigensinn ont surtout travaillé sur les modes d’appropriation des logiques du pouvoir par des groupes socioprofessionnels, des collectifs de travail ou d’autres catégories sociales (femmes, générations, migrants...). On s’interroge peu sur les liens interpersonnels et les transactions entre les agents, leurs affinités ou leurs rivalités, les liens forts ou les liens faibles qui les relient et qui traversent les groupes et les organisations, y compris le Parti. Ces relations, de nature « informelle », laissent, presque par définition, peu de traces dans les archives, mais nous disposons de plusieurs indices qui nous permettent de constater leur existence et leur importance.

  • 8 Si l’enregistrement statistique des propriétés sociales des membres de différentes organisations n (...)

10Un fonctionnement politique et administratif très centralisé et une multiplication des lieux de socialisation professionnelle et politique ont produit des conditions propices à la multiplication et à la diversification des contacts sociaux. La concentration des pouvoirs institutionnels et des lieux de formation (universités, écoles du Parti à Moscou, à Berlin ou dans les districts pour les cadres de deuxième rang) constituaient autant de points de passage obligés qui ont contribué à brasser les responsables du Parti, de l’État, des entreprises et des organisations de masse. La socialisation professionnelle et politique conduisait ainsi, en ce qui concerne les cadres dirigeants, à la construction de liens forts (et asymétriques) selon une logique sectorielle verticale et à l’établissement de liens plus faibles selon une logique transversale. Les effets de cette structuration des environnements sociaux n’ont été que très partiellement pris en considération dans le travail d’auto-objectivation de l’appareil du Parti8 et ont été par ailleurs très rarement interrogés dans l’historiographie.

Liens forts et logiques de cooptation

  • 9 Kaiser M., Machtwechsel von Ulbricht zu Honecker. Funktionsmechanismen der SED-Diktatur in Konflik (...)

11Les politiques de recrutement constituent un domaine où l’on peut percevoir les effets de ces formes de socialisation « informelles ». Formellement, la gestion des carrières dans l’administration étatique, les organisations de masse et les entreprises était du seul ressort du Bureau des cadres du SED. En s’appuyant sur les biographies d’institution et des procédures d’évaluation propre, cette bureaucratie spécialisée au sein du SED était responsable, pour l’ensemble de la « politique des cadres », de la ventilation des agents en trois catégories (« à promouvoir », « doit faire ses preuves » ou « à ne pas promouvoir ») à l’affectation des postes en passant par l’observation statistique de la composition des différentes organisations et des niveaux hiérarchiques. Dans les archives, tout semble planifié avec minutie selon une évaluation froide et impersonnelle, ce qui laisse penser que le Bureau des cadres détenait effectivement le monopole du contrôle des carrières. Or, deux points aveugles peuvent être relevés. Premièrement, les travaux sur le fonctionnement du Bureau politique insistent précisément sur la personnalisation des rapports de force et sur les clivages qui s’appuyaient avant tout sur des formes de loyauté personnelle9. Tout se passe comme si le Bureau politique représentait une sorte d’exception, un lieu affranchi des formes de contrôle impersonnelles supposées être la règle générale partout ailleurs. Deuxièmement, cette lecture constitue une lecture assez littérale des sources et entérine l’image d’une bureaucratie impersonnelle, rigoureuse et bien organisée. Or, en recoupant des trajectoires biographiques, force est de relativiser cette lecture centralisée et dépersonnalisée de la gestion des carrières.

12Grâce à sa déclinaison en différents niveaux hiérarchiques, à sa capacité à centraliser l’ensemble des biographies d’institution et au travail statistique sur la composition « socio-politique » de l’ensemble des organisations, le Bureau des cadres du SED se targuait de connaître l’ensemble du « réservoir » des cadres, évalués tant du point de vue de leurs propriétés sociales que du point de vue de leurs dispositions politiques et compétences professionnelles. Or, dans les faits, l’interconnaissance sembla jouer un rôle déterminant dans l’occupation effective des postes, le Bureau des cadres ne jouant, en amont, qu’un rôle de certification d’un candidat potentiel (en le décrétant « promouvable » parmi beaucoup d’autres candidats potentiels) et, en aval, en officialisant un choix qui s’appuyait souvent sur des liens informels.

  • 10 Rowell J., « L’exil comme ressource et comme stigmate dans la constitution des réseaux des archite (...)

13Exemple 1. Avant la constitution des administrations centrales en 1948, les futurs responsables du SED avaient occupé des responsabilités dans les Länder. Pour occuper des fonctions administratives « techniques », ils s’entourèrent de « spécialistes » avec qui ils avaient partagé l’expérience des camps, de l’exil, voire des Brigades internationales. En « montant » à Berlin à partir de 1948 pour occuper des fonctions de direction administrative centrale, ils nommèrent dans leur secteur de responsabilité ces personnes de confiance. Ces spécialistes sectoriels se servirent à leur tour de leurs liens professionnels (études et expériences de travail avant 1933, parfois sous le national-socialisme) pour peupler les positions clefs des ministères de spécialistes avec un passé politique compromis, mais qui avaient des compétences professionnelles reconnues10.

  • 11 Évaluation du bureau de l’architecte en chef réalisée par la direction du SED de la Ville le 30 no (...)

14Exemple 2. Le contrôle des institutions centrales et la capacité à définir les critères d’excellence sectoriels donnèrent à ces réseaux de spécialistes reconnus la possibilité de nommer des responsables administratifs dans les districts et les grandes villes, parfois contre l’avis du Bureau des cadres. Walter Lucas fut ainsi nommé architecte en chef de la Ville de Leipzig en 1954 et 1963. Membre du NSDAP de 1928 à 1945, interné pour raisons politiques de 1945 à 1949, il fut nommé et maintenu à son poste jusqu’en 1963 contre l’avis du Bureau des cadres. Grâce au soutien des architectes ministériels et à leurs relais politiques au plus haut niveau, Lucas put résister aux tentatives répétées du Bureau des cadres de l’écarter non seulement à cause de son passé politique, mais aussi à cause de son comportement jugé « individualiste », « hautain » et « insuffisamment attentif aux résolutions du SED11 ».

15Exemple 3. Le départ du ministre de la Construction en 1962 pour une carrière diplomatique et la nomination d’un nouveau ministre se solda par une mise à l’écart des architectes en place depuis 1949 et le renouvellement des plus hauts responsables du ministère entre 1962 et 1964. Si les archives du Bureau des cadres laissent penser que ces nominations furent contrôlées par le Parti, l’analyse des biographies fait apparaître deux logiques fortes d’interconnaissance. Une première logique de cooptation parmi les diplômés en économie fait apparaître une forte interconnaissance entre camarades de promotion ou de relations entre professeurs et élèves dans le département d’économie à l’Université Humboldt à la fin des années 1950. La deuxième logique, qui regroupe les ingénieurs du bâtiment, renvoie à une présence de l’ensemble des protagonistes en 1958-1959 sur un des plus grands chantiers de construction du pays. Les personnes nommées furent pour la plupart des personnes jugées pourtant peu fiables par le Bureau des cadres (origines sociales bourgeoises, entrée tardive dans le SED). Tous se connaissaient bien, revendiquaient une compétence économique ou une capacité à rendre plus efficace l’industrie du bâtiment et appartenaient à la même génération (ils étaient nés entre 1929 et 1935).

16Ces exemples attestent l’existence d’une double logique de cooptation qui s’appuyait dans un premier temps sur la relation personnelle entre un membre du Bureau politique et un « spécialiste » sectoriel qui obtenait un pouvoir de nomination par délégation. Dans un deuxième temps, cette personne de confiance puisait dans son carnet d’adresses pour trouver des personnes qui partageaient les mêmes qualités professionnelles ou les mêmes expériences.

Les liens faibles dans les échanges de biens et de services

17L’examen des procédures effectives de recrutement a permis de constater l’importance des relations personnelles fortes dans les nominations et les trajectoires de carrière. Des liens forts forgés dans les Brigades internationales, en exil ou dans les camps de concentration, permettent de comprendre certains déplacements d’individus qui « suivent » la carrière d’un haut responsable du SED dans ses fonctions ministérielles. D’autres réseaux personnels construits au cours des études, des formations ou au travail permettent de souligner le rôle quelquefois déterminant des liens informels dans la circulation des ressources à l’intérieur des espaces institutionnels.

18Les archives locales ont conservé d’autres traces de liens personnels qui témoignent de l’importance des liens d’interconnaissance. Il s’agit de lettres envoyées aux responsables politiques ou administratifs locaux et destinées à obtenir une faveur ou un bien pour un proche. Ces documents font apparaître une relation qui se donne à voir comme amicale entre des personnes qui entretiennent parfois des relations hiérarchiques directes. Il s’agit souvent d’agents qui occupent des positions comparables dans deux districts ou deux villes, ou d’échanges entre une personne d’une institution centrale et une personne d’une institution locale sans qu’elles aient eu de relations de travail directes mais dont les chemins ont pu se croiser. Écrites dans un ton très personnel et décalé par rapport à celui des échanges bureaucratiques routiniers, elles ont pour objectif de demander, au nom des liens antérieurs, une intercession dans l’octroi d’un bien ou d’un logement (il s’agit souvent de trouver un logement pour un collègue, un ami ou un proche parent et fréquemment pour un enfant qui commence des études). Les scripteurs sont parfaitement conscients qu’ils mobilisent des logiques privatives dans l’obtention d’un bien collectif soumis à des procédures formelles. Le rappel des liens amicaux anciens, quand il ne s’agit pas de liens familiaux, les questions proprement phatiques sur la santé ou le devenir des enfants sont suivis d’un exposé des circonstances particulières qui conduisent à la formulation de la requête visant à « donner un petit coup de pouce ». Les destinataires répondent en général positivement à ces requêtes en contactant les services administratifs qui puisent dans une « réserve » de logements prévue précisément pour parer à ces situations – l’existence d’une telle réserve témoignait d’ailleurs de la fréquence des sollicitations tant « amicales » que hiérarchiques.

19Si les transactions rendues visibles par ces échanges épistolaires « informels » témoignent d’une logique de reconversion d’un capital social en ressources matérielles et de l’accumulation de crédits et de dettes, la création d’une réserve prouve le degré d’institutionnalisation de la dérogation. Cette dernière permettait aux responsables locaux de rendre des services rapidement et les dotait, en dépit des injonctions des responsables ministériels ou des membres du Comité central du SED, d’une monnaie d’échange dans les négociations futures.

Les usages informels des institutions formelles

  • 12 Les commissions bénévoles d’attribution du logement furent créées au printemps 1953 suite à la réf (...)
  • 13 La terminologie officielle souligne le caractère volontaire, libre et honorifique de ces rôles : « (...)

20Nous avons exploré pour l’instant les liens interpersonnels entre des personnes qui occupaient des positions au sein de l’appareil politico-administratif. Nous allons nous intéresser désormais aux interactions et aux transactions entre les agents de l’État et les administrés. L’historiographie s’est surtout intéressée à ces questions à travers le prisme des stratégies et des mécanismes de pénétration des logiques étatiques dans le tissu social qui suscitent des formes d’adaptation et de résistance. Il serait toutefois réducteur d’envisager ces interactions uniquement sous cet angle. Pour plusieurs raisons. Un des éléments de légitimation du régime fut, en premier lieu, la place qui fut accordée à la participation politique de la population par le biais d’un nombre pléthorique de commissions et de fonctions d’auxiliaire administratif. Cette participation fut au cœur de la revendication de la nature démocratique du régime que ce dernier opposa volontiers à la démocratie « formelle » des pays occidentaux construite sur le principe de la délégation de la souveraineté. Les administrations étatiques municipales furent donc soumises à une exigence : entretenir un réseau dense d’auxiliaires et de commissions qui constituaient à la fois un critère d’évaluation de leur travail, une nécessité fonctionnelle12 et une injonction constamment réitérée quant à la nécessité « d’ouvrir les portes fermées » de l’administration. Dans la pratique, cette « ouverture » prenait la forme d’une obligation d’accueil du public, de l’organisation de réunions d’information et d’un « recrutement » d’auxiliaires. Pour ce faire, l’administration disposait d’une panoplie de techniques incitatives : buffets ou petits concerts pour accompagner les réunions publiques ; octroi de prix, de distinctions et éventuellement de primes ou de ressources matérielles pour les citoyens les plus engagés dans le travail « bénévole13 » ; importance accordée à « l’activité sociale » avec, pour corollaire, des implications pour la carrière et l’octroi de certaines ressources. Pour inciter des personnes à s’impliquer dans les commissions d’attribution des logements, l’administration puisait dans le « stock » des demandeurs en leur suggérant qu’une participation active se solderait par le traitement accéléré de leur dossier. L’économie de ces rétributions semble essentielle pour qui veut comprendre la participation assez massive de la population dans ces commissions (plus de 10 % de la population selon les chiffres officiels tout au long de l’histoire de la RDA, un chiffre qui paraît relativement crédible même s’il renseigne peu sur l’intensité de l’implication).

  • 14 Analyse des affaires du logement de l’arrondissement sud-ouest de Leipzig du 16 novembre 1971 (Arc (...)
  • 15 Dans un rapport du maire de Leipzig au premier secrétaire du SED de la Ville daté du 11 mars 1964, (...)

21Les archives concernant le fonctionnement du réseau des « responsables d’immeuble » ou des commissions logement font souvent référence au problème de l’abandon de l’activité que les agents de l’État expliquaient de deux manières. Premièrement, « les auxiliaires de l’administration [étaie]nt dans leur majorité des personnes qui [étaie]nt elles-mêmes à la recherche d’un logement. Très souvent, elles arrêt[ai]ent leur participation à la commission dès que leur propre problème [étai]t résolu. Il ne peut pas être exclu que cette manière de gagner les auxiliaires pour les commissions ne conduise à ce que certains travaillent avant tout pour leur propre compte14 ». Deuxièmement, les agents de l’État devaient toujours veiller à maintenir un équilibre entre le contrôle des activités des auxiliaires et le respect de leurs suggestions, décisions et actions. En d’autres termes, et la question est posée en termes explicites, la motivation des auxiliaires dépendait de l’existence d’une certaine autonomie dans l’accomplissement des tâches... quand bien même une trop grande autonomie était perçue comme une manifestation d’une « autarcie » dangereuse15.

  • 16 Sur les 22 532 responsables d’immeuble élus en mai 1952 à Leipzig, 9 740 étaient des femmes au foy (...)

22Dès fin 1945, les instances municipales mirent en place un réseau de responsables d’immeuble ou de lotissement. Ces personnes, élues par leurs voisins, devaient constituer un trait d’union entre les administrations et les habitants et assister les premières dans un grand nombre de tâches : recensement des logements vides ou sous-occupés ; distribution des cartes de rationnement ; à partir de la fin des années 1940, organisation de réunions d’information politique et de campagnes de mobilisation idéologique. Ces positions ne furent pas occupées majoritairement par des membres du SED, bien au contraire. Ces derniers étaient plutôt sous-représentés par rapport à leur poids dans la population générale, ce qui témoignait de la méfiance des voisins vis-à-vis d’un membre du Parti trop zélé dans l’application des directives de l’administration. Les auxiliaires administratifs se composaient à 75 % de retraités et de femmes au foyer16, ce qui donne une indication du temps consacré à ces tâches. Certains responsables politiques s’inquiétèrent de la faible représentation du SED mais faute de candidats issus de leurs rangs et de la méfiance des voisins, la lecture dominante incitait à considérer que c’était là une occasion pour « rallier à la cause » une population faiblement intégrée dans le système. La volonté de pénétration des logiques du pouvoir dans le tissu social était donc parfaitement explicite. Reste que les auxiliaires furent majoritairement des inactifs à cause des pénuries alimentaires. Les inactifs disposaient en effet d’une carte de rationnement notoirement insuffisante et le positionnement des auxiliaires entre la population et l’administration représentait une opportunité pour capter des ressources nécessaires à la survie.

23Dans les rapports de police et des rapports internes, les prescripteurs de pratiques légitimes dénoncèrent toute une série de transactions entre les auxiliaires et leurs voisins qui furent interprétées à la fois comme une forme d’égoïsme (les auxiliaires se servaient en servant l’administration) et l’expression d’une loyauté de voisinage qui empêchait l’accomplissement des devoirs selon les directives officielles. Un rapport du cabinet du maire de Leipzig du 19 juillet 1948 énuméra, par exemple, l’ensemble des « astuces » pour améliorer leur situation matérielle et/ou protéger et rendre service à leurs voisins :

  • 17 Arch. municipales de Leipzig, STVuR (1) 3068, rapport sur la situation des responsables d’immeuble

« Les responsables d’immeuble trichent. Il y a des personnes qui ont quitté la ville. Les appartements sont vides, mais on laisse le nom sur la boîte aux lettres et sur la porte et on continue à percevoir les cartes de rationnement. Parfois, le nombre de personnes qui habitent un appartement est une fiction totale [...]. Il y a aussi beaucoup de problèmes de falsification de documents pour obtenir une meilleure carte de rationnement. [...] En juin, on a mené une campagne pour limiter les abus en renforçant les contrôles. [...] Beaucoup ont décidé de quitter leur fonction et on peine à les remplacer17. »

  • 18 Arch. municipales de Leipzig, STVuR (1) 3068, rapport du cabinet du maire de Leipzig du 27 septemb (...)

24Les responsables d’immeuble se trouvaient ainsi dans une position à la fois stratégique et inconfortable. L’administration dépendait d’eux pour faire remonter des informations et distribuer des cartes de rationnement. Elle ne pouvait disposer de ses propres informations qu’en effectuant des contrôles qui se soldaient à la fois par le constat d’irrégularités massives mais aussi par une faible capacité à sanctionner (sous peine d’assécher les contreparties matérielles et de provoquer une défection massive). Les échanges intéressés entre voisins qui contournaient la règle nécessitaient une certaine relation de confiance réciproque. L’accomplissement des tâches selon les logiques étrangères aux logiques du pouvoir était constitué en problème par les prescripteurs de comportements conformes. Un rapport de septembre 1948 constatait d’ailleurs sobrement que « ces irrégularités indiqu[ai]ent que la confiance vis-à-vis de l’administration [étai]t plus faible que celle que les responsables d’immeuble éprouv[ai]ent par rapport à leur communauté d’immeuble (Hausgemeinschaft)18 ».

25Les auxiliaires n’eurent donc pas uniquement de comptes à rendre aux administrations. Ils en devaient aussi à leurs voisins, amis, collègues de travail et connaissances. Les administrations remarquaient fréquemment que les listes des bénéficiaires prioritaires pour un logement établies par les commissions bénévoles ne respectaient pas les normes d’attribution officielles. Mais elles durent composer et trouver des compromis pour ne pas faire perdre la face aux membres de la commission. En effet, pour ces derniers qui étaient fréquemment sollicités dans leur vie quotidienne, il existait de forts enjeux « réputationnels » autour de la respectabilité, de la parole donnée ou plus simplement comme contrepartie attendue d’un échange antérieur. Une application trop rigide et impersonnelle de la règle ou un contrôle administratif trop fort comportaient des risques ainsi que le prouve un rapport de 1955 :

  • 19 Arch. fédérales de Berlin, Ministère du Travail, DQ2/3988, rapport du district Karl-Marx-Stadt du (...)

« Le désir de participer aux commissions de logement recule sans cesse malgré nos efforts. Ce n’est pas rare que des volontaires se font insulter dans la rue par des personnes qu’ils ne pouvaient pas aider dans leur demande de logement. Mais la motivation des bénévoles dans les villes et quartiers a aussi reculé parce qu’ils ont l’impression de ne plus avoir d’influence sur les décisions à cause de la prolifération de directives centrales. [...] Cette agressivité permanente, que personne ne peut supporter à long terme, est la cause du fort turnover dans ces fonctions19. »

26On perçoit ici à quel point la réputation sociale des auxiliaires constituait un enjeu attestant, ce faisant, les dangers pour l’administration d’une imposition trop rigide de directives centrales. Le rapport détaillait d’ailleurs longuement les arguments utilisés par des citoyens déçus : les promesses non tenues, l’incompréhension de demandeurs qui avaient patienté des années sur une liste d’attente et s’étaient rendu compte du traitement de faveur réservé à un membre de l’intelligentsia dont le passé nazi était notoire. Les rapports administratifs qui firent part de ces tensions furent relativement nombreux dans les années 1940 et 1950 et se tarirent par la suite. L’opacification devint une tendance générale qui fut sans doute liée à la routinisation et à l’apprentissage d’une écriture conforme aux attentes et capable d’éviter de soulever des problèmes qui pourraient être des sources d’ennuis. Reste que ce tarissement reflète aussi, sans doute, une réalité fondée sur un accord tacite pour octroyer une autonomie surveillée à ces agents auxiliaires afin de ne pas les démotiver. Nécessaire pour réconcilier des injonctions contradictoires qui pesaient sur les administrations locales et les auxiliaires, cette autonomie pouvait se déployer à partir du moment où l’activité des auxiliaires respectait les apparences du cadre formel tout en n’excluant pas des logiques informelles inhérentes à leur inscription dans leurs espaces de sociabilité.

27L’apport d’une entrée par les catégories de l’informel nous semble résider en premier lieu dans la capacité qu’elle offre de saisir et de comparer des pratiques souvent peu visibles ou traitées de manière séparée. Nous avons ainsi tenté de rapprocher les logiques de cooptation aux sommets de l’État avec les pratiques d’enrôlement politique des citoyens peu ou pas politisés. Le deuxième apport de cette entrée repose sur la possibilité de penser des pratiques qui s’inscrivent dans une pluralité de logiques sans tomber dans les pièges d’un jugement normatif sur leur nature subversive ou sur leur capacité de légitimation d’un ordre politique. Enfin, c’est en réfléchissant aux catégories employées, à la faible objectivation de ces pratiques hybrides, que cette catégorie peut apparaître comme un révélateur de la relation entre le savoir et le pouvoir. Dans le cas qui nous a occupé, l’intensité de l’effort de surveillance et de contrôle ne fit pas de doute. En revanche, la faible concurrence entre systèmes et catégories d’observation socialement disponibles sembla avoir affaibli la capacité à objectiver toute une gamme de pratiques sociales aux frontières du politique. L’absence de compétition électorale ou d’une presse libre réduisait les chances de voir se cristalliser une dénonciation – et donc une capacité à voir et à nommer – des pratiques politiques informelles telles que les fêtes en marge ou le clientélisme. De même, la faiblesse du droit privait la société est-allemande d’une source de mots et de catégories pour désigner les frontières entre le formel et l’informel, le licite et l’illicite. Enfin, sans la présence d’un espace de recherche doté d’une relative autonomie, il existait une faible capacité à désigner, à labelliser et à comprendre ces pratiques qui se déployaient aux frontières et dans les interstices des institutions politiques légitimes.

Notes

1 Sur la question du contrôle biographique, voir Pennetier C., Pudal B. (dir.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 2002.

2 Mariot N., « Qu’est-ce qu’un enthousiasme civique ? », Annales HSS, vol. 63, no 1, 2008, p. 113-139.

3 Soucieux de distinguer l’administration socialiste de la bureaucratie sous le capitalisme, les « street level bureaucrats » ont été incités à ne pas instruire des dossiers selon des règles « formelles » ou « bureaucratiques », mais seulement après avoir pris connaissance de la situation singulière de chaque cas et à « avoir du cœur » dans le traitement du public. Sur ces points, voir Rowell J., « L’ouverture bureaucratique comme mode de domination rapprochée : les paradoxes de l’État local en RDA », Sociétés contemporaines, no 57, 2005, p. 21-40.

4 Combe S., Une société sous surveillance. Les intellectuels et la Stasi, Paris, Albin Michel, 1999.

5 La plupart de ces qualificatifs avaient des pendants symétriques tout aussi stigmatisants : formalisme, objectivisme, bureaucratisme, froideur.

6 Diewald M., « Kollektiv, Vitamin B oder Nische? Persönliche Netzwerke in der DDR », dans Huinink J., Mayer K.-U. (dir.), Kollektiv und Eigensinn: Lebensverläufe in der DDR und danach, Berlin, Akademie Verlag, 1995, p. 223-260.

7 Lüdtke A., « La RDA comme histoire : réflexions historiographiques, » Annales HSS, vol. 53, no 1, 1998, p. 3-39 ; Lindenberger T. (dir.), Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur, Cologne, Böhlau, 1999.

8 Si l’enregistrement statistique des propriétés sociales des membres de différentes organisations ne permettait pas d’appréhender les liens d’interconnaissance, l’objectivation de propriétés biographiques qui échappaient aux instances de socialisation du SED, notamment une ancienne appartenance au NSDAP, des origines sociales bourgeoises ou le pourcentage d’anciens officiers de la Wehrmacht dans une administration, donnait parfois lieu à une interprétation en termes de réseaux de cooptation qu’il convenait de combattre.

9 Kaiser M., Machtwechsel von Ulbricht zu Honecker. Funktionsmechanismen der SED-Diktatur in Konfliktsituationen 1962 bis 1972, Berlin, Akademie Verlag, 1997.

10 Rowell J., « L’exil comme ressource et comme stigmate dans la constitution des réseaux des architectes urbanistes de la RDA », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 52, no 2, 2005, p. 169-191.

11 Évaluation du bureau de l’architecte en chef réalisée par la direction du SED de la Ville le 30 novembre 1960 (Arch. du SED de la ville de Leipzig, STAL IV/01/358).

12 Les commissions bénévoles d’attribution du logement furent créées au printemps 1953 suite à la réforme des administrations municipales. Le nombre d’agents chargés de traiter les demandes d’attribution passa à Leipzig de 177 à 57 pour une population d’environ 600 000 habitants (Arch. municipales de Leipzig, STVuR (1) 13426).

13 La terminologie officielle souligne le caractère volontaire, libre et honorifique de ces rôles : « Freiwillige Mithelfer », « Ehrenamtliche Mitarbeiter ».

14 Analyse des affaires du logement de l’arrondissement sud-ouest de Leipzig du 16 novembre 1971 (Arch. du SED du Bezirk Leipzig, STAL SED IV B-2/4/01/234).

15 Dans un rapport du maire de Leipzig au premier secrétaire du SED de la Ville daté du 11 mars 1964, on peut lire : « En ce qui concerne l’attribution de logements, il est indispensable d’établir un plan unitaire d’attribution de logements pour l’ensemble de la ville. Cette démarche paraît souhaitable pour contrer la tendance qu’ont les commissions de transformer des quartiers en territoires autarciques. » (Arch. municipales de Leipzig, STVuR (1) 3545).

16 Sur les 22 532 responsables d’immeuble élus en mai 1952 à Leipzig, 9 740 étaient des femmes au foyer et presque la moitié avaient plus de 50 ans. Un sur six était membre du SED (Arch. municipales de Leipzig, STVuR (1) 3068).

17 Arch. municipales de Leipzig, STVuR (1) 3068, rapport sur la situation des responsables d’immeuble.

18 Arch. municipales de Leipzig, STVuR (1) 3068, rapport du cabinet du maire de Leipzig du 27 septembre 1948. On peut noter la réélection de 85 % des responsables d’immeuble en 1952. De manière significative, le taux de reconduction des membres du SED se situait à 70 % environ.

19 Arch. fédérales de Berlin, Ministère du Travail, DQ2/3988, rapport du district Karl-Marx-Stadt du 7 septembre 1955.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search