Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Deuxième partie. Courants historiographiques et approches épistémologiques

Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et l’Université (1944-1978)

François Rouquet

Texte intégral

  • 1 Cf. le tableau en p. 148-151. Seul Pierre Renouvin y figure dès 1945, puis Maurice Baumont à parti (...)
  • 2 Cf. Th. Chabord, « Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et ses archives », La Gazet (...)
  • 3 Bulletin du CH2GM, Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (RH2GM) et procès-verbaux des s (...)

1Évoquer les relations entre le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM) et l’Université pose différentes questions ou conduit à des remarques tant sur l’histoire des liens qui se créèrent entre ces deux institutions que sur la nature même de ce que l’on a appelé « l’Université », le statut et le rôle que jouèrent les universitaires dans l’étude de cette guerre. Et peut-être aussi, des enjeux dans cette mise en perspective faite soixante ans plus tard. L’Université telle que l’on peut l’entendre représente à la fois la structure, la hiérarchie administrative, les enseignants en poste, les thésards mais aussi les structures parallèles (CNAM, ENS, CNRS) ou supérieure comme l’Institut dont dépendaient certains membres qui collaborèrent au CH2GM. Si l’on cerne assez facilement les critères qui prévalurent dans les désignations des membres de la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF), du Comité d’histoire de la guerre (CHG) ou, plus tard, du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM), on n’en connaît pas pour autant le détail fin au sein des instances ministérielles chargées, dans les premiers temps, d’en choisir les attributaires. Il en va de même de la couleur politique des membres dont on ne sait exactement dans quelle mesure elle put être déterminante. On pourrait ajouter que la répartition géographique laisse l’exclusive aux universitaires parisiens et, qu’excepté Henri Michel qui ne conquiert ses galons universitaires qu’en 1961, on trouve un seul spécialiste d’histoire contemporaine, durant les années pionnières1. Il n’est par ailleurs pas toujours facile de reconnaître les universitaires, et ce d’autant moins que les décrets qui donnèrent naissance aux deux instances antérieures au CH2GM semblent n’avoir jamais été publiés ni au Journal Officiel ni au Bulletin Officiel de l’Éducation nationale2. Les éléments qui suivent, notamment les noms des universitaires impliqués dans le CH2GM et ses instances antérieures, sont donc produits de déductions à partir du croisement des sources disponibles3.

  • 4 Cf. Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Le Seuil, coll. Poin (...)

2Le climat fut parfois conflictuel entre institutions, notamment au cours de la période 1978-1980, où le CH2GM et l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) qui devait le remplacer, cohabitèrent4. Mais l’intérêt de la question des relations entre organismes chargés de l’histoire de la Résistance ne vaut qu’en ce qu’elle permet de considérer comment furent insufflés et coordonnés les premiers travaux sur la guerre, puisque le projet initial de la CHOLF et du CHG englobait la guerre dans son ensemble.

  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid., p. 54.
  • 7 Laurent Douzou cite une lettre de Lucien Febvre du 16 mai 1952 adressée à Henri Berr où l’auteur s (...)
  • 8 Créée le 20 octobre 1944 par le GPRF, organisme d’exécution, dépendant du ministre de l’Éducation (...)

3Je ne rappellerai pas ici dans le détail les modalités de constitution du CH2GM déjà décrites et analysées par Laurent Douzou dans l’ouvrage qu’il a consacré à l’historiographie de la Résistance5. Le fait marquant qui peut illustrer la relation entre cette première instance antérieure au Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, qui lui succéda, et l’Université fut, comme le remarque l’auteur, que d’entrée de jeu, « les plus hautes autorités de l’État et les sommités de l’Université française du milieu du XXe siècle se donnèrent la main pour encadrer une démarche à leurs yeux manifestement capitale6 ». Encore pourrait-on relativiser le rôle réel de ces sommités universitaires en les imaginant, dans un premier temps, simple caution scientifique d’un comité Théodule. Ce ne fut pas le cas quoique les premières séances de travaux aient été très espacées. Les premiers tenants de la Commission puis du Comité s’impliquèrent malgré tout autant que faire se pouvait dans cette besogne7. Dès 1944, le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), convaincu que l’histoire du Second Conflit mondial d’une façon générale, et de la Résistance en particulier, doit être immédiatement entreprise, crée deux structures : l’une, la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF)8, dès octobre 1944, l’autre, le Comité d’histoire de la guerre (CHG), organisme interministériel rattaché à la présidence du Conseil, le 6 juin 1945. Il est défini comme un organisme de coordination des travaux sur la guerre. On y trouve Camille Bloch de l’Institut, Paul Vaucher, Lucien Febvre, Ernest Labrousse pour ne citer que ceux-là (cf. le tableau en annexe).

  • 9 Arrêté du 15 mars 1945.
  • 10 (1920-1987), boursier, communiste à 16 ans au moment du Front populaire, Jean Bouvier débuta au CN (...)
  • 11 (1918-2007), catholique, assistant de Pierre Renouvin après la guerre, il fut directeur de recherc (...)
  • 12 (1926-2001), résistant, catholique, spécialiste reconnu de la Grande-Bretagne au XIXe et XXe siècl (...)
  • 13 Spécialiste des relations internationales contemporaines, Jacques Bariéty fut professeur à Metz et (...)
  • 14 Spécialiste de l’Allemagne contemporaine, très marqué à droite (membre du club de l’Horloge dans l (...)
  • 15 Né en 1933, spécialiste d’histoire religieuse, ses travaux portent sur la démocratie chrétienne le (...)

4Ces deux organismes fusionnèrent en décembre 1951, date à laquelle fut créé le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM). Un premier arrêté du 22 novembre du ministère de l’Éducation nationale institue cette commission auprès du Comité des travaux historiques dépendant de la Bibliothèque nationale et nomme 37 membres. Un second, le 23 décembre nomme 7 nouveaux membres, puis le 23 février 1945, encore 12, soit 54 au total. L’éminent médiéviste, professeur à la Sorbonne, Édouard Perroy, est placé en détachement auprès de la commission9. En décembre 1956, Lucien Febvre, décédé, est remplacé par Maurice Baumont de l’Institut. 1977 voit l’entrée d’autres universitaires, comme Jean Bouvier10, René Rémond11, François Bédarida12, Jacques Bariéty13, François-Georges Dreyfus14 et Jean-Marie Mayeur15. En 1978 est créé l’IHTP, laboratoire propre du CNRS dont François Bédarida devient le directeur avec un comité de direction présidé par René Rémond et constitué de membres nommés par le CNRS et de représentants de l’administration. Les deux organismes coexistèrent dans les mêmes locaux, mais avec des budgets séparés, jusqu’en 1980.

5Avant de revenir aux relations entre le CH2GM et l’Université, il nous faut rappeler un élément de contexte déterminant dans la constitution de la structure initiale, CHOLF et CHG, organismes d’État qui ne dépendaient pas de l’Université tout en ayant besoin des compétences universitaires de renom. Mais au même moment, l’Université était confrontée comme le reste du pays à la question de l’épuration qui, au sortir de la guerre, revêtait une importance toute particulière dans un climat de suspicion. La création de ces deux structures nouvelles chargées de l’histoire de la guerre et de l’occupation imposait de choisir des hommes dont le passé était irréprochable aux yeux des autorités issues de la Résistance.

Le contexte de l’épuration universitaire

6Rappelons que les instances régionales réalisèrent pour l’essentiel leur tâche entre l’automne 1944 et l’été 1945 et que les dossiers suffisamment étayés par des témoignages jugés valides accompagnés d’un avis furent soumis au Comité supérieur d’enquête (CSE) chargé pour chaque cas, de proposer au ministre la sanction administrative qui lui semblait la plus adaptée. Le Comité académique d’enquête (CAE) de Paris par exemple, mais cela n’était pas le cas dans toutes les académies, était pourvu d’une sous-commission à l’enseignement supérieur présidée par le directeur de l’École normale supérieure (Pauphilet). Elle était composée de deux représentants de chaque faculté (Droit, Lettres, Sciences, Médecine et Pharmacie), soit un total de onze membres. Mais Paris avait en outre cette particularité d’être doté d’une double instance : y siégeait le CSE ainsi que le Conseil académique d’enquête, chargé des dossiers de l’académie parisienne. L’entente entre ces deux instances fut pour le moins difficile, le CSE révisant quasi systématiquement les propositions émises par le CAE. L’épuration, comme tout processus judiciaire fut également un lieu de pouvoir où chacun, acteurs ou institution, était jaloux de ses prérogatives et tentait à l’occasion d’imposer ainsi sa propre légitimité. Quiconque a connu les arguties des commissions universitaires en temps de paix pour l’attribution d’un poste peut aisément imaginer la palette des attitudes des uns et des autres, qui plus est dans un processus de jugement : défiance, rancœur, jalousie parfois, jeu d’influence entre collègues, mais aussi solidarité, tolérance caractéristique du milieu universitaire, etc.

7Au plus haut niveau l’épuration touche quatre ministres anciens universitaires dont trois sont déférés en Haute Cour de justice : Albert Rivaud, Jacques Chevalier, Jérôme Carcopino. Deux d’entre eux obtinrent un non-lieu, tandis que Jacques Chevalier fut condamné à une peine de vingt ans de travaux forcés et à la confiscation de la moitié de ses biens. Condamné en mars 1946, il bénéficia un an plus tard d’une mesure de libération conditionnelle.

8Cent quarante des 1 500 fonctionnaires enseignants du supérieur furent l’objet d’une instruction administrative, et eurent donc un dossier d’épuration portant leur nom, qui fut étudié par le Conseil supérieur d’enquête. On trouve parmi eux des professeurs, des maîtres de conférences, des assistants, quelques chefs de travaux, des agrégés de médecine ou de droit. On compte environ 10 % des professeurs touchés, et 8,5 % des 473 assistants et chefs de travaux. Au total, les universités de province où l’on compte en moyenne 12,5 % de dossiers constitués paraissent avoir été plus sévères qu’à Paris, où une trentaine de cas furent étudiés par le CAE sur les 635 enseignants de faculté, soit environ 5 %. 77 révocations furent prononcées à l’encontre des enseignants du supérieur, dont huit recteurs auxquelles s’ajoutent des sanctions de second ordre, blâme, rétrogradations, déplacement, etc.

9Il est cependant remarquable que seuls quelques juristes se soient trouvés inquiétés alors que d’autres disciplines, moins sollicitées par le régime, fournissent des effectifs plus conséquents. Parmi ceux dont on connaît l’origine, on constate par exemple qu’autant de professeurs de droit sont inquiétés que de chercheurs du Museum d’histoire naturelle de Paris (5) ; une trentaine de professeurs de médecine dont 14 à Montpellier (haut lieu de l’enseignement médical depuis Rabelais), une vingtaine en sciences, une quinzaine d’enseignants de lettres, 9 recteurs, un assistant au Collège de France, etc. Il va de soi que le contenu des dossiers personnels est ici déterminant pour apprécier la diversité des cheminements individuels.

  • 16 La moyenne des sanctions prises au ministère de l’Éducation nationale s’établit, tous personnels c (...)
  • 17 Où le Front national universitaire avait établi une liste d’une douzaine d’enseignants à épurer dè (...)

10Si l’épuration universitaire ne concerne en valeur absolue que peu d’individus, il n’en reste pas moins que les enseignants du supérieur inquiétés furent bien plus nombreux que dans l’enseignement primaire ou secondaire16. Cette dimension est d’autant plus importante que certaines affaires résonnèrent parfois longtemps dans le monde des sciences (Mauriac, Dumézil, Mauss, etc.) ou dans le cadre de la Sorbonne17. Ces éléments de contexte expliquent donc le choix de ne faire appel qu’à des universitaires de renom au-dessus de tout soupçon de pétainisme ou de collaboration. Penser les relations entre CH2GM et université pose la question de savoir ce que sont les universitaires d’après-guerre. Plusieurs lignes de partage peuvent être discernées : l’épuration, l’orientation politique, l’omniprésence parisienne, l’importance du nom… Une condition exclusive propre à tout membre de la CHOLF était d’avoir fait partie de la résistance ou d’avoir été déporté, bref d’offrir un profil sans faille. C’est-à-dire des garanties à la fois scientifiques et politiques à un moment où l’épuration n’est pas encore achevée et où les passions demeurent vives.

Les premiers universitaires de la CHOLF et du CHG : acteurs-témoins et historiens-caution

11Les universitaires les plus prestigieux intégrèrent le bureau du Comité d’histoire de la guerre (CHG) lors de sa création le 6 juin 1945, comme l’attestent les noms qui suivent.

12Pierre Renouvin (1893-1974), ancien combattant de la Première Guerre, mutilé au Chemin des Dames, fut professeur d’histoire des relations internationales à la Sorbonne, membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1946 et président de la Fondation nationale des sciences politiques de 1959 à 1971, pour ne citer que quelques-uns de ses titres. Pierre Renouvin, connu et respecté de tous, omniprésent dans toutes les sphères de décision de l’Université et du CNRS était une figure incontestée du monde universitaire.

  • 18 Après la guerre, il succède à Marc Bloch à la Sorbonne et occupe alors la chaire d’histoire économ (...)

13Ernest Labrousse (1895-1988), moderniste, venu de l’économie politique à l’histoire en passant par le droit – il est avocat – a un parcours original. Il est militant socialiste très actif, journaliste à L’Humanité, socialiste dès 1916, il rejoint le Parti communiste après le congrès de Tours et retourne à la SFIO en 1925. Proche des Annales mais surtout de Marc Bloch, il est directeur d’études à la IVe section de l’École pratique des hautes études en 193818.

  • 19 Le problème de l’incroyance au XVIe siècle ; La religion de Rabelais (1942), Origène et des Périer (...)

14Lucien Febvre, ancien combattant et professeur à Strasbourg en 1919, fondateur des Annales avec Marc Bloch, membre du Collège de France en 1933 puis de l’Académie des sciences morales et politiques, publia durant la Seconde Guerre mondiale ses ouvrages les plus connus19.

15Robert Fawtier (1885-1966), médiéviste, résistant, revenu d’une longue et pénible déportation à Mauthausen, entre 1942 et 1945, fut nommé directeur de recherche au CNRS et professeur à la Sorbonne. Il prit une part essentielle à la création en 1948 à Copenhague du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines dont il fut le premier secrétaire général et devint membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

16Édouard Perroy (1901-1974), médiéviste, professeur à l’université de Lille à partir de 1934, puis à la Sorbonne de 1950 à 1971, fut vice-président des Mouvements unis de Résistance (MUR) sous le nom de « Besson » et présida le comité départemental de libération (CDL) de la Loire.

17Jean-Rémy Palanque (1898-1998), professeur d’histoire ancienne à Aix-en-Provence puis à Montpellier à partir de 1940, vint en aide à un historien allemand, Ernst Stein, antinazi réfugié qu’il cacha dans le Midi avant de le faire passer en Suisse en 1942.

18Georges Lefebvre (1874-1959), d’origine modeste, boursier, proche de Jules Guesde puis de Jean Jaurès, adhère à la SFIO en 1905, enseigne durant 25 ans en lycée et soutient sa thèse sur les paysans du Nord pendant la Révolution française en 1924. Il est ensuite nommé avec l’appui de Marc Bloch et Lucien Febvre à Strasbourg puis à la Sorbonne en 1935. Au moment de la constitution du Comité, il a 71 ans.

19Font aussi partie du Comité Paul Vaucher, moderniste à la Sorbonne et Camille Bloch de l’Institut.

20La présence des universitaires dans la CHOLF et le CHG, on le voit, paraît répondre à des critères associant un incontestable rayonnement scientifique, caution de cette institution nouvelle chargée de l’histoire de la guerre, et un passé politique en accord avec les buts de la nouvelle institution. Outre leur incontestable compétence dans leur discipline, ces premiers historiens à la fois acteurs et témoins ne se posaient-ils pas d’entrée de jeu comme les gardiens du temple du souvenir résistant ? La nature des activités de la CHOLF et du CHG, puis du CH2GM montre que les historiens universitaires sont avant tout la caution scientifique de cette mémoire résistante qu’ils vont servir en en recensant les matériaux et en en remobilisant les forces vives.

Les débuts de l’histoire immédiate

  • 20 « […] Il apparaît essentiel à M. Febvre de se renseigner d’abord sur l’activité des différents org (...)
  • 21 Rappelons qu’en dehors de la CHOLF, chargée de la préservation de documents, des témoignages et de (...)

21Dans un premier temps, les travaux du comité sont avant tout centrés sur les archives, leur repérage, les contacts avec les instances étrangères équivalentes, sur les publications ou projets de publication d’inventaire, bref sur la confection des outils de recherche pour une histoire future. Cette première phase requérait avant tout, outre un comité scientifique irréprochable, le travail de terrain de toutes les bonnes volontés qu’elles émanent ou non de l’université. Archivistes, bibliothécaires, enseignants du second degré, retraités, et quelques rares universitaires commencèrent ainsi le repérage et surtout le travail de collection des sources orales. La lecture des procès-verbaux des séances du Comité montre ce souci constant de légitimité et de méthode20. C’est dans cette même perspective que sont créées différentes commissions (des archives, des bibliothèques et de la bibliographie, des programmes, des relations extérieures)21. D’autres commissions existèrent, dont il n’est pas toujours aisé d’établir les liens de rattachement, qui furent présidées ou animées par des universitaires ou des historiens de renom. Sur les 9 commissions d’histoire (déportation, résistance, captivité, militaire, économique et sociale ; instruction, jeunesse, arts et lettres ; propagande et collaboration ; Extrême-Orient ; religieuse), 8 furent présidées par des professeurs d’université, du Collège de France ou membres de l’Institut.

  • 22 Procès-verbal, réunion du CHG, 4 mars 1950.

22Si la lecture des procès-verbaux des séances du Comité, souvent très lisses, ne montre guère d’opposition au sein du comité, elle permet d’en déceler les facteurs d’unification. Ainsi, les instances étrangères et leurs initiatives sont l’objet d’une attention toute particulière. La réunion du CHG du 12 février 1948 s’attarde assez longuement sur différents projets étrangers (commission de Nuremberg, projet américain d’inventaire d’archives de la guerre en 37 volumes, projet allemand, anglais). Exemple d’une possible concurrence institutionnelle au plan international, une discussion entre membres du CHG, en mars 1950, à propos de la conférence d’Amsterdam, initiative hollandaise qui dispose de gros moyens et dont le CHG paraît se défier tandis que les Américains y sont très favorables22. On pressent que dès l’origine, les institutions cherchent à se placer au plan international et peut-être aussi à jouer un rôle au sein du Comité international des sciences historiques reconstitué après-guerre, au Congrès international de Paris qui eut lieu la même année.

23La question de la participation des vaincus est également débattue :

  • 23 Ibid., p. 26.

« Si le programme était strictement limité à la documentation : énumération des archives, bibliographie, méthodes et publications », expliquait Lucien Febvre, « un historien allemand, à titre d’observateur, à condition qu’il soit connu non seulement pour sa compétence d’historien, mais aussi par son éloignement bien attesté du nazisme, pourrait être admis à la conférence. De même avec moins de réserve, un historien autrichien et des Italiens, s’ils en formaient le désir, à condition qu’on ne nous envoie pas des fascistes notoires et non repentis et qui pourraient créer des incidents23. »

  • 24 Grand promoteur de l’archéologie appliquée à l’époque médiévale, période délaissée à l’époque par (...)
  • 25 Dont le prénom n’apparaît pas dans le bulletin du CHG.
  • 26 D’une manière générale, lorsque les informations manquent, c’est que le nom n’apparaît ni dans l’o (...)

24À partir de 1952, on trouve le nom de six autres universitaires (Fernand Braudel compris). Michel de Boüard (1909-1989), chartiste, est nommé professeur d’histoire à l’université de Caen en 1940 après avoir été membre de l’École de Rome dans les années trente. Son entrée au sein du Comité est justifiée par son statut de résistant, de membre du Parti communiste (entre 1942 et 1960) et de déporté à Mauthausen24. Apparaissent également ceux de Georges Livet, universitaire strasbourgeois, qui dirigea avec Francis Rapp une Histoire de Strasbourg des origines à nos jours et Wolf25, chargé de cours en 1955 à l’université de Toulouse26.

  • 27 Il entama une carrière politique comme maire de Rennes de 1953 à 1977 sous l’étiquette MRP, député (...)
  • 28 « Le nazisme : controverses et interprétations », texte de la conférence sur http://www.phdn.ORG, (...)
  • 29 L’Allemagne du Congrès de Vienne à la Révolution hitlérienne (1815-1933), Paris, Éditions de Cluny (...)
  • 30 Soulignons toutefois que les portes de l’Université restèrent pour lui closes. Professeur d’histoi (...)
  • 31 Notamment L’Allemagne, lendemains de guerre et de révolution, A. Colin, 1922 ou sa thèse de géogra (...)

25Henri Fréville (1905-1997), professeur agrégé d’histoire au lycée Chateaubriand à Rennes en 1932, enseigna ensuite, de 1949 à 1971, l’histoire moderne à l’université de Rennes où il créa l’Institut armoricain de recherches historiques27. Edmond Vermeil, germaniste strasbourgeois, qualifié par Enrique Leon28 de « calviniste et libéral », professeur à Strasbourg, puis à la Sorbonne et à l’Institut d’études politiques, est un ancien combattant mais aussi un antifasciste, qui avait participé au Comité de vigilance des intellectuels après le 6 février 1934. Il est l’auteur de différents ouvrages qui tendent à inscrire le nazisme dans la longue durée29. Il est inutile de présenter Fernand Braudel (1902-1985)30. Rappelons seulement qu’il est en 1937 directeur d’études à l’École pratique des hautes études (section de philosophie de l’histoire). Prisonnier en Allemagne en 1940-1945, il passe sa thèse en 1947 et dirige Les Annales de 1946 à 1968. C’est au titre de sa longue captivité qu’il est sollicité pour présider la commission d’histoire de la captivité. Enfin, Maurice Baumont (1892-1981), ancien combattant, blessé et prisonnier au cours du premier conflit, et spécialiste de l’industrie allemande, devient expert auprès des services diplomatiques durant l’entre-deux-guerres puis chef de service au secrétariat de la SDN. Professeur au CNAM, ses nombreux travaux sur l’Allemagne comme son expérience du monde diplomatique font de lui un expert reconnu31. Il préside le CH2GM à la suite du décès de Lucien Febvre en 1956 et devient membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1957. Les années soixante voient l’entrée au Comité de Jean Fourastié, François Bédarida, alors maître-assistant, Jacques Droz, René Rémond, Pierre Guiral, Alfred Sauvy, Pierre Vilar.

  • 32 Quatre années dures, 1945 (roman) ; Histoire de la Résistance (1940-1944), 1950 ; Tragédie de la d (...)
  • 33 Cf. Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 164-165.
  • 34 AN 72 AJ 1937. Archives Henri Michel. Cette source m’a été aimablement indiquée par Bruno Leroux q (...)

26C’est aussi à cette époque qu’Henri Michel, précurseur de l’histoire immédiate, va, après avoir publié plusieurs ouvrages32, soutenir sa thèse sur Les Courants de pensée de la Résistance (1962). Laurent Douzou a montré comment ce qu’il appelle « la digue sorbonnarde » tentait de s’opposer à des sujets de thèses relatifs à la période33. Ce qui suit montre peut-être l’écart qui pouvait exister entre un « grand universitaire » et un « franc-tireur » dans l’étude d’un sujet émergent, encore chargé du poids du présent, où la ligne de partage paraît dessinée autant par la position scientifique que par la posture idéologique. Dans son « Rapport au Doyen », le 9 avril 1962, Pierre Renouvin ne ménage pas ses critiques à l’encontre du thésard Henri Michel : « […] Le titre (“les courants de pensée dans la Résistance”) ne répond pas exactement au contenu […], la définition de la Résistance même est incertaine […], la conception générale est quelque peu surprenante » (critique de la séparation communiste/socialiste – ou non, et de la non prise en compte des autres tendances) […] « L’auteur tend donc à montrer que seuls les deux partis auxquels il consacre son étude ont eu un rôle. Telle paraît être d’ailleurs sa conviction intime, puisqu’il n’hésite pas à affirmer que [ citant Henri Michel] “la droite dans son immense majorité, a été vichyste. Lorsqu’elle a adhéré à la Résistance, c’est sous la forme du giraudisme” ». L’intéressé n’est évidemment pas d’accord avec cette lecture. Dans une note à l’attention de Maurice Baumont, Henri Michel reprend point par point les critiques de Renouvin dont il raille la lecture qui ne lui semble pas avoir été « détaillée ». Il achève sa note par la phrase suivante : « Je borne là ces remarques, qu’il me serait facile de multiplier34. » Ces quelques lignes augurent-elles d’une rivalité ou de rapports tendus entre le secrétaire général du CH2GM et le professeur de la Sorbonne membre de l’Institut ? Son investissement pionnier dans l’histoire de la Résistance et sa compétence sur le sujet, compétence reconnue par son entrée au CNRS en 1966 comme directeur de recherche, faisaient-ils de Henri Michel un trublion dans le bel ordonnancement du système universitaire ?

Le tournant des années soixante-dix

  • 35 Bulletin du CH2GM, no 174, juin 1968.
  • 36 Dans le numéro 192 du Bulletin (mars-avril 1971), sont mentionnés les travaux de Bohbot, La Tourai (...)
  • 37 Ibid., mai-juin 1971, no 193, p. 13
  • 38 Ibid., no 194 juillet-août 1971, p. 5.
  • 39 Ibid., no 205 mai-juin 1973.
  • 40 Ibid., no 206 juillet-août 1973 : « de nombreuses thèses sont en cours : M. Bouladou (Hérault), Bo (...)

27Si les structures sont présidées par des universitaires de renom, les travaux universitaires sur le thème de la guerre ne vont émerger que lentement. Proximité des événements, passions idéologiques encore vives, douleurs des contentieux locaux, prudence des directeurs de mémoires et de thèse face à ce sujet d’histoire immédiate, accès aux archives, etc., sont sans doute autant d’éléments qui freinèrent le décollage de travaux neufs. C’est seulement au début de l’année 1968 que l’on sent frémir la montée des travaux universitaires soit entrepris par les correspondants départementaux – véritable cheville ouvrière du comité, qui recueillent depuis la fin de la guerre toutes les traces (documents, sources orales) ou qui mettent en œuvre les premières enquêtes sur l’histoire de la Résistance – soit par des étudiants de maîtrise ou en thèse. Lors de la réunion des correspondants départementaux de la commission d’histoire de la Résistance, du 11 janvier 1968, Henri Michel « rappelle avec quelle prudence les correspondants doivent agir s’ils veulent publier leurs travaux. Les conditions locales sont souvent telles que les publications touchant au rôle d’un parti politique ou d’un individu peuvent réveiller des passions qu’on croyait endormies. Les travaux universitaires offrent par rapport aux autres publications une triple garantie : un maximum de sérieux au départ, un minimum de retentissement à l’arrivée, un temps assez long de préparation ». Un argument qui conjugue non sans humour la vertu des travaux universitaires, en ces temps où le sujet peut être encore sulfureux. Autrement dit, les universitaires offraient l’avantage d’effectuer un travail sérieux qui ne risquait guère de faire de vague compte tenu de leur diffusion confidentielle. À la fin de la séance, après avoir insisté sur « la discrétion nécessaire aux auteurs de travaux universitaires, discrétion voulue par le caractère même des documents mis à leur disposition, Henri Michel en conclusion souligne l’aide qui doit être apportée par les correspondants dans toute la mesure du possible aux travaux universitaires35 ». Signe d’un réel décollage, à partir du printemps 1971, il est fait mention dans une rubrique spéciale des travaux émanant de l’Université36. À la lecture du Bulletin, l’année 1971 est l’année charnière où tout bascule : dans le numéro de mai-juin, « H. Michel constate avec joie que depuis quelque temps les étudiants s’intéressent de plus en plus à cette période grâce à la compréhension des nouveaux professeurs d’histoire contemporaine. […] un bon exemple (de la coopération correspondant-étudiants) est celui de MM. Vivier et Bohbot dans l’Indre et Loire37 ». L’été de cette même année, on peut lire qu’il y a de plus en plus de demandes de nouveaux sujets : « Henri Michel rappelle qu’il […] faut agir avec la plus grande prudence et écarter systématiquement les journalistes et les curieux38. » La rubrique des ouvrages reçus commence à s’enorgueillir de travaux achevés. Dans le Bulletin de mars avril 1972, on peut lire : « ouvrages reçus à la bibliothèque du Comité : J. Sainclivier, Le Front national et les FTP d’Ille-et-Vilaine (1940-1944), mémoire de maîtrise de l’université de Rennes, donné par l’auteur. » Dès lors, la production se développe au-delà de toute espérance. Cette même année, sur 17 correspondants départementaux du Sud-Ouest, 6 ont entamé une thèse d’État ou de troisième cycle39, pour un total de 53 entreprises en France à l’été 197340.

  • 41 Dans le no 124 de 1981, Henri Michel rédige un article intitulé « Le comité d’histoire de la Deuxi (...)

28Le maillage des correspondants départementaux impliqua donc dans un second temps seulement les universitaires. Les premiers correspondants qui étaient issus « de la Résistance », condition sine qua non, des archives et des bibliothèques, de l’enseignement primaire ou secondaire, enseignants ou inspecteurs d’académie ou généraux, recensèrent les actions et interrogèrent les témoins ; les correspondants de la génération suivante se lancèrent ensuite dans des travaux universitaires dès lors qu’ils y furent encouragés41.

Conclusion : l’ordre du discours

  • 42 Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 13.

29Dès 1964, Henri Michel répertoriait 1 200 publications. C’est cette même année que la Bibliographie annuelle de l’histoire de France intégrait les articles sur la Seconde Guerre mondiale au nom de l’objectivité historique que censaient cautionner 20 années de distance. Au total, Laurent Douzou compte, entre 1964 et 2001, 37 % des 11 600 publications consacrées à la période 1939-1945 qui sont centrées sur la Résistance intérieure ou la France libre42.

30Les universitaires furent présents dans le CH2GM et dans ses structures antérieures en fonction de leur position dominante dans le monde intellectuel qui offrait une caution scientifique indispensable aux comités. Nous avons vu que la plupart des sous-commissions furent présidées par des membres de l’université. Le second critère était de n’intégrer que des hommes (il n’y a qu’une femme, Odette Merlat, chargée de recherche au CNRS) au-dessus de tout soupçon du point de vue politique. D’où la présence d’universitaires ayant un passé de résistant, de prisonnier ou de déporté. On retrouve d’ailleurs ce même souci dans les commissions d’épuration de l’Université. C’est ce qui explique le peu de spécialistes d’histoire contemporaine dans les premiers temps puisqu’il s’agissait avant tout de trouver des noms qui se portent caution du nouvel organisme extérieur aux structures habituelles de la recherche. Le rôle des universitaires au sein de la CHOLF et du CHG fut tout d’abord de coordonner le travail de repérage et de recensement des sources et des organismes étrangers attelés à la même tâche. On sent dans les procès-verbaux des séances de travail une attention soutenue à ce qui se fait ailleurs et par moment des rapports de concurrence avec les structures étrangères comme le montre l’exemple de la conférence des Pays-Bas.

31L’émergence d’un sujet neuf appelle également quelques remarques : la situation de l’université pendant et après l’épuration, ce sujet naissant qui invitait à renouveler les méthodes de recherche et d’une manière générale, le paradigme universitaire au sortir de la guerre ne pouvaient guère que privilégier avant tout la collection et la préservation des archives. D’autant que la tâche était lourde puisqu’elle englobait tous les aspects de la Seconde Guerre mondiale. Le travail de collecte des sources orales fut réalisé par des archivistes, des bibliothécaires, des enseignants, des bonnes volontés diverses, mais ne fut pas encadré par des universitaires (si l’on excepte Édouard Perroy, détaché auprès du CHG).

32L’activité d’organisation menée par Henri Michel au sein du comité « déborda » d’une certaine façon l’influence que pouvaient avoir les universitaires sur ce chantier émergent de l’histoire de la Résistance. On peut penser que cette démarche devait être considérée comme de seconde importance par le monde universitaire. Les échanges parfois vifs que le secrétaire du Comité eut avec son directeur de thèse montrent le tour que pouvaient prendre les relations entre les uns et les autres. D’autant que l’arrière-plan idéologique y est omniprésent et que, comme toujours, les enjeux du présent s’avèrent déterminants dans la lecture des événements.

33Le travail d’enseignants du second degré concrétisant ces recherches initiales par des travaux universitaires, maîtrises puis thèses, n’apparaît guère avant le tournant des années 70, date où le sujet « décolle », bénéficiant du renouveau historiographique et des questionnements mémoriels marqués par les travaux de Robert Paxton ou le film Le chagrin et la pitié.

  • 43 « Société du vingtième siècle et histoire cinématographique », Annales ESC, 23e année, no 3, 1968.
  • 44 À la chaire d’histoire des systèmes de pensée, le 2 décembre 1970.

34Il en va là comme pour d’autres sujets. Il ne s’est au fond pas passé autre chose dans l’université face à l’étude de la Résistance que face à d’autres sujets émergents. Le cinéma est par exemple significatif du temps d’adaptation qui fut nécessaire avant qu’il ne soit considéré – l’est-il encore pleinement aujourd’hui ? – comme un véritable objet de recherche. Souvenons-nous que l’entrée du cinéma dans Les Annales, un article de Marc Ferro de quatre pages et demie, date de 1968, c’est-à-dire 73 ans après l’invention des frères Lumière43. Encore fallut-il une bonne dizaine d’années pour que, passé l’âge des travaux pionniers en histoire (Ferro, Sorlin), les sujets cinématographiques commencent à devenir sujets de maîtrises voire de thèses. On pourrait en dire tout autant de l’histoire des femmes ou du genre, de l’opinion, des représentations ou encore, pour la période qui nous intéresse, des femmes tondues, sujets qui furent longtemps considérés comme des angles morts réputés sans intérêt ou intraitables. Ramené à la pesanteur des années d’après-guerre, il n’est pas sûr que l’Université des années cinquante ait été plus timorée que celle d’aujourd’hui. Quelle que soit l’époque, la légitimité des approches ou ce que Michel Foucault appelait « l’ordre du discours » évoluent lentement. Lorsqu’il prononçait, en 1970, sa leçon inaugurale au Collège de France, intitulée précisément « L’ordre du discours44 », Michel Foucault évoquait l’intérêt de « traiter non pas des représentations qu’il peut y avoir derrière le discours, mais des discours comme des séries régulières et distinctes d’événements… » C’est à cela que nous songeons tous après tout ce qui a pu être dit et surtout écrit à propos de la Résistance et de la guerre, et après tout ce qui a été et va encore être dit au cours de ce colloque. Des séries régulières et distinctes d’événements… n’est-ce pas la seule vraie question qui subsiste aujourd’hui ?

Universitaires membres de la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France, du Comité de la Guerre et du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale d’après le dépouillement des bulletins de ces organismes.

Universitaires membres de la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France, du Comité de la Guerre et du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale d’après le dépouillement des bulletins de ces organismes.

Sigles : ASMP : Académie des sciences morales et politiques ; CHIPJAL : commission d’histoire de l’instruction publique, de la jeunesse et des arts et lettres ;
CHPC : commission d’histoire de la propagande et de la collaboration ; CNAM : Conservatoire national des arts et métiers ;
IEP : Institut d’études politiques ; INED : Institut national d’études démographiques.

Notes

1 Cf. le tableau en p. 148-151. Seul Pierre Renouvin y figure dès 1945, puis Maurice Baumont à partir de 1951. Afin de ne pas alourdir démesurément cette étude, les limites chronologiques ont été fixées à 1978-1979, période correspondant à la création de l’IHTP.

2 Cf. Th. Chabord, « Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et ses archives », La Gazette des archives, no 116, 1er trimestre 1982, p. 5-19.

3 Bulletin du CH2GM, Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (RH2GM) et procès-verbaux des séances de travail du CHG (AN. 72 AJ 675/676/677), papiers Henri Michel (72AJ 1937), courriers du Comité (72AJ 632).

4 Cf. Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Le Seuil, coll. Points « L’histoire en débats », 2005, p. 197-202.

5 Ibid.

6 Ibid., p. 54.

7 Laurent Douzou cite une lettre de Lucien Febvre du 16 mai 1952 adressée à Henri Berr où l’auteur se plaint du surcroît de travail que lui procure « l’écrasant Comité d’histoire de la Guerre mondiale » tout en refusant de laisser cette tâche « à des pétainistes ». Ibid., p. 62.

8 Créée le 20 octobre 1944 par le GPRF, organisme d’exécution, dépendant du ministre de l’Éducation nationale rattaché aux bibliothèques. Cf. « Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et ses archives », un article d’Édouard Perroy sur la CHOLF dans la Revue de synthèse t. XVI, Introduction à l’histoire de la guerre 1939-1945, p. 14-19.

9 Arrêté du 15 mars 1945.

10 (1920-1987), boursier, communiste à 16 ans au moment du Front populaire, Jean Bouvier débuta au CNRS et finit sa carrière à la Sorbonne. Disciple de Labrousse, marqué par le marxisme et spécialiste d’histoire économique, il fut le chantre d’une histoire totale intégrant l’économique au social et le politique au culturel.

11 (1918-2007), catholique, assistant de Pierre Renouvin après la guerre, il fut directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques dont il devint le président en 1981, professeur à l’IEP de Paris, et académicien où il succéda à François Furet. Ses travaux, une trentaine d’ouvrages dont le plus connu, La droite en France de 1815 à nos jours, firent de lui l’une des grandes figures du renouveau de l’histoire politique.

12 (1926-2001), résistant, catholique, spécialiste reconnu de la Grande-Bretagne au XIXe et XXe siècle, il dirigea l’IHTP jusqu’en 1990 et contribua largement au développement des problématiques neuves sur le rôle social de l’historien.

13 Spécialiste des relations internationales contemporaines, Jacques Bariéty fut professeur à Metz et à Strasbourg puis professeur émérite à la Sorbonne.

14 Spécialiste de l’Allemagne contemporaine, très marqué à droite (membre du club de l’Horloge dans les années 70-80, militant royaliste), ses travaux sur Vichy et la résistance tentant de réhabiliter la thèse du « double jeu » entre Pétain et de Gaulle furent l’objet de contestations hors du commun.

15 Né en 1933, spécialiste d’histoire religieuse, ses travaux portent sur la démocratie chrétienne le catholicisme social et l’histoire politique.

16 La moyenne des sanctions prises au ministère de l’Éducation nationale s’établit, tous personnels confondus à 15 pour mille. Même si les effectifs ne sont pas comparables, cette proportion à l’université est malgré tout environ 6 fois supérieure. Au total, l’Université peut-être considérée comme sévèrement touchée, puisqu’on y constate la même proportion d’épurés que dans la police ou la magistrature qui furent les ministères les plus épurés.

17 Où le Front national universitaire avait établi une liste d’une douzaine d’enseignants à épurer dès 1943.

18 Après la guerre, il succède à Marc Bloch à la Sorbonne et occupe alors la chaire d’histoire économique et sociale. Labrousse publie en 1944 son ouvrage le plus célèbre, la Crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution.

19 Le problème de l’incroyance au XVIe siècle ; La religion de Rabelais (1942), Origène et des Périers ou l’énigme du Cymbalum Mundi (1942) ; Autour de l’Heptaméron : amour sacré, amour profane (1944).

20 « […] Il apparaît essentiel à M. Febvre de se renseigner d’abord sur l’activité des différents organismes qui s’occupent déjà des problèmes relatifs à la guerre […] ; M. Renouvin souligne ensuite que les publications éventuelles des différents ministères doivent être irréprochables au point de vue méthode pour ne pas s’exposer à la critique (“vous savez qu’à l’étranger elles seront examinées avec un esprit critique certain, et peut-être un esprit de [souligné] critique”) ; […] M. Camille Bloch demande si pour remonter aux causes, le Comité ne devra pas partir de 1919 et utiliser les travaux faits par la BDIC. M. Febvre insiste sur la nécessité de se borner d’abord à un travail d’inventaire. » AN 72 AJ 675, procès-verbal, réunion du CHG du 1er juillet 1946.

21 Rappelons qu’en dehors de la CHOLF, chargée de la préservation de documents, des témoignages et de la publication de « textes importants », sont constituées très tôt trois autres commissions : la Commission consultative des dommages et réparations, anciennement « Commission du coût de l’occupation », dont le rôle est d’évaluer les pertes liées à la guerre ; le Comité du Livre Noir des crimes de guerre, créé en septembre 1947 et « chargé d’arrêter le plan d’un certain nombre d’ouvrages qui dresseront le bilan des crimes de guerre commis par l’ennemi contre les biens, les personnes et les institutions ; enfin, la Commission parlementaire d’enquête sur les événements de 1933 à 1945, qui se propose de rechercher les responsabilités de la défaite et de la collaboration et désigne des rapporteurs spécifiques pour les questions politique, militaire, diplomatique et économique.

22 Procès-verbal, réunion du CHG, 4 mars 1950.

23 Ibid., p. 26.

24 Grand promoteur de l’archéologie appliquée à l’époque médiévale, période délaissée à l’époque par les archéologues, ce notamment en utilisant la méthode stratigraphique, il contribue à la reconstruction de la ville de Caen et y dirige les fouilles de son château entre 1949 et 1966. L’investigation des sites « non-monumentaux », c’est-à-dire ceux dont aucun vestige ne dépasse du sol, développée par Michel de Boüard est fondatrice d’une nouvelle forme d’archéologie très utile dans la connaissance de l’homme médiéval et de son habitat. Ses travaux contribuèrent largement au développement dans les années soixante-dix de l’archéologie préventive permettant de préserver les sites lors de grands travaux. Il fonde également le musée du château de Caen.

25 Dont le prénom n’apparaît pas dans le bulletin du CHG.

26 D’une manière générale, lorsque les informations manquent, c’est que le nom n’apparaît ni dans l’ouvrage Dictionnaire biographique des historiens français et francophones de Christian Amalvi (Paris, La Boutique de l’Histoire, 2004) ni dans les recherches menées sur internet, excepté les traces de la production éditoriale des intéressés. D’où l’absence d’information dans le cas, rare, comme celui de Wolf, chargé de cours et en début de carrière. Georges Livet, médiéviste, est également l’auteur de L’université de Strasbourg de la Révolution française à la guerre de 1870 (Presses universitaires de Strasbourg, 1965) et dirigea avec R. Mounier, une Histoire générale de l’Europe en 3 tomes aux PUF.

27 Il entama une carrière politique comme maire de Rennes de 1953 à 1977 sous l’étiquette MRP, député d’Ille-et-Vilaine (entre 1958 et 1968) et sénateur de 1970 à 1977. Outre sa thèse sur L’Intendance de Bretagne (1689-1790). Essai sur l’histoire d’une intendance en Pays d’États au XVIIIe siècle, Henri Fréville est l’auteur de différents ouvrages d’histoire sur la Seconde Guerre mondiale, notamment La presse bretonne dans la tourmente 1940-1946 (Plon, 1979) et Archives secrètes de Bretagne (éd. Ouest-France, 1985).

28 « Le nazisme : controverses et interprétations », texte de la conférence sur http://www.phdn.ORG, 2001.

29 L’Allemagne du Congrès de Vienne à la Révolution hitlérienne (1815-1933), Paris, Éditions de Cluny, 1934 ; Doctrinaires de la Révolution allemande 1918-1938, Paris, Sorlot, 1939 (recueil de monographies sur les théoriciens de la Révolution conservatrice et du nazisme) et L’Allemagne. Essai d’explication, Paris, Gallimard, 1940, réimprimé en 1945 (vaste synthèse embrassant dix siècles d’histoire allemande). Pour Edmond Vermeil, écrit Enrique Leon, « ce qui mène à Adolf Hitler débute avec Luther. Celui-ci, distinguant très nettement la liberté intérieure et la soumission extérieure, justifie l’autorité souveraine illimitée et le strict respect des devoirs de sa condition, en particulier celui d’obéissance. Il y a donc une continuité dans l’histoire allemande autour des valeurs autoritaires, hiérarchiques, militaristes et expansionnistes qu’incarne au XIXe siècle l’État prussien. Approche un peu simpliste – et ce n’est pas la pire ! – qui épaule la politique de rééducation que mettent en place les vainqueurs ». Ibid.

30 Soulignons toutefois que les portes de l’Université restèrent pour lui closes. Professeur d’histoire de la philosophie moderne au Collège de France entre 1949-1972, il est directeur d’études de la VIe section (Sciences économiques et sociales) de l’École pratique des hautes études entre 1956 et 1972. Il fut également fondateur de l’Association internationale d’histoire économique et administrateur de la Maison des sciences de l’Homme en 1962.

31 Notamment L’Allemagne, lendemains de guerre et de révolution, A. Colin, 1922 ou sa thèse de géographie qui porte sur la grosse industrie allemande, le charbon et la lignite.

32 Quatre années dures, 1945 (roman) ; Histoire de la Résistance (1940-1944), 1950 ; Tragédie de la déportation, 1954 (recueil de documents, avec Olgar Wormser-Migot) ; Les idées politiques et sociales de la Résistance, 1954 (recueil de documents, avec Boris Mirkine-Guetzévitch) ; Combat, 1957 (avec Marie Granet), Les Mouvements clandestins en Europe (1938-1945), 1961.

33 Cf. Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 164-165.

34 AN 72 AJ 1937. Archives Henri Michel. Cette source m’a été aimablement indiquée par Bruno Leroux que je remercie.

35 Bulletin du CH2GM, no 174, juin 1968.

36 Dans le numéro 192 du Bulletin (mars-avril 1971), sont mentionnés les travaux de Bohbot, La Touraine sous l’Occupation (sous la direction de Vigier), Gounand, Dijon sous l’Occupation (sous la direction de Suratteau), Monique Luirard, La révolution nationale dans la Loire (sous la direction de Sorlin), Combes, Le sentiment public d’opposition en Haute-Loire (sous la direction de Latreille).

37 Ibid., mai-juin 1971, no 193, p. 13

38 Ibid., no 194 juillet-août 1971, p. 5.

39 Ibid., no 205 mai-juin 1973.

40 Ibid., no 206 juillet-août 1973 : « de nombreuses thèses sont en cours : M. Bouladou (Hérault), Bourderon (Gard), Beauquier (Bouches-du-Rhône), Larrieu (Pyrénées-Orientales), Chaubin (Corse), Girard (Alpes-Maritimes). Plus deux thèses en préparation : Mme Eychenne sur les passages à travers les Pyrénées et celle de M. Desquenne sur le mur de l’Atlantique » (p. 5).

41 Dans le no 124 de 1981, Henri Michel rédige un article intitulé « Le comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale » dans lequel il cite un certain nombre de correspondants parmi les premiers à avoir rédigé une thèse : « M. Vadon (Ardennes), Rousseau (Nord), Neigert (Moselle), Dodin (Vosges), Martres (Cantal), Girard et Panicacci (Alpes-Maritimes), Guillon (Var), Beauquier (Bouches-du-Rhône), Bouladou (Hérault), Goubet (Haute-garonne), Laborie (Lot), Bécamp (Bordeaux), Racaut et Picard (Poitiers), Laurens (Ariège), Eychenne (Haute-Garonne), Huguen (Côtes-du-Nord), Sainclivier (Ille-et-Vilaine), Rabouin (Indre), Durand (Loiret), Martinet (Nièvre), Chaubin (Corse), Foulon, Marcot (Doubs), Gounand (Côtes d’Or), Duverlie (Somme)… À Paris, Mme Veillon (sur le Franc-Tireur) et Mme de Bellescize (sur le Comité général d’études) » (p. 13).

42 Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 13.

43 « Société du vingtième siècle et histoire cinématographique », Annales ESC, 23e année, no 3, 1968.

44 À la chaire d’histoire des systèmes de pensée, le 2 décembre 1970.

Table des illustrations

Titre Universitaires membres de la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France, du Comité de la Guerre et du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale d’après le dépouillement des bulletins de ces organismes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128772/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Sigles : ASMP : Académie des sciences morales et politiques ; CHIPJAL : commission d’histoire de l’instruction publique, de la jeunesse et des arts et lettres ;CHPC : commission d’histoire de la propagande et de la collaboration ; CNAM : Conservatoire national des arts et métiers ;IEP : Institut d’études politiques ; INED : Institut national d’études démographiques.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128772/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540