Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Deuxième partie. Courants historiographiques et approches épistémologiques

Regard décentré sur l’histoire de la Résistance en France

Jean-Marie Guillon

Texte intégral

  • 1 Je pense notamment aux ouvrages – tout à fait importants – publiés dans la collection « L’Univers (...)
  • 2 H.-G. Haupt, « La lente émergence d’une histoire comparée », in Jean Boutier et Dominique Julia (d (...)

1C’est sans doute l’une des spécificités de la production historiographique sur la France des années quarante en général et sur la Résistance en particulier que la place qu’y tient de manière continue, mais sous des modalités différentes, la « périphérie » régionale. Cette particularité singularise ce champ au sein d’une historiographie contemporaine qui reflète l’organisation même du pays et reste, pour la période la plus proche, particulièrement centraliste ou, si l’on veut, jacobine. Cette historiographie, en histoire politique en particulier, est formatée dans un rapport très inégal entre un centre et une périphérie dont les logiques propres sont négligées. Que l’on songe, par exemple, à l’absence des cultures politiques régionales, dans les tableaux qui se veulent synthétiques sur les cultures politiques en France1 ou aux grandes lacunes de l’historiographie en matière d’institutions ou de politiques locales, à commencer par les conseils généraux ou les politiques municipales. En réfléchissant aux modalités d’une histoire comparée, Heinz-Gerhard Haupt pointe la tendance à n’envisager le local en France que par rapport au niveau national, à la différence de la tradition anglo-saxonne qui se livre plus volontiers à des comparaisons entre régions ou entre villes2. Dans ce cadre, le cas de la France des années quarante est donc particulier et, en son sein, celui de la Résistance encore plus. Les publications de divers ordres, – témoignages, récits, études –, émanant de la province et relevant d’une approche régionale ou locale y tiennent une place considérable jusqu’à aujourd’hui, place qui n’est pas seulement d’ordre quantitatif, mais qui tient aussi, peut-être surtout, à son importance dans la construction du savoir historien sur la Résistance.

2Cette particularité n’est pas sans rapport avec le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM), avec sa structure et ses choix, puisqu’il a joué un rôle majeur dans l’élaboration d’une approche historique de la période. Partie prenante de ce regard décentré, cette contribution essaiera de mettre en relief cette particularité et de rappeler les fondements de cette historiographie, qui, même si elle a donné à la périphérie une place centrale, ne nous semble pas périphérique pour autant.

D’une Résistance fondamentalement « fédéraliste »…

3En fait, cette historiographie reflète, dans sa construction, la réalité éclatée de la France des années quarante. Si la présence régionale y tient une telle place, c’est précisément par suite de l’émiettement du pays en zones aux statuts divers, qu’aucun pouvoir ne contrôle vraiment dans leur globalité. C’est d’ailleurs pourquoi l’expression « la France de Vichy » peut, selon ses emplois, se révéler fallacieuse lorsqu’elle suppose un « centre » qui est, en fait, relatif, surtout si, comme de nombreux épigones de Robert Paxton, on mésestime le rôle et le poids de l’occupant, voire la diversité des situations d’occupation. Dans le contexte du moment, Vichy n’est pas plus que Paris « le » centre, mais un centre contesté par d’autres et dont l’influence réelle se réduit au fil des mois. Paris n’a plus la position privilégiée, sinon hégémonique, qui était la sienne, avant la guerre. Cet état de choses est très clair en ce qui concerne la Résistance. Celle-ci, dans son extraordinaire diversité (de rythme, de formes, d’enracinement social, d’ancrages politiques), naît dans la dispersion, à partir des villes, et surtout des métropoles régionales autour desquelles elle finit par se structurer, en quelque sorte, « naturellement ». C’est pourquoi la structure de cette Résistance est consubstantiellement « fédéraliste ». Ce fédéralisme renvoie par analogie à l’insurrection qui, en 1793, a canalisé la révolte d’une partie de la province contre la dictature du Comité de salut public. L’une des différences entre les deux moments tient à la question du centre. Il y en a un, excessif, contesté, en 1793, il n’y en a plus en 1940-1944, ou, plus exactement, il y en a plusieurs contre lesquels se porte la révolte résistante, elle-même émiettée et dépendant de plusieurs « centres » régionaux, outre Londres et Alger. Mais les résistants, pas plus que les « fédéralistes » de jadis, n’envisageaient un éclatement de la France. La comparaison vaut surtout pour marquer la place des régions, des villes de province, dans l’histoire de l’une et l’autre de ces révoltes, encore que le fédéralisme de la Résistance puisse renvoyer à l’occasion à une certaine filiation proudhonienne ou au communalisme.

4Dans la construction de la Résistance organisée, deux niveaux de réalité sont très vite fondamentaux, le local, réalité de base, et le régional, réalité de commandement. Pour ce dernier échelon nié depuis la Révolution, considéré avec suspicion par les républicains de tradition, la Résistance joue un rôle de révélateur. Elle fait ressurgir une réalité politique forte, tellement forte d’ailleurs que les commissaires régionaux de la République, après les chefs des directoires régionaux clandestins, lui donneront une consistance en termes de pouvoir. Profitons de ce constat d’évidence pour répéter que l’organisation régionale que la Résistance adopte très vite, dès sa naissance en fait, n’est pas un décalque des régions vichystes, mais qu’elle est directement issue du rôle dominant que jouent les villes-centres et leur aire d’influence dans sa mise en place. Cette promotion de l’échelon régional est l’une des ruptures importantes de la Libération.

  • 3 Je me permets de renvoyer sur ce point à ma contribution « Jean Moulin et la Résistance de zone Su (...)

5Par ailleurs, dans une représentation globale et dynamique du développement institutionnel de la Résistance organisée (non communiste), on peut analyser son évolution spatiale comme une reconquête du centre, ou la reconstruction d’un centre, à partir de la périphérie. Dans ce processus, on sait que les mouvements de zone Sud et la Délégation jouent un rôle essentiel. Ces mouvements naissent, entre autres lieux, sur les bords de la Méditerranée entre Montpellier et Nice, avec, comme point central, Marseille, puis ils installent leurs états-majors à Lyon où Jean Moulin vient les rejoindre, avant de « remonter » installer les institutions clandestines centrales à Paris en 1943, après l’Occupation totale du pays, avec notamment la création du CNR, celle du comité central des mouvements de Résistance et la fusion de divers mouvements dans le MLN. En somme, la Résistance instituée effectue le chemin inverse de l’exode, que beaucoup de ceux qui en sont devenus les chefs ont suivi en 1940. La Résistance s’intègre dans une sorte de mouvement de flux et de reflux qui est, à mon sens, l’une de ses grandes « respirations3 ».

  • 4 Voir P. Buton et J.-M. Guillon (dir.), Les pouvoirs en France à la Libération, Paris, Belin, 1994.

6Cependant, ce recentrement, politique, institutionnel (des institutions de la clandestinité) est, dans un même temps, fragilisé par un autre processus, centrifuge, avec la diffusion des maquis, la multiplication des réseaux, la « décentralisation » (départementale, celle-ci) de la Résistance avec ses comités de libération, et, plus encore, avec la fragmentation du pays par suite des difficultés de communication. Comme il a été souvent écrit, et à juste titre, la France de la Libération est atomisée en entités territoriales plus ou moins autocentrées4. Et c’est bien à cette reconquête des régions que le pouvoir central, réinvesti par la Résistance, restauré avec le Gouvernement provisoire de la République française et son chef, doit se consacrer en septembre 1944, alors que, dans le Sud-Est, autour des Comités départementaux de libération (CDL), un mouvement vraiment « fédéraliste » paraît se dessiner.

7Ainsi donc, entre 1940 et 1944, aux divers moments de son histoire, le fait périphérique est essentiel dans la structuration de la Résistance. C’est de là que viennent les principales inflexions. Il y a donc une certaine logique à ce que la construction de l’histoire de cette Résistance soit marquée par cette réalité.

… à une mise en récit « girondine »

  • 5 La Résistance, une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, Le Seuil, Points Histoire, (...)

8Laurent Douzou a bien montré5 que l’histoire de la Résistance commence à s’élaborer avant même la Libération. Mais dès celle-ci accomplie, fleurissent quantité de récits locaux dans la presse, sous forme de brochures et, rapidement, d’ouvrages. Nous ne retracerons pas ici les étapes suivies par l’écriture de cette histoire, marquée par une production considérable. Cette étude a été faite sur un plan général. Cependant, en dépit de ces travaux, la représentation dominante, pour ne pas dire la vulgate, a tendance à considérer, dans une représentation, pour le coup, tout à fait classiquement jacobine, que cette production peut être englobée toute entière sous la rubrique de « mémoires » de la Résistance, homogènes et nationales, la communiste et la gaulliste. Or, cette représentation est trop schématique pour satisfaire. Elle surévalue le poids de la « mémoire » gaulliste en confondant, notamment, le discours politique et le récit historique. Surtout, elle oublie les autres « mémoires », certainement moins cohérentes et plus diverses dans leurs expressions. Elle méconnaît celle des mouvements, qui, s’ils se sont ralliés à la France libre, s’ils sont devenus gaullistes pendant la guerre et s’ils s’opposent aux communistes, avec les gaullistes, après guerre, portent une « mémoire » spécifique. Elle néglige celle, toute militaire, des combats de la Libération. Elle ignore, a fortiori, les « mémoires » régionales ou locales, qui peuvent avoir leurs propres références et suivent, le plus souvent, leur propre rythme.

9Or, dans la production historiographique, qui est d’emblée alimentée par les récits (des combats de la libération, des maquis, des tragédies, etc.) et par les témoignages, s’élabore un véritable genre littéraire – le récit de Résistance –, avec ses codes, ses modèles, ses références (alors que, paradoxalement, la Résistance nourrit peu de fictions). Cette production, pléthorique – difficile à appréhender car, aux ouvrages, devrait s’ajouter l’ensemble des autres textes diffusés – mériterait de trouver ses analystes. Il est à remarquer qu’elle n’a donné lieu à aucune réflexion générale, ni sur le moment, ni après, à peine a-t-elle suscité quelques descriptions, comme celles que l’on trouve dans les bibliographies d’Henri Michel, sur lesquelles on reviendra, mais dont on remarquera qu’elles émanent d’un autre venu de cette périphérie régionale. Or le matériau ainsi collecté est d’une richesse considérable, tant en histoire factuelle, qu’en histoire culturelle – celle des représentations par exemple – ou sociale. Ajoutons que ce type de productions ne s’est jamais vraiment tari et marque à la fois la première étape de l’élaboration historiographico-mémorielle, mais aussi une sorte de sous-ensemble historiographique dont l’importance, jusqu’à nos jours, ne doit pas être sous-estimé, tant du point de vue de la mémoire que de l’histoire.

10Cette production ne répond à aucune impulsion « politique » nationale. Elle est d’abord d’initiative locale, souvent politique ou associative, et elle va très largement le rester. Par la suite, le CH2GM va l’encourager dans une certaine mesure, ou la conforter en intégrant certains auteurs (et acteurs) parmi ses correspondants départementaux et en suscitant des témoignages, qui, les uns et les autres, vont alimenter jusqu’aux années soixante-dix une partie de ce flux de publications.

Entre le centre et ses marges, le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale

  • 6 Le premier numéro consacré à la Résistance date d’avril 1958 (voir ci après), les suivants sont le (...)

11Cependant cette production historique met du temps à être pleinement intégrée par le CH2GM. Il est vrai – et ceci pour couper court là encore à une représentation fausse d’un CH2GM qui aurait privilégié l’histoire de la Résistance (sous-entendu : le légendaire résistant, l’histoire flatteuse de la France héroïque, en négligeant la face sombre) –, que l’on est frappé en listant ses publications par la place assez réduite que la Résistance y tient. En fait, de sa création à la fin des années 1970, la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (RH2GM) ne lui consacre que 7 numéros sur près de 806. Comment, par ailleurs, ne pas noter la longue absence de travaux d’histoire régionale, ce qui est en complète discordance avec le travail effectué par le réseau des correspondants départementaux dans le même temps ?

  • 7 RH2GM no 30, avril 1958 « Sur la Résistance en zone nord », préface, p. 1.
  • 8 M. Baudoin, Histoire des Groupes Francs (M.U.R.) des Bouches-du-Rhône de septembre 1943 à la Libér (...)
  • 9 Soutenue à la faculté des lettres de Caen en février 1959. H. Michel en rend compte dans le no 39 (...)
  • 10 À l’exception du DES de Robert Fareng sur l’Ariège, que le doyen Godechot avait accepté de patronn (...)
  • 11 No 203.

12Le seul numéro de la RH2GM consacré à une résistance territorialisée est celui d’avril 1958 qui porte sur la zone occupée. Dans la préface, Henri Michel tient à rassurer les « anciens résistants, qui pourraient croire parfois que leur action est considérée comme ayant été inutile et ne vaut pas la peine d’être étudiée dans cette Revue7 ». Il entend ici témoigner du travail du Comité et, en même temps, en insistant sur l’article fondamental de Germaine Tillion sur les débuts de la Résistance en zone nord, montrer le type de travaux qui mérite à ses yeux d’être publié. Pour faire taire les critiques, il renvoie aussi aux volumes de la collection « Esprit de la Résistance » qu’il dirige. On remarquera cependant que le seul ouvrage qu’elle publie sur la Résistance en province est celui de Madeleine Baudoin8, qui relève autant du témoignage que de l’analyse historienne, bien qu’il s’agisse à l’origine d’une thèse d’université9. Cette collection avait pour vocation la publication de travaux universitaires, mais l’Université (qui, à cette époque, sur le plan des thèses, se réduit pratiquement à la seule Sorbonne) considère qu’il est trop tôt pour traiter de cette question. De là, la quasi-absence de thèses d’histoire, notamment régionale, sur le sujet10. Les grandes revues d’histoire du moment – Revue historique, Revue d’histoire moderne et contemporaine, Le mouvement social, etc. – reflètent aussi ce désintérêt (ou cette méfiance) pour la période de la guerre, comme pour l’histoire régionale très contemporaine. Cette remarque vaut tout autant pour les principales revues d’histoire régionale, dont la prudence a toujours été de mise en matière d’histoire proche. À notre connaissance, la première de ces revues à avoir consacré un numéro aux années de guerre est la Revue du Nord en 196911. Provence Historique n’y viendra qu’à la fin des années 1970 et les Annales du Midi seulement en 1992, grâce à Pierre Laborie.

  • 12 Au cours du colloque, Antoine Prost nous a fait remarquer que le « patron » de la revue n’était au (...)
  • 13 T. CCXXIV, juillet-septembre 1960, « Pour une chronologie de la Résistance », p. 111-122, t. CCXXX (...)

13À noter cependant que, même si elle ne consacre aucun article aux années quarante, la Revue historique fait une place aux activités du CH2GM12. Henri Michel y intervient à trois reprises, en 1959 pour présenter la « chronologie de la Résistance » qu’il vient de lancer, en 1965 pour évoquer le travail du Comité (dans le cadre des présentations de centres de recherches que fait régulièrement la revue) et en 1971, pour apporter un complément à sa bibliographie de la Résistance13.

14On peut donc faire les constats suivants, durant cette longue période qui s’étend de la Libération aux années 1960 : tout d’abord, l’histoire de la France dans la guerre en général, de la Résistance en particulier, se fait dans une sorte de ghetto par rapport aux courants historiographiques du moment et aux recherches universitaires. En ce qui concerne l’histoire de la Résistance, il y a là une sorte de « mystère » qui tourne en particulier autour de Lucien Febvre et de la place qu’il assigne à cette histoire. Plus largement, tout se passe comme si les universitaires, de Febvre à Renouvin, considéraient – pour la défendre ou pour s’en méfier – qu’elle relevait naturellement davantage de la mémoire civique que du champ historique. Le décrochage va s’accentuer au fil des années et devenir particulièrement sensible à partir du moment où émerge la « nouvelle histoire ». Ensuite, témoignages et récits forment le socle d’une historiographie très largement régionalisée de la Résistance ou de la Libération, qui se développe de façon autonome, mais de plus en plus en liaison avec le CH2GM et ses représentants locaux (qui ont parfois été recrutés parmi les acteurs de cette histoire). Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’« histoires », plus que d’histoire et, même lorsque les premiers historiques quelque peu distanciés sont publiés, ils restent souvent refermés sur le petit territoire local.

  • 14 À noter qu’H. Michel se consacre exclusivement aux activités « centrales » du Comité et n’encourag (...)
  • 15 H. Michel, Bibliographie…, op. cit., p. 7.
  • 16 C’est évidemment quelque chose qu’H. Michel n’admettra pas. Voir le bilan du Comité qu’il donne à (...)

15Par ailleurs, au sein du CH2GM, il existe un écart entre le travail de terrain des correspondants (collecte de témoignages, contacts avec les associations et les institutions, participation à des activités commémoratives, enquêtes, etc.) et les activités « centrales » du comité14. Les premiers débouchés tangibles des enquêtes départementales, ce sont, à partir des années soixante, les cartes dites « de l’action » et « de la souffrance » qui entendent représenter, la première, les actions de la Résistance, l’autre, les lieux de la répression (avec chiffrage). Ce type de travail, bien que précieux, repose sur une base méthodologique fragile et selon une conception des « faits » très réductrice. Le travail des chercheurs est envisagé comme une sorte de puzzle dont ces « faits » seraient les pièces qui devraient permettre de reconstituer un tableau « à peu près exact » des événements15. L’illustration et, il faut bien le dire, les errements de cette méthode sont fournis par la « chronologie de la Résistance », lancée en 1959, à laquelle tous les correspondants vont se consacrer en collectant le maximum de ces faits tant dans les archives que dans les témoignages, en les datant plus ou moins précisément, en rédigeant des milliers de fiches de couleurs différentes selon la nature de l’action recensée. Ce travail aboutira à une impasse à cause de cette manière d’envisager la Résistance, des interprétations très variables d’un lieu à un autre qui sont données à la notion de « faits de Résistance », de la nature des sources disponibles ou mobilisées par des correspondants qui, au demeurant, n’ont pas tous les mêmes compétences, le même esprit critique ou la même expérience. D’où un énorme fichier resté heureusement inutilisé, car inutilisable16.

  • 17 « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 131.
  • 18 Ibid., p. 132.

16Autrement dit, autour du CH2GM, l’histoire de la Résistance qui se fait, tant à la base, dans les départements, qu’au centre, n’est pas irriguée par les nouveaux courants historiographiques. Elle reste sur des problématiques et des méthodes datées. Mais, en même temps, elle fait preuve d’audace et, si l’on veut de modernité, en prônant le travail collectif, le recours aux témoignages de façon systématique et en n’hésitant pas à se colleter avec une histoire « chaude », conflictuelle, perçue dans le monde de la recherche avec réticence. La présentation du Comité que fait Henri Michel dans la Revue historique en 1965 est très claire. L’essentiel du texte porte sur les activités « centrales » du Comité, mais il considère cependant que « l’enquête sur la Résistance est peut-être la partie la plus neuve » de son œuvre17. Cette enquête orale, qui a porté sur « au moins 2 000 témoins » de toutes conditions, a été « entreprise depuis 15 ans », « dans toute la France – il le souligne – par une centaine d’enquêteurs tant parisiens que provinciaux », dont « l’originalité est qu’ils aient coopéré selon des méthodes identiques, en équipe » sous sa direction18.

  • 19 L’article de 1965 est significatif de conceptions qui n’ont pas bougé et qui paraissent aujourd’hu (...)

17Le cadre de ce travail est national, mais, dans sa réalisation, c’est d’une histoire d’« en bas » dont il s’agit. Le travail de documentation ainsi fourni par les correspondants est inappréciable, par-delà les limites des méthodes d’enquête, notamment orale, utilisées19. De nombreuses tentatives de synthèse locale, outre les cartes, en sont issues et la fréquente modestie de leur dimension et de leurs ambitions ne doit pas cacher qu’il s’agit souvent des premiers essais de véritable travail d’histoire. Les correspondants jouent aussi un rôle important dans la diffusion des connaissances et la mise en place d’une histoire locale de la Résistance, échappant à un cadre national contraignant (car méconnu ou mal maîtrisé). Ils constituent de plus un vivier de chercheurs dont les travaux commencent à porter leurs fruits universitaires dans la deuxième moitié des années soixante.

L’émergence d’une histoire régionalisée

18L’inflexion se marque d’abord dans un changement sensible dans le recrutement des chercheurs, mais il faut attendre leurs premières publications pour qu’elle se révèle avec vigueur.

  • 20 RH2GM no 49, janvier 1963 et no 55, juillet 1964, « Les maquis dans la libération de la France ».
  • 21 Paris, Institut pédagogique national, 1964, p. 136. Cette bibliographie a été précédée d’un premie (...)
  • 22 L’opinion publique sous l’occupation, Paris, PUF, coll. « Esprit de la Résistance », 1960.

19C’est pourquoi les années soixante, sur le plan de l’historiographie régionale, paraissent se situer dans la continuité. Les seuls numéros de la RH2GM faisant quelque place à la Résistance d’« en bas » sont ceux de 1963 et 1964 sur les maquis20, mais, même sur cette question, Henri Michel fait un constat de lacunes dans les analyses historiographiques qu’il donne, tant en 1964 qu’en 1971. Il remarque dans la Bibliographie critique de la Résistance de 1964 que le centre du pouvoir clandestin est mieux connu que la province, alors que « la Résistance ne peut être saisie dans toute sa variété que par des études d’histoire régionale et locale21 ». La plupart des publications qu’il a recensées ne concernent que les maquis (Alpes, avec le Vercors comme abcès de fixation polémique, Massif central, Ouest), la Libération (Normandie, Corse), ou les souffrances causées par l’Occupation (Alsace et « zones interdites » en particulier). L’histoire des combats et des drames continue de dominer. Seuls quelques départements donnent lieu à des travaux plus généraux, notamment l’Eure avec l’étude pionnière de Marcel Baudot22.

  • 23 Histoire de la Résistance française, Paris, Robert Laffont, 5 volumes publiés entre 1967 et 1976.
  • 24 « Histoire de la Résistance française », Revue historique no 498, avril-juin 1971, p. 489.
  • 25 Ibid., p. 496 et suiv.
  • 26 Ibid., note 1, p. 483.
  • 27 G. Bouladou, thèse de 3e cycle Contribution à l’histoire de la Résistance dans l’Hérault, Montpell (...)
  • 28 J.-L. Panicacci, Nice de l’occupation italienne à la fin de la guerre, 11 novembre 1942-1er septem (...)

20Certes, le Catalan Henri Noguères, dans sa chronique23, a commencé à faire une large place aux régions et à dresser, par là, un tableau extrêmement diversifié des situations, mais, en s’appuyant principalement sur les témoignages, il se place dans la continuité d’une histoire-mémoire qui a pris son envolée à la Libération et dont le CH2GM a su partiellement se défaire. C’est ce que, dans son bilan historiographique de 1971, reproche Henri Michel à ce « récit très minuté… fondé sur des témoignages recueillis aujourd’hui, confrontés parfois à des publications antérieures, mais rarement critiqués24 ». En 1971, il revient en effet sur la question pour regretter à nouveau la rareté des études régionales sérieuses. Même si le panorama s’est enrichi, les lacunes qu’il relève restent considérables25. Ce complément bibliographique entend d’ailleurs susciter ou faciliter « des monographies (de région ou de groupement) indispensables en l’état de la recherche actuelle26 ». Cet encouragement à entreprendre des travaux d’histoire universitaire en régions, Henri Michel et le CH2GM le donnent aux correspondants qui se lancent dans une validation académique de leur recherche. Il cite d’ailleurs les premiers de ces travaux, celui de Gérard Bouladou sur l’Hérault, soutenu en 196527, et ceux de Jean-Louis Panicacci et de Joseph Girard sur les Alpes-Maritimes28. Cette évolution est permise par le renouvellement de la première vague des correspondants, celle qui avait été recrutée au lendemain de la guerre et qui était composée d’anciens résistants, appartenant souvent au monde enseignant et, notamment, à celui des instituteurs.

  • 29 La Résistance dans le Jura, Besançon, Cêtre, 1985, p. 8.

21Ce renouvellement s’effectue à partir de la deuxième moitié des années soixante avec le recrutement d’enseignants du secondaire, mieux formés à la discipline historique, mais nés pendant ou après la guerre. Il s’accélère évidemment dans la décennie suivante, ce qui prouve qu’Henri Michel, en dépit de ses préventions de départ, sait ouvrir le comité à une génération dont, lui et ses pairs – Lucien Febvre –, s’inquiétaient de la manière dont elle aborderait la période en général et la Résistance en particulier. La préface qu’Henri Michel donne en 1985 à La Résistance dans le Jura est très révélatrice. Cet ouvrage illustre le passage du relais entre les deux générations de correspondants puisqu’il est signé par François Marcot et Angèle Baud. Celle-ci a vécu la guerre et est issue d’une famille de résistants. Son jeune collègue, dont Henri Michel ne manque pas de relever que la famille a elle aussi participé à la Résistance, appartient à la génération d’après, celle « qui a suivi la guerre, celle qui a toujours tendance à observer et à juger, d’un œil critique, le comportement de ses aînés », écrit Henri Michel et il poursuit ainsi : « Le regard qu’il porte sur les événements n’est pas plus froid pour autant […], mais il a pris avec eux plus de distance ; ne les ayant pas vécus, il peut plus aisément faire le départ dans la complexité touffue de la période, de ce qui est effectivement ressenti, avec ce que l’intelligence discerne comme étant, objectivement, important29. » Cette remarque ne relève pas seulement de la sympathie qu’il éprouve pour le jeune historien. Elle traduit une inflexion certaine par rapport aux préventions que nous avions relevées, même si le regard critique de cette génération qui est passée par 1968 l’inquiète sans doute un peu. Il prend acte en particulier de la meilleure formation de ces historiens, qui, par conséquent, pourront mieux discerner l’essentiel de l’accessoire. Sans doute les travaux que cette génération d’historiens a commencé à livrer l’ont-ils convaincu, d’autant qu’ils démontrent la justesse et le succès du combat qu’il a mené pour que l’Université s’ouvre aux études sur cette période.

  • 30 Le premier est le no 85, janvier 1972, « Aspects de la Résistance française » avec des articles dé (...)
  • 31 No 105, 1977 et no 112, 1978.
  • 32 Collection « La libération de la France », où l’on note plusieurs correspondants parmi les auteurs (...)

22En effet, lorsqu’il écrit cette préface, voici dix ans que les recherches régionales sur la Résistance, entreprises sous l’égide du CH2GM, donnent lieu à des publications qui vont au-delà des résultats d’enquête bruts publiés par le Bulletin du Comité, même si celui-ci reste cependant le principal débouché de ces travaux. C’est alors que la RH2GM devient l’un des relais de cet investissement, en publiant, depuis 1972, des articles rédigés par des correspondants30. À partir de 1977, une série de numéros porte spécifiquement sur une région. Commencée avec la Lorraine et le Languedoc « pendant la guerre31 », elle se prolonge jusqu’en 1984 avec le n ° 135 « Collaboration et Résistance dans le Nord-Pas-de-Calais », après avoir abordé la Provence, la Bretagne, la Bourgogne, la région lyonnaise, les Alpes et le Midi toulousain. Parallèlement, le CH2GM lance, à l’occasion du trentième anniversaire de la Libération, une collection chez Hachette, « La libération de la France », qui régionalise la Libération, – ce qui marque un changement notable –, et qui mêle témoignages d’acteurs majeurs et travaux d’historiens, dont plusieurs correspondants32.

23Il est vrai que ces années soixante-dix (ou, plutôt, post-68) sont des années de bouillonnement en divers domaines, politiques et idéologiques, culturels et médiatiques, qui rejaillissent sur les représentations et l’historiographie de la période et de la Résistance. La vogue est à l’histoire d’« en bas », aux sources orales et aux témoignages. Elle est aussi au local et, débat sur la décentralisation aidant, au régional. Elle connaît un intérêt renouvelé et socialement partagé pour l’histoire de la guerre, de l’Occupation, et, plus encore, pour celle de Vichy. Ces tendances incitent des éditeurs périphériques à créer des collections d’histoire locale, histoire de régions ou de villes (Privat à Toulouse notamment). Certaines sont centrées sur la période de la guerre. Ouest-France commence en 1979 sa série sur « Les villes sous l’Occupation » avec Rennes. Le groupe bruxellois SODIM a lancé peu avant, en 1977, une collection départementale où la place de la photographie est prépondérante. Dans la même optique, Horvath diffuse, entre autres séries départementales, une collection « La vie quotidienne sous l’Occupation », qui est, elle aussi, largement illustrée et qui comptera 31 titres en 1990. Dans ces collections, le médiocre côtoie le meilleur, qui est le plus souvent le fait de correspondants départementaux du Comité. Chez Horvath, la série est ouverte en 1983 par Yves Durand et le Loiret, et poursuivie, avec, entre autres, Roger Picard (Vienne), Michel Roche (Aube), Michel Chaumet (Deux-Sèvres), Jacqueline Sainclivier (Ille-et-Vilaine), Armand Cosson (Gard).

  • 33 Les socialistes dans la Résistance, Paris, PUF, 1968.
  • 34 M.-M. Fourcade, L’Arche de Noé, Paris, Fayard, 1968 ; H. Frenay, La nuit finira. Mémoires de Résis (...)
  • 35 La nuit sans ombre, Paris, Fayard, 1970.
  • 36 H. Cordesse, instituteur, résistant et préfet de la Libération, a été le correspondant département (...)

24Parallèlement, l’histoire de la Résistance est en mouvement. Elle bénéficie d’un sursaut mémoriel remarquable. Bien que la collection « Esprit de la Résistance » se soit achevée en 1968 avec le tableau de Daniel Mayer sur les socialistes33, ces années sont marquées par l’édition des mémoires d’acteurs de premier plan (Marie-Madeleine Fourcade, Claude Bourdet, Charles d’Aragon, Henri Frenay, Paul Paillole34, etc.), qui, souvent, soulignent l’aspect « périphérique » de tout ou partie de leur aventure : Bourdet pour ses débuts sur la Côte d’Azur, d’Aragon qui pérégrine de la région lyonnaise au Tarn et qui s’interroge, sous l’influence du régionalisme renaissant, sur les ancrages culturels régionaux de la Résistance, Alban Vistel qui fait véritablement œuvre d’historien de la Résistance en R1 en même temps que de témoin35, etc. Mais ces « grands » témoins ne doivent pas masquer la parution de souvenirs d’acteurs un peu moins connus, mais dont l’intérêt n’est pas moindre pour comprendre la Résistance en tant que phénomène global, et qui, parfois, vont au-delà de l’histoire-récit (ainsi Henri Cordesse en Lozère)36. Par ailleurs, c’est le début d’un investissement universitaire d’envergure avec la soutenance ou la publication d’une série de travaux ou de thèses (qui ont souvent été précédées de mémoires de maîtrise) qui amorcent l’entrée de l’histoire de la Résistance dans le champ de la recherche reconnue.

  • 37 Paris, Bordas connaissance, 1972.
  • 38 Le pouvoir en province à la Libération, Paris, A. Colin et Presses de la FNSP, 1975.
  • 39 H. R. Kedward, Resistance in Vichy France, 1978, Oxford University Press, (trad. française Naissan (...)
  • 40 Soutenue en 1978, la thèse de J. Sainclivier sera publiée en 1993 sous le titre La résistance en I (...)
  • 41 Les colloques ont eu lieu à Grenoble (1976), Lille (1977), Lyon (1978). Ils sont publiés dans le R (...)

25Dans presque tous les cas, le rôle du CH2GM a été déterminant. Certains de ces travaux prolongent les premières études de mouvements clandestins faites dans le cadre de la collection « Esprit de la Résistance » (Franc-Tireur, Témoignage chrétien, etc.) ou renouvellent l’analyse des courants politiques (le parti communiste, les socialistes), tandis que d’autres, qui ne sont pas les moindres s’enracinent profondément dans des lieux et des milieux particuliers, notamment régionaux. Alors qu’Yves Durand fait paraître son remarquable Vichy 1940-1944, qui est la première étude du régime largement fondée sur une expérience d’histoire locale (celle qu’il a acquise en travaillant sur le Loiret37), Charles-Louis Foulon soutient sa thèse sur les commissaires régionaux de la République, qui attire l’attention sur un pouvoir régional bien oublié38. Quand Harry Roderick Kedward se penche sur la naissance de la Résistance en zone sud39 et que John Sweets étudie les MUR, Jacqueline Sainclivier, Monique Luirard, Pierre Laborie analysent, la première, la Résistance en Haute-Bretagne, la deuxième, l’évolution de la région stéphanoise, et le troisième, les comportements dans le Lot40. Au même moment, les colloques sur les Églises et les chrétiens pendant la guerre ouvrent la voie à l’étude de la Résistance que l’on désignera plus tard comme « de sauvetage » en commençant par s’intéresser à deux régions, le Nord et la région lyonnaise, avant de se conclure par une perspective nationale41.

Nouvelles problématiques. Sortir de la France « sous » Vichy

  • 42 C’est pourquoi, pour eux, la loi de 1979 ne sera pas un progrès, mais une régression, puisque la f (...)

26Le grand changement vient, comme on l’a dit, de l’entrée en lice d’une autre génération d’historiens, ouverts aux problématiques historiques neuves, les mentalités et les représentations, l’anthropologie ou la sociologie historiques, les sources orales, l’analyse sociale ou culturelle du politique. Maîtrisant parfois des outils et des méthodes de pointe grâce à l’informatique, sensibles au croisement des temporalités, ils entendent faire sortir cette histoire de son ghetto et ne se reconnaissent plus forcément dans les enquêtes du CH2GM, qui se trouvent en déphasage tant avec l’histoire en marche qu’avec les interrogations publiques du moment, alors que les « années noires » reviennent dans les préoccupations premières de la mémoire collective et des polémiques médiatiques. Ils n’en restent pas moins fidèles à une institution qui leur a donné la possibilité de travailler en leur ouvrant des archives fermées au public42 et qui leur a permis de confronter leur travail à d’autres.

  • 43 J.-M. Guillon, « Variables régionales, unité du parti », in J.-P. Rioux, A. Prost, J.-P. Azéma, Le (...)
  • 44 Avec les enquêtes sur la mémoire des Français (1985), les pouvoirs à la Libération (1989), les ent (...)
  • 45 Rencontres régionales comme celle de Toulouse (La Libération dans le Midi de la France, 6-7 juin 1 (...)

27La plupart d’entre eux vont participer à la mue du Comité et à la création du nouvel Institut d’histoire du temps présent (IHTP) en 1980, d’autant plus volontiers que celui-ci entend bien, non seulement conserver, mais encore développer le réseau des correspondants et tenir compte de la diversité des situations régionales. Plus ouvert aux débats du moment, scientifiques et sociaux, l’IHTP conserve le système des enquêtes étendues à tout le pays, que viennent conclure une série de grandes rencontres, nationales ou internationales, mêlant historiens et témoins, et faisant en général une place aux « variables régionales », y compris sur des sujets comme « le Parti communiste des années troubles (1938-1941) », qui pouvait, à tort, paraître se passer de ce questionnement43. Cette approche, qui sera poursuivie jusque dans la décennie 199044, est relayée par des initiatives complémentaires ou parallèles prises dans le cadre universitaire, notamment autour du 40e anniversaire de la Libération45.

28Entre 1980 et 1990, de nombreux ouvrages ou de nouveaux travaux universitaires viennent en quelque sorte parachever l’œuvre commencée avec le CH2GM en matière d’histoire de la Résistance. La diversité de ses expressions est approfondie, par des publications qui portent tant sur des catégories particulières (étrangers, juifs, femmes en particulier) que sur des régions (Bretagne, Sud-Ouest, Franche-Comté, Provence, Massif central, etc.). Tous ces travaux n’échappent pas à une conception militante de l’histoire, surtout lorsqu’il s’agit de groupes qui se projettent comme « oubliés » et qui ont une cause à défendre. Mais les réflexions sur la mémoire collective, dans lesquelles l’IHTP est profondément engagé, aident à prendre les distances nécessaires à un travail qui relève désormais de l’histoire-problème. Du ou des centres, des organisations et de leurs chefs, du factuel et de l’organisationnel, l’étude de la Résistance glisse davantage vers la société, les groupes et leurs cultures, les itinéraires, les comportements. D’une conception essentialiste ou idéologique, son étude passe à la compréhension d’un processus, affine l’analyse des enracinements sociaux, bref on s’interroge sur les débuts, sur les motivations, sur les formes de la contestation, sur la définition de la Résistance et ses limites, sur sa construction territoriale ou sociale, sur ses clivages internes, sur son discours et son légendaire.

  • 46 Voir, entre autres, J. P. Azéma, F. Bédarida et alii (dir.) Vichy et les Français, Paris, Fayard, (...)
  • 47 Alors dirigé par R. Frank. L. Douzou, D. Peschanski et D. Veillon en particulier ont participé d’e (...)

29Mais ce mouvement de fond est masqué par les débats publics d’une époque marquée par ce qu’Henry Rousso diagnostique comme le « syndrome de Vichy », puis son obsession, ou par les « retours » de mémoire. Ces enjeux mobilisent une grande partie des énergies. Le résultat est, entre autres, de progresser dans la connaissance de « Vichy » et de ses mécanismes46. Une partie de ceux qui participent à ce travail ont pour point commun d’avoir commencé leurs recherches dans un cadre territorial, sans se spécialiser sur tel ou tel domaine, en appréhendant une société sous presque toutes ses facettes, dans sa diversité, dans ses mouvements comme dans ses « traditions ». Participer à une meilleure connaissance des France de ou sous Vichy et sous les occupants – car c’est à cela que l’on a abouti –, ne leur masque pas d’autres réalités du moment. N’ayant pas à traiter d’un seul aspect d’un problème, ils ne cherchent pas à trouver – voire à prouver – ce qui seulement servirait à étayer une thèse en isolant des éléments de leur contexte. Au contraire. D’où le sentiment d’une mutilation de cette histoire qui, en répondant à des injonctions diverses, en vient à relativiser désobéissances, oppositions, dissidences, révoltes, bref un ensemble de processus d’où émerge la France contre Vichy et l’Occupant. Que l’initiative de lancer le chantier de « La Résistance et les Français », aboutissant aux colloques qui allaient se dérouler entre 1993 et 1997 et au Dictionnaire historique de la Résistance, soit venue d’historiens de la périphérie, issus à l’origine du CH2GM, rejoints bientôt par l’IHTP47, ne relève donc pas tout à fait du hasard.

Notes

1 Je pense notamment aux ouvrages – tout à fait importants – publiés dans la collection « L’Univers historique » au Seuil : Pour une histoire politique (sous la direction de R. Rémond, 1988), Pour une histoire culturelle (sous la direction de J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli, 1998), Les cultures politiques en France (sous la direction de S. Berstein, 1999), mais on pourrait faire ce constat pour beaucoup d’autres études générales.

2 H.-G. Haupt, « La lente émergence d’une histoire comparée », in Jean Boutier et Dominique Julia (dir.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Autrement, 1995, p. 198.

3 Je me permets de renvoyer sur ce point à ma contribution « Jean Moulin et la Résistance de zone Sud », Histoire et Défense. Les cahiers de Montpellier, hors série 2001, « Jean Moulin enfant du Languedoc et de la Provence », actes du colloque du 22 mai 1999, p. 33-51.

4 Voir P. Buton et J.-M. Guillon (dir.), Les pouvoirs en France à la Libération, Paris, Belin, 1994.

5 La Résistance, une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, Le Seuil, Points Histoire, 2005.

6 Le premier numéro consacré à la Résistance date d’avril 1958 (voir ci après), les suivants sont le no 35 juillet 1959 « Sur la Résistance française » et le no 47 juillet 1962 « Aspects de la Résistance française ».

7 RH2GM no 30, avril 1958 « Sur la Résistance en zone nord », préface, p. 1.

8 M. Baudoin, Histoire des Groupes Francs (M.U.R.) des Bouches-du-Rhône de septembre 1943 à la Libération, Paris, PUF, coll. « Esprit de la Résistance », 1962.

9 Soutenue à la faculté des lettres de Caen en février 1959. H. Michel en rend compte dans le no 39 de la RH2GM, juillet 1960. Il en profite pour « féliciter la Faculté des Lettres de Caen d’avoir rompu délibérément avec une tradition en la matière périmée, et souhaiter que d’autres doyens suivent l’exemple donné par M. de Bouard », qui a dirigé le travail. La « tradition périmée », c’est celle qui prévaut en Sorbonne en Histoire, rétive à l’utilisation des témoignages et à l’enquête orale (qui fondent le travail de M. Baudoin, comme il vient de le signaler). H. Michel avait déjà critiqué publiquement cette « tradition » dans son rapport général à la 1re conférence internationale de Liège en septembre 1958 (European Resistance Movements 1939-1945, Londres, Pergamon Press, 1960, p. 51).

10 À l’exception du DES de Robert Fareng sur l’Ariège, que le doyen Godechot avait accepté de patronner dès 1946 (il débouchera sur une thèse soutenue en 1984) et d’un autre DES sur la Résistance dans les Côtes-du-Nord peu après (par M. Ancelin). La thèse de René Hostache sur Le CNR et les institutions de la Résistance (qui donne lieu à publication dans la collection « Esprit de la Résistance » en 1958) est une thèse de Droit. Fareng et Hostache – un Aixois – ont participé à la Résistance, tout comme H. Michel qui devra attendre 1962 pour pouvoir soutenir la première thèse d’État en histoire de la Résistance (elle donnera lieu au volume sur Les Courants de pensée de la Résistance dans la même collection en 1963).

11 No 203.

12 Au cours du colloque, Antoine Prost nous a fait remarquer que le « patron » de la revue n’était autre que Pierre Renouvin, dont nous disions, par ailleurs, les réticences qu’il avait à faire travailler sur cette période et à utiliser les témoignages, aux dires d’H. Michel.

13 T. CCXXIV, juillet-septembre 1960, « Pour une chronologie de la Résistance », p. 111-122, t. CCXXXIII, janvier-mars 1965, « Le Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale », p. 127-138, et no 498, avril-juin 1971, « Histoire de la Résistance française » p. 483-498.

14 À noter qu’H. Michel se consacre exclusivement aux activités « centrales » du Comité et n’encourage pas spécialement le travail sur la Résistance en Provence, dont, pourtant, il avait été l’un des acteurs.

15 H. Michel, Bibliographie…, op. cit., p. 7.

16 C’est évidemment quelque chose qu’H. Michel n’admettra pas. Voir le bilan du Comité qu’il donne à la RH2GM no 124, 1981, où il regrette que ce fichier ne soit pas informatisé (p. 9).

17 « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 131.

18 Ibid., p. 132.

19 L’article de 1965 est significatif de conceptions qui n’ont pas bougé et qui paraissent aujourd’hui sans doute plus obsolètes qu’elles pouvaient paraître alors : la collecte de documentation est comparée à un puzzle, l’enquête orale vise à établir « un microcosme exact » de la Résistance, et les contemporains « à condition qu’ils aient été aussi des acteurs ou des témoins bien placés, peuvent seuls, en premier lieu… relater » les divers aspects d’une période aussi originale car « “le recul” risque de déformer la vue, au lieu de la corriger » (op. cit., p. 131, 132 et 138).

20 RH2GM no 49, janvier 1963 et no 55, juillet 1964, « Les maquis dans la libération de la France ».

21 Paris, Institut pédagogique national, 1964, p. 136. Cette bibliographie a été précédée d’un premier tour d’horizon portant sur les maquis dans le numéro 49 de la RH2GM cité ci-dessus.

22 L’opinion publique sous l’occupation, Paris, PUF, coll. « Esprit de la Résistance », 1960.

23 Histoire de la Résistance française, Paris, Robert Laffont, 5 volumes publiés entre 1967 et 1976.

24 « Histoire de la Résistance française », Revue historique no 498, avril-juin 1971, p. 489.

25 Ibid., p. 496 et suiv.

26 Ibid., note 1, p. 483.

27 G. Bouladou, thèse de 3e cycle Contribution à l’histoire de la Résistance dans l’Hérault, Montpellier, 1965 et thèse d’État en cours sur Les maquis du Massif central méridional 1943-1944, qui sera soutenue à Montpellier en 1974.

28 J.-L. Panicacci, Nice de l’occupation italienne à la fin de la guerre, 11 novembre 1942-1er septembre 1945, thèse de 3e cycle, Nice, 1970 et J. Girard, La Résistance des Alpes-Maritimes, thèse 3e cycle, Nice, 1973.

29 La Résistance dans le Jura, Besançon, Cêtre, 1985, p. 8.

30 Le premier est le no 85, janvier 1972, « Aspects de la Résistance française » avec des articles départementaux sur l’opinion (G. Combes), les FFI (J. Girard), un réseau (R. Huguen), et les partis politiques (P. Laborie).

31 No 105, 1977 et no 112, 1978.

32 Collection « La libération de la France », où l’on note plusieurs correspondants parmi les auteurs, dont R. Bourderon (Languedoc méditerranéen), É. Dejonghe et D. Laurent (Nord et Pas-de-Calais), Y. Durand et R. Vivier (Pays de Loire).

33 Les socialistes dans la Résistance, Paris, PUF, 1968.

34 M.-M. Fourcade, L’Arche de Noé, Paris, Fayard, 1968 ; H. Frenay, La nuit finira. Mémoires de Résistance 1940-1945, Paris, Robert Laffont, 1973 ; C. Bourdet, L’aventure incertaine, Paris, Stock, 1975 ; P. Paillole, Services spéciaux (1935-1945), Paris, Robert Laffont, 1975 ; C. dAragon, La Résistance sans héroïsme, Paris, Le Seuil, 1977.

35 La nuit sans ombre, Paris, Fayard, 1970.

36 H. Cordesse, instituteur, résistant et préfet de la Libération, a été le correspondant départemental du CH2GM. Il fait paraître en 1974, une Histoire de la Résistance en Lozère (Montpellier, 298 p.), et, en 1977, une histoire de la Libération 1944-1945 (Montpellier, 241 p.), qui vont au-delà du témoignage. Mais nous pourrions citer nombre d’autres exemples de ce type.

37 Paris, Bordas connaissance, 1972.

38 Le pouvoir en province à la Libération, Paris, A. Colin et Presses de la FNSP, 1975.

39 H. R. Kedward, Resistance in Vichy France, 1978, Oxford University Press, (trad. française Naissance de la Résistance dans la France de Vichy, Paris, Champ Vallon, 1989). J. Sweets, The Politics of Resistance in France 1940-1944: a History of the « Mouvements unis de la Résistance », Northern Illinois University Press. L’un et l’autre prolongeront leurs travaux avec toujours un très grand retard de la traduction française : In Search of the Maquis : Rural Resistance in Southern France 1942-1944, Clarendon Press, 1993 (trad. À la recherche du maquis, Paris, Éditions du Cerf, 1999) et Choices in Vichy France : the French under Nazi Occupation, Oxford University Press, 1986 (traduit en français dix ans après : Clermont-Ferrand à l’heure allemande, Paris, Plon).

40 Soutenue en 1978, la thèse de J. Sainclivier sera publiée en 1993 sous le titre La résistance en Ille-et-Vilaine 1940-1944 (Rennes, Presses universitaires de Rennes). Celles de M. Luirard et de P. Laborie sont vite éditées (La région stéphanoise dans la guerre et dans la paix 1936-1951, Le Puy, Centre d’études foréziennes, 1980, et Résistants, vichyssois et autres. L’évolution de l’opinion et des comportements dans le Lot de 1939 à 1945, Paris, Éd. du CNRS, 1980).

41 Les colloques ont eu lieu à Grenoble (1976), Lille (1977), Lyon (1978). Ils sont publiés dans le Revue du Nord en 1978 et par les Presses universitaires de Lyon en 1982.

42 C’est pourquoi, pour eux, la loi de 1979 ne sera pas un progrès, mais une régression, puisque la façon dont elle est appliquée leur ferme des archives jusque-là accessibles sans entraves.

43 J.-M. Guillon, « Variables régionales, unité du parti », in J.-P. Rioux, A. Prost, J.-P. Azéma, Les communistes français de Munich à Châteaubriant (1938-1941), Paris, Presses de la FNSP, 1987 (actes du colloque d’octobre 1983).

44 Avec les enquêtes sur la mémoire des Français (1985), les pouvoirs à la Libération (1989), les entreprises, la vie quotidienne, etc. Voir Les Cahiers de l’IHTP pour avoir un aperçu de ce travail ou ses résultats.

45 Rencontres régionales comme celle de Toulouse (La Libération dans le Midi de la France, 6-7 juin 1985) ou nationales : colloque « La libération de la France », Saint-Denis, oct. 1984, université Paris VIII, publié dans les Cahiers d’histoire de l’Institut de recherches marxistes no 34 et 35, 1988.

46 Voir, entre autres, J. P. Azéma, F. Bédarida et alii (dir.) Vichy et les Français, Paris, Fayard, 1991, ouvrage issu d’un colloque qui était l’aboutissement de ce travail en réponse à l’antienne médiatique sur la prétendue incapacité des historiens français à traiter de Vichy ; P. Laborie, L’opinion française sous Vichy, Paris, Le Seuil, 1990, ou D. Peschanski, Vichy 1940-1944. Contrôle et exclusion, Bruxelles, Complexe, 1997.

47 Alors dirigé par R. Frank. L. Douzou, D. Peschanski et D. Veillon en particulier ont participé d’emblée à une initiative qui rencontrait diverses réticences.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540