Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sans en avoir l'air

 | 
François Ploux
, 
Michel Offerlé
, 
Laurent Le Gall

Première partie. Des pratiques institutionnelles informelles

Administrer « autrement » le département. « Les préfets en tournées » (1880-1940). Entre folklore républicain, rituel bureaucratique et pratiques informelles...

Gildas Tanguy

Texte intégral

  • 1 Flaubert G., Madame Bovary, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2001 [1857], p. 196-206. Nous soulignon (...)

« Ils arrivèrent, en effet, ces fameux Comices ! Dès le matin de la solennité, tous les habitants, sur leurs portes, s’entretenaient des préparatifs ; on avait enguirlandé de lierres le fronton de la mairie ; une tente dans un pré était dressée pour le festin, et, au milieu de la Place, devant l’église, une espèce de bombarde devait signaler l’arrivée de M. le préfet et le nom des cultivateurs lauréats. [...] Jamais il n’y avait eu pareil déploiement de pompe ! Plusieurs bourgeois, dès la veille, avaient lavé leurs maisons ; des drapeaux tricolores pendaient aux fenêtres entrouvertes ; tous les cabarets étaient pleins ; et, par le beau temps qu’il faisait, les bonnets empesés, les croix d’or et les fichus de couleur paraissaient plus blancs que neige, miroitaient au soleil clair, et relevaient de leur bigarrure éparpillée la sombre monotonie des redingotes et des bourgerons bleus. [...] La foule arrivait dans la grande rue par les deux bouts du village. Il s’en dégorgeait des ruelles, des allées, des maisons, et l’on entendait de temps à autre retomber le marteau des portes, derrière les bourgeoises en gants de fil, qui sortaient pour aller voir la fête. Ce que l’on admirait surtout, c’étaient deux longs ifs couverts de lampions qui flanquaient une estrade où s’allaient tenir les autorités [...]. Les bêtes étaient là, le nez tourné vers la ficelle, et alignant confusément leurs croupes inégales. [...] M. le préfet n’arrivait pas ; et les membres du jury se trouvaient fort embarrassés, ne sachant s’il fallait commencer la séance ou bien attendre encore. Enfin, au fond de la Place, parut un grand landau de louage, traîné par deux chevaux maigres, que fouettait à tour de bras un cocher en chapeau blanc. Binet n’eut que le temps de crier : “Aux armes !” et le colonel de l’imiter. On courut vers les faisceaux. On se précipita. Quelques-uns même oublièrent leur col. Mais l’équipage préfectoral sembla deviner cet embarras, et les deux rosses accouplées, se dandinant sur leur chaînette, arrivèrent au petit trot devant le péristyle de la mairie, juste au moment où la garde nationale et les pompiers s’y déployaient, tambour battant, et marquant le pas. [...] Alors on vit descendre du carrosse un monsieur vêtu d’un habit court à broderie d’argent, chauve sur le front, portant toupet à l’occiput, ayant le teint blafard et l’apparence des plus bénignes. Ses deux yeux, fort gros et couverts de paupières épaisses, se fermaient à demi pour considérer la multitude, en même temps qu’il levait son nez pointu et faisait sourire sa bouche rentrée. Il reconnut le maire à son écharpe, et lui exposa que M. le préfet n’avait pu venir. Il était, lui, un conseiller de préfecture ; puis il ajouta quelques excuses1. »

  • 2 Amossy R., Rosen E., Les discours du cliché, Paris, SEDES-CDU, 1982, p. 17 ; Bourdenet X., « Repré (...)
  • 3 On retrouve la même grammaire syntaxique chez Stendhal. Voir Lucien Leuwen, Paris, Le Livre de Poc (...)
  • 4 Lyon-Caen J., « Saisir, décrire, déchiffrer : les mises en texte du social sous la monarchie de Ju (...)
  • 5 Pour de plus amples détails sur la « mise en type » du préfet dans le roman des XIXe et XXe siècle (...)
  • 6 Au sens où l’entend Erving Gofman dans La mise en scène de la vie quotidienne, vol. 1 : La présent (...)

1Cette célèbre scène du roman de Flaubert, Madame Bovary, donne à voir une image particulièrement surannée du comice. Celle d’une fête rurale ritualisée qui semble, le temps d’une journée ou de quelques jours, redonner vie à une province ennuyeuse et ennuyante. Cette description fait la part belle aux acteurs. Si le préfet brille par son absence apparente, il est paradoxalement au centre du jeu. Flaubert n’en précise pas ouvertement les raisons mais laisse entrevoir au lecteur qu’un comice agricole ne constitue pas une « occasion » suffisamment importante pour que le premier personnage du département se déplace. Derrière la figure du conseiller de préfecture, c’est néanmoins celle du préfet qui est dépeinte en contre-jour. L’apparition du conseiller restitue le type ou le cliché – entendu ici comme une « banalité toute particulière, celle qui sous-tend les modes de pensée et d’action de la communauté dans laquelle [il a] cours2 » – du petit « préfet » sans envergure3. À l’instar de nombreux romanciers du XIXe siècle, on observe que la représentation du corps préfectoral « joue sur l’association de descriptions minutieuses et d’évocations elliptiques, sur des variations de focale, sur la diversité des matériaux invoqués, pour faire voir, in fine, [l’institution] dans son ensemble4 ». Le récit romanesque participe ici de la « “mise en type” du préfet5 ». La façade personnelle6 tient comme chez d’autres écrivains une place importante. Le discours officiel prononcé par le conseiller de préfecture Lieuvain s’inscrit dans cette grammaire syntaxique : moment ritualisé, la parole préfectorale participe d’une scénographie du comice si routinisée qu’elle en devient a priori sans intérêt. Débitant une série de poncifs et de banalités sur l’agriculture, la prospérité et l’État, l’administrateur figure l’image d’une représentation obligée. En témoigne, l’introduction du discours imaginé par Flaubert qui dépeint avec une ironie mordante cette « rhétorique du vide » :

  • 7 Op. cit., p. 208. Imagination qui rejoint à peu de chose près la réalité comme l’écrivain en témoig (...)

« Qu’il me soit permis d’abord (avant de vous entretenir de l’objet de cette réunion d’aujourd’hui, et ce sentiment, j’en suis sûr, sera partagé par vous tous), qu’il me soit permis, dis-je, de rendre justice à l’administration supérieure, au gouvernement, au monarque, messieurs, à notre souverain, à ce roi bien-aimé à qui aucune branche de la prospérité publique ou particulière n’est indifférente, et qui dirige à la fois d’une main si ferme et si sage le char de l’État parmi les périls incessants d’une mer orageuse, sachant d’ailleurs faire respecter la paix comme la guerre, l’industrie, le commerce, l’agriculture et les beaux-arts7. »

  • 8 Voir notamment, Karila-Cohen P., L’État des esprits. L’invention de l’enquête publique en France ( (...)

2En un mot, il est là parce que sa fonction l’oblige à être là. Tous ces événements (comices, inaugurations d’écoles, banquets républicains, tournées de révision...) sont codifiés et routinisés (protocole, temps de parole, discours formaté...). Rien d’informel à première vue. La pérégrination dans les cartons d’archives laisse cependant entrevoir des pratiques différenciées et alternatives. En un mot, il y a le protocole et les à-côtés du protocole. L’objet du propos est de déplacer le regard vers des pratiques administratives a priori anodines. L’historiographie de l’institution s’est essentiellement construite à partir d’un réseau d’archives administratives « classiques » (rapports, notes, circulaires, dossiers de carrière...). Si ces sources en disent beaucoup sur les pratiques professionnelles des administrateurs8, elles occultent ou négligent cependant une dimension importante : le préfet « hors de sa préfecture ». Il s’agira donc de s’interroger dans les lignes qui suivent sur les formes « officieuses » des pratiques préfectorales sans oublier néanmoins qu’elles s’intègrent dans un processus normé.

3Figure de l’État, le préfet se doit de respecter les usages républicains et protocolaires en vigueur. Tout ce qui relève de l’informel est a priori le moins visible possible. De nombreuses traces permettent au chercheur de restituer les formes plus « obscures » du travail préfectoral. Il faut alors croiser les sources disponibles (comptes rendus officiels, discours, presse locale d’opposition, correspondance, documents iconographiques...) pour observer les scènes qui se détachent du protocole officiel. L’officieux ou l’informel peuvent prendre diverses formes : le préfet peut saisir l’opportunité d’un déplacement pour mettre fin à un conflit social (rencontre improvisée avec des représentants des ouvriers et des patrons), pour apaiser une situation politique locale tendue ou pour dialoguer avec des élus locaux (députés, maires, conseillers généraux...). Repérer et travailler sur ces échanges informels, c’est mettre en exergue des formes essentielles – mais trop souvent délaissées – du travail préfectoral. C’est aussi se défaire d’une vision qui associe encore trop souvent l’informel à l’occulte. En efet, ces pratiques politico-administratives informelles obéissent aussi à une rhétorique bureaucratique bien précise et attendue. Elles s’écartent simplement d’une logique exclusivement protocolaire. L’attention portée à ces échanges permet enfin de montrer que ces lieux, producteurs d’un folklore républicain a priori codifié et formaté (tenue d’apparat, hymne, dépôt de gerbe...), sont aussi des configurations et des arènes où la décision se fabrique « en retrait ».

Arpenter le département où les formes d’un rituel bureaucratique obligé et orchestré

  • 9 Sur l’ennui de l’administrateur, voir Monnier F., Thuillier G., Administration. Vérités et fiction (...)

4Les « apparitions publiques » rituelles des préfets constituent a priori des lieux « sans histoire(s) ». Codifiées, répétant toujours la même mise en scène, elles semblent appartenir au registre du sacerdoce administratif de la fonction. Il n’est pas rare de repérer dans la correspondance des administrateurs départementaux des soupirs d’ennui dès lors qu’ils évoquent, par exemple, la période des tournées de révision ou les déplacements pour les inaugurations officielles9. La lettre que Félix Trépont – alors sous-préfet de Dôle – adresse à l’un de ses amis en est un magnifique exemple :

  • 10 Arch. nationales, F1/bI 681, dossier personnel de Félix Trépont : lettre du 7 septembre 1897. Nous (...)

« Cher Eugène, je prends un peu de temps en cette fin d’après-midi ensoleillée pour t’apporter quelques nouvelles. Ces derniers mois ont été particulièrement calmes. Je dois dire que les semaines sont parfois très longues. Après mes rendez-vous du début de matinée, je crois pouvoir te confier que mon emploi du temps me laisse la plus grande liberté. Ce n’est pas faute d’effectuer mon travail avec célérité. Depuis mon arrivée dans l’arrondissement, j’ai ainsi visité toutes les communes sans exception. Les déplacements et cérémonies officiels occupent une grande partie de mon temps. Accompagner le préfet dans les tournées de révision, présider les comices agricoles ou discourir sur la grandeur du gouvernement de la République à chaque inauguration d’école ne constituent pas les moments les plus exaltants du métier. Je suis un peu las de toutes ces obligations administratives, même si j’en conviens, elles sont indissociables de la fonction. J’ai cette féroce impression de toujours reproduire le même rituel : écouter, décorer et discourir. Cela fait bien longtemps que je n’y trouve plus aucune satisfaction personnelle. Je t’avoue même que l’ennui me guette à certains instants. J’espère obtenir rapidement une affectation qui remplisse un peu plus mes journées. Un secrétariat général d’une grande préfecture serait le bienvenu. Le mouvement prévu d’ici la fin de l’année devrait a priori apporter une réponse positive. En attendant, je prends mon mal en patience10. »

5L’impression laissée par ce jeune sous-préfet corrobore les comptes rendus et les échos que l’on repère dans la presse. En un mot, il suffit de lire le récit d’un déplacement officiel pour connaître la forme immuable que prend ce type de rencontre. Forme qui recouvre d’ailleurs le fond. En effet, ces déplacements (comices, tournées de révision, inaugurations...) obéissent à un rituel bureaucratique extrêmement précis. Quel qu’en soit l’objet, le périple préfectoral emprunte une architecture commune. Le représentant de l’État est accueilli par les autorités locales (maire, conseil municipal, conseiller général, député, autorité militaire...) qui lui rendent les honneurs. Le cortège se déplace ensuite sur le lieu de la manifestation. Débute alors une série de discours officiels qui participe d’un rituel énonciatif bien précis. Le discours s’apparente ici à une institution, au sens où l’entend Dominique Maingueneau :

  • 11 Maingueneau D., L’analyse du discours : introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette, 1 (...)

« Par “institution”, on n’entendra pas seulement ces structures exemplaires que sont l’armée ou l’Église, mais plus largement, tout dispositif qui délimite l’exercice de la fonction énonciative, le statut des énonciateurs comme celui des destinataires, les types de contenus que l’on peut et doit dire, les circonstances d’énonciation légitimes pour un tel questionnement11. »

  • 12 D’une certaine manière, le discours ne doit pas être ici « appréhendé comme l’“expression” d’activ (...)
  • 13 Pour l’ensemble de la période étudiée, c’est le cas. Selon notre hypothèse, on retrouve cette même (...)

6C’est donc au sein de ce cadre spatio-temporel prédéfini que l’administrateur intervient12. À l’échange d’amabilités officielles succède l’échange d’amabilités officieuses. Le banquet constitue ainsi généralement le point d’orgue du voyage préfectoral. Le rythme de la manifestation, lui aussi déterminé à l’avance, renforce l’impression « officielle » du moment. Cette répétitivité formelle de l’événement – et ce d’ailleurs quels que soient le régime et le lieu13 – ne semble laisser la moindre place à l’improvisation et à l’imprévu. En un mot, rien ne peut et ne doit venir modifier le protocole. D’ailleurs, les récits de ces manifestations témoignent toujours – ou presque – du succès du déplacement :

  • 14 Arch. nationales, F1/bI 304, dossier personnel d’Antoine Baudrand : compte rendu de l’inauguration (...)
  • 15 Arch. nationales, F1/bI 388, dossier personnel d’Henry Vel-Durand : tournée préfectorale agricole,(...)
  • 16 Arch. nationales, F1/bI 333, dossier personnel de Jules Dupuy : compte rendu d’un grand banquet ré (...)

« “M. le préfet Baudran est reparti comme il était arrivé ; sous les acclamations d’une foule nombreuse venue témoigner de son attachement au Gouvernement de la République et à sa politique en matière d’éducation14” ; “M. le Préfet du Nord a commencé ses visites aux champs d’expériences. Le 11, il allait à Mastaing, voir les deux champs cultivés par M. Coquelle, maire ; l’un renfermait du lin, l’autre des betteraves. Cette visite a été une véritable fête pour la commune et ses environs. Deux voitures attendaient à Somain M. Vel-Durand et les personnes qui devaient l’accompagner : MM. Guérin, secrétaire général de la Préfecture, Mossé, sous-préfet de Valenciennes, Coullet, conseiller général, Comon, professeur, Coquelle, maire de Mastaing, Vallet, maire de Briaste et conseiller d’arrondissement, Bertèche, chimiste, collaborateur de M. Comon, et F. Lepez, rédacteur de l’Impartial du Nord. À Abscon, de nombreux drapeaux tricolores pavoisaient les maisons et des cris de : Vive M. le préfet ! se sont fait entendre. À la mairie de Mastaing, le préfet fut reçu par le conseil municipal qui lui offrit un superbe bouquet. Puis M. Coquelle lui souhaita la bienvenue dans un discours vraiment heureux, qui se terminait par : Vive M. le préfet ! Vive la République ! que toutes les personnes présentes répétèrent plusieurs fois. [...] Un dîner d’une vingtaine de couverts, chez M. Coquelle, a clôturé cette journée et à huit heures M. le préfet est reparti pour Lille enchanté de la réception qui lui avait été faite. [...] À la gare de Nomain, M. Lemaire, maire de la commune, est venu souhaiter la bienvenue au préfet, qui a passé en revue la compagnie des pompiers. De Nomain à Cappelle, la route était ornée de mâts, d’oriflammes et de branchages15” ; “M. Jules Dupuy, préfet du Puy-de-Dôme, a reçu un accueil très chaleureux. [...] Le Conseil municipal avec à sa tête M. Lécuellé est venu saluer et souhaiter la bienvenue au préfet. [...] Le préfet a prononcé un discours de conciliation républicaine16.” »

7Toutes les allocutions préfectorales opèrent sur le même registre : l’une vaut l’autre pour ainsi dire. Une analyse lexicographique exhaustive n’aurait pas de difficulté à mettre en évidence l’extrême répétitivité du vocabulaire et des formes locutoires employés par les administrateurs. Le discours de Georges Rivaud, alors préfet de la Charente, reproduit tous les archétypes de la parole préfectorale ; l’adhésion, la loyauté, l’impartialité, la justice, l’égalité constituent les épicentres du message :

  • 17 Arch. nationales, F1/bI 379, dossier personnel de Georges Rivaud : discours prononcé au banquet de (...)

« J’ai déjà dit ailleurs, Messieurs, que mon plus vif désir était de rester longtemps parmi vous. Je suis venu dans la Charente sur ma demande, [...] parce que je savais que dans ce département il y avait beaucoup à faire. (Applaudissements) [...] J’ai besoin, pour remplir ma tâche, du concours de toutes les bonnes volontés ; je réclame cette union étroite, cette discipline inflexible, à laquelle on faisait appel à l’instant ; il faut que les discussions vaines, que les questions de personnes, que tous les éléments de discorde s’effacent et disparaissent, lorsqu’il s’agit de lutter, comme vous le faites en ce pays, pour le triomphe du principe républicain, et jusqu’au jour prochain, où les adversaires de la République seront définitivement vaincus dans la Charente (Nouveaux applaudissements). C’est à ce succès que je vous prie de boire avec moi, Messieurs, et je vous demande aussi de porter un toast aux organisateurs de cette fête, à la municipalité de Villefagnan, et de vous joindre à moi dans une acclamation unanime de : Vive la République ! (Cris répétés de : Vive la République ! Vive M. le Préfet !)17. »

8La presse locale d’opposition donne aussi à voir – sur un ton d’une ironie mordante – les mêmes formes répétées des déplacements préfectoraux. En témoigne, par exemple, ce compte rendu de la Gazette Fléchoise :

  • 18 Arch. nationales, F1/bI 648, dossier personnel de Charles Lutaud : compte rendu de la fête des Vig (...)

« À l’occasion de la fête des Vignerons, M. Lutaud préfet de la Sarthe, et M. le sous-préfet de la Flèche, ont daigné honorer de leur présence le dimanche 26 janvier écoulé, la tranquille localité d’Yvré-le-Pôlin. [...] Donc, la ville d’Yvré-le-Pôlin était en fête à ce sujet. Arrivé à 2 heures, M. le préfet s’est rendu aussitôt sur la place, et là, installé sur le kiosque destiné aux musiciens, il a réédité les boniments qu’il colporte à tour de rôle dans chacune des communes qui ont l’honneur de sa visite. Ses diverses tirades se réduisent en somme à un seul et même cliché-omnibus qui tombe de ses lèvres avec autant de facilité que les formules stéréotypées de nos bateleurs forains. La réflexion est particulièrement juste aujourd’hui si nous en croyons l’exclamation arrachée à un spectateur-auditeur, habitant de Pontvallain, par la prose de notre premier magistrat : “mais il a déjà débité tout cela chez nous !” Inutile donc d’analyser le discours préfectoral. M. le préfet a vanté les bienfaits de la République, et a terminé en fulminant contre les factieux qui voudraient la renverser. L’impression produite par M. Lutaud sur la population d’Yvré, ne lui a pas été favorable. On lui reproche de gesticuler à la façon d’un énergumène. [...] Aussi les applaudissements ont-ils été sobres18. »

9La soi-disant faiblesse de la posture préfectorale ne parvient pas néanmoins à éluder la présence d’applaudissements. Comme quoi, décidément, le protocole ne se distend jamais – ou si peu – et ce, malgré l’impression médiocre laissée par le représentant de l’État. À feuilleter les récits des déplacements préfectoraux dans leur territoire administratif, il semble difficile de ne voir autre chose qu’un rituel codifié sans réelles significations. Il participerait, au mieux, d’un folklore républicain attendu. Se déplacer, représenter et personnifier l’État dans le département constituerait finalement davantage un apparat nécessaire et imposé par la fonction qu’un véritable travail administratif. Voyager, c’est surtout jouer et endosser un rôle : incarner l’État et la République jusque dans les arrondissements et cantons les plus reculés :

  • 19 Arch. nationales, F1/bI 648, dossier personnel de Charles Lutaud : Le Petit Manceau, 7 juillet 189 (...)

« Nos lecteurs connaissent, tout au moins de réputation, le préfet de la Sarthe. M. Lutaud est un homme jeune, grand, possédant une figure sympathique, intelligent et ayant la parole très facile. [...] Avec ses qualités et le désir de bien faire, il lui a été facile de jouer un rôle important dans notre département en combattant énergiquement la réaction et en faisant aimer la République dans nos villages les plus reculés. Il n’a pas hésité à profiter des conseils de révision, pour visiter le département dans tous les sens, et il a accepté d’assister à toutes les fêtes, à tous les banquets organisés en son honneur, comme représentant de la République. [...] Nous n’avons que des félicitations à adresser à M. le Préfet, car, toujours et partout, il a fait ressortir les avantages de la République, il a réduit à néant les erreurs colportées sciemment par les journaux réactionnaires. En visitant nos populations agricoles, en ayant un mot aimable pour chacun, il a su se rendre populaire et faire aimer en même temps la République19. »

10La presse cléricale d’opposition n’hésite pas à ironiser sur ces préfets « commis-voyageurs » de la République. Ce rituel du déplacement ne serait ainsi qu’un moyen, selon elle, de promouvoir et de diffuser les idées républicaines et laïques dans les territoires les plus hostiles et réfractaires. Bref, de porter la bonne parole « gouvernementale » :

  • 20 Arch. nationales, F1/bI 580, dossier personnel d’Eugène Allard : « M. Allard sera un préfet voyage (...)

« Nous avons déjà donné quelques appréciations sur le successeur de M. Milleteau qui nous vient de Bretagne. En voici une du Bas-Breton de Châteaulin qui présente M. Allard comme ayant le déplacement facile : “M. Allard possédait au plus haut point les qualités maîtresses de l’administration : la prévoyance et la patience. Il savait regarder au-delà de l’immédiat et de l’actuel ; et son expérience lui avait montré que rien de durable ne s’accomplit en un jour. Aussi, voulait-il que rien ne pût rebuter l’activité de ses collaborateurs, non plus que la sienne propre ; et il ne se laissait arrêter par aucune difficulté, abordant de face et délibérément le problème hostile. Mais cette activité, ce n’est pas dans son cabinet seulement qu’il entendait l’exercer. À la politique en chambre, il préférait une politique féconde et vivante d’action et de parole. Nul autant que lui n’a voyagé par tout le département. Volontiers, il présidait les concours agricoles, il banquetait avec les municipalités, il inaugurait les écoles. Et chacune de ces réunions était l’occasion d’une causerie où il enseignait l’amour de la République20. »

  • 21 Cette valorisation du déplacement n’est pas nouvelle. Voir, par exemple, ce que le ministre de l’I (...)
  • 22 Appréciation que l’on a retrouvée dans plusieurs dossiers de carrière...

11Le préfet arpente le département parce qu’il y est d’abord obligé. Souvent vécu intérieurement comme une contrainte, le déplacement est un attribut a priori incontournable de la fonction. Plus précisément, il fonctionne comme une institution sociale. L’attentisme est présenté comme une valeur négative. Un préfet ou un sous-préfet qui ne se déplace pas ne peut être un bon administrateur. Aller au contact des populations, c’est aussi servir sa propre destinée et sa carrière dans l’institution. Les dossiers regorgent de ces appréciations et commentaires qui valorisent les « tournées21 » et qui fustigent, à l’inverse, l’administrateur « enfermé dans ses certitudes22. » Derrière une grève qui tourne mal ou une manifestation qui dégénère, il y a souvent – pour les observateurs – un représentant de l’État « éloigné des réalités ». Tel cet exemple parmi beaucoup d’autres :

  • 23 Arch. nationales, F1/bI 440, dossier personnel de Louis Berniquet : un départ probable, Le Nouvell (...)

« M. Berniquet n’a pas su saisir et comprendre les revendications de la population ouvrière. Rares sont les grèves qui ont trouvé une solution rapide et raisonnable. Je crois qu’en administration, il faut savoir être à l’écoute de ses administrés et se rendre sur place dès que la situation s’en fait sentir. M. Berniquet va quitter la Gironde avec le désagréable sentiment d’être demeuré à l’écart des habitants de ce département. Nous ne le regretterons pas car nous ne savons pas qui il est réellement23. »

12Se montrer s’apparente à un « impératif catégorique ». D’accord. Le déplacement préfectoral fonctionnerait ainsi en vase clos : une nécessité pour les uns – un rituel d’institution qui se répète par-delà les configurations politiques et le temps –, un outil au service de la « républicanisation des esprits » pour les autres (presse d’opposition). Comment sortir de cette dialectique ? Le déplacement a-t-il une autre fonction sociale que de « se présenter » à ses administrés et/ou de « représenter » l’État et la République ? Le voyage préfectoral est-il autre chose qu’un simple rite d’institution ? Doit-on uniquement le considérer comme un intermède festif et folklorique ? Une question surgit alors en contre-jour : le préfet administre-t-il lorsqu’il se déplace ?

Arpenter le département pour administrer « autrement » et « au plus près »

13On l’a vu, les récits des déplacements préfectoraux décrivent une uniformité protocolaire apparente et relatent toujours les mêmes faits et gestes. Le lecteur n’y voit a priori qu’un intérêt limité. Pourtant, les comptes rendus laissent entrevoir que les préfets saisissent aussi ces moments pour endosser – à coté de celui de représentant de l’État – leur rôle d’administrateur. Ils ne sont pas seulement : ils administrent aussi à côté ou à l’écart du protocole officiel. La presse locale ne s’étend pas généralement sur ces « épisodes annexes ». Elle les mentionne tout au plus. Rares sont les récits qui mettent en exergue ce « dédoublement » préfectoral :

  • 24 Arch. nationales, F1/bI 379, dossier personnel de Georges Rivaud : L’Observateur, 14 août 1879. No (...)

« La semaine dernière, M. le Préfet a profité de la tournée de révision pour visiter plusieurs communes du canton de St-Laurent-de-Neste, entr’autres Aventignan, St-Laurent, Mazères, etc. Samedi, il s’est rendu dans le canton de Galan, Houeydets, Castelbajac, Galès et Recurt. Partout, il a reçu l’accueil le plus chaleureux ; traitant rondement les affaires, il a pu donner une solution quasi immédiate à un certain nombre, notamment celle du pont de Mazères, qui traînait depuis longtemps, au grand détriment des communes avoisinantes. [...] Nous félicitons M. le Préfet d’avoir eu l’idée de ces tournées administratives ; profitant ainsi du conseil de révision pour apporter des solutions efficaces à plusieurs questions épineuses. [...] C’est la première fois, depuis bien des années, qu’un haut fonctionnaire de nos régions ne dédaigne pas de se rendre dans les communes les plus éloignées, afin d’établir des relations directes entre lui et les habitants ; aussi, hier, ces braves gens restaient ébahis, quand on leur apprenait que le premier fonctionnaire du département venait tout simplement causer avec eux de leurs intérêts. Ils l’ont acclamé partout, heureux de s’assurer ainsi de la sollicitude administrative pour tout ce qui les concerne. Nos populations rurales ont en même temps apporté au très sympathique Préfet la meilleure preuve de leur attachement à la République et le plus agréable des encouragements24. »

  • 25 En général, le chef-lieu de canton.

14Nous voyons ainsi que l’informel ne se cache pas derrière une quelconque politique de l’invisible. Rien d’obscur ici. L’informel renvoie plus prosaïquement à ce qui se situe à côté du protocole officiel. Dans l’exemple cité, le préfet va bien au-delà du lieu qui justifie sa venue (le conseil de révision25) en se déplaçant intuitu personae dans un grand nombre de communes du canton. Il s’écarte ainsi de l’objet initial de son déplacement. Plus souvent, l’informel tient à des conversations et des discussions en aparté. Les récits « officiels » ne restituent jamais la teneur des conciliabules, se contentant uniquement d’évoquer la tenue d’un dialogue :

  • 26 Arch. nationales, F1/bI 497, dossier personnel de Gabriel Leroux : L’Avenir, 27 mai 1884.
  • 27 Arch. nationales, F1/bI 388, dossier personnel d’Henry Vel-Durand : Le Progrès du Nord, 20 juillet (...)
  • 28 Arch. nationales, F1/bI 515, dossier personnel de Victor Proudhon : Le Journal de Montmédy, 5 mai (...)

« M. Leroux a beaucoup plu personnellement par l’affabilité de ses manières, son esprit franchement conciliant, son langage net indiquant une grande fermeté de caractère. Au point de vue administratif, les maires et adjoints, fonctionnaires et particuliers qui ont eu l’occasion d’aborder M. le préfet ont bien vite reconnu en lui un administrateur d’une capacité sérieuse, parfaitement au courant des affaires, décidé à les étudier avec un soin scrupuleux et qui ne fuira jamais devant les solutions qu’il aura jugées fondées en droit et en raison et pratiquement utiles26 ; Le Préfet s’entretient ensuite avec le maire et les conseillers municipaux des charges et des besoins de la commune. Il leur promet son concours auprès de la commission départementale pour l’obtention d’un secours sur les crédits des chemins ruraux27 ; M. le Préfet, dans une gracieuse improvisation dont nous regrettons de ne pouvoir reproduire les termes mêmes, a répondu que son dévouement était acquis à toutes les questions dans lesquelles il pourrait aider la ville de Montmédy et a rappelé celles qui ont trait à l’échange de terrains entre la ville et le génie militaire, relativement à la rue Nouvelle et aux lenteurs qui s’opposent à la mise en exécution immédiate de nos travaux communaux28. »

15L’informel se définit ici avant tout comme une manière d’être et d’agir. Si le récit journalistique est très souvent laconique sur ces épisodes, les représentants de l’État n’hésitent pas évoquer ce qui relève, à leurs yeux, de telles pratiques. Pour montrer qu’ils administrent au-delà de leurs strictes obligations professionnelles et statutaires. Pour mettre en lumière et en exergue un savoir-faire, une compétence. Pour les administrateurs départementaux, le jeu consiste à faire savoir – entre les lignes – qu’ils pratiquent une « administration informelle » comme pour mieux démontrer leur aptitude à administrer et à élargir les « contours obligés » de leur rôle initial, attendu et dévolu. Le rapport que le préfet du Pas-de-Calais, Henry Vel-Durand, adresse à son ministre de tutelle en est un bon exemple :

  • 29 Arch. nationales, F1/bI 388, dossier personnel d’Henry Vel-Durand : rapport du préfet au ministre (...)

« Les opérations de la révision ont été pour moi une occasion de visiter la cinquième fois les chefs-lieux de canton et de rencontrer les maires du département. Bien que dans l’intervalle des opérations, le Conseil Général dût se réunir pour la session ordinaire d’avril et que les élections municipales dussent avoir lieu, j’ai cependant présidé personnellement les séances du Conseil dans trente-sept cantons. Au cours même des opérations, j’ai visité un certain nombre de communes rurales. Enfin depuis leur clôture, j’ai parcouru presqu’entièrement les communes du canton de Laventie. J’ai la satisfaction de pourvoir dire qu’il m’est resté de mes entretiens avec les maires, de mes rencontres avec la population, l’impression la plus favorable. [...] Dans les conversations particulières avec les maires comme dans les banquets qui ont été de beaucoup plus nombreux et plus suivis que dans les années précédentes, j’ai toujours insisté sur cette nécessité de l’union entre tous les républicains, union à laquelle nous avons dû des résultats appréciables depuis trois ans. [...] En choisissant pour but de ma récente tournée les communes du canton de Laventie, j’ai tenu à bien marquer que je n’entendais exclure personne de mon administration et que la politique républicaine n’avait rien à redouter de la contradiction. Le canton de Laventie est en effet l’un des plus réfractaires parmi les opposés. [...] Dans les communes de ce canton, pas plus que dans beaucoup d’autres un préfet ne s’était jamais montré. Si sa présence était une nouveauté, c’était une nouveauté tout aussi grande que d’entendre publiquement parler de République dans un pays où chaque maison est armée d’une chapelle [...]. Je n’ai pas à regretter mon inspection [...]. Je me propose de continuer au cours de l’été mes promenades, et je me ferai un devoir de vous tenir au courant des observations que je pourrai recueillir29. »

16Les propos d’Henry Vel-Durand ne témoignent pas d’une pratique isolée. D’une certaine manière, l’informel est une pratique encouragée et institutionnalisée par le gouvernement. Les administrateurs sont ainsi incités à se déplacer fréquemment et à multiplier les espaces de discussion avec les élus et la population. Sous la IIIe République, plusieurs circulaires rappellent cette exigence aux représentants de l’État. Telle celle du 15 février 1888 :

  • 30 Arch. départementales du Finistère, 1 M 124, circulaire du 15 février 1888. Elle reprend notamment (...)

« Monsieur le Préfet, à plusieurs reprises, mes prédécesseurs vous ont invité à visiter aussi fréquemment que possible les communes de votre département. J’ai le devoir de vous rappeler ces instructions. Je reconnais que dans certains départements, les Préfets ne peuvent parcourir, chaque année, toutes les circonscriptions communales. Mais je ne saurais trop insister pour que vous ne laissiez échapper aucune occasion d’entrer en relations directes avec les populations et avec les municipalités. Je vous prie en outre de donner à ce sujet des instructions précises à MM. les Sous-Préfets, en leur faisant connaître que les tournées dans les communes de leur arrondissement, constituent à mes yeux, une des obligations essentielles des fonctions qui leur sont confiées. Chaque fois qu’une difficulté administrative vous est signalée, qu’un conflit menace d’éclater dans une commune, votre présence ou celle d’un de vos collaborateurs suffira le plus souvent pour prévenir des erreurs regrettables, des lenteurs dans l’expédition des affaires et aussi pour maintenir l’entente si désirable entre votre administration et les municipalités. Je n’ai pas besoin d’insister longuement sur ce point. Vous savez, par expérience, qu’en [...] traitant directement sur place des affaires qui, résolues par correspondance, auraient pu provoquer quelque trouble sur les esprits et soulever des résistances, en cherchant à développer et à affermir les bonnes relations que l’administration préfectorale doit s’efforcer d’entretenir avec les municipalités, vous servirez de la manière la plus efficace les intérêts locaux dont vous avez la charge30. »

  • 31 Sur ce thème, voir Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La proximité en politique. Usages, rhétoriques, (...)

17L’informel renvoie davantage à une pratique administrative « encadrée » par le gouvernement qui vise à rapprocher le préfet de ses administrés. On retrouve en arrière-plan la thématique de l’accessibilité et de la proximité31. Incarnation de l’État, le préfet et le sous-préfet doivent se sortir – dès qu’ils le peuvent – du protocole républicain qui enferme le premier fonctionnaire du département ou de l’arrondissement dans son rôle (le port de l’uniforme dans les cérémonies publiques en constitue l’exemple archétypal). C’est donc un préfet dégagé de son apparat républicain « d’homme d’État » qui doit aller à la rencontre de la population. L’informel est tout sauf une pratique administrative de l’imprévu, de la rencontre fortuite, de l’immédiateté : elle est une pratique en réalité codifiée et maîtrisée qui doit prendre les formes d’une rhétorique de la proximité et de l’écoute. Édouard Bobeuf, préfet de la Mayenne, en livre presque une définition précise et idéelle dans un courrier personnel :

  • 32 Arch. départementales de la Mayenne, 2 M 13, dossier personnel d’Édouard Bobeuf : lettre du 3 août (...)

« Je sors épuisé de ces mois de juin et juillet qui ont vu se multiplier les invitations dans les comices et les fêtes rurales. Tu me diras que je pourrais, parfois, demander au secrétaire général de me représenter. J’ai une haute conscience de ma fonction et je ne vois pas, sauf cas de force majeure, comment je devrais choisir telle ou telle manifestation plutôt qu’une autre. [...] Aller au contact des populations est presque un devoir. [...] Je te mentirai si je ne te disais pas que je m’ennuie fermement à certains moments. Toutes ces agapes sont bien longues. [...] Plusieurs de mes déplacements ont pourtant été l’occasion de résoudre définitivement des difficultés d’ordre administratif. Il y a là un mystère que je ne m’explique pas toujours. Alors que plusieurs réunions à la Préfecture avaient laissé en suspens une décision, j’ai pu réunir en quelques minutes un tour de table informel et aboutir à un résultat probant dans l’heure qui suivait. Malgré la fatigue de ces déplacements répétés, il y a là des satisfactions qui ne me laissent pas le moindre regret d’être venu. Malgré toutes les qualités de mon secrétaire général, je demeure persuadé qu’il n’aurait pas pris de telles initiatives en son nom propre. À l’expérience, je crois qu’il faut savoir profiter de ces moments pour arracher des décisions et des avancées qui résistent encore trop souvent au dialogue officiel en préfecture32. »

  • 33 Il est bien évident – on le suppose tout au moins – que les administrateurs départementaux forgent (...)
  • 34 Pour reprendre les termes définis et employés par Rémi Lefebvre, « La proximité à distance. Typolo (...)
  • 35 Ibid., p. 115.

18L’informel – en tout cas, celui que le chercheur peut décemment objectiver33 – s’inscrit dans les interstices et les intermèdes que lui offre la représentation officielle. Fortement encouragé par le gouvernement, l’informel se définit comme une pratique d’État. Un bon administrateur doit justement savoir saisir les déplacements comme un outil d’administration. Se déplacer, c’est se présenter et représenter mais aussi et surtout administrer par le bas. La « proximité protocolaire » appelle ainsi une « proximité informelle34 ». « Le [préfet] n’est plus alors l’Autre que les dispositifs cérémoniels consacrent comme représentant mais le primus inter pares qui se fond dans la sociabilité [locale]35. » L’informel se définit ici par opposition à l’Officiel. Roger Rabiniaux restitue très bien – sur le ton de l’humour – cette tension entre les deux états du préfet en déplacement :

  • 36 L’ouvrage est publié au début des années cinquante mais l’auteur, sous-préfet de son état, évoque (...)
  • 37 Rabiniaux R., Dans le secret des préfectures, op. cit., p. 174-176 (« Le préfet dans sa province » (...)

« M. Prétérite ne se confine pas dans son bureau. Les préfets d’aujourd’hui36 vont au-devant de leurs administrés. La Constitution le leur conseille, le Ministère le leur suggère. Visites de communes : réception par le Maire et la petite fille au compliment ; gerbe au monument aux morts, minute de silence, défilé en ville... Vin d’honneur. L’uniforme trop brillant étonne un peu dans le fruste décor villageois, mais qu’importe... Quand le Préfet repart il est content de ses hôtes qui sont contents de lui. Vive Villeneuve-de-Bantugues, 749 habitants ! [...] Viennent aussi, même pour M. Prétérite qui est de nature modeste, les grande journées où l’on inaugure, célèbre, consacre, proclame, où l’on discourt, où l’on banquète, où les troupes présentent les armes, où les Marseillaises retentissent. Il ne s’agit plus d’administrer mais de représenter avec tout le faste désirable d’État dans sa gloire. Ne souriez plus, monsieur Prétérite, là ça y est. Gardez la pose pendant cinq heures d’horloge. Vous êtes un personnage terriblement officiel, l’Officiel par excellence, personne n’a jamais été plus officiel que vous ! [L’Officiel terminé, le préfet peut alors se saisir de son déplacement pour « administrer informellement »]. Réunion au chef-lieu de canton ; c’est moins rural, moins intime déjà, plus utile peut-être. Dans la grande salle de l’Hôtel de Ville on a réuni les maires du canton, les fonctionnaires, les conseillers municipaux du chef-lieu. M. le Préfet parle, commente ses décisions, expose les difficultés qu’il rencontre pour venir comme il souhaite au secours des collectivités locales. Quelqu’un veut-il l’interroger ? On hésite, on se regarde du coin de l’œil, les maires paysans, paysans d’abord, ne se livrent pas si facilement. Et puis on voit un vieux monsieur à moustaches tombantes qui étouffe dans son col dur, on le voit qui se lève, on l’entend : – Monsieur le Préfet, pour ces affaires d’assistance médicale gratuite... – Eh bien, monsieur le Maire ?... Le Maire s’explique de son mieux, le Préfet répond. Le courant de sympathie est créé, d’autres maires se lèvent à leur tour : – Monsieur le Préfet, j’ai mon dossier de grosses réparations aux écoles... – Et pour la classe 52, monsieur le Préfet, est-ce qu’on peut... – La taxe d’abattage... Le fonds de péréquation. La location du presbytère... Qui parlait d’un personnage austère, accessible aux seuls notables du chef-lieu ? Ou d’un agent électoral ? Personne en tous cas ne se souvient qu’on ait même frôlé la politique. [...] On se quitte bons amis. Pour les maires de canton, le Préfet sera désormais un être vivant non plus une silhouette sévère découpée dans une circulaire ronéotypée. Ils oseront lui écrire personnellement pour un conseil même privé. Les jours de foire au chef-lieu, ils iront à la Préfecture. Ces réunions restent familières. Les jours de conseil de révision, on sait passer du sévère au plaisant, voire à l’amical. Quand deux cents jeunes gens ont été proclamés bon pour le service, préfet, sous-préfet, conseillers généraux et maires se retrouvent pour l’apéritif et le tour d’horizon : – Monsieur le Préfet, les palmes de l’instituteur ? – Et notre abattoir37 ? »

  • 38 Tilly C., « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande (...)

19Redouté par les administrateurs – parce que considéré comme ennuyeux et répétitif –, le déplacement est surtout l’occasion pour les représentants de l’État d’administrer informellement. En s’adressant, d’une part, directement à ses interlocuteurs immédiats (députés, édiles, conseillers généraux, citoyens...). En apportant, d’autre part, des réponses efficaces à des problématiques administratives micro-locales qui n’auraient sans doute pas franchi les frontières de la commune ou du canton, mais qui nécessitent des arbitrages. Enfin, en évaluant au plus près l’état d’esprit des populations autrement que par les rapports réguliers qu’il reçoit. L’institution du déplacement préfectoral s’apparente ainsi à un « répertoire d’action » au sens où l’entend Charles Tilly, c’est-à-dire comme « un modèle où l’expérience accumulée d’acteurs s’entrecroise avec les stratégies d’autorités en rendant un ensemble de moyens d’action limités plus pratique, plus attractif, et plus fréquent que beaucoup d’autres moyens qui pourraient, en principe, servir les mêmes intérêts38 ».

Notes

1 Flaubert G., Madame Bovary, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2001 [1857], p. 196-206. Nous soulignons.

2 Amossy R., Rosen E., Les discours du cliché, Paris, SEDES-CDU, 1982, p. 17 ; Bourdenet X., « Représentation du politique, politique de la représentation : les préfets de Lucien Leuwen », Romantisme, vol. 30, no 110, 2000, p. 13-26.

3 On retrouve la même grammaire syntaxique chez Stendhal. Voir Lucien Leuwen, Paris, Le Livre de Poche, 2007 [1834].

4 Lyon-Caen J., « Saisir, décrire, déchiffrer : les mises en texte du social sous la monarchie de Juillet », Revue historique, no 630, 2004/2, p. 322.

5 Pour de plus amples détails sur la « mise en type » du préfet dans le roman des XIXe et XXe siècles, nous nous permettons de renvoyer à l’introduction générale de notre thèse, « Corps et âme de l’État ». Socio-histoire de l’institution préfectorale (1880-1940), doctorat de science politique (Pierre Birnbaum, dir.), Université Paris 1, 2009, p. 28-53.

6 Au sens où l’entend Erving Gofman dans La mise en scène de la vie quotidienne, vol. 1 : La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit, 1973. Elle désigne « les éléments qui, confondus avec la personne de l’acteur lui-même, le suivent partout où il va. On peut y inclure : les signes distinctifs de la fonction ou du grade ; le vêtement ; [...] l’attitude ; la façon de parler ; les mimiques ; les comportements gestuels ; et autres éléments semblables. », p. 30-31.

7 Op. cit., p. 208. Imagination qui rejoint à peu de chose près la réalité comme l’écrivain en témoigne dans une correspondance du 22 juillet 1853 adressée à Louise Colet : « Tu sais que nous avons eu hier le bonheur d’avoir M. Saint-Arnaud (ministre de la Guerre). – Eh bien, j’ai trouvé ce matin dans le J[ournal] de R[Ouen], une phrase du maire lui faisant un discours, laquelle phrase j’avais, la veille, écrite textuellement dans ma B[ovary] dans un discours de préfet, à ces Comices agricoles. Non seulement, c’était la même idée, les mêmes mots, mais les mêmes assonances de style. Je ne cache pas que ce sont de ces choses qui font plaisir. T – Quand la littérature arrive à la précision de résultat d’une science exacte c’est roide. », dans Cogny P., « Le regard ironique de Flaubert sur l’épistémologie de son temps dans Madame Bovary », dans De Toro A. (dir.), Gustave Flaubert : procédés narratifs et fondements épistémologiques, Tübingen, GNV, 1987, p. 59. Souligné dans le texte. Pour une analyse génétique de la rhétorique du discours, voir, par exemple, Pierrot Herschberg A., « Clichés, stéréotypie et stratégie discursive dans le discours de Lieuvain (Madame Bovary II, 8) », Littérature, no 36, 1979, p. 88-103.

8 Voir notamment, Karila-Cohen P., L’État des esprits. L’invention de l’enquête publique en France (1814-1848), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Carnot, 2008, et Phélippeau É., « La fabrication administrative des opinions politiques. Votes, déclarations de candidature et verdict des préfets (1852-1914) », Revue française de science politique, vol. 43, no 4, 1993, p. 587-612, et, du même auteur, « Conjonctures électorales et conjectures préfectorales. Le vote et la formation d’un savoir-faire politico-administratif », Scalpel. Cahier de sociologie politique de Nanterre, no 1, 1994, p. 52-73.

9 Sur l’ennui de l’administrateur, voir Monnier F., Thuillier G., Administration. Vérités et fictions, Paris, Economica, 2007, p. 178-180 ; Catherine R., Thuillier G., L’être administratif et l’imaginaire, Paris, Economica, 1982, p. 89. L’ennui semble ainsi être un viatique du métier préfectoral. C’est le cas, par exemple, de la carrière d’Émile Boyer de Sainte-Suzanne sous le Second Empire. Nommé sous-préfet de Mortagne (Orne) en décembre 1851, il se plaint à plusieurs reprises auprès du ministre de l’Intérieur de la stagnation de sa carrière dans le rang des sous-préfets et de l’ennui qui le « ronge » : « À Mortagne, Boyer de Sainte-Suzanne connaît cet ennui. Assez rapidement en effet il veut quitter son poste. Il demeure pourtant dans cet arrondissement sept longues années. La frustration de ses attentes se lit pièce par pièce dans son dossier de carrière », note Pierre Karila-Cohen dans « Le Christ s’est arrêté à Origny. Le temps, l’enquête et l’administrateur », dans Demartini A.-E., Kalifa D. (dir.), Imaginaire et sensibilités au XIXe siècle. Études pour Alain Corbin, Paris, Créaphis, 2005, p. 101-114, p. 111.

10 Arch. nationales, F1/bI 681, dossier personnel de Félix Trépont : lettre du 7 septembre 1897. Nous soulignons.

11 Maingueneau D., L’analyse du discours : introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette, 1991, p. 18.

12 D’une certaine manière, le discours ne doit pas être ici « appréhendé comme l’“expression” d’activités muettes placées en amont de lui, mais devient partie prenante d’une pratique qui constitue tout à la fois une dimension du fonctionnement d’un groupe social et son ciment. La mise en scène de l’événement consolide [ainsi] l’espace social, le discours possède un pouvoir d’organisation des hommes. », ibid., p. 119.

13 Pour l’ensemble de la période étudiée, c’est le cas. Selon notre hypothèse, on retrouve cette même nomenclature de l’événement sous tous les régimes. Pour une analyse approfondie de la « répétitivité des formes cérémonielles », on se reportera aux réflexions suggestives de Nicolas Mariot, « Le paradoxe acclamatif, ou pourquoi les institutions n’ont pas de première fois », dans Buton F., Mariot N. (dir.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, Presses Universitaires de France, 2009, p. 165-186 (l’auteur appuie ses réflexions à partir de l’exemple des voyages présidentiels en province). Voir, aussi, du même auteur, « Nos fleurs et nos cœurs. La visite présidentielle en province comme événement institué », Terrain, no 38, 2002, p. 79-96.

14 Arch. nationales, F1/bI 304, dossier personnel d’Antoine Baudrand : compte rendu de l’inauguration d’une école, Journal de la Marne, 6 mars 1888.

15 Arch. nationales, F1/bI 388, dossier personnel d’Henry Vel-Durand : tournée préfectorale agricole, Le Progrès du Nord, 20 juillet 1890. On retrouve ici toutes les formes ritualisées de l’accueil du préfet : revue, bouquet, pavoisement, chant...

16 Arch. nationales, F1/bI 333, dossier personnel de Jules Dupuy : compte rendu d’un grand banquet républicain, Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 3 février 1897.

17 Arch. nationales, F1/bI 379, dossier personnel de Georges Rivaud : discours prononcé au banquet de Villefagnan, 25 janvier 1884.

18 Arch. nationales, F1/bI 648, dossier personnel de Charles Lutaud : compte rendu de la fête des Vignerons, La Gazette Fléchoise, 5 février 1890.

19 Arch. nationales, F1/bI 648, dossier personnel de Charles Lutaud : Le Petit Manceau, 7 juillet 1890. Nous soulignons.

20 Arch. nationales, F1/bI 580, dossier personnel d’Eugène Allard : « M. Allard sera un préfet voyageur », Le Journal de Saint-Quentin, 6 juillet 1909.

21 Cette valorisation du déplacement n’est pas nouvelle. Voir, par exemple, ce que le ministre de l’Intérieur, Léon Faucher, écrivait à un préfet en juillet 1851 en l’invitant à intensifier ses tournées : « Il est nécessaire que les agents supérieurs de l’autorité entrent le plus souvent possible en contact avec la population. Le peuple qui soufre se sent déjà soulagé quand l’autorité se manifeste à lui et témoigne de sa sympathie pour ses misères [le ministre fait là preuve d’un certain optimisme, mais aussi d’un certain sens des réalités]. Visitez les écoles, les établissements de charité, les ateliers de travail publics ; entretenez-vous avec les habitants de toutes les classes, faites-vous rendre compte de leurs besoins, travaillez à dissiper leurs préjugés, à calmer leurs passions, à les éclairer sur leurs véritables intérêts. » ; cité par Le Clère B., « La vie quotidienne des préfets au XIXe siècle (1815-1914) », dans Les préfets en France (1800-1940), Genève, Droz, 1978, p. 51.

22 Appréciation que l’on a retrouvée dans plusieurs dossiers de carrière...

23 Arch. nationales, F1/bI 440, dossier personnel de Louis Berniquet : un départ probable, Le Nouvelliste de Bordeaux, 25 mars 1897.

24 Arch. nationales, F1/bI 379, dossier personnel de Georges Rivaud : L’Observateur, 14 août 1879. Nous soulignons.

25 En général, le chef-lieu de canton.

26 Arch. nationales, F1/bI 497, dossier personnel de Gabriel Leroux : L’Avenir, 27 mai 1884.

27 Arch. nationales, F1/bI 388, dossier personnel d’Henry Vel-Durand : Le Progrès du Nord, 20 juillet 1890.

28 Arch. nationales, F1/bI 515, dossier personnel de Victor Proudhon : Le Journal de Montmédy, 5 mai 1882.

29 Arch. nationales, F1/bI 388, dossier personnel d’Henry Vel-Durand : rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 18 juin 1888.

30 Arch. départementales du Finistère, 1 M 124, circulaire du 15 février 1888. Elle reprend notamment les termes de celles du 23 août 1874 et du 13 mars 1883.

31 Sur ce thème, voir Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 2005.

32 Arch. départementales de la Mayenne, 2 M 13, dossier personnel d’Édouard Bobeuf : lettre du 3 août 1884.

33 Il est bien évident – on le suppose tout au moins – que les administrateurs départementaux forgent aussi leurs décisions dans des conciliabules improvisés ici ou là. Seule une « ethnographie historique » des bureaux, des couloirs et des coulisses d’une préfecture serait à même de rendre visibles ces formes plus obscures et « opaques » du travail préfectoral. L’archive administrative est cependant muette sur ce point. Les traces sont inexistantes. Les rares souvenirs d’administrateurs n’évoquent jamais ou presque la pratique quotidienne – « au ras du sol » – des représentants de l’État. Pour une immersion très décalée dans les coursives d’une préfecture, voir Rabiniaux R., Dans le secret des préfectures, Paris, Corrêa, 1953, p. 167-173 (« Le préfet dans ses bureaux »).

34 Pour reprendre les termes définis et employés par Rémi Lefebvre, « La proximité à distance. Typologie des interactions élus-citoyens », dans Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La proximité en politique, op. cit., p. 112-119.

35 Ibid., p. 115.

36 L’ouvrage est publié au début des années cinquante mais l’auteur, sous-préfet de son état, évoque plus sûrement les années 1930.

37 Rabiniaux R., Dans le secret des préfectures, op. cit., p. 174-176 (« Le préfet dans sa province »). Nous soulignons.

38 Tilly C., « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 4, 1984, p. 89-108, p. 99.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540