Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique sans en avoir l'air

 | 
François Ploux
, 
Michel Offerlé
, 
Laurent Le Gall

Première partie. Des pratiques institutionnelles informelles

Préalables

Yves Déloye

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre la formule classique de Jean Leca, « Le repérage du politique », Projet, no 71, jan (...)
  • 2 Dans cette perspective, la lecture de l’ouvrage classique, désormais traduit, de Partha Chatterjee (...)
  • 3 Pour une approche convergente, voir récemment Guionnet C., Le Bart C., « Conflit et politisation : (...)

1D’emblée, la lecture croisée des quatre contributions qui ouvrent la première partie de ce livre collectif pose une question, certes ancienne en sciences sociales du politique, mais centrale : celle du repérage du politique1. Avant même de questionner le niveau et les logiques sociales ou culturelles de formalisation des pratiques ou institutions politiques, c’est la nature même de ces dernières qui est au cœur de la réflexion croisée menée ici. Au risque du truisme, il convient de rappeler que la politique (au sens [discutable] d’un ensemble d’activités différenciées et spécialisées caractérisant un espace politique institutionnalisé) n’a pas toujours existé, ni moins encore sous la même forme ; ni partout, avec la même intensité, la même valorisation, les mêmes frontières et la même autonomie que celles que connaissent aujourd’hui les sociétés européennes. Des sociétés différentes par leur histoire, par leur culture, par la position qu’elles occupent les unes par rapport aux autres, par leurs trajectoires, produisent des figures contrastées de la politique, de ses formes légitimes (mais aussi subalternes2), de ses institutions, de ses pratiques et de ses instruments. Au sein de chaque configuration historique, des moments de différenciation alternent avec des épisodes de dédifférenciation qui rendent bien improbable un repérage aisé du politique et de ses mises en forme. Ainsi, à l’intérieur d’une même société, des nuances fortes voire des contrastes importants apparaissent dès lors que l’on refuse toute définition préalable, substantialiste et fixiste du politique3.

  • 4 Ou tout au moins politisées de manière diférente. Pour un exemple de cette relativité dans le temp (...)
  • 5 Voir ici Lagroye J. (dir.), La politisation, Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 2003, chap. 15.
  • 6 Sur l’importance heuristique de cette dimension horizontale du politique, on pourra lire en complé (...)
  • 7 Texte contemporain de la Charte de 1977 et reproduit dans Havel V., Essais politiques, Paris, Le S (...)
  • 8 Là encore toutefois, il conviendrait, pour éviter toute lecture idiosyncratique, de comparer cette (...)

2D’où l’importance accordée, par exemple par Jay Rowell, à la question du lexique, au choix des mots qui permettent d’énoncer le politique dans le cadre d’une société singulière, ici celle de la défunte RDA communiste. Dans ce cas « limite » d’une société marquée en profondeur, comme d’autres pays d’Europe centrale et orientale après la Seconde Guerre mondiale, par un socialisme d’État envahissant, l’attribution d’un « sens politique » s’étend à de nombreuses pratiques sociales, économiques, culturelles ou sportives4 ailleurs non politisées, au tout au moins de manière différente et plus nuancée. Au point que le repérage du politique doit tenir compte sérieusement de la plasticité des opérations de labellisation politique qui favorisent, ici plus qu’ailleurs, à ce moment plus qu’à un autre de l’histoire allemande, une conversion au politique, au sens où l’entendait Jacques Lagroye5, et débouche sur une conception singulièrement dilatée – presque « difforme » – de ce dernier et de ses frontières. Loin de se lire seulement sur un axe vertical qui renvoie classiquement aux activités de légitimation et de délégitimation des gouvernants et des politiques publiques mises en œuvre par ces derniers, les formes politiques institutionnelles formelles se répandent de manière horizontale6 obligeant les opposants au régime communiste, mais aussi les citoyens ordinaires, à mettre en œuvre une série de détournements informels spécifiques, de tactiques ingénieuses, de silences éloquents. Dans ce cadre, la politique informelle doit être recherchée dans ce que Jay Rowell appelle « les interstices et aux frontières » de la société politique institutionnalisée par un pouvoir communiste qui entend surveiller et contrôler de manière dense les comportements individuels ou collectifs. Les risques qui pèsent sur les individus, sur ceux que Vaclav Havel7 évoquera superbement dans son texte sur le « pouvoir des sans pouvoir », limitent sensiblement les possibilités d’expression de cette politique informelle qui emprunte alors souvent des voies détournées favorables à l’interconnaissance et à une série de retraductions d’un registre (souvent culturel ou musical comme celui de la satire ou de la musique rock) vers le registre politique8. Ces conditions particulières limitent aussi la capacité du chercheur à repérer aisément ces pratiques informelles qui laissent peu de traces archivistiques notamment.

3Dans ces conditions, pour décrypter cet univers pratique, Jay Rowell mène une patiente étude terminologique qui lui permet de repérer un ensemble de critères distinctifs entre l’univers (envahissant) de la politique formelle et celui, plus labile, plus instable, plus difficile aussi à cerner des pratiques informelles. Comme il le montre avec finesse, cette distinction ne recouvre toutefois qu’imparfaitement une série classique d’oppositions binaires différenciant le formel de l’informel, l’officiel de l’inofficiel, le légitime de l’illégitime, le conforme de la transgression... Pour surmonter ces difficultés, l’auteur nous invite à nous tourner notamment vers les « interactions interpersonnelles se déployant à l’intérieur des institutions formelles tout en s’affranchissant des règles de comportements codifiés. » Bref, à retrouver, autant que les traces archivistiques ou les témoignages le permettent, derrière l’apparente conformité aux comportements attendus par le pouvoir communiste et ses différents relais sociétaux, des formes dissidentes d’actions et de réactions politiques. De manière tout aussi intéressante, l’auteur nous incite à « examiner les logiques “informelles” qui traversent les institutions “formelles” ». Ce qui le conduit à accorder une place privilégiée aux ancrages sociaux (notamment à la force des réseaux d’interdépendances et des relations interpersonnelles au sein de l’appareil politico-administratif) qui structurent les interactions qui se déroulent au sein des institutions politiques et administratives de la société est-allemande. De manière plus classique, cette contribution observe aussi les nombreux « usages informels des institutions formelles », notamment des institutions « participatives » mises en place par le SED qui de facto favorisent la pénétration de logiques interpersonnelles dans des procédures d’attribution de ressources collectives ou divisibles (ici le logement) censées obéir à des règles centrales idéologiques impersonnelles. D’où une série de « compromis » locaux, de bricolages interpersonnels qui rendent là encore difficile la distinction entre le formel et l’informel... C’est donc un jeu complexe où la politique formelle et ses institutions font l’objet d’usages informels et où des pratiques informelles (souvent invisibles) contribuent aussi à produire la « conformité formelle » qui assure au pouvoir communiste sa prégnance sur la société est-allemande que l’auteur nous fait découvrir.

  • 9 Durkheim É., De la division du travail social, Paris, PUF, 1960 [1893], p. 201.
  • 10 Sur l’importance de cette codification protocolaire, je me permets de renvoyer à Déloye Y., Haroch (...)
  • 11 À ce titre, les travaux de l’auteur convergent avec ceux de Stéphane Gerson (The Pride of Place Lo (...)
  • 12 Grémion P., Le pouvoir périphérique. Bureaucrates et notables dans le système politique français, (...)
  • 13 Contrairement à l’analyse proposée par Jay Rowell dans son chapitre, on constate ici que l’informe (...)
  • 14 Giddens A., La constitution de la société, Paris, PUF, coll. Sociologies, 1987 [1984], p. 367-368.
  • 15 Nous invitons le lecteur à prolonger sa lecture par celle de la thèse de Gildas Tanguy qui dévelop (...)
  • 16 Rappelons que pour Anthony Giddens, l’idée de « dualité du structurel » renvoie au fait que « les (...)

4Comme l’écrit justement Jay Rowell, ce problème de repérage n’est cependant pas propre au contexte du socialisme d’État est-allemand. L’enquête socio-historique proposée par Gildas Tanguy en témoigne amplement. Son chapitre porte sur les pratiques administratives des préfets de la IIIe République, à un moment où l’autonomie de l’État républicain s’affirme au point qu’un Émile Durkheim identifiera alors dans l’État « un phénomène normal » qui « résulte des progrès mêmes de la division du travail9 ». Appuyée sur un mouvement de différenciation ancien qui donne aux préfets et aux autres serviteurs de l’État une autonomie d’action renforcée, codifiée par des règles protocolaires qui la distinguent des autres rôles sociaux10, la figure institutionnelle du préfet, plus encore sa mise en scène publique lorsque ce dernier va au contact de ses administrés, donne l’image d’une machinerie bureaucratique différenciée et fortement formalisée. Nombre de récits littéraires empruntés notamment à la chronique politique du XIXe siècle ont contribué à rendre familière cette figure distanciée que la sociologie politique de la bureaucratie moderne consacrera plus tard. Pourtant, là encore, l’auteur nous invite à dépasser cette vision classique et parfois un peu paresseuse dans son fonctionnalisme implicite pour observer les coulisses du protocole et du travail politique préfectoral. Car là aussi, malgré la lacune des sources archivistiques administratives sur lesquelles Gildas Tanguy travaille (rapports, notes administratives, circulaires, dossiers personnels de carrière...), il convient de savoir retrouver derrière la « façade institutionnelle » d’un rôle politico-administratif différencié la « façade personnelle », pour reprendre la formulation d’Erving Goffman convoquée par l’auteur. Ce faisant, ce dernier nous invite à prendre la mesure des écarts et des décalages, des distances et des déclinaisons qui existent entre ces deux façades. Deux façades qui ne sont toutefois que les deux faces d’un même pouvoir : celui d’une administration préfectorale incarnée qui entend gouverner par tous les moyens, en occupant tous les interstices de la relation qu’elle noue avec les administrés qu’elle croise. Malgré les règles protocolaires fixées, malgré les distances qui sont mises en scène lors des visites préfectorales (comices agricoles, participation à des banquets républicains, inaugurations locales...), d’autres façons d’administrer la chose publique se laissent alors identifier. En observant ainsi l’informel qu’autorise la proximité d’une poignée de main, l’officieux qu’engage une conversation qui sort du cadre prévu et régulé par les services du protocole, l’auteur nous propose de lire entre les lignes des rapports administratifs, de les détourner d’une certaine manière des usages officiels qui présidèrent jadis à leur écriture et à leur conservation administrative. Ce braconnage livre une moisson très riche de petits faits informels qui nous renseignent sur les diverses manières d’habiter un rôle institutionnel, sur les usages (conscients le plus souvent, mais pas systématiquement) faits par l’administration préfectorale et ses serviteurs des « à-côtés du protocole ». Sans forcément y voir (bien au contraire) une forme déviante de l’agir institutionnel, Gildas Tanguy invite la sociologie historique de l’administration à accorder une place de choix à ces moments de l’entre-deux entre le formel et l’informel, l’officiel et le quotidien, entre le local et le national11, entre le régulé et le spontané, entre l’attendu et l’effectif, entre le repérable et l’invisible : les petits signes de reconnaissance, les échanges de regard, les conciliabules, les interactions ordinaires autour d’un buffet, la gestuelle développée font aussi le sens et l’efficacité politiques des visites préfectorales que l’auteur retrace. Cette observation, presque « anodine », « en retrait » du travail préfectoral en train de se faire, cette attention aux formes ordinaires de l’échange administratif confirment les intuitions anciennes d’un Pierre Grémion analysant dans un livre12 pionnier la « structuration du pouvoir au niveau départemental ». Cette structuration du pouvoir préfectoral est bien sûr cadrée par l’institution, mais elle laisse aussi le soin aux acteurs qui l’incarnent de multiplier les échanges informels pour résoudre ici une crise, là aider à obtenir l’adhésion des élus à telle ou telle action politique mise en œuvre ; bref, pour poursuivre l’action de l’institution préfectorale par d’autres moyens que ceux que l’image figée (et parfois romancée) de l’institution consacre dans la représentation qu’elle donne d’elle-même. Ces « à-côtés » du rituel bureaucratique, ces mises « à l’écart » du protocole codifié révèlent aussi l’importance qu’il convient d’accorder aux improvisations et à l’avènement d’imprévus qui, loin forcément d’être dysfonctionnels, permettent à l’institution préfectorale de s’adapter à des configurations locales mouvantes et évolutives13. Bref, de remettre en cause momentanément les lignes de partage du politique pour mieux promouvoir une autre façon d’en faire. Autant de manières d’être, de dire, de se présenter et de faire qui nuancent au final la capacité, relevée par la sociologie durkheimienne citée par l’auteur, des institutions et des représentations collectives qui leur sont associées à gouverner de l’extérieur les pratiques effectives. Pratiques qui, au quotidien, mêlent le formel et l’informel pour mieux interagir avec leurs contextes d’effectuation. C’est là retrouver l’argument majeur d’un Anthony Giddens lorsque ce dernier, dans sa désormais classique théorie de la structuration, fait observer que « les structures n’existent qu’au moment de leur actualisation dans les activités de sujets humains compétents et spatio-temporellement situés qui reproduisent ces structures en tant que propriétés structurelles de systèmes sociaux ancrés dans des étendues d’espace-temps14 ». Dans cette contribution15, une fois encore, c’est la « dualité structurelle16 » qui se donne à voir : à la fois contraignante et habilitante, l’institution préfectorale met en action un continuum qui va du plus formel et codifié au plus informel et imprévisible.

  • 17 En complément de son chapitre, on lira récemment du même auteur : « Usages politiques et appropria (...)
  • 18 Voir ici Briquet J.-L., Sawicki F., « L’analyse localisée du politique : lieux de recherche ou rec (...)
  • 19 Sur cette thématique, voir Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La proximité en politique. Usages, rhét (...)
  • 20 On sait combien l’analyse des processus de politisation a gagné ces dernières années en richesse e (...)
  • 21 Merriman J. B., Limoges la ville rouge. Portrait d’une ville révolutionnaire, Paris, Belin, coll. (...)
  • 22 Cette approche banalisée est aujourd’hui fortement présente dans un autre champ d’étude de la scie (...)
  • 23 Hastings M., Halluin la rouge, 1919-1939. Aspects d’un communisme identitaire, Lille, Presses Univ (...)

5Cette capacité d’actualisation est également au cœur de la démonstration proposée par Cyrille Rougier17. En accord avec les autres contributions de cette première partie du livre, l’auteur accorde à la porosité des frontières entre l’univers social et l’univers politique une place centrale. Ce faisant, ce chapitre confirme aussi l’intérêt des approches en termes d’analyse localisée18 des configurations partisanes (ici celles des réseaux socialistes à Limoges), analyse ouverte aux interactions entre la sphère partisane classique (celle qui vise à agréger des électeurs en vue de porter légalement au pouvoir les dirigeants du parti au terme d’une compétition électorale) et la nécessité d’occuper le terrain et d’ancrer sa pratique politique dans un ensemble d’interactions (ici festives) localement significatives au prix parfois d’une « invisibilisation du politique » – pour reprendre la belle expression de l’auteur. Il s’agit bien là aussi de réactualiser en permanence des liens ordinaires et implicites qui garantissent l’adhésion à différents types de sociations et formations partisanes. Parce qu’elle permet aux hommes politiques professionnalisés (tout au moins partiellement) de gagner en « proximité19 », parce qu’elle permet un subtil jeu fait d’engagement mais aussi de distanciation, la Fête des Ponts rend possible un processus de politisation d’autant plus efficace d’une certaine manière qu’il est diffus20 et qu’il ne se donne pas à voir comme tel. En « euphémisant » la dimension politique de cette fête réinventée dans les années 1970, ses promoteurs entendent renforcer son caractère « populaire » dans une ville durablement marquée par son image de « ville rouge21 ». Ce faisant, ils renforcent aussi son efficacité sociale et sa contribution à la pérennisation de l’ordre politique local. Productrice d’identifications indissociablement territorialisées et mentales, de registres moraux banalisés d’appréhension et d’évaluation du monde social, la fête qui réunit les « Ponticauds » structure et nourrit les liens que leurs représentants tissent avec les habitants de ce quartier de Limoges. C’est à orienter le regard vers cette dimension informelle et ancrée dans l’expérience ordinaire du lien politique que pousse l’étude de l’entreprise festive engagée par Cyrille Rougier. Cette approche banalisée22 n’est pas sans rappeler les apports désormais classiques de l’étude développée en France à propos du parti communiste : un parti dont Michel Hastings23 a, avec d’autres, montré qu’il était plus qu’un simple rouage idéologique d’un mouvement politique international mais un véritable vecteur identitaire, capable à un moment de son histoire de forger des formes de solidarité sociale efficaces et adaptées à sa configuration locale. Dans les deux cas, l’informel sert de liant et favorise la médiation politique entre une municipalité de gauche et un quartier ou un territoire urbain.

  • 24 Dans une abondante littérature, voir notamment Fabre D., Carnaval ou la fête à l’envers, Paris, Ga (...)
  • 25 Voir ici Detienne M., Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné, Paris, Le Seuil (...)

6Une telle perspective, là encore focalisée sur les usages politiques de la fête, se retrouve sous la plume de Stéphanie Dechezelles dans la monographie qu’elle nous propose. Enquêtant sur les « formes élémentaires de la pratique carnavalière » à Limoux envisagée comme un « fait social total », l’auteur ne se contente pas de reprendre la lecture classique des pratiques carnavalières comme rituels d’inversion des rôles sociaux et de parodie politique24. À l’inverse, ce qui l’intéresse, c’est justement le caractère « policé » du carnaval de Limoux depuis une trentaine d’années. Derrière cette capacité à gouverner les expressions et passions politiques critiques, l’auteur pointe deux mouvements contradictoires en apparence : une banalisation nationale des thèmes et figures consacrés par le carnaval qui s’accompagne d’une volonté de la part des édiles locaux de « dépolitiser » l’enjeu d’une manifestation ludique et contribue de facto à affermir le pouvoir (socialiste) local. L’informel que met en scène le carnaval permet là encore de faire de la politique par d’autres moyens : la dépolitisation du répertoire carnavalier permettant « sans en avoir l’air » d’en contrôler les effets et d’en limiter, à bien des égards, les potentialités subversives. Cette domestication des masques et cagoules du « fecos » limouxin permet non seulement de reproduire un ordre politique local en écartant les outsiders de droite (qui peinent à formuler une riposte significative), mais aussi d’affirmer le monopole tendanciel des autochtones, des « racinés25 » sur une institution carnavalesque qui met en scène sur le mode du folklore local et de la « tradition inventée » chère à Eric Hobsbawm et Terence Ranger, un principe de séparation entre les notables du cru et les autres. Ces derniers (néo-résidents, immigrés, populations précarisées...) sont condamnés à devenir les spectateurs plus que les acteurs d’une pratique carnavalière qui exclut, plus qu’elle n’inclut, « ceux qui ne sont pas reconnus comme légitimes à y participer. » Segmentation sociale qui se traduit spatialement par le fait que seuls ceux qui sont reconnus comme « autochtones » sont autorisés à pénétrer au moment du carnaval dans les cafés (et autres lieux de sociabilité) qui entourent la place centrale de l’ancienne bastide. D’une certaine manière, loin de permettre classiquement l’inversion momentanée des rôles, le carnaval de Limoux prolonge l’autorité sociale de ceux qui gouvernent la ville. En contrôlant ainsi le label de l’identité festive locale, l’élite notabilisée municipale entend marquer sa maîtrise du territoire politique et de ses dépendances associatives. Faire informellement partie d’une « bande » autorisée à participer au défilé du carnaval, plus encore au défilé consacré du dimanche, permet au final de renforcer, pas seulement sur le plan symbolique, les hiérarchies sociales et politiques formelles. Les échanges qu’autorise cette commensalité carnavalesque contrôlée contribuent à la circulation croisée des influences entre la « société civile » locale et ses édiles municipaux devenus de véritables « entrepreneurs de folklore » régionaux. Cette imbrication entre ce qui relève des activités politiques formelles et ce qui atteste des usages informels de la geste carnavalesque confirme, comme dans les autres contributions de cette première partie, l’intérêt du détour ici proposé dans les « à-côtés » (festifs, bureaucratiques ou encore protocolaires) et les coulisses de la vie politique ou administrative.

  • 26 Terminologie que l’historien utilisera notamment dans son autoportrait biographique. Voir Agulhon (...)
  • 27 Simmel G., « Le pont et la porte » (1909), reproduit dans La tragédie de la culture et autres essa (...)

7On l’aura compris, les chapitres rassemblés ici, malgré le caractère incommensurable des terrains qu’ils abordent, malgré la lacune des traces et des sources qu’ils interprètent, confirment amplement l’intérêt d’une entrée par l’analyse de la « politique informelle » pour une intelligibilité accrue des processus de politisation entendus dans un sens large. Ces chapitres nous donnent aussi une véritable leçon d’« empirisme irréductible » (pour reprendre la belle formule d’Olivier Schwartz) qui fait de l’impureté du politique, des distorsions des formes institutionnelles de ce dernier, du hors-champ, le cœur de l’analyse. Le jeu sur les frontières du politique, la priorité accordée à ce que laisse entrevoir les « coulisses » du politique chères à Maurice Agulhon26, la fluidité reconnue aux pratiques politiques et administratives, la dualité structurelle des institutions politiques, tout cela nous oblige à travailler sur des « données » imparfaites, problématiques parfois car indissociables du travail de repérage engagé par les sciences sociales du politique, et plus encore, par le caractère flottant et simplement relatif des choses et des formes politiques. Pour paraphraser Georg Simmel, promoteur d’une sociologie formelle restée incomprise, la première partie de ce livre nous invite à conserver en permanence à l’esprit les deux figures de la vie sociale : « Nous sommes à chaque instant ceux qui séparent le relié ou qui relient le séparé27. »

Notes

1 Pour reprendre la formule classique de Jean Leca, « Le repérage du politique », Projet, no 71, janvier 1973, p. 11-24. Sur cette approche, voir plus récemment le débat proposé par la revue EspacesTemps, « Repérages du politique. Regards disciplinaires et approches de terrain », no 76-77, 3e trimestre 2001.

2 Dans cette perspective, la lecture de l’ouvrage classique, désormais traduit, de Partha Chatterjee, Politique des gouvernés. Réflexions sur la politique populaire dans la majeure partie du monde, Paris, Éditions Amsterdam, 2009 [2004], ofre des pistes de travail utiles pour se défier des catégories politiques traditionnelles et des modes usuels de repérage de ces dernières.

3 Pour une approche convergente, voir récemment Guionnet C., Le Bart C., « Conflit et politisation : des conflits politiques aux conflits de politisation », dans Bourquin L., Hamon P. (dir.), La politisation. Conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2010, p. 67-90, p. 68-72 notamment.

4 Ou tout au moins politisées de manière diférente. Pour un exemple de cette relativité dans le temps comme dans l’espace à propos de la pratique sportive, on renverra à Pfeil U. (dir.), Football & identité en France et en Allemagne, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. Temps, espace et société, 2010.

5 Voir ici Lagroye J. (dir.), La politisation, Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 2003, chap. 15.

6 Sur l’importance heuristique de cette dimension horizontale du politique, on pourra lire en complément du chapitre de Jay Rowell l’ouvrage récent dirigé par Ragaru N. et Capelle-Pogacean A., Vie quotidienne et pouvoir sous le communisme. Consommer à l’Est, Paris, Karthala, coll. Recherches internationales, 2010.

7 Texte contemporain de la Charte de 1977 et reproduit dans Havel V., Essais politiques, Paris, Le Seuil, coll. Politique, 1991.

8 Là encore toutefois, il conviendrait, pour éviter toute lecture idiosyncratique, de comparer cette politisation du registre musical avec celle observable dans d’autres contextes historiques. Voir ici récemment Martin D.-C., Quand le rap sort de sa bulle. Sociologie politique d’un succès populaire, Bordeaux, Mélanie Seteun/IRMA, 2010.

9 Durkheim É., De la division du travail social, Paris, PUF, 1960 [1893], p. 201.

10 Sur l’importance de cette codification protocolaire, je me permets de renvoyer à Déloye Y., Haroche C., Ihl O. (dir.), Le protocole ou la mise en forme de l’ordre politique, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques politiques, 1996.

11 À ce titre, les travaux de l’auteur convergent avec ceux de Stéphane Gerson (The Pride of Place Local Memories and Political Culture in Nineteenth Century France, Ithaca, Cornell University Press, 2003) et suggèrent une nécessaire investigation croisée entre les deux échelles de politisation.

12 Grémion P., Le pouvoir périphérique. Bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Le Seuil, coll. Sociologie, 1976.

13 Contrairement à l’analyse proposée par Jay Rowell dans son chapitre, on constate ici que l’informel ne vise pas à contourner l’État mais à le servir. Il atteste alors la capacité stratégique de l’institution préfectorale à poursuivre ses buts administratifs en usant de relations interpersonnelles en apparence éloignées de la légitimité rationnelle-légale que la sociologie wébérienne lui reconnaît.

14 Giddens A., La constitution de la société, Paris, PUF, coll. Sociologies, 1987 [1984], p. 367-368.

15 Nous invitons le lecteur à prolonger sa lecture par celle de la thèse de Gildas Tanguy qui développe largement cette relecture fructueuse de la figure préfectorale. Voir Tanguy G., « Corps et âme de l’État ». Socio-histoire de l’institution préfectorale (1880-1940), doctorat de science politique (Pierre Birnbaum, dir.), Université Paris 1, 2009.

16 Rappelons que pour Anthony Giddens, l’idée de « dualité du structurel » renvoie au fait que « les propriétés structurelles des systèmes sociaux sont à la fois des conditions et des résultats des activités accomplies par les agents qui font partie de ces systèmes » (Giddens A., La constitution de la société, op. cit., p. 15).

17 En complément de son chapitre, on lira récemment du même auteur : « Usages politiques et appropriation “populaire” d’une tradition “réinventée” : la Fête des Ponts à Limoges », Politix, vol. 23, no 92, 2010, p. 125-143.

18 Voir ici Briquet J.-L., Sawicki F., « L’analyse localisée du politique : lieux de recherche ou recherche de lieux », Politix, no 7-8, 1989, p. 6-16.

19 Sur cette thématique, voir Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 2005.

20 On sait combien l’analyse des processus de politisation a gagné ces dernières années en richesse en sciences sociales du politique. Voir ici deux dossiers thématiques de revue : celui consacré au « passé et présent de la politisation » dans la Revue française de science politique (vol. 60, no 1, février 2010), et celui dédié à « La politisation des individus » dans Critique internationale (no 50, janvier-mars 2011).

21 Merriman J. B., Limoges la ville rouge. Portrait d’une ville révolutionnaire, Paris, Belin, coll. Histoire et société, 1990.

22 Cette approche banalisée est aujourd’hui fortement présente dans un autre champ d’étude de la science politique, celui du « nationalisme banal » pour reprendre le titre du célèbre livre de Michael Billig, Banal nationalism, Londres, Sage, 1995. La fécondité de cette approche par le bas des identifications nationales a récemment été à l’origine de deux publications dans le domaine francophone : Martin D.-C. (dir.), L’identité en jeux. Pouvoirs, identifications, mobilisations, Paris, Karthala, coll. Recherches internationales, 2010, et un numéro thématique de Raisons politiques. Études de pensée politique, « Nationalismes ordinaires », no 37, février 2010.

23 Hastings M., Halluin la rouge, 1919-1939. Aspects d’un communisme identitaire, Lille, Presses Universitaires de Lille, coll. Politiques, 1991. Voir aussi récemment le très beau livre de Mischi J., Servir la classe ouvrière : sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2010.

24 Dans une abondante littérature, voir notamment Fabre D., Carnaval ou la fête à l’envers, Paris, Gallimard, coll. Découvertes, 1992.

25 Voir ici Detienne M., Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné, Paris, Le Seuil, coll. La librairie du XXIe siècle, 2003.

26 Terminologie que l’historien utilisera notamment dans son autoportrait biographique. Voir Agulhon M., « Vu des coulisses », dans Nora P. (dir.), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1987, p. 9-59.

27 Simmel G., « Le pont et la porte » (1909), reproduit dans La tragédie de la culture et autres essais, Paris, Petite Bibliothèque Rivages, 1988, p. 160.

Auteur

Professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, Centre Émile Durkheim – Science politique et sociologie comparatives, UMR CNRS 5116.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540