Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Première partie. Le « laboratoire » du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale

L’histoire de la Résistance dans le travail du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale : la production éditoriale

Jacqueline Sainclivier et Dominique Veillon

Texte intégral

  • 1 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Seuil, coll. « Points Histoire  (...)

1Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM) a été fondé en 1950 et a existé pendant près de trente ans ; organisme sans précédent dans l’historiographie française, son originalité vient de son rattachement à la présidence du Conseil puis au Premier ministre et à la présence dans ses instances dirigeantes, dès l’origine, d’historiens mais aussi de juristes, de sociologues, d’économistes. Au sein de ce comité, aucun aspect de la Deuxième Guerre mondiale n’est oublié comme en témoigne rapidement la création de commissions thématiques. Celle sur la Résistance est fondée en 19551, mais au-delà des méthodes ce qui est le plus original et permet de mieux saisir le rôle du comité et la place de la résistance dans cette historiographie, c’est la production éditoriale : la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale ainsi que les ouvrages de la collection « Esprit de la Résistance ».

2La revue et la collection « Esprit de la Résistance » symbolisent l’activité éditoriale proche du Comité et initiée par Henri Michel ; les prémices avaient cependant été posées par les Cahiers d’histoire de la guerre, tout comme la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF) avait précédé le Comité.

La préhistoire du Comité

3Avant que ne paraisse la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, quatre Cahiers d’histoire de la guerre sont édités. Deux organismes sont mentionnés sur la couverture : au revers, en premier lieu le Comité d’histoire de la guerre institué par le décret du 6 juin 1945, et, au dos de la couverture, est mentionné le second organisme : la CHOLF créée le 20 octobre 1944.

4Le Comité d’histoire de la guerre a « pour mission de coordonner les programmes des travaux entrepris dans les divers départements ministériels sur l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale », également de centraliser les informations dans les différents pays alliés. Son président est Lucien Febvre, assisté de Pierre Caron directeur honoraire des Archives de France et de Pierre Renouvin, membre de l’Institut, professeur à l’Université de Paris. Le secrétaire général est Henri Michel, agrégé de l’université. Les Cahiers d’histoire la guerre sont publiés par le Comité d’histoire de la guerre, sans périodicité fixe. Le premier numéro sort en janvier 1949 des presses de l’Imprimerie nationale. Dans l’avant-propos signé de Lucien Febvre ouvert à l’histoire immédiate, il est dit que le « Comité d’histoire de la guerre ne cherche pas la gloire », qu’il veut servir la vérité et aider les travailleurs à l’établir en renversant « le Babel du mensonge ». La CHOLF, elle, est rattachée au ministère de l’Éducation nationale (CNRS), le ministre en est le président avec comme vice-présidents : Gilberte Brossolette pour le Conseil national de la Résistance, Pierre Caron, Georges Lefebvre, professeur honoraire à l’université de Paris, Édouard Perroy, professeur à la faculté des lettres de Lille. La CHOLF marque aussitôt son territoire : elle se préoccupe de la collecte de documents sur la Résistance, souhaite reconstituer une collection de journaux clandestins, recueillir des tracts, etc. Voilà pourquoi elle travaille avec différentes associations de résistance (anciens des maquis, des réseaux, des FTPF), pratique une collecte orale auprès de divers acteurs de la résistance en vue de travaux collectifs et d’études ultérieures. La commission dispose d’enquêteurs privilégiés, de correspondants locaux agrégés ou de simples érudits qui mènent une enquête sur la Résistance, aidés par des comités départementaux composés de personnalités diverses et des représentants des principaux mouvements.

5Les Cahiers d’histoire de la guerre reflètent bien ce double parrainage avec un décalage dans le temps puisque les deux premiers numéros (janvier et octobre 1949) concernent surtout la Résistance en France, tandis que le troisième numéro (février 1950) porte sur la résistance européenne. En effet, dans le premier numéro, on note la signature d’Henri Michel, Maurice Vaussard ou encore Maurice Baumont, une bibliographie des ouvrages parus en France « sur la guerre 1939-40 et l’armistice » signée Félix Debyser, directeur de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), un travail de Mlle Mady, archiviste et conservateur en chef à propos du fonds d’archives sur la guerre conservé aux Archives nationales. Ce travail de collecte de documents est tout aussi sensible dans le second numéro et inclut non seulement la France métropolitaine mais aussi l’Afrique du nord. Henri Michel y signe un article intitulé : « Une enquête sur la Résistance par la CHOLF ». S’il déplore la difficulté d’avoir accès à des documents, il insiste sur les embûches que représente un travail sur la résistance. Il est intéressant de voir qu’il distingue d’emblée ce qu’il appelle « la véritable résistance », celle des débuts, « le moment émouvant où l’on voit une vieille démocratie, pour qui la liberté de parole et d’action paraissait liée au souffle même de la vie, adopter le genre d’existence secrète » de celle qui suit. Or, il ne reste aucune trace de cette période d’où la nécessité de se créer sa propre documentation. L’entreprise n’est pas facile ; la meilleure méthode conclut-il est de faire parler les gens ce que font les 90 enquêteurs recrutés.

  • 2 Il porte sur les « Aspects de l’économie sous l’occupation ».

6Il faut attendre le numéro 3 consacré à la Résistance européenne (février 1950) pour que des articles de fond consacrés à différents pays apparaissent. La revue se partage en deux parties, la première examine la résistance dans divers pays européens, y compris la France. Dans un avant-propos signé de Lucien Febvre, il est mentionné que l’histoire n’est pas « définitive », qu’elle est une « science des changements ». « Nous avons décidé de passer outre aux scrupules de l’attentisme et de consacrer dès maintenant ce cahier à un survol rapide de la résistance telle qu’elle se manifeste spontanément dans les pays occupés dès 1941. » Dès le début, il est clairement indiqué qu’il est souhaitable de pratiquer une étude internationale du sujet, ce que conforte l’article d’Henri Michel intitulé : « Esquisse d’une évolution de la Résistance européenne ». Les autres articles viennent à l’appui de cette volonté éditoriale avec Léo Lejeune sur la résistance belge, P.D. Vollgraff pour la résistance en Hollande, G. Vaccarino sur le mouvement de libération nationale en Italie (1943-1945) et le Pr Vladimir Krajina pour la Tchécoslovaquie. Pour ce dernier pays, l’auteur indique en note de bas de page « qu’il a supprimé du texte des indications compte tenu des problèmes qui se passent en Tchécoslovaquie » car il y aurait probablement eu des conséquences lourdes à assumer. Enfin, ce numéro comprend des comptes rendus sur la Pologne pendant la guerre, et l’esquisse d’une bibliographie sur l’occupation et la résistance en Grèce, la résistance yougoslave par Mme A. Dumesnil (BDIC). En revanche, le dernier numéro de ces Cahiers ne concerne pas la résistance2. On peut dire que ces Cahiers ont répondu à un premier objectif à savoir rassembler ou signaler des documents, mais ils vont au-delà, s’efforçant aussi à une analyse voire à une comparaison entre les résistances ; en revanche, à aucun moment il n’est question de la déportation.

  • 3 Avant-propos de Lucien Febvre dans Cahiers d’histoire de la guerre, no 1, janvier 1949, p. 1.
  • 4 Voir le texte de Paule René-Bazin dans cet ouvrage.

7Aucune explication ne figure sur l’arrêt brutal de la revue. Pénurie de ressources ? On se plaint beaucoup d’un manque de moyens3. Ce qui est sûr c’est qu’Henri Michel souhaite renforcer sa position quitte à évincer certains de ses partenaires tels Pierre Caron, Édouard Perroy4. Problèmes financiers et personnels se mêlent.

Le CH2GM et les caractéristiques de la nouvelle revue

8Dès sa fondation en 1950, le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale entend élargir son propos par rapport à la commission précédente ; reconnu par le pouvoir politique, il se veut indépendant, mais sa position facilite l’accès aux sources pour ses membres. La création, en novembre 1950, de la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (RH2GM) qui fait suite aux Cahiers d’histoire de la guerre entre dans le cadre d’une politique visant à faire connaître les documents concernant cette période mais aussi à commencer une analyse, une réflexion sur celle-ci.

  • 5 Remplacé en janvier 1952 par le nom du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale car la CHO (...)
  • 6 Le président est Lucien Febvre ; membres : Pierre Caron, Pierre Renouvin, Ernest Labrousse, Mauric (...)
  • 7 Janvier 1957, encart annonçant son décès et donnant une brève biographie.
  • 8 Il signe d’ailleurs plusieurs articles dans la RH2GM, ainsi avec F. Cadrat, dans le no 71, juillet (...)
  • 9 Mort en avril 1967.
  • 10 En fonction jusqu’en 1980.

9Trimestrielle, la revue indique trois organismes qui la parrainent : le Comité d’histoire de la guerre5, la Société d’histoire de la guerre et le CNRS. Dès ce premier numéro, le rédacteur en chef en est Henri Michel et la composition du comité de direction6 montre comme précédemment que les historiens novateurs de l’époque s’engagent dans cette revue. La présidence confiée à Lucien Febvre, co-fondateur des Annales, rappelle opportunément que le moderniste qu’était Lucien Febvre avait comme Marc Bloch une position d’historien qui n’était pas timorée vis-à-vis des travaux sur le temps présent. D’autre part, si l’un et l’autre privilégiaient la longue durée, leurs propres recherches ne se désintéressaient pas du court terme ni du politique. Lucien Febvre resta président jusqu’à sa mort en 1956 et l’on apprend à cette occasion qu’il a eu l’idée du lancement de cette revue7. Les autres membres du comité de direction sont aussi des cautions à la fois de continuité et de renouveau historiographique ; Pierre Renouvin, lui-même ancien combattant et invalide de guerre, a très tôt voulu développer l’étude de la Grande Guerre tout en renouvelant après la Seconde Guerre mondiale l’histoire des relations internationales8 ; Ernest Labrousse par ses travaux d’histoire économique et sociale contribue à donner de cette revue une image « d’histoire totale ». En 1952, entrent dans le comité de direction Paul Vaucher et Edmond Vermeil, respectivement spécialistes du Royaume-Uni et de l’Allemagne. Un an plus tard c’est au tour de Georges Bourgin et de Julien Cain, cette fois ce sont des administrateurs (en retraite à cette date) qui peuvent ouvrir des portes, faciliter des contacts, mais ce sont aussi des résistants ; ils étaient respectivement directeur des archives de France et administrateur général de la Bibliothèque nationale. Quelques années plus tard, en 1967, le comité de direction est devenu logiquement un comité de rédaction présidé par Maurice Baumont. Sont toujours présents Julien Cain, Ernest Labrousse, Pierre Renouvin et Paul Vaucher9. Toutefois, sont entrés Georges Castellan, Jacques Droz, Jean-Baptiste Duroselle et René Rémond, c’est-à-dire une nouvelle génération née pendant ou après la Grande guerre. Dans cette nouvelle configuration, Henri Michel est le directeur de la publication et Jean-Marie d’Hoop le secrétaire de rédaction10.

  • 11 Par exemple, G. Bourgin, directeur honoraire des archives de France et C. Brabant, directeur des a (...)

10Le premier numéro se contente d’annoncer le nom du président du comité de patronage, à savoir Georges Bidault, le président du CNR, figure alors très respectée. Le comité de patronage est présenté au complet dans le numéro 2 de la revue (mars 1951) ; sa composition montre qu’il remplit deux fonctions : s’assurer la bienveillance des hauts fonctionnaires susceptibles de favoriser les recherches des historiens11, s’assurer la caution de résistants connus (René Cassin, Rémy Roure) ainsi que celle de l’armée, du ministère de l’Éducation nationale (inspecteurs généraux, recteurs).

  • 12 P. Arnoult, R. Aron, P. Aubé, J. Basdevant, F. Bloch-Lainé, F. Braudel, R. Cassin, F. Closon, gal (...)
  • 13 R. Aron, F. Bloch-Lainé, F. Braudel, R. Chabbal, F. Closon, gal de Cossé Brissac, A. François Ponc (...)
  • 14 Président : Maurice Baumont, Julien Cain, Georges Castellan, Jacques Droz, Jean-Baptiste Duroselle (...)
  • 15 Directeur fondateur de la publication : Henri Michel, comité de rédaction : Jean Bouvier, Georges (...)
  • 16 No 117 et en juillet 1980, la fonction de rédacteur en chef se détache nettement de la composition (...)

11Par la suite, il y a peu de modifications. Elles surviennent lors de décès ou de changements de titulaires d’une fonction, tel Pierre Caron, mort en 1952 qui fut le premier président de la CHOLF. C’est en 1969 que l’on assiste à une refonte de ce comité en partie pour des raisons de génération mais l’on note toujours la volonté d’impliquer d’anciens résistants (Francis-Louis Closon, le général Cochet), des historiens reconnus (André Latreille, Fernand Braudel, Alfred Sauvy, etc.), des hommes politiques toujours actifs comme Léopold Senghor ou en retrait. Hubert Curien mentionné en janvier 1972 a disparu du comité de parrainage en 1975. Un nouveau comité de parrainage de 26 membres apparaît en 197512. En octobre 1977, le comité de parrainage se réduit à 18 membres avec l’arrivée d’Edmond Lisle, et de Jean Laloy13. Le comité de rédaction quant à lui reste quasiment inchangé14. À la mort de Julien Cain, on voit apparaître le nom de Jean Bouvier15 (no 97). En avril 1979 on note la présence d’Annie Dechaux aux côtés de Jean-Marie d’Hoop pour assurer le secrétariat de la revue. C’est sur la couverture du numéro de janvier 198016 que Guy Pedroncini apparaît comme rédacteur en chef de la revue, poste qui n’existait pas jusqu’alors.

12Parallèlement à cette réorganisation de la revue, l’on assiste à la création de commissions spécifiques pour l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale : commission d’histoire de la déportation présidée par Julien Cain, commission d’histoire de la captivité présidée par Fernand Braudel, commission d’histoire de la Résistance présidée par Daniel Mayer c’est-à-dire des hommes qui ont tous vécu ces situations. Peu à peu cette commission d’histoire de la Résistance s’est dotée d’enquêteurs parisiens et de correspondants départementaux venant du CHG. Elle comprend outre des délégués de tous les organismes et services qui ont à connaître de la résistance, des représentants des grandes associations de résistants. Son but est de préserver, rassembler, éclairer une documentation vaste et variée.

La Résistance et la revue

  • 17 Par exemple le numéro 68, octobre 1967, sur l’URSS en guerre.

13La Résistance apparaît dans la revue lors de numéros spéciaux, également dans les comptes rendus. De 1950 à 1980 (120 numéros), 17 portent sur la résistance (dont 10 sur la résistance française) ou comprennent des articles sur la résistance, plus d’une vingtaine présentent des comptes rendus d’ouvrage sur la résistance ; ajoutons que la période qui s’étend jusqu’en 1966 est plus nourrie en articles sur l’histoire de la résistance en général, de la résistance française en particulier puisque sur 64 numéros, 12 portent sur la résistance dont 7 sur la résistance française. À partir de 1967, la revue s’intéresse à de multiples aspects prenant en compte l’histoire de la guerre (USA, URSS17) et la résistance étrangère. On compte quelques numéros spéciaux sur la résistance française.

  • 18 Henri Michel, « Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale », Revue historique, janvier 1 (...)

14Ces indications donnent l’image d’une revue qui entend bien prendre en compte la totalité de l’histoire de la guerre, puisque la résistance n’y occupe tous pays confondus que moins d’un cinquième ; c’est voulu par son fondateur et elle est la seule revue historique sur ce thème18. En effet, l’étude décennie par décennie des numéros spéciaux marque clairement la domination des numéros spéciaux sur l’étranger (de 36 à 47 % des numéros spéciaux), suivis des numéros sur la France (hors résistance) avec 31 à 48 % des numéros spéciaux, la résistance française est en dessous de 15 % des numéros spéciaux sauf pendant la décennie des années soixante où elle avoisine 31 %. Les articles isolés sont peu nombreux, en revanche, les comptes rendus d’ouvrages sur la Résistance française sont très réguliers. Les principaux contributeurs, outre Henri Michel, sont Marie Granet et Jean Vidalenc au cours des années cinquante. Avec les années soixante apparaissent les signatures de Michel de Boüard, Arthur Calmette, Marcel Baudot, Claude Lévy qui deviendra secrétaire général du CH2GM en 1977. C’est à partir du début des années soixante-dix que les correspondants sont de plus en plus mis à contribution : Gérard Bouladou, Mme Silvestre, Hélène Chaubin, Eugène Martres, Roger Bourderon. Enfin, la dernière décennie [années 1970] ne voit la publication que de deux numéros spéciaux sur la Résistance française, mais quatre numéros spéciaux sur des régions comprenant le plus souvent un article sur la résistance.

Que révèle la revue sur l’état de l’historiographie de la Résistance ?

  • 19 François Bloch-Lainé, p. 6-19.
  • 20 Gal Rivet, p. 28-49.
  • 21 Marie Granet, « Dessin général des maquis », p. 51-72.
  • 22 « L’émission française à la BBC pendant la guerre », p. 73-95.

15Très symboliquement, le premier numéro de la revue (novembre 1950) est un numéro intitulé « Aspects de la Résistance française », ces premiers articles sont le plus souvent des témoignages et écrits de toute façon par des acteurs avec ou non une réflexion historique problématisée. Ce premier numéro comprend le discours de Georges Bidault prononcé à Béziers en 1946 en hommage à Jean Moulin. Les autres articles sont soit des témoignages sur « le financement de la Résistance intérieure19 » ou sur « l’Abwehr et la Gestapo en France20 », soit des analyses amorçant une réflexion historique que ce soit sur les maquis avec Marie Granet21 ou sur les émissions de la BBC avec Jean-Louis Crémieux-Brilhac22. Marie Granet est alors présentée comme chargée de recherches de la CHOLF. Enfin, ce numéro comprend un précieux lexique de la résistance, d’une dizaine de pages, établi par Henri Michel et explicitant de nombreux sigles.

16Dès ce premier numéro, cette revue d’histoire scientifique est confrontée à l’histoire du temps présent, au rôle et à l’importance à accorder aux témoignages. Les historiens qui s’engagent dans l’aventure, sont très conscients des questions méthodologiques, voire déontologiques qui se posent à eux mais aussi du problème majeur des sources ; et il ne s’agit pas ici des lois sur les archives, mais de la nécessité de trouver et de rassembler la documentation (écrite, mais aussi visuelle, sonore). Très vite, le CH2GM en voulant travailler sur la résistance a compris que la documentation classique des historiens était certes importante mais qu’il fallait aussi interroger les résistants, trop d’actions n’ayant pas laissé de trace.

  • 23 Henri Michel, op. cit., p. 131-133.

17Bien avant que l’on parle d’« histoire orale », que l’on s’interroge en France sur la validité pour un historien de travailler sur des sources orales – toutes questions que l’on voit surgir ou resurgir dans les années 1970-1980 –, l’historien de la Résistance doit « faire des entretiens », pratiquer l’enquête orale. Mais l’exploitation de ces sources dans une perspective de publication d’histoire scientifique n’a pas été immédiate ; Henri Michel23 date ces premiers écrits dans la revue au numéro 30 (avril 1958). L’objectif fixé est d’ailleurs ambivalent ; il s’agit d’une part d’établir les faits, mais aussi que « la génération de la Résistance » donne sa version, retrace ses expériences, recherche une explication. Il est certain que ces historiens sont des hommes et des femmes de leur temps, mais ils ne sont pas les premiers à s’interroger sur une période qu’ils ont vécue et pendant laquelle ils ont été actifs ; ce fut le cas de la génération des historiens anciens combattants de 14-18 travaillant sur cette guerre. La nouveauté est sans doute qu’ils s’interrogent sur des faits dont les traces sont peu visibles dans les archives classiques, qu’ils s’interrogent sur des hommes et des femmes volontaires qui ont leur propre vision de leur action, de leurs objectifs et de ceux de leurs camarades, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’évoquer les actions et objectifs de camarades morts (fusillés ou déportés). Eux-mêmes, anciens résistants ou proches, ont ces mêmes interprétations. Malgré tout, les historiens de cette génération parce qu’ils étaient conscients de la double nécessité de rassembler des sources neuves et de confronter leur expérience à l’analyse historique rigoureuse, se sont efforcés de tenir un certain équilibre. En revanche, il est naturel que leurs interrogations, leur problématique soient celles de leur temps.

  • 24 Il porte sur la résistance en zone nord.

18Excepté le premier numéro, l’histoire de la résistance française n’est pas abordée avant avril 195824. Entre le premier et le trentième numéro, ce sont plus des aspects militaires ou de relations internationales qui sont abordés, mais cette absence d’articles sur la résistance française pendant presque huit ans a dû sembler suffisamment inquiétante pour que le numéro d’avril 1958 sur la résistance en zone nord soit doté d’une préface signée de Robert Fawtier, lui-même déporté à Mauthausen. Dans cette préface le numéro est présenté comme « un témoignage » du travail accompli par le Comité et comme « un geste rassurant à l’égard des anciens résistants qui pourraient croire parfois que leur action est considérée comme ayant été inutile et ne vaut pas la peine d’être étudiée dans cette Revue » ; on peut imaginer qu’il y eut des réactions de membres du Comité ou extérieurs à celui-ci s’étonnant de l’absence de nouveaux articles après le premier numéro.

  • 25 Toutefois, les différentes formes d’occupation dans la zone nord ne sont pas soulignées et il n’es (...)
  • 26 Mais inévitablement témoins à cette époque, voire anciens résistants mais n’écrivant pas à ce titr (...)
  • 27 Henri Michel, « Une feuille clandestine : “Arc” (octobre 1940-janvier 1941) », et Marie Granet, «  (...)

19Dans le contexte de la guerre froide et d’une mémoire d’affrontement entre résistants communistes, gaullistes et plus largement non communistes, il fallait tenter d’établir une réflexion historique non sans avoir rappelé la différence entre résister en zone nord et en zone sud25. Les quatre articles de ce numéro sont le fait soit de témoins directs mais pouvant apporter une analyse scientifique, soit d’historiens de métier26. Germaine Tillion retrace le développement du réseau du musée de l’Homme en s’appuyant sur ses souvenirs et sur son expérience d’ethnologue pour « enquêter » ; elle s’interroge sur le mode de recrutement, sur l’opinion des Français en 1940-1941 par rapport aux résistants, le rôle des contacts, les imprudences, etc. Plus significatif pour l’historien d’aujourd’hui, elle considère que « les distinctions d’opinions étaient moins tranchées qu’on ne l’a dit, entre les gens qui ont participé à la Résistance et les autres ». Elle fait œuvre d’historien, montrant aussi que les questions qu’elle se pose en 1958, n’étaient pas les siennes pendant son activité de résistance. Henri Michel et Marie Granet qui signent chacun un article27, présentent un journal clandestin, ses idées, mais aussi évoquent la construction progressive, tâtonnante, d’une résistance qui dans le cas de Défense de la France devient un mouvement de grande ampleur. En revanche, témoin direct également, le colonel Villate dans son article sur la bataille de Paris a une vision d’histoire militaire, compréhensible certes mais qui occulte les enjeux politiques en particulier au sein de la résistance parisienne. Il s’agit bien d’une histoire qui essaie d’établir les faits à partir de sources le plus souvent privées et certains auteurs commencent à problématiser cette histoire de la résistance.

  • 28 Paru dans la collection « Esprit de la Résistance » en 1961.
  • 29 Avril 1964, p. 63-90.
  • 30 Roger Leroux pour le Morbihan, Maurice Lombard pour la Côte-d’Or, Gérard Bouladou pour l’Hérault, (...)

20Par la suite, jusqu’en 1966, on compte six numéros spéciaux, près d’un par an. En 1959, les trois articles sont le fait d’historiens de métier ou voulant faire œuvre d’historiens ; ainsi Marcel Baudot, commandant des FFI dans l’Eure mais aussi inspecteur général des Archives, écrit son témoignage mais d’un œil d’historien et Arthur Calmette livre les premiers éléments de son futur ouvrage sur l’Organisation Civile et Militaire (OCM)28. Si les articles sont amenés à décrire l’action des réseaux et des mouvements du fait de la nécessité de reconstituer leur historique, en revanche, peu à peu une problématisation se fait jour liée certes aux interrogations du moment : interpénétration entre le politique et le militaire, mais pas ou peu d’allusion à la résistance communiste ; est-ce parce que la polémique est quasi constante sur celle-ci ? Dans son article sur la répression allemande en France, Michel de Boüard29 précise son objectif : faire l’historique de cette répression, expliquer l’organigramme des instances de répression allemande mais il en montre aussi les limites et la nécessité d’aller plus loin (étude sociologique, psychologique, etc.). À cette date, cela fait vingt ans que l’essentiel du territoire français a été libéré, le travail des historiens commence à prendre le pas sur les témoignages purs. La même année, un numéro spécial entend marquer le vingtième anniversaire de la libération ; la rédaction de la revue a sollicité le général Koenig pour une préface et quatre correspondants du Comité30 pour évoquer les maquis dans leur région. Dans sa préface, le général Koenig souligne l’impossibilité d’accéder aux archives publiques, le rôle des témoignages. Ses propos sont cependant contredits par certaines contributions de ce numéro qui utilisent des rapports de préfet ou sous-préfet, des notes de gendarmerie. Il revient sur les questions récurrentes concernant les maquis en proposant ses propres interprétations : utilité militaire des maquis par rapport à la répression subie par la population proche, l’absence dans le commandement militaire allié d’une véritable doctrine de la guérilla, la taille, l’armement des maquis, leur isolement relatif… Roger Leroux, traitant du maquis de Saint-Marcel en Bretagne, pose la question du maquis mobilisateur pour démontrer par cet exemple qu’il relève d’une méconnaissance des conditions dans lesquelles se trouvait la résistance et considère que la seule tactique viable est l’action de guérilla. Il évoque en conclusion le poids psychologique des combats de Saint-Marcel, thème qui aujourd’hui est repris par une analyse des représentations et des symboles de mémoire. Les auteurs, quelle que soit la région étudiée, évoquent la question de l’armement, le fait que les Alliés n’ont pas pu, su ou voulu anticiper les besoins des maquisards ; ils insistent aussi sur leur scepticisme quant à l’aide que pourraient apporter les maquis. Tous présentent la constitution des maquis comme liée à la nécessité de cacher les réfractaires, et, aucun n’évoque l’idée, répandue par la suite, qu’ils gonflent directement les effectifs résistants. Pierre Clémendot parle pour les premiers maquis de « maquis-refuges » pour abriter les réfractaires ; il les distingue des maquis de combat. Ces remarques sur l’origine des maquis, sur leur première fonction sont très actuelles et mettent en évidence que, déjà, il existe un décalage persistant entre les historiens et l’opinion générale sur ces questions.

  • 31 François et Renée Bédarida, « Une résistance spirituelle : aux origines du “Témoignage chrétien” ( (...)
  • 32 Françoise Leclère, « La composition d’un réseau : “Zéro France” », Revue d’histoire de la Deuxième (...)
  • 33 Marie Granet, Ceux de la Résistance (1940-1944), éd. de Minuit, 1964, 375 p.
  • 34 Jean Moulin l’unificateur, Hachette, 1964, 223 p.
  • 35 Institut pédagogique national, 1964, 223 p.
  • 36 Dominique Lapierre et Larry Collins, Paris brûle-t-il (25 août 1944), Robert Laffont, 1964, La Rés (...)

21Dans la seconde moitié des années soixante, on sent un frémissement qui se confirme à savoir que le temps de l’analyse historique commence à remplacer celui des seuls témoignages tandis que les problématiques s’affinent. En janvier 1966, le numéro spécial 61 « Aspects de la Résistance française », particulièrement riche, le démontre. Dans un article sur la Résistance chrétienne, « deux anciens clandestins, François Bédarida et Renée Bédarida dont l’un se trouve être en même temps un historien » reviennent sur la difficulté d’écrire sur la résistance. Leur travail se veut « une première ébauche passée au crible sévère de la critique historique et décantée par vingt ans de recul31 », croisant plusieurs sources dont les Cahiers du témoignage chrétien. Les années 1940-1944 constituèrent une épreuve pour l’Église et une partie des catholiques lents à se mobiliser parce que séduits par l’idéologie pétainiste. La persécution des juifs et l’occupation de la zone sud fin 1942 entraînent un changement d’opinion qui se fait sentir au sein de la population. Dans ce même numéro, pour la première fois, la composition sociologique d’un réseau est analysée ; Françoise Leclère étudie celle du réseau Zéro France32 à partir des dossiers remplis par les agents eux-mêmes. Elle met l’accent sur les différentes formes du recrutement dont le recrutement familial et aborde l’étude socio-professionnelle. Grâce aux rapports de l’OSS et du SOE, dont une copie a été confiée au Comité, Arthur Calmette revient sur la place et l’action des équipes Jedburgh dans la bataille de France. Le dernier article dû à Raymond Josse s’intéresse à l’École des cadres d’Uriage ; il s’appuie principalement sur les témoignages de Dunoyer de Segonzac et d’Hubert Beuve-Méry. L’auteur met en avant les deux tendances qui apparaissent face à la résistance, d’un côté les militaires opposés à toute collaboration avec l’Allemagne mais fidèles à Pétain, de l’autre, les civils qui font bloc contre Pétain. Il montre enfin que la dissolution de l’École en décembre 1942 ne marque pas la fin de son influence mais une dispersion des membres. Sur la vingtaine de comptes rendus qui accompagnent le numéro, douze concernent la résistance française et sont signés de Marcel Baudot. Trois ouvrages d’historiens portant sur la résistance française dominent ; ils traitent du mouvement Ceux de la Résistance (CDLR) par Marie Granet33, de Jean Moulin et de la bibliographie de la Résistance par Henri Michel34. Marcel Baudot souligne le travail de recherche d’Henri Michel qui à partir des rapports et des lettres envoyés à Londres, des témoignages de ses camarades, s’efforce d’expliquer l’œuvre de Jean Moulin « avocat des deux résistances intérieure et extérieure », et qui dès 1966 insiste sur les différends opposant Henri Frenay à Jean Moulin et au général Delestraint. Une analyse plus complète porte sur la Bibliographie critique de la Résistance par Henri Michel35, ouvrage salué par Marcel Baudot estimant qu’il était le « seul à pouvoir entreprendre cette tâche ». Les autres ouvrages recensés par Marcel Baudot, en dehors de celui de Maurice Kriegel-Valrimont sur le COMAC, sont liés au vingtième anniversaire de la Libération de Paris, marqué par la sortie d’un nombre impressionnant de volumes d’intérêt inégal36 qui sont ici passés en revue. Dès cette époque, le phénomène de commémoration imprègne la société, le milieu éditorial et indirectement les historiens.

  • 37 La composition du bureau est la suivante. Président : Henri Michel, assisté de vices-présidents, M (...)
  • 38 Autriche, Belgique, Bulgarie, Canada, Corée du Sud, Danemark, USA, Finlande, France, Grande-Bretag (...)

22La création du Comité international d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale voulue par Henri Michel37 est mentionnée en 1967. En 1972, 27 pays38 en font partie. Six ans plus tard en 1978, le Comité international regroupe 42 pays. « Les adhésions se font sous forme de comités nationaux » mais peuvent être individuelles ou passer par le biais d’Instituts spécialisés. Si les historiens des pays belligérants ont adhéré, des pays neutres comme la Suède, la Suisse, le Vatican et des pays indépendants comme l’Inde, la Malaisie ou la Corée l’ont également fait. Tout ceci n’est pas sans conséquence dans la façon de traiter l’histoire de la Résistance puisque la part des numéros spéciaux sur la résistance étrangère devient alors très importante, dépassant la résistance nationale. Henri Michel souligne que sans la participation des pays étrangers aucun article sur la résistance à l’étranger n’aurait pu être écrit, bien des numéros n’auraient pu paraître, respectivement les no 68, « l’URSS en guerre », no 70, « la Roumanie en guerre », no 72, « la Bulgarie », no 78, « la Pologne », no 92, « l’Italie » où la résistance tient une place importante. De nombreux comptes rendus sur la résistance étrangère (slave, russe, italienne, polonaise…) sont faits par des spécialistes de ces pays (Bernard Michel pour la Tchécoslovaquie, J.-B. Neveux et Céline Gervais pour la Pologne, Max Gallo pour l’Italie). Le numéro 86 récapitule la série de colloques internationaux organisés par le CH2GM : « l’occupation de l’Europe, les problèmes de la résistance européenne » à Karlovy Vary en 1964, « les problèmes de la résistance européenne » en 1965, « l’historiographie de la Deuxième Guerre mondiale » à Bucarest en 1973, « la Libération de la France » à Paris en 1974, et bien d’autres encore dont le thème n’est pas lié à la résistance. « Sans le comité international, de nombreux colloques n’auraient pu avoir lieu » explique Henri Michel dont le nom est mentionné sur la couverture de la revue en octobre 1971 en tant que président du Comité international.

  • 39 Henri Frenay, La nuit finira, Laffont, 1973, 607 p.
  • 40 No 95.
  • 41 La guerre de l’ombre : la Résistance en Europe, 1967, Grasset, 420 p.
  • 42 La nuit sans ombre : histoire des mouvements unis de résistance, leur rôle dans la libération du S (...)
  • 43 Julliard, 1970, 263 p.
  • 44 Éd. Sociales, 1970, 315 p.

23En janvier 1970, le numéro 77 revêt une nouvelle couverture sans que l’esprit de la revue change. De nombreux comptes rendus sur la résistance étrangère communiste (slave, russe) accompagnent la plupart des numéros entre 1968 et 1974. Pendant ces sept années, les comptes rendus et surtout les articles de fond sur la résistance française sont rares (5 sur 112 articles). En octobre 1969, Jean-Marie d’Hoop signe un compte rendu du livre de Daniel Mayer sur Les socialistes dans la résistance, ouvrage d’un témoin majeur faisant œuvre d’historien. Le numéro 81 de janvier 1971 consacré à la France aborde un aspect jusque-là laissé dans l’ombre : celui de la Résistance française face aux problèmes de répression et d’épuration, dû à Marcel Baudot. Celui-ci revoit à la baisse les chiffres qui circulaient jusqu’alors. Dans le numéro 85 de janvier 1972, un compte rendu critique signé d’Henri Michel sur les Discours et messages du général de Gaulle souligne que la période londonienne est largement présente, mais pour mieux signaler que « dans la chronologie des faits de guerre qui est abordé, la résistance clandestine est à peu près absente » en dehors de Jean Moulin et du général Delestraint. Dès 1974, Henri Michel à propos des mémoires d’Henri Frenay39 revient sur les désaccords entre la Résistance intérieure et extérieure et pose la question : la Résistance intérieure pouvait-elle vivre sans aide extérieure ? Il insiste sur l’incompréhension de De Gaulle face aux mouvements. Dans le même numéro40, Marcel Baudot donne un compte rendu élogieux du livre d’Henri Michel41 sur la résistance européenne et sous le titre « nouveaux apports à la résistance française », passe en revue les derniers ouvrages parus : La nuit sans ombre d’Alban Vistel42, La résistance intellectuelle de Jacques Debû-Bridel43 ainsi que l’ouvrage d’André Tollet sur La classe ouvrière dans la résistance française44 soulignant au passage l’importance du travail d’Alban Vistel. En juillet 1975, Claude Lévy qui signe pour la première fois en tant que secrétaire général adjoint du CH2GM donne un compte rendu détaillé du colloque sur La Libération de la France, printemps 1944-fin 1945 qui s’est tenu à Paris à l’automne 1974. Au rythme des années, des signatures nouvelles apparaissent : ainsi en janvier 1976 Charles-Louis Foulon pour l’ouvrage de Jean-Louis Crémieux-Brilhac sur Les voix de la Liberté, ouvrage incontournable mis en chantier par le « chef du service de diffusion clandestine au Commissariat à l’Intérieur et secrétaire du Comité exécutif de propagande à Londres » et considéré comme un modèle du genre.

  • 45 Elle a soutenu sa thèse de droit sur ce sujet en 1974.
  • 46 Qui est aussi à cette époque directeur de la Documentation française.
  • 47 « La résistance toulousaine, structures, objectifs (printemps-été 1944) ».
  • 48 « La république de Mauriac (mai-août 1944) ».
  • 49 « La capitulation de la colonne Elster ».

241972 marque un tournant puisque pour la première fois, le numéro 85 (janvier 1972) réserve une place importante aux travaux universitaires des correspondants départementaux qui abordent certains aspects de la Résistance française. L’un d’entre eux, Pierre Laborie qui prépare une thèse sur « l’opinion publique dans le Lot » analyse dans cet article « les partis politiques et la résistance dans le Lot ». Les difficultés inhérentes à l’étude de la résistance, l’ampleur du sujet le poussent ici à cantonner son étude à « l’action des partis politiques à l’intérieur de la résistance et aux problèmes de leurs rapports réciproques », « à l’orientation qu’ils ont donnée aux formes de lutte contre l’occupant ». Son travail étayé par des notes abondantes reste l’exemple d’une contribution scientifique par la critique des faits évoqués ou reconstitués. Un autre travail universitaire, celui de Roger Huguen s’intéresse à un réseau d’évasion : le réseau Shelburne. Son but est d’étudier ici comment naissait une ligne d’évasion, mais aussi son champ principal d’action, sa technique de fonctionnement, ainsi que les résultats obtenus. Gérard Combes s’attache à l’esprit public en Haute-Loire, signalant au passage l’importance des autorités et des communautés religieuses qui font de la Haute-Loire une citadelle catholique dévouée au maréchal. Le réveil commence avec le sort réservé aux juifs et Le Chambon sur Lignon. Quant à Joseph Girard, son étude descriptive porte sur l’organisation des opérations à caractère militaire des FFI de mars à août 1944. Elle foisonne de détails et se révèle utile grâce à la carte qui l’accompagne. Un autre numéro est consacré lui aussi à la résistance française : le no 99, sous le titre « Aspects de la Résistance française », en juillet 1975, comporte là encore une série d’articles qui font date : l’un sur le « Comité Général d’études de la Résistance » que signe Diane de Bellescize45 reconstitue avec minutie les différentes phases du CGE. Trois phases se sont succédé : la première, le Comité des experts autour de F. de Menthon, P. Bastid, R. Lacoste, A. Parodi ; la seconde en 1943 lorsque celui-ci devient le Comité général d’études ; la troisième à l’été 1943, quand se dessine le Comité national d’études. Jean-Louis Crémieux-Brilhac46, résistant, signe un article sur « la Bataille des Glières et la guerre psychologique ». Des correspondants départementaux donnent une contribution sur un aspect de la résistance de leur département tels Michel Goubet pour la Haute-Garonne47, Eugène Martres pour le Cantal48 et Maurice Nicault pour l’Indre49.

  • 50 « Débuts et développements de la Résistance en Meurthe et Moselle (1940-1945) ».
  • 51 « Les FFI en Lorraine ».

25Après une approche nationale ou mondiale de la revue, la fin de la décennie 1970 voit la parution d’une série de numéros consacrés aux régions. Ainsi le numéro 105, octobre 1976 sur « La Lorraine pendant la guerre » comporte une préface de Pierre Barral sur la spécificité de la région et deux articles sur la résistance, par Jean-Louis Étienne et P. Gérard d’une part50, R. Dodin d’autre part51. En 1978, grâce au travail des correspondants, le numéro 112, « Le Languedoc pendant la guerre » apporte des réponses aux interrogations que pose une étude régionale. « La région offre aux hommes qui participent à un drame national des possibilités à l’échelon régional… La guerre les frappe de plein fouet, puis les réalités de l’occupation puis la globalité d’une situation de combats menés par des non-réguliers qui mettent en place un régime nouveau » ; Gérard Bouladou apporte une première réponse avec les maquis de la région de Montpellier. Les numéros régionaux suivants sur « La Provence en guerre » en janvier 1979 et en janvier 1980 sur « La Bretagne en guerre » peaufinent ce tour de France (incomplet cependant). Tous ces numéros tentent de faire le point sur les connaissances historiques sur une région pendant la guerre ; c’était un souhait nettement exprimé par Henri Michel. Ils abordent la résistance de façon plus ou moins approfondie en fonction de l’état de la recherche. Ces numéros ont permis à ceux des correspondants qui étaient lancés dans une thèse ou venaient de l’achever, de faire connaître leurs travaux parfois en renouvelant profondément les thématiques.

Les ouvrages du Comité et l’historiographie de la Résistance

  • 52 Doyen de la Faculté des Sciences Politiques à l’École Libre des Hautes Études qui travaille pour l (...)
  • 53 Son comité de patronage comprend la plupart des membres du comité de patronage de la revue.
  • 54 André Truchet, L’armistice et l’Afrique du nord, 1955, 424 p ; Jean Vidalenc, L’exode de mai-juin (...)
  • 55 Henri Michel et Boris Mirkine-Guetzévitch, Les Idées politiques et sociales de la Résistance, docu (...)
  • 56 Marie Granet, Défense de la France. Histoire d’un mouvement de résistance (1940-1944), 1960, 303 p (...)
  • 57 Henri Michel, Les courants de pensée de la Résistance, 1962, 842 p.
  • 58 Madeleine Baudoin, Histoire des groupes francs (MUR) des Bouches-du-Rhône de septembre 1943 à la L (...)
  • 59 Paul Durand, La SNCF pendant la guerre. Sa résistance à l’occupant, 1968, 666 p. ; Daniel Mayer, L (...)

26Certains des signataires de comptes rendus sont aussi des auteurs de la collection « Esprit de la Résistance » éditée par les PUF. Cette collection avait trois directeurs : Boris Mirkine-Guetzévitch52, Daniel Mayer et Henri Michel ; elle publia dix-sept volumes de 1954 à 196853 selon un rythme d’un à deux volumes par an et une interruption de quatre ans entre 1963 et 1968. Les tout premiers ouvrages de cette collection ne concernent pas tous la résistance. Sur les neuf premiers volumes quatre restent marqués par ce qui a sans doute été ressenti le plus fortement dans la population : l’armistice, l’exode, Vichy et l’occupation ; un cinquième traite de l’opinion elle-même54. Quatre volumes abordent la résistance proprement dite : ses idées politiques et sociales, les résistants fusillés, un de ses plus importants mouvements (Combat), le CNR55. Les huit volumes suivant concernent tous la résistance directement ou indirectement : l’étude de mouvements56, des idées de la résistance57, d’organisations locales, militaires ou civiles58 et, seulement en 1968, des catégories de résistants59.

  • 60 Voir Henri Michel, Bibliographie critique de la Résistance, Institut Pédagogique National, 1964, p (...)
  • 61 Ibidem, p. 74.
  • 62 Ibidem, p. 52-54.
  • 63 C’est-à-dire pendant la guerre.
  • 64 Note 2, p. 54.

27À partir de 1957, les historiens s’intéressent aux mouvements. Le premier ouvrage du genre est celui qu’Henri Michel a écrit en collaboration avec Marie Granet sur Combat (1957). L’étude, explique l’auteur, est une sorte de prototype, son originalité vient de l’apport de documents et du sondage fait pour déterminer la composition sociale du mouvement. Si Henri Michel explique que le livre s’arrête à la création des MUR (printemps 1943), où est à peine abordé l’épisode dramatique de Caluire auquel a été mêlé un membre de Combat, c’est aussitôt pour ajouter : « De toutes façons – et c’est une servitude de l’historien de la Résistance – cet épisode n’aurait pu être éclairci que partiellement ; il y a la chose jugée, et la chose jugée est intouchable60. » Quant à Défense de la France dû à Marie Granet, son activité telle qu’elle est relatée en 1960 consiste dans la rédaction et la diffusion du journal. Aucune réflexion sur les régions ni sur la composition sociale. Pour son étude sur l’OCM (1961), Arthur Calmette a disposé d’une documentation abondante dont des témoignages recueillis selon les méthodes de la Commission d’histoire de la Résistance auprès d’anciens résistants. Son livre comporte deux aspects qui correspondent à deux activités distinctes. L’une est la pensée politique exprimée dans les Cahiers clandestins, l’autre est l’action proprement dite du mouvement traversé par des drames dont des trahisons « presque impossibles à évoquer61 ». La pensée politique de l’OCM est analysée à partir des Cahiers. Or, le premier paraît en juin 1942 et traite des réformes constitutionnelles et institutionnelles, mais la dernière partie intitulée « problème des minorités nationales », rédigée par Blocq-Mascart insiste sur l’antisémitisme qu’il attribue à une insuffisante assimilation et propose des mesures pour faciliter celle-ci (arrêter l’immigration juive et « éparpiller » les juifs pour éviter un phénomène de groupe) ; les réactions furent vives y compris à cette époque de la part d’autres membres de l’OCM et de la France libre62. Le témoignage défensif de Blocq-Mascart présenté en note enfonce le clou : « il suffisait avoir osé ne pas nier… le problème juif pour amener cette réaction (qui peut-être, à cette époque63, se comprenait, étant donné les persécutions)64. » Signe des temps, en ce tout début des années soixante, l’auteur ne cherche pas à souligner l’ampleur des persécutions, ni le prix payé par les juifs. René Hostache pour sa part a consacré son étude en 1958 au Conseil national de la Résistance qu’il envisage davantage sous l’angle juridique que politique.

28Le contenu des ouvrages montre un état de l’historiographie à savoir que les publications sont soit d’ordre documentaire, soit d’ordre de la description chronologique et idéologique, cherchant moins à expliquer, problématiser.

  • 65 Fernand Gambiez, 1973, 318 p.
  • 66 1974, 220 p.
  • 67 1974, 201 p.
  • 68 Principalement Libération de l’Auvergne et Libération de Toulouse de Pierre Bertaux (voir la commu (...)

29À partir de janvier 1975 (no 97), en liaison avec l’anniversaire de la Libération, apparaît pour la première fois dans la revue la mention d’une collection sur la Libération de la France, chez Hachette dirigée Henri Michel. Trois titres sont analysés ici : Libération de la Corse par le général Gambiez65, Libération de Marseille par Pierre Guiral66, Libération de l’Auvergne par Henry Ingrand67. En dépit de règlements de compte internes à la résistance, mettant en cause certains ouvrages68, la collection a publié une quinzaine de titres, essentiellement entre 1973 et 1975.

30De ce rapide tour d’horizon que faut-il retenir ? Pour la revue, on est frappé de la part importante réservée à la résistance étrangère. À côté de cela, on relève des lacunes importantes : rien en dehors de certains comptes rendus d’ouvrages sur la résistance communiste, rien sur la résistance juive, ni sur celle des femmes. Par contre, un souci manifeste de l’avenir lorsque l’on regarde les enquêtes lancées par les secrétaires des différentes commissions, un effort certain pour rassembler des documents servant aux publications d’ouvrages et d’articles, une place importante réservée aux travaux des correspondants. À la fin des années soixante-dix, on assiste à une problématisation plus grande, déjà sensible au sein de la commission d’histoire de la Résistance.

Notes

1 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Seuil, coll. « Points Histoire », 2005, p. 165.

2 Il porte sur les « Aspects de l’économie sous l’occupation ».

3 Avant-propos de Lucien Febvre dans Cahiers d’histoire de la guerre, no 1, janvier 1949, p. 1.

4 Voir le texte de Paule René-Bazin dans cet ouvrage.

5 Remplacé en janvier 1952 par le nom du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale car la CHOLF et le Comité d’histoire de la guerre ont fusionné. Cf. Laurent Douzou, op. cit., p. 61.

6 Le président est Lucien Febvre ; membres : Pierre Caron, Pierre Renouvin, Ernest Labrousse, Maurice Baumont. Plusieurs de ces noms figuraient parmi les cadres du Comité d’histoire de la Guerre.

7 Janvier 1957, encart annonçant son décès et donnant une brève biographie.

8 Il signe d’ailleurs plusieurs articles dans la RH2GM, ainsi avec F. Cadrat, dans le no 71, juillet 1968, sur les documents diplomatiques français (1932-1939).

9 Mort en avril 1967.

10 En fonction jusqu’en 1980.

11 Par exemple, G. Bourgin, directeur honoraire des archives de France et C. Brabant, directeur des archives de France ; le secrétaire général de la commission consultative des dommages et réparations.

12 P. Arnoult, R. Aron, P. Aubé, J. Basdevant, F. Bloch-Lainé, F. Braudel, R. Cassin, F. Closon, gal Cochet, gal de Cossé-Brissac, M. Crouzet, J. Donnedieu de Vabres, A. François-Poncet, P. Jacquinot, G. Jacquet, L. Joxe, A. Latreille, G. Lebras, P. Monbeig, M.-E. Naegelen, L. Noël, A. Reussner, J. Roche, A. Sauvy, L. Senghor, E. Weill-Raynal.

13 R. Aron, F. Bloch-Lainé, F. Braudel, R. Chabbal, F. Closon, gal de Cossé Brissac, A. François Poncet, L. Joxe, J. Laloy, A. Latreille, E. Lisle, R. Mallet, M.-E. Naegelen, L. Noël, A. Sauvy, L. Senghor, E. Weill-Raynal.

14 Président : Maurice Baumont, Julien Cain, Georges Castellan, Jacques Droz, Jean-Baptiste Duroselle, Ernest Labrousse, René Rémond, Pierre Renouvin. Le directeur de la publication est Henri Michel.

15 Directeur fondateur de la publication : Henri Michel, comité de rédaction : Jean Bouvier, Georges Castellan, Jacques Droz, Jean-Baptiste Duroselle, Ernest Labrousse, René Rémond.

16 No 117 et en juillet 1980, la fonction de rédacteur en chef se détache nettement de la composition du comité de rédaction.

17 Par exemple le numéro 68, octobre 1967, sur l’URSS en guerre.

18 Henri Michel, « Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale », Revue historique, janvier 1965, p. 137.

19 François Bloch-Lainé, p. 6-19.

20 Gal Rivet, p. 28-49.

21 Marie Granet, « Dessin général des maquis », p. 51-72.

22 « L’émission française à la BBC pendant la guerre », p. 73-95.

23 Henri Michel, op. cit., p. 131-133.

24 Il porte sur la résistance en zone nord.

25 Toutefois, les différentes formes d’occupation dans la zone nord ne sont pas soulignées et il n’est pas question de l’Alsace, ce qui est récurrent dans ces années-là.

26 Mais inévitablement témoins à cette époque, voire anciens résistants mais n’écrivant pas à ce titre.

27 Henri Michel, « Une feuille clandestine : “Arc” (octobre 1940-janvier 1941) », et Marie Granet, « Défense de la France ».

28 Paru dans la collection « Esprit de la Résistance » en 1961.

29 Avril 1964, p. 63-90.

30 Roger Leroux pour le Morbihan, Maurice Lombard pour la Côte-d’Or, Gérard Bouladou pour l’Hérault, Pierre Clémendot pour la Meurthe-et-Moselle.

31 François et Renée Bédarida, « Une résistance spirituelle : aux origines du “Témoignage chrétien” (1941-1942) », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, janvier 1966, no 61, p. 5.

32 Françoise Leclère, « La composition d’un réseau : “Zéro France” », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, janvier 1966, no 61, p. 75-86.

33 Marie Granet, Ceux de la Résistance (1940-1944), éd. de Minuit, 1964, 375 p.

34 Jean Moulin l’unificateur, Hachette, 1964, 223 p.

35 Institut pédagogique national, 1964, 223 p.

36 Dominique Lapierre et Larry Collins, Paris brûle-t-il (25 août 1944), Robert Laffont, 1964, La Résistance par ceux qui l’ont faite, Denoël, 1964.

37 La composition du bureau est la suivante. Président : Henri Michel, assisté de vices-présidents, M. Jiline, Marjanovic. Le secrétaire général est M. G. Rochat et le trésorier M. de Jong.

38 Autriche, Belgique, Bulgarie, Canada, Corée du Sud, Danemark, USA, Finlande, France, Grande-Bretagne, Hongrie, Inde, Israël, Italie, Japon, Norvège, Pays-Bas, Pologne, RDA, RFA, Suède, Tchécoslovaquie, Turquie, URSS, Yougoslavie.

39 Henri Frenay, La nuit finira, Laffont, 1973, 607 p.

40 No 95.

41 La guerre de l’ombre : la Résistance en Europe, 1967, Grasset, 420 p.

42 La nuit sans ombre : histoire des mouvements unis de résistance, leur rôle dans la libération du Sud-Est, Fayard, 1970, 637 p.

43 Julliard, 1970, 263 p.

44 Éd. Sociales, 1970, 315 p.

45 Elle a soutenu sa thèse de droit sur ce sujet en 1974.

46 Qui est aussi à cette époque directeur de la Documentation française.

47 « La résistance toulousaine, structures, objectifs (printemps-été 1944) ».

48 « La république de Mauriac (mai-août 1944) ».

49 « La capitulation de la colonne Elster ».

50 « Débuts et développements de la Résistance en Meurthe et Moselle (1940-1945) ».

51 « Les FFI en Lorraine ».

52 Doyen de la Faculté des Sciences Politiques à l’École Libre des Hautes Études qui travaille pour la Société d’Histoire de la guerre aux États-Unis.

53 Son comité de patronage comprend la plupart des membres du comité de patronage de la revue.

54 André Truchet, L’armistice et l’Afrique du nord, 1955, 424 p ; Jean Vidalenc, L’exode de mai-juin 1940, 1957, 439 p. ; Général Gaston Schmitt, Les accords secrets franco-britanniques de novembre-décembre 1940. Histoire ou mystification, 1957, 216 p. : Pierre Arnoult et alii, La France sous l’occupation, 1959, 196 p. ; Marcel Baudot, L’opinion publique sous l’occupation, 1960, 268 p.

55 Henri Michel et Boris Mirkine-Guetzévitch, Les Idées politiques et sociales de la Résistance, documents clandestins, 1940-1944, 1954, 411 p. ; Michel Borwicz, Écrits des condamnés à mort sous l’occupation allemande (1939-1945), 1954, 276 p. ; Marie Granet et Henri Michel, Combat, Histoire d’un mouvement de résistance de juillet 1940 à juillet 1943, 1957, 330 p. ; René Hostache, Le Conseil national de la Résistance, 1958, 498 p.

56 Marie Granet, Défense de la France. Histoire d’un mouvement de résistance (1940-1944), 1960, 303 p. ; Le journal Défense de la France, Introduction et notes de Marie Granet, 1961, 283 p. ; Arthur Calmette, L’organisation civile et militaire, 1961, 228 p.

57 Henri Michel, Les courants de pensée de la Résistance, 1962, 842 p.

58 Madeleine Baudoin, Histoire des groupes francs (MUR) des Bouches-du-Rhône de septembre 1943 à la Libération, 1962, 264 p. ; Henri Denis, Le Comité parisien de la Libération, 1963, 260 p.

59 Paul Durand, La SNCF pendant la guerre. Sa résistance à l’occupant, 1968, 666 p. ; Daniel Mayer, Les socialistes dans la résistance, 1968, 247 p.

60 Voir Henri Michel, Bibliographie critique de la Résistance, Institut Pédagogique National, 1964, p. 68.

61 Ibidem, p. 74.

62 Ibidem, p. 52-54.

63 C’est-à-dire pendant la guerre.

64 Note 2, p. 54.

65 Fernand Gambiez, 1973, 318 p.

66 1974, 220 p.

67 1974, 201 p.

68 Principalement Libération de l’Auvergne et Libération de Toulouse de Pierre Bertaux (voir la communication de Michel Goubet dans cet ouvrage).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540