Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Première partie. Le « laboratoire » du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale

L’histoire de la Résistance dans le travail du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale : projets, méthodes

Guillaume Piketty

Texte intégral

  • 1 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale » p. 1-17 dans RH2GM no 124, o (...)
  • 2 Étant donné l’objet de ce colloque, nous nous concentrerons sur la Résistance intérieure française (...)

1Dans son no 124 daté d’octobre 1981, la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (RH2GM) présenta un article d’Henri Michel consacré au Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM)1. Ce texte était un bilan alors que l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) succédait au Comité et qu’une génération d’acteurs et de chercheurs s’apprêtait à transmettre le relais. Comme nombre d’écrits de son espèce, il découlait d’une relative reconstruction ou, à tout le moins, du « lissage » d’un processus davantage heurté et qui avait progressé par à coups, selon les initiatives. Tel avait été notamment le cas pour l’étude de la Résistance intérieure française2. Une Résistance au sujet de laquelle l’action du CH2GM continue à poser un certain nombre de questions. En particulier, l’implication des anciens de l’armée des ombres et de leurs associations dans l’écriture de l’histoire de la Résistance interroge sur la possibilité d’une histoire du très contemporain, sur les relations entre mémoire des individus – voire des groupes – et mémoire savante, et sur les risques que peut présenter une histoire rédigée sous l’œil attentif – la surveillance ? – des témoins.

  • 3 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, 2005.
  • 4 Notre propos sera notamment fondé sur le dépouillement du Bulletin du Comité d’histoire de la guer (...)

2Cette intervention sera consacrée aux « projets » et aux « méthodes » du CH2GM concernant l’histoire de la Résistance. Nous laisserons donc à d’autres le soin de traiter de la production éditoriale du Comité. Rappelons aussi qu’il existe sur le sujet un maître livre rédigé par Laurent Douzou3 entre les lignes – serrées – duquel il conviendra de se glisser. Notre étude débutera au moment de la création du CH2GM et se prolongera jusqu’aux années soixante au cours desquelles le Comité lança une dernière série d’initiatives importantes. Après avoir évoqué les tenants et aboutissants de la création du Comité, nous examinerons la place tenue par la Résistance dans ses projets et orientations méthodologiques d’origine. Dans un troisième temps, nous nous attarderons sur la nouvelle phase ouverte au milieu des années cinquante par le CH2GM concernant ses travaux sur la Résistance. Enfin, nous nous pencherons sur le tournant pris par le Comité au début des années soixante avec la mise en œuvre de la « chronologie de la Résistance clandestine » et le nouvel élan donné à la recherche4.

Aux origines du CH2GM

  • 5 Créée par décision du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) en date du 20 octo (...)
  • 6 Créé par un décret no 45-1189 du 6 juin 1945, placé auprès de la présidence du GPRF et chargé de « (...)
  • 7 Bulletin du CH2GM no 1, janvier 1952, p. 1.

3Créé par décret le 17 décembre 1951, le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale procédait de la fusion de la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF)5 et du Comité d’histoire de la guerre6. L’objectif de cette fusion était de mettre de l’ordre dans l’activité foisonnante de l’un et l’autre organismes et, ce faisant, d’en améliorer le potentiel. Rattaché à la Présidence du Conseil, le CH2GM était chargé de « procéder à toutes recherches, études et publications relatives à la Deuxième Guerre mondiale » et devait prendre en charge « la publication de la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale7 » dont le premier numéro était paru en novembre 1950.

  • 8 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 1.
  • 9 Nommé en décembre 1961 par arrêté du Premier ministre.
  • 10 Membre de l’Institut.
  • 11 Directeur honoraire des Archives de France.
  • 12 Administrateur général de la Bibliothèque nationale.
  • 13 Professeur à la Sorbonne.

4Organisme interministériel, le CH2GM rassemblait des représentants des onze ministères qui avaient existé pendant la guerre, des « services possédant des archives (Services historiques des Armées, Archives de France, Archives diplomatiques, Documentation française), des bibliothèques (Nationale et de Documentation internationale contemporaine)8 ». Son comité de direction fut successivement présidé par Lucien Febvre et Maurice Baumont9. Pierre Renouvin10, Georges Bourgin11, Julien Cain12 et Ernest Labrousse13 étaient vice-présidents. Henri Michel, agrégé de l’Université, inspecteur d’académie et, peut-être surtout, ancien résistant, était secrétaire général. En d’autres termes, les personnalités chargées de piloter le nouvel organisme étaient de très haut niveau scientifique.

  • 14 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 2 et 3.
  • 15 Ibid., p. 4.

5Il le fallait, car, comme le rappela Henri Michel quelque trente années plus tard, si « les divers ministères n’étaient guère empressés pour coopérer et ouvrir des dossiers en général pas très bien classés, et jugés souvent explosifs, (…) tous les spécialistes d’histoire contemporaine n’étaient pas emballés non plus par cette tentative d’histoire à chaud, convaincus pour la plupart de la nécessité du respect du sacro-saint “recul” (…) ; certains redoutaient même une tentative d’histoire officielle. Enfin et surtout, en principe, toutes les archives étaient fermées au Comité, qu’elles ne soient pas inventoriées ou qu’elles soient rendues inaccessibles par la loi interdisant toute communication pendant un délai de cinquante ans14 ». S’il disposa longtemps de moyens réduits, le CH2GM bénéficia d’une liberté totale dans la définition de ses objectifs de recherche, la planification de son travail, le choix de ses collaborateurs et l’établissement de ses conclusions. En échange de quoi, il s’engagea à respecter un devoir de réserve. En pratique, il se limita à soutenir les publications qui, « par leur valeur scientifique, lui semblaient dignes d’intérêt15 ».

  • 16 Henri Michel, « Une enquête sur la Résistance par la Commission d’histoire de l’occupation et de l (...)
  • 17 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 4.

6Conçu par ses animateurs comme un cadre de rencontre, le Comité accueillit en son sein des historiens mais également des spécialistes d’autres disciplines et des administrateurs. Il se voulut « sourcier16 », défricheur de champs inexplorés ou bien facilitateur, voire catalyseur. Comme le rapporta celui qui en fut l’âme pendant près de trois décennies, outre le fait que le Comité conservait les axes de travail de ses prédécesseurs, ses activités furent progressivement organisées autour de « commissions de recherches, composées de 30 à 40 personnes responsables, dans un cadre déterminé, de travaux que chacune menait à bien selon ses propres conceptions17 ». Furent ainsi successivement formées huit commissions respectivement consacrées à l’étude du système concentrationnaire nazi, de la captivité de guerre, de la Résistance, de l’histoire militaire, de l’histoire économique et sociale, de la collaboration, de l’Empire colonial, des groupements religieux.

  • 18 Henri Michel, « Une enquête sur la Résistance… », op. cit., p. 50.
  • 19 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 4 et 5.
  • 20 Ibid., p. 8.
  • 21 D’abord chaque mois puis cinq fois par an.

7Les recherches parisiennes furent relayées à travers la France et l’Union française par un réseau de correspondants départementaux, à raison d’un à trois par département. Ce réseau fut développé à partir de celui que la CHOLF avait conçu et mis en place afin de « retrouver en province comme à Paris les fils des expériences individuelles18 ». Professeurs de faculté, de lycée et de collège, instituteurs, archivistes, bibliothécaires, érudits locaux et militaires retraités, ces correspondants se consacraient aussi bien à la recherche historique qu’à des travaux à caractère éducatif de tous ordres (expositions, conférences, diffusion de matériel d’enseignement, articles de presse, etc.)19. Ils participèrent à la collecte de documentation qu’après le CHG et la CHOLF, le CH2GM poursuivit contre vents et marées : documents en lien avec les administrations françaises et étrangères, témoignages, souvenirs et/ou papiers personnels. Pour faire le lien entre tous les organismes et toutes les personnes qui œuvraient directement ou indirectement avec le Comité – plusieurs centaines, selon Henri Michel, en 197920 – un Bulletin fut régulièrement publié21 dont le 1er numéro parut en janvier 1952 et dont, aujourd’hui, le dépouillement dit beaucoup de la réalité des objets d’étude, méthodes et résultats du CH2GM.

L’histoire de la Résistance dans les débuts du CH2GM

  • 22 Bulletin du CH2GM, no 1, janvier 1952, p. 2.
  • 23 Bulletin de la CHOLF, no 1, janvier 1948. Cité dans Laurent Douzou, La Résistance française…, op. (...)
  • 24 RH2GM, no 1, novembre 1950.
  • 25 Georges Bidault, « Hommage à Jean Moulin » ; François Bloch-Lainé, « Financement de la Résistance (...)
  • 26 Général Rivet, « Abwehr et Gestapo en France ».
  • 27 Pierre Denis Rauzan, « Les finances de la France libre » ; Jean-Louis Crémieux-Brilhac, « Les émis (...)
  • 28 J. Livet, « Le drame de l’Alsace ».
  • 29 Propos d’Henri Michel dans son rapport général aux congrès de Liège et Milan, European Resistance (...)

8À sa création, le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale fut placé sous la présidence d’honneur de Georges Bidault22, résistant de la première heure, fondateur du Bureau d’information et de presse de la Délégation générale de la France libre en France, et qui avait succédé à Jean Moulin à la présidence du Conseil national de la Résistance (CNR). Successeur de la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France et du Comité d’histoire de la guerre, le CH2GM en reprit les activités. Or, rappelons-le, la CHOLF avait eu notamment pour mission d’« enquêter sur les origines et l’action de la résistance à l’ennemi23 ». En outre, en novembre 1950, le premier numéro de la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale avait présenté un dossier intitulé « Aspects de la Résistance française24 ». Composé de huit articles et d’un lexique, ce dossier, notons-le, avait aussi bien traité de la Résistance intérieure proprement dite25 que de la répression allemande26, de la France libre27 ou de la situation de l’Alsace28. C’est donc tout naturellement que le CH2GM accorda d’emblée une relative importance au rassemblement de documentation sur la Résistance intérieure et à l’étude de cette dernière. Une Résistance qu’à cette époque, il concevait avec son secrétaire général comme une « lutte patriotique pour la libération de la patrie doublée d’une lutte pour la dignité de l’homme, contre le totalitarisme29 ».

  • 30 Dès l’origine, rappelons-le, les équipes d’interviewers avaient comporté nombre d’anciens résistan (...)
  • 31 Le recueil de témoignages ne fut pas complètement interrompu, mais se poursuivit sur un mode mineu (...)
  • 32 Georges Bourgin, « Note importante », p. 7 dans Bulletin du CH2GM, no 2, février 1952.
  • 33 Henri Michel, « Une enquête sur la Résistance… », op. cit., p. 55.

9Le Comité reprit à son compte « l’enquête sur la Résistance » mise en œuvre par la CHOLF30 mais en l’infléchissant nettement. Comme l’exposa Georges Bourgin dans une note reproduite dans le n ° 2 du Bulletin du CH2GM, le « climat politique » avait tellement changé depuis la Libération et « l’altération – volontaire ou non – des souvenirs » découlant de ces changements était si marquée que « l’intérêt historique des témoignages faibli(ssai)t beaucoup, soit que le témoin répugn[ait] à dire tout ce qu’il sa[va]it, soit qu’il modifi[ait] ses jugements selon l’optique du moment ». Décision fut donc prise de faire porter l’effort « essentiellement31 sur le rassemblement de documents encore en la possession des résistants : journaux, tracts, agendas, circulaires, rapports, journaux de marche, papiers des CDL et des CLL, cartes dressées par les agents des réseaux, etc. ». Par ailleurs, le versement des archives de la CHOLF aux Archives nationales rendant « difficile le travail nécessaire de confrontation et de recoupement des textes », il fut décidé de verser les papiers dorénavant recueillis aux archives départementales, éventuellement sous forme de dépôts privés32. La collecte d’archives administratives lancée par la CHOLF fut aussi poursuivie. Conformément au bilan provisoire établi en 1949 par Henri Michel, il fut également programmé de faire fructifier selon des méthodes scientifiques, et de façon collective, la documentation ainsi accumulée33.

  • 34 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 5.

10Mais le CH2GM marcha aussi sur les brisées de la CHOLF en poursuivant le développement du vaste réseau de correspondants départementaux que celle-ci avait créé. Or, à cette époque, nombre de ces correspondants étaient d’anciens résistants au point qu’Henri Michel pourrait écrire, quelque trente années plus tard, qu’ils « constituaient à la fois une équipe, un ordre et une œuvre » : une « équipe », en raison du caractère collectif de leur activité, un « ordre, parce que tous avaient accepté de travailler dans l’observation de certaines contraintes, dont la première était la discrétion et le silence », une « œuvre enfin, parce que beaucoup de ces hommes et femmes de bonne volonté avaient été des combattants pour les libertés, des résistants et des déportés, et qu’ils ne séparaient pas la nécessaire objectivité de la défense de certaines valeurs34 ».

11Comme le montre la liste des auteurs du dossier « Aspects de la Résistance française » et la composition des équipes de correspondants, le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale ne se contenta pas d’emboîter le pas à ses devanciers au plan des pratiques. Il prit également le relais au plan de la méthode. En d’autres termes, il posa à son tour qu’en dépit du petit nombre d’années qui s’étaient écoulées depuis la fin de la guerre, il était possible de commencer à écrire l’histoire de la Résistance et que cette écriture devait accorder une place privilégiée à la parole des acteurs et/ou témoins. C’est ce que Lucien Febvre réaffirma avec force dans l’avant-propos qu’il donna au livre publié en 1954 par Henri Michel et Boris Mirkine-Guetzévitch, Les idées politiques et sociales de la Résistance. Le président du comité de direction du CH2GM ouvrit son texte par une verte critique de :

  • 35 Les idées politiques et sociales de la Résistance, documents clandestins, 1940-1944, textes choisi (...)

« Ceux qui vont disant, en toute bonne foi pour les uns, en toute grosse malice les autres : “Il est impossible en 1953, une dizaine d’années après les événements, d’écrire l’histoire de ces années brûlantes, 1940-1944 ; l’entreprendre, c’est se vouer à un échec certain ; où sont les documents secrets, où les esprits surhumainement critiques capables de s’élever assez haut pour ne point tomber à ras de terre dans le piège des vérités partisanes ? Attendons, attendons quarante ans ; alors, les acteurs de la tragédie étant morts, ou moribonds, les historiens pourront, toutes cendres refroidies, commencer à retirer sans se brûler les marrons tout cuits de la légende officielle”35. »

12Et Lucien Febvre d’affirmer avec plus de force encore :

  • 36 Les idées politiques et sociales de la Résistance…, op. cit., p. XI.

« […] Je dis que les hommes de ma génération qui a participé directement à la mêlée tragique d’entre 1940 et 1944 – (il serait plus juste de dire de 1938 à 1945) – ont non seulement le droit, mais le devoir, le devoir absolu, le devoir impérieux, de traduire leur vérité à eux. De donner leur version des événements36. »

  • 37 Bulletin du CH2GM, no 23, mars 1954.
  • 38 MM. Alban-Vistel, Georges Altman, Paul Arrighi, général de Bénouville, Maxime Blocq-Mascart, Henri (...)
  • 39 Les idées politiques et sociales de la Résistance…, op. cit.

13Soulignons enfin que le CH2GM accorda son soutien au lancement par les Presses universitaires de France de la collection « Esprit de la Résistance37 ». Le comité de patronage de cette collection était très majoritairement composé d’anciens résistants et de Français libres38. Le premier volume parut en 195439. Les auteurs en seraient des acteurs mués en historiens. Sans nul doute, la Résistance intérieure et les résistants étaient donc présents dans les projets initiaux du CH2GM aussi bien que dans les méthodes de travail que celui-ci entendait mettre en œuvre.

L’inflexion de 1955-1956

  • 40 Dossier « Sur la Résistance en zone nord », RH2GM, no 30, avril 1958.

14Force est cependant de constater que cette présence fut dans un premier temps en apparence moins conséquente que ce que l’identité et les convictions des autorités tutélaires et de certains des responsables du comité auraient pu laisser supposer. Il fallut attendre avril 1958 pour que la RH2GM publie à nouveau un dossier consacré à la Résistance40. L’infléchissement de « l’enquête sur la Résistance » décidé début 1952 se traduisit par un net ralentissement du recueil de témoignages sans que celui-ci soit forcément compensé par une augmentation significative de la qualité des archives recueillies. Le dépouillement du Bulletin du CH2GM fait apparaître une collecte d’archives effectuée au gré des découvertes de gisement plus qu’en fonction d’un plan préétabli, une collecte par conséquent « tous azimuts », concernant aussi bien les organisations et activités de résistance que le régime de Vichy, les combats de 1940, les modalités d’occupation, les conditions de vie des Français, la répression mise en œuvre par les nazis ou par les services vichystes, ou encore la préparation puis les combats de la Libération.

  • 41 Rapport d’Henri Michel, p. 1-4 dans Bulletin du CH2GM, no 38, décembre 1955, p. 3.
  • 42 Membres de droit de toutes les commissions du CH2GM.
  • 43 Bulletin du CH2GM, no 38, décembre 1955, p. 4.

15Toutefois, au bout de quatre années, le CH2GM franchit une nouvelle étape en créant une commission de recherche spécifiquement dédiée à la Résistance. Dans le rapport qu’il présenta le 25 novembre 1955 devant le CH2GM réuni en séance plénière, Henri Michel constata que « l’abondance des rentrées de documents concernant la Résistance et les nombreuses propositions de versements » qui avaient été faites étaient « de nature à justifier la création d’une commission d’histoire la Résistance » pour laquelle le Comité d’action de la Résistance avait promis tout son appui41. Décision fut prise de créer une « Commission d’histoire de la Résistance » qui comprendrait, outre les membres du Bureau42, un certain nombre de personnalités parmi lesquelles René Cassin, le général Cochet, Marie Granet ou encore Germaine Tillion. Le bureau du CH2GM reçut mission de compléter la nouvelle commission « avec des Résistants ». Libre de s’organiser comme elle le souhaitait, cette dernière devait faire porter ses travaux « sur la France libre, les Français libres dans le monde et tous les aspects de la Résistance intérieure43 ».

  • 44 Bulletin du CH2GM, no 42, avril 1956, p. 9.
  • 45 Arrêté du 24 février 1956 du Président du Conseil – Bulletin du CH2GM, no 41, mars 1946, p. 1.
  • 46 Bulletin du CH2GM, no 43, mai 1956, p. 3.

16Dès le début du printemps 1956, Lucie Aubrac, Marie-Madeleine Fourcade, Maxime Blocq-Mascart, Henri Frenay et Henri Ribière, en d’autres termes des personnalités éminentes issues de quelques-unes des plus importantes organisations de la Résistance intérieure, rejoignirent la nouvelle commission44. Le 23 avril, celle-ci fut officiellement constituée. Henri Michel rappela « le cadre dans lequel se dérouleraient [ses] travaux » et montra « en quoi elle différait de la CHOLF ». Daniel Mayer, président du Comité d’action de la Résistance (CAR) et nouvellement nommé au CH2GM45 en prit la présidence. Maxime Blocq-Mascart, le général Koenig et Paul Vaucher en devinrent vice-présidents, tandis qu’Henri Michel se chargeait du secrétariat général46. Ainsi, des Résistants, et non des moindres, siégeraient au sein d’une commission dont la formation avait été appuyée par le CAR. En d’autres termes, les anciens résistants allaient jouer les premiers rôles au sein de la nouvelle instance.

  • 47 Souligné par Henri Michel.

17Le cadre général des travaux de la commission d’histoire de la Résistance fut fixé par un Henri Michel soucieux de prévenir par avance d’éventuelles critiques. Après avoir rappelé qu’une importante documentation avait d’ores et déjà été collectée, notamment des collections de la presse clandestine et « près de 2 000 dépositions d’acteurs de la Résistance », le secrétaire général de la commission nouvellement créée indiqua « qu’une grande partie de la documentation existante [étai]t encore à rassembler » : archives personnelles de résistants, documents accumulés par certaines administrations en France et à l’étranger, en particulier en Grande-Bretagne. Mais Henri Michel poursuivit en soulignant qu’à la différence de la CHOLF, c’était « moins dans le domaine des archives que dans celui des études47 pouvant donner lieu ou non à des publications que la commission devra[it] s’engager ». Et le secrétaire général de justifier ce qui était devenu à ses yeux une urgence en des mots qui se passent de commentaires :

« Les études doivent être entreprises dès maintenant sous peine de ne l’être jamais. Question d’optique d’abord et de compréhension intime des faits : ceux de nos contemporains qui n’ont pas eu “l’esprit résistant” ne comprennent rien à la Résistance : que sera-ce dans cinquante ans ? Question de pratique ensuite : la plupart des documents sont des hiéroglyphes – une forêt de sigles, de pseudonymes et de langage codifié ; les historiens à venir s’y perdront ou ne seront guère incités à s’y engager. »

  • 48 Le « travail essentiel de la Commission ».
  • 49 Bulletin du CH2GM, no 44, juin 1956, p. 6-9.

18Henri Michel ne se faisait aucune illusion sur le fait que l’absence d’« études sérieuses n’empêchera[it] pas, au contraire, la sortie d’ouvrages peu sérieux, toute la littérature d’aventure ». Il insistait néanmoins sur l’impérieuse nécessité de déterminer les études possibles48, c’est-à-dire celles pour lesquelles la documentation rassemblée était à la fois « sérieuse » et « utilisable » et pour lesquelles on disposait de « chercheurs capables de la dépouiller ». Dans un second temps, il faudrait déterminer « les études à publier » en s’inspirant probablement du système anglais, id est en confiant ces travaux à des « historiens qualifiés ». Et de poursuivre en suggérant de « commencer par établir des monographies types de mouvements, réseaux, partis ou régions », voire de département, de « publier une bibliographie dans une grande revue scientifique » et de préparer un numéro spécial de la RH2GM consacré à la Résistance française. Il soulignait qu’à ses yeux, la commission d’histoire de la Résistance aurait moins besoin d’enquêteurs et de correspondants provinciaux que de « rédacteurs d’études historiques ». Il concluait en formulant le vœu qu’avec la commission d’histoire de la déportation, la commission d’histoire de la Résistance fasse aboutir le projet de « Musée de la Résistance et de la Déportation49 ».

  • 50 Qui était un des membres de la Commission. L’étude fut finalement consacrée au département de l’Eu (...)
  • 51 Bulletin du CH2GM, no 45, juillet-août 1956, p. 2-3.
  • 52 Bulletin du CH2GM, no 61, janvier 1958, p. 10.
  • 53 Comprendre « les responsables des études ».
  • 54 Bulletin du CH2GM, no 62, février 1958 et no 63, mars 1958.
  • 55 Bulletin du CH2GM, no 47, octobre 1956, p. 2-5.
  • 56 Bulletin du CH2GM, no 61, janvier 1958 p. 9-10.
  • 57 Bulletin du CH2GM, no 62, février 1958.
  • 58 Bulletin du CH2GM, no 63, mars 1958, p. 2-3.
  • 59 Op. cit., p. 3.
  • 60 Ibid., p. 4.
  • 61 Ibid., p. 5.
  • 62 Ibid., p. 5. Bulletin du CH2GM, no 76, mai 1959, p. 5.
  • 63 Bulletin du CH2GM, no 63, mars 1958, p. 5.
  • 64 Op. cit., p. 5.
  • 65 Ibid., p. 5.
  • 66 Bulletin du CH2GM, no 76, mai 1959, p. 7.
  • 67 Op. cit., p. 7.
  • 68 Bulletin du CH2GM, no 90, août-septembre 1960, p. 1.
  • 69 Bulletin du CH2GM, no 104, décembre 1961, p. 4.
  • 70 Bulletin du CH2GM, no 81, novembre 1959, p. 1.

19Le 6 juin, le programme fut précisé : aux « historiques en cours de rédaction sur Combat (par Mme Granet et H. Michel) et sur le parti socialiste clandestin (par M. Daniel Mayer) » pourraient s’ajouter « la Résistance en Eure-et-Loir par M (arcel) Baudot50, la Résistance dans la région lyonnaise par M. Alban-Vistel, l’OCM par M. Calmette, les MUR par Mme Granet et M. H. Michel ». En outre, le général Koenig avait accepté de rédiger une « “Table des matières” de ce que pourrait être une histoire des Forces Françaises libres ». Un « historique des FTP et une analyse de la “Pensée militaire de la Résistance” » furent réservés. Pour leur part, le général Cochet et Germaine Tillion devaient étudier « les débuts de la Résistance en zone nord et en zone sud ». Un numéro spécial de la RH2GM fut mis en chantier qui serait consacré à des « aspects de la Résistance française » et pourrait traiter « d’un mouvement comme Franc-Tireur ou Défense de la France, d’un réseau de renseignements comme Alliance, de la presse clandestine, et d’un maquis comme le Vercors ». Un historique de l’ORA rédigé par le Service historique de l’armée devait être ajouté. Enfin, Daniel Mayer donna lecture d’une lettre de Louis Armand, PDG de la SNCF, promettant le concours de ses services pour le rassemblement des archives nécessaires à la rédaction d’une « histoire de la SNCF pendant la guerre, du type de l’histoire des PTT en cours de rédaction, et qui comprendrait un chapitre sur la Résistance-Fer51 ». Fin 1957-début 1958, une « sous-commission de travail composée de Mmes Aubrac et Granet et de MM. Calmette, Villate et H. Michel » élabora des questionnaires destinés à être envoyés aux responsables et aux agents des réseaux et mouvements, aux maquisards et aux FFI52 afin d’aider les enquêteurs53 dans leurs recherches54. En effet, d’autres études historiques furent lancées. Dans l’ordre d’apparition, elles portèrent sur « La Résistance dans le Tarn-et-Garonne »55, Défense de la France (Marie Granet)56, les FFI (M. Villate)57, Libération-Sud (Lucie Aubrac)58, le Front national (Mme Wormser)59, « La Résistance et les prisonniers de guerre » (M. d’Hoop)60, les Comités départementaux de Libération (M. Vidalenc)61, le maquis du Vercors (M. Rude)62, les maquis du Massif central (colonel Pavelet)63, les « Jeunes dans la Résistance » (René Hostache)64, Franc-Tireur (Mme Altman)65, les réseaux de la France combattante66, la « Résistance intellectuelle67 », CDLR (Marie Granet)68, CDLL (Mme Altman)69. Une étude sur la France libre fut également programmée dont, après bien des avatars, il fut décidé qu’elle se concentrerait sur « les aspects politiques et sociaux du mouvement70 ».

  • 71 Pour en juger, voir par exemple, Henri Michel, Bibliographie critique de la Résistance, Paris, Ins (...)
  • 72 Robert Fawtier, « Préface », p. 1-4 dans RH2GM, no 30, avril 1958, p. 1.
  • 73 No 35, juillet 1959, « Sur la Résistance française ». No 47, juillet 1962, « Aspects de la Résista (...)

20Si toutes ces études ne débouchèrent pas, elles attestent la nouvelle étape franchie par le CH2GM dans son approche de la Résistance, une Résistance entendue au sens large car tenant également compte de la France libre puis combattante, de façon minoritaire il est vrai. Par la variété des sujets envisagés, elles attestent également l’ambition du Comité. Elles montrent le souci qu’eut ce dernier de placer ses travaux sous le sceau de la science et de la méthode historiques. Elles montrent enfin que la primauté des témoins-acteurs, éventuellement transformés en historiens, n’était pas remise en cause. Présents et influents au sein du CH2GM en général, de la Commission d’histoire de la Résistance en particulier, ils en suivaient les activités avec attention et, le cas échéant, en supervisaient les études. Et ce, même si Henri Michel, pour ne citer que lui, était parfaitement conscient des difficultés, voire des « servitudes », liées au fait d’écrire ainsi sous le regard des acteurs71. Notons enfin que la RH2GM montra un intérêt croissant pour la Résistance. Sept années et demi et 29 numéros avaient été nécessaires pour que la revue consacre à nouveau un dossier à la Résistance. À tel point que, dans sa préface, Robert Fawtier crut bon de préciser que ce dossier se voulait « un geste rassurant à l’égard des anciens résistants, qui pou[v]aient croire parfois que leur action [étai]t considérée comme ayant été inutile et ne va[lai]t pas la peine d’être étudiée dans cette Revue72 ». Les délais furent nettement raccourcis par la suite73.

De la « chronologie de la Résistance clandestine » au nouvel élan de la recherche

  • 74 Évoqué pour la première fois en 1954. Voir Bulletin du CH2GM, no 32, avril 1955.
  • 75 Projet à l’origine duquel s’était trouvé le CH2GM, à la suite d’une exposition sur le même thème o (...)
  • 76 Op. cit., p. 2 et 3.
  • 77 Voir par exemple Bulletin du CH2GM, no 74, mars 1959, p. 3.
  • 78 Bulletin du CH2GM, no 76, mai 1959, p. 7.

21Au tournant des années soixante, le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale connut deux échecs sans pour autant que l’élan donné aux travaux consacrés à l’histoire de la Résistance s’en trouve brisé, bien au contraire. En premier lieu, le vieux74 projet de créer à Paris un « musée de la Résistance et de la Déportation » sous l’égide du CH2GM75 subit un coup d’arrêt définitif. Par décision du Conseil des ministres en date du 5 novembre 1958, la responsabilité de cette création fut transférée au ministre des anciens Combattants et l’implantation du musée prévue aux Invalides – et non dans l’immeuble récemment obtenu par le Comité76. Quelques tentatives eurent lieu pour tenter de rattraper l’affaire. Sans succès77. Par ailleurs, le projet de transformer le CH2GM en un « Institut d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale » ne déboucha pas. Constat avait été fait qu’en raison de l’œuvre accomplie et du programme à venir, « sans idée préconçue, par la force des choses, pour avoir entrepris des tâches que lui commandait sa nature », le Comité était devenu « un Institut de recherches doublé d’un centre de documentation et de publications ». D’où l’idée d’entériner cette mutation « en plein accord avec le Secrétariat général du Gouvernement et la direction du CNRS78 ». À l’origine, cette transformation devait être liée à la création du musée de la Résistance et de la Déportation. Même si le dessaisissement du CH2GM de cette dernière mission ne remettait pas en cause, dans son principe, le projet de transformation du Comité, celui-ci fit long feu. Notons cependant qu’Henri Michel avait tracé pour lui, au printemps 1959, une intéressante feuille de route :

  • 79 Op. cit., p. 8.

« Est-ce à dire que le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale doit disparaître ? Il ne le semble pas, du moins pour quelques années encore. Certes un partage d’attributions devra être effectué : le comité devrait conserver sa tâche propre de coordination. On peut très bien envisager que, déchargé de tout ce qui conduit à des publications qu’il n’est pas toujours indiqué de placer sous le signe de la Présidence du Conseil, il garde par contre la responsabilité des relations avec l’étranger et devienne un point de rencontres interministérielles plus fréquentes. Bien mieux, il n’est pas dit que l’heure ne soit pas venue, dans un certain nombre de ministères, de commencer, ou d’achever, des recherches sur la période de la guerre, dont l’intérêt pratique serait aussi grand que l’intérêt historique79. »

  • 80 Bulletin du CH2GM, no 74, mars 1959 et no 76, mai 1959.
  • 81 Bulletin du CH2GM, no 74, mars 1959, p. 2.
  • 82 Bulletin du CH2GM, no 69, octobre 1958, p. 4.
  • 83 Après une « Statistique de la déportation concentrationnaire » et avant des enquêtes sur la collab (...)

22L’impulsion donnée aux travaux sur la Résistance ne fut pas pour autant affectée. Début 1959, le CH2GM se lança dans un nouveau projet d’envergure : l’élaboration d’une « chronologie de la Résistance ». Les faits dont l’importance dépassait le cadre départemental seraient tout d’abord recensés dans le cadre d’une « chronologie nationale ». Établie à Paris par une sous-commission de la commission d’histoire de la Résistance80 celle-ci serait envoyée à tous les correspondants départementaux. Réunis à Paris le 3 janvier 1959, ces derniers reçurent mission de mettre au point une chronologie pour leur département. Des chronologies de région étaient également envisagées81. Ce projet faisait écho aux débats tenus à la conférence internationale organisée à Liège et Bruxelles du 13 au 16 septembre 1958 sur « L’histoire de la Résistance européenne », conférence au cours de laquelle avait été évoquée l’idée d’élaborer une « chronologie internationale de la Résistance82 ». Deuxième d’une série de grandes enquêtes conduites par le CH2GM83, l’établissement de cette chronologie fut précisément encadré :

  • 84 Bulletin du CH2GM, no 74, mars 1959, p. 2. Complétées et précisées, ces règles furent énoncées dan (...)

« Que doit contenir cette chronologie ? D’abord, évidemment, l’action (sabotages, attentats, parachutages, atterrissages, opérations du maquis, combats de la Libération). Pour chaque fait, il faudrait non seulement connaître la date exacte, mais aussi les acteurs, avec une courte narration. En second lieu, la répression de l’occupant doit être indiquée. Elle a soit désorganisé, soit sanctionné l’acte de résistance. Dans tous les cas, sa portée sur les esprits a été grande. En troisième lieu, une place doit être faite aux mouvements collectifs, manifestations et grèves. Enfin, il ne faut pas oublier l’administration de la Résistance, créations de services, nominations et changements de titulaires. Tout ce qui concerne le renseignement, l’évasion, la propagande sera très difficile à situer. La statistique, la carte peuvent utilement compléter la chronologie.
Dans le classement des faits, il faudra tenir compte, non des années, mais des grandes phases de l’évolution de la Résistance : organisation, action, combat, unification, libération84. »

  • 85 Bulletin du CH2GM, no 90, août-septembre 1960, p. 4.
  • 86 Henri Michel, « Pour une chronologie de la Résistance » p. 111-122 dans Revue historique, juillet- (...)
  • 87 Souligné par Henri Michel.
  • 88 Numéro spécial « Chronologie de la Résistance » du Bulletin du CH2GM daté d’octobre 1959, p. 1.
  • 89 Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 171.
  • 90 Voir les no spéciaux du Bulletin du CH2GM consacrés à la chronologie de la Résistance, novembre 19 (...)
  • 91 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 9.

23À l’été 1960, étant donné l’ampleur de la tâche, le CH2GM imposa des règles strictes afin d’uniformiser le travail. Ces règles passaient notamment par le recours à des fiches standard qui seraient libellées de façon uniforme85. Parallèlement, Henri Michel prit soin de préciser les tenants et aboutissants du projet dans un article pour la Revue historique. Il indiqua notamment que le but premier de l’entreprise était un « sec établissement de faits » alors que « les passions et les conflits » s’apaisaient peu à peu et « avant qu’il ne soit trop tard, par la disparition de la génération de la Résistance86 ». En posant en préalable l’établissement de chronologies départementales, dont l’élaboration permettrait de « mesurer les variations d’implantation et d’intensité de la Résistance selon la géographie et le moment, de façon, ultérieurement, à permettre qu’en soient tracées la carte, ou la courbe », on parviendrait progressivement à « mieux connaître » et « caractériser » en France « le fait résistant8788 ». Comme le souligne Laurent Douzou, « les maîtres d’œuvres de ce recensement ne virent manifestement pas que la redoutable question de la définition des faits et des actes de Résistance se profilait en amont de leur entreprise. Il en résulta que ce travail sans fin et sans véritable cadre théorique prit graduellement une ampleur démesurée89 ». Et ce, malgré les consignes régulièrement réitérées à l’intention des correspondants90. Quelque 150 000 fiches furent établies pour lesquelles il fallut « construire un meuble spécial91 » mais qui s’avérèrent à peu près inutilisables faute d’une réflexion sur la notion de « fait résistant » et sur l’inscription de ce « fait » dans le vécu des combattants de l’ombre.

  • 92 Définition des sujets de recherche et choix des chercheurs – Bulletin du CH2GM, no 38, décembre 19 (...)
  • 93 Bulletin du CH2GM, no 118, mars 1963, p. 3.
  • 94 Bulletin du CH2GM, no 128, février 1964, p. 7 et no 150, février 1966, p. 9.
  • 95 Bulletin du CH2GM, no 209, janvier-février 1974, p. 3. Un tableau des « thèses en préparation » ét (...)
  • 96 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 12-14. Voir aussi, par exemple, Bulletin du (...)
  • 97 Bulletin du CH2GM, no 209, janvier-février 1974, p. 3.
  • 98 Voir par exemple Bulletin du CH2GM, no 63, mars 1958 ou no 67, juillet 1958.
  • 99 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 14-15.

24Dans le même temps, le CH2GM continuait à œuvrer pour que puissent être choisis des sujets de thèse sur la France des années noires, en dépit de la proximité de la période et de son caractère encore quelquefois brûlant, en dépit également, s’agissant de la Résistance, des difficultés spécifiques liées aux sources. Pour contourner le « veto de principe de la Sorbonne », le CH2GM choisit fin 1955 de s’appuyer sur le CNRS pour établir un « plan de travail92 ». Si, dans un premier temps, les monographies furent prises en charge par des rédacteurs issus du Comité, et donc non universitaires, si, en 1963 encore, le nombre des travaux universitaires en cours sur la Résistance était encore réduit93, peu à peu le mouvement s’amorça qui vit de jeunes chercheurs issus de l’Université rejoindre le CH2GM et/ou entreprendre des travaux portant sur l’histoire de la Résistance94. À tel point qu’Henri Michel put se féliciter fin 1973 qu’une « vingtaine » de correspondants aient commencé une thèse tandis que « trente-trois autres [étaie]nt entreprises par des étudiants95 ». Parallèlement, des colloques nationaux et internationaux étaient organisés96. En d’autres termes, le temps de la recherche était bien venu sur une histoire contemporaine qui, selon les mots d’Henri Michel, avait « cessé d’être un domaine interdit97 », et la relève se présentait qui la prendrait en charge. Notons enfin le souci constant manifesté par le CH2GM de développer une « œuvre éducative » : attention portée aux programmes d’enseignement98, organisation d’expositions, établissement de cartes99.

Conclusion

25Ainsi, le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale fut constamment animé du souci de faire œuvre d’histoire – et pas seulement d’« histoire-mémoire » surveillée par les acteurs – à propos de la Résistance française sans rien laisser perdre de ce qui avait fait la spécificité, voire l’étrangeté, de l’expérience des ombres. En dépit de ses liens statutaires avec les pouvoirs publics, il trouva et conserva une juste distance vis-à-vis des autorités politiques successives. Au fil du temps et des initiatives, il parvint à mobiliser les anciens résistants et à canaliser leur action. Il suscita de nombreuses bonnes volontés. Peu à peu, il fit place aux universitaires et aux chercheurs au point de devenir un véritable vivier d’historiens du contemporain. Une période contemporaine, à dire vrai très contemporaine, dont, nous l’avons vu, il fit admettre qu’elle n’était pas un « domaine interdit » pour l’historien, à condition bien entendu de s’y aventurer avec prudence et méthode.

26Au long des années, il arriva que d’aucuns s’émeuvent de la position hégémonique occupée par le CH2GM dans le champ des études sur la Résistance. De fait, les conditions de création de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) et les missions assignées à ce dernier à la fin des années soixante-dix tinrent compte des enseignements qu’il était possible de tirer de l’exercice d’un tel magistère et, souvent, d’une aussi rude férule centralisatrice – de même qu’il pourrait être fructueux d’examiner aujourd’hui, après une activité de même durée, l’œuvre accomplie par l’IHTP. Force est cependant de constater qu’en presque trente années d’existence et de travail, le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale a accumulé une très importante matière documentaire, ouvert des voies et proposé des problématiques. Autant de précieuses pépites pour les historiens d’aujourd’hui.

Notes

1 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale » p. 1-17 dans RH2GM no 124, octobre 1981.

2 Étant donné l’objet de ce colloque, nous nous concentrerons sur la Résistance intérieure française. Il importe toutefois de souligner que le CH2GM s’est également penché sur les autres résistances européennes, comme en témoignent son Bulletin interne et certains des dossiers publiés par la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale.

3 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, 2005.

4 Notre propos sera notamment fondé sur le dépouillement du Bulletin du Comité d’histoire de la guerre (CHG) puis du CH2GM, des Cahiers d’histoire de la guerre puis de la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (RH2GM), ainsi que sur les textes à caractère programmatique rédigés par certains des acteurs de cette aventure, tels par exemple Fernand Braudel, Arthur Calmette, Jean Cassou, Lucien Febvre, Marie Granet, Henri Michel, Édouard Perroy.

5 Créée par décision du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) en date du 20 octobre 1944 et rattachée au ministère de l’Éducation nationale afin, dans un premier temps, de rassembler et archiver le plus de documentation possible sur la France des années 1940-1945. Sur la création et le développement de la CHOLF, voir Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 54-59.

6 Créé par un décret no 45-1189 du 6 juin 1945, placé auprès de la présidence du GPRF et chargé de « coordonner les programmes des travaux entrepris dans les divers départements ministériels sur l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale » – Bulletin du Comité d’histoire de la guerre no 1, novembre 1948. Cité dans Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 59.

7 Bulletin du CH2GM no 1, janvier 1952, p. 1.

8 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 1.

9 Nommé en décembre 1961 par arrêté du Premier ministre.

10 Membre de l’Institut.

11 Directeur honoraire des Archives de France.

12 Administrateur général de la Bibliothèque nationale.

13 Professeur à la Sorbonne.

14 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 2 et 3.

15 Ibid., p. 4.

16 Henri Michel, « Une enquête sur la Résistance par la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France » p. 45-55 dans Cahiers d’histoire de la guerre, no 2, octobre 1949, p. 52.

17 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 4.

18 Henri Michel, « Une enquête sur la Résistance… », op. cit., p. 50.

19 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 4 et 5.

20 Ibid., p. 8.

21 D’abord chaque mois puis cinq fois par an.

22 Bulletin du CH2GM, no 1, janvier 1952, p. 2.

23 Bulletin de la CHOLF, no 1, janvier 1948. Cité dans Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 55.

24 RH2GM, no 1, novembre 1950.

25 Georges Bidault, « Hommage à Jean Moulin » ; François Bloch-Lainé, « Financement de la Résistance intérieure » ; Marie Granet, « Dessin général des maquis ».

26 Général Rivet, « Abwehr et Gestapo en France ».

27 Pierre Denis Rauzan, « Les finances de la France libre » ; Jean-Louis Crémieux-Brilhac, « Les émissions françaises à la BBC ».

28 J. Livet, « Le drame de l’Alsace ».

29 Propos d’Henri Michel dans son rapport général aux congrès de Liège et Milan, European Resistance Movements, 1939-1945, Oxford, Pergamon, 1960, p. 2, cités dans Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 205.

30 Dès l’origine, rappelons-le, les équipes d’interviewers avaient comporté nombre d’anciens résistants.

31 Le recueil de témoignages ne fut pas complètement interrompu, mais se poursuivit sur un mode mineur. Au final, « plus de 2 000 témoignages de résistants » auraient été recueillis – Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 7.

32 Georges Bourgin, « Note importante », p. 7 dans Bulletin du CH2GM, no 2, février 1952.

33 Henri Michel, « Une enquête sur la Résistance… », op. cit., p. 55.

34 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 5.

35 Les idées politiques et sociales de la Résistance, documents clandestins, 1940-1944, textes choisis et introductions par Henri Michel et Boris Mirkine-Guetzévitch, préface de Georges Bidault, avant-propos de Lucien Febvre, Paris, PUF, 1954, p. VII.

36 Les idées politiques et sociales de la Résistance…, op. cit., p. XI.

37 Bulletin du CH2GM, no 23, mars 1954.

38 MM. Alban-Vistel, Georges Altman, Paul Arrighi, général de Bénouville, Maxime Blocq-Mascart, Henri Frenay, André Marie, Louis Marin, Daniel Mayer, Gaston Monnerville, André Mutter, Alexandre Parodi, Paul-Boncour, André Philip, Christian Pineau, René Pleven, Rémy Roure, Maurice Schumann, Jacques Soustelle, Pierre-Henri Teitgen, Robert Verdier – Bulletin du CH2GM, no 23, mars 1954, p. 2-3.

39 Les idées politiques et sociales de la Résistance…, op. cit.

40 Dossier « Sur la Résistance en zone nord », RH2GM, no 30, avril 1958.

41 Rapport d’Henri Michel, p. 1-4 dans Bulletin du CH2GM, no 38, décembre 1955, p. 3.

42 Membres de droit de toutes les commissions du CH2GM.

43 Bulletin du CH2GM, no 38, décembre 1955, p. 4.

44 Bulletin du CH2GM, no 42, avril 1956, p. 9.

45 Arrêté du 24 février 1956 du Président du Conseil – Bulletin du CH2GM, no 41, mars 1946, p. 1.

46 Bulletin du CH2GM, no 43, mai 1956, p. 3.

47 Souligné par Henri Michel.

48 Le « travail essentiel de la Commission ».

49 Bulletin du CH2GM, no 44, juin 1956, p. 6-9.

50 Qui était un des membres de la Commission. L’étude fut finalement consacrée au département de l’Eure.

51 Bulletin du CH2GM, no 45, juillet-août 1956, p. 2-3.

52 Bulletin du CH2GM, no 61, janvier 1958, p. 10.

53 Comprendre « les responsables des études ».

54 Bulletin du CH2GM, no 62, février 1958 et no 63, mars 1958.

55 Bulletin du CH2GM, no 47, octobre 1956, p. 2-5.

56 Bulletin du CH2GM, no 61, janvier 1958 p. 9-10.

57 Bulletin du CH2GM, no 62, février 1958.

58 Bulletin du CH2GM, no 63, mars 1958, p. 2-3.

59 Op. cit., p. 3.

60 Ibid., p. 4.

61 Ibid., p. 5.

62 Ibid., p. 5. Bulletin du CH2GM, no 76, mai 1959, p. 5.

63 Bulletin du CH2GM, no 63, mars 1958, p. 5.

64 Op. cit., p. 5.

65 Ibid., p. 5.

66 Bulletin du CH2GM, no 76, mai 1959, p. 7.

67 Op. cit., p. 7.

68 Bulletin du CH2GM, no 90, août-septembre 1960, p. 1.

69 Bulletin du CH2GM, no 104, décembre 1961, p. 4.

70 Bulletin du CH2GM, no 81, novembre 1959, p. 1.

71 Pour en juger, voir par exemple, Henri Michel, Bibliographie critique de la Résistance, Paris, Institut Pédagogique National, SEVPEN, 1964, p. 68.

72 Robert Fawtier, « Préface », p. 1-4 dans RH2GM, no 30, avril 1958, p. 1.

73 No 35, juillet 1959, « Sur la Résistance française ». No 47, juillet 1962, « Aspects de la Résistance française ». No 49, janvier 1963, « Sur les maquis ». Article d’Henri Michel, « Livres sur la Résistance française » dans le no 51, juillet 1963. No 61, « Aspects de la Résistance française », etc. Nous renvoyons à la communication de Jacqueline Sainclivier et Dominique Veillon.

74 Évoqué pour la première fois en 1954. Voir Bulletin du CH2GM, no 32, avril 1955.

75 Projet à l’origine duquel s’était trouvé le CH2GM, à la suite d’une exposition sur le même thème organisée en 1954 dans le cadre des cérémonies pour le dixième anniversaire de la Libération. « L’organisme envisagé était d’une structure complexe : à la fois Musée et centre d’études avec bibliothèque, photothèque, phonothèque, etc. » – Bulletin du CH2GM, no 75, avril 1959, p. 2 et 3.

76 Op. cit., p. 2 et 3.

77 Voir par exemple Bulletin du CH2GM, no 74, mars 1959, p. 3.

78 Bulletin du CH2GM, no 76, mai 1959, p. 7.

79 Op. cit., p. 8.

80 Bulletin du CH2GM, no 74, mars 1959 et no 76, mai 1959.

81 Bulletin du CH2GM, no 74, mars 1959, p. 2.

82 Bulletin du CH2GM, no 69, octobre 1958, p. 4.

83 Après une « Statistique de la déportation concentrationnaire » et avant des enquêtes sur la collaboration, le STO, les entreprises et la démographie – Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 8-11.

84 Bulletin du CH2GM, no 74, mars 1959, p. 2. Complétées et précisées, ces règles furent énoncées dans un numéro spécial « Chronologie de la Résistance » du Bulletin du CH2GM daté d’octobre 1959.

85 Bulletin du CH2GM, no 90, août-septembre 1960, p. 4.

86 Henri Michel, « Pour une chronologie de la Résistance » p. 111-122 dans Revue historique, juillet-septembre 1960, p. 117.

87 Souligné par Henri Michel.

88 Numéro spécial « Chronologie de la Résistance » du Bulletin du CH2GM daté d’octobre 1959, p. 1.

89 Laurent Douzou, La Résistance française…, op. cit., p. 171.

90 Voir les no spéciaux du Bulletin du CH2GM consacrés à la chronologie de la Résistance, novembre 1963 et juillet 1966.

91 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 9.

92 Définition des sujets de recherche et choix des chercheurs – Bulletin du CH2GM, no 38, décembre 1955, p. 4.

93 Bulletin du CH2GM, no 118, mars 1963, p. 3.

94 Bulletin du CH2GM, no 128, février 1964, p. 7 et no 150, février 1966, p. 9.

95 Bulletin du CH2GM, no 209, janvier-février 1974, p. 3. Un tableau des « thèses en préparation » était présenté p. 28-32 de ce même Bulletin. Voir également Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 13.

96 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 12-14. Voir aussi, par exemple, Bulletin du CH2GM, no 48 (novembre 1956), no 76 (mai 1959), no 81 (novembre 1959), no 104 (décembre 1961), no 137 (décembre 1964), no 209 (janvier-février 1974)…

97 Bulletin du CH2GM, no 209, janvier-février 1974, p. 3.

98 Voir par exemple Bulletin du CH2GM, no 63, mars 1958 ou no 67, juillet 1958.

99 Henri Michel, « Le Comité d’Histoire… », op. cit., p. 14-15.

Auteur

Directeur de recherches à l’Institut d’études politiques de Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540