Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignants débutants : «Faire ses classes»

 | 
Gilles Lazuech
, 
Franck Rimbert
, 
Pascal Guibert

Table des matières

Introduction

Une enquête par suivi de cohorte
Quelques réserves
Les répondants à l’enquête
Plan retenu

Première partie. Le temps de l’IUFM ou la découverte du métier

Chapitre 1. L’invention d’une nouvelle professionnalité

LA CRÉATION DES IUFM : UNE RÉPONSE À LA « CRISE » DU MÉTIER
Une nouvelle professionnalité
Un ancien système de formation jugé obsolète
LES IUFM, UN PROJET « AMBIGU »
L’ancienne professionnalité des enseignants du second degré : un modèle dépassé ?
La création des IUFM
Un projet contesté

Chapitre 2. Un exemple de dispositif d’entrée dans le métier : L’IUFM des Pays de la Loire

UNE LOGIQUE INTERNE CENTRÉE SUR LE GROUPE DE RÉFÉRENCE
Le groupe de référence : creuset d’une première identité professionnelle ?
Les contradictions du dispositif
EXPÉRIMENTATION DE TERRAIN ET PRATIQUE RÉFLEXIVE
Les modules professionnels
Le stage en responsabilité

Chapitre 3. La perception de la formation par les professeurs stagiaires

LES MOTIVATIONS INITIALES AU CHOIX DE MÉTIER
LA PERCEPTION DU DISPOSITIF DE FORMATION
Les acteurs de la formation
Les modules de connaissance du terrain
La perception du mémoire professionnel
La soutenance du mémoire et la validation du stage
Auto-bilan en fin de seconde année d’IUFM

Deuxième partie. Faire ses classes

Chapitre 4. Le premier poste : entre bonnes et mauvaises surprises

LES CONDITIONS OBJECTIVES D’ENTRÉE DANS LE MÉTIER
Une précarité institutionnalisée
Des établissements et des élèves plus difficiles ?
Les premières classes
UNE PERCEPTION DIFFÉRENCIÉE DE L’ENTRÉE DANS LE MÉTIER
Quelques variables explicatives
Un sentiment de réussite inégalement perçu
Se réaliser dans le métier
« Oblats » et « héritiers »
Un nouveau regard sur le métier ?

Chapitre 5. Dans leurs classes

LA MAÎTRISE DU MÉTIER
L’enseignant, ses classes, son métier
Des difficultés inégalement ressenties
UNE SOCIALISATION PROFESSIONNELLE PROGRESSIVE
Trois ans plus tard
Une nouvelle typologie

Chapitre 6. La construction d’une identité professionnelle

DES ENSEIGNANTS À PART ENTIÈRE ?
Une construction identitaire progressive
Jeune professeur : les stigmates du débutant
Se syndiquer
L’environnement professionnel
Les formes inégales de recours au travail collectif
Des ressources relationnelles inégales
Des effets de générations

Troisième partie. La fin des débutants

Chapitre 7. Consolidation professionnelle

DISPARITÉ DES CONDITIONS D’EXERCICE ET SOCIALISATIONS PROFESSIONNELLES
Des établissements perçus comme étant moins disqualifiés
De meilleures classes ?
VERS UNE PROFESSIONNALISATION ACHEVÉE
Les routines du métier
La dimension pédagogique du travail enseignant
Faire travailler les élèves
QUATRE PARCOURS DE DÉBUT DE CARRIÈRE
Premier parcours : l’insertion par le contexte de travail
Deuxième parcours : être de passage
Troisième parcours : ne pas avoir dépassé les dispositions premières
Quatrième parcours : l’insertion par le relationnel

Chapitre 8. Parcours de professionnalisation

FLORENCE : « ÊTRE AU PURGATOIRE »
Un choc culturel
« Être au purgatoire »
Un investissement sur la motivation des élèves
Retour à une conception du métier conforme à son engagement initial
La parenthèse ZEP
MARIE : NOUVELLE PROFESSIONNALISATION PAR UN PASSAGE EN ZEP
Un modèle professoral très marquant
Un stage en responsabilité désenchantant
Recadrage et réorganisations subjectives
Réapprentissage du métier dans une académie difficile
Le rôle déterminant du mari
Nouveau processus de conversion professionnelle
JEAN-LOUIS : ENDOREPRODUCTION ET RETRAIT DE LA PROFESSION
Une double présocialisation
Des savoirs scolaires aux savoirs à enseigner
Difficultés d’incarner le métier
Une identité de « hors travail »
MYRIAM : « UNE NOUVELLE PROFESSIONNALITÉ EN ACTION »
La tentation du professorat des écoles
Une position d’oblat renforcée par la spécificité de la discipline enseignée
Une conception du métier centrée sur la diversité des élèves et des pratiques pédagogiques
Nouvelle professionnalité
Légitimité et nouvelle professionnalité
SYLVIE : UN PARCOURS « CONFORTABLE »
Un cursus scolaire et universitaire sans faute
Une formation en IUFM jugée plutôt positivement
Une intégration réussie
Une conception personnaliste du métier
DES AJUSTEMENTS PROFESSIONNELS ET PERSONNELS INDISPENSABLES
Parcours et logiques professionnelles

Chapitre 9. Un modèle de professionnalité en crise ?

DES NOUVEAUX PROFESSEURS ?
UN MODÈLE PÉDAGOGIQUE INTRANSMISSIBLE ?
Des conflits qui restent rares
Des relations professionnelles plus équilibrées
Entre permanence et changement

Annexes

ANNEXE 1 : QUELQUES ÉLÉMENTS DÉCRIVANT L’ÉVOLUTION DE LA COHORTE
ANNEXE 2
ANNEXE 3