Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Première partie. Le « laboratoire » du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale

L’histoire de la Résistance avant les travaux du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale

Julien Blanc

Texte intégral

1Comment l’histoire de la Résistance a-t-elle été abordée, pensée et conçue avant la fondation, en décembre 1951, du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CH2GM) ? Sous quelles formes et chronologie, à travers quels vecteurs, cette histoire singulière s’est-elle ébauchée ? Quel intérêt enfin peut-il y avoir à se pencher sur la brève période qui vit naître les premières tentatives d’écriture d’une histoire de la désobéissance ?

2Tels sont les questionnements que la présente communication se propose d’explorer.

3De la même manière que les débuts de la Résistance ne se résument pas à une simple préhistoire de ce qui adviendra par la suite et méritent d’être appréhendés comme un objet d’étude à part entière, les quelques années qui précédèrent la création du CH2GM ne comptèrent pas pour rien. Aussi resserrée soit-elle, cette phase initiale fut aussi une période d’intense gestation et d’invention.

4Scruter à la loupe ces premiers pas, c’est donc observer les origines d’un processus qui se poursuit encore aujourd’hui, celui de la mise en histoire d’un événement complexe niché au cœur d’une période, l’Occupation, qui ne l’est pas moins. C’est aussi s’attarder sur un moment fondateur dans la mesure où s’y élabora une réflexion tâtonnante sur les conditions, les modalités et les difficultés inhérentes à l’écriture de l’histoire d’un phénomène encore brûlant. S’affirmèrent en effet durant cette prime enfance nombre de traits spécifiques qui devaient marquer durablement de leur empreinte les pratiques historiennes mises en œuvre par la suite.

5À travers quelques jalons historiographiques, on peut tenter d’esquisser une typologie des différentes approches du phénomène résistant afin de cerner, à grands traits, les caractéristiques originelles et les enjeux d’une histoire alors balbutiante.

Une préoccupation précoce et centrale, portée par les acteurs eux-mêmes

6Le point de départ de l’enquête ne va pas de soi, comme souvent lorsqu’il s’agit de dater les prémices d’un phénomène. On songe d’emblée aux lendemains de la Libération comme si la chose allait naturellement de soi, suivant une habitude mentale qui voudrait qu’une période ne puisse être retracée, analysée et mise en perspective qu’une fois achevée. Pour la Résistance, les choses ne se sont pourtant pas déroulées ainsi et c’est de l’amont, du cœur même de la clandestinité, qu’il faut repartir.

  • 1 Christian Pineau, La simple vérité, 1940-1945, Paris, éd. Phalanx, 1983, p. 89 (1re éd. : Julliard (...)

7La préoccupation de l’histoire, c’est-à-dire du récit qui rendrait compte, un jour, de leur engagement, n’a en effet jamais été étrangère aux acteurs du refus. Maints indices en témoignent à commencer par les stratagèmes déployés pour conserver une trace des actions menées, en particulier dans le domaine de la propagande. Quand Christian Pineau, par exemple, fonde à Paris, en décembre 1940, le modeste bulletin Libération-Nord, le tirage initial se limite à sept exemplaires. Six d’entre eux sont envoyés par la poste à des individus susceptibles de les dupliquer mais le dernier est précieusement conservé comme une relique de ces temps fondateurs et incertains. Dans ses mémoires, Christian Pineau explique ce geste « d’imprudence » par « une sorte de vanité un peu puérile » qui le « pousse à garder pour l’avenir un témoignage des risques1 » encourus. « Garder pour l’avenir un témoignage »… Voilà une réflexion qui en dit long sur les préoccupations d’un pionnier de la désobéissance.

  • 2 Voir Jules Meurillon, Julien Léonard. Un résistant ordinaire éditeur clandestin de Libération (194 (...)

8Plus tard, à partir de septembre 1942, Jules Meurillon, devenu responsable national du secteur de la propagande-diffusion à Libération-Sud, systématise le procédé en mettant en place plusieurs dépôts d’archives distincts à Lyon afin d’y entreposer tous les imprimés (documents, journaux et tracts) produits par son mouvement2.

9Dans ces deux cas de figure, le souci de rendre possible, dans un futur indéterminé et sans doute lointain, une étude documentée de la lutte souterraine, était bien contemporain et consubstantiel de l’action. Dans cette perspective, il convenait de sauvegarder, fut-ce parfois au détriment des considérations de prudence, des indices des activités menées pour pouvoir, un jour, les exploiter.

10L’importance accordée à un tel projet est même parfois explicitement revendiquée. Dans une note de service adressée à « toutes unités » de la Haute-Garonne le 2 septembre 1944, soit douze jours à peine après la libération de Toulouse, le lieutenant-colonel Berthier, responsable FFI du département, écrit :

  • 3 Note du Lieutenant-colonel Berthier à toutes les unités FFI du département de la Haute-Garonne en (...)

« Il est important de fixer dès à présent, avec précision, pour l’historien de demain, tous les faits de la bataille de France et spécialement les combats auxquels ont participé les Forces Françaises de l’Intérieur.
Tous les Chefs d’Unités voudront bien m’adresser dans le plus bref délai, des récits d’événements récents ou plus anciens, relatifs tant à la Résistance, qu’à la fin de la bataille décisive de Libération.
Ces récits devront toujours être vérifiés, attestés par des témoins oculaires et datés3. »

11Ce souci de réunir les conditions nécessaires à l’élaboration d’une histoire future ne concerne d’ailleurs pas exclusivement la Résistance. La naissance en avril 1943, à Grenoble, du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) répond à une exigence similaire. Créé dans la clandestinité, son but était d’accumuler les preuves des spoliations et persécutions subies par les israélites depuis juin 1940 et de constituer des fonds documentaires. Les collaborateurs du CDJC dépouillèrent ainsi systématiquement les articles publiés au Journal officiel en vue de dresser un inventaire précis et exhaustif des entreprises aryanisées et des administrateurs provisoires désignés.

12Mais les acteurs de la désobéissance n’en restèrent pas au stade des seules préoccupations plus ou moins lointaines. Certains n’hésitèrent pas, de très bonne heure, à franchir le pas et à s’aventurer sur les sentiers périlleux de l’élaboration historique proprement dite en proposant des grilles interprétatives. Les premières tentatives d’écriture de l’histoire de la Résistance commencèrent déjà à s’ébaucher dans l’action, au fur et à mesure de son déroulement.

  • 4 On trouvera la version complète du discours de l’Albert Hall de Londres dans Pierre Brossolette, R (...)
  • 5 Allocution radiophonique de Pierre Brossolette diffusée à la BBC le 22 septembre 1942. Intégraleme (...)
  • 6 Allocution radiophonique de Pierre Brossolette diffusée à la BBC le 22 septembre 1942 (Pierre Bros (...)
  • 7 Discours prononcé par Pierre Brossolette à l’Albert Hall de Londres le 18 juin 1943. Ce discours c (...)
  • 8 Ibid.

13Des textes et des discours, rédigés ou prononcés dans l’ombre, véhiculèrent en effet nombre de représentations appelées, pour certaines à perdurer. À commencer par la nature héroïque, légendaire du combat clandestin. Cette dimension centrale s’exprima notamment dans l’énumération des morts de la France combattante à laquelle se livra Pierre Brossolette dans son discours du 18 juin 1943 prononcé à l’Albert Hall de Londres4. Elle imprègne quantité de ses interventions quand, tour à tour, l’ancien journaliste prophétise la descente des Champs-Élysées par le général de Gaulle au jour de la Libération de Paris5, rend un vibrant hommage aux « soutiers de la gloire » qui meurent « dans l’obscurité pathétique des cales6 » ou rattache leur combat souterrain aux pages les plus éclatantes et les plus nobles de l’histoire de France7. Pour l’agrégé d’histoire qu’était Pierre Brossolette, la Résistance était bien un « prodige8 » de plus dans la chaîne ininterrompue de hauts faits qui avaient façonné la nation.

  • 9 « Le Témoin des Martyrs » (Louis Aragon), Le Crime contre l’Esprit, Paris, éd. de Minuit, 1943.
  • 10 Vercors, La Bataille du Silence : souvenirs de minuit, Paris, Presses de la Cité, 1967 ; rééd., Pa (...)
  • 11 « Le Témoin des Martyrs » (Louis Aragon), Le Crime contre l’Esprit…, op. cit.

14Certains écrits clandestins de Louis Aragon manifestent une tendance voisine à distinguer quelques figures emblématiques du combat des ombres broyées par la répression. On songe en premier lieu au Crime contre l’Esprit9 publié en décembre 1943 dans la collection « Témoignages » des Éditions de Minuit sous le pseudonyme du « témoin des martyrs ». Aragon y célèbre la geste résistante et édifie un véritable mémorial. Vercors qualifiera d’ailleurs très justement Le Crime contre l’Esprit de « martyrologe bouleversant, frémissant, des meilleurs patriotes torturés et assassinés10 ». Par le moyen de courts récits monographiques, en utilisant comme sources les dernières lettres des condamnés, l’auteur dénonce « la grande entreprise des hitlériens contre l’esprit français11 » et construit pour la postérité une galerie de portraits : aux côtés des étudiants parisiens descendus dans la rue le 11 novembre 1940, de l’ingénieur Jacques Bonsergent, de Guy Môquet et des otages de Châteaubriant, on croise les pionniers du « réseau » du musée de l’Homme, les avocats Masse, Pitard, Hajje et Rolnikas, le physicien Fernand Holweck, Berthie Albrecht et quelques autres. La variété du panel choisi permet de souligner à la fois la diversité des profils des combattants, leur but commun et leur sacrifice final à la cause suprême de la liberté.

15L’Armée des ombres, publié à Alger en 1943 par l’écrivain Joseph Kessel, relève d’un autre genre littéraire puisqu’il s’agit cette fois d’une œuvre de fiction. Mais, pour bâtir son intrigue et nourrir ses caractères, le romancier s’est inspiré d’une multitude de situations précises et de personnages réels qu’il a ensuite amalgamés et retravaillés. Ce mode de construction romanesque atteste, une fois encore, de la puissance du légendaire. Il dit combien, au plus fort de la lutte, les aventures et les faits d’armes de la Résistance intérieure circulaient grâce au bouche-à-oreille et se trouvaient ainsi colportés jusqu’à Londres. L’oralité a de ce fait constitué le vecteur essentiel de la transmission.

16Dans cette littérature de combat où la visée de propagande était souvent première, on ne trouve pas trace d’une réflexion critique sur les modalités de la mise en œuvre de cette histoire. L’heure n’était pas encore à la théorisation des pratiques mais plutôt à l’expérimentation sur le tas, sans le moindre recul. Pour autant la perspective historique est bien constamment sous-jacente dans la mesure où une image de la lutte clandestine s’affirme avec force à travers ces premiers écrits : diversité des profils, dépassement des anciens clivages et unanimité, héroïsme et sacrifice des combattants, inscription de leur action dans un continum temporel, telles en sont quelques-unes des caractéristiques majeures.

17À une autre veine appartiennent les textes, fort rares il est vrai, rédigés sous l’occupation et dont la visée explicite est déjà d’ébaucher l’histoire d’un objet singulier car non encore achevé.

  • 12 « Jean Jacques et Roland », La Résistance française, Alger, Office français d’édition, 1944, 141 p
  • 13 Ibid., avant-propos, p. 9.
  • 14 Ibid., p. 95.

18La Résistance française12, « petit opuscule13 » publié à Alger en avril 1944, s’inscrit dans cette perspective. Il est l’œuvre de deux résistants de l’intérieur qui écrivent sous pseudonymes : « Jean Jacques et Roland », respectivement ancien chef régional des Groupes Francs des MUR et Délégué à l’Assemblée consultative provisoire, ont « quitté le pays en septembre 194314 ». Leur ouvrage constitue sans doute la toute première tentative de mise en récit de la Résistance à revendiquer explicitement le statut de travail historique. Dès le propos liminaire, les auteurs précisent en effet leurs objectifs :

  • 15 Ibid., p. 10.

« Nous nous efforçons […] de recréer le climat matériel, psychologique, moral, au sein duquel s’est déroulée la lutte menée par les Français contre l’ennemi et contre un gouvernement inféodé à l’ennemi. Notre ambition est de montrer que la Résistance, ce n’est pas seulement l’action d’une petite minorité d’hommes ardents, dévoués et enthousiastes, mais aussi l’attitude réfléchie de la majorité des Français […] Elle ne se fait pas seulement mitraillette au poing […], elle prend mille autres aspects, que nous essayons de présenter au lecteur15. »

  • 16 Le livre est dédicacé à « Charles de Gaulle, qui fut le Premier Résistant français ».
  • 17 Ibid., p. 59.
  • 18 Ibid., p. 10.

19Commandée par les services de la France combattante via l’Office français d’édition d’Alger, c’est une histoire de stricte obédience gaulliste16 qui est produite. Nourrie de faits réels retracés au moyen d’anecdotes exemplaires, elle décrit la désobéissance dans ses diverses manifestations, depuis la naissance des premiers tracts jusqu’à la formation des maquis, insiste sur la conjonction naturelle, sous l’égide de l’homme du 18 juin, entre Résistance extérieure et intérieure, dénonce l’ampleur de la répression et célèbre « l’esprit de Résistance » qui « imprègne actuellement toute la vie des Français17 ». Au final, une vision unanimiste de la Résistance triomphe puisque celle-ci n’est « l’apanage d’aucun parti, d’aucune confession, d’aucune école philosophique, d’aucune classe sociale18 ». Si l’accent est mis sur le versant strictement militaire du combat des ombres (notamment les coups de mains des Groupes Francs), l’essai comporte aussi des impasses de taille : le rôle joué par les communistes, la France libre, l’activité des réseaux de renseignements ne sont, pour ainsi dire, pas abordées.

  • 19 Ibid., p. 134.
  • 20 À l’exception notable de « Mme Albrecht », évoquée page 116.
  • 21 Ibid., p. 34.
  • 22 Ibid., p. 44.

20Mais, dans ce « tableau très rapidement esquissé et naturellement très incomplet19 », le plus frappant est sans doute l’absence, quasi-systématique, de mention de date, de lieu et surtout de nom20. Tout juste les appellations des grands mouvements apparaissent-elles. Autant d’approximations et de manques qui, pour être incompatibles avec la rigueur attendue d’une démarche historienne, s’expliquent aisément. Achevé d’imprimer en janvier 1944, l’ouvrage s’inscrit tout entier dans une temporalité résistante, par nature très contraignante : « Nous devons à nos camarades toujours à leurs postes d’être circonspects21 » prennent soin de prévenir les auteurs. C’est là toute la limite d’une tentative d’historicisation in vivo d’une période sur laquelle « on ne peut pas tout dire, et on ne sait pas tout22 ».

21Le travail pionnier réalisé par « Jean Jacques et Roland » ne repose sur aucune documentation précise, ni ne mentionne la moindre source. C’est exclusivement à partir d’expériences vécues, de souvenirs personnels et de témoignages recueillis que les auteurs ont construit la trame de leur récit. Leur légitimité à retracer ces événements repose entièrement sur leurs propres parcours clandestins. Autrement dit, dès ce coup d’essai, l’adéquation témoin/historien se trouvait déjà fermement posée comme un principe de base, comme la condition sine qua non à l’écriture de cette histoire.

L’heure des témoins

22La place centrale occupée par les témoins dans l’élaboration de cette histoire mérite que l’on s’y attarde. Aux lendemains immédiats de la Libération, sans attendre, nombre d’acteurs publièrent en effet leurs souvenirs. Ces publications forment un épais maquis et l’on se contentera ici de mentionner quelques titres emblématiques. En quels termes, de quelle manière ces pionniers du témoignage évoquèrent-ils leur combat ? A priori de façon on ne peut plus diverse.

  • 23 Emmanuel d’Astier de la Vigerie, Avant que le rideau ne tombe, Paris, Sagittaire, 1945, 48 p.

23Dans Avant que le rideau ne tombe23, recueil d’articles parus en 1945, Emmanuel d’Astier de la Vigerie jouait sur le registre de l’émotion. L’ancien fondateur et patron de Libération-Sud y cultivait sciemment une veine à la fois nostalgique et aristocratique : l’engagement résistant ayant été le fait d’une infime minorité, cette élite seule se trouvait en droit de l’évoquer et d’en entretenir la flamme. Également convaincu du caractère minoritaire de la Résistance, affecté par son échec politique et préoccupé par le fossé qu’il sentait se creuser entre les résistants et le reste de la nation, le créateur du mouvement Défense de la France, Philippe Viannay, adoptait au contraire une démarche pédagogique. Édité en 1945 sous son pseudonyme clandestin d’« Indomitus », Nous sommes les rebelles cherchait avant tout à expliquer ce qu’avait été le combat des ombres en reprenant les articles publiés par le journal Défense de la France. Dans la courte introduction de cet ouvrage, Viannay justifiait son entreprise par ces mots :

  • 24 « Indomitus » (Philippe Viannay), Nous sommes les rebelles, Paris, collection Défense de l’Homme, (...)

« Ce que nous sommes ? Nous sommes les rebelles. Mais, Français, ces rebelles, nous voulons que vous les compreniez, pour les aimer, pour les suivre. Et les lignes qui viennent vous diront ce que nous avons été et ce que nous voulons être (…) Français, écoutez les rebelles24. »

  • 25 Agnès Humbert, Notre guerre. Souvenirs de Résistance, Paris, éd. Émile-Paul Frères, 1946 ; rééd., (...)
  • 26 Sur l’histoire de l’organisation du musée de l’Homme, je me permets de renvoyer à ma thèse : Julie (...)

24D’autres textes, les plus nombreux sans doute, faisaient, de manière plus classique, le récit d’un parcours individuel et d’une aventure collective. C’est le cas, par exemple, des souvenirs de Résistance que faisait paraître Agnès Humbert sous le titre Notre guerre25 dès 1946. Pionnière du refus en zone occupée, engagée corps et âme au sein de la nébuleuse du musée de l’Homme26 et cheville ouvrière de la fabrication du périodique clandestin Résistance, elle offrait là une chronique au jour le jour des débuts de la désobéissance, en partie basée sur le journal intime qu’elle avait tenu jusqu’à son arrestation en avril 1941. Dans un style documentaire et dénué d’artifice, elle témoignait du quotidien incertain et prometteur des premiers résistants, de la répression impitoyable qui les avaient fauchés et de l’interminable nuit carcérale qui s’en était suivi.

  • 27 Pierre Guillain de Bénouville, Le sacrifice du matin, Paris, Robert Laffont, 1946, 610 p.
  • 28 Guerre qui ne se réduit pas, par parenthèse, à l’opposition binaire entre gaullistes et communiste (...)

25La même année, avec Le Sacrifice du matin27 de Pierre Guillain de Bénouville, premier haut dirigeant du mouvement Combat à témoigner, le genre des mémoires se mettait en place : fil chronologique serré, scènes dialoguées, portraits fouillés… une norme narrative prenait corps, reprise par la plupart des récits postérieurs. Son livre inaugurait aussi une guerre des mémoires28 en multipliant critiques et attaques à l’encontre de tel ou tel responsable de la Résistance, Jean Moulin en particulier.

  • 29 La parution des trois volumes s’étale entre 1947 et 1951 :
    Colonel Passy (André Dewavrin), 2e burea (...)
  • 30 Jacques Soustelle, Envers et contre tout, 2 vol., t. 1, De Londres à Alger 1940-1942 ; t. 2, D’Alg (...)

26Centrés sur l’action de la France libre, les mémoires du colonel Passy29 et de Jacques Soustelle30 magnifiaient quant à eux l’action du général de Gaulle. La dimension politique était, là encore, évidente.

  • 31 Jean Texcier, Écrit dans la nuit, Paris, La Nouvelle Édition, 1945, 240 p. Gabriel Cochet (Général (...)

27C’est toujours la même volonté de faire connaître la Résistance qui motive la parution de plusieurs recueils de textes et de mémoriaux. Écrit dans la nuit de Jean Texcier, les Appels à la résistance lancés par le général Cochet, les Lettres de fusillés des Éditions France d’abord, la somme intitulée Les témoins qui se firent égorger publiée par Défense de la France ou encore Combat d’Henri Frenay, sont autant d’ouvrages dont les publications s’échelonnent entre 1945 et 1946 et qui répondent à cette exigence31. Documents d’histoire, rassemblés en vue de constituer la matière première d’une exploitation historienne future et mis à disposition du public, ils ont aussi été dûment sélectionnés et parfois expurgés par leurs auteurs : nulle trace, par exemple, du Manifeste du MLN de l’automne 1940 dans le recueil présenté par le fondateur du mouvement Combat.

  • 32 Marc Bloch, L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940, Paris, Société des Éditions Franc-Tireur, (...)

28Au-delà des différences de ton, de style et de contenu, la majorité de ces publications, dont la floraison, dans l’immédiat après-guerre, est véritablement impressionnante, possède un patrimoine génétique commun. Elles sont d’abord marquées par la proximité extrême de l’expérience vécue. En écrivant à si courte distance des événements, les témoins appliquaient à la lettre le principe énoncé par Marc Bloch en ouverture de L’étrange défaite selon lequel « un témoignage ne vaut que fixé dans sa première fraîcheur32 ». En procédant ainsi, ils restaient de fait immergés dans le bain de la clandestinité, prisonniers en quelque sorte d’une époque qu’ils appréhendaient sans recul ou presque. L’ombre portée de la mort forme une seconde caractéristique partagée : le face-à-face avec le danger, la proximité avec la mort a marqué au fer rouge les survivants. Il n’est pas un seul texte qui ne rende hommage aux camarades tombés et ne voue un véritable culte aux disparus, soulignant avec force la dimension sacrificielle de la Résistance. Hantés par la certitude que la banalisation et l’oubli menacent si les témoins se taisent, tous cherchent enfin à retracer et à transmettre une expérience jugée à la fois capitale et singulière. Une ambivalence fondamentale, à la limite de la schizophrénie, est ici à l’œuvre : la Résistance, perçue et décrite comme un épisode radicalement à part et donc, par nature, difficile à partager, doit malgré tout être rendue intelligible pour conjurer le risque d’effacement.

  • 33 Lucie Aubrac, La Résistance (naissance et organisation), Paris, Robert Lang, 1945, 114 p.
  • 34 Les souvenirs de Résistance de Lucie Aubrac paraîtront beaucoup plus tard, en 1984, sous le titre (...)

29Dans ce paysage historiographique dominé par les témoins, le positionnement de Lucie Aubrac apparaît singulier. Le texte qu’elle publie en 1945 sous le titre La Résistance (naissance et organisation)33 n’est pas autobiographique mais se veut un essai à caractère historique34. Actrice de premier plan de la lutte contre l’occupant mais aussi agrégée d’histoire de formation, l’auteur, à l’instar d’autres protagonistes, avait parfaitement conscience, au moment où elle prenait la plume, des difficultés de son entreprise et de l’inconfort de son statut. Avec lucidité, elle écrivait dans l’introduction de son ouvrage :

  • 35 Lucie Aubrac, La Résistance (naissance et organisation)…, op. cit., p. 9

« Parler de la naissance et de l’organisation de la Résistance en 1945 est une tâche comparable à celle qui aurait consisté à parler de la Révolution de 1789 en 1795. Placé dans la durée et la vie des événements, il est d’abord très difficile d’être impartial, il est ensuite impossible d’être complet.
Parce que l’on a une formation d’historienne, l’on se construit une vue rationnelle de la Résistance, vue très intellectuelle, que l’on complète beaucoup trop sentimentalement parce que l’on a pris part à certains des événements (…) On se crée un ensemble de souvenirs et d’idées qui correspondent un peu trop à un sentiment personnel. Ce n’est qu’à travers ces sentiments, que j’ai pu dégager un certain nombre d’idées et rappeler un certain nombre de souvenirs sur la Résistance, son développement et son organisation35. »

30Et, en effet, ce portrait de la Résistance intérieure jusqu’à la naissance du CNR est un objet hybride où l’actrice prend constamment le pas sur l’historienne. Ses lignes de force, son style recouvrent étroitement la personnalité et le parcours de son auteur : centralité du témoin, primat de la zone Sud sur la zone Nord, attention particulière accordée au mouvement Libération-Sud au détriment des autres, rejet immédiat et viscéral de Vichy… Foisonnant d’anecdotes, souvent décousu et même brouillon, l’ensemble, qui comporte des erreurs et d’importants angles morts (le PCF, les réseaux, la France libre…), a le mérite de dévoiler un habitus résistant avec ses codes et ses valeurs. Il témoigne surtout de l’extrême difficulté à hiérarchiser les faits et à produire une synthèse problématisée à si faible distance des faits. Non transformé, son essai ouvrait malgré tout la voie à une approche historienne.

Les historiens au travail

31En même temps que les témoins couchaient sur le papier leurs souvenirs, une première génération d’historiens s’attela, sans tarder, à l’ouvrage. En réalité, dans la courte période de l’immédiat après-guerre, les deux registres d’écriture sont concomitants et inséparables l’un de l’autre. Ils forment les deux versants d’un même phénomène et ce pour une raison évidente qui a déjà été soulignée : les premiers historiens de la Résistance étaient tous, sans exception, d’anciens acteurs, souvent de premier plan, de la lutte clandestine.

  • 36 On renvoie sur cet aspect aux analyses développées par Laurent Douzou dans son essai La Résistance (...)

32On passera rapidement sur les conditions qui présidèrent à la création de la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF) dès octobre 1944 et du Comité d’histoire de la guerre (CHG) en juin 194536. Non sans rappeler la précocité de ces institutions officielles, les moyens matériels considérables dont elles disposèrent et surtout les objectifs qu’elles se fixèrent. Dès le départ en effet, partant du constat que la Résistance n’avait guère laissé de traces exploitables, il ne s’agissait rien de moins que d’en créer ex nihilo les archives. Dans un premier temps, les pionniers de la CHOLF, mués en archivistes, s’attelèrent à une grande enquête orale auprès des survivants afin de collecter récits et indices.

33D’emblée donc, par la force des choses, les témoins, déjà dépositaires exclusifs d’une mémoire en péril, se trouvaient placés au centre du jeu, responsables de la faisabilité future d’une histoire de l’objet Résistance. Mais très vite, alors même que les enquêteurs de la CHOLF récoltaient à travers tout le pays les témoignages, s’imposa l’idée qu’il était possible, souhaitable et même nécessaire d’entreprendre sans attendre une démarche raisonnée et scientifique.

  • 37 « Esquisse d’une histoire de la Résistance française », Notes documentaires et études, no 225 (Pre (...)

34Un fascicule au titre volontairement modeste, « Esquisses d’une histoire de la Résistance française37 », publié en janvier 1946 par l’ancêtre de la Documentation française et rédigé par Odette Merlat ou Édouard Perroy, tout à la fois médiéviste, ancien résistant et secrétaire général de la CHOLF, s’inscrit dans cette dernière logique. Le changement de perspective par rapport aux publications antérieures, l’ambition mais aussi les limites du projet étaient clairement énoncées dans l’avant-propos :

  • 38 « Esquisse d’une histoire de la Résistance française »…, op. cit., première partie, avant-propos, (...)

« Beaucoup de témoins et d’acteurs de ce grand drame français publient, presque chaque jour, leurs souvenirs personnels, l’historique de leur groupe et racontent les événements auxquels ils ont été mêlés. Ce ne sont là que des travaux d’approche, des documents d’analyse que l’histoire devra étudier et critiquer.
Il ne nous a pas semblé prématuré de présenter une synthèse provisoire, faisant état de nos connaissances actuelles. Elle est forcément incomplète, et peut-être, sur certains points, entachée d’erreurs, que des recherches ultérieures permettront de corriger. Il était en effet nécessaire, à côté des témoignages partiels dont on a pu lire les passionnants récits, de présenter une vue d’ensemble et une mise au point dont nous espérons qu’elles pourront être utiles38. »

35En dépit du manque de recul et de l’étroitesse du format (25 pages au total), ce canevas historique, produit à chaud et qui synthétise les témoignages déjà recueillis, marque une rupture décisive dans l’historiographie de notre objet. Il élabore une chronologie rigoureuse, retrace la généalogie des principales organisations, décrit la Résistance dans ses développements successifs et propose une grille interprétative solidement charpentée. L’accent est mis sur le double processus de croissance et de rassemblement des forces de la désobéissance. Le résultat, remarquable de densité, offre pour la première fois une lecture globale de l’événement. Bien sûr, il comporte aussi ça et là des erreurs, des oublis ou se distingue des époques ultérieures par les choix qu’il opère : présenté comme le grand artisan de l’unification des organisations de Résistance, Pierre Brossolette éclipse ainsi totalement Jean Moulin.

  • 39 Henri Michel, Histoire de la Résistance (1940-1944), Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1950, 12 (...)
  • 40 Ibid., p. 125.

36Quatre ans plus tard, en 1950, mais s’inspirant du même esprit c’est-à-dire animé de la volonté de proposer enfin une véritable histoire de la Résistance à visée scientifique, Henri Michel publie dans la collection « Que sais-je ? » son Histoire de la Résistance39, première synthèse d’envergure sur le sujet à destination d’un large public. Signé d’une des chevilles ouvrières de la CHOLF qui ne tardera pas à devenir l’acteur institutionnel majeur de cette histoire, l’ouvrage exploite le capital documentaire accumulé et tire le bilan des acquis cinq ans à peine après la fin de la guerre. Il approfondit, précise et corrige les analyses esquissées par Édouard Perroy en proposant un découpage tout à la fois géographique (Londres, zone Nord, zone Sud), thématique (par activités) et chronologique. La marche à l’unité constitue bien l’axe majeur de l’analyse mais Jean Moulin y retrouve cette fois toute sa place. L’effort de rationalisation entrepris contraste en tout point avec le travail antérieur de Lucie Aubrac. Avec cet ouvrage, une norme labellisée se met en place, celle d’une histoire désormais en chantier, sérieuse et sereine, parfois sèche à force de se vouloir objective. Mais à y regarder de près, l’étude se terminait pourtant sur une note militante qui était bien celle d’un ancien acteur : si la Résistance a toujours été un fait minoritaire, « il est incontestable qu’elle constitue un des plus magnifiques épisodes de l’histoire de France40 ».

  • 41 Jean Dautry et Louis Pastor, Histoire de la Résistance. De la drôle de paix à la drôle de guerre. (...)
  • 42 Ibid., p. 45.
  • 43 On renvoie sur ce point à l’article de Stéphane Courtois, « Luttes politiques et élaboration d’une (...)
  • 44 Jean Dautry et Louis Pastor, Histoire de la Résistance…, op. cit., p. 52.

37La rigueur et l’objectivité prônée par Henri Michel n’allaient pourtant pas de soi. La brochure de Jean Dautry et Louis Pastor, également intitulée Histoire de la Résistance41 et parue en 1950 dans un contexte de fortes tensions politiques générées par la guerre froide, vient utilement nous le rappeler. Première synthèse produite par l’historiographie communiste, le propos tenu récite, sous la forme d’un catéchisme, le point de vue officiel du PCF. À la pointe du combat antifasciste depuis les années trente, celui-ci devient naturellement, dans la parfaite continuité de ses engagements antérieurs, la seule force politique d’envergure à se dresser face à l’envahisseur aux lendemains de la débâcle. Avec ses cadres, ses militants et ses nombreuses organisations satellites, entraînant bientôt derrière elle les masses populaires, la Résistance communiste est présentée comme le fer de lance du combat contre l’occupant depuis les premiers jours de l’été 1940 jusqu’à la Libération. Sa stratégie d’action directe aboutit à « l’insurrection nationale victorieuse, impulsée par la classe ouvrière42 ». Les faiblesses de l’argumentation, les partis pris et les oublis sont à la fois nombreux et évidents43 : rien n’est dit notamment des tentatives de reparution de l’Humanité en 1940 et des ambiguïtés initiales de la direction du parti. Plus largement, en comparaison des organisations communistes, toutes les autres voient leur rôle réduit à la portion congrue. La Résistance est tout entière appréhendée à travers le prisme des rapports de classe : à la classe ouvrière, par nature insoumise, et à la petite bourgeoisie patriote s’opposent les élites vautrées dans la collaboration et le vichysme. De Gaulle constitue une cible de choix. Entouré de cagoulards et de réactionnaires, garant des intérêts des possédants, il renie la Résistance, trahit la Libération et incarne, in fine, le triomphe du « pétainisme sous une autre forme44 ».

38Exemplaire d’un mouvement de fond déjà à l’œuvre avant lui, le travail de Dautry et Pastor souligne combien l’histoire de la Résistance a pu être, très vite, instrumentalisée à des fins politiques et mémorielles. Les études résistantes devenaient ainsi un vaste champ de bataille idéologique.

  • 45 « Françoise Bruneau » (Yvette Gouineau), Essai d’historique du Mouvement né autour du journal clan (...)

39Au même moment, une troisième tendance de cette histoire balbutiante commence à s’affirmer. En 1951, « Françoise Bruneau » fait en effet paraître son Essai d’historique du mouvement né autour du journal clandestin Résistance45. Cette étude fouillée, dont le titre résume bien les difficultés qu’il y a à qualifier avec précision cette histoire, mérite elle aussi attention. Elle inaugure d’abord le genre de la monographie. Ce coup d’essai échappe, le fait est notable, au contrôle de la CHOLF et précède la publication de ses propres travaux. L’optique retenue ici n’est pas, contrairement aux titres mentionnés jusque-là, de proposer une synthèse globale sur la Résistance mais, plus modestement, d’apporter un éclairage particulier sur une organisation précise. Le champ d’investigation, en se spécialisant, se réduit. Avec une conséquence de taille : cette tendance aiguise les concurrences car la tentation de dépeindre son organisation sous un jour favorable, en vue de lui assurer une place de choix au panthéon de la Résistance, est grande. Or, la concurrence des histoires induit inévitablement un risque de morcellement de l’événement. D’autre part, cette entreprise éditoriale, portée par d’anciens militants du mouvement Résistance, est le fruit d’une élaboration collective ; « Françoise Bruneau » n’est ici qu’un porte-parole. Au cœur du dispositif, les témoins sont directement impliqués dans l’écriture d’une histoire qui fut, avant tout, la leur. De fait, la conjonction témoin-historien se trouvait, une fois encore, réaffirmée.

  • 46 On songe par exemple à l’étude concernant l’OCM menée par un ancien du mouvement, Arthur Calmette, (...)

40Cette position épistémologique qui consiste à écouter, à entendre et surtout à associer les acteurs-témoins aux travaux en cours, sera constamment défendue par Henri Michel. Elle triomphe avec les articles de la Revue d’Histoire de la Deuxième guerre Mondiale, les volumes de la collection des PUF « Esprit de la Résistance »46 ou encore les études régionales de la collection « La Libération de la France » chez Hachette, fréquemment confiées à d’anciens résistants de premier plan.

41Que retenir de cette période intermédiaire, incertaine, à la lisière de l’histoire qui se fait et de l’histoire qui s’écrit ? À coup sûr sa très grande fécondité du point de vue des pratiques historiennes.

42La décision de fusionner, à la fin de l’année 1951, la CHOLF avec le Comité d’histoire de la guerre, et la création du Comité d’histoire de la Deuxième guerre mondiale qui en découle, marquent sans doute un tournant majeur sur le plan institutionnel. Ce regroupement était gage d’efficacité accrue. Mais sur le plan, autrement important, des objectifs poursuivis et des pistes ouvertes, les choses paraissent beaucoup moins tranchées.

43Très tôt en effet, les acteurs ont perçu l’importance et même l’urgence qu’il y avait à fixer un cadre chronologique et conceptuel à leur action. Les questionnements, les méthodes et les enjeux relatifs à l’écriture d’une histoire de la Résistance ont été forgés sur le tas dès la période de la clandestinité et mis en chantier dans les années qui suivirent la Libération. C’est bien dans ces laboratoires que contenus et modalités de la production historienne prirent forme.

44Le parallèle entre cette phase initiale d’élaboration d’une histoire de la Résistance et les débuts de la clandestinité est frappant : même inorganisation, même foisonnement, même absence de modèle auquel se référer, mêmes expérimentations tâtonnantes, même sortie des limbes… Navigant à vue, contraints d’inventer et de bricoler, les pionniers de la recherche historique n’ont jamais cessé d’interroger leurs pratiques.

45Mais surtout, les premières esquisses produites imprimèrent une marque durable, un pli profond qui perdurèrent longtemps. L’instrumentalisation de l’histoire à des fins politiques, la concurrence des mémoires, la centralité des témoins, la difficulté à produire des synthèses et la tendance à la monographie furent autant de traits qui caractérisèrent le champ des études résistantes au sortir de la guerre. C’est seulement à partir de la fin des années soixante-dix et dans la décennie suivante qu’un virage méthodologique commença à s’opérer avec la remise en cause progressive de la manière dont cette histoire avait été initiée. Ces critiques contre un modèle hérité furent virulentes et parfois injustes. Elles visèrent en particulier la place, jugée démesurée, accordée aux témoins et la naïveté qui pouvait en découler. Mais ceci est, assurément et sans jeu de mots, une autre histoire.

Notes

1 Christian Pineau, La simple vérité, 1940-1945, Paris, éd. Phalanx, 1983, p. 89 (1re éd. : Julliard, 1960).

2 Voir Jules Meurillon, Julien Léonard. Un résistant ordinaire éditeur clandestin de Libération (1940-1945), ouvrage publié à compte d’auteur en 2000 et consultable à la Bibliothèque nationale de France. Cet exemple est emprunté à Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, éd. du Seuil, coll. « L’Histoire en débats », 2005, p. 51.

3 Note du Lieutenant-colonel Berthier à toutes les unités FFI du département de la Haute-Garonne en date du 2 septembre 1944 (document trouvé dans les papiers privés de Jean-Pierre Vernant, Berthier étant son pseudonyme au moment de la Libération). Toute la question est bien entendu de savoir si cette note résulte d’une initiative personnelle de Berthier-Vernant ou d’une directive plus générale émanant de l’État-major national des FFI sous les ordres du général Koenig.

4 On trouvera la version complète du discours de l’Albert Hall de Londres dans Pierre Brossolette, Résistance (1927-1943), textes rassemblés et commentés par Guillaume Piketty, Paris, éd. Odile Jacob, coll. « Opus », 1998 (p. 213-216). Pour un commentaire détaillé de son propos, on renvoie à Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse…, op. cit., p. 25-30.

5 Allocution radiophonique de Pierre Brossolette diffusée à la BBC le 22 septembre 1942. Intégralement reproduite dans Pierre Brossolette, Résistance (1927-1943)…, op. cit., p. 141-144, il y déclarait notamment au sujet de l’homme du 18 juin :
« Français ne craignez rien, l’homme est à la mesure du geste, et ce n’est pas lui qui vous décevra lorsque, à la tête des chars de l’armée de la délivrance, au jour poignant de la victoire, il sera porté tout au long des Champs-Élysées, dans le murmure étouffé des longs sanglots de joie des femmes, par la rafale sans fin de vos acclamations » (p. 144).
« Vision quasi prophétique » comme le souligne à juste titre Guillaume Piketty dans sa présentation d’un texte qu’on ne peut manquer de mettre en miroir avec la description donnée par de Gaulle lui-même de la marche triomphale du 26 août 1944 :
« Ah ! C’est la mer ! Une foule immense est massée de part et d’autre de la chaussée. Peut-être deux millions d’âmes. Les toits aussi sont noirs de monde. À toutes les fenêtres s’entassent des groupes compacts, pêle-mêle avec des drapeaux. Des grappes humaines sont accrochées à des échelles, des mâts, des réverbères. Si loin que porte ma vue, ce n’est qu’une houle vivante, dans le soleil, sous le tricolore (…) Je vais donc, ému et tranquille, au milieu de l’exultation indicible de la foule, sous la tempête des voix qui font retentir mon nom… » (Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, t. 2, L’unité (1942-1944), Paris, Plon, 1956, rééd. Plon « Volumes », 1999, p. 583).

6 Allocution radiophonique de Pierre Brossolette diffusée à la BBC le 22 septembre 1942 (Pierre Brossolette, Résistance (1927-1943)…, op. cit., p. 144).

7 Discours prononcé par Pierre Brossolette à l’Albert Hall de Londres le 18 juin 1943. Ce discours commence ainsi :
« L’Histoire de notre pays n’est qu’une suite de prodiges qui s’enchaînent : prodige de Jeanne d’Arc, prodige des soldats de l’an II, prodiges des héros de la Marne et de Verdun, voilà le passé de la France. Ma mission est ce soir de rendre hommage à ceux par le prodige desquels la France conserva un présent et un avenir, les morts de la France combattante.
De tous les morts dont la chaîne innombrable constitue notre trésor de gloire, ceux-là plus qu’aucuns autres incarneront, dans sa pure gratuité, l’esprit de sacrifice » (Pierre Brossolette, Résistance…, op. cit., p. 214).

8 Ibid.

9 « Le Témoin des Martyrs » (Louis Aragon), Le Crime contre l’Esprit, Paris, éd. de Minuit, 1943.

10 Vercors, La Bataille du Silence : souvenirs de minuit, Paris, Presses de la Cité, 1967 ; rééd., Paris, éd. de Minuit, 1992 (349 p.), p. 300.

11 « Le Témoin des Martyrs » (Louis Aragon), Le Crime contre l’Esprit…, op. cit.

12 « Jean Jacques et Roland », La Résistance française, Alger, Office français d’édition, 1944, 141 p.

13 Ibid., avant-propos, p. 9.

14 Ibid., p. 95.

15 Ibid., p. 10.

16 Le livre est dédicacé à « Charles de Gaulle, qui fut le Premier Résistant français ».

17 Ibid., p. 59.

18 Ibid., p. 10.

19 Ibid., p. 134.

20 À l’exception notable de « Mme Albrecht », évoquée page 116.

21 Ibid., p. 34.

22 Ibid., p. 44.

23 Emmanuel d’Astier de la Vigerie, Avant que le rideau ne tombe, Paris, Sagittaire, 1945, 48 p.

24 « Indomitus » (Philippe Viannay), Nous sommes les rebelles, Paris, collection Défense de l’Homme, 1945 (113 p.), p. 11.

25 Agnès Humbert, Notre guerre. Souvenirs de Résistance, Paris, éd. Émile-Paul Frères, 1946 ; rééd., Tallandier, introduction de Julien Blanc, 2004, 392 p.

26 Sur l’histoire de l’organisation du musée de l’Homme, je me permets de renvoyer à ma thèse : Julien Blanc, « Du côté du musée de l’Homme. Les débuts de la Résistance en zone occupée (été 1940-été 1941) », thèse de doctorat d’histoire sous la direction du professeur Laurent Douzou, soutenue à l’université Lyon 2 le 10 décembre 2008, 3 vol., 843 p.

27 Pierre Guillain de Bénouville, Le sacrifice du matin, Paris, Robert Laffont, 1946, 610 p.

28 Guerre qui ne se réduit pas, par parenthèse, à l’opposition binaire entre gaullistes et communistes.

29 La parution des trois volumes s’étale entre 1947 et 1951 :
Colonel Passy (André Dewavrin), 2e bureau Londres, Monte-Carlo, Raoul Solar, 1947, 236 p.
Colonel Passy (André Dewavrin), 10, Duke Street Londres, Monte-Carlo, Raoul Solar, 1948, 387 p.
Colonel Passy (André Dewavrin), Missions secrètes en France. Novembre 1942-juin 1943. Souvenirs du BCRA, Paris, Plon, 1951, 439 p. ; rééd. Paris, Odile Jacob, 2000, préface de Jean-Louis Crémieux-Brilhac, sous le titre : Souvenirs du chef des services secrets de la France Libre.

30 Jacques Soustelle, Envers et contre tout, 2 vol., t. 1, De Londres à Alger 1940-1942 ; t. 2, D’Alger à Paris 1942-1944, Paris, Robert Laffont, 1947 (471 p.) et 1950 (455 p.).

31 Jean Texcier, Écrit dans la nuit, Paris, La Nouvelle Édition, 1945, 240 p. Gabriel Cochet (Général), Appels à la Résistance lancés par le général Cochet, 1940-1941, Paris, Gallimard, 1945, 180 p. Lettres de fusillés, préface de Lucien Scheler, Paris, éd. France d’abord, 1946, 191 p. Les témoins qui se firent égorger, Paris, éd. Défense de la France, 1946. Henri Frenay, Combat, Paris, Denoël, 1946, 160 p.

32 Marc Bloch, L’étrange défaite. Témoignage écrit en 1940, Paris, Société des Éditions Franc-Tireur, 1946, 194 p., réédité chez Quarto Gallimard en 2006 dans le recueil Marc Bloch, L’Histoire, la Guerre, la Résistance, édition établie par Annette Becker et Étienne Bloch, Quarto Gallimard, 2006 (1 094 p.), p. 523.

33 Lucie Aubrac, La Résistance (naissance et organisation), Paris, Robert Lang, 1945, 114 p.

34 Les souvenirs de Résistance de Lucie Aubrac paraîtront beaucoup plus tard, en 1984, sous le titre Ils partiront dans l’ivresse : Lyon, mai 1943, Londres, février 1944, Paris, éd. du Seuil, 258 p.

35 Lucie Aubrac, La Résistance (naissance et organisation)…, op. cit., p. 9

36 On renvoie sur cet aspect aux analyses développées par Laurent Douzou dans son essai La Résistance : une histoire périlleuse…, op. cit. On se reportera notamment au chapitre 2 de l’ouvrage (« Une histoire précocement, activement et officiellement en chantier », p. 53-82).

37 « Esquisse d’une histoire de la Résistance française », Notes documentaires et études, no 225 (Première partie : « De l’armistice au débarquement allié en Afrique du Nord, juin 1940-novembre 1942 ») et 226 (Deuxième partie : « Du débarquement allié en Afrique du Nord à l’insurrection nationale, novembre 1942-août 1944 »), ministère de l’Information, Direction de la documentation, 30 et 31 janvier 1946 (14 p. et 11 p.).

38 « Esquisse d’une histoire de la Résistance française »…, op. cit., première partie, avant-propos, p. 3.

39 Henri Michel, Histoire de la Résistance (1940-1944), Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1950, 127 p.

40 Ibid., p. 125.

41 Jean Dautry et Louis Pastor, Histoire de la Résistance. De la drôle de paix à la drôle de guerre. De la drôle de guerre à la drôle de paix, Paris, Enseignement et Culture, éd. de l’Union française universitaire, 1950, 52 p.

42 Ibid., p. 45.

43 On renvoie sur ce point à l’article de Stéphane Courtois, « Luttes politiques et élaboration d’une histoire : le PCF historien du PCF dans la Deuxième Guerre mondiale », Communisme, no 4, 1983.

44 Jean Dautry et Louis Pastor, Histoire de la Résistance…, op. cit., p. 52.

45 « Françoise Bruneau » (Yvette Gouineau), Essai d’historique du Mouvement né autour du journal clandestin Résistance, préface de Claude Bouchinet-Serreulles, Paris, SEDES, 1951, 215 p.

46 On songe par exemple à l’étude concernant l’OCM menée par un ancien du mouvement, Arthur Calmette, (L’Organisation civile et militaire, histoire d’un mouvement de Résistance de 1940 à 1946, PUF, coll. « Esprit de la Résistance », 1961, 228 p.). Quant à la monographie consacrée au mouvement Combat et publiée en 1957, elle est certes l’œuvre conjointe de Marie Granet et d’Henri Michel mais elle n’aurait pas pu être menée à son terme sans l’aide, les conseils et la surveillance étroite d’Henri Frenay (Marie Granet et Henri Michel, Combat. Histoire d’un mouvement de Résistance, de juillet 1940 à juillet 1943, Paris, PUF, coll. « Esprit de la Résistance », 1957, 330 p.).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540