Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire l’histoire de la Résistance

 | 
Laurent Douzou

Avant-propos

Victor Convert

Texte intégral

1Le colloque « Faire l’histoire de la Résistance », qui s’est tenu à Lyon les 18 et 19 mars 2008, a été organisé par la Fondation de la Résistance et l’Institut d’Études Politiques de Lyon, avec la participation du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon, qui assurait l’accueil des participants et de l’École Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines, où se tenaient les séances.

2Deuxième colloque initié par la Fondation de la Résistance, il répond à l’une de ses missions essentielles, telle que l’ont souhaité ses fondateurs : encourager les recherches historiques sur la Résistance. Il s’inscrit dans un programme d’action qui s’efforce de répondre aux besoins des acteurs de cette recherche de la façon la plus complète possible. La Fondation octroie ainsi depuis 2004 des contrats de recherche annuels pour aider des étudiants à mener à bien leur thèse sur la Résistance. Elle décerne depuis 2006 le Prix Philippe Viannay-Défense de la France, fondé par l’Association Défense de la France pour récompenser un ouvrage publié ou un travail universitaire inédit. Elle a pendant quatre ans co-dirigé la préparation du Dictionnaire historique de la Résistance (Laffont, 2006), dont les principaux auteurs appartiennent à son Comité historique et pédagogique.

3C’est dans le but de stimuler de nouvelles recherches après l’état des lieux formulé dans le Dictionnaire, qu’elle a décidé de tenir en province, à échéances régulières, des colloques scientifiques cumulant une approche nationale, voire internationale et des études de cas régionales. Car tout comme la Résistance a surgi de toutes les régions de France, c’est partout en France que le vivier des chercheurs d’aujourd’hui et de demain se trouve. Après une première rencontre, organisée en 2005 à Saint-Amand-Montrond sur La répression à l’été 1944, ce colloque représente donc la deuxième étape de cette entreprise, dans la ville qui, avant Paris, fut pendant un temps la « capitale de la Résistance ».

4Pourquoi ce sujet « Faire l’histoire de la Résistance » nous a-t-il paru prioritaire ? Parce que les questions de mémoire ont une place aujourd’hui centrale en France, que la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale a fait son entrée dans les programmes scolaires, que les documentaires et fictions sur cette période – et spécialement la Résistance – abondent. En même temps qu’ils suscitent un intérêt du public dont on ne peut que se réjouir, ils réactivent aussi des craintes d’un retour à une vision chargée de mythologie aux dépens du travail d’histoire. C’est pourquoi retracer les efforts entrepris dès la Libération par les historiens pour rendre compte de cette expérience singulière que fut la Résistance nous a semblé important, afin de mieux mesurer les difficultés auxquelles ils ont dû faire face et la façon dont leur travail a pu, peu à peu, façonner la mémoire collective.

5Le professeur Laurent Douzou a bien voulu assumer la direction scientifique du colloque, en s’entourant d’un conseil scientifique composé de Jean-Marie Guillon, Pierre Laborie, François Marcot, Guillaume Piketty, Jacqueline Sainclivier, tous membres du Comité historique et pédagogique de la Fondation, et de Bruno Leroux, directeur historique de la Fondation.

6La Fondation se réjouit particulièrement de l’audience dont a bénéficié cette rencontre et de l’intérêt manifesté par un public assidu et très divers, comme l’atteste la présence de nombreux universitaires français et étrangers, professeurs de l’enseignement secondaire et étudiants, en même temps qu’un nombre important d’anciens résistants de divers réseaux et mouvements.

7Les débats ont permis de vérifier que ces derniers comprennent la légitime et inévitable distanciation de la méthode historique, tout en demeurant soucieux que celle-ci, appliquée à l’époque qu’ils ont vécue par les générations qui ont suivi, ne laisse jamais oublier les contingences factuelles de temps et de lieu, de chance et de malchance, de courage et de trahison, de succès ou d’échecs, de joies et de deuils, qui ont marqué charnellement à jamais leur combat à la fois douloureux et glorieux.

8La Fondation tient à remercier ses partenaires co-organisateurs ainsi que toutes les institutions qui ont encouragé la tenue de cette manifestation en lui apportant un appui précieux : la région Rhône-Alpes, le département du Rhône, la ville de Lyon, l’université de Lyon 2 et l’équipe RESEA du Laboratoire de Recherche historique Rhône-Alpes. Tous ces concours ne peuvent que la pousser à continuer dans la voie lui permettant de s’affirmer comme un lieu de rencontre permanent entre chercheurs de toutes générations.

Auteur

Préfet, directeur général de la Fondation de la Résistance

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540