Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire du risque

 | 
David Niget
, 
Martin Petitclerc

Troisième partie. La fabrique de la civilité. Le risque criminel dans la modernité industrielle et avancée

L’enfance irrégulière et le gouvernement du risque

David Niget

Texte intégral

  • 1 Perrot, M. (1975). « Délinquance et système pénitentiaire en France au XIXe siècle », Annales. His (...)

1Pour l’historien qui se penche sur les archives judiciaires, les traités criminologiques et les discours sur le crime qui abondent au XIXe siècle, le langage du risque est omniprésent. Parce que le crime est devenu un fait social à travers la statistique criminelle et morale, les enquêtes sociales déterminant des « classes dangereuses », ou encore la prison comme laboratoire des savoirs sur la criminalité, il est énoncé non plus seulement comme un fait individuel résultant d’une faute morale, mais comme un risque social : à la fois déterminé par des conditions sociales données et menaçant l’ordre social à venir. À ce titre, il doit faire l’objet de politiques préventives de gestion des risques. Le risque criminel, essentialisé par les experts du crime au XIXe siècle, est un fait objectif, alors que les savoirs sur le crime sont encore dénués de toute perspective réflexive et comportent, au contraire, une capacité de prophétie créatrice à travers la stigmatisation de certaines populations. Comme le relève Michelle Perrot dans un article programmatique, « l’interférence du “discours” et du “fait” criminels » représente un obstacle à l’analyse, « l’un et l’autre constituent le réel et il est sans doute vain de se demander qui précède l’autre, tant ils s’enchevêtrent1 ».

  • 2 Dean, M. (1999). Governmentality: Power and Rule in Modern Society, Londres, Sage, p. 177.
  • 3 Foucault, M. (1975). Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard. Pour dépasser (...)
  • 4 Burchell, G., C. Gordon et P. Miller (1991). The Foucault Effect: Studies in Governmentality, Chic (...)
  • 5 Foucault, M. (1999). « Cours du 19 mars 1975 », Les Anormaux. Cours au Collège de France (1974-197 (...)

2Aussi est-il inutile de vouloir opposer une analyse « réaliste » du crime à une approche constructiviste. Il importe, pour l’historien, de s’intéresser à la « fabrique du crime » dans une perspective d’analyse du langage et des pratiques du pouvoir. C’est tout l’intérêt du concept de gouvernementalité, forgé par Michel Foucault, et repris par de nombreux auteurs pour désigner les modalités selon lesquelles le pouvoir désigne des situations ou populations « à risque » de manière à les rendre gouvernables2. La criminologie critique, depuis les années 1970, ainsi que l’historiographie du crime se sont inscrites dans cette démarche de déconstruction des catégories de l’intervention pénale, de décryptage politique des dispositifs de traitement pénal des questions sociales. Cependant, les références à Foucault se sont bien souvent arrêtées à la lecture de Surveiller et punir, qui décrit la dimension « disciplinaire » des politiques pénales et pénitentiaires3. Au-delà de cette œuvre majeure, le philosophe a aussi pensé l’émergence des dispositifs libéraux de gouvernement en dehors de la prison4, au sein des familles notamment, et au plus près de l’enfance, dont il fait, dans Les anormaux, un objet stratégique de généralisation des savoirs psychiatriques des XIXe et XXe siècles5. C’est sur cette partie du travail de Foucault, liée à la question du risque et de son gouvernement, que nous voudrions nous pencher ici.

  • 6 Dean, M. (1999). Governmentality, op. cit., p. 178.
  • 7 Artières, P. (2000). Le livre des vies coupables : autobiographies de criminels, 1896-1909, Paris, (...)

3Dans cette perspective, insister sur la nature du risque importe peu ; car il s’agit plutôt de s’interroger sur sa mise en forme, qui permet de l’analyser de manière réflexive, comme l’a indiqué Mitchell Dean6. D’abord, on peut s’interroger sur les savoirs qui le rendent pensable, savoirs sériels comme la statistique, la sociologie ou l’épidémiologie ; savoirs casuistiques issus de la médecine, de l’anthropologie criminelle, de la psychiatrie et, au XXe siècle, du travail social. De plus, il faut penser les techniques qui dévoilent le risque, la clinique et ses déclinaisons, les calculs probabilitaires et les enquêtes sociales, les interrogatoires ou les entretiens, jusqu’aux procédés de « mise en écriture » des individus7. Assemblage de techniques, il importe de s’interroger sur les dispositifs technologiques, ou institutions qui cherchent à domestiquer les risques, de la prison à la réinsertion sociale, des politiques de prévention hygiénistes à la veille sanitaire, du paupérisme aux assurances sociales. Enfin, il s’agit de réfléchir au type de rationalité politique qui déploie le risque et aux usages qu’elle en fait dans son entreprise de justification de son propre pouvoir, du premier libéralisme au welfare, jusqu’au libéralisme « avancé » contemporain.

  • 8 Foucault, M. (2004). Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, (...)
  • 9 « Dans la société du risque, le passé perd sa fonction déterminante pour le présent. C’est l’aveni (...)

4Nous nous pencherons ici sur les nouvelles catégories de gouvernement qui se cristallisent, de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, autour de la question de la jeunesse dangereuse et en danger. Au tournant du XXe siècle, dans le bouillonnement d’une nouvelle rationalité du risque découlant d’une criminologie désormais structurée, la jeunesse est constituée à la fois en danger et en ressource, alors qu’elle avait été partiellement écartée des théories pénales au XIXe siècle, au nom de son irresponsabilité. Il s’agit d’abord, dans les mots de l’époque, d’assurer la « défense sociale » contre la marée montante d’une contestation populaire violente incarnée par la jeunesse, dont on requalifie (et disqualifie) une partie de ses protagonistes en criminalisant leur comportement au nom de leur « dangerosité » plus que de la gravité objective des faits commis. Mais, dans le même temps, la jeunesse devient une ressource, car, selon une vision téléologique, les politiques pénales acculturées aux technologies du risque pensent pouvoir éradiquer ou circonscrire la délinquance en la traitant à la source, tout en faisant œuvre d’utilitarisme social en livrant à la société libérale une jeunesse adaptée aux nécessités de l’économie capitaliste. Productive plus que répressive, cette entreprise de gouvernement du risque criminel ne repose plus strictement, comme au XIXe siècle, sur une intervention dissuasive et disciplinaire. Elle entend mettre en œuvre des dispositifs articulant contrainte et responsabilisation, en s’appuyant sur les ressources sociales du jeune délinquant, en réhabilitant son « milieu » social, de manière à susciter l’autonomie et la rectitude du sujet-citoyen en genèse qu’est l’enfant ou l’adolescent. Plus encore, à travers l’enfance se dessine une biopolitique des populations qui règle les corps et normalise les psychismes, avec la montée en puissance de l’expertise médicale, pédagogique et psychologique8. Ainsi, ces politiques pénales hybrides délaissent l’idée d’une justice sanctionnatrice ou réparatrice, caractéristique de sociétés qui articulent le passé au présent, pour envisager leur action dans le présent en fonction des dangers à venir, de manière à les prévenir ou à les atténuer9.

5Nous voudrions montrer comment l’enfant devient, dans la première moitié du XXe siècle, un objet central de la rationalité gouvernementale, à partir d’exemples principalement issus du cas belge, qui est un bon laboratoire de ce gouvernement du risque criminel. L’enfant ou l’adolescent est l’objet d’interventions multiples, légales et normatives, qui conjuguent l’action des élites traditionnelles misant sur la bienfaisance et les régulations communautaires, mais aussi de nouvelles élites dont l’autorité se fonde sur l’expertise des technologies sociales et cliniques. L’enfant devient un objet légitime de colonisation du social au nom de sa « protection », à cause des risques qu’il encourt ou de ceux qu’il fait encourir à la société libérale.

Protéger la société, protéger la jeunesse

6Le champ de la « protection de la jeunesse » se structure à la fin du XIXe siècle, dans un contexte de développement généralisé de politiques sociales, véritable aggiornamento de la doctrine libérale classique. Effervescence du social, la production législative est intense dans tous les pays industrialisés jusqu’à la Première Guerre mondiale : hygiénisme, droit social, réglementation du travail, droit civil, politiques scolaires… Après les initiatives philanthropiques ponctuelles du XIXe siècle, se dessine alors une véritable politique de l’enfance et de la jeunesse. Les motivations en sont certes généreuses – elles se présentent comme telles pour asseoir leur légitimité, endossant les habits anciens de la bienveillance philanthropique –, mais, surtout, les attentes sont immenses, conformes à une philosophie politique utilitariste, qui entend faire de l’enfance un instrument de fabrication du social. Les « réformateurs », ces ingénieurs du social, nourrissent de grandes espérances à l’égard de la jeunesse populaire, qui incarne à la fois la nation politique et le corps économique en genèse, à une époque où l’avenir devient progressivement une question à gérer dans le présent, ouvrant un large espace de régulations propre aux sociétés modernes.

  • 10 Donzelot, J. (1994). L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Se (...)
  • 11 Deleuze, G. (2005). « L’ascension du social. Postface », dans J. Donzelot (dir.), La police des fa (...)
  • 12 Voir aussi Dean, M. (1999). Governmentality: Power and Rule in Modern Society, Londres, Sage, p. 1 (...)

7Jacques Donzelot a bien montré comment, dans un tel contexte, la famille devenait un cadre d’intervention privilégié du gouvernement, à la lisière du public et du privé, capable d’agencer les apparentes contradictions du libéralisme économique et politique, en faisant la promotion de la solidarité10. Deleuze, dans sa postface à la Police des familles, insiste sur cette hybridité du social, où la famille est « simultanément l’occasion d’une décharge de l’État libéral et la cible ou la charge de l’État interventionniste11 ». Les politiques familiales relèvent bien de cette gouvernementalité décrite par Foucault, qui autonomise la famille comme cadre de socialisation et de gestion primaire des ressources économiques, mais en fait, dans le même mouvement, un objet d’intervention sur la société susceptible d’être observé, encadré, corrigé, au nom même de la protection de l’enfance12.

  • 13 Laborier, P. et P. Lascoumes (2005). « L’action publique comprise comme gouvernementalisation de l (...)
  • 14 Giddens, A. (1994). Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.
  • 15 Niget, D. (2012). « État, familles et citoyenneté : protection de la jeunesse et espace public, XI (...)

8Cette « gouvernementalisation de l’État13 » et des politiques publiques va de pair avec une nouvelle rationalité du risque qui place l’enfant en son cœur. Plus qu’un « fléau social », métaphore qui avait caractérisé le premier XIXe siècle, le risque social est alors conçu, dans la modernité, comme un avatar de la société industrielle, et doit donc, à ce titre, être pris en charge de manière positive, ou systématique14. De ce fait, la jeunesse n’est plus simplement considérée comme une population vulnérable qu’il s’agit de protéger des dangers qui la menacent, elle est conçue comme un capital humain encourant des risques, et qu’il s’agit de faire fructifier au moyen de politiques hygiénistes, pédagogiques, sociales, voire pénales. En ce sens, le risque juvénile n’est plus simplement une menace, mais aussi un élément de production du sujet moderne, un sujet autonome et prudent, un sujet soumis à l’ordre politique et économique, menacé, en cette fin de siècle, par les idéologies socialistes, d’une part, et la crise économique d’autre part. Ainsi, une politique de la jeunesse ne consiste pas seulement en une série de mesures dirigées vers une partie fragile de la population tel que le XIXe siècle avait pu le mettre en œuvre, mais bien un outil pour produire un corps social conforme aux nécessités conjointes de la démocratie et de l’économie capitaliste, selon une volonté de projection dans l’avenir et d’amélioration des structures sociales. Dans cette perspective, le législateur entend désormais bien protéger et encadrer la jeunesse pour donner naissance au « citoyen responsable » et au « travailleur utile » de demain15.

  • 16 Guignard, L. (2010). « Sonder l’âme des criminels : expertise mentale et justice subjective au tou (...)
  • 17 Debuyst, C., F. Digneffe et A.P. Pires (1998). Histoire des savoirs sur le crime et la peine. Tome (...)
  • 18 Elle obtient un succès international immédiat et durable par l’intermédiaire de l’Union internatio (...)
  • 19 Beirne, P. (1993). Inventing Criminology: Essays on the Rise of Homo Criminalis, Albany, State Uni (...)

9Protection et encadrement de la jeunesse s’inscrivent également dans la mise en forme d’un nouvel ordre pénal, sous l’antienne de la « défense sociale ». Le crime étant devenu un « fait social total », sous la plume de Quetelet d’abord et de Durkeim à la fin du siècle, il est à la fois un phénomène normal et prédictible, qui invite à une déclinaison des politiques pénales entre répression et prévention. En outre, l’expertise médico-légale en matière psychiatrique a ouvert la voie, depuis les années 1820, à la prise en considération de la subjectivité du criminel16. Tirant partie de ce double héritage, la doctrine de la défense sociale, élaborée par le pénaliste belge Adolphe Prins à la fin du XIXe siècle dans le sillage du juriste allemand von Liszt17, relève d’une volonté de socialisation, d’une part, et de subjectivation du droit pénal classique d’autre part18. Cette doctrine témoigne du basculement de paradigme d’une conception libérale du droit, qui évalue les faits criminels et les sanctionne proportionnellement à leur gravité, à une conception préventive s’attachant au repérage du criminel et à son traitement. Ce n’est donc plus le danger immédiat qui prime dans l’évaluation de la criminalité, mais la « dangerosité » du criminel lui-même, c’est-à-dire la probabilité, scientifiquement évaluée par la criminologie et la statistique pénale, qu’un individu menace l’ordre social dans un avenir plus ou moins proche. Sur le plan des peines, on bascule d’un système libéral de rétribution (tel illégalisme « vaut » telle peine), un système supposé égalitaire fondé sur la responsabilité du délinquant, à un système de prévention, plus heuristique mais discriminatoire. La défense sociale articule ainsi causes sociales du crime et traitement individualisé du criminel. Le lien entre ces deux modalités est établi par l’opération de médicalisation de la délinquance, promue par la première criminologie. Dégénérescence et hérédité fondent une étiologie qui lie environnement social et comportement individuel déviant, en considérant les antécédents familiaux comme des facteurs de risque criminel19. Le crime devient donc à la fois un fait social et un comportement pathologique (chez Lombroso, mais aussi Lacassagne), étiologies à priori disjointes mais reliées par une hérédité définie comme une théorie du milieu social. Surtout, cette doctrine pénale place la filiation criminelle à la croisée des regards du criminologue, de l’expert psychiatre et du magistrat.

10Dans un tel contexte, où la prévention des risques criminels prime sur la répression des crimes et délits, l’enfant et l’adolescent deviennent les cibles légitimes et privilégiées d’une intervention pénale prédictive et socialement efficiente, visant à endiguer la criminogenèse. Le répertoire médical de la contagion s’associe à celui des statistiques pour désigner l’enfant comme l’objet premier des politiques pénales, ainsi que l’explique Prins dans un ouvrage largement diffusé :

  • 20 Prins, A. (1910), La défense sociale, op. cit., p. 148-149.

« Pour être efficace, l’intervention doit s’exercer dès l’enfance. C’est alors que des influences mystérieuses décident de la vie, et que, dans l’intensité de la circulation moderne, les ferments malsains agissent avec rapidité. La statistique de tous les pays établit que les œuvres de rédemption des délinquants adultes sont vaines et illusoires parce qu’elles sont entreprises tardivement20. »

11D’exception à la règle pénale, le mineur devient un exemple du processus de socialisation du droit, ce qui n’empêche pas que naissent alors des tensions inhérentes aux règles différenciées de ces deux champs, droit pénal et droit social. L’hybridation des deux systèmes achoppe sur des questions comme celles de la responsabilité, de la liberté (droits de la défense), de l’égalité (l’individualisation des peines impliquant un traitement discriminatoire).

  • 21 Ewald, F. (1986). L’État-providence, Paris, Grasset, p. 411-416.

12D’une part, comme l’analyse F. Ewald, la défense sociale, fondée sur une politique de gestion des risques sociaux, n’entend plus dire le droit en fonction d’une attribution des responsabilités pénales issue d’une investigation quant à la causalité des crimes et délits, mais bien régler les facteurs de risque criminel à l’aune d’un repérage social fourni par les sciences sociales et la corrélation statistique. Fondée sur le calcul probabilitaire et les statistiques inférentielles, la gestion des risques criminels relève d’un régime de preuve scientifique et donc d’un rapport aux causes du crime complètement opposé à celui qui a cours au sein du monde judiciaire21. La volonté de dévoiler les motifs du passage à l’acte est supplantée par une étiologie de facteurs criminogènes disparates, dont l’âge est un des premiers marqueurs. De ce fait, c’est plus la présomption de dangerosité que le danger lui-même qui fait de l’enfant un sujet pénalisable. Si, à l’égard des adultes, la défense sociale entend préserver le principe de la responsabilité individuelle, qu’elle replacera dans un contexte social, les mineurs, déclarés « irresponsables » par les nouvelles législations pénales, constituent un terrain sans obstacle pour l’application de politiques préventives, selon lesquelles l’augure d’une menace criminelle – même subjective – prime sur le constat objectif du danger. Malgré tout, le sujet responsable n’est pas effacé au profit d’une justice qui ne serait que spéculative : ce qui compte pour la défense sociale, c’est bien le but à atteindre, en l’occurrence la responsabilisation plus que la responsabilité. En somme, la prise en compte, à la fin du XIXe siècle, des processus sociaux et pathologiques qui engendrent la criminalité, au nom d’une nouvelle rationalité du risque, inscrit la temporalité criminelle au cœur des politiques pénales, qui deviennent des outils de gestion de l’avenir dans le présent.

  • 22 Ibid., p. 406-407.

13D’autre part, la défense sociale n’entend plus se référer à la notion politique d’égalité, mais bien gérer les inégalités en réduisant les risques qu’elles engendrent. Non seulement l’inégalité ne doit plus être corrigée, mais elle apparaît même comme un appel à une intervention plus appuyée à l’égard des « anormaux », les individus qui s’écartent de la norme établie conjointement par la statistique et la clinique22. Alors, prévenir les risques individuels qui menacent la cohésion sociale aboutit également à considérer de manière pragmatique l’utilité sociale des anormaux dans les limites que ces individus incarnent. Ainsi, les jeunes délinquants sont considérés comme des anormaux qu’il s’agit de protéger et de récupérer, selon un système de « préservation sociale », dit Prins.

  • 23 Prins, A. (1910). La défense sociale, op. cit., p. 163.

« Nous […] pouvons réduire les frais généraux de l’administration sociale, explique-t-il, mettre en valeur les résidus sociaux et veiller à ce que la perte de force soit réduite au minimum. Un organisme inférieur peut être utile pourvu qu’on parvienne à l’adapter à une fonction inférieure23. »

  • 24 Dupont-Bouchat, M.-S. et E. Pierre (dir.) (2001). Enfance et justice au XIXe siècle. Essais d’hist (...)
  • 25 François, A. (2008). « Une phalange de collaborateurs pour “une tâche de cœur” : les délégués à la (...)

14Une mesure phare de cette politique de défense sociale est la création, de manière synchronique, d’institutions judiciaires spécialisées pour mineurs dans la plupart des pays industrialisés24. Ce qui caractérise ces nouvelles instances judiciaires, c’est la mise en œuvre d’un ensemble de mesures qui consistent tant à préserver les mineurs qu’à protéger la société, où le répressif n’exclut pas le préventif mais où ces deux aspects se confortent, selon une nouvelle « stratégie pénale » nourrie par des sciences du crime en plein essor mais aussi par les technologies du social. Ainsi, le tribunal pour enfants réactive la figure tutélaire et paternelle du juge, idéal-type du pouvoir charismatique, tout en adossant le tribunal à un dispositif social, la « probation », ou « liberté surveillée », tenue par les premiers travailleurs sociaux, incarnation d’un pouvoir à la fois plus empathique et utilitariste qui promeut la prise en charge familiale et l’autonomisation du sujet délinquant25. Dans cette perspective, « protéger » la jeunesse, c’est aussi protéger la société, en agissant non seulement sur sa sécurité immédiate, mais surtout en préparant l’avènement de sa pacification.

15Ainsi, de la même manière que la question sociale est réglée par la socialisation du risque, la question criminelle, importante dans l’imaginaire social et politique de la fin du XIXe siècle, est traitée par une politique pénale de défense sociale, qui établit des facteurs sociaux de risque criminel et tente de les neutraliser par une politique pénale qui se distingue du droit libéral. Cependant, cette abstraction du crime en facteurs sociaux n’exclut pas une approche extrêmement individualisante, fondée non plus seulement sur les statistiques pénales, mais sur l’étude de l’homo criminalis. Ainsi, la défense sociale articule protection sociale et normalisation individuelle. Surtout, cette doctrine introduit la rationalité du risque au cœur des politiques pénales, en proposant de prendre en charge un avenir jugé menaçant dans le présent même des sociétés. De ce fait, l’enfance en devient une cible privilégiée, d’autant plus légitimement que sa responsabilité pénale est, depuis longtemps, évacuée au nom de son immaturité. Irresponsable, l’enfant à risque est aussi considéré comme un « incorrigible », que les pratiques sociales d’éducation n’ont pas pu discipliner.

L’invention de l’incorrigible

16Incarnation de cet homo criminalis, le jeune criminel inspire d’autant plus d’appréhension que l’on pense alors que son irrégularité engendrera le crime sur plusieurs générations, comme l’indique le préambule de la Statistique judiciaire de la Belgique, en 1900 :

  • 26 En 1900, il s’agit des 16-20 ans.
  • 27 Statistique judiciaire de la Belgique, 1900, p. XL.

« Dans le long cortège des gens de tous âges qu’une première condamnation amène devant les tribunaux, un groupe apparaît menaçant pour la société : c’est celui des jeunes, de ceux qui, ayant atteint l’âge de la responsabilité pénale, n’ont pas celui de la majorité civile26. Ce sont ceux-là que la récidive guette ! C’est de leur sein surtout que sortiront ces incorrigibles, ces collectionneurs de condamnations qui ne semblent vivre que pour nuire à leurs semblables. C’est donc contre eux que la société doit diriger ses plus grands efforts27. »

17Ainsi, la perception du danger criminel ne vient plus exclusivement de la figure du meurtrier ou du voleur patenté, mais du jeune délinquant, dont le méfait est bénin mais dont on présage la dangerosité. Mais alors que le terme d’« incorrigible » désigne d’abord les récidivistes invétérés, son usage va migrer vers la justice des mineurs, comme catégorie d’infraction infrapénale désignant un comportement d’insoumission plus que des méfaits précis. D’épithète, incorrigible devient un nom, essentialisant cet état qui tend à incarner l’archétype du jeune délinquant et justifie la spécialisation de la justice des mineurs.

18À la régularité statistique de la mesure de la récidive, les théoriciens de la défense sociale ajoutent l’impossibilité d’agir sur la volonté des jeunes soumis à l’empire du milieu criminel, comme l’indique Prins :

  • 28 Prins, A. (1910). La défense sociale, op. cit., p. 147-148.

« L’enfant défectueux et indigent ne résiste pas au fleuve du vice qui roule incessamment et charrie avec lui des épaves toujours plus nombreuses. Fatalement, il est entraîné, incapable de réussir à l’école ou à l’atelier, il entre fatalement en conflit avec les lois et finit par tomber à la charge de la société comme mendiant, vagabond ou délinquant28. »

19Dès lors, la défense sociale impose de traiter ces situations criminogènes en agissant en même temps sur le jeune délinquant et sur sa famille, soit en encadrant cette dernière et en la plaçant sous surveillance, soit, faute de mieux, en séparant le jeune d’une famille jugée inapte. Ainsi, sous la plume des juristes réformateurs, l’incorrigibilité se distingue du simple problème pénal (la récidive) pour devenir une question sociale et morale de prévention des dangers qu’incarne l’enfant.

20À mesure que l’incorrigibilité est définie comme un problème comportemental, la question de la violence se place au cœur des préoccupations des politiques pénales de la jeunesse. Mais la définition de la violence se transforme sous la rationalité du risque. Selon la nouvelle doctrine de la défense sociale, le statut et le traitement de la violence juvénile se trouvent modifiés. Dès lors que la responsabilité pénale se tempère devant le risque social, la rupture disparaît entre une violence exercée et une violence subie par l’enfant, ces phénomènes n’étant que les deux faces d’un même problème social. Dans le discours des réformateurs, on parle indifféremment d’enfant « en danger » et d’enfant « dangereux ». Une même législation protège les enfants de la violence et réprime leurs actes violents, indiquant bien, de la sorte, que ce n’est pas l’intention criminelle qui alerte, mais l’exposition du sujet à des facteurs de risque.

  • 29 Imprudences liées à l’environnement urbain : s’accrocher aux tramways ou aux véhicules, traverser (...)
  • 30 Dans un précédent article, nous avons considéré, pour la période 1912-1945, d’une part, le cas de (...)

21En outre, la perception de la violence se modifie : elle est moins révélée par la brutalité des faits que pressentie dans l’augure d’un danger à venir. Ces prémisses de la violence se manifestent, pour les observateurs sociaux du début du siècle, par des comportements juvéniles turbulents bien que sans gravité immédiate. Alors que dans les tribunaux pour enfants, qui n’ont pas adopté les préceptes de la défense sociale, à savoir la création de motifs d’inculpation spécifiques à l’incorrigibilité, à l’éducabilité ou au comportement indocile des jeunes, les faits de violence interpersonnelle constituent plus de 15 % de l’activité judiciaire ; ces affaires ne concernent qu’une infime minorité des affaires portées devant les tribunaux disposant d’outils de défense sociale ou de socialisation judiciaire. A contrario, une grande partie (de 30 à 40 %) des motifs d’intervention de la justice des mineurs socialisée relève de prises de risques29, de troubles à la paix publique, d’errance, d’insoumission domestique30. De fait, les familles, progressivement acclimatées à la visée éducative d’une justice des mineurs qui se présente comme leur alliée, en deviennent alors les principales pourvoyeuses. Dès lors, on peut conclure que les tribunaux spécialisés ont procédé à une forme de requalification des actes violents sous la forme de l’incorrigibilité, en même temps qu’à une extension des critères qui définissent cette violence. Ainsi, l’objet de cette politique de contention de la violence masculine ne relève plus seulement d’une volonté de pacifier les communautés, mais d’inviter l’individu à se discipliner tout en préservant son capital corporel (notamment par la prévention des prises de risques), témoignant aussi, ici, d’une régulation d’ordre biopolitique.

  • 31 Hannah-Moffat, K. et P. O’Malley (2006). « Gendered risks: An introduction », Gendered Risks, New (...)
  • 32 François, A. (2008). Guerres et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judi (...)
  • 33 Lombroso, C. et G. Ferrero (1896). La femme criminelle et la prostituée, Paris, F. Alcan.
  • 34 Cette biopolitique s’applique d’autant plus fermement sur ces corps juvéniles qu’ils sont considér (...)

22Si l’incorrigible masculin est le jeune violent ou turbulent, l’indisciplinée féminine est incarnée par la délinquante sexuelle. Il existe une mise en forme genrée des risques, qui s’appuie sur les rôles sexués et contribue, en retour, à modifier ces rôles31. Devant la justice des mineurs, les délits sexuels, commis majoritairement par des jeunes filles, sont convertis en problèmes éducatifs et comportementaux, sous l’étiquette de l’« inconduite » ou encore de cette même catégorie extensive d’« incorrigibilité ». Et de la même manière que pour la violence masculine, la justice des mineurs, au début du XXe siècle, substitue une prise en charge massive des comportements sexuels jugés transgressifs à un traitement pénal jusqu’alors très restreint des infractions à caractère sexuel devant la justice ordinaire32. Ce procédé de mise en forme du risque sexuel relève de la même rationalité que l’appréhension de la violence masculine : une sexualité irrégulière constituerait les prolégomènes de la criminalité féminine, selon un déterminisme déjà tracé par Lombroso33. Mais, plus encore, la criminalisation des comportements sexuels des jeunes filles relève, sous l’impulsion des travailleurs sociaux et avec l’appui des experts médecins, d’une volonté de maîtrise des populations, qu’il s’agisse de promouvoir des politiques natalistes familialistes, de contrôler la dissémination des maladies vénériennes ou encore de déjouer la loi biologique de la dégénérescence, théorie de la criminogenèse héritée du XIXe siècle34.

  • 35 François, A. et V. Massin (2008). « Ces “virus ambulants”. Discours et pratiques à l’égard des fil (...)
  • 36 Foucault, M. (1976). Histoire de la sexualité. T. 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, p. 1 (...)

23L’enjeu biopolitique, fondement de la gouvernementalité foucaldienne, apparaît ici clairement sous l’angle du genre. Relativement épargnées par la justice criminelle au XIXe siècle, les jeunes filles entrent sous la loupe des criminologues au tournant du XXe siècle et font l’objet d’une intervention accrue de la part d’une justice des mineurs qui fait une large place au contrôle de la sexualité, relevant à la fois d’une entreprise de régulation des affects et d’une politique hygiéniste, voire eugéniste35. Ce biopouvoir, pouvoir sur la vie, relève de la gouvernementalité, en liant de manière hybride gouvernement de soi et gouvernement du corps national, en scrutant une sexualité juvénile à la fois suspecte et stratégique, en permettant l’exercice de l’autorité dans un cadre libéral, comme l’a montré Foucault36.

  • 37 Les statistiques criminelles, au contraire des statistiques judiciaires, sont centrées sur l’indiv (...)
  • 38 Gould, S.J. (1983). La mal-mesure de l’homme. L’intelligence sous la toise des savants, Paris, Ram (...)

24Finalement, ce que recouvre cette catégorie de l’incorrigible, c’est une nouvelle appréhension du danger criminel, révélée à la fois par les statistiques pénales et criminelles37, mais aussi par l’expertise médicale sur le crime. Il ne s’agit plus de traiter les cas extrêmes, d’éliminer les monstres, mais bien de repérer des comportements déviants ordinaires qui menacent de devenir des dangers futurs plus graves, de prendre en charge les simples déviants, à la lisière du normal et du pathologique, selon une conception de la norme qui diffère de la loi par son caractère de gradation, dont on peut mesurer les écarts et non plus simplement l’inclusion ou l’exclusion38. La jeunesse incorrigible est la matrice de cette politique de gouvernement des populations, non seulement parce qu’elle est une sous-population stratégique sur laquelle agir préventivement, mais parce qu’elle est constituée en paradigme heuristique pour les sciences du psychisme en plein essor. Cette nouvelle étiologie de la déviance trouve alors son autorité, sa légitimité et son utilité dans la mise en œuvre de multiples expertises scientifiques qui se déploient spécifiquement en direction de la jeunesse.

L’essor des expertises

  • 39 Dean, M. (1999). Governmentality, op. cit., p. 22.
  • 40 Rose, N. (1993). « Government, authority and expertise in advanced liberalism », Economy and Socie (...)

25L’expertise a été l’outil par lequel les sociétés industrielles ont cherché à objectiver, mettre en forme et traiter les risques, qu’ils soient sanitaires, technologiques ou sociaux39. Les experts, à la fois savants et acteurs des politiques publiques, ont permis, comme l’indique Nikolas Rose, d’articuler libéralisme et autorité dans l’exercice du pouvoir40. En effet, le libéralisme posait un certain nombre de problèmes au gouvernement des populations tout en lui assignant des limites, alors que la régulation spontanée des problèmes sociaux s’avérait difficile, voire impossible. D’où le rôle crucial de l’expertise dans l’exercice du pouvoir, qui apportait l’autorité de la science, établie par des modalités technologiques complexes mais aussi par le primat philosophique de la raison et de son rapport à la vérité. De plus, l’expertise a permis de penser la liberté individuelle dans le cadre collectif de la société, et de justifier la mise en place d’une « conduite des conduites », c’est-à-dire la conjonction des politiques de solidarité et d’encadrement des masses avec la promotion de régulations constitutives du sujet moderne, autonome et responsable. Risques collectifs et risques individuels sont alors pensés de manière complètement imbriquée.

  • 41 Cette école « classique » trouve son origine dans les réformes pénales proposées par Cesare Beccar (...)
  • 42 Chauvaud, F. (2000). Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aub (...)
  • 43 Garland, D. (1985). Punishment and Welfare. A History of Penal Strategies, Aldershot, Gower, p. 17

26L’expertise s’est également imposée au nom de la dangerosité des problèmes qu’elle prenait en charge, en particulier dans le domaine pénal. C’est bien parce que la justice pénale s’est avérée incapable de distinguer, à travers la démarche du droit libéral de l’école « classique41 », les facteurs de risque que présentaient les différentes formes de criminalité que l’expertise médico-légale a pu revendiquer une place dans la recherche de la vérité judiciaire et dans le champ du traitement pénal42. Il s’agissait tout autant de libérer le criminel accidentel – et inoffensif – du joug d’un pouvoir arbitraire en le réinsérant dans la société et en misant sur sa capacité à s’autodiscipliner que d’entraver autoritairement et durablement le criminel dangereux jugé inamendable. Et alors que le droit libéral, issu des réformes pénales de la fin du XVIIIe siècle, avait exclu l’enfant de son champ d’application en décrétant son irresponsabilité, les savoirs sur l’enfance et la jeunesse replacent l’enfance au cœur des politiques pénales à la fin du XIXe siècle43. Les catégories d’expertise associées à la jeunesse « incorrigible » ont ainsi joué un rôle crucial dans ce mouvement pénal préventif.

  • 44 L’expression est de Ellen Key, féministe suédoise dont l’ouvrage éponyme, publié en 1900 et tradui (...)
  • 45 Foucault, M. (1963). Naissance de la clinique, Paris, Presses universitaires de France.
  • 46 Foucault, M. (1999). Les anormaux. Cours au Collège de France (1974-1975), Paris, Seuil/Gallimard, (...)
  • 47 Pour une histoire critique de ces mesures, et de leurs usages abusifs, voir Gould, S.J. (1983). Op (...)
  • 48 Richardson, T.R. (1989). The Century of the Child: The Mental Hygiene Movement and Social Policy i (...)

27En outre, l’enfance a offert un terrain particulièrement fertile à l’expertise, constituant une ressource épistémologique pour les sciences du psychisme en plein essor. Une armée d’experts se penche alors sur le sort de l’enfant et de l’adolescent, définissant, à travers son incomplétude, à travers sa vulnérabilité, ses troubles et sa dangerosité, un espace d’intervention sociale dans lequel se glisser. Dans ce « siècle de l’enfance44 » qui s’ouvre alors, les experts investissent le territoire de la jeunesse et y puisent les ressources nécessaires à l’élaboration d’un savoir neuf qui s’interroge sur la constitution du sujet, entre hérédité, psychisme et socialité. Plus qu’un objet d’étude, l’enfance devient un paradigme : regarder l’enfant, c’est aussi envisager l’enfance du regard, comme l’a évoqué Michel Foucault dans Naissance de la clinique45. Ainsi, cet intérêt porté très tôt par les experts au champ de l’enfance est également à mettre en rapport avec ce rôle prépondérant qu’a joué l’enfance dans la légitimation de la psychiatrie, à partir du moment où, comme l’explique encore Foucault, elle devient « le filtre à analyser les comportements » : « C’est en prenant l’enfance comme point de mire de son action, à la fois de son savoir et de son pouvoir, que la psychiatrie est arrivée à se généraliser46. » Au-delà de l’enfance, c’est l’« infantilité » qui est constituée en problème par les psychiatres, puis par les psychologues et pédagogues, ce dont rend compte de manière exemplaire l’établissement d’une échelle de l’intelligence mesurant l’« âge mental47 ». L’état d’enfance permet d’atteindre la genèse de la « personnalité », ses soubassements et, à ce titre, de travailler sur la temporalité des risques pathologiques, dont on puise les prémisses dans le passé pour les projeter dans l’avenir. Qu’il s’agisse d’hygiène publique ou mentale, ou encore de prophylaxie pénale, des savoirs neufs, médecine, psychiatrie et psychologie naissante, ou encore sociologie et criminologie, orientent les politiques publiques vers l’enfance, considérée comme une matrice épistémologique, mais aussi comme un puissant levier d’action sur la société, car l’enfance est un outil d’articulation de la temporalité du risque48.

  • 49 Le premier institut médico-pédagogique judiciaire ouvre à Chicago en 1909, sous la direction du Dr (...)
  • 50 Wets, P. (1928). L’enfant de justice : quinze années d’application de la Loi sur la protection de (...)
  • 51 Rouvroy, M. (1933-1934). « La clinique psychologique belge de la protection de l’enfance », Revue (...)
  • 52 Christiaens, J. (1999). De geboorte van de jeugddelinquent (België 1830-1930), Bruxelles, VUB Pres (...)
  • 53 Archives du royaume à Beveren (ARB), COG Mol 2000, Jaarverslagen (en bijhorende stukken) : rapport (...)

28Loin de se contenter d’un corpus théorique, l’expertise a contribué à modifier l’écologie institutionnelle dans le champ de la protection de l’enfance et à l’orienter vers une politique de gestion des risques. Précurseur, l’État belge constitue un modèle de cette expertise préventive49. Ouvert en 1913, l’Observatoire central de Mol émane d’une véritable volonté politique qui découle du programme de « défense sociale » lancé dans les années 1890. Faisant l’objet d’un investissement public important, il est alors conçu comme un laboratoire psychopédagogique et a joui, jusque dans les années 1940, d’une réputation mondiale50. Le directeur, Maurice Rouvroy, ancien instituteur voué à cette nouvelle expertise, vante cette « clinique de psychologie appliquée à l’éducation et à la rééducation immédiates des sujets51 ». La fonction de ce centre est plurielle : s’il lui incombe d’abord d’évaluer individuellement les cas qui lui sont soumis par le juge ou par l’administration centrale de protection de l’enfance, l’observation est aussi un gisement de savoirs sur l’inadaptation juvénile. De ce fait, l’institution s’inscrit dans une démarche préventive, tant sur le plan individuel que collectif52. En effet, les rapports annuels de l’Observatoire, articulant causes individuelles et sociales de la délinquance, constituent une mine d’informations censées orienter les politiques publiques de protection de la jeunesse53.

29L’évaluation des cas, qui s’étale sur trois mois en moyenne, procède par étapes, selon une démarche scientifique agençant observation et classification, diagnostic et pronostic. Pendant une première phase d’observation diagnostique, on procède à un examen médical, somatique, neurologique et psychiatrique élaboré ; on mesure ensuite les aptitudes scolaires et professionnelles des jeunes. La seconde phase d’observation, en pavillons, déploie différentes méthodes de recherche, dans la durée : rédaction, dessins, entretiens individuels, ainsi que l’observation in vivo. En fin de parcours, l’observation est corroborée par un second examen pratiqué dans le laboratoire de psychopédagogie, fierté de l’institution. On y pratique divers tests, sensoriels, de perception, de concentration et d’attention, de mémoire, de faculté d’association, d’imagination, mais surtout des tests d’intelligence, dont « le Binet-Simon » constitue la référence. Il s’agit ainsi de pronostiquer l’« éducabilité » des mineurs, leurs capacités futures à acquérir un niveau de savoir et de compétences conforme à leurs dispositions mentales, quand bien même les circonstances sociales les auraient, jusqu’alors, entravés dans cette assimilation.

  • 54 De Koster, M. (2007). « Tot maat van het recht. De vroege ontwikkeling van de wetenschap van het o (...)

30La médicalisation de la délinquance juvénile s’exprime à travers la nosographie utilisée dans les rapports d’observation de Mol : des catégories médicales et psychiatriques font leur entrée, renouvelées, dès l’entre-deux-guerres, par les prémices de la psychologie appliquée à l’enfant irrégulier. Cependant, la complexité des moyens d’analyse laisse la place à une typologie finale extrêmement sommaire, qui témoigne véritablement des fins utilitaristes de l’expertise, chargée de dépister la dangerosité des sujets. Les jeunes sont alors regroupés en quatre grandes familles : « irréguliers médicaux », « irréguliers psychiques », « irréguliers sociaux » et « irréguliers moraux ». Cette dernière catégorie persiste à s’appliquer à une grande majorité des mineurs : 60 à 80 % d’entre eux en relèvent principalement54. Ainsi, la perspective de l’observation s’appuie encore, dans l’entre-deux-guerres, sur le triage préventif : dépister les symptômes d’inadaptation sociale et de dangerosité pour appliquer, le cas échéant, une mesure de mise à l’écart prophylactique. L’avenir est encore conçu comme une menace, mais il va progressivement être considéré de manière positive, comme une promesse ou un pari, grâce à l’usage de principes plus éducatifs et l’affermissement de la psychologie infantile au détriment d’une psychiatrie qui reste marquée par les thèses de la dégénérescence.

  • 55 Niget, D. (2011). « Le genre du risque. Expertise médico-pédagogique et délinquance juvénile en Be (...)

31En effet, les institutions correctives adoptent, après la Seconde Guerre mondiale, des objectifs de responsabilisation des jeunes délinquants. La nouvelle posture de la rééducation consiste à rechercher les conditions de l’autonomie plutôt que de rendre les jeunes dépendants de l’institution et « inadaptés » à la vie sociale. L’institution d’observation pour jeunes filles de Saint-Servais, pendant féminin de Mol ouvert en 1921, place, à compter des années 1930, le self-government au cœur de son projet pédagogique55. Les jeunes sont incitées à prendre en charge leurs propres conflits au sein de conseils d’élèves, voire à statuer entre elles de manière disciplinaire. Individuellement, les filles sont invitées à former un projet professionnel qui les protégera de la dépendance économique, mais aussi un projet affectif, lorsqu’une relation amoureuse, souvent considérée comme une menace par la justice ou les parents, est reformulée sous les atours d’un projet de couple qui pourrait donner lieu à la fondation d’une famille à la majorité de la jeune fille. La correspondance amoureuse et même de chastes visites dominicales sont ainsi favorisées dans l’institution. On mesure bien ici comment l’institution, plutôt que de réprimer des conduites immorales, cherche à canaliser le désir des sujets de manière à le rendre socialement productif et moralement conforme. La psychologie s’inscrit bien alors dans un projet de « conduite des conduites », en mobilisant le sujet plus qu’en le réprimant. En outre, la démarche éducative est alors conçue comme un risque nécessaire, un pari sur l’avenir du jeune misant sur son autonomie.

  • 56 Caprasse, C. (1966). La section spéciale dans le cadre de l’établissement d’observation et d’éduca (...)
  • 57 Shorter, E. (2009). Before Prozac. The Troubled History of Mood Disorders in Psychiatry, Oxford, O (...)

32Cependant, l’évolution des modalités d’expertise médico-psychologique vient contredire la volonté affichée de responsabilisation. En effet, le déclin des tests psychométriques au profit des « techniques projectives », dont le test de Rorschach est l’emblème, cherchant à dévoiler la subjectivité des sujets, produit des effets paradoxaux. La parole et, par là même, le libre arbitre des individus deviennent sujets à caution, car ce ne sont plus la volonté et la responsabilité qui comptent dans l’évaluation, mais les méandres du subconscient, qui agissent, à couvert, dans le psychisme des jeunes. Une nouvelle étiologie de la violence naît sous cette technologie émergente des tests projectifs, une étiologie de l’invisible, une menace de la violence latente qu’il s’agit, pour l’institution, de prédire et de dominer. La conjonction de cette problématisation nouvelle de la violence et de la découverte, dans les années 1950, des neuroleptiques et antidépresseurs va accroître encore l’écart entre volonté de responsabilisation et d’autonomisation des jeunes et modalités de dépistage et de traitement de la violence juvénile. Une « section spéciale » est ouverte à Saint-Servais en 1959, où l’on traite « les cas les plus difficiles » parmi les jeunes filles, dont un tiers sont signalées comme étant « associables, agressives, révoltées56 ». L’Halopéridol, neuroleptique développé en 1957 par la firme belge Janssen, et emblème de la camisole chimique dont l’antipsychiatrie dénoncera les abus57, entre dans la thérapie quotidienne de ces élèves insoumises. Ainsi, la responsabilisation se conjugue avec la normalisation à Saint-Servais, où les jeunes internes sont conviées à contrôler leurs affects et à planifier leurs projets de réinsertion, mais continuent de buter sur ce savoir expertal opaque, aliénant, qui les place toujours et encore en position de subordination et d’insécurité au sein de l’institution. Ainsi, l’expertise agence subtilement autonomie et contrainte en se fondant sur une technologie du risque qui justifie son action au nom d’une spéculation sur l’avenir.

Conclusion

  • 58 Rose, N. (1993). « Government, authority and expertise in advanced liberalism », Economy and Socie (...)

33En nous appuyant sur l’exemple de la Belgique, qui fut à la fois modèle et carrefour d’influences transnationales, nous désirions montrer comment les politiques de protection de l’enfance deviennent, du tournant du XXe siècle aux Trente Glorieuses, un outil gouvernemental de réduction des risques criminels et sociaux. L’enfance représente à la fois un levier d’intervention sociale et une ressource épistémologique pour les expertises du risque, tout en constituant un lieu privilégié de construction du sujet libéral, autonome, responsable et utile. Il apparaît en effet que de nombreuses technologies de gestion des risques prennent pour objet l’enfance : les politiques pénales informées par la criminologie naissante cernent les foyers de dangerosité dans la population des jeunes ; les politiques sociales en plein essor mobilisent la famille comme soutien de l’intervention de l’État et reconfigurent l’articulation entre sphères privée et publique au nom de l’enfance ; les expertises médico-pédagogiques centrent sur le sujet juvénile leurs politiques de prévention et de traitement des déviances, tout en se ressourçant sur le plan épistémologique et clinique autour du sujet infantile constitué en matrice. Tout un appareil institutionnel et technique se met en place pour encadrer et émanciper l’enfant, selon une dialectique du pouvoir qui s’agence entre autorité et libéralisme, et dont le risque constitue la rationalité58.

  • 59 Douglas, M. (1994 [1992]). Risk and Blame: Essays in Cultural Theory, Londres, Routledge, p. 48-49
  • 60 Beck, U. (2000). « Risk society revisited: Theory, politics and research programmes », dans B. Ada (...)

34Plus généralement, l’expertise acquiert une autorité indiscutable alors qu’elle entend faire de l’avenir la justification de l’action dans le présent. Il ne s’agit plus, dès lors, d’un calcul ou d’une projection des facteurs de risque, mais d’un usage rhétorique et politique du risque, dont la jeunesse est devenue le vecteur par excellence. Les experts de l’enfance accèdent ainsi, dans les années 1950-1960, à l’acmé de leur pouvoir, et vont contribuer, pour une grande part, à la dépénalisation de la justice des mineurs. Néanmoins, cette autorité est aujourd’hui contestée, alors que ces experts, nouveaux prédicateurs du risque, se sont multipliés et sont concurrencés par d’autres formes de discours sur l’avenir (médiatique, managérial, politique59). Et l’expertise, dont la fonction première était de produire un savoir qui soit source de sécurité, à la fois bien-être et contrôle social, contribue aujourd’hui paradoxalement, par son action même, à façonner de nouveaux risques qu’elle doit ensuite, en boucle, prendre en charge60.

Notes

1 Perrot, M. (1975). « Délinquance et système pénitentiaire en France au XIXe siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 30, no 1, p. 80.

2 Dean, M. (1999). Governmentality: Power and Rule in Modern Society, Londres, Sage, p. 177.

3 Foucault, M. (1975). Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard. Pour dépasser cette lecture restrictive de l’ouvrage, voir Lascoumes, P. (2007). « Surveiller et punir, laboratoire de la problématique de la gouvernementalité : des technologies de surveillance pénitentiaire à l’instrumentation du pouvoir », dans M. Cicchini et M. Porret (dir.), Les sphères du pénal avec Michel Foucault. Histoire et sociologie du droit de punir, Lausanne, Antipodes, p. 19-28.

4 Burchell, G., C. Gordon et P. Miller (1991). The Foucault Effect: Studies in Governmentality, Chicago, University of Chicago Press.

5 Foucault, M. (1999). « Cours du 19 mars 1975 », Les Anormaux. Cours au Collège de France (1974-1975), Paris, Gallimard/Seuil, p. 275-303.

6 Dean, M. (1999). Governmentality, op. cit., p. 178.

7 Artières, P. (2000). Le livre des vies coupables : autobiographies de criminels, 1896-1909, Paris, Albin Michel ; Artières, P. (2006). « Les palimpsestes de l’expert. Écritures du rapport d’expertise en matière criminelle à la fin du XIXe siècle », Sciences de la société, vol. 67, p. 32-43.

8 Foucault, M. (2004). Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard/Seuil.

9 « Dans la société du risque, le passé perd sa fonction déterminante pour le présent. C’est l’avenir qui vient s’y substituer. » Beck, U. (2008 [2001). La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Flammarion, p. 61.

10 Donzelot, J. (1994). L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Seuil, p. 123-125.

11 Deleuze, G. (2005). « L’ascension du social. Postface », dans J. Donzelot (dir.), La police des familles, Paris, Éditions de Minuit, p. 217.

12 Voir aussi Dean, M. (1999). Governmentality: Power and Rule in Modern Society, Londres, Sage, p. 127.

13 Laborier, P. et P. Lascoumes (2005). « L’action publique comprise comme gouvernementalisation de l’État », dans S. Meyet, M.-C. Naves et T. Ribémont (dir.). Travailler avec Foucault. Retours sur le politique, Paris, L’Harmattan, p. 37-62.

14 Giddens, A. (1994). Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

15 Niget, D. (2012). « État, familles et citoyenneté : protection de la jeunesse et espace public, XIXe-XXe siècles », dans P. Bastien, D. Fyson et T. Nootens (dir.), Justice et espace public. Europe – Amérique du Nord (à paraître).

16 Guignard, L. (2010). « Sonder l’âme des criminels : expertise mentale et justice subjective au tournant des années 1860 », Revue d’histoire des sciences humaines, vol. 22, no 1, p. 99-116.

17 Debuyst, C., F. Digneffe et A.P. Pires (1998). Histoire des savoirs sur le crime et la peine. Tome II : La rationalité pénale et la naissance de la criminologie, Montréal et Bruxelles, Presses de l’Université de Montréal, Presses de l’Université d’Ottawa et De Boeck Université, p. 287-297.

18 Elle obtient un succès international immédiat et durable par l’intermédiaire de l’Union internationale de droit pénal, fondée en 1889. Prins A. (1910). La défense sociale et les transformations du droit pénal, Bruxelles, Misch et Thron ; Tulkens, F. (1988). « Adolphe Prins et la défense sociale », dans F. Tulkens (dir.). Généalogie de la défense en Belgique (1880-1914), Bruxelles, Story-Scientia.

19 Beirne, P. (1993). Inventing Criminology: Essays on the Rise of Homo Criminalis, Albany, State University of New York Press.

20 Prins, A. (1910), La défense sociale, op. cit., p. 148-149.

21 Ewald, F. (1986). L’État-providence, Paris, Grasset, p. 411-416.

22 Ibid., p. 406-407.

23 Prins, A. (1910). La défense sociale, op. cit., p. 163.

24 Dupont-Bouchat, M.-S. et E. Pierre (dir.) (2001). Enfance et justice au XIXe siècle. Essais d’histoire comparée de la protection de l’enfance, 1820-1914. France, Belgique, Pays-Bas, Canada, Paris, Presses universitaires de France.

25 François, A. (2008). « Une phalange de collaborateurs pour “une tâche de cœur” : les délégués à la protection de l’enfance (Belgique, 1912-1949) », Histoire et Sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, vol. 25-26, p. 212-225.

26 En 1900, il s’agit des 16-20 ans.

27 Statistique judiciaire de la Belgique, 1900, p. XL.

28 Prins, A. (1910). La défense sociale, op. cit., p. 147-148.

29 Imprudences liées à l’environnement urbain : s’accrocher aux tramways ou aux véhicules, traverser des voies de chemin de fer, s’introduire imprudemment dans des espaces industriels pour y jouer, se baigner dans des carrières désaffectées, etc. Voir Niget, D. (2009). La naissance du tribunal pour enfants. Une comparaison France-Québec, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 260-278.

30 Dans un précédent article, nous avons considéré, pour la période 1912-1945, d’une part, le cas de la France, dont la justice des mineurs est peu spécialisée, et d’autre part, les cas du Québec et de la Belgique, dont les tribunaux pour enfants sont autonomes et dotés de motifs d’intervention spécifique (« incorrigibilité », « inconduite »). Niget, D. (2008). « L’émeutier et l’indiscipliné. De la rétribution pénale à la prévention des risques sociaux. France, Canada, Belgique, première moitié du XXe siècle », dans A. Follain et al., La violence et le judiciaire du Moyen Âge à nos jours : discours, perceptions, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 277-290.

31 Hannah-Moffat, K. et P. O’Malley (2006). « Gendered risks: An introduction », Gendered Risks, New York, Routledge-Cavendish, p. 1-29.

32 François, A. (2008). Guerres et délinquance juvénile (1912-1950). Un demi-siècle de pratiques judiciaires et institutionnelles envers des mineurs en difficulté, Université catholique de Louvain, Thèse de doctorat en Histoire (inédite), p. 107-109, 112-114.

33 Lombroso, C. et G. Ferrero (1896). La femme criminelle et la prostituée, Paris, F. Alcan.

34 Cette biopolitique s’applique d’autant plus fermement sur ces corps juvéniles qu’ils sont considérés comme des vecteurs plus puissants des maladies contagieuses ou d’une hérédité dangereuse du fait d’une activité sexuelle jugée incontrôlable. Niget, D. (2011). « Dangereuses victimes. La peur des jeunes filles “irrégulières” de la Traite des blanches à l’invention des neuroleptiques (Belgique, 1880-1960) », dans F. Chauvaud (dir.), L’ennemie intime. La peur : perceptions, expressions, effets, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 177-190. Sur l’influence persistante, au XXe siècle, des travaux de Benedict Augustin Morel, théoricien de la dégénérescence, voir Coffin J.-C. (2003). La transmission de la folie : 1850-1914, Paris, L’Harmattan, p. 231-247.

35 François, A. et V. Massin (2008). « Ces “virus ambulants”. Discours et pratiques à l’égard des filles de justice atteintes de maladies vénériennes », Revue belge d’histoire contemporaine, vol. XXXVIII, nos 3-4, p. 379-405.

36 Foucault, M. (1976). Histoire de la sexualité. T. 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, p. 191-193.

37 Les statistiques criminelles, au contraire des statistiques judiciaires, sont centrées sur l’individu dangereux et non sur l’activité pénale. À compter de 1898, on indique, dans la statistique belge, une série de facteurs qui prédisposeraient au crime : non seulement l’âge et le sexe, comme l’avait indiqué Quetelet dans ses travaux, mais aussi des comportements particuliers, comme l’alcoolisme et les « mauvaises mœurs », interprétation morale de l’état civil. Tixhon, A. (1997). « Les statistiques criminelles belges du XIXe siècle : du crime au criminel. De la société à l’individu. Le chiffre au service de l’État », Déviance et société, vol. 21, no 3, p. 237-239.

38 Gould, S.J. (1983). La mal-mesure de l’homme. L’intelligence sous la toise des savants, Paris, Ramsay, p. 175-234.

39 Dean, M. (1999). Governmentality, op. cit., p. 22.

40 Rose, N. (1993). « Government, authority and expertise in advanced liberalism », Economy and Society, vol. 22, no 3, p. 283-299. Voir aussi: Rose, N. (1996). « Governing “advanced” liberal democraties », dans A. Barry, T. Osborne et N. Rose (dir.), Foucault and Political Reason: Liberalism, Neo-Liberalism and the Rationalities of Government, Londres, Routledge, p. 46-47.

41 Cette école « classique » trouve son origine dans les réformes pénales proposées par Cesare Beccaria dans Des délits et des peines (1764), doctrine caractérisée par sa perspective légaliste et utilitariste.

42 Chauvaud, F. (2000). Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier Montaigne.

43 Garland, D. (1985). Punishment and Welfare. A History of Penal Strategies, Aldershot, Gower, p. 17.

44 L’expression est de Ellen Key, féministe suédoise dont l’ouvrage éponyme, publié en 1900 et traduit en anglais en 1909, a reçu un succès mondial et fut une œuvre influente dans le développement des politiques « maternalistes ».

45 Foucault, M. (1963). Naissance de la clinique, Paris, Presses universitaires de France.

46 Foucault, M. (1999). Les anormaux. Cours au Collège de France (1974-1975), Paris, Seuil/Gallimard, p. 287.

47 Pour une histoire critique de ces mesures, et de leurs usages abusifs, voir Gould, S.J. (1983). Op. cit. ; Pâquet, M. et J. Boivin (2007). « La mesure fait loi. La doctrine de l’hygiène mentale et les tests psychométriques au Québec pendant l’entre-deux-guerres », Canadian Historical Review, vol. 88, no 1, p. 149-179.

48 Richardson, T.R. (1989). The Century of the Child: The Mental Hygiene Movement and Social Policy in the United States and Canada, Albany, State University of New York Press, p. 9-15.

49 Le premier institut médico-pédagogique judiciaire ouvre à Chicago en 1909, sous la direction du Dr William Healy. Ce dernier s’inspire des travaux pionniers du psychologue Stanley-Hall et entend mettre en œuvre une étude globale des antécédents des jeunes délinquants afin de « dépasser les notions de bien et de mal » et de lever le voile sur « les processus mentaux » à l’œuvre chez les jeunes. Tanenhaus, D.S. (2004). Juvenile Justice in the Making, Oxford, Oxford University Press, p. 144-148. Voir encore Jones, K. (1999). Taming the Troublesome Child. American Families, Child Guidance, and the Limits of Psychiatric Authority, Cambridge, Harvard University Press.

50 Wets, P. (1928). L’enfant de justice : quinze années d’application de la Loi sur la protection de l’enfance, Bruxelles, Association internationale pour la protection de l’enfance, p. 166. Voir également Fry, M.S. (1924). « A Belgian psychological laboratory », The Howard Journal, p. 121-129.

51 Rouvroy, M. (1933-1934). « La clinique psychologique belge de la protection de l’enfance », Revue belge de pédagogie, vol. XV, p. 143.

52 Christiaens, J. (1999). De geboorte van de jeugddelinquent (België 1830-1930), Bruxelles, VUB Press, p. 316.

53 Archives du royaume à Beveren (ARB), COG Mol 2000, Jaarverslagen (en bijhorende stukken) : rapports annuels disponibles pour 1930-1989, rapports nos 35-86. Voir aussi De Koster, M. et D. Niget (2010). « Risk and gender in medical and psychological discourses on juvenile delinquency in 20th-century Belgium », Society for the History of Children and Youth Conference, Berkeley, University of California, 10 juillet 2010.

54 De Koster, M. (2007). « Tot maat van het recht. De vroege ontwikkeling van de wetenschap van het ontspoorde en criminele kind in het Centrale Observatiegesticht in Mol (1913-1941) », dans N. Bakker et al., Kinderen in gevaar. De Geschiedenis van pedagogische zorg voor risicojeugd, Assen, Van Gorcum, p. 94-119.

55 Niget, D. (2011). « Le genre du risque. Expertise médico-pédagogique et délinquance juvénile en Belgique au XXe siècle », Histoire@Politique. Politique, culture, société, 14, <http://www.histoirepolitique.fr>.

56 Caprasse, C. (1966). La section spéciale dans le cadre de l’établissement d’observation et d’éducation de l’État de Saint-Servais, Ministère de la Justice, Office de la protection de la jeunesse, Centre de formation et de perfectionnement des cadres, p. 1 et 8.

57 Shorter, E. (2009). Before Prozac. The Troubled History of Mood Disorders in Psychiatry, Oxford, Oxford University Press, p. 186.

58 Rose, N. (1993). « Government, authority and expertise in advanced liberalism », Economy and Society, vol. 22, no 3, p. 286.

59 Douglas, M. (1994 [1992]). Risk and Blame: Essays in Cultural Theory, Londres, Routledge, p. 48-49.

60 Beck, U. (2000). « Risk society revisited: Theory, politics and research programmes », dans B. Adam, U. Beck et J. Van Loon (dir.), The Risk Society and Beyond. Critical Issues for Social Theory, Londres, Sage, p. 216-218.

Auteur

Chercheur postdoctoral et enseignant à l’Université catholique de Louvain (Centre d’histoire du droit et de la justice). Il y coordonne un programme de recherche pluridisciplinaire sur l’histoire de la jeunesse et de la violence et travaille actuellement sur les expertises dans le champ de la protection de la jeunesse, dans une perspective transnationale. Il a publié La naissance du tribunal pour enfants. Une comparaison France-Québec (2009). Récemment, il a codirigé un ouvrage consacré à l’histoire de l’expertise à l’égard des déviances juvéniles.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search