Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire du risque

 | 
David Niget
, 
Martin Petitclerc

Troisième partie. La fabrique de la civilité. Le risque criminel dans la modernité industrielle et avancée

Le « Gros Village » et la Métropole

Constructions réciproques du crime, du danger et du risque à Québec et à Montréal, du milieu du XIXe siècle aux années 19201

Donald Fyson
Traduction de Agathe Goscha

Texte intégral

  • 1 Texte traduit par Agathe Goscha.
  • 2 « ALARMING – We have almost been ashamed to publish the statements of arrests by the Police at Mon (...)

« ALARMANT – Nous sommes presque gênés de publier le relevé des arrestations effectuées par la police de Montréal et de Québec pour l’année se terminant en date du 31 décembre dernier. 4 376 à Montréal et 3 983 à Québec, soit près de 1 habitant sur 12 dans chacune de ces villes ! Il faut supposer cependant que ces données incluent les personnes qui ne sont de passage en ville que pour leurs affaires… On aimerait connaître le nombre des arrestations pour le “District de Québec” à l’extérieur de la ville. Il faut continuer à espérer que, lorsque nous irons à la campagne, nous serons toujours au Canada, celui d’avant la “marche de l’intelligence”, “a civilisation” et “le progrès” dont on nous parle tant. En ce qui concerne Québec et Montréal, l’espoir n’est quasiment plus permis. Nous lisons dans un journal de Washington du début du mois cette opinion fondée sur un fait isolé présumé : “Le Canada doit être un pays très immoral.” Nous sommes indignés par cette allégation et étions prêts à la contredire ; mais qu’est-on censé répondre maintenant… ? »
Quebec Gazette, cité dans le Mercury, 21 janvier 18472.

  • 3 Assemblée nationale, Québec, Débats reconstitués : <www.assnat.qc.ca/Archives/Debats-reconstitues/rd12l3se/index/seance.asp ?se=110124>.

« Je ne sais si cela dépend de la police ou de l’administration de la justice dans la province, mais Montréal est devenue une des villes les plus dangereuses du monde entier, non seulement au Canada. Tous les ans des crimes y sont impunis. Il faut voir le mal et y apporter remède. » Armand Lavergne, avocat de Québec et homme politique nationaliste et conservateur, à l’Assemblée législative, 24 janvier 19113.

  • 4 « Criminal Quebec », dans W. Wood (dir.) (1931). The Storied Province of Quebec: Past and Present,(...)

« Le Québec moderne n’est pas une ville du crime, comme chacun s’en rendra compte en regardant sa vie, en assistant à ses tribunaux, ou en examinant les statistiques. Même en incluant les plus petites infractions aux règlements municipaux, il n’y eut que 1 800 condamnations les douze derniers mois sur 133 000 habitants, soit 1 sur 75, ou 1,33 %. Les crimes majeurs ont été extrêmement peu nombreux. »
Colonel William Wood, ancien président de la Literary and Historical Society of Quebec, 19314.

  • 5 The Axe, 23 mars 1923, p. 1.

1Comme ces citations le montrent clairement, l’image véhiculée par les deux principales villes du Québec, Québec et Montréal, hauts lieux du crime et du danger, évolue considérablement du milieu du XIXe au début du XXe siècle. Au milieu du XIXe siècle, ces deux villes sont représentées par les élites locales, qui contrôlent la presse et la sphère publique, comme des lieux dangereux, d’immoralité et de crimes. Au début du XXe siècle, il en va tout autrement. Montréal maintient bien sa réputation de métropole de la débauche et du crime, d’endroit dangereux pour ses habitants – « la pire ville de l’Amérique », « l’égout de l’Amérique du Nord », comme l’écrit en 1923 le rédacteur d’un journal à scandale de Montréal5. Québec, quant à elle, est devenue entretemps un endroit tranquille, jouissant d’une bonne réputation de pureté morale, regagnant ainsi ses titres de « Vieille capitale » (ainsi la dénommait-on de plus en plus dans la presse montréalaise) et de « Gros Village » du mythe populaire.

2Quel rapport tout cela a-t-il avec le « risque » ? Dans les citations en exergue, on perçoit difficilement un quelconque souci du calcul anticipé que plusieurs théoriciens considèrent être au cœur du risque. Pourtant, la Gazette tout comme William Wood s’appuient explicitement sur les statistiques criminelles non seulement pour recenser le nombre de crimes commis, mais aussi pour calculer le taux de criminalité de certains groupes de population en particulier, en l’occurrence les habitants des villes de Québec et Montréal. Lavergne, pour sa part, pose la question du danger en termes classiques de résolution de problème. Voici autant d’indices, comme nous le verrons, qui nous aident à bien situer ces citations sur la voie qui mène du danger au risque.

  • 6 Lupton, D. (1999). Risk, Londres, Routledge. Voir aussi Zinn, J.O. et P. Taylor-Gooby (2006). « Ri (...)
  • 7 Pour une tentative d’historiciser la société du risque de Beck en établissant des liens avec les d (...)
  • 8 Giddens, A. (1990). The Consequences of Modernity, Stanford, Stanford University Press, p. 34; Bec (...)

3Mais situons tout d’abord notre approche générale du risque au sein de la littérature scientifique, et plus particulièrement en rapport avec les principales approches socioculturelles du risque. Dans son survol du concept de risque, Deborah Lupton distingue trois principales approches socioculturelles : l’approche culturelle (illustrée par Mary Douglas), l’approche de la « modernité réflexive » (ou la « société du risque », incarnée par les travaux d’Ulrich Beck et d’Anthony Giddens) ; et l’approche de gouvernementalité (adoptée par les foucaldiens6). Parmi ces trois perspectives sur le risque, nous situons globalement notre approche dans le troisième courant, et ce, pour plusieurs raisons : l’accent que celui-ci met sur la gouvernementalité (le risque est considéré comme partie prenante d’une stratégie rationnelle de gouvernance et, par conséquent, tributaire de relations de pouvoir plus larges) ; l’attention particulière qu’il porte au risque comme un produit socialement construit, plutôt qu’une réflexion objective sur la possibilité du danger ; enfin, l’historicisation plus large du risque qu’il permet (comparativement à Beck, par exemple, dont la société du risque est un produit spécifique de la modernité avancée7). Autre source d’inspiration pour nos recherches, les réflexions générales sur la nature du risque avancées par Giddens. Ce dernier (tout comme Beck) relie le risque au développement de la modernité pour deux raisons : d’une part, « le champ immensément élargi de l’action humaine » dérivé des institutions sociales modernes et, d’autre part, « la conscience générale que l’activité humaine… est socialement créée » et non le fruit de la Nature ou de la volonté divine8.

  • 9 O’Malley, P. (2004). Risk, Uncertainty and Government, Londres, GlassHouse Press, p. 13-21.

4Comment, de fait, distinguer le risque du danger ? Il n’y a pas de réponse claire dans la littérature, le terme de risque étant relativement polysémique. Prenons comme exemple la relation entre le risque et la prédiction. Comme Pat O’Malley le souligne, aux yeux de nombreux spécialistes en gouvernementalité (notamment ceux qui s’intéressent surtout au présent ou au passé récent), le risque est inextricablement associé à l’analyse quantifiable, statistiquement calculable, contrairement au danger ou à l’insécurité, qui relèvent de décisions pragmatiques qualitatives, basées sur l’expérience et le sens commun (comme celles prises par un juge devant décider si un condamné risque de récidiver ou non9). D’un autre côté, pour Giddens, le risque implique le danger, compris comme « une menace aux résultats souhaités », mais sans qu’il s’appuie nécessairement sur la conscience du danger :

  • 10 Giddens, A. (1990). Op. cit., p. 34-35. Notre traduction.

« Il est certainement possible pour un individu d’entreprendre des actions ou de se retrouver dans des situations en soi dangereuses, sans se rendre compte du danger qu’il court10. »

  • 11 Adam, B. et J. Van Loon (2000). « Introduction: Repositioning risk; The challenge for social theor (...)
  • 12 Lupton, D. (1999). Op. cit., p. 91-95.

5Nous situons ainsi, pour notre part, la relation entre risque et danger : le risque implique l’idée d’une évaluation du danger futur, qu’elle soit quantitative ou non. Comme plusieurs auteurs l’ont fait remarquer, « l’essence du risque n’est pas qu’il se produise, mais qu’il puisse se produire11 ». De même, le passage de la dangerosité au risque est souvent présenté comme le passage d’individus ou de groupes particuliers qui sont dangereux en eux-mêmes à des individus ou des groupes ayant simplement le potentiel d’adopter un comportement indésirable, en raison de leurs caractéristiques générales12 – par exemple, les citadins et les étrangers qui retiennent l’attention de la Gazette et de Wood. Un dernier concept très utile pour notre analyse est celui des technologies du risque – les outils et les méthodes développées pour gérer le risque, entre autres l’analyse statistique et l’assurance.

6Les réflexions suivantes, encore au stade préliminaire, sont basées sur une recherche empirique très partielle. Du moins pourront-elles offrir des pistes de réflexion sur un sujet encore peu défriché. Pour commencer, nous nous intéresserons à la construction des représentations réciproques de Québec et Montréal comme lieux de danger. Nous poursuivrons en reliant cette construction à deux technologies particulières du risque directement associées à la criminalité : le dénombrement des crimes et l’assurance contre le cambriolage.

Vieille capitale et capitale du crime : visions réciproques du danger criminel

7Au milieu du XIXe siècle, comme les citations en exergue le suggèrent, Montréal et Québec jouissent toutes deux de la réputation peu enviable d’être des endroits extrêmement dangereux. À Québec, par exemple, les fréquentes émeutes et l’agitation ouvrière contribuent à forger l’image d’une ville peu sûre, à un point tel que le trafic portuaire pourrait éventuellement souffrir de la volonté des propriétaires de navires de ne plus courir le risque d’y débarquer leurs marchandises. Les émeutes à Québec sont fréquemment rapportées de manière désobligeante dans la presse montréalaise. La presse de Québec n’a pas davantage confiance dans sa propre ville. Ainsi que le déplore le Morning Chronicle en 1865 :

  • 13 Morning Chronicle, 19 août 1865. « We thought that our street experiences had given us some idea o (...)

« Nous pensions que notre expérience de la rue nous aurait donné une idée du tapage violent que Québec et ses banlieues pouvaient produire à l’occasion ; mais ce jeudi soir nous aura convaincus que nous n’avions eu jusqu’ici qu’une faible idée de ce que notre ville peut compter de vice, d’infamie et de brigandage13. »

  • 14 Hamelin, M. (dir.) (1964). Débats de l’Assemblée législative du Québec, Québec, Assemblée législat (...)

8La vision faisant de Québec un lieu dangereux conduit directement au développement d’importantes structures de prévention du crime comme la Police provinciale, fondée (de manière temporaire) en 1870 en réponse à ce climat urbain délétère et en remplacement d’une police municipale jugée inefficace. Des politiciens de l’opposition s’y opposent farouchement, tel Félix-Gabriel Marchand, qui évoque explicitement l’insécurité de la capitale : « Je suis persuadé qu’il existe à Québec une certaine classe de citoyens qui ne se sentent pas en parfaite sécurité derrière les murs de l’ancienne capitale et qui désirent se procurer, pour leur protection personnelle, une force armée à la solde de toute la province. C’est un avantage qu’à mon avis elles devraient se procurer à leurs propres frais14. »

  • 15 Morning Chronicle, 16 janvier 1885. « It is high time that means should be adopted for putting Mon (...)

9Cette vision de Québec comme ville dangereuse commence à changer à partir des années 1870, précisément quand la ville perd son statut de centre économique d’importance internationale. Les journaux de Québec commencent alors à regarder avec une susceptibilité croissante la façon dont la presse de Montréal a tendance à exagérer l’activité criminelle et le danger sévissant à Québec. Ainsi, en 1885, après que les journaux montréalais ont relaté que l’armée avait violemment réprimé des troubles survenus lors de récentes élections municipales, le Morning Chronicle déclare : « Il est grand temps d’adopter les moyens nécessaires pour mettre les journaux de Montréal en garde contre les rumeurs absurdes que leur fournissent, de Québec, la compagnie de télégraphe et la presse associée15. » Par ailleurs, les journaux de Québec commencent à souligner de plus en plus l’absence relative de criminalité dans leur ville, en comparaison avec Montréal. En 1877, par exemple, un journaliste du Saturday Budget, relevant le peu de cas devant la Cour du Banc de la Reine, lance un défi à la presse de Montréal :

« Ces journaux de Montréal, dont les colonnes regorgent de statistiques criminelles, et qui nous ont dénoncés haut et fort il y a quelque temps quand des crimes exceptionnels ont été commis… nous feront-ils la justice de dire maintenant que, malgré les durs moments et une faible force de police, nous sommes heureusement épargnés par les excès du crime ? »

10D’une façon similaire, le Mercury remarque en 1887 que

  • 16 Saturday Budget, 29 septembre 1877; Mercury, 18 avril 1887. « Will those Montreal journals, who’s (...)

« les statistiques indiquent que le crime connaît une terrifiante augmentation [à Montréal] et qu’il reste en proportion infiniment plus important que ce que montrent les annales du crime à Québec16 ».

  • 17 Saturday Budget, 27 septembre 1890. « I grant that the morals of Quebec are more pure than almost (...)
  • 18 Le Soleil, 12 janvier 1910.

11Dans le même journal, un lecteur émet tout de même quelques doutes sur les affirmations d’un précédent article selon lequel « il n’y a pas ville plus morale et tranquille sur le continent américain » que Québec. Après tout, selon lui, la ville continue à distribuer des permis pour la vente d’alcool. Mais, après avoir fait cette nuance, il sent le besoin d’ajouter : « Je reconnais que les mœurs de Québec y sont plus pures que dans aucune autre ville de même taille affligée de permis [de vente d’alcool]17. » Quelques années plus tard, en 1910, Le Soleil déclare : « Au grand désespoir des reporters, au grand plaisir des policiers et à la satisfaction générale des citoyens, les vols et les crimes sont rares à Québec18. »

  • 19 Analyse basée sur l’examen détaillé des journaux suivants : La Presse, Le Devoir et le Montreal Ga (...)

12Ainsi s’échafaude peu à peu la construction graduelle d’identités criminelles distinctes : Québec comme la vieille capitale et Montréal comme la capitale du vice, du crime et de la violence. Deux capitales, l’une de la politique et l’autre de la dégénérescence morale et criminelle. Si nous nous projetons au début des années 1920, cette distinction est illustrée par la couverture donnée dans la presse montréalaise d’un crime particulièrement sensationnel qui a eu lieu à Québec : l’assassinat de Blanche Garneau19. Cette affaire fournit un excellent exemple du changement de statut de Québec et de son image de ville dangereuse. En 1920, le corps d’une jeune femme habitant Québec, Blanche Garneau, est retrouvé sans vie dans le parc Victoria, près du centre-ville. Elle avait été étranglée et apparemment violée. Les autorités judiciaires locales, la police municipale, et ensuite provinciale, mènent l’enquête et arrêtent deux hommes qui sont accusés de meurtre, mais qu’on déclare plus tard non coupables. L’enquête policière traîne et des rumeurs commencent à circuler en ville, laissant entendre qu’on a laissé s’échapper les vrais coupables puisqu’ils appartiennent à des familles en vue de la capitale ; ce sont peut-être même des fils de membres de l’Assemblée législative. L’affaire prend une forte dimension politique, l’opposition et certains journaux attaquant le gouvernement libéral de Taschereau pour son inertie, voire pour sa complicité, afin d’étouffer l’affaire. Les libéraux s’en défendent vigoureusement, allant même jusqu’à passer une loi spéciale pour emprisonner le rédacteur d’une feuille à scandale de Montréal, intitulée The Axe, accusé d’être allé trop loin dans ses allégations contre les membres de l’Assemblée. Finalement, le gouvernement crée une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur les faits. Cette dernière invalide les allégations et blanchit le gouvernement. Alors qu’on soupçonne ce dernier de vouloir enterrer le dossier, cette « cause célèbre » est abondamment discutée à l’Assemblée législative et dans la presse, tant à Québec qu’à Montréal, pendant plusieurs mois.

13Pourtant, malgré le débat intense et la couverture médiatique de l’affaire, Québec n’est jamais, à notre connaissance, présentée comme une ville dangereuse. Le cas s’y serait pourtant parfaitement prêté : une jeune femme violée et sauvagement assassinée au cœur même de la ville. Un incident en tout point semblable, survenu à Montréal une décennie plus tôt – l’enlèvement et le meurtre de Céline Michaud –, n’avait-il pas conduit Armand Lavergne à déclarer que la métropole était l’un des lieux les plus dangereux au monde ? Cependant, dans l’affaire Blanche Garneau, les journaux de Montréal comme The Axe ou Le Devoir n’ont pas pour principale cible Québec, mais bien les politiciens qui s’y trouvent – les hommes de la Grande Allée, comme on les appelait parfois. En effet, John Roberts, le rédacteur incarcéré de The Axe, insiste beaucoup sur le fait que Québec est très sécuritaire, ce qui ne fait qu’accroître l’énormité du crime : « Manifestement aucune fille n’est en sécurité si n’importe quel homme ou quels hommes peuvent assassiner Blanche Garneau quasiment à l’ombre des bâtiments du Parlement de la capitale de la Province. » Il en appelle ainsi

  • 20 The Axe, 11 mars 1922, p. 3 et 12 janvier 1922, p. 8. « […] manifestly no girl is safe while any m (...)

« AUX PÈRES ET AUX MÈRES DE LA PROVINCE DE QUÉBEC. Vous avez des filles. Sont-elles en sécurité ? Blanche Garneau, sans père ni mère, une fille canadienne-française simple, fut brutalement assassinée dans la ville de Québec, en juillet 1920. Ses meurtriers sont encore inconnus. Vos filles sont-elles en sécurité tandis que l’assassin de Blanche Garneau est encore en liberté, et non en prison ? Elle a été tuée dans la deuxième plus grande ville du Québec, une ville qui compte sur un service de police important et qui est aussi le quartier général de la police provinciale. Et, pourtant, elle n’était pas en sécurité20. »

14Il ne s’agit pas d’un exemple isolé. Prenons par exemple la couverture de la criminalité à Québec offerte dans le Petit Journal, un tabloïde montréalais populaire paraissant le dimanche (tiré à environ 90 000 exemplaires). Le Petit Journal a un goût prononcé pour les histoires criminelles, lesquelles font régulièrement la une et remplissent plusieurs de ses colonnes. Pourtant, durant toute l’année 1930, Québec ne fait l’objet que de quatre récits de crimes, soit ceux d’une faillite, de l’acquittement d’un détective de la ville accusé de corruption, d’un homme soupçonné d’avoir tenté d’empoisonner sa femme et, enfin, d’un autre qui aurait effrayé ses voisins après avoir fait exploser un bâton de dynamite dans sa cour. Mis bout à bout, ces récits font moins de 60 lignes de texte. Une couverture bien négligeable en comparaison de toutes les histoires se rapportant à Montréal, décidément la plus dangereuse des villes selon le Petit Journal, qui évoque sa population de criminels, de drogués à l’opium dans le Chinatown, de propriétaires de maisons de jeu, d’agitateurs communistes, de professionnels du hold-up, de craqueurs de coffre-fort, de pickpockets, etc.

  • 21 Cette partie s’appuie sur une analyse en cours, et encore à compléter, de la couverture des crimes (...)
  • 22 Morning Chronicle, 29 avril 1909, p. 1 et 29 juin 1909, p. 2. « [Evidence] showed very plainly the (...)
  • 23 Morning Chronicle, 7 et 14 avril 1924.

15Au même moment, l’image de Montréal dans la presse de Québec se présente sous un jour bien différent. Ainsi, durant les trois premières décennies du XXe siècle, le crime et le vice à Montréal font l’objet d’une couverture fréquente et très sensationnaliste dans les journaux de la capitale. Les affaires publiques de crimes, de scandales ou de corruption à Montréal – comme l’enquête Cannon en 1909 ou l’enquête Coderre de 1924 – sont abondamment couvertes dans la presse québécoise, alors que la couverture du crime à Montréal l’emporte de loin sur celle de tout autre lieu hormis Québec elle-même21. Les faits provoquent alors rarement un commentaire éditorial direct, mais cela arrive à l’occasion. À propos de l’enquête Cannon, le Morning Chronicle, d’habitude très réservé sur ce type de sujet, note que la preuve présentée lors de l’enquête sur les règlements relatifs aux permis de boisson « montrait clairement le système grâce auquel Montréal avait acquis depuis des années sa position de ville la plus ouverte de l’Est du Canada », et que « la situation à Montréal… est aussi mauvaise que dans certaines villes des États-Unis22 ». Le Morning Chronicle souligne également certains types de crime apparemment particuliers à Montréal. Un exemple est la soi-disant « menace du hold-up » qui aurait plané sur la ville pendant les années 1920. À la suite de la couverture sensationnaliste d’un vol de voiture blindée qui a eu lieu dans le tunnel de la rue Ontario, vol qui s’est soldé par deux morts et l’arrestation d’un groupe d’individus au nombre desquels figurait un policier de Montréal (ce qui a d’ailleurs mené à l’enquête Coderre en 1924), le Morning Chronicle a publié un éditorial intitulé « La menace du hold-up ». Bien qu’il ne nomme pas Montréal de manière explicite, de toute évidence cet éditorial fait indirectement référence aux événements qui venaient de s’y passer. Peu après, le journal publie à la une un article intitulé « Un autre hold-up à Montréal23 ». L’insinuation est claire : Montréal n’est pas une ville sûre.

  • 24 Jones, R. (1974). L’idéologie de l’Action catholique (1917-1939), Québec, Les Presses de l’univers (...)
  • 25 Ibid., p. 272.

16Le journal catholique conservateur Action sociale/Action catholique est plus subtil. Même au plus fort de la campagne médiatique sur la condition morale de Montréal, de même que lors des témoignages publics dans le cadre de l’enquête Cannon (qu’il couvre d’ailleurs dans son intégralité), ses éditorialistes ne commentent jamais directement la déchéance morale de Montréal, probablement du fait que selon leur idéologie toutes les grandes villes, même Québec, sont des lieux de perdition morale24. Toutefois, ils contribuent à singulariser indirectement la situation montréalaise en mettant l’accent sur un thème courant chez les journalistes catholiques conservateurs : essentiellement, le crime est selon eux la faute de la population immigrante25. Par exemple, dans un article intitulé « Pas de criminels », l’Action sociale appelle à une limitation de l’immigration :

  • 26 Action sociale, 21 décembre 1909, p. 4.

« S’est-on jusqu’ici assez soucié des qualités morales [de] ces gens ? Non, si l’on en juge par certaines conséquences de cette immigration. À mesure qu’elle s’est faite plus nombreuse, la criminalité s’en est accrue de coup [sic]. Les autorités policières de Toronto et de Montréal ont signalé que cette recrudescence du crime se manifeste davantage dans les centres où s’établissent de préférence certaines classes d’immigrants… La plupart des crimes récents survenus dans nos centres sont le fait de gens arrivés depuis peu de l’étranger26. »

  • 27 Que cela, de même que la « menace de hold-up », constitue un cas de « panique morale » (ainsi que (...)

17Où était concentrée la vaste majorité de cette population immigrante au Québec ? À Montréal, bien sûr27

18Nous voyons ici se dessiner un recours plus explicite à la notion de risque. Le risque du crime serait lié au risque de l’immigration, lui-même représentant un risque plus général menaçant la survie de la race canadienne-française ; ainsi, l’endroit le plus risqué de tous serait évidemment Montréal. Cela dit, ces récits et commentaires publiés dans les journaux s’apparentent davantage à des images du danger qu’à une réelle volonté d’évaluer les risques. Comment, alors, ces récits et commentaires sont-ils liés au risque ? La réponse à cette question réside, à notre avis, dans les technologies particulières du risque développées pour gérer la criminalité urbaine. Car le discours médiatique n’est pas l’unique façon de constituer les « profils de risque » (pour emprunter l’expression à Giddens) des deux plus larges villes du Québec. Le développement des technologies du risque y contribue également. Pour illustrer notre propos, nous nous appuierons sur deux de ces technologies : le dénombrement de la criminalité urbaine et l’émergence de l’assurance contre le vol. Dans ces deux cas, les profils de risque divergents de Montréal et de Québec apparaissent aussi nettement que dans les discours journalistiques.

La criminalité urbaine et les technologies du risque

Mesurer le crime urbain

19Un élément qui relie la première et la dernière citation en exergue de ce texte est l’analyse statistique du danger et du crime. L’affirmation quant à la criminalité, ou la non-criminalité, des populations urbaines, que ce soit en 1847 ou en 1931, se base sur l’interprétation des statistiques criminelles fournies par les autorités publiques. En 1931, Wood va même plus loin, car son affirmation des « 1 800 condamnations… sur 133 000 habitants » relève de la manipulation statistique : selon les données reproduites ailleurs dans son ouvrage, il y a en fait près de 2 700 condamnations à Québec, mais comme un tiers d’entre elles sont attribuées à des « étrangers », Wood n’en tient pas compte dans son calcul de la « criminalité » des Québécois (c’est-à-dire des résidents de la ville). Ce type d’analyse quantitative de la criminalité de certains groupes en particulier est l’une des nombreuses techniques de gouvernance développées dans le but de gérer le danger, d’évaluer le risque et de prendre les mesures de prévention appropriées.

20Comme la première citation en exergue l’indique, la production de statistiques criminelles, pour Montréal et Québec, remonte au milieu des années 1840. Toutefois, les premières séries fiables de statistiques criminelles (produites par le gouvernement provincial à partir de 1860 et, surtout, par le gouvernement fédéral à compter de la fin des années 1870) accordent peu d’importance au lien entre le crime et le contexte urbain. À l’exception d’une brève période entre 1886 et 1891, pendant laquelle les statistiques criminelles fédérales comprennent des calculs des taux de poursuites par habitant pour les principales villes du Canada, les comparaisons se font généralement entre les districts judiciaires et non entre les villes. Cela pose certaines difficultés, comme l’avait déjà reconnu la Gazette en 1847. Ainsi, à partir des années 1880, le district judiciaire de Montréal, qui s’étend bien au-delà de la ville elle-même, est tout de même essentiellement urbain, tandis que le district judiciaire de Québec, en plus de la ville elle-même, regroupe une large population rurale qui est d’ailleurs toujours majoritaire au sein de celui-ci au début du XXe siècle. Par conséquent, la seule manière de comparer la criminalité urbaine est de s’appuyer sur les statistiques des arrestations et des condamnations fournies par les polices municipales et les tribunaux locaux. Là encore, certaines divergences apparaissent entre Montréal et Québec. Jusque dans les années 1860, les services de police des deux villes produisent et publient régulièrement des statistiques d’arrestations et de poursuites. Montréal continuera de les publier jusqu’au début du XXe siècle, mais à Québec, pour des raisons qui restent obscures, la police cesse de publier ces statistiques à partir du milieu des années 1860, bien que le conseil municipal continue à recevoir, sporadiquement, des rapports manuscrits. À Montréal, les statistiques policières – des brochures très instructives de quelques dizaines de pages – sont utilisées pour proposer des modifications aux politiques et pratiques de maintien de l’ordre, amorçant ainsi un virage vers l’appréhension du risque futur. Québec, quant à elle, semble avoir largement tourné le dos à ce savoir statistique et à cette technologie du risque. Bien que quelques tableaux de statistiques policières soient de nouveau publiés dans les journaux pendant les années 1880, l’un des journaux les introduit en notant que le rapport fourni par le chef de police

  • 28 Morning Chronicle, 11 janvier 1883. « [the report] is not usually considered of an instructive cha (...)

« n’est pas habituellement considéré comme ayant un caractère instructif, mais montre au moins aux citoyens que leurs policiers ont une lourde charge de travail ». Plus encore, la série semble avoir été interrompue après quelques années28. »

  • 29 C’est peut-être en raison de cette nouvelle obligation statistique que, depuis les années 1920, la (...)

21Par conséquent, ce n’est pas avant la fin des années 1910 et le début des années 1920 que les citoyens de Québec peuvent de nouveau évaluer annuellement les risques criminels de leur ville, sur le plan statistique. À compter de la fin des années 1910, ce sont d’abord les journaux qui amorcent de nouveau le mouvement en publiant les statistiques de la police et de la Cour de Recorder. Plus important, à partir de 1921, le Bureau fédéral de la statistique commence à compiler et à publier des statistiques comparées provenant des forces policières urbaines. Les services de police des principales villes du Canada sont en effet contraints de présenter des données statistiques sur leur composition et leurs activités, données qui sont ensuite publiées dans le cadre des statistiques criminelles fédérales et reproduites au Québec dans l’Annuaire statistique de la province29.

  • 30 Les observations faites dans ce paragraphe auraient besoin d’être complétées par des recherches da (...)

22L’examen de la présentation de ces statistiques policières est révélateur, puisqu’au lieu de dresser un portrait du danger, elle témoigne d’une préoccupation particulière envers certaines formes de risque. Ainsi, de 1921 à 1929, les crimes recensés par les forces de police municipales sont subdivisés en cinq catégories : vol, cambriolage, vol à main armée, attentats contre la personne et une catégorie fourre-tout intitulée « divers autres délits ». Pour chaque catégorie, les forces de police classent les incidents rapportés, ainsi que les poursuites et les condamnations. Cette catégorisation est fortement révélatrice de l’importance accordée au risque. Le travail de la police consiste pour l’essentiel au maintien de l’ordre public et aux infractions réglementaires, deux tâches regroupées sous l’appellation « divers autres délits ». Par exemple, sur les 37 565 infractions recensées par la police à Montréal en 1921, 27 769 entrent dans cette dernière catégorie. À Québec, le problème est plus grave encore, puisque 2 535 des 2 787 infractions connues relèvent de ces « divers autres délits ». Manifestement, il ne s’agissait pas de comprendre la nature de la criminalité urbaine, sous quelque angle sociologique que ce soit. Toutefois, les niveaux de vols, de cambriolages et de vols à main armée sont sans doute d’un grand intérêt pour ceux qui sont préoccupés par les risques pour la propriété, qu’ils soient propriétaires ou assureurs. En 1930, la présentation des rapports statistiques est modifiée, et la classification selon le type d’infractions abolie. Mais le risque persiste : les catégories d’infractions à la propriété ont donc été remplacées par deux catégories indiquant la valeur totale des biens perdus ou volés et la valeur totale des biens recouvrés. Il s’agissait là, peut-être, d’une façon de mesurer l’efficacité policière30.

23Si l’on revient aux profils du risque des deux plus importantes villes du Québec, celui qui consultera les statistiques policières sera sans doute convaincu que Montréal est de loin plus dangereuse et risquée que Québec dans les années 1920, comme le démontre la figure 1. Dans l’ensemble, toujours à cette époque, la police de Montréal signale dix fois plus de crimes que la police de Québec, alors que le ratio de la population est plutôt de l’ordre de six pour un. La différence est particulièrement nette pour les trois premières catégories d’analyse, celles concernant le crime contre les biens. La police de Montréal rapporte avoir pris connaissance de 30, 40 et même 60 fois plus de vols que celle de Québec. Même en tenant compte de la population, et même si les données varient d’année en année (en 1921 et en 1929, par exemple, elles semblent atypiques pour les deux villes), le taux apparent de vol est de quatre à huit fois plus élevé à Montréal qu’à Québec tout au long de la décennie.

Fig. 1 – Incidents connus de la police, 1921-1929.
Source : Statistique de la criminalité (1921) et Annuaire statistique (Québec) (1922-1929).

24Il s’agit peut-être d’un artéfact de la police de Québec, qui serait peu encline à compiler les statistiques qu’on lui demande (et, en effet, il y a quelques indices de cela dans les statistiques, par exemple les niveaux probablement trop bas des « attentats contre la personne » en 1921 et entre 1926 et 1929). Néanmoins, nous proposons une explication supplémentaire, qui demeure hypothétique pour le moment, mais qui relie plus étroitement encore ces statistiques au risque : l’essor de l’assurance contre le cambriolage.

L’essor de l’assurance contre le cambriolage

  • 31 Ewald, F. (1991). « Insurance and risk », dans G. Burchell et al. (dir.), The Foucault Effect: Stu (...)

25Il nous semble fort significatif qu’à la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire presque au même moment où l’image de dangerosité des villes de Montréal et Québec commence à diverger, se soit développé un phénomène reliant le crime, la dangerosité et le risque, par l’émergence d’une technologie particulière : l’assurance contre le vol. Ainsi que François Ewald, entre autres auteurs, nous le rappelle, l’assurance est une technologie qui ne peut pas exister sans le risque, ce dernier étant au cœur même de son fonctionnement31. Plus encore, l’assurance contre le cambriolage (au sens large de l’assurance contre le vol), est la seule forme d’assurance qui s’adresse spécifiquement et exclusivement au risque du comportement criminel, bien que d’autres (telles que l’assurance vie, incendie ou automobile) en tiennent tout de même également compte.

  • 32 Armstrong Jr., D.W. (1912). « Burglary insurance », dans H. Dunham (dir.), The Business of Insuran (...)
  • 33 56 Victoria c. 78 (1893) ; 57-58 Victoria c. 121 (1894).
  • 34 Il y en a également trois de New York, deux d’Ottawa et un de Brownsburg.
  • 35 Cochrane, W. (dir.) (1893). The Canadian Album – Men of Canada, Brantford, Bradley, Garretson & Co (...)

26Depuis les années 1860, l’assurance contre le cambriolage a une existence marginale en Grande-Bretagne, tout comme aux États-Unis à partir des années 188032. Au Canada, elle reste apparemment inconnue jusqu’en 1893, date à laquelle s’implante la Dominion Burglary Guarantee Company33. Il est significatif que cette compagnie soit une affaire essentiellement montréalaise. Sur les 35 actionnaires initiaux, 29 sont de Montréal34, et parmi eux on compte d’éminentes personnalités du monde des affaires de la ville, comme les sénateurs George Alexander Drummond et Alexander Walker Ogilvie. La compagnie semble avoir été le projet de son premier directeur général, John A. Grose, dont la carrière est très représentative des liens entre le crime, le risque et la moralité. Fils d’un des cotiseurs de Montréal, Grose, après avoir travaillé comme employé de bureau pour Drummond à la Canada Sugar Refining Company, devient officier de douanes, avant de fonder une agence de détective privé à Montréal, la Canadian Secret Service, spécialisée entre autres activités dans la pose d’alarmes électriques. La Dominion Burglary Guarantee Company apparaît donc comme le prolongement naturel de son intérêt pour la prévention du crime ; en fait, l’acte d’incorporation de la compagnie indique qu’elle continue à entretenir et à installer de nouveaux systèmes d’alarme. Toutefois, Grose ne reste directeur général que pendant quatre ans, car il quitte ce poste en 1897 afin de se lancer dans une affaire encore plus risquée, soit une expédition à la recherche de l’or du Klondike. À son retour, il met de nouveau sur pied une agence de détective et devient l’un des principaux acteurs dans la lutte contre les jeux de hasard à Montréal, considérés comme une source de risque pour la moralité35.

  • 36 Canada Yearbook, 1921, p. 762 et 1931, p. 945.

27Le secteur de l’assurance que Grose contribue à développer est marginal au début du XXe siècle, ne comptant qu’environ 2 000 détenteurs de polices d’assurance à l’échelle de tout le pays. Ce n’est qu’en 1905 qu’une seconde compagnie est autorisée à émettre des polices d’assurance contre le cambriolage au Canada. En 1910, on n’en compte que cinq, alors que le marché est dominé par l’entreprise de Grose (qui s’appelle désormais la Dominion Guarantee Company, mais prendra ensuite le nom de Dominion Gresham Guarantee and Casualty Company après avoir été achetée par des intérêts britanniques). Comme le montre la figure 2, les affaires progressent, avec par exemple une augmentation de la prime moyenne (d’environ 10 $ de 1893 à 1902 à environ 15 $ de 1903 à 1914, quand l’inflation est minimale). Mais cette forme d’assurance prend véritablement son envol dans la période de l’après-guerre, la valeur des primes passant d’environ 180 000 $ en 1918 à 1,2 million de dollars en 1930 (avec encore un taux d’inflation minimal et même négatif pendant cette période). Parallèlement, les compagnies d’assurances autorisées à pratiquer ce type d’assurance passent de 22 en 1920 à 60 en 192936.

Fig. 2 – L’assurance contre le cambriolage au Canada, 1893-1930. Source : Rapport du Surintendant des assurances du Canada, 1893-1922 ; Annuaire [statistique] du Canada, 1893-1932. À partir de 1920, le nombre de polices n’est pas indiqué.

28C’est Montréal qui est le lieu principal du développement et de la croissance de cette forme spécifique de technologie du risque. Comme nous l’avons vu, l’assurance contre le cambriolage est initialement une spécialité montréalaise, la Dominion Guarantee et les autres compagnies dont le siège social est à Montréal (ou ayant leur principal agent en ville dans le cas des entreprises étrangères) dominant le marché jusqu’aux alentours de 1914. Par la suite, des assureurs de Toronto commencent à augmenter leurs parts d’un marché en croissance, à tel point qu’environ la moitié des primes d’assurance contre le cambriolage est payée aux compagnies de Toronto en 1920. La diffusion de l’assurance contre le cambriolage chez les propriétaires à Montréal même est très difficile à mesurer, puisque les rapports fournis par les compagnies au Surintendant des assurances ne donnent aucune information sur la situation géographique des détenteurs de police. L’examen du principal annuaire de Montréal, le Lovell’s Montreal Directory, permet toutefois de dégager quelques indices intéressants. Dès sa création, la Dominion Burglary Guarantee fait paraître des annonces publicitaires dans cet annuaire. À partir de 1900, ce dernier contient même une sous-section consacrée aux assurances contre le cambriolage, et trois compagnies y sont présentées dans l’édition de 1909-1910. Dans l’édition de 1920-1921, on compte 14 agents et 10 compagnies puis, dans celle de 1930-1931, 16 agents et 15 compagnies. Manifestement, les compagnies d’assurances croient alors que les Montréalais ont réellement besoin d’assurances contre le cambriolage ou, du moins, elles pensent que ces derniers en ressentent la nécessité.

29Le contraste avec Québec est saisissant. À la même époque, l’assurance contre le cambriolage y est pratiquement invisible, du moins si l’on se fie à l’Annuaire Marcotte, l’équivalent du Lovell’s Montreal Directory. La Dominion Burglary Guarantee Company n’annonce aucun agent pour Québec avant 1915-1916 et, bien que l’édition de 1910-1911 permette de repérer trois compagnies qu’on sait autorisées à offrir l’assurance contre le cambriolage, ni elles, ni leurs agents à Québec ne ressentent le besoin de promouvoir l’existence de cette forme d’assurance. Même dans l’édition de 1918-1919, un seul agent mentionne les assurances contre le cambriolage comme l’une de ses spécialités (George Brodie, de la Canadian Surety Company, basée à Toronto). Enfin, dans l’édition de 1930-1931, au moment de l’explosion des assurances contre le cambriolage au Canada, seulement quatre agents de Québec la mentionnent, d’ailleurs toujours à la fin de leur liste de spécialités, tandis que l’Annuaire Marcotte lui-même ne comporte aucune section réservée à ce type d’assurance dans sa rubrique répertoriant les entreprises.

  • 37 Fox, N. (1999). « Postmodern reflections on “Risk”, “Hazards” and Life Choices », dans D. Lupton ( (...)

30Il ne s’agit bien sûr que d’hypothèses qui demanderaient un examen plus approfondi des archives des compagnies (dans l’éventualité où cela serait possible). Il semble toutefois que les compagnies d’assurances, qu’elles soient basées à Montréal ou à Toronto, aient considéré Québec comme un lieu n’ayant qu’un faible risque de cambriolages, contrairement à Montréal, où le marché de l’assurance pour ce risque connaît une véritable explosion. Cela pourrait expliquer les taux bien plus élevés de crimes contre la propriété rapportés à Montréal, en comparaison avec ceux de Québec : les polices d’assurance contre le cambriolage de l’époque (c’est également le cas aujourd’hui) exigent habituellement le dépôt d’une plainte auprès de la police afin de confirmer l’infraction (et de minimiser le risque de fraude). Ce constat nous permet d’entamer une réflexion sur les relations réciproques entre risque et danger. Comme il a été souligné, « les perceptions du risque fabriquent les dangers37 ». De fait, les assurances contre le cambriolage et le vol en général ont probablement entraîné une plus grande dénonciation de ces infractions, contribuant à leur tour à forger une image statistique du crime largement biaisée qui met l’accent sur le danger du crime contre la propriété.

Conclusion

  • 38 Fyson, D. (2009). « The legal profession and penal justice in Quebec City, 1856-1965: From moderni (...)

31La construction de Montréal comme ville dangereuse et celle de Québec comme ville relativement sécuritaire ont été un facteur important pour comprendre le développement inégal des technologies du risque. Après tout, « la Québec moderne n’est pas une ville du crime », comme William Wood l’affirme. Pourquoi donc investir dans la gestion du risque de criminalité ? Pourquoi développer des technologies pour lutter contre ce risque, si ce dernier n’avait pas été construit ? Pourquoi amasser des statistiques criminelles détaillées, si aucune autorité ne le requiert ? Pourquoi alors investir dans l’assurance contre le cambriolage ? Tout cela concorde avec une hypothèse que nous développons actuellement sur Québec comme bastion de l’antimodernité à partir de la fin du XIXe siècle, du moins en ce qui concerne la justice pénale38. Le développement des technologies du risque apparaît intimement lié au développement de la modernité ; or, du moins en ce qui concerne le crime et le risque, Québec semble avoir évolué à la marge de la modernité.

32Ce ne sont encore que des pistes de recherche préliminaires, nécessitant une enquête empirique approfondie. Par exemple, il est possible que l’avènement de l’automobile, tant à Montréal qu’à Québec, change de manière significative la relation entre le crime et le risque. D’une part, les automobiles font l’objet de vols, souvent couverts par les assurances automobiles ; et d’ailleurs, les statistiques policières, à partir de 1930, comportent des catégories spéciales dévolues aux vols de voitures (ainsi qu’aux vols de vélos), indiquant le nombre de véhicules volés et retrouvés par la police. On pourrait donc s’attendre à un élargissement de l’assurance liée au crime avec l’arrivée de l’automobile. Tout aussi importante, d’autre part, est la relation entre l’automobile et les comportements risqués, comme les excès de vitesse et la conduite dangereuse ou avec les facultés affaiblies : toutes ces infractions, contrairement à d’autres, sont intimement liées au risque et leur prise en charge vise plutôt à limiter les risques de conséquences négatives qu’à punir le comportement lui-même.

  • 39 Lupton, D. (1999). Risk, op. cit., p. 29-35.

33Ce texte donne néanmoins certaines pistes pour l’utilisation du concept de risque afin de comprendre comment se sont construites les images respectives de deux principales villes du Québec – Montréal et Québec – en tant que lieux dangereux ou sécuritaires, d’un point de vue criminel du moins, et, plus largement, en tant que lieux modernes ou antimodernes. Que ces images soient liées à la fréquence réelle du crime est un autre sujet, qui nous éloigne d’une perspective purement constructiviste du risque et nous rapproche d’une vision plus réaliste39. Comme la figure 3 le suggère, si l’on considère l’exemple du vol (pris dans son sens large), il y a à la fois une bonne part de vérité et d’évidentes distorsions dans cette image construite du risque. Il y avait assurément un plus grand nombre de condamnations pour vols à Montréal qu’à Québec pendant toute la période étudiée. Jusqu’aux années 1910, le taux de condamnations pour vol dans le district de Montréal était peut-être trois fois plus élevé que dans le district de Québec. Toutefois, dans les années 1920, le taux de condamnations pour vol dans le district de Québec (lequel, comme nous l’avons vu, englobait non seulement la ville mais aussi ses périphéries rurales) s’est rapproché rapidement de celui de Montréal avant de le rattraper autour de 1940, à tel point qu’on peut se demander si les bons citoyens de la Vieille Capitale n’auraient pas eu intérêt à investir plus sérieusement dans l’assurance contre le vol. 

Fig. 3 – Condamnations pour vol, districts de Québec et Montréal, 1880-1940.
Source : Statistique de la criminalité, 1880-1940.

34Dans le cas des infractions automobiles, Montréal semble également avoir significativement surpassé Québec au titre de ville risquée. Ainsi, en 1930, la police de Montréal rapporte 16 fois plus de véhicules volés que celle de Québec, soit 2 282 contre 139, alors que la population de Montréal est six fois plus importante. De même, en 1925, il y a eu approximativement 800 condamnations pour excès de vitesse et pour conduite en état d’ivresse dans le district de Montréal, contre seulement 70 dans celui de Québec, alors que le ratio de la population entre les deux districts est d’environ 3,5 pour 1. Cela n’a bien sûr rien à voir avec la propension réelle des Montréalais et des Québécois de l’époque à conduire trop vite ou en état d’ivresse ; ces chiffres reflètent plutôt l’importance du déploiement des ressources policières afin de traiter ces formes particulières de comportements risqués. La police elle-même, bien sûr, doit être considérée comme une autre technologie construisant le risque. Mais il s’agit là d’un autre sujet.

Notes

1 Texte traduit par Agathe Goscha.

2 « ALARMING – We have almost been ashamed to publish the statements of arrests by the Police at Montreal and Quebec, during the year ending on the 31st December last. 4 376 at Montreal and 3 983 at Quebec, is about every twelfth resident of those Cities respectively! It must be supposed, however, these numbers include persons coming to the Cities on temporary business… We should like to know the number of arrests in the “District of Quebec” out of the city. We should still hope that when we get into the country, we are in Canada, such as it was before “the march of intellect,” “civilization” and “le progress” of which we hear so much. Of Quebec and Montreal we have nearly lost all hopes. We read in a Washington paper of the commencement of the present month an opinion formed on an alleged insulated fact, “that Canada must be a very immoral country.” We felt indignant at the assertion, and were preparing to contradict; but what shall we say now…? »

3 Assemblée nationale, Québec, Débats reconstitués : <www.assnat.qc.ca/Archives/Debats-reconstitues/rd12l3se/index/seance.asp ?se=110124>.

4 « Criminal Quebec », dans W. Wood (dir.) (1931). The Storied Province of Quebec: Past and Present, Toronto, Dominion Publishing Company, I, p. 228. « Modern Quebec is not a criminal city, as anyone can see by watching its life, attending the courts, or examining statistics. Even including the smallest infractions of municipal regulations, there were only 1 800 convictions in the whole twelve months against 133,000 Quebeckers, that is, only 1 in 75, or one-in-a-third per cent. Major crimes were extremely few. »

5 The Axe, 23 mars 1923, p. 1.

6 Lupton, D. (1999). Risk, Londres, Routledge. Voir aussi Zinn, J.O. et P. Taylor-Gooby (2006). « Risk as an interdisciplinary research area », dans P. Taylor-Gooby et J. Zinn (dir.), Risk in Social Science, Oxford, Oxford University Press, p. 20-53.

7 Pour une tentative d’historiciser la société du risque de Beck en établissant des liens avec les développements technologiques, voir Fressoz, J.-B. (2007). « Beck back in the 19th Century: Towards a genealogy of risk society », History & Technology, vol. 23, no 4, p. 333-350.

8 Giddens, A. (1990). The Consequences of Modernity, Stanford, Stanford University Press, p. 34; Beck, U. (1992). « From industrial society to risk society: Questions of survival, social structure and ecological enlightenment », Theory, Culture & Society, vol. 9, no 1, p. 97-123. Notre traduction.

9 O’Malley, P. (2004). Risk, Uncertainty and Government, Londres, GlassHouse Press, p. 13-21.

10 Giddens, A. (1990). Op. cit., p. 34-35. Notre traduction.

11 Adam, B. et J. Van Loon (2000). « Introduction: Repositioning risk; The challenge for social theory », dans B. Adam (dir.), The Risk Society and Beyond: Critical Issues For Social Theory, Londres, Sage, p. 2. Notre traduction.

12 Lupton, D. (1999). Op. cit., p. 91-95.

13 Morning Chronicle, 19 août 1865. « We thought that our street experiences had given us some idea of the rowdyism which Quebec and its suburbs could produce on an occasion; but Thursday night fairly convinced us that we had theretofore not a faint conception of what are really our city’s possessions in vice, villainy and ruffianism ». Même si ce journal a changé de nom plusieurs fois, nous utilisons ce même titre tout au long du texte pour des questions de simplicité

14 Hamelin, M. (dir.) (1964). Débats de l’Assemblée législative du Québec, Québec, Assemblée législative, 1.3, p. 79.

15 Morning Chronicle, 16 janvier 1885. « It is high time that means should be adopted for putting Montreal newspapers on their guard against the absurd rumours furnished them from Quebec by the telegraph company and the associated press ».

16 Saturday Budget, 29 septembre 1877; Mercury, 18 avril 1887. « Will those Montreal journals, who’s columns are filled with criminal statistics, and who were loud in denouncing us some time ago when some exceptional crimes had been committed… do us the justice of stating now, that despite the hard times, and a small police force, we are fortunately free from all excess in crime? » et « statistics show that crime is frightfully on the increase in [Montreal] and infinitely beyond in proportion the record of crime in Quebec ».

17 Saturday Budget, 27 septembre 1890. « I grant that the morals of Quebec are more pure than almost any other city of its size which is cursed with license ».

18 Le Soleil, 12 janvier 1910.

19 Analyse basée sur l’examen détaillé des journaux suivants : La Presse, Le Devoir et le Montreal Gazette sur cette période.

20 The Axe, 11 mars 1922, p. 3 et 12 janvier 1922, p. 8. « […] manifestly no girl is safe while any man or men could murder Blanche Garneau almost in the shadow of the Parliament Buildings in the capital city of the Province » et « FATHERS AND MOTHERS OF THE PROVINCE OF QUEBEC. You have daughters. Are they safe? Blanche Garneau, fatherless and motherless, a simple-hearted French Canadian girl was brutally murdered in the City of Quebec, in July, 1920. Her murderers still remain undiscovered. Are your daughters safe while Blanche Garneau’s murderer remains at liberty, unimprisoned? She was murdered in the second largest city in the Province of Quebec, which city has a large police force of its own and is the headquarters of the Provincial Police Force. Yet she was not safe. »

21 Cette partie s’appuie sur une analyse en cours, et encore à compléter, de la couverture des crimes dans les journaux de Québec entre les années 1860 et 1950.

22 Morning Chronicle, 29 avril 1909, p. 1 et 29 juin 1909, p. 2. « [Evidence] showed very plainly the system under which Montreal for years had earned the position of being the widest open city in Eastern Canada » and that « the situation in Montreal… is as bad as that of some of the cities of the United States ».

23 Morning Chronicle, 7 et 14 avril 1924.

24 Jones, R. (1974). L’idéologie de l’Action catholique (1917-1939), Québec, Les Presses de l’université Laval, p. 243-249.

25 Ibid., p. 272.

26 Action sociale, 21 décembre 1909, p. 4.

27 Que cela, de même que la « menace de hold-up », constitue un cas de « panique morale » (ainsi que la définissent Goode, E. et N. Ben-Yehuda (2009). Moral Panics : The Social Construction of Deviance (2e éd.), Chichester, Wiley-Blackwell, p. 35-50) est une question qui ne peut pas être traitée ici. Néanmoins, nous ne le croyons pas, à moins que l’on définisse la panique morale d’une manière si extensive qu’elle comprenne toute couverture sensationnaliste publiée dans la presse. En effet, dans les cas discutés ici, il n’y a aucun « bouc émissaire » (folk devil) facilement reconnaissable, condition nécessaire à la définition d’une panique morale.

28 Morning Chronicle, 11 janvier 1883. « [the report] is not usually considered of an instructive character, but will, at any rate, show the citizens that our small force of policemen have to perform a large amount of work ». Le journal publie ces statistiques chaque janvier entre 1881 et 1887.

29 C’est peut-être en raison de cette nouvelle obligation statistique que, depuis les années 1920, la Ville de Québec publie un rapport annuel, incluant de nouveau les statistiques criminelles fournies par la police comme par la Cour de Recorder (Cour municipale).

30 Les observations faites dans ce paragraphe auraient besoin d’être complétées par des recherches dans les archives du Bureau fédéral de la statistique.

31 Ewald, F. (1991). « Insurance and risk », dans G. Burchell et al. (dir.), The Foucault Effect: Studies in Governmentality, Chicago, University of Chicago Press, p. 197-210; voir aussi Baker, T. et J. Simon (2002). « Embracing risk », dans T. Baker et J. Simon (dir.), Embracing Risk : The Changing Culture of Insurance and Responsibility, Chicago, University of Chicago Press, p. 1-25 ; toutefois, ces auteurs ont une définition plus étroite des techniques de l’assurance.

32 Armstrong Jr., D.W. (1912). « Burglary insurance », dans H. Dunham (dir.), The Business of Insurance, New York, Ronald Press, II, p. 377-394.

33 56 Victoria c. 78 (1893) ; 57-58 Victoria c. 121 (1894).

34 Il y en a également trois de New York, deux d’Ottawa et un de Brownsburg.

35 Cochrane, W. (dir.) (1893). The Canadian Album – Men of Canada, Brantford, Bradley, Garretson & Co., p. 235; New York Times, 9 octobre 1897; Grose, J.A. (1899). The Lottery Evil in the Province of Quebec, Montreal, John Lovell.

36 Canada Yearbook, 1921, p. 762 et 1931, p. 945.

37 Fox, N. (1999). « Postmodern reflections on “Risk”, “Hazards” and Life Choices », dans D. Lupton (dir.), Risk and Sociocultural Theory: New Directions and Perspectives, New York, Cambridge University Press, p. 19. Notre traduction.

38 Fyson, D. (2009). « The legal profession and penal justice in Quebec City, 1856-1965: From modernity to anti-modernity », dans C. Backhouse et W. Pue (dir.), The Promise and Perils of Law: Lawyers in Canadian History, Toronto, Irwin Law, p. 141-157.

39 Lupton, D. (1999). Risk, op. cit., p. 29-35.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Incidents connus de la police, 1921-1929.Source : Statistique de la criminalité (1921) et Annuaire statistique (Québec) (1922-1929).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Fig. 2 – L’assurance contre le cambriolage au Canada, 1893-1930. Source : Rapport du Surintendant des assurances du Canada, 1893-1922 ; Annuaire [statistique] du Canada, 1893-1932. À partir de 1920, le nombre de polices n’est pas indiqué.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 3 – Condamnations pour vol, districts de Québec et Montréal, 1880-1940.Source : Statistique de la criminalité, 1880-1940.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

Auteur

Professeur titulaire au Département d’histoire et chercheur au Centre interuniversitaire d’études québécoises de l’Université Laval. Il s’intéresse aux rapports entre l’État, le droit et la société, et notamment à la justice criminelle et civile, à la police et à l’administration locale. Ces thèmes sont développés dans plusieurs articles et dans un livre, Magistrats, police et société : la justice criminelle ordinaire au Québec et au Bas-Canada (1764-1837) (2010). Il mène actuellement des recherches sur les effets juridiques et sociaux de la Conquête britannique du Québec, sur la justice pénale à Québec de 1840 à 1965 et sur la violence interpersonnelle au Québec/Bas-Canada.
Agathe Goscha (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540