Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'expérience des collégiens

 | 
Yves Careil

Deuxième partie. Des collégiens « de centre ville » : « héritiers » d’un côté, « fantômes sociaux » de l’autre

Chapitre VII. Les élèves d’origine modeste : des « Fantômes sociaux » qui se sentent illégitimes

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous nous intéresserons désormais aux élèves dont les parents occupent une position dominée de salariés d’exécution dans l’espace social. Ces collégien (ne) s sont nettement sous-représentés, mais ils existent et nous les avons rencontrés à hauteur de la moitié d’entre eux environ.

C’est là une sous-population « atypique », au sens statistique où l’entend par exemple R. Establet (1987), mais qui se caractérise aussi par une assez forte hétérogénéité interne. Ces élèves, à simplement s’en tenir à la variable sociale et aux données objectives pouvant être recueillies, obtiennent globalement de moins bons résultats en sixième1 et constituent par la suite le plus fort contingent des redoublants et redoublantes. Avec cependant, et comme on pouvait là aussi s’y attendre, une différence (toute relative) entre filles et garçons : les premières s’en sortent globalement « un peu mieux » ou plutôt « un peu moins mal » que les seconds.

Mais c’est surtout lors des entretiens complémentaires que l’...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540