Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire du risque

 | 
David Niget
, 
Martin Petitclerc

Introduction : Le risque comme culture de la temporalité

David Niget et Martin Petitclerc

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le concept de risque tente de rendre compte de discours et de pratiques qui s’appuient sur une connaissance plus ou moins formalisée de ce qui pourrait advenir. Si son origine remonte au Moyen Âge, c’est au cours de la période moderne que certains groupes sociaux ont commencé à interpréter des expériences et à justifier des décisions en se réclamant d’un nouveau discours sur l’avenir, le risque. Ce discours est alors étroitement lié aux pratiques émergentes de l’assurance, de même qu’à l’invention, dans le dernier tiers du XVIIe siècle, du calcul des probabilités. Au cours des siècles qui ont suivi, l’affranchissement graduel de la société moderne à l’égard de la tradition a été accompagné d’un approfondissement continuel des discours et des usages du risque, non seulement au sein des pratiques de prévoyance et de la science probabilitaire, mais également dans le gouvernement même des sociétés. D’ailleurs, ces dernières furent progressivement conçues comme des corps gouvernables, à ...

Auteurs

Chercheur postdoctoral et enseignant à l’Université catholique de Louvain (Centre d’histoire du droit et de la justice). Il y coordonne un programme de recherche pluridisciplinaire sur l’histoire de la jeunesse et de la violence et travaille actuellement sur les expertises dans le champ de la protection de la jeunesse, dans une perspective transnationale. Il a publié La naissance du tribunal pour enfants. Une comparaison France-Québec (2009). Récemment, il a codirigé un ouvrage consacré à l’histoire de l’expertise à l’égard des déviances juvéniles.
Professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal. Il est également chercheur au Centre d’histoire des régulations sociales (CHRS) et au Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES). Il est l’auteur de « Nous protégeons l’infortune ». Les origines populaires de l’économie sociale au Québec (2007), qui a obtenu le prix Lionel-Groulx – Fondation Yves Saint-Germain (Institut d’histoire de l’Amérique française) et le prix Clio-Québec (Société historique du Canada).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search