Versione classicaVersione mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Annexes

Testo integrale

ANNEXE I. Qualifications des esclaves en Martinique et en Guadeloupe

Labat Jean-Baptiste, Nouveaux voyages aux îles de l’Amérique, Paris, 1re édition, 1722, II, p. 416 ; Rochechouart : Debien Gabriel, « Destinées d’esclaves à la Martinique, 1746-1778 », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire (26), série B, 1960, p. 1-91 ; A : Frisch Nicole, Les esclaves de la Guadeloupe à la fin de l’Ancien Régime d’après les sources notariales (1770-1789), 3e cycle, Paris I, 1982, p. 124a-130a (esclaves de 15 à 59 ans moins les infirmes) ; B : Archives départementales de la Guadeloupe, Minutes notariales : Dizangremel (1759), Mimerel (1774-1777), Chuche (1778), Ezemard (1783), Jaille (1786-1790, 1793), Lareillet (1792), Mathieu (1792), Brasdor (1792) ; C : Archives départementales de la Guadeloupe, Minutes notariales Jaille (1811), Mollenthiel (1806-1807, 1813-1817, 1821-1827, 1829, 1835). Bisdary : AN COL : série CA 23 fol. 132-145 et Archives départementales de la Guadeloupe, Dossier 6 HI.

ANNEXE II. Qualification des esclaves à Saint-Domingue

Jacmel : Siguret Roselyne, « Esclaves d’indigoteries et de caféières à Jacmel », Revue française d’histoire d’Outre-Mer, 199, 1968 ; Sucreries 1768-1790 : Debien Gabriel, Les esclaves aux Antilles françaises (XVIIe-XVIIIe siècles), Basse-Terre, 1974, p. 137-138 (1768, Galbaud du Fort) ; Idem, « Plantations et esclaves à Saint-Domingue, II, La sucrerie Foäche et ses esclaves (1770-1803) », Publications de la section d’histoire de la faculté des lettres de Dakar, 1959, p. 120-133 ; Idem, « La sucrerie Breda de la plaine du Nord », Notes d’histoire coloniale (100), 1966 (1785) ; Idem, « Comptes, profits, esclaves et travaux dans deux sucreries de Saint-Domingue », Notes d’histoire coloniale (6), p. 18 ; Thesée Françoise, Négociants bordelais et colons de Saint-Domingue, Paris, Société française d’histoire d’Outre-Mer, 1972, p. 225 (Bretton 1785) ; Reible, « Les esclaves et leurs travaux sur la sucrerie Lugé à Saint-Domingue », Notes d’histoire coloniale (173), 1976, p. 46-47 ; Cauna Jacques, Une habitation de Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle : la sucrerie Fleuriau de Belle-vue, 3e cycle, Poitiers, 1983, p. 124a (1786) ; Caféières 1778-1786 : Debien Gabriel, « Une caféière-résidence aux Grands-Bois », Notes d’histoire coloniale (70), 1961, p. 13-21 (1778) ; Léon Pierre, Les Dolle et les Raby, Paris, Les Belles-Lettres, 1963, p. 185-186 (1787) ; Dupont Jean-Claude, La caféière Andrault du quartier de Fond-Baptiste (Saint-Domingue, 1776-1802), Mémoire de maîtrise, Nantes, p. 41-44 (1785) ; Indigoteries : Girod François, Une fortune coloniale sous l’Ancien Régime. La famille Hecquet à Saint-Domingue, 1724-1796, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 107-108 ; Teychenie Henri, « Les esclaves de l’indigoterie Belin à Saint-Domingue », Revista de Cencias sociales 4 (1), mars 1960, p. 240-241 ; 1796-1797 : Geggus David, « The Slaves of British-occupied Saint-Domingue : an analysis of the workforces of 197 absentee plantations, 1796-1797 », Caribbean Studies, 1978, p. 8-9 et 33.
Les chasseurs et les pêcheurs sont comptés avec les domestiques ; les gardiens, arroseurs, coupeurs de cannes, tailleurs de haie n’ont pas été considérés comme étant qualifiés.

ANNEXE III

Esclaves attachés aux différentes cultures (Schnackenbourg Christian, « Statistiques pour l’histoire de l’économie de plantation en Guadeloupe et en Martinique (1635-1835) », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe (31), 1er trimestre 77, p. 48-50).

ANNEXE IV. Plantations de Saint-Domingue (ANSOM, G1 509)

Indice delle illustrazioni

Legenda Labat Jean-Baptiste, Nouveaux voyages aux îles de l’Amérique, Paris, 1re édition, 1722, II, p. 416 ; Rochechouart : Debien Gabriel, « Destinées d’esclaves à la Martinique, 1746-1778 », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire (26), série B, 1960, p. 1-91 ; A : Frisch Nicole, Les esclaves de la Guadeloupe à la fin de l’Ancien Régime d’après les sources notariales (1770-1789), 3e cycle, Paris I, 1982, p. 124a-130a (esclaves de 15 à 59 ans moins les infirmes) ; B : Archives départementales de la Guadeloupe, Minutes notariales : Dizangremel (1759), Mimerel (1774-1777), Chuche (1778), Ezemard (1783), Jaille (1786-1790, 1793), Lareillet (1792), Mathieu (1792), Brasdor (1792) ; C : Archives départementales de la Guadeloupe, Minutes notariales Jaille (1811), Mollenthiel (1806-1807, 1813-1817, 1821-1827, 1829, 1835). Bisdary : AN COL : série CA 23 fol. 132-145 et Archives départementales de la Guadeloupe, Dossier 6 HI.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128523/img-1.jpg
File image/jpeg, 166k
Legenda Jacmel : Siguret Roselyne, « Esclaves d’indigoteries et de caféières à Jacmel », Revue française d’histoire d’Outre-Mer, 199, 1968 ; Sucreries 1768-1790 : Debien Gabriel, Les esclaves aux Antilles françaises (XVIIe-XVIIIe siècles), Basse-Terre, 1974, p. 137-138 (1768, Galbaud du Fort) ; Idem, « Plantations et esclaves à Saint-Domingue, II, La sucrerie Foäche et ses esclaves (1770-1803) », Publications de la section d’histoire de la faculté des lettres de Dakar, 1959, p. 120-133 ; Idem, « La sucrerie Breda de la plaine du Nord », Notes d’histoire coloniale (100), 1966 (1785) ; Idem, « Comptes, profits, esclaves et travaux dans deux sucreries de Saint-Domingue », Notes d’histoire coloniale (6), p. 18 ; Thesée Françoise, Négociants bordelais et colons de Saint-Domingue, Paris, Société française d’histoire d’Outre-Mer, 1972, p. 225 (Bretton 1785) ; Reible, « Les esclaves et leurs travaux sur la sucrerie Lugé à Saint-Domingue », Notes d’histoire coloniale (173), 1976, p. 46-47 ; Cauna Jacques, Une habitation de Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle : la sucrerie Fleuriau de Belle-vue, 3e cycle, Poitiers, 1983, p. 124a (1786) ; Caféières 1778-1786 : Debien Gabriel, « Une caféière-résidence aux Grands-Bois », Notes d’histoire coloniale (70), 1961, p. 13-21 (1778) ; Léon Pierre, Les Dolle et les Raby, Paris, Les Belles-Lettres, 1963, p. 185-186 (1787) ; Dupont Jean-Claude, La caféière Andrault du quartier de Fond-Baptiste (Saint-Domingue, 1776-1802), Mémoire de maîtrise, Nantes, p. 41-44 (1785) ; Indigoteries : Girod François, Une fortune coloniale sous l’Ancien Régime. La famille Hecquet à Saint-Domingue, 1724-1796, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 107-108 ; Teychenie Henri, « Les esclaves de l’indigoterie Belin à Saint-Domingue », Revista de Cencias sociales 4 (1), mars 1960, p. 240-241 ; 1796-1797 : Geggus David, « The Slaves of British-occupied Saint-Domingue : an analysis of the workforces of 197 absentee plantations, 1796-1797 », Caribbean Studies, 1978, p. 8-9 et 33.Les chasseurs et les pêcheurs sont comptés avec les domestiques ; les gardiens, arroseurs, coupeurs de cannes, tailleurs de haie n’ont pas été considérés comme étant qualifiés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128523/img-2.jpg
File image/jpeg, 172k
Legenda Esclaves attachés aux différentes cultures (Schnackenbourg Christian, « Statistiques pour l’histoire de l’économie de plantation en Guadeloupe et en Martinique (1635-1835) », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe (31), 1er trimestre 77, p. 48-50).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128523/img-3.jpg
File image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128523/img-4.jpg
File image/jpeg, 53k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search