Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Postface

Texte intégral

  • 1 Arlette Gautier, Les sœurs de Solitude. La condition féminine dans l’esclavage aux Antilles du XVI (...)
  • 2 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Préface d’Alain Corbin, Fontenay/Sain (...)

1Lors de la publication initiale de ce livre1, les recherches sur les femmes sont en plein développement, ce qui n’est pas le cas pour les travaux sur l’esclavage. En effet, lorsque les femmes commencent à intégrer en masse les universités dans les années 1970, certaines se rendent compte que l’histoire est principalement écrite par des hommes et d’un point de vue qui occulte les activités et les actions féminines et nie parfois leur existence même. Ainsi, il est alors courant de parler de suffrage universel dans des pays où les femmes n’ont pas le droit de vote. Pour mettre en question cette vision androcentrique, elles vont inscrire her story dans his story, pour reprendre un vocable anglo-saxon difficilement traduisible. L’histoire des femmes « à la française » compare leur situation à celle des hommes, s’interroge sur les transformations de leurs rôles et statuts respectifs2. Cet ajout des femmes nécessite souvent de transformer les catégories d’analyse historique pour inclure leurs expériences, comme la maternité ou le travail domestique.

  • 3 Christian Schnackenbourg, La crise du système esclavagiste à la Guadeloupe, 1835-1847, Paris, L’Ha (...)
  • 4 Jacques de Cauna, Une habitation de Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle. La sucrerie Fleuriau (...)
  • 5 Josette Fallope, Esclaves et Citoyens : Les Noirs à la Guadeloupe au XIXe siècle dans les processu (...)
  • 6 Anne Pérotin-Dumon, être patriote sous les tropiques, Basse-Terre, Société d’histoire de la Guadel (...)
  • 7 Nicole Vanony-Frisch, « Les esclaves de la Guadeloupe à la fin de l’ancien régime », Bulletin de l (...)
  • 8 Par exemple dans Jacques Marseille et Nadeije Laneyrie-Dagen (éd), Les grands événements de l’hist (...)
  • 9 Eric Hobsbawm, L’Ère des revolutions : 1789-1848, Paris, Fayard, 1970 ; Michel-Rolph Trouillot, Si (...)

2L’histoire de l’esclavage est alors peu étudiée et surtout confidentielle, comme elle le restera jusqu’aux années 2000. C’est dire que les excellents livres de Debien, Schnackenbourg3, Cauna4, Fallope5, Pérotin-Dumon6, Vanony-Frisch7 (pour ne citer que les historiens des Antilles), sont édités par des éditeurs spécialisés, alors que des sujets historiques plus pointus le sont par les éditeurs commerciaux. Il n’y a pas une absence de travaux sur l’esclavage, même s’ils ne sont pas nombreux, mais une occultation de ceux-ci. L’histoire de l’esclavage n’intéresse pas au-delà d’un public antillais. C’est d’ailleurs l’ensemble de la colonisation qui est considérée comme en dehors de l’histoire nationale et même parfois de l’histoire globale8. L’histoire de la révolution haïtienne est même absente de L’Ère des révolutions écrite par le grand historien anglais Eric Hobsbawm9, pourtant attentif à « ceux d’en bas ».

3Le projet d’écrire sur les esclaves femmes parait donc voué à l’échec. Debien lui-même, grand connaisseur des archives esclavagistes, considère que je ne trouverais rien sur elles puisqu’on ne sait même pas comment elles s’habillent. Il me conseille pourtant d’étudier les minutes notariales, où se trouvent tant d’indications précieuses.

Mémoires et Histoires de l’esclavage

  • 10 Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et F. Delabarre, Images d’empires, Paris, La Documentation frança (...)
  • 11 Marc Ferro, Histoire des colonisations : des conquêtes aux indépendances, XIIIe-XXe siècles, Paris (...)
  • 12 Marie-José Jolivet, « Mémoire caraïbe, mémoire caribéenne et histoire coloniale », Ethnologie fran (...)
  • 13 Myriam Cottias, La question noire. Histoire d’une construction coloniale, Paris, Bayard, 2007 ; Pa (...)
  • 14 www.comite-memoire-esclavage.fr
  • 15 Gérard Noiriel et Nicolas Offenstadt ont compilé un dossier sur ce sujet qui différencie la nécess (...)
  • 16 http://www.esclavages.cnrs.fr/spip.php?article509

4Les premières interrogations « grand public » portent sur l’histoire algérienne et sur la colonisation de peuplement voulue par la République impériale10. La première colonisation est oubliée, même si Ferro rappelle qu’il y a une différence de modalités mais certes pas de nature entre ces deux colonisations11. La marche du 23 mai 1998 pour la mémoire de l’esclavage, qui réunit à Paris 40 000 personnes, marque le début de la visibilité de la communauté antillaise, certes française mais en buttes à de nombreux comportements racistes12. Ces mouvements et la constitution de groupes souhaitant représenter « la communauté noire13 » conduiront à la loi de 2001 qui reconnaît l’esclavage comme un crime contre l’humanité et met en place, notamment, un comité pour la mémoire de l’esclavage14. L’esclavage est alors reconnu comme ce qu’il a toujours été : un phénomène essentiel à la construction de la Nation française et pas seulement un sujet d’intérêt pour les personnes directement issues de la déportation des Africains aux Antilles. En effet, la France ne serait pas ce qu’elle est si elle ne s’était pas enrichie avec la traite des esclaves et le commerce des produits coloniaux. Alors que cette loi a été votée à l’unanimité, elle est questionnée quatre ans plus tard parce que jugeant prescrire aux historiens ce qu’ils doivent penser, à l’instar de la loi de 2005 qui édicte que les professeurs d’histoire doivent enseigner les effets positifs de la colonisation15. Trois positions sont en présence : ceux qui ne veulent voir que les aspects positifs de l’action coloniale de la France, ceux qui veulent que l’État reconnaisse les souffrances infligées par la colonisation et ceux qui considèrent que l’État ne doit pas évoquer l’histoire, domaine des historiens. Malgré ces débats, le CNRS créé en 2005 un Réseau Thématique Prioritaire sur l’esclavage puis en 2008, avec d’autres institutions, un Centre International de Recherches sur les Esclavages16.

  • 17 Françoise Vergès, La mémoire enchaînée. Questions sur l’esclavage, Paris, Albin Michel, 2006.
  • 18 Laurent Dubois, Les esclaves de la République : l’histoire oubliée de la première émancipation, 17 (...)
  • 19 Yann Moulier-Boutang, De l’esclavage au salariat. Économie historique du salariat bridé, Paris, PU (...)
  • 20 Olivier Pétré-Grenouilleau, Traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, folio histoire, [2 (...)
  • 21 Jean-Michel Deveau, Femmes esclaves d’hier à aujourd’hui, Paris, France Empire, 1998.
  • 22 Jocelyne Jacquot, « La femme dans le marronnage à la Martinique d’après le Journal Officiel de la (...)
  • 23 Gilbert Pago, Les femmes dans la liquidation du système esclavagiste à la Martinique 1848 à 1852, (...)

5Les éditions commerciales s’intéressent alors à ces questions, en premier lieu dans le cadre des 150 ans de l’abolition. Il est alors plus facile de parler de la France abolitionniste et généreuse que de l’esclavage lui-même17. Dubois rappelle la révolution anti-esclavagiste dans la Caraïbe francophone18. Moulier-Boutang et Benot inscrivent la naissance et le développement de l’esclavage moderne dans le cadre des transformations de l’ordre économique et social lié à la modernité19. Pétré-Grenouilleau, après de nombreux travaux précisément documentés sur la traite des Noirs en France, aborde d’un point de vue global les traites négrières, leurs origines, leur évolution, leur abolition et leurs rôles dans l’histoire mondiale20. Plusieurs études sur les esclaves femmes sont alors publiées. Deveau écrit une vaste synthèse sur elles, de l’Antiquité à aujourd’hui21. Jacquot étudie les résistances des Martiniquaises dans le marronnage22. Pago situe les luttes pour l’abolition de l’esclavage dans le cadre des intersections du genre, de la classe et du statut23.

  • 24 Nelly Schmidt, La France a-t-elle aboli l’esclavage ? Guadeloupe – Martinique – Guyane – 1830-1935 (...)
  • 25 Éric Fassin et Didier Fassin (éd), De la question sociale à la question raciale ? Représenter la s (...)
  • 26 Frédérique Beauvois, « La liberté pour solde de tout compte », Olivier Pétré-Grenouilleau (éd), Ab (...)
  • 27 Nelly Schmidt, L’abolition de l’esclavage : Cinq siècles de combats (XVIe-XXe siècles), Paris, Fay (...)

6Avec les débats de 2005, des livres sur l’esclavage sont publiés en poche, signe de l’élargissement de leur audience. Cependant, la plupart des articles et des livres publiés porte plus sur la question de la mémoire de l’esclavage et surtout de son éventuelle prégnance que sur ses diverses modalités. L’esclavage a-t-il vraiment été aboli24 ? Les émeutes de 2005 sont-elles liées à un racisme institutionnalisé depuis l’esclavage ? Est-on passé de la fracture sociale à la fracture raciale25 ? Les grandes grèves antillaises de 2009 « contre la profitation » sont l’occasion de souligner que les nouveaux libres n’ont obtenu que la liberté, sans être dédommagés pour leur captivité – alors que les colons l’étaient de la perte des esclaves26. Les structures foncières sont restées intactes et aucune réforme foncière d’envergure n’a été menée. Certes, les hommes affranchis ont obtenu le droit de vote au même titre que les citoyens français, soit quelques mois en 1848 puis à partir de 1870, situation qui différencie les anciennes colonies des nouvelles. Néanmoins, « La perpétuation d’un régime de travail que des contemporains purent comparer, sur de nombreux points, à l’esclavage pendant les décennies post-abolitionnistes entretint pour plusieurs générations le maintien en dépendance des populations émancipées en 184827 ». Les lois sociales sont appliquées – quand elles le sont – avec beaucoup de retard. La République fait alors vivre un oxymore : la citoyenneté coloniale.

  • 28 Arlette Gautier, « Politiques démographiques et familiales dans les départements français d’Outrem (...)
  • 29 Secrétariat d’État aux départements et territoires d’outre-mer, La politique sociale dans les dépa (...)

7Aussi, les députés de ces colonies demandent-ils en 1945 la départementalisation pour que leurs habitants bénéficient de la même citoyenneté sociale que les métropolitains. Le parlement accède à leur demande mais limite la portée de cette mesure en votant un article selon lequel seules les lois le prévoyant expressément seraient étendues outre-mer. En France métropolitaine, à la différence d’autres pays, la refondation de la République après 1945 passe par une politique familiale universelle et généreuse (sauf pour les familles à enfant unique) visant à encourager un modèle de famille à un seul pourvoyeur de revenus tout autant que la natalité. Dans les nouveaux départements d’Outre-mer, les allocations familiales sont faibles et payées au prorata des journées travaillées, soit la moitié de l’année pour la plupart de la population. Il n’y a pas d’allocations pré et postnatales pour rembourser le suivi des grossesses alors que la mortalité infantile reste très élevée. C’est dire que la protection sociale, qui permet en France de quitter la stricte survie, même pour les plus pauvres, ne remplit pas cette fonction dans les départements d’outre-mer. Pire, la France ne se reconnaît pas dans les enfants de cet Outre-mer lointain et n’encourage même pas leur survie. Le développement de la parité dans la politique familiale ne se réalise que pour lutter contre les idées indépendantistes dans les années 1960. C’est alors que prend fin la citoyenneté coloniale et non en 194628. Les arguments donnés pour limiter l’égalité sociale sont alors, selon les termes du secrétariat d’État aux départements et territoires d’outremer en 1976 : « Les données socio-économiques locales des DOM, leurs contraintes démographiques et leurs structures familiales29. » En réalité, les motivations sont plutôt financières et politiques, cachant mal un refus de l’assimilation.

  • 30 Arlette Gautier, « Nou paz enfan batar. La construction du genre Outre-mer par la France », Clio. (...)
  • 31 Alors que l’on dit souvent que tous les indicateurs sociaux sont meilleurs aux Antilles françaises (...)
  • 32 Michel Giraud, « Le malheur d’être partis », Esprit, 332, février 2007, p. 56.

8L’égalité sociale n’est achevée que dans les années 2000, notamment avec la parité du RMI30. Toutefois, les investissements productifs ne sont pas à la hauteur des enjeux d’autant que le statut départemental ne permet pas de prendre les mesures les plus adéquates aux nécessités locales31. Aujourd’hui encore, les départements d’Outre-mer ne sont pas pensés comme faisant partie intégrante de la République puisque même les chiffres de la population sont souvent donnés séparément. C’est ainsi que : « L’exigence d’égalité portée par les Antillais de l’Hexagone doit être reçue comme l’expression de la volonté de gagner sur le sol de l’(ancienne) métropole coloniale, la lutte de la décolonisation qui n’a pas été entièrement achevée avec la « départementalisation » des Antilles32 » et des autres anciennes colonies.

Vingt-cinq ans plus tard

  • 33 Pascale Barthélémy, Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier (éd), Les femmes dans l’histo (...)

9Depuis 1985 les publications sur l’histoire des femmes ont explosé, comme le manifeste la monumentale Histoire des femmes en Occident, en 5 tomes, mais aussi de très nombreux ouvrages et bientôt un manuel pour aider les enseignants du secondaire à introduire cette perspective33. C’est dire que le fossé qui séparait des recherches très actives et une prise en compte limitée dans l’enseignement est en train de se combler.

  • 34 Harris Memel-Fotê, « La traite des négresses au XVIIIe siècle », Christine Fauré (éd), Encyclopédi (...)
  • 35 Lucille Mathurin Mair, « Women field workers in Jamaica during slavery », Brian L. Moore, Barry W.(...)
  • 36 Malgré les ouvrages coordonnés par Claude Meillassoux (éd.), L’esclavage en Afrique pré-coloniale,(...)
  • 37 Gwyn Campbell, Suzanne Miers et Joseph Miller (éd.), Women in Slavery. Africa, the Indian Ocean Wo (...)
  • 38 Catherine Coquery-Vidrovitch, Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du XIXe siècle a (...)

10Les recherches sur les Africaines, moins nombreuses que celles sur la France, confirment le croquis tracé, bien qu’il soit évidemment schématique. Les fonctions artistiques et rituelles des Africaines34 ne sont pas évoquées, ni les qualifications requises par leurs productions artisanales, souvent devenues sans objet aux Antilles35. Oubli également, et c’est un paradoxe, de l’esclavage féminin en Afrique même, ce qui renvoie à l’occultation, fréquente à l’époque, de l’importance de l’esclavage dans les sociétés africaines36 et des femmes dans cet esclavage. Ce double oubli a depuis été redressé37. Un débat persiste sur la nature de cet esclavage, l’intégration éventuelle des esclaves dans les lignages, les rôles beaucoup plus variés tenus par les esclaves. Cependant, en devenant esclaves, les femmes doivent subir les avances des hommes à qui leur maître les prête, n’ont plus le bénéfice de leur travail, n’ont plus le soutien de leur lignage. Les concubines esclaves peuvent aussi être revendues au moindre déplaisir. D’ailleurs, les femmes sont vendues pour des motifs spécifiques (refus du mariage, divorces répétés, infidélités) : l’esclavage en Amérique a servi aussi de menace pour limiter l’autonomie féminine38.

  • 39 Arlette Gautier, « Genre et esclavage aux Antilles françaises. Bilan de l’historiographie français (...)
  • 40 Anne Perotin-Dumon, La ville aux îles, la ville dans l’île : Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadel (...)
  • 41 Frédéric Régent, Esclavage, métissage, liberté. La révolution française en Guadeloupe, Paris, Gras (...)
  • 42 Caroline Oudin-Bastide, Travail, capitalisme et société esclavagiste. Guadeloupe, Martinique (XVII(...)
  • 43 Bernard Gainot, Les officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire (1792-181 (...)
  • 44 Laurent Dubois, Les Vengeurs du Nouveau Monde. Histoire de la révolution haïtienne, Rennes, Les Pé (...)
  • 45 Bernard Moitt, Women and slavery in the French Antilles, 1635-1848, Bloomington, Indiana Universit (...)
  • 46 Gwyn Campbell, Suzanne Miers et Joseph Miller (éd.), Women in Slavery : The Modern Atlantic, Athen (...)
  • 47 Claire Robertson et Marsha Robinson, « Re-modeling slavery as if women mattered », Campbell, Miers(...)
  • 48 Mamadou Diouf et Ulbe Bosma (éd.), Histoires et identités dans la Caraïbe. Trajectoires plurielles (...)

11Sans revenir dans le détail sur l’historiographie française sur le genre dans l’esclavage antillais, traitée ailleurs39, on peut souligner qu’il n’y a pas de nouveaux livres centrés sur cette question depuis 1998. Pérotin-Dumon étudie les villes guadeloupéennes et montre l’importance et les caractéristiques de l’activité féminine, qu’elle soit libre ou esclave40. Régent analyse en profondeur la vie des esclaves et des libres de couleur en Guadeloupe de 1789 à 1802 puis présente une histoire croisée de l’esclavage dans les colonies françaises. De nombreuses observations sur le travail, la fécondité ou la famille concernent les deux sexes41. Oudin-Bastide évoque l’éthos des planteurs et la division sexuelle du travail42. Gainot analyse un des chemins qui mène les esclaves hommes et eux seuls vers l’affranchissement : la condition militaire43. Dubois mentionne les actions des femmes et des hommes pendant la révolution de Saint-Domingue44. À l’étranger au contraire, plusieurs ouvrages traitent des femmes et du genre dans les colonies esclavagistes. La Revue haïtienne d’histoire et de géographie consacre en 2002 un numéro spécial aux « Femmes dans l’esclavage », en commémoration du bicentenaire de l’abolition de l’esclavage. Aux États-Unis, Moitt réalise une synthèse sur les femmes esclaves dans les Antilles françaises, présentée de façon chronologique en anglais45. Dans le monde anglophone, de nombreux ouvrages et articles questionnent le genre de l’esclavage ou de son abolition46, même si au total leur pourcentage reste faible dans l’importante production scientifique sur ces thèmes (1 % en 1980 et 4 % en 2002)47. Quelques traductions permettent d’appréhender cette richesse48.

12Trois questions seront évoquées. Est-on et doit-on passer d’une histoire des femmes à une histoire du genre ? Les relations sexuelles entre esclaves femmes et hommes blancs relèvent-elles de la séduction, du concubinage, ou d’une liaison intrinsèque du pouvoir et du désir ? L’abolition libéra-t-elle vraiment les esclaves femmes ?

De l’histoire des femmes à l’histoire du genre ?

  • 49 Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les cahiers du GRIF, no spéci (...)
  • 50 Voir les articles contradictoires de Christine Bard, Sylvie Chaperon, Cécile Dauphin et Michèle Ri (...)

13Le terme « genre » a des sens variés49, puisqu’il peut signifier : 1) Une volonté de tenir compte dans l’analyse tant des femmes que des hommes, pour contrecarrer l’occultation ou l’exclusion des femmes dans bien des analyses. 2) La construction sociale de différences entre les sexes, qui ne sont pas liées aux différences biologiques entre les sexes, comme l’indique leur grande variabilité. 3) Aux États-Unis, avec la vogue du déconstructionnisme inspirée notamment par Foucauld, le genre est lié au « tournant linguistique », selon lequel les discours produisent les catégories, notamment raciales et sexuelles, qui vont ensuite s’imposer aux acteurs. En bref, les « mots » déterminent les « choses » et non le contraire. Une autre conséquence du déconstructionnisme est de disqualifier la catégorie femmes, qui serait essentialisante. 4) Enfin, récemment, ce terme est devenu une étiquette permettant de regrouper toutes les études menées sur les femmes, les hommes, les hiérarchies entre les sexes, quelle que soit l’optique théorique sous-jacente. Partout, l’utilisation des termes « femmes » ou « genre » fait l’objet d’un débat entre historiennes, bien que leur utilisation conjointe soit aussi fréquente50. Ainsi, selon l’historien de la Barbade, Beckles :

  • 51 Hilary Beckles, « Sexe et genre dans l’historiographie de l’esclavage caraïbe », Diouf et Bosma(...)

« Alors que les historiens des femmes demandent que la réalité de la vie des femmes durant la période l’esclavage soit sérieusement et systématiquement détaillée avant que soient posées les questions de sens et d’identité, les historiens du genre préfèrent porter leur attention à déterminer comment “la femme” a été redéfinie et remanipulée au fil des changements de circonstances politiques et matérielles. Le problème politique est ici crucial. Les historiens des femmes sont critiques de l’approche du genre précisément parce qu’elle met trop l’accent sur le rôle de pouvoir que certains poststructuralistes attribuent au langage… Toutes deux ont leur place à différents niveaux d’une même réalité51. »

  • 52 Arlette Gautier, « Traite et politiques démographiques esclavagistes », Population, vol. 41, no 6, (...)

14De fait, on peut voir que les différentes métropoles élaborent des stratégies pour modifier les comportements des esclaves et leur être même52. Ils tendent à modeler une épouse soumise à son mari comme à son maître au XVIIe siècle, une procréatrice qui apprend l’obéissance à ses enfants à la fin du XVIIIe siècle, une mère inculquant la valeur du travail à ses enfants au XIXe siècle. Ils font des hommes esclaves des maris et des pères dans le commencement de la colonisation pour les oublier par la suite. Cependant, il y a loin des discours aux pratiques. Ainsi, les dispositions des codes humanitaires de la fin du XVIIIe sont peu appliquées. De plus, les temporalités des politiques sont décalées en fonction du développement propre des économies coloniales. Le croisement de plusieurs niveaux d’analyse, de différentes sources et méthodologies, est plus productif que les oppositions de paradigmes.

  • 53 Vertus Saint-Louis, « Femmes et familles dans la société esclavagiste de Saint-Domingue », Revue h (...)
  • 54 Dayan, op. cit., p. 54-65.
  • 55 Arlette Gautier, « Régimes démographiques, genre et procréation », Régimes démographiques et terri (...)
  • 56 Régent, op. cit., 2007, p. 9.
  • 57 Gautier, op. cit., 2008, p. 172.
  • 58 Claude Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, [1986] (...)

15De même, l’idée qu’il faut écarter la catégorie « femme » car elle essentialiserait la différence entre les sexes et la rendrait éternelle doit être prise avec prudence. On peut d’ailleurs rappeler avec Saint-Louis53 que dans le recensement de Saint-Domingue de 1788, la catégorie femme ne s’applique pas aux noires mais uniquement aux blanches, les premières étant qualifiées de « Négresses et Mulâtresses ». L’idée que « les femmes noires ne sont pas des femmes » renvoie donc à deux positions bien distinctes : celle de l’esclavagiste qui refuse de reconnaître l’humanité du captif, et celle du poststructuraliste postcolonial qui considère que les femmes de divers statuts vivent des situations bien trop différentes pour être subsumées sous la même catégorie. Et certes, politiquement il n’y a pas d’alliances possibles entre la femme de colon et l’esclave femme, même si d’étranges relations ont pu se nouer, que font revivre les transes du vodou et particulièrement celles du loa Ezili, esprit né à Saint-Domingue et sans équivalent au Dahomey, femme arbitraire et puissante, pleine de rage, de désespoir et de contradictions54. être l’épouse blanche d’un colon est bien différent d’être une engagée, blanche également mais sans propriété, ou d’être une esclave. Pourtant, deux choses rapprochent ces trois catégories. La première, c’est d’être, toutes les trois, tout comme la femme de couleur libre, dans l’impossibilité d’accéder au pouvoir politique, administratif et économique. Même les femmes propriétaires disposent d’une moindre fortune. Bref, la catégorie « femmes » est bien constituée comme dominée, ce qui inclut d’ailleurs toujours des résistances. La seconde, c’est d’être toutes les trois soumise aux projets reproductifs du Roi qui, par exemple en 1680, baisse l’âge au mariage des premières, importe les secondes, incite au baptême et au mariage la troisième, dans tous les cas pour augmenter la population. Le mari ou le maître peuvent aussi contrôler leur fécondité. En effet, seules les femmes peuvent enfanter et donc être soumises à des intérêts qui peuvent être contradictoires mais qui visent à augmenter ou à limiter leur production d’enfant, cette activité pour laquelle elles ont un monopole, à leurs risques et périls. Les capacités fécondes des femmes les constituent en catégorie précieuse et donc à risque d’assujettissement. Elles ne les fragilisent pas biologiquement, mais elles expliquent que les femmes deviennent un enjeu économique qui doit être contrôlé politiquement. Certes, il y a des contextes (la moitié de la période analysée dans ce livre, des sociétés de chasseurs-cueilleurs, à terme nos sociétés hautement technologiques) où cette fécondité n’est plus nécessaire et la subordination à des fins de contrôle reproductif n’est donc pas un destin inéluctable55. Toutefois, comme on le voit pour les esclaves femmes, leurs capacités reproductives peuvent être aussi une source de tourments, que ce soit pour les empêcher activement ou passivement d’avoir des enfants et de ralentir leurs capacités productives. Or, sur les 4 millions d’esclaves ayant vécu dans les colonies françaises, la moitié serait née sur place56. « C’est dire que l’importance démographique et sociale de la reproduction sur place ne peut pas être ignorée par les historiens de l’esclavage et que les esclaves femmes ont joué un rôle essentiel dans la fabrication des esclaves57. » Le Code Noir a d’ailleurs institué que leur fécondité appartienne au maître et que l’esclavage soit ainsi reproduit biologiquement et non seulement par le « ventre de fer et d’argent », la capture58. Ainsi, si les capacités reproductives des femmes n’ont souvent pas fait l’objet de politiques explicites, ces dernières ont néanmoins joué un rôle dans la fabrication, tant biologique que sociale, de l’esclavage. Dans ce contexte, les différences biologiques entre les sexes jouent bien un rôle ; on ne peut pas oublier les corps. Pour comprendre les différents registres de leur exploitation, il faut les inscrire dans les transformations globales que celles-ci soient politiques, économiques ou démographiques.

  • 59 Georges Duby et Michelle Perrot (éd.), L’histoire des femmes, Paris, Plon, 5 tomes, 1991-1992.
  • 60 Gautier, op. cit., 2008, p. 162.
  • 61 Memel-Fôté, op. cit.
  • 62 Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, Paris (...)
  • 63 Dorlin, op. cit., p. 233.
  • 64 Antoine Gisler, L’esclavage aux Antilles françaises (XVIIe-XIXe siècles), Éditions universitaires (...)
  • 65 Thomas Ingersoll, Mammon and Manon in early New Orleans. The first Slave Society in the Deep South (...)
  • 66 Saint-Louis, op. cit., p. 2-12.

16Cette histoire sexuée de l’esclavage n’a pas croisé le champ de l’histoire des femmes. « Ainsi, les cinq tomes de L’histoire des femmes en Occident59 ne comportent aucun chapitre sur l’esclavage, qu’il soit antique ou moderne, bien que la forme historique de l’esclavage de plantation ait été une création occidentale et ait contribué à la configuration spécifique de la Nation française60. » Il s’agit bien d’une histoire des femmes blanches natives en Occident. En revanche, L’encyclopédie historique et philosophique des femmes de Fauré61, plus centré sur les ruptures que sur l’histoire longue et le quotidien, en traite. Une autre philosophe, Dorlin, pense la généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française. Au XVIIIe siècle, « la construction de la Nation ne se fonde plus sur l’hégémonie de quelques familles historiques, ni sur la personne du roi, ni même sur la terre et le climat, mais bien sur le tempérament transmis par les mères62 ». Or, ce dernier est différent selon les races, puisque l’on oppose les mères blanches, pures et dévouées, aux mères noires, dépravées et brutales, mais aussi selon le sexe. « Seuls les esclaves et les femmes souffrent de maladies spécifiques qui sont le fait d’un tempérament pour le moins pathogène63. » Ainsi, l’homme blanc se distingue par sa constitution physique même de la femme blanche. Les livres de médecine produiraient ainsi un racisme scientifique, se distinguant de l’opposition statutaire antérieure entre libres et esclaves. Cette approche relève donc du « tournant linguistique ». Ce texte passionnant appelle cependant deux remarques. D’une part, cette opposition entre des êtres de nature différente se construit antérieurement, dans les textes juridiques comme le souligne Gisler64 à propos de la révision en 1724 du Code noir en Louisiane. Ingersoll65 a d’ailleurs montré qu’elle s’appuie sur des pratiques émergentes dans la colonie elle-même. La construction de la réalité n’est donc pas purement textuelle, elle s’enracine dans des pratiques et des intérêts. Se centrer sur un seul type de textes conduit à proposer des chronologies qui ne permettent plus de resituer précisément les conditions de leurs émergences et altère donc les explications que l’on peut tenter. Il est donc essentiel de ne pas opposer les types de connaissances mais de les faire se croiser. Cela dit, cette pensée raciale informe ensuite les pensées et les pratiques et perdure alors que les conditions qui l’ont produite ont disparu. Il s’agit bien d’un nouveau régime de vérité, au sens foucaldien du terme. D’autre part, si les livres de médecine produisent une vision de type « genre et race », les recensements, eux, introduisent un troisième terme, la classe sociale. Ainsi, dans celui de Saint-Domingue en 1788, les régisseurs, économes, raffineurs sont aussi différenciés des « hommes ». « Ces trois dernières catégories regroupent des individus de sexe masculin qui ne seraient donc pas des « hommes ». En réalité, le mot homme veut dire blanc propriétaire et le concept de femme ne s’étend pas aux noires et aux mulâtresses66. » On pourrait donc dire qu’il y a anachronisme à parler de femmes et d’hommes en englobant les groupes dominés. Néanmoins, ne pas l’évoquer serait redoubler le déni d’humanité qui leur est fait et s’interdire de comprendre la complexité des relations sociales à l’œuvre dans les colonies esclavagistes. En revanche, il est nécessaire de s’interroger sur les transformations des significations liées aux mots « hommes » et « femmes ».

Séduction, concubinage, ou libertinage ?

17La question des relations sexuelles entre les esclaves femmes et les hommes blancs permet de soulever plusieurs questions théoriques et méthodologiques fondamentales. La première porte sur les biais inhérents aux sources. Les historiens tendent à ne croire que ce qui est affirmé dans des textes, si possibles officiels, dont ils vérifient la provenance et qu’ils croisent entre eux. Mais que faire lorsqu’un groupe est exclu de l’écriture, que son point de vue n’est pas noté ? Comment le retrouver ? Peut-on se servir de sources issues de contextes différents bien que proches ? Comment tenir compte des biais des discours, particulièrement forts dans cette situation extrême qu’est l’esclavage ? La réponse donnée à ces interrogations est triple. La première est caractéristique de la démarche historienne même : il s’agit de réaliser la chronologie d’apparitions des différents thèmes, ce qui permet de remettre en question leur supposée naturalité. La seconde consiste à mettre en perspective les discours avec les positions sociales des auteurs et observer ainsi les concordances mais aussi les dissonances. Enfin, la troisième objective les situations, notamment mais pas seulement par la statistique, pour ne pas donner une importance exagérée à certaines possibilités qui ne sont offertes qu’à peu d’individus. L’étude de cas exceptionnels apporte un éclairage passionnant, si l’on précise bien en quoi ils sont spécifiques. Ce sont à ces conditions que l’historien ne se transforme pas, sans s’en rendre compte, en ventriloque des écrits des dominants.

  • 67 Robertson et Robinson, op. cit., p. 264 et 274.
  • 68 Edward W. Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil, [1975] 200 (...)
  • 69 Dorlin, op. cit., p. 62-63 et p. 255 ; Arlette Gautier, « Ces coquines de Négresses et de Mûlatres (...)

18Ainsi, les relations sexuelles entre blancs et esclaves ont longtemps été évoquées comme le moyen d’obtenir des privilèges pour ces dernières. Robinson et Robertson évoquent cette description comme « l’hypothèse du harem67 », l’homme blanc étant représenté comme entouré de jolies femmes à sa disposition, sans le moindre signe de contrainte ni de travail. Elle se décline d’au moins trois façons différentes. Selon la version reproductive, les esclaves femmes auraient surtout une fonction de peuplement, bien qu’elles aient généralement moins d’enfants que les femmes libres. Selon la version érotique : « Les femmes sont les créatures d’un imaginaire érotique masculin. Elles expérimentent une sensualité illimitée, elles sont plus ou moins stupides, et surtout elles en veulent68. » La troisième version, caractéristique des colonies esclavagistes, présente à partir de 1750 l’esclave femme comme lubrique et intéressée. Les livres de médecine de l’époque prétendent que leur tempérament les rapproche des prostituées69. Cette représentation justifie l’appropriation sexuelle en la légitimant doublement : non seulement les femmes noires aimeraient le sexe avec n’importe quel partenaire mais, de plus, elles en tireraient un bénéfice économique (bien que nous ayons démontré que celui-ci était, dans la plupart des cas fort minime). Les esclaves femmes sont assimilées aux prostituées, ce qui masque la menace toujours présente du fouet et d’autres tortures, pourtant avérées du XVIIe au XIXe siècle. On sait à quel point cette sexualisation continue à peser sur la représentation des femmes noires.

  • 70 Henrice Altink, « Deviant and dangerous. Proslavery representations of Jamaican slave women’s sexu (...)
  • 71 Régent, op. cit., 2004, p. 58.
  • 72 Daniel Maximin, L’isolé soleil, Paris, éd. du Seuil, 1981 ; Gisèle Pineau et Marie Abraham, Femmes (...)
  • 73 Oudin-Bastide, op. cit., p. 251-268, curieusement n’applique pas cette nécessité de la violence à (...)

19Une image différente, qui se déploie fin XVIIIe, vise à rendre plus présentables les colonies. Les relations entre blancs et femmes de couleur sont décrites comme des concubinages, ce qui permet d’indiquer que l’esclavage peut civiliser les esclaves70. Ces concubinages existent, ils permettent parfois des affranchissements, voire des réussites éclatantes. Expliquer tous ou même la majorité des rapports entre blancs et esclaves femmes de cette façon paraît toutefois abusif. Seules quelques femmes sur chaque plantation peuvent espérer devenir la ménagère des blancs y travaillant. La stabilité de ces unions n’est pas avérée, ainsi souvent seuls les premiers enfants sont métis71. Or, moins la durée de ces relations est longue, moins les femmes peuvent en espérer un bénéfice. On peut aussi s’interroger sur la nature des relations qui lient un propriétaire et sa propriété, qui peut partager son lit mais pas sa table en public. Cela d’autant plus que le départ aux colonies est parfois un moyen d’éviter la reconnaissance croissante des femmes en France même. Certains hommes préfèrent une concubine de couleur parce qu’elle les sert avec le plus grand scrupule, n’a droit à rien et peut être renvoyée aux champs ou vendue si elle ne plaît plus ou désobéit. Les émotions des esclaves peuvent aussi être complexes. Leur sort matériel s’améliorera mais le jeu en vaut-il toujours la peine ? Les textes laissent entrevoir une grande variété de réactions : acceptation avec désir, gratitude ou dégoût, résignation devant la menace du fouet pour elles ou leurs proches, résistances. Les romanciers arrivent mieux à imaginer les douleurs, les déchirements et les complexités d’alors parce qu’ils cherchent à sonder les cœurs en s’imaginant comment ils auraient vécu la situation72. Cette compréhension de l’intérieur est aussi ce qui fait la force du meilleur de l’histoire des femmes. Sans nier le fait que la sexualité est construite socialement, sans souscrire à la représentation du XIXe siècle selon laquelle les femmes n’ont pas de désir sexuel, on peut s’interroger à partir d’une commune humanité sur les conséquences psychiques de relations dans le cadre de l’esclavage, lequel nécessite la violence pour se perpétuer73.

  • 74 Joan Dayan, History, Haïti and the gods, Berkeley, Los Angeles et Londres, California University P (...)
  • 75 Garraway, op. cit., p. 26.
  • 76 Ingersoll, op. cit., p. 219.
  • 77 Trevor Burnard, Mastery, Tyranny, and Desire : Thomas Thistlewood and His Slaves in the Anglo-Jama (...)
  • 78 Arlette Gautier, « Droits du mariage et violences conjugales », Prochoix, no 36, avril 2006, p. 10 (...)

20Dayan et Garaway74 inscrivent ces relations dans leur cadre institutionnel : le Code Noir et les tortures qu’il autorise, où le Marquis de Sade aurait trouvé son inspiration. La violence, le désir et la sexualité sont intriqués dans l’identité des hommes blancs créoles et dans leur légitimité politique. « Le fonctionnement de la colonie libertine était complexe et apparemment contraditoire car il opérait à la fois pour assurer la subordination sociale et politique des races colorées à travers des mesures d’exclusion et l’hégémonie sexuelle des hommes blancs. » Ainsi, « le désir et la sexualité, loin d’adoucir les structures de pouvoir et d’oppression contribuent d’une façon fondamentale aux pratiques et idéologies de domination dans les colonies des Antilles françaises75 ». On peut certes supposer que Saint-Domingue est plus violente que la Guadeloupe ou la Martinique. L’énormité du nombre des déportations de captifs traumatisés par leur mise en esclavage au XVIIIe siècle rend difficile la constitution de liens pérennes sur les plantations et accroît la nécessité d’un système de terreur. Les jeunes hommes avides de faire fortune et de plaisirs y sont aussi bien plus nombreux et la proportion de femmes blanches plus faible. On peut penser que dans les îles du vent, comme à la Nouvelle-Orléans de 1731 à 179076, les épouses blanches, plus nombreuses, luttent individuellement et collectivement contre leurs rivales de couleur. Néanmoins, les textes mêmes de voyageurs ne confirment guère la moralisation des colonies. À la Jamaïque où, selon les auteurs de l’époque, il n’y aurait pas de contrainte sexuelle et où le concubinage blancs/esclaves déploierait ses vertus civilisatrices, un gérant décrit précisément dans son journal les coups de fouet donnés à des femmes qui se refusent mais aussi le viol comme méthode de punition77. Il vit trois concubinages, dont le dernier permet à la femme de devenir propriétaire de deux jeunes esclaves puis d’obtenir la liberté après la mort de son concubin. Elle n’a reçu qu’une fois la visite de voisines blanches, sa position reste donc marquée par son statut d’esclave. Pendant leurs trente-sept ans de vie commune, manifestement tendre, le gérant a eu des relations avec 138 esclaves, la plupart étant sa propriété ou appartenant aux plantations qu’il gérait. Il leur laisse souvent une petite somme, qui leur permet de combler leur faim, elle ou leurs enfants, ce qui représente une prostitution forcée. Il impose 37 fois des relations sexuelles « insatisfaisantes » à une esclave, après lesquelles elle fuit mais elle est rattrapée, fouettée, affublée d’un collier et d’une chaîne et même marquée au visage. Il finit par la vendre. Selon les mots mêmes de Thistlewood, son patron organise deux viols collectifs, suite auxquels une des esclaves marronne est reprise alors que deux autres sont fouettées parce qu’elles ont résisté. Pour les venger, une jeune esclave le dit à l’épouse du propriétaire, qui ne peut rien faire. Le gérant et le propriétaire sont parfaitement intégrés dans leur communauté et même membres éminents de la paroisse. Une seule femme, couturière, a donc vraiment tiré un bénéfice de ces multiples relations. Il n’y a pas de tel texte aux Antilles françaises et l’intensité de l’activité sexuelle de James Thistlewood est peut-être exceptionnelle, mais le libertinage des colonies est remarqué par tous les voyageurs, même si des planteurs ne l’acceptent pas chez eux. On voit néanmoins que l’esclavage n’interdit ni les résistances des esclaves à leur appropriation sexuelle ni la violence physique pour les punir de ces refus. Aujourd’hui encore, les violences envers les femmes sont d’autant plus élevées que la législation leur reconnaît peu de droits78.

  • 79 Paul Vigarello, Histoire du viol XVIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1998.
  • 80 Patrick Minges, Far more terrible for women. Personal accounts of women in slavery, Winston-Salem, (...)
  • 81 Burnard, 2004, p. 216 ; Mario Maestri, L’esclavage au Brésil, Paris, Karthala, 1991.

21Ce contexte de forte contrainte correspond à la définition actuelle de viol, que l’on considère comme aggravé lorsque l’auteur est en position d’autorité, ce qui est bien le cas du maître qui abuse de l’esclave ou qui dit à ses employés de se servir parmi elles. Il n’est pas nécessaire qu’il y ait violence physique si la menace est présente et elle l’était, comme le soulignent les instruments de torture présents sur chaque habitation. On peut voir un anachronisme dans cette définition du viol puisqu’il est fortement condamné sous l’ancien régime, mais uniquement pour sauver l’honneur des familles « respectables79 ». Toutefois, les anciennes esclaves américaines, interrogées pendant la grande crise de 1929, disent que l’esclavage est bien « plus terrible pour les femmes » à cause de cette violence sexuelle, bien qu’elles l’évoquent rarement pour elles mais toujours pour les autres80. Certains esclaves hommes la subirent sans doute également, ce qui est mentionné en Jamaïque et au Brésil81. L’esclavage est aussi sexuel.

  • 82 Stéphanie Mulot, « Le mythe du viol fondateur aux Antilles françaises », Ethnologie française, vol (...)
  • 83 Arlette Gautier, « Les familles esclaves aux Antilles françaises, 1635-1848 », Population, vol. 55 (...)
  • 84 Hilary Beckles, Natural rebels. A social history of enslaved black women in Barbados, Londres et N (...)

22Il ne s’agit pas de dire que le peuple antillais est né d’un viol82 ni de nier l’intelligence et le talent dont des esclaves femmes utilisèrent pour tirer le maximum de leur séduction, mais de déconstruire les discours esclavagistes du XVIIIe siècle qui posent les hommes blancs en seuls objets du désir des esclaves femmes et divisent ainsi les esclaves. Il y a une très large majorité d’esclaves par rapport aux blancs, aussi les enfants esclaves naissent-ils principalement de relations entre esclaves. Sur les grosses plantations, les esclaves vivent majoritairement en couple et les deux tiers des enfants avec leurs deux parents83. Aussi, les relations privilégiées blancs/esclaves sont fort minoritaires et ne peuvent pas être convoquées pour expliquer en priorité la situation de ces dernières. Les esclaves femmes font avant tout partie intégrante de leur communauté, même si elles subissent des discriminations et des violences spécifiques, qui font plutôt d’elles, selon Beckles, des « Rebelles naturelles84 ».

  • 85 John Garrigus, « Sons of the same father. Gender, race and citizenship in French Saint-Domingue, 1 (...)

23Ce sont surtout les femmes de couleur libres dont les textes de l’époque vantent la proximité avec les blancs, même si leur situation est en réalité plus complexe et mériterait des recherches approfondies85.

De l’esclavage à la liberté ?

  • 86 John Hope Franklin, De l’esclavage à la liberté. Histoire des Afro-Américains, Paris, Éditions car (...)
  • 87 Cité par Geneviève Fraisse, Les deux gouvernements, Paris, Folio essais, 2000, p. 40-47.
  • 88 Cité par Terry K. Kandall, The woman question in classical sociological theory, Miami, Florida Int (...)
  • 89 Comte considère que : « le sexe femelle est constitué en une sorte d’état d’enfance radicale », qu (...)
  • 90 Où il signifie le fait de séparer dans les élevages de poules l’œuf féminin du masculin.
  • 91 « Ce qui nous concernera ici est l’appropriation physique elle-même, le rapport où c’est l’unité m (...)
  • 92 Arlette Gautier, « Legal regulation of marital relations : historical and comparative approach », (...)

24Ce titre du beau livre de Hope Franklin sur les États-Unis86 semble postuler que l’abolition de l’esclavage marque pour les deux sexes l’obtention de la liberté. Pourtant, un tel système de discriminations légales au profit des hommes se met en place que l’on hésite à parler de liberté. Ainsi aux Antilles françaises, le code civil de Napoléon fait d’elles des mineures. Les épouses n’ont pas le droit de faire une action en justice, de toucher leurs salaires, alors que de nombreuses femmes travaillent, et le mari a un droit de correction sur femme et enfants. Surtout, le fait que l’épouse doit obéissance à son mari fait d’elle bien plus qu’une mineure car obéir, c’est ne pas avoir de liberté. C’est une esclave selon Victor Hugo : « La loi a des euphémismes, ce que j’appelle une esclave, elle l’appelle une mineure87. » John Stuart Mill, seul philosophe libéral à avoir appliqué les principes du libéralisme aux femmes, est du même avis en 1860 : « Les femmes peuvent être mieux traitées que des esclaves mais… aucun esclave ne l’est aussi profondément qu’une épouse ne l’est88. » Ce à quoi lui répond justement Auguste Comte : « La vente et l’impossession sont les deux principaux caractères de tout esclavage ; or, ils n’ont certainement jamais pu s’appliquer aux Occidentales des cinq derniers siècles89. » L’abolition de la vente, qui a séparé tant de familles esclaves et été une menace perpétuelle pour tous les captifs, transforme en effet radicalement le type de relation sociale vécue par les anciens esclaves. Le fait de pouvoir être propriétaire a des effets moins clairs puisque, selon le code civil, c’est le mari qui gère les biens et les salaires de son épouse. Le terme de sexage, emprunté par Guillaumin au dictionnaire Robert90 spécifie ce rapport social qui prive l’épouse de liberté sans le confondre avec l’esclavage91. En Haïti, le code civil, copié sur celui de la France, introduit les mêmes limites. La première constitution d’Haïti en 1805 statue même en son article 9 : « Personne ne peut être haïtien s’il n’est un bon père, un bon fils, un bon mari et surtout un bon militaire », excluant ainsi les femmes de la Nation haïtienne. Hommes et femmes ont cessé d’être esclaves avec l’abolition mais le sexage a été maintenu pour les épouses, au moins au niveau juridique. Le devoir d’obéissance des épouses françaises ne sera aboli qu’en 1938 et celui des Haïtiennes en 198492. Les anciennes esclaves ne sont donc pas passées de l’esclavage à la liberté mais de la propriété du maître à la dépendance envers le mari, celle-ci étant certes nettement moins destructrice.

  • 93 Myriam Cottias, « Free but minor. Slave women, citizenship, respectability, and social antagonism (...)
  • 94 Dayan, op. cit., p. 133.
  • 95 Angela Davis, Blues Legacies and Black Feminism: Gertrude Ma Rainey, Bessie Smith, and Billie Holi (...)

25Certes, de nombreuses Antillaises ne se marient pas, le mariage y est un marqueur social, plus même que religieux93. Si les femmes des milieux aisés doivent s’y plier, pour ne pas risquer de perdre leur respectabilité, des femmes des milieux populaires préféreraient le plasaj ou concubinage au mariage pour préserver leur indépendance94. Les chanteuses noires de blues revendiqueraient cette liberté, y compris sexuelle95. Néanmoins, leur situation peut être rendue plus difficile, du fait des possibilités d’emplois plus faibles des femmes, dans des secteurs peu rétribués. Ainsi, les militaires haïtiens reçoivent chacun quinze acres alors que les femmes n’obtiennent pas d’accès à la terre. De plus, à Haïti comme dans les départements antillais, alors que la polygamie africaine reconnaît des droits et des devoirs aux maris et pères, la polygamie de fait dans les anciennes colonies esclavagistes n’est aucunement régulée, car elle est supposée ne pas exister et n’être qu’un reliquat d’une barbarie à éradiquer.

Conclusion

  • 96 David Barry Gaspar et Darlene Clark Hine (éd.), More than chattel. Black women and slavery in the (...)
  • 97 Arlette Gautier, « Femmes et colonialisme », Marc Ferro (éd.), Le livre du noir du colonialisme : (...)

26L’ensemble des recherches menées sur l’esclavage dans l’Amérique des plantations confirme la pertinence d’une histoire des femmes et du genre. « Le genre a été une des forces les plus décisives dans la formation des sociétés esclaves… Les relations et attentes sexuées à l’intérieur des sociétés esclaves des Amériques constituaient une force puissante qui informaient les vies des esclaves d’une telle manière que les femmes expérimentaient l’esclavage d’une façon très différente de celle des hommes. Les femmes noires étaient exploitées en tant qu’esclaves tant dans leurs capacités reproductives que productives96. » Si le colonialisme bouleverse partout les rapports de pouvoir entre les sexes dans un sens plutôt négatif en leur accordant des ressources différentes97, l’esclavage se révèle la forme de colonisation qui radicalise le plus les inégalités entre les sexes et non pas celle qui produit une égalité de condition.

27Les potentialités d’analyse en termes de genre sont loin d’être épuisées et de nouvelles recherches doivent être menées sur les hommes en tant que sujets sexués, sur les constructions raciales, sexuées et de classe et la façon dont elles structurent les interactions. Les minutes notariales s’y prêtent d’ailleurs bien. Les particularités dans la construction de ces différences devraient aussi être comparées entre les colonies françaises de façon systématique.

Notes

1 Arlette Gautier, Les sœurs de Solitude. La condition féminine dans l’esclavage aux Antilles du XVIIe au XIXe siècle, Paris, éditions caribéennes, 1985.

2 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Préface d’Alain Corbin, Fontenay/Saint-Cloud, ENS Éditions, [1998], 2007.

3 Christian Schnackenbourg, La crise du système esclavagiste à la Guadeloupe, 1835-1847, Paris, L’Harmattan, 1980.

4 Jacques de Cauna, Une habitation de Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle. La sucrerie Fleuriau de Bellevue, Paris, Karthala, 1987.

5 Josette Fallope, Esclaves et Citoyens : Les Noirs à la Guadeloupe au XIXe siècle dans les processus de résistance et d’intégration 1802-1910, Basse-Terre, Société d’histoire de la Guadeloupe, 1992.

6 Anne Pérotin-Dumon, être patriote sous les tropiques, Basse-Terre, Société d’histoire de la Guadeloupe, 1985.

7 Nicole Vanony-Frisch, « Les esclaves de la Guadeloupe à la fin de l’ancien régime », Bulletin de la société d’histoire de la Guadeloupe, no 63-64, 1er-2e trimestre 1985.

8 Par exemple dans Jacques Marseille et Nadeije Laneyrie-Dagen (éd), Les grands événements de l’histoire du monde, La mémoire de l’humanité, Paris, Larousse, 1992.

9 Eric Hobsbawm, L’Ère des revolutions : 1789-1848, Paris, Fayard, 1970 ; Michel-Rolph Trouillot, Silencing the past. Power and the production of history, Boston, Beacon Press, 1995. Même occultée par l’historiographie, cette libération des esclaves par eux-mêmes a eu d’immenses répercussions, comme le souligne James Arnold (éd), Tree Of Liberty : Cultural Legacies of the Haitian Revolution in the Atlantic World, University of Virginia Press, 2008.

10 Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et F. Delabarre, Images d’empires, Paris, La Documentation française/La Martinière, 1997.

11 Marc Ferro, Histoire des colonisations : des conquêtes aux indépendances, XIIIe-XXe siècles, Paris, Éd. du Seuil, 1994.

12 Marie-José Jolivet, « Mémoire caraïbe, mémoire caribéenne et histoire coloniale », Ethnologie française, 2002, 32 (4), Numéro spécial « Outres-mers : statuts, cultures, devenirs » ; Christine Chivallon, « L’émergence récente de la mémoire de l’esclavage dans l’espace public : enjeux et significations », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 52-4bis, 2005, p. 601-612. Daniel Maximin, Stéphane Pocrain et Christiane Taubira, « Quelle mémoire de l’esclavage ? », Esprit, février 2007, p. 62-70. Dossier : « Antilles : la République ignorée ».

13 Myriam Cottias, La question noire. Histoire d’une construction coloniale, Paris, Bayard, 2007 ; Pap Ndiaye, La condition noire. Essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

14 www.comite-memoire-esclavage.fr

15 Gérard Noiriel et Nicolas Offenstadt ont compilé un dossier sur ce sujet qui différencie la nécessaire liberté de l’historien des responsabilités de l’Etat qui a organisé ce crime contre l’humanité. Gérard Noiriel et Nicolas Offenstadt, « Histoire et politique autour d’un débat et de certains usages », Nouvelles Fondations, no 2, 2006.

16 http://www.esclavages.cnrs.fr/spip.php?article509

17 Françoise Vergès, La mémoire enchaînée. Questions sur l’esclavage, Paris, Albin Michel, 2006.

18 Laurent Dubois, Les esclaves de la République : l’histoire oubliée de la première émancipation, 1789-1794, Paris, Calmann-Lévy, 1998.

19 Yann Moulier-Boutang, De l’esclavage au salariat. Économie historique du salariat bridé, Paris, PUF, Collection Actuel Marx, 1998 ; Yves Benot, La modernité de l’esclavage, Paris, La Découverte, 2003.

20 Olivier Pétré-Grenouilleau, Traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, folio histoire, [2004], 2006.

21 Jean-Michel Deveau, Femmes esclaves d’hier à aujourd’hui, Paris, France Empire, 1998.

22 Jocelyne Jacquot, « La femme dans le marronnage à la Martinique d’après le Journal Officiel de la Martinique 1834-1848 », Dorigny, op. cit., 1999, p. 99-108.

23 Gilbert Pago, Les femmes dans la liquidation du système esclavagiste à la Martinique 1848 à 1852, Matoury, Ibis rouge éditions, 1998.

24 Nelly Schmidt, La France a-t-elle aboli l’esclavage ? Guadeloupe – Martinique – Guyane – 1830-1935, Paris, Perrin, 2009.

25 Éric Fassin et Didier Fassin (éd), De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, éditions La Découverte, 2006.

26 Frédérique Beauvois, « La liberté pour solde de tout compte », Olivier Pétré-Grenouilleau (éd), Abolir l’esclavage. Un réformisme à l’épreuve (France, Portugal, Suisse, XVIIIe-XIXe siècles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 277-291.

27 Nelly Schmidt, L’abolition de l’esclavage : Cinq siècles de combats (XVIe-XXe siècles), Paris, Fayard, 2005, op. cit., p. 11. Oruno D. Lara, La liberté assassinée : Guadeloupe, Guyane, Martinique et la Réunion en 1848-1856, Paris, l’Harmattan et Épinay-sur-Seine, Centre de recherches Caraïbes-Amériques, 2005.

28 Arlette Gautier, « Politiques démographiques et familiales dans les départements français d’Outremer depuis 1946 ». Cahiers des sciences humaines de l’ORSTOM, no 4, 1988, p. 389-402.

29 Secrétariat d’État aux départements et territoires d’outre-mer, La politique sociale dans les départements d’outre-mer, Paris, multigr., 1976, p. 17.

30 Arlette Gautier, « Nou paz enfan batar. La construction du genre Outre-mer par la France », Clio. Histoire, femmes, sociétés, no 11, décembre 2000, p. 81-106. www.clio.revues.org/index1126.html

31 Alors que l’on dit souvent que tous les indicateurs sociaux sont meilleurs aux Antilles françaises, une comparaison systématique avec les autres Antilles indique que ce n’est pas toujours le cas. À niveau de vie équivalent, les pathologies spécifiques sont mieux traitées dans les îles indépendantes (Arlette Gautier, « Procréation et famille en Guadeloupe », Espaces, population, sociétés, no 2, 2004, p. 207-219. Numéro spécial Regards croisés vers l’Outre-mer français).

32 Michel Giraud, « Le malheur d’être partis », Esprit, 332, février 2007, p. 56.

33 Pascale Barthélémy, Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier (éd), Les femmes dans l’histoire, Collection « Comprendre et enseigner », Paris, Belin, à paraître en 2010.

34 Harris Memel-Fotê, « La traite des négresses au XVIIIe siècle », Christine Fauré (éd), Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, PUF, 1997, p. 233-276.

35 Lucille Mathurin Mair, « Women field workers in Jamaica during slavery », Brian L. Moore, Barry W. Higman, Carl Campbell et Patrick Bryan (éd.), Slavery, freedom and gender. The dynamics of Caribbean society, Mona, University of the West Indies Press, [2001] 2003, p. 189.

36 Malgré les ouvrages coordonnés par Claude Meillassoux (éd.), L’esclavage en Afrique pré-coloniale, Paris, Maspéro, 1975 et par Claire Robertson et Martin Klein (éd.), Women and slavery in Africa, Madison, University of Wisconsin press, 1983.

37 Gwyn Campbell, Suzanne Miers et Joseph Miller (éd.), Women in Slavery. Africa, the Indian Ocean World, and the Medieval North Atlantic, Athens, Ohio University Press, 2008, vol. 1.

38 Catherine Coquery-Vidrovitch, Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du XIXe siècle au XXe siècle, Paris, éditions Desjonquières, 1994 ; Odile Goerg, « Perspectives historiques sur le genre en Afrique », Groupe Afrique Cahiers, L’Harmattan, no 23, 2007.

39 Arlette Gautier, « Genre et esclavage aux Antilles françaises. Bilan de l’historiographie française », Philippe Hrodej (éd.), L’esclave et la plantation. De l’établissement de la servitude à son abolition. Un hommage à Pierre Pluchon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 161-184.

40 Anne Perotin-Dumon, La ville aux îles, la ville dans l’île : Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, Guadeloupe, 1650-1820, Paris, Karthala, 2000.

41 Frédéric Régent, Esclavage, métissage, liberté. La révolution française en Guadeloupe, Paris, Grasset, 2004 ; Frédéric Régent, La France et ses esclaves. De la colonisation aux abolitions (1620-1848), Paris, Grasset, 2007.

42 Caroline Oudin-Bastide, Travail, capitalisme et société esclavagiste. Guadeloupe, Martinique (XVIIe - XIXe siècles), Paris, éditions La Découverte, 2005.

43 Bernard Gainot, Les officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire (1792-1815) : de l’esclavage à la condition militaire dans les Antilles françaises, Paris, Karthala, 2007.

44 Laurent Dubois, Les Vengeurs du Nouveau Monde. Histoire de la révolution haïtienne, Rennes, Les Pérséides, 2005.

45 Bernard Moitt, Women and slavery in the French Antilles, 1635-1848, Bloomington, Indiana University Press, 2001. Sauf pour le XIXe siècle, son ouvrage est écrit à partir de travaux publiés par d’autres chercheurs, dont il fait parfois une lecture hâtive. Par exemple, il me reproche à quatre reprises, de ne pas donner le chiffre global des esclaves qualifiés à Nippes, alors que je le fais en explicitant ma méthode de calcul p. 216.

46 Gwyn Campbell, Suzanne Miers et Joseph Miller (éd.), Women in Slavery : The Modern Atlantic, Athens, Ohio University Press, 2007, vol. 2.

47 Claire Robertson et Marsha Robinson, « Re-modeling slavery as if women mattered », Campbell, Miers et Miller (éd.), op. cit., p. 253-283, notamment p. 274 ; Diana Patton, « Bibliographic essay », Pamela Scully et Diana Patton (éd.), Gender and slave emancipation in the Atlantic world, Durham et Londres, Duke University Press, 2005, p. 328-356.

48 Mamadou Diouf et Ulbe Bosma (éd.), Histoires et identités dans la Caraïbe. Trajectoires plurielles, Paris, Karthala, 2004 ; Yvon Chotard (éd.), « Les femmes dans la traite et l’esclavage », Cahiers des anneaux de la mémoire, Nantes, 2003, no 5.

49 Joan W. Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les cahiers du GRIF, no spécial « Le genre de l’histoire » no 37-38, printemps 1988, p. 129-130 ; Joan W. Scott, « Le genre, une catégorie d’analyse toujours utile ? », Diogène, no 225, janvier-mars 2009, p. 5-14, no spécial « Nouvelles perspectives dans les Gender Studies ».

50 Voir les articles contradictoires de Christine Bard, Sylvie Chaperon, Cécile Dauphin et Michèle Riot-Sarcey dans Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey et Claude Zaidman, Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, 2003.

51 Hilary Beckles, « Sexe et genre dans l’historiographie de l’esclavage caraïbe », Diouf et Bosma (éd), op. cit., 2004, p. 136 et p. 138.

52 Arlette Gautier, « Traite et politiques démographiques esclavagistes », Population, vol. 41, no 6, novembre 1986, p. 1005-1024.

53 Vertus Saint-Louis, « Femmes et familles dans la société esclavagiste de Saint-Domingue », Revue haïtienne d’histoire et de géographie, no spécial « Les femmes et l’esclavage », vol. 76, no 210, janvier-mars 2002, p. 2-12.

54 Dayan, op. cit., p. 54-65.

55 Arlette Gautier, « Régimes démographiques, genre et procréation », Régimes démographiques et territoires, Paris, PUF/AIDELF, 2000, p. 19-32 ; Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes, Paris, L’Harmattan, bibliothèque du féminisme, 1998.

56 Régent, op. cit., 2007, p. 9.

57 Gautier, op. cit., 2008, p. 172.

58 Claude Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, [1986] 1998 ; Jennifer L. Morgan, Laboring women. Reproduction and gender in New World Slavery, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2004.

59 Georges Duby et Michelle Perrot (éd.), L’histoire des femmes, Paris, Plon, 5 tomes, 1991-1992.

60 Gautier, op. cit., 2008, p. 162.

61 Memel-Fôté, op. cit.

62 Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française, Paris, La Découverte, 2006, p. 200.

63 Dorlin, op. cit., p. 233.

64 Antoine Gisler, L’esclavage aux Antilles françaises (XVIIe-XIXe siècles), Éditions universitaires Fribourg, 1965.

65 Thomas Ingersoll, Mammon and Manon in early New Orleans. The first Slave Society in the Deep South, 1718-1819, Knoxville, University of Tennessee Press, 1999, p. 139-142.

66 Saint-Louis, op. cit., p. 2-12.

67 Robertson et Robinson, op. cit., p. 264 et 274.

68 Edward W. Said, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil, [1975] 2005, p. 207.

69 Dorlin, op. cit., p. 62-63 et p. 255 ; Arlette Gautier, « Ces coquines de Négresses et de Mûlatresses, Le “harem colonial” esclavagiste aux Antilles françaises », Bulletin du CEIMA, no 5, mars 2009, p. 153-166, numéro spécial « Grande-Bretagne/France : regards croisés sur l’esclavage et son abolition ».

70 Henrice Altink, « Deviant and dangerous. Proslavery representations of Jamaican slave women’s sexuality ca. 1780-1834 », Campbell, Miers et Miller (éd.), op. cit., 2008, p. 209-219 ; Robertson et Robinson, op. cit., p. 274.

71 Régent, op. cit., 2004, p. 58.

72 Daniel Maximin, L’isolé soleil, Paris, éd. du Seuil, 1981 ; Gisèle Pineau et Marie Abraham, Femmes des Antilles. Traces et voix. Cent cinquante ans après l’abolition de l‘esclavage, Paris, Stock, 1998 ; Evelyne Trouillot, Rosalie l’infâme, Paris, Dapper littérature, [2003] 2008.

73 Oudin-Bastide, op. cit., p. 251-268, curieusement n’applique pas cette nécessité de la violence à la compréhension des relations sexuelles Blancs/esclaves p. 277. C’est l’objet, au contraire, de nombreux écrits américains, cf. Patton, op. cit., p. 344.

74 Joan Dayan, History, Haïti and the gods, Berkeley, Los Angeles et Londres, California University Press, 1995, notamment p. 190 ; Doris Lorraine Garraway, The libertine colony : creolization in the early French Caribbean, Durham, N. C. et Londres, Duke University Press, 2005.

75 Garraway, op. cit., p. 26.

76 Ingersoll, op. cit., p. 219.

77 Trevor Burnard, Mastery, Tyranny, and Desire : Thomas Thistlewood and His Slaves in the Anglo-Jamaican World, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2004, notamment p. 156-162 et p. 209-239.

78 Arlette Gautier, « Droits du mariage et violences conjugales », Prochoix, no 36, avril 2006, p. 109-134.

79 Paul Vigarello, Histoire du viol XVIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

80 Patrick Minges, Far more terrible for women. Personal accounts of women in slavery, Winston-Salem, John F. Blair Publisher, 2006.

81 Burnard, 2004, p. 216 ; Mario Maestri, L’esclavage au Brésil, Paris, Karthala, 1991.

82 Stéphanie Mulot, « Le mythe du viol fondateur aux Antilles françaises », Ethnologie française, vol. 37, no 3, 2007.

83 Arlette Gautier, « Les familles esclaves aux Antilles françaises, 1635-1848 », Population, vol. 55, no 6, 2000, p. 975-1001.

84 Hilary Beckles, Natural rebels. A social history of enslaved black women in Barbados, Londres et New Brunswick, Zed books ltd et Rutgers University Press, 1989.

85 John Garrigus, « Sons of the same father. Gender, race and citizenship in French Saint-Domingue, 1760-1792 », Adams C. (éd.), Visions and revisions of the French Eighteen-Century France, The Pennsylvania State University Press, 1997, p. 137-153 ; Dominique Rogers, « Réussir dans un monde d’hommes : les stratégies des femmes de couleur libres du Cap-Français », Journal of Haitian Studies, vol. 9, no 1, été 2003, p. 40-51 ; Stewart King, Blue Coat or Powdered Wig : Free People of Color in Pre-Revolutionary Saint-Domingue, Athens, University of Georgia Press, 2001.

86 John Hope Franklin, De l’esclavage à la liberté. Histoire des Afro-Américains, Paris, Éditions caribéennes, 1984.

87 Cité par Geneviève Fraisse, Les deux gouvernements, Paris, Folio essais, 2000, p. 40-47.

88 Cité par Terry K. Kandall, The woman question in classical sociological theory, Miami, Florida International University Press, 1988, p. 54.

89 Comte considère que : « le sexe femelle est constitué en une sorte d’état d’enfance radicale », qui serait chez elle un état définitif (cité par Kandall, op. cit., p. 54).

90 Où il signifie le fait de séparer dans les élevages de poules l’œuf féminin du masculin.

91 « Ce qui nous concernera ici est l’appropriation physique elle-même, le rapport où c’est l’unité matérielle qui est prise en main et non la seule force de travail. Nommé “esclavage” et “servage” dans l’économie foncière, ce type de rapport pourrait être désigné sous le terme de “sexage” pour ce qui concerne l’économie domestique moderne, lorsqu’il concerne les rapports de classes de sexe », Guillaumin Colette, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Éditions côté-femmes, 1992, p. 19-20.

92 Arlette Gautier, « Legal regulation of marital relations : historical and comparative approach », International Journal of Law, Policy and the Family, no 19, mars 2005, p. 47-72. Le devoir d’obéissance est d’ailleurs encore exigé dans un quart de 148 pays en 2004.

93 Myriam Cottias, « Free but minor. Slave women, citizenship, respectability, and social antagonism in the French Antilles, 1830-1890 », Campbell, Miers et Miller (éd.), op. cit., p. 186-206.

94 Dayan, op. cit., p. 133.

95 Angela Davis, Blues Legacies and Black Feminism: Gertrude Ma Rainey, Bessie Smith, and Billie Holiday, New York, Vintage Books, 1999; Gloria Wekker, The Politics of Passion: Women’s Sexual Culture in the Afro-surinamese Diaspora, New York, Columbia University Press, 2006.

96 David Barry Gaspar et Darlene Clark Hine (éd.), More than chattel. Black women and slavery in the Americas, Bloomington and Indianapolis, Indiana University press, 1996, p. IX.

97 Arlette Gautier, « Femmes et colonialisme », Marc Ferro (éd.), Le livre du noir du colonialisme : de l’extermination à la repentance, Paris, Hachette littérature, 2003, p. 759-811.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search