Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Troisième partie. Des outils et des armes

Chapitre VII. La division sexuelle du travail des esclaves

Texte intégral

1C’est pour l’extorsion gratuite de leur travail que des millions de captifs ont été déportés à travers l’océan Atlantique. Il serait faux de dire pour autant que les esclaves ne formaient qu’une masse indifférenciée soumise aux maîtres. Progressivement, ces derniers ont diversifié les tâches qui étaient attribuées aux esclaves et ont voulu les intégrer aux plantations par toutes sortes de stimulants autres que le salaire, bien sûr inconnu sur les plantations : nourriture, vêtements, logement, gratifications, prestige, sans parler de la liberté de mouvement procuré par certains travaux ou des possibilités d’affranchissement. Les maîtres ont été jusqu’à déléguer à certains esclaves un réel pouvoir sur les actes de leurs compagnons d’infortune. Il faut retracer cette histoire qui s’entrelace avec celle de la rencontre entre deux cultures, dont un des aspects les plus fondamentaux est la division sexuelle des tâches. Celle-ci est l’effet d’une histoire complexe en Afrique et en France, alors que la part de choix, c’est-à-dire de stratégie du maître et de résistance de l’esclave, formés tous deux par cette histoire mais confrontés à une situation où ils défendent des intérêts actuels, est plus manifeste aux Antilles.

  • 1 Ruth Landes, « Negro slavery and female status », Mémoires de l’IFAN, 27, 1953, Les Afro-Américain (...)
  • 2 Gerda Lerner, De l’esclavage à la ségrégation, 1972, traduction française, Paris, Denoël/Gonthier, (...)

2Ainsi deux historiennes américaines : Ruth Landes et, dans une moindre mesure, Gerda Lerner, ont pu écrire que les distinctions établies ont surtout profité aux femmes, du fait du préjugé sexuel des hommes blancs qui tendaient à dévaluer positions et possibilités des hommes noirs dans leurs relations tant personnelles que sociales au profit de celles des femmes noires1. Celles-ci, en effet, ont été mises au service de la famille blanche. « Dès la période esclavagiste, les femmes noires se sont occupées des bébés et des enfants blancs, ont soigné des malades et aidé les foyers blancs à fonctionner sans anicroches. Ces contacts intimes ont fait d’elles les interprètes et les intermédiaires de la culture blanche dans les foyers noirs2. » Cette affirmation a été reprise pour les Antilles françaises par Fritz Gracchus, qui se fonde sur les travaux de M. Debien tout en les déformant. Il est donc nécessaire de voir la mise en place de la division sexuelle du travail, les positions, statuts et avantages de chacun pour comprendre quelles alliances les maîtres ont recherchées.

Des esclaves « bêtes de charge » aux esclaves à talents

3Dans un premier temps, les habitations, vouées aux vivres et au petun (tabac), sont petites. Elles sont tenues par un colon, qui décide de l’orientation de la production, mais est obligé de travailler lui-même aux cultures avec quelques auxiliaires. Ceux-ci peuvent être des « alloués », c’est-à-dire des hommes, souvent d’origine paysanne, qui ne peuvent payer le passage et qui le remboursent par trente-six mois de travail, leurs 300 livres de gage correspondent au prix du billet retour. S’ils ne sont pas morts au terme de ces trois ans, on leur donne une concession qu’ils défrichent et plantent. Ils s’associent entre eux ou avec des marchands qui leur avancent de l’argent, leur trouvent des engagés ou des esclaves.

  • 3 Jean-Baptiste Dutertre, Histoire générale des Antilles habitées par les Français, Jolly, 1667, II, (...)
  • 4 Labat, Nouveau voyage aux isles de l’Amérique, Jean de Nully, 1742, VI, p. 120.
  • 5 Jacques Bouton, Relation de l’établissement des Français depuis l’an 1635 en l’île de la Martiniqu (...)
  • 6 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 486.
  • 7 ANSOM, G1 468.
  • 8 Dutertre, ibid.

4Ces esclaves peuvent être des « sauvages » : Brésiliens ou Arouagues. Ces derniers sont vendus par les Caraïbes qui « réservent ordinairement les femmes aussi bien à leurs plaisirs qu’à leur ménage3 », les premiers par les Hollandais dans leur guerre contre les Portugais au Brésil. Ce trafic continue jusqu’à l’époque de Labat en 1696 : « Il arrive que nos barques qui vont traiter à l’île de la Marguerite et aux bouches des rivières Orénoque prennent, en troc de leur marchandise, des Indiens qu’ils nous rapportent4. » Ces esclaves ont toujours été peu nombreux, aussi bien en 16405 qu’en 1667, où ils sont au service de M. le Gouverneur, des officiers et des principaux habitants6 ; il y a en Guadeloupe 51 Sauvages et Tapouis en 1671 et 16 en 16967. Leur utilisation est très particulière car « les Arouagues meurent de mélancolie de suite de la privation de la liberté et d’appréhension. Il faut les traiter en apparence comme s’ils étaient libres, car plus on leur témoigne de douceur et de familiarité, plus ils tâchent de faire bien les choses qu’on leur demande8 ». Aussi ne les utilise-t-on qu’à leurs occupations traditionnelles : chasse et pêche.

  • 9 Mathias Dupuis, Relation de l’établissement d’une colonie française dans la Guadeloupe, isle de l’ (...)
  • 10 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 368. Voir également Dutertre, Histoire de l’établissement… (...)
  • 11 Dutertre, Histoire de l’établissement…, op. cit., p. 475 ; Pierre Pelleprat, Relation des missions (...)

5Les esclaves noirs, pris sur les galions espagnols ou apportés par les Hollandais, peuvent pratiquer la pêche et la chasse aux cochons (comme le premier esclave dont la présence est signalée en Guadeloupe9), mais ils cultivent surtout le petun. Les premiers textes des chroniqueurs insistent sur la communauté de sort entre esclaves et engagés. « Ils sont honnêtement traités, ne diffèrent en rien des serviteurs français sinon qu’ils sont serviteurs et servantes perpétuelles », déclare l’anonyme de Saint-Christophe, sans doute le père Pacifique de Provins qui y exerça en 163510. Par la suite, le dominicain Dutertre et le jésuite Pelleprat, forts d’une expérience, l’un en Guadeloupe de 1639 à 1645, l’autre d’un séjour aux îles en 1656, notent que les engagés sont « plus mal traités que les esclaves : on ne les poussait au travail, affaiblis par la misère et la faim, qu’à coups de hallebardes11 ». Pourtant, les esclaves aussi sont mal nourris et ne survivent qu’en vendant des herbages et du bois.

  • 12 Dutertre, Histoire de l’établissement…, op. cit., p. 475.

6L’expression qui revient le plus souvent pour qualifier le rôle des esclaves en ce milieu du siècle est celle de « bêtes de charge ». Selon Dutertre : « Nos habitants ne traitent ces pauvres misérables ni plus ni moins que nous traitons les chevaux en France. Ils en tirent du travail autant que la nature leur en peut permettre, s’ils les sollicitent dans leurs maladies c’est plutôt de peur de perdre ce qu’ils valent et leur service que par compassion qu’ils aient de leurs maux12. » Les esclaves travaillent à éjamber les roseaux de petun jusqu’à une heure du matin et reprennent vers quatre/cinq heures.

  • 13 Pour tout ce paragraphe, voir Christian Schnackenbourg, « Notes sur l’origine de l’industrie sucri (...)
  • 14 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 453.

7Tout change en 1654 avec l’arrivée en Guadeloupe puis en Martinique de Hollandais et de Juifs portugais chassés du Brésil, où ils étaient installés depuis un quart de siècle, et vivaient dans une société fondée sur le sucre et l’esclavage. Ils apportent le capital, les esclaves et surtout les techniques et le « tour de main » nécessaires13. En 1671, 122 habitations sucreries fonctionnent dans l’archipel guadeloupéen et 111 en Martinique. Tout le commerce est fait par les Hollandais qui fournissent les esclaves. L’opposition entre « grands » et « petits » Blancs naît. En effet, le sucre demande de gros investissements en bestiaux et en esclaves. Seuls ont accumulé le capital nécessaire les nobles et officiers royaux de haut rang comme les gouverneurs de la Guadeloupe ou de Saint-Domingue, des habitants étroitement liés à des négociants européens d’origine hollandaise et les ordres religieux. Ils ont tous acheté des habitations en 1680, profitant de la baisse du cours du tabac qui entraîne une émigration des petits Blancs. Les Européens passent de 5 009 en 1664 à 3 112 en 1671. Cette crise n’est pas si nette en Martinique où le nombre d’habitations sucrières croît de 1671 à 1684 alors que celui des autres habitations reste stationnaire. Le nombre des Blancs augmente légèrement car les petits habitants plantent des cannes qu’ils apportent au moulin du voisin. Cependant, l’installation des engagés comme propriétaires est devenue impossible dans les petites Antilles : en 1667, selon Dutertre, les habitations y sont plus chères qu’en France14.

  • 15 Martinique, G1 499, Guadeloupe, G1 468, Saint-Domingue, G1 509. 1656 : Schnackenbourg, Statistique (...)
  • 16 Bouton, op. cit., p. 99.
  • 17 Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 897.

8Les esclaves deviennent alors majoritaires aux Antilles françaises. Évalués par le père Breton à 20 % de la population totale en 1640, ils forment en 1664, 55,7 % des 11 347 Guadeloupéens, proportion qui ne diminuera plus15. En Martinique, les esclaves obtiennent la majorité entre 1658 et 1660. Cette évolution est plus tardive à Saint-Domingue où le petun est encore la culture dominante en 1680 : 2 102 esclaves forment 30 % de la population mais cette proportion croît vite : 42 % en 1686, 66 % en 1700. Bouton déclarait déjà qu’un esclave était plus utile qu’un engagé. En effet, « celui-ci a besoin d’habits, demande des gages, n’est pas si accoutumé aux chaleurs : là où les Noirs sont pour toute une vie, n’ont besoin que de quelque linge pour couvrir leur honte, n’ont rien que leur vie et encore bien misérablement, se contentant de cassave et de pois et sont faits à l’air et au chaud, quoique s’ils n’y prennent garde ils sont sujets à une vilaine maladie des pians16 ». M. Petit-Jean-Roget a démontré que le prix d’un esclave s’amortissait en deux ans. Un maître d’habitation à petun « qui reste en général six ans aux Antilles a certes intérêt à acheter un esclave mais la marge reste étroite, compte tenu des aléas inhérents à toutes les activités industrielles ou liés à l’existence de l’esclave soumis à des conditions très pénibles. Il n’en est pas de même de l’habitant sucrier qui a besoin au moins de vingt-quatre esclaves pour la coupe de la canne et la sucrerie17 ».

  • 18 Brunetti, AN, Col., C8 B1, fol. 7, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 731.
  • 19 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 468.
  • 20 Comte de Blénac, AN, Col., C8 A3, 12 novembre 1681. Intendant Robert, id., C8 A9, fol. 266-314, 21 (...)

9Il faut rentabiliser l’achat des esclaves. Dès 1660, on leur apprend « toutes sortes de métiers en quoi ils sont fort adroits, hommes et femmes18 ». Houel, gouverneur de la Guadeloupe mais aussi un des plus gros propriétaires d’esclaves, est « un des premiers à mettre les enfants nègres en apprentissage comme charrons, menuisiers, tailleurs de pierre, maçons, couteliers, sucriers, confiseurs, tous habiles dans leurs métiers ». En 1667, « dans beaucoup de cases en Martinique et en Guadeloupe, on fait apprendre aux nègres à torquer (tordre les feuilles de tabac) et quoiqu’il n’y ait pas grand profit, c’est pourtant une grande commodité parce que les maîtres en disposent comme il leur plaît, ce qu’ils ne peuvent faire avec des torqueurs français qui font souvent la débauche et dans laquelle on a peine à les retirer bien que la besogne soit pressée19 ». En 1680, le comte de Blénac, gouverneur des îles, explique que les habitants n’utilisent plus que des esclaves comme chasseurs, pêcheurs, commandeurs et tous les services domestiques parce qu’ils ne leur paient pas de gages et que cela leur est donc plus profitable. Bref, à peine 40 ans après le début de cette pratique, l’intendant Robert peut conclure : « Tout le travail en ce pays-ci est fait par les nègres20. »

  • 21 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 477.

10Parallèlement, une sensibilité raciste apparaît puisqu’en 1667, Dutertre peut ajouter à sa description de 1654 sur le triste sort des engagés : « Et souvent, on les oblige de travailler en compagnie des esclaves, ce qui afflige ces pauvres gens plus que les peines excessives qu’ils souffrent21. » Une hiérarchie raciale se met en place : le Noir et le Blanc ne travaillent plus côte à côte la terre, l’un et l’autre soumis à un maître qui travaille avec eux.

  • 22 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 454 et p. 489 ; selon Chauleau, op. cit., p. 93, Mm (...)
  • 23 ANSOM, G1 468.

11À une division raciale et sociale s’ajoute une différenciation sexuelle. Selon le double modèle africain et européen, les femmes ne participent pas aux travaux artisanaux : elles sont utilisées aux soins du ménage. Ceux-ci se développent quand les maîtres de case deviennent plus riches et se marient. Cependant, les femmes montrent beaucoup de réticences à employer des Noires. Elles préfèrent les engagées ou les Indiennes : « Les femmes brésiliennes sont des trésors dans les familles ; car outre qu’elles font les choses du ménage auxquelles on les applique plus proprement que les nègres, elles sont plus habiles. Nos demoiselles françaises sont ravies d’en avoir pour porter leurs enfants, qui n’en ont pas tant d’aversion que des femmes mores, et j’en ai vues qui s’en servaient même pour les nourrir22. » Cependant, ces catégories sont rares : il y a 49 engagées en 1671 en Guadeloupe, 10 sauvages et 8 sauvagesses libres au service de M. Chastaudubois et une autre sauvagesse23. Bref, il faut bien utiliser quelques Noires…

12Une distinction s’installe entre esclaves : de houe, ouvriers et commandeurs, domestiques. Il faut voir quelles différences réelles de traitement elle implique et comment elle affecte le statut des hommes et des femmes.

L’atelier

13Dans le cadre de l’atelier, c’est-à-dire des esclaves qui participent à la production, on trouve d’un côté un personnel qualifié et d’encadrement purement masculin et de l’autre, une majorité de travailleurs non qualifiés où la proportion des femmes est souvent importante.

Les hommes qualifiés

Les commandeurs

  • 24 Biet, op. cit., p. 322 et 290.

14La fonction de commandeur apparaît avec les grosses habitations. Ainsi, à la Barbade anglaise, l’abbé Biet écrit en 1652 que « les engagés sont très mal traités ayant toujours auprès d’eux quand ils travaillent des commandeurs, comme autant de commandants de galères, avec un bâton duquel ils les réveillent souvent lorsqu’ils ne travaillent pas si vite qu’ils le désirent24 ». Les premiers commandeurs sont blancs mais dès 1680, des esclaves le deviennent, ce que recommande vivement Labat, procureur syndic de la sucrerie des dominicains, parce qu’ils créent moins d’ennuis dans les ménages. À Nippes, dans le sud de Saint-Domingue, dont le développement a été plus lent que celui du nord ou de l’ouest et qui reste un quartier de petites habitations, il n’y a plus de commandeurs blancs après 1722.

  • 25 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., III, p. 373 et IV, p. 193.
  • 26 Marquis de Caseaux, Essai sur l’art de cultiver la canne, 1782, p. 288.
  • 27 Debien, « Les cases des esclaves de plantation », Notes d’Histoire coloniale 98, 1966, p. 20.

15Le père Labat a bien décrit son rôle : « Le commandeur, c’est-à-dire l’homme blanc ou noir, qui a soin de commander et de conduire les nègres au travail, de veiller sur leurs actions, de les faire assister aux prières et exécuter les ordres qu’il a reçus du maître… Il doit aussi veiller à ce que les cases des nègres soient propres, les jardins bien entretenus, empêcher que les nègres étrangers se retirent de jour ou de nuit dans les cases des habitations et apaiser les différends qui naissent entre les ménages25. » Il commande donc jusqu’à la vie privée des esclaves. Les Blancs se déchargent sur lui de leur conduite. Selon le marquis de Caseaux, propriétaire sucrier à Saint-Domingue : « L’économe ne doit avoir besoin de passer qu’entre 10 et 11 heures et à 5 heures du soir26. » Même son logement, décalé par rapport à celui des esclaves de culture, matérialise son rôle de surveillance27.

  • 28 Ducœurjoly, Manuel des habitants de Saint-Domingue, Paris, 1802, p. 54.
  • 29 Gabriel Debien, « Plantations et esclaves à Saint-Domingue : la sucrerie Foäche et ses esclaves (1 (...)

16Les maîtres lui donnent les moyens de cette politique : il a la charge des punitions légères28. Selon les instructions du grand propriétaire sucrier Foäche à son gérant en 177529 : « Il est nécessaire que les commandeurs soient respectés et une réponse insolente qui leur serait faite doit être punie avec sévérité par ordre et en présence du propriétaire ou de celui qui le représente… Pour rendre les commandeurs plus respectables aux nègres et les attacher à bien faire leur devoir, il faut les mettre dans l’aisance et les distinguer. Le premier commandeur doit être surtout distingué par son meilleur habillement et meilleur logement et avoir abondance de vivres. » Il n’a même pas à travailler sa place : sur l’habitation de Foäche du moins un esclave désigné par le régisseur et toujours différent travaille deux heures chaque après-midi et une journée entière pour la place à vivres du commandeur. Les maîtres tentent de l’empêcher d’user de ce pouvoir pour ses propres fins : « Que tous ces avantages lui viennent du maître, qu’il ne puisse s’en procurer aucun sur les nègres, et que tout l’atelier sache qu’il ne peut exiger aucun travail et qu’il est spécialement obligé de maintenir le bon ordre parmi eux et qu’ils puissent réclamer sans inquiétudes contre ses injustices s’il en commettait. »

  • 30 ANSOM, Minutes Beaulieu, 8 février 1760 : sucrerie Lomenie de Marmé ; 14 août 1766 : indigoterie J (...)
  • 31 Debien, « Plantations », op. cit., p. 120.

17Sur les grosses habitations, il peut y avoir plusieurs commandeurs. Ainsi, à Nippes, il y en a sur l’habitation de Marmé 2 en 1760 pour 107 esclaves travaillant, 4 pour les 161 esclaves en 176630. Pour 584 esclaves, Foäche en compte 2 : « que leur bien-être soit modéré et toujours la récompense de leur bonne conduite31 ».

  • 32 Poyen de Sainte-Marie, De l’exploitation des sucreries, Basse-Terre, 1792, p. 14.
  • 33 AD, Guadeloupe, MN 4/80, no 27, 3-16 septembre 1844.

18Le colon sucrier guadeloupéen Poyen de Sainte-Marie recommandait d’utiliser un commandeur femme pour diriger l’atelier des enfants de 8 à 12 ans : « tant pour la douceur qui est l’apanage de leur sexe que parce qu’elles entendent mieux les soins encore nécessaires aux jeunes… De cette première éducation dépend, pour ainsi dire, la manière d’être esclave. Elle doit les accoutumer à l’obéissance, ne pas souffrir qu’ils raisonnent lorsqu’on les commande, encore moins qu’ils se querellent entre eux32 ». Sur toutes les listes que j’ai étudiées, je n’ai trouvé qu’une seule femme commandeur : sur l’habitation sucrerie Deville en 184433. Elle devait être soumise à l’autorité d’un des deux autres commandeurs, alors appelé « Premier commandeur ».

19Un esclave noir a donc une fonction de tout premier plan sur l’habitation.

Les ouvriers

20Mais la plupart des hommes qualifiés le sont en tant qu’ouvriers. Ils sont nombreux dans les travaux du bois : charpentiers, scieurs de long, tonneliers qui font les fûts pour transporter sucre et café. Les raffineurs et les indigotiers, responsables de la transformation de la matière première, ont une place de choix, ainsi que les cabrouettiers, chargés des transports et responsables des bêtes cavalines, dont le rôle est particulièrement important sur les caféières plus éloignées. On trouve également sur les listes des machoquets (forgerons et serruriers), garants des ferrements des esclaves : machettes, houes, etc., des forgerons, des maçons, des vinaigriers et des guilvidiers (qui font de l’eau-de-vie). Et même, au XIXe siècle, un laboureur, alors qu’on tente de changer la culture des cannes.

21Le sort des ouvriers est également privilégié. Selon Labat :

  • 34 Labat, Nouveau voyage…, dans l’édition de 1722, III, p. 430.

« Il est bon de distinguer les nègres ouvriers des autres, soit en leur donnant plus de viande, soit en leur faisant quelques gratifications. Rien ne les anime davantage à chercher l’occasion d’apprendre un métier… Les profits que font les ouvriers les attachent à leurs maîtres et leur donnent les moyens d’entretenir leurs familles avec quelque sorte d’éclat et le plaisir d’être au-dessus des autres contente extrêmement la vanité dont ils sont très bien pourvus. J’en ai vu qui étaient si fiers d’être maçons ou menuisiers qu’ils affectaient d’aller à l’église avec leur règle ou leur tablier34. »

  • 35 Debien, « Une plantation de Saint-Domingue : la sucrerie Galbaud du Fort (1690-1802) », Notes d’Hi (...)
  • 36 Henry Teychenie, « Les esclaves de l’indigoterie Belin à Saint-Domingue (1762-1793) », Revista de (...)

22Cette meilleure nourriture est avérée à Saint-Domingue. Ainsi, le colon Galbaud du Fort note en 1772 à propos d’un « nègre nouveau », juste arrivé d’Afrique, qui ne s’habitue pas au régime quasi végétarien des esclaves et vole des volailles : « comme il ne convient point de témoigner de préférence et que je ne pouvais le nourrir à la viande sans exciter la jalousie de ses camarades, j’ai pris le parti de le mettre à servir de manœuvre au maçon et par conséquent, je le ferai nourrir comme ces ouvriers, sans paraître y prêter la main. Il semble avoir pris goût pour cet état ou la nourriture, n’importe35 ». Lors de travaux pressés, ils avaient droit à quelques gratifications, ainsi l’indigotier de l’habitation Belin recevait du pain (au lieu de la cassave) et du tabac. Les sucriers reçoivent des pantalons et des casaques cousues dans de meilleures toiles que celles des autres esclaves. Les cases des ouvriers, plus soigneusement faites que celles des esclaves de houe, sont notées à part dans certains inventaires36.

  • 37 Debien, « Les cases », op. cit., p. 19.
  • 38 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, III, p. 410.
  • 39 De Caseaux, op. cit., p. 284.

23Cependant, leur travail était long : 12 heures par jour à la forge37 et ils étaient souvent obligés de faire des réparations urgentes le dimanche. Ils pouvaient être obligés de travailler la terre aux moments de grande messe, quoique le marquis de Caseaux recommande d’utiliser comme sous-commandeur le premier raffineur ou les autres premiers ouvriers (par opposition à leurs compagnons), car il ne voudrait pas, s’ils sont capables, les laisser rien faire ou les obliger à prendre une houe. « Le moindre air de commandement le maintient toujours dans sa petite distinction38. » Ils sont soumis à une certaine surveillance : des colons conseillent de faire travailler sous un hangar les ouvriers pour pouvoir les avoir sous le regard. Mais les cabrouettiers, dont les cases étaient près de la savane ou du parc à bestiaux, et qui partaient souvent vers les bourgs et les villes, avaient une plus grande liberté de mouvement39.

24Sans être en dehors des contraintes liées à l’esclavage, le sort matériel des ouvriers était amélioré et un certain prestige attaché à leurs fonctions, de par la politique du maître.

  • 40 ANSOM, MN Beaulieu, février 1760.
  • 41 Teychenie, op. cit., p. 241.

25À côté des ouvriers on trouve des « gardeurs », qui ne sont nombreux que sur les grosses habitations. Ils ont surtout une fonction de surveillance, qui ne correspond pas à un véritable travail qualifié, sauf peut-être pour les gardiens de bêtes. Il est intéressant de noter que les Bambaras, qui font partie d’une civilisation d’éleveurs, sont souvent utilisés ainsi, par exemple, sur l’habitation de Marmé en 176040. Les gardeurs sont souvent, mais pas toujours, des vieux ou des infirmes : 4 sur 9 dans l’habitation Belin41. Leur nombre, plus qu’à une spécialisation accrue, renvoie « pour bon nombre à l’utilisation rationnelle et explicite de ceux qui ne peuvent plus être nègres de jardin… Au nom de la rentabilité et de l’utilisation des restes ». Les hommes sont plus souvent gardeurs que les femmes. Leurs fonctions sont assez différentes : les hommes gardent les bestiaux dans les savanes proches des cannes ou des caféiers, les magasins à provisions, les jardins à vivres. Les hattiers ou gardeurs de place sur les mornes sont particulièrement indépendants puisqu’ils ne reçoivent la visite du commandeur qu’une ou deux fois par semaine. Les femmes ou les faibles gardent les barrières, ainsi une femme estropiée sur la sucrerie Charlier à Nippes en 1754. Mais, on trouve surtout les « gardeuses » ou gardiennes de poulailler, d’enfants ou d’hôpital, dont il sera traité en même temps que des domestiques. Le partage est donc clair : les femmes sont confinées près de la grande case, aux alentours immédiats de l’habitation, alors que les hommes peuvent jouir d’une plus grande liberté.

Les travailleurs non qualifiés

26Sur les listes, la plupart des esclaves apparaissent sans qualification. Pourtant, les descriptions de Labat et des manuels pour l’habitant ou les journaux de travaux des plantations décrivent des emplois plus hétéroclites mais qui sont trop mobiles ou trop « faciles » pour augmenter la valeur marchande de l’esclave. Les travaux eux-mêmes sont d’ailleurs très divers sur l’habitation. Les esclaves de houe sont parfois divisés en deux ateliers. Le « grand » atelier fouille, bêche, plante caféiers et cannes, coupe, creuse des canaux tandis que le « petit », où entrent convalescents et parfois des femmes enceintes (qui sinon restent dans le grand atelier), s’occupe des travaux plus variés, et particulièrement aux fumures et aux sarclages. Il n’y a pas de distinctions entre femmes et hommes sinon que les travaux de force : abattage des arbres, extraction des pierres, portage des matériaux, sont le fait des hommes, ce qui fait écrire à Dutertre que le travail de la terre n’est pas toujours si rude pour les femmes.

27Une certaine sexuation du travail est mise en place selon le type de culture.

Sur les habitations sucrières

  • 42 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, I, p. 408 et III, p. 350.
  • 43 Les recherches et les tentatives faites en vue de l’améliorer, au cours de 1780, n’ont constitué q (...)
  • 44 Elie Monnereau, Le parfait indigotier ou description de l’indigo, Marseille, 1765, p. 199 ; De Cas (...)
  • 45 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 137-138.
  • 46 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., dans l’édition de 1722, III, p. 432.

28Je me servirai de la description du père Labat42, qui a dirigé une sucrerie, car le travail est resté inchangé dans ses grandes lignes pendant toute la période esclavagiste43. Le travail agricole ne connaît une relative détente qu’en novembre et surtout décembre, tous les travaux d’entretien des bâtiments ont alors lieu. Les journées sont longues : réveil à cinq heures, travail de six à onze heures, puis de treize heures à dix-huit et souvent, veillée de deux à trois heures pour grager le manioc, quoiqu’à la fin du XVIIIe siècle, certains planteurs le déconseillent44. En juillet-août, les esclaves fouillent les patates, c’est-à-dire les arrachent pendant que les sarclages continuent, puis ils plantent les cannes en droite ligne, sarclent 2-3 fois jusqu’à ce que les cannes aient 5 à 6 mois, temps d’un dernier sarclage car « c’est en cela principalement que consiste la culture des cannes ». Dans certaines sucreries, le sarclage n’est effectué que par des femmes45. De janvier à juillet, on coupe les cannes. 25 personnes suffisent pour couper des cannes et entretenir un moulin à eau et une chaudière, surtout quand on a un peu d’avance du jour précédent et que les cannes sont belles, nettes et bien entretenues… « Comme c’est le plus aisé des travaux, les femmes y font autant d’ouvrage que les hommes », note Labat qui n’y met que des femmes46.

  • 47 Id., 1742, III, p. 410 et 142.

29Pendant la période de roulaison, c’est-à-dire de coupe, des esclaves du jardin sont utilisés au moulin. C’est un travail qui dure 18 heures par jour : « pas de travail plus rude que celui d’une sucrerie », remarque le père Labat. Lui, du moins, nourrit les esclaves d’un « grand plat de farine de manioc trempée dans un bouillon de viande avec un morceau de viande salée, des patates, des ignames et un coup d’eau-de-vie47 », ce qui change agréablement les esclaves de leur régime quasi végétarien et les aide à supporter ce travail. La distinction est nette entre hommes et femmes : dans la sucrerie de Fonds-Saint-Jacques, 3 hommes entretiennent le feu aux fourneaux, 3 hommes travaillent à la purgerie et 6 coupent le bois tandis que 5 femmes « donnent à manger au moulin ». Est-ce dû au symbole nourricier ? L’iconographie montre que cette tâche est restée réservée aux femmes de la fin du XVIIe siècle au XIXe siècle, malgré les changements techniques intervenus dans le moulin. Labat faisait faire ce travail un jour par semaine aux négresses de houe, une semaine 18 heures, l’autre 6 heures. Cette non-spécialisation des femmes restera inchangée alors que les hommes à l’entretien des sucres étaient détachés du reste de l’atelier pendant la roulaison, à moins que ce ne soit l’équipe des ouvriers qui passe aux fourneaux.

« Une de ces négresses (du moulin) est occupée à prendre les paquets de canne du lieu où les cabrouets les ont déchargés, qui doit être le plus proche qu’il se peut du moulin, et à les approcher et arranger les uns sur les autres à la gauche de celle qui donne à manger au moulin. Celle-ci les prend les uns après les autres, les pose sur l’établi, les délie ou pour avoir plutôt fait quand on est un peu pressé, elle coupe d’un coup de serpe les deux amarres et pousse les cannes dans l’entre-deux des tambours… La troisième négresse reçoit du côté des tambours les cannes qui sont passées ; et elle les ploie en deux et les fait repasser entre le premier et troisième rolle, observant qu’ils soient toujours garnis de bagaces comme les autres sont fournis de cannes. La quatrième et la cinquième négresses, où il y en a plus, prennent les bagaces à mesure qu’elles sortent des tambours et les répandent sur l’établi ; elles en font des paquets, qu’elles portent dans des grandes cases comme des hangars où on les met en pile pour les conserver. »

30C’est un travail très dangereux.

  • 48 Id., II, p. 403 et 406.

« La facilité que les tambours ont de mordre les cannes dès qu’elles sont proches du point de leur jonction et de les attirer à eux fait voir combien il est important que les négresses qui donnent à manger aux moulins ou qui repassent les bagaces (car ce sont ordinairement les femmes qu’on emploie à ce travail), ne puissent toucher avec le bout des doigts à l’endroit où les tambours le touchent, ce qui pourrait arriver facilement, si la largeur des établis ne l’empêchait, principalement la nuit, quand accablées de travail de la journée et de sommeil, elles s’endorment en poussant les cannes et se penchant sur l’établi, elles fuient involontairement les cannes qu’elles tiennent entre les mains. Elles se trouvent prises et écrasées avant qu’on puisse les secourir, surtout quand c’est un moulin à eau dont le mouvement est si rapide qu’il est physiquement impossible d’arrêter assez tôt pour sauver la malheureuse vie à celle dont les doigts se trouvent pris48. »

31C’est sans doute la raison pour laquelle on trouve tant d’infirmes parmi les femmes.

  • 49 Id., IV, p. 178.
  • 50 Debien, « Destinées d’esclaves à la Martinique », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire (...)
  • 51 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., dans l’édition de 1722, III, p. 432.

32Par ailleurs, « on emploie une négresse pour laver les blanchets (étoffe pour filtrer les sucres), balayer la sucrerie et autres semblables ouvrages… Cette négresse aide encore à celle qui est à la vinaigrerie, à porter les sirops et écumes, à changer les chaudières et à remplir les canots… On met plutôt une femme qu’un homme à faire de l’eau-de-vie, parce qu’on suppose qu’une femme est moins sujette à boire qu’un homme49 ». Deux distillatrices sont nommées sur les listes de l’habitation Rochechouart en Martinique. Leurs prix sont similaires à ceux des « négresses de houe » de leur âge50. Labat ajoute : « Je me suis quelquefois servi de ce moyen pour punir des nègres qui étaient lâches et paresseux. Je les faisais mettre à repasser les bagaces, qui est l’emploi qu’on donne à la plus faible des négresses qu’on emploie au moulin. Il n’y avait pas de chagrin pareil aux leurs, ni de prières et de promesses qu’ils ne finissent pour être ôtés de ce travail qui les couvrait de honte51. » On ne voit pas en quoi passer les bagaces est plus humiliant que travailler à la purgerie : il s’agit bien ici de l’humiliation liée à la condition féminine et de la nécessité symbolique vécue par les esclaves hommes d’une division des tâches masculines et féminines. Elle donne des moyens de pression au maître, permet de diviser les esclaves en introduisant les hommes dans une hiérarchie qui facilite leur intégration sur la plantation.

Sur les indigoteries

  • 52 Ducœurjoly, op. cit., I, p. 180.
  • 53 A. E. Pruneau de Pommegorge, Description de la Négritie, 1789, p. 31-32.

33Hommes et femmes ont un rôle précis lors de la plantation de l’indigo, de fin décembre à mai, selon la description de Ducœurjoly qui fut économegérant à Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle. « À mesure que les esclaves creusent des trous, les femmes y déposent des graines extraites d’un couy, sorte de calebasse partagée en deux et réservée à cet usage. D’autres esclaves, munis de rabots en planches, suivent les femmes et recouvrent chaque trou d’un bon pouce de terre52. » La ressemblance est frappante avec le travail de la terre par les Wolofs selon un ancien membre du conseil souverain du Sénégal, Pruneau de Pommegorge : « L’homme, avec une espèce de pioche, ouvre d’un seul coup un petit trou dans la terre, une femme, derrière lui avec un pagne autour d’elle en forme de tablier rempli de grains, en prend dans sa main qu’elle laisse tomber dans le trou qui vient d’être ouvert devant elle et derrière cette femme est un négrillon ou une négritte qui recouvre de terre avec le pied le grain qui vient d’être versé53. »

Sur les caféières

  • 54 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 143.

34« Les tâches y sont bien nettement réparties selon les sexes : aux hommes le déboisement et la taille, aux hommes et aux femmes le creusement des fosses à planter, les sarclaisons, à tous les cueillettes mais aux femmes, les fumures et les grapillages de petite saison54. » Ce sont des tâches qui demandent beaucoup de soin, particulièrement celles des femmes, mais moins de vigueur physique que le travail des sucreries. La différence entre travaux féminins et masculins recoupent donc l’opposition entre endurance et force.

35Même dans le cadre des travaux non qualifiés, le sexe de l’esclave n’est pas oublié mais il ne recouvre une hiérarchie qu’imaginaire : pas de différence de statut, jusqu’à plus ample information, entre l’homme aux fourneaux et la femme au moulin, entre l’homme qui creuse les trous et la femme qui y dépose des graines.

Le personnel de la grand’case

  • 55 Instructions de Foäche citées dans Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 92.
  • 56 Debien, Les cases…, op. cit., p. 19 et Les esclaves…, op. cit., p. 91.
  • 57 Poyen De Sainte-Marie, op. cit., p. 14.
  • 58 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., dans l’édition de 1722, III, p. 437.
  • 59 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 93-94.

36Le personnel de la grand’case, dans lequel on peut inclure avec les domestiques, l’hospitalière, l’accoucheuse et ses aides, certains gardiens, vit à part des autres esclaves. Ils n’ont pas le même emploi du temps : « Les domestiques n’ont pas le dimanche mais de temps en temps, des après-midi à eux55. » Leurs cases mêmes, sur les grosses plantations, sont à part de celles des ouvriers et des Noirs du jardin, près de la grand’case (ainsi sur les sucreries Galbaud du Fort à Léogane, des Rouaudières à Cavaillon à Saint-Domingue), pour être à la portée du moindre appel, mieux à l’ombre, plus commodément aménagées56. Surtout, ils sont mieux nourris et mieux habillés57. Les maîtres essaient ainsi de leur donner un « esprit de corps » pour qu’ils servent de rempart contre la masse des esclaves de houe. Cela ne réussit pas toujours. Selon Labat : « quoiqu’ils soient bien mieux que les autres pour les habits et pour la nourriture, la plupart aiment mieux travailler au jardin qu’être resserrés à la maison comme leur devoir les y retient58 ». Par contre, selon M. Debien, le spécialiste français de l’esclavage, « beaucoup de témoignages contemporains et les souvenirs des anciens colons réfugiés en France au moment de la Révolution assurent l’attachement d’un grand nombre de domestiques à la famille de leurs maîtres quand survinrent les attaques, incendies ou pillages des plantations, et des massacres de colons59 ».

37Hommes et femmes ont des fonctions bien séparées. Les hommes sont postillons (cochers), chasseurs et pêcheurs, barbiers, valets. Les femmes sont blanchisseuses, lavandières, couturières, servantes, ménagères. Les femmes sont vouées à l’entretien infini des choses de la maison alors que les hommes ont des fonctions d’apparat, comme le service de table et de relations extérieures avec le voisinage et la ville pour les courses, bien qu’ils s’occupent aussi de la personne de leur maître.

  • 60 David Geggus, « The slaves of the British-occupied Saint-Domingue : an analysis of the workforces (...)
  • 61 Vanony-Frisch, op. cit., p. 128.

38Une fonction est tenue parfois par un homme, parfois par une femme : celle de cuisinier. C’est toute la question du choc de deux civilisations aux Antilles qui est alors posée, puisque la cuisine est tabou pour les hommes en Afrique alors qu’en France, ils la pratiquent de façon professionnelle. À Saint-Domingue, dans le quartier de Nippes, les listes d’esclaves décrivent 29 hommes cuisiniers et 10 femmes, alors que seules 16 hommes sont cuisiniers dans les listes de 1796-1797 étudiées par Geggus60. Frisch a trouvé dans les minutes notariales guadeloupéennes de 1770-178961, 37 hommes et 3 femmes exerçant cette fonction.

39À Nippes, on connaît la nation de 6 Africains et 2 Créoles et en Guadeloupe, celle de 15 Africains, 7 Créoles noirs et 7 mulâtres. C’est même une des rares professions, avec celle de raffineurs, où les Africains soient si bien représentés et nous n’avons pas d’explication de ce fait. Cependant, on peut remarquer que les Africains ont su transgresser un tabou pour occuper cette position enviée, la plupart des esclaves antillais étant fort mal nourris.

  • 62 Labat, op. cit., 1742, IV, p. 457.

40Les femmes cuisinières sont appelées maman par les esclaves de l’habitation, rapporte Labat62. Cette pratique recoupe une coutume africaine : les hommes n’ayant pas le droit de faire la cuisine adoptent une nouvelle « mère » qui leur en fera, quand ils s’éloignent de chez eux.

41Servante ou ménagère : il ne doit pas y avoir de grande différence lorsque la domesticité est réduite à une servante ou deux. Il s’agit alors de s’occuper matériellement de la maison d’un colon qui vit seul ou d’un gérant. Si la domesticité est nombreuse, la ménagère la dirige. Son rôle est alors important. Selon Foäche :

  • 63 Debien, Plantations et esclaves…, op. cit., p. 124.

« Une négresse qui ait soin du ménage, les clés de la dépense, rende les comptes, fasse travailler les domestiques, enfin une négresse qu’on nomme ménagère, est un sujet très intéressant qui manque sur l’habitation. Une Griffe, achetée de Roux avec les charpentiers, conviendra peut-être pour cette fonction. Elle est jeune et paraît intelligente, mais elle a peut-être des défauts qui s’y opposent. D’être étrangère à l’atelier serait un motif de préférence. Il faut que l’aisance règne, mais le coulage n’est pas l’aisance et va souvent très loin. On ne peut y remédier que par un examen fréquent et un ordre établi sur toutes les consommations et en formant un bon sujet. C’est une espèce de commandeur qui doit être distingué63. »

42Ce sont de loin les occupations les plus fréquentes des femmes : 52 servantes et 26 ménagères à Nippes de 1721 à 1770 sur 125 emplois de femmes précisés, une ménagère et 7 servantes sur 17 emplois de femmes en Guadeloupe au XIXe siècle.

  • 64 Debien, Les cases des esclaves…, op. cit., p. 19.
  • 65 Lerner, op. cit., p. 27.
  • 66 Mongin, Bibliothèque de Carcassonne, VII, p. 93-94, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129.

43La vie des domestiques est très contraignante. « Une ou deux femmes de service couchaient dans la grand’case quand les planteurs avaient des enfants, sur une natte ou un matelas dans un coin, sous la galerie64. » Une esclave américaine raconte la vie de sa grand-tante, servante dans des conditions similaires : « Le soir de ces noces, on ordonna à la mariée de prendre son poste habituel sur le plancher de l’entrée. À ce moment-là, Mme Flint n’avait pas d’enfants ; mais, elle allait être mère et, si elle voulait un verre d’eau pendant la nuit, que faire si son esclave n’était pas là pour aller le lui chercher65 ? » Selon le jésuite Mongin, au XVIIe siècle en Martinique, où les maîtres avaient peut-être plus de scrupules à séparer mari et femme unis chrétiennement : « Il y a des Françaises qui, après avoir dégrossi l’esprit de quelque négresse pour l’employer en qualité de servante domestique, ne veulent plus consentir qu’elle se marie, pour ne pas se priver du service qu’elles en retirent, surtout durant la nuit pour garder les petits enfants de la maison66. »

  • 67 Reible, op. cit., p. 50.
  • 68 Jean Fouchard, Les marrons de la liberté, Paris, L’école, 1972, p. 17.
  • 69 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 88-89.

44Je n’ai pas trouvé l’emploi de nourrice, la « da » antillaise, sur les listes d’inventaires : cependant, M. Reible en note une sur la sucrerie Pasquet de Lugé67. M. Fouchard cite deux annonces de journaux de Saint-Domingue qui vantent leurs qualités : « À vendre deux nourrices, l’une sachant faire la cuisine, l’autre bonne couturière et s’occupant aux soins du ménage68. » La nourrice ou la gardienne des enfants du maître, souvent obligée de faire leurs quatre volontés, peut avoir des rapports privilégiés avec eux : ainsi la négresse Marie-Jeanne demande des nouvelles de Pascaline des Rouardières, épouse du marquis de Vanssay, qu’elle a gardée quand celle-ci était toute petite, et elle lui envoie des cadeaux69. À Nippes, en récompense de ses services, « la nourrice Marie-Rose sera maintenue en possession de la case qu’elle occupe, ne sera astreinte à aucun travail et ne devra jamais manquer de vivres ».

  • 70 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, III, p. 412-413.
  • 71 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 46.

45En revanche, les vieilles femmes qui sont mises à s’occuper des enfants des esclaves ne voient par leur situation changer. Labat raconte : « la négresse de la cuisine, ou quelqu’autre, leur faisait le catéchisme et après leur avoir fait dire les prières dont ils étaient capables, elle les partageait de 6 en 6 autour d’un plat de farine trempée dans du bouillon puis on leur donnait à chacun un petit morceau de viande et des ignames70 ». À la fin du XVIIIe siècle, en Guadeloupe, le colon sucrier Poyen de Sainte-Marie a vu l’état de ses négrillons s’améliorer depuis qu’il les a mis sous la garde de vieilles esclaves, auxquelles les mères les remettent dès qu’ils sont sevrés : « les enfants sont livrés le matin à leurs gardiennes, ils sont conduits (au moment où se lève le soleil) à ma ménagère, qui leur donne un petit verre de vin, tant pour fortifier leur estomac que comme antidote contre les vers ; elle leur donne encore leur trois repas qui sont apprêtés dans ma cuisine, de sorte que je suis assuré que ces enfants sont bien nourris : avant leur dîner, les négresses qui président à leur conservation ont soin de les faire baigner ; elles inspectent leurs pieds pour en faire enlever les chiques et ont soin de les faire promener71 ». Il conseille donc l’emploi de ces gardiennes d’enfants qui ne sont notées que sur les grosses habitations et à la fin du XVIIIe siècle.

  • 72 Gracchus, op. cit., p. 218.

46Selon Gracchus, « c’est par cette “bonne à tout faire” (la nourrice) que passaient les ordres du maître ; elle s’occupait de la première éducation, la religion trouvait en elle un porte-parole de Dieu72 ». Ce que racontaient les gardiennes, nul ne le sait. Elles étaient sans doute choisies en fonction de leur zèle. Que des femmes aient la charge de l’éducation des enfants peut impliquer qu’elles leur fassent intérioriser la parole du maître, mais n’est-ce pas parce que tous les esclaves en sont nourris à satiété ? Le commandeur ne fait rien d’autre que répercuter la parole du maître.

  • 73 Gabriel Debien, « À Saint-Domingue avec deux jeunes économes de plantation (1774-1788) », Notes d’ (...)
  • 74 ANSOM, MN Saulnier : 9 octobre 1740, continuation pour deux ans de la société entre Philippe Canet (...)

47Les blanchisseuses ont la responsabilité du linge. Contre une réputation louangeuse, l’économe Regnault de Beaumont affirme : « c’est pitié de voir comme les négresses mettent le linge en pièce. Il est vrai qu’on ne leur donne jamais de savon73 ». Elles se servent de lianes à savon ainsi que d’oranges et de citrons pour nettoyer le linge, et, lorsqu’il est repassé, elles y mettent des fleurs d’oranger, de citronnier et de frangipanier. Sur les petites habitations, le gérant peut se contenter de « retirer du jardin celle qui lui plaira pour la lessive74 » comme sur une indigoterie de Nippes en 1740. On compte à Nippes, où prédominent il est vrai les indigoteries de taille moyenne à faible domesticité, 10 blanchisseuses de 1721 à 1770, dont 4 sur la sucrerie Charlier en 1754. En Guadeloupe, les listes étudiées par Vanony-Frisch décrivent 21 blanchisseuses.

48Les couturières ne sont pas plus nombreuses. Elles se trouvent à Nippes sur 6 habitations. Elles sont souvent le symbole d’une domesticité importante et le signe de la présence de la femme du colon. En Guadeloupe, au XVIIIe siècle, elles sont 7 sur 17 domestiques, au XIXe, aucune n’est citée.

49Mais les couturières ont plus de prestige et plus de possibilités de se monter un petit pécule. Ainsi sur les grosses habitations étudiées par M. Debien :

  • 75 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 90.

« Les très riches planteurs et leurs femmes créoles, qui avaient l’orgueil d’une maison qui fait parler d’eux, avaient une lingère et une couturière qu’ils avaient envoyées en France faire plusieurs années d’apprentissage… Au retour, elles avaient à tailler ou à retoucher les robes de madame, à tailler et à coudre les rechanges qu’on distribuait aux esclaves du jardin la veille de Noël, à ajuster les casaques et les pantalons des esclaves quand on les achetait de confection. Pour les avoir plus seyants ou pour se parer d’un jupon mieux tiré, des esclaves encourageaient l’habileté et l’activité des ciseaux et de l’aiguille de la couturière avec quelques escalins75. »

  • 76 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 125.

50Stanislas Foäche conseille d’occuper toutes les négresses de case à coudre les rechanges des esclaves76.

  • 77 Debien, « Deux jeunes économes », op. cit., p. 63.

51La couture est une occupation de bon rapport qui peut être apprise à une esclave dans un but spéculatif, avec les aléas dus au refus du travail gratuit. Ainsi à la fin du XVIIIe, à Saint-Domingue, l’économe Regnault de Beaumont écrit à sa mère : « J’ai acheté depuis un ménage d’enfants de 10 à 11 ans. J’ai fait un valet du garçon et mis la fillette à apprendre la couture. Elle a les plus grandes dispositions à devenir une grande couturière mais elle a tous les défauts inimaginables, surtout du vol et du marronage. C’est un sujet qui, s’il s’était donné au bien, aurait valu dans quelques années 4 000 ou 5 000 livres77. »

  • 78 ANSOM, MN Beaulieu : 8 février 1760, sucrerie Loménie de Marmé ; 14 septembre 1765, indigoterie de (...)

52Le soin des malades est l’affaire d’un chirurgien qui est payé pour visiter les esclaves ou qui se trouve à demeure sur les très grosses habitations à la fin du XVIIIe siècle. On trouve deux esclaves chirurgiens sur les plantations de Nippes (dont un chirurgien maquignon !) bien que des règlements interdisent aux esclaves de toucher aux médicaments de peur des empoisonnements78.

  • 79 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, IV, p. 190.
  • 80 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 49-50.

53Au jour le jour, c’est une femme esclave qui s’en occupe. On ne cite qu’un ou deux hommes. Selon Labat : « On donne le soin des malades à quelque négresse sage et intelligente qui les serve diligemment, qui aille chercher à la cuisine ce dont ils ont besoin, qui tienne les lits et l’infirmerie propres et qui n’y laisse entrer autre chose que ce que le chirurgien a ordonné79. » Poyen de Sainte-Marie ajoute qu’elle doit également « être chargée du linge, de faire les remèdes et les tisanes ordonnés par le chirurgien ; de préparer les aliments des convalescents et de régler leur repas ; de veiller à ce qu’ils ne se couchent à l’hôpital, qu’ils se promènent ou travaillent au jardin, qu’ils se baignent », etc.80. Mais son rôle est surtout médical et donc important puisqu’il s’agit de la conservation du bien le plus précieux du maître. Aussi Stanislas Foäche peut-il écrire :

  • 81 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 126.

« Les négresses sont plus propres à tous les détails, à l’assiduité nécessaire aux malades que les nègres. Une bonne hospitalière est un sujet précieux. Elle doit être assez intelligente pour distinguer le commencement, la période et le déclin dans les accès de fièvre et en rendre compte au chirurgien qui ne peut suivre constamment les malades. Il faut qu’elle sache panser les malingres et qu’elle connaisse les différents moyens qu’il est nécessaire d’employer et surtout qu’elle soit assez ferme pour résister aux demandes indiscrètes des malades et empêcher que leurs parents et amis ne leur apportent ce qui pourrait les nuire81. »

  • 82 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, III, p. 190.
  • 83 Debien, Plantations et esclaves…, op. cit., p. 127 ; également Ducœurjoly, op. cit., I, p. 45.
  • 84 Monnereau, op. cit., p. 107 ; également Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 50-52.
  • 85 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 127.

54Sa fonction est donc autant de police que de soin : « c’est une nécessité d’avoir une infirmerie dans une habitation : outre que les malades y sont mieux soignés et plus facilement que dans leurs cases, c’est un moyen sûr de distinguer ceux qui le sont véritablement de ceux qui le contrefont, ou par paresse, ou pour faire quelques ouvrages dans leurs cases82 ». Foäche met les esclaves aux fers à l’hôpital pour qu’ils n’aient pas trop envie d’y aller83, d’où la déplorable réputation des hôpitaux selon laquelle les esclaves seraient entassés pêle-mêle sans distinction de sexe ni d’âge. En fait, dans les hôpitaux, il y a en général deux pièces : une pour les hommes, une pour les femmes et parfois une troisième pour les malades vénériens. L’hospitalière est surveillée ; ainsi l’indigotier Monnereau conseille en 1765 à l’économe de « ne point négliger les malades qui sont à l’infirmerie et de les visiter deux fois par jour pour savoir si chaque malade a son nécessaire, si les blessés ou ulcérés sont exactement pansés, ce qu’il doit faire exécuter en sa présence pour plus de certitude84 ». Pour Foäche : « L’hôpital doit être construit de manière qu’il soit difficile d’y entrer et qu’on puisse rendre l’hospitalière responsable des abus. » Cependant : « si elle remplit son devoir avec zèle, il faut la traiter aussi bien que le premier commandeur. Après lui, c’est le sujet le plus utile à l’habitation. Si l’habitation est considérable, il faut lui donner une jeune négresse intelligente afin de la former, sans quoi la perte de l’hospitalière serait très fâcheuse85 ».

  • 86 Hervé du Halgouet, Au temps de Saint-Domingue et de la Martinique d’après la correspondance des tr (...)

55Pourtant, hospitalières et infirmières sont rares sur les inventaires de Nippes, où les qualifications sont décrites : 9 sur 1 857 esclaves dont 730 femmes. En fait, il n’y a d’infirmeries que sur les grosses habitations : à Nippes, on en trouve trois sur les cinq habitations de plus de 80 esclaves travaillant, mais quatre sur les dix-sept plantations de 25 à 79 esclaves travaillant. À Jacmel, on ne compte des hospitalières que dans 2 des plantations de plus de 97 esclaves. De plus, cette fonction ne se développe que dans les années 1760 avec les difficultés d’approvisionnement en esclaves et la double prise de conscience de la nécessité de les conserver en vie et d’en voir naître un grand nombre. L’armateur négrier Chaurand, écrivant à son gérant, note que l’art de la sage-femme doit « être bien fort86 ». À Nippes, il y a 4 infirmières sur 9 habitations de plus de 30 nègres travaillant après 1760 et seulement 5 sur 20 auparavant. En Guadeloupe, Vanony-Frisch n’a compté que 7 accoucheuses, 2 infirmières et une garde-malade alors qu’il aurait fallu, selon Poyen de Sainte-Marie, 2 infirmières pour 300 esclaves et augmenter cette proportion en cas d’épidémie. Au XIXe siècle, seules 3 hospitalières sont citées.

56Ces chiffres sont peut-être sous-évalués, d’autant que la valeur marchande de ces esclaves est faible. En effet, hospitalières et accoucheuses sont choisies parmi les femmes d’un certain âge, ainsi 2 ont plus de 60 ans. À Bisdary, Geneviève prend cette fonction en 1778 à 50 ans et vaut alors 2 000 livres alors que 10 ans auparavant, elle était cotée à 400 livres. Sa cote a augmenté sans dépasser celle d’un nègre de houe.

57Cette fonction, dont l’importance est donc reconnue par les bons gestionnaires, est très peu répandue. Malgré le conseil de Foäche de donner à l’hospitalière une jeune négresse intelligente afin de la former, on ne voit pas d’apprentie infirmière sur les inventaires. Ce n’est donc pas une alternative aux champs mais une porte de sortie honorable pour celles dont l’utilité n’y est plus manifeste. On m’accordera qu’un nombre aussi infime d’esclaves exerçant des métiers d’assistance et d’entretien permet difficilement de soutenir avec Gracchus (p. 219) qu’ils représentaient « une des armes du pouvoir dans sa reproduction ».

  • 87 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 124.
  • 88 Segalen, Musée national…, op. cit., p. 124.

58Pour clore ce panorama des activités féminines, citons, comme Moreau de Saint-Méry, et surtout Stanislas Foäche, la négresse qui a la direction du poulailler et donc des possibilités de gains illicites. « Le voisinage du bourg lui offre un débouché séduisant des œufs et des volailles. Elle doit craindre de perdre son poste. On peut la contenir par cette crainte. Elle est intelligente et fine87. » En France aussi c’est la femme qui a la charge du poulailler88. On ne cite de ces gardiennes des volailles que sur les sucreries Beaulieu et Galbaud du Fort en 1768.

59Ménagère et hospitalière ont donc un rôle important mais elles ne sont pas présentes sur toutes les plantations à la différence des commandeurs. Seules les couturières peuvent recevoir un peu d’argent.

Hommes et femmes qualifiés : leur condition respective

60La condition des hommes et des femmes peut être jugée selon les avantages des emplois qu’ils occupent mais aussi en fonction du nombre de personnes de chaque sexe pouvant acquérir des qualifications.

Une appréciation qualitative

61On peut se demander quel était le sort le plus appréciable : être domestique ou ouvrier ? Bien des paramètres interviennent qu’il est difficile d’évaluer, d’autant que tous deux sont mieux logés, nourris et habillés que les nègres de houe.

La stabilité des emplois

62Un point du moins peut être précisé : celui de la stabilité de ces emplois. Le fait d’être ouvrier, qui n’est accordé qu’aux hommes, comporte un apprentissage, c’est une qualification précise et donc stable. Les ouvriers sont de tous âges : plus de la moitié de ceux dont les âges sont connus à Nippes ont plus de 40 ans ; certains ont plus de 60 ans, ainsi Ignace, maître raffineur de 64 ans sur l’habitation Bisdary.

  • 89 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, IV, p. 196.

63En revanche, les domestiques hommes ont très majoritairement moins de 30 ans. Le père Labat reconnaît pour sa part n’employer que de jeunes garçons de 12-13 ans qu’il met par la suite en apprentissage comme ouvriers, s’ils en manifestent les talents89. Les femmes ont moins de 40 ans sauf les hospitalières, qui ont toujours plus, certaines blanchisseuses et les cuisinières, qui ont entre 30 et 50 ans. C’est-à-dire que ménagères, servantes et même couturières disparaissent de la grand’case lorsque leur beauté se flétrit.

  • 90 Maurile de Saint-Michel, Voyage des Iles camercanes en l’Amérique qui font partie des Indes Occide (...)

64Sur la sucrerie Rochechouart, en Martinique, de 1746 à 1749, 3 domestiques hommes sur 6 et 1 femme sur 4 retournent au jardin90. L’état de domestique est donc moins stable pour les hommes que pour les femmes et de façon générale, plus précaire que celui des ouvriers.

La valeur des esclaves

  • 91 Mettas, Répertoire…, op. cit.
  • 92 Debien, « Une plantation de Saint-Domingue… », op. cit.
  • 93 Roselyne Siguret, « Esclaves d’indigoteries et de caféières à Jacmel », Revue française d’histoire (...)

65La valeur des différents emplois, du point de vue du maître, influe sur le traitement qui leur est fait. Elle peut être estimée d’après les prix qu’ils atteignent sur les inventaires des minutes notariales. La valeur minimale est toujours celle des femmes. En 1652, un homme coûtait 4 000 livres de tabac et une femme 3 000 livres91. En 1719, en Martinique, les esclaves masculins étaient vendus 650 livres et les esclaves féminines 550 livres92. Les plantations, par exemple celle de Galbaud du Fort avant 1750, où les femmes valaient plus que les hommes, comme celles où les prix des esclaves des deux sexes étaient identiques, à Jacmel notamment93, devaient être très rares. En Guadeloupe, à Bisdary, aucune femme ne dépasse 1 800 livres en 1778 alors que 10 hommes de jardin valent entre 2 000 et 2 500 livres. L’écart s’agrandit avec l’âge ; ainsi, si l’on compte les cotes d’hommes et de femmes de la même tranche d’âge, ces dernières sont évaluées 100 livres de moins entre 15 et 19 ans pour arriver à 400 livres de différence entre 40 et 50 ans. Leur fécondité, qui n’intéresse généralement pas les planteurs, ne valorise pas les femmes : les femmes jeunes avec enfants ne sont pas cotées plus que celles de leur âge sans enfants.

  • 94 Vanony-Frisch, op. cit., p. 124a-130a.

66Parmi les femmes qualifiées, certaines peuvent atteindre des prix très élevés. À Nippes, en cinq décennies, des femmes ont les valeurs les plus élevées à deux reprises : en 1741-1750 une couturière ex aequo avec un indigotier, en 1751-1760 une ménagère. Mais en valeur moyenne par type d’emploi, seuls trois emplois féminins arrivent au moins une fois dans les trois premiers rangs (sur quinze possibilités) : en 1721-1730, les cuisinières sont troisièmes, en 1751-1760, les couturières sont les plus cotées puis les ménagères ex aequo avec les charpentiers, d’autres emplois féminins ne se trouvant qu’au septième rang. Ainsi seules les couturières sont assurées de valoir cher, les ménagères n’atteignent pas toujours le prix des hommes qualifiés, étant distancées par les ouvriers, particulièrement par les indigotiers, les doleurs, les charpentiers, les sucriers, les cabrouettiers, et en 1750-1760 par les valets et les postillons. Selon Vanony-Frisch en Guadeloupe de 1770 à 178994, les esclaves exerçaient 63 métiers. D’après leurs prix, couturières, servantes, accoucheuses et marchandes n’arrivent qu’au 21e rang. Individuellement, une servante est en 11e position, une couturière en 14e, une marchande en 21e position. Au XIXe siècle, sur un plus petit échantillon, les blanchisseuses arrivent au 7e rang, les gardiennes d’enfants au 13e et les servantes au 14e. Cependant, c’est sur toute la période que les colons ont déprécié la qualification des femmes.

  • 95 Id., p. 58a.

67La couturière dont le prix est le plus élevé de toutes les listes est une quarteronne, c’est-à-dire qu’elle n’a qu’un quart de sang noir. On peut donc se demander si la qualification des esclaves ne dépend pas de leur parenté avec les Blancs ou de leurs attraits, la beauté des Créoles était d’autant plus reconnue qu’elle s’approchait de celle des Blancs. En fait, à Nippes, un tiers des commandeurs et trois quarts des ouvriers sont Africains, seulement deux sur cent neuf étant mulâtres. Les maîtres ou les gérants semblent donc les choisir en fonction de leur compétence ou de leur extériorité à la plantation. La proportion est inverse pour les domestiques hommes dont 66 % sont créoles. Un seul des vingt-trois domestiques est mulâtre mais dix des cinquante-neuf femmes sont mulâtresses (17 %). Le fait d’être mulâtre ne jouant que pour les femmes, il semblerait que ce soit leurs attraits physiques qui justifieraient leur travail à la grand’case à Nippes. En revanche, en Guadeloupe95, même les hommes mulâtres ont des prix plus élevés que les Africains et que les Créoles noirs, dont la valeur est identique. Sur 8 745 esclaves, hommes et femmes du même groupe (Africain, mulâtre, créole noir) ont plus ou moins la même valeur avant 20 ans mais de 20 à 39 ans, les femmes valent 200 livres coloniales de moins et à plus de 40 ans de 400 à 600 livres de moins. Les mulâtresses valent par rapport aux hommes créoles noirs 200 livres de moins de 15 à 19 ans, le même prix de 20 à 39 ans et 200 à 300 livres de moins après 40 ans. Comparées aux Africains, elles valent 300 livres de plus jusqu’à 39 ans et 140 à 460 livres de moins après cet âge. Perte de leur attraction sexuelle aux yeux des Blancs et moindre qualification expliquent la décroissance très rapide du prix des femmes.

Les affranchissements

  • 96 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 125.
  • 97 Id., p. 385-386; Reible, op. cit., p. 8.

68La condition du domestique offre davantage de possibilités d’affranchissements. Or l’affranchissement, officiel ou « de savane », c’est-à-dire simplement par le maître, était le désir de la plupart des esclaves et pour cela, accordé comme la suprême des récompenses. Les domestiques, et particulièrement les femmes, en profitent davantage sur la sucrerie Rochechouart : de 1746 à 1749, 3 des 4 servantes sont affranchies et 2 des 6 domestiques. En 1753, il y a 5 hommes domestiques et 3 femmes parmi lesquels la servante et la couturière se rachètent96. Mais rares sont les habitations où les affranchissements sont aussi nombreux ! À Nippes, les testaments et les inventaires après décès, qui ne correspondent pas exactement aux autorisations écrites du gouverneur et de l’intendant de Saint-Domingue, ne révèlent que 238 demandes d’affranchissement de 1720 à 1770 concernant 22 hommes, 83 femmes, 133 enfants. Les métiers sont rarement marqués : 4 servantes dont une de 60 ans, 4 ménagères dont une très vieille, 1 Noire, fille de ménagère, 4 nourrices, 1 cuisinière qui doit servir six ans en France, 1 hospitalière (toujours âgée), 2 menuisiers et 1 commandeur. Il ne s’agit pas forcément de libéralités du maître ; de nombreux esclaves se rachètent, ainsi un des deux menuisiers de Nippes échange sa liberté contre deux esclaves hommes et une femme. C’est aussi le cas du cuisinier Guitteau de la sucrerie Galbaud du Fort et sa femme accoucheuse, de la lingère Vénus qui s’est louée pendant 23 ans avant d’y arriver, du cocher Jean de la plantation Pasquet de Lugé qui propose de s’échanger contre 2 esclaves de choix97.

  • 98 Faloppe-Lara, op. cit., p. 5-32 et particulièrement p. 29.
  • 99 Id., également ministère de la Marine et des Colonies : États de la population, des cultures et du (...)

69En Guadeloupe, au XVIIIe siècle, on relève l’affranchissement de 2 commandeurs de 52 ans et de 54 ans, d’un charpentier, de deux servantes et au XIXe siècle, celui de deux nourrices (dont 1 de 79 ans), de 3 servantes libérées par des femmes, d’un maçon mulâtre et valétudinaire et d’un économe. Ces affranchissements touchent donc le personnel qualifié et déjà favorisé de l’habitation, mais Josette Faloppe-Lara a montré qu’à partir de 1825, les esclaves des champs ont pu profiter, quoiqu’en plus faible nombre, de cette possibilité. Ainsi en 1842 en Guadeloupe, où vivent 92 639 esclaves98, 527 sont affranchis : 71 « nègres de culture », 52 domestiques, 46 couturières, 33 blanchisseuses, 20 colporteuses, 19 charpentiers, 11 cuisiniers, 9 marins, 8 maçons et 6 pêcheurs. En Martinique, 168 sur 811 affranchissements concernent des esclaves sans qualification99. Il y a donc plus de facilités pour les domestiques, parce qu’ils vivent près du maître, à être affranchis ou à se racheter.

  • 100 AD Guadeloupe, MN Mollenthiel, no 15.

70Mais cela reste une simple possibilité : tous les maîtres sont loin d’accorder cette récompense pour bons et loyaux services. Ainsi Catherine de Bouis, le 6 mars 1806100 se contente de recommander à ses héritiers d’avoir des « bontés » pour Marie-Anne, notamment en lui « donnant ce qui ne pourra leur être d’aucune utilité dans mon linge ». Par contre, sa sœur Mauricette a fait don de la liberté à sa mulâtresse Nanette « qui mérite d’être récompensée pour les soins qu’elle lui a donnés. Ses infirmités exigent d’ailleurs qu’elle soit dispensée de tous services ». Cynisme fréquent des maîtres qui donnent la liberté à leurs esclaves lorsque ceux-ci ne leur sont plus utiles.

71En l’absence de renseignements en nombre suffisant sur les métiers des femmes libérées, les femmes semblent avoir plus de possibilités, quoiqu’elles restent rares, d’arriver à l’affranchissement, en partie à cause de leur rôle de maîtresses et de mères d’enfants du maître ou de son représentant. Or c’est bien évidemment parmi les domestiques que celles-ci sont choisies. Ainsi, le 14 juin 1751, à Nippes sur l’habitation de la veuve Saunier, la ménagère, Nanette, mulâtresse de 15 ans a une fille quarteronne de 18 mois. Il faut d’ailleurs ajouter que les affranchissements ne mettent pas les gens de couleur sur un pied d’égalité avec les Blancs qu’ils continuent par exemple à devoir respecter. Les brimades à leur encontre se multiplieront d’ailleurs à la fin du XVIIIe siècle.

  • 101 Geggus, op. cit., p. 33.
  • 102 Vanony-Frisch, op. cit., p. 124a-130a.

72Pour conclure sur cet aspect qualitatif de la division du travail, on peut considérer comme réellement qualifiés (et recevant donc plus de pourboires, de prestige et de pouvoir) parmi les hommes : les commandeurs et les ouvriers, parmi les femmes : les ménagères et les couturières, pour les deux sexes : les cuisiniers (surtout des hommes) et les infirmiers (essentiellement des femmes). Soit pour Nippes de 1720 à 1770 : 218 hommes et 47 femmes, à Saint-Domingue en 1796-1797 : 473 hommes et 24 femmes101, en Guadeloupe de 1770 à 1789 : 215 hommes et 24 femmes102. Donc, si en terme de condition matérielle, hommes et femmes qualifiés étaient privilégiés, le prestige et le pouvoir étaient surtout attribués aux hommes.

Le nombre respectif d’hommes et de femmes qualifiés

73Quelles sont les possibilités des hommes et des femmes d’accéder aux améliorations des conditions de vie liées aux emplois qualifiés ? Elles sont difficile à préciser parce que les listes ne décrivent pas exhaustivement les qualifications des esclaves. Ainsi à Bisdary, aucun domestique n’est connu, pourtant le gérant doit au moins disposer d’une ménagère, et les inventaires de 1783 à 1793 n’indiquent pas les métiers. Hommes et femmes domestiques sont également touchés par ces oublis qui perturbent plus l’évaluation de la possibilité de qualification des hommes et des femmes que la comparaison entre les hommes et les femmes à ce sujet. Quant aux oublis d’ouvriers, ils baissent le pourcentage d’hommes qualifiés. Ces chiffres seront considérés pour ce qu’ils sont : des approximations.

  • 103 Geggus, op. cit., p. 37.

74J’ai donc choisi de noter toutes les mains-d’œuvre quand un esclave au moins était qualifié, considérant que sinon les inventaires étaient faux, ce qui permet de plus d’inclure les nombreuses études déjà publiées sur des sucreries où les qualifications sont généralement bien décrites. Par contre, Vanony-Frisch et Geggus ont considéré tous les inventaires, le second enlevant cependant ceux où des erreurs grossières semblaient s’être glissées. Quoiqu’il en soit les hommes sont toujours beaucoup plus nombreux à être qualifiés que les femmes (voir annexe I). Selon ma procédure, toutes îles confondues : 898 des 4 101 esclaves hommes (21 %) et 252 des 3 154 esclaves femmes (8 %). En Guadeloupe, de 1770 à 1789, selon Vanony-Frisch, 345 des 2 628 hommes (18 %) et 208 des 2 599 femmes (8 %). Les chiffres très faibles trouvés par Geggus à Saint-Domingue en 1796-1797 peuvent s’expliquer en partie par les pertes humaines depuis le début de la Révolution. Il note d’ailleurs : « Un très grand nombre d’esclaves spécialisés semblent avoir déserté, à moins qu’ils ne soient pas notés103. » Ces esclaves ont en effet souvent pris la tête de la révolte. De toute façon, ces chiffres généraux cachent de profondes disparités. En mettant à part la Martinique, les femmes sont de 1 à 9 % à être qualifiées et les hommes de 7 à 28 %.

75Il est difficile d’analyser les différences entre les îles car les sources ne sont pas les mêmes. Les minutes notariales de la Martinique étant indisponibles, nos seules sources pour cette île sont la description en 1703 par le père Labat de la sucrerie du Fonds-Saint-Jacques qu’il dirigea et celle de la sucrerie Rochechouart à l’Anse-à-l’Ane par M. Debien. Sur l’habitation des Dominicains, les ouvriers et les commandeurs représentent 42 % des hommes, deux jeunes garçons sont employés comme domestiques alors que les femmes qualifiées ne sont que 8 % : deux servantes et une infirmière. Sur la sucrerie Rochechouart, la proportion d’hommes qualifiés a extraordinairement augmenté de 1746, où cinquante hommes et quarante-huit femmes travaillent à la houe, à 1763 lorsque quatorze hommes et quarante et une femmes y travaillent pour un nombre identique d’esclaves. Ce nombre d’hommes qualifiés est très élevé mais il se trouve, quoique rarement sur certaines plantations de Saint-Domingue, ainsi sur la sucrerie de Marmé le 8 décembre 1760 : 64 hommes, 43 femmes, 2 commandeurs, 25 ouvriers, 3 domestiques, une hospitalière et une blanchisseuse. On en peut donc pas faire de généralisation hâtive sur la Martinique.

76En Guadeloupe, le pourcentage d’hommes qualifiés est étrangement semblable quelle que soit l’époque : il n’a fait qu’augmenter de 21,6 % à 25,7 % du XVIIIe au XIXe siècle, et quels que soient le nombre d’esclaves et la culture puisque Bisdary est une des plus grosses sucreries alors que les inventaires que j’ai étudiés décrivent quatorze propriétaires individuels et dix-neuf petites habitations de sucre et de café, dont une seule a plus de cent esclaves. Seules 2,4 % à 8,7 % des femmes sont qualifiées. À Saint-Domingue, elles le sont de 6 à 9 % alors que les hommes qualifiés représentent de 7 à 28 % des hommes esclaves.

77Le nombre d’emplois pour les femmes dépend surtout de la domesticité puisqu’il est exceptionnel qu’hospitalière et accoucheuse soient plus de deux. Le nombre de domestiques dépend de la présence de la famille du colon, de sa richesse mais aussi de sa volonté d’ostentation. Cependant, la famille d’un planteur ne nécessite jamais autant de domestiques qu’emploie d’ouvriers une grosse plantation. Seule la sucrerie du vieillissant Pasquet de Lugé présente vingt-quatre personnes à la grand’case, dont quinze hommes et neuf femmes. C’est la raison pour laquelle le rapport femmes qualifiées/femmes est plus faible sur les grosses sucreries que la même proportion pour les hommes malgré l’importance de la domesticité.

78Le pourcentage d’hommes qualifiés ne semble pas évoluer avec le temps, si ce n’est en rapport avec la croissance des plantations. Le nombre d’esclaves est en effet une variable essentielle. Les propriétaires individuels ont tendance à faire apprendre des qualifications à leurs esclaves pour pouvoir les louer plus chers. Les petits agriculteurs emploient un ou deux hommes qualifiés, les autres esclaves cultivant la terre. Les hommes qualifiés sont les moins nombreux à Nippes : 11,4 % d’ouvriers et 5 % de domestiques hommes et à Jacmel : 7,3 % où prédominent les cafeteries et les cotonneries. Ce bourg est d’ailleurs le seul endroit où femmes et hommes ont les mêmes chances d’être qualifiés, au niveau très bas qui était celui des femmes. Les sucreries emploient plus d’ouvriers que les autres plantations. À Nippes, les trois sucreries emploient 7 %, 13 % et 25 % alors que dix-neuf des vingt et une indigoteries en utilisent moins de 10 %. Or, dans les trois îles françaises, la moitié des esclaves sont attachés à des sucreries et cette proportion croît jusqu’à 80 % à partir de 1830. C’est dire que les hommes qualifiés doivent être pour moitié aussi nombreux aux Antilles que sur les sucreries, soit de 21 % à 28 % des esclaves et pour moitié de 7 à 10 % comme à Jacmel ou à Nippes. Le pourcentage de femmes qualifiées reste stable, lui, à moins de 9 %. Les hommes avaient donc beaucoup plus de chance que les femmes d’échapper à la houe.

*

  • 104 Gracchus, op. cit., p. 224.

79Les hommes sont donc plus nombreux à être qualifiés, donc mieux nourris, mieux vêtus, mieux logés et ce sort privilégié est plus stable que celui des femmes. Les qualifications des hommes sont plus valorisées par les maîtres que celles des femmes dont la valeur sexuelle reste déterminante. Le pouvoir de l’hospitalière, que Foäche lui compare, ne s’exerce que sur une petite partie des esclaves : les malades, et cette hospitalière est d’ailleurs rare sur les plantations alors qu’il y a toujours un commandeur. La ménagère n’est comparable qu’aux seconds commandeurs et sa fonction n’est pas non plus présente sur toutes les plantations. C’est donc à certains hommes que les maîtres ont donné un rôle central puisque, de fait, le pouvoir esclavagiste n’a pu se maintenir deux siècles que grâce à la mise en place d’un réseau de pouvoirs auquel « participaient » aussi les esclaves. Tant au niveau des conditions matérielles d’existence que de leur place dans ces réseaux de pouvoir, les femmes ont été moins nombreuses que les hommes à sortir du sort commun. Il est donc impossible de conclure que la femme a eu un « statut privilégié au sein de la machine esclavagiste et coloniale104 ».

80Cette division du travail a une signification plus cachée d’une importance pourtant déterminante pour le futur des Antillais et des Antillaises : elle correspond à une distinction entre les outils utilisés par les deux sexes. Les femmes continuent à manier la houe qu’elles ont apportée d’Afrique et elles n’ont guère appris à se servir que du fil et de l’aiguille alors que les hommes ont appris à bâtir des maisons, à faire les tonneaux pour le sucre et les ferrements pour les esclaves, à se servir des machines parmi les plus perfectionnées de l’époque. Ils ont donc le contrôle des outils qui accroissent la productivité et la maîtrise technique des instruments de production. Or, ce sous-équipement féminin, s’il fonde la division sexuelle du travail, assurera aussi son maintien au-delà de la période esclavagiste.

  • 105 Jacqueline Jones, « My mother was much of a woman », Feminist Studies 8 (2), été 82, p. 235-262.
  • 106 Voir les articles dans Louise Lamphere et Michelle Zimbalist Rosaldo, Women, culture…, op. cit.; a (...)

81Mais pourquoi ce monopole masculin des outils évolués et cette division du travail se sont-ils mis en place ? Selon Jacqueline Jones, les maîtres auraient décidé d’accorder les emplois qualifiés aux hommes parce que ceux-ci ne sont jamais arrêtés par les maternités105. Cette explication revient à considérer les sociétés afro-américaines comme des tabula rasa où se rejoue dans toute sa fraîcheur le drame de l’inégalité entre les sexes, et quelle autre cause chercher que le fait qui différencie les hommes des femmes : les capacités reproductrices de ces dernières ? Pourtant des anthropologues ont démontré que rien n’est plus variable que la signification des maternités pour la mobilité ou les activités des femmes106. En fait, les textes des XVIIe et XVIIIe siècles n’envisagent à aucun moment la possibilité que les femmes deviennent charpentiers ou raffineurs et je doute que les colons américains en aient débattu. Il paraissait évident aux Européens comme aux Africains, parce que telle était la pratique dans leurs continents d’origine, que les emplois qui impliquent la maîtrise de la technique reviennent aux hommes. Certes, il est arrivé qu’un Blanc menace de faire faire une tâche féminine à un homme pour que celui-ci travaille mieux, ce faisant, il divisait les esclaves et assurait « objectivement » son pouvoir, mais la menace inverse semble n’avoir jamais été proférée… La division entre hommes et femmes esclaves n’a donc pas seulement servi à conforter l’esclavage, elle a surtout maintenu la subordination des femmes.

Notes

1 Ruth Landes, « Negro slavery and female status », Mémoires de l’IFAN, 27, 1953, Les Afro-Américains, p. 265-266.

2 Gerda Lerner, De l’esclavage à la ségrégation, 1972, traduction française, Paris, Denoël/Gonthier, 1975, p. 14-15.

3 Jean-Baptiste Dutertre, Histoire générale des Antilles habitées par les Français, Jolly, 1667, II, p. 484.

4 Labat, Nouveau voyage aux isles de l’Amérique, Jean de Nully, 1742, VI, p. 120.

5 Jacques Bouton, Relation de l’établissement des Français depuis l’an 1635 en l’île de la Martinique, Paris, 1640, p. 104.

6 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 486.

7 ANSOM, G1 468.

8 Dutertre, ibid.

9 Mathias Dupuis, Relation de l’établissement d’une colonie française dans la Guadeloupe, isle de l’Amérique, et des mœurs des Sauvages, 1652, p. 23-24.

10 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 368. Voir également Dutertre, Histoire de l’établissement…, op. cit., p. 36 et Histoire générale, op. cit., II, p. 477 ; Abbé Biet, Voyage en France équinoxiale en l’île de Cayenne entrepris par les Français en l’année 1652, p. 322.

11 Dutertre, Histoire de l’établissement…, op. cit., p. 475 ; Pierre Pelleprat, Relation des missions des P. P. de la Compagnie de Jésus dans les îles et dans la terre ferme de l’Amérique méridionale, 1655, p. 55 et 50.

12 Dutertre, Histoire de l’établissement…, op. cit., p. 475.

13 Pour tout ce paragraphe, voir Christian Schnackenbourg, « Notes sur l’origine de l’industrie sucrière en Guadeloupe au XVIIe siècle, 1640-1670 », Revue française d’Histoire d’Outre-Mer 55 (200), 3e trimestre 1968, p. 267-315, et particulièrement p. 297-302. Et, du même auteur, « Statistiques pour l’histoire de l’économie de plantation en Guadeloupe et en Martinique (1635-1835) », Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe 31, 1er trimestre 1977, p. 85, 37 et 44.

14 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 453.

15 Martinique, G1 499, Guadeloupe, G1 468, Saint-Domingue, G1 509. 1656 : Schnackenbourg, Statistiques…, op. cit., p. 37.

16 Bouton, op. cit., p. 99.

17 Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 897.

18 Brunetti, AN, Col., C8 B1, fol. 7, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 731.

19 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 468.

20 Comte de Blénac, AN, Col., C8 A3, 12 novembre 1681. Intendant Robert, id., C8 A9, fol. 266-314, 21 avril 1796.

21 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 477.

22 Dutertre, Histoire générale…, op. cit., II, p. 454 et p. 489 ; selon Chauleau, op. cit., p. 93, Mme Duparquet possédait deux femmes de chambre brésiliennes.

23 ANSOM, G1 468.

24 Biet, op. cit., p. 322 et 290.

25 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., III, p. 373 et IV, p. 193.

26 Marquis de Caseaux, Essai sur l’art de cultiver la canne, 1782, p. 288.

27 Debien, « Les cases des esclaves de plantation », Notes d’Histoire coloniale 98, 1966, p. 20.

28 Ducœurjoly, Manuel des habitants de Saint-Domingue, Paris, 1802, p. 54.

29 Gabriel Debien, « Plantations et esclaves à Saint-Domingue : la sucrerie Foäche et ses esclaves (1770-1803) », Publications de la Section d’Histoire de la Faculté des Lettres de Dakar, 1963, p. 120.

30 ANSOM, Minutes Beaulieu, 8 février 1760 : sucrerie Lomenie de Marmé ; 14 août 1766 : indigoterie J. Itasse.

31 Debien, « Plantations », op. cit., p. 120.

32 Poyen de Sainte-Marie, De l’exploitation des sucreries, Basse-Terre, 1792, p. 14.

33 AD, Guadeloupe, MN 4/80, no 27, 3-16 septembre 1844.

34 Labat, Nouveau voyage…, dans l’édition de 1722, III, p. 430.

35 Debien, « Une plantation de Saint-Domingue : la sucrerie Galbaud du Fort (1690-1802) », Notes d’Histoire coloniale I, p. 96.

36 Henry Teychenie, « Les esclaves de l’indigoterie Belin à Saint-Domingue (1762-1793) », Revista de Ciencias Sociales 4 (1), mars 1960, p. 262.

37 Debien, « Les cases », op. cit., p. 19.

38 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, III, p. 410.

39 De Caseaux, op. cit., p. 284.

40 ANSOM, MN Beaulieu, février 1760.

41 Teychenie, op. cit., p. 241.

42 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, I, p. 408 et III, p. 350.

43 Les recherches et les tentatives faites en vue de l’améliorer, au cours de 1780, n’ont constitué que des améliorations – parfois très rentables – du système existant. Cf. Christian Schnackenbourg, La crise du système esclavagiste, 1835-1847, Paris, L’Harmattan, 1980, p. 36.

44 Elie Monnereau, Le parfait indigotier ou description de l’indigo, Marseille, 1765, p. 199 ; De Caseaux, op. cit., p. 281.

45 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 137-138.

46 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., dans l’édition de 1722, III, p. 432.

47 Id., 1742, III, p. 410 et 142.

48 Id., II, p. 403 et 406.

49 Id., IV, p. 178.

50 Debien, « Destinées d’esclaves à la Martinique », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire 26, série B, 1964, p. 41.

51 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., dans l’édition de 1722, III, p. 432.

52 Ducœurjoly, op. cit., I, p. 180.

53 A. E. Pruneau de Pommegorge, Description de la Négritie, 1789, p. 31-32.

54 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 143.

55 Instructions de Foäche citées dans Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 92.

56 Debien, Les cases…, op. cit., p. 19 et Les esclaves…, op. cit., p. 91.

57 Poyen De Sainte-Marie, op. cit., p. 14.

58 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., dans l’édition de 1722, III, p. 437.

59 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 93-94.

60 David Geggus, « The slaves of the British-occupied Saint-Domingue : an analysis of the workforces of 197 absentee plantations, 1796-1797 », Caribbean Studies, 1978, p. 45.

61 Vanony-Frisch, op. cit., p. 128.

62 Labat, op. cit., 1742, IV, p. 457.

63 Debien, Plantations et esclaves…, op. cit., p. 124.

64 Debien, Les cases des esclaves…, op. cit., p. 19.

65 Lerner, op. cit., p. 27.

66 Mongin, Bibliothèque de Carcassonne, VII, p. 93-94, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129.

67 Reible, op. cit., p. 50.

68 Jean Fouchard, Les marrons de la liberté, Paris, L’école, 1972, p. 17.

69 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 88-89.

70 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, III, p. 412-413.

71 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 46.

72 Gracchus, op. cit., p. 218.

73 Gabriel Debien, « À Saint-Domingue avec deux jeunes économes de plantation (1774-1788) », Notes d’Histoire coloniale 7, p. 45.

74 ANSOM, MN Saulnier : 9 octobre 1740, continuation pour deux ans de la société entre Philippe Canet de Rogières et Mathurin Couturier pour l’exploitation d’une indigoterie à l’Anse Trouvée.

75 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 90.

76 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 125.

77 Debien, « Deux jeunes économes », op. cit., p. 63.

78 ANSOM, MN Beaulieu : 8 février 1760, sucrerie Loménie de Marmé ; 14 septembre 1765, indigoterie de Jacques Itasse (161 esclaves).

79 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, IV, p. 190.

80 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 49-50.

81 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 126.

82 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, III, p. 190.

83 Debien, Plantations et esclaves…, op. cit., p. 127 ; également Ducœurjoly, op. cit., I, p. 45.

84 Monnereau, op. cit., p. 107 ; également Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 50-52.

85 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 127.

86 Hervé du Halgouet, Au temps de Saint-Domingue et de la Martinique d’après la correspondance des trafiquants maritimes, Rennes, Impr. Oberthur, 1941, p. 82.

87 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 124.

88 Segalen, Musée national…, op. cit., p. 124.

89 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, IV, p. 196.

90 Maurile de Saint-Michel, Voyage des Iles camercanes en l’Amérique qui font partie des Indes Occidentales, Le Mans, 1652, p. 79.

91 Mettas, Répertoire…, op. cit.

92 Debien, « Une plantation de Saint-Domingue… », op. cit.

93 Roselyne Siguret, « Esclaves d’indigoteries et de caféières à Jacmel », Revue française d’histoire d’Outre-Mer (1999), 1968, p. 230.

94 Vanony-Frisch, op. cit., p. 124a-130a.

95 Id., p. 58a.

96 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 125.

97 Id., p. 385-386; Reible, op. cit., p. 8.

98 Faloppe-Lara, op. cit., p. 5-32 et particulièrement p. 29.

99 Id., également ministère de la Marine et des Colonies : États de la population, des cultures et du commerce des Colonies françaises, 1840, tableau récapitulatif des affranchissements accordés en Martinique et en Guadeloupe de 1830 à 1840, p. 23.

100 AD Guadeloupe, MN Mollenthiel, no 15.

101 Geggus, op. cit., p. 33.

102 Vanony-Frisch, op. cit., p. 124a-130a.

103 Geggus, op. cit., p. 37.

104 Gracchus, op. cit., p. 224.

105 Jacqueline Jones, « My mother was much of a woman », Feminist Studies 8 (2), été 82, p. 235-262.

106 Voir les articles dans Louise Lamphere et Michelle Zimbalist Rosaldo, Women, culture…, op. cit.; ainsi que Eleonor Leacock, Myths of Male Dominance, New York, Monthly Review Press, 1981.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search