Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Deuxième partie. Maternités esclaves

Conclusion. De la reconnaissance des pères à celles des mères ?

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre la distinction de Claude Meillassoux dans « Female slavery » in Claire C. Robertson(...)

1La reproduction physique des esclaves n’a donc été pensée comme essentielle que pendant de cours laps de temps : de 1664 à 1685, puis de 1765 à 1790, enfin après 1830. Elle a donné lieu à de véritables stratégies : des objectifs ont été énoncés, des moyens évalués, des solutions proposées. Des rôles divers ont été assignés aux femmes : elles devaient être au XVIIe siècle des épouses fidèles, au XVIIIe siècle des reproductrices, seules touchées par des récompenses et des châtiments, au XIXe siècle des mères soucieuses de l’éducation morale de leurs enfants esclaves. Ces discours étaient partie prenante des courants d’idées en métropole : au XVIIe siècle, christianisme prégnant et conception de la famille incluant les serviteurs, au milieu du XVIIIe siècle, naissance de la démographie, au XIXe siècle, pensée plus philanthropique. Cependant, des transformations sont introduites par l’esclavage : les moyens coercitifs que peuvent mettre en œuvre les colons excèdent largement ceux imaginés par les réformateurs européens. Surtout, la volonté de profit, qui a déjà transformé l’écologie des îles, détermine si les discours seront mis en actes : ils ne le seront véritablement qu’à la fin du XVIIe siècle et après 1830, c’est-à-dire aux périodes où la traite est, soit mal organisée, soit abolie. Certes, les intérêts et les comportements des planteurs n’ont jamais été homogènes mais ils ont en général préféré la reproduction marchande à la reproduction physique des esclaves1. Ce choix n’était d’ailleurs que rarement l’objet d’un calcul explicite : simplement la demande des produits agricoles a conduit à accroître la productivité des travailleuses, fut-ce au prix de leurs capacités reproductrices. La politique des mariages semble relever de la conjonction de l’idéologie chrétienne dominante et du maintien des traditions paternalistes avec les intérêts des planteurs alors que le choix d’une politique de maternité semble relever d’une décision plus affirmée, cependant la nécessité de textes de lois sur la question montre bien que les colons n’étaient pas portés par un élan unanime.

2Les politiques pour assurer cette reproduction diffèrent du tout au tout puisque le mariage chrétien a été remplacé par l’encouragement à la maternité, mais peut-on considérer que l’un reconnaît le père et que l’autre le nie au profit de la mère ? Il ne me semble pas.

  • 2 « Antebellum southern households: a new perspective on a familiar question », Review 7 (2), ant. 8 (...)

3La politique de mariage chrétien accorde certaines prérogatives à l’homme pour qu’il forme une famille, par exemple le choix de sa femme. Cette pratique correspond-elle à l’« accouplement » d’esclaves stigmatisé par Glissant ? Il s’agit certes d’une pratique qui tend à perpétuer les intérêts natalistes du maître dans la vie du couple mais les Français allaient également chercher femme dans les convois envoyés par le roi de France, pratique quelque peu barbare d’émigrants sevrés de femmes, ce sont néanmoins celles-ci qui sont objectivées plus que les hommes qui gardent la capacité de choix. D’autant que traditions africaines et religion chrétienne s’entendent à reconnaître un rôle dominant à l’homme dans le couple et qu’il a souvent un emploi qualifié qui lui permet d’entretenir sa famille. Cette politique a lentement disparu pour plusieurs raisons : abandon de toute volonté de reproduction physique des esclaves, désir d’être pleinement propriétaire de ses esclaves et de pouvoir les séparer, mais les résistances venaient aussi des captifs qui voulaient bien se marier mais non pas se soumettre à l’obligation de monogamie, ce qui n’a pas empêché certains hommes de reconstruire la polygynie dans le mariage au grand dam des maîtres. Cependant des familles concubines, moins gênantes pour le maître, ont pris la relève sur les plantations, ayant souvent les mêmes caractéristiques que les familles mariées, notamment pour ce qui est du recrutement des hommes parmi les esclaves qualifiés. Ces familles étaient « tronquées », selon le mot d’Elizabeth Fox-Genovese2, car elles étaient dépendantes de celles du maître, tout comme l’étaient celles des cadets dans les familles souches du midi de la France. Cependant le fait que les esclaves mariés ou concubins aient un certain statut dans la hiérarchie montre que ces familles « tronquées » étaient néanmoins chargées d’un certain poids affectif et symbolique. On peut peut-être en conclure que les esclaves hommes ne formaient, la plupart du temps, des familles stables que lorsqu’ils avaient les moyens financiers mais aussi le prestige nécessaire pour se faire reconnaître un certain pouvoir dans la famille.

4Les politiques de maternité impulsées à partir de 1764 sont-elles l’équivalent de cette reconnaissance du mari alors qu’elles n’accordent pas de pouvoir spécifique à la femme dans un couple ? En fait, elles assignent aux femmes une obligation de maternité avec toute une série de mesures répressives pour les terroriser : au XIXe siècle, l’avortement reste la deuxième cause de punition ; de telles méthodes n’ont pas été appliquées pour obliger les hommes à se marier. Par ailleurs, une plus grande attention est portée aux mères pour qu’elles puissent garder leurs enfants, particulièrement en 1838 avec des allégements très nets de leurs horaires de travail et une prise en charge de leurs enfants pendant que les mères sont aux champs, mais les incitations à la maternité, particulièrement l’affranchissement, ne sont guère pratiquées, sauf pour ce qui est de petites gratifications. L’amélioration apportée à la condition des mères a donc été bien tardive, elle appelle l’attention sur toute la période antérieure et sur toutes les habitations où ces politiques n’ont pas été suivies, sur ces femmes enceintes continuant à travailler jusqu’au dernier jour, fouettées parce qu’elles ralentissent leurs cadences, ces femmes mal nourries, épuisées, accouchant d’un enfant trop chétif qu’elles doivent apporter dès le lendemain aux champs où elles l’allaiteront lorsque le commandeur les y autorisera. Sans parler des enfants nés d’un viol que les femmes durent cependant porter et élever… La maternité n’a cessé que bien tard d’être une souffrance ajoutée aux malheurs d’être esclave.

5Cette politique de maternité a-t-elle impliqué des accouplements obligatoires pour les esclaves ? Il ne semble pas, du moins les textes se plaignent du libertinage des esclaves et jamais de la difficulté de leur trouver des amants alors que les voyageurs se seraient empressés de publier de tels bruits pour pimenter leurs écrits d’un peu de parfum des îles ! De plus, on n’en voit pas la nécessité sur les plantations où les hommes n’ont jamais été si rares, même au tout début du XIXe siècle, que veut bien l’écrire Glissant. Ce serait donc les maîtres d’un ou deux esclaves qui seraient susceptibles de vouloir accroître leur capital de cette manière mais ils craignent plus souvent d’être privés quelques instants de leur esclave ou même de la perdre en couches. Cependant, le « droit de cuissage » a pu avoir un tel effet dans les petites Antilles au XVIIIe siècle. Il a surtout permis la « libération sexuelle » des petits Blancs grâce au viol institutionnalisé des esclaves. Lorsque la volonté de reproduction physique des esclaves est clairement affiché au XIXe siècle, le métissage tend paradoxalement à diminuer…

6De ces considérations, on retiendra qu’il était bien moins risqué d’être reconnu comme père que d’être encouragée à devenir mère !

Notes

1 Pour reprendre la distinction de Claude Meillassoux dans « Female slavery » in Claire C. Robertson et Martin A. Klein, Women and Slavery in Africa, Londres, University of Wisconsin Press, 1984, p. 49-66.

2 « Antebellum southern households: a new perspective on a familiar question », Review 7 (2), ant. 83, p. 239.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search