Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Deuxième partie. Maternités esclaves

Chapitre VI. L’ombre du blanc

Texte intégral

1Femmes esclaves : pour beaucoup, elles n’évoquent pas la division sexuelle des tâches ni les politiques de moralisation ou de reproduction mais des femmes noires à demi nues, prêtes à se soumettre à tous les caprices des maîtres. Prétextes à des récits libertins qui excitent les sens blasés, l’accouplement du Blanc et de la mulâtresse est bien plus : la représentation symbolique de la naissance des peuples antillais, métis culturels sinon toujours physiques. Or, cette scène primitive est d’une extrême violence puisqu’elle met en scène un maître, le fouet à la main, et l’esclave, achetée comme du bétail, dont la noirceur est présentée comme le signe de la faute de Cham et la patrie comme le repaire d’êtres frustres et brutaux. Rapprochement d’autant plus « scandaleux » qu’une barrière sépare très tôt les Blancs des Noirs. La volonté d’évangélisation, qui donnait à l’esclave le statut de frère en Jésus-Christ de son maître, est bientôt devenue pour ce dernier, la simple occasion de compter ses esclaves lors de la prière matinale. Quant au travail, s’il fait parfois des esclaves autre chose que des bêtes de somme, dès 1660-1670, il ne réunit plus côte à côte Blancs et Noirs.

  • 1 Peytraud, op. cit., p. 206.
  • 2 Labat, Nouveau voyage, op. cit., 1742, II, chap. VI.
  • 3 AN, Col., F3, 5 février 1773, fol. 89.
  • 4 Dugoujon, op. cit., p. 75-76 et 61.

2Que les hommes blancs détiennent seuls le pouvoir économique et social, rien ne le montre plus que le seul sens dans lequel le rapprochement, au moins physique, a lieu : homme blanc, femme noire. L’homme blanc a conquis ces terres et les femmes blanches ne sont venues par la suite que pour lui donner des héritiers. Aussi leur fidélité conjugale est-elle essentielle et reconnue par la plupart des auteurs. Les Blanches qui ont eu des relations avec des esclaves ont encouru un ostracisme social extrêmement fort. Ainsi en 1757, une femme blanche, d’abord accusée d’avoir tué son enfant, puis innocentée, n’en fut pas moins bannie « par l’indignité de cette fille de s’être prostituée avec un nègre et l’éclat que cette affaire avait fait dans le public1 ». Aussi les cas connus sont extrêmement rares. Labat raconte l’histoire d’une jeune fille qui avait eu un enfant de l’esclave de son père2 et l’adultère de la femme du Sieur Voyage avec un esclave est commenté dans une lettre du ministre de la marine en 17733. Au XIXe siècle4, une demoiselle blanche appartenant à une ancienne famille guadeloupéenne « raffole d’amour pour ce nègre et ne s’en cache plus ». « Le jour de la Saint-François, M. Peyrol, curé du bourg de ce nom, baptisa un petit mulâtre né d’une demoiselle blanche ; quelques jours auparavant, dans la même paroisse, une autre demoiselle de la même classe avait mis au monde des jumeaux qu’elle avait ensemble avec un esclave. Ces exemples seraient beaucoup moins rares sans la surveillance continuelle dont les jeunes blanches sont l’objet. »

3Les relations entre les hommes blancs et les femmes noires sont un élément essentiel du rapport spécifique des femmes à l’esclavage, que ce soit en tant qu’élément supplémentaire d’oppression ou que possibilité de sortie du sort commun.

Mélange des corps, mélange des sangs

4L’élan qui jette cet homme blanc sur l’esclave noire n’apparaît guère naturel lors des premières rencontres entre Blancs et Noirs, lorsque derrière les différences physiques se profilent la lutte entre chrétiens et païens, puis celle entre possesseurs et esclaves.

Désirs : des « dégoûts sans nombre » à la « perfection des machines animées »

5La première rencontre avec des Noirs provoque une profonde horreur. Coppier, un engagé lyonnais, écrit en 1645 :

  • 5 Guillaume Coppier, Histoire et voyage aux Indes Occidentales, Lyon, 1645, p. 19-20.

« Je me trouve icy obligé à vous faire un panégyrique des antiperfections des nègres : je commence. D’abord qu’ils sont épouvantablement difformes, car, premièrement, leurs yeux sont étincelants comme des charbons allumés, ce sont les plats de la lubricité… La hure d’un sanglier n’est pas si rude que leurs cheveux, quoiqu’ils les aient couronnés naturellement et fort courts tant les hommes que les femelles ; leur nez camard et écrasé pend sur des grosses lèvres et le reste de leur visage est si effroyable qu’il est presque impossible de les regarder sans horreur et étonnement ; même de les ouïr parce que leurs voix est semblable au mugissement des taureaux, laissant à part que leurs mains sont plus dures que les enclumes et que les marteaux des cyclopes ; leur gloire gît en partie à se scarifier la peau à coups de rasoir, aucuns se scarifient le front et les joues5… »

  • 6 Pelleprat, op. cit., p. 55, 56-57.
  • 7 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 511.
  • 8 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, IV, p. 489.

6De même, en 1655, le jésuite Pelleprat6 a besoin de toute sa charité chrétienne pour supporter la vue des Africains : « Quand ils sortent des vaisseaux étant presque tous nus, ils font de l’horreur et de la compassion, on dirait à les voir que ce sont des diables qui sortent des enfers, ce sont néanmoins des âmes rachetées du sang du fils de Dieu. » La rencontre est vécue en terme de mal et de rédemption : « Ils sont puants comme des charognes et si hideux et si malfaits qu’ils causent de l’horreur, mais il n’y a rien que la charité de Jésus-Christ ne rende aimable. » Le dégoût vis-à-vis du corps des Noirs est imputable à ce qui le différencie de celui des Blancs : la noirceur, l’odeur. Les Européens sont vécus comme le modèle de la beauté. Ainsi, le nègre Dominique, à la Guadeloupe, « a le visage aussi beau, le nez aussi aquilin et les lèvres aussi minces que les Français7 ». Le père Labat8 remarque que « c’est une erreur de croire que nous fassions consister la beauté de nos négresses dans la difformité de leurs visages, dans de grosses lèvres avec un nez écrasé. Si ce trait a été à la mode en Europe, il ne l’est point aux îles, on y veut des traits bien réguliers ». Pourtant, une attirance ambiguë est très vite née. « Comme pour l’ordinaire, les négresses sont fort bien faites, pour peu qu’elles soient bien habillées, elles ont fort bon air, surtout quand on s’est fait à la couleur. Car pour ceux qui n’y sont pas accoutumés, ils doivent se contenter de les regarder par-derrière, autrement elles leur paraîtront comme des mouches dans du lait. » L’animal répugnant et charognard choisi pour représenter les Noirs n’est guère à leur avantage. Par ailleurs, l’idée de regarder de dos les négresses implique une certaine sexualité qui sérialise les femmes et refuse leur particularité.

  • 9 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 511.

7Cette attirance paraît inexplicable à Dutertre : « On ne saurait mieux vérifier le proverbe qui dit que l’amour est aveugle, que dans la passion déréglée de quelques-uns de nos français qui se portent à aimer leurs négresses malgré la noirceur de leurs visages qui les rend hideux et l’odeur insupportable qu’elles exhalent qui devrait à mon avis éteindre l’ardeur de leur feu criminel9. » Thibaut de Chanvallon explique par toutes sortes de raisons cet attrait mais jamais par la beauté des négresses.

  • 10 Chanvallon, op. cit., p. 61.

« On sera sans doute étonné d’un goût aussi dépravé de la part des hommes de notre couleur ; il est cependant général, soit qu’ils y soient entraînés par l’occasion et la facilité, par le physique du climat, par l’habitude, par l’exemple, par l’indolence ou la fierté des Blanches ou par le peu de soin qu’elles prennent de leur plaire, peut-être dans l’origine de nos colonies par un motif de curiosité ou par la disette des femmes qui n’accompagnaient pas les premiers Européens dans ce nouveau monde. Tous ces motifs et d’autres encore si l’on veut en ajouter, peuvent-ils suffire pour justifier un sentiment désavoué par nos mœurs, par notre délicatesse et contredit par les dégoûts sans nombre que la nature paraît lui avoir opposé10. »

  • 11 Descourtilz, Voyage d’un naturaliste et ses observations, Paris, 1809, III, p. 116 et II, p. 52-53

8Ces dégoûts, de corporels deviennent métaphysiques, lorsque la beauté des Noires est enfin reconnue par Descourtilz. « Le plus beau sang a formé ces peuples (Aradas et Dunkos), il semble que pour ces créatures, la nature ait perfectionné tout particulièrement son mode générateur dans leurs formes nobles et gracieuses. Les hommes et les femmes y sont d’une stature belle et proportionnée. Leur démarche n’est point celle de la contrainte, elle est noble, assurée, grave et enjouée tour à tour. » Le désir pour les esclaves « machines animées et instrument de la brutalité » n’en est pas moins « un penchant libidineux que son organisation plus élevée condamne et dont la nature elle-même par le cachet de sa démarcation semble lui proscrire l’espèce11 ».

9La nature ayant succombé à des désirs sans nombre, religion et politique tenteront de s’opposer à ces rapprochements, mais en vain…

Politiques

De la lutte contre le libertinage…

10Les premiers textes officiels sur les relations entre Blancs et Noirs tentent de les réprimer. En 1664, après près de trente ans de colonisation, une ordonnance du lieutenant-général de l’Amérique, de Tracy, proclame dans son article 8 :

  • 12 Moreau de Saint-Méry, Lois…, op. cit., I, p. 117.

« Défenses sont faites à tous les commandeurs d’engagés et de nègres de débaucher les négresses sous peine de vingt coups de liane par le maître des Hautes Œuvres pour la première fois, quarante pour la seconde, de cinquante coups et la fleur de lys marquée à la joue pour la troisième fois, sans que ce précédent article déroge à ce qui est pratiqué dans l’île, à l’égard des intérêts civils pour une pareille occasion. La même chose sera exercée contre les autres valets de case qui auront habité avec des négresses12. »

  • 13 Dutertre, Histoire générale, op. cit., I, p. 117.
  • 14 Moreau de Saint-Méry, Lois…, op. cit., I, p. 180.
  • 15 Liliane Chauleau, Histoire antillaise, Pointe-à-Pitre, Émile Desormeaux, 1973, p. 100.

11Selon Dutertre : « Quand quelque commandeur abuse d’un nègre (sic), l’enfant mulâtre qui en vient est libre, et le père est obligé de le nourrir et de l’entretenir jusqu’à l’âge de douze ans, sans l’amende à laquelle il est encore condamné. Les gouverneurs et les juges tiennent la main à la garde de cette ordonnance, qui passe présentement pour loi dans les îles, afin d’empêcher ce détestable abus qui n’est pas à présent si commun qu’il a été13. » L’amende devait servir à indemniser le maître qui perdait ainsi le nouveau-né. Le Blanc non domestique qui a commerce avec des Noires est passible de la même peine sauf le châtiment corporel. Une ordonnance de Baas précise que, si la négresse appartient au maître de case qui en a abusé, elle est confisquée au profit des pauvres alors que l’enfant reste libre14. Cette pratique libérale est abandonnée en Guadeloupe le 1er juin 1680 : les enfants mulâtres resteront esclaves15.

  • 16 ANSOM, F3 248, fol. 685, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1137.
  • 17 AN, Col., F3 90, fol. 15, art. 12.
  • 18 Peytraud, op. cit., p. 155.
  • 19 Id., p. 200.
  • 20 AN, Col., C8 A9, fol. 73-77.

12Ces différences de pratique donnent lieu à une polémique entre administrateurs lorsque les îles entrent dans le domaine du roi. Le gouverneur Blénac casse cet arrêt pour vice de forme. Il écrit : « Les Espagnols et les Portugais n’ont établi leur îles et la grande terre que par ce moyen. » L’intendant Patoulet explique par contre qu’il faut « rendre les mulâtres et les femmes mulâtres esclaves pour empêcher le libertinage de ces sortes de gens que l’on ne peut retenir lorsqu’ils sont libres. La plus grande part, non seulement se prostitue mais encore elles sont les ouvrières de la prostitution des autres16 ». Le mémoire préparatoire du nouvel intendant des îles, Bégon, le 13 février 1683, propose d’imposer une amende de deux mille livres de sucre au Blanc qui a eu un enfant d’une esclave dont il est privé s’il en est le maître17. L’optique choisie est donc celle de la répression de ce péché, liée à un refus du mélange des races, car il n’y a pas de rachat possible du concubinage. L’article neuf du Code Noir18, tout en reprenant cette politique répressive, précise que la négresse et son enfant mulâtre, adjugés à l’hôpital, ne pourront jamais être affranchis, mais il ajoute : « N’entendons toutefois le présent article avoir lieu lorsque l’homme libre, qui n’était point marié à une autre personne durant son concubinage avec son esclave, épousera dans les formes observées par l’Église ladite esclave, qui sera affranchie par ce moyen et les enfants rendus libres et légitimes. » Le maître a cependant dès l’âge de vingt ans toutes possibilités d’affranchir ces esclaves, ce qui limite le champ d’application de cet article. Celui-ci vise bien le concubinage et non le mélange des sangs, comme le prétendait le défenseur de Jean Boury, mulâtre libre condamné à deux mille livres de sucre pour avoir eu un enfant d’une maîtresse esclave19. Le 2 mars 1698, Dumaitz demande encore un règlement pour empêcher que les garçons aient chez eux de jeunes esclaves20.

  • 21 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, II, p. 185-186.
  • 22 AN, Col., F 134, fol. 10, lettre du 13 juillet 1708, cité par Peytraud, op. cit., p. 200.
  • 23 AN, Col., F 252, fol. 527-531, cité par Peytraud, op. cit., p. 202.
  • 24 Dessalles, op. cit., III, p. 290.

13Mais ces lois répressives sont suivies de peu d’effets. Les religieux tentent bien des actions pour priver un maître libidineux de son esclave mais il se heurtent au difficile problème de la preuve de la paternité. Selon Labat, les maîtres s’entendent avec leurs esclaves pour qu’elles accusent un marin de passage ou le religieux chargé de l’enquête21. Pourtant, de 1706 à 1708, les religieux de la Charité poursuivent trois hommes. Dans l’affaire Toussaint Labbé, le Conseil de la Martinique les renvoie estimant que les preuves ne sont pas suffisantes, mais l’esclave a droit au passage à trente coups de fouet. L’esclave du Sieur Noyret est confisquée avec sa fille au profit de l’hôpital ; il est vrai que ce dernier avait pendu sa femme. Même verdict en Guadeloupe, mais le père de l’enfant enlève la mulâtresse et passe avec vingt esclaves aux Anglais22. En 1713, les administrateurs de Saint-Domingue remplacent l’amende de deux mille livres de sucre par deux cent cinquante livres de monnaie, somme à laquelle est condamné un habitant martiniquais en 1718, la femme subissant le fouet. En 1722, les curés de Sainte-Marie de la Trinité font faire amende honorable aux femmes de couleur ayant donné le jour à des bâtards23. Les instructions aux administrateurs sont constamment renouvelées dans les mêmes termes, ce qui montre leur peu d’efficacité. Le conseiller martiniquais Dessales, note en 1786, que cet article est tombé depuis longtemps en désuétude car les « esclaves sont pétris de mensonges24 ».

14L’optique chrétienne du Code Noir qui, tout en privilégiant le mariage entre Noirs, accepte celui entre maître et esclave, ne tarde pas à être battue en brèche par d’autres considérations, plus directement politiques.

… aux nécessités politiques du préjugé de couleur

  • 25 Cité par Maurice Satineau, Histoire de la Guadeloupe sous l’Ancien Régime, 1635-1789, Paris, Payot (...)
  • 26 Moreau de Saint-Méry, Lois…, op. cit., II, p. 88.

15Une lettre du ministre au gouverneur des Îles du Vent, le 26 décembre 1703, indique ce changement, qui touche particulièrement les libres, pourtant réputés sujets français, puisque les mariages avec les esclaves sont très rares. « Le Roi ne veut pas que les titres de noblesse des sieurs (sans indication de nom) soient examinés ni reçus, parce qu’ils ont épousé des mulâtresses, ni que vous permettiez qu’on rende aucun jugement pour la représentation de leurs titres25. » En 1723, prohibition est faite aux Blancs d’épouser des filles de couleur. Elle est promulguée pour la Louisiane par l’édit de mars 1724, mais ne le fut pas aux Antilles26. Pourtant un texte du ministre du 18 août 1731 note qu’à Saint-Domingue, beaucoup plus qu’en Martinique,

  • 27 Souligné par l’auteur.
  • 28 Souligné par l’auteur. AN, Col., B.

« les Blancs s’allient volontiers par des mariages avec des Noirs parce que ceux-ci, par leurs économies acquièrent des biens plus aisément que les Blancs. Mélange qu’il serait important d’empêcher et, pour y pourvoir, il serait nécessaire de déclarer tous ceux qui contractent de tels mariages, ainsi que ceux qui y parviendront, inhabiles à posséder aucun emploi et ordonner en temps que ceux des Blancs mis avec des négresses ou des mulâtresses serviraient dans la milice parmi les Noirs. Je pense que par ce moyen le peu de Blancs restera dans la pureté27 et qu’il n’y aura point à craindre que les mulâtres viennent dans la suite ternir par des alliances le sang de France28 ».

  • 29 Moreau de Saint-Méry, Louis…, op. cit., II, p. 382.
  • 30 AN, Col., F 271, fol. 10, cité par Antoine Gisier, L’esclavage aux Antilles françaises (XVIIe-XIXe(...)

16Cette tactique sera reprise pour les Îles du Vent en 173329. La hiérarchie Blancs/Noirs, plus simpliste, vient se substituer à celle des libres et des esclaves instituée par le Code. Cependant, les recensements ont dès 1696 une rubrique « Mulâtres et nègres libres » qui remplace celle des sauvages libres. Un autre argument intervient : « Les liaisons jointes à l’insubordination des Noirs pourraient causer dans la suite de grands maux à la colonie. » Cette politique sera reprise et justifiée par un mémoire du Roi aux administrateurs de la Guyane le 9 septembre 177630.

  • 31 AN, Col., F 252, fol. 535, cité par Peytraud, op. cit., p. 203.

17Ce racisme est partagé par les Blancs aux colonies. Le Supérieur des Missions parlent des relations interraciales comme d’une « conjonction criminelle d’hommes et de femmes d’une différente espèce donnant naissance à un fruit qui est un monstre de la nature31 ». Hilliard d’Auberteuil n’a que mépris pour les Blancs qui se mésallient.

18Répulsion devant la différence physique des Africaines, lutte de la morale chrétienne contre le libertinage, refus outré du mélange de deux êtres « d’une espèce différente » dont la hiérarchie seule permet la perpétuation de l’ordre esclavagiste, aucune raison ne réussit à empêcher la rencontre charnelle entre l’homme blanc et la femme noire. Mais, de ce désir, qui décide ?

Fanchon, esclave du sieur…

19Les conditions qui déterminent le face à face entre le maître et son esclave ne sont que trop évidentes…

Des femmes qui ne s’appartiennent pas

20On ne peut parler du désir d’une femme que si elle a la possibilité de se refuser, ce qu’elle n’a pas toujours et qu’elle paie parfois très cher.

Quelles sont les possibilités pour une femme esclave de se refuser ?

  • 32 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 512.
  • 33 France, op. cit., p. 60 ; voir aussi p. 94-97.

21Les missionnaires du XVIIe siècle ont reçu des plaintes de femmes esclaves pour de véritables viols. « Il faut pourtant avouer que si l’on pouvait excuser un crime que Dieu déteste, il y a personne qui ne portât compassion à ces pauvres malheureuses qui ne se laissent ordinairement aller aux désirs sales de ces hommes perdus que par des sentiments de crainte d’un mauvais traitement, par la terreur des menaces dont ils les épouvantent ou par la force dont ces hommes passionnés se servent pour les corrompre32. » Ces prêtres ne font pas état de sanctions contre ces « hommes perdus », qui les écouteraient peut-être peu. Les esclaves ne trouvent même plus d’oreilles pour les écouter par la suite si ce n’est le commandant de gendarmerie France au XIXe siècle, qui publie certains de ses rapports. Il est fort possible que ce soit à ces désirs brutaux que certaines femmes doivent les sévices que leurs maîtres leur infligent. Ainsi Coralie, vingt-neuf ans, arrêtée à Fort-Royal ayant des fers aux pieds de trois à quatre kilos et des marques récentes d’un collier au cou. Elle a le corps en sang parce que son maître la maltraite journellement et elle préférerait mourir que de retourner chez lui ; « elle a opposé à la gendarmerie, qui avait été requise pour la faire sortir de la prison, la plus vive résistance33 ».

  • 34 Art. LT, cité par Peytraud, op. cit., p. 158.
  • 35 AN, Col., F3 90, fol. 149-158.

22Certes, le Code Noir permet aux esclaves de se plaindre au procureur général et de « mettre leurs mémoires entre ses mains sur lesquels et même d’office si les avis viennent d’ailleurs, les maîtres seront poursuivis à sa requête et sans frais ; ce que nous voulons être observés pour les crimes et traitements barbares et inhumains des maîtres envers leurs esclaves34 ». Les voisins ne veulent jamais dénoncer un des leurs, mais cette procédure est parfois utilisée par des esclaves lorsque la vie de plusieurs d’entre eux est en danger. Ainsi en 1771, les esclaves du Sieur Dessource vont se réfugier à l’hôtel du juge du Cap parce que « leur maître avait brûlé Janne, son commandeur, puis fait brûler les pieds et les jambes aux négresses Fanchette et Jeannette et qu’il les avait ensuite enterrées toutes vivantes. Enfin, parce qu’il avait fait brûler les pieds et les jambes à une autre négresse enceinte, qui après cela, avait été mise au cachot dans lequel elle était morte35 ». Or, les persécutions que subissent les femmes sont individuelles et leur obstination ne serait-elle pas accueillie d’un éclat de rire ?

  • 36 Parce que l’esclave n’appartenait pas à la personne qui l’a torturée. C’était la femme d’un sergen (...)
  • 37 Gisler, op. cit., p. 111-112.
  • 38 AN, Col., F3 71, cité par Gisler, op. cit., p. 109.
  • 39 Rouvellat de Cussac, op. cit., p. 112 et 205.
  • 40 Jean-Paul Aron, Misérable et glorieuse, la femme au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1980, p. 12.

23D’ailleurs, les maîtres condamnés pour des atrocités sont rares, même si les faits sont reconnus. « Une demi-douzaine de bannissements, dont un avec trois ans de galères, un autre avec détention à vie dans une prison de France36, enfin des amendes et parfois l’obligation de vendre des esclaves37. » Et à partir de 1771, avec la psychose des poisons, la doctrine devient désormais que : « C’est en laissant aux maîtres un pouvoir presque absolu que l’on peut seulement parvenir à contenir un aussi grand nombre d’hommes dans la soumission qu’exige leur supériorité sur les Blancs38. » Au XIXe siècle encore, un sergent de ville accusé d’un attentat à la pudeur contre une esclave de quinze ans est acquitté39, de même que des soldats ivres qui ont pillé et battu des négresses. Il est vrai qu’en France même des violeurs de petites filles de six à onze ans n’écopent que de cinq à six ans de prison, ce qui est dérisoire par rapport aux peines des voleurs40.

  • 41 Jean Fouchard, Les marrons de la liberté, Paris, l’École, 1972, p. 19.

24Le viol est d’autant moins reconnu socialement qu’il entre dans la valeur des femmes esclaves un élément lié à leur beauté, donc à la programmation de leur utilisation sexuelle. Les mulâtresses ont des prix nettement plus élevées que les Noires alors que ce n’est pas le cas pour les hommes. M. Fouchard cite une annonce des Affiches américaines, ainsi libellée : « À vendre une négresse Arada, enceinte de plusieurs mois et sur le point d’accoucher, une jeune créole de seize ans, fidèle et encore sage, et une très belle griffonne, jeune et jolie, ayant toutes les qualités qu’on puisse désirer dans une bonne ménagère41. »

  • 42 Gilles Henry, Monte-Christo ou l’extraordinaire aventure des ancêtres d’Alexandre Dumas, Paris, Li (...)

25Virginité et beauté sont donc des valeurs marchandes. David de la Pailleterie acheta à un prix exorbitant la belle Césette et lui fit 4 enfants42. Or, acheter très cher une belle esclave, c’est penser qu’elle n’a pas le droit de se refuser.

  • 43 Jean-Baptiste Leblond, Voyage aux Antilles et à l’Amérique méridionale, commencé en 1767 et fin en (...)
  • 44 Pierre Victor Malouet, Mémoire sur l’affranchissement des nègres, Neuchâtel, 1788, p. 35.
  • 45 Anne Martin-Fugier, « La bonne », in Aron, Misérable et glorieuse, la femme au XIXe siècle, op. ci (...)

26Mais l’on assiste, particulièrement au XVIIIe siècle, à une curieuse inversion : ce ne serait pas le maître qui abuserait de son esclave, mais celle-ci qui l’entraînerait dans le mal. Le médecin naturaliste Leblond, qui officie en Martinique en 1766, rapporte les paroles d’une créole : « Les créoles (mâles) se livrent à un affreux libertinage avec ces coquines de négresses et de mulâtresses (c’étaient ses expressions) qui les attirent par toutes sortes de séduction et qui ruinent leur santé et leur bourse43. » Un administrateur de Saint-Domingue, Malouet, est encore plus affirmatif : « Certainement le commerce et l’emploi des nègres produisent une grande licence de mœurs, mais c’est à cette espèce d’hommes et à leur constitution qu’est inhérent le goût du libertinage. Libres ou esclaves, chrétiens ou idolâtres, les hommes et les femmes noirs ont une propension invincible au plaisir, et la facilité de s’y livrer corrompt un grand nombre de Blancs44. » Une chanson conseille aux mères blanches d’éviter le contact de leurs filles avec leurs esclaves, accusées de dépraver leurs jeunes maîtresses, comme les bonnes le sont en métropole au XIXe siècle45 :

  • 46 De Montlezun, Souvenirs des Antilles, voyage en 1815 et 1816 aux États-Unis et dans l’archipel Car (...)

« Écartez de votre maison
la mulâtresse ou la mestive
ou la carteronne lascive
dont la lubrique liaison
couvre le but secret d’infiltrer le poison
de la flamme la plus active
à sa jeune victime ingénue et naïve »
(chanté à Fort-Royal, Martinique en 181546).

  • 47 Chanvallon, op. cit., p. 180 ; De Wimpffen, op. cit., p. 147.

27Les esclaves ne sont pas transformés en objet de luxure par le désir des maîtres, selon ceux-ci, elles n’ont fait que suivre leur pente « naturelle ». Pour de Chanvallon : « … ces femmes, naturellement plus lascives que les Européennes, flattées de leur ascendant sur les Blancs, ont rassemblé pour les conserver, toutes les voluptés dont elles sont susceptibles47 ».

28Comme Moreau de Saint-Méry :

  • 48 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 92.

« L’être entier d’une mulâtresse est livré à la volupté et le feu de cette déesse brûle dans son cœur pour ne s’y éteindre qu’avec la vie… Il n’y a rien que l’imagination la plus enflammée puisse concevoir qu’elle n’ait pressenti, deviné, accompli. Charmer tous les sens, les livrer aux plus délicieuses extases, les suspendre par les plus séduisants ravissements : voilà son unique étude et la nature, en quelque sorte complice du plaisir, lui a donné charmes, appâts, sensibilité et ce qui est bien plus dangereux, la faculté d’éprouver encore mieux que celui avec qui elle les partage, des jouissances dont le code de Saphos ne renfermait pas tous les secrets48. »

  • 49 Pelleprat, op. cit., p. 65.

29Comment des femmes qui aiment tant la volupté peuvent-elles se refuser ? Cependant, certaines le firent. Le jésuite Pelleprat rapporte en 1655, que deux esclaves, une Africaine et une Sauvage, refusèrent les propositions de leurs maîtres, l’une en le souffletant, l’autre en le menaçant d’un tison de fer. « Le courage de ces deux femmes nées dans l’infidélité est remarquable, en ce que, sachant bien que leur bonheur et leur vie dépendaient entièrement de ceux qui les portaient au mal, elle ne leur résistèrent pas seulement mais les traitèrent de la manière que je viens de dire, ce qui doit faire honte aux chrétiennes qui sont si lâches en de pareilles occasions49. » Girod-Chantrans cite un autre cas de résistance :

  • 50 Girod-Chantrans, op. cit., p. 140-141.

« Un Blanc de cinquante ans ou environ, non marié, père de plusieurs mulâtres ou mulâtresses, avait dans le nombre une fille dont il était devenu amoureux. Il vivait dans son habitation, au milieu de sa famille déjà grande, et pressait chaque jour sa fille de se rendre à ses vœux ; chaque jour, il était refusé. D’abord, il mit en usage les caresses ; mais ne pouvant de cette manière vaincre la répugnance de sa fille, il essaya les menaces et finit par les cruautés. Rien ne put ébranler la constance de cette malheureuse, d’autant plus intéressante dans les persécutions qu’elle éprouvait, que l’on faisait dans tous les environs l’éloge de sa bonne conduite et de son esprit. Ses frères, témoins des horreurs dont elle était la victime, emportés à la fin par la pitié et l’indignation, étranglèrent le père dans son lit. Ils ne songèrent pas ensuite à s’évader et on les arrêta. La justice n’eut pas de peine à approfondir le mystère d’iniquité qui avait donné lieu à cette catastrophe : elle ne put s’empêcher, cependant, de condamner les coupables à la mort. Tous furent exécutés ainsi que la fille qui était du complot. N’est-il pas odieux, permettez-moi de le dire, que les lois soient aussi rigoureuses à l’égard de la vertu et de la sensibilité impuissantes, outragées au dernier point par la cruauté armée du despotisme et par la débauche la plus effrénée50 ? »

30Quoiqu’il en soit de la véracité de cette histoire, il apparaît que sans recours extérieur, les femmes esclaves ne peuvent compter que sur leur courage physique pour refuser des relations qui, par ailleurs, peuvent apporter des améliorations matérielles à leur vie.

Le maître tout-puissant

31Les relations sexuelles ne dépendent donc que du désir du maître. Il y en eut sans doute de vertueux. En Guadeloupe, l’habitation Bisdary ne compte que deux mulâtres : Pierrot de cinquantre-quatre ans et Mathieu de vingt ans, lorsque les jésuites la vendent à Thomas Lepreux en 1763. Mais, trois mulâtres naissent de Blandine de 1764 à 1772 et sept autres de différentes mères dans les années 1770, dont deux de femmes mariées. Cinq des treize mères célibataires ont des enfants mulâtres.

32Le maître qui a des penchants libidineux peut choisir parmi ses esclaves, ce qui provoque jalousies et empoisonnements. Selon le magistrat Tanc :

  • 51 Tanc, op. cit., p. 27.

« Dès l’âge de onze ou douze ans, ils cherchent à cueillir cette fleur qui était réservée à l’amour : mais des négrillons plus heureux ont presque toujours commis le doux larcin. Les plus belles des jeunes négresses sont mises en réserve pour eux, confiées à une duègne de l’habitation, qui doit les surveiller et bien les garder pour le maître, mais du reste, les rangs des négresses sont parcourus à volonté, et la crainte seule des châtiments et de la colère des tyrans font qu’elles s’abandonnent à la seule manifestation de leur volonté51. »

  • 52 Debien, Notes d’Histoire coloniale (120), p. 20 ; De même, Jacques Proa raconte en 1781 qu’à Saint (...)
  • 53 De Wimpffen, op. cit., p. 87.
  • 54 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1722, III, p. 446.
  • 55 Monnereau, op. cit., p. 114-115 et Foäche cité par Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., (...)
  • 56 Leblond, op. cit., p. 400.

33Certains maîtres « généreux » disposent de leurs esclaves pour le bon plaisir de leurs domestiques blancs. Ainsi l’habitation sucrier Galliffet de Saint-Domingue déclare à propos du charpentier Roumagnas : « Pour les femmes, il est inséparable, mais il ne tardera pas à revenir de ce vice, aussi ne lui en dis-je rien. Je lui ai au contraire permis de faire un choix sur mes négresses et il s’en est tenu là jusqu’ici. Il n’y avait que ce parti à prendre pour l’arrêter et l’empêcher d’aller ailleurs, s’empoisonner ou vendre le linge que je lui ai donné52. » Selon le baron de Wimpffen, le maître est content que l’on fasse des enfants à ses esclaves parce que cela accroît son capital53. Par contre, le père Labat recommande « d’éviter, comme il arrive souvent, qu’ils (les domestiques blancs) lient des intrigues avec les négresses, qui causent des désordres et quelquefois la mort des uns et des autres et de les chasser dès qu’on en a conscience54 ». Monnereau en 176555 et Foâche sont du même avis : l’atelier est horriblement vexé. Le médecin Leblond raconte qu’en Martinique, un nègre furieux de la liaison de sa femme avec un économe mit le feu à la plantation et fut pendu56. Le refus des liaisons ne tient donc pas à des raisons de moralité ou de libre consentement des esclaves féminines mais à des questions de discipline : il ne faut pas rendre jaloux les esclaves masculins.

  • 57 Hilliard d’Auberteuil, op. cit., I, p. 34.
  • 58 Dubuisson, op. cit., II, p. 25.

34L’avocat Hilliard d’Auberteuil accuse en 1776 à Saint-Domingue certains métropolitains : « Il y en a qui font régner dans leurs actions un mélange étonnant d’avarice, de débauche, de bassesse et de cruauté : ils ont plusieurs esclaves dont ils font leurs concubines, ils les font travailler avec rigueur tant que dure la journée, ils les nourrissent à peine ; ils ne les habillent point et leur arrachent encore l’argent, que dans le silence de la nuit, elles acquièrent par la prostitution57. » Le colon Dubuisson rétorque que ce n’est là qu’une « secrète et rare infamie » dont il est inquiétant de paraître trop bien informé58. Pourtant, le voyageur de Wimpffen accusera également :

  • 59 De Wimpffen, op. cit., p. 88.

« L’avarice a même étendu ses droits sur le seul plaisir de l’amour, car, de même qu’en Europe une servante demande à ses maîtres d’aller se promener, ici, une négresse demande à ses maîtres d’aller coucher avec tel ou tel Blanc ; et comme elle est, dans beaucoup de maisons, tenue de payer à sa maîtresse une certaine rétribution sur le prix de son travail nocturne, vous concevez que la bégueule qui, par un principe d’honneur, refuserait une semblable permission, s’exposerait au reproche très grave de mauvaise économie, vu que la plupart des négresses servantes n’ont que ce qu’elles gagnent à trafiquer de leur charme pour en couvrir la nudité59. »

  • 60 Oruna Lara, La Guadeloupe dans l’histoire, 1921, rééd. L’Harmattan, 1979, p. 81.

35La prostitution est un fait malheureusement trop universel pour qu’elle soit absente de ces îles. À Saint-Pierre de la Martinique, une maison close « tricolore » était célèbre pour renfermer des prostituées blanches, noires et mulâtresses60. À Saint-Domingue, les clients devaient être particulièrement nombreux, avec tous les marins de passage et les jeunes célibataires qui venaient tenter leur chance dans la plus riche des îles. Cependant, selon Moreau de Saint-Méry, la prostitution y était surtout l’apanage des mulâtresses.

  • 61 AN, Col., F 3 21.
  • 62 Mémoire de Patoulet du 20 mai 1682, AN, Col., F3 90, fol. 1-6.
  • 63 Rouvellat de Cussac, op. cit., p. 26.
  • 64 Peytraud, op. cit., p. 412.

36D’autres cas relèvent d’une incitation indirecte à la prostitution. Le frère Saint-Gilles à Cayenne en 1687 note que : « L’avarice des maîtres, qui va jusqu’à refuser aux esclaves la subsistance et l’habillement, est cause que les nègres volent et que les négresses s’abandonnent61. » L’avarice est également fréquente aux Antilles puisque le Conseil souverain de Saint-Christophe, dans un arrêt de 1680 sur le vol des esclaves ajoute : « Ce qui n’arrive que par la faute des maîtres et des patrons desdits esclaves, qui ne sont pas médicamentés, nourris comme Dieu et la loi l’ordonnent62. » Au XIXe siècle, Rouvellat de Cussac rapporte que les colporteuses se prostituent pour éviter le fouet lorsqu’il manque de l’argent dans leur compte63. Elles ont intégré l’idée que leur sexe est à prendre ou au mieux à acheter. C’est d’ailleurs le motif invoqué en Guadeloupe en 1711, pour exiger des autorisations officielles pour tout affranchissement : les femmes se prostituaient pour acheter ainsi leur liberté à leur maître64.

  • 65 David, « La paroisse », op. cit., p. 64-65.

37Nous connaissons mieux les liaisons qui ont duré et laissé des traces dans les minutes notariales : par définition, les relations les plus gentilles et non les plus ordinaires. Curieusement alors qu’à Case-Pilote, de 1760 à 1762, seulement trois des vingt géniteurs blancs avaient eu des relations avec des femmes à leur service65, ce sont ces rapports qui ont été les plus décrits.

Esclave et maîtresse

La maîtresse du maître

Un concubinage généralisé

  • 66 Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions des colonies françaises, op. cit., II, p. 406.
  • 67 Leblond, op. cit., p. 48-49.
  • 68 Dessalles, op. cit., III, p. 290.

38Dès 1713 à Saint-Domingue, les administrateurs se plaignent ; nombre de maîtres « au lieu de cacher leurs turpitudes s’en glorifient… tenant dans leurs maisons leurs concubines et les enfants qu’ils ont eus ensemble et les exposant aux yeux de tout un chacun avec autant d’assurance que s’ils étaient procréés en légitime mariage66 ». En 1767, le médecin Leblond s’aperçoit à une noce martiniquaise que « ces messieurs n’étaient entreprenants à la dérobée qu’avec les femmes de couleur, servantes de ces dames, et pour le moins aussi richement vêtues, quoique dans un costume différent ». Les femmes blanches « usaient d’une grande réserve à l’égard des hommes avec qui elles faisaient, pour ainsi dire, bande à part, ce qui n’est point selon nos mœurs67 ». Selon le Martiniquais Dessalles en 1786 : « La plupart des maîtres non mariés vivent concubinairement avec leurs esclaves ; il est des besoins physiques qui se font sentir dans les climats chauds plus que partout ailleurs ; il faut les satisfaire. Les Blancs de passage se mettent vite à cette coutume des îles. » Et son petit-fils ajoute en note : « c’est une vérité que connaissent tous les planteurs68 ». Le « non marié » était de trop.

La ménagère

  • 69 Ducœurjoly, op. cit., p. 81-82.
  • 70 Henry, op. cit., p. 79.
  • 71 Dupont, op. cit., p. 8 et 11.

39La ménagère, qui tient la maison du maître, fait le ménage, veille à son linge et à sa nourriture ou surveille la domesticité quand celle-ci est importante, est souvent à Saint-Domingue la concubine. Selon l’économe Ducœurjoly : « Les hommes pour vivre à la mode du pays vivent ordinairement avec une femme de couleur qu’on nomme ménagère, mais c’est souvent le moyen d’envoyer le ménage à tous les diables parce que cette sorte de femme ne vous est attachée qu’autant que vous faites des dépenses pour elle69. » La correspondance des Blancs comme des inventaires ou des testaments des minutes notariales témoignent de la fréquence de ces relations. Ainsi à Saint-Domingue, l’économe Prémesnil décrit, en 1771, à son propriétaire Charles de la Pailleterie « Fanchon, ma mignonne, qui a soin du poulailler et fait le pain70 » et ces mots ne manquent pas d’une certaine tendresse. À Nippes, le testament de Bernard Maignan en 1756, demande la liberté de Marie-Jeanne Vénus, « ayant toujours servi comme ménagère » et de ses quatre enfants mulâtres comme de ses deux enfants noirs. Sur une caféière au quartier des Fonds-Baptistes, le colon Jean-Baptiste Andrault a une ménagère Sanitte. En 1789, il fait cadeau à son neveu Bernard, procureur-gérant de la mulâtresse Madeleine. Son autre neveu, économe, a une seule femme sur l’habitation : Marie, tandis qu’Andrault de la Salle habite avec la négresse Louise. Seul Andrault l’aîné semble vivre en 1800 avec une fille de couleur libre71.

  • 72 ANSOM, MN Beaulieu à Nippes, 13 septembre 1776.
  • 73 Malenfant, op. cit., p. 158-163.
  • 74 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 94.
  • 75 David, « Un quartier », op. cit., p. 346.
  • 76 David, « La paroisse », op. cit., p. 36-37.

40En effet, ces ménagères ne sont pas toujours prises parmi les esclaves. Le 13 septembre 1766, Charles Thouin « reconnaît devoir à la dite négresse, nommée Olive, la somme de mille cinq cents livres pour ses salaires et l’avoir servi depuis plusieurs années72 ». Bien que ce ne soit pas le cas du colon J.-B. Andrault, cela dépendrait en partie de la position sociale du Blanc. Malenfant expose l’histoire d’un économe : « S’il devient procureur, le voilà au comble de ses vœux. Il achète de suite une voiture ; la négresse ménagère est abandonnée pour une mulâtresse, qui désole les nègres sur l’habitation ; c’est presque toujours une chèvre insatiable73. » Moreau de Saint-Méry décrit ainsi les mulâtresses libres : « La plupart d’entre elles demeurent chez un Blanc, où sous le titre bien peu mérité de ménagères, elles ont toutes les fonctions d’une épouse, sans être fort disposées à accomplir les devoirs de ce titre74. » Il n’y a guère que dans les campagnes que des Blancs vivent avec des esclaves, mais la plupart des Blancs vivent de la culture sur leurs plantations. En Martinique, à Rivière-Pilote, trente-deux mères libres de couleur sur quatre-vingt-dix-neuf (un tiers) ont des enfants avec un Blanc75. À Case-Pilote, de 1722 à 1798, douze de ces enfants sur vingt-huit ont un père blanc (43 %) et neuf sur vingt-six de 1801 à 181676.

  • 77 Malenfant, op. cit., p. 160.

41La concubine a une situation tout à fait privilégiée puisqu’elle partage la nourriture du Blanc, ce qui est moins avantageux lorsqu’il s’agit de l’économe, et qu’elle est mieux habillée. Selon l’ancien économe Malenfant, la façon dont elle est traitée dépend de celui avec qui elle vit. « Il ne faut pas croire que cette négresse, si elle est du jardin, soit plus protégée par l’économe, au contraire, le plus petit retard est puni plus sévèrement77. » Bien qu’elle est un rôle d’épouse, elle n’en a pas le statut et elle doit disparaître lorsque des visiteurs arrivent. Mais dans leur passion, certains maîtres ne respectent pas cette règle, ainsi Pasquet de Luget, vieillissant.

  • 78 AD Guadeloupe, MN Chuche, 13 février 1778.

42Lorsque la femme du planteur est présente, ce qui est plus souvent le cas aux petites Antilles, celui-ci choisit sa concubine parmi la domesticité. Ainsi la blanchisseuse de vingt-quatre ans appartenant à Pierre Debort78 a un enfant mulâtre. François Taillandier possède une mulâtresse de vingt-neuf ans qui lui a donné quatre enfants mestifs (enfant de blanc et de mulâtre) de sept ans à dix-huit mois, et le 16 mai 1777 sur l’habitation Vaneybergue-Roulle, une mulâtresse de trente-deux ans, servante et couturière, à trois enfants mestifs.

43Combien de femmes esclaves avaient des relations un peu suivies avec des Blancs ? Admettons que chaque homme blanc ait eu une concubine – ce qui était presque le cas aussi bien en Martinique qu’à Saint-Domingue – et que les concubines esclaves des mulâtres libres compensent les ménagères libres, et ce, d’autant plus facilement que certains maîtres changeaient facilement de favorites. Il y avait à Saint-Domingue, en 1775, dix mille sept cent cinquante-deux hommes « portant armes » et domestiques, ce qui aurait mobilisé 11,77 % des femmes esclaves, en Guadeloupe en 1773, mille neuf cents concubines sur vingt-trois mille neuf cent cinquante-trois femmes esclaves : 13,5 %. Ce sont là des pourcentages maximum, les plus gonflés de ce qu’a pu représenter le concubinage des maîtres avec les esclaves, non comptés les actes rapides dans les champs de canne. En Martinique et en Guadeloupe où le nombre de femmes et d’hommes blancs sont à peu près équivalents, ce pourcentage est tout à fait surestimé et il doit être plus facile d’avoir une concubine à l’extérieur parmi les femmes libres, alors qu’à Saint-Domingue, les vraies ménagères sont nombreuses.

Amour et intérêt

  • 79 Frantz Fanon, Peaux noires masques blancs, Paris, Le Seuil, 1952, rééd. 1975, coll. Points.

44Quelles relations peut-il bien s’établir entre un maître qui peut tout exiger d’une femme et celle qui ne peut pas se refuser ni prendre le temps de ses désirs ? Quel amour peut-il y avoir quand l’un peut tout sur l’autre ? Il est facile d’imaginer qu’il y ait eu d’un côté la force d’un attrait sexuel dont la beauté est la seule motivation et de l’autre, amour de la domination ou de la blancheur79, mais le désir trouble les distinctions trop tranchées. Il faut d’ailleurs introduire un autre terme : l’intérêt. Manger et être vêtue de façon décente sont des aspirations des plus naturelles, qui sont rarement comblées chez les esclaves. S’y ajoute le désir de la liberté pour soi, ses enfants ou ses parents : ce qui peut remplacer un manque d’attrait sexuel ou même le provoquer.

L’amour du maître

45L’esclave est ce meuble qui appartient au maître, cette « machine animée » qui doit obéir mécaniquement, méprisé parce que sa culture est différente, bafoué parce que seul le rendement compte. Pourtant par la grâce du désir, il arrive que l’esclave soit constitué en « Autre », en objet d’amour.

  • 80 AN, Col., F 134 10, 13 juillet 1708, cité par Peytraud, op. cit., p. 200-201.
  • 81 Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1136 ; Labat, Nouveau voyage…, op. cit., II, p. 190.
  • 82 Hayot, op. cit., p. 84.
  • 83 Id., p. 115-118.
  • 84 Id., p. 85.
  • 85 David, « La paroisse », op. cit., p. 40.
  • 86 Houdaille in Population I, 1963, p. 101.

46Des histoires d’amour fou entre le maître et l’esclave, il y en eut, bien que très rarement. C’est ce maître qui, condamné pour avoir fait un bâtard à sa mulâtresse, à ce qu’elle lui soit confisquée au profit des religieux de la charité, l’enlève et passe avec tous ses esclaves à l’Anglais80. Ce sont ces rares petits Blancs, arrivés de métropole, sans être imbus des préjugés coloniaux, qui épousèrent leurs esclaves. Le mariage a alors valeur de scandale : il égalise ce que la volonté de profit a hiérarchisé. En Martinique, à Fort-Royal, Labat ne cite que deux cas dont la très belle Madame Liétard. Le recensement de 1660 ne découvre que deux mariages et celui de 1684, huit81. D’après l’étude des registres paroissiaux de Fort-Royal, de 1679 à 1823, réalisée par M. Hayot, trois Européens ont épousé leurs esclaves : deux leurs négresses en 1739 et un sa mulâtresse en 176882. Un seul Créole arriva à ce stade : un habitant des Anses d’Arlet, Larcher, qui épousa en 1768 la mulâtresse Marthe Roblot, dont il avait eu six enfants, le premier en 1743 alors qu’elle était encore son esclave83. Une de leur fille épousa un écuyer mais vécut repoussée par les Créoles et en marge des libres. Un de leurs fils sera nommé comme « le fils naturel de Marthe Roblot », lors de son décès, en 1787, tant il y eut des réticences à accepter ce mariage. Plus nombreux ont été les cas de mariages d’hommes de couleur libres épousant leur esclave. En Martinique à Fort-Royal, trente-neuf hommes de couleur sont dans ce cas et vingt-quatre femmes de couleur84. À Case-Pilote, de 1755 à 1790, cinq hommes et cinq femmes épousent leurs esclaves85. Dans les trois paroisses de Fondsdes-Nègres, Jacmel et les-Cayes, étudiées par M. Houdaille, les mariages dans lesquels un des conjoints était encore en esclavage au moment du mariage s’élèvent à 16 % de 1771 à 1780 et à 26 % des unions de 1781 à 1790. « Le plus souvent, c’était la femme qui était rachetée par le mari mais nous avons trouvé quatre cas où l’épouse était l’acheteuse. » Les mariages d’esclaves ou d’anciens affranchis représentent 24 % et 42 % ces mêmes années86. Les hommes affranchis l’année précédent leur mariage se divisent en 25 % d’Africains, 50 % de Créoles, 25 % de mulâtres alors que les femmes sont respectivement 18 %, 45 % et 37 % : les femmes de couleur ont moins que leurs homologues mâles le préjugé de couleur. Avec le développement d’une classe de propriétaires de couleur, les possibilités de mariage avec des libres ont donc cru pour les esclaves, bien que dans une moindre mesure pour les hommes.

47Plus modestement, l’achat de leur maîtresse par de petits Blancs laisse subodorer une certaine tendresse ou du moins la création de certains liens. À Nippes, le 20 août 1767, un économe échange la nommée Toinette, créole, et Marie-Jeanne, sa fille mulâtresse de dix-huit mois, avec le sieur Jean Lomy, charpentier de la Baye des Baradaires, moyennant deux nègres, Louis et Charles. Ou encore, parmi d’autres exemples, cet achat qui signe une longue relation : « Le 21 septembre 1774, vendu à M. Martin une vieille négresse Arada, nommée Rose, ancienne concubine de M. Martin, estimée au dernier inventaire 500 L. pour 800 L. » Le propriétaire n’a pas perdu l’occasion de faire un peu de bénéfices.

48L’achat a parfois un but d’affranchissement, comme le 20 août 1777, pour la mulâtresse Angélique et ses deux enfants, « son esclave et ci-devant celle du sieur Pellegrin ». Une ménagère sénégalaise est affranchie par testament « après décès » par Étienne Lefeure le 9 octobre 1743, mais on reconnaît le plus souvent une concubine à ses enfants mulâtres. Ainsi Jean Barreau libère en 1757 Marie-Thérèse et ses deux enfants mulâtres et le 23 juillet 1760, Philippe Dupond « une négresse Mine et les mulâtresses Marie-Victoire et Léonarde, ses deux filles naturelles en bas âge », quand elle aura encore servi cinq ans.

  • 87 Hayot, op. cit., p. 124.

49On assiste parfois à la constitution de familles qui doublent les légitimes. Par exemple, à Nippes, le 30 avril 1751, Berquier veut donner une négritte de douze ans à une mulâtresse et sa fille auxquelles il vient de donner la liberté. En Guadeloupe, le notaire Mimerel consigne que le sieur Poyen affranchit Daphné, âgée de deux ans et fille de la négresse Anne, laquelle lui appartient, « s’obligeant en outre à lui procurer la subsistance jusqu’à la puberté et à la lui assurer dans le cas de vieillesse ou d’infirmités ». Certains Blancs dotent et assistent au mariage des mulâtres et mulâtresses, enfants d’esclaves leur ayant appartenu et qu’ils ont affranchis. Ces dons, qui étaient laissés libres par l’ordonnance de 1685, sont limités par un décret royal de 1726. Les gens de couleur libres sont désormais incapables de recevoir des dotations entre vifs ou par testament, mais ils continuent cependant à en recevoir par l’intermédiaire de fidéiscomis87. Les Blancs étaient pris entre le désir de protéger leurs enfants et celui d’empêcher l’extension du groupe des libres.

  • 88 Fouchard, op. cit., p. 15.
  • 89 Gilles Henry, op. cit., p. 124.

50Toutefois, d’autres concubines ne furent pas considérées autrement que comme des objets sexuels, certes très désirables mais jetables à merci. « Étant en partance, le sieur Cazeau habitant au Cul-de-Sac, a en vente une négresse de belle corpulence, bonne blanchisseuse, ayant un petit mulâtre à la mamelle. On la donnera à l’essai88. » On ne quitte pas sa concubine, on la revend. M. Henry a rappelé le cas de Césette, Noire achetée à un prix exorbitant par le grand-père d’Alexandre Dumas père, Charles David de la Pailletterie, qui en eut quatre enfants mulâtres. Il les revendra et rachètera son seul fils Thomas. Celui-ci rachètera et libérera sa mère, ses sœurs et leurs descendants en 178689 et deviendra général pendant la Révolution française.

  • 90 H. de Halgouët, « Un inventaire », op. cit., p. 236.

51Toutes les concubines ne sont pas également traitées. Ainsi le colon Pasquet de Lugé en change souvent : il libère l’enfant quarteronne d’Anne mais ne fait que des libéralités à sa dernière ménagère Fillette, tandis que la griffe Rosalie est vendue à sa mère que le comte avait libéré90. De plus, la famille légitime passe avant l’illégitime même si le donateur est généreux ; ainsi, le 13 avril 1763, Desarnau, natif de Bordeaux, lègue par son testament, la liberté à une esclave Ibo et ses trois enfants mulâtres.

« Je donne et lègue à ladite négresse deux lits garnis chacun d’une paillasse et d’un matelas avec deux paires de draps, un coffre d’acajou avec des hardes et du linge. Je lui laisse la jouissance d’une maison située au bourg du Petit-Trou joignant le presbytère qu’il a acquis du sieur Marmé, pour servir de pension aux enfants. Le restant à Jeanne Classié, son épouse, en France avec leurs enfants : trente quatre mille deux cents livres dues par l’habitation. »

52Les maîtres récompensent donc très diversement leurs plaisirs : des libéralités au mariage en passant par l’affranchissement. Celui-ci n’a jamais été un droit, ni même une coutume pour les concubines. Cause de bien des abandons, il faut essayer de voir sa fréquence réelle.

Les affranchissements

  • 91 Houdaille, « Quelques données », op. cit., p. 865.

53Sauf dans les premiers temps, les femmes ont été plus nombreuses que les hommes dans la population libre. Le nombre d’hommes pour cent femmes est en Martinique de 212 en 1685, de 188 en 1686, de 100 en 1687, de 72 en 1694, de 50-60 en 1764. En Guadeloupe, il est de 60-80 en 1682-1686, de 73 en 1782 et de 40 en 1804. À Saint-Domingue, il est de 173 en 1686, de 69 en 1713, de 94 en 1717 et 1739, de 83 en 1751 et de 121 en 1775. L’étude par M. Houdaille d’après un sondage au 1/1091 montre qu’il y a deux femmes noires pour un homme alors que les femmes sont minoritaires parmi les métis sauf en 1760. Ce qui peut signifier que les colons affranchissaient plus facilement leurs fils que leurs filles.

54À Nippes même, de 1721 à 1770, ont été relevées des demandes d’affranchissement concernant 22 hommes, 83 femmes, 27 négrillons et négrittes et 106 enfants mulâtres, soit un total de 238 demandes dont les femmes forment 35 %, près de quatre fois celles des hommes. Au XIXe siècle, les affranchissements accordés en Martinique et en Guadeloupe d’août 1833 à 1847 montrent clairement la persistance de ce fait : ils touchent en Martinique 4 617 hommes et 7 771 femmes et en Guadeloupe, 3 055 hommes et 5 411 femmes.

  • 92 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 371.
  • 93 Peytraud, op. cit., p. 411 et p. 414-418.
  • 94 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 374.
  • 95 Eugène-Édouard Boyer-peyreleau, Les Antilles françaises et particulièrement la Guadeloupe, Paris, (...)

55Il s’agit des « vraies libertés » par opposition aux libertés de savane par laquelle on permet à un esclave de rester sur une habitation ou de vaquer à ses occupations sans travailler ou très peu pour l’habitation. Le maître est toujours responsable du libre de savane et le met souvent, mais pas toujours, sur ses dénombrements. Cette liberté est ainsi accordée à Nippes à Elizabeth, la mère Ibo de huit enfants mulâtres, le 25 juillet 1765 par J. Aubert : « Qu’elle puisse rester sur l’habitation sa vie durant et y avoir le nécessaire. » La liberté légale était au début laissée à la volonté du maître de plus de vingt ans mais en 1706, le Conseil du Cap annule des libertés accordées en trop grand nombre par le colon Geoffroy92. Le 24 octobre 1713, un règlement décide qu’il faut une permission par écrit du gouverneur et de l’intendant des îles sous le vent et de Saint-Domingue. Les libertés sont accordées pour de longs services et des cas de dévouement. À partir de 1745 et approximativement jusqu’en 1765, une taxe est prélevée, qui se monte à mille livres pour les hommes et six cents livres pour les femmes et suit donc la différence de leur valeur marchande. En 1775, la taxe est rétablie à mille livres pour les hommes et deux mille pour les femmes de moins de quarante ans car trop de libertés sont accordées pour des motifs de libertinage93. En 1761, Linamour voudrait la faire passer à trois mille six cents livres. De réelles enquêtes sont parfois menées, notamment en Martinique en 1767, conduisant à refuser de nombreuses demandes94. Elles se généralisent dans le dernier tiers du siècle, notamment pour les demandes par testament et pour les rachats. Or, ce sont ceux-ci dont nous avons connaissance par les minutes notariales : elles n’ont pas dû toutes aboutir. Dans les Petites Antilles, au XIXe siècle95, les Anglais ont permis le rachat de nombreuses libertés mais des mesures très restrictives ont été prises de 1815 à 1830. En 1832, une Ordonnance Royale supprime la taxe d’affranchissement et la demande d’autorisation et la remplace par une déclaration à laquelle un créancier peut s’opposer. Le passage de la liberté de savane à l’officielle est encouragé. Par ailleurs, une Ordonnance du 11 juin 1839 déclare libre de droit qui se marie ou est déjà marié avec une personne libre et les enfants antérieurement issus des conjoints, les esclaves des membres proches de leur famille, l’esclave adopté légalement par un libre, l’esclave fait légataire universel et tuteur ou exécuteur testamentaire par son maître. Aussi les libres passent-ils de 8,7 % à 20 % de la population.

  • 96 Émilien Petit, Traité sur le gouvernement des esclaves, Paris, 1777, p. 303.
    À Nippes, de 1721 à 17 (...)

56Ces libertés peuvent être accordées par le maître pour de longs et bons services : les domestiques sont principalement visés et notamment les servantes qui ont soigné leurs maîtres dans de graves maladies. Les garçons qui ont servi huit ans dans la maréchaussée sont libérés : c’est le cas en Guadeloupe du cabre Cyrille appartenant à M. de Sallagnac. Il arrive aussi que des esclaves se rachètent auprès de leurs maîtres, mais cette pratique, intéressante pour ceux-ci, était condamnée par les administrateurs qui y voyaient une incitation au vol et à la prostitution. Le juriste Petit propose en 1777 de ne libérer les esclaves que s’ils ont rendu des services exceptionnels : découverte de conspirations, exploits guerriers, nourriture de trois enfants du maître ou de celui-ci, maternité de six enfants vivants, dont le moins âgé ait sept ans, trente années de travail au jardin ou de service domestique sans marronage96. Mais la forme de l’affranchissement : individus isolés ou familles avec des enfants noirs ou mulâtres, est également instructive.

Nippes

Guadeloupe

Guadeloupe

Case-Pilote

XVIIIe s.

XIXe s.

XIXe s.

Hommes

20

1

7

Femmes

62

38

13

Femmes et enfants noirs

5

8

26

Femmes et enfants mulâtres

51

21

Enfants mulâtres

55

20

1

7

Enfants noirs

9

1

Couples

11

2

Total

238

118

20

40

Tableau 1 : Forme de l’affranchissement à Nippes (Saint-Domingue, 1721-1770), en Guadeloupe et à Case-Pilote (Martinique).

  • 97 Dupont, op. cit., p. 12.
  • 98 David, « La paroisse », op. cit., p. 49-50 et 11.

57Bien que les affranchissements dus à de « bons et loyaux services » ou à des rachats ne soient pas insignifiants, ceux dus aux bontés du maître pour leurs concubines et leurs enfants mulâtres concernent au minimum (femmes et enfants mulâtres, enfants mulâtres) 44 % des demandes d’affranchissement à Nippes (la moitié des affranchissements si l’on ajoute les enfants noirs libérés par des « Nègres libres ») et 35 % en Guadeloupe au XVIIIe siècle. Un mémoire guadeloupéen se plaint que sur cent affranchissements, quatre-vingt-quinze concernent des concubines favorites et leurs enfants, ce qui semble exagéré. Il est toutefois remarquable que les affranchissements des seuls enfants mulâtres soient aussi nombreux. Selon le colon Andrault, c’était à Saint-Domingue une coutume. En effet, Bernard le Jeune écrit d’Andrault de Salle le 24 août 1790 : « Il serait maintenant en famille si la négresse Louise, avec qui il vivait eut été sage. Mais fort heureusement pour lui, elle est accouchée d’une négritte, ce qui lui évite le déboursé qu’il aurait été nécessaire pour l’affranchissement97. » En revanche, au XIXe siècle, si les femmes dominent largement les demandes d’affranchissements, peut-être pour des motifs de libertinage, les enfants n’en représentent que 5 %. À Case-Pilote, sur quinze mère libérées avec leurs enfants, « la paternité d’un Blanc n’intervient que dans le seul cas de la négresse Marie-Rose qui a quatre enfants mulâtres âgés de six mois à vingt et un ans98 ».

  • 99 Peytraud, op. cit., p. 419. Il est vrai que ces chiffres peuvent être sous-estimés : Moreau de Sai (...)

58Cependant, le nombre total d’affranchissements de femmes reste faible : à Nippes, quatre-vingt-trois demandes de liberté de femmes alors que mille huit cent quatre-vingt-onze femmes ont été dénombrées. Même si le rapport est hasardeux, cela fait 4 %, dont de vieilles femmes alors que nous avons estimé les concubines à près de 12 %. Plus précisément à Saint-Domingue, les affranchissements atteignent à peine huit cent quarante-cinq en 1785 alors qu’il y aurait huit mille quatre cent quatre-vingt-douze concubines en 1780 et ils ne sont que cent en Martinique en 1776 pour trois mille cent cinquante concubines estimées99. Aussi peut-on se demander si le fait de s’abandonner à un libre dans le but d’avoir un enfant qui le soit également était un calcul efficace.

59Le pourcentage des mulâtres sur les plantations permet de se faire une idée du nombre de relations sexuelles non suivies d’affranchissement même si elles ne sont pas toujours fécondes, d’autant que les femmes étaient réputées connaître des herbes pour avorter. Celles qui ont été violées ont dû recourir plus facilement à ces méthodes, aussi ce chiffre des mulâtres ne permet pas de connaître la fréquence des rapports des Blancs avec les esclaves. On sait qu’en Guadeloupe jusqu’en 1664 et en Martinique jusqu’en 1685, tous les mulâtres étaient libres. Dans la première île, ils étaient à cette date 1,4 % de la population.

  • 100 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 56-65.
  • 101 Id., p. 67.

Tableau 2 : Pourcentage des mulâtres parmi les esclaves des plantations à Saint-Domingue
Lecture : à Nippes de 1741 à 1750, les mulâtres représentant 1,3 % des esclaves et 2,3 % des esclaves créoles, c’est-à-dire nés dans l’île.
Note100100
Note101101

60Les mulâtres sont en augmentation rapide avec les ans, du fait de l’accroissement des familles des mulâtres et les nouvelles liaisons des Blancs. Ils sont plus nombreux à Nippes qu’ils ne le sont sur l’ensemble de Saint-Domingue où les chiffres sont plus bas que nous ne l’attendions.

  • 102 Nicole Vanony-Frisch, Les esclaves de la Guadeloupe d’après les inventaires des minutes notariales (...)

61En Guadeloupe proprement dite, 25 % des esclaves créoles sont métissés à divers degrés102, ce pourcentage serait sans doute moins élevé en Grande-Terre, plus récemment colonisée. Les relations sexuelles entre maîtres et esclaves ont l’air plus nombreuses en Guadeloupe qu’à Saint-Domingue, malgré la réputation de libertinage de cette dernière. Il est vrai que les Blancs y sont proportionnellement plus nombreux qu’à Saint-Domingue.

  • 103 David, « Un quartier », op. cit., p. 352.
  • 104 David, « La paroisse », op. cit., p. 64.
  • 105 Longin, op. cit., p. 48.

62Même impression en Martinique. À Rivière-Pilote, de 1802 à 1829, soixante-dix-sept des huit cent quatre-vingt-neuf mères, soit 8,6 %, ont eu des partenaires blancs103. Les relations sexuelles sont d’ailleurs plus fréquentes avec les femmes les plus claires puisque sur deux cent quatre-vingt-dix-neuf mères noires, seules trente et une ont eu de ces enfants (10 %), alors que vingt et une des trente-sept mères capresses et vingt-deux des soixante-dix mulâtresses (31 %), deux des onze mestives et une quarteronne sur les trois en ont eu. À Case-Pilote104, 14,7 % des pères d’esclaves sont blancs entre 1760 et 1762. Par la suite, 12,7 % des enfants nés entre 1783 et 1797 ont des pères blancs et la proportion baisse très nettement et continue au XIXe siècle : 7,4 % en 1807-1808, 4,2 % en 1815-1817. La couleur de la peau est trop rarement notée en Guadeloupe au XIXe siècle pour que nous puissions faire cette analyse. Selon Longin en 1816-1822, les gens de couleur sont 3/5 de la population par « le triste effet d’un libertinage effréné105 ».

63Toutes les concubines favorites sont donc loin d’avoir été affranchies : un dixième serait un grand maximum. Les partenaires des esclaves préfèrent souvent libérer leurs enfants. Mais la différence est grande entre Saint-Domingue où les mulâtres sont peu nombreux sur les plantations, le maximum étant atteint dans les années 1761-1770 à Nippes où ils représentent 7,4 % des esclaves créoles, et la Guadeloupe où 25 % des esclaves créoles sont mulâtres. On ne peut guère dans ce cas parler de « l’abandon » des femmes esclaves comme d’une stratégie de libération : son échec est trop fréquent.

L’amour pour le maître

64Fritz Gracchus a décrit les femmes esclaves comme l’agent de la transmission de l’amour du maître et de ses valeurs. Cette interprétation me paraît simpliste, car elle méconnaît la nature même des plantations, lieu de travail mais aussi de vie. Le maître ou l’économe gérant en est le centre. Non pas qu’il puisse décider de tout : des coutumes ont fixé le travail à accomplir, des liens se sont créés entre les esclaves qui peuvent opposer des résistances au pouvoir du maître, du moins quand les mortalités et les arrivées de nouveaux ne sont pas trop fortes. Cependant, les autorisations pour les mariages et les fêtes dépendent de lui. Un « bon maître », comme l’indigotier guadeloupéen Monnereau, veille tous les jours à ce que les enfants des esclaves soient bien nourris. Tous les manuels pour habitants, reprenant les conseils de Dutertre et de Labat, conseillent de s’occuper des esclaves en « bons pères de famille », idéologie qui fut certes peu appliquée, mais qui pèse d’un certain poids dans la représentation du maître. Et son œil, un esclave, veille sur le rendement mais aussi sur la paix des ménages. Ce commandeur, garant de la fidélité au maître, ne s’est-il pas identifié aux intérêts de celui-ci ? On peut parler d’amour pour le maître dans le cas de certains valets, vantés par l’abbé Hardy,

  • 106 Hardy, op. cit., p. 303.

« un jeune nègre, appelé Nicolas, aimait tellement son maître et lui était si attaché, qu’il voulait coucher près de lui et le suivre partout, sans que ni la fatigue, ni les privations fussent capables de l’en détourner. Lorsqu’il ne pouvait l’accompagner dans quelque voyage, il devenait triste, inquiet, quelquefois il refusait de prendre de la nourriture ; on le voyait souvent errer dans les chemins par lesquels il savait que son cher maître reviendrait la nuit. La nuit qui précédait quelque voyage où il devait l’accompagner souvent il s’éveillait en s’écriant : “Maître ! Maître !” tant il craignait qu’il ne partît sans lui. Si son maître tardait à lui répondre, il exprimait sa douleur par ses cris et ses larmes106. »

65Cet « exemple de vertu » est bien proche de l’amour masochiste !

  • 107 Cité par Chauleau, op. cit., p. 100.
  • 108 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 60.
  • 109 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 73.
  • 110 Rapport des procureurs…, op. cit., p. 580.

66L’enjeu sexuel rend plus aigu cette question pour les femmes. Elles peuvent attendre de leurs rapports avec les hommes libres des avantages matériels, leur liberté surtout, ce qui représente un enjeu considérable. Pour ces femmes, comme pour les esclaves à talents, devenir libre n’implique pas une lutte collective mais l’utilisation rationnelle de leurs possibilités individuelles. L’enjeu en est-il plus mesquin ? Elles peuvent en attendre l’affranchissement de leurs enfants : c’est aussi en tant que mères probables d’esclaves qu’elles réagissent. Ainsi selon un texte du Conseil de la Guadeloupe en 1680 : « La malice des négresses esclaves est parvenue jusqu’au point que la plupart des filles méprisent leurs semblables, refusent de les épouser et s’abandonnent facilement à des artisans et domestiques de la maison, même à des garçons de famille, dans l’espérance de concevoir des mulâtres libres et non esclaves, que d’autres négresses mariées, s’adonnent à des gens libres dans l’envie de faire des enfants libres107. » La liberté comme motif du désir pour l’homme blanc… Les parents des deux sexes seraient les premiers à conseiller cette voie à leurs filles. À Saint-Domingue, selon Moreau de Saint-Méry : « J’affligerais encore, sans cesser d’être vrai, si j’ajoutais que cette fatale anticipation est quelquefois le résultat d’un calcul dont le profit est pour les mères, que la seule idée de ce trafic devrait révolter108 … » Au XIXe siècle, dans les colonies françaises, Schoelcher rapporte que « le père et la mère de la jeune fille à peine nubile recherchent eux-mêmes presque comme un honneur les bontés du maître109 ». Tanc note également ce rite qui accorde la virginité de la jeune esclave au colon. Schoelcher ajoute : « Lorsque vous arrivez sur une habitation, souvent des négresses touchant presque encore à l’adolescence, se glissent chez vous sous un prétexte quelconque. » Le Procureur du Roi écrit à propos de Marie Galante en 1841 : « Quant aux jeunes négresses, les mères les instruisent de bonne heure et leur enseignent à tirer parti de leur beauté en repoussant, dans le début, les alliances des esclaves pour chercher celles des hommes libres, leur faisant espérer de trouver auprès de ceux-ci plus de richesses et surtout des hommes généreux qui pourront un jour les acheter110. »

67La recherche de l’homme libre peut n’être marquée que par l’intérêt, même s’il implique soumission et désir de plaire. Selon Moreau de Saint-Méry, les maîtresses des Blancs ont souvent des amants de couleur. Les Africaines particulièrement ont un penchant invincible pour leurs compatriotes.

  • 111 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 39.

« Ni leurs habitudes avec les Blancs, ni les avantages qu’elles y trouvent et au nombre desquels l’affranchissement se rencontre souvent pour elles ou pour leurs enfants, ni la crainte d’un châtiment que l’orgueil et la jalousie peuvent rendre extrêmement sévère ne sont capables de les retenir… L’analogie des pensées, celle du langage, l’égalité parfaite, sont sans doute les principales causes de cette tendance que fortifie l’éducation primitive. Peut-être aussi (et j’ai entendu plusieurs négresses l’avouer) l’avantage que la nature ou l’usage du vin de palme, a donné aux nègres sur les autres hommes dans ce qui constitue l’agent physique de l’amour, a-t-elle une grande influence dans ce choix pour lequel le Blanc n’est qu’un chétif concurrent111. »

68Si certaines femmes avortent dans ce cas, ce n’est pas par haine du Noir mais pour cacher une faute qui peut leur coûter la vie. Dans la rivalité entre l’homme blanc et le Noir, le fait que la femme esclave doive s’abandonner au Blanc n’est souvent que le début d’une histoire dont l’issue est plus incertaine.

69Mais il peut y avoir amour véritable de la femme pour cet homme : par reconnaissance et par admiration. Amour singulier lorsque l’on attend tout de l’autre et que l’on ne peut rien lui demander. Ne pouvant décider de rien, la femme fait alors le choix de cette soumission et par cet acte, retrouve une certaine souveraineté. Processus somme toute analogue à celui du jeune esclave Nicolas.

  • 112 Jacques Houdaille, « Trois paroisses de Saint-Domingue au XVIIIe siècle », Population I, 1963, p.  (...)

70La question de la couleur est d’autant plus ambiguë que les femmes esclaves recherchent les hommes libres, quelle que soit leur couleur, de même que certains esclaves sont ravis d’épouser des femmes de couleur libres qui les affranchissent. Quant à l’amour du Blanc pour sa couleur, symbole de liberté et du pouvoir, il faut bien dire qu’il est partagé par toutes les classes de la société. MM. Houdaille et Hayot ont montré l’un à Saint-Domingue et l’autre à Fort-Royal de Martinique, que les hommes de couleur libres se marient plus volontiers avec des femmes de couleur plus claire qu’eux112.

*

71La réputation de libertinage des îles est donc méritée : l’accroissement des mulâtres montre la fréquence de ces « conjonctions criminelles ». Elles sont dénoncées dans un premier temps par l’Église catholique, avant de devenir une pratique bien établie, qui décroît cependant au XIXe siècle après les luttes qui ont opposé Noirs et Blancs. Le sort des mulâtres semble différent selon les îles puisqu’ils sont beaucoup plus souvent maintenus dans l’esclavage en Guadeloupe (25 % des esclaves créoles à la fin du XVIIIe siècle) qu’à Saint-Domingue (5 % en 1796-1797). Les désirs des Blancs en tant que pères s’opposaient à leurs peurs en tant que maîtres.

  • 113 Ruth Landes, « Negro slavery and female status », Mémoires de l’IFAN, 27, 1953, Les Afro-américain (...)
  • 114 Gracchus, op. cit., p. 210.

72Quant au profit que les femmes en ont tiré, les analyses divergent. Selon l’Américaine Ruth Landes, les relations hommes blancs/femmes esclaves ont permis à celles-ci d’acquérir un statut supérieur à celui des hommes noirs113. Pour les Antilles françaises, Fritz Gracchus défend la thèse d’un amour masochiste des femmes pour le maître blanc : « Des corps se sont arc-boutés, d’autres se sont soumis, entre maîtres et esclaves s’est souvent tissée une alliance perverse114. » Les récits d’esclaves américains ont montré un tout autre vécu à Gerda Lerner :

  • 115 Gerda Lerner, De l’esclavage à la ségrégation, 1972, traduction française, Paris, Denoël/Gonthier, (...)

« L’exploitation sexuelle des femmes noires par les hommes blancs était si répandue que l’on peut la considérer comme une pratique universelle particulièrement forte : le viol, l’obligation de servir d’objet sexuel aux Blancs… Quelques femmes noires tiraient le maximum d’une obligation à laquelle elles ne pouvaient se soustraire, d’autres essayaient de conclure des marchés avantageux. Beaucoup étaient violées, non par leurs maîtres, mais par les surveillants, les jeunes du voisinage, ou par le fils de la maison. L’essentiel était que cette exploitation était toujours possible et que l’on ne pouvait ni lutter contre elle, ni y échapper. C’était une façon de plus d’institutionnaliser l’impuissance totale de l’esclave face à l’arbitraire des Blancs115 »,

  • 116 Salomon Northup a raconté dans Quinze ans d’esclavage (1853, traduction française, Paris, Le Sycom (...)

73cette analyse me paraît la plus juste. Le concubinage a permis que les affranchissements des femmes soit le triple de ceux des hommes à la fin du XVIIIe siècle et le double au XIXe siècle mais les chiffres totaux de ces affranchissements restent très faibles jusqu’en 1830. Ils représentaient 2,8 % des concubines estimées en Martinique en 1776 et 9,5 % à Saint-Domingue en 1785. Certes, les parents esclaves eux-mêmes poussent à cette voie, ou plutôt essaient de tirer parti d’une situation qu’ils ne peuvent pas changer, ce qui érotise sans doute le Blanc ou le libre, au détriment de l’homme esclave. C’est une stratégie qui ne s’offre qu’à celles parmi les plus jolies filles qui n’y répugnent pas, donc pas à Patsey116 ni sans doute à bien d’autres, et la plupart des relations hommes blancs/femmes esclaves ne sont que de sordides viols dans les champs. Qu’elles le veuillent ou non, les femmes sont obligées de se soumettre et la dépossession de leur sexe vient redoubler celle de leur travail alors que l’homme esclave peut du moins se réfugier fantasmatiquement dans sa puissance sexuelle. La sexualité des femmes ne peut, elle, se vivre que dans l’absence à son propre corps ou la reprise active de la négation de désirs dans le masochisme. Le désir du Blanc pour la femme esclave l’enferme donc doublement : dans un désir face auquel elle ne peut s’affirmer et dans la possibilité d’une relation duelle face à la communauté des esclaves, dont les femmes sont pourtant, par leurs travaux, les membres les plus exploités.

Notes

1 Peytraud, op. cit., p. 206.

2 Labat, Nouveau voyage, op. cit., 1742, II, chap. VI.

3 AN, Col., F3, 5 février 1773, fol. 89.

4 Dugoujon, op. cit., p. 75-76 et 61.

5 Guillaume Coppier, Histoire et voyage aux Indes Occidentales, Lyon, 1645, p. 19-20.

6 Pelleprat, op. cit., p. 55, 56-57.

7 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 511.

8 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, IV, p. 489.

9 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 511.

10 Chanvallon, op. cit., p. 61.

11 Descourtilz, Voyage d’un naturaliste et ses observations, Paris, 1809, III, p. 116 et II, p. 52-53.

12 Moreau de Saint-Méry, Lois…, op. cit., I, p. 117.

13 Dutertre, Histoire générale, op. cit., I, p. 117.

14 Moreau de Saint-Méry, Lois…, op. cit., I, p. 180.

15 Liliane Chauleau, Histoire antillaise, Pointe-à-Pitre, Émile Desormeaux, 1973, p. 100.

16 ANSOM, F3 248, fol. 685, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1137.

17 AN, Col., F3 90, fol. 15, art. 12.

18 Peytraud, op. cit., p. 155.

19 Id., p. 200.

20 AN, Col., C8 A9, fol. 73-77.

21 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, II, p. 185-186.

22 AN, Col., F 134, fol. 10, lettre du 13 juillet 1708, cité par Peytraud, op. cit., p. 200.

23 AN, Col., F 252, fol. 527-531, cité par Peytraud, op. cit., p. 202.

24 Dessalles, op. cit., III, p. 290.

25 Cité par Maurice Satineau, Histoire de la Guadeloupe sous l’Ancien Régime, 1635-1789, Paris, Payot, 1928, p. 337.

26 Moreau de Saint-Méry, Lois…, op. cit., II, p. 88.

27 Souligné par l’auteur.

28 Souligné par l’auteur. AN, Col., B.

29 Moreau de Saint-Méry, Louis…, op. cit., II, p. 382.

30 AN, Col., F 271, fol. 10, cité par Antoine Gisier, L’esclavage aux Antilles françaises (XVIIe-XIXe siècles), contribution au problème de l’esclavage, Fribourg, Éditions universitaires Fribourg, Suisse, 1965, p. 99.

31 AN, Col., F 252, fol. 535, cité par Peytraud, op. cit., p. 203.

32 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 512.

33 France, op. cit., p. 60 ; voir aussi p. 94-97.

34 Art. LT, cité par Peytraud, op. cit., p. 158.

35 AN, Col., F3 90, fol. 149-158.

36 Parce que l’esclave n’appartenait pas à la personne qui l’a torturée. C’était la femme d’un sergent qui, jalouse d’une esclave d’un habitant voisin placée sous la direction de son mari « fit fouetter cette négresse et exerça contre elle toutes les cruautés que la fureur de la jalousie put lui susciter ; lassée, plutôt que rassasiée, dans l’espérance de satisfaire encore le lendemain toute sa fureur, elle fit détacher cette esclave qui tomba en syncope et mourut au bout de deux heures ». AN, Col., F 144, 16 juin 1760, cité par Peytraud, op. cit., p. 332.

37 Gisler, op. cit., p. 111-112.

38 AN, Col., F3 71, cité par Gisler, op. cit., p. 109.

39 Rouvellat de Cussac, op. cit., p. 112 et 205.

40 Jean-Paul Aron, Misérable et glorieuse, la femme au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1980, p. 12.

41 Jean Fouchard, Les marrons de la liberté, Paris, l’École, 1972, p. 19.

42 Gilles Henry, Monte-Christo ou l’extraordinaire aventure des ancêtres d’Alexandre Dumas, Paris, Librairie académique Perrin, 1976, p. 90.

43 Jean-Baptiste Leblond, Voyage aux Antilles et à l’Amérique méridionale, commencé en 1767 et fin en 1802, Paris, 1813, p. 50.

44 Pierre Victor Malouet, Mémoire sur l’affranchissement des nègres, Neuchâtel, 1788, p. 35.

45 Anne Martin-Fugier, « La bonne », in Aron, Misérable et glorieuse, la femme au XIXe siècle, op. cit., p. 34.

46 De Montlezun, Souvenirs des Antilles, voyage en 1815 et 1816 aux États-Unis et dans l’archipel Caraïbe, Paris, 1818, p. 399.

47 Chanvallon, op. cit., p. 180 ; De Wimpffen, op. cit., p. 147.

48 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 92.

49 Pelleprat, op. cit., p. 65.

50 Girod-Chantrans, op. cit., p. 140-141.

51 Tanc, op. cit., p. 27.

52 Debien, Notes d’Histoire coloniale (120), p. 20 ; De même, Jacques Proa raconte en 1781 qu’à Saint-Domingue : « Le soir on vous prépare un bain et le maître vous fait passer en revue les plus belles de ses esclaves, vous faites votre choix et ces négresses par vous choisies vont vous servir au bain et au lit. » Cité par Pierre Pluchon, La route des esclaves, Négriers et bois d’ébène au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1980, p. 256.

53 De Wimpffen, op. cit., p. 87.

54 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1722, III, p. 446.

55 Monnereau, op. cit., p. 114-115 et Foäche cité par Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 119.

56 Leblond, op. cit., p. 400.

57 Hilliard d’Auberteuil, op. cit., I, p. 34.

58 Dubuisson, op. cit., II, p. 25.

59 De Wimpffen, op. cit., p. 88.

60 Oruna Lara, La Guadeloupe dans l’histoire, 1921, rééd. L’Harmattan, 1979, p. 81.

61 AN, Col., F 3 21.

62 Mémoire de Patoulet du 20 mai 1682, AN, Col., F3 90, fol. 1-6.

63 Rouvellat de Cussac, op. cit., p. 26.

64 Peytraud, op. cit., p. 412.

65 David, « La paroisse », op. cit., p. 64-65.

66 Moreau de Saint-Méry, Lois et constitutions des colonies françaises, op. cit., II, p. 406.

67 Leblond, op. cit., p. 48-49.

68 Dessalles, op. cit., III, p. 290.

69 Ducœurjoly, op. cit., p. 81-82.

70 Henry, op. cit., p. 79.

71 Dupont, op. cit., p. 8 et 11.

72 ANSOM, MN Beaulieu à Nippes, 13 septembre 1776.

73 Malenfant, op. cit., p. 158-163.

74 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 94.

75 David, « Un quartier », op. cit., p. 346.

76 David, « La paroisse », op. cit., p. 36-37.

77 Malenfant, op. cit., p. 160.

78 AD Guadeloupe, MN Chuche, 13 février 1778.

79 Frantz Fanon, Peaux noires masques blancs, Paris, Le Seuil, 1952, rééd. 1975, coll. Points.

80 AN, Col., F 134 10, 13 juillet 1708, cité par Peytraud, op. cit., p. 200-201.

81 Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1136 ; Labat, Nouveau voyage…, op. cit., II, p. 190.

82 Hayot, op. cit., p. 84.

83 Id., p. 115-118.

84 Id., p. 85.

85 David, « La paroisse », op. cit., p. 40.

86 Houdaille in Population I, 1963, p. 101.

87 Hayot, op. cit., p. 124.

88 Fouchard, op. cit., p. 15.

89 Gilles Henry, op. cit., p. 124.

90 H. de Halgouët, « Un inventaire », op. cit., p. 236.

91 Houdaille, « Quelques données », op. cit., p. 865.

92 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 371.

93 Peytraud, op. cit., p. 411 et p. 414-418.

94 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 374.

95 Eugène-Édouard Boyer-peyreleau, Les Antilles françaises et particulièrement la Guadeloupe, Paris, 1823, III, p. 182. Voir également Josette Fallope-Lara, « Les affranchissements d’esclaves à la Guadeloupe entre 1815 et 1848 », Annales de l’université d’Abidjean, série I, VI, 1978, p. 32.

96 Émilien Petit, Traité sur le gouvernement des esclaves, Paris, 1777, p. 303.
À Nippes, de 1721 à 1770, lorsque des motifs sont invoqués, il s’agit sept fois des « services rendus dans différentes maladies » et treize fois de « bons et loyaux services ». Le menuisier Guillaume se rachète contre deux noirs et une noire, une femme se rachète contre une négritte et six cent livres. Une autre achète sa mère, mille quatre cent cinquante livres alors qu’elle a cinquante-cinq ans et est infirme. Un négrillon est acheté par ses parents esclaves, un griffe par sa grand-mère. En Guadeloupe, on trouve un motif que je n’avais pas rencontré à Nippes : la vente pour contrat de mariage. C’est le cas d’un homme vendu à sa femme qui l’affranchit. Un homme de cinquante-huit ans et sa femme sont libérés pour avoir eu sept enfants. Trois esclaves sont libérés pour bons services liés à des infirmités et deux pour avoir sauvé la vie de leur maître pendant les événements révolutionnaires. Six se rachètent ou leurs parents. Ainsi Anastasie qui doit encore trois cent francs à payer. Une mère affranchit son fils.

97 Dupont, op. cit., p. 12.

98 David, « La paroisse », op. cit., p. 49-50 et 11.

99 Peytraud, op. cit., p. 419. Il est vrai que ces chiffres peuvent être sous-estimés : Moreau de Saint-Méry (Description…, op. cit., I, p. 79) évalue les Libres de couleur à 6 000 en 1770, 22 000 en 1780 et 28 000 en 1789.

100 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 56-65.

101 Id., p. 67.

102 Nicole Vanony-Frisch, Les esclaves de la Guadeloupe d’après les inventaires des minutes notariales (1770-1789), 3e cycle, Paris I, 1982, p. 39a.

103 David, « Un quartier », op. cit., p. 352.

104 David, « La paroisse », op. cit., p. 64.

105 Longin, op. cit., p. 48.

106 Hardy, op. cit., p. 303.

107 Cité par Chauleau, op. cit., p. 100.

108 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 60.

109 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 73.

110 Rapport des procureurs…, op. cit., p. 580.

111 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 39.

112 Jacques Houdaille, « Trois paroisses de Saint-Domingue au XVIIIe siècle », Population I, 1963, p. 101 ; Hayot, op. cit., p. 140.

113 Ruth Landes, « Negro slavery and female status », Mémoires de l’IFAN, 27, 1953, Les Afro-américains, p. 265-266.

114 Gracchus, op. cit., p. 210.

115 Gerda Lerner, De l’esclavage à la ségrégation, 1972, traduction française, Paris, Denoël/Gonthier, 1975, p. 50.

116 Salomon Northup a raconté dans Quinze ans d’esclavage (1853, traduction française, Paris, Le Sycomore, 1980) comment la jeune esclave Patsey était sans cesse poursuivie sexuellement par son maître (p. 123, 170-171).

Table des illustrations

Légende Tableau 2 : Pourcentage des mulâtres parmi les esclaves des plantations à Saint-DomingueLecture : à Nippes de 1741 à 1750, les mulâtres représentant 1,3 % des esclaves et 2,3 % des esclaves créoles, c’est-à-dire nés dans l’île.Note100100Note101101
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search