Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Deuxième partie. Maternités esclaves

Chapitre V. XIXe siècle : moralisation et familles

Texte intégral

  • 1 Édouard Glissant, Le quatrième siècle, Paris, Le Seuil, 1964, p. 104.

1Les gouverneurs de la Guadeloupe et de Saint-Domingue abolirent l’esclavage en devançant la loi du 4 février 1794 alors que les planteurs martiniquais préférèrent se livrer aux Anglais. En 1802, l’esclavage est rétabli par Lacrosse en Guadeloupe mais repoussé à Saint-Domingue qui se libère et reprend l’ancien nom d’Haïti. La Martinique redevient française jusqu’en 1809, date à laquelle elle est à nouveau occupée par les Anglais, ainsi que la Guadeloupe à partir de 1810. Elles redeviennent françaises, définitivement en 1815, lors de la seconde restauration. Bien que cette période soit étudiée plus en détail dans le dernier chapitre, il faut la rappeler car l’expérience de la liberté change la conception de l’esclavage au XIXe siècle : celui-ci ne peut plus avoir le caractère inéluctable et naturalisé qu’il avait aux XVIIe et XVIIIe siècles. « Car les barrières une fois brisées ne pouvaient plus être étanches ; il y avait désormais un vent-courant dans les campagnes ; c’était le résultat le plus précieux de l’affaire1. » Par ailleurs, l’abolition de la traite, du moins au niveau légal, change les données de la reproduction des esclaves. Et la loi britannique d’émancipation des esclaves, le 28 août 1833, met la liberté à la portée des yeux des Guadeloupéens et des Martiniquais avec l’île anglaise de la Dominique.

2Aussi les sources littéraires changent-elles de nature. Avec la libération d’Haïti, aucune instruction aux gérants ne nous est plus parvenue, jusqu’à présent, et les écrits des Créoles ne sont plus l’explication de politiques envers les esclaves mais des justifications, moins crédibles et moins intéressantes. Par contre, les voyageurs se font plus critiques quand ils ne sont pas abolitionnistes. Les rapports qui se multiplient sous la monarchie de Juillet font parvenir parfois le point de vue des esclaves, tandis que les statistiques démographiques se font plus précises. Aussi, si les politiques des maîtres vis-à-vis des mères esclaves nous sont connues avec moins de précisions, la politique de moralisation dévoile certains aspects des familles esclaves.

Favoriser la population

3La diffusion de la « raison d’humanité et d’intérêt » et la fin de la traite font attendre que le XIXe siècle soit l’apogée des politiques populationnistes et voie l’amélioration de la condition des mères esclaves.

La sur-représentation féminine

4Alors qu’il y avait toujours plus d’hommes que de femmes au XVIIIe siècle, même si ce n’était que très légèrement en Martinique, la situation est inverse au XIXe siècle. Il n’y a plus que quatre-vingts hommes pour cent femmes dans la Guadeloupe de 1804, si les garçons sont 107 pour 100 filles. En effet, les émeutes et les guerres ont provoqué la mort de nombreux hommes également armés par les Blancs, les mulâtres, les républicains et les royalistes, les Anglais et les Espagnols. D’autre part, l’abolition de l’esclavage avait permis l’arrêt de la traite qui amenait toujours plus d’hommes.

  • 2 Serge Daget, « Longs cours et négriers nantais du trafic illégal, 1814-1833 », Revue française d’H (...)

5La traite2 reprend vraiment vers 1817, ce qui se traduit par l’augmentation du nombre d’esclaves qui passent en Guadeloupe de 81 740 en 1816 à 99 464 en 1832 et en Martinique de 75 802 à 86 289. De plus, comme elle déporte toujours deux hommes pour une femme, le nombre d’hommes pour cent femmes remonte dans les années 1820 à 95 pour la Guadeloupe en 1823, et 86 en Martinique en 1826. Il ne varie que légèrement par la suite.

6Ce « manque d’hommes » n’atteint jamais l’importance que le déficit en femmes avait atteint à Saint-Domingue. Il n’est pas voulu par les planteurs qui n’ont pas les moyens de le contrebalancer mais il peut avoir certaines conséquences sur les relations entre sexes.

Une amélioration du sort des mères ?

Les soins

7S’il n’y eut pas de volonté délibérée des colons à multiplier les femmes esclaves sur les plantations, ont-ils du moins mis en pratique les autres recommandations des auteurs de la fin du XVIIIe siècle ? Les soins de simple humanité et de bon sens que les planteurs découvraient alors nécessaires ont-ils été apportés au XIXe siècle ?

  • 3 Ministère de la Marine et des Colonies, Exposé général des résultats du patronage des esclaves, Pa (...)

8En Guadeloupe, un arrêté du 22 avril 1803, du capitaine-général Lacrosse et du préfet colonial Lescallier, qui gouvernent cette île, précise les modalités du retour au régime d’avant 1789. Il est très en deçà des lois de 1784 concernant les soins à apporter aux mères. Titre IV, article 2 : « Les négresses enceintes et les nourrices seront ménagées dans les travaux selon l’usage établi dans les colonies3. » En appeler à la tradition, c’est renvoyer l’habitant à ses désirs, là où les ordonnances de 1784 précisaient le travail à effectuer. En 1817, les Instructions du Roi évoquent à nouveau la nécessité de la reproduction des esclaves en insistant sur l’utilité de ménager leur santé ainsi que sur des préoccupations religieuses qui n’ont plus guère cours.

  • 4 ANSOM, Martinique, carton 3, dossier 13, mémoire du 4 septembre 1817.

« Un travail modéré, une nourriture saine et abondante, l’encouragement des unions légitimes, de justes récompenses assurées à la fécondité, les habitudes religieuses soigneusement entretenues, l’introduction de mécaniques propres à suppléer aux efforts des hommes et des animaux, sont autant de moyens qui se présentent d’eux-mêmes et dont l’emploi soutenu semble ne pouvoir manquer de conduire au but qu’on doit se proposer, de voir les ateliers se recruter par les seules naissances4. »

  • 5 Ibid.
  • 6 Id., dossier 14. Souligné par l’auteure.

9Mais quels moyens le gouvernement est-il prêt à mettre en œuvre pour ce but ? Aucun. Les Instructions de 1817 recommandent bien : « Rien ne sera plus puissant pour améliorer son sort (à l’esclave) que le soin du Sieur gouverneur et administrateur à distinguer les bons maîtres : il excitera à cet égard entre les colons une rivalité généreuse et il fera connaître au ministre-secrétaire du Roi, les propriétaires d’habitations qui auront obtenu l’avantage de cette lutte d’humanité et de raisons5. » Or, ce qui importe au colon, c’est de faire de l’argent, il sait que son prestige social dépend, non pas des bonnes grâces du roi, mais de son état de sucrier et de sa richesse. D’ailleurs, en 1825, l’aplatissement de l’État face aux colons est encore plus patent. Les Instructions recommandent : « Le Sieur Baron de Rotours et les fonctionnaires placés sous ses ordres ne doivent dans aucun cas s’occuper en cette matière des dispositions officielles, elles seraient propres à compromettre leurs plus chers intérêts : si des améliorations sont praticables, c’est des colons eux-mêmes que le gouvernement doit en attendre la demande, c’est par eux et avec eux qu’il aura à les effectuer, c’est à eux seuls qu’il voudra en rapporter le bienfait6. » Les « crimes » des esclaves insurgés, largement diffusés par les colons qui ont conscience de la précarité de leur position, l’accès des Créoles aux postes administratifs, interdit sous l’Ancien Régime, expliquent cet alignement sur les colons.

  • 7 Id., dossier 18.
  • 8 Félix Longin, Voyage à la Guadeloupe, Le Mans, 1848, p. 217.
  • 9 Publications sur la traite des Noirs, 1821-1826, Chambre des Pairs de France, session de 1821, p.  (...)

10En 1827, le ministre prétend que la plupart des colons « dirigent tous leurs efforts sur la conservation des esclaves et vers l’emploi des moyens qui peuvent accroître les naissances et diminuer la mortalité ». Mais en même temps, ils veut connaître leurs noms pour appeler sur eux les grâces du roi : ils ne doivent donc pas être si nombreux que cela7. Ainsi, l’instituteur Longin, qui séjourna en Guadeloupe de 1816 à 1822, affirme : « Les négresses qui allaitent et qui ont d’ailleurs d’autres enfants en bas âge à soigner ne sont pas, pour cela, exemptes de travail ; elles portent dans la pièce (de canne) ceux qui sont au lait ; on les dépose tous dans des boîtes sous la garde d’un enfant plus grand, et de temps en temps, le commandeur permet à leurs mères d’aller leur donner le sein. Quant aux autres, ils restent à l’habitation sous les soins d’une vieille négresse que l’âge ou les infirmités dispensent d’aucune autre occupation8. » Le duc de Broglie déclare en 1821 que les soins et les précautions nécessaires à la santé de la mère et de l’enfant « apparaissent encore aux colons comme une gêne insupportable, comme une tyrannie odieuse ; ils trouvent encore à la fois plus court, plus simple et plus économique de laisser leurs esclaves se détruire graduellement par la misère, la fatigue, la débauche et le défaut de bons traitements et de réparer ces pertes par l’achat d’autres esclaves élevés et parvenus à l’âge adulte9 ».

  • 10 ANSOM, Martinique, carton 52, dossier 432.
  • 11 Ministère de la Marine et des Colonies, Notices statistiques, Paris, 1837, I, p. 50.
  • 12 Christian Schnackenbourg, La crise du système esclavagiste 1835-1847, Paris, L’Harmattan, 1980, p. (...)

11Le calcul de la rentabilité différentielle de l’esclave élevé sur la plantation et du captif africain peut être fait. La valeur nominale moyenne d’un cultivateur est en 1826 de 1 250 francs, il en rapporte 465 par an et en coûte d’entretien et de nourriture 135, soit un bénéfice de 335 francs. Il est donc amorti en trois ans et neuf mois10. Les notices statistiques de 183711 évaluent à 459 francs le produit annuel brut d’un esclave cultivateur sur une habitation sucrerie et à 146 francs seulement le coût de sa nourriture et de son entretien. Or, d’après les estimations du Board of Trade, le coût de l’élevage des enfants jusqu’à 14 ans est de 1 800 francs12. La rentabilité de l’un ou l’autre choix dépend donc de la mortalité. Si elle est de 50 ou 70 % pour les Bossales, cela accroît d’autant le coût global de cette forme de production de l’esclave mais la mortalité infantile est très forte surtout la première année. Or, l’enfant n’a coûté quelque chose au maître que si la mère a réellement été dispensée de travailler et mieux nourrie.

  • 13 Félix Patron, Des Noirs et de leur situation dans les colonies françaises, 1831, p. 7.
  • 14 Ministère de la Marine et des Colonies, Avis des Conseils coloniaux de la Martinique, de la Guadel (...)
  • 15 Ministère de la Marine et des Colonies, Questions relatives à l’abolition de l’esclavage, Paris, 1 (...)
  • 16 Victor Schoelcher, Des colonies françaises, abolition immédiate de l’esclavage, Paris, 1842, rééd. (...)

12À partir de 1831, avec l’abolition effective de la traite, les colons n’ont plus le choix. Selon Félix Patron, colon guadeloupéen, « les femmes enceintes ne font plus que de très légers travaux à partir de six semaines et plus rien les deux derniers mois13 ». Les nourrices ne vont généralement au travail que six semaines ou deux mois après la naissance14. Cependant, les déclarations du Conseil de la Guadeloupe sont fort contradictoires : en 1839, les horaires des femmes qui viennent d’accoucher ne seraient que 4-5 heures la première année et de 6-7 heures la deuxième année, ce qui constitue une nette amélioration, mais en 1843, il estime ces horaires à 6-7 heures jusqu’au dixième mois, les femmes retrouvant après l’horaire habituel15. D’ailleurs d’après Schoelcher16, les nourrices viennent une heure après les autres et repartent une heure après, soit sept heures de travail. Les colons ne sont donc pas si généreux qu’ils le prétendent mais ces diminutions du temps de travail constituent une amélioration du sort matériel des mères. Les morts d’enfants et de mères quand ces conditions ne sont pas remplies montrent d’ailleurs que ce ne sont pas des privilèges mais la prise en compte de la fatigue liée à l’accouchement et à l’allaitement : un travail comme un autre pour les maîtres.

  • 17 Avis…, op. cit., p. 59, 113 et 79.

13On se prend cependant à douter même de cet adoucissement indispensable devant les réactions indignées des conseils coloniaux face à un projet d’ordonnance17, et notamment à son article cinq : « Les esclaves au-dessous de quatorze ans et au-dessus de soixante ans, les femmes enceintes de moins de six mois et les nourrices ne peuvent en aucun cas être obligés à travailler plus de six heures sur vingt-quatre. Le genre de travail doit toujours être proportionné à leurs forces. Les femmes enceintes de six mois et plus et les femmes délivrées depuis moins d’un mois ne sont obligées à aucun travail. » Or, les Conseils, qui déclarent que toutes ces mesures sont pratiquées, refusent ces dispositions comme attaquant les droits acquis et la propriété. Le Conseil de la Guadeloupe craint qu’elles ne provoquent des conflits entre maîtres et esclaves, parce que les esclaves auraient enfin des droits sur lesquels s’appuyer et pas seulement des bontés accordées par le maître. Il ajoute : « Un maître n’a souvent qu’une personne pour le servir, il serait bien à plaindre s’il était privé de son service trois mois avant et 40 jours après son accouchement. » La « coutume » invoquée n’est donc pas générale. Les Conseils martiniquais et guadeloupéens prétendent même défendre la santé de l’esclave. « L’expérience a démontré que lorsqu’on laissait des femmes enceintes à elles-mêmes, les unes se livraient à des fatigues excessives, les autres croupissaient dans l’oisiveté, d’où résultaient des maladies, souvent mêmes des fausses couches ; les faibles occupations qu’on exige d’elles ont pour but d’éviter ces graves inconvénients. » Merci maître ! Ces pratiques doivent être répandues mais pas générales, notamment chez les petits propriétaires, et les maîtres refusent qu’elles deviennent des obligations.

  • 18 Schoelcher, Histoire de l’esclavage pendant les deux dernières années, 1847, rééd. Pointe-à-Pitre, (...)
  • 19 Id., II, p. 386-387. Également p. 307 et dans C. C. Robin, Voyages dans l’intérieur de la Louisian (...)
  • 20 Victor Schoelcher, Histoire…, op. cit., II, p. 87-88 et 155. France : La vérité et les faits ou l’ (...)

14Ainsi le commandement de gendarmerie France, le magistrat Tanc, les publications officielles évoquent des situations qui sont encore très dures pour les mères. Un colon refuse qu’une femme apporte son enfant aux champs pour l’allaiter et la met à la barre parce qu’elle discute18. Les femmes enceintes ne sont pas épargnées de coups. L’une, enceinte de son neuvième enfant, est battue jusqu’au sang sur les reins et les cuisses19. D’autres, arrivées en retard, sont battues au point de faire des fausses couches. Les médecins démentent les faits, bien qu’ils soient certifiés par des témoins et plusieurs esclaves20.

  • 21 Dugoujon, Lettres sur l’esclavage dans les Colonies françaises par un ex-missionnaire apostolique (...)
  • 22 France, op. cit., p. 95 ; Voir aussi Schoelcher, Histoire…, op. cit., p. 331.

15Les fausses couches peuvent être voulues par certains colons, gênés de la diminution de rendement de leurs esclaves, ou être la conséquence du fait qu’ils leur demandent toujours le même travail, quelles que soient les circonstances. Ces pratiques peuvent surprendre les dix dernières années de l’esclavage, alors que les colons n’ont plus que les naissances pour renouveler leur capital humain mais les débats autour de la question de l’esclavage peuvent amener certains d’entre eux à supputer son abolition. Ainsi l’Abbé Dugoujon rapporte que les maîtres sont plus cruels que jamais en 1844. Un maître réplique à ses esclaves : « Vous voulez la liberté, eh bien, on vous la donnera ; mais ce sera la liberté du tombeau ; je vous aurais tous jusqu’au dernier, je vous ferai périr de fatigue avant que le gouvernement ne vous émancipe21. » Des femmes qui allaitent sont également surchargées de travail. « Colombe avait fait observer avec timidité au Sieur O’Neil qu’on doublait sa tâche, que l’excès de ses fatigues altérait son lait et rendait son nourrisson malade. » Elle est frappée avec fureur à coups de poing et à coups de bâton à la tête et sur le corps, de manière à la mettre en sang, puis mise à la barre où elle reçoit de nouveau 29 coups de fouet tandis qu’on lui accroche une chaîne avec un boulon au pied22.

  • 23 C. A. Bissette, Réfutation du livre de M. V. Schoelcher intitulé des Colonies françaises, Paris, 1 (...)

16Ce n’est pas par complaisance que ces faits sont cités, bien que, selon Schoelcher, ils soient rares. Outre qu’il n’a pas pu discuter avec les esclaves23, ces faits permettent de préciser la lettre de Fénelon sur les mauvais traitements que les colons martiniquais faisaient subir à leurs esclaves enceintes ou nourrices.

  • 24 Baron de Montlezun, Voyage en 1815-1816 aux États-Unis et dans l’archipel Caraïbe, Paris, 1818, p. (...)

17Par ailleurs, Montlezun en Martinique en 1815, comme Schoelcher en 1840, assistent à des distributions de vivres aux négrillons, négrittes et négresses enceintes24.

18La raison d’humanité et d’intérêt s’est donc répandue au XIXe siècle et plus particulièrement après 1831 ; cependant, elle n’a pas été étendue par tous et n’est pas devenue un droit pour les esclaves. Certaines, notamment à l’approche de l’abolition, continuent à être rouées de coups, même enceintes.

Donner le désir d’être mère

  • 25 Patron, op. cit., p. 7.
  • 26 Jules Lechevalier, Rapport sur les questions coloniales, adressé à M. le duc de Broglie, président (...)
  • 27 Id., p. 594.

19La politique populationniste préconisait également de donner le désir d’être mère grâce à des récompenses. En Guadeloupe, selon Félix Patron, une mère reçoit pour chaque enfant 12 à 15 francs25, dépense qui n’est pas mentionnée par l’habitation guadeloupéenne dont les comptes ont été publiés par Lechevalier26. Sur l’habitation martiniquaise du Vauclin en 1838, chacune des quatorze mères reçoit 20 francs et le commandeur, des honoraires de 120 francs, pratique qui existait parfois à Saint-Domingue, sur la plantation Mauger par exemple27 ; le géreur, lui, gagne 12 000 francs. La récompense aux mères est donc faible mais elle améliore leur situation par rapport à celle des autres esclaves, exception faite du commandeur.

  • 28 Pour ce paragraphe, voir id., I, p. 634.

20Une des récompenses les plus propres à faire désirer des enfants était l’affranchissement de la mère au sixième enfant vivant. Or, l’article 10 d’un arrêté promulgue : « Toute négresse d’habitation mère de six enfants ou plus, vivants, sera dispensée des travaux pénibles et de toute veillée ; elle aura tous les ans pour récompense deux gourdes pour chaque enfant jusqu’à cinq ans ; et cette récompense sera payée par le Trésor Public, d’après la vérification des dénombrements et le certificat du commissaire de quartier28. » C’est dire que cet affranchissement au sixième enfant vivant, quoique proclamé être une pratique répandue avant toute intervention gouvernementale, ne plaisait pas à tous. Une simple récompense monétaire le remplace désormais aux frais du Trésor public, qui subventionnait au XVIIIe siècle les négriers. Cette pratique est spécifique de la Guadeloupe et sa durée n’est pas connue.

  • 29 AD Guadeloupe, MN Jaille, 1812, no 15 et id., MN 3/105, no 81.
  • 30 Avis…, op. cit., respectivement p. 59, 79 et 114.

21Pourtant l’affranchissement est encore utilisé, quoique excessivement rarement, pour récompenser les mères. C’est le cas en Guadeloupe pour deux mères de six enfants (en 1807 et en 1812) ainsi que pour deux couples légitimes. Mais le motif essentiel dans ce dernier cas réside dans les « bons services (rendus) pendant l’insurrection des nègres révoltés et la révolution29 ». Selon Félix Patron30, la liberté de savane est accordée aux mères de huit enfants : le nombre d’enfants exigé ne cesse de croître alors que la pratique de l’affranchissement est très minoritaire.

  • 31 Ibidem.

22Cependant, le projet d’ordonnance de 1837 reprend ces incitations en les modulant31. « Les négresses mères ont droit aux exemptions de travail ci-après. Pour trois enfants vivants : un jour par semaine, pour quatre enfants vivants : deux jours par semaine, pour cinq enfants vivants : quatre jours par semaine et pour six enfants vivants : exemption complète de travail. L’exemption complète de travail sera acquise dès le troisième enfant si la mère vit en état de mariage avec le père des dits enfants. » La politique nataliste gouvernementale se veut religieuse. C’est un tollé général chez les colons : « Le maître se trouvera amené à la triste nécessité de faire violence à la morale et d’éviter, pour jouir de tout le travail de ses négresses, qu’elles n’aient des enfants ou du moins qu’elles n’en aient pas plus de deux vivants, puisque la survivance de trois enfants au terme de l’article 5 doit affranchir la mère de tout travail, temporairement s’ils sont bâtards, et définitivement s’ils sont légitimes. C’est ainsi qu’on veut porter les maîtres à propager dans leurs ateliers le goût de la famille et le penchant au mariage ! » Le Conseil de la Martinique reconnaît donc la possibilité pour le maître de refuser que ses esclaves aient des enfants si cela conduit à les affranchir ou à diminuer leur travail et il avoue ne guère tenir à la moralisation des esclaves si c’est au prix de leur perte. Le Conseil de la Guadeloupe est plus modéré : « En ce qui concerne les avantages faits aux mères en fonction de leur nombre d’enfants, il ne peut appartenir qu’au maître seul d’accroître ceux consacrés par la législation actuelle. » Il reconnaît les ordonnances de 1786 et donc la liberté au sixième enfant. On peut cependant douter de l’application de cette ordonnance puisque aucun contrôle n’est exercé.

23La volonté de créer le désir de maternité est donc très faible.

Les punitions

  • 32 Longin, op. cit., p. 218-220.
  • 33 J. Hardy, Trésor des Noirs, ou Livre de prière, d’instruction et de consolation des populations no (...)

24Longin a rencontré en Guadeloupe de 1816 à 1822, « une de ces femmes infortunées (qui) disait : je préférerais mourir cent fois plutôt que de jamais donner le jour à un être dont le sort serait, comme le mien, de ne travailler et de ne vivre que pour un tyran. Si jamais un tel malheur m’arrivait, ou bien je me précipiterais dans la rivière en le tenant serré dans mes bras, ou bien le même couteau nous percerait tous les deux ». Or « la récidive (de l’avortement) est punie par les fers et le cachot aussi bien que le marronage : ce sont ou de pesants anneaux appelés nabots qu’on leur met aux pieds ou des chaînes qu’il leur faut traîner ou encore des colliers de fer armés de pointes recourbées qui s’élèvent jusqu’au haut de la tête. Malgré la pesanteur de ces fers, il ne leur faut pas moins remplir leur tâche32 ». Peu de cas sont cités par les abolitionnistes, cependant, le directeur du séminaire du Saint-Esprit, Hardy, cite toujours les avortements comme un cas fréquent de péché mortel33. Évidemment, il est parfois bien difficile de déterminer s’il s’agit d’une fausse couche spontanée ou non et des innocentes ont dû être punies. Les colons ne croyant plus au tétanos « mal donné », la répression, toujours existante, dut être moins aveugle qu’au XVIIIe siècle.

  • 34 Schoelcher, Des Colonies…, op. cit., p. 31.

25Cependant, bien des pratiques nous restent inconnues. Ainsi un esclave écrit à Schoelcher, lors de son séjour en Martinique, que dans son habitation le maître met à la barre tous les soirs une femme mariée qui n’est pas féconde pour que son mari puisse aller séduire les autres femmes34. Punition atroce puisque la femme n’est même pas créditée d’un refus de maternité. On sait que Schoelcher chercha peu à s’informer auprès des esclaves. Les prêtres abolitionnistes ne font pas part d’autres pratiques de ce type, ce qui fait penser – peut-être à tort – qu’elles étaient rares, elles demandent d’ailleurs la participation du mari aux désirs du maître.

26La réalité est donc nuancée : le sort des esclaves – hommes et femmes – s’améliorerait, surtout après 1830, par rapport au XVIIIe siècle. Les colons calculeraient la rentabilité de leurs investissements pour la reproduction des esclaves et suivraient les principes les moins coûteux. La situation des femmes esclaves n’en serait pas bouleversée pour autant mais facilitée. On ne voit pas qu’une politique autre qu’incitative soit mise en œuvre : il n’y a pas trace de ces « haras humains » décrits par des romanciers américains ou antillais, même si des colons encouragent le libertinage de leurs esclaves.

Des résultats

La « raison d’humanité » et les chiffres

  • 35 Publié par Jacques Adelaïde-Merlande, Documents d’Histoire antillaise et guyanaise 1814-1815, Poin (...)
  • 36 Moreau de Jonnes, Recherches statistiques sur l’esclavage colonial et sur les moyens de le supprim (...)

27L’habitant sucrier martiniquais de la Vigne rapporte que chez lui, « comme dans toute habitation bien ordonnée », les naissances sont supérieures aux décès, sauf lors de l’épidémie de 182335. Or, la majorité des habitations martiniquaises ne sont pas bien ordonnées et leur situation s’est dégradée par rapport à la fin du XVIIIe siècle. En effet, de 1804 à 1807, les recensements anglais cités par le statisticien Moreau de Jonnes36 indiquent un solde naissance/décès négatif de près de 1 % par an. En 1826, le solde passe à 0,7 % par an.

  • 37 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 25.
  • 38 Xavier Tanc, De l’esclavage aux Colonies et spécialement à la Guadeloupe, Paris, 1832, p. 57.

28À partir des recensements réguliers commencés en 1834, le solde des naissances et des décès devient légèrement positif sauf en 1837 et en 1838. Le taux apparent de natalité oscille entre 25 ‰ et le taux apparent de mortalité de 31 à 25 ‰, 34 ‰ en 1834. La situation sanitaire des esclaves semble donc s’être améliorée à la fin de la traite, ce qui faire dire à Schoelcher : « l’habitant soigne aujourd’hui ses nègres avec le même intérêt qu’un éleveur met à soigner ses bestiaux37 » ! Selon les recensements généraux à partir de 1844, le taux de natalité des esclaves devient à peu près égal, et même supérieur en 1845, à celui des libres alors que le taux de mortalité est inférieur en 1839, et de 1842 à 1844 mais très supérieur en 1846-1847. En Guadeloupe, en 1830, selon le magistrat Tanc, les mortalités sont supérieures aux naissances de 6,6 %38. Les recensements disponibles depuis 1831 indiquent une quasi-stagnation du nombre total des esclaves. Leur natalité est toujours inférieure à celle des libres sauf en 1842 et 1847 alors que leur mortalité serait inférieure, puis égale en 1845 et 1846 et supérieure en 1847.

29La Martinique et la Guadeloupe sont donc passées d’un accroissement naturel très négatif au début du siècle à une stagnation à partir de 1830, légèrement plus positive en Guadeloupe dans les années 1830 et en Martinique dans les années 1840.

30La reprise de la traite par les Anglais puis par les Français a donc contribué à la supériorité du nombre des décès sur celui des naissances. L’arrêt de la traite a été positif pour les populations esclaves qui n’ont plus décru, ce qui implique un meilleur traitement et une attention plus particulière portée aux femmes et aux enfants.

Femmes et enfants

  • 39 AD de la Martinique, registres d’état civil du Diamant (1849) et de Fort-de-France (2 E 10/41, no (...)

31L’âge de la mère à la naissance de son premier enfant survivant peut donner une indication sur la période où se nouent les premières relations sexuelles, si du moins des pratiques contraceptives n’en limitent pas trop la pertinence. Il est intéressant de remarquer que les esclaves sont une sur cinq en Guadeloupe, une sur quatre à Fort-de-France, et près de la moitié au Diamant à avoir leur premier enfant survivant entre quinze et dix-neuf ans, ce qui correspond à l’idée traditionnelle du libertinage antillais. En revanche, elles sont respectivement une sur cinq, une sur quatre et un nombre insignifiant à l’avoir après trente ans. Le « libertinage » serait donc plus précoce dans le bourg rural martiniquais du Diamant alors que Fort-de-France se rapprocherait du modèle français39… Les mères « tardives » seraient nombreuses.

32Le nombre de femmes qui n’ont qu’un seul enfant survivant est toujours élevé : 45 % en Guadeloupe alors qu’un tiers des femmes en ont deux et un quart plus. Les Africaines ont toujours moitié moins d’enfants survivants que les Créoles de même que les esclaves des sucreries (sauf sur l’habitation Paul) où le travail est peut-être plus dur que chez les petits propriétaires.

33En Martinique, la prise de nom par les anciens esclaves permet de connaître les familles esclaves de ces deux villes. Or, il est frappant que parmi les femmes de 40 ans et plus, qui ne pourront pas avoir d’autres enfants, plus d’une Africaine sur deux n’a pas d’enfant survivant contre une Créole sur quatre au Diamant et une sur trois à Fort-de-France. Parmi celles dont les enfants ont survécu, les mères d’un ou deux enfants sont partout majoritaires. Au Diamant, les mères de 4 enfants survivants représentent 22 % des Créoles mais une Africaine sur 7 et à Fort-de-France, 19 % des Créoles et aucune des 24 Africaines.

34L’interprétation de ces familles à un ou deux enfants survivants, bien avant que nos démographes ne les condamnent, est évidemment difficile. Est-ce l’effet de ces liaisons peu durables que critiquaient les maîtres au XVIIIe siècle ou d’une mortalité infantile toujours forte, comme l’indique la différence entre l’indice de fécondité et le taux de natalité ? L’augmentation remarquée de la fécondité signifierait que plus de femmes ont eu des enfants et non pas que chacune en ait eu davantage. N’oublions pas cependant que les avortements sont un des deux grands motifs de punitions graves, avec le marronage, preuve que les femmes refusent de se transformer en reproductrices d’esclaves. Si l’on ne peut affirmer que c’est un refus de l’esclavage et qu’elles n’ont que les enfants qu’elles veulent, elles réintroduisent du moins leur libre-arbitre. Le « refus des mères » n’est plus cependant le cheval de bataille des propriétaires.

35Le rétablissement démographique est consécutif d’une sur-représentation féminine, certes non voulue, mais qui peut conduire à une certaine polygynie, dénoncée par quelques auteurs. Il est sans doute dû également à un adoucissement du sort des femmes enceintes et des nourrices, lequel n’est pas total ; les maîtres d’une seule esclave continuent à s’en servir quel que soit son état de grossesse. Un adoucissement n’en est pas moins généralisé après 1830. Il reste un acte de bonté des maîtres, jamais un droit pour les esclaves. Meilleures conditions d’hygiène, nécessité reconnue d’un travail moins pénible, meilleure nourriture, tels sont les grands traits des politiques natalistes suivies au XIXe siècle. Celle qui consiste à donner le désir d’être mère semble peu suivie : quelques gratifications mais que tous les comptes sont loin de montrer, et trop faibles pour être vraiment incitatives, de simples aides pour les frais inhérents aux naissances, pas d’affranchissement sinon de savane au 8e enfant, selon F. Patron qui porte sur l’esclavage un regard un peu trop bienveillant. Politiques modérées qui ne suivent que l’indispensable bon sens et dont les effets sont également modérés. Leur emphase sur le rôle de la mère, pour être légère, n’en est pas moins ferme et pose le problème du type de famille que connaissent les esclaves.

Le rôle des femmes dans les familles esclaves

« Il faut avant tout moraliser notre population »

36Au début de la Restauration, le roi conseille à Donzelot, gouverneur de la Martinique, d’encourager les unions légitimes. Or, celles-ci impliquent la reconnaissance du rôle du mari et du père, que les maîtres nient, et le respect pour l’épouse et la mère.

37Le thème des discours passe vite des unions légitimes à la « moralisation » nécessaire des mœurs des esclaves, proclamée par tous, y compris les abolitionnistes.

  • 40 Victor Schoelcher, Esclavage et colonisation. Textes choisis, éd. A. Césaire et E. Tersen, Paris, (...)
  • 41 Code Moral des ateliers, introduction, BN, R 31924.
  • 42 Édouard Goubert, Pauvres nègres ou 4 ans aux Antilles françaises, Paris, 1840, p. 107 ; également (...)
  • 43 Avis…, op. cit., p. 54.

38Schoelcher rencontre en 1830 des esclaves « sans connaissance du bien et du mal, dissolus » : un mari cède sa femme à un autre pour un sou40. On retrouve donc le discours des philanthropes bourgeois envers les ouvriers français. Ainsi un ouvrage primé par l’Académie du Gard en 1835 : « Cet essai tout entier a pour sujet spécial la moralisation des travailleurs. Son but est de faire aimer au peuple ses institutions et ses devoirs41. » Mais les voies divergent bientôt. Schoelcher, comme l’abbé Goubert qui a officié en Martinique, pensent que l’immoralité est créée par l’esclavage et qu’elle ne cessera qu’avec lui. Par contre, l’abolitionniste très modéré Lechevalier, qui a enquêté aux Antilles, pense que l’abolition de l’esclavage nécessite auparavant l’amélioration morale et religieuse des Noirs42, thèse à laquelle les colons vont se ranger car ils la pensent impossible. C’est que, pour eux, régularité des mœurs sexuelles et discipline vont de pair. Ainsi le gouverneur de la Martinique déclare : « C’est surtout en inspirant à leurs esclaves l’esprit de famille que les habitants peuvent espérer modifier leur tendance actuelle aux mauvaise mœurs et à l’oisiveté et leur éloignement pour le travail de la terre43. »

Le clergé

  • 44 Rapport Lechevalier, op. cit., I, p. 27.
  • 45 Lacombe, Lettre confidentielle aux curés, Basse-Terre, 1839, p. 3.

39Pourtant, l’ordonnance du 5 janvier 1840 choisit l’instruction religieuse et élémentaire des esclaves. Auparavant, les habitants ne faisaient aucun effort pour l’instruction religieuse des esclaves : ils ne donnaient que 50 000 francs44. L’argent attribué par l’ordonnance servira d’ailleurs surtout à la construction de chapelles sur les habitations et à la réfection des églises détruites par un tremblement de terre. Les religieux sont requis d’aller visiter une fois par semaine les enfants esclaves. Curieusement, le préfet apostolique de la Guadeloupe, Lacombe, prétend en 1839 que : « Notre nombre, si faible qu’il soit, suffit45. » Or, il y a 32 prêtres pour 130 000 esclaves, soit 1 pour 4 062… Après cette ordonnance, leur effectif sera pourtant augmenté de 33 prêtres du Saint-Esprit en Guadeloupe et de 36 en Martinique ainsi que de respectivement 8 et 5 frères de l’Instruction Chrétienne.

  • 46 Ibid.
  • 47 Hardy, op. cit., p. 8, 67-68, 16 et 134.

40Le christianisme pratiqué aux Antilles est tout de soumission. Ainsi Lacombe écrit à ses prêtres de rassurer les colons méfiants d’un éventuel message de charité et d’égalité chrétienne. « Faites-leur entendre qu’ils seront les premiers à goûter les fruits de l’éducation chrétienne de ceux qui les entourent et que le moyen de les voir laborieux, soumis et respectueux, c’est de leur apprendre à connaître et à respecter les volontés de Dieu46. » Les missionnaires du Saint-Esprit47 font apprendre aux esclaves cette prière : « C’est de tout mon cœur, ô mon Dieu, que je vous prie pour mon maître ; daignez exaucer ma prière. Je vous en conjure Seigneur, étendez vos bienfaits sur mon maître et sur toute sa famille ; daignez bénir aussi les biens qu’ils possèdent. » La propriété prie donc pour la santé du propriétaire. Le maître est assimilé aux parents. « Il faut remplir fidèlement les obligations de son état. » Et l’esclave remercie Dieu : « Vous m’avez fait sortir de ma nation pour venir habiter ces contrées lointaines, je vous en bénis, que votre volonté s’accomplisse sur moi. » Les exemples de bonté des esclaves cités manifestent tous leur soumission aux maîtres et l’acceptation de la souffrance. L’enseignement religieux est donc bâclé et fortement orienté.

  • 48 Id., p. 245 et 296.
  • 49 Id., p. 356.

41Hardy, le supérieur des missionnaires du Saint-Esprit, reprend à propos du mariage chrétien, la vieille thèse de Saint-Paul sur la soumission nécessaire des femmes à leur mari « comme au Seigneur ». Il cite le cas de Louis et de « sa femme » dont le nom n’est pas mentionné48. Et il note : « De l’éclat des vertus la femme toujours brille quand elle vit modeste au sein de la famille49 », ce qui n’est guère propre à la vie de travailleuse sur une grande plantation.

  • 50 Goubert, op. cit., p. 46.
  • 51 Id., p. 45.

42Une lettre du gouverneur au clergé insiste sur un aspect de la moralisation des esclaves : la place centrale qu’y ont les femmes en tant que futures épouses et mères. « L’éducation des jeunes filles des dernières classes est d’une haute importance. L’amélioration morale doit commencer et progresser par elles. Là où elles se conduiront bien, il y aura des mariages réguliers50. » C’est oublier que le désir des maîtres vient parfois perturber le comportement de ces jeunes filles et qu’il est difficile de voir quels avantages elles retireraient de leurs bonnes mœurs, le mariage ne changeant rien à leur condition. Le gouverneur ajoute : « Vous direz aussi aux mères d’apprendre à leurs enfants ce qu’elles savent en fait de religion et de prières51. » Bien qu’esclave, la mère est dotée du pouvoir d’éducatrice et d’initiatrice aux mystères de la religion.

  • 52 Ministère de la Marine et des Colonies : Compte rendu au Roi de l’emploi des fonds alloués depuis (...)

43L’éducation élémentaire qui doit être donnée aux esclaves n’atteint en 1845 que trois garçons esclaves en Martinique et trois garçons esclaves et huit filles esclaves en Guadeloupe52. Les maires qui refusent de les recevoir dans les écoles expliquent que les libres de couleur ne voudraient jamais assister à des cours à côté des esclaves. Le maire du Lamentin ajoute : « Comment les esclaves pourraient-ils être mis en pension et remplir leurs devoirs envers leurs parents et leurs maîtres ? Ils y deviendraient dissolus car ils ne seraient plus suivis sévèrement par ceux-ci. »

44Un clergé soumis, une administration locale peu encline à se battre pour le droit des esclaves, la moralisation dépend encore des colons et des esclaves.

Les colons, indifférence ou opposition ?

45Certains témoins ont expliqué l’opposition des colons au mariage des esclaves par des raisons natalistes. D’après l’instituteur Longin, qui vécut en Guadeloupe de 1816 à 1822 :

  • 53 Longin, op. cit., p. 199-200.

« On ne veut même pas qu’ils se marient. Le respectable père Benoît, curé du quartier des Trois-Rivières par les exhortations paternelles qu’il faisait aux esclaves de sa paroisse, était parvenu à inspirer des sentiments de religion à un grand nombre d’entre eux. On les voyait quitter le libertinage, s’approcher des sacrements. Les maîtres murmuraient contre le curé, apparemment parce que la population se ralentissait en même temps que le libertinage diminuait. “Mes négresses ne donnent plus de négrillons”, me disait un jour un habitant de ce quartier. “C’est qu’elles mettent à profit les instructions du pasteur, c’est qu’elles deviennent sages.” “Quelle sagesse, s’écrie-t-il, qu’une sagesse qui tend à me ruiner !”53. »

  • 54 Studholme Hodgson, Truths from the West Indies, London, 1838, p. 123.
  • 55 André-C. de la Charrière, De l’affranchissement des esclaves dans les colonies françaises, Paris, (...)
  • 56 Ministère de la Marine et des Colonies, Exposé général des résultats du patronage des esclaves des (...)
  • 57 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 78.
  • 58 Rapport des procureurs, op. cit., p. 575.
  • 59 Id., p. 581.

46De même, Hodgson note qu’à la Trinidad les maîtres refusent le mariage parce que les enfants naissent plus nombreux dans le péché54. Par contre, le délégué de la Guadeloupe de La Charrière, prétend que le libertinage est nuisible à la natalité55. Les procureurs créoles chargés de visiter les habitations en 1843, n’y voient que des cas particuliers : la plupart des maîtres sont indifférents, car ils croient ce bonheur inutile, quelques-uns s’y opposent, quelques-uns encouragent le mariage en donnant les moyens de faire la noce, en étant parrains des enfants nouveau-nés, en abolissant la peine de fouet pour les femmes mariées56. À Saint-Pierre, en Martinique, où la maîtresse élève les enfants esclaves dans la crainte de Dieu, il y a dix couples mariés. Sur l’habitation Gradis57, une dot de 120 francs ajoutée à ces mesures a permis la constitution de 22 ménages réguliers. Les femmes mariées n’y sont plus taillées (fouettées) nues par terre, mais, debout, sur les jupes. Le procureur du Prêcheur58 remarque que ces « libéralités » n’ont lieu que sur les grosses habitations, absentes dans ce quartier. Et en Guadeloupe, les procureurs ajoutent que si les esclaves se marient à cause des promesses et des récompenses de quelques habitants, ils se quittent par la suite. « Peu de jours après la cérémonie religieuse, après les danses et les repas qui l’avaient suivie, le mari dans une querelle avec sa femme lui arracha du doigt l’anneau nuptial et le coupa en disant : “voilà ta part, voilà la mienne ; va-t’en de ton côté, je vais du mien”59. »

  • 60 Avis…, op. cit., p. 44.
  • 61 Id., p. 74.

47Mais si les maîtres admettent parfois le mariage de leurs esclaves, c’est dans le strict cadre des plantations, or la plupart des esclaves ont choisi leur aimé en dehors, par inclination ou par prudence. L’article 4 du projet d’ordonnance de 1837 permettait à l’autorité civile de suppléer au consentement du maître60 ; toutes les colonies réagirent négativement parce que les dispositions traditionnelles seraient « toutes paternelles ». Selon les conseillers martiniquais : « (les législateurs de métropole) comprendront que s’il est quelques cas particuliers où les infirmités ou les vices habituels de l’esclave pourraient le rendre impropre au mariage, il convient d’en laisser l’appréciation aux connaissances spéciales du maître : que l’esclave, après son mariage, restant encore sous la puissance du maître, à sa charge et chez lui, il est juste de laisser à celui-ci la faculté de consulter les penchants, d’assortir les caractères, afin de former des mariages heureux61. » Un nouveau projet d’ordonnance en 1846 qui devait distribuer une allocation pour faire consacrer par des liens civils, les liens déjà existants, soit entre deux esclaves, soit entre un esclave et une personne libre, est refusée par les Conseils martiniquais et guadeloupéens. Elle aurait pourtant permis la légitimation de plusieurs enfants. Les maîtres s’opposent au mariage lorsqu’il n’est pas contrôlé par eux.

48La moralisation est donc refusée par les colons et l’administration coloniale, dont les membres sont souvent recrutés dans le milieu colonial. Idée de type philanthropique, elle ne passe pas dans les faits car il faudrait prendre sur le temps de travail. La « moralisation » n’est qu’une manœuvre dilatoire ainsi que l’a justement dénoncée Schoelcher.

Le point de vue des esclaves

  • 62 Dugoujon, op. cit., p. 39.
  • 63 Rapport des procureurs, p. 569-590 ; même argument dans Schoelcher, Des colonies françaises, op. c (...)

49À Bouillante (Guadeloupe), les esclaves « se moquaient de ce qu’on leur avait prêché et disaient en riant : nous n’avons pas besoin d’aller à l’église pour savoir qu’il faut travailler et obéir, on nous l’apprend assez sur l’habitation et le commandeur avec son fouet nous empêche de l’oublier62 ». La moralisation ne passe donc pas, malgré un nouvel intérêt pour la religion, lorsque les curés sont charitables. La loi de 1840 a cependant une conséquence importante : un rapport sur la moralisation des esclaves fait par les procureurs chargés de visiter les habitations63. Les trois quarts des visites ont été refusés par les colons et les procureurs se sont surtout préoccupés de la moralité religieuse des esclaves, des mariages et de leur instruction. Ils nous apprennent que les mariages sont non seulement rares mais « mauvais », c’est-à-dire que l’adultère ne s’y cache pas sous d’hypocrites silences. Des raisons économiques sont avancées : l’aide des enfants n’est pas nécessaire, la protection du maître les met à l’abri du besoin alors qu’il faut être riche pour faire une noce convenable. Mais surtout, le point de vue des hommes et des femmes sur le mariage diffère du tout au tout. Les hommes veulent plusieurs femmes, ils se disent ni assez riches, ni assez vieux. Certains ne veulent pas voir leur femme taillée nue, d’autres répliquent : « Pas si bêtes, nos maîtres prendraient nos femmes le lendemain », ils n’aiment pas avoir leur femme sur la plantation car c’est multiplier les occasions de brimades, contradictoirement « s’ils le contractent, c’est le plus souvent par un grossier calcul d’intérêt ; ainsi, il arrive fort souvent que le mari ne voit dans son union légitime que le droit de se faire servir par sa femme ; il abuse de ce droit sans conserver, pour sa compagne, la fidélité et les égards qu’une civilisation plus avancée lui assurerait ». D’ailleurs, les hommes intelligents préfèrent garder leur épargne pour leur affranchissement. Les femmes avancent de toutes autres raisons. À Marie-Galante, en 1841, « une négresse m’a répondu que le mariage rendait les hommes trop despotes et que dans l’état du concubinage, les femmes dominaient les hommes et les trouvaient plus généreux ». Les femmes esclaves disent que le mariage est bon pour les Blancs, que si les maris venaient à les battre, elles ne pourraient plus les quitter. Les femmes essaient donc de préserver un maximum d’indépendance.

50Il est intéressant de noter qu’en Martinique et en Guadeloupe, les femmes ont une position défensive contre leur utilisation comme domestique, battue et trompée par les hommes. Dans les îles Bourbon (qui s’appelle maintenant Réunion) et Maurice, les femmes quittent plus souvent les hommes que ceux-ci ne le font. L’obstacle au mariage « est tout entier dans la répugnance invincible que les noirs, et surtout les négresses, éprouvent pour tout ce qui est contraire à la spontanéité de leurs caprices et pour tout ce qui leur impose des devoirs et des sacrifices ». Leur réponse aux maîtres qui les invitent à l’abandon du concubinage est toujours celle-ci : « mon corps est à vous, mais mon cœur m’appartient… » « La plupart des négresses n’entendent la fidélité des liaisons qu’elles forment, que tant qu’elles en retirent quelque avantage, et la raison ordinaire que donne celle qui quitte un noir pour un autre, c’est que le premier ne prenait plus soin d’elle. » À Bourbon, « le mariage n’est pas en faveur chez les femmes esclaves… Les hommes se prêteraient volontiers au mariage, mais les femmes, m’a-t-on dit, s’y refusent par esprit d’indépendance. La soumission légale leur paraît trop pénible, elles n’accordent à leur mari qu’une autorité qu’elles retirent lorsqu’elles lui reconnaissent trop d’exigence ou que leur intérêt les porte à rompre la chaîne qu’elles ont acceptées ». « Il me semble que pour les femmes, l’égalité cesse avec le mariage. » Or, les femmes sont en nombre très inférieur sur les plantations de ces îles comme elles l’étaient à Saint-Domingue au siècle précédent. Le rapport numérique entre les sexes fait bien jouer un rapport de l’offre et de la demande qui valorise le sexe en nombre le plus faible.

  • 64 Schoelcher, Des colonies françaises, op. cit., p. 31.

51D’ailleurs, le mariage n’assure même pas la faible protection qu’il est censé donner, c’est-à-dire l’impossibilité de la séparation entre l’homme et la femme et leurs enfants impubères, de moins de 14 ans aux Antilles et de moins de 7 ans à Bourbon depuis 1805. Le curé complaisant et ami des maîtres ne publiera guère un mariage qu’il est seul à connaître avec les esclaves dont les voix ne comptent pas contre leur maître. Un correspondant cite à Schoelcher le cas d’enfants légitimes vendus et séparés de leurs parents avant 14 ans64.

  • 65 David, « Un quartier », op. cit., p. 349-350 ; et « Une paroisse », op. cit., p. 63-64.

52Tous ces facteurs expliquent que les mariages soient aussi peu nombreux. En Martinique, à Rivière Pilote, de 1803 à 1829, seuls 0,75 % des enfants baptisés sont légitimes et 1,7 % avec les enfants légitimés alors qu’ils sont respectivement 2,1 % et 4 % à Case Pilote65. À l’échelle des îles, la moyenne annuelle des mariages passe de 15 en Guadeloupe de 1837 à 1840 à 101 en 1847 et en Martinique, de 21 de 1841 à 1844, 41 ensuite.

53Que les esclaves ne se marient pas ne veut pas dire comme le prétendent les colons qu’ils vivent dans une promiscuité « animale et barbare ». Il s’agit de retrouver les formes de leurs parentés.

Familles esclaves

  • 66 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 72-73.
  • 67 Patron, op. cit., p. 5.
  • 68 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 36-37.
  • 69 Id., p. 80.

54Selon le rapport des procureurs, les liens naturels sont reconnus par tous et fort respectés. Selon Schoelcher : « le nègre prend une femme avec laquelle il vit maritalement et dont il accepte les enfants pour siens, mais il veut conserver la facilité de séparation, comme Jean-Jacques Rousseau, et cela ne l’empêche pas d’avoir autant de concubines qu’il peut en entretenir, comme beaucoup de ses maîtres66 ». Félix Patron indique aussi ce type de rapport qu’a popularisé le vaudeville : « Il leur en faut plusieurs qu’ils choisissent dans des lieux assez éloignés afin d’en ôter la connaissance à celles avec laquelle ils vivent67. » L’amour n’est pas absent de ces liaisons. Ainsi, un Africain se suicide après celui de sa concubine du même pays68. La famille est un lien puissant qui a de l’autorité sur les enfants. Les pères et les mères, et surtout les parrains, sont respectés et les enfants acquittent les dettes des parents. Une famille qui veut s’enfuir échoue parce qu’elle veut emmener la grand-mère impotente ; Schoelcher va jusqu’à parler de « piété familiale69 ». Il y a donc des familles traditionnelles grands-parents/hommes et enfants, quoique sans mariage.

55Les minutes notariales sont de moins en moins utiles car les listes décrivent de plus en plus rarement, à partir de 1830, les femmes avec les enfants. Les enfants sont décrits à part, sans que les relations de parenté soient marquées. Le nombre d’enfants par mère ne peut donc plus être connu. Cette nouvelle forme de description rend encore plus facile les séparations : elle tend peut-être à éviter les regards curieux de certains abolitionnistes ou à empêcher que la libération d’un esclave n’ait pour conséquence celle de ses enfants impubères ou de ses parents, sa mère notamment.

Les séparations

  • 70 Dugoujon, op. cit., p. 97.
  • 71 AD Guadeloupe, MN Mollenthiel, 1er mai 1806 et no 45.
  • 72 Rouvellat de Cussac, Situation des esclaves…, op. cit., p. 100-110.
  • 73 Dugoujon, op. cit., p. 97.

56Les séparations sont liées aux successions, très fréquentes on le sait, aux expropriations forcées et aux volontés des propriétaires : ainsi le don fréquent d’un enfant esclave à un enfant blanc. En 1842, l’abbé Dugoujon rapporte que les séparations se multiplient quand les prix des esclaves passent à Puerto Rico à 1 650-2 200 francs alors qu’ils ne sont que de 497 francs à 585 francs en Guadeloupe. « C’était une chose déplorable à voir que ces infortunés versant d’abondantes larmes et poussant des cris lamentables parce qu’on les arrachait à leur famille et au sol qui les avait vu naître70. » Seuls les inventaires71 nous permettent d’appréhender ces séparations. Elles permettent parfois de reformer un lien de parenté avec des libres. Ainsi, l’Ibo Zaide demande que son enfant de deux ans soit vendu avec son père alors que ses deux autres enfants restent avec elle. Par contre, un mulâtre de 3 ans reste avec son propriétaire alors que sa mère a été vendue à la Dominique. Le 2 décembre 1835, le testament de Rose Sallenave donne « la liberté à Élodie, 8 ans, pour qu’elle retourne chez Mlle Pellerin chez qui elle retrouvera sa mère ». Pour cette fin heureuse d’une séparation, combien de définitives ? Rouvellat de Cussac cite le cas d’une mère séparée de son enfant dont la maîtresse ne veut pas que son mari la rachète72. Quant à la négresse Philothète « cette esclave, excellent sujet, est la domestique de confiance de M. Le Guillou, elle pleure chaque jour son enfant mulâtre resté sur l’habitation de la Capesterre » d’où elle vient73.

  • 74 Peytraud, op. cit., p. 161.
  • 75 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 31.
  • 76 Op. cit., p. 133.
  • 77 David, « La paroisse », op. cit., p. 77-79.
  • 78 AD Martinique, registres d’état civil des nouveaux libres.

57L’article 47 du Code Noir interdit de saisir et vendre séparément le mari, la femme et leurs enfants impubères, s’ils sont tous sous la puissance d’un même maître74. Nous avons vu que cette règle n’est pas toujours respectée. Mais que se passe-t-il pour les enfants illégitimes ? Selon le rapport sur l’esclavage publié en 1843, une différence est effectuée selon le sexe des enfants au détriment des filles : « L’on ne sépare point de la mère, les filles au-dessous de 12 ans et les garçons au-dessous de 14 ans75. » Mais les séparations ne sont pas moins déchirantes lorsqu’elles ont lieu après l’âge légal. Or, elles ont l’air très fréquentes, du moins en Martinique à Case Pilote. De 506 mères ayant enfanté sur 8 propriétés de 1783 à 1848, seules 56 de leurs filles accouchent dans ces mêmes propriétés et 5 de leurs petites-filles76. À chaque génération, il ne reste que 10 % des filles sur la propriété, ce qui ne peut s’expliquer uniquement par la mortalité ou les changements de nom, rares sur les inventaires77. Par contre, d’après les registres d’état civil des nouveaux libres78, les anciens esclaves où ceux-ci prennent un nom patronymique, en 1848 à Fort-de-France et en 1849 au Diamant, petit bourg du sud-ouest martiniquais baigné par la mer Caraïbe, la mobilité géographique des esclaves est très faible, 75 % des anciens esclaves habitant à Fort-de-France y sont nés, 15 % viennent d’autres bourgades de la Martinique, 10 % sont Africains. Au bourg du Diamant, la mobilité est encore plus faible : 85 % y sont nés, 3 % viennent d’autres lieux de la Martinique et les Africains y sont 12 % car ils sont plus souvent orientés vers les travaux des champs. Évidemment, il est possible qu’aussitôt libérés les anciens esclaves soient revenus sur leurs lieux de naissance pour retrouver leurs familles. Il faudrait donc savoir s’il y a eu de grands mouvements de population après la libération. Mais on peut penser que les propriétaires vendaient leurs esclaves dans un cadre géographique limité, ce qui rendait possible des visites familiales.

  • 79 France, op. cit., p. 29-30.

58Un changement important intervient en 1836 lorsque pour la première fois une femme, la Guadeloupéenne Virginie, utilise l’article 47 du Code Noir pour être libérée en même temps que ses deux enfants impubères. Il faudra huit ans après des appels à la cour de cassation pour que son cas triomphe. Les couples légitimes pouvaient également utiliser cet article, mais étant très rares, seules les femmes vont se battre pour l’utiliser. Selon le chef d’escadron de la gendarmerie coloniale à la Martinique, France, dont le livre est publié en 184679 : « Il y a plus de cent personnes dans le même cas que Virginie ; seulement, elles ne peuvent se pourvoir à la cour de cassation, parce qu’il faut d’abord un jugement et que des libres tenus comme esclaves injustement sont essentiellement trop pauvres ; il faut de l’argent pour lever l’état civil… supposé que le maire ne le refuse pas. » Les refus par les maires sont fréquents. « Il a fallu l’arrêt d’un juge courageux, M. Meynier, pour forcer le maire du Prêcheur à enregistrer un acte d’émancipation prononcé par la loi. »

Les types de familles

  • 80 AN, 472 mi (1).

59Dans le bourg guadeloupéen des Abymes80, en 1848-1849 67 % des enfants sont reconnus ou légitimés par les deux parents ou le père seul (10 %) : la grande majorité des enfants ne se contente pas d’avoir un « géniteur », mais a bien un père qui tient à se faire reconnaître comme tel. Par ailleurs, la moitié des ménages qui prennent le même nom n’habitaient pas sur la même plantation, ce qui donne une idée de la vie des couples sous l’esclavage et de la charge supplémentaire qui pesait sur les mères. Cependant, la plupart de ces femmes rejoignent leurs compagnons après l’abolition : ces couples n’ont donc pas intériorisé la séparation des parents comme nécessaire. Cette norme matrifocale existe-t-elle pour certaines femmes ou vivent-elles seules avec leurs enfants parce que leurs amants étaient blancs, qu’elles étaient volages ou qu’elles n’ont pas pu fixer leur amant ? Il est malheureusement impossible de répondre à ces questions, on peut cependant ajouter que si ces femmes sont minoritaires, elles n’en constituent pas moins un groupe important : 40 femmes contre 56 couples. Y aurait-il eu pendant la période esclavagiste elle-même deux normes de comportement sexuel ?

60En Martinique, presque tous les anciens esclaves portent le nom de leur mère, qu’elle soit morte ou vivante, sauf au Diamand pour une femme de 43 ans née aux Trois-Ilets et peut-être déportée trop jeune. À Fort-de-France, cela arrive plus fréquemment : parmi les esclaves nés dans la ville même pour sept hommes et vingt-cinq femmes et pour ceux nés dans d’autres lieux martiniquais pour trois hommes et quatorze femmes. Les femmes sont donc plus nombreuses à ne pas connaître leur mère, peut-être parce qu’elles sont plus souvent séparées. Mais les familles dont la génitrice n’est pas nommée restent en nombre infime.

61Un sort particulier doit être fait aux Africains. Ils prennent des noms français : Bercy, Chabrol, même s’ils semblent être connus sous leur prénom africain. Ainsi Eugène dit Ziamba, 43 ans, prend le patronyme de Charlot, Narcisse dit Massicou, 36 ans celui de Blayo. Il n’y a que trois exceptions, toutes situées au Diamant, concernant deux femmes : Misunga, 42 ans, et Wima Thiam, 29 ans, ainsi qu’un homme Korcou Keradi. Ils sont proportionnellement beaucoup plus nombreux à être isolés : 66 sur 86 au Diamant et 2/3 à Fort-de-France. L’arrêt de la traite explique sans doute cette marginalisation des Africains qui trouvent moins facilement qu’au XVIIIe siècle, des compagnons de la même ethnie et qui sont moins facilement intégrés dans une société largement créolisée.

  • 81 Sur les premiers 550 individus de Fort-de-France et des Abymes.

62En 1848-1849, les inscriptions sur les registres d’état civil devraient être l’occasion de dévoiler les types de familles esclaves, mais la différence entre les deux îles laisse perplexe. En Martinique, les femmes se présentent seules avec leurs enfants et parfois leurs petits-enfants, à l’exception de quatre couples mariés à Fort-de-France comme au Diamant, des frères et sœurs prennent également le même nom ; en revanche, aux Abymes en Guadeloupe, nombreux sont les couples non mariés qui s’inscrivent sous le même nom et reconnaissent leurs enfants. Aussi, selon un premier sondage81, aux Abymes 30 % des individus sont isolés, 48 % appartiennent à des familles que le père a reconnues (couples prenant le même nom ou légitimant par la suite leurs enfants, pères seuls avec enfant) et 22 % font partie de familles maternelles. À Fort-de-France, ces pourcentages sont respectivement de 8,7 %, 19 % et 66 %. Or, rien n’expliquerait une telle différence entre les deux îles dont l’histoire, les structures politiques et sociales, les politiques gouvernementales sont si proches. Il semblerait donc qu’en Guadeloupe, les anciens esclaves aient pu faire reconnaître leurs couples alors qu’en Martinique, les scribes n’ont accepté d’inscrire sous le même nom que les esclaves mariés et pour le reste, ont suivi la vieille coutume coloniale : l’enfant suit la mère, mère dont ils ont toujours noté le nom à la différence de la Guadeloupe, où une certaine confusion a pu conduire à ne pas donner le même nom à tous les membres d’une famille. Ainsi à Fort-de-France, les pères sont sans doute injustement inconnus alors qu’aux Abymes, ce sont les grands-parents, les frères et les sœurs qui le sont, créant ainsi de toute pièce un nombre excessif de personnes isolées.

*

63Il y a donc une nette continuité entre le XVIIIe siècle et le XIXe siècle pour ce qui est de l’abandon de toute stratégie de mariage malgré les discours et les ordonnances contraires. La moralisation, que d’aucuns déclarent nécessaire à l’affranchissement des esclaves, n’intéresse pas réellement les maîtres, qu’elle leur paraisse faire des esclaves leurs égaux, qu’elle soit dure à restreindre au cadre de la plantation ou qu’elle s’oppose à leurs intérêts natalistes. L’esclave reste pour eux un simple producteur et ils ne se sentent nullement tenus à les réformer. Mais les esclaves aussi s’y opposent et même mariés se séparent parfois : l’amour seul unit ceux qui n’ont pas de bien à défendre. Aussi le rôle de la mère est central dans de nombreuses familles et se marque par le fait que sa descendance prend son nom. Ce n’est pas un héritage des Africains matrilinéaires car nos sources n’indiquent pas qu’aux Antilles l’oncle maternel ait un rôle particulier. Plus que de l’Afrique, cette coutume doit provenir du principe esclavagiste « l’enfant suit la mère » qui est donc élevé par elle et ne voit souvent son père que le dimanche. Cependant, dès l’abolition de l’esclavage, de nombreux pères reconnaissent leurs enfants et les parents qui vivaient sur des plantations différentes se réunissent : la famille nucléaire peut être désirée par les esclaves aussi.

64Les maîtres préfèrent mener une politique de maternité lorsque la traite s’arrête : elle comporte d’ailleurs surtout une diminution de la charge de travail de la mère et quelques gratifications mais la récompense par les affranchissements semble avoir disparu. La maternité n’est pas cependant glorieuse au point que les mères souhaitent avoir de nombreux enfants : elles se contentent généralement d’un ou deux enfants et les avortements sont fréquents.

65Cependant, les esclaves se reproduisent désormais avec une légère amélioration par rapport aux petites Antilles de la fin du XVIIIe siècle, d’autant que les Africaines, toujours moins fécondes, sont désormais minoritaires.

Notes

1 Édouard Glissant, Le quatrième siècle, Paris, Le Seuil, 1964, p. 104.

2 Serge Daget, « Longs cours et négriers nantais du trafic illégal, 1814-1833 », Revue française d’Histoire d’Outre-Mer, 1er-2e trimestre 1975, p. 115 ; Jean Vidalenc, « La traite négrière en France sous la restauration, 1814-1830 », Actes du Quatre-vingt-onzième Congrès national des Sociétés savantes (Rennes, 1966).

3 Ministère de la Marine et des Colonies, Exposé général des résultats du patronage des esclaves, Paris, 1844, p. 632.

4 ANSOM, Martinique, carton 3, dossier 13, mémoire du 4 septembre 1817.

5 Ibid.

6 Id., dossier 14. Souligné par l’auteure.

7 Id., dossier 18.

8 Félix Longin, Voyage à la Guadeloupe, Le Mans, 1848, p. 217.

9 Publications sur la traite des Noirs, 1821-1826, Chambre des Pairs de France, session de 1821, p. 71.

10 ANSOM, Martinique, carton 52, dossier 432.

11 Ministère de la Marine et des Colonies, Notices statistiques, Paris, 1837, I, p. 50.

12 Christian Schnackenbourg, La crise du système esclavagiste 1835-1847, Paris, L’Harmattan, 1980, p. 52, note 28.

13 Félix Patron, Des Noirs et de leur situation dans les colonies françaises, 1831, p. 7.

14 Ministère de la Marine et des Colonies, Avis des Conseils coloniaux de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Guyane française sur diverses propositions concernant l’esclavage, Paris, 1839, p. 76 (en abrégé : Avis) ; Id., p. 114.

15 Ministère de la Marine et des Colonies, Questions relatives à l’abolition de l’esclavage, Paris, 1843, p. 25.

16 Victor Schoelcher, Des colonies françaises, abolition immédiate de l’esclavage, Paris, 1842, rééd. Basse-Terre/Fort-de-France, 1976, p. 11, note 1.

17 Avis…, op. cit., p. 59, 113 et 79.

18 Schoelcher, Histoire de l’esclavage pendant les deux dernières années, 1847, rééd. Pointe-à-Pitre, Émile Desormeaux, 1973, I, p. 392-393.

19 Id., II, p. 386-387. Également p. 307 et dans C. C. Robin, Voyages dans l’intérieur de la Louisiane, de la Floride Occidentale et des isles de la Martinique et de Saint-Domingue pendant les années 1802-1806, p. 177 : « Les femmes sont soumises aussi rigoureusement à ces punitions, leur grossesse ne les exempte pas même ; alors, avant de les attacher aux piquets, on fait un trou en terre dans le lieu où l’on juge que doit être placé le ventre. »

20 Victor Schoelcher, Histoire…, op. cit., II, p. 87-88 et 155. France : La vérité et les faits ou l’esclavage mis à nu dans ses rapports avec les maîtres et les agents de l’autorité, avec des pièces justificatives, Paris, 1846, p. 74. Jean-Baptiste Rouvellat de Cussac, Situation des esclaves dans les Colonies françaises : urgence de leur émancipation, Paris, 1845, p. 77, rapporte le cas de quatre esclaves martiniquaises qui meurent des suites de châtiments infligés pour un léger retard.

21 Dugoujon, Lettres sur l’esclavage dans les Colonies françaises par un ex-missionnaire apostolique du Saint-Esprit, Paris, 1845, p. 81 et 88.

22 France, op. cit., p. 95 ; Voir aussi Schoelcher, Histoire…, op. cit., p. 331.

23 C. A. Bissette, Réfutation du livre de M. V. Schoelcher intitulé des Colonies françaises, Paris, 1843, p. 23 ; et une de ses lettres citées dans Victor Schoelcher, Contributions aux fêtes du tri-centenaire, Victor Schoelcher, homme d’État et écrivain français, émancipateur de la race noire, sa correspondance inédite, 2e partie : lettres martiniquaises 1829-1881, p. 23.

24 Baron de Montlezun, Voyage en 1815-1816 aux États-Unis et dans l’archipel Caraïbe, Paris, 1818, p. 117-118.

25 Patron, op. cit., p. 7.

26 Jules Lechevalier, Rapport sur les questions coloniales, adressé à M. le duc de Broglie, président de la Commission coloniale, à la suite d’un voyage fait aux Antilles et aux Guyanes pendant les années 1838 et 1839, Paris, 1843-1844, I, p. 592.

27 Id., p. 594.

28 Pour ce paragraphe, voir id., I, p. 634.

29 AD Guadeloupe, MN Jaille, 1812, no 15 et id., MN 3/105, no 81.

30 Avis…, op. cit., respectivement p. 59, 79 et 114.

31 Ibidem.

32 Longin, op. cit., p. 218-220.

33 J. Hardy, Trésor des Noirs, ou Livre de prière, d’instruction et de consolation des populations noires des Colonies françaises, Paris, Gaume frères, 1843.

34 Schoelcher, Des Colonies…, op. cit., p. 31.

35 Publié par Jacques Adelaïde-Merlande, Documents d’Histoire antillaise et guyanaise 1814-1815, Pointe-à-Pitre, chez l’auteur, 1979, p. 70-71.

36 Moreau de Jonnes, Recherches statistiques sur l’esclavage colonial et sur les moyens de le supprimer, Paris, 1842, p. 90.

37 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 25.

38 Xavier Tanc, De l’esclavage aux Colonies et spécialement à la Guadeloupe, Paris, 1832, p. 57.

39 AD de la Martinique, registres d’état civil du Diamant (1849) et de Fort-de-France (2 E 10/41, no 1534).

40 Victor Schoelcher, Esclavage et colonisation. Textes choisis, éd. A. Césaire et E. Tersen, Paris, PUF, 1948, p. 33-34.

41 Code Moral des ateliers, introduction, BN, R 31924.

42 Édouard Goubert, Pauvres nègres ou 4 ans aux Antilles françaises, Paris, 1840, p. 107 ; également rapport Lechevalier, op. cit., I, p. 14.

43 Avis…, op. cit., p. 54.

44 Rapport Lechevalier, op. cit., I, p. 27.

45 Lacombe, Lettre confidentielle aux curés, Basse-Terre, 1839, p. 3.

46 Ibid.

47 Hardy, op. cit., p. 8, 67-68, 16 et 134.

48 Id., p. 245 et 296.

49 Id., p. 356.

50 Goubert, op. cit., p. 46.

51 Id., p. 45.

52 Ministère de la Marine et des Colonies : Compte rendu au Roi de l’emploi des fonds alloués depuis 1839 pour l’instruction religieuse et élémentaire des Noirs et de l’exécution des lois des 18 et 19 juillet 1845, relatives au régime des esclaves, à l’introduction des travailleurs libres aux Colonies, etc., Paris, 1846, p. 62-71 pour la Martinique et p. 73-82 pour la Guadeloupe.

53 Longin, op. cit., p. 199-200.

54 Studholme Hodgson, Truths from the West Indies, London, 1838, p. 123.

55 André-C. de la Charrière, De l’affranchissement des esclaves dans les colonies françaises, Paris, 1838, p. 82.

56 Ministère de la Marine et des Colonies, Exposé général des résultats du patronage des esclaves des colonies françaises, Paris, 1844, p. 569-574 (en abrégé : rapport des procureurs).

57 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 78.

58 Rapport des procureurs, op. cit., p. 575.

59 Id., p. 581.

60 Avis…, op. cit., p. 44.

61 Id., p. 74.

62 Dugoujon, op. cit., p. 39.

63 Rapport des procureurs, p. 569-590 ; même argument dans Schoelcher, Des colonies françaises, op. cit., p. 76.

64 Schoelcher, Des colonies françaises, op. cit., p. 31.

65 David, « Un quartier », op. cit., p. 349-350 ; et « Une paroisse », op. cit., p. 63-64.

66 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 72-73.

67 Patron, op. cit., p. 5.

68 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 36-37.

69 Id., p. 80.

70 Dugoujon, op. cit., p. 97.

71 AD Guadeloupe, MN Mollenthiel, 1er mai 1806 et no 45.

72 Rouvellat de Cussac, Situation des esclaves…, op. cit., p. 100-110.

73 Dugoujon, op. cit., p. 97.

74 Peytraud, op. cit., p. 161.

75 Schoelcher, Des colonies…, op. cit., p. 31.

76 Op. cit., p. 133.

77 David, « La paroisse », op. cit., p. 77-79.

78 AD Martinique, registres d’état civil des nouveaux libres.

79 France, op. cit., p. 29-30.

80 AN, 472 mi (1).

81 Sur les premiers 550 individus de Fort-de-France et des Abymes.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search