Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Deuxième partie. Maternités esclaves

Chapitre IV. Faire désirer la maternité

Texte intégral

  • 1 Michel Devèze, Antilles, Guyanes, la mer des Caraïbes de 1942 à 1789, Paris, Sedes, 1977, p. 266.
  • 2 Schnackenbourg, Les sucreries…, op. cit., p. 31.

11764 : la date relève de l’histoire militaire et politique des îles françaises : la Guadeloupe et la Martinique, passées sous contrôle anglais en 1759 et en 1762 à la suite de la guerre de sept ans, sont rendues à la France, en février 1763 au traité de Paris, contre les « quelques arpents de neige » du Canada, qui vont à l’Angleterre victorieuse. À partir de cette date, les îles françaises vont tenir le premier rang dans le commerce du sucre en dépassant les îles anglaises1. La Guadeloupe va enfin prendre son essor et obtenir la quatrième place après Saint-Domingue, la Jamaïque et le Brésil2. Mais 1764 marque également un changement dans les discours sur les esclaves, de nouvelles politiques « plus humaines » s’élaborent dont les femmes vont être les cibles privilégiées.

« La raison d’humanité et d’intérêt »

Un nouveau thème

  • 3 Cité par Schnackenbourg, id., p. 183.
  • 4 ANSOM, DFC Guadeloupe, I, no 130.
  • 5 AN, Col., F3 90, fol. 108.
  • 6 AN, Col., B 119, fol. 29.
  • 7 Joseph Spengler, Économie et population. Les doctrines françaises avant 1800, Paris, PUF, 1954, p. (...)

2Jusque-là les administrateurs reprennent les doléances des colons sur « la disette des nègres » et en demandent toujours plus. Pour la seule Guadeloupe, quelque peu oubliée, il est vrai, par le commerce français, le Chevalier de Mirabeau voudrait 30 000 esclaves en 17543. En 1763, le procureur général Coquille écrit encore qu’« il est essentiel de remplacer les mortalités et infirmités annuelles des Noirs que l’on estime au quart en Guadeloupe, le calcul est d’expérience4 ». Mais une nouvelle question apparaît dans cette lettre, souvent citée, du gouverneur de la Martinique le 11 avril 1764 : « Un de mes étonnements a toujours été que la population de cette espèce n’ait pas produit depuis que les colonies sont formées, non pas de quoi se passer absolument des envois de la côte d’Afrique, mais au moins de quoi former un fonds dont la reproduction continuelle n’obligerait pas à être toujours à la merci d’un envoi, commerce épineux pour celui qui le fait et qui doit à la longue épuiser la source qui l’entretient5. » Ces préoccupations viennent d’en haut puisque le ministre écrit au Comte d’Estaing, nouveau gouverneur de Saint-Domingue, le 1er janvier 1764 : « Les colons se plaignent en général qu’ils manquent de nègres et qu’en supposant que la colonie en eut le nombre qui lui est nécessaire, il lui faudrait tous les ans un remplacement de 15 000 Noirs. En imaginant ce fait véritable, il faut apparemment qu’il meure 15 000 nègres par an à Saint-Domingue, d’où il résulte 7 000 morts au-delà du cours ordinaire de la vie, sans compter les nègres qui doivent naître sur le pays et qui doivent naturellement équivaloir le nombre de nègres morts6. » La mortalité « normale » serait donc de 30,8 ‰ et la réelle de 66 ‰. « Le comte d’Estaing s’informera exactement de celle de ces causes qui occasionnent le plus de dépopulation de nègres afin de le prévenir par le moyen le plus convenable. Sa Majesté a déjà envoyé des médecins sur les lieux pour donner une attention particulière à ce qui peut intéresser la conservation de leurs vies. » L’administration étend ainsi aux îles une nouvelle préoccupation métropolitaine : « L’ami des hommes ou traité de la population » de Mirabeau a vingt éditions de 1757 à 1760 et il préconise nettement l’accroissement démographique7.

  • 8 Cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 473.
  • 9 Didier Guyvarc’h, Les instructions des colons à leurs gérants aux Antilles de la fin du XVIIe à la (...)

3En 1772, conservation et repopulation des esclaves par des « moyens fondés sur l’humanité et leurs intérêts personnels » (des colons) sont traités par ceux qui semblent y avoir le moins de profit : les juges et consuls de Nantes, représentants du plus important port négrier français, en réponse, semble-t-il aux récriminations des Antillais8. Delatour en 1774 et Foache, le grand armateur nantais qui a monté une grosse sucrerie à Jean Rabel, sont les premiers colons dont les instructions qui nous sont parvenues portent trace de ces nouveaux sentiments « d’humanité et d’intérêt9 ». Par la suite, ce thème est traité par tous les récits de voyageurs, les instructions et les manuels par des habitants, chacun proposant sa méthode selon les causes qu’il voit à la dénatalité. Toutes les îles françaises sont touchées : le poète guadeloupéen Léonard et l’habitant sucrier Poyen de Sainte-Marie pour l’île émeraude, Fénelon et le conseiller Dessales pour la Martinique, mais c’est surtout de Saint-Domingue qu’il s’agit, car sa richesse attire le plus de voyageurs.

4D’après nos sources, le mouvement est donc parti de l’administration coloniale pour se diffuser largement dans tous les milieux des Antillais, d’origine ou de passage, qui écrivent. Mais quel est cet intérêt qui explique que l’humanité soit désormais invoquée par tous ?

Les causes d’une nouvelle sensibilité

  • 10 Raynal, op. cit., 1772, IV, p. 166-167 ; thème repris par le général de brigade Romanet, Voyage à (...)
  • 11 Curtin, The Atlantic…, op. cit., p. 170.

5La conjoncture explique en partie ce changement. En effet, la guerre de sept ans a paralysé le commerce négrier pendant quatre ans. Ainsi la Martinique n’a alors reçu aucun navire négrier nantais et les colons se sont sentis à la merci de la traite. Par ailleurs, les deux cyclones qui ont ravagé les îles anglaises vont détourner l’interlope des îles françaises alors que le développement des caféières sur les mornes augmente la demande d’esclaves, ce qui va se traduire par une forte augmentation des prix. De plus, selon Raynal, « L’Afrique, où les Européens vont recruter la population de leurs colonies, leur fournit graduellement moins d’hommes ; et en les donnant plus faibles, elle les vend plus cher. Cette mine d’esclaves s’épuisera de plus en plus avec le temps10. » Ce thème, repris par de nombreux contemporains, est paradoxal puisque les décennies 1761-1770 et 1781-1790 voient les plus importantes déportations de captifs africains vers les îles françaises de tout le XVIIIe siècle11.

  • 12 Justin Girod de Chantrans, Voyage d’un Suisse dans différentes colonies d’Amérique, 1785, rééd. Pa (...)
  • 13 Raynal, op. cit., 1772, IV, p. 162.
  • 14 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 344.
  • 15 Girod de Chantrans, op. cit., p. 13.
  • 16 Raynal, op. cit., 1772, IV, p. 167.

6Les planteurs qui veulent diminuer leur mortalité à l’arrivée les font travailler à part, les nourrissent « à la main », c’est-à-dire leur donnent leur nourriture préparée pendant six mois à deux ans12. Pourtant selon Raynal : « tous les ans la septième partie des nègres qu’on y porte de Guinée meurent13 ». En fait, dans les plaines de Saint-Domingue, l’hécatombe est encore plus effrayante : sur la sucrerie Grandhomme de 1764 à 1768, dix des vingt Bossales meurent, sur l’habitation Galbaud du Fort la moitié des nouveaux meurent en trois ans. Dans les mornes, sur la caféière Guiton de Maulévier, la mortalité semble plus faible : « seulement » 8 décès sur 25 nouveaux de 1767 à 1768, soit 32 %14. À Bisdary, 5 des 14 nouveaux de 1763 sont morts en 1768. C’est que « longtemps étranger dans le Nouveau Monde, ignorant jusqu’au langage usité et le genre de travail auquel on le destine, laissant toujours des regrets dans sa patrie, ayant encore à supporter les mauvais traitements des anciens esclaves auxquels on le livre pour la forme, mille chagrins l’assiègent à la fois et souvent le conduisent au tombeau15 ». D’ailleurs « la plupart de ceux qui parviennent à une vieillesse malheureuse, sont extrêmement bornés, accoutumés dès l’enfance à l’oisiveté, souvent peu propres aux occupations qu’on leur destine16… ».

  • 17 Girod de Chantrans, op. cit., p. 134 ; même idée dans Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 20.
  • 18 Debien, « Les colons des Antilles et leur main-d’œuvre à la fin du XVIIIe siècle », Notes d’Histoi (...)
  • 19 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129.
  • 20 Adrien Dessalles, Histoire générale des Antilles, Paris, 1847-1848, IIIe volume par Pierre-Régis D (...)

7D’où l’éloge du Noir créole : « Le nègre créole, en ouvrant les yeux pour la première fois, voit déjà ce qu’il verra toute sa vie. Nourri dans l’esclavage, son esprit s’y moule insensiblement, comme son corps par de petits essais se prépare de bonne heure aux plus rudes travaux17. » Il faut dresser jeunes les corps à obéir, les habituer à cette organisation méthodique du travail qui se met en place sur les plantations à partir de 1770, alors que les tâches spécialisées se multiplient18. Autant que d’économie, c’est de micro-politique qu’il s’agit. Selon Foache, qui sait ce qu’il veut : « non seulement les Noirs créoles sont bien meilleurs que ceux de Guinée mais qui mieux est, les enfants forment des familles qui lient les nègres, les attachent au sol et les rendent plus faciles à conduire19 ». De même, le conseiller martiniquais apprécie que les Créoles « apprennent de bonne heure à chérir leur joug20 ». La « repopulation » doit permettre au maître de modeler les esclaves selon ses besoins.

Les obstacles

8À lire tous ces avantages, on est surpris du peu d’enfants sur les plantations. Les difficultés peuvent être du ressort des colons ou des esclaves : selon l’analyse qui en est faite, les politiques suivies seront différentes.

  • 21 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 351.
  • 22 Girod de Chantrans, op. cit., p. 133.
  • 23 Félix Carteaux, Soirées bermudiennes, Bordeaux, Pellier-Lawalle, 1802, p. 261.
  • 24 D. B. (Dubuisson), Nouvelles considérations sur Saint-Domingue en réponse à celles de M. Hilliard (...)

9Il paraît évident a priori que les colons soient au moins favorables aux naissances sur leurs plantations, comme ils l’étaient au XVIIe siècle, mais il semble qu’à partir de 1730 « avec la mise en culture de quartiers nouveaux, l’établissement de nombreuses sucreries, le problème de la main-d’œuvre devient pressant… Les colons ne peuvent plus attendre la montée des enfants dans les grands ateliers… La présence des enfants passe plutôt pour un embarras21 ». Certains habitants trouvent trop élevé le prix auquel l’enfant revient. Ils « calculent la perte de temps de la mère pendant la grossesse et pendant qu’elle nourrit, laquelle estimée en argent surpasse déjà la valeur de l’enfant, ils calculent encore les risques de le perdre, sa nourriture et son entretien jusqu’à l’âge où il peut être utile et croient ensuite trouver du bénéfice à remplacer les nègres qui lui manquent par des nègres nouveaux, en âge de travailler22 ». En outre, les enfants qui naissent sont jugés « un fort grand objet de dépense. Pendant les dix premières années, ils ne rendent aucune espèce de service et de très faibles pendant les quatre ou cinq ans suivants, néanmoins on les nourrit, on les entretient23 ». Dubuisson, habitant de Saint-Domingue, évalue ainsi l’entretien du nourrisson jusqu’à la dixième année à quatre cents livres par an. Ces arguments sont quelque peu exagérés puisque les enfants dès 7-8 ans ramassent des herbes pour les bestiaux, mettent les graines d’indigo dans les trous, etc.24.

  • 25 Auteur et date inconnus, sans doute du dernier tiers du XVIIIe siècle, papiers du collectionneur B (...)
  • 26 Mettas, op. cit., Bateau Le Comte de Piré, no 1220, parti avec 47 ou 48 esclaves du Sénégal, arriv (...)
  • 27 Dieudonné Rinchon, « P. Ignace Lievin Van Alstein, capitaine négrier » (Gand 1733-Nantes 1793),(...)

10Il n’y a donc pas, a fortiori, la volonté d’acquérir des esclaves reproducteurs stigmatisée par Gilberto Freyre pour le Brésil. Cependant, une évolution se dessine. Le Mémoire sur l’agriculture de Saint-Domingue se plaint que les acheteurs ne regardent les « parties nobles des nègres » que lorsqu’ils soupçonnent des maladies « secrètes » et conseille au contraire de les examiner pour déceler leur tempérament25. La publicité de négriers nantais en 1786 vante de beaux nègres de nation Bambaras dont des nourrices avec leurs enfants26, alors que précédemment, selon le capitaine négrier Van Alstein, les enfants en bas âge étaient jetés par-dessus bord parce qu’ils causaient des soucis et rebutaient les acquéreurs27.

  • 28 Lecointe-marcillac, Le More-Lack, essai sur les moyens les plus doux et les plus équitables d’abol (...)
  • 29 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129.
  • 30 Hilliard d’Auberteuil, Considérations sur l’état présent de la colonie française de Saint-Domingue (...)
  • 31 AN, Col., B 119, fol. 29.

11Ces pertes dues aux maternités des esclaves ont-elles conduit certains maîtres à tenter de les éviter ? Selon Lecointe-Marcillac : « Des maîtres avides craignent de perdre les deux derniers mois des négresses, ensuite, ils parviennent ordinairement à les faire avorter de bonne heure28. » Mais il n’est pas un témoin oculaire ; Foäche, qui l’est, se contente de reprocher à certains habitants d’être « indifférents à ces horreurs révoltantes », l’avortement, et de ne pas sévir29. La responsabilité des maîtres serait plus générale. Ainsi l’avocat Hilliard d’Auberteuil compte en 1776 à 800 000, les esclaves introduits à Saint-Domingue : « Une pépinière aussi forte aurait dû produire des millions d’esclaves, cependant, il n’en existe dans la colonie que 290 000 ; ce ne sont point les maladies qui ont affaibli la population des Noirs, c’est la tyrannie des maîtres : elle a triomphé des efforts de la nature30. » En 1765, le ministre accusait31, « en général le défaut de soins lorsqu’ils sont malades », après avoir écarté la grande cause de mortalité des Blancs : le climat « ce qui n’est guère vraisemblable des peuples tirés de l’Afrique ».

  • 32 M. Dazille, Observations sur les maladies des nègres, leurs causes, leurs traitement et les moyens (...)
  • 33 Charles-André Julien, Les Français en Amérique (1713-1784), Cours de la Sorbonne, 1951, p. 54.
  • 34 Pitman, p. 638, cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 362.

12Le médecin Dazille est en 1776 du même avis ; il constate après sept ans de séjour à Saint-Domingue : « Partout une nourriture insuffisante, le défaut de vêtements et un travail au-dessus de leurs forces font périr le produit annuel de la génération des nègres et l’objet de l’importation32. » De fait, la nourriture des esclaves, composée essentiellement de manioc, bananes, patates, riz, n’apportait pas assez de vitamines et de calcium, ce qui peut provoquer une baisse de fécondité33. Par ailleurs, Pitman a calculé pour les Antilles anglaises, que les naissances diminuaient lorsque la production de sucre était poussée à plus de 2 000 livres pesant annuelles par groupe de trois esclaves34.

  • 35 AN, Col., F3 90, fol. 108.
  • 36 Léonard, « Lettres sur un voyage aux Antilles », Œuvres complètes, 1787, II, p. 199.

13Fénelon est à ce point convaincu que les grands coupables sont les colons, qu’il propose une loi qui les déchargerait des enfants esclaves. « Dans les bourgs avec une bonne police, on pourrait y tenir la main ; dans les habitations qui sont dispersées, dans les campagnes, la police est fort difficile. Un seul moyen : former dans les bourgs de chaque quartier un établissement comme celui des enfants trouvés où les habitants seraient obligés d’envoyer les négrillons et négrittes nouveau-nés sous les yeux du curé et du commis à la place avec un bon chirurgien dans chaque quartier35. » Cette entreprise ne vit jamais le jour. Pour inciter les colons à des mesures d’humanité, l’avocat Hilliard d’Auberteuil et le poète guadeloupéen Léonard36 proposent de diminuer l’imposition des colons dont les ateliers sont prolifiques. En effet, l’impôt, calculé d’après le nombre d’esclaves, est supposé décourager les colons de favoriser les natalités. Façon de reconnaître leur culpabilité ? Pourtant, ils ne paient cet impôt que pour les esclaves de quatorze ans et plus non infirmes et qui leur rapportent donc du bénéfice.

  • 37 Dubuisson, op. cit., II, p. 43.
  • 38 Dazille, op. cit., p. 167.
  • 39 Foäche cité par Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129.
  • 40 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, II, p. 184-188.
  • 41 Ségur, marquis de, « Observations », AN, Col., F3 90, fol. 182.

14Les colons voient la dépopulation différemment. Ainsi Dubuisson, habitant de Saint-Domingue, réplique à Hilliard d’Auberteuil : « Attribuons-en la cause, non point à la tyrannie des maîtres mais au libertinage des nègres et négresses, qui rend les uns incapables de procréer à cause des excès auxquels ils se livrent et les autres peu soucieuses d’être mères à cause des soins que ce titre exige d’elles pendant quelque temps et des privations que cet état impose, privations d’autant plus sensibles à des individus dont les nuits libertines sont souvent tous les dédommagements de leurs jours laborieux37. » L’excès de libertinage affligerait un grand nombre d’esclaves de maladies vénériennes38. Surtout, il expliquerait « le crime atroce, si fréquent, de faire des fausses couches forcées ou de détruire leurs enfants dans les premiers jours de leur naissance39 ». Labat, au début du siècle, pensait déjà que les esclaves avortaient facilement, notamment lorsqu’elles étaient enceintes des Blancs, car elles connaissaient des simples qui leur faisaient faire cette opération avec une facilité surprenante40. De plus : « Il arrive souvent qu’une négresse qui a un enfant de son amant le laisse périr pour prendre plus de soin de celui qu’elle a avec un deuxième41. » Ce thème n’est pas spécifique aux Antilles puisque le Mémoire sur la population du Chevalier de Cerfvol indique en 1768 qu’en France : « De nombreuses femmes mettent tout en œuvre pour abréger leur fécondité et en atténuer les résultats. »

  • 42 AN, Col., F3 136, fol. 456-521, cité par Pierre de Vaissière, La société et la vie créoles sous l’ (...)
  • 43 AN, Col., F 136, fol. 456-521. Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129 ; Dazille, Ob (...)
  • 44 Louis-Elie Moreau de Saint-Méry, AN, Col., F3 141bis, fol. 239, et Lois et constitutions des colon (...)

15Mais en cette fin de siècle, le tétanos est supposé faire périr un tiers des nouveau-nés esclaves et être « le principal obstacle qui s’oppose à la multiplication des Noirs en Amérique42 ». Or le plus grand nombre des colons est persuadé que le tétanos est donné « par l’ébranlement des centres nerveux obtenu au moyen de tiraillements pratiqués sur le nombril, par la rétention du miconirum dans l’intestin, par la compression de la fontanelle43… ». Les planteurs en donnent pour preuve l’efficacité des remèdes employés ainsi que l’absence de tétanos chez les enfants blancs et chez les maîtres qui punissent sévèrement les mères et les accoucheuses lorsque les enfants en meurent. Les mères donneraient le tétanos lorsqu’elles craignent que la couleur de l’enfant ne dépose contre leur fidélité, par haine contre le maître ou encore par tendresse cruelle pour l’enfant ; ces deux derniers motifs renvoyant à un certain refus de l’esclavage. Moreau de Saint-Méry ajoute : « Néanmoins, comme la nature garde ses droits sacrés même sur les bêtes les plus féroces et qu’en général, le sort des négresses nourrices est doux, il est plus vraisemblable que le maléfice provient des accoucheuses. Ces dernières se livrent à ces crimes pour se venger de leur maître ou de la famille de l’enfant. Quelquefois, ces malheureuses victimes sont sacrifiées à la superstition qui les a condamnées avant même leur naissance. » Des accoucheuses auraient d’ailleurs avoué leurs forfaits44.

« À chacun sa chacune » (Poyen de Sainte-Marie 1792)

Contre le libertinage

  • 45 Monnereau, op. cit., p. 115.
  • 46 Cité par Guyvarc’h, op. cit., p. 45.
  • 47 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129.
  • 48 Begouen-Demeaux, Stanislas Foäche (1737-1806), mémorial d’une famille du Havre, Paris, 1951, Socié (...)
  • 49 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 121.

16Puisque le libertinage réduit les naissances, certains planteurs vont s’y attaquer. Ainsi l’indigotier Monnereau préconise en 1765 des châtiments réitérés contre les esclaves qui « répudient tour à tour les négresses pour qui ils commencent à prendre du dégoût ». C’est un vice auquel il sont fort asservis mais dont l’exemple vient souvent de l’économe blanc45. Delatour conseille à son gérant, en 1774, de donner des primes aux « négresses qu’on connaît moins libertines et qui vivent depuis plusieurs années en bonne intelligence avec le même nègre de l’habitation46 ». C’est à la mère que s’adresse la prime et, quoique concerné au même point, rien n’est prévu pour l’homme. Il est vrai que, vu la supériorité numérique masculine, les femmes avaient plus de facilité à être libertines. En 1773, Foäche va plus loin dans ses recommandations qui tendent à transformer l’esclavage en servage. « Pour attaquer le mal dans son principe, il faut diminuer le libertinage autant qu’il est possible. Les meilleurs moyens que je connaisse sont d’exciter les unions, de rendre le sort des pères et mères plus heureux… de veiller à ce que les nègres aient des propriétés. Les soins qu’il faut avoir pour élever des cochons, des volailles, leur rendent leur compagne plus nécessaire, les soins réciproques augmentent leur attachement47. » C’est là vouloir suivre l’exemple des familles paysannes françaises et rappeler étrangement les projets des philanthropes du XIXe siècle, qui essaieront – par le livret d’épargne – de donner le désir de propriété aux « classes dangereuses » par trop mouvantes. Mais le maître, surtout au loin, voit ses esclaves lui opposer leurs propres désirs. « Autre désordre dont je viens d’avoir connaissance, les commandeurs se sont formés un sérail de négresses nouvelles : sur l’habitation, il n’y a que le tiers de femmes, juge de l’abus », écrit Foäche, le 1er décembre 177348. Un de ces commandeurs, Bernard, sera affranchi pour son comportement contre les « brigands » en 1793 et pour les soixante enfants qu’il aura sur la plantation49. Ces hommes esclaves ont mis à leur profit le pouvoir important qui leur était confié et miné la lutte contre le libertinage en reconstituant une certaine polygynie. Il y a parfois loin des politiques du maître aux réalités des plantations.

17La lutte contre le libertinage n’implique plus forcément le mariage, comme au XVIIe siècle, mais la question est l’objet de débat, dans les salons.

« Encouragez le mariage qui est l’âme de la population »

  • 50 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 45. Citation du sous-titre, p. 44.

18Certains colons favorisent toujours les mariages. « Si un nègre vit avec une négresse qui s’en dégoûte, il s’ensuit des disputes et des empoisonnements alors que mariés, ils sont fidèles50. » De même, le marquis de Ségur :

  • 51 AN, Col., F3 90, fol. 182.

« Aussi suis-je d’avis de les marier, on évite par là les courses de nuit qu’ils font pour aller voir leurs maîtresses sur des habitations souvent très éloignées. Après avoir couru toute la nuit pour satisfaire un besoin très naturel, dont il aurait dû trouver les moyens chez lui, un nègre retourne chez son maître au point du jour, se rend au travail d’obligation. S’il se sent incapable de le faire, il reste marron. Lorsqu’un habitant a de la politique et de l’ordre, ses terres se cultivent mieux, ayant moins de bras énervés, moins de marrons et une plus grande population51. »

  • 52 ANSOM, Mémoires et documents, Afrique 14 : mémoire sur la colonie de Saint-Domingue, fol. 76, cité (...)

19Le motif de population est prioritaire dans les motifs en faveur du mariage. À Saint-Domingue en 1765 : « Le peu d’habitations où les mariages sont légitimes, où les nègres n’ont jamais besoin d’acheter des nègres pour remplacement et même augmentent leurs cultures en augmentant leur population, mais aussi peuvent par l’augmentation de la population se défaire des nègres qui troublent, les transporter à l’Espagnol dans le continent52. »

20Pour favoriser les mariages, Ségur reprend en 1777 la vieille tactique des religieux : il ne sépare pas le baptême du mariage pour les nègres nouveaux et leur instruction est menée tambour battant.

  • 53 AN, Col., F3 90, fol. 182.

« Tous les nègres nouveaux que j’ai achetés ont été instruits par des interprètes de la conduite qu’ils devaient tenir, entre autres de l’obéissance et de la soumission à tous les travaux. Les femmes ont été logées dans un quartier séparé de celui des hommes. Instruits les uns les autres de leurs prières, ils ont été incessamment après baptisés et mariés à leur gré et volonté et logés de deux en deux dans des cases meublées… Les nègres de nation Ibo et Moko sont fort industrieux et vaillants et ont grand soin de gagner de quoi habiller leurs femmes et leurs enfants53. »

  • 54 Z. de Wimpffen, Voyage à Saint-Domingue pendant les années 1788-1789-1790, 1797, II, p. 21.
  • 55 Émilien Petit, Droit public ou gouvernement des colonies françaises, Paris, 1777, II, p. 114.
  • 56 Émilien Petit, Traité sur le gouvernement des esclaves, Paris, 1777, p. 71.
  • 57 Cassan, Considération sur les rapports qui doivent exister entre les colonies et les métropoles, P (...)
  • 58 Dessalles, op. cit., III, p. 294.

21Le commandeur doit faire attention qu’aucun nègre ne débauche la femme d’un autre. De Wimpffen, en 1788, s’appuiera également sur le logement : « Les seuls nègres mariés ou soi-disant tels auraient le privilège d’habiter une case particulière, sans leur permettre, comme on le fait, de changer beaucoup plus fréquemment de femmes que de chemises54. » Selon Petit, les jésuites « engageaient les esclaves nubiles à se marier par les facilités qu’ils leur donnaient pour monter et entretenir leurs petits ménages55 ». Aussi propose-t-il en 1777 : « Les femmes esclaves qui auraient engendré en légitime mariage et nourri cinq enfants de leur couleur existants en même temps dont le plus jeune aurait sept ans faits et l’aîné travaille au jardin56. » Les non-créoles auraient dû travailler trente ans sans désertion et les Créoles de quarante à cinquante ans. Ce serait « peut-être un moyen de faire cesser le tétanos ». Les Africaines pourraient être libérées à 47 ans et les autres à partir de 57 ans, si elles avaient eu leur premier enfant à 20 ans. Toutes ces conditions expriment le désir de faire marcher de pair mariage, refus du mélange des races, reproduction et assiduité au travail. On remarque qu’il n’est pas fait mention de récompense pour le père, ce qui me semble s’expliquer par la reconnaissance du travail physique que constituent la maternité et l’allaitement mais surtout par le fait que les femmes de cet âge coûtent moins cher que les hommes. En effet, elles sont souvent percluses de maladies et ne peuvent plus faire que de très faibles travaux alors que la moindre dégradation physique des hommes est de plus compensée par leur acquisition d’un savoir-faire ouvrier. Bref, cette « récompense » est vraiment la plus faible possible. De plus, il faut noter que favoriser le mariage, c’est souvent le protéger contre les colons et notamment contre leur libertinage57. Le Code Noir donne d’autre part toute liberté aux maîtres pour le refuser et la coutume du pays a toujours fait qu’ils ont empêché le mariage d’un de leurs esclaves avec celui d’une autre habitation. À tel point que le Martiniquais Dessalles veut même en abolir la possibilité58. Pourtant c’est un empêchement réel aux mariages, comme les religieux en ont fait part au ministre de la marine.

  • 59 Lettres du ministre de la marine à M. le Comte de Choiseul le 25 juillet 1708, AN, Col., B 31, fol (...)

« Il n’est pas permis à un nègre d’une habitation d’épouser la négresse d’une autre, ce qui est la cause de beaucoup de mauvais mariages que la nécessité a conclus. Il y a d’ailleurs des habitations où on ne peut faire aucun mariage, soit parce que les nègres appartiennent à des maîtres différents ou qu’ils sont parents au premier degré, soit faute de négresses. Vous examinerez avec M. Mithon et avec les meilleurs et les plus sensés, le moyen de remédier à cet obstacle qui est même contraire au bien de la colonie, qui la prive d’une augmentation d’esclaves et vous me ferez savoir les tempéraments dont vous serez convenus59. »

22Demande qui restera sans suite car elle se heurte au pouvoir discrétionnaire du propriétaire.

Contre le mariage

  • 60 Saint Ours, Journal de ma campagne de la frégate du roi Unicorn, manuscrit cité par Debien, Les es (...)
  • 61 Dessales, op. cit., 1786, I, p. 257.
  • 62 Girod de Chantrans, op. cit., p. 134.

23En fait, « beaucoup d’habitants des colonies ne sont pas partisans du mariage entre nègres et prétendent qu’ils vivent beaucoup mieux ensemble et en bonne intelligence sans sacrement que quand ils sont mariés60 ». Même en Martinique, où l’on connaît des habitations encore chrétiennes, « plusieurs habitants sont pour la négative sous le prétexte que cette méthode leur ôte la liberté de diviser leurs sujets et nuit en quelque sorte à leur droit de propriété61 ». Selon Girod de Chantrans : « Souvent une répugnance politique ajoute encore à celle de l’intérêt. L’on craint que l’esclave ne prétende, par l’état de mariage, s’assimiler aux Blancs, dont il doit respecter tous les usages sans oser jamais les imiter62. » Si cette argumentation n’a pas été développée par d’autres auteurs, elle peut cependant être partagée par certains colons.

24D’ailleurs l’esclave, de lui-même, n’est guère porté sur le mariage.

  • 63 Id., p. 134-135.

« Quel bienfait peut-il attendre du mariage ? Aucun. Il ne fait qu’ajouter une chaîne de plus à celle qui l’accable. L’usage lui permet d’en changer, son inconstance l’y engage : serait-il assez stupide pour se priver volontairement de la seule liberté qui lui reste ? Ce n’est pas tout : le mariage accroît encore son malaise par une famille plus ou moins nombreuse, presque entièrement à sa charge pendant son enfance et dont il ne tire aucun secours à l’âge où il en aurait besoin. D’un moment à l’autre, le maître vendra le père, la mère ou l’enfant, chacun séparément et partout où il voudra… Les titres de père, de mère et d’enfant se perdent bientôt dans cette triste considération63. »

Rareté des mariages

  • 64 AN, Col., C7 A33, 4 juin 1773, fol. 62.
  • 65 Bernard David, « La paroisse de Case-Pilote, 1740-1848, notes d’histoires sociales », Mémoires de (...)
  • 66 AD Martinique, registre paroissial.

25En fait, les mariages sont très rares, particulièrement à Saint-Domingue. Aucun esclave marié n’est signalé à Nippes de 1760 à 1770, ni sur les grandes plantations des plaines. Les inventaires guadeloupéens décrivent moins de 5 % d’esclaves de plus de quinze ans mariés, pourcentage d’ailleurs en baisse rapide. À Bisdary, 36 % des femmes de vingt à trente ans étaient mariées en 1763, il n’y en a plus aucune en 1783. En Martinique, les deux habitations de l’Anse-à-l’âne et du Fonds-Saint-Jacques ont de très forts pourcentages d’esclaves mariés. Sur cette dernière plantation, selon le subdélégué de l’intendant en 1773 : « Le concubinage n’existe plus et la fidélité conjugale y est honorée64. » Cependant sur l’ensemble de l’île, les mariages sont assez rares bien que plus nombreux que sur les autres îles. Ainsi à Case-Pilote, le pourcentage des naissances légitimes décroît de façon continue : 13,5 % de 1760 à 1769, 8,9 % en 1771-1772, 5 % à partir de 1783 jusqu’à 180065. D’ailleurs les mariages n’ont lieu que sur les habitations les plus importantes bien qu’ils ne soient pas directement proportionnés à l’importance de l’habitation. Au Trou-au-chat, actuellement Ducos, en cinq ans, cinq mariages ont lieu alors que 239 enfants sont baptisés66.

  • 67 Nicole Vanony-Frisch, Les esclaves de la Guadeloupe à la fin de l’Ancien Régime d’après les source (...)

26Les Africains montrent légèrement plus d’empressement que les autres esclaves à se marier. Ainsi en Guadeloupe de 1770 à 1789, d’après Vanony-Frisch67, sont mariés sur 3 163 hommes adultes et 3 228 femmes adultes : 5 % des Africains et 4 % des hommes créoles, noirs et sang-mêlés, ainsi que 4 % des Africaines et des Créoles noires contre 3 % des sang-mêlées. La moitié des mariages se font avec des personnes de la même catégorie (Africain, Créole noir ou sang-mêlé). Les Africains se marient plus souvent que leurs compatriotes femmes avec des Créoles noires. De plus, les mariages marquent une place certaine dans la hiérarchie de la plantation : 40 % des hommes qui se marient sont qualifiés. Un homme marié est deux fois plus souvent qualifié et quatre fois plus souvent cadre de jardin qu’un célibataire. Les mariages sont d’ailleurs tardifs et permettent, comme à Ducos ou à Bisdary, la légitimation de nombreux enfants. Ainsi en Guadeloupe, sur 123 couples légitimes 70 % des hommes et 57 % des femmes ont plus de 40 ans.

27La description par Léonard en 1787 d’un mariage sur l’habitation Desmarets en Guadeloupe montre que le mariage, interprété comme un signe de christianisation, est également l’occasion de l’affirmation des particularités des nations africaines.

  • 68 Léonard, op. cit., p. 200.

« Différentes nations de Noirs y parurent distinguées par leurs drapeaux. L’épousée, tenant les bouts de son tablier de ses deux mains, était au milieu du cercle, et chaque femme se présentait devant elle pour danser. Les nations avaient leurs danses particulières ; la sienne se bornait à un petit mouvement de pied mesuré. Mais il lui fallait tenir tête pendant toute la journée aux danseuses qui venaient la provoquer : en se retirant, elles jetaient dans son tablier une pièce d’argent. Quelques-unes mesuraient une espèce d’épitalame, interrompu par les refrains du chœur ; d’autres, se courbant et dansant autour de la mariée, remuaient des hanches avec une agilité surprenante, et il y en avait qui, frappant deux calebasses l’une contre l’autre, tournaient avec tant de rapidité sur elles-mêmes, qu’au bout de quelques minutes elles étaient trempées de sueur. Des nègres à figure grotesque battaient sur des tambours et faisaient des éclats de rire à la vue des attitudes comiques des danseurs bouffons. Certains ballets représentaient toutes les périodes de l’amour, mais ces tableaux effrontés n’offraient qu’une volupté sans pudeur. La jeune épouse, vêtue de blanc, la tête penchée, les yeux baissés contre terre, agitait ses pieds et souriait à peine aux agaceries de ses compagnes68. »

28Si le nombre de mariages chute, les concubinages se développent-ils ?

Les concubinages

29En fait, si Foäche et Delatour ont manifesté le désir que les unions régulières sinon légitimes se développent, la présentation des esclaves : hommes, femmes puis enfants n’a pas changé et nous ne connaissons pas le type de liaisons des esclaves. À Saint-Domingue, la caféière Dartis est la seule des plantations étudiées à présenter les esclaves par couples avec leurs enfants.

  • 69 Monnereau, op. cit., p. 115 ; Romanet, op. cit., p. 129 ; Carteaux, op. cit., p. 261.
  • 70 AD Guadeloupe, MN Mathieu, no 40.

30En Guadeloupe, à l’exception de Bisdary, seuls onze couples non-mariés apparaissent, le plus souvent dans le sillage de couples mariés. Les esclaves changeaient-ils plus souvent de partenaires que de chemises comme le disaient les colons69 ? À Bisdary pourtant les couples concubins présentent une aussi grande stabilité que les couples mariés, que nous en prenions connaissance en 1763 ou en 1783. En Martinique, certains nouveau-nés légitimaient des enfants de dix-sept ans. On peut penser que cette présentation rend plus secrète les séparations de couples, une des raisons toujours invoquées pour le refus du mariage par les maîtres. Ainsi l’inventaire de François Angot et de Marie-Jeanne Ganot70 indique deux couples : Marcel, créole de trente-huit ans et Julie de quarante ans, Paulin de vingt-cinq ans avec Adélaïde de vingt-deux ans et leur fille de cinq ans. Le premier homme et la deuxième femme échoient à Elizabeth Angot-Larue, le deuxième homme et la première femme à François Angot.

  • 71 David, « La paroisse de Case-Pilote », op. cit., p. 64.

31Les pères des nouveau-nés esclaves sont indiqués par les registres paroissiaux de Case-Pilote de 1760 à 176271, ce qui permet de voir que, si l’on met provisoirement à part les 22 % de pères libres, les pères esclaves sont légèrement plus nombreux à l’extérieur de la plantation : cinquante-six, qu’à l’intérieur : quarante-neuf, dont vingt mariés. Ces relations extra-plantations, qui nous sont complètement inconnues, sont donc majoritaires. Cependant les enfants qui vivent quotidiennement avec leur père esclave sont en nombre assez importants.

32Si les couples concubins peuvent être relativement nombreux sur les plantations, cette pratique ne semble guère encouragée par les maîtres.

Un nombre égal d’hommes et de femmes ?

  • 72 Raynal, op. cit., 1780, VII, p. 183.
  • 73 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 27.

33Il semble évident que la forte disproportion des sexes sur les habitations nuit à la formation de couples et que le faible nombre de femmes empêche la reproduction des esclaves. En Martinique, l’équilibre des sexes est atteint, mais le nombre d’hommes pour cent femmes est à Saint-Domingue de 148 en 1754 et en Guadeloupe de 112 en 1752. Cependant, l’égalité numérique des sexes est rarement citée sinon par Monnereau en 1765 et Raynal en 1770 qui conseille d’exiger des navigateurs qui fréquentent les côtes d’Afrique qu’ils forment leur cargaison d’un nombre égal d’hommes et de femmes ou même de quelques femmes de plus durant quelques années pour faire cesser plus tôt la disproportion qui se trouve entre les deux sexes. Cette dernière précaution, « en mettant les plaisirs de l’amour à portée de tous les Noirs, les consolerait et les multiplierait72 ». Le « vieux planteur guadeloupéen » Poyen de Sainte-Marie conseille aux « jeunes » en 1792 : « Il faut acheter autant d’esclaves d’un sexe que de l’autre pour les unir par couples, mais comme les hommes sont plus inconstants que les femmes, il faut atténuer ce vice en les achetant les premiers et en leur laissant choisir leur compagne73. »

  • 74 Siguret, op. cit., p. 214-217, 220-221 ; Debien, « Comptes », op. cit., p. 18.
  • 75 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 132 ; Teychenie, op. cit., p. 260. D’ailleurs Du (...)

34À Saint-Domingue, certains planteurs essaient d’acheter plus de femmes74. Le motif invoqué sur l’habitation Bretton-Deschapelles est l’encouragement à terme de la population mais le gérant d’une caféière aux Matheux explique que les pertes d’Africaines sont moins grandes. Cependant d’autres planteurs, qui affirment pourtant vouloir développer les naissances, ont beaucoup plus d’hommes que de femmes. Ainsi sur la sucrerie de Foäche où il y a 282 hommes et 201 femmes ou sur l’indigoterie Belin-Desmarais dont le gérant n’achète que des hommes vu le travail qu’il y a à faire75. Néanmoins, le nombre d’hommes sur cent femmes baisse sur l’ensemble de Saint-Domingue.

  • 76 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 26.

35En Guadeloupe, le nombre d’hommes pour cent femmes est encore de 115,6 en 1772 puis diminue à 109 pour les adultes et 115,6 pour les enfants en 1790. Certains planteurs achètent en effet les Africains entre douze et seize ans pour les former plus facilement76. Les listes étudiées manifestent un certain équilibre numérique entre les hommes et les femmes malgré des différences selon les plantations.

36La possibilité pour les esclaves de trouver « chacun sa chacune » est présente en Martinique depuis 1764, très proche en Guadeloupe et en augmentation à Saint-Domingue où la disproportion entre les sexes reste cependant très élevée.

  • 77 Girod de Chantrans, op. cit., p. 136.

37Mais l’ancienne tactique des colons : favoriser les mariages n’a plus cours. D’ailleurs pourquoi contraindre deux personnes alors que tout dépend en fin de compte d’une seule ? Aussi beaucoup de colons vont-ils arriver à la conclusion de Girod-Chantrans : « Point de mariage, je le répète : ce serait mettre le comble à leur infortune. Ils continueront donc de vivre ensemble comme ils l’ont toujours fait jusqu’à présent, et le plaisir sera toujours un mobile suffisant pour trouver des pères. Mais la mère qui a les charges, a aussi dans ses mains le pouvoir de détruire l’œuvre : il faut donc l’arrêter77. »

Les femmes, cibles des politiques natalistes

« Des soins paternels » (Comte d’Agoult, 1790)

38Les exhortations à soigner les enfants nouveau-nés et leurs mères, qu’elles viennent de Fénelon, de Raynal, des juges et consuls de Nantes ont été entendues. Les soins aux négresses enceintes avant, pendant et après l’accouchement, sont désormais cités par tous les auteurs de récits de voyage et de manuels pour habitants.

  • 78 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 130 ; cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., (...)
  • 79 Durand-Molard, Code de la Martinique, 1807-1814, rééd. Fort-de-France, 1872, III, p. 696.
  • 80 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 44.

39Certains paraissent évidents. Ainsi le fait de n’occuper les femmes enceintes qu’aux travaux les moins pénibles les derniers temps de la grossesse78 : le planteur caféier Laborie empêche les femmes enceintes de porter des fardeaux trop lourds, ce qui renseigne sur les pratiques antérieures des maîtres ! L’article paraît d’importance puisqu’il est repris par les ordonnances du 3 décembre 1784 et du 23 décembre 1785 pour Saint-Domingue, étendues en 1786 aux îles du Vent, qui réglementent particulièrement les biens des absents. Alors que l’horaire de travail préconisé pour tous est du lever du soleil à 12 heures puis la reprise à 14 heures jusqu’à la tombée du jour, l’article 5 précise : « Les négresses enceintes ou nourrices ne travailleront que modérément, après le lever du soleil jusqu’à 11 heures ; elles reprendront à 3 heures et cesseront une demi-heure avant le coucher du soleil. Sous aucun prétexte, elles ne seront assujetties à des veillées79. » Elles travaillent deux heures et demie de moins que les autres esclaves. Poyen de Sainte-Marie conseille de les arrêter quand elles sont enceintes de 7 mois80 tout en continuant à les nourrir.

  • 81 Dazille, Observations sur le tétanos, op. cit., p. 316.
  • 82 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129-130.
  • 83 Moreau de Saint-Méry, Descriptions…, op. cit., I, p. 42.
  • 84 Id., III, p. 1272.

40Les hôpitaux se multiplient sur les plantations et les malades, notamment vénériens, sont désormais mieux soignés. Or, selon Dazille, de nombreux enfants naissent couverts de pustules vénériennes, qui les empêchent de téter, symptôme confondu avec le tétanos. Aussi, il trace la construction et la distribution d’une salle spéciale pour les accouchements81. Autant que d’hygiène, il s’agit de lutter contre le « mal donné ». « Il faut que les négresses accouchent toutes dans un logement destiné uniquement pour cela, qu’il n’y entre absolument que l’accoucheuse qui répond comme la mère de l’événement. Dès que les négresses enceintes approchent de leur terme, il faut les mettre entre les mains de la sage-femme82. » Cette profession apparaît à côté de celle d’hospitalière sur les plus grosses plantations, ainsi celles de Séguineau, Pasquet de Lugé ou à Bisdary. Moreau de Saint-Méry insiste sur la nécessité de leur formation83, recoupant des intérêts métropolitains et de fait, la technique semble s’améliorer. « Le mal de mâchoire autrefois très commun à Cavaillon, n’y paraît plus. On attribue ce changement à l’usage de ne couper l’ombilic aux enfants qu’après avoir exprimé tout le sang au bout du cordon et de garantir ensuite la section du contact immédiat de l’air. D’autres habitants se sont contentés d’avoir de bonnes négresses accoucheuses et de leur donner une récompense pour chaque enfant qui n’a pas le mal de mâchoire et ce calcul a eu le même succès84. » Le nom médical du mal de mâchoire est le tétanos ombilical, ces précautions ne sont donc pas inutiles.

  • 85 Reible, op. cit., p. 49-50.
  • 86 Poyen de Sainte-marie, op. cit., p. 44.

41Sur l’habitation Montrouis85, une femme nourrice et de deux à quatre femmes enceintes sont exemptées de travail du 1er février 1790 au 31 janvier 1791, devançant ainsi les conseils de Poyen de Sainte-Marie. « Après leurs couches, ne les envoyez au jardin que lorsque les enfants auront deux mois ; ce temps sera mis à profit par la mère et sera avantageux à l’enfant, auquel l’intempérie du temps occasionne bien des maux quand on l’expose trop tôt aux injures de l’air86. » Par la suite, deux nourrices travaillent ensemble de sorte qu’elles se relaient pour allaiter les enfants. Ces diminutions de travail ont pour but d’empêcher le lait des nourrices de se tarir.

  • 87 Papiers Galbaud du Fort, 2 février 1776, 13 septembre 1785 et Maulevrier, 1er novembre 1787, cités (...)

42Les soins aux enfants se multiplient également. Sur les caféières, aux Matheux et aux Abricots, ils sont nourris de soupes chaudes sous le regard de l’économe ou du gérant. Les enfants malingres sont envoyés en meilleur air sur une petite place des Mornes ou au bord de mer avec une vieille esclave87.

  • 88 Kenneth F. Kiple, Virginia Kiple, « Slave child mortality: some nutritional answers to a perennial (...)

43Ce sont là des soins qui nous paraissent à la fois essentiels et évidents. Qu’ils apparaissent en cette extrême fin du XVIIIe siècle ne plaide guère en faveur de l’humanité des colons. Ils voulaient vraiment réduire au minimum les frais liés à ces bouches « inutiles ». Or, les déficits alimentaires88 expliquent sans doute bien des avortements spontanés, des tétanos néo-nataux et une forte mortalité infantile. Cependant, les planteurs veulent aussi inverser la tendance démographique en empêchant les esclaves de tuer, de leurs mains, leurs propres enfants.

« Faire désirer d’être mère »

44« Le moyen le plus propre (à encourager la population de son atelier), c’est de faire en sorte que plus une esclave aura d’enfants, plus elle ait d’aisance. » Les planteurs vont donc utiliser dans ce but des tactiques bien connues mais qu’ils vont régler précisément.

Les gratifications

  • 89 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 130.
  • 90 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 4.
  • 91 Guyvarc’h, op. cit., p. 45.
  • 92 Teychenie, op. cit., p. 258.
  • 93 Roger Massio, « Un dossier de plantation de Saint-Domingue (1745-1829 », Revue d’Histoire de l’Amé (...)

45Les maîtres se servent déjà de présents en nourriture, en habillement et plus rarement en argent pour exciter les ouvriers à l’ouvrage ou pour des travaux exceptionnels. Cette méthode sera étendue aux esclaves qui accouchent. Ainsi Foäche commande à son gérant en 1774 : « Lorsque l’enfant est hors de danger, il faut récompenser les deux négresses, donner à l’accoucheuse 15 livres et à la négresse deux rechanges complets en toile et de la toile pour son enfant89. » De même, selon Poyen de Sainte-Marie : « Le planteur doit augmenter son ordinaire à chaque enfant dont elle accouchera ; bien entendu que les vivres qui lui seront alloués pour ses enfants ne seront pas compris dans cette largesse, qui cesserait d’en être une90. » Mais une prime donnée en deux temps devient le moyen de récompense le plus utilisé. Delatour en 1774 est le premier planteur connu pour l’avoir conseillé : « J’approuve et j’engage de distribuer à chaque négresse qui accouche 15 livres le jour que l’enfant est baptisé et 15 livres lorsqu’il sera sevré91. » Cette « somme (est) modique comparée aux 400 livres reçues en 1773 par le chirurgien pour l’inoculation des nègres qui n’avaient pas eu la verette92 » (ou variole), aux 660 livres gagnées par un indigotier pour avoir aidé à fabriquer l’indigo, mais elle est importante par rapport aux 8 livres données à l’esclave qui prend un nègre marron, c’est-à-dire fugitif, c’est une récompense importante pour un esclave mais pas extraordinaire. De même, sur la caféière Séguineau, les étrennes sont données aux femmes enceintes mais aussi aux commandeurs93. Ces gratifications sont également accordées sur les plantations de Chaurand en 1788 et du Comte d’Agoult en 1790. Elles sont à mettre en rapport avec la cote de ces enfants : 200-300 livres dès six mois.

46D’autres incitations à la maternité sont d’ordre honorifique : ainsi le poète guadeloupéen Léonard propose que les femmes esclaves qui ont de nombreux enfants soient non seulement récompensées mais distinguées. Girod Chantrans imagine certaines mesures symboliques, dont l’équivalent de notre fête des mères.

  • 94 Girod de Chantrans, op. cit., p. 137.

« Il faudrait que le baptême fût célébré honnêtement : car les esclaves sont plus sensibles qu’on ne l’imagine à un certain appareil qui semble les distinguer et les marquer comme quelque chose d’intéressant. On instituerait enfin dans chaque habitation, une ou plusieurs fêtes annuelles pour les femmes fécondes, qui se célébreraient avec pompe ; fêtes dont les femmes stériles seraient exclues, ou dont elles ne seraient témoins qu’au rang des spectateurs. On y verrait les mères avec leurs enfants, rassemblés à une même table, parés des présents du maître, étaler aux yeux du reste de l’atelier, les récompenses de la sagesse. Elles feraient aux nègres anciens et bons sujets, les honneurs du festin, qui se terminerait par des danses. Ces accessoires, unis aux soins essentiels, seraient très propres à exciter une émulation de fécondité parmi les négresses, à adoucir l’esclavage et à faire naître insensiblement l’amour du maître et du pays, dans les jeunes cœurs de ses esclaves94. »

47Ces suggestions n’ont pas été retenues mais elles montrent bien les objectifs des politiques natalistes et l’imagination qu’elles suscitèrent dans l’opinion éclairée.

« Rien n’égale la liberté sur le cœur de l’homme95 »

  • 95 Raynal, op. cit., 1780, VI, p. 181.
  • 96 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 130.
  • 97 Hervé de Halgouet, « Inventaire d’une habitation à Saint-Domingue », Revue d’Histoire des colonies (...)

48Les colons savent bien que c’est le désir le plus cher de leurs esclaves et ils la font miroiter auprès des bons sujets et maintenant aux mères de nombreux enfants. L’armateur et habitant sucrier Foäche veut que toute femme « qui a quatre enfants ait un jour par semaine pour travailler à sa place (c’est-à-dire son jardin particulier), qu’elle soit privée de cet avantage lorsque le nombre n’est pas complet ; que celle qui a quatre enfants travaillant, le plus jeune de l’âge de quinze ans, soit exemptée de travail pour toujours et qu’on lui donne le double de terrain ordinaire mais qu’elle ne puisse sortir de l’habitation et qu’elle soit assujettie à l’ordre comme les autres, qu’elle perde sa liberté si elle entre dans quelques complots ou qu’elle n’ait pas averti de ceux dont il serait prouvé qu’elle aurait eu connaissance96 ». La femme serait libre lorsqu’elle aurait donné le quadruple d’enfants pour la remplacer. Elle aurait alors 43 ans, si elle a son premier enfant à 20 ans et qu’il y ait un intervalle de deux ans entre chaque enfant comme il est habituel avec l’allaitement, les esclaves étant mis au travail à 13 ans. À cet âge, les capacités physiques des esclaves et leur valeur diminuent très nettement, de plus, il est très rare qu’elles aient encore des enfants et donc cette liberté ne crée pas de nouveaux affranchis. La liberté qui leur est proposée est de « savane », c’est-à-dire non officielle, cette dernière étant taxée. Surtout cette liberté de savane dépend du comportement de l’esclave dont Foäche espère ainsi acquérir le soutien. Pasquet de Lugé accorde cette même liberté aux mères de six enfants dont le cadet a 8 ans et l’aîné travaille97.

  • 98 Durand-Molard, op. cit., 1872, III, p. 698-711.
  • 99 Mémoire sur l’esclavage contenant une réponse à divers écrits qui ont été publiés en leur faveur, (...)
  • 100 Cassan, op. cit., p. 126.
  • 101 AD Guadeloupe, MN Jaille.

49L’idée de la libération de savane est reprise par le gouvernement dans les ordonnances de 1784 et 178598. « Article 6 : Toute femme esclave, mère de six enfants, sera exempte, la première année d’un jour de travail au jardin par semaine, de deux jours la deuxième année, de trois jours la troisième et ainsi de suite jusqu’à ce qu’elle soit dispensée de tout travail au jardin. Elle ne perdra cette exemption que si elle laisse mourir, faute de soins, un de ses enfants avant dix ans. » Ces dispositions sont moins favorables que celles, tout à fait exceptionnelles, de Foäche. Elles permettent à une femme d’être libre à 38 ans, dans les mêmes conditions que précédemment. Leur but est clair : pousser les femmes à avoir des enfants et à les soigner. Cette liberté ne s’applique qu’aux femmes, comme si tout rôle était dénié au père, supposé de passage. Un colon en 1790 donne une autre version de ces libertés de savane où le père peut jouer un plus grand rôle en cas de défaillance de la mère. « Les colons accordent par humanité la liberté de savane aux négresses qui se trouvent mères de cinq enfants parvenus à l’âge de douze ans et elle leur est assurée quoique les enfants meurent après être tous parvenus à cet âge. Il accordent deux à trois jours de liberté par semaine à celles qui trois ou quatre enfants. Les nègres jouissent de la même faveur lorsque les mères sont décédées et que les enfants sont en bas âge99. » C’est donc la personne qui s’occupe des enfants en bas âge qui est récompensée, or c’est la mère dans la mesure où les enfants appartiennent au maître de la mère. Cassan est le seul à proposer la liberté conjuguée du père et de la mère de 7 enfants et ce, en 1790100. C’est à ce type que correspond la seule liberté officielle pour ces motifs dont nous ayons trace. Le 18 mai 1789, l’inventaire de la succession Pinson à Sainte-Marie, Capesterre en Guadeloupe, où il n’y a que 7 adultes, reconnaît la liberté d’un homme de 58 ans et de sa femme légitime, une mulâtresse de 46 ans, dont les 7 enfants restent esclaves101.

  • 102 David, « La paroisse de Case-Pilote », op. cit., p. 92-111 ; Debien, « Destinées », op. cit., p. 4 (...)

50Combien de femmes peuvent-elles profiter de cette possibilité ? Beaucoup de femmes esclaves n’avaient pas d’enfants vivants et les autres très peu. À Nippes, de 1721 à 1770, 47 % des femmes de plus de 15 ans n’ont pas d’enfant survivant. Ont plus de cinq enfants survivants : à Nippes 2 % des mères, en Guadeloupe 5,5 %, à Case-Pilote (Martinique), neuf mères. Ce pourcentage est plus élevé sur l’habitation de Rochechouart où c’est le cas de 11 des 56 familles conjugales102.

51Cette liberté de savane toucherait donc un nombre infime de femmes, même si elle était élargie. En effet, les mères de cinq enfants ne sont guère plus nombreuses : 11 à Nippes sur 493 mères et 1 148 femmes de plus de 15 ans, 21 en Guadeloupe sur 307 mères.

52Les libertés de savane avaient donc un public potentiel très limité : leur but était évidemment incitatif. Nos sources ne laissent guère apparaître de changements mais elles datent de la période entre 1784 ou 1786 et les événements révolutionnaires, qui a été trop courte pour que l’effet des ordonnances se fasse sentir sur le nombre de familles nombreuses. Mais qu’arrivait-il aux femmes dont les enfants mouraient ?

Crimes et châtiments

53Les maîtres étaient persuadés que les enfants mouraient par l’effet des maléfices de leurs mères et punissaient celles-ci en conséquence. Ainsi Foäche en 1774 :

  • 103 Debien, « Plantations », op. cit., p. 129.

« Lorsque l’enfant périt, que la punition de l’accoucheuse soit le fouet et celle de la mère, le fouet et le collier de fer qu’on doit lui laisser jusqu’à ce qu’elle redevienne grosse ; que toutes les négresses qui se croient grosses soient obligées, sous peine de punition, de le déclarer à l’accoucheuse, qui en fait rapport au chirurgien, lequel doit en tenir un registre. La négresse déclarée grosse et reconnue pour telle qui fait une fausse couche sans le déclarer doit être punie du fouet et du collier de fer jusqu’à ce qu’elle redevienne grosse. De même, toute négresse qui fait une fausse couche lorsqu’elle ne provient pas de quelque cause connue103. »

  • 104 Girod de Chantrans, op. cit., p. 129 et 136.
  • 105 Moreau de Saint-Mery, Description…, op. cit., III, p. 1272.
  • 106 22 janvier 1788, Sieur Tourtain au comte de la Luzerne, AN, Col., F3 90, fol. 237.

54Girod-Chantrans a vu en 1785 de ces chaînes et de ces « colliers de fer hérissés de longues branches que l’on attache à des négresses soupçonnées de s’être faites avorter, et qu’elles ne quittent ni le jour ni la nuit, jusqu’à ce qu’elles aient donné un enfant à leur maître104 ». Dans le sud de Saint-Domingue, on a imaginé « de faire porter au cou une petite figure humaine de bois d’environ un pied de long. Le premier exemple de ce genre et le seul qui m’ait frappé les yeux est celui d’une jeune négresse d’environ 18 ans qu’on accusait d’avoir violé dans son sein l’amour maternel le plus impérieux de tous. Elle paraissait vivement affligée de ce châtiment… J’ai eu le bonheur d’apprendre depuis que le titre, qu’on lui reprochait d’avoir redouté, est son partage et qu’elle en remplit les devoirs avec une sorte de triomphe105 ». Un mémoire de 1788 affirme que fouet et carcan de fer sont les méthodes des maîtres les moins sévères. « Les châtiments les plus effrayants ont été employés en conséquence contre les mères dont les enfants sont morts du mal de mâchoire. Un grand nombre de ces malheureuses a péri dans les flammes, d’autres ont expiré dans des supplices plus lents106. »

55On comprend que selon ce même mémoire :

« La crainte d’éprouver ce traitement cruel engage la plupart des négresses à mettre tout en œuvre pour s’empêcher de devenir mères… Il en périt fréquemment par l’effet des moyens violents qu’elles emploient pour se faire avorter. Chez les autres, ces avortements provoqués détruisent pour toujours les principes de la santé et particulièrement la faculté de reproduire. Les hommes, révoltés des mauvais traitements qu’éprouvent sans cesse leurs malheureuses compagnes, s’abandonnent à tout ce que le désespoir et le désir de se venger peut inspirer à des âmes déjà dépravées par l’esclavage : de là les suicides, les crimes fréquents commis à l’aide du poison qu’ils employent indifféremment contre les maîtres, contre les esclaves et contre les bestiaux. »

  • 107 Debien, « Les colons », op. cit., p. 12.

56Même si les maîtres, qui en sont venus aux moyens les plus violents, doivent être très rares, il n’en reste pas moins que les femmes portaient colliers de fer ou poupon en bois, ainsi sur les sucreries Grandhomme et Croisoeuil107, recevaient des coups de fouet alors que l’hygiène et le manque de nourriture produisaient certaines de ces fausses couches et de ces tétanos.

57Soins, diminution de travail à l’approche de l’accouchement, gratifications en nature et en argent, coups de fouet, chaînes et colliers de fer, les femmes sont vraiment devenues l’objet des attentions très particulières de leurs maîtres.

Ces politiques améliorent-elles la position des femmes ?

  • 108 Fritz Gracchus, Les lieux de la mère dans les sociétés afro-américaines, Paris, Éditions Caribéenn (...)
  • 109 Comme le veulent « l’intérêt et l’humanité », sur leurs réalisations, voir Debien, Les esclaves…, (...)

58Fritz Gracchus108, qui s’appuie sur une lecture hâtive sinon tendancieuse de Debien, est très affirmatif : « La maternité et tous les métiers d’assistance, d’entretien devenaient ainsi une des armes du pouvoir dans sa reproduction » (p. 219). « De nombreuses femmes esclaves ont eu un statut privilégié sur la plantation » (p. 224). « Elles ont été un lieu d’investissement du pouvoir. Non qu’elles aient été détentrices du pouvoir mais il a transité par elles » (p. 227). De fait les femmes, et non leurs compagnons, prennent désormais une place singulière dans les discours des voyageurs, des administrateurs et surtout dans les instructions des colons à leurs gérants. Mais il faut replacer ces changements dans ceux qui affectent le point de vue des maîtres alors que la traite paraît menacée à long terme. Des soins particuliers sont donnés aux femmes enceintes et accouchées mais c’est l’ensemble de leurs esclaves que les maîtres pensent (du moins au niveau du discours) désormais à conserver, donc à mieux nourrir et médicamenter109. Les gratifications auxquelles elles ont désormais droit, les ouvriers qualifiés les percevaient depuis longtemps. Certes, un métier féminin, celui d’accoucheuse, prend une ampleur nouvelle et permet de se former un petit pécule, mais il n’emploie pas beaucoup de femmes : une seule sur les grosses plantations. Les risques que les femmes encourent sont eux spécifiques en ceci qu’elles ne les maîtrisent pas. Que peut faire une femme contre le tétanos de son enfant ou les difficultés liées à la grossesse que connaissent encore aujourd’hui les Françaises, hypermédicalisées et sur-nourries ? Les femmes accèdent donc à certains privilèges des esclaves qualifiés alors qu’elles étaient jusque-là dans leur très grande majorité de simples « négresses de houe », mais dans des conditions bien plus hasardeuses que leurs compagnons.

  • 110 Elizabeth Badinter, L’amour en plus, Paris, Flammarion, 1980, p. 141-235 ; Catherine Fouquet, Yvon (...)

59La nouveauté, c’est que ces améliorations touchent l’ensemble des femmes dans la mesure où elles sont mères. Alors que les hommes acquièrent un certain statut par leur travail, les femmes peuvent l’atteindre par les maternités. La maternité comme statut social des femmes se développera en Europe même au XIXe siècle, avec la légitimation de Rousseau cité par Moreau de Saint-Méry. Le grand courant qui « crée l’amour maternel110 » touche les planteurs, qui y ont un nouvel intérêt.

60D’autre part, alors que le XVIIe siècle favorisait les mariages pour accroître la population, les planteurs partisans des idées nouvelles ne cherchent même plus sérieusement à exciter les unions : c’est un objectif cité, mais sans ce luxe de détail pour tout ce qui concerne les moyens à utiliser pour favoriser le désir de maternité chez les femmes esclaves. Le père esclave est exclu de la plupart des discours, mais la mère esclave a-t-elle réellement plus de poids ?

Des mères ou des pondeuses ?

  • 111 AN, Col., F3 90, fol. 108-109.
  • 112 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 46.

61Gratifiées ou fouettées, le rôle de la mère dépend aussi de son rapport à l’enfant. En 1764, selon le gouverneur de la Martinique : « Nulle attention de la part de la plus grande partie des habitants à l’élévation animale des enfants de leurs esclaves. Les mères les portent sur leurs épaules aux champs et les laissent toute la journée à l’abandon, à l’ardeur d’un soleil brûlant111. » Les femmes sont alors en train de travailler et elles ne peuvent guère s’occuper de la nourriture et des soins à donner aux enfants. Au lieu de leur donner plus de temps pour s’en occuper, les habitants conseillent d’alléger les esclaves de cet entretien et de généraliser la pratique de la garde des enfants par une vieille esclave à laquelle « les mères les remettent dès qu’ils sont sevrés. Ces enfants sont livrés le matin à leurs gardiennes… Le soir, (ils) sont reconduits chez leurs mères, où j’ai soin qu’ils soient couchés sur de bonnes paillasses et non sur la terre, ce qui arrivait autrefois à ceux dont les mères étaient paresseuses ou abandonnées par les pères de leurs enfants112 ».

  • 113 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 130.
  • 114 Dessalles, op. cit., p. 320.

62Le peu de vie familiale qui en résulte pour les esclaves est parfois voulu. Foäche a son idée là-dessus : « Si au sortir de l’enfance, on les prive de leur père et mère, ils donnent moins d’embarras, mais ils prennent bientôt tous les vices. » D’un côté, leurs parents les habituent à veiller, à courir la nuit et à voler, de l’autre : « Le tableau du libertinage prémature chez eux des idées qu’on ne saurait rendre trop tardives… On remédierait à cet inconvénient en continuant de veiller sur les enfants jusqu’à l’âge de 15 ans, les faire coucher à heure fixe et les enfermer la nuit, ne les laisser avec leurs parents que les dimanches et les occuper les autres jours, comme on le fait, aux légers travaux dont ils sont susceptibles dès l’âge de 7-8 ans113. » Mêmes préoccupations d’éducation à l’esclavage en Martinique : chez les bons maîtres, « les femmes sont bien soignées lorsqu’elles accouchent, leurs enfants sont reçus avec transport et élevés dans la maison de leurs maîtres, ils apprennent de bonne heure à chérir leur joug et à reconnaître, par leur fidélité à leurs travaux dans l’âge mûr, les soins qu’on a pris de leur enfance114 ». Élever les enfants dans la maison du maître est d’ailleurs proche de l’optique chrétienne du XVIIe siècle décrite par Dutertre.

  • 115 Dubuisson, op. cit., p. 56 et 58.

63Certaines conséquences de cette situation ont été analysées par Dubuisson115 :

« La mère du nègre, peu de temps après qu’il est sevré, le remet à son maître dans la maison duquel il est élevé ou bien, il est confié à une vieille gardienne qui a l’emploi de soigner les enfants. Il ne voit plus dans ses parents que des êtres détachés de lui, qui ne l’approchent que pour le gronder. Il croit enfin sans qu’il se soit rencontré une seule circonstance où il ait été dans le cas de se jeter dans son sein maternel pour se consoler et de s’appuyer sur le bras de son père pour le soutenir. Tout ce qui l’entoure détourne ses idées vers le maître commun : c’est du maître que viennent la nourriture et les châtiments ; il est donc le seul objet de l’espoir et de la crainte. Le jeune nègre ne redoute presque rien de ses parents : s’ils sont injustes envers lui, il existe un tribunal pour le mettre à l’abri de leur animosité qui serait très fréquente pour cette espèce où l’on voit d’autant plus d’oubli du sang qu’une négresse, ayant donné beaucoup de successeurs à celui qui l’a rendue mère, devient souvent très indifférente pour le fruit d’une union passagère. On connaît même chez les Blancs l’effet des deuxièmes noces, que l’on juge de celui des vingtièmes. Le jeune nègre n’attend rien non plus de ses parents, pas même leur succession ; la pauvreté n’en laisse point. »

64Il aurait plus d’attachement pour sa marraine parce que « mille petits soins viennent d’elle… En apprenant qu’ils doivent du respect à leurs marraines, ils se prêtent facilement à accorder un caractère divin et merveilleux à des rapports qui échappent à leurs sens ». Ce texte ne paraît guère cohérent : pourquoi les marraines montreraient-elles plus de tendresse à leurs filleuls que les mères à leurs enfants ? Pourquoi les esclaves ne s’approcheraient-ils de leurs enfants que pour les gronder si, par ailleurs, ceux-ci ne craignent rien d’eux ?

  • 116 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 41 et 73.

65Moreau de Saint-Méry116 (dans un ouvrage publié en 1796) reconnaît au contraire un rôle important à la mère. « On ne peut donner assez de louanges au sentiment que l’amour maternel a placé dans le cœur des négresses. Jamais les enfants, ces faibles créatures, n’eurent de soins plus assidus et cette esclave qui trouve le temps de baigner chaque soir ses enfants et de leur donner du linge blanc est un être respectable. » Il en donne également comme preuve la coutume de se faire appeler du nom de son fils aîné : « Man Louis » pour la mère d’un fils appelé Louis. D’ailleurs, l’avocat martiniquais montre des parents ayant de l’influence sur leurs enfants. « Tous les nègres ont beaucoup de vénération pour les vieillards. Ils inculquent ce sentiment à leurs enfants dès l’âge le plus tendre et par l’empressement que ceux-ci mettent dans leurs soins officieux dès qu’ils sont en état d’en avoir pour leurs vieux parents, on voit que la leçon a réussi. » Moreau de Saint-Méry, Martiniquais qui a fait carrière à Saint-Domingue, ne parle pas de différence entre les îles à ce sujet.

66Il y aurait donc eu deux tactiques. La première consiste à soulager la mère esclave de la charge que peuvent représenter les enfants, tout en assurant le bien-être de ceux-ci ; elle ne diminue pas la tendresse mutuelle des enfants et des parents, comme le montre bien l’expérience des crèches actuelles. En revanche, la seconde tactique cherche à opposer aux valeurs de la société esclave (faire la fête ou le fait de penser que voler le maître n’est pas faire le mal) celles du maître, notamment le travail. Il y aurait alors réelle dépossession des parents, mais la version la plus achevée, celle de Foäche, n’est qu’un projet et la réalité qu’il décrit est tout autre.

67La fréquence des séparations influe sur les rapports que peuvent avoir parents et enfants : si elles sont fréquentes, ils peuvent essayer de s’immuniser contre la souffrance en s’attachant peu. Cela en dehors des effets de même type que produit la forte mortalité, y compris dans la France de l’époque. L’esclave américain Frederick Douglass a décrit l’effet de séparations très rapides :

  • 117 Frederick Douglass, Mémoires d’un esclave américain, 1845, traduction française, Paris, Maspéro, 1 (...)

« Ma mère et moi fûmes séparés alors que je n’étais qu’un nourrisson – avant que je ne sache qu’elle était ma mère. C’est une coutume fréquente dans cette partie du Maryland dont je me suis enfui, de séparer les enfants de leur mère dès leur plus jeune âge. Fréquemment, avant que l’enfant n’ait atteint son deuxième mois, sa mère lui est retirée et louée dans une ferme à une distance considérable ; l’enfant est alors confié aux soins d’une vieille négresse trop âgée pour les travaux des champs… Je ne vis jamais ma mère, sachant qu’elle l’était, plus de quatre à cinq fois dans ma vie ; chacune de ces rencontres fut très brève, et de nuit. Elle voyageait de nuit pour me voir, parcourant toute la distance à pied après sa journée de travail… Il y eut toujours fort peu de communications entre nous117. »

  • 118 AD Guadeloupe, MN Mathieu no 40.
  • 119 AD Guadeloupe, MN Minerel, 11 septembre 1777, succession Cruon du Coudray et MN Jaille, no 56 : 22 (...)
  • 120 Girod de Chantrans, op. cit.
  • 121 David, « La paroisse », op. cit., p. 77-78.

68Nos sources pour une étude des séparations sont très limitées : les inventaires donnent la photographie, pas le mouvement. Il existe quelques rares recollements, quelques partages de succession. En Guadeloupe, un seul des huit recollements signale la vente de deux esclaves sur 37118. La mobilité n’y est donc pas très grande. De même, à Bisdary de 1763 à 1793, un seul achat est noté, et, semble-t-il une seule vente d’un marron. Quatre partages de succession indiquent cependant des séparations119. Outre la succession Angot qui éloigne deux mères de leurs jeunes enfants dont un garçon de quatre ans, sont séparés : en 1777 la Créole Agnès de son fils de treize ans, et en 1781 une femme de 26 ans de ses deux enfants de 8 et 5 ans. Pourtant d’après Girod-Chantrans, la coutume veut qu’un enfant ne soit pas séparé de sa mère avant 7 ans, âge auquel il ne présente guère d’intérêt pour un propriétaire120. Sur d’autres plantations, la filiation par les femmes remonte jusqu’à la grand-mère. En Martinique, à Case-Pilote, seules 7 filles des 65 mères ayant enfanté entre 1760 et 1774 et appartenant aux six propriétaires principaux ont accouché sur la même plantation. « Même en tenant compte de la mortalité, de changements possibles de nom en cours de période, du départ de nombreux maîtres et de la probabilité que certaines jeunes filles aient été engagées comme domestiques par d’autres familles, l’impression persiste que beaucoup de propriétaires ont voulu délibérément renouveler une grande partie de leurs employés, à tout le moins de leur personnel féminin121. » Les séparations de familles sont donc fréquentes à Case-Pilote et il arrive en Guadeloupe que de très jeunes enfants soient éloignés de leur mère, sans que nous puissions préciser quelle était la fréquence de ces actes. Ce n’était pourtant pas une coutume, comme dans le Maryland. Dans ces cas, le rôle de mère de l’esclave est réduit à celui de reproductrice.

69Les femmes se mettent à exister dans les stratégies des maîtres, elles accèdent en tant que groupe à certains privilèges dont elles étaient dans leur grande majorité exclues alors que certains hommes en bénéficiaient. Mais, de même qu’une proportion variable d’hommes ne devenait pas ouvrier ou commandeur, toutes les femmes ne deviennent pas mères, et ce n’est pas toujours un choix. Elles encourent alors des peines humiliantes, pénibles, douloureuses et parfois mortelles. De plus, cette nouvelle densité des femmes dans le discours des maîtres est parallèle à une diminution de leur rôle affectif en tant que mère, de leur responsabilité dans l’éducation des enfants alors que celle des maîtres augmente encore. Les séparations peut-être rares mais effectives en Guadeloupe, et fréquentes en Martinique, diminuent encore le rôle des mères. La « promotion » des femmes telle qu’elle est décrite par les maîtres est donc ambiguë : c’est plus celle de femmes ayant un travail particulier : la reproduction des enfants, que celle de mères.

Discours et réalités

70Ces politiques ont-elles réussi ? La question est loin d’être technique. Elle engage deux éléments : l’étendue de leur mise en œuvre et l’acceptation par les femmes esclaves de ces nouvelles stratégies. Ont-elles accepté de faire des enfants pour quelques louis d’or ? Mais auparavant refusaient-elles vraiment ? Les mauvais traitements des maîtres envers leurs esclaves et surtout leur rapacité chronique sont-ils seuls en cause ou faut-il accuser le goût des femmes esclaves pour le libertinage et pour la liberté (les deux mots n’ont-ils pas la même étymologie ?) ?

Les maîtres populationnistes

  • 122 Massio, op. cit., p. 567-568.
  • 123 Reible, op. cit., p. 34-37.
  • 124 Teychenie, op. cit., p. 254 et 249.

71Sur les quelques habitations où nous connaissons les résultats des politiques populationnistes, elles ont été relativement positives. Sur la caféière Séguineau au Fonds-Baptiste, le gérant se félicite : « Depuis notre heureuse découverte, nous n’en perdons plus. Aussi à notre dernier voyage, l’accoucheuse a-t-elle reçu une gratification de quatre piastres gourdes ; c’est de l’argent placé à gros intérêts122. » Cependant, il y a eu onze naissances en 1778, toutes suives de décès alors qu’en 1790, trois enfants naissent dont deux meurent : le solde est devenu positif mais le nombre de naissances a nettement diminué. C’est peut-être un effet pervers de ces pratiques que stigmatisait le sieur Tourtain : les enfants mourant moins du tétanos parce que les mères avortaient de peur d’être punies. Pendant les deux années le solde est positif, ce qui est rare à Saint-Domingue. Sur la sucrerie du Comte Pasquet de Lugé123, les résultats sont plus certains, de 1723 à 1752, 28 esclaves naissent sur la plantation, de 1753 à 1788, 141 dont 37 les cinq dernières années. Les naissances augmentent mais elles restent faibles : 23 ‰, 36 femmes sur 111 de 17 à 60 ans sont mères et 53 % n’ont qu’un seul enfant. Sur l’indigoterie Belin des Marais124, une prime est instituée le 4 septembre 1775 : « pour les esclaves qui accoucheraient heureusement et qui sauveraient leurs enfants ». En août 1777, le gérant peut apprécier : « Beaucoup de vivres et de négresses accouchées qui, au moyen du petit secours que nous leur donnons, conservent leurs enfants. » Mais est-ce bien la raison ? L’amélioration des conditions sanitaires peut tout autant jouer. De 1768 à 1775, il y a 2,8 naissances par an, puis la moyenne passe à 4,4 par an. Le but des propriétaires est atteint en 1790 : 109 sujets de moins de trente ans sont nés sur la plantation. Les plus fortes années, la natalité est de 42-43 ‰, mais elle est en moyenne de 20-25 ‰, ce qui n’est pas élevé si les esclaves ne pratiquent pas de contraception et si le gérant note bien toutes les naissances. Elles sont d’ailleurs réparties entre 26-27 mères.

  • 125 D’après les listes et les renseignements publiés par 1) Debien, « Une caféière-résidence aux Grand (...)
  • 126 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 630.

72Malgré la satisfaction des gérants, l’indice apparent de fécondité est très faible sur ces plantations : de 300 à 400125. Beaucoup de femmes n’ont pas d’enfants et les mères ont le plus souvent un enfant, parfois deux. Les mères de familles nombreuses sont très rares. Les femmes ne sont pas transformées en pondeuses pour des gratifications. En revanche, les récompenses attribuées aux sages-femmes et les conseils adéquats donnés aux jeunes accouchées ont pu avoir des effets positifs. Les soins aux femmes, la diminution de leur travail avant et après l’accouchement, la meilleure nourriture leur permettent de conserver les enfants. Les lettres de colons et de gérants parlent peu du tétanos au cours des dernières années126.

73Par contre, en Guadeloupe, où nous ne connaissons pas les stratégies des maîtres, les indices apparents de fécondité semblent augmenter, sans que l’on sache si ce n’est pas l’effet d’une moindre mortalité infantile. Ainsi, ils étaient en 1759 proches de ceux de Saint-Domingue : de 259 à 416, alors qu’à partir de 1774, ils sont plus proches de ceux de la France : de 435 à 515. Cependant des divergences subsistent : celui de l’habitation Les palmistes est de 878 en 1783 alors que celui de l’habitation Roussel est de 259 en 1793.

L’extension des stratégies populationnistes à Saint-Domingue et aux îles du Vent à la fin du XVIIIe siècle

  • 127 D’après les travaux de M. Debien, « La sucrerie Cottineau (1750-1777) », Notes d’Histoire colonial (...)
  • 128 ANSOM, G1 509, fol. 32 ; AN, Col., 69, 160, cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 156 ; ANS (...)
  • 129 ANSOM, Martinique, G1 470bis ; Guadeloupe, G1 497.
  • 130 Arlette Gautier, « Les esclaves de l’habitation Bisdary, 1763-1817 », Bulletin de la Société d’his (...)
  • 131 Jeffrey Koplan, « Slave mortality in 19th century Grenada », Social Science History 7 (3), été 83, (...)
  • 132 Yves Blayo, « La mortalité en France de 1740 à 1829 », Population 30, novembre 75, p. 141.

74Combien de planteurs et de gérants ont-ils été touchés par les idées nouvelles ? La plus évidente, celle de la conservation des esclaves n’est pas prise en compte par tous127. Ainsi, à Saint-Domingue, le personnel de la sucrerie Cottineau est entièrement renouvelé de 1760 à 1778. 129 esclaves ont été achetés durant cette période alors qu’ils ne sont que 150 en 1775. D’autres plantations ont des soldes naturels très négatifs : la mortalité apparente y est souvent très forte et la natalité apparente très faible, ce qui se traduit par une diminution des esclaves de 1 % à 4,3 % par an. Les chiffres des naissances et des décès demandés par les administrateurs pour l’ensemble de Saint-Domingue en 1780, 1787 et 1788, confirment cette impression accablante128. Certes, natalités et mortalités semblent largement sous-estimées mais leur solde est largement négatif : sans apport extérieur, les esclaves disparaîtraient en cent ans. Les stratégies populationnistes ont eu beau prendre Saint-Domingue pour cible, les discours n’y sont pas devenus réalités. La situation démographique semble meilleure aux petites Antilles129. Certes, les chiffres donnés par les administrateurs présentent des variations qui empêchent de les utiliser individuellement mais on retiendra qu’en Guadeloupe, en 1785-1786, les taux apparents de natalité sont proches de ceux de la France et surtout qu’excédents et pertes se suivent. Les seconds sont plus importants que les premiers mais on est loin de la perte annuelle de 1 % à Saint-Domingue. À Bisdary, l’espérance de vie à 5 ans en 5 ans serait de 32,8 ans pour les hommes et de 30,8 ans pour les femmes130, soit légèrement inférieure à celle des esclaves de Grenade en 1817-1818 : 33,91 ans131 et très inférieure à celle des Français métropolitains en 1770-1779 : 46 ans pour les hommes et 45,6 ans pour les femmes132. Par contre, le taux de natalité est égal à celui de la France : il varie de 35 à 40 ‰, selon le taux de correction adopté pour la mortalité infantile. À la Martinique, les taux apparents varient autour de 25 ‰, ce qui semble faible, celui de mortalité étant très légèrement supérieur, sauf en 1785. Sur les cinq années, la perte annuelle est de 0,15 %, soit le dixième de celle de Saint-Domingue.

75Ces divergences s’expliquent par l’importance de la traite à Saint-Domingue : les nouveaux captifs meurent en grand nombre et les Africaines sont moins fécondes que les Créoles. En effet, bien qu’elles soient plus nombreuses à avoir un enfant sur les listes de 1783-1793, elles en ont généralement un seul. D’autre part, on peut penser que les couples avaient plus de mal à se former sur les plantations de Saint-Domingue dont l’équilibre était sans cesse rompu par l’arrivée de nouveaux esclaves et où il n’y avait souvent que deux femmes pour trois hommes, puis trois femmes pour quatre hommes. Or les couples ont toujours plus d’enfants que les mères élevant seules leurs enfants sur la plantation, que leur amant soit à l’extérieur ou qu’elles n’aient que des relations épisodiques. Le refus d’assumer des maternités dans de telles conditions : solitude, travail excessif, absence d’avenir, a sans doute également joué un rôle. Ces facteurs, auxquels s’ajoute l’importance de la mortalité infantile, font que la forte proportion de femmes sans enfant survivant est une des caractéristiques essentielles de la démographie antillaise. À Nippes, de 1721 à 1770, 53 % des femmes de plus de quinze ans n’ont pas d’enfant survivant, 50 % des mères ont un seul enfant survivant et 4 % seulement plus de quatre enfants survivants. En Guadeloupe, 32 % des femmes n’ont pas d’enfant survivant. Les femmes concernées par le nouvel intérêt de certains planteurs pour les femmes-mères sont donc bien rares.

76Les écrits de colons, d’armateurs et de voyageurs insistent sur la nécessité de l’application de la « raison d’humanité » mais la pratique paraît bien différente. Certes, sur les plantations qui suivent des politiques populationnistes, les gérants se félicitent, mais les indices de fécondité paraissent bien faibles et inférieurs à ceux de Nippes dans la première moitié du XVIIIe siècle. Les améliorations sanitaires ont endigué le phénomène de dépopulation, ils n’ont pu changer la tendance. En Guadeloupe, un rétablissement très net s’opère cependant, qui peut être l’effet des mesures citées par Léonard. On peut d’ailleurs opposer Saint-Domingue, où les pertes humaines atteignent 1 % par an : laissés à leur seule reproduction, les esclaves disparaîtraient en un siècle, à la Martinique et à la Guadeloupe où il faudrait 1000 ans pour que cette suppression ait lieu. C’est dire que, comme il est fréquent, les cris d’alarme et les systèmes de réforme ont été contemporains d’une crise qu’ils n’ont pu empêcher parce qu’ils n’ont pas compris sa rationalité.

*

77L’intérêt qui se focalise sur la population, aux Antilles comme en France, prend des tours bien différents. Il ressort en effet, de la nature même de l’esclavage, que les propositions n’ont pas la même efficacité qu’en France car le maître antillais a des moyens de coercition bien plus étendus que n’importe quel réformateur français. Mais loin d’être purement répressive, l’action des maîtres a des effets créateurs. Au contraire de la France, l’intérêt populationniste se traduit majoritairement par l’abandon des valeurs chrétiennes du mariage, et cela même en Martinique et en Guadeloupe où elles persistaient plus nettement. Bien que certains maîtres continuent à punir les esclaves qui changent de partenaires, le rôle du père est désormais nié au profit de celui de la mère, ventre qu’il s’agit de faire produire. Cette disparition du rôle du père se profilait déjà sur les listes de minutes notariales où les enfants ne sont regroupés qu’avec leurs mères pour faciliter les séparations, ainsi que dans la pratique juridique qui veut que l’enfant appartienne au maître de la mère, ce qui ne manque pas d’importance alors que les liaisons rapprochent souvent des esclaves appartenant à des maîtres différents. Il est donc difficile de dire dans quelle mesure ces stratégies ont été influencées par le refus des valeurs chrétiennes par les esclaves au nom de leurs propres modes de parenté. La mère apparaît désormais dans les discours du maître, ce dont elle est victime autant qu’elle en profite. Aux Îles du Vent, où l’intérêt du maître se suffit d’une reproduction lente, elles ont plus d’enfants survivants mais elles n’en ont jamais beaucoup ; un ou deux en général et elles ne se transforment donc pas en poulinières d’un hypothétique haras humain. L’amélioration des conditions sanitaires a profité aux femmes mais les gratifications, d’ailleurs faibles, n’en ont pas fait les alliées privilégiées du maître.

Notes

1 Michel Devèze, Antilles, Guyanes, la mer des Caraïbes de 1942 à 1789, Paris, Sedes, 1977, p. 266.

2 Schnackenbourg, Les sucreries…, op. cit., p. 31.

3 Cité par Schnackenbourg, id., p. 183.

4 ANSOM, DFC Guadeloupe, I, no 130.

5 AN, Col., F3 90, fol. 108.

6 AN, Col., B 119, fol. 29.

7 Joseph Spengler, Économie et population. Les doctrines françaises avant 1800, Paris, PUF, 1954, p. 129.

8 Cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 473.

9 Didier Guyvarc’h, Les instructions des colons à leurs gérants aux Antilles de la fin du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle, Mémoire pour la maîtrise d’histoire de la Faculté des lettres et sciences humaines de Nantes, juin 1970, p. 44-45 ; également Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129.

10 Raynal, op. cit., 1772, IV, p. 166-167 ; thème repris par le général de brigade Romanet, Voyage à la Martinique fait en 1770-1773, Paris, 1804, p. 108-109.

11 Curtin, The Atlantic…, op. cit., p. 170.

12 Justin Girod de Chantrans, Voyage d’un Suisse dans différentes colonies d’Amérique, 1785, rééd. Paris, Tallandier, 1980, p. 134 ; également Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 46 ; papiers Galbaud du Fort cités par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 352, note 2.

13 Raynal, op. cit., 1772, IV, p. 162.

14 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 344.

15 Girod de Chantrans, op. cit., p. 13.

16 Raynal, op. cit., 1772, IV, p. 167.

17 Girod de Chantrans, op. cit., p. 134 ; même idée dans Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 20.

18 Debien, « Les colons des Antilles et leur main-d’œuvre à la fin du XVIIIe siècle », Notes d’Histoire coloniale, 41, p. 16-17.

19 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129.

20 Adrien Dessalles, Histoire générale des Antilles, Paris, 1847-1848, IIIe volume par Pierre-Régis Dessalles, 1786, p. 393.

21 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 351.

22 Girod de Chantrans, op. cit., p. 133.

23 Félix Carteaux, Soirées bermudiennes, Bordeaux, Pellier-Lawalle, 1802, p. 261.

24 D. B. (Dubuisson), Nouvelles considérations sur Saint-Domingue en réponse à celles de M. Hilliard d’Auberteuil, 1780, II, p. 45. Raynal, op. cit., 1772, IV, p. 172.

25 Auteur et date inconnus, sans doute du dernier tiers du XVIIIe siècle, papiers du collectionneur Bordeaux de La Lande, AN, T 77, fol. 1-3, cité par Guivarc’h, op. cit., p. 41.

26 Mettas, op. cit., Bateau Le Comte de Piré, no 1220, parti avec 47 ou 48 esclaves du Sénégal, arrivé avec 47 au Cap.

27 Dieudonné Rinchon, « P. Ignace Lievin Van Alstein, capitaine négrier » (Gand 1733-Nantes 1793), Mémoire de l’institut français d’Afrique noire 71, 1964, p. 172.

28 Lecointe-marcillac, Le More-Lack, essai sur les moyens les plus doux et les plus équitables d’abolir la traite et l’esclavage des Nègres d’Afrique, Londres et Paris, 1789, p. 289.

29 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129.

30 Hilliard d’Auberteuil, Considérations sur l’état présent de la colonie française de Saint-Domingue, ouvrage politique et législatif, Paris, 1776, p. 62.

31 AN, Col., B 119, fol. 29.

32 M. Dazille, Observations sur les maladies des nègres, leurs causes, leurs traitement et les moyens de les prévenir, Paris, 1776, p. 2.

33 Charles-André Julien, Les Français en Amérique (1713-1784), Cours de la Sorbonne, 1951, p. 54.

34 Pitman, p. 638, cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 362.

35 AN, Col., F3 90, fol. 108.

36 Léonard, « Lettres sur un voyage aux Antilles », Œuvres complètes, 1787, II, p. 199.

37 Dubuisson, op. cit., II, p. 43.

38 Dazille, op. cit., p. 167.

39 Foäche cité par Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129.

40 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, II, p. 184-188.

41 Ségur, marquis de, « Observations », AN, Col., F3 90, fol. 182.

42 AN, Col., F3 136, fol. 456-521, cité par Pierre de Vaissière, La société et la vie créoles sous l’Ancien Régime, 1629-1789, Paris, 1909, p. 251. 22 janvier 1788 : mémoire à M. le Comte de la Luzerne, ministre de la Marine, AN, Col., F3 141bis, Moreau de Saint-Méry, AN, Col., F3 141bis, fol. 239.

43 AN, Col., F 136, fol. 456-521. Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129 ; Dazille, Observations sur le tétanos, Paris, 1785, p. 128.

44 Louis-Elie Moreau de Saint-Méry, AN, Col., F3 141bis, fol. 239, et Lois et constitutions des colonies françaises de l’Amérique sous le vent, Paris, 1784-1790, VI.

45 Monnereau, op. cit., p. 115.

46 Cité par Guyvarc’h, op. cit., p. 45.

47 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129.

48 Begouen-Demeaux, Stanislas Foäche (1737-1806), mémorial d’une famille du Havre, Paris, 1951, Société d’histoire des colonies françaises et librairie Larose, p. 46.

49 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 121.

50 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 45. Citation du sous-titre, p. 44.

51 AN, Col., F3 90, fol. 182.

52 ANSOM, Mémoires et documents, Afrique 14 : mémoire sur la colonie de Saint-Domingue, fol. 76, cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 263. Également Dessalles, op. cit., III, p. 193.

53 AN, Col., F3 90, fol. 182.

54 Z. de Wimpffen, Voyage à Saint-Domingue pendant les années 1788-1789-1790, 1797, II, p. 21.

55 Émilien Petit, Droit public ou gouvernement des colonies françaises, Paris, 1777, II, p. 114.

56 Émilien Petit, Traité sur le gouvernement des esclaves, Paris, 1777, p. 71.

57 Cassan, Considération sur les rapports qui doivent exister entre les colonies et les métropoles, Paris, 1790, p. 121.

58 Dessalles, op. cit., III, p. 294.

59 Lettres du ministre de la marine à M. le Comte de Choiseul le 25 juillet 1708, AN, Col., B 31, fol. 169.

60 Saint Ours, Journal de ma campagne de la frégate du roi Unicorn, manuscrit cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 263. Romanet, op. cit., écrit dans le même sens : « Le mariage considéré politiquement est inutile : l’état des enfants est assuré ; ils sont esclaves et appartiennent au maître. Et considéré religieusement, il serait peut-être imprudent, et deviendrait sacrilège Il est trop près de la nature pour connaître et suivre les lois de la constance » (p. 128-129).

61 Dessales, op. cit., 1786, I, p. 257.

62 Girod de Chantrans, op. cit., p. 134.

63 Id., p. 134-135.

64 AN, Col., C7 A33, 4 juin 1773, fol. 62.

65 Bernard David, « La paroisse de Case-Pilote, 1740-1848, notes d’histoires sociales », Mémoires de la société d’Histoire de la Martinique, 4, 1975, p. 69 et 64.

66 AD Martinique, registre paroissial.

67 Nicole Vanony-Frisch, Les esclaves de la Guadeloupe à la fin de l’Ancien Régime d’après les sources notariales (1770-1789), 3e cycle dactylographié, Paris I, 1982, p. 103-107, publié dans le Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe (63-64), 1er-2e trimestre 85, 165 p.

68 Léonard, op. cit., p. 200.

69 Monnereau, op. cit., p. 115 ; Romanet, op. cit., p. 129 ; Carteaux, op. cit., p. 261.

70 AD Guadeloupe, MN Mathieu, no 40.

71 David, « La paroisse de Case-Pilote », op. cit., p. 64.

72 Raynal, op. cit., 1780, VII, p. 183.

73 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 27.

74 Siguret, op. cit., p. 214-217, 220-221 ; Debien, « Comptes », op. cit., p. 18.

75 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 132 ; Teychenie, op. cit., p. 260. D’ailleurs Dutrone de la Couture (Précis sur la canne et sur les moyens d’en extraire le sel essentiel, Paris, 1790, p. 326-340) préconise d’employer 125 nègres, 25 négrillons, 88 négresses et 12 négrittes.

76 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 26.

77 Girod de Chantrans, op. cit., p. 136.

78 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 130 ; cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 355 ; Dazille, Observations sur le tétanos, op. cit., p. 316.

79 Durand-Molard, Code de la Martinique, 1807-1814, rééd. Fort-de-France, 1872, III, p. 696.

80 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 44.

81 Dazille, Observations sur le tétanos, op. cit., p. 316.

82 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 129-130.

83 Moreau de Saint-Méry, Descriptions…, op. cit., I, p. 42.

84 Id., III, p. 1272.

85 Reible, op. cit., p. 49-50.

86 Poyen de Sainte-marie, op. cit., p. 44.

87 Papiers Galbaud du Fort, 2 février 1776, 13 septembre 1785 et Maulevrier, 1er novembre 1787, cités par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 352.

88 Kenneth F. Kiple, Virginia Kiple, « Slave child mortality: some nutritional answers to a perennial puzzle », Journal of Social History (10), 1977, p. 284-309.

89 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 130.

90 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 4.

91 Guyvarc’h, op. cit., p. 45.

92 Teychenie, op. cit., p. 258.

93 Roger Massio, « Un dossier de plantation de Saint-Domingue (1745-1829 », Revue d’Histoire de l’Amérique française 4, mars 1952, p. 559.

94 Girod de Chantrans, op. cit., p. 137.

95 Raynal, op. cit., 1780, VI, p. 181.

96 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 130.

97 Hervé de Halgouet, « Inventaire d’une habitation à Saint-Domingue », Revue d’Histoire des colonies, juillet-octobre 1933, p. 345.

98 Durand-Molard, op. cit., 1872, III, p. 698-711.

99 Mémoire sur l’esclavage contenant une réponse à divers écrits qui ont été publiés en leur faveur, Paris, 1790, p. 54-55, cité par Pierre de Vaissière, La société et la vie créole sous l’Ancien Régime (1692-1789), Paris, 1909, p. 275.

100 Cassan, op. cit., p. 126.

101 AD Guadeloupe, MN Jaille.

102 David, « La paroisse de Case-Pilote », op. cit., p. 92-111 ; Debien, « Destinées », op. cit., p. 45-52.

103 Debien, « Plantations », op. cit., p. 129.

104 Girod de Chantrans, op. cit., p. 129 et 136.

105 Moreau de Saint-Mery, Description…, op. cit., III, p. 1272.

106 22 janvier 1788, Sieur Tourtain au comte de la Luzerne, AN, Col., F3 90, fol. 237.

107 Debien, « Les colons », op. cit., p. 12.

108 Fritz Gracchus, Les lieux de la mère dans les sociétés afro-américaines, Paris, Éditions Caribéennes, 1980, p. 219, 224 et 227.

109 Comme le veulent « l’intérêt et l’humanité », sur leurs réalisations, voir Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 471-495.

110 Elizabeth Badinter, L’amour en plus, Paris, Flammarion, 1980, p. 141-235 ; Catherine Fouquet, Yvonne Knibiehler, L’histoire des mères du Moyen Âge à nos jours, Paris, Montalba, 1980, p. 164-238.

111 AN, Col., F3 90, fol. 108-109.

112 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 46.

113 Debien, « Plantations et esclaves », op. cit., p. 130.

114 Dessalles, op. cit., p. 320.

115 Dubuisson, op. cit., p. 56 et 58.

116 Moreau de Saint-Méry, Description…, op. cit., I, p. 41 et 73.

117 Frederick Douglass, Mémoires d’un esclave américain, 1845, traduction française, Paris, Maspéro, 1980, p. 16.

118 AD Guadeloupe, MN Mathieu no 40.

119 AD Guadeloupe, MN Minerel, 11 septembre 1777, succession Cruon du Coudray et MN Jaille, no 56 : 22 mars 1786, Veuve Cointre, quartier des Trois-Rivières.

120 Girod de Chantrans, op. cit.

121 David, « La paroisse », op. cit., p. 77-78.

122 Massio, op. cit., p. 567-568.

123 Reible, op. cit., p. 34-37.

124 Teychenie, op. cit., p. 254 et 249.

125 D’après les listes et les renseignements publiés par 1) Debien, « Une caféière-résidence aux Grands-Bois (1778) », Notes d’Histoire coloniale 70, p. 16-21 ; 2) Thésée, op. cit., p. 224 ; 3) id., p. 59 ; 4) id., p. 62 ; 5) id., p. 71 ; 6) Reibles, op. cit., p. 59-65.

126 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 630.

127 D’après les travaux de M. Debien, « La sucrerie Cottineau (1750-1777) », Notes d’Histoire coloniale 3, p. 50. Ainsi que pour les sucreries Borderie, « Comptes », op. cit., p. 1-18 ; Galbaud du Fort, Les esclaves…, op. cit., p. 345 ; Bodkin, id., p. 348 ; Maulévrier, id., p. 346.

128 ANSOM, G1 509, fol. 32 ; AN, Col., 69, 160, cité par Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 156 ; ANSOM, G1 499.

129 ANSOM, Martinique, G1 470bis ; Guadeloupe, G1 497.

130 Arlette Gautier, « Les esclaves de l’habitation Bisdary, 1763-1817 », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe (60), 2e trimestre 1984, p. 13-50.

131 Jeffrey Koplan, « Slave mortality in 19th century Grenada », Social Science History 7 (3), été 83, p. 311-320.

132 Yves Blayo, « La mortalité en France de 1740 à 1829 », Population 30, novembre 75, p. 141.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search