Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Deuxième partie. Maternités esclaves

Chapitre III. Un regard qui se détourne

Texte intégral

1En 1665, le cadre institutionnel et les données ethniques des sociétés esclavagistes françaises sont donc en place. Les récits de voyage qui n’ont plus de rôle de recrutement, sont plus rares, le temps de la découverte passée, même s’ils atteignent une plus grande diffusion, tels les écrits du père Labat, de Charlevoix ou du jésuite Margat. Il faudra attendre 1763 pour que les textes sur les Antilles se multiplient à nouveau et proposent notamment une tout autre organisation des rapports sexuels.

  • 1 ANSOM, G1 470bis, G1 499.
  • 2 ANSOM, G1 469 et G1 497.
  • 3 ANSOM, G1 509.

2Pendant cette période, en silence, de grands bouleversements se sont produits à la suite du développement économique des îles. Le nombre des esclaves croît de façon prodigieuse. Ainsi de 1685 à 1763 en Martinique, les esclaves passent de 10 343 à 68 395 et les Blancs de 4 872 à 11 6391. En Guadeloupe, de 1685 à 1772, les esclaves augmentent de 4 625 à 78 968 et les Blancs de 3 325 à 12 6902. À Saint-Domingue, la population esclave croît de 3 358 en 1686 à 261 471 en 1775 alors que l’augmentation de la population blanche n’est que de 16 000 individus3.

Des changements fondamentaux

L’achat prioritaire d’hommes esclaves

3L’équilibre numérique entre les sexes disparaît avec le développement des plantations et de la traite. Alors qu’à Saint-Domingue, il y a autant d’hommes que de femmes au XVIIe siècle, il y a cent vingt-sept hommes pour cent femmes en 1700 puis à peu près cent cinquante hommes pour cent femmes de 1713 à 1754. En nombre absolu, les femmes manquantes sont 2 600 en 1700, 13 980 en 1730, 24 595 en 1775. En Martinique, de 1678 à 1709, le nombre d’hommes pour cent femmes varie autour de 110, par la suite alors que la population esclave croît de 39 000 esclaves de 1713 à 1724, il varie de 130 à 120. Cependant, à partir de 1764, l’équilibre sera atteint. En Guadeloupe, après une certaine instabilité au XVIIe siècle (111 en 1671, 85 en 1684), l’équilibre est atteint jusqu’en 1715, puis il passe à 120 puis 130. Entre 1734 et 1773, le rapport de masculinité s’établit grossièrement autour de 113 hommes pour cent femmes.

  • 4 Mettas, op. cit., expédition négrière no 271, p. 103.

4Ces rapports de masculinité ne sont pas naturels : ils sont liés à la traite et dans une proportion à déterminer au choix des colons. En 1680, d’après l’abbé Brunetti, ces derniers achètent autant d’hommes que de femmes. Par contre en 1743, un armateur nantais déclare à son capitaine : « Il ne faut absolument traiter que de jeunes nègres de quinze/vingt ans, deux tiers mâles et un tiers femelle4. » Les capitaines essaient de se conformer à la demande de leur « marché », même si certains voyages traînent en longueur avant de trouver des captifs. Aussi, ils déportent toujours légèrement plus de captifs du sexe masculin à Saint-Domingue qu’en Martinique : respectivement 66 % et 63 %, notamment à cause de la préférence des Martiniquais pour les Aradas, seul peuple dont autant d’hommes que de femmes ont été déportés.

  • 5 D’après Mettas, op. cit.

5Pourtant le prix des femmes est toujours moins élevé que celui des hommes. En 1685 par exemple, les femmes coûtent deux cents à deux cent quatre-vingts livres alors que les hommes coûtent cent livres de plus. Mais les hommes sont plus aptes aux gros travaux, ils peuvent devenir ouvriers et leur utilisation n’est jamais ralentie par des grossesses. Aussi l’achat majoritaire d’hommes suit-il le développement des sucreries et leurs lourdes cadences5.

6Or ce choix est incompatible avec une politique de mariage chrétien, puisque tous les hommes ne pourront pas se marier et risquent donc plus facilement de tomber dans le péché, mais également avec le développement de couples non légitimes. Un rendement économique à court terme reposant sur la traite est préféré à la multiplication des esclaves sur les plantations grâce aux naissances. Ce choix condamne à la solitude de nombreux jeunes hommes ; à moins qu’ils n’acceptent de partager une femme alors qu’ils viennent de zones où ils pouvaient être mariés à plusieurs femmes. Cette concurrence pour les femmes peut permettre d’améliorer leur statut : le renversement de rôle a son intérêt et la polyandrie peut avoir du charme ! Mais la frustration sexuelle peut également conduire à une grande violence entre les sexes. Malheureusement nos textes restent muets sur ces questions.

La diminution de l’encadrement religieux

7Alors que la traite prend des proportions gigantesques, le nombre des religieux reste stationnaire. Du coup, chaque religieux qui devait évangéliser, en 1685, 290 esclaves en Guadeloupe, 450 en Martinique et 315 à Saint-Domingue, doit en christianiser, en 1719, 851 en Martinique, en 1752, 1 139 en Guadeloupe et 2 747 à Saint-Domingue. Après cette date, la rubrique « religieux » disparaît des recensements, autre signe de la diminution de l’intérêt officiel pour le salut des âmes des esclaves.

8Pourtant, les jésuites de Saint-Domingue doivent affronter en 1725 les mêmes obstacles que leurs prédécesseurs : esclaves et maîtres demandent le baptême, rite d’initiation à la nouvelle société, mais refusent le mariage, les uns à cause de leurs « libertinages », les autres parce qu’ils ne pourraient plus vendre séparément les esclaves.

  • 6 François Xavier Charlevoix, Histoire de l’île espagnole de Saint-Domingue, écrite particulièrement (...)

« Et que fera un curé, lorsqu’un nègre ou une négresse de différents ateliers, après avoir eu longtemps ensemble un mauvais commerce, sans pouvoir obtenir de leurs maîtres la permission de se marier, viendront à l’église déclarer en sa présence qu’ils se prennent pour époux ? On pourrait proposer sur cette matière bien des cas, qui ne sont point trop spéculatifs, qui jettent souvent les missionnaires dans de forts grands embarras et auquel l’autorité laïque, la seule qui soit bien respectée dans les îles, ne peut apporter que des remèdes impuissants6. »

9Ni Le Pers, ni Margat ne se donnent les moyens de lutter contre ces abus des maîtres, par des excommunications ou des refus de sacrements comme ils en menacent les esclaves.

  • 7 Margat in Lettres édifiantes et curieuses. Mémoires d’Amérique, 1725, VII, p. 112.

10Ces deux missionnaires sont contents des mariages qu’ils ont formés. Margat cite particulièrement en exemple les esclaves créoles : « quand ils sont parvenus à un certain âge et qu’on les a fixés par le mariage, il n’est pas rare de trouver parmi eux de saintes familles où règnent la crainte de Dieu, l’attachement constant à leurs devoirs, l’assiduité à la prière et aux plus fervents exercices du christianisme7 ».

11Quelques-uns de ces missionnaires montrent un zèle certain, par exemple le père Boutin, qui a appris les langues de Guinée pour pouvoir baptiser les esclaves fraîchement débarqués et en danger de mourir sans avoir reçu ce saint sacrement. Ils ont ainsi acquis la confiance d’esclaves qui leur demandent d’intercéder auprès de leur maître. Mais leur action est désormais limitée par un nombre trop faible et les conséquences ne vont pas tarder à s’en faire sentir.

12On assiste donc à un double abandon des politiques de constitution de couples et de christianisation. Il est cependant inégal selon les îles et les convictions des propriétaires. Quelques exemples permettront de voir l’effet des politiques des maîtres, l’intérêt qu’ils ont aux mariages de leurs esclaves ou aux femmes en tant que mères ainsi que les réponses de celles-ci.

Sur quelques plantations

À Nippes (Saint-Domingue)

  • 8 ANSOM, Minutes notariales de Saint-Domingue, Nippes, notaires Saunier (1751-1754) et Beaulieu (174 (...)

13Ce bourg a été choisi parce qu’il permet de suivre l’évolution des esclaves à une époque et dans une région mal connues et que ses registres remontent le plus loin dans le temps8. Cependant, le sud était mal approvisionné en esclaves, essentiellement par l’interlope, et différait en cela des autres régions de Saint-Domingue et particulièrement du nord.

  • 9 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 227.

14L’effacement progressif de toute politique de mariage est le fait le plus marquant. Les couples mariés se trouvent encore dans dix habitations sur trente-huit de 1721 à 1730, puis dans quatre habitations sur soixante jusqu’en 1750, dans une seule jusqu’en 1770, encore deux de ces habitations dans les années 1740 appartiennent-elles à Jean-Baptiste Reynaud. Celle où il habite, à l’Acul des savanes, présente dix couples mariés, quatre mères célibataires et un homme avec des enfants sur quarante-neuf adultes, alors qu’à l’Anse-trouvée, il y a trois couples mariés, sept couples concubins et deux mères célibataires sur trente-six adultes. La présence du maître influe donc beaucoup sur la réussite de la christianisation des esclaves. Un autre chrétien prosélyte, propriétaire d’une grosse sucrerie dans le nord de Saint-Domingue, recommande ainsi à son gérant d’empêcher « autant qu’il le pourra les concubinages des nègres et au cas où ils voulussent se marier, il en avertira le curé de la paroisse dont ils dépendent et les leur enverra s’il le juge à propos9 ». Il faut donc réprimer la sexualité des esclaves – ce qui n’est guère nataliste – mais bien réfléchir si le mariage est nécessaire, peut-être par méfiance envers « l’immoralité » des esclaves.

  • 10 Id., « La sucrerie Galbaud du Fort », op. cit., p. 89.

15Cependant, les listes d’esclaves ne les groupent plus par familles, même illégitimes, mais décrivent les hommes puis les femmes, le plus souvent avec leurs enfants, mais ceux-ci sont parfois déportés à la fin des listes. Femmes et enfants, seul couple désormais reconnu, alors que l’homme noir ne l’est plus comme père. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus de couples sur les plantations mais le regard du maître s’en est détourné et nous ne sommes plus renseignés. Seules les déterminations de la force de travail et de la valeur marchande de l’esclave sont désormais décrites : l’âge, la qualification, le prix. Le maître devient un chef d’entreprise et ce modèle s’étend des grandes plantations jusqu’aux plus petites, déterminant la levée des actes notariaux. Ce qui est lié au développement de Nippes : dans les années 1721-1730, aucune habitation n’a plus de cinquante esclaves, le quart dans les années 1751-1760 et la moitié en 1761-1770. Cette mutation semble avoir eu lieu dès 1710 pour le reste de Saint-Domingue où les plantations sont rarissimes qui, comme celles du conseiller Galbaud du Fort, présentent en 1741, soixante-dix esclaves sur cent seize répartis en seize familles, dont neuf ont pour chef un esclave déjà présent en 171010.

16Le « libertinage » des esclaves est pourtant loin d’être assuré parce que les familles ne sont plus reconnues. Pour les maîtres et leurs gérants, cette promiscuité décrivait les relations sexuelles hors de la reconnaissance de l’Église et de la communauté des fidèles. Elle a fini par désigner des relations sexuelles multiples et une vie de plaisirs, supposée débuter fort tôt. Or, en moyenne, à Nippes, les femmes ont leur premier enfant survivant à vingt ans en 1721-1730, à vingt-trois an et demi de 1731 à 1750 puis à vingt-cinq ans en 1761-1770.

  • 11 Stanley Engerman, Robert Fogel, Time on the cross, op. cit., p. 138.

17Sur la plantation de Bisdary, où la mortalité infantile a pu être prise en compte, cette moyenne est de 24,7 ans en 1763 : les chiffres de Nippes ne sont donc pas incohérents. Des moyennes similaires ont conduit Fogel et Engerman11 à affirmer que les esclaves américains avaient des mœurs victoriennes. Je n’irai pas jusque-là parce que derrière ces moyennes se cache une grande diversité : des femmes ont leur premier enfant survivant à 12 ans, d’autres à 48 ans. 27 % des femmes, au minimum, ont commencé leur vie sexuelle avant 20 ans : elles ont frappé les imaginations des Européens habitués au mariage tardif, bien qu’elles soient loin d’être majoritaires.

18Par ailleurs, le taux de natalité, une fois tenu compte de la mortalité non comptabilisée de nourrissons, est aussi ou plus élevé que celui de la France au début du XVIIIe siècle qui était déterminé par le célibat de 10 % des femmes, un certain nombre de stérilités et le mariage à 25 ans. Cependant, la mortalité infantile sévit durement puisque plus de la moitié des femmes n’ont pas d’enfant survivant et que le quart en a un seul. Les Africaines, particulièrement, ont moitié moins d’enfants survivants que les Créoles, ce qui peut s’expliquer par les perturbations physiologiques et psychologiques induites par la déportation ainsi que par les difficultés d’intégration dans les réseaux de relations de la plantation, plus que par une mortalité différentielle de leurs enfants. Quelqu’en soient les causes, la reproduction physique des esclaves n’est nullement assurée à Nippes : il n’y a que 0,6 enfant par couple géniteur et, vu que les hommes sont en surnombre, 0,4 enfant par adulte.

En Guadeloupe

19Les premiers inventaires des minutes notariales, qui datent de 1759, montrent une politique familiale beaucoup plus diversifiée qu’à Nippes. Ainsi les esclaves des sucreries Bermingham et Bisdary sont regroupés par familles alors que les individus de sexe masculin et féminin sont détaillés séparément sur la sucrerie du Comte de Lohéac et sur l’habitation de Pierre Pagery. Sur la première de ces sucreries, 10 % des esclaves sont mariés et 47 % vivent maritalement. Un tiers des femmes élèvent seules leurs enfants. Sur l’habitation Bisdary, que les jésuites vendent alors au sieur Lepreux, les esclaves mariés sont également minoritaires mais en nombre plus important puisqu’ils représentent un adulte sur cinq, les concubines représentent 37 % de ceux-ci et les mères seules, 13 % des mères. Il est d’ailleurs intéressant de noter un changement important, peut-être dû aux sollicitations des jésuites : entre vingt et trente ans, 75 % des mères sont mariées et seulement 17,5 % au-dessus de cet âge. La moitié des femmes vivent en concubinage entre trente et quarante-neuf ans alors que les mères seules atteignent un tiers des femmes entre quarante et quarante-neuf ans, mais c’est peut-être simplement l’effet de la mort, non notée, de leurs compagnons. Sur ces deux habitations, les couples sont donc majoritaires, ce qui explique peut-être que le taux de natalité y soit fort : égal à celui de la France pour Bisdary, alors que sur les deux autres sucreries, il n’en atteint que le tiers.

20Les pratiques familiales renvoient et se font l’écho d’histoires très différentes. Sur les habitations Bermingham et Bisdary, les Créoles sont nombreux, la structure par âge assez proche de celle de la France et les esclaves âgés sont loin d’être inconnus. En revanche, sur les deux autres plantations, les jeunes sont sur-représentés du fait de la traite, les Africains sont d’ailleurs nombreux. Il n’y a aucun esclave de plus de cinquante-cinq ans sur l’habitation Pagery. Les maîtres ou leurs représentants se désintéressent des familles que peuvent former leurs esclaves. Le faible nombre d’enfants ne semble donc pas un effet d’un choix pris en toute liberté par les femmes mais celui de conditions de vie désastreuse.

21À en croire les recensements guadeloupéens, la situation générale y est différente : les hommes sont plus nombreux ainsi que les enfants par rapport aux plantations à immigration récente.

En Martinique

  • 12 Gabriel Debien, « Destinées d’esclaves à la Martinique, 1746-1778 », Bulletin de l’institut fondam (...)

22La Martinique est l’île sur laquelle nous détenons le moins de renseignements car les planteurs, rarement absents, n’ont pas laissé d’instructions à leurs gérants ou de comptes de plantations comme à Saint-Domingue et les minutes notariales ne sont pas à la disposition du public. Seul M. Debien a étudié une plantation martiniquaise12. Elle correspond à l’optique chrétienne décrite par Dutertre en 1667. En effet, les couples mariés y sont très nombreux : cinquante-deux de 1743 à 1778. Sont notés également quatre couples africains concubins et 25 mères seules dont onze semblent avoir des liaisons plus stables. Cependant, les femmes deviennent de plus en plus nombreuses sur la plantation : elles sont en 1763 quarante-sept pour trente-deux hommes. Ce décalage peut se traduire par le développement d’une polygynie de fait : ainsi le commandeur Bernard a dix enfants dont seulement trois avec sa femme légitime. Le système africain de la « première » femme et des concubines s’est alors reconstitué sur cette plantation, pourtant très christianisée, au profit de l’esclave le plus puissant.

23La natalité est très forte sur cette plantation même si la moitié des enfants meurent par la suite, taux d’ailleurs comparable à celui de la France de l’époque. Elle est due aux bienfaits d’une politique de mariage puisque les couples mariés ont en moyenne quatre enfants (seize d’entre eux en ayant plus de quatre), chaque couple africain a deux enfants et les vingt-cinq mères seules, quarante et un enfants. Le solde des naissances et des décès est positif de 9 ‰.

24Cette natalité ne permet pas seulement d’éviter de sortir de l’argent frais pour acheter des esclaves aux bateaux négriers. Elle remplit aussi les poches des maîtres : vingt-huit esclaves de la plantation sont vendus de 1761 à 1778, vingt-huit enfants de familles chrétiennes ! Les ventres des femmes sont exploités, mais ils ne le sont pas dans le cadre de « haras » ou du métissage, ils le sont par le biais du mariage chrétien, de la reconnaissance de couples et accessoirement de la polygynie.

  • 13 AN, Col., F3 90, fol. 108, 11 avril 1764.

25Cette politique est cependant très originale en Martinique puisque sur cette plantation, neuf esclaves sur dix sont créoles en 1746, alors que la traite a déporté dans cette île, 45 000 captifs de 1713 à 1742. Aussi le gouverneur Fénelon13 se plaint en 1763 que les natalités n’y remplacent pas les mortalités : « Un de mes étonnements a toujours été que la population de cette espèce n’ait pas produit depuis que les colonies sont formées, non pas de quoi se passer absolument des envois de la côte d’Afrique, mais au moins de quoi former un fonds dont la reproduction continuelle n’obligerait pas à être toujours à la merci d’un envoi, commerce épineux pour celui qui le fait, qui doit à la longue, épuiser la source qui l’entretient. » Pour expliquer cet état de fait, il dresse un sombre tableau de la condition des esclaves.

« La plupart des habitants les nourrissent mal, les font travailler au-delà de leur force pour faire plus de revenus ce qui doit les énerver indubitablement et prendre sur le germe de la population. Les négresses enceintes, on les fait travailler dans cet état-là jusqu’au dernier moment avec rigueur et souvent, on les maltraite. Même défaut de nourriture. Il est improbable que l’un et l’autre ne prennent pas sur la constitution de la mère et de l’enfant. Les maladies des négrillons et négrittes, fléau auquel je ne saurais d’autres remèdes que plus de soin et d’attention dans la manière de les traiter. J’ai observé en même temps à la Martinique que dans les maisons des religieux (c’est le seul bien qu’elles fassent) et chez quelques habitants qui pensent, où l’on nourrit bien les nègres, où l’on a soin des mères et des enfants, la population y est considérable. Non seulement les maisons religieuses et ces habitants n’achètent que rarement de nouveaux nègres mais encore, ils sont en état d’en vendre de leur production. Chez Mme de Courtois, à l’habitation de Macquante à la Basse-Pointe et celle des Jacobins, on n’achète jamais de nègres nouveaux, on en vend au contraire. »

26L’habitation Rochechouart est donc une de ces exceptions puisqu’elle vit sur ses forces et qu’elle a vendu 28 esclaves de 1761 à 1778. La référence aux maisons de religieux permet d’ajouter aux conditions de vie plus confortables des esclaves, l’existence d’une politique de mariage puisque les religieux devaient baptiser leurs esclaves et les empêcher de vivre dans le « péché ».

27Il est évidemment hors de question de comparer les 197 propriétaires et les 8 301 esclaves de Nippes, les 6 propriétaires et les 540 esclaves guadeloupéens et les 163 esclaves de la sucrerie Rochechouart, pour en tirer des conclusions sur les différences entre ces îles. Imaginons que le seul inventaire de Saint-Domingue qui nous reste soit celui de l’habitation de Reynaud à l’Acul des Savanes où 40 % des adultes sont mariés : nous aurions une vision assez déformée de la réalité de Nippes puisque dans les années 1741-1750, les inventaires ne décrivent que 2,6 % d’esclaves mariés.

28Cependant, il est manifeste que les esclaves de Nippes étaient peu mariés au regard de ceux de certaines plantations des îles du vent, certes pas nécessairement majoritaires. Sauf sur l’habitation Rochechouart, assez exceptionnelle, les mariages ne sont nulle part aussi nombreux qu’au XVIIe siècle et ce fait est une suite normale de la diminution du nombre de religieux et de la volonté de christianisation en profondeur.

Les paradoxes d’un abandon

29Parmi les politiques de reproduction qui s’offraient aux maîtres, celle qu’avaient choisie les colons au XVIIe siècle (le mariage chrétien) s’est donc révélée la plus efficace puisque les mères mariées sont les plus fécondes. Elle ne permet pas seulement d’éviter d’acheter des captifs de traite mais assure des revenus de la vente des esclaves nés sur la plantation. Ce ne sont pas les « haras » ni le métissage qui ont donné ce résultat mais la reconnaissance des couples. Il est vrai que sur les plantations étudiées vivent côte à côte mariés, concubins et mères seules : les libertinages n’y ont pas été interdits comme le prônaient certains colons au XVIIe siècle. Peut-être parce qu’un esclave de plus n’est pas à négliger. Paradoxalement, cette politique n’a pas été appliquée malgré son efficacité. La « débauche » lui a été préférée comme à Nippes où la natalité est forte sans que l’on sache si des familles nucléaires ne prospèrent pas loin des yeux du notaire ou si les maîtres ne cherchent pas à préserver les maternités. Cependant, ces naissances n’équilibrent pas les mortalités et la reproduction des esclaves n’est pas assurée. Sur d’autres plantations, la « débauche » ne se traduit nullement par de fortes natalités. On peut alors penser que les planteurs n’ont nullement des préoccupations natalistes car ils préfèrent un rendement rapide, dut-il épuiser l’esclave, et qu’ils sont majoritaires.

30Globalement, l’abandon des politiques de mariage est parallèle au développement des sucreries et au rejet de toute politique nataliste. Lorsque les maîtres ne se sont plus préoccupés des pères, ils se sont également désintéressés des mères.

  • 14 Barry W. Higman, « African and Creole slave family paterns in Trinidad », Journal of Family Histor (...)

31Par ailleurs, le succès des religieux dans certains quartiers ou certaines plantations semble indiquer que leur alliance avec les maîtres était plus déterminante que le refus des esclaves. D’ailleurs les mariages ne sont pas forcément contradictoires avec les traditions africaines. C’est lorsque les Africains sont les plus nombreux : au XVIIe et début XVIIIe, que les mariages le sont aussi. Peut-être l’ethnie des Africains joue-t-elle : ainsi, à Nippes, les unions religieuses sont les plus fréquentes au moment où les Ibos représentent près de la moitié des esclaves. Or, ils sont patrilinéaires et la polygynie y est réservée aux hommes les plus riches. À Trinidad, aussi, ces captifs sont les plus portés aux unions stables14.

32Au tournant du siècle, certaines pratiques africaines persistent aux Antilles dans les relations des hommes et des femmes.

« Il est rare que le mari fasse manger sa femme avec lui, quelqu’amitié qu’il ait pour elle. Ils savent fort bien les faire souvenir du respect qu’elles leur doivent. Il n’y a que la jeunesse, qui, dans le commencement de leur mariage donne un peu plus de liberté aux femmes et mange quelquefois ensemble. J’ai souvent pris plaisir à voir un nègre charpentier de notre maison de la Guadeloupe lorsqu’il dînait. Sa femme et ses enfants étaient autour de lui et le servaient avec autant de respect que les domestiques les mieux instruits servent leur maître et si c’était un jour de fête ou le dimanche, les gendres et ses filles ne manquent pas de s’y trouver et de lui apporter quelques petits présents. Ils faisaient un cercle autour de lui et l’entretiennent pendant qu’il mange. Lorsqu’il avait fini, on lui apportait sa pipe et pour lors, il leur disait gravement : “allez manger, vous autres”. Ils lui faisaient la révérence et passaient dans une autre chambre où ils mangeaient tous ensemble avec leur mère. »

  • 15 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, IV, p. 470.

33Labat remarquant que le gouverneur mange avec sa femme, le charpentier lui rétorque qu’il « croyait bien que les Blancs avaient leurs raisons mais ils avaient aussi les leurs et si on voulait prendre garde combien les femmes blanches sont orgueilleuses et désobéissantes à leurs maris, on avouerait que les nègres qui les tiennent toujours dans le respect et la soumission sont plus sages et plus expérimentés que les Blancs sur cet article15 ». Déjà l’extrême respect des femmes pour leurs maris avait surpris les voyageurs européens en Afrique. Cependant, il est curieux que le charpentier dîne seul et les gendres avec les femmes alors que les hommes africains mangent en commun, scellant leur alliance.

  • 16 Id., p. 494.

34D’ailleurs, il n’est pas indifférent que l’esclave soit charpentier, qualification respectée sur les habitations. Ainsi une fille d’ouvrier refuserait d’épouser un fils de nègre de houe16. À Bisdary, en 1763, le mariage signifie bien la reconnaissance d’un certain rang sur la plantation. Sur les 32 ouvriers (1 homme sur 4), 7 vivent en célibataire, 4 le resteront, 14 vivent en concubinage, 3 se marieront et 11 sont mariés. Les ouvriers représentent respectivement 36 %, 48 % et 68,7 % de ces catégories. Les ouvriers ont donc beaucoup plus de chance de se marier que les nègres de houe, légèrement plus de vivre en concubinage. Le mariage implique également une demande de reconnaissance sociale et donc qu’une société se soit formée. Labat la décrit comme très vivante à Fonds-Saint-Jacques en Martinique à la fin du XVIIe siècle. Les amis des familles des futurs mariés ont leur mot à dire mais surtout les parrains et marraines, qui représentent les esclaves déjà intégrés dans les plantations antillaises et en quelque sorte pour les « bossales » une filiation fictionnelle.

35L’homme qui se marie a donc un certain pouvoir sur la plantation et sur sa femme. Les préceptes chrétiens d’obéissance au mari viennent redoubler les pratiques africaines.

*

36Cependant sur la moitié des plantations, dans la première moitié du XVIIIe siècle, le couple mère-enfant est seul désormais perçu par les maîtres. Cette description correspond-elle à la réalité ou faut-il y voir un déni par le maître de l’esclave en tant que père et un appui au pouvoir de la mère ? Cette thèse supposerait une volonté des maîtres quant aux relations entre les esclaves alors qu’ils s’en désintéressent. De plus, le fait que la mère soit nommée n’implique nulle attention particulière du maître à son égard comme le déplore Fénelon. Elle a la charge de l’entretien à cause du principe esclavagiste qui veut que l’enfant appartienne au maître de la mère, même si par la suite elle le voit vendre dans d’autres plantations. Cela n’a pas empêché des couples de continuer à subsister sur les plantations. Ainsi lorsque deux enfants de mère différente portent le même prénom, l’un sera suivi de celui de la mère, l’autre de son père. Seul moment où, pour lever une ambiguïté, il apparaît. D’ailleurs, les esclaves amélioraient leur nourriture et leurs vêtements, sinon réduits au minimum, par leur industrie le dimanche, sur les habitations où ils n’étaient pas occupés ce jour-là : la coopération économique d’un couple n’était donc pas inutile.

Notes

1 ANSOM, G1 470bis, G1 499.

2 ANSOM, G1 469 et G1 497.

3 ANSOM, G1 509.

4 Mettas, op. cit., expédition négrière no 271, p. 103.

5 D’après Mettas, op. cit.

6 François Xavier Charlevoix, Histoire de l’île espagnole de Saint-Domingue, écrite particulièrement sur les mémoires du PJB Le Pers, jésuite missionnaire à Saint-Domingue, 1730-1731, II, p. 505.

7 Margat in Lettres édifiantes et curieuses. Mémoires d’Amérique, 1725, VII, p. 112.

8 ANSOM, Minutes notariales de Saint-Domingue, Nippes, notaires Saunier (1751-1754) et Beaulieu (1749-1770).

9 Debien, Les esclaves…, op. cit., p. 227.

10 Id., « La sucrerie Galbaud du Fort », op. cit., p. 89.

11 Stanley Engerman, Robert Fogel, Time on the cross, op. cit., p. 138.

12 Gabriel Debien, « Destinées d’esclaves à la Martinique, 1746-1778 », Bulletin de l’institut fondamental d’Afrique noire, série B, 1960, p. 1-91.

13 AN, Col., F3 90, fol. 108, 11 avril 1764.

14 Barry W. Higman, « African and Creole slave family paterns in Trinidad », Journal of Family History 3 (2), été 78, p. 174.

15 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, IV, p. 470.

16 Id., p. 494.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search