Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Deuxième partie. Maternités esclaves

Chapitre II. L’incitation au mariage

Texte intégral

  • 1 Bouton, op. cit., p. 100.

1Lorsque les premiers colons arrivèrent aux îles, ils eurent d’autres soucis que les maternités de leurs esclaves : luttes contre les occupants des îles, défrichements, famines. Le jésuite Bouton, qui passa trois ou quinze mois en Martinique, reconnaît en 1640, cinq ans après la fondation de la colonie, qu’on s’est surtout occupé à faire travailler les esclaves et qu’ils mènent leur vie privée comme ils l’entendent. « Leurs mariages sont aussi faits sans les cérémonies requises ; il y aura de la peine à raccommoder tout cela, mais peu à peu, on en viendra à bout et on les instruira1. » Vers 1660, des préoccupations plus natalistes émergent dans les écrits des chroniqueurs.

L’idéal : le mariage chrétien

La campagne pour le mariage

  • 2 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 507.

2Selon Dutertre, dominicain qui séjourna en Guadeloupe de 1635 à 1647 et resta en contact avec de nombreux colons, ceux-ci ont vite compris l’intérêt de la reproduction des esclaves et ils l’ont pensée dans un cadre catholique. « C’est pour cela que nos Français ont soin de les marier le plus tôt qu’ils peuvent pour en avoir des enfants qui dans la suite des temps, prennent la place de leurs pères, font le même travail et leur rendent même assistance2. » Le roi lui-même donne en 1680 pour motif du choix de christianisation les nécessités de la reproduction des esclaves.

  • 3 Lettre de Begon, 22 avril 1684, AN, Col., F 221, fol. 607, reproduisant celle du roi à MM. le Chev (...)

« Sa Majesté a été informée de l’extraordinaire prostitution qui règne parmi les négresses et du peu de soin qu’on a eu jusqu’à présent de l’empêcher et comme Elle veut que ce désordre soit réprimé, non seulement pour l’intérêt des bonnes mœurs et de la religion, mais aussi pour celui de la colonie parce que cette prostitution empêche les femmes de devenir grosses et qu’elle se trouve privée du secours qu’elle tirerait des nègres qui naîtraient dans le pays. Sa Majesté veut qu’elles s’appliquent à faire les règlements nécessaires et qu’elles portent autant que faire se peut les nègres et les négresses à se marier entr’eux3. »

3Les femmes seraient donc les cibles de cette répression. La prostitution semble désigner ici les divers concubinages des esclaves car il n’est pas fait mention dans les textes que nous possédons d’une véritable prostitution.

  • 4 Flandrin, Familles, op. cit., p. 11.

4L’esclavage est alors conçu comme une extension de l’état de serviteur dans la famille française au XVIIe siècle. Ainsi, selon le dictionnaire de Furetière en 1690, le mot « famille se prend pour un ménage composé d’un chef, de ses domestiques soit femmes, enfants ou serviteurs4 ». De même, Dutertre inclut les esclaves dans la famille du maître avec son épouse, ses enfants et les serviteurs blancs. Le maître est pensé comme le chef de la famille paysanne traditionnelle, autant unité économique qu’affective, qui organise le travail et veille à la direction des âmes.

5Dans la France traditionnelle, le serviteur, souvent non salarié au sens actuel du terme, est récompensé de ses services par son maître qui l’établit. La sollicitude du maître pour le mariage de son esclave correspond à la transformation que produit l’état de « serviteurs perpétuels » et à l’intérêt du maître pour le fruit de ces unions.

  • 5 Pelleprat, op. cit., p. 66.

6Le jésuite Pelleprat, qui résida à Saint-Christophe et en Martinique de 1651 à 1653 puis de 1654 à 1655, rapporte qu’un esclave, trompé par sa femme, en demande une autre à son maître, ce qui semble témoigner de l’intériorisation de cette structure5. Cet esclave peut s’appuyer sur certaines traditions africaines dans lesquelles les mariages sont négociés par l’intermédiaire des anciens du clan. Elle témoigne aussi de la prise en charge rendue nécessaire par le déracinement de l’Africain qui arrive dans un monde où tout lui est étranger. Cette passivité a cependant été exagérée par la plupart des chroniqueurs qui occultent tout ce qui ressort de la tradition africaine ou d’une réponse des esclaves à leur nouvelle situation.

7L’assimilation du maître au chef de famille est rendue possible par le faible nombre des esclaves. En Martinique, en 1664, 58 % des propriétaires ont cinq esclaves ou moins, 79 % dix ou moins. En Guadeloupe, en 1671, les propriétaires martiniquais de plus de 30 esclaves atteignent le chiffre de 3 %. En 1680, encore 35 % des propriétaires d’esclaves martiniquais n’ont pas plus de cinq esclaves. De plus, la traite est irrégulière, les bateaux rares : le mouvement est lent sur les plantations.

  • 6 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 471.

8Certains maîtres vont donc vouloir évangéliser leurs esclaves, parce qu’ils pensent que leur religion est la seule qui soit légitime et qu’ils y trouvent la justification de l’esclavage. Ainsi chez M. le général du Parquet, qui dirigea la Martinique, de 1639 à 1658 : « Après les prières, il y avait un jeune homme, qu’il avait acheté exprès, qui faisait prier Dieu tous les nègres, tout en leur faisant réciter le Pater, l’Ave, le Credo, le Confiteor en français avec les commandements de Dieu et un formulaire de prière avec des actes de contrition et tout se terminait par un exiaudiat pour le Roi et la Maison royale : à son imitation, les bons habitants ont pris cette sainte coutume6. » Ces derniers sont aidés par les religieux qui, ayant échoués dans la conversion des Indiens, s’essaient à celle des esclaves. Ainsi le jésuite Pelleprat ajoute au catéchisme par le biais de traducteurs de différentes nationalités, à la récitation et à la messe des dimanches et fêtes, un zèle apostolique de tous les instants.

  • 7 Pelleprat, op. cit., p. 59-60.

« On va dans les granges où ils travaillent une partie de la nuit, on les suit quelquefois dans les campagnes pendant les jours où, sans les détourner de leur travail, on leur enseigne les points de notre foi, quand on les rencontre dans les chemins publics, on les arrête pour leur dire un bon mot ou pour les faire prier Dieu et c’est là que plusieurs ont pris cette bonne coutume de faire le signe de la croix quand ils rencontrent nos Pères… On s’insinue dans leurs esprits par des présents : un agnus dei, une image ou une médaille sert quelquefois plus qu’un long discours, mais les nègres qui sont grossiers et matériels font plus d’état d’un bonnet, d’un caleçon ou d’une chemise qui sont les présents les plus agréables qu’on peut leur faire7. » (On les comprend !)

  • 8 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1130.
  • 9 AN, Col. F3 90, 13 février 1683, art. 4, fol. 12.
  • 10 Id., fol. II.

9Or ces religieux menaient une campagne active pour les mariages. À Saint-Christophe, le jésuite Mongin baptise au cours de l’année 1680, 123 adultes, unit religieusement 128 esclaves, reconstitue 88 « mauvais ménages » et arrache à leur état 355 concubins (54 % de ceux qu’il avait dénombrés8). De tels succès font s’interroger sur les moyens employés par le religieux : les agnus dei et les images peuvent difficilement y suffire. Ainsi le mémoire de Michel Bégon, arrivé dans la même île en 1682, conseille aux maîtres de ne souffrir « aucun concubinage entre lesdits esclaves qu’ils seront tenus de punir sévèrement lorsqu’ils en auront connaissance9 ». Or, il a été « concerté avec M. le comte de Blénac après avoir pris les avis des officiers des trois conseils souverains et des principaux habitants de toutes les dites îles10 ». La politique chrétienne se menait donc à coups de fouet, et à en juger d’après les pratiques de l’époque, les réussites surprenantes de Mongin pourraient s’expliquer par l’alliance des maîtres et du prêtre. Certains maîtres peuvent décider des sorts amoureux de leurs esclaves, qu’ils se marient, se cachent pour s’aimer ou doivent se séparer.

  • 11 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 507.
  • 12 Ibid., p. 529.

10S’ils obligeaient leurs esclaves à se marier, leur donnaient-ils du moins toute liberté en ce sens ? D’après Dutertre en 1667, les maîtres ratifient la plupart du temps le choix des esclaves11. « Ils font tout ce qu’ils peuvent pour leur donner des femmes de leur terre… Si un nègre et une négresse qui appartiennent à deux maîtres s’aiment, les maîtres font un accommodement : l’un achète le nègre ou l’autre la négresse. » Il est cependant difficile de ne pas se servir de son pouvoir absolu sur quelqu’un. En France, les moralistes chrétiens reprochaient déjà à certains chefs de famille de retarder le mariage de leurs serviteurs pour garder leurs services. Aux Antilles, cette pratique va s’accentuer, dénoncée par les religieux pour le même motif : le risque du péché d’adultère. « Cette règle n’est pourtant pas sans exception car un maître qui connaît la bonté de son esclave a bien de la peine à s’en défaire, particulièrement lorsqu’il a chez lui une négresse prête à marier et bien qu’il n’use absolument pas de violence pour lui faire épouser, il lui commande d’une manière qui arrache souvent son consentement pour éviter d’être mal traitée, de sorte que cette malheureuse nécessité est l’origine de mauvais ménages que plusieurs font ensemble, car ils ne s’aiment point et quoiqu’on fasse l’on ne saurait empêcher qu’ils ne nourrissent de puissantes inclinaisons pour quelque négresse de leur terre et qu’ils n’entretiennent souvent avec elle de très dangereux commerces. » La possibilité qu’a le maître d’infliger des châtiments sans en rendre compte à quiconque vient excéder la comparaison avec le chef de famille en France, d’autant que les esclaves lui sont attachés à vie. Si serviteurs et enfants peuvent recevoir des coups, ils n’ont pas la violence des châtiments imaginés par les colons. Les esclaves, pour paresse, recevaient des coups de liane, qui font plus mal qu’un nerf de bœuf. Pour fait de fuite : « on leur découpe la peau à coups de lianes, on leur frotte leurs plaies avec du piment, du sel et du jus de citron deux ou trois fois hebdomadaires pendant un mois12 ».

11L’esclave peut être obligé de se marier avec quelqu’un qu’il n’aime pas. Il ne peut aucunement obliger son maître à donner son consentement qui est nécessaire.

12La nécessité pour le maître de se défaire de son esclave ou d’en acheter un en cas de mariage renvoie à la « coutume du pays » selon laquelle les mariages doivent se faire entre esclaves d’une même habitation. Le maître ne veut pas que sa propriété soit sur les routes et rentre fatiguée. Mais il y a plus : la volonté du maître que tous les affects, tous les engagements de l’esclave se passent à l’intérieur de son domaine. Tout ce qui peut exister en dehors de son regard n’est pas pris en compte. La famille de l’esclave n’est reconnue que comme une partie, dépendante, de celle du maître. Alors que le mariage du serviteur marque la fin de son service, celui de l’esclave perpétue les projets du maître.

13Ainsi les enfants des esclaves sont un investissement pour le maître. Cependant, cette politique de reproduction s’appuie sur les deux parents et reconnaît l’esclave comme père. D’ailleurs, les textes de religieux semblent indiquer qu’une certaine initiative est reconnue à l’homme esclave dans le choix de sa compagne et que sa personnalité est donc davantage prise en considération. De plus, la religion catholique accorde un rôle de direction à l’homme dans le couple.

Résistances

  • 13 Pelleprat, op. cit., p. 65-66.
  • 14 Cité Par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129.
  • 15 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 513.
  • 16 Debien, « Les cases », op. cit., p. 21.
  • 17 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 518.
  • 18 Ibid., p. 520.
  • 19 Mongin, Bibl. Carcassonne, VII, p. 91-92, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129.
  • 20 Ibid., p. 88-89, cité p. 1129.
  • 21 Rochefort, op. cit., p. 323.

14Le désir de l’esclave ne nous parvient que filtré par les religieux qui ne le perçoivent qu’en fonction de leurs propres valeurs. L’opinion du jésuite Pelleprat, en 1655, est assez balancée : « Il est difficile de dire le changement qu’on remarque dans les mœurs des esclaves après leur baptême… Il s’en trouve parmi eux aussi bien qu’entre nous Européens qui sont portés au vice et sujets à plusieurs faiblesses13. » Il donne comme exemple un nègre qui trouve sa femme adultère et en demande une autre à son maître. Celui-ci lui répond qu’étant chrétien, il ne lui est pas permis d’en épouser une autre. Et l’Africain de s’étonner : « Moi chrétien, moi donc souffrir cela ? » Hiatus profond et durable entre l’esclave de culture africaine pour qui le divorce est chose banale et le chrétien qui ne le comprend pas, alors que cela paraît aujourd’hui tout à fait naturel. En 1680, le jésuite Mongin, chargé des esclaves d’une paroisse, explique de la même façon leur peu d’empressement envers le mariage. « Les nègres veulent avoir la liberté de prendre et de quitter toutes les femmes qu’il leur plaira sans être obligés d’entretenir une famille14. » Les Africaines ont souvent le droit de divorcer mais il n’est pas question de femmes dans ce manuscrit : réalité ou négation de l’autonomie des femmes ?… L’argument du refus d’entretien ne se comprend guère. Tous les esclaves étaient logés, vêtus et nourris « d’une manière tout à fait pitoyable15 » par le maître, ou plus exactement, par leur propre travail. L’homme esclave se trouvait-il dans l’impossibilité de remplir les obligations qui étaient siennes dans la plupart des sociétés africaines : fournir vêtements et cases décentes ? On sait que le maître intervient même pour qu’on ne construise pas les cases des femmes à part selon la tradition africaine16. Sinon, la disposition des cases rappelle celle de l’Afrique : « Tous les esclaves d’une même famille bâtissent leurs cases en un même lieu, en sorte néanmoins qu’ils laissent 10 à 12 pas de distance. Quand ils sont beaucoup, ils font ordinairement un cercle et ils laissent une place commune au milieu de toutes les cases qu’ils ont grand soin de tenir fort nette17. » Aux Antilles, du moins selon Dutertre, les femmes continuent à cultiver « des herbes potagères, des concombres, des melons de toutes sortes et des giromons que leurs maris vont vendre aux magasins les dimanches et fêtes entre deux messes18 », mais non pas à vendre leurs productions, ce qui doit faciliter l’entretien par les hommes. En fait, « le principal obstacle à ce sacrement (le baptême) est leurs divers concubinages qu’ils ne paraissent avoir aucune volonté de quitter quand ils demandent le baptême19 ». La problématique des esclaves reste étrangère à l’Occident chrétien. Pour les Africains, ces « débauches » ne le sont pas et la fécondité des mères célibataires les valorisent, comme à Ouidah, dont de nombreux esclaves viennent au XVIIe siècle. « Plus ces débauches sont ordinaires et moins les filles en ont honte. On en voit assez souvent quelques-unes chargées de cinq ou six enfants. Elles n’en rougissent pas et ce n’est pas une chose rebutante pour un garçon qui les recherche en mariage20. » Les esclaves semblent conserver de la tradition africaine ce qu’ils peuvent, notamment le divorce, mais toute la structure clanique ou lignagère, qui soutient les mariages en Afrique a disparu, ce qui en change considérablement le sens. La sociabilité entre Africains a pu remplacer cette forte présence familiale. « Ils s’aiment passionnément entre eux et bien qu’ils soient nés en pays différents et quelquefois ennemis les uns des autres, ils s’entre-supportent et s’entr’aident au besoin comme s’ils étaient tous frères21. »

15Cependant, le maître cherche à concurrencer les parents esclaves au nom des valeurs chrétiennes :

  • 22 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 510.

« On ne s’attend pas à eux (les esclaves) pour leur apprendre à prier Dieu, ni les premiers principes de la civilité ; les habitants en ont soin et jusqu’à présent, il y a peu de famille dans les îles où l’on n’élève les petits nègres de pair avec les enfants du logis et plusieurs habitants aiment mieux qu’ils soient avec leurs enfants, qu’avec leur père et mère22. »

16Cependant, Dutertre décrit des familles d’esclaves très unies :

  • 23 Ibid., p. 509.

« Quand les pères et mères reviennent du travail, la première chose qu’ils font c’est d’appeler leurs enfants ou de les aller chercher chez les voisins et ils ne mangent pas jusqu’à ce qu’ils les aient trouvés… Les nègres aiment leurs enfants avec tant de tendresse qu’ils s’ôtent le morceau de la bouche pour le leur donner… Ils ne sauraient aussi les voir châtier ou les entendre crier qu’aussitôt ils n’y courent et ne témoignent un extrême déplaisir du mal qu’on leur a fait, car ils aimeraient mieux qu’on les frappât eux23… »

17Nous chercherons à savoir le nombre de ces familles. En effet, la paternité fait partie des valeurs et des institutions africaines défendues par les esclaves, au même titre que la polygynie, le divorce, la liberté sexuelle, mais elle peut être rendue très difficile si les parents vivent sur deux plantations.

Les autres politiques de reproduction

La « débauche »

  • 24 Id., II, p. 511.
  • 25 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1130 et 1129.

18En parlant des « bons habitants », Dutertre pense que certains le sont moins. Tous les maîtres n’envoient pas leurs esclaves à la messe et a fortiori ne les marient pas, soit par négligence, soit par politique. « Certains habitants croient qu’une bonne maxime pour tenir les nègres dans le devoir c’est de les tenir dans une crasse ignorance de toutes choses, excepté de ce qui regarde leur travail. Nous sommes bien aise que les nôtres apprennent à lire et à servir la messe24. » On sait que les Anglais, selon Labat, ne voulurent pas éduquer chrétiennement leurs esclaves pour que ceux-ci ne se croient pas leurs égaux. Dutertre trouve pour sa part plus dangereux d’apprendre aux esclaves à manier les armes et à se servir des forges. En 1660, le jésuite Mongin compte dans son quartier martiniquais 37 maisons sur 200 où l’on ne fait pas dire les prières aux esclaves. Il ajoute qu’un intérêt plus précis s’oppose au mariage des esclaves : « Ils ne les peuvent vendre séparément dès qu’ils sont mariés… Ils ne peuvent pas se défaire d’un nègre qui leur est inutile sans se priver d’un autre qui ne l’est pas25. »

  • 26 AN, Col., F3 21, fol. 65.

19C’est sans doute une coutume répandue par les religieux car aucune décision n’a été prise en métropole. Après qu’elle eût été édictée en 1684, certains maîtres la tournent à Cayenne. En 1687, le frère Saint-Gilles recommande de veiller à ce qu’ils ne « les marient pas eux-mêmes, ce qu’ils pratiquent souvent, même à l’égard des esclaves chrétiens, et ce pour avoir la facilité de vendre le mari et la femme séparément contre les défenses de l’ordonnance26 ».

20Certains maîtres encourageaient les esclaves à former des unions stables mais non légitimées religieusement. Sur le recensement en 1664 de la compagnie d’Houel en Guadeloupe, certains maîtres indiquent hommes, femmes et enfants séparément alors que d’autres tiennent compte dans leur représentation des liens entre esclaves : couples mariés ou non, avec ou sans enfants, mères célibataires et leur progéniture. C’est un indice intéressant même s’il n’est pas certain.

  • 27 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, II, p. 21.

21Mais quels seraient les moyens de cette politique ? Les maîtres peuvent inciter à la formation de couples en facilitant leur vie : construction de cases plus belles, réjouissances lors de faux mariages. Ils peuvent chercher à équilibrer les sexes à l’intérieur de leurs ateliers, ce que fit un Picard de Noyon : Monnel. Labat raconte que « sa fortune avait commencé par l’achat qu’il fit de 10-12 négresses malades qu’un vaisseau négrier lui laissa pour presque rien parce qu’on ne croyait pas qu’elles eussent 4 jours à vivre. Cependant, il eut assez d’habileté ou de bonheur pour les guérir et elles se trouvèrent si fécondes qu’elles lui ont produit une infinité d’enfants27 ». De fait, sur le recensement de 1660 en Martinique, il y a dans la maison de Monnel, 3 Français, 10 Noirs, 4 petits enfants et seulement quatre ans plus tard, 5 Français, 10 Noirs, 10 Noires et 10 « petits nègres ».

  • 28 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1130 et 1129.
  • 29 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 27.

22La tactique la plus simple, si ce n’est les aléas de la traite, n’est-elle pas celle choisie par ces colons de la Barbade, île anglaise, dans les années 1660 ? Ils amènent leurs esclaves au bateau négrier, « le meilleur compagnon choisit le premier puis les autres par ordre selon le rang qu’ils tiennent car chacun reconnaît celui qui est au-dessus de soi et lui donne la préséance comme les vaches font les unes pour les autres par une porte qui est étroite28 ». Ligon pourrait aussi bien écrire comme les courtisans de Louis XIV. L’homme choisit donc sa femme, ce que le colon guadeloupéen Poyen de Sainte-Marie, édité en 1792, qui conseille la même pratique, justifie par la plus grande inconstance des hommes29, façon de dire que l’homme blanc fait alliance avec le Noir.

23Cependant, les possibilités de choix des esclaves sont limitées lorsque, pour lutter contre les évasions d’esclaves, leurs sorties sont restreintes. Le Conseil Souverain de Saint-Christophe prend un règlement particulièrement violent en 1680 :

  • 30 AN, Col., F3 90, mémoire de Patoulet, fol. 1-10.

« Pour ôter toute pratique de vols ou de marronages aux dits esclaves et les ranger dans une particulière obéissance, le conseil leur a pareillement défendu de sortir de la maison de leur maître de nuit et sans billets d’eux ou autres marques cuidentes de leur aveu, ni même les fêtes et dimanches. Et afin de bien observer les dites défenses, le conseil a permis aux dits habitants ou autres personnes libres de tirer avec des armes à feu sur les dits esclaves qui seront rencontrés de nuit ou de jour sans billet ou marque particulière de l’aveu de leurs maîtres pour ceux qui ne sauront pas écrire30. »

24Cet avis est repris par l’intendant de police, justice et finances, Patoulet, après avoir été approuvé par les deux Conseils Souverains de Martinique et de Guadeloupe. Les Conseils Souverains étant composés du gouverneur, des officiers que le roi veut y faire entrer ou à défaut des principaux habitants, et Patoulet lui-même étant un habitant sucrier, cette interdiction exprime la pratique des « grands blancs », du moins quant à l’interdiction de sortir des esclaves, puisque les habitants en l’absence d’une législation sur les esclaves ont tout pouvoir sur eux.

25Le Code Noir, premier acte législatif sur les esclaves, ne reprendra pas l’obligation du billet, sinon pour les esclaves porteurs de marchandises. Par contre, les fêtes et réjouissances entre esclaves de différentes habitations sont interdites par l’article 16. Cette limitation des rencontres entre esclaves par leur propre volonté a peut-être conduit certains maîtres a des pratiques douteuses.

Des haras humains ?

  • 31 Mongin, Bibliothèque de Carcassonne, VII, p. 112, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129.
  • 32 Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1133-1134.
  • 33 Calculs d’après les recensements : ANSOM, G1 468 et G1 469.

26Le jésuite Mongin fait état à Saint-Christophe de conduites plus scandaleuses : quelques maîtres « sont allés à ces excès que n’ayant que des négresses, ils ont payé des nègres étrangers comme des étalons pour en avoir les enfants qui sont toujours au maître de la mère31 », pratique énoncée comme très minoritaire. Les esclaves sont alors utilisés comme des machines à produire d’autres esclaves. Le pourcentage d’ateliers sans hommes est assez important en Martinique : 22,6 % en 1664 et en 1680 et d’une date à l’autre, ceux où il y a néanmoins des enfants passent de 9,1 % à 14,4 %32. En Guadeloupe, le nombre de ces ateliers varie (22,4 % dans la colonie d’Herblay en 1664, 15,5 % en 1671 pour l’ensemble de la Guadeloupe) mais le pourcentage de ceux où il y a des enfants ne diffère guère de 45 %33. Cette occurrence est donc plus fréquente en Guadeloupe qu’en Martinique. Ces enfants peuvent également provenir d’achats, de veuvages ou surtout de liaisons à l’extérieur de l’habitation. Aussi le fort pourcentage d’enfants chez ces propriétaires en Guadeloupe peut-il simplement venir d’une moindre surveillance religieuse, car nous avons vu que certains maîtres ne veulent pas que leurs esclaves aient des enfants hors du mariage religieux. Tentons de préciser la possibilité de cette pratique nataliste qui implique, à prendre le terme étalon au sens strict, que les femmes y soient menées régulièrement comme cela se pratique dans les haras. Or, en Guadeloupe où le nombre élevé de propriétaires qui ne possèdent pas d’hommes permet l’analyse, les habitations où le nombre d’enfants par femme est réellement progressif sont rares et diminuent de 14 % en 1664 à 11 % en 1671 et celles où la reproduction est juste assurée de 25 % à 17,7 %, par contre celles où il n’y a pas d’enfants ou moins d’un enfant par femme croissent. Il y a donc une proportion décroissante et un faible nombre de propriétaires (5 en 1664 et 10 en 1671) susceptibles de transformer leurs esclaves en machines à produire, par contre, en l’absence d’augmentation égale d’ateliers avec des femmes sans enfants, on ne peut pas conclure à une réussite des tentatives de moralisation des esclaves.

Le métissage

  • 34 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 513.
  • 35 ANSOM, recensements, Martinique : G1 499 ; Saint-Domingue : G1 509.

27Aux Antilles françaises « (ce désordre) a été épouvantable et presque sans remède34 ». Le frère prêcheur Dutertre en donne pour motif, non l’intérêt économique, car tant les commandeurs blancs que les propriétaires en sont les agents, mais le faible nombre de femmes blanches. En 1665, le recensement de la Martinique indique 2 182 hommes pour 726 femmes et celui de 1671, 2 487 hommes pour 656 femmes. Ce n’est qu’à partir de 1688 qu’il y a 1 370 hommes pour 551 femmes. À cette époque, les informations sont rares sur Saint-Domingue, qui reste encore la patrie des flibustiers et des boucaniers. Il y aurait 3 463 hommes pour 435 femmes en 168135. La suite des événements montrera que la manque de femmes n’est pas la seule cause de l’attrait que les Noires exercent sur les hommes blancs.

  • 36 Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1135.
  • 37 ANSOM, recensements, G1 468 et G1 469.

28En Martinique, les mulâtres furent considérés comme libres : le père étant condamné à nourrir son enfant jusqu’à 12 ans, âge de sa liberté. Les recensements nominatifs de 1664 et 1680 les marquent parfois avec les Blancs, parfois avec les esclaves. Ils en dénombrent respectivement 47 et 6836. Par contre en Guadeloupe, les mulâtres restèrent esclaves à partir de 1680. Leur nombre y restera faible : on y compte 98 mulâtres en 1671 (1,3 % de la population totale), 219 en 1686 (2,6 %)37. Si l’on ne peut rien inférer des recensements quant aux rapports sexuels entre Européens et Africains, puisque ces derniers n’impliquent pas tous des naissances, il est du moins sûr qu’ils ne servirent pas à peupler les plantations.

29Ni le métissage, ni les « haras » n’ont été utilisés à cette époque. Mais dans quelle mesure les politiques explicites de reproduction ont-elles été mises en œuvre ?

Des énoncés aux pratiques

Quelques statistiques

  • 38 ANSOM, G1 469, fol. 36 à 54.
  • 39 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1130.
  • 40 Louis Henry, Manuel de démographie historique, Genève/Paris, Droz, p. 61.
  • 41 Mongin, op. cit., VII, p. 112, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129. Voir également Marcel(...)

30Le recensement de 1664 de la Guadeloupe38 donne quelques informations sur les différents choix des maîtres et des esclaves. Dans le Capesterre, où les Français se sont d’abord installés, un propriétaire sur cinq regroupe ses esclaves par famille, ce qui laisse présager que l’intérêt pour ce sujet est assez faible. Pourtant un peu plus du quart des esclaves y sont mariés alors que le nombre en est insignifiant dans la Grande-terre nouvellement colonisée. Environ un tiers des mères seraient seules, la plupart des autres étant mariées dans la Basse-terre, ou concubines dans la Grande-terre. Mais, surtout, les mères ne sont jamais majoritaires et elles ne sont même qu’un quart des femmes esclaves dans la Basse-terre, sans que l’on sache si c’est à cause d’avortements fréquents, d’une forte mortalité infantile ou de l’isolement des esclaves. Le couple chrétien est très minoritaire, contrairement à ce que laisserait croire la description de Dutertre éditée en 1667. Une lettre de Mongin en 1680 apporte plus de renseignements sur l’activité et les résultats des missionnaires39. Lorsque ce jésuite arrive dans son quartier, il compte que sur les 1480 esclaves en âge de se marier, 261 ne sont pas baptisés (17,6 %), 499 baptisés mais non mariés (33,7 %), 720 sont mariés (48,6 %) dont 200 forment de « mauvais ménages » (soit 27,7 % des mariés). Les concubins sont 30 % et en incluant les mauvais ménages, 655 (44 %). Il reste 305 célibataires. En un an de prosélytisme, 57 % de la population en âge de se marier l’est. En France, jusqu’en 1900, le taux de célibat à 50 ans ne dépassait pas 10 %40. Mais, pour les Antilles, ce pourcentage de nuptialité est tout à fait exceptionnel, que ce soit pour les esclaves de Saint-Domingue au XVIIIe siècle étudiés par M. Debien ou pour la Martinique et la Guadeloupe au XIXe siècle. Pourtant, Mongin explique : « Autant les maîtres et les esclaves s’empressent pour le baptême, autant les uns et les autres ont de répugnance à consentir à ces mariages41. » Dutertre était plus affirmatif sur la prépondérance d’une volonté de christianisation des maîtres mais il n’a pas tenté de la mesurer et les pourcentages de nuptialité guadeloupéens sont bien inférieurs. Soit ces derniers sont faussés par la faiblesse de l’échantillonnage, soit ils pèchent par optimisme. Retenons du moins qu’en 1680 dans le quartier de Mongin, la politique de mariages chrétiens remporte de beaux succès. Elle a bien le résultat qu’escomptaient les maîtres selon Dutertre puisque le taux de natalité y est très élevé = 43 ‰. Il dépasse celui des autres quartiers martiniquais (sauf celui de Marigot Basse Pointe), ce qui laisse augurer que les couples y sont moins nombreux.

31On peut également essayer d’appréhender la réalité de la vie sexuelle des esclaves à partir du nombre d’enfants sur les habitations selon les rapports numériques entre les sexes. Pour cela, la proportion d’enfants africains a été considérée comme égale dans toutes les catégories d’habitations.

32Les habitations où il y a autant d’hommes que de femmes présentent les plus forts contrastes : elles ont la possibilité la plus faible d’avoir moins d’un enfant par femme, alors qu’elles sont souvent dépourvues d’enfants plus nettement que les autres. Ainsi dans la colonie d’Houël, en Martinique en 1680 et surtout en Guadeloupe en 1671, elles ont souvent plus d’un enfant par femme sauf lors du dernier recensement. Ce sont essentiellement de petites habitations ayant d’un à dix esclaves. Ces contrastes peuvent résulter du choix limité auquel sont confrontés les esclaves : ils se plaisent ou pas, et n’ont guère de possibilités de changement, constituant ainsi des couples assez solides, les maîtres peuvent également faire peser plus lourdement leur désir de moralisation.

33Les ateliers à dominante féminine, par contre, ont une forte probabilité d’avoir moins d’un enfant par femme, et une très faible d’en être totalement dépourvus, sans être jamais les plus progressifs. Les femmes ont donc des enfants mais peu, soit qu’elles n’en aient pas toutes mais majoritairement, soit que quelques femmes âgées viennent diminuer le rapport (ce n’est pas le cas chez Herblay où il est pourtant élevé). Cette faible fécondité pourrait correspondre à une sexualité vagabonde rendue possible par la majorité d’hommes et introduisant une polygynie de fait.

34Les habitations à dominante masculine ont le plus de probabilités d’avoir plus d’un enfant par femme. Certes, de peu en Guadeloupe en 1664, mais elles sont les seules à se maintenir dans l’effondrement du nombre d’enfants en 1671 (la moitié des habitations contre un tiers pour les autres). En Martinique où elles sont toujours les plus rares à être dépourvues d’enfants, leur nombre d’enfants par femme passe de la moyenne en 1664 à 71 % alors que celui des autres habitations stagne. La multiplication des enfants correspond à celle des hommes dans un atelier, que les femmes aient plus facilement de relations sexuelles ou que les hommes menacés par leurs nombreux concurrents constituent des couples plus stables et donc plus féconds.

35Il y a donc une corrélation très nette entre le rapport numérique hommes/femmes et leur conduite sexuelle, pour autant que le nombre d’enfants en soit un signe. La taille des habitations joue aussi un rôle dans la mesure où elle conditionne les possibilités de choix. La préférence des propriétaires pour les hommes, liée sans doute à l’utilisation des esclaves comme ouvriers, maximise le nombre d’enfants par femme, mais pas celui d’enfants par adulte s’il y a trop d’hommes. Si la politique nataliste la plus efficace est celle qui consiste à encourager une polyandrie de fait, c’est bien celle qui est poursuivie sur les plus grosses habitations mais sur un nombre décroissant d’ateliers en Martinique et en Guadeloupe.

36Cependant, la reproduction n’est nullement assurée. En effet, le nombre d’habitations où il n’y a aucun enfant est très important : il diminue en Martinique de 1667 à 1680 jusqu’à plus du quart alors qu’il augmente en Guadeloupe de 1664 à 1671 jusqu’à plus du tiers. Cela ne s’explique pas par l’âge des femmes, puisque les femmes en âge d’être fécondes dans les ateliers où il n’y a pas d’enfants forment du tiers à 12 % de ces femmes selon les quartiers. De plus, le taux de natalité est parfois égal à celui de la France. Le critère déterminant semble être la taille des plantations : au Prêcheur, où 90 % des propriétaires ont moins de onze esclaves, un tiers n’ont plus d’enfants en bas âge alors qu’à Marigot et Case-Pilote, où 15 % des maîtres ont plus de vingt esclaves, ils sont respectivement 21 % et 12 % à ne pas posséder d’enfants esclaves.

37Les enfants seraient donc plus nombreux dans les grosses plantations où les hommes sont majoritaires et absents lorsqu’il y a peu d’esclaves du même maître. Cela ne montre pas seulement que la pratique du « haras » était rare mais aussi que les maîtres exerçaient un contrôle sévère sur les sorties de leurs esclaves, peut-être pour des motifs religieux mais surtout par crainte de fuites ou de fatigues excessives, ou encore pour les conserver à leur service pour les propriétaires d’esclaves domestiques. Le fait même que « mariés, ils multiplient à merveille » ne suffit pas à décider les maîtres : ils sont plus intéressés par le travail des esclaves que par leurs capacités reproductives.

38Pourtant la mortalité est très élevée dans le seul quartier où nous la connaissons : de 51 ‰ alors qu’elle est de 33 ‰ en France au XVIIIe siècle. Quant au taux moyen du bilan des naissances et des décès en Martinique entre 1669 et 1685, il correspond à une diminution de 10 % tous les trois ans : la traite est déjà choisie pour que l’esclavage se perpétue.

Le choix royal

  • 42 AN, Col., B9, fol. 170.
  • 43 Sur cette question, voir Peytraud, op. cit., p. 140-164.
  • 44 AN, Col. B9, 30 avril 1681, fol. 129 et 160.
  • 45 AN, Col., F3 90, fol. 1-10.
  • 46 Id., fol. 11-17.
  • 47 Id., fol. I et II.

39Les débats du début des années 1680 permettent de mesurer la force sociale des différentes pratiques. Jusque-là les esclaves étaient situés en dehors d’une législation nationale. Certes, le roi a établi en 1645 une justice souveraine selon laquelle « les juges se conforment aux lois et ordonnances du Roi et à la coutume de Paris42 ». Mais cette législation, copiée sur le modèle français, ne peut répondre à la situation radicalement nouvelle introduite par l’esclavage d’étrangers non chrétiens. Par ailleurs, ces îles, concédées selon un modèle seigneurial, ont des propriétaires différents entre elles. Ce n’est qu’en 1674 que le roi réunit les îles à son domaine43. Il veut s’appuyer pour légiférer sur ce qui a déjà été institué et il demande à Patoulet, intendant général des îles, de regarder « avec soin les arrêts, les règlements qui ont été donnés par les Conseils Souverains sur cette matière, qu’il examine avec le comte de Blénac (le gouverneur) et les principaux desdits Conseils Souverains et des habitants des îles tout ce qu’il y aurait à faire “sur cette matière” pour que “cette jurisprudence puisse être établie sous l’autorité de Sa Majesté”44 ». Patoulet, dans son mémoire du 20 mai 168245, ne parle que de la conservation et de la police des esclaves, alors que l’intendant qui le remplace, Michel Bégon, énonce une politique chrétienne militante contre les libertinages des esclaves (cf. article 4). L’article 5 continue : « que le maître pour leur éviter les désordres desdits esclaves les porteront au mariage et se rendront faciles à leur accorder les permissions qui leur seront demandées par lesdits esclaves pour se marier, lesquels néanmoins ne le pourront faire sans le consentement de leur maître à peine de nullité. Comme eux aussi les maîtres ne pourront prier leurs esclaves à se marier sans le consentement mutuel des deux parties46 ». Énonciation d’une politique chrétienne de mariage qui garde un pouvoir de veto au maître. Les intendants sont restés peu de temps aux îles : trois ans seulement pour Patoulet, qui a eu le temps de devenir habitant sucrier, et leurs mémoires sont tous deux « concertés avec M. le Comte de Blénac après avoir pris les avis des officiers des trois Conseils Souverains et de principaux habitants de toutes lesdites îles47 ». Les administrateurs se sont faits l’écho des oppositions entre les habitants qui prônent la dureté envers les esclaves et ceux qui, sans refuser l’usage de la force envers les esclaves, ne veulent pas leur tirer dessus à la moindre occasion et préfèrent tenter de les moraliser.

  • 48 Lettre du Comte de Blénac, 21 août 1687, AN, Col., C8 A4.

40Dans le Code Noir, qui réglemente l’esclavage en mai 1685, cette lutte de la vertu contre le vice a disparu, et notamment les suggestions répressives de Michel Bégon. Elles ne pouvaient pas être imposées à la plupart des habitants. Les préparateurs du Code Noir ont pu craindre que les naissances d’esclaves ne diminuent encore. L’article 10 se contente d’une formulation plus neutre qui énonce la forme que peut prendre ce mariage, sans qu’aucune politique à son égard ne soit esquissée. Le Maître a le pouvoir d’empêcher le mariage et son consentement est seul nécessaire, au détriment de celui des parents esclaves, dont le Maître prend symboliquement la place. L’esclave n’est qu’un enfant à vie. L’article 47, reprenant la coutume antérieure, établit certaines contraintes pour le maître : « Ne pouvant être saisis et vendus séparément le mari, la femme et leurs enfants impubères, s’ils sont tous sous la puissance d’un même maître. » Mais cette obligation ne fut pas respectée. Ainsi l’intendant autorise dès 1686 un maître à séparer un couple marié, malgré la plainte de jésuites, qui d’ailleurs n’insisteront pas sur la demande du gouverneur48. Les seules autorités qui auraient pu faire respecter le Code sont donc prêtes à tous les accommodements.

41Si le « Code Noir » reprend le cadre catholique et précise les formalités nécessaires au mariage des esclaves sans en expliquer les présupposés populationnistes, toute intention de prosélytisme en a disparu.

*

42Ce demi-siècle se solde donc par un double échec des politiques de christianisation et de reproduction, suivi par leur abandon. Il faut cependant nuancer car au vu des résultats ultérieurs, ceux-ci sont nettement positifs, comme le montre l’exemple du quartier de Mongin. Ils font penser que les esclaves pouvaient s’accommoder du mariage chrétien. Cette intégration dans la famille patriarcale du maître concède plus d’initiative à l’esclave mâle, d’autant que la morale chrétienne diffusée au XVIIIe siècle insiste sur la soumission au mari et lui accorde le rôle dominant dans le couple. Elle reconnaît du moins le couple esclave comme parent ; sur les plantations, pourtant, un tiers des femmes élevaient seules leurs enfants sans que l’on sache si c’était l’effet d’une liberté sexuelle ou d’un amour hors de la plantation. De nombreuses femmes surtout ne se « multipliaient » pas.

Notes

1 Bouton, op. cit., p. 100.

2 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 507.

3 Lettre de Begon, 22 avril 1684, AN, Col., F 221, fol. 607, reproduisant celle du roi à MM. le Chevalier de Saint-Laurent et Begon, le 24 septembre 1682, AN, Col., B 101.

4 Flandrin, Familles, op. cit., p. 11.

5 Pelleprat, op. cit., p. 66.

6 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 471.

7 Pelleprat, op. cit., p. 59-60.

8 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1130.

9 AN, Col. F3 90, 13 février 1683, art. 4, fol. 12.

10 Id., fol. II.

11 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 507.

12 Ibid., p. 529.

13 Pelleprat, op. cit., p. 65-66.

14 Cité Par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129.

15 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 513.

16 Debien, « Les cases », op. cit., p. 21.

17 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 518.

18 Ibid., p. 520.

19 Mongin, Bibl. Carcassonne, VII, p. 91-92, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129.

20 Ibid., p. 88-89, cité p. 1129.

21 Rochefort, op. cit., p. 323.

22 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 510.

23 Ibid., p. 509.

24 Id., II, p. 511.

25 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1130 et 1129.

26 AN, Col., F3 21, fol. 65.

27 Labat, Nouveau voyage…, op. cit., 1742, II, p. 21.

28 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1130 et 1129.

29 Poyen de Sainte-Marie, op. cit., p. 27.

30 AN, Col., F3 90, mémoire de Patoulet, fol. 1-10.

31 Mongin, Bibliothèque de Carcassonne, VII, p. 112, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129.

32 Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1133-1134.

33 Calculs d’après les recensements : ANSOM, G1 468 et G1 469.

34 Dutertre, Histoire générale, op. cit., II, p. 513.

35 ANSOM, recensements, Martinique : G1 499 ; Saint-Domingue : G1 509.

36 Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1135.

37 ANSOM, recensements, G1 468 et G1 469.

38 ANSOM, G1 469, fol. 36 à 54.

39 Cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1130.

40 Louis Henry, Manuel de démographie historique, Genève/Paris, Droz, p. 61.

41 Mongin, op. cit., VII, p. 112, cité par Petit-Jean-Roget, op. cit., p. 1129. Voir également Marcel Chatillon, « L’évangélisation des esclaves au XVIIe siècle », Bulletin de la Société d’histoire de la Guadeloupe, no 61-62, 3e et 4e trimestre 1984, 136 p.

42 AN, Col., B9, fol. 170.

43 Sur cette question, voir Peytraud, op. cit., p. 140-164.

44 AN, Col. B9, 30 avril 1681, fol. 129 et 160.

45 AN, Col., F3 90, fol. 1-10.

46 Id., fol. 11-17.

47 Id., fol. I et II.

48 Lettre du Comte de Blénac, 21 août 1687, AN, Col., C8 A4.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search