Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Deuxième partie. Maternités esclaves

Maternités esclaves

Texte intégral

L’espace d’un tremblement…

  • 1 Pelleprat, op. cit., p. 50 ; Bouton, op. cit., p. 102 ; Dutertre, Histoire de l’établissement, op. (...)
  • 2 Pelleprat, op. cit., p. 55.
  • 3 F. Maurile de Saint-Michel, Voyage des îles Camercanes en l’Amérique qui font partie des Indes occ (...)
  • 4 Rochefort, op. cit., p. 323.

1L’esclavage n’apparaît nullement comme une évidence aux Français du XVIIe siècle. Aussi tous les récits sur les esclaves s’ouvrent sur le passage à l’état d’esclaves : « le pays des nègres, la manière dont on les achète chez eux »… « par suite des guerres continuelles que se font les rois et les seigneurs, le droit pour les seigneurs et les parents de faire esclaves leurs sujets et enfants1 ». Manière d’insister sur l’extériorité de l’esclavage : les Français ne font que se servir d’une coutume de « là-bas », en utilisant les mécanismes marchands de sociétés étrangères. Ces contrées lointaines sont païennes et le transport dans une société catholique permet le rachat des âmes. « Toutes ces disgrâces leur sont l’occasion d’un bonheur inestimable puisque dans leur esclavage, ils jouissent de la liberté des enfants de Dieu2. » Si leur achat est ainsi justifié, il n’en est pas de même de celui de leur descendance. En effet, considérer les enfants des esclaves comme esclaves revient à faire de l’esclavage une coutume de Français alors qu’en France, tous les hommes sont libres. Contradiction d’autant plus grave, moralement, que la justification par le salut des âmes disparaît. Le mérite revient aux capucins de s’être disputés avec le Capitaine général de Saint-Christophe, de Poincy, quelques années avant 1751, en proposant que les enfants des esclaves chrétiens soient libres et affranchis d’esclavage après avoir été baptisés puisqu’aucune guerre ne les avait faits prisonniers3. Longvilliers de Poincy refusa et assura ainsi la reproduction du système d’habitation, avec ce « merveilleux » résultat que décrit Rochefort : « leur service étant perpétuel, leur nombre s’accroissant de temps en temps par leurs enfants qui leur naissent ; lesquels pour tout héritage succèdent à la servitude et à la sujétion de leurs parents4 ». Est-il besoin d’ajouter que le général de Poincy possédait déjà 700 à 800 esclaves dans les années 1640 alors que les capucins étaient les seuls religieux à se contenter d’un modeste jardin à vivre ?

L’accroissement perpétuel des esclaves

  • 5 Par exemple Alexandre Moreau de Jonnes, Recherches statistiques sur l’esclavage colonial et sur le (...)
  • 6 Parmi les tenants de la thèse de l’élevage : Richard Sutch, « The breeding of slaves » in Stanley (...)

2Il est actuellement admis que les maîtres créoles auraient toujours cherché à accroître leur capital grâce à la multiplication des enfants esclaves sur les plantations. Pourtant, les voyageurs du XVIIIe siècle et les abolitionnistes du XIXe avaient une toute autre vision de l’esclavage, qui aurait été incompatible avec le maintien de la population parce que les colons trouvaient plus rentable d’épuiser leurs esclaves à la production du sucre et d’en racheter d’autres pour les remplacer5. Ce sont les abolitionnistes américains du XIXe siècle qui ont développé la thèse de l’élevage d’esclaves, aujourd’hui objet de controverses entre historiens, même si elle a été popularisée par certains romans à succès comme Mandigo6. En effet, la situation des États-Unis était bien différente de celle des Antilles car depuis le début du XIXe siècle, ils n’importaient plus de captifs alors que la demande de coton ne cessait de croître ; en revanche, la traite n’a cessé dans les îles françaises que dans les années 1830, à peine 20 ans avant l’abolition de l’esclavage. La question est donc posée de savoir si les maîtres antillais cherchaient à remplacer leurs esclaves par la traite ou par les naissances sur les plantations, et dans ce cas, s’ils cherchaient à influer sur les relations sexuelles des esclaves ou sur leurs maternités.

L’absence du père

  • 7 Orlando Patterson, The sociology of slavery. An analisis of the origins, development and structure (...)
  • 8 Les lieux de la mère dans les sociétés afro-américaines, Paris, éditions Caribéennes/Caré, 1980, p (...)
  • 9 Jean-Claude Collomb, Dany Ducosson, « De l’évacuation des pères », Caré (4), juin 19, p. 117-132.

3C’est surtout la question des politiques des maîtres envers les relations sexuelles de leurs esclaves qui a été étudiée – ou fantasmée. À cela deux raisons : d’une part, l’esclavage semble atteindre alors le point le plus ultime, par ce que le plus intime, de l’avilissement ; d’autre part, les caractéristiques des sociétés antillaises : forte illégitimité et nombreuses femmes chefs de famille, semblent prendre leur origine dans le fait que les esclaves auraient pu être des géniteurs mais jamais des pères. L’esclavage aurait empêché la constitution de familles esclaves du fait de l’exploitation sexuelle des femmes par les Blancs, de la prostitution, des séparations, de l’absence de normes sociales7. En conséquence, les femmes auraient élevé seules leurs enfants, formant ainsi des familles matrifocales, c’est-à-dire centrées sur la mère. Fritz Gracchus8 s’oppose explicitement à cette thèse : loin d’avoir été victimes pendant l’esclavage, les femmes ont été privilégiées en tant que mères et en tant que concubines des maîtres ; la matrifocalité antillaise proviendrait de la perpétuation de cette économie libidinale où les mères excluent le géniteur noir au profit d’un père blanc imaginaire. Pour justifier cette assertion, il s’appuie sur le fait que des gratifications ont été accordées aux esclaves mères vers 1760. Toutefois, il ne s’interroge pas sur la valeur économique réelle de ces pratiques ni sur leur extension dans le temps. Or, cette « explication » est reprise telle quelle par le psychologue Jean-Claude Collomb et la psychiatre Dany Ducosson9 : les difficultés scolaires actuelles d’enfants antillais proviendraient de la matrifocalité, découlant elle-même des privilèges accordés aux mères. L’enjeu est donc d’importance puisqu’il ne s’agit pas moins que des conséquences d’une situation historique sur l’économie libidinale contemporaine !

  • 10 Paris, Le Seuil, 1964.
  • 11 Maîtres et esclaves, 1933, trad. française, Paris, Gallimard, 1974, p. 301 et 364.

4Cette « absence du père » correspond à différents scénarios. L’un d’entre eux, l’accouplement, a été popularisé par le Martiniquais Édouard Glissant dans son roman Le Quatrième Siècle10. Le maître parle ainsi du début de sa plantation : « Ma première décision fut pour accoupler ceux de mes esclaves qui se trouvaient en mesure de procréer. Il m’en vint ainsi une quinzaine sans autres frais. Voyez Louise : elle ne connaît pas ceux qui l’ont engendrée… » Par la suite, lorsque les esclaves hommes sont devenus rares et vieux… : « Quand les maîtres voulaient accroître leur cheptel, ils louaient des esclaves mâles sur les propriétés voisines, pratique peu ordinaire qui n’allait pas sans déchaîner d’obscurs conflits… On savait que la maîtresse décidait elle-même des accouplements qu’il y avait lieu d’opérer prenant peut-être par surcroît un trouble plaisir à perturber les amours clandestines de ses géreurs et commandeurs. » (p. 67). À vrai dire, on ne comprend pas bien l’insertion de cette pratique dans le roman car si les esclaves ont des relations sexuelles avec les géreurs et commandeurs, pourquoi faut-il louer des esclaves mâles pour les féconder ? Au Brésil, selon Gilberto Freyre, l’intérêt économique a poussé les maîtres ou leurs enfants à se transformer eux-mêmes en étalons pour accroître leur capital11. Ce scénario semble également avoir la faveur de Gracchus qui insiste sur le rôle de la femme esclave en tant que lieu de jouissance du maître. Il indique comme troisième possibilité l’obligation de la monogamie par décret mais reste curieusement silencieux sur les causes et les conséquences de cette pratique.

  • 12 Op. cit., p. 67.

5Bien que ces trois politiques impliquent une imposition par le maître de relations sexuelles aux esclaves, les deux auteurs antillais dénient la violence qui peut être ainsi faite aux femmes. Ainsi Glissant peut écrire : « Il n’y avait pas d’hommes adultes dans les huttes, d’où il résultait une apparence de liberté frivole, les femmes s’étant habituées à vivre entre elles, sans autre contrainte que la terrible mécanique du travail et sans autre inconvénient (dans ce domaine) que celui de satisfaire, un jour l’un, un jour l’autre, les deux géreurs et les quatre commandeurs de la plantation12. » Sans autre inconvénient ! Ainsi les esclaves femmes seraient « montées » par les géreurs, les commandeurs (c’est-à-dire des esclaves contremaîtres), des esclaves loués, mais sans rien ressentir ?…

  • 13 Le discours antillais, Paris, Le Seuil, 1981.
  • 14 Colette Guillaumin, « Pratique du pouvoir et discours de la nature », I et II, Questions féministe (...)
  • 15 Op. cit., p. 215 et 229.

6Plus profondément lorsque le même auteur écrit (p. 70) des hommes sur la plantation qu’ils sont « dépouillés ainsi de l’élémentaire puissance qui chez les animaux domestiques distingue le mâle de la femelle, ne remplissant plus leur office d’animal qui est de féconder et de reproduire librement », faut-il en conclure qu’il fait partie de la « nature » des femmes d’être fécondées et de recevoir le mâle quel qu’il soit ? Un discours aussi naïvement naturaliste surprend de la part d’un intellectuel sophistiqué comme Glissant13. N’a-t-il pas remarqué que le naturalisme tend toujours à justifier la domination, et pour commencer celles des Blancs sur les Noirs, puis celle des hommes sur les femmes14 ? Rappelons à M. Glissant que l’humanité est composée d’animaux sociaux… Quant à Gracchus15, il doute de l’exploitation sexuelle des esclaves femmes parce que trop de gratifications leur ont été accordées. Mais quelles étaient ces gratifications et à partir de quelle somme l’exploitation est-elle supposée cesser ? De plus, les relations sexuelles avec les Blancs n’ont-elles été que de l’ordre du concubinage ? Il semble que l’organisation des rapports sexuels est plus compliquée et que l’on ne peut pas évacuer aussi vite la question de la contrainte, même si c’est se fermer la porte du paradoxe brillant.

Maternités

  • 16 La maternité comme expérience et comme institution, trad. française, Paris, Denoël/Gonthier, 1980.

7En tous temps et en tous lieux, comme l’a noté Adrienne Rich16, la maternité a eu un double visage : expérience physique et émotionnelle mais aussi institution faite de lois et de coutumes visant à régler les capacités reproductrices des femmes et ne s’appliquant qu’à elles : même si la décision a été prise en commun, c’est la femme qui ira en prison pour avortement, pas son partenaire. Trois buts peuvent être recherchés : empêcher la maternité, l’encourager, la rendre possible. Ce dernier objectif suppose que soit reconnue la maternité comme travail physique spécifique nécessitant, comme médecins et démographes l’ont prouvé, un accroissement de la nourriture et de repos pour ne pas mettre l’enfant, la mère, ou les deux, en danger. L’encouragement à la maternité suppose plus : des gratifications spécifiques ainsi qu’une répression de l’avortement et des pratiques contraceptives. Un autre aspect des maternités n’est pas physique et peut être partagé avec l’homme : l’éducation des enfants, plaisir et fatigue mêlés, en tous cas, bien du temps et du travail. Il faudra essayer de voir si ces charges revenaient à la mère seule, aux deux parents ou si elles étaient collectivisées et comment.

Notes

1 Pelleprat, op. cit., p. 50 ; Bouton, op. cit., p. 102 ; Dutertre, Histoire de l’établissement, op. cit., 1654, p. 474 ; Rochefort, Histoire naturelle et morale des Antilles de l’Amérique, Rotterdam, 1658, p. 320-321.

2 Pelleprat, op. cit., p. 55.

3 F. Maurile de Saint-Michel, Voyage des îles Camercanes en l’Amérique qui font partie des Indes occidentales, Le Mans, 1652, p. 80-81.

4 Rochefort, op. cit., p. 323.

5 Par exemple Alexandre Moreau de Jonnes, Recherches statistiques sur l’esclavage colonial et sur les moyens de le supprimer, Paris, chez l’auteur, 1842.

6 Parmi les tenants de la thèse de l’élevage : Richard Sutch, « The breeding of slaves » in Stanley Engerman, Eugène Genevose, Race and slavery in the western hemisphere, Princeton, Princeton University Press, 1975, p. 173-210; parmi les opposants : Stanley Engerman, Robert Fogel, Time on the cross, Boston, Little and Brown, 1974, p. 78-86.

7 Orlando Patterson, The sociology of slavery. An analisis of the origins, development and structure of Negro slave society in Jamaica, Londres, MacGibbon et Knee, 1967, p. 159.

8 Les lieux de la mère dans les sociétés afro-américaines, Paris, éditions Caribéennes/Caré, 1980, p. 208-241.

9 Jean-Claude Collomb, Dany Ducosson, « De l’évacuation des pères », Caré (4), juin 19, p. 117-132.

10 Paris, Le Seuil, 1964.

11 Maîtres et esclaves, 1933, trad. française, Paris, Gallimard, 1974, p. 301 et 364.

12 Op. cit., p. 67.

13 Le discours antillais, Paris, Le Seuil, 1981.

14 Colette Guillaumin, « Pratique du pouvoir et discours de la nature », I et II, Questions féministes 2 et 3, février et novembre 77, p. 5-30 et 5-28.

15 Op. cit., p. 215 et 229.

16 La maternité comme expérience et comme institution, trad. française, Paris, Denoël/Gonthier, 1980.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search