Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Première partie. Origines

Chapitre 1. Femmes

Texte intégral

  • 1 Melville Herskovits, L’héritage du noir, 1941, trad. française, Présence africaine, 1966, 347 p.
  • 2 Sidney Mintz, Richard Price, An Anthropological approach to the Afro-American past : a Caribbean p (...)

1Année après année, Bretons, Normands, Languedociens, Wolofs, Bakongos, et bien d’autres encore, échouèrent sur ces petites îles écrasées de soleil. Aucun d’eux ne pratiquait la monoculture d’exportation, les grandes unités industrielles et agricoles qu’étaient les sucreries ni l’esclavage de plantation. Ils durent donc s’adapter à ce nouveau monde et pour cela créer de nouvelles normes car celles de leurs pays d’origine ne convenaient pas ou ne pouvaient pas être reconstituées. On pensa longtemps que la diversité ethnique des Africains ajoutée à la violence esclavagiste les empêchèrent d’avoir un quelconque rôle dans la création de cette nouvelle société. Ils auraient été de simples « cires molles » sur lesquelles se serait inscrite la marque du maître. Pire encore, cette imposition n’aurait pas pris et voilà notre esclave devenu un simple pantin, complètement acculturé et totalement anomique ! Puis Herskovits1 affirma que l’unité culturelle de la zone d’où venaient les captifs avaient permis le maintien intégral d’africanismes qu’il dépista du Dahomey à Haïti. Les recherches sur la traite comme celles sur les sociétés africaines ne permettent plus de soutenir cette thèse : les captifs venaient d’ethnies trop diverses dont les pratiques divergeaient trop fortement. Aussi est-ce à partir de schémas culturels communs, plus que de traits particuliers, qu’ils durent créer une nouvelle culture et cette remarque s’applique également aux Français dont la diversité était grande à l’époque. D’ailleurs, les Africains ne furent pas laissés libres de créer leurs normes, ils durent tenir compte de celles des Français : ainsi les maîtres essayèrent-ils, par la christianisation forcée, de faire prévaloir leur vision du monde sur celle des esclaves2.

2Avant la description du combat où fut enfantée la société créole, place donc aux acteurs en présence !

  • 3 Roger Bastide, Les Amériques noires, Paris, Payot, 1967, rééd. 1973, Petite Bibliothèque Payot, no(...)
  • 4 Michel-Étienne Descourtilz, Voyage d’un naturaliste, Paris, Dufart père, 1809.

3Croquis, fondé essentiellement sur des récits de voyageurs agressés par des pratiques différentes des leurs, qu’ils ont notées sans toujours en comprendre le sens. En France ces récits peuvent être vérifiés grâce aux recherches des démographes dans les registres paroissiaux et grâce aux déclarations des gens du peuple retrouvées dans les archives judiciaires ou les tribunaux ecclésiastiques, ce qui permet de comprendre le vécu des femmes à cette époque. En Afrique, les recherches des anthropologues ont permis de comprendre et de situer dans un ensemble plus vaste certains faits que les négriers et les directeurs de forts avaient seuls perçus. Une recherche à partir des coutumes antillaises actuelles préconisée par Roger Bastide3, apporterait des éléments où les diverses cultures africaines seraient trop mélangées. Quant aux textes du temps de l’esclavage, ils décrivent très peu les pratiques des esclaves. L’intérêt ne naît, avec Descourtilz4 en 1804, qu’après l’insurrection victorieuse à Saint-Domingue et l’émergence politique des anciens esclaves. Au XIXe siècle, les récits sont partie prenante de la polémique anti ou pro-esclavagiste et les descriptions « ethnographiques » sont rares.

4Mais n’oublions pas trop vite les premiers occupants que côtoyèrent les premiers Français en Martinique, qui leur enseignèrent les rudiments nécessaires à la vie du Nouveau Monde et marquèrent les imaginations.

Pour mémoire : les femmes Caraïbes

5Un trait étonna et charma, il faut bien le dire, les Français : l’absolue soumission des femmes Caraïbes. Selon Dutertre, frère prêcheur qui resta en Guadeloupe de 1640 à 1647 :

« Les hommes ne travaillent pas plus d’une heure par jour… Les femmes des sauvages sont plutôt les esclaves de leurs maris que leurs compagnes, car elles ne sont jamais oisives. Elles font la cuisine, roucouent (teignent en rouge) leurs maris, cultivent les jardins, labourent la terre, arrachent, grattent et font cuire les bananes, ont soin et nourrissent les enfants, font les lits de coton, expriment l’huile de palmiste pour huiler les cheveux de leurs maris. Et il faut observer que ce serait une infamie à un homme d’avoir touché le travail d’une femme. »

  • 5 Dutertre, op. cit., II, p. 380 et 475.

6Plein de nostalgie, il ajoute : « Les femmes sauvages travaillent comme des esclaves et font tout pendant que leurs maris se promènent ou s’arrachent la barbe et que les Français s’évertuent à travailler pendant que leurs femmes ne se mettent en peine que de faire les belles5. » Le père Labat qui séjourna aux Antilles de 1694 à 1705 rapporte d’un séjour chez les Caraïbes, réfugiés à la Dominique, des détails révélateurs.

  • 6 Jean-Baptiste Labat, Nouveau voyage aux îles d’Amérique, Jean de Nully, 1742, VI, p. 127.

« S’ils ont été à la pêche, ils laissent le poisson dans le canot et viennent se coucher sans une seule parole. Les femmes doivent courir au canot, en apporter le poisson et le faire cuire : car elles doivent supposer que le pêcheur a faim. On peur dire en un mot qu’elles sont de véritables servantes qui sont demeurées dans l’état pour lequel elles ont été créées sans s’en être écartées jusqu’à présent grâce à la supériorité que leurs maris ont conservée sur elles6. »

7Bref, dans ce peuple où tous les individus sont égaux :

  • 7 Id., VI, p. 125.

« Il n’y a que les femmes à qui on commande dans ce pays là et quoique ce soit d’une manière douce et honnête et qu’elles soient accoutumées à obéir dès leur plus tendre jeunesse, on ne laisse pas de remarquer qu’elles sentent tout le poids de ce joug. Cependant, elles obéissent sans réplique, ou plutôt elles savent si bien leur devoir et le font avec tant d’exactitude, de silence, de douceur et de respect qu’il est rare que leurs maris soient obligés à les en faire souvenir.
Grand exemple pour les femmes chrétiennes qu’on leur prêche inutilement depuis Sara, la femme d’Abraham, et qu’on leur prêchera selon les apparences jusqu’à la fin du monde avec aussi peu de fruits qu’on prêche l’Évangile aux Caraïbes7. »

  • 8 Jean-Jacques Rousseau, L’Émile, Paris, Gallimard, La Pléiade.

8L’éducation que Rousseau veut donner à Sophie ne prend-elle pas exemple sur ces sauvagesses, loin des « extravagantes petites maîtresses parisiennes » ? « L’oisiveté et l’indocilité sont les plus dangereux pour elles8. »

Les femmes françaises

9Définir la situation des femmes en France n’est pas chose aisée. Elle peut, en effet, être saisie à plusieurs niveaux : religieux, politique, domestique, laborieux, qu’il est difficile de hiérarchiser pour déterminer si la femme aux XVIIe et XVIIIe siècles, périodes des plus fortes migrations, était misérable ou glorieuse. D’ailleurs, des évolutions se dessinent au fil du temps, sans oublier la très profonde diversité de la France d’Ancien Régime selon les conditions sociales, que des abîmes séparent, et selon les régions, où même les langues diffèrent. Les femmes n’y ont pas la même position juridique, pas les mêmes pratiques sexuelles, pas les mêmes occupations.

La femme, cette mineure

Selon le lois et les relations de parenté

10Les lois sont diverses : la coutume de Paris couvre le quart de la France, l’influence du droit romain est totale sur le droit écrit du Midi à partir de 1670, entre les deux, il y a de nombreux compromis car des variations régionales et même municipales changent bien des choses. Cependant, les femmes sont partout en position d’infériorité, tant pour les règles de succession que pour leurs capacités juridiques.

  • 9 Mme B. B., Cahiers des doléances et réclamations des femmes, 1789, cité par Marie-Paule Duhet, Les (...)
  • 10 Jean-Louis Flandrin, Les amours paysannes (XVIe-XIXe siècles), Paris, Archives Gallimard-Julliard, (...)
  • 11 Yves Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, Paris, Plon, 1974.

11La Normandie est égalitaire pour les hommes (sauf pour le pays de Caux) : les parents ne peuvent favoriser un de leurs enfants mâles, mais les femmes normandes sont totalement exclues de la succession, notamment du retrait lignager, ce qui révolte une Cauchoise, Mme B. B. en 1789 : « cette coutume inique qui a fait dire qu’un père pouvait marier sa fille pour un chapeau de roses9 ». Dans le Midi de droit écrit, l’influence du droit romain avantage l’aîné – ou celui que le père juge le plus capable de défendre les intérêts de la maison – au détriment du cadet. Ceux-ci ne peuvent que rester chez eux dans la situation de domestique non payé, comme leur famille les y pousse, ou s’expatrier10. Les femmes ne comptent pas, au point que les mères oublient de nommer leurs filles parmi leurs enfants. Même en Béarn, où l’intérêt de la maison peut conduire à faire d’une fille l’héritière si elle n’a pas de frère, les proverbes sont misogynes : « Quand naît une fille dans une maison, il tombe une poutre maîtresse » ; « de deux sœurs la famille est trop chargée ». Yves Castan a montré que les femmes langue-dociennes de l’Ancien Régime n’ont aucun contrôle sur l’argent familial, qui reste entre les mains du père, du frère ou même de l’époux. Elles n’ont même pas « d’argent de poche » sur elles11.

  • 12 Emmanuel Le Roy Ladurie, L’argent, l’amour et la mort en Pays d’Oc, Paris, Le Seuil, 1980, p. 80.
  • 13 Jean-Marie Gouesse, « Le mariage en Normandie », Annales (économies, sociétés, civilisations), 27 (...)

12D’ailleurs, la femme n’a pas d’autonomie dans la famille. Le consentement de son père ou à défaut, de sa mère, est obligatoire pour son mariage alors qu’il est beaucoup plus fréquent, notamment au Languedoc12, que le futur époux se détermine seul. M. Gouesse, qui a étudié les demandes de dispense ecclésiastique pour les mariages consanguins et notamment les récits des demandeurs, insiste sur la passivité exigée des femmes : les hommes ont l’initiative de la cour, des cadeaux et des visites. La femme ne peut que refuser ou accepter. La parenté par les hommes est privilégiée au détriment de celle par les femmes, qui n’est pas conçue comme une parenté consanguine réelle mais d’affinité, qui n’empêche donc pas les mariages13.

  • 14 François Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, A. Colin, « U Prisme », no 51, 1975 (...)
  • 15 René Pillorget, La tige et le rameau, Paris, Calman-Lévy, 1979, p. 97. Tout ce passage s’inspire d (...)
  • 16 Charles du Moulin cité par Pillorget, op. cit., p. 95.
  • 17 Jean Portemer, « La femme dans la législation royale », Études d’histoire du droit privé offertes (...)

13Les relations domestiques sont particulièrement le lieu de la subordination des femmes dans les énoncés juridiques et populaires14. « La formule notariale classique, dans l’Ouest notamment : une telle épouse et sous l’autorité d’un tel », traduit bien la situation de droit et de fait. Différentes incapacités juridiques frappent les femmes mariées et font d’elles des mineures. La femme est dans l’incapacité légale de disposer librement de ses biens. Non seulement le mari dispose librement de la communauté, mais il gère sa dot dans les pays de droit écrit ainsi que ses biens propres dans le quart de la France qui suit la coutume de Paris. Cette dernière, qui sera appliquée aux Antilles, dit que : « La femme mariée ne peut vendre ni hypothéquer ses héritages sans l’autorité et le consentement exprès de son dit mari. Et si elle fait aucun contrat sans l’autorité et le consentement exprès de son dit mari tel contrat est nul tant pour le regard d’elle que de son dit mari et n’en peut être poursuivie, ni ses héritiers après le décès de son dit mari. » Ses actes n’ont aucun poids et elle n’en est même pas tenue responsable. Par ailleurs, elle ne peut pas accepter une donation ou ester (c’est-à-dire engager une action de justice) sans le consentement de son mari. Certes, le principe de liberté des conventions matrimoniales s’est répandu au XVIe siècle mais « aucun notaire n’accepterait de recevoir un contrat ou le mari se trouverait dépouillé de la puissance maritale15 ». La coutume normande va le plus loin dans le sens de la puissance maritale et au XVIIIe siècle l’analyse d’un juriste de la Renaissance reste juste : « La femme est traitée en servante et peut être livrée aux pièges d’un mari cupide et retors16. » L’édit de 1606 qui rend à la femme la capacité de s’obliger n’a jamais été étendu à la Normandie de droit écrit par peur des réactions17. Seule la mort de son mari lui rend sa capacité juridique. Des femmes deviennent alors chefs d’entreprise comme la veuve Groult qui compte parmi les grands armateurs nantais au XVIIIe siècle. Elles intervenaient peut-être auparavant dans les affaires de leurs maris mais rien n’est moins sûr. Le droit, dont l’évolution est défavorable aux femmes, ne fait d’ailleurs qu’entériner un changement social.

Selon les prêtres et la sagesse populaire

  • 18 Pour tout ce passage, voir Jean-Louis Flandrin, Familles, Paris, Hachette, 1976, p. 121-122 et 212
  • 19 Arlette Farge, « Un espace urbain obsédant », Révoltes logiques, 6, automne-hiver 1977, p. 18.

14Les prêtres répètent dans leurs sermons « Femmes, soyez soumises à vos maris comme au Seigneur ». Les proverbes, expression d’une certaine sagesse populaire, celle des hommes et des vieux, sont nombreux sur ce thème dans toute la France. « La femme à son tour doit parler quand la poule va uriner » (Meurier XVIe siècle). « Le chapeau doit commander à la coiffe » (Bretagne). « Qui a mari a seigneur » (Pays Basque). « Quand la femme est maîtresse à la maison le diable y commande » (Provence). La tradition fait un devoir à l’homme de manifester son autorité : « De l’âne, du noyer, du genre féminin, n’en attend rien de bon qu’un bâton à la main » (Provence). Durant le XVIe et le XVIIe siècle, les manuels des confesseurs étudiés par Jean-Louis Flandrin, n’interdisent de battre sa femme qu’avec « cruauté ». De même, le parlement ne poursuit le mari que s’il a fait mourir sous les coups sa femme enceinte. Le XVIIIe siècle voit une nette amélioration : en 1713, le droit de battre sa femme a disparu du manuel d’Antoine Blanchard. Le dictionnaire comique de Leroux en 1786 note qu’il faut « être le compagnon et non le maître de sa femme18 ». Arlette Farge a trouvé dans les archives judiciaires de Paris de nombreuses plaintes de femmes auprès des commissaires parce que leurs compagnons les rouent de coups. Pratique qui ne cesse pas, et ce jusqu’à aujourd’hui, l’important c’est que le commissaire ne ricane pas et qu’il « n’hésite pas, si tous les témoignages concordent, à enfermer le fautif19 ».

  • 20 Cité in Flandrin, Familles, op. cit., p. 216.
  • 21 Voir à se sujet : Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Le Seu (...)
  • 22 Cité par Flandrin, Familles, op. cit., p. 125.

15Les confesseurs des XVIe et XVIIe siècles exigeaient le « devoir conjugal » afin que les maris ne tombent pas en impureté, au XVIIIe, ils trouvent à la femme bien des excuses : maladies, enfant à allaiter. Les femmes qui voulaient éviter les accouchements, toujours dangereux, auraient réussi à imposer aux hommes le coïtus interruptus. Le confesseur bas-normand Féline écrit dans son « catéchisme des gens mariés » en 1782 que le crime d’Onan vient de la trop grande complaisance des maris envers leurs femmes20. Cette pratique peut être liée également à la conjugaison de l’intérêt familial : partager le moins possible le patrimoine, et de la découverte de l’enfant21. Antoine Blanchard demande désormais à ses pénitentes : « Avez-vous obéi à votre mari dans les choses justes et raisonnables ? Avez-vous entretenu l’union avec votre mari, supportant ses défauts avec patience et charité22 ? » Le XVIIIe siècle marquerait donc le passage d’une domination dure où il fallait « mater » les femmes, à une intériorisation par la femme de l’obéissance à son mari, se repentant de ses « hauteurs et emportements ». Elle a conquis le droit d’apprécier la conduite de son époux car l’Église tente de faire de la femme son émissaire dans le foyer. Avec ce nouveau manuel de confesseur, la femme est soumise à son mari, raisonnable pour deux, axée sur son foyer, dépourvue de pouvoir juridique et économique : elle se prépare à un XIXe siècle résigné.

16Les multiples illustrations sur le thème du « monde à l’envers » ou de la « dispute pour la culotte » indiquent cependant que cette subordination des femmes n’était pas acceptée par toutes.

  • 23 Martine Segalen, Maris et femmes dans la France rurale traditionnelle, Catalogue du Musée national (...)

« Elles reflètent la crainte masculine devant la femme, être au pouvoir inquiétant, pouvoir sexuel et pouvoir de sorcellerie. Les femmes rebelles sont donc nombreuses et l’imagination populaire met en scène des êtres mythiques comme Lustucru ou des dispositifs magiques qui ont le pouvoir de rendre les femmes obéissantes23. »

Les célibataires

  • 24 Jacques Depauw, « Amour illégitime à Nantes », Annales (économies, sociétés, civilisations), 27 (4 (...)
  • 25 Flandrin, Les amours paysannes, op. cit., p. 191-194.
  • 26 Abel Hugo, La France pittoresque, Paris, 1838, I, p. 291.
  • 27 Depauw, op. cit., p. 1180.
  • 28 Le Roy Ladurie, op. cit., p. 34-135.

17Mais, dira-t-on, les femmes célibataires sont nombreuses sous l’Ancien Régime : en général 10 % de la population féminine de cinquante ans, âge auquel on ne se marie plus que très rarement. Ce taux très élevé est lié à la nécessité de la dot. La volonté de ne pas mésallier la famille conduit à garder les filles cadettes avec soi ou à les envoyer au couvent dans les familles aisées. Les filles de fermiers sont placées comme servantes pour gagner de quoi s’établir. Elles sont parfois séduites par leurs patrons : à Nantes, au XVIIIe, les domestiques portent 40 % des naissances illégitimes sur les 58 % pour lesquelles le métier est connu24. Très pauvre, il est dur de se marier et l’on trouve des plaintes de couples qui regrettent de l’avoir fait car ils n’ont pas les moyens d’élever leurs enfants. Pourtant, le mariage est essentiel sous l’Ancien Régime : l’honneur des familles, la morale chrétienne, la surveillance villageoise obligent les filles à la chasteté, même si certains « commerces de mains et de bouches » pré-maritaux sont possibles, comme le maraîchinage en Vendée25. Une plus grande liberté existerait traditionnellement en Basse Bretagne (Finistère actuel). Les jeunes filles « courent le jour et la nuit avec les jeunes gens sans qu’il en ait longtemps résulté aucun désordre apparent26 ». L’illégitimité croît au XVIIIe siècle, notamment dans les grandes villes, ainsi elle passe à Nantes de 3,1 % à 10,1 % à la fin du siècle27, dont les couples « précaires » forment la majorité. En 1756, les quatre héroïnes du roman languedocien Jean-l’ont-pris, qui se passe en milieu rural, sont toutes engrossées avant le mariage, ce qui refléterait la réalité28. Par ailleurs, peu de voies sont ouvertes aux femmes car les petits métiers qu’elles exercent sont moins bien payés que ceux des hommes, ce qui rend leur existence difficile et les contraint parfois à la prostitution. Pourtant les femmes célibataires par choix se répandent à la fin du XVIIIe, selon Mercier, à Paris bien sûr.

  • 29 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Paris, 1781-1788, rééd. Maspéro, 1979, p. 221. On lira (...)

« On voit que le mariage est devenu un joug pesant, auquel on se soustrait de tout son pouvoir : on voit qu’on a raisonné le célibat comme une situation plus douce, plus sûre et plus tranquille. La fille célibataire par choix n’est point rare aujourd’hui dans l’ordre mitoyen : des sœurs ou des amies s’arrangent pour vivre ensemble et doubler leurs revenus en les plaçant en rentes viagères29. »

  • 30 Cité par Duhet, op. cit., p. 36.

18Un certain féminisme se développe et Mme B. B. s’écrie en 1789 : « Il est question d’accorder aux nègres leur affranchissement… C’est à la philosophie qui éclaire la nation qu’on sera redevable de ces bienfaits ; serait-il possible qu’elle fût muette à notre égard30… » On sait qu’en 1793 l’esclavage est aboli mais que les femmes sont renvoyées à leurs foyers où Napoléon voudra les maintenir par le code civil tout en rétablissant l’esclavage.

Activité féminine et positions sociales

  • 31 Christine Delphy, « L’ennemi principal » in Partisans. Libération des femmes, Paris, Maspéro, 1970 (...)
  • 32 Joan Scott, Louise Tilly, Women, work and family, New York, Holt, Rinehart and Wilson, 1978.

19La femme est donc essentiellement une mineure, quelle que soit la classe sociale de son père ou de son mari, et cette forte dépendance personnelle donne tout son sens à ses activités. En effet le travail des femmes s’exerce la plupart du temps dans la famille et toujours pour celle-ci : même si elle gère les menues dépenses de la famille (parce qu’elle fait les courses quotidiennes), le pouvoir de décision et de gestion appartient au chef de famille, c’est-à-dire toujours à l’homme sauf s’il est mort. Cette précision prend tout son sens à une époque où le salariat est fort réduit : l’unité de travail est la famille dans le commerce, l’artisanat, l’agriculture. La femme travaille beaucoup mais le bénéfice en revient à son mari. Tout ce travail est donc domestique, en ce sens qu’il n’est pas rémunéré31 mais les tâches purement ménagères y tiennent peu de place. Certes de nombreuses maternités pèsent sur la vie des femmes mais la mortalité infantile est forte et l’éducation proprement dite des enfants occupe peu de temps : elle se fait plus par apprentissage que par cette attention soutenue requise des mères, dans les textes depuis la fin du XVIIIe siècle et dans la pratique des classes moyennes et bourgeoises au cours du XIXe siècle. De plus, la maison est encore peu équipée et demande peu de soins, sinon pour les femmes les plus riches. La tâche la plus prenante des femmes est liée à l’alimentation : culture d’un jardin et élevage de poules ou achats, longue préparation des nourritures32. Il y aurait sans doute beaucoup à écrire sur ces tâches ménagères mais elles ont été peu étudiées et je consacrerai donc plus de pages à des activités qui ont été mieux documentées même si cela ne correspond pas forcément à leur importance économique et sociale.

  • 33 Flandrin, Familles, op. cit., p. 25-26.
  • 34 Anka Muhlstein, La femme soleil, Paris, Denoël/Gonthier, 1976, p. 171 et 175.

20L’autorité civile : le roi comme les officiers militaires, les intendants de province, les commis des bureaux, les officiers civils, bref tout le champ politique et administratif, se conjugue au masculin. « Leurs » femmes ont un rôle de continuatrices de lignée, elles permettent les alliances, elles exercent des fonctions d’apparat et dirigent les domestiques. La reine peut cependant, en cas de décès de son mari, et en attendant la majorité de son fils, avoir une fonction de régente. De plus, la politique n’est pas totalement constituée selon un modèle administratif et impersonnel. Les familles jouent un rôle majeur dans la vie politique. Il est normal lorsqu’on détient une part de l’autorité publique de gouverner avec l’aide de ses parents et à leur profit33. Sans remonter à la fronde et au rôle de la duchesse de Longueville et de celle de Chevreuse, les mémoires du Duc de Saint-Simon décrivent de nombreuses femmes lucides, intelligentes et actives, qui s’appuient sur leur naissance, leurs relations ou sur leur beauté pour accéder au pouvoir. À la mort de Louis XIV, l’autorité royale est amoindrie au profit « d’une multitude de conseils créés et dotés de pouvoirs de décision, peuplés de ducs et non de duchesses… L’action précise, quotidienne, austère, sur les affaires est retirée aux femmes. À elles les joies du cœur et de l’esprit, les plaisirs des salons. Le siècle des lumières sera celui des amoureuses, des inspiratrices, des protectrices mais pas des politiques34 ». Exclues des affaires publiques, les femmes ne le sont pas moins de la gestion de gros capitaux dans la finance et le négoce, or l’administration et la finance sont les sources essentielles de la richesse.

  • 35 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1970, rééd. « Science Flammarion », (...)
  • 36 Pillorget, op. cit., p. 82.
  • 37 Id., p. 93; Duhet, op. cit., p. 23.

21Dans les classes plus populaires, la nécessité fait loi et les gains sont trop faibles pour que les entraves juridiques soient très importantes. Les femmes qui travaillent le font parfois avec leur mari, ainsi dans le commerce ou pour les manufactures. Dans le textile, qui représente la moitié de la production industrielle française, les femmes filent tandis que les hommes manient le lourd métier de tisserand35. Des femmes ont une activité autonome de leur mari. « À Paris, il existe trois métiers jurés dont ne peuvent faire partie que des femmes : ceux de bouquetières, de linières-chanvrières, et de lingères36. » Dans les autres métiers jurés les femmes siègent aux bureaux à côté des hommes et leurs voix comptent autant que celles du sexe dit fort. De toute façon, elles doivent être couvertes juridiquement par un homme, qui parfois se fait payer37. La ville sécrète de nombreux petits métiers qui attirent des indigents ruraux lors des crises économiques de la première moitié du XVIIe siècle et de la seconde du XVIIIe siècle. Mercier note dans son fameux Tableau de Paris publié en 1781-1788 :

« Les femmes sont occupées dans les plus petites parties du commerce concernant la bijouterie, la librairie et la quincaillerie ; elles achètent, transportent, échangent, vendent et revendent ; tous les comestibles passent par leurs mains ; ce sont elles qui vous vendent la volaille, le poisson, le beurre, les fromages et qui vous ouvrent les huîtres avec promptitude et dextérité. Les femmes tiennent encore de petits bureaux de distribution de sel, de lettres, de papiers timbrés, de billets de loterie. »

  • 38 Mercier, op. cit., p. 135 et 139.

22Les travaux pénibles ne sont pas épargnés aux femmes du fait de leur « nature ». Ainsi les femmes porte-faix : « On ne voit point le travail de leurs muscles comme chez les hommes, il est caché, mais on le devine à leur gorge enflée, à leur respiration pénible38… » Les femmes sont dans la rue, occupant surtout le lavoir et le marché.

  • 39 Pierre Goubert, L’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 1979, II, p. 55.
  • 40 Gouesse, in Annales, op. cit., p. 1154 et 1149.
  • 41 Ségalen, musée national des Arts et Traditions populaires, op. cit.
  • 42 Lebrun, op. cit., p. 83.
  • 43 Ségalen, op. cit., p. 63. Henri Baudrillart, Les populations agricoles de la France, Paris, Hachet (...)

2390 % des Français sont des ruraux39. Leur situation est évidemment assez diversifiée. Une majorité de petits jardiniers, de petits éleveurs, de journaliers, de micro-fermiers, et d’artisans intermittents, vit sous la menace d’une mauvaise conjoncture. Deux à trois millions de chefs de famille vivent dans une honnête aisance, particulièrement dans le Midi et en Ile-de-France. Une forte minorité peut améliorer sa position sociale et emploie des domestiques. Les servantes sont alors dirigées par les femmes des agriculteurs. La division des tâches est d’une telle complémentarité que les veufs se remarient aussi vite qu’ils le peuvent. L’homme entretient l’étable et retire le fumier. Dans une même région c’est toujours l’homme ou toujours la femme qui trait les vaches. Elle s’occupe de la basse-cour et élabore les produits des animaux, rôle fondamental. En Normandie, selon J.-M. Gouesse40, le fermier travaille chez lui, la femme vend et achète, elle assure donc des contacts extérieurs, cas unique à ma connaissance, et qui lui confère un certain poids. Un fermier veut épouser « une bonne fille très honnête, douée de bonnes qualités et telle qu’il lui faut pour être à la tête de sa maison où en qualité de fermier, il a besoin d’une femme intelligente, capable de le représenter chez lui et ailleurs ». Dans les marais, les hommes vont au marché et les femmes restent dans la paroisse, occupées à la pêche. Les marins et colporteurs s’absentent plusieurs mois dans l’année pendant que la femme fait valoir les terres. L’épouse est cependant toujours décrite comme une auxiliaire capable de seconder le mari. L’iconographie rassemblée par Martine Ségalen pour l’exposition « Mari et femme dans la France rurale traditionnelle41 » conforte la définition du partage des rôles donnés par Charles Estienne en 1654 dans son célèbre « Agriculture et maison rustique » : « Vrai est que l’achat et la vente du bétail appartient à l’homme comme aussi le maniement du denier avec le louage et paiement des serviteurs ; mais le surplus qui concerne les menues affaires, comme du linge, vêtements de famille et tous ustensiles de ménage, cela véritablement appartient à la femme42. » Il ne s’agit pas de minorer ces tâches domestiques, elles étaient réellement productives à cette époque où la plupart des biens consommés étaient produits, préparés et œuvrés à la maison, mais de reconnaître les conséquences de ce partage. À l’homme les contacts sociaux, l’acquisition et le contrôle de la richesse, à la femme l’entretien : sa productivité ne lui apporte ni revenu ni prestige. Ses produits : beurre, lait, fromage, produits de la basse-cour, vendus sur le « marché des femmes », sont de peu de rapport, encore que cela soit souvent la seule source régulière d’argent liquide. L’homme prend les grandes décisions. Supériorité concrétisée par le rituel du repas où la femme apporte à manger à l’homme, le sert. Elle se nourrit après, sans s’attabler, mangeant debout ou sur ses genoux, assise sur un tabouret près de la cheminée43.

  • 44 Ségalen, op. cit., p. 57.

24Cependant la femme dispose d’espaces extérieurs à son foyer, quoiqu’ils en soient le prolongement : four où elle fait cuire son pain, fontaine, lavoir communal ou église. Elle y rencontre d’autres femmes et une réelle solidarité, encore mal connue, peut s’y développer. Les proverbes sont tous hostiles à ces sorties : l’extérieur ne peut être que menaçant pour elles. « Jamais femme ni cochon ne doivent quitter la maison » (proverbe du Dauphiné), « femme coureuse, soupe froide » (Gascogne)44.

  • 45 Cité par Flandrin, Les amours paysannes (XVIe-XIXe siècles), op. cit., p. 136.

25La condition économique de la femme influe sur sa position. L’héritière a plus de moyens d’imposer ses désirs. Un proverbe de Catalogne prévient : « Qui se marie par intérêt, de sa femme est le valet45. » Le travail de la femme peut lui assurer une large indépendance. Mercier remarque :

  • 46 Mercier, op. cit., p. 134-135.

« Les femmes d’artisans et de petits commerçants travaillent de concert avec les hommes et s’en trouvent bien ; car elles ont toujours un peu d’argent. C’est une parfaite égalité de fonction : le ménage en va mieux… Ces femmes, qui ne sont pas dans l’inaction, ont plus de poids dans le ménage et sont plus heureuses que les femmes d’huissiers, de procureurs, de greffiers, de commis de bureaux, etc. qui ne touchent point d’argent et qui conséquemment n’en peuvent mettre à part pour satisfaire leurs fantaisies46. »

  • 47 Arlette Farge, « L’histoire ébruitée » in L’histoire sans qualités, Paris, Galilée, 1979, p. 24 et (...)

26Il y a donc une plus grande égalité dans les milieux populaires où la femme est active, cependant sa position est affaiblie par le fait qu’elle s’occupe des enfants et les a à charge lors des séparations47, ainsi que par son incapacité juridique.

Les émigrants aux Antilles

Origines

27La diversité des pratiques rend nécessaire de préciser l’origine régionale et sociale des émigrants.

  • 48 Jacques Petit-Jean-Roget, « Vue d’ensemble sur l’origine des colons martiniquais sous l’Ancien Rég (...)

28Les courants d’émigration ont suivi les courants commerciaux. Aussi l’émigration après avoir été fortement normande au XVIIe siècle est devenue gasconne au XVIIIe : 23 % des émigrants en Martinique de 1710 à 1800, 19 % à Saint-Domingue. Par contre, Normands, Bretons, Provençaux et originaires d’Ile-de-France ne dépassent pas respectivement les 10 % d’émigrants vers la Martinique de 1640 à 1800. De plus, à Saint-Domingue, 12 % d’habitants viennent de Poitou-Charentes, 10 % des pays de la Loire et 5 % de Bretagne48. La Gascogne a donc pu jouer un rôle essentiel : les familles étendues dominées par un « pater familias » y étaient nombreuses.

  • 49 Liliane Chauleau, Histoire antillaise. La Martinique et la Guadeloupe du XVIIe siècle à la fin du (...)
  • 50 Gabriel Debien, « La société coloniale aux XVIIe et XVIIIe siècles, les engagés pour les Antilles (...)
  • 51 Gabriel Debien, « La société coloniale aux XVIIe et XVIIIe siècles. IV, les petits Blancs des îles (...)
  • 52 ANSOM, G1 4 97, folio 43.
  • 53 ANSOM, G1 509, folio 32.
  • 54 Victor Advielle, L’odyssée d’un Normand à Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Challamel, 1901, (...)

29Les émigrants se divisent au XVIIe siècle en deux grandes catégories : ceux qui ne pouvaient pas payer le voyage et se louaient pour « 36 mois » afin de le rembourser et les autres. Ceux-ci sont les plus mal connus. Pierre de Vaissière avait insisté sur le rôle des nobles dans la colonisation mais il a été démontré que les colons provenaient plus souvent de la bourgeoisie d’office et d’affaires, où le rôle des femmes était essentiellement domestique. En Martinique, on ne compte que 25 familles nobles au XVIIe siècle bien que le commerce des îles ne déroge pas49. Ainsi Yvon Deslandes, qui installe la première sucrerie de Saint-Domingue en 1680, est un Angevin issu de la bourgeoisie judiciaire. Il est, comme c’est fréquent, en société avec un marchand. Des contrats d’engagement dénombrent50 483 ouvriers qualifiés : tonneliers, maçons, charpentiers, 100 chirurgiens et 132 tailleurs. Les autres engagés sont plus dépourvus. Bientôt les esclaves remplacent les agriculteurs et même les ouvriers, ceux-ci ne sont plus recrutés qu’un par un par les colons. Les émigrants doivent désormais être des hommes qui savent lire et écrire, venant sans doute de la bourgeoisie. Ainsi Jean-Antoine Massié, d’une famille de notaire et de médecin et qui part, après une affaire de libertinage, à Saint-Domingue où il travaille au greffe puis comme économe51. Le recensement de la Guadeloupe en 178552 décrit ainsi 95 régisseurs, 228 économes, 76 commis, 41 raffineurs, 397 ouvriers, soit 944 travailleurs différenciés de 3 146 « hommes portant armes ». À Saint-Domingue53 en 1780, il y a 20 543 Blancs, dont 864 régisseurs, 1 636 économes, 203 commis, 277 chirurgiens, 693 ouvriers, 388 raffineurs. Les autres émigrants viennent avec quelques capitaux, comme Pierre Lefranc, Normand, entrepreneur en bâtiment54.

30Des marchands colons investissent des sommes beaucoup plus importantes, ainsi Stanislas Foâche, mais ils sont rares. Tous n’aspirent qu’à faire fortune le plus rapidement possible pour retourner en France.

31Part prépondérante donc de la bourgeoisie, où le rôle des femmes est essentiellement domestique, et des laboureurs et des ouvriers où il diffère selon les occupations et surtout l’origine géographique.

32Influences multiples, images féminines contradictoires apportées par ces immigrants. Que sont-elles devenues dans ces nouveaux pays ?

Aux Antilles

  • 55 Pour tout ce passage, voir Jacques Petit-Jean-Roget, « Les femmes des colons à la Martinique du XV (...)
  • 56 Dutertre, op. cit., 1667, II, p. 454.

33« À l’origine de presque toutes les colonisations, on trouve des chercheurs d’aventure, idéalistes ou révoltés, poussés hors de la métropole par le désir plus ou moins conscient d’échapper à l’emprise de leur milieu. Parmi eux les femmes sont l’exception55. » En 1631, Saint-Christophe ne compte que deux femmes. L’aventure au féminin n’est perçue que comme sexuelle, et donc impensable, en ces temps où « l’honneur » et la vertu ne sont pas de vains mots. Ainsi les premières femmes envoyées en convoi par le roi pour peupler les îles sont assimilées à des prostituées. Le roi a pourtant « soigneusement observé qu’il ne fut envoyé que des filles très sages et très bien élevées dans l’hôpital depuis leur enfance ». Ces femmes furent d’ailleurs peu nombreuses : deux convois pour la Guadeloupe en 1640-1645, deux cent quarante femmes pour la Martinique en 1680-1683 et cent soixante-cinq pour Saint-Domingue en 1685. D’autres facteurs poussent également à la masculinisation des premiers colons, qui doivent être prêts à combattre contre les Caraïbes, les Espagnols, les Anglais, d’où la rubrique « hommes portant armes » dans les recensements. Même après l’introduction de troupes de la marine, les habitants sont organisés en milices chargées de la défense des îles et du maintien de l’ordre parmi les esclaves. L’installation sur les terres implique un travail de défrichage qui relève plus de la compétence des hommes. Les femmes engagées étaient employées à des travaux spécifiques : cuisinières, ménagères ou couturières56. Les contrats d’engagement citent aussi des fileuses de coton, des torqueuses de tabac et des fouilleuses de terre. Le plus généralement une ou deux femmes suffisent sur les plantations, là où le nombre d’hommes peut être beaucoup plus élevé.

  • 57 Debien, « Les engagés », op. cit., p. 83-85 ; Debien, « Les femmes des premiers colons (1635-1680) (...)
  • 58 Intendand Robert, cité par Margry, Relations et Mémoires, 1867, p. 144-146.
  • 59 Dutertre, op. cit., 1667, II, p. 476.
  • 60 AN, C8 A1, 8 janvier 1674.

34Il y a 40 femmes engagées sur 6 200 à La Rochelle de 1635 à 1715, et 50 femmes, certaines étant mariées, sur 1 900 départs à Dieppe57. Même les colons s’expatriant sont des célibataires, attirés par l’espoir d’une fortune rapide pour retourner le plus vite possible au pays. Par la suite, avec le développement de l’esclavage, tous les emplois d’exécution sont réservés aux captifs. « Il est à remarquer que tout le travail se fait en ce pays-ci par les nègres, en quoi il diffère beaucoup des autres pays où les gens du menu peuple font travailler leurs femmes et leurs enfants, ce qui n’est pas en usage ici58. » Tous les travaux traditionnels des femmes sont exécutés par les esclaves, ce qui rend leur apprentissage inutile. Déjà en 1654, « la plupart des pères et mères élèvent leurs filles avec un peu trop de liberté : c’est pourquoi la retenue et la modestie extérieure de nos filles de France leur manquent aussi bien que beaucoup de choses qu’elles devraient savoir comme travailler en tapisserie, en linge, blanchir et autres choses semblables59 ». Les femmes blanches vont penser déchoir en s’assimilant aux esclaves si elles faisaient ces travaux. Le gouverneur des îles de Baas note en 1674 : « Les plus pauvres aiment mieux mourir à l’hôpital que de vouloir travailler. Les coups et les remontrances des maris, même les châtiments des magistrats, n’y ont encore rien pu gagner60. »

35Les seules femmes sont donc les épouses et les filles des maîtres de case (propriétaires d’une plantation) puis les filles nées aux îles dont le nombre croît régulièrement. Il y a pour une femme : en Martinique, 2 hommes de 1678 à 1687, en Guadeloupe 2,5 hommes en 1671 et 1,5 en 1687 tandis qu’à Saint-Domingue, il y a 8 hommes pour 1 femme en 1681, 4,4 en 1686, 2 en 1700.

  • 61 Petit-Jean-Roget, La société d’habitation, op. cit., p. 1101.
  • 62 ANSOM, G1, 509.
  • 63 ANSOM, Martinique, G1 470, G1 470bis, G1 499 ; Guadeloupe, G1 468, G1 469, G1 497.

36La propriété foncière et l’introduction de la plantation sucrière, qui exige de gros capitaux et peut rapporter gros, fixent les hommes et leurs familles aux îles. En Martinique les 57 % de maître de case qui restent de 1664 à 1680 sont presque tous les propriétaires de sucreries61. Cependant, un continuel flux de jeunes essentiellement masculins, qui espèrent faire fortune aux îles, bouleverse l’équilibre des sexes dû aux naissances. Ainsi à Saint-Domingue, dont le développement est très rapide au XVIIIe siècle, il y a toujours plus de deux hommes pour une femme blanche et quatre à cinq métropolitains pour une métropolitaine62. Le nombre des femmes est encore diminué par le fait que les colons habitent souvent en France et ne retournent aux îles que lorsque leurs affaires vont mal, seuls, dans l’espoir d’un prompt rétablissement. Aux îles du Vent, Martinique et Guadeloupe, l’absentéisme est nettement moins fréquent et l’émigration est moins importante. À la Martinique, il y a généralement 120 hommes pour 100 femmes, alors qu’en Guadeloupe, l’équilibre des sexes est atteint entre 1733 et 1783, signe d’une faible immigration63.

  • 64 Dutertre, op. cit., 1667, II, p. 455.

37Les sociétés antillaises sont donc masculines, ce qui n’est pas sans affecter les relations entre maîtres et esclaves, mais aussi le statut des femmes blanches. Celui-ci dépend d’influences quelque peu contradictoires. Les Antilles sont soumises à la coutume de Paris, avantageant ainsi Normandes et Gasconnes. « Les femmes sont fort avantagées, il y a peu de gens mariés qui ne se fassent un don mutuel et même qui ne se donnent tout au dernier vivant64. »

  • 65 Houdaille, « Quelques données », op. cit., p. 105.
  • 66 Gabriel Debien, « La sucrerie Galbaud du rot 1690-1802 », Notes d’Histoire coloniale I.
  • 67 Pillorget, op. cit., p. 107.
  • 68 Houdaille, op. cit., p. 105.
  • 69 Jacques Petit-Jean-Roget, « Courants de migration et courants commerciaux vers la Martinique, 1635 (...)

38Le fait d’avoir traversé la ligne équinoxiale et affronté ensemble une situation nouvelle peut rapprocher les conjoints. Au XVIIe, les femmes accompagnent leurs maris dans leurs visites, fait noté sans doute parce qu’il est rare en France : « les femmes y vivent dans une grande liberté et néanmoins sans scandale ». Cependant, elles ont essentiellement un rôle de mère. Le roi lui-même instruit l’intendant Dumaitz de Goimpy à ce sujet en 1685 : les îles doivent être peuplées dans un but stratégique de défense. Au XVIIIe, l’âge moyen de mariage des filles est encore inférieur de quatre ans à Saint-Domingue de celui de la France : 19,7 ans avant 1760, 21 ans après65. Les filles permettent de sceller des alliances. Ainsi Jean-Baptiste Ducasse, fils d’un charcutier de Bayonne, flibustier, rassembleur de terre et colon grâce à ses prises66 : « Le mariage de sa fille unique avec un de La Rochefoucauld le comble de fierté mais lui coûte 600 000 livres de dot et 180 000 pour l’achat d’une charge destinée à son gendre67. » Parmi les nouveaux mariés, toujours à Saint-Domingue, on trouve 19 % d’hommes créoles et 89 % de femmes créoles avant 1760 et respectivement 18 % et 76 % après cette date68. On sait que le mariage se fait le plus souvent au domicile de la fiancée : les créoles se marient donc très souvent avec des métropolitains, pour les plus riches avec des officiers voulant « fumer leurs terres », selon l’expression de Madame de Sévigné, ou des fils d’armateurs. Le même phénomène se retrouve en Martinique avec des officiers de Provence, des capitaines de navires69.

  • 70 François Girod, La vie quotidienne de la société créole à Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, (...)

39De nombreuses femmes se contentent de leur rôle de génitrice et justifient leur réputation d’indolence. D’autres aident leurs maris : François Girod a lu des correspondances commerciales où elles se montrent des marchandes travailleuses et avisées70. Certaines, mais c’est une évolution récente en 1790 selon l’avocat Moreau de Saint-Méry, se préoccupent de leurs esclaves.

  • 71 Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Description de la partie française de l’isle Saint-Doming (...)

« Déjà les Créoles trouvent du plaisir à adoucir le sort des esclaves qui les approchent, déjà elles prodiguent aux enfants de tous les esclaves des soins qu’elles dédaignaient autrefois. Il est plus d’une Créole estimable dont le premier soin en s’éveillant est d’aller visiter l’hôpital de son habitation et de veiller à ce que les maux des esclaves soient soulagés et leurs peines adoucies. Quelquefois même leurs mains délicates préparent des médicaments tandis que la consolation coule de leur bouche persuasive71. »

40Soins un peu tardifs puisque ce texte est publié après que les esclaves se soient libérés eux-mêmes, soulagement certes plus efficace…

  • 72 François Girod, Une fortune coloniale sous l’Ancien Régime, la famille Hecquet à Saint-Domingue, 1 (...)

41Il était assez difficile pour les femmes de diriger elles-mêmes leurs propriétés lorsqu’elles devenaient veuves, d’où la promptitude des remariages ou l’association avec le fils ou le gendre. Certaines femmes devaient cependant suppléer à l’absence fréquente de leurs maris, occupés à leurs plaisirs. Ainsi Victoire Hecquet, mais ce n’est pas du goût du procureur Camus : « Si des femmes et des enfants blancs détournent tous les jours une grande quantité d’esclaves pour satisfaire leurs caprices, qu’ils se donnent le ton de commander et de donner des ordres à l’atelier pour des travaux auxquels ils ne connaissent goutte, qu’ils applaudissent les nègres et qu’ils donnent tort à l’économe blanc quand ce dernier en a fait corriger à propos… l’atelier devient sans valeur72. » Femmes et enfants, liés dans de communs « caprices », sont priés d’obéir à l’économe blanc, leur salarié, car sa virilité seule lui confère le statut d’adulte.

  • 73 AN, F3 90, folio 188, 199-255 ; Blenac, décembre 1681, AN, F3248, folio 686.
  • 74 Lucien Peytraud, L’esclavage aux Antilles françaises avant 1789, 1897, rééd. Pointe-à-Pitre, Émile (...)

42Épouses blanches, concubines noires : à Saint-Domingue particulièrement, mais dans les autres îles aussi, au vu du nombre de mulâtres, l’homme blanc vit une polygynie de fait. L’influence que son épouse peut retirer de son état de compagne en est amoindri. Elle seule est contrainte à la fidélité. Les liaisons extraconjugales des hommes sont tellement habituelles que l’on voit telle veuve assister au mariage et doter une mulâtresse, suivant les volontés de son défunt mari. Par contre, des récits insistent sur la cruauté de certaines blanches jalouses. Les deux réponses à cet état de fait ont existé. On a accusé les femmes d’être plus cruelles que les hommes, par jalousie ou par ennui. Les accusations de Blénac ou l’affaire Lejeune73 montrent qu’il n’y a guère lieu de départager dans l’horreur, mais cette cruauté, rendue possible par l’institution de l’esclavage, choque plus du fait de la croyance à une certaine « nature » féminine, supposée plus douce et plus sensible. La violence de certains maîtres dépasse largement ce qu’une saine politique et un intérêt bien compris exigeraient74. Celle des femmes blanches renvoie à leur pouvoir excessif dans la « grand’case » où elles sont confinées, le mari absent.

  • 75 Girod, Une fortune coloniale, op. cit., p. 116.

43Bien que sans rôle public, les femmes blanches partagent tous les préjugés de leur classe et de leur couleur, et leurs discours sont représentatifs de celui des propriétaires. Ainsi Victoire Hecquet, dont la famille est propriétaire en 1782 de 141 esclaves, écrit avec un cynisme naïf : « Il en meurt toujours : en voilà quatre que je vois mourir : deux tombés en dissolution dont une vieille qui ne faisait plus rien. Et une, ces jours derniers, qui nous a fait de la peine : une belle fille bien coquine mais vaillante75. » Seul compte le rendement de l’esclave, son histoire, sa personnalité n’existent pas aux yeux des Blancs.

Femmes africaines : esclaves ou amazones ?

44Bien que certains chercheurs postulent l’unité culturelle africaine ou du moins celles des Africains déportés dans une île, par exemple les Fons à Haïti, ces hypothèses ne sont pas corroborées par les faits.

45L’Afrique du XVIIe au XIXe siècle est très diverse, que ce soit dans ces institutions politiques, décrites comme des royaumes ou des « sortes de républiques » parfois gouvernées par les plus anciens ; dans les modes de vie selon qu’il s’agit des Peuls nomades, des agriculteurs intensifs des rivières du sud ou du Bénin, des commerçants mandingues ou yorubas. La position des femmes y est très variée sur le plan de la participation politique, de la division du travail ou des pratiques sexuelles. Aussi faut-il déterminer précisément l’origine des captifs.

  • 76 Jean Mettas, Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle, Paris, Société fran (...)
  • 77 Phyllis M. Martin, The external trade of the Loango coast 1756-1870, Oxford, The Clarendon Press, (...)

46Elle peut être connue par recoupement entre les lieux de traite décrits par les chroniqueurs de l’époque, les fiches des expéditions négrières76, les ethnies citées dans les listes des minutes notariales et les parcours des captifs à l’intérieur de l’Afrique77. En effet, les noms donnés par les négriers et les planteurs ne sont souvent pas ceux de l’ethnie d’origine des captifs mais bien plutôt de celle qui les ont fait prisonniers ou les ont vendus.

47Les captifs viennent de lieux différents selon les époques et selon les îles. Au XVIIe siècle, les auteurs citent des « Angolas » (Bantous embarqués du royaume d’Angola), des « Sénégals » (Wolofs, Sereres, esclaves des Maures et même Bambaras), des « Aradas » (vendus par le roi d’Ardres). En Martinique, les « Sénégals » représentent toujours 7 % des déportés de 1713 à 1742 mais les captifs originaires de la côte des esclaves (« Aradas ») sont les plus nombreux : 30 % au XVIIIe (mais 60 % de 1709 à 1727) alors que les « Congos » en font 26 %. En revanche à Saint-Domingue, les « Congos » (Bantous) font presque la moitié des déportés alors qu’à la fin du XVIIIe siècle, les « Aradas » ne sont qu’un peu plus de 10 %, les Ibos, les « Nagos » (Yorubas d’Oyo) et les Bambaras un peu moins de 10 %. En Guadeloupe, les Congos représentent 44 % des esclaves débarqués par la traite française mais 80 % du trafic est effectué clandestinement par les négriers anglais, ce qui explique que sur les inventaires, les Ibos forment un tiers des Africains. Au XIXe, Ibos, Congos et surtout Yorubas deviennent majoritaires.

48Ces dénominations peuvent recouvrir des ethnies assez différentes : ainsi des « Aradas » peuvent avoir été achetés au nord ou à l’est d’Ouidah par des négociants, être des Mahis razziés par le roi ou des Yorubas du royaume d’Oyo lorsque ceux-ci ne sont pas dénombrés à part. Il arrive même que le roi d’Ardres vende ses propres sujets qui peuvent également être faits prisonniers lors de combats avec leurs voisins. Les « Congos » peuvent être des meurtriers, voleurs ou adultérins des royaumes côtiers mais ils viennent surtout de fort loin à l’intérieur des terres par des routes de commerce. Or, les Européens n’ayant pas pénétré à l’intérieur de l’Afrique, n’ont laissé de descriptions que des Africains de la côte. Certes, selon les anthropologues, la zone bantoue présente une grande homogénéité culturelle ; il faut cependant tenir compte du fait que certaines ethnies sont matrilinéaires et d’autres patrilinéaires. Une seule assurance : les Ibos sont, eux, bien des Ibos.

  • 78 Philip Curtin, The image of Africa, British ideas and actions, 1780-1850, Madison, University of W (...)

49Les Européens montrèrent « une fascination libidineuse pour la description d’autres peuples qui rompent avec impunité les tabous de la société de ceux-ci78 ». Sûrs de leur propre civilisation et pleins de préjugés, ils firent le portrait de l’Africaine en esclave.

Sexe et relations de parenté

Avant le mariage

  • 79 Jean-Baptiste Labat, Voyage du Chevalier des Marchais en Guinée, aux îles voisines et à Cayenne, f (...)
  • 80 Georges Balandier, La vie quotidienne au royaume de Kongo du XVIIe au XVIIIe siècle, Paris, Hachet (...)
  • 81 Suzanne Comhaire-Sylvain, Femmes de Kinshasa, hier et aujourd’hui, Paris/La Haye, Mouton, 1968, p. (...)
  • 82 Alfred Burton Ellis, The Yoruba speaking peoples of the slave coast of West Africa, Londres, Chapm (...)

50La liberté sexuelle des Africaines a fort surpris les Européens et notamment le fait que la cohabitation sans mariage pût être approuvée par les parents. Au Dahomey, la femme qui a donné des preuves de sa fécondité est plus estimée que les autres. « Comme elles sont maîtresses d’elles-mêmes, elles se retirent des maisons de leurs parents, vivent en leur particulier, trafiquent pour leur compte et s’abandonnent à qui leur fait la meilleure condition, étant sûres que leur honneur n’en reçoit pas la moindre flétrissure et qu’elles trouveront toujours des maris quand elles songeront, à propos, de se soumettre aux lois du mariage79. » Pourtant des différences peuvent apparaître à l’intérieur d’une même zone géographique. Ainsi chez les Bakongos, les rapports sexuels sont interdits entre fiancés car ils sont supposés mettre en danger le royaume. Le dévergondage des jeunes est puni physiquement puis, en cas de récidive, par la mise en esclavage80. Ces croyances n’ont pas cours chez les Bayensis et les Bapendes. Le mariage à l’essai est traditionnel dans le haut Congo : ce sont des fiançailles avec cohabitation et sans versement de dot. Les femmes y sont réputées moins soumises que dans le bas Congo81. Au Sénégal ou en pays Yoruba, la virginité peut être exigée dans certaines conditions, notamment lorsque la fille a été fiancée jeune, ce qui est toujours le cas pour les plus riches d’entre elles. Autrement « elle peut faire ce qu’elle veut82 ».

Le mariage

  • 83 Dapper, op. cit., p. 326.
  • 84 Labat, Voyage d’un Chevalier…, op. cit., II, p. 121.
  • 85 P. A. Talbot, Southern Nigeria, 1926, III, p. 437-440.

51Le « prix de la fiancée » donné par les parents du fiancé à ceux de la future épouse a été assimilé par les Européens à un achat de la femme. Au Congo, selon Dapper « les galants n’ont qu’à venir trouver les pères et mères et leur apporter de l’argent, on les leur livre alors83 ». La cour réelle est évidemment bien plus complexe. À Ouidah, le père Labat note qu’« ils peuvent avoir autant de femmes qu’ils peuvent en acheter et en nourrir ». Il remarque que le « prix » n’est que d’un pagne pour la fiancée et d’un repas pour les parents (comme au Congo) alors que sur la côte occidentale (Sénégal) « les pères les vendent chèrement et, pour une fille qui sort de la maison, ils y voyent entrer des esclaves et toujours une bonne quantité de marchandises84 ». En France, la femme, du moins de bonne naissance, n’est pas supposée subvenir à ses besoins et c’est initialement pour y pourvoir en cas de difficultés qu’on lui verse une dot. En Afrique, la femme travaille et sa famille perd à la fois une force de travail et une force de reproduction. Ce dernier aspect est le plus important puisqu’au Dahomey, au Haut-Congo et à Brass (Nigéria du Sud) dans « le mariage de droit paternel, accompagné d’un prix peu élevé, les enfants appartiennent à la famille de la mère85 ». Cette compensation matrimoniale doit être rendue si la femme abandonne le mari ou s’il la chasse pour des raisons qui paraissent suffisantes à la famille de la mariée. C’est dire que le prix de la fiancée ne fait que symboliser l’alliance scellée entre les deux groupes de parents. Il est d’ailleurs de règle que pour chaque cadeau quelque chose soit donné en échange.

52Cette obligation de rendre le prix de fiancée peut donc être un empêchement au divorce lorsqu’il est élevé : notamment au Sénégal ou au Congo. Sinon le divorce peut-être obtenu facilement pour les deux sexes. De plus, l’Islam, qui institue la répudiation au seul profit des hommes, n’a véritablement converti que les notables wolofs ou mandingues, aux XVIIe et XVIIIe siècles.

  • 86 Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 226 ou Ouidah ; Pour le Congo : J. Van Wing, Études (...)

53Le mariage implique des droits et des obligations définis avec minutie. À Ouidah, les hommes fournissent les habits de la famille, la femme pourvoit à tout le reste. Au Congo, le mari doit apporter le logement, le pagne, la houe, la machette, le sel et la viande, obligations plus importantes donc qu’à Ouidah. La femme s’occupe des cultures vivrières, fait le ménage, prend soin des enfants. C’est un délit si l’homme bat sa femme, néglige de lui rendre visite, d’apporter la viande et le sel et si la femme lui refuse l’entrée dans sa hutte, l’injurie, le vole, ne lui prépare pas le repas86. Ce juridisme coutumier ne laisse donc pas pleins pouvoirs aux hommes mais il institue néanmoins une dissymétrie en leur faveur, particulièrement à Ouidah.

  • 87 Sylvia Leith-Ross, African women, a study of the Ibo of the Nigeria, Londres, Faber et Faber, 1939

54De plus, la fidélité des femmes semble partout exigée. Théoriquement la femme adultère peut être répudiée, mise en esclavage ou même tuée. Pourtant les voyageurs accusent les maris de la Côte de l’or de se servir de ce stratagème pour être rétribué par l’amant de leur femme. Et au XIXe siècle des femmes Ibos font la grève de la cuisine lorsque leurs maris veulent se servir de ce droit en refusant qu’elles voient leurs amants87.

  • 88 Bosman, op. cit., p. 359 ; Labat, Voyage du Chevalier, op. cit., II, p. 231 ; René Caillé, Voyage (...)
  • 89 Dapper, op. cit., p. 326.
  • 90 Caillé, op. cit. II, p. 49.

55La dépendance des femmes est symbolisée par certaines salutations dont l’intéressant n’est pas la forme, pour spectaculaire qu’elle soit, mais le sens : de la femme au mari. Les voyageurs du XVIIIe siècle, habitués à l’idée d’un cérémonial, n’y voyaient qu’une extrême politesse et civilité. « Les cadets témoignent le même respect (qu’à une personne de plus grande condition) à leurs aînés, les enfants à leurs pères et les femmes à leurs maris ; aucun d’eux ne donnera rien et n’en recevra rien aussi qu’à genoux et avec les deux mains, ce qui est aussi pour eux une autre marque de respect88… » Ceci à Ouidah, mais au Sénégal, chez les Wolofs, les Mandingues et les « Foulas », il en est de même. Au Congo : « Elles n’osent parler à leurs maris qu’à genoux et dès qu’elles le voient, elles se mettent à frapper des mains pour lui témoigner leur joie et le respect qu’elles ont pour lui89. » Il n’y a guère que dans le pays Bambara que Caillé voit moins de contrainte entre les époux : « Ce fut dans ce village que je vis pour la première fois, depuis le Fouta Djalon, les femmes assises avec les hommes se mêlant de la conversation ; elles étaient occupées à filer du coton : les femmes Mandingues sont bien éloignées de jouir d’un pareil privilège90. »

  • 91 Balandier, op. cit., p. 157.
  • 92 Cf. note 43.

56Ce respect est lié à une division entre hommes et femmes sans intimité possible. Les femmes africaines ne mangent pas avec leur époux. « Les hommes et les garçons d’une même famille étendue mangent ensemble, servis par les femmes et affirment leur solidarité en consommant une nourriture commune, en buvant l’eau à la même calebasse. Les femmes, les filles et les jeunes garçons mangent aux abords du foyer domestique91. » Ce manque d’intimité est en partie lié à la polygynie : l’époux partage ses nuits entre ses épouses qui lui préparent à manger le jour où il vient chez elle. On peut y voir une constante de la civilisation agricole traditionnelle : en France aussi dans le Mâconnais, la Bretagne ou le Pays Basque, les femmes servent leur mari et mangent après, debout92. Mais il y a plus : l’affirmation d’une solidarité familiale dont la femme est exclue puisqu’elle est d’un groupe étranger.

  • 93 Labat, Voyage du Chevalier, op. cit., II, p. 233.
  • 94 Willem Bosman, Voyage de Guinée contenant une description nouvelle et très exacte de cette côte où (...)
  • 95 Guillaume Snelgrave, Nouvelle relation de quelques endroits de Guinée et du commerce d’esclaves qu (...)
  • 96 Pierre Labarthe, Voyage à la côte de Guinée, Paris, 1803, p. 127.
  • 97 Bosman, op. cit., p. 363 ; Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 224.
  • 98 Houdaille, « Les esclaves de la zone d’occupation anglaise », op. cit., p. 152-158.

57Cependant, au Dahomey et au Bénin, depuis le XVIIe siècle, la position des femmes est particulièrement affaiblie par la pratique de la vente des femmes, qui ne s’applique sans doute qu’aux esclaves, et qui est un mode de punition. Selon le père Labat, toujours aussi misogyne (les femmes du XVIIIe siècle le lui reprochaient déjà) : « Ils regardent leurs femmes comme leurs esclaves ou un peu moins, et comme ils en peuvent avoir autant que bon leur semble, ils les retiennent dans leurs devoirs par la crainte de ce châtiment politique qui, pour le prix d’une femme inquiète, turbulente, paresseuse, stérile, de mauvaise humeur et qu’une maladie a rendue laide, leur en fait trouver plus d’une douzaine de jeunes, belles, obéissantes et laborieuses et très propres à accroître leurs biens et leur famille93. » En 1705, selon Bosman, « les maris sont si jaloux de leurs femmes que pour le moindre soupçon, ils les vendent aux Européens, pour les transporter ailleurs ». Il explique que « les habitants de Fida (Ouidah) en ont jusqu’à 40 et 50 ; leurs principaux capitaines en ont 300 et 400 et quelques-uns même jusqu’à 1 000 et le roi en a de 4000 à 500094 », alors que Snelgrave, plus modeste, crédite les habitants de Ouidah de 100 femmes95. Il doit s’agir des plus riches car un tel déséquilibre démographique ne s’expliquerait pas. Selon Labarthe, seules les concubines, en général des esclaves, sont vendues, et il y faut une permission du roi et de ses officiers96. « Le roi vend souvent une de ses femmes pour le moindre chagrin qu’elles lui donnent et même pour des bagatelles. Cependant, le nombre n’en diminue pas car trois de ses principaux capitaines qui ont inspection sur le sérail de Ouidah en fournissent tous les jours d’autres à la place de celles-là : aussitôt qu’ils découvrent une jolie fille, ils la mènent au roi et il n’y a personne dans tout le pays qui ose s’y opposer. » Cette coutume d’un tribut en femmes continue malgré le changement de royaume : un quart de la population féminine est supposée mariée au fétiche, et le roi vend certaines d’entre elles « dans ses pressants besoins97 ». Au XIXe siècle, l’esclavage féminin serait surtout dû au kidnapping. Ces traditions, et l’interdiction faite, après la guerre de 1727-1728, de vendre des hommes originaires du Dahomey, expliquent que les femmes soient très nombreuses dans les bateaux en provenance de Ouidah ; elles sont supérieures en nombre aux hommes, dans 23 bateaux sur 32 allant en Martinique, alors qu’elles ne forment souvent qu’un tiers de la « cargaison » humaine. Parmi les Aradas à Saint-Domingue, il y a 53 hommes pour 100 femmes98 en 1786. Il ne faut pas cependant oublier deux choses : 1) la majorité des captifs avaient été kidnappés ou pris dans des guerres dont l’objectif était de fournir la traite atlantique ; 2) les hommes étaient généralement vendus aux négriers européens parce que les femmes africaines jouaient un rôle important dans la production vivrière.

58Heureusement en Guinée, la religion permet à certaines femmes d’échapper à la soumission. Ainsi à Allada :

  • 99 William Clarke, Travels and explorations in Yorubaland, 1854-1858, Ibadan, University Press, 1972, (...)

« Les femmes qu’on a élevées à la dignité de prêtresse sont pour le moins aussi estimées que les prêtres, quand même elles n’auraient été que des esclaves, et ce qui les fait encore plus respecter c’est qu’elles se donnent le nom d’enfants de Dieu. Au lieu que les autres femmes sont obligées de servir leur mari, comme si elles en étaient les esclaves, celles-ci au contraire ont une autorité absolue sur les leurs, disposent comme il leur plaît de leurs biens et vivent à leur fantaisie ; les maris sont obligés de leur rendre le même respect qu’elles leur ont rendu avant d’être élevées à cette dignité, c’est-à-dire de leur parler et de les servir à genoux. Les nègres qui ont un peu d’esprit ne prendront guère une prêtresse pour femme et ne souffriront qu’avec peine qu’une de leur femme soit faite prêtresse, mais lorsque cela arrive, ils ne peuvent pas s’y opposer, à moins que de vouloir avoir un terrible compte à rendre et d’être regardés comme des hommes qui veulent arrêter le cours ordinaire du culte divin99. »

59De quoi donner la vocation !…

La polygynie

  • 100 Esther Boserup, La femme face au développement économique, 1970, trad. française, Paris, PUF, 1983 (...)

60La polygynie (mariage d’un homme avec plusieurs femmes) a choqué et peut-être fait rêver plus d’un. Les voyageurs n’y ont vu qu’une recherche du plaisir. Bien qu’elle puisse prendre ce sens, elle a d’autres significations, démographiques, économiques et symboliques. Dans les sociétés africaines, la force de travail humaine reste la source immédiate et essentielle de la richesse, au contraire des sociétés mécanisées. Aussi les hommes, qui ont le pouvoir, cherchent-ils à contrôler la fonction reproductrice des femmes. La polygynie permet d’assurer au groupe le maximum d’enfants alors que dans le cas contraire de la polyandrie (chaque femme ayant plusieurs maris) le nombre d’enfants qu’une femme peut porter n’est pas accru. Cette solution permet de marier toutes les femmes bien qu’elles soient en surplus du fait des activités guerrières des hommes. Elle favorise la diversité des alliances. Cependant, la polygynie a surtout une signification économique : elle permet aux hommes d’accroître leurs richesses puisque la portion de terre qu’ils ont le droit de faire cultiver dépend de la force de travail dont ils disposent, c’est-à-dire essentiellement du nombre de leurs femmes100.

  • 101 Dapper, op. cit., p. 326-327. De même à Ouidah : Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 225
  • 102 Id., I, p. 326.
  • 103 Flandrin, Familles, op. cit., p. 199 et 211.

61La polygynie est « justifiée » par les tabous qui empêchent les rapports sexuels lorsque les femmes ne sont pas fécondes : pendant l’allaitement, les règles et la ménopause. Ces deux derniers interdits manifestent également une inquiétude contradictoire devant la féminité. Pendant la ménopause, la femme perd la caractéristique qui la définit et devient « comme un homme » alors que pendant ses règles, elle est « impure ». Le tabou sur les règles est présent dans de nombreuses sociétés. Ainsi, dans le Lévitique 20-18 des anciens Hébreux : « L’homme qui couche avec une femme pendant ses règles et découvre sa nudité, il a mis à nu la source de son sang, elle a découvert la source de son sang, aussi tous deux seront retranchés du milieu de leur peuple. » Au Congo, « lorsqu’une femme a ses mois, elle se garde bien de toucher les viandes de son mari ou de paraître devant lui. Elle se barbouille le corps avec du bois rouge (du ngola) et se serre la tête d’une corde, jusqu’à ce que cette impureté soit passée101 ». Cette « impureté » périodique est la cause explicite d’interdits qui l’écartent, en tout temps, de nombreuses manifestations sociales. L’allaitement, autre source d’interdits, dure jusqu’à deux ans en général, et jusqu’à trois ans à Ouidah102. Le refus des rapports sexuels vise à protéger l’enfant d’une nouvelle grossesse qui tarirait le sein et mettrait sa vie en danger. Le risque est bien réel : il était rare qu’un enfant sevré avant un an survive. En France, la solution est autre, car, si les confesseurs des XVIe et XVIIe siècles ont conscience du danger, ils recommandent cependant aux femmes d’accéder au désir du mari pour qu’il ne tombe pas en état d’« impureté » alors qu’au XVIIIe siècle, avec le développement de l’intérêt de l’enfant, ils permettent le refus du devoir conjugal103. Ces interdits de longue durée frustrent sexuellement et affectivement les femmes.

  • 104 Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., I, p. 326.
  • 105 Lievin Bonaventure Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, (...)

62La polygynie introduit une différenciation entre les femmes. La première épouse supervise souvent le travail des autres femmes. Ainsi au Dahomey : « La première femme attribue aux autres et aux esclaves le travail et leur en fait rendre compte et couche trois nuits consécutives avec leurs maris pendant que les autres ne jouissent de leur faveur qu’à tour de rôle et selon l’ancienneté et le crédit que leur donnent leurs appâts104. » Au Congo, « c’est celle que le mari aime le plus qui commande ». Dans le Haut Congo, l’autorisation de la première femme est souvent nécessaire pour choisir une deuxième épouse. La première femme joue un rôle de confiance, elle a la garde d’importants fétiches105. Toutes les femmes d’ailleurs ne sont pas de même naissance : certaines sont d’origine esclave et donc plus soumises à leur mari car sans recours auprès de leur famille.

  • 106 De la Courbe, op. cit., p. 161.

63Nous ne savons pas comment était vécue la polygynie par les femmes. Selon De la Courbe, ravi que ses opinions soient confortées, la grande femme (première épouse) d’un roi Wolof et des dames de qualité venues lui rendre visite « estimaient les femmes (françaises) heureuses en ce que les maris n’en avaient qu’une et n’estimaient rien tout le reste en comparaison de tout cela106 ».

La filiation

  • 107 Bastide, op. cit., p. 44.

64La parenté peut être héritée du côté du père (patrilinéarité) ou de celui de la mère (matrilinéarité). De toute façon, la parenté matrilinéaire n’est pas le matriarcat (pouvoir des femmes). Elle suppose certes que l’ancêtre, réel dans le cas du lignage ou mythique dans celui du clan, auquel se réfère le groupe de filiation, soit une femme comme chez les Baoulés, les Akans et certains Bantous (Mayombe, Vili, Kango, « Bubangui », Songo), mais le chef de famille est l’oncle maternel. La femme est exclue de l’héritage de ses frères et maris, qui va en priorité aux frères du mari puis au fils de la sœur. Selon certains, la femme est alors plus proche de son lignage, moins dépendante de son mari, ses fonctions rituelles et son poids politique en sont accrus, notamment chez les Ashantis. En revanche, selon M. Bastide107, en système patrilinéaire, les femmes sont plus recherchées et bénéficient d’une position plus forte. Cependant, dans toutes les sociétés dont sont issues les esclaves, le mariage est virilocal : la femme quitte sa famille pour aller habiter chez celle de son mari. Cette circulation des femmes et non des hommes signifie une subordination des femmes, mais elle la conditionne aussi car ses frères gardent et gèrent le patrimoine tandis qu’elle arrive dans une famille où elle est étrangère.

  • 108 Nancy Tanner, « Matrifocality in Indonesia and Africa and among Black Americans », in Louise Lamph (...)

65Bien que les pères africains jouent un rôle important, notamment dans l’éducation des garçons, certaines familles africaines ont été définies comme matrifocales. En effet, le père vit dans sa propre case et ne vient dans celle de sa femme que lorsqu’elle doit remplir ses obligations alimentaires et sexuelles. La matrifocalité est alors à la fois résidentielle : les enfants vivent avec la mère, et fonctionnelle : le rôle de la mère est central tant matériellement (elle s’occupe de ses enfants par exemple) qu’affectivement, le père ayant des enfants d’autres femmes. À ces deux critères, entre lesquels les tenants du concept de la matrifocalité hésitent généralement, Nancy Tanner108 ajoute la nécessité de relations égalitaires entre les sexes et d’exercice des fonctions économiques et rituelles par les hommes et les femmes. Elle définit donc comme matrifocaux les Ibos, par ailleurs patrilinéaires et virilocaux, qui sont nombreux à avoir été déportés en Guadeloupe.

Les travaux

  • 109 Dapper, op. cit., p. 326-327.

66Le fait que l’essentiel du travail agricole repose sur les femmes dans l’Afrique visitée par les négriers, est une des causes principales de l’idée de la servitude des femmes africaines. Ainsi Dapper écrit de Loango en 1686 : « La condition des femmes est d’ailleurs assez malheureuse : car outre la polygamie, elles ont de surcroît en ce pays un rude esclavage à supporter. Ce sont elles qui ont toute la peine, qui cultivent la terre, qui sèment, qui moissonnent, qui pilent le mil, qui font le pain, qui cuisent les viandes, les hommes ne se mêlent d’autre chose que de préparer les boissons109. » Les femmes lui semblent cumuler les fonctions masculines : labourer, cultiver et les tâches féminines : tenir la maison, cuire le pain. En Afrique, la division du travail apparaît avec plus de netteté car les travaux agricoles masculins et féminins sont décalés dans le temps. L’homme prépare le terrain, abat les arbres, les déracine rarement, défriche. Les femmes font le reste du travail, seules ou en groupe, ce qui est rendu plus facile par la nature du sol : il suffit souvent d’enfouir les racines (tubercules, ignames, manioc). Les femmes ont donc une grande autonomie dans leur travail.

  • 110 Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 208 ; Isert, op. cit., p. 141 ; De la Courbe, op. ci (...)

67La femme n’est pas exploitée par le seul fait qu’elle travaille aux champs, comme le pensent souvent les voyageurs en Afrique ou en France. Ainsi, Arthur Young et Alexandre Bouet se scandalisent de voir les femmes travailler la terre en Bretagne ou dans le centre de la France, preuve de la barbarie paysanne à leurs yeux de bourgeois. Il faut analyser le sens de la division du travail dans la société, savoir ce qu’y gagnent respectivement l’homme et la femme et dans quelles conditions les tâches s’effectuent. Les hommes, outre le gros travail agricole, pratiquent la chasse, la pêche ; certains sont forgerons, menuisiers, cordonniers, bijoutiers, tisserands, ils sont également commerçants sur les longues distances. « Ce sont des hommes qui vendent les esclaves et le reste est entre les mains des femmes que ce soit pour vendre ou pour acheter. » Cette remarque de Labat sur le Dahomey et la Côte-d’Or est applicable aux Wolofs, et autres habitants du Sénégal et du Congo110. Le commerce le plus productif, celui qui permet d’acheter les armes, de l’eau-de-vie ou des biens de prestige qui assurent le pouvoir sont entre les mains des hommes.

  • 111 Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 226.
  • 112 Geneviève Calame-Griaule, « Le rôle spirituel et social de la femme dans la société traditionnelle (...)
  • 113 H. Baumann, D. Westermann, Les peuples et les civilisations de l’Afrique, Paris, Payot, 1970, p. 3 (...)
  • 114 De la Courbe, op. cit., p. 28.
  • 115 Caillé, op. cit., II, p. 87, 93, 124, 143.
  • 116 Labat, Voyage du Chevalier, op. cit., II, p. 206.
  • 117 Mary Smith, Baba de Karo, autobiographie d’une musulmane Haoussa du Nigeria, 1954, trad. française (...)

68Quant aux femmes « outre tenir la maison, prendre soin des hardes, ce sont elles qui font valoir les terres, qui labourent, sèment, font les récoltes, vont au marché vendre et acheter, qui ont soin de nourrir leur mari et de fournir à toutes leurs dépenses de bouche111 ». Ces occupations situent les hommes du côté de la civilisation, du surplus, et les femmes du côté de la nature nourricière, des fonctions vitales et essentielles. C’est en tant que donneuses de vie qu’elles ont le monopole, même au Sénégal et au Mali, des cultures vivrières pour les sauces. « L’homme n’a pas le droit de préparer des aliments dans le village, domaine de la femme. Son domaine est la brousse mâle et sèche où il peut faire la cuisine quand il prépare les travaux agricoles », note Geneviève Calame-Griaule à propos des Bambaras et des Dogons112, comme elle pourrait le dire de tout Africain. C’est aux femmes seules de piler le riz, écraser le mil, faire le pain. Ces interdictions obligent les hommes à entrer en rapport avec les femmes, elles permettent aux femmes de faire la grève de la cuisine pour faire respecter leurs droits. Les femmes pratiquent aussi certains artisanats : poterie, filage, tissage. Ils sont interdits aux hommes par un processus qui rend à la fois opposés et complémentaires les deux sexes. Chez les Yorubas où les hommes tissent également, ils se servent de métiers à tisser horizontaux à pédalier qui font des bandes étroites alors que ceux des femmes sont verticaux et fabriquent des bandes larges113. Elles font le commerce de leurs produits : fil des femmes Bambaras contre pagne teint des Wolofs. Elles sont présentes sur tous les marchés, même si les Yorubas sont les plus célèbres. De la Courbe entre dans le magasin de la Compagnie du Sénégal à Saint-Louis en 1685 : « J’y trouvais plusieurs femmes de Bieurt et des autres villages circonvoisins, qui avaient apporté des cuirs, du mil, des pagnes ou des étoffes de coton, car ce sont elles qui font presque tout le commerce du Sénégal ; elles ont plusieurs captives qu’elles envoyent bien loin dans les terres pour acheter des cuirs qu’elles apportent de plus de quinze lieues (environ soixante kilomètres) sur leurs têtes ou sur leurs ânes ; elles les achètent à vil prix, et en ayant amassé un nombre considérable, elles les apportent à l’habitation dans des canots dont j’ai parlé114. » Caillé, le premier Européen arrivé à Tombouctou, ne cite que des femmes dans ses descriptions de marchés en pays bambara, sauf à Djénné où arrivent des caravanes trans-sahariennes115. Sur la Côte-d’Or comme à Ouidah, « les femmes vendent pain, riz, maïs, couscous, pito (bière)116 ». Les femmes Haoussas, cloîtrées entre 15 et 45 ans, participent au marché par l’intermédiaire de leurs filles qui vendent117. L’opposition intérieur/extérieur est tout à fait inopérante pour ces femmes.

  • 118 Paulme, Femme africaine, op. cit., p. 13.

69Il est important de noter que, comme en France jusqu’au Xe siècle, les biens des conjoints ne sont pas confondus. Ainsi une part des productions de la femme revient au lignage de son époux (à qui appartient la terre) alors qu’une partie appartient en propre à la femme qui l’envoie généralement à son propre lignage, où ses biens sont gardés dans un coffre spécial ; ses enfants en hériteront. Les femmes ont donc une certaine indépendance, leurs jardins, leurs esclaves à part sur lesquels leur mari n’a aucune prise118, et cela dans toute l’Afrique côtière. Aussi les Africaines, habituées à subvenir aux besoins de leur famille et à tenter d’accroître leurs richesses, sont-elles très autonomes. Leur capacité propre de production et de commercialisation tend à développer un esprit d’initiative et de responsabilité. Cependant, cette autonomie se répand dans une sphère particulière, vitale, mais permettant un moindre accroissement de richesse que celle où les hommes sont engagés, à statut égal, d’autant que les femmes assurent l’essentiel de l’entretien de leur famille. On peut donc dire que le travail des femmes profite doublement aux hommes : directement au lignage et indirectement au mari parce que l’entretien des enfants repose essentiellement sur la mère.

L’activité politique des femmes

70La politique, c’est l’organisation de la société. La participation des femmes peut y être directe ou prendre la forme d’un contre-pouvoir.

  • 119 Ellis, op. cit., p. 165, 168 et 166.
  • 120 Georges Balandier, Anthropologiques, Paris, PUF, 1974, p. 20.
  • 121 Bosman, op. cit., p. 391.
  • 122 Labat, Voyage du Chevalier, op. cit., II, p. 251.
  • 123 Catherine Coquery-Vidrovitch, « Le royaume d’Abomey (XVIIIe-XIXe) », L’Histoire 16, octobre 1979, (...)
  • 124 Martin, op. cit., p. 24.
  • 125 Cité dans Walckenaer, p. 475.
  • 126 Id. ; également Proyart, op. cit., p. 90 ; et Degrandpré, op. cit., p. 210-211 ; Balandier, L’anci (...)

71Elles sont le plus souvent exclues du pouvoir politique direct sauf dans certaines démocraties où les femmes participent aux décisions, ainsi chez les Ibos du Nigéria ou dans certaines chefferies Agni, Baoulé ou Fantins. En pays Yoruba119, au XIXe siècle, en cas de décision importante, tout le peuple y participe, y compris les femmes. Le roi a des conseillers confidentiels des deux sexes, dont certaines de ses femmes. Par ailleurs, dans chaque ville, il y a à côté du Balo (chef du district, de ville, de maisonnée) une Iyoloche « maîtresse de la rue » : « à qui toutes les disputes entre femmes sont apportées ». Il y a là une exigence de symétrie homme/femme, très proche de celle des Fons où « les titres et fonctions sont attribués simultanément à une femme à l’intérieur du palais et à un homme à l’extérieur120 ». De plus, les femmes peuvent avoir un certain rôle politique. Au Dahomey, les femmes du roi contrôlent les hauts fonctionnaires alors qu’au Bénin, elles vendent les esclaves. À Allada, les femmes du roi sont intouchables et il les envoie pour piller et pour abattre la maison de ses ennemis121. Est-ce une exagération, mais après la conquête par le Dahomey, Labat voit 2 000 à 3 000 femmes du roi dans la même action contre un ennemi politique122. C’est en tout cas le début de ces fameuses amazones « qui forment la garde du roi123 ». Dans les sociétés « à État » : Vili, Lunda, Kongo, où existe une forte stratification sociale avec des nobles, des libres et des esclaves, la mère du chef ou sa sœur a des fonctions rituelles spéciales. À Loango, le roi a une co-souveraine dont il n’est pas dit si elle est sa sœur, sa femme ou sa mère. Comme au Congo, elle dirige les femmes et s’occupe notamment des femmes abandonnées ou battues, mais ses attributions peuvent être plus larges si un individu demande sa protection124. « Cette matrone, appelée Maconda, jouit d’une autorité si distinguée que dans toute affaire d’importance le roi est obligé de prendre ses conseils. S’il l’offense ou s’il lui refuse ce qu’elle désire, elle a le droit de lui ôter la vie de ses propres mains125. » Lors du choix de l’héritier parmi les fils du roi (exception au système matrilinéaire), elle a son mot à dire en même temps que les autres conseillers. Chez les Bakongos aussi une femme chef veille à la paix parmi les femmes. Les princesses de sang royal ont la liberté de choisir l’homme qui leur plaît, sans égard pour sa naissance ou sa condition, mais elles ont sur lui un pouvoir absolu de vie ou de mort, moyen d’éviter l’inceste tout en ne diminuant pas leur prestige royal126. L’accouplement ritualisé du nouveau roi avec la reine, ainsi que les rites agraires périodiques symbolisent la nécessité de l’union des principes masculins et féminins pour la bonne marche de la société et du monde.

  • 127 Walckenaer, op. cit., XIII, p. 485.

72Mais le pouvoir politique des princesses va au-delà de ce symbolisme puisqu’elles sont partie intégrante de la hiérarchie sociale : elles peuvent devenir « chefs de la terre » et acquérir ainsi une autorité spirituelle et territoriale ainsi que le droit de l’usufruit des produits de la terre qui est propriété collective, exploitation des femmes par des femmes127, puisqu’elles seules cultivent.

  • 128 Balandier, Anthropologiques, op. cit., p. 17-51.

73La diversité des modes de participation des femmes renvoie à celle des organisations du pouvoir en Afrique. La symétrie observée est justifiée par une vision cosmogonique du monde selon laquelle la création nécessite l’association intime des éléments mâles et femelles, la dualité dans l’unité128. Elle se manifeste aussi par un contre-pouvoir féminin, mode original de politisation des femmes.

  • 129 Awa Thiam, La parole aux négresses, Paris, Denoël/Gonthier, 1978, p. 91.
  • 130 Bosman, op. cit., p. 371 ; ce que remarque Moreau de Saint-Méry aux Antilles pour les femmes Arada (...)

74En effet, celles-ci forment un groupe qui a conscience de soi. Les filles passent leur enfance puis leur adolescence avec leurs mères, leurs tantes paternelles, ou les femmes qui les ont adoptées. Leur féminité est renforcée lors des cérémonies d’initiation. Celles-ci peuvent avoir une double action : valoriser la féminité, ses savoirs et ses pouvoirs, puisque les hommes ne doivent pas connaître ces méthodes et que l’apprentissage se fait en commun, mais également inculquer une soumission à l’homme. Cette initiation est d’ailleurs souvent suivie d’une excision, mutilation imposée à la femme dans le but de lui enlever sa part « masculine129 » (interdisant ainsi l’homosexualité féminine) ou de la pratique inverse de l’allongement des Labrae en pays Ewé et à Ouidah qui faisait dire à Bosman : « On pourrait aussi circoncire quelques filles130. »

  • 131 Colette Lecour-Grandmaison, La natte et le manguier, Paris, Mercure de France, 1978, p. 78. Égalem (...)

75Les femmes vivent en milieu essentiellement féminin. Elles ne font que croiser leur mari le long des champs et le rencontrent la nuit. « À l’intimité entre femmes s’oppose la réserve face au mari », remarque au Sénégal, Colette Lecour-Grandmaison131, sociologue du XXe siècle, mais la description du respect dû au mari indique assez leurs rapports aux XVIIe-XVIIIe siècles.

  • 132 Ariane Deluz, « Féminin nocturne » in Lecour-Grandmaison, op. cit., p. 188.
  • 133 Caillé, op. cit., II, p. 35.

76Les sociétés de femmes avaient aussi pour rôle de « protéger les femmes des mauvais traitements de leurs maris », notamment au Gabon et chez les Ibos, les Gouros et les Mandingues. Elles étaient – et sont toujours selon le témoignage d’Ariane Deluz132 – redoutées des hommes. Caillé a vivement décrit l’intervention des femmes mandingues : « Ils (les hommes) les grondent sévèrement pour la moindre faute, alors elles crient, tempêtent et courent dans le village en se plaignant à haute voix de leur injustice : ils n’y font pas beaucoup attention car ils ne croient jamais avoir tort ; la dispute se termine par des coups de fouet à la femme qui pleure et crie jusqu’à ce que les anciennes du village arrivent à son secours et rétablissent la paix dans le ménage133. » La puissance masculine se retire – un peu tard – devant le contre-pouvoir féminin.

  • 134 Leith-Ross, op. cit., p. 6; Judith Van Allen, « Sitting on a man », The Canadian Journal of Africa (...)

77Au XIXe siècle, les femmes Ibos134 font également grève de la cuisine parce que les hommes ne nettoient pas le marché comme ils le devraient. Leurs assemblées, approuvées et obéies par les hommes, établissent des lois pour la protection des récoltes, lesquelles sont rendues effectives par des punitions qui incluent le ridicule. Cette solidarité s’exprime dans leur infrastructure de marché, leurs groupes d’affinité, leur droit à faire grève, à utiliser le boycott et la force. De plus au XVIIIe siècle, les femmes combattent les armes à la main pour défendre leur village, ce qui est une pratique extrêmement rare : en Afrique comme ailleurs, les hommes ont généralement le monopole de la guerre.

78Les femmes auraient donc eu par leur cohésion un contre-pouvoir important. Cependant, nous disposons de peu de renseignements sur ces sociétés de femmes : il y en avait parmi presque tous les peuples de l’Afrique de l’Ouest : Wolofs, Landamas et Nalous, ainsi que chez les Ibibios et les Ekois du golfe du Bénin, les M’pongwes du Gabon.

  • 135 Diana Rey-Hulmann, « Femmes africaines du pouvoir à l’exclusion », in Maria A. Macciocchi, Les fem (...)

79Ces femmes pratiquaient-elles une solidarité active et sans classe comme le laissent supposer les exemples cités précédemment ou ne reproduisaient-elles pas la société masculine ? C’est le cas notamment au Gabon où les frais à payer pour entrer dans la société permettaient uniquement aux « grandes femmes », les premières femmes épousées, et aux femmes de riches d’y pénétrer. Actuellement, chez les Tokyossi comme chez les Evhés135, la société secrète est dirigée par la sœur du chef de clan. Elle prélève un « impôt » sur les cadeaux en cauris (coquillages utilisés comme monnaie) que font les amants à la mère de leur maîtresse, ce qui lui permet d’amasser une certaine fortune, quoiqu’inférieure à celle du chef de clan. Elle intervient dans le jugement des « sorcières », en général des vieilles femmes qui ont été esclaves et se sont enrichies assez, en filant des pagnes, pour concurrencer la fortune des hommes, autrefois en esclaves, maintenant en bœufs. L’organisation des femmes, dans ce cas, ne permet pas de promouvoir la solidarité des femmes, elle est au contraire l’instrument de leur oppression. « Le rôle de la Nsombara (sœur du chef) fait que la dépendance des femmes ne prend pas une forme individuelle mais collective. » Il se rapproche de la fonction de la co-souveraine dans de nombreuses royautés ashantis, bavilis ou congos. Celles-ci gardent le culte des ancêtres et dirigent la partie féminine de la société féminine, notamment en surveillant la conduite des femmes des clans nobles. Elles permettent l’intégration sociale des femmes. L’organisation des femmes dépend donc du degré de division sociale. Lorsqu’une hiérarchie sociale s’est créée, et non plus un simple pouvoir collégial des chefs de clan, les femmes participent, par leur naissance et leur mariage, de ces classes. Elles jouent alors des anciennes solidarités pour asseoir leur propre pouvoir. Il n’en est pas moins significatif que le groupe social des femmes soit représenté dans l’organisation politique, manifestant qu’il a une consistance propre et qu’il faut compter avec lui, même s’il est dominé.

80Esclave ou amazone ? La question renvoie à des images qui prétendent totaliser la situation des Africaines alors qu’elles décrivent des positions bien précises dans des structures sociales plus ou moins organisées et hiérarchisées. Il y a des femmes amazones au Dahomey mais aussi des concubines esclaves revendues quand leurs maîtres en sont fatigués, des princesses « chefs-de-terre » au Congo et des paysannes qui travaillent pour elles, sans oublier le système de castes des Wolofs.

*

81On voit bien que les chroniqueurs (qui sont, surtout au XVIIIe siècle, de la même classe sociale que les émigrants aux Antilles), comparaient les Africaines à leurs mères, sœurs et épouses de la bourgeoisie d’offices ou d’affaires, et non aux femmes populaires de leur pays car la similitude des critiques qu’adressent Alexandre Bouët et Abel Hugo aux maris paysans et le père Labat aux Africains, frappe. En France comme en Afrique, les femmes populaires ou paysannes sont l’écrasante majorité et elles s’activent tout autant. Mercier à Paris, Labat à Ouidah, décrivent des femmes affairées et seules présentes sur les marchés. Certes les produits et les types de culture sont différents et en Afrique, les femmes participent davantage aux travaux des champs car la chasse et la pêche réservées aux hommes, importent plus dans l’alimentation. Cependant, la division homme/femme reste la même : les femmes doivent nourrir mari et enfants tandis que celui-là peut se livrer à des activités plus lucratives. Surtout, elles sont dépossédées de la totalité de l’héritage paternel ou avunculaire (de l’oncle maternel) en Afrique et du contrôle de leurs biens en France. Leur exploitation est donc institutionnalisée sur les deux continents.

82Par ailleurs, les mœurs sexuelles qui paraissaient différencier si nettement les Africaines des Françaises ont été surestimées. D’une part, la virginité était exigée en cas de fiançailles chez certains peuples : Wolofs, Ibos, Bakongos, et surtout des recherches récentes ont montré qu’en France, même les conceptions prénuptiales étaient fréquentes, surtout au Languedoc d’où venaient tant d’émigrants. La différence hypocrite entre les règles sociales et la pratique, et ses conséquences trop souvent funestes sur la vie des femmes « atteintes dans leur honneur », n’existe pas dans le « mariage à l’essai » des peuples du Dahomey et du Haut-Congo.

83En fait, les différences essentielles entre Africaines et Françaises tiennent à la conception du couple et à la représentation politique des femmes. Certes en Afrique et en France, la soumission au mari est exigée et les paysannes servent leur époux à table. Mais, en France, il y a unité du couple, du moins domination du mari qui gère les biens de sa femme et peut en disposer à sa guise, alors que les valeurs amoureuses ne sont pas encore déterminantes. En Afrique, les biens des conjoints sont séparés et la femme garde une partie de ce qu’elle gagne, de plus, la polygynie distend les liens entre mari et femme. D’autre part, même si les lieux où les femmes se retrouvent sont nombreux en France : fours, lavoirs, marchés, ils sont liés à un travail et ne sont pas redoublés par des associations, qui existent pour les hommes, par exemple les chambrées provençales. Et pourtant déjà : « Rien n’est perçu comme plus excluant qu’un groupe féminin assemblé au lavoir et au four. » Par contre, en Afrique, les associations féminines, notamment au Sénégal, en Guinée et chez les Ibos (particulièrement nombreux en Guadeloupe), élaborent et défendent leurs droits sur la tenue des marchés, les conflits conjugaux, la possibilité d’avoir des amants. Les mêmes fonctions sont tenues par la co-souveraine chez les Bavilis et les Fons du Dahomey car la reconnaissance politique des femmes n’implique pas qu’elles soient égales entre elles et peut avoir pour signification leur soumission collective à la société patriarcale.

Notes

1 Melville Herskovits, L’héritage du noir, 1941, trad. française, Présence africaine, 1966, 347 p.

2 Sidney Mintz, Richard Price, An Anthropological approach to the Afro-American past : a Caribbean perspective, Philadelphia, Institute for the Study of Human Issues, 1976, 64 p.

3 Roger Bastide, Les Amériques noires, Paris, Payot, 1967, rééd. 1973, Petite Bibliothèque Payot, no 227, p. 14-15.

4 Michel-Étienne Descourtilz, Voyage d’un naturaliste, Paris, Dufart père, 1809.

5 Dutertre, op. cit., II, p. 380 et 475.

6 Jean-Baptiste Labat, Nouveau voyage aux îles d’Amérique, Jean de Nully, 1742, VI, p. 127.

7 Id., VI, p. 125.

8 Jean-Jacques Rousseau, L’Émile, Paris, Gallimard, La Pléiade.

9 Mme B. B., Cahiers des doléances et réclamations des femmes, 1789, cité par Marie-Paule Duhet, Les femmes et la Révolution 1789-1794, Paris, Archives Julliard, 1971, p. 38.

10 Jean-Louis Flandrin, Les amours paysannes (XVIe-XIXe siècles), Paris, Archives Gallimard-Julliard, 1975, p. 66-67, 71. Voir également pour la persistance de ces pratiques, Pierre Bourdieu, « Les stratégies matrimoniales », Annales (économies, sociétés, civilisations), 27 (45), juillet-octobre 1972, p. 1111-1115.

11 Yves Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, Paris, Plon, 1974.

12 Emmanuel Le Roy Ladurie, L’argent, l’amour et la mort en Pays d’Oc, Paris, Le Seuil, 1980, p. 80.

13 Jean-Marie Gouesse, « Le mariage en Normandie », Annales (économies, sociétés, civilisations), 27 (45), juillet-octobre 1972, p. 1142.

14 François Lebrun, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Paris, A. Colin, « U Prisme », no 51, 1975, p. 79.

15 René Pillorget, La tige et le rameau, Paris, Calman-Lévy, 1979, p. 97. Tout ce passage s’inspire des développements de M. Pillorget, p. 92-104.

16 Charles du Moulin cité par Pillorget, op. cit., p. 95.

17 Jean Portemer, « La femme dans la législation royale », Études d’histoire du droit privé offertes à Pierre Petot, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, Montchrétien, Dalloz, Sirey, 1959, p. 441-454.

18 Pour tout ce passage, voir Jean-Louis Flandrin, Familles, Paris, Hachette, 1976, p. 121-122 et 212.

19 Arlette Farge, « Un espace urbain obsédant », Révoltes logiques, 6, automne-hiver 1977, p. 18.

20 Cité in Flandrin, Familles, op. cit., p. 216.

21 Voir à se sujet : Philippe Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1973. Elisabeth Badinter, L’amour en plus, Paris, Flammarion, 1980.

22 Cité par Flandrin, Familles, op. cit., p. 125.

23 Martine Segalen, Maris et femmes dans la France rurale traditionnelle, Catalogue du Musée national des Arts et Traditions populaires, 22 septembre-19 novembre 1973, p. 65.

24 Jacques Depauw, « Amour illégitime à Nantes », Annales (économies, sociétés, civilisations), 27 (4-5) juillet-octobre 1972, p. 1163.

25 Flandrin, Les amours paysannes, op. cit., p. 191-194.

26 Abel Hugo, La France pittoresque, Paris, 1838, I, p. 291.

27 Depauw, op. cit., p. 1180.

28 Le Roy Ladurie, op. cit., p. 34-135.

29 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Paris, 1781-1788, rééd. Maspéro, 1979, p. 221. On lira sur ce sujet avec profit les textes rassemblés par Arlette Farge et Christiane Klapisch-Ruber, Madame ou Mademoiselle ?, Paris, Montalba, 1984.

30 Cité par Duhet, op. cit., p. 36.

31 Christine Delphy, « L’ennemi principal » in Partisans. Libération des femmes, Paris, Maspéro, 1970 et 1972 ; Idem, « Travail ménager ou travail domestique ? » in Michel Andrée, Les femmes dans la société marchande, Paris, PUF, 1978, p. 39-54.

32 Joan Scott, Louise Tilly, Women, work and family, New York, Holt, Rinehart and Wilson, 1978.

33 Flandrin, Familles, op. cit., p. 25-26.

34 Anka Muhlstein, La femme soleil, Paris, Denoël/Gonthier, 1976, p. 171 et 175.

35 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1970, rééd. « Science Flammarion », 1975, p. 226, 232.

36 Pillorget, op. cit., p. 82.

37 Id., p. 93; Duhet, op. cit., p. 23.

38 Mercier, op. cit., p. 135 et 139.

39 Pierre Goubert, L’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 1979, II, p. 55.

40 Gouesse, in Annales, op. cit., p. 1154 et 1149.

41 Ségalen, musée national des Arts et Traditions populaires, op. cit.

42 Lebrun, op. cit., p. 83.

43 Ségalen, op. cit., p. 63. Henri Baudrillart, Les populations agricoles de la France, Paris, Hachette, 1985 ; Suzanne Tardieu, La vie domestique dans le Mâconnais pré-industriel, Paris, Institut d’ethnologie, 1964 ; Yves Brekilien, La vie quotidienne des paysans de Bretagne au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1966.

44 Ségalen, op. cit., p. 57.

45 Cité par Flandrin, Les amours paysannes (XVIe-XIXe siècles), op. cit., p. 136.

46 Mercier, op. cit., p. 134-135.

47 Arlette Farge, « L’histoire ébruitée » in L’histoire sans qualités, Paris, Galilée, 1979, p. 24 et 27.

48 Jacques Petit-Jean-Roget, « Vue d’ensemble sur l’origine des colons martiniquais sous l’Ancien Régime », Annales des Antilles, I, 1955, p. 32-37. Jacques Houdaille, « Quelques données sur la population de Saint-Domingue au XVIIIe siècle », Population, juillet-octobre 1973, p. 363.

49 Liliane Chauleau, Histoire antillaise. La Martinique et la Guadeloupe du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle, Paris/Fort-de-France/Pointe-à-Pitre, Desormeaux, 1973, p. 63.

50 Gabriel Debien, « La société coloniale aux XVIIe et XVIIIe siècles, les engagés pour les Antilles (1634-1715) », Revue d’Histoire des Colonies 38 (133-134), 2e trimestre 1951, p. 13-133.

51 Gabriel Debien, « La société coloniale aux XVIIe et XVIIIe siècles. IV, les petits Blancs des îles », Notes d’Histoire coloniale, 61.

52 ANSOM, G1 4 97, folio 43.

53 ANSOM, G1 509, folio 32.

54 Victor Advielle, L’odyssée d’un Normand à Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Challamel, 1901, 292 p.

55 Pour tout ce passage, voir Jacques Petit-Jean-Roget, « Les femmes des colons à la Martinique du XVIIe au XVIIIe siècles », Revue d’Histoire de l’Amérique française, septembre 1955, p. 176 et 219-224.

56 Dutertre, op. cit., 1667, II, p. 454.

57 Debien, « Les engagés », op. cit., p. 83-85 ; Debien, « Les femmes des premiers colons (1635-1680) », Notes d’Histoire coloniale 24, 1952.

58 Intendand Robert, cité par Margry, Relations et Mémoires, 1867, p. 144-146.

59 Dutertre, op. cit., 1667, II, p. 476.

60 AN, C8 A1, 8 janvier 1674.

61 Petit-Jean-Roget, La société d’habitation, op. cit., p. 1101.

62 ANSOM, G1, 509.

63 ANSOM, Martinique, G1 470, G1 470bis, G1 499 ; Guadeloupe, G1 468, G1 469, G1 497.

64 Dutertre, op. cit., 1667, II, p. 455.

65 Houdaille, « Quelques données », op. cit., p. 105.

66 Gabriel Debien, « La sucrerie Galbaud du rot 1690-1802 », Notes d’Histoire coloniale I.

67 Pillorget, op. cit., p. 107.

68 Houdaille, op. cit., p. 105.

69 Jacques Petit-Jean-Roget, « Courants de migration et courants commerciaux vers la Martinique, 1635-1789 », Annales des Antilles 2, 1955, p. 58.

70 François Girod, La vie quotidienne de la société créole à Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, p. 33.

71 Médéric Louis Elie Moreau de Saint-Méry, Description de la partie française de l’isle Saint-Domingue, Philadelphie, 1797-1798, I, p. 22.

72 François Girod, Une fortune coloniale sous l’Ancien Régime, la famille Hecquet à Saint-Domingue, 1724-1796, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 120.

73 AN, F3 90, folio 188, 199-255 ; Blenac, décembre 1681, AN, F3248, folio 686.

74 Lucien Peytraud, L’esclavage aux Antilles françaises avant 1789, 1897, rééd. Pointe-à-Pitre, Émile Desormeaux, 1973, p. 308-336.

75 Girod, Une fortune coloniale, op. cit., p. 116.

76 Jean Mettas, Répertoire des expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle, Paris, Société française d’Histoire d’Outre-Mer, 1978. Philip D. Curtin, The atlantic Slave Trade, a census, Madison, The University of Wisconsin Press, 1969, rééd. 1975, p. 170.

77 Phyllis M. Martin, The external trade of the Loango coast 1756-1870, Oxford, The Clarendon Press, 1972, p. 117. Filippo Pigafetta, Duarte Lopes, Relatione del realme di Congo, 1951, trad. 1963, p. 38 ; O. Dapper, Description de l’Afrique, Amsterdam, 1668, trad. 1686, p. 192; cités par Jan Vansina, « Long distance trade-routes in Central Africa », Journal of african History 3 (3), 1962, p. 478.

78 Philip Curtin, The image of Africa, British ideas and actions, 1780-1850, Madison, University of Wisconsin Press, 1964, p. 23.

79 Jean-Baptiste Labat, Voyage du Chevalier des Marchais en Guinée, aux îles voisines et à Cayenne, fait en 1725, 1726 et 1727, Paris, 1730, II, p. 226.

80 Georges Balandier, La vie quotidienne au royaume de Kongo du XVIIe au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1965, p. 167-168.

81 Suzanne Comhaire-Sylvain, Femmes de Kinshasa, hier et aujourd’hui, Paris/La Haye, Mouton, 1968, p. 40.

82 Alfred Burton Ellis, The Yoruba speaking peoples of the slave coast of West Africa, Londres, Chapman & Hall, 1894, p. 184 ainsi que Prosper Cultru (éd.), Premier voyage du Sieur de la Courbe fait à la côte d’Afrique en 1685, Paris, E. Champion, 1913, p. 31.

83 Dapper, op. cit., p. 326.

84 Labat, Voyage d’un Chevalier…, op. cit., II, p. 121.

85 P. A. Talbot, Southern Nigeria, 1926, III, p. 437-440.

86 Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 226 ou Ouidah ; Pour le Congo : J. Van Wing, Études Bakongos, sociologie, religion et magie, Desclée de Brouwer, p. 190-195.

87 Sylvia Leith-Ross, African women, a study of the Ibo of the Nigeria, Londres, Faber et Faber, 1939.

88 Bosman, op. cit., p. 359 ; Labat, Voyage du Chevalier, op. cit., II, p. 231 ; René Caillé, Voyage à Tombouctou et à Jenné, 1830, rééd. Paris, Maspéro, 1979, I, p. 251 pour les Mandingues.

89 Dapper, op. cit., p. 326.

90 Caillé, op. cit. II, p. 49.

91 Balandier, op. cit., p. 157.

92 Cf. note 43.

93 Labat, Voyage du Chevalier, op. cit., II, p. 233.

94 Willem Bosman, Voyage de Guinée contenant une description nouvelle et très exacte de cette côte où l’on trafique l’or, les dents d’éléphant et les esclaves, Utrecht, 1705, p. 362.

95 Guillaume Snelgrave, Nouvelle relation de quelques endroits de Guinée et du commerce d’esclaves qu’on y fait, Amsterdam, 1735, I, p. 3.

96 Pierre Labarthe, Voyage à la côte de Guinée, Paris, 1803, p. 127.

97 Bosman, op. cit., p. 363 ; Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 224.

98 Houdaille, « Les esclaves de la zone d’occupation anglaise », op. cit., p. 152-158.

99 William Clarke, Travels and explorations in Yorubaland, 1854-1858, Ibadan, University Press, 1972, p. 32. Également Paul Erdmann Isert, Voyages en Guinée et dans les îles Caraïbes en Amérique, trad. de l’allemand, Paris, Maradan, 1793, p. 151 et Bosman, op. cit., p. 410.

100 Esther Boserup, La femme face au développement économique, 1970, trad. française, Paris, PUF, 1983, p. 39-40.

101 Dapper, op. cit., p. 326-327. De même à Ouidah : Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 225.

102 Id., I, p. 326.

103 Flandrin, Familles, op. cit., p. 199 et 211.

104 Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., I, p. 326.

105 Lievin Bonaventure Proyart, Histoire de Loango, Kakongo et autres royaumes d’Afrique, Paris, 1776, p. 88 ; Balandier, op. cit., p. 185 (pour le Congo) ; L. Degrandpré, Voyage à la côte occidentale d’Afrique fait dans les années 1786-1787, Paris, 1801, p. 102.

106 De la Courbe, op. cit., p. 161.

107 Bastide, op. cit., p. 44.

108 Nancy Tanner, « Matrifocality in Indonesia and Africa and among Black Americans », in Louise Lamphere and Michelle Zimbalist-Ronsaldo, Women, culture and society, Stanford, Stanford University Press, 1974, p. 129-156.

109 Dapper, op. cit., p. 326-327.

110 Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 208 ; Isert, op. cit., p. 141 ; De la Courbe, op. cit., p. 28 ; Caillé, op. cit., II, p. 146.

111 Labat, Voyage du Chevalier…, op. cit., II, p. 226.

112 Geneviève Calame-Griaule, « Le rôle spirituel et social de la femme dans la société traditionnelle soudanaise », Diogène 37, p. 82-87 ; également Denise Paulme, « Structures sociales traditionnelles de l’Afrique noire », Cahiers d’Études africaines, 1960, p. 21.

113 H. Baumann, D. Westermann, Les peuples et les civilisations de l’Afrique, Paris, Payot, 1970, p. 356.

114 De la Courbe, op. cit., p. 28.

115 Caillé, op. cit., II, p. 87, 93, 124, 143.

116 Labat, Voyage du Chevalier, op. cit., II, p. 206.

117 Mary Smith, Baba de Karo, autobiographie d’une musulmane Haoussa du Nigeria, 1954, trad. française, Paris, Plon, 1969, p. 37.

118 Paulme, Femme africaine, op. cit., p. 13.

119 Ellis, op. cit., p. 165, 168 et 166.

120 Georges Balandier, Anthropologiques, Paris, PUF, 1974, p. 20.

121 Bosman, op. cit., p. 391.

122 Labat, Voyage du Chevalier, op. cit., II, p. 251.

123 Catherine Coquery-Vidrovitch, « Le royaume d’Abomey (XVIIIe-XIXe) », L’Histoire 16, octobre 1979, p. 52. Voir également Hélène Almeida-Topor, Les amazones, Paris, éditions Rochevignes, 1984.

124 Martin, op. cit., p. 24.

125 Cité dans Walckenaer, p. 475.

126 Id. ; également Proyart, op. cit., p. 90 ; et Degrandpré, op. cit., p. 210-211 ; Balandier, L’ancien Royaume…, op. cit., p. 172.

127 Walckenaer, op. cit., XIII, p. 485.

128 Balandier, Anthropologiques, op. cit., p. 17-51.

129 Awa Thiam, La parole aux négresses, Paris, Denoël/Gonthier, 1978, p. 91.

130 Bosman, op. cit., p. 371 ; ce que remarque Moreau de Saint-Méry aux Antilles pour les femmes Aradas, op. cit., I, p. 52 et que Baumann et Westermann expliquent par le culte Legba des Ewes de l’Est, op. cit., p. 363.

131 Colette Lecour-Grandmaison, La natte et le manguier, Paris, Mercure de France, 1978, p. 78. Également Comhaire-Sylvain, op. cit., p. 41.

132 Ariane Deluz, « Féminin nocturne » in Lecour-Grandmaison, op. cit., p. 188.

133 Caillé, op. cit., II, p. 35.

134 Leith-Ross, op. cit., p. 6; Judith Van Allen, « Sitting on a man », The Canadian Journal of African Studies 6 (2), p. 146-147 et 166.

135 Diana Rey-Hulmann, « Femmes africaines du pouvoir à l’exclusion », in Maria A. Macciocchi, Les femmes et leurs maîtres, Paris, Christian Bourgois, 1979, p. 248-249.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search