Version classiqueVersion mobile

Les sœurs de Solitude

 | 
Arlette Gautier

Prologue. Des découvertes et de leurs funestes conséquences

Texte intégral

  • 1 Catherine Coquery, La découverte de l’Afrique, Archives Julliard no 15, 1965, p. 89.
  • 2 Katia M. de Queiros Mattoso, Être esclave au Brésil, Hachette, 1979, p. 17.
  • 3 Christophe Colomb, La découverte de l’Amérique, journal de bord d’après les notes de Las Casas,(...)

1Il faut expliquer comment cette rencontre de cultures devint une histoire tragique. Celle-ci porte un nom chargé de l’ivresse du grand large et de la fin des certitudes : la découverte. Découverte de l’Afrique quand en 1434 le Portugais Gil Eanes double le cap Bogador, limite pensée jusque-là infranchissable, avant que l’embouchure du Sénégal soit atteinte en 14651. Découverte du « Nouveau Monde » par Christophe Colomb en 1492. Il ne faudra pas longtemps pour que les caravelles, dont le sillage ouvre notre modernité, se chargent d’esclaves entassés. C’est qu’au XVe siècle Ibériques et Africains pratiquent l’esclavage : les premiers vont donc acheter tout naturellement les seconds, dont 25 000 sont esclaves dans la péninsule, en 15002. Et Colomb, ne trouvant pas, dans un premier temps, l’or et les épices promis aux souverains espagnols, leur propose comme substitut les Arawaks3. Lorsque ceux-ci meurent, épuisés, dans les mines enfin (!) découvertes, il est fait appel aux esclaves africains dès 1509.

  • 4 Sur cette question, voir Jacques Petit-Jean-Roget, La société d’habitation à la Martinique, un dem (...)
  • 5 Jacques Bouton, Relation de l’établissement des Français depuis l’an 1635 en l’île Martinique des (...)

2Les navires des autres puissances européennes se mettent alors à pourchasser les galions espagnols chargés d’or. Ils débarquent quelques hommes ayant pour mission de leur procurer des provisions. Ils cultivent du tabac dont la vogue est bientôt si forte qu’elle motive l’installation des Anglais et des Français dans les petites Antilles, délaissées par les Espagnols dont la puissance, d’ailleurs, décline. La première île ainsi colonisée l’est en 1623 par l’Anglais Warner et le Français Belain d’Esnambuc, financé par un marchand du Havre. En 1626, le capitaine normand y retourne avec Urbain de Roissey et une commission de Richelieu pour établir une colonie française dans les Ante-isles de l’Amérique et un congé, c’est-à-dire une autorisation du roi. Les moyens financiers de l’entreprise sont fournis par la Compagnie de Saint-Christophe, dont Richelieu fait partie. Elle se transforme en 1635 en Compagnie des îles d’Amérique, qui envoie Duplessis et Lienart de l’Olive avec 550 hommes en Guadeloupe le 25 juin 1635, ainsi que d’Esnambuc en Martinique le 1er septembre de la même année avec 80 hommes4. Dès 1640, il y a 1 000 Français en Martinique dont des esclaves noirs « en assez grand nombre5 ». Maigre début pour les Antilles de colonisation française…

  • 6 Recensements, ANSOM, Guadeloupe 1671 : C1 468, 1696 : G1 469, Martinique 1685 : G1 499.
  • 7 Bien que la politique royale ait toujours insisté sur les bons traitements qui devaient être réser (...)

3D’autant que ces îles sont habitées par les Caraïbes, guerriers efficaces qui connaissent les méfaits des Espagnols. Ils s’unissent entre les différentes îles pour repousser les Blancs. À Saint-Christophe, ils sont conquis ou tués dans leurs lits, selon les versions. En Martinique, en 1635, si les Caraïbes sont près de 3000, et les Français en faible nombre, ceux-ci disposent d’armes supérieures : les armes à feu et l’eau-de-vie. Aussi les Caraïbes sont repoussés en deux temps : dans la partie est de la Martinique en 1635 et totalement en 1658-1659. En Guadeloupe, les Indiens aident les Français pendant la disette, mais Olive leur fait la guerre en 1636-1640. En 1660, la paix ratifiée entre les gouverneurs anglais et français et les chefs Caraïbes laissent aux anciens habitants les îles Saint-Vincent et la Dominique. En 1669, la Guadeloupe compte 51 « Sauvages et Tapouis », en 1696 : 16. Quant à la Martinique, elle dénombre 90 Caraïbes libres et 46 engagés6. Avec l’aide du choc microbien, les Caraïbes ont été éliminés en 25 ans, le temps d’apprendre aux Français à utiliser les ressources du pays : la manière de faire la cassave avec le manioc (nourriture de tous les Blancs au début, des esclaves et des pauvres blancs par la suite) ou l’utilisation du hamac7.

Notes

1 Catherine Coquery, La découverte de l’Afrique, Archives Julliard no 15, 1965, p. 89.

2 Katia M. de Queiros Mattoso, Être esclave au Brésil, Hachette, 1979, p. 17.

3 Christophe Colomb, La découverte de l’Amérique, journal de bord d’après les notes de Las Casas, rééd. Maspéro, 1979, p. 53 et 92.

4 Sur cette question, voir Jacques Petit-Jean-Roget, La société d’habitation à la Martinique, un demi-siècle de formation, 1635-1685, Lille, Atelier de reproduction des thèses, Université de Lille 3, Paris, diffusion H. Champion, 1980.

5 Jacques Bouton, Relation de l’établissement des Français depuis l’an 1635 en l’île Martinique des Antilles, Cramoisy, 1640, p. 95, 98-99.

6 Recensements, ANSOM, Guadeloupe 1671 : C1 468, 1696 : G1 469, Martinique 1685 : G1 499.

7 Bien que la politique royale ait toujours insisté sur les bons traitements qui devaient être réservés aux autochtones, les Français, avec le concours de leurs esclaves africains, ont tenté de les réduire en esclavage. Mais selon Dutertre qui demeura de 1640 à 1647 en Guadeloupe : « Ces barbares accoutumés à la fainéantise ont une si grande horreur de cette condition laborieuse qu’il n’y a rien qu’ils ne tentent pour se procurer la liberté par la fuite… Les Anglais leur firent crever les yeux mais cette rigueur ne leur profita de rien car ils aimèrent mieux se laisser mourir de tristesse et de faim que de vivre esclaves. » (Histoire générale des Antilles françaises habitées par les Français, Paris, 1667, II, p. 484-485.)

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search