Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Parlements de Louis XIV

 | 
Gauthier Aubert
, 
Olivier Chaline

Quatrième partie. Les deux royaumes

Des parlementaires jansénistes ?

Olivier Chaline

Texte intégral

  • 1 Sainte-Beuve a présenté ce qu’il nommait le « tiers état supérieur » comme le véritable fondement d (...)
  • 2 Augustin Gazier, d’une part expliquait que « les sympathies de la haute magistrature ne pouvaient (...)

1L’opinion commune tend à associer à partir du règne de Louis XIV les parlementaires au jansénisme et fait de l’opposition des premiers le résultat du second. Le rôle de quelques familles liées à la haute magistrature ou au barreau a été fortement souligné, les Arnauld fournissant l’exemple le plus éclatant1. Dès le XVIIIe siècle, on a vu dans les jansénistes les animateurs par excellence de la résistance à l’absolutisme dans l’État comme dans l’Église2. Mais faut-il, pour autant, imaginer les parlements peuplés de jansénistes militants et de sympathisants plus timorés ? Évaluer le nombre de magistrats liés à Port-Royal ou ensuite hostiles à la bulle Unigenitus pour des raisons théologiques et non pas seulement ecclésiologiques ou politiques n’a jamais véritablement été fait. Pour les années 1640-1715, l’information demeure éparse, en dépit de l’abondance des sources sur les jansénistes. Rappelons que les monographies sur les parlements sous Louis XIV restent peu nombreuses et que les historiens du jansénisme se sont peu souciés de ces cours souveraines avant l’enregistrement de la bulle Unigenitus, si bien qu’on peut facilement en rester à des généralisations sujettes à caution. Pour les dépasser, il faut d’abord se demander où il sera possible de repérer les magistrats jansénistes, puis à quels signes il est possible de les reconnaître pour enfin envisager quel fut, au juste, le rôle des parlements dans les conflits liés aux condamnations du jansénisme.

Repérer les magistrats jansénistes

2Plusieurs approches s’avèrent nécessaires La première consiste à partir des listes de magistrats comportant des appréciations sur les personnes, leurs comportements, leurs positions politiques, voire religieuses, leurs fortunes parfois.

  • 3 Georges-Bernard Depping, Correspondance administrative sous le règne de Louis XIV, Paris, Imprimer (...)
  • 4 À Grenoble, le conseiller de Brochenu (ibid., p. 83) « a beaucoup de lumières, bon juge, l’esprit (...)

3Les plus célèbres sont les enquêtes commandées par Colbert dans les années 1660. Hélas, elles ne sont que d’un faible secours pour notre propos. À l’évidence, la religion n’était pas une préoccupation pour le ministre et ses informateurs. Tout au plus signale-t-on, qu’un magistrat est « dévot », à Paris où deux personnes seulement sont dites liées à Port-Royal3. Tel est le cas de deux autres magistrats à Grenoble et c’est tout pour les parlements de province4.

  • 5 Le manuscrit 565 de la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, a été donné en annexe de la thèse d (...)

4Heureusement pour nous, des enquêtes ont été réalisées dans les années qui suivent la bulle et la mort de Louis XIV : notamment à Grenoble et à Toulouse en 1717-17185. Cette fois, les renseignements sont nombreux, les magistrats étant classés en trois catégories, favorables à la bulle, hostiles et indifférents. On ne peut que regretter le caractère exceptionnel d’une telle source. Les positions religieuses des magistrats sont alors devenues dignes de la plus grande attention pour le pouvoir royal. Il n’y a rien d’étonnant à cela puisque la bulle était justement destinée à dépister les jansénistes, surtout dans l’Église, mais pourquoi pas aussi dans les parlements. Seulement, elle ne met pas uniquement en évidence ceux qui le sont véritablement, puisqu’elle suscite l’irritation de nombreux gallicans portés, dans l’Église et dans l’État, à faire cause commune avec eux, ce que favorise le contexte politique propre à la Régence.

5Pour les deux cours concernées, les résultats de cette enquête montrent une polarisation seulement partielle puisque les indifférents, ni jansénistes, ni molinistes, sont partout les plus nombreux. On appréciera le portrait du président grenoblois de Basemont ironiquement inspiré de saint Paul : « Il est tout à tous, c’est-à-dire janséniste quand il est avec les Pères de l’Oratoire et Moliniste quand il est avec les Jésuites, mais dans le fond il n’adopte aucun parti, indifférent. » À Grenoble, les ennemis de la bulle sont plus nombreux que ses partisans. À Toulouse, Maurice Virieux put noter :

  • 6 M. Virieux, art. cit., p. 51.

« Les deux camps qui s’affrontent au sujet de la bulle mobilisent à peine la moitié des parlementaires toulousains, et […] le choix de la moitié de cette moitié est plus hésitant que militant. Au total le quart seulement de cette compagnie s’arrête nettement à un parti, et les plus zélés (dont un adjectif ou un superlatif renforce l’épithète habituelle) ne sont encore que la moitié de ces déterminés minoritaires6. »

  • 7 Pour Grenoble : « Je donne encore pour chose moins certaine les épithètes de Janséniste, Moliniste (...)

6Ne négligeons pas les réserves énoncées par l’auteur de ces deux enquêtes qui est lui-même peu convaincu de la pertinence des épithètes qu’il a décernées aux uns et autres, en disant souvent qu’un magistrat est « plutôt » ceci ou cela. D’une part, il montre la force des convictions gallicanes (voire des réflexes), y compris chez les magistrats réputés molinistes. D’autre part, il ne cache pas chez le plus grand nombre, d’un côté comme de l’autre, le peu de connaissance des « disputes de ce temps sur la grâce7 ».

7On mesure surtout que, avec l’Unigenitus et après la mort de Louis XIV, les enjeux ont pour une part changé. Janséniste désigne bien souvent autre chose que du temps de Port-Royal.

  • 8 Albert N. Hamscher, The Parlement of Paris after the Fronde, 1653-1673, Londres, University of Pit (...)
  • 9 Voir Jean Meyer, La Noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 2e éd. 1985, t. II, p. 991-9 (...)
  • 10 Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne 1554-1790, Rennes, Plihon et Hommay, rééd., Mayenne, 1 (...)

8Ensuite, il est possible de recourir aux monographies parlementaires qui signalent tel magistrat connu pour son engagement janséniste ou ses démêlés, soit avec le pouvoir royal, soit avec les autorités ecclésiastiques. Seulement, pour la plus grande partie du règne de Louis XIV, la moisson reste mince. C’est surtout après la bulle Unigenitus qu’on voit apparaître des noms d’opposants. Avant, il n’y a pas grand-chose de précis. Il est très significatif que la plupart des sources des années 1650-1660 ne donnent que rarement des noms, ainsi que le faisait remarquer Albert Hamscher, et se contentent de parler de « parti » ou de « faction » janséniste8. On remarque quelques individualités, mais sans qu’on sache au juste ce qu’elles représentent ni quel fut leur poids réel dans leur cour. Parmi les parlements de province, on remarque ainsi pour Rennes l’existence d’un petit groupe dans les dernières années du règne9. Il s’articule autour du procureur général Huchet de la Bédoyère, qui avait épousé en 1704 Guyonne Marie Danycan, la fille du richissime armateur malouin Danycan de l’Espine10. Mais il ne s’agit que de quelques rares familles, même si elles sont en vue au palais ou dans le négoce.

  • 11 Jean-Robert Armogathe, « De Port-Royal à Nordstrand : introduction au “premier jansénisme” », Dani (...)
  • 12 Nécrologe des plus célèbres défenseurs et confesseurs de la vérité du dix-septième siècle, s. l., 1 (...)

9Enfin, il reste à utiliser les travaux portant spécifiquement sur le jansénisme, cette « notion polémique organisée par les adversaires » selon l’expression de Jean-Robert Armogathe11. Mieux vaut se montrer prudent. Une partie des sources publiées dès l’époque par les auteurs jansénistes sont parfois tronquées ou manipulées, la prétention à être les « Amis de la vérité » conduisant parfois à des péchés par omission et d’avantageuses restrictions mentales dont on aura tôt fait d’accuser l’adversaire jésuite qui n’en a, manifestement, pas le monopole. On pourra recourir, malgré ses imprécisions, au Nécrologe des plus célèbres défenseurs et confesseurs de la vérité du dix-septième siècle, dû à l’abbé Cerveau comme le volume portant le même titre mais pour le XVIIIe siècle12. Il faut encore consulter le Supplément au nécrologe, voire les deux volumes de Suite portant sur la période 1760-1778. Dans l’ensemble de cette série, on ne trouvera qu’une demi-douzaine de magistrats de cours souveraines plus quelques épouses.

10Ensuite les histoires elles-mêmes du jansénisme ne sont pas toujours exemptes de passion, à force d’admiration ou d’attachement pour l’objet étudié. Dans les deux principales synthèses des deux derniers siècles, le Port-Royal de Sainte-Beuve (1860) et l’Histoire générale du mouvement janséniste d’Augustin Gazier (1922), le parlementaire est rare. On croise parfois quelques avocats au parlement, ou bien d’anciens conseillers passés dans la robe du conseil. Mais, là encore, peu de monde au total.

  • 13 Albert N. Hamscher, op. cit., p. 109-117 et « The Parlement of Paris and the social interpretation (...)
  • 14 Alexandre Féron, Contribution à l’histoire du jansénisme en Normandie, I : Les origines dans le di (...)
  • 15 Jean Lesaulnier et Anthony McKenna, Dictionnaire de Port-Royal, Paris, Honoré Champion, 2004. Cité (...)
  • 16 Le conseiller Louis Angran (1623-1706) qui siégea aux parlements de Metz puis de Paris, le conseil (...)
  • 17 Ainsi l’ancien conseiller au parlement de Paris devenu maître des requêtes et intendant, Louis de (...)
  • 18 Après la mort de Saint-Cyran à qui il était très attaché, le premier président Molé, rompit avec P (...)
  • 19 Tel le conseiller au parlement de Paris de Vrévin doté d’une notice dans le Nécrologe, 1re partie, (...)

11S’il existe heureusement des études plus scientifiques et plus ponctuelles sur telle période ou telle affaire, on aura tôt fait de constater que les travaux d’Albert Hamscher sur le parlement de Paris, les deux substantiels articles du P. Blet sur Louis XIV, les papes et le jansénisme ou encore la récente thèse de Philippe Dieudonné sur la paix clémentine ne livrent qu’un très petit nombre de noms de parlementaires, toujours les mêmes13. Il en va de même pour Rouen avec la série d’études érudites d’Alexandre Féron commencée il y a un siècle et dont un des volumes est consacré à Maignart de Bernières, un conseiller d’État issu d’une lignée parlementaire normande14. Enfin, un instrument de travail récent s’avère précieux pour repérer d’indiscutables jansénistes, du moins ceux qui furent véritablement liés à l’histoire de Port-Royal : le Dictionnaire de Port-Royal, dirigé par J. Lesaulnier et A. McKenna15. Il livre les noms d’une quinzaine de parlementaires, surtout parisiens16. Encore faut-il noter que tous les magistrats ayant eu droit à une notice n’ont pas été des soutiens avérés de la cause janséniste17. Pour quelques-uns d’entre eux, les rapports ont été ténus avec Port-Royal18. Inversement des magistrats authentiquement jansénistes peuvent ne pas y figurer19.

  • 20 Bibl. nat. France, ms. fr. 477, f° 13 v°-19 v°, cité par Albert N. Hamscher, op. cit., p. 113.

12Au total, ce crible, si imparfait soit-il, ne met pas en évidence des foules, bien au contraire. L’affirmation courante : parlementaire = janséniste est infondée et relève à l’évidence de la mythologie historique. Nous avons bien affaire à une minorité. C’était ce qu’écrivait en 1654 à Mazarin le prélat antijanséniste Pierre de Marca20. Pour qui connaît le XVIIIe siècle, cela n’a rien de surprenant. Les magistrats jansénistes n’ont jamais été, même au parlement de Paris, autre chose qu’une minorité. Tel était donc déjà le cas sous Louis XIV. Mais qu’est-ce qui permet de les reconnaître comme jansénistes ?

Quelles marques de jansénisme dans le milieu parlementaire ?

  • 21 Jean Le Boindre, Débats du Parlement de Paris pendant la minorité de Louis XIV, Robert Descimon, O (...)

13Quelques remarquables préalables de prudence s’imposent. Avoir un parent janséniste ne signifie pas que vous le soyez aussi : qu’ils étaient cousins des Le Pesant de Boisguilbert ne suffit pas pour prouver que les frères Corneille étaient jansénistes. Ne pas aimer les jésuites ne fait pas non plus de vous ipso facto un janséniste. Il suffit d’être gallican ou de préférer un autre ordre religieux. Rappelons aussi aux amateurs de simplifications que l’austérité de vie et de funérailles n’est pas nécessairement janséniste. Le rigorisme est un phénomène plus large. La présence de livres jansénistes dans une bibliothèque ne suffit pas davantage à désigner infailliblement leur propriétaire comme un janséniste. Parmi les magistrats du XVIIe et du premier XVIIIe siècle, il y a des laïcs très compétents en théologie. Enfin, on peut aussi être devenu, au cours du XVIIIe siècle, janséniste à titre posthume. Tel est le cas du conseiller parisien Jean Le Boindre, à propos de qui Robert Descimon a pu se demander s’il avait été janséniste. Quelques rares indices, ténus de surcroît ne permettent pas de trancher. Mais il est indiscutable que « les Mémoires de Le Boindre furent conservés comme un texte fondateur du jansénisme parlementaire », alors même qu’il n’y était pas question de théologie21. Rechercher ce qui permet de dire d’un parlementaire qu’il a été janséniste oblige d’abord à se tourner vers Port-Royal.

Quelles familles de magistrats liées à Port-Royal ?

  • 22 Dictionnaire, p. 219.
  • 23 Ibid., p. 705.

14Parler de Port-Royal oblige à prendre en compte une véritable galaxie autour du monastère. Quelques magistrats eurent des filles religieuses : l’avocat général parisien Briquet, mort en 1645, était ainsi le père de la sœur Christine Briquet22. Sentant sa fin prochaine, il confia ses deux filles aux religieuses qu’il avait beaucoup aidées tant par son argent que par ses conseils. Le président Le Féron, mort en 1669, fut le père de sœur Élisabeth de Saint-Agnès, Charles Maignart de Bernières celui de sœur Françoise de Sainte-Thérèse, témoin direct du miracle de la Sainte Épine. Notons que Charles Maignart de Bernières s’était trouvé en contact avec Port-Royal grâce à une tante, sœur Anne de la Nativité, née Hallé23.

  • 24 Ibid., p. 969.

15Port-Royal, c’est aussi le groupe informel des Solitaires (1637-1679, avec plusieurs moments de dispersion). Mais aucun d’eux n’avait été parlementaire même si certains avaient étudié le droit. Antoine Lemaître avait été un avocat très prometteur, dont Richelieu attendait beaucoup lorsqu’il résolut de quitter le monde en 1637, sans pour autant se faire clerc. L’ancien maître des comptes rouennais Gentien Thomas du Fossé était le neveu du conseiller au parlement Jean Beuzelin, sieur de Bosmelet24.

  • 25 Ibid., p. 178.
  • 26 Ibid., p. 177-178.
  • 27 Ibid., p. 189.

16Port-Royal, c’était encore des demoiselles pensionnaires : on trouve une sœur, Marie, et une fille, Suzanne-Angélique, de l’avocat général Jérôme II Bignon25. Une fille, Charlotte, de Charles Maignart de Bernières. Les garçons étaient, quant à eux, placés aux petites écoles (1646-1666) : ainsi les fils Le Nain, Dugué de Bagnols, Maignart de Bernières, Bignon, auxquels il faut ajouter le jeune Thomas du Fossé, dont le père avait résigné sa charge de maître des comptes. Certains d’entre eux sont ensuite devenus magistrats à leur tour, tel le conseiller Jean V Le Nain ou Jérôme II Bignon, avocat général à la suite de son père de 1651 à 1673 puis conseiller d’État, le père puis le fils ayant aussi la charge de grand maître de la bibliothèque du roi26. Le conseiller au parlement de Rouen Nicolas Le Pesant de Boisguilbert fut élève des Petites Écoles, tout comme son neveu Pierre, le futur lieutenant-général du bailliage, célèbre par ses ouvrages d’économie politique27.

  • 28 Bruno Neveu, « Un parlementaire parisien érudit et janséniste, Jean Le Nain (1609-1698) », Paris e (...)
  • 29 Jérôme Besoigne, Histoire de Port-Royal, Cologne, 1752, t. II, p. 481.

17Enfin, on ne saurait omettre une nébuleuse de protecteurs ou de protectrices, au nombre desquels il faut compter le conseiller Jean IV Le Nain (1609-1698)28. En pleine Fronde, en 1652, lorsque le faubourg Saint Jacques devient trop dangereux pour que les religieuses puissent y rester, il vient, en robe, avec son ami M. de Bernières, pour les conduire chez celui-ci, en ville, en tenant en respect les habitants du voisinage mécontents de ce départ. Il fut chef du conseil de la duchesse de Longueville, mais aussi une sorte de conseil juridique pour Port-Royal dans les années 1660, recommandant la cause du monastère en procès avec madame de Crèvecœur au procureur général et aussi à son propre parent, le président de Bailleul ou encore son gendre, M. Portail. Le Nain participe parfois à la vie de la communauté. D’après Jérôme Besoigne, il était un de ces pieux laïcs « qui servoient chacun en leur façon aux offices de l’église et aux différentes cérémonies29 ». Certains participèrent de leurs deniers aux entreprises liées à Port-Royal, tant le conseiller Louis Angran et son épouse, que son frère le conseiller Jacques Angran de Fontpertuis et l’épouse de celui-ci sont de l’affaire de Nordstrand à partir de 1686.

18Si on examine quelles familles parlementaires ont été véritablement liées à Port-Royal, on n’en trouve donc qu’un tout petit nombre, une dizaine tout au plus, mais que leurs alliances et leurs relations peuvent doter, dans des moments propices, d’une réelle capacité d’action dans l’État. Port-Royal fonctionne pour ces lignées comme un aimant, ce qui conduit à examiner quels liens elles entretinrent avec des ecclésiastiques jansénistes.

Quels liens avec des ecclésiastiques jansénistes ?

  • 30 Dictionnaire, p. 150.
  • 31 Jean Orcibal, Les origines du jansénisme II. Jean Duvergier de Hauranne abbé de Saint-Cyran et son (...)
  • 32 Françoise Puchot, dame de Rouville, était la fille d’un maître de comptes, l’épouse puis veuve du (...)
  • 33 Il vendit ensuite sa charge en 1712 pour mieux se consacrer aux œuvres de charité, fut ami de Mgr (...)

19Des magistrats se sont placés sous la direction spirituelle de clercs jansénistes, parfois après une véritable « conversion », un retournement intérieur entraînant un changement de vie. Parmi les dirigés parisiens de l’abbé de Saint-Cyran, on remarque le président Barrillon, qui réussit à indisposer aussi bien Richelieu et Séguier qu’Anne d’Autriche devenue régente et mourut à Pignerol. Saint-Cyran lui adressa en 1643 une « instruction chrétienne30 ». On trouve aussi l’avocat général Bignon, mais aussi le premier président Mathieu Molé31. En Normandie, un disciple de Saint-Cyran et ami d’Antoine Arnauld, l’abbé Guillebert, devenu entre 1642 et 1647 curé de Rouville dans le pays de Caux grâce à Françoise Puchot épouse Maignart de Bernières, fut à l’origine de la « conversion » de plusieurs familles de robe rouennaises, des Thomas du Fossé notamment, mais encore de lignées momentanément établies en ville, tels les Périer et les Pascal32. À Aix-en-Provence, en 1704, c’est lors d’une mission prêchée par les Oratoriens que le riche conseiller Marc-Antoine d’Albert se « convertit » et s’adonne aux œuvres de charité33.

  • 34 René Cerveau, op. cit., t. I, 1re partie, p. 184. Il est mort en mars 1732.

20Des paroisses patriciennes dans les villes parlementaires ont pu avoir des curés jansénistes. C’est le cas de Sainte-Croix-Saint-Ouen à Rouen qui eut pour curés Charles Maignart, le P. de Saint-Pé, puis les oratoriens Charles Desmarets et Du Breuil, soit une succession d’« amis de Port-Royal ». Ajoutons que la maison rouennaise des Oratoriens était toute proche de cette église. Autres indices, les choix en matière éducative, qu’il s’agisse du recrutement d’un précepteur proche de Port-Royal que de l’envoi des garçons dans un collège tenu par des religieux favorables au jansénisme, comme nombre de Pères de l’Oratoire. Notons qu’à Paris, le conseiller-clerc Guilbaud aurait été oratorien avant de devenir parlementaire34.

  • 35 Dictionnaire, p. 740.

21On notera aussi l’appui donné à des communautés religieuses jansénistes ou soupçonnées de l’être : Le cas le plus fameux est celui, à Toulouse, des Filles de l’Enfance, une école puis un Institut fondé par madame de Mondonville, elle-même fille d’un conseiller au parlement et dirigée par Gabriel de Ciron. Erigé canoniquement par Alexandre VII en 1662, cet Institut est l’objet des poursuites de l’autorité royale à partir de 1683. Les religieuses sont dispersées en 1686, madame de Mondonville exilée, en dépit des protestations du pape Innocent XI alors en conflit avec Louis XIV35.

  • 36 Ibid., p. 839.
  • 37 Ibid., p. 733.

22Enfin, protéger des ecclésiastiques en délicatesse avec les autorités dénote au minimum des sympathies pour Port-Royal. Le président Le Coigneux abrite ainsi en 1648 dans sa maison de campagne de Saint-Cloud l’oratorien Desmares menacé d’une lettre de cachet. En 1661, le président Potier de Blancmesnil donne l’hospitalité à Antoine de Rebours, banni de Port-Royal36. Bien plus tard, le président de Ménars, beau-frère de Colbert, a longtemps logé chez lui l’abbé Du Guet37.

23Pourtant, au-delà de ces quelques dizaines de magistrats pour l’ensemble d’un très long règne et toute la France, la diversité spirituelle de la haute robe reste sous-estimée, du coup peu étudiée. Il est inexact de réduire une situation complexe à une polarisation jésuites/jansénistes. Rappelons simplement que le premier président Lamoignon, qui fut à la tête du parlement de Paris pendant vingt ans, de 1657 à 1677, était l’ami à la fois du chanoine janséniste Godefroy Hermant et du P. jésuite Rapin, qui écrivirent l’un comme l’autre sur l’histoire du jansénisme. Personne n’a encore vraiment recensé les amis et dirigés des jésuites dans la haute robe. On ne saurait non plus négliger les liens réels entre des magistrats et d’autres ordres religieux, tels que les minimes (appuyés par le chancelier Séguier), les capucins, voire la Trappe avec Rancé. L’histoire extraordinaire des religieuses de Port-Royal ne peut masquer le rôle des familles des parlements, des cours des aides et des comptes dans le soutien apporté aux fondations féminines. Enfin, il faut rendre sa place à une grande oubliée, la dévotion salésienne. Dans ce milieu judiciaire, l’Introduction à la vie dévote compte davantage que l’Augustinus.

24Il reste encore à expliquer comment des gens aussi peu nombreux ont pu, à diverses reprises, dresser leurs confrères contre le pape, les évêques anti-jansénistes et parfois le roi lui-même ?

Quel rôle des parlements dans les conflits liés au jansénisme ?

  • 38 Lucien Goldmann, Le Dieu caché : étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans l (...)

25En quelles occasions, les parlements, surtout celui de Paris, ont-ils pu devenir partie prenante de ces querelles ? Deux types d’épisodes principalement, les procédures d’appel comme d’abus et d’enregistrement des bulles du pape mettaient en jeu des problèmes de juridiction. C’est justement cet aspect essentiel qui a été négligé par les interprétations sociales du jansénisme (celle de Goldman en particulier38) qui reposaient sur un double postulat que nous savons désormais infondé. Le jansénisme est propre à la magistrature dans son ensemble et il exprime le malaise, voire le ressentiment, du milieu des officiers menacé dans ses intérêts économiques, sociaux et politiques.

  • 39 Voir René Taveneaux, « Jansénisme et vie sociale en France au XVIIe siècle », Revue d’histoire de (...)
  • 40 Moïse Cagnac, De l’Appel comme d’abus dans l’ancien droit français, Paris, 1906.

26C’était faire fausse route39. Car on ne comprendra rien au poids réel du jansénisme dans les parlements si on ne part pas du droit. Il y a d’abord la procédure d’appel comme d’abus qui permet à la puissance temporelle d’intervenir contre une sentence ecclésiastique ou d’être saisie contre la décision d’un supérieur ecclésiastique40. Ensuite, il faut se souvenir qu’une bulle pontificale, pour être reçue dans le royaume, doit être revêtue de lettres patentes, puis examinée par des magistrats commis à cette fin, que la cour délibère librement à son sujet et rende un arrêt d’enregistrement.

  • 41 Voir René Taveneaux, Jansénisme et politique, Paris, Armand Colin, 1965.

27De telles procédures mettent en jeu l’autorité du pape, celle du roi, celle parfois des évêques41. Elles se situent à l’articulation de plusieurs formes de gallicanisme. Car la volonté de défendre la souveraineté du roi très chrétien et les privilèges et « libertés de l’Église gallicane » se traduit de manières variées selon qu’on a affaire au roi lui-même, à ses magistrats ou aux évêques français. Un même souci de vigilance parfois poussé jusqu’à la suspicion n’empêche pas des divergences d’appréciation parfois très profondes et des heurts, entre le conseil du roi et les parlements, entre ces derniers et le corps épiscopal. Les questions de juridiction sont donc fondamentales.

28Ce sont elles qui expliquent qu’un si petit nombre de magistrats authentiquement jansénistes puisse jouer, à certains moments et pas à d’autres, un rôle sans rapport avec sa force réelle. C’est chose possible dans un jeu à plusieurs acteurs dont les relations peuvent se modifier. Si les parlementaires sentent leur juridiction menacée, ils tâchent de tenir en échec les décisions royales et pontificales, ce qui protège les jansénistes. Si le roi se montre conciliant envers les magistrats, ceux-ci ne bougent pas lorsqu’il sévit contre les jansénistes, envers qui ils n’ont pas a priori de sympathies. Le pouvoir royal n’aime pas les jansénistes et, contre eux, il fait le plus souvent cause commune avec le pape dont il a, à plusieurs reprises, sollicité des condamnations de la doctrine de Jansénius. Mais, à certains moments, le roi s’oppose au pape et il peut avoir besoin des magistrats. Ainsi, les lits de justice pour imposer les décisions pontificales en matière de doctrine ne résument pas à eux seuls les relations entre le roi et le parlement de Paris.

29Il faut alors tourner son attention vers les quelques magistrats qui, institutionnellement, sont les interlocuteurs du roi et, jusqu’en 1661, de Mazarin. Il y a tout d’abord les premiers présidents : Molé de 1641 à 1656, Pomponne de Bellièvre de 1656 à 1657, puis Lamoignon de 1657 à 1677, Nicolas IV Potier de Novion de 1678 à 1689, Achille III de Harlay de 1689 à 1707, Louis II Le Pelletier de 1707 à 1712, Jean-Antoine III de Mesmes de 1712 à 1723. Les gens du roi sont aussi d’une grande importance avec le procureur général (Fouquet de 1650 à 1661, Achille II de Harlay 1661-1671, Achille III 1671-1689, Arnaud II de la Briffe 1689-1700, d’Aguesseau, 1700-1717), mais aussi les avocats généraux qui portent la parole à l’audience (Briquet, mort en 1645, Denis Talon de 1652 à 1698, Portail, Chauvelin ou Joly de Fleury à la fin du règne).

30C’est avec eux que le roi (ou son principal ministre jusqu’en 1661) prépare un enregistrement. À ce sujet, il faut se garder de croire qu’après la Fronde les relations étaient nécessairement tendues entre le conseil du roi et les parlements et que ceux-ci étaient immanquablement réduits à l’impuissance. Un examen un peu attentif fait apparaître, au contraire, d’une part la proximité entre les principaux magistrats du parlement et le pouvoir royal, d’autre part l’aptitude du monarque à écouter et à tenir compte de ce que les parlementaires lui disent. La souplesse est bien plus grande que ce que la tradition historiographique française obnubilée par la notion souvent fallacieuse d’« absolutisme » a cru devoir montrer. On peut en proposer plusieurs exemples pris dans les années 1650 comme à la fin du règne.

31Au début de 1654, on voit Mazarin renoncer à faire enregistrer la bulle Cum occasione : le parlement, dit-il, a déjà trop d’autorité et il ne veut pas lui en donner davantage. Surtout le cardinal ne veut pas risquer un refus d’enregistrement. Il s’en tient à des lettres patentes adressées aux évêques pour accompagner la bulle. En mai 1657, alors qu’il souhaite faire enregistrer la bulle Ad sacram Petri sedem, il décide de temporiser face à l’agitation suscitée au parlement par les jansénistes et il attend que le roi rentre de la guerre pour organiser un enregistrement d’autorité.

  • 42 Pierre Blet, Le clergé de France, Louis XIV et le Saint-Siège de 1695 à 1715, Città del Vaticano, (...)

32Le 4 septembre 1705 a lieu, hors la présence du roi, l’enregistrement de la bulle Vineam Domini42. Tout a été très bien préparé par le premier président et le roi, celui-ci se montrant réceptif aux arguments de ses Gens qui l’ont convaincu de laisser rajouter la formule « sans préjudice des droits de la Couronne et des libertés de l’Église gallicane », afin de calmer les inquiétudes gallicanes. La cour enregistre sans difficulté et remercie le roi de l’avoir laissée délibérer. En revanche, au début de 1714, pour Unigenitus, les gens du roi, d’Aguesseau en tête, sont très montés contre la fameuse 91e proposition sur la crainte d’une excommunication injuste qui ne doit pas empêcher de remplir son devoir. Louis XIV, qui appréciait beaucoup d’Aguesseau, l’a écouté avec une patience agacée, puis lui a signifié que la bulle devait être enregistrée sans modification injurieuse pour le pape. Rappelons que si le roi avait bien demandé cette bulle, il n’avait pas été satisfait de la manière dont elle avait été rédigée, avec trop de propositions qui ne portaient pas uniquement sur la grâce et surtout l’application en bloc des 22 types de censures, sans que chaque proposition fût clairement et précisément qualifiée.

  • 43 Voir Albert N. Hamscher, op. cit., p. 117.

33Les jansénistes ne peuvent espérer trouver un appui au parlement que dans des circonstances bien précises qu’on peut classer en trois catégories. C’est d’abord le cas si la juridiction du parlement semble menacée aux yeux des magistrats. On le voit à propos de la procédure d’appel comme d’abus dans la décennie qui suit la Fronde. Il est clair que les évêques (hostiles ou non au jansénisme) en souhaitent depuis longtemps la disparition. Mais les jansénistes expliquent à qui veut les entendre que le roi veut la supprimer et laisser établir l’Inquisition en France à la demande du clergé. Fouquet défend la compétence du parlement. Finalement, Louis XIV la maintient, sauf pour les affaires liées au formulaire anti-janséniste dont il se réserve la connaissance. Dès lors, les parlementaires cessent de faire cause commune avec les jansénistes43.

  • 44 L’avocat de Le Sauvage accuse la partie adverse d’être des « jansénistes », disciples du curé de R (...)
  • 45 Abbé Louis Raison, « Le Mouvement janséniste au diocèse de Rennes », Annales de Bretagne, t. XL, 1 (...)

34Une alliance de circonstance est réalisable s’il est possible d’attaquer la juridiction ecclésiastique. Signalons quelques procès retentissants. À Rouen, un authentique janséniste, l’avocat général Le Guerchois s’oppose aux jésuites en 1651-1652 lors d’un conflit entre le promoteur et l’official de l’abbaye de Fécamp et le curé de Saint-Valéry-en-Caux, Guillaume Le Sauvage, accusé d’être débauché44. À Rennes en 1660, survient l’affaire de M. de Sévailles, prêtre habitué à l’hôpital de la ville en butte à l’hostilité de Mgr de la Mothe-Houdancourt. On en connaît l’existence, en dépit de la perte des pièces de procédure, grâce aux Mémoires de Godefroy Hermant45. Le prétoire se transforme alors en tribune. Pourtant l’affaire Sévailles montre que, si le parlement ne manque pas l’occasion de casser une sentence de la juridiction épiscopale, il n’entend pas, pour autant, donner gain de cause aux jansénistes, si bien que le prêtre est écarté de l’hôpital.

35Enfin, une convergence se produit si les libertés gallicanes sont menacées. C’est le cas à partir de 1713 avec les propositions 90, 91 et 92 de la bulle Unigenitus. C’est ensuite ce qui se produit avec la procédure que Louis XIV veut ouvrir contre l’archevêque de Paris, le cardinal de Noailles, opposé à la bulle. On remarque alors que d’Aguesseau est en contact avec Noailles et les quelques évêques contestataires pour s’opposer au roi et au pape. Ses dernières entrevues avec le roi, en août 1715, furent très tendues.

36Quelques éléments peuvent toutefois être mis en évidence. Le premier est la capacité intermittente des noyaux jansénistes à mobiliser les gallicans, grâce à leur remarquable faculté de se présenter comme l’accomplissement de la vérité, de la piété, des études, des libertés gallicanes, de l’évêque exemplaire, du parfait magistrat, etc. Inversement, le pouvoir royal se montre capable de prendre d’efficaces précautions, par exemple en préparant ses mesures avec des magistrats influents, ou bien en réglementant l’appel comme d’abus par l’édit de 1690 sur la juridiction ecclésiastique.

37Certains parlements sont aussi très peu concernés : ainsi celui de Bordeaux, où la bulle Unigenitus ne devient matière à querelles que vers 1730, ou encore ceux de provinces à peine réunies au royaume, telle que la Franche-Comté, alors même que les Pays-Bas espagnols furent, autant que la France, le foyer du jansénisme. On remarque parfois des flambées ponctuelles mais sans lendemain, comme à Rennes. Ailleurs, c’est l’Unigenitus qui marque le début de la contestation qu’elle était censée désigner pour mieux permettre son éradication. Ce pourrait être le cas à Grenoble.

  • 46 Sur cette question, voir les deux biographies du chancelier, Francis Monnier, Le chancelier d’Ague (...)
  • 47 En date encore du 13 novembre 1716 il déclare devant les chambres assemblées : « Quoique le public (...)
  • 48 Le conseiller Pucelle (1655-1745) était un neveu du maréchal de Catinat qui avait lui-même commenc (...)
  • 49 Il n’est pas sans intérêt de remarquer que le conseiller Pucelle reprend en 1714 un argument dont (...)

38Lorsqu’il y a opposition, celle-ci relève-t-elle du gallicanisme ou bien du jansénisme ? Le regard se porte alors surtout vers les gens du roi qui, institutionnellement, peuvent opposer au roi la défense des droits de la couronne. En quoi le procureur général d’Aguesseau est-il janséniste46 ? La question reste ouverte. Le futur chancelier s’est bien gardé de prendre position par écrit sur les questions théologiques, mais son environnement familial fut indiscutablement janséniste. Non seulement son père était très ami de Domat, mais sa sœur aînée entra à Toulouse dans l’Institut des Filles de l’Enfance, puis lors de la dispersion des religieuses trouva refuge dans la maison familiale où elle exerça une grande influence jusqu’à sa mort en 1701. Elle avait formé la cadette qui épousa Pierre Hector Le Guerchois, de la famille déjà évoquée de gens du roi rouennais. Le futur chancelier avait épousé une Le Picard de Périgny, d’une famille liée à Port-Royal. À Rennes, face à la bulle Unigenitus, le procureur général Huchet de la Bédoyère se montre surtout gallican et attend 1730 pour apparaître comme un janséniste47. Les conseillers clercs (là où ils existent) ont-ils joué un rôle ? Quelques-uns à coup sûr, mais là encore seule une minorité d’entre eux. À Paris, on remarque l’abbé Pucelle qui réclame des remontrances préalables à l’enregistrement de l’Unigenitus et se place dans l’illégalité par rapport à la déclaration de 167348. Il accuse le roi de ne pas respecter la juridiction ecclésiastique puisqu’il ne peut donner des ordres aux évêques49. Pourtant, il n’est suivi que par six magistrats, deux autres voulant remontrer après avoir enregistré, tandis que plus de 140 ont opiné pour l’enregistrement sans remontrances avec les réserves demandées par les gens du roi. On peut mesurer à cette date le poids réel du jansénisme au parlement de Paris.

*

  • 50 À Rouen, les prises de position ouvertement jansénistes de l’avocat général Le Guerchois en 1650-1 (...)

39Quelques dizaines de magistrats rapportés aux quelques milliers de parlementaires en charge au long du règne de Louis XIV forment une bien petite minorité. Autour de Port-Royal comme dans quelques parlements de province (Rouen, Toulouse), ce sont toujours les mêmes noms que nous retrouvons. Si on ne peut, en définitive mettre en évidence qu’un nombre réduit de familles, celles-ci forment parfois de véritables grappes : ainsi à Paris, les Du Gué et les Charron et les Feydeau ou bien les Le Féron avec les Potier et les Hennequin ; à Rouen autour des Puchot avec les Maignart, les Thomas du Fossé – eux-mêmes cousins des Le Guerchois –, les Le Roux ou les Hallé ; à Rennes, les Huchet avec les Danycan, les du Plessis de Grénédan et les Montaudouin. À cause des alliances, elles peuvent tenir, surtout à Paris, à des lignées bien placées et influentes au palais comme dans la robe du conseil (Phélypeaux pour les Bignon, Colbert pour les Charron de Ménars), ce qui est propre à renforcer l’aptitude des jansénistes à tirer profit du gallicanisme ambiant. Si on examine les magistrats qu’on peut réellement tenir pour liés à Port-Royal ainsi que leurs familles, on ne remarque aucune persécution systématique par le roi. Certains ont fait de belles carrières50. Louis XIV semble avoir fait preuve de pragmatisme dans l’utilisation de bons serviteurs.

  • 51 Je n’ai envisagé ici que les magistrats. Mais il nous faudrait aussi mieux connaître le milieu des (...)

40Chronologiquement, on remarque une première génération de magistrats, liée à Saint-Cyran et aux premiers temps du jansénisme, mais elle disparaît au cours des années 1650-1670. Ensuite, les parlementaires s’avèrent vraiment peu nombreux entre la paix de l’Église et l’affaire du Cas de conscience. Les querelles s’assoupissent (sauf à Toulouse), tandis que s’opère une discrète transmission familiale de souvenirs et de convictions. Mais, dans le contexte très particulier de l’Unigenitus, quelques figures surgissent et se font les champions de l’opposition religieuse et politique51.

  • 52 Jean-Louis Quantin, « Avant et après l’Unigenitus : sur les mutations du jansénisme dans la France (...)
  • 53 Dynamique à mon sens plus gallicane que janséniste, même si l’accent a été surtout mis sur cette d (...)

41On ne peut manquer, pour finir, de s’interroger sur la cohésion de cette minorité que l’on présente dès les années 1650 comme un « parti », opinion souvent reprise par les historiens, surtout pour ceux qui étudient les parlements au XVIIIe siècle. Quelle définition donner de ce terme ? Ne serait-il pas trompeur ? N’a-t-on pas été porté à exagérer la force et la cohésion réelles de cette minorité, alors même que le jansénisme, avant comme après 1713, reste difficile à définir tant il est flou et multiple ? Une certitude toutefois : la bulle Unigenitus marque une nette césure. Faite pour mettre en évidence la déviance afin de l’éliminer, elle l’étale au contraire en plein cœur de l’Église gallicane, comme l’a très bien fait remarquer Jean-Louis Quantin52. Elle favorise la convergence entre jansénisme et gallicanisme, permettant parfois l’assujettissement du second au premier. Elle relance aussi la dynamique gallicane de l’appel au concile, or la théorie conciliaire appliquée subrepticement à la monarchie française devient la matrice de l’opposition au pouvoir royal53.

Notes

1 Sainte-Beuve a présenté ce qu’il nommait le « tiers état supérieur » comme le véritable fondement de Port-Royal : « Port-Royal sans doute […] gagna beaucoup et fit nombre de prosélytes parmi les grands seigneurs mêmes, parmi les personnes de la Cour, les Luines, les Liancourt, les Sablé, les Gonzague, les Longueville, les Roannès ; mais ce ne fut pas là son vrai centre d’opérations. La plupart de ces noms illustres ne se rattachèrent à Port-Royal qu’un temps et ne s’y ancrèrent pas. Le vrai fond solide, le support quotidien, nous le touchons ici : les Arnauld comme noyau et comme souche, les Bignon comme alliance d’embranchement dans le monde, et au-dedans encore, à l’entour, par acquisition étroite et successive, les Briquet, les Sainte-Marthe, les Le Nain, les Thomas du Fossé, les Pascal » (Port-Royal, Paris, Hachette, 2e éd., 1860, t. II, p. 231).

2 Augustin Gazier, d’une part expliquait que « les sympathies de la haute magistrature ne pouvaient manquer d’aller à Port-Royal » à cause des entreprises de la cour de Rome mue par les jésuites et d’autre part notait que beaucoup de parlementaires n’osaient pas se déclarer par crainte (Histoire générale du mouvement janséniste depuis ses origines jusqu’à nos jours, Paris, Champion, 1923, t. I, p. 150-152). Mais, abordant un peu plus loin la situation dans la première moitié du XVIIIe siècle, il déclarait que le parlement n’était pas du tout inféodé aux doctrines jansénistes et que le nombre d’amis de la Vérité, comme on disait alors, y était fort réduit (ibid., p. 297-298).

3 Georges-Bernard Depping, Correspondance administrative sous le règne de Louis XIV, Paris, Imprimerie nationale, 1861, t. II : 12, « Notes secrètes sur le personnel de tous les parlemens et cours des comptes du royaume, envoyées par les intendans des provinces à Colbert, sur sa demande, vers la fin de l’an 1663. » À Paris, le conseiller de la deuxième des enquêtes Feydeau-Bernay, est « d’esprit infiniment inquiet, de peu de cognoissance dans les affaires du palais, s’intriguant fort à la cour dans le desseing qu’il a d’estre évêque. A la réputation d’estre du Port-Royal, et se jette présentement de l’autre party… » (p. 48). À la cinquième des enquêtes, son confrère Hillerin (p. 63) « ne manque pas de sens ni de connoissance des affaires du palais, les recherchant assez soigneusement, tesmoing l’édit où il entra naguère par des faveurs mendiées ; n’a pour cela aucun intérest injuste ; est d’accès facile, et bienfaisant ; a quelque liaison avec le Port-Royal, à cause de sa femme ».

4 À Grenoble, le conseiller de Brochenu (ibid., p. 83) « a beaucoup de lumières, bon juge, l’esprit net, ferme, et fait fort bien sa charge ; fort considéré et l’un des plus forts du parlement ; fort suivy dans les affaires particulières ; a de la probité, travaille beaucoup ; est quelquefois contraire à ce qui vient de la cour ; est fort particulier, et void peu de gens ; a quelque relation avec le Port-Royal ». Quant au conseiller du Prais (ibid., p. 86), il « a de l’esprit et de la capacité, ayme le palais, et s’y attache par les advis particuliers dans les affaires publiques ; difficultueux, contradicteur et opposant de profession à tout ce qui se propose ; n’est pas bien intentionné pour la cour ; a de la relation avec les jansénistes ».

5 Le manuscrit 565 de la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, a été donné en annexe de la thèse de Maurice Virieux, Le Parlement de Grenoble au XVIIe siècle. Étude sociale, thèse, Paris IV, 1986, p. 463-493 daté de l’hiver ou du printemps 1717. Indique « l’attachement qu’ils paraissent avoir au sujet des disputes du temps sur la Constitution Unigenitus. À l’égard de ce dernier article, on les distinguera au bout de chaque portrait sous les noms de Jansénistes, Molinistes ou indifférents, par une petite croix ». Autre mémoire similaire, Aix, ms. 39-R 764, p. 103-135, étudié aussi par Maurice Virieux, « Une Enquête sur le Parlement de Toulouse en 1718 », Annales du Midi, t. 37, janvier-mars 1975, p. 37-65.

6 M. Virieux, art. cit., p. 51.

7 Pour Grenoble : « Je donne encore pour chose moins certaine les épithètes de Janséniste, Moliniste et indifférent dont je qualifie chaque particulier parce que, de tous ceux dont j’ai fait les portraits, il n’y en a pas 6 qui se soient appliqués jusqu’ici à s’instruire un peu sérieusement des disputes de ce temps sur la grâce. Tout ce que je puis dire de certain c’est qu’en général tous paraissent portés d’inclination contre la Constitution que pour les jésuites et que dans ce corps, soit Janséniste, soit Moliniste, soit indifférent, tous sont également très zélés pour soutenir les franchises de l’église gallicane contre les sentiments des ultramontains » (Maurice Virieux, op. cit., p. 485). Pour Toulouse, « tout ce que je puis dire de certain, c’est que plusieurs des qualifiés molinistes ne laissent pas d’être zêlés pour soutenir les franchises des libertés de l’Eglise gallicane contre les sentiments des ultramontains » (Maurice Virieux, art. cit., p. 51). Dans les deux cas, il qualifie plusieurs magistrats de « plutôt » d’un côté que de l’autre. Le procureur général grenoblois Vidaud de La Tour est un des rares à être dit « assez instruit des matières qui causent les disputes du temps au sujet de la Constitution et, malgré se retenue, on découvre aisément qu’il n’est pas dans les sentiments des jésuites ; il est plutôt janséniste que moliniste » (ibid., p. 468).

8 Albert N. Hamscher, The Parlement of Paris after the Fronde, 1653-1673, Londres, University of Pittsburgh Press, 1976, p. 113.

9 Voir Jean Meyer, La Noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 2e éd. 1985, t. II, p. 991-994.

10 Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne 1554-1790, Rennes, Plihon et Hommay, rééd., Mayenne, 1991, t. II, p. 512-517. Les Huchet tinrent la charge de procureur général de 1631 à 1752. Charles Huchet de la Bédoyère (1683-1759), le dernier (en charge de 1710 à 1752), se révéla un opposant virulent de la politique royale en matière religieuse surtout en 1730, lorsque la bulle devint loi de l’Église et de l’État. S’il subit trois disgrâces pour cette raison, son opposition ne semble pas avoir été très vive en 1714, lors de l’enregistrement de la bulle.

11 Jean-Robert Armogathe, « De Port-Royal à Nordstrand : introduction au “premier jansénisme” », Daniel Tollet (éd.), Le jansénisme et la Franc-Maçonnerie en Europe centrale aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 2002, p. 25-38.

12 Nécrologe des plus célèbres défenseurs et confesseurs de la vérité du dix-septième siècle, s. l., 1761. Notons que le pape Clément VIII (1592-1605), bien antérieur aux travaux de Jansénius, fait partie des heureux élus du Nécrologe prompt à embrigader des gens qui ont, d’une manière ou d’une autre, désapprouvé les jésuites.

13 Albert N. Hamscher, op. cit., p. 109-117 et « The Parlement of Paris and the social interpretation of early French Jansenism », Catholic Historical Review, 1977, 3, p. 392-410 ; Pierre Blet, « Louis XIV et les papes aux prises avec le jansénisme », Archivum historiae pontificiae, t. 31, 1993, p. 109-192, t. 32, 1994, p. 65-148 ; Philippe Dieudonné, La paix clémentine. Défaite et victoire du premier jansénisme français sous le pontificat de Clément IX (1667-1669), Leuven, Leuven University Press, Dudley, Peeters, 2003.

14 Alexandre Féron, Contribution à l’histoire du jansénisme en Normandie, I : Les origines dans le diocèse de Rouen (1629-1643), Rouen, 1908 ; II : La cure de Rouville, Rouen, 1910 ; III : L’attitude du clergé dans le diocèse de Rouen sous l’épiscopat des deux archevêques Harlay (1630-1671), Rouen, 1913. Voir aussi ses « Notes sur la réception de la bulle Unigenitus », Mélanges de la Société d’Histoire de Normandie, t. XI, 1927, p. 44-122 et son ouvrage, La vie et les œuvres de Charles Maignart de Bernières, Rouen, 1930.

15 Jean Lesaulnier et Anthony McKenna, Dictionnaire de Port-Royal, Paris, Honoré Champion, 2004. Cité plus loin comme Dictionnaire.

16 Le conseiller Louis Angran (1623-1706) qui siégea aux parlements de Metz puis de Paris, le conseiller Jacques Angran de Fontpertuis (1618-1674) à Metz, le président parisien Jean-Jacques Barrillon (1602-1645), le conseiller rouennais Jean Beuzelin de Bosmelet ( ?-1647), le conseiller rouennais Nicolas Le Pesant de Boisguilbert (1647-1737), l’avocat général parisien Etienne Briquet ( ?-1645), le conseiller parisien Guillaume Du Gué de Bagnols (1616-1657) futur maître des requêtes puis conseiller d’État, son fils Dreux-Louis Du Gué de Bagnols (1647-1709) futur intendant et conseiller d’État, le président au parlement de Metz Antoine Le Roy de La Poterie, le président parisien Jacques Le Coigneux de Bachaumont (1588-1651), le président également parisien Jérôme Le Féron (1607-1669), l’avocat général rouennais Pierre Le Guerchois ( ?-1652), le conseiller parisien de Grand Chambre Lesné, le conseiller au parlement de Paris devenu maître des requêtes Charles III Maignart de Bernières (1616-1662), le président parisien Jean-Jacques Charron de Ménars (1643-1718), le président également au parlement de Paris René Potier de Blancmesnil (vers 1615-1680).

17 Ainsi l’ancien conseiller au parlement de Paris devenu maître des requêtes et intendant, Louis de Caumartin (1624-1687), ami du cardinal de Retz, est surtout là à cause de son épouse, Catherine-Madeleine de Verthamon. Charles Olier de Nointel, qui fut quelques années conseiller au parlement, avant de devenir conseiller d’État, partit en 1670 comme ambassadeur auprès de la Porte. Il correspondit avec Arnauld et Nicole à propos de la doctrine eucharistique des Églises orientales afin de leur permettre de réfuter les affirmations du pasteur Claude. Le conseiller clerc parisien Denis de Sallo (1625-1669) semble bien avoir été un sympathisant, mais peut-être bien davantage un gallican qu’un janséniste déclaré. Quant à l’avocat général Denis Talon, il fit preuve d’indépendance en 1655 en plaidant en faveur de l’appel comme d’abus interjeté par les docteurs de Sorbonne amis d’Arnauld, mais, après son exil de 1656, il se montre beaucoup plus docile envers le pouvoir royal.

18 Après la mort de Saint-Cyran à qui il était très attaché, le premier président Molé, rompit avec Port-Royal.

19 Tel le conseiller au parlement de Paris de Vrévin doté d’une notice dans le Nécrologe, 1re partie, t. I, p. 203, 1760.

20 Bibl. nat. France, ms. fr. 477, f° 13 v°-19 v°, cité par Albert N. Hamscher, op. cit., p. 113.

21 Jean Le Boindre, Débats du Parlement de Paris pendant la minorité de Louis XIV, Robert Descimon, Orest et Patricia Ranum (éd.), Paris, Honoré Champion, 1997, p. 400-403. Le texte passa du filsde Le Boindre, lui aussi conseiller au parlement, aux Revol père et fils, puis au président Rolland d’Erceville, une des figures du jansénisme parlementaire sous Louis XV.

22 Dictionnaire, p. 219.

23 Ibid., p. 705.

24 Ibid., p. 969.

25 Ibid., p. 178.

26 Ibid., p. 177-178.

27 Ibid., p. 189.

28 Bruno Neveu, « Un parlementaire parisien érudit et janséniste, Jean Le Nain (1609-1698) », Paris et Île-de-France. Mémoires, t. XVI-XVII, 1965-1966, p. 191-230.

29 Jérôme Besoigne, Histoire de Port-Royal, Cologne, 1752, t. II, p. 481.

30 Dictionnaire, p. 150.

31 Jean Orcibal, Les origines du jansénisme II. Jean Duvergier de Hauranne abbé de Saint-Cyran et son temps (1581-1638), Louvain/Paris, 1947, p. 382-384, 509-510. « Ce qui frappe le plus chez l’adversaire de Richelieu, c’est en effet l’ascendant extraordinaire qu’il sut prendre sur tous ceux qui l’approchèrent, même sur les caractères les plus indépendants. Son simple aspect, ses gestes, ses paroles, commandaient l’amour, l’obéissance ou du moins la déférence » (p. 667).

32 Françoise Puchot, dame de Rouville, était la fille d’un maître de comptes, l’épouse puis veuve du président au parlement Charles II Maignart de Bernières, la mère de Charles III, maître des requêtes devenu le « procureur général des pauvres » du temps des misères de la Fronde. Voir la notice sur ce dernier dans Dictionnaire, p. 702-704.

33 Il vendit ensuite sa charge en 1712 pour mieux se consacrer aux œuvres de charité, fut ami de Mgr Soanen, l’évêque janséniste de Senez et mourut en 1760 (René Cerveau, Nécrologe… du dix-huitième siècle, 1763, p. 168-169). À cette figure provençale et janséniste de la charité, répond, à Rennes, dans un tout autre environnement spirituel celle des « époux charitables », le conseiller Marot de la Garaye et de sa femme qui vécurent eux aussi, dans les mêmes années, une conversion qui les amena à développer une intense activité médicale et charitable.

34 René Cerveau, op. cit., t. I, 1re partie, p. 184. Il est mort en mars 1732.

35 Dictionnaire, p. 740.

36 Ibid., p. 839.

37 Ibid., p. 733.

38 Lucien Goldmann, Le Dieu caché : étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955, et « Remarques sur le jansénisme : la vision tragique du monde et la noblesse de robe », XVIIe siècle, no 19, 1953, p. 177-195.

39 Voir René Taveneaux, « Jansénisme et vie sociale en France au XVIIe siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LIV, no 152, 1968, p. 27-46.

40 Moïse Cagnac, De l’Appel comme d’abus dans l’ancien droit français, Paris, 1906.

41 Voir René Taveneaux, Jansénisme et politique, Paris, Armand Colin, 1965.

42 Pierre Blet, Le clergé de France, Louis XIV et le Saint-Siège de 1695 à 1715, Città del Vaticano, Archivio vaticano, 1989, p. 233-237.

43 Voir Albert N. Hamscher, op. cit., p. 117.

44 L’avocat de Le Sauvage accuse la partie adverse d’être des « jansénistes », disciples du curé de Rouville Guillebert et formant une « secte ». Il leur oppose la bulle d’Urbain VIII. L’avocat général réplique en faisant l’éloge de Jansénius et en interprétant à sa manière le texte pontifical. Il eut gain de cause mais ne put mettre un terme à la procédure. Rappelons que nous sommes avant la bulle Cum occasione. Le Guerchois est mort en 1652, tandis qu’il s’attaquait à nouveau aux jésuites qui tâchaient d’empêcher la réception de Nicolas Manessier à la chaire royale de théologie de l’université de Caen. Voir Pierre Thomas du Fossé, Mémoires, Rouen/Paris, 1876, t. II, p. 236-237 ; Godefroy Hermant, Mémoires sur l’histoire ecclésiastique du XVIIe siècle, éd. Augustin Gazier, Paris, 1905, t. I, p. 519-520, et t. II, p. 1-30 ; Alexandre Féron, op. cit., p. 51-58 ; Dictionnaire, p. 623-624.

45 Abbé Louis Raison, « Le Mouvement janséniste au diocèse de Rennes », Annales de Bretagne, t. XL, 1932-1933, p. 42-51, qui cite Hermant, op. cit., t. IV, p. 483 sqq., livre XXII, chap. XVI. À en croire Hermant, les religieuses de l’Hôpital firent dresser contre ce suspect d’hérésie un libelle diffamatoire, présenté au bureau des pauvres composé de plusieurs magistrats par la première présidente, madame de Bourgneuf, et le conseiller Le Fèvre de Laubrière. Sévailles nous est présenté comme victime du zèle des dames du Parlement et de la compagnie du Saint-Sacrement. L’official ouvrit une procédure contre lui si bien qu’il fut déchu de ses fonctions. Mais des amis lui firent porter sa cause devant la Tournelle du parlement dont les deux présidents prirent fait et cause pour lui et rendirent un arrêt de provision contre la sentence de l’official. Mais, poursuit Hermant, les présidents à mortier de la grand chambre et leurs femmes agirent pour faire transférer la cause à la grand chambre. Madame de Bourgneuf obtint de son neveu, le procureur général, une remontrance en ce sens, bientôt suivie d’un arrêt. La Tournelle dut finalement s’incliner, mais la bataille judiciaire se poursuivit à la grand chambre. La plaidoirie de l’avocat de Sévailles fit grand effet. En définitive, la cour cassa la sentence de l’évêque de Rennes, mais décida qu’un autre prêtre serait nommé à l’hôpital. Hermant conclut que « la voix de la justice fut étouffée en cette rencontre par la multitude des juges intéressés ; mais la voix publique s’éleva en toutes rencontres contre un jugement si plein de contradictions… »

46 Sur cette question, voir les deux biographies du chancelier, Francis Monnier, Le chancelier d’Aguesseau. Sa conduite et ses idées politiques, 1re éd., Paris, 1863, Genève, Slatkine/Megariotis Reprints, 1975, p. 124-146 (dans une perspective très gallicane), Isabelle Storez, Le chancelier Henri François d’Aguesseau (1668-1751). Monarchiste et libéral, Paris, Publisud, 1996, p. 535-548.

47 En date encore du 13 novembre 1716 il déclare devant les chambres assemblées : « Quoique le public parût souhaiter avec quelque sorte d’impatience que je m’élevasse contre certaines expressions peu mesurées et des propositions hasardées sans discernement dans des mandements imprimés et répandus en la province, touchant la constitution Unigenitus, j’ai cru devoir garder le silence à cet égard et attendre » (cité d’après Arthur Le Moy, Le Parlement de Bretagne et le pouvoir royal au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1909, p. 105, n. 5). Mais, dans les années 1730, au château familial de Talensac un de ses fils devient convulsionnaire.

48 Le conseiller Pucelle (1655-1745) était un neveu du maréchal de Catinat qui avait lui-même commencé par être avocat au Parlement. Il semble que le futur conseiller-clerc ait commencé par servir dans l’armée de son oncle.

49 Il n’est pas sans intérêt de remarquer que le conseiller Pucelle reprend en 1714 un argument dont il avait déjà été question en 1653 quand les jansénistes s’agitaient pour empêcher l’enregistrement de la bulle Cum occasione au parlement : le roi, s’adressant aux évêques, ne peut employer les mots « nous exhortons et enjoignons ». Voir Pierre Blet, op. cit., p. 119 qui cite une dépêche du nonce Bagno, du 11 juillet 1653 et Le Clergé de France…, p. 474-480.

50 À Rouen, les prises de position ouvertement jansénistes de l’avocat général Le Guerchois en 1650-1652 n’ont pas empêché son fils de lui succéder en 1653 et même de devenir procureur général en 1681. Les deux fils de Charles Maignart de Bernières furent l’un conseiller au parlement de Paris, l’autre procureur général au parlement de Rouen. Ses deux petits-fils devinrent l’un maître des requêtes puis intendant, l’autre président à mortier à Rouen, Henri de Frondeville, Les présidents au Parlement de Normandie, Rouen, Lestringant, Paris, Picard, 1953, p. 284-286. On pourrait faire de semblables constatations avec les Dugué de Bagnols ou, à un niveau ministériel, avec Arnauld de Pomponne.

51 Je n’ai envisagé ici que les magistrats. Mais il nous faudrait aussi mieux connaître le milieu des avocats : que l’on se souvienne de la « conversion » d’Antoine Le Maistre au temps de Richelieu et, un siècle plus tard, du rôle des avocats au parlement de Paris dans l’opposition au cardinal Fleury. Mais les études manquent. David Avrom Bell, Lawyers and Citizens. The Making of a Political Elite in Old Regime France, Oxford, Oxford University Press, 1994, donne quelques éléments sur la période antérieure à la mort de Louis XIV, p. 75-76.

52 Jean-Louis Quantin, « Avant et après l’Unigenitus : sur les mutations du jansénisme dans la France du XVIIIe siècle », Daniel Tollet (éd.), op. cit., p. 177-182.

53 Dynamique à mon sens plus gallicane que janséniste, même si l’accent a été surtout mis sur cette dernière dans l’historiographie récente. Rappelons que c’est au temps de la querelle entre Louis XIV et Innocent XI, avec la déclaration des Quatre Articles, que le vieux thème médiéval du concile général est brandi contre le pontife romain. Les jansénistes ne l’ont pas encore repris, même si, comme l’avait annoncé Fénelon en 1708, c’était dans la logique des choses. Il importe enfin de signaler qu’avec les parlementaires du temps de Louis XV, nous avons affaire à une culture nourrie de références et de débats souvent bien antérieurs à la trop fameuse « crise de la conscience européenne », qui mériterait un complet réexamen. Les auteurs jansénistes du XVIIIe siècle n’ont pas tout inventé et s’il est possible d’affirmer qu’une partie de la rhétorique parlementaire provient de leurs écrits, il n’en demeure pas moins que Port-Royal a été d’abord très marqué par le style du palais et l’esprit juridique. Il faut rendre à Thémis ce qui lui revient.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540