Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Parlements de Louis XIV

 | 
Gauthier Aubert
, 
Olivier Chaline

Troisième partie. Les parlementaires et les autres

Parlement et maintien de l’ordre : Rennes, 1662-1675

Gauthier Aubert

Texte intégral

  • 1 Léon Mahoudeau, Les troubles de Bretagne et l’exil du parlement à Vannes (1675-1690), Rennes, 1897
  • 2 Bathélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, t. V, Rennes, Plihon et Hommay, 1913, p. 526.
  • 3 Arthur de La Borderie, « La révolte du papier timbré advenue en Bretagne en 1675 », Les Bonnets ro (...)
  • 4 Yvon Garlan et Claude Nières, Les révoltes bretonnes de 1675, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 1 (...)
  • 5 James B. Collins, La Bretagne dans l’État royal. Classes sociales, États provinciaux et ordre publ (...)
  • 6 John Hurt, « La politique du parlement de Bretagne (1661-1675) », Annales de Bretagne, 1974, t. 81 (...)

1Depuis 1675, et jusqu’à nos jours, la question se pose de savoir quelle fut l’attitude du parlement de Bretagne face aux émeutiers dressés contre les taxes dont la plus célèbre est restée celle du papier timbré. En 1897, le substitut Mahoudeau a dépeint ainsi un parlement dont la main n’avait pas tremblé face à l’émeute1. À la veille de la Grande guerre, Barthélemy Pocquet estimait quant à lui que le parlement n’avait rien à se reprocher2. Il se démarquait légèrement ce faisant de son maître Arthur de La Borderie qui, en 1884, dans ce qui demeure une des meilleures études sur la question, notait que le parlement avait été passif, mais que cette attitude s’expliquait comme étant une réaction à la politique royale à son endroit : « On l’avait privé du droit de faire des remontrances au roi ; il se crut, avec raison, délié du devoir d’en faire au peuple : on l’avait privé du droit de plaider pour la liberté ; il se crut déshonoré de prêcher le despotisme3. » Les historiens du XXe siècle, qui n’aiment en général guère les parlements, sont allés beaucoup plus loin sur la voie ouverte par ce grand historien de la Bretagne. Claude Nières et Yvon Garlan ont ainsi développé l’idée d’une « passivité confinant à la complicité4 », et, comme à leur suite, James Collins n’a pas hésité à affirmer que « les hommes de loi ont nécessairement joué un rôle dans l’organisation et l’exécution des rebellions5 ». John Hurt, s’appuyant en particulier sur l’étude de Léon Bernard, vit pour sa part un parlement cherchant à maintenir l’ordre mais traînant les pieds pour ce qui était de rétablir les bureaux des taxes victimes de la foule6.

2Je me propose donc ici de rouvrir le dossier en demandant pour le parlement de Bretagne la présomption d’innocence qu’ont tendance à lui refuser les historiens, faisant peser sur lui toute une tradition historiographique valorisant l’opposition des officiers de robe aux innovations fiscales. Le dossier m’a d’autant plus semblé pouvoir être réexaminé que bien des sources, conservées à Rennes et à Paris, ont été jusqu’ici négligées ou ignorées. Par ailleurs, il m’a semblé qu’il pouvait être utile à la compréhension de 1675 de regarder comment le parlement avait réagi lors de la précédente grande sédition que connut la capitale bretonne, en 1662. Il s’agissait alors de mouvements liés à la crise frumentaire, n’impliquant donc pas franchement les relations roi-parlement, et donc susceptibles d’éclairer les procédures de maintien de l’ordre.

1662 : un parlement isolé7 ?

  • 7 Sur les événements de 1662 : papiers du parlement : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 218-219, 1 Bb (...)

3En 1662, comme en maints endroits du royaume, Rennes connaît une situation tendue en raison de la disette des grains. Le 4 juillet, une émeute éclate devant le palais de justice, où des femmes s’en prennent à l’évêque, l’insultent et peut-être le frappent. Deux d’entre elles sont aussitôt arrêtées, ce qui contribue à entretenir l’agitation. La foule bloque ainsi chez lui l’exécuteur public qui devait officier ce jour-là à l’encontre de quelques criminels, dans l’espoir d’obtenir la libération des émeutières du matin. Dans l’après-midi, une intervention énergique du second président de la cour, aidé de deux conseillers, du gouverneur de la ville et de quelques archers, permet de disperser la foule rassemblée dans la basse-ville et fait semble-t-il un mort (une femme) et plusieurs blessés. Le 19 juillet, un bateau de grains est pillé et un conseiller, accompagné du grand prévôt et de quelques archers, arrête aussitôt quatre individus. Dans les heures qui suivent, d’après le chroniqueur Toudoux, l’un est pendu, un autre est envoyé aux galères et un troisième, une femme, est fouetté. À l’évidence, le parlement n’a pas tremblé, a fait preuve de force, de fermeté, ce dans un contexte de difficultés frumentaires toujours difficile à gérer en matière de maintien de l’ordre.

  • 8 « Si il y a davantage de maltouste souz pretexte de charite et aumosne lon choquera » peut-on par (...)

4Pourtant, à y regarder de plus près, l’année 1662 n’est pas si glorieuse pour le parlement. Le 27 avril, un premier bateau a été pillé, sans entraîner de réaction de la cour, ni, d’ailleurs, de la milice bourgeoise, mise sous les armes après coup. Le lendemain, des placards séditieux menacent directement le premier président et l’évêque, ces nouveaux venus dans la ville suspectés d’avoir partie liée à la maltôte et de profiter de la crise8. Les deux hommes sont prévenus qu’ils ne sont pas les bienvenus, ceci pouvant en partie expliquer l’affront subi par le prélat quelques semaines plus tard. Une information est ouverte, qui n’aboutit à rien. Puis, le 26 mai, dans un contexte clairement émeutier mais dont les causes sont difficiles à cerner, l’alloué du présidial s’est quant à lui opposé à l’arrestation ordonnée par un parlementaire d’un individu surpris en train de cambrioler l’hôtel du président de Marbeuf. Le 4 juillet, on l’a vu, le parlement a été efficace, mais s’il a dû intervenir directement, c’est parce que la milice bourgeoise a refusé de marcher. Quelques mois plus tard, convoqué devant le roi désireux d’entendre le syndic sur cette affaire, celui-ci expliquera que les bourgeois n’avaient pas voulu s’en prendre à de pauvres gens affamés, des femmes en plus. De son côté, le parlement avait convoqué l’édile dès le 10 juillet pour le réprimander, s’étonnant au passage de ce que celui-ci n’ait pas cru bon de se précipiter au palais pour justifier de la conduite des bourgeois et en témoigner du regret. Le 5 juillet, de plus, le responsable de l’artillerie municipale, sommé par le gouverneur de préparer de la poudre destinée à repousser une éventuelle émotion, est attaqué et menacé de mort par quelques particuliers. Bien pire, le 17 juillet, le parlement juge les femmes arrêtées le 4 juillet, et fait certes mettre avec succès la milice bourgeoise sous les armes pour éviter une émotion visant à leur libération, mais préfère finalement les relâcher par « crainte des canailles de la basse ville », note le notaire Duchemin. La veille encore, d’Argouges laissait entendre à Colbert qu’il était bien déterminé à punir les séditieuses malgré « les interests des particuliers [qui] gastent toujours tout ».

  • 9 Arch. mun. Rennes, BB 549.
  • 10 Ibid.

5Les mois qui suivent ne sont guère plus sereins sur le front du maintien de l’ordre. Fin août, les archives révèlent aussi qu’un groupe d’hommes parvient à libérer des femmes réputées débauchées enfermées depuis peu dans une tour. L’histoire se répète en janvier 1663, et cette fois-ci, la compagnie de milice alertée ne marche pas, son capitaine préférant apparemment continuer sa partie de carte9. En février, la communauté de ville est rabrouée pour l’absence de réaction de la compagnie de la rue Saint-Georges, cœur parlementaire de la ville, qui n’a pas prêté main-forte au président de Brequigny à l’occasion de quelques désordres causés par des cavaliers dans cette partie de la ville10. Il ne faut pas noircir le tableau : fin juin 1662, une émeute de prisonniers retenus à la conciergerie du palais est arrêtée suite à l’intervention d’un « grand concours de peuple qui arriva au son du tocsaint », indice que la « population » savait bien choisir ses causes.

  • 11 Du moins à s’en tenir à la lecture des registres des délibérations de la ville. Les modalités de c (...)

6Ces désordres – qui semblent moins fréquents ensuite11 – n’ont sans doute guère de lien entre eux, et on est alors certes bien loin désormais des émeutes frumentaires du printemps et de l’été, mais pour le nouveau premier président d’Argouges, qui n’a aucune expérience de l’activité parlementaire – il fut conseiller au grand conseil puis maître des requêtes –, il y avait sans doute de quoi méditer tant sur la capacité d’intervention du parlement dans la ville, que sur les limites de celle-ci. Les bourgeois de l’hôtel de ville, ceux – souvent les mêmes – qui sont officiers dans les cinquantaines et un magistrat du présidial ont témoigné d’une certaine indépendance. C’est d’ailleurs sans doute la prise de conscience de sa faiblesse qui explique la célérité de la cour à sévir après le pillage du 19 juillet, dans un contexte il est vrai moins tendu en raison de l’arrivée de grains. Car à trop attendre pour punir, on risque de ne pouvoir le faire et sans doute la sévérité à l’égard des prisonniers était-elle à la hauteur de l’enjeu qui n’était pas mince vu du haut des marches du palais : il était alors urgent de laver l’affront subi, de redire par les supplices la grandeur des robes rouges, de réaffirmer le principe d’autorité. Sans doute faut-il dès lors comprendre en partie ainsi l’incident survenu quelques mois plus tard, qui vit, d’après Toudoux, le président de Marbeuf réprimander vertement le nouveau syndic – sorti des rangs du présidial, notons-le – pour ne pas lui avoir donné du « monseigneur ». Enfin, Alain Croix notait que Louis XIV se souviendrait en 1675 de Rennes comme d’une ville rebelle, et c’est effectivement possible, mais il est aussi plus que probable que le chef de la cour, et avec lui ses confrères du palais, garderont à l’esprit en 1675 le souvenir de 1662.

1675 : un parlement trop prudent ?

7Ce qui est appelé traditionnellement à Rennes « la révolte du Papier timbré » masque en réalité cinq poussées de violences, chacune ayant en partie une logique et des acteurs qui lui sont propres. Tentons de revenir sur chaque épisode et sur le rôle joué par le parlement.

3 avril : la situation sous contrôle

  • 12 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171, f° 169.
  • 13 Ibid., f° 208.
  • 14 François Loirette, « La sédition bordelaise de 1675, dernière grande révolte urbaine de l’Ancien R (...)
  • 15 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171, f° 207.

8Début avril éclate une première émotion antifiscale, peu documentée, à l’annonce de celle de Bordeaux fin mars, beaucoup plus importante. Le procureur général Huchet écrit avoir la situation bien en main12. Quant au premier président, il témoigne d’une prudence qui caractérisera son action tout au long de l’année, en demandant à ce que les poursuites contre les contrevenants aux taxes soient suspendues pour quinze jours, afin de ne pas exciter la foule, tout en demandant de maintenir les bureaux ouverts, histoire que l’autorité n’en rabatte pas pour autant13. Cette politique habile s’explique sans doute par le fait que d’Argouges sait probablement qu’à Bordeaux la foule a obtenu le 29 mars du parlement de faire cesser la perception des taxes14. De Paris, le duc de Chaulnes approuve la manœuvre, mais la juge risquée15.

18 avril : premières hésitations

  • 16 Bibl. nat. France, Clairambault 796, f° 39 et 59 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.

9C’est le 18 avril qu’éclate la grande révolte rennaise du papier timbré, qui s’en prend cependant tout d’abord au bureau du tabac. Des notables, parmi lesquels des parlementaires, cherchent à calmer la foule, et doivent semble-t-il se replier sous une pluie de cailloux16. D’autres, dont le procureur général, participent à la répression de l’émotion menée il est vrai surtout par le fils du gouverneur de Coëtlogon. Au soir de cette journée, les autorités contrôlent la ville et rien ne permet de dire qu’elles ont agit avec faiblesse ou complaisance.

  • 17 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.
  • 18 François Loirette, art. cit.

10Le lendemain, le procureur général Huchet réclame le rétablissement des bureaux pillés la veille, l’ouverture d’une information contre les coupables et l’interdiction des attroupements sans autorisation. Pourtant, « après avoir mûrement réfléchi » – la mention mérite d’être relevée, n’étant pas banale – la cour décide de ne le suivre que sur le dernier point17. Peut-être le souvenir de 1662 explique-t-il cette prudence. Sans doute se comprend-elle d’autant mieux si on se souvient du précédent bordelais : sur les bords de la Gironde, le parlement a été contraint de prononcer l’abolition des taxes et le roi lui-même a décidé, le 6 avril, de temporiser en accordant une amnistie aux Bordelais18. Qui peut alors dire qu’il en ira différemment à Rennes ?

25 avril : vers l’inflexion répressive

  • 19 D’après le témoignage du fils de l’alloué, Cormier de la Courneuve (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 (...)
  • 20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.
  • 21 Ibid. et 1 Bf 806.
  • 22 Bibl. nat. France, Clairambaut 796, f° 59.

11Quelques jours plus tard, le temple protestant est brûlé par des collégiens mêlés à la populace qui aurait voulu ainsi châtier des commis des taxes réputés huguenots19. Le gouverneur de la ville, suivi de nobles, arrive trop tard sur les lieux et ne parvient qu’à attraper deux individus, ce qui entraîne dans les heures qui suivent des mouvements visant à leur libération. Le marquis de Lavardin, lieutenant général, tout juste arrivé à Rennes, réclame que l’on informe au plus vite contre ces deux prisonniers. Les registres secrets consignent soigneusement son intervention, mais aussi la réponse de d’Argouges qui tient visiblement à rappeler combien le parlement a réagi vigoureusement dès le 18 avril20. Le procureur général, de son côté, réclame, imperturbable et parfaitement dans son rôle, le rétablissement des bureaux pillés les jours précédents, ainsi que l’ouverture d’une information contre les deux prisonniers du 25. Il n’est suivi par la cour que sur ce dernier point, le seul d’ailleurs explicitement demandé par Lavardin. Dans la soirée, le plus jeune des prisonniers, un collégien de 5e, est relâché, tandis que le deuxième, un boulanger apparemment bien connu de la justice, est maintenu sous les verrous21. Le calme revient22.

  • 23 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.
  • 24 Ibid., 1 Bf 806.
  • 25 Ibid., 1 Bf 849.
  • 26 Ibid., 1 Bb 573.
  • 27 Jean Lemoine, « La révolte dite du papier timbré ou des bonnets rouges », Annales de Bretagne, 189 (...)

12L’arrivée successive des représentants du roi marque le début d’un infléchissement vers un positionnement désormais plus répressif des autorités, ce sans doute en raison de l’extension de la révolte à Nantes (22-23 avril), qui fait craindre une contagion. Toutefois, la prudence domine encore et même Lavardin, le premier arrivé à Rennes, n’a rien, d’après les propos consignés dans les registres secrets du palais, d’un va-t-en-guerre : il est certes venu, explique-t-il, pour maintenir les droits et l’autorité du roi – dans un esprit affiché de collaboration avec le parlement – mais aussi pour « apaiser les désordres, calmer les esprits, rétablir le repos et la tranquillité », propos suffisamment vagues pour laisser penser qu’une issue modérée peut être encore trouvée. L’arrivée de Chaulnes marque une nouvelle étape, le duc apportant avec lui des ordres du roi exigeant une rigueur exemplaire à l’encontre des émeutiers du 18 avril23. Le procureur général ressort alors son arrêt du 19 avril et obtient cette fois que des poursuites soient engagées. Dans les jours qui suivent, trois individus sont arrêtés sans gloire sur les lits de l’hôpital Saint-Yves, où ils étaient soignés pour blessures. L’enquête permet également de dresser une liste de huit autres noms d’individus qui ne seront jamais retrouvés24. Le 10 mai, le procureur général réclame à nouveau le rétablissement des bureaux25, et il est enfin suivi le 18 lors d’une séance au cours de laquelle Chaulnes est présent, signe que cette décision importante ne pouvait être prise sans lui26. Mais remarquons ici que le duc agit lui aussi avec prudence : présent à Rennes depuis le 3 mai, c’est seulement le 15 qu’il considère que la ville est calme et sure27, condition nécessaire au rétablissement des bureaux.

Juin : la confusion

  • 28 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis.
  • 29 Ibid., f° 458, lettre du 12 juin.
  • 30 Ibid., f° 534, lettre du 15 juin.
  • 31 Christian Jouhaud, dans André BURGUIÈRE et Jacques Revel (dir.), Histoire de la France. Les confli (...)
  • 32 Jean Lemoine, art. cit., p. 217.
  • 33 Ibid., p. 353. Ces détails fâcheux sont rapportés par le commissaire des guerres de Jonville, dans (...)
  • 34 Ibid., p. 355.

13Pourtant, à partir du 8 juin, la ville connaît à nouveau des troubles, sur lesquels nous sommes apparemment le mieux renseigné en particulier grâce à Chaulnes, qui est pour la première et dernière fois présent dans la ville au moment d’une sédition, et qui multiplie les courriers à Colbert28. Cette riche et passionnante correspondance a pu illusionner certains, qui ont eu parfois tendance à négliger que ces documents captivants sont au moins autant des témoignages que des plaidoyers pro domo. Chaulnes, en effet, accuse le parlement dans un premier temps d’être totalement inactif face à l’émeute29 puis dans un second temps, de la conduire carrément30, et reste sur cette idée qui a eu un certain succès jusqu’à nos jours, on l’a vu. C’est là tout d’abord un poncif, qui renvoie à l’idée selon laquelle le « peuple » en révolte est forcément manipulé31. Dans le cas présent, il y a plus. Chaulnes est en effet alors politiquement en sursis : un mois plus tôt, le marquis de Molac a été démis de son gouvernement du pays nantais pour faiblesse face à l’émeute32 ; or, Chaulnes, de son côté aurait, dit-on, lors de ce mois de juin rennais, libéré des prisonniers et ouvert un magasin d’armes sous la pression des émeutiers, mais aussi a renvoyé piteusement les quelques troupes qu’il avait fait entrer dans la ville pour mener une répression qui, du coup, n’a pas eu lieu33. Vrai ou faux, exagéré ou pas, peu importe au fond : si tout cela arrive aux oreilles du pouvoir, le duc craint ce qui l’attend, et c’est sans doute une des raisons pour lesquelles il fait ouvrir les lettres en partance de Rennes34 et multiplie de son côté les missives.

  • 35 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 458 et 565.
  • 36 Ibid., f° 168 et 171 bis, f° 458.
  • 37 Ce qui est explicitement indiqué dans l’ordre du roi du 8 mai précédent relatif au déplacement des (...)
  • 38 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 458.

14Dans ces conditions, accuser le parlement d’être derrière tout cela est donc rien moins qu’un réflexe de survie. Dans ses lettres plaidoyers, Chaulnes soutient ainsi que l’émeute a été dirigée par le parlement qui aurait voulu ce faisant faire fermer les bureaux des taxes puis obtenir la révocation des édits fiscaux35. Il plaque donc les événements bordelais de la fin mars – qu’il connaît bien36 – sur ceux de Rennes, alors que la partie qui se joue en Bretagne n’est pas exactement comparable. À Rennes en juin, la révolte est tout d’abord celle des compagnies de la milice contre l’entrée des troupes et c’est donc là une question qui relève d’abord de la compétence propre du gouverneur. Là-dessus se greffe une révolte sociologiquement plus populaire, qui fait penser à celle de l’été 1662, visant à libérer les prisonniers car on sait que les troupes arrivées à Rennes le sont pour prêter main-forte aux arrêts et permettre arrestations et exécutions37. Chaulnes a beau clamer qu’on en veut aux bureaux des taxes – alors rétablis – et à travers eux à l’autorité du roi dont il est le garant, sa lecture des événements butte sur un fait : dans cette ville qu’il avoue ne plus contrôler du tout, qu’il dit être aux mains des révoltés miliciens ou non, de son propre aveu, les dits bureaux ne sont pas attaqués38.

  • 39 Bruno Isbled, op. cit., p. 172.
  • 40 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 435.
  • 41 John Hurt, art. cit., p. 117-118.

15Dans ce contexte, que fait le parlement ? À l’évidence, il est peu actif, conformément au premier avis rendu par Chaulnes, avant que celui-ci ne noircisse le trait pour se protéger. Cette inaction peut s’expliquer de trois manières qui s’additionnent. La première est qu’il ne se passe finalement pas grand-chose à Rennes en juin 1675, ou, si l’on préfère, beaucoup moins que ce que dit Chaulnes, qui, naturellement, se pose en une sorte d’Hercule assailli de toutes parts : les bureaux, on l’a dit, sont maintenus en l’état, et l’attaque de la prison fait certes un mort, mais il s’agit vraisemblablement d’un assaillant venu des faubourgs39. D’ailleurs, Chaulnes ne demande pas au parlement l’ouverture d’une information et peut-être n’avait-il pas trop intérêt à ce que les magistrats viennent mettre leur nez dans ces épisodes peu glorieux. C’eut été de toutes les manières humiliant pour lui qui est censé incarner la force légitime, et qui est le chef naturel des compagnies miliciennes. Deuxièmement, le duc avait d’autant moins intérêt à voir les magistrats s’occuper de ses affaires que, si depuis le mois de mai, le parlement affiche sa bonne volonté à son endroit et cultive l’idée d’une collaboration entre les forces de l’ordre monarchique, il pouvait avoir des raisons de se méfier d’une cour avec laquelle il entretenait des relations compliquées. Le duc le reconnaît dans une lettre du 9 juin : du strict point de vue de ses relations avec les magistrats, il a commis une erreur en faisant juger et condamner les séditieux de Nantes et de Guingamp sans appel40. On sait le parlement extrêmement sourcilleux sur cette question absolument essentielle de son point de vue, qui fait de plus écho à la querelle qui avait suivi la nomination du duc comme gouverneur, en 1670, qui vit les magistrats lui refuser toute ingérence dans le domaine judiciaire, et ne céder qu’après l’envoi de lettre de jussion41. En juin 1675, et de manière taisible, le parlement se met ainsi d’une certaine façon en grève.

  • 42 Et non, sous la plume de Chaulnes à cette date, la haine des édits fiscaux : cette explication par (...)
  • 43 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 458.
  • 44 Ibid., f° 515.
  • 45 Gauthier Aubert et Marie-Laure Flahaut, « Rennes de la révolte du Papier timbré à la veille de la (...)
  • 46 Georges-Bernard Depping, Correspondance administrative sous le règne de Louis XIV, t. III, Paris, (...)

16Enfin, la faible activité du parlement s’explique aussi par la prudence d’une institution dont le chef, d’Argouges, semble quasiment paralysé par la peur, peut-être par tempérament, peut-être en raison du souvenir de 1662, peut-être aussi en raison du précédent bordelais, qui a vu la cour dépassée par l’émeute, et perdre un des siens. Chaulnes le dit dans sa lettre du 9 juin : s’il a fait condamné les révoltés de Nantes et de Guingamp, c’est en raison de « l’esprit de ce parlement qui est ouvertement à l’impunité par la crainte qu’il a des suites que lui attireroit le chastiment42 » et la « crainte », ici, c’est bien celle de la populace. Le 12 juin, Chaulnes montre d’ailleurs d’Argouges craignant avec le départ des troupes de Rennes pour sa sécurité et celle des bureaux43, ce qui s’accorde mal avec l’image d’un magistrat hostile à la politique royale. Deux jours plus tard, Lavardin évoque « l’inquiétude de M. d’Argouges44 ». Non sans raison : les arrestations opérées les mois suivants établiront qu’existait un projet visant à assassiner le gouverneur et le magistrat à l’occasion de la Fête-Dieu (13 juin)45, indice que, pour les émeutiers, le parlement et son chef sont mis dans le même sac que le duc. Le 30 juin, Chaulnes fustige à nouveau ses atermoiements et dénonce le fait qu’il n’ait pas voulu députer des magistrats vers les mutins46, ce qui s’accorde mieux avec une prudence peut-être excessive – mais qui est l’historien pour juger de la peur de l’émeute ? – qu’avec une hostilité aux édits, qui ne constituent sans doute pas le cœur des enjeux en juin 1675. Il est vrai cependant que dans la même missive, Chaulnes évoque des manœuvres de quelques magistrats – dont il tait cependant le nom – visant à obtenir la révocation des édits fiscaux, ce qui ne saurait engager le parlement en tant qu’institution, et montre aussi qu’à cette date, la question fiscale commence à refaire surface.

Juillet (et mois suivants) : le meilleur parlement du monde ?

  • 47 Jean Lemoine, art. cit., p. 373.
  • 48 Voir les témoignages du gouverneur de Coëtlogon : Bibl. nat. France, Clairambault 796, f° 269 et 2 (...)

17La cinquième séquence a lieu le 17 juillet, quand Chaulnes est parti en Basse Bretagne réprimer la révolte rurale des Bonnets rouges, convaincu d’avoir « pris toutes les précautions nécessaires pour que cette ville [Rennes] se maintienne dans le calme47 ». Il s’agit d’une opération armée, probablement préparée, visant à briser les bureaux du papier timbré, au cœur même du parlement. L’attaque est brutale, associant, dit-on, des éléments intérieurs au palais. La réaction du gouverneur de Coëtlogon, en lien avec la milice bourgeoise, permet de mettre en déroute les émeutiers48.

  • 49 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.
  • 50 J. Barraud, « La gabelle à Bordeaux. La révolte de 1675 », Revue philomathique de Bordeaux, 1907, (...)

18Dans les jours qui suivent, le parlement apparaît comme un Janus. D’un côté, c’est le meilleur parlement du monde, qui déploie toute la palette des mesures susceptibles de rétablir le bon ordre monarchique : information contre les coupables, interdiction des attroupements, injonction à la milice de se tenir prête, mesures visant à rétablir les bureaux49. Mais derrière cela, il a un autre visage : celui de l’impuissance. La cour n’arrête personne et il faut attendre le 4 octobre pour que le bureau du papier timbré soit rétabli. Le parlement de Rennes fait donc beaucoup moins bien que celui de Bordeaux qui, après la poussée émeutière d’août, parvient à arrêter une douzaine de personnes, et à en exécuter trois50.

  • 51 Bibl. nat. France, Clairambault 796, f° 279.
  • 52 Jean Lemoine, art. cit., p. 393 ; Bibl. nat. France, Clairambault 796, f° 289 ; Gauthier AUBERT et (...)
  • 53 Jean Lemoine, art. cit., p. 393.
  • 54 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 574. Chaulnes a cependant écrit début août à la communauté de vil (...)
  • 55 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 574.

19La paralysie qui semble frapper le parlement, tout juste bon alors à produire du discours, n’est en effet sans doute pas le fruit d’un calcul politique visant à la suppression des taxes, calcul qui semble insensé à cette date, tant il est clair que le pouvoir royal a désormais clairement fait le choix de la répression – ce qui n’était pas le cas au début des événements. D’ailleurs, dans une lettre récemment découverte adressée à Colbert le 20 juillet, la cour ne témoigne pas vraiment de solidarité à l’égard des rebelles et de leur cause51. Surtout, selon quelques témoignages, l’attaque du 17 juillet a provoqué une véritable terreur sur la ville52, à tel point que la duchesse de Chaulnes elle-même, restée à Rennes, visiblement très inquiète, exhorte son mari à ne rien entreprendre pour l’heure, à ne pas parler de châtiment, sans quoi, souligne-t-elle, tout serait perdu53. Et de fait, Chaulnes se tait jusqu’au 24 septembre, date à laquelle il écrit enfin au parlement pour lui demander de réprimer la révolte du 17 juillet54. Il faut ici préciser que fin septembre, le duc en a quasiment fini avec les Bonnets rouges et commence en conséquence à préparer son entrée et celle des milliers d’hommes dont il dispose désormais dans Rennes, une entrée qu’il pressent très certainement comme étant à haut risque et qu’il ne doit pas rater. Dès le 23 septembre, le parlement a d’ailleurs demandé à tous les pauvres étrangers à la ville de la quitter ; puis le 8 octobre, la cour prend un arrêt visant à punir ceux qui déménagent leurs meubles pour éviter d’avoir à accueillir la soldatesque55. Ainsi le jour fatidique, le duc prit le contrôle de la ville d’autant plus facilement sans doute que le parlement avait, avec les autres autorités locales, ramené la ville si ce n’est à l’obéissance, du moins au calme, préalable nécessaire au déploiement de la spectaculaire justice punitive.

Parlement et rétablissement de l’ordre : questions de méthode

  • 56 François Loirette, art. cit. ; J. Barraud, art. cit.
  • 57 Jean Lemoine, art. cit., p. 204-211.

20Au fond, ce qui explique l’inaction du parlement en juillet-août 1675, c’est que celui-ci ne peut guère s’appuyer que sur une milice bourgeoise dont l’esprit d’indépendance a encore été manifeste en juin. En effet, à la différence de Bordeaux et de Nantes, Rennes est une ville sans garnison et, ce qui va avec, sans château ni citadelle. À Bordeaux, en août, c’est bien la présence de troupes plus nombreuses qui permet de faire la différence par rapport à mars, et de mener une répression efficace56. Il en va de même à Nantes, où des troupes de passage sont venues renforcer la garnison du château, leur présence permettant sans doute d’exécuter plus sereinement l’un des prisonniers57.

  • 58 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 559.
  • 59 Ibid., 171, f° 321.
  • 60 Jean Lemoine, art. cit., p. 354.

21Il faut cependant relever que, dans tous les cas, les choses ne sont pas simples. Comme le note en juin Lavardin, « c’est un crime bien public que la sédition, et avec une infinité de témoins, on a de la peine à trouver des preuves convaincantes58 », le même ayant d’ailleurs raconté à Colbert en mai les difficultés que connut Chaulnes lui-même à faire arrêter les Nantais les plus coupables, quatre sur cinq lui échappant59. Le cinquième d’ailleurs, fut bel et bien exécuté, mais un observateur nota qu’on avait bien fait de s’en prendre à ce Bas-Breton, car « si l’on eust entrepris d’arrester des gars de la ville pour les mettre à mort, [les habitants] auroient plustost esté tous pendus que de le souffrir60 ». À Bordeaux, deux des trois exécutés étaient des Limousins. Exécuter des indigènes est en effet beaucoup plus risqué, en raison des solidarités dont ils disposent, on l’a vu à Rennes en juillet 1662 et en juin 1675, et en conséquence, s’en prendre à des étrangers à la ville augmente les chances de faire la preuve par le supplice de la gravité qu’il y a à s’attaquer à l’autorité et de la grandeur de celle-ci.

  • 61 Autre exemple, célèbre celui-là, d’intervention épiscopale, celle du futur cardinal de Retz lors d (...)
  • 62 C’est d’ailleurs peut-être dans des circonstances analogues que l’évêque de Rennes fut pris à part (...)

22De fil en aiguille se dessinent les modalités de la mise en œuvre concrète du rétablissement de l’ordre. Tout d’abord, les autorités s’emploient à calmer les émeutiers, à les apaiser par la parole. C’est ce que font – ou tentent de faire – les parlementaires à Bordeaux en mars, à Rennes en avril, et c’est aussi ce qu’essaie l’évêque de Nantes également en avril61. L’opération n’est pas sans risque : à Bordeaux, le conseiller de Tarneau y laisse la vie et à Rennes, ses confrères fuient sous les pierres, tandis qu’à Nantes, le prélat est fait prisonnier par les émeutiers62. Calmer le jeu est en fait d’autant plus nécessaire que les représentants de l’autorité sont le plus souvent physiquement en situation de faiblesse face à la foule, ceci conduisant à souligner un autre point essentiel, que révèle une lettre du procureur du roi au présidial de Nantes, écrite en mai 1675. Cherchant à parer les accusations, le magistrat écrit au procureur général Huchet, et lui rappelle la méthode à suivre :

  • 63 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bc 205.

« Monsieur le premier président [d’Argouges] et vous nous aves fait connoistre que dans l’estat où estoient les choses, les veritables serviteurs du roy devoient dissimuler jusqu’à ce qu’ils fussent les plus forts […]. Les tentatives que nous eussions faictes pour informer eussent esté inutiles et eussent commis nostre vie et nos biens63. »

  • 64 Jean Lemoine, art. cit., p. 247.
  • 65 Voir sa lettre du 21 juillet à Colbert (Bibl. nat. France, Clairambault, 796, f° 289) : « Nous som (...)
  • 66 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bg 388.

23Mieux, Chaulnes lui-même avoue appliquer cette méthode en juin 1675 à Rennes : « Il convient de fermer les yeux à beaucoup de choses dans les conjonctures présentes, écrit-il à Colbert, et de rassurer les esprits jusques au temps d’une juste et forte punition64. » En l’absence de troupes, c’est bien cette politique qu’a suivie – avec succès – en juillet le premier président, personnage prudent s’il en est, et sans doute d’autant plus enclin à faire profil bas face à un peuple qui peut à tout instant s’émouvoir de nouveau, que la présence de la duchesse de Chaulnes dans cette ville démilitarisée rendait encore plus impérieux d’éviter tout embrasement65. Se dégage alors ce qui est récurrent dans les documents du temps relatifs au maintien de l’ordre : il ne faut jamais rien entreprendre sans être sûr de l’emporter. Le roi lui-même l’a rappelé en 1662 au parlement de Bretagne dans une affaire de faux-monnayage qui impliquait d’aller arrêter un châtelain des environs de Fougères, indiquant qu’il fallait bien prendre soin d’être assez nombreux et bien armés afin que « la force demeure à la justice66 ». Rien, au fond, n’est pire que de voir les forces de l’ordre mordre la poussière.

*

  • 67 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 644. Arthur de La Borderie, op. cit., p. 82.
  • 68 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 644. Arthur de La Borderie, op. cit., p. 82.
  • 69 John Hurt, art. cit., p. 127.

24En attendant de revenir ultérieurement plus longuement sur les événements de 1675, contentons-nous de relever quelques enseignements. Le premier sans doute est que la cour est moins unie qu’on ne le décrit souvent, mais il faut reconnaître que l’on est guère renseigné que sur ses chefs. D’un côté, il y a le procureur général, pressé d’en découdre, ou à tout le moins de sévir, mais n’est-il pas ce faisant dans son strict rôle ? Reste que Chaulnes reconnaîtra que Huchet avait été pour lui un allié précieux67. Dans la liste de ses soutiens locaux ne figure pas le premier président d’Argouges. Pour autant, voir celui-ci comme un vaillant défenseur des libertés bretonnes68 relève de l’illusion d’optique : d’Argouges est tout autant que Huchet soucieux de servir le roi, mais il agit avec une prudence qui prêta le flan aux critiques et ouvrit la porte aux dénonciations, permettant à Chaulnes de se dédouaner. D’Argouges, et le parlement avec lui, devait, comme le souligne à l’envie la littérature judiciaire du temps, faire respecter tout autant l’autorité du roi que la tranquillité publique, et tenir les deux bouts était un art d’autant plus difficile que les deux exigences n’étaient pas forcément synonymes. Autour du premier président et du procureur général, une nuée d’individus dont les opinions nous échappent tout autant que les actions, a pu jouer un rôle individuel dans tel ou tel sens, mais cela n’engagea en rien l’institution. Celle-ci poursuivit bien l’objectif de maintenir l’ordre, pour le roi, mais aussi pour eux, et si elle lâcha effectivement Chaulnes en juin, ce fut probablement davantage car celui-ci avait dénié son rôle que pour lutter contre des édits que la cour avait d’ailleurs enregistrés sans difficulté69. L’idée, si souvent décrite dans les émeutes antifiscales du XVIIe siècle, d’une passivité approbative de la part des autorités locales en général et du parlement en particulier nous semble donc, au moins dans le cas présent, pour le moins douteuse.

  • 70 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 847.
  • 71 Tel qu’il apparaît également à Paris lors de la journée du 27 août 1648, quand les « bourgeois » b (...)

25Le parlement apparaît pour finir dans « sa » ville un peu comme le roi en son royaume. Il est capable de frapper plus ou moins fort, il le montre en 1662 et même en avril-mai 1675, mais il lui faut pour cela des circonstances favorables, et, en sus, disposer de relais, de courroies de transmission, qui, qu’elles se nomment présidial, corps de ville ou milice, peuvent témoigner d’une indépendance plus ou moins grande. L’avocat général a beau proclamer en 1662 qu’il « n’est rien que les peuples doivent regarder avec tant de révérence que la dignité des parlements auxquels a été confié le principal soing de leur repos et de leur bonheur70 », sans ces relais, sans la capacité à les faire jouer dans son sens, le parlement est un roi nu71 et seule, en cas d’orage, l’arrivée massive de l’armée du grand roi peut sembler en mesure d’assurer tout à la fois la tranquillité publique et l’autorité de l’État.

Notes

1 Léon Mahoudeau, Les troubles de Bretagne et l’exil du parlement à Vannes (1675-1690), Rennes, 1897.

2 Bathélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, t. V, Rennes, Plihon et Hommay, 1913, p. 526.

3 Arthur de La Borderie, « La révolte du papier timbré advenue en Bretagne en 1675 », Les Bonnets rouges, Paris, UGE, 1975, p. 81.

4 Yvon Garlan et Claude Nières, Les révoltes bretonnes de 1675, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 199.

5 James B. Collins, La Bretagne dans l’État royal. Classes sociales, États provinciaux et ordre public de l’Édit d’Union à la révolte des Bonnets rouges, Rennes, PUR, 2006, p. 287.

6 John Hurt, « La politique du parlement de Bretagne (1661-1675) », Annales de Bretagne, 1974, t. 81, p. 128-129 ; Léon Bernard, « French society and popular uprisings under Louis XIV », French historical studies, 1964, no 4, p. 469-471.

7 Sur les événements de 1662 : papiers du parlement : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 218-219, 1 Bb 671-674, 1 Bf 847, 1 Bg 202 et 450, à compléter par Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 108, f° 290, 505 et 109 bis, f° 833 ; papiers de la municipalité : Arch. mun. Rennes, BB 548 et FF 267 ; voir également les témoignages de deux notaires : René Duchemin (Bruno Isbled, Moi, Claude Bordeaux… Journal d’un bourgeois de Rennes au XVIIe siècle, Rennes, Apogée, 1992, p. 149-151) et François Toudoux (Bibl. Rennes, ms. 338). Une analyse de la crise dans Alain Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Maloine, 1981, p. 410-411, reprise en partie par le même dans Le Parlement de Bretagne, histoire et symbole, Rennes, Apogée/Armen/Le Chasse Marée/PUR/Terre de Brume, 1994, p. 97-100.

8 « Si il y a davantage de maltouste souz pretexte de charite et aumosne lon choquera » peut-on par exemple lire. Précisons que, dans le cas de l’évêque, il était le fils de l’ex-surintendant des finances de la Vieuville et que le premier président avait quant à lui pour père un trésorier de la reine qui avait été actif dans les finances provinciales, ce qui pouvait les rendre suspect. Le premier président expliqua ainsi à Colbert ce qu’on lui reprochait : « Le bruit… avoit couru que cestoit moy et pour mon compte que j’envoyois les bleds a Paris. »

9 Arch. mun. Rennes, BB 549.

10 Ibid.

11 Du moins à s’en tenir à la lecture des registres des délibérations de la ville. Les modalités de ce relatif retour au calme restent en l’état peu claires.

12 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171, f° 169.

13 Ibid., f° 208.

14 François Loirette, « La sédition bordelaise de 1675, dernière grande révolte urbaine de l’Ancien Régime », Actes du 102e Congrès national des Sociétés savantes, Paris, 1978, t. II, p. 237-260.

15 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171, f° 207.

16 Bibl. nat. France, Clairambault 796, f° 39 et 59 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.

17 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.

18 François Loirette, art. cit.

19 D’après le témoignage du fils de l’alloué, Cormier de la Courneuve (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 1637).

20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.

21 Ibid. et 1 Bf 806.

22 Bibl. nat. France, Clairambaut 796, f° 59.

23 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.

24 Ibid., 1 Bf 806.

25 Ibid., 1 Bf 849.

26 Ibid., 1 Bb 573.

27 Jean Lemoine, « La révolte dite du papier timbré ou des bonnets rouges », Annales de Bretagne, 1898, p. 216. Il s’agit pour l’essentiel d’une publication de sources.

28 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis.

29 Ibid., f° 458, lettre du 12 juin.

30 Ibid., f° 534, lettre du 15 juin.

31 Christian Jouhaud, dans André BURGUIÈRE et Jacques Revel (dir.), Histoire de la France. Les conflits, Paris, Seuil, 2000, p. 79-86.

32 Jean Lemoine, art. cit., p. 217.

33 Ibid., p. 353. Ces détails fâcheux sont rapportés par le commissaire des guerres de Jonville, dans une lettre adressée à Louvois le 29 juin.

34 Ibid., p. 355.

35 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 458 et 565.

36 Ibid., f° 168 et 171 bis, f° 458.

37 Ce qui est explicitement indiqué dans l’ordre du roi du 8 mai précédent relatif au déplacement des troupes vers la Bretagne (Jean Lemoine, art. cit., p. 212).

38 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 458.

39 Bruno Isbled, op. cit., p. 172.

40 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 435.

41 John Hurt, art. cit., p. 117-118.

42 Et non, sous la plume de Chaulnes à cette date, la haine des édits fiscaux : cette explication par les édits viendra plus tard, pour les besoins de l’auto-justification (Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 435).

43 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 458.

44 Ibid., f° 515.

45 Gauthier Aubert et Marie-Laure Flahaut, « Rennes de la révolte du Papier timbré à la veille de la Révolution à travers deux chroniques inédites », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, t. CXIII, 2009, p. 144.

46 Georges-Bernard Depping, Correspondance administrative sous le règne de Louis XIV, t. III, Paris, Imprimerie nationale, 1852, p. 260.

47 Jean Lemoine, art. cit., p. 373.

48 Voir les témoignages du gouverneur de Coëtlogon : Bibl. nat. France, Clairambault 796, f° 269 et 279.

49 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 573.

50 J. Barraud, « La gabelle à Bordeaux. La révolte de 1675 », Revue philomathique de Bordeaux, 1907, p. 281-282.

51 Bibl. nat. France, Clairambault 796, f° 279.

52 Jean Lemoine, art. cit., p. 393 ; Bibl. nat. France, Clairambault 796, f° 289 ; Gauthier AUBERT et Marie-Laure Flahaut, art. cit., p. 126.

53 Jean Lemoine, art. cit., p. 393.

54 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 574. Chaulnes a cependant écrit début août à la communauté de ville pour la rassurer sur ses intentions (Arch. mun. Rennes, BB 561, f° 49-51).

55 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 574.

56 François Loirette, art. cit. ; J. Barraud, art. cit.

57 Jean Lemoine, art. cit., p. 204-211.

58 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 559.

59 Ibid., 171, f° 321.

60 Jean Lemoine, art. cit., p. 354.

61 Autre exemple, célèbre celui-là, d’intervention épiscopale, celle du futur cardinal de Retz lors de la Fronde, qui donne une vision crédible, quoique complaisante, de son intervention épique du 26 août 1648 dans les rues de Paris : « Je me jetai dans la foule pour essayer de les séparer, et je crus que les uns et les autres porteroient au moins quelque respect à mon habit et à ma dignité. […] Je trouvai cette fourmilière de fripiers tous en armes. Je les flattai, je les caressai, je les injuriai, je les menaçai, enfin je les persuadai. Ils quittèrent les armes, ce qui fut le salut de Paris » (cardinal de Retz, Mémoires, pamphlets, Paris, Mercure de France, 1909, p. 68-69). Voir également l’intervention Mgr Poncet, évêque d’Angers, lors des émeutes frumentaires de 1709 (René Lehoreau, Cérémonial de l’église d’Angers, 1692-1721, édité par François Lebrun, Paris, Klincsieck, 1967, p. 191).

62 C’est d’ailleurs peut-être dans des circonstances analogues que l’évêque de Rennes fut pris à partie en juillet 1662.

63 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bc 205.

64 Jean Lemoine, art. cit., p. 247.

65 Voir sa lettre du 21 juillet à Colbert (Bibl. nat. France, Clairambault, 796, f° 289) : « Nous sommes ici à présent sans force ni crédit ni autorité et le peuple est très ému de tout aussi bien du gouverneur que de nous. […] Moins que de grandes forces, les remèdes doux seront les plus fructueux qui donneront le temps de calmer les esprits et au roy l’occasion favorable pour ce qu’il croira estre bon pour l’execution de ses volontez. »

66 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bg 388.

67 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 644. Arthur de La Borderie, op. cit., p. 82.

68 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 171 bis, f° 644. Arthur de La Borderie, op. cit., p. 82.

69 John Hurt, art. cit., p. 127.

70 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 847.

71 Tel qu’il apparaît également à Paris lors de la journée du 27 août 1648, quand les « bourgeois » bloquent le cortège des magistrats, et obligent ces derniers à retourner au Palais-Royal (Orest Ranum, La Fronde, Paris, Seuil, 1995, p. 185).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540