Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Parlements de Louis XIV

 | 
Gauthier Aubert
, 
Olivier Chaline

Deuxième partie. Dépendance et coopération ?

Un exil intérieur : le parlement de Bretagne à Vannes, 1675-1690

Philippe Jarnoux

Texte intégral

  • 1 Le terme « exil » est passé dans l’usage mais il est juridiquement impropre : il y a transfert de (...)
  • 2 Sigismond Ropartz, « Exil du parlement de Bretagne à Vannes, 1675-1690 », Bulletin archéologique d (...)
  • 3 Charles-André Cardot, Le parlement de la Ligue en Bretagne, 1590-1598, thèse droit, Rennes, 1964, (...)

1L’historiographie ne fait pas la part belle au long épisode du transfert du parlement à Vannes entre 1675 et 1690. Elle évoque évidemment cet exil1, en présente les causes immédiates (les révoltes de 1675 et la passivité du parlement), en décrit les images allégoriques réalisées alors mais n’analyse guère la réalité de ces quinze années de vie parlementaire hors de Rennes. À vrai dire, seuls quelques travaux anciens se consacrent pleinement à l’événement2. Dans l’ensemble, les historiens de la Bretagne et de son parlement se sont plutôt attachés à d’autres périodes, d’autres moments politiques3 et les années 1675-1690 constituent encore une sorte d’angle mort sur lequel il faut s’interroger.

  • 4 Henri Freville, L’intendance de Bretagne, 1689-1790, Rennes, Plihon, 1953, 3 vol. , p. 44.

2Comment expliquer cette relative lacune des connaissances ? D’abord, peut-être à l’échelle de la Bretagne comme à celle de la France, parce que les études ont privilégié les années 1661-1675, qui apparaissent comme le temps fort de la montée en puissance de l’état sous Louis XIV, celui des grandes réformes, de l’approfondissement des connaissances de l’état sur le royaume, celui du grand œuvre de Colbert. Implicitement, l’historiographie a raisonné en Bretagne comme si 1675 marquait un accomplissement après quinze années de politique monarchique destinée à réduire la province à l’obéissance et à une certaine normalisation politique ; quinze années conclues par une révolte matée par la force qui annoncerait l’impuissance politique des institutions bretonnes face à la monarchie jusqu’au début du XVIIIe siècle. L’exil est ressenti comme le symbole d’un abaissement qu’il est inutile ou inintéressant d’observer. L’affirmation la plus catégorique de cet état de fait est celle d’Henri Fréville dans son étude sur l’intendance de Bretagne : « Depuis 1675 et la répression de la révolte du papier timbré, la Bretagne vivait dans le calme le plus absolu4. »

  • 5 Pour reprendre l’expression d’Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, Ouest-Fra (...)

3Dans cette perspective, tout serait joué en 1675 et ce sont les épisodes précédents qu’il conviendrait d’observer pour qui s’intéresse à la vie politique d’Ancien Régime. D’autant plus qu’à partir de ces années la guerre occupe désormais le devant de la scène et que ses répercussions sont considérables en Bretagne (problématique de la militarisation de la Bretagne ou de la Bretagne province frontière), d’autant plus que les problèmes démographiques, économiques et sociaux de la province – la problématique de la fin de l’âge d’or5 – amènent les historiens à se détourner d’un champ du politique où il n’y aurait plus rien à dire.

4Pourtant, l’épisode est intéressant et son observation amène à réfléchir à nombre de questions qui éclairent les positionnements des individus, les fonctionnements politiques locaux et ceux de l’état monarchique.

Les conditions matérielles d’un exil

  • 6 Madame de Sevigne, Correspondance, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, (...)
  • 7 Ibid., p. 126.
  • 8 Il est en fonction depuis 1660 et le restera jusqu’à sa mort à Vannes en juillet 1680. Cf. Frédéri (...)

5La décision royale de l’exil a été prise vers la mi-septembre puisque la lettre l’annonçant est datée du 18 septembre 1675 et la rumeur en court vite en Bretagne avant même le retour à Rennes du duc de Chaulnes. Le 6 octobre, Madame de Sévigné écrit à sa fille : « On menace Rennes de transférer le parlement à Dinan, qui est la ruine entière de cette province6. » Le 13 octobre, elle dit encore : « M. de Chaulnes est à Rennes avec beaucoup de troupes. Il a mandé que si on en sortait ou si l’on faisait le moindre bruit, il ôterait pour dix ans le parlement de cette ville7. » Trois jours plus tard, le 16 octobre, Marillac, maître des requêtes et commissaire extraordinaire du roi, apporte les lettres royales que l’avocat général du Boisbaudry8 reçoit et lit à la cour, semestres assemblés.

6L’ordre du roi est catégorique, le transfert doit se faire sans délai, on interdit immédiatement toutes fonctions et tout exercice à Rennes de même que tout pourvoi de justiciables ailleurs qu’à Vannes ; les délibérations doivent cesser aussitôt après la lecture de la lettre qui sera à nouveau publiée et enregistrée dans les huit jours à Vannes. Les gens du roi sont chargés de superviser le transfert. L’avocat général en avise immédiatement les avocats puis les procureurs du parlement. Les commis doivent récupérer tous les sacs de procès distribués à des rapporteurs pour les rassembler et les envoyer à Vannes. Ordre est aussi donné au receveur des gages, Barthélemy Ferret, au médecin, à l’apothicaire et au chirurgien du parlement de se transporter immédiatement à Vannes, tout comme au concierge du palais, Arthur Cuidereau. Cinq huissiers sont désignés sur le champ pour partir dès le lendemain afin de préparer la venue du parlement et de choisir le lieu le plus commode pour les séances.

  • 9 Rapporté par Barthélemy Pocquet, op. cit., p. 527.
  • 10 À titre de comparaison, lors de l’ultime séance rennaise le 16 octobre, 8 présidents et 49 conseil (...)
  • 11 Mme de Sevigne, op. cit., p. 158. La maladie est peut-être réelle pour certains ; il s’agit sans d (...)
  • 12 Voir Caroline Le Mao, « La ville sans Messieurs. L’insoutenable absence des parlementaires bordela (...)

7Dès le 20 octobre, des chariots emportent les archives, les registres, les sacs des procès en cours, les tapisseries, quelques meubles et des prisonniers en cours de jugement. L’avocat général du Boisbaudry rapporte : « je suis parti d’ici au même moment pour donner l’exemple9 » ; la plupart des magistrats semble partir le lendemain 21 octobre. Le 29 octobre, le parlement siège pour la première fois à Vannes en présence de 4 présidents à mortier et 46 conseillers10. Le 13 novembre, madame de Sévigné écrit encore : « Tout ce pauvre parlement est malade à Vannes ; Rennes est une ville déserte11. » La translation a pris moins de 15 jours quand le roi en exigeait huit : une rapidité exemplaire beaucoup plus que celle du transfert presque simultané du parlement de Bordeaux à Condom, Marmande puis La Réole12.

  • 13 Cité in Sigismond Ropartz, art. cit., p. 188.
  • 14 Dont par ailleurs les travaux d’aménagement intérieur et de décoration se prolongent bien après 16 (...)
  • 15 En 1675, 5 présidents, 24 conseillers, le procureur général et un avocat général, soit environ le (...)

8Les premiers temps de l’installation à Vannes présentent bien des difficultés. Vannes ne dispose pas de grands bâtiments immédiatement utilisables. Le parlement siégera dans les anciens locaux du présidial au-dessus de la Cohue de la ville. On y installe la grand’chambre tandis que les archives sont déposées dans le manoir du Château Gaillard où réside le premier président et que les autres chambres vont siéger dans des maisons voisines de la Cohue. L’incommodité est évidente et l’argument sera utilisé pendant quinze ans pour réclamer le retour à Rennes. La lettre royale annonçant le rappel du parlement à Rennes le 21 novembre 1689 souligne d’ailleurs encore qu’il « n’y a pas de lieu assez décent pour y exercer la justice13 ». L’argument doit être relativisé car d’autres parlements fonctionnent alors dans des locaux bien inconfortables. Les parlementaires bretons ne sont installés que depuis 20 ans dans leur beau palais rennais14 et les plus anciens ont exercé dans des conditions bien plus précaires15.

  • 16 François de Montigny de Beauregard a été avocat général de 1654 à 1674 avant de devenir président (...)
  • 17 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 575, 30 octobre 1675.
  • 18 Ainsi le conseiller Saguier, neveu de l’évêque de Vannes.

9Le déplacement rapide impose aussi de loger les hommes : plusieurs centaines de personnes. Aux 96 magistrats, il faut ajouter les greffiers et leur personnel, quatre notaires et secrétaires, 18 huissiers, deux receveurs payeurs, tout un petit personnel de commis, 110 procureurs postulants et plusieurs dizaines d’avocats soit un total de 300 à 400 familles. Les plus favorisés sont ceux qui possèdent déjà des biens dans la ville comme le président à mortier François de Montigny16. Au lendemain de la séance inaugurale, sa maison sert de cadre à une réunion qui réunit le premier président d’Argouges, les trois présidents à mortier Le Meneust, Foucquet et de Montigny, le comte de Lannion, gouverneur de Vannes, le sénéchal et le substitut du procureur du roi au présidial pour y régler « l’accommodation du palais17 ». De fait, les premiers arrivés, ceux qui ont des parents à Vannes, peuvent sans doute être plus facilement logés18. Les présidents n’ont probablement pas de difficultés insurmontables, même s’ils ne retrouvent pas le niveau de confort qui était le leur à Rennes. Mais la réalité est beaucoup plus compliquée pour les conseillers et surtout pour les officiers et le personnel subalterne (huissiers, sergents, commis…), pour les gens du barreau, avocats et procureurs, car pour eux il est impératif de suivre le parlement : il en va de leur survie matérielle. Pour beaucoup, les auberges de la ville font un temps office de résidence. Magistrats et praticiens y côtoient les plaideurs et plaignants venus à Vannes « pour leurs affaires ».

  • 19 Sigismond Ropartz, art. cit., p. 136.
  • 20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 849, 26 février 1677.

10L’urgence encourage des arrangements. Ainsi les huissiers se sont entendus pour venir en alternance à Vannes, ce que le parlement interdit dans un arrêt du 13 avril 167619. D’autres rechignent au déplacement comme Pierre Hévin assez réputé pour continuer à donner ses consultations d’avocat à Rennes et ne pas fréquenter beaucoup Vannes. D’ailleurs, au-delà de la séance initiale du 29 octobre 1675, l’absentéisme est très fort dans les premiers mois et bien des gens conservent longtemps un logement provisoire. Le concierge du palais devait être logé par les fermiers du domaine mais à son arrivée il a été hébergé dans la maison commune de la communauté de ville ; il y est encore en novembre 1676 – un an plus tard – quand le procureur syndic de la municipalité se décide enfin à engager une procédure pour faire payer le logement ; la grand chambre rendra un arrêt autorisant le paiement en février 1677 seulement20. De tels exemples ne sont sans doute pas exceptionnels.

  • 21 François Lebrun, « L’évolution de la population de Rennes au XVIIe siècle », Annales de Bretagne e (...)
  • 22 Claude Nières (art. cit., p. 163), parle d’une population de Vannes atteignant 17 700 habitants so (...)

11L’exil du parlement se traduit par un vaste transfert démographique. François Lebrun avait montré que la ville de Rennes a perdu de 10 000 à 12 000 habitants après 1675 passant de quelque 50 000 habitants à un peu plus de 38 000, et le creux démographique se prolonge jusqu’aux dernières années du XVIIe siècle21. À l’inverse, Vannes connaît un excédent de quelques milliers d’habitants pendant le séjour des parlementaires, excédent qui ne compense pas entièrement le déficit rennais dont la totalité n’est pas due au départ de la cour22.

  • 23 La porte Saint-Vincent qui ouvre la ville sur le port a été reconstruite dans les années 1620-1630 (...)
  • 24 Cette rue est ouverte à partir de 1678 seulement. Voir Jean-Marie Le Mene, Topographie historique (...)
  • 25 Daniel Leloup, Maisons en pan de bois de Bretagne, Rennes, PUR, 2002 ; Claire Herbault, « Les mais (...)
  • 26 Michel de Galzain, Le temps qui passe à Vannes, Vannes, s. n., 1974.

12Cette pression démographique n’est pas sans conséquences à Vannes. Si on a souligné à l’envie la modestie et l’exigüité de la ville, Vannes n’est pas sans atouts pour accueillir ces nouveaux habitants. Toute la partie sud-est de la ville intra-muros est encore assez peu urbanisée. Le château royal de l’Hermine a été peu à peu démantelé à partir de 1615, les douves et les étangs ont été comblés, certains terrains ont été afféagés par la communauté de ville quelques décennies plus tôt et le quartier peut accueillir un bon nombre de constructions nouvelles, par exemple dans le cadre de la création et de l’alignement de la rue Saint-Vincent23 et de ses abords ou de l’ouverture de la rue de la porte Poterne24. Le séjour du parlement est à l’origine d’une densification du bâti urbain, il entraîne la reconstruction ou l’élargissement de nombreux immeubles existants ; il est aussi à l’origine du développement de modes de construction nouvelles. Alors que la ville est jusqu’alors très majoritairement constituée de maisons à pans de bois25, l’architecture de pierre s’y développe dans le dernier tiers du XVIIe siècle ; des hôtels particuliers s’y bâtissent et les goûts de l’extérieur y pénètrent. Il ne s’agit certes pas des premiers hôtels particuliers de la ville, les grandes familles nobles en possédaient déjà (les Rosmadec par exemple, anciens gouverneurs et évêques de la ville) mais la présence des parlementaires se traduit bel et bien par un développement de cette architecture nouvelle dont témoigne par exemple le magnifique hôtel de Limur, dont la construction s’achève vers 168626. Le séjour du parlement contribue à façonner l’image de la ville comme à entretenir une activité économique soutenue dans le domaine du bâtiment, de l’alimentation, de l’hôtellerie ou évidemment des métiers du luxe.

  • 27 On sait la puissance immobilière habituelle des chapitres dans les cœurs de villes, autour des cat (...)
  • 28 L’une d’entre elles, rénovée en 1682, abrite le Sr Nicou, secrétaire du premier président en 1683 (...)
  • 29 Arch. dép. Morbihan, 61 G 1.
  • 30 Arch. dép. Morbihan, 63 G 6.

13La majorité des parlementaires trouve à se loger dans le cœur de la vieille ville autour de la cathédrale tandis que les avocats ou procureurs se retrouvent plutôt autour des Lices ou dans la rue Saint-Vincent. Espérant rentrer à Rennes le plus tôt possible, leur intérêt n’est pas d’acheter ou de construire des logements mais d’en louer et ce sont les notables locaux, commerçants, officiers, ou ecclésiastiques comme le chapitre cathédral27 qui s’adaptent aux goûts et aux besoins d’une clientèle en mal de location. Le chapitre fait au moins reconstruire deux de ses maisons dans le cœur de la ville28 et en bâtit une nouvelle. Exemple de densification du bâti, il autorise la construction de cinq petits appentis entre les arcs boutants de la cathédrale « dans les places vagues qui étaient remplies d’ordures29 ». En 1684 l’un de ces appentis sert de logement à un menuisier mais un autre, qui sert de décharge, appartient au conseiller Auvril de la Chauvière qui vit dans la maison voisine, héritée de la famille de sa femme30.

  • 31 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 849, 24 novembre 1683.
  • 32 Arch. dép. Morbihan, 63 G 2.

14Le séjour parlementaire entraîne une brutale élévation des prix et le parlement lui-même intervient pour interdire les loyers trop élevés en 1676. Sans doute le règlement ne suffit-il pas puisqu’un nouvel arrêt est rendu en novembre 168331. Constatant le grand nombre d’instances en cours entre les gens du parlement (magistrats ou gens du barreau) et des propriétaires vannetais, il souligne que les prix des loyers sont quatre à cinq fois plus élevés qu’ils ne l’étaient avant 1675 et interdit à l’avenir des augmentations supérieures à 33 % (ou 50 % pour des meublés) par rapport aux prix de 1675. Les conflits permettent d’ailleurs de juger des accommodements trouvés par les uns et les autres. Le sieur du Trolong, procureur au parlement, a passé avec le chapitre cathédral en 1680 un bail de 6 ans et 550 livres pour une maison, rue des Chanoines. Trouvant le prix trop élevé, il cherche à profiter de l’arrêt de novembre 1683 et obtient du sénéchal de Vannes une fixation du loyer à 400 livres. Le chapitre proteste et engage une procédure : on y apprend que la maison a coûté 8 000 livres à la construction mais surtout que « le sieur du Trolong y loge avec sa femme, deux ou trois clercs, un précepteur, un pensionnaire, 12 ou 15 enfants, le tout très au large ». De plus, il loue le bas de la maison au sieur Millière pour 210 livres et un étage du haut au sieur du domaine pour 110 livres. En conséquence, le présidial reporte le loyer à 500 livres. Il est vrai qu’en 1698, pour la même maison, le loyer sera tombé à 135 livres32.

  • 33 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 849, 3 janvier 1690.

15Le parlement s’occupe attentivement de ces questions relatives au logement et intervient à nouveau de façon radicale en 1689, lors de son retour à Rennes. La nouvelle du retour du parlement a entraîné en effet une vague d’expulsions dans la ville mais certains locataires refusent de partir avant la fin de leur bail. Le parlement fait casser et révoque tous les baux rennais établis à prix bas et permet aux propriétaires et à leurs nouveaux fermiers de jouir de leurs biens à partir du 1er janvier 1690. Manière expéditive d’ouvrir le marché locatif aux nouveaux venus. À Vannes, au contraire, ce sont les propriétaires qui protestent contre le déguerpissement de leurs locataires et réclament l’accomplissement des baux jusqu’à leurs termes. Là encore, le parlement casse les baux, mais cette fois au profit des locataires affirmant que « les locataires ne pourront être obligés de payer plus que pour le temps où ils auront été logés33 ». L’autorité parlementaire est parfois bien commode pour ménager le quotidien de ses membres.

  • 34 On note ainsi par exemple et parmi d’autres le passage du duc de Mazarin, gouverneur d’Alsace en 1 (...)

16La présence du parlement permet à Vannes d’éviter entre 1675 et 1680 les séjours de soldats qui ne font que traverser la ville mais elle explique en partie la plus grande présence d’une population de passage, plaideurs et plaignants venant de toute la province, responsables politiques de toute sorte, gouverneur et lieutenants généraux, maîtres des requêtes et commissaires extraordinaires du roi, nobles de cour passant par la Bretagne, évêques venant chercher des lettres patentes ou encore artisans hautement qualifiés, imprimeurs ou libraires34. Peut-être justifie-t-elle aussi le passage en 1679 d’une troupe de comédiens royaux ?

17Le parlement, par son rôle de police, révèle encore les nouveaux problèmes d’ordre public générés par cette présence nouvelle. Deux exemples d’arrêts de règlement : le 17 décembre 1685, le parlement s’inquiète des désordres causés par les laquais et autres personnes de livrée en état d’ébriété. Le 6 août 1688, il rend un arrêt contre le développement de la prostitution. Il ne faudrait pas, évidemment, tenir les parlementaires pour seuls responsables de ces innovations et changements sociaux mais il est indiscutable que la présence de plusieurs milliers de nouveaux habitants entraîne des modifications réelles dans cette ville moyenne.

  • 35 Gauthier Aubert, « Lieux de mort, lieux de vie ? Essai sur l’espace vécu des parlementaires rennai (...)

18Si l’on doit tenter un bilan de l’impact de présence du parlement dans la ville, il faut distinguer plusieurs étapes. Les situations et les adaptations initiales sont sans doute difficiles, mais à partir des années 1678-1680, la situation commence à se normaliser. Tous les parlementaires ne se sont pas installés dans la ville mais la majorité d’entre eux y réside, au moins ponctuellement pendant leur semestre. Cela ne les empêche pas de conserver leurs habitudes ou leurs logements rennais : les épouses ou les enfants par exemple ne se déplacent pas systématiquement et nombre d’enfants de parlementaires continuent de naître à Rennes. Gauthier Aubert a montré que le temps de l’exil était aussi celui où les parlementaires mourraient majoritairement à Vannes mais, malgré cela certains meurent encore à Rennes35. De fait, tous les magistrats ne se sont pas entièrement établis à Vannes. S’ils ont, dans l’ensemble, continué à exercer leurs charges, l’absentéisme est un plus fort à Vannes qu’il ne l’était à Rennes. Cependant, l’exercice de la charge ne signifie pas toujours une translation complète de la famille et un abandon des lieux de vie antérieurs. Rennes reste un point d’ancrage important pour les magistrats comme en témoignent les traités d’offices qui restent majoritairement passés devant les notaires rennais.

19Quoi qu’il en soit, dans les années 1680, sans être idéal ou confortable, le séjour du parlement à Vannes tend à devenir habituel, banalisé et des accommodements se mettent en place progressivement, des habitudes se prennent.

Les gens du parlement

20L’exil se traduit-il par des modifications de l’activité du Parlement, du comportement ou de la sociologie de ses membres ?

L’activité du parlement

21Il est assez difficile de mesurer l’impact du transfert sur les activités judiciaires du parlement. La masse des archives conservées aujourd’hui est un peu plus faible pour les années 1675-1690 que pour les années 1660-1675 mais c’est, en soi, un instrument de mesure fort imprécis de l’activité judiciaire. On doit souligner toutefois que le parlement s’efforce de maintenir les formes et les apparences d’un fonctionnement identique. La plupart des registres qui nous sont parvenus sont continués, prolongés sans la moindre modification et sans césure chronologique. Nulle part, l’exil n’est évoqué. L’argument plaide en faveur d’une stabilité dans la forme.

  • 36 John Hurt, « Les offices au parlement de Bretagne sous le règne de Louis XIV. Aspects financiers » (...)

22On dispose d’un certain nombre d’outils pour aboutir à une réelle mesure de l’activité parlementaire dans ces temps de l’exil. John Hurt a tenté cette mesure, il y a plus de trente ans, en observant les montants des épices des magistrats36. À partir des registres d’épices et des inventaires des arrêts, il a pu établir deux séries de données assez concordantes.

  • 37 Ibid., p. 19.

23D’une part, le nombre total des arrêts de la grand chambre passe d’une moyenne annuelle supérieure à 1500 dans les années 1660 (1855 pour 1664-1666) à des valeurs proches du millier entre 1674 et 1686 (956 en 1674-1676 ; 1067 en 1684-1686) avant de descendre beaucoup plus bas encore à la fin du règne de Louis XIV (580 en 1704-1606)37. D’autre part, le montant des épices et vacations distribuées aux magistrats connaît une évolution similaire, passant de près de 50 000 livres annuelles au début des années 1670 à quelque 20 000 livres au début des années 1690. Les deux données sont évidemment étroitement corrélées puisque les épices sont prélevées sur les plaideurs et elles montrent un repli progressif de l’activité des juges. Ponctuées parfois par des creux très marqués, à l’exemple du semestre de l’automne 1675 – celui de l’exil précisément – ou encore du second semestre 1677, les courbes connaissent un infléchissement modéré entre 1675 et le début des années 1680, puis une chute beaucoup plus sensible et rapide à partir de 1683-1684.

  • 38 Sur ces arrêts qui participent des arrêts de règlement, voir Philippe Payen, Les arrêts de règleme (...)
  • 39 Les données utilisées ici sont celles de Hervé Tigier, La Bretagne de bon aloi. Répertoire des arr (...)

24L’observation des arrêts sur remontrances va dans le même sens38. Entre 1554 et 1789, le parlement de Bretagne a pris quelque 6 000 arrêts de ce type mais l’observation chronologique est là encore significative39. Prises dans leur ensemble, les trente dernières années du XVIIe siècle apparaissent comme un temps de faible activité réglementaire dans l’histoire du parlement. La décennie 1670 et celle de 1690 sont celles ou le parlement prend le plus faible nombre d’arrêts sur remontrances depuis la fin du XVIe siècle. 9 arrêts seulement par exemple en 1676 ou en 1677 alors qu’il y en avait 51 en 1667.

25Cette chronologie ne se superpose pas exactement à celle de l’ensemble des arrêts ou des montants d’épices étudiés par John Hurt mais leur concordance est néanmoins significative. La chute de l’activité ne correspond pourtant pas avec l’exil vannetais. Le repli commence dans les années 1670 et se prolonge et s’accentue au-delà de l’exil en ce qui concerne la baisse du montant des épices. L’exil ne peut suffire à expliquer ce mouvement.

Arrêts sur remontrances du parlement (1554-1779).

  • 40 Par exemple, la lettre autorisant le retour du parlement à Rennes en 1689.

26Le séjour vannetais n’est pas responsable d’une léthargie du parlement et le retour à Rennes ne se traduit pas par un regain soudain d’activité. L’exil semble n’être ici qu’un épiphénomène sans validité pour expliquer dans leur ensemble les mouvements généraux. Plus précisément encore, on constate que les premières années du séjour vannetais (1676-1677) sont difficiles en terme d’activité générale mais ensuite la cour reprend ses activités et les maintient relativement jusqu’au milieu des années 1680. En dehors des deux premières années, il ne semble pas qu’on puisse établir le moindre lien de causalité entre l’exil vannetais et la baisse d’activité du parlement. John Hurt a proposé deux éléments d’explication de cette baisse : les difficultés économiques qui, à partir des années 1670, inciteraient à des modifications de comportement des justiciables vis-à-vis d’une justice qui coûte cher, puis l’intervention des intendants qui, à partir de 1689, récupéreraient de fait une partie des attributions du parlement en termes de contentieux avec les paroisses, les corps de ville, etc. On n’entrera pas ici dans la discussion de cet argumentaire mais on soulignera simplement qu’il n’envisage le poids de l’exil vannetais dans cette évolution que comme un éventuel élément aggravant. Quelques documents de l’époque mettent en avant l’isolement et l’éloignement de Vannes40 qui dissuaderait les plaideurs mais l’argument ne paraît guère fondé : Vannes est, de fait, plus facilement accessible d’une grande partie de la province que ne l’est Rennes.

27Au-delà de la constatation de cette baisse d’activité, on peut déceler quelques modifications de détail. L’étude des arrêts sur remontrances aide à percevoir l’audience, l’influence et les centres d’intérêts de la cour au sein de la province. Traditionnellement, le parlement jouait un rôle de police dans l’ensemble de la province mais en particulier il exerçait un rôle fondamental de réglementation à l’intérieur de la ville de Rennes. Parmi les 6 000 arrêts de règlement du parlement près de 700 actes concernent directement la ville de Rennes (soit 11,5 %) ; c’est dire qu’il ne se passe presque pas d’année sans que le parlement intervienne à quatre ou cinq reprises pour affirmer des règlements de police locale. Le poids de la cour souveraine dans le quotidien de la ville qui l’accueille est considérable ; c’est un des éléments du lien étroit qui unit la ville et son parlement. Or l’exil rompt manifestement ce lien. Aucun arrêt ne concerne la communauté de ville de Rennes entre 1663 et 1689 ; aucun ne concerne la salubrité publique entre 1671 et 1696. Pendant les quinze années d’absence, le parlement ne réglemente plus que très occasionnellement la police rennaise : 12 actes sur 300 soit 4 % du total des arrêts. Rennes est ramenée à une place très modeste.

  • 41 C’est ce qu’a constaté Claude Nières (art. cit.) en observant les registres de délibérations munic (...)

28Vannes ne prend pas la place libérée par Rennes : certes le parlement se préoccupe de l’ordre public dans sa nouvelle résidence mais il ne s’ingère pas dans la vie municipale, les questions de salubrité ou d’approvisionnement et reste à l’écart ou peu concerné par les aménagements locaux. Si les liens avec le présidial de Vannes sont évidemment très resserrés, ceux du parlement avec la municipalité paraissent assez lâches41. C’est peut-être là aussi une figure de l’exil, de l’exilé qui ne pense qu’au retour et garde ses distances avec un séjour qu’il souhaite évidemment provisoire. En ce sens, Vannes ne se substitue pas à Rennes, elle reste perçue comme un abri temporaire. Certains actes le disent d’ailleurs clairement quand ils évoquent le parlement « séant à Vannes ». Une telle formulation ne se présente évidemment jamais dans son siège habituel rennais.

Les hommes

29Derrière cette baisse d’activité, derrière ces modifications ou ces inflexions, qui sont les parlementaires qui siègent à Vannes ?

  • 42 Président à mortier de 1680 à 1703 (Frédéric Saulnier, op. cit., t. I, p. 230-231).
  • 43 Noble d’ancienne extraction, Jean-Sébastien de Kerguz était aussi fils d’un sénéchal de Gourin ; i (...)
  • 44 Pierre-François Le Serazin est conseiller de 1681 à 1710 (ibid., t. 2, p. 805).
  • 45 Anoblis seulement au XVIIe siècle, issus du commerce et du présidial de Vannes, deux générations d (...)

30L’exil ne bouleverse pas le portrait de groupe. Entre 1676 et 1689, le parlement accueille 56 nouveaux conseillers et 5 présidents. Parmi eux, on ne trouve que 20 nouvelles familles, dont quatre sont déjà liées à d’autres familles parlementaires et six autres participent déjà du monde des offices (chancellerie, parlement de Metz, chambre des comptes, présidiaux et sénéchaussées) et correspondent au milieu de recrutement habituel des parlementaires. C’est dire que les deux tiers des nouveaux magistrats participent d’un renouvellement endogène, et que 15 % des nouveaux venus ont déjà l’expérience du milieu de la robe ou d’autre cours souveraines. Restent une dizaine d’individus que le milieu d’origine ou les réseaux familiaux ne prédisposaient peut-être pas à une charge parlementaire. On peut évoquer Pierre Chertemps de Seuil, parent de Colbert, reçu président à mortier en août 168042, mais qui est surtout intendant de marine à Brest jusqu’en 1684 et qui ne sera guère présent à Vannes ou quelques nobles cornouaillais ou vannetais d’origine ancienne comme les Kerguz43 ou Le Serazin44 ou plus récentes comme les Le Meilleur45.

  • 46 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 577, 8 et 9 janvier 1677. Le parlement débat de cette question pe (...)
  • 47 Sur les La Bourdonnaye au parlement, voir ibid., t. 1, p. 131-140. Pour les intendants, voir Annet (...)
  • 48 Les Huchet sont arrivés au parlement dès 1576. Pour notre période André Huchet est procureur génér (...)

31Parallèlement, il n’y a aucun mouvement notable de repli ou de départ d’anciennes familles. Bien au contraire, ces années sont celles de l’affirmation définitive de l’exclusivité nobiliaire du recrutement parlementaire (lors des séances des 8 et 9 janvier 1677 entre autres)46, du renforcement de la présence de dynasties parlementaires importantes comme les La Bourdonnaye ou les Huchet. Louis de la Bourdonnaye de Couëtion est conseiller depuis 1650, son fils, Yves, entre au parlement en 1677 ; un autre fils en 1686 ; un cousin, François de la Bourdonnaye de Liré, en 1687, et un neveu y entrera en 1699 ; les trois derniers deviendront présidents, tandis que le premier est devenu maître des requêtes puis intendant en 168947. La présence des Marbœuf, un peu plus ancienne, se renforcera surtout dans les dernières décennies du règne de Louis XIV tandis que les Huchet de la Bédoyère restent titulaires de l’office de procureur général de 1631 jusqu’à 1745 et s’établissent effectivement à Vannes pendant le séjour parlementaire48. Les six offices créés en 1689-90 lors du retour du parlement à Rennes sont aussi presque tous acquis par des familles déjà présentes (2 familles nouvelles, Desnos et Loz, mais qui étaient déjà liées aux parlementaires).

32De ce point de vue, l’exil n’a guère d’impact sur les origines, les âges, les milieux sociaux des parlementaires ou la durée de leurs fonctions. C’est la continuité qui domine et non pas une hypothétique rupture.

33Ceci dit, il faut aussi observer les liens que ces parlementaires peuvent entretenir avec les élites locales vannetaises, élites urbaines, noblesse ou officiers de la région.

  • 49 Les Trévégat sont présents sans interruption pendant trois générations de 1657 à 1735. Le premier (...)
  • 50 Les Larlan sont présent depuis 1617 et possèdent le comté de Rochefort-en-Terre. Apparentés aux Ta (...)
  • 51 Deux membres de la branche de Keravéon sont conseillers de 1613 à 1677 tandis que Germain de Talho (...)
  • 52 Ils comptent six conseillers entre 1625 et 1789.
  • 53 Arrivés au parlement en 1617, les Larlan deviennent président aux Enquêtes en 1655 puis présidents (...)
  • 54 Sur les Robien, voir Gauthier Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretag (...)

34Plusieurs cas de figure se présentent. Un certain nombre de familles parlementaires avaient déjà des liens avec la région, en étaient originaires, y avaient des alliés ou des possessions. On a déjà évoqué le président de Montigny mais on peut aussi souligner la présence au parlement des Trévégat, propriétaires de la seigneurie de Limoges aux portes de la ville49, des Larlan de Kercadio à Rochefort en Terre50, des Talhouët51, des Lantivy52, des Langle, d’origine nantaise mais très présents dans le pays vannetais au XVIIe siècle53 ou même d’André de Robien de Kerambourg, marié depuis 1667 à la fille d’un ancien sénéchal d’Auray et propriétaire de la seigneurie voisine de Kerambourg depuis 164454. Ce petit noyau de familles fut sans doute important pour faciliter les installations initiales de leurs collègues et la construction de réseaux relationnels locaux. Assez curieusement, toutefois, il ne s’agit pas toujours ensuite des individus les plus présents à Vannes.

  • 55 À Cléguérec, Crach, Hennebont et Plumergat. Les autres ont lieu à Nantes (6) Rennes (5), Saint-Mal (...)

35Certains parlementaires profitent du séjour vannetais pour développer leur implantation locale ou s’y marier comme Maurice Auvril en 1677 ou Jean-Baptiste de Boisyvon en 1684. Sur 37 mariages de parlementaires signalés par Frédéric Saulnier pendant les années de l’exil, 9 ont lieu à Vannes et quatre autres dans le pays vannetais55. Plus largement, de nombreux parlementaires nouent des liens avec la noblesse vannetaise qui se traduisent par la présence aux mariages et surtout par de fréquents parrainages d’enfants. C’est vrai en particulier à partir de 1678, pour Marie de Maupeou, l’épouse du premier président Pontchartrain, pour laquelle il s’agit d’une stratégie délibérée de constitution de clientèle. De fait, les élites nobiliaires locales profitent de cette proximité parlementaire. Même si cela se traduit peu par des entrées au parlement, cela resserre des liens familiaux, de fidélité ou au moins d’interconnaissance.

  • 56 Il est signalé en tant que tel dans les registres secrets dès le 6 février 1676 (Arch. dép. Ille-e (...)
  • 57 Arch. dép. Morbihan, registres BMS, Saint-Pierre de Vannes, 10 juin 1682.
  • 58 Le 5 juillet 1676, le fils d’un procureur au parlement est parrainé par un parlementaire, Jean-Bap (...)

36Ces intérêts s’étendent aussi au milieu inférieur des officiers, financiers, avocats ou procureurs. Dès février 1676, François Le Barts est choisi comme commis du payeur des gages du parlement56. Or il s’agit du plus riche banquier et financier de Vannes. Quelque temps plus tard en 1682, l’un de ses fils est porté sur les fonts baptismaux par l’évêque et par Marie de Maupeou. Ici, intérêts financiers, professionnels et familiaux se rejoignent aisément57. Le cas des Sesbouez est tout aussi significatif. Financiers s’étant élevés par des charges locales (la ferme des décimes), ils ne peuvent aspirer à s’allier à la noblesse parlementaire, mais dès 1676, ils marient leurs filles à des avocats venus travailler à Vannes : ce sera le cas de trois d’entre elles en quinze ans. On retrouve des liens identiques avec certaines familles du présidial (les Coué par exemple) bien que les gens du présidial soient dans une situation plus ambiguë puisque leur prééminence sociale a été directement remise en cause par la présence du parlement58.

  • 59 Arch. mun. Rennes, registres BMS, Saint-Germain, 24 août 1677.

37L’exemple des Huchet de la Bédoyère est éloquent par les hésitations qu’il manifeste mais aussi par le choix final de l’enracinement vannetais. Le fils se marie à Rennes en 167759 ; sa première fille nait à Rennes l’année suivante mais son fils voit le jour à Vannes en 1683. Le père, André Huchet est devenu veuf vers 1678 ; il se remarie à Vannes en 1682 mais sa seconde épouse meurt pourtant à Rennes quatre ans plus tard. À presque soixante ans, il se remarie encore une troisième fois à Vannes en 1687 avec Jacquette Morice du Quillio, personnage important de l’élite vannetaise, elle aussi doublement veuve, mère du conseiller Pierre Le Serazin mais aussi cousine de deux autres conseillers (de Coniac et Geffroy) ainsi que de l’ancien procureur général de la chambre des comptes et alliée des de Langle. On pourrait s’étonner de ce remariage précipité d’un procureur général âgé alors de 60 ans, s’il ne correspondait à des inclinaisons spirituelles et religieuses communes : on est ici dans les milieux dévots.

  • 60 Originaires du Maine, les Cazet sont arrivés au parlement en 1585 et ont été représentés par le gr (...)
  • 61 L’usage limite l’assistance aux cérémonies religieuses du parlement en corps aux obsèques des memb (...)
  • 62 L’apparition de membres de familles parlementaires dans le chapitre cathédral de Vannes dans les a (...)

38Les liens des gens du parlement avec le haut clergé local sont en effet massifs et fondamentaux pour comprendre les attitudes politiques. Les rapports entretenus avec l’évêque Cazet de Vautorte sont particulièrement étroits. Louis Cazet de Vautorte est lui-même fils d’un président aux enquêtes ; son frère est avocat général au grand conseil à Paris ; sa sœur, Renée, est veuve depuis 1659 du conseiller François Saguier et elle est revenue vivre à Vannes aux côtés de son frère évêque et de son fils Henry Saguier, lui aussi conseiller au parlement. Il n’est donc pas surprenant que l’évêque parraine un de ses neveux en compagnie de Marie de Maupeou en 168660. Lors du décès de la sœur du prélat en 1687, le parlement assiste en corps aux obsèques célébrés par l’évêque qui en semble particulièrement touché61. À la mort de Cazet de Vautorte, c’est le fils de l’ancien premier président, François d’Argouges, qui lui succédera. L’évêque officie presque systématiquement pour les cérémonies touchant aux familles des parlementaires. Quand il ne le peut, le chapitre en corps et au grand complet prend le relais. Et l’on note en même temps la présence régulière à Vannes partir de 1680, de Louis du Bouexic, recteur d’Elven, mais aussi grand vicaire de Rennes et proche parent de trois parlementaires62.

  • 63 Voir les textes de Jean Queniart dans Patrick Andre (dir.), Histoire de Vannes, Toulouse, Privat, (...)
  • 64 Voir l’étude très précise de Gaston Thery, Catherine de Francheville. Fondatrice à Vannes de la pr (...)

39Ces liens de parenté et de parrainage entre parlementaires et haut clergé vannetais traduisent des proximités spirituelles. Vannes est un haut lieu de ces élites de la dévotion dont a parlé Jean Quéniart63 et la ville se caractérise par le développement d’un mouvement de spiritualité intense autour de personnages qui jouent un rôle considérable à l’échelle bretonne : Catherine de Francheville, Vincent Huby ou Louis Eudo de Kerlivio64. Or, ces trois familles sont représentées alors au parlement. Un neveu de Catherine de Francheville, Daniel de Francheville, devient avocat général en 1678, puis refuse un riche mariage et entre dans les ordres pour devenir évêque de Périgueux en 1693, tandis qu’une de ses nièces épouse en 1686 le conseiller François de Trévégat. Un cousin de Vincent Huby est momentanément conseiller en 1679-1680 et la famille est alliée par ailleurs aux Bréhand et aux d’Andigné et est présente à la chancellerie par une autre branche, tandis qu’un cousin de Louis Eudo sera pourvu d’un office de conseiller en mars 1688.

40Dévotion exacerbée et liens familiaux nombreux se retrouvent encore dans la famille Le Gouvello. Originaire de la région d’Auray, cette famille est très présente dans les sénéchaussées d’Auray et d’Hennebont, au présidial de Rennes et à la chambre des comptes à Nantes et joue un rôle important dans les réseaux dévots vannetais. La famille a fourni deux conseillers au parlement : Pierre Le Gouvello de Keriolet, un autre grand mystique vannetais, a consacré toute la fin de sa vie à la piété, la charité et les mortifications, et est mort en odeur de sainteté en 1660 ; or il avait été jusqu’en 1636 conseiller au parlement ; son cousin Julien Le Gouvello de Trémeur est quant à lui conseiller de 1632 jusqu’à sa mort en 1678. Cela peut paraître peu pour conférer une influence à une famille moyenne mais si on y regarde de plus près on constate la place remarquable des femmes Le Gouvello dans les réseaux familiaux du parlement : cinq présidents (Boisgelin, Barrin, Marbœuf, Montigny et Larlan) et deux conseillers (du Coskaer et Pépin) sont époux, fils, petits-fils ou gendres de femmes Le Gouvello.

  • 65 Jean-Luc Bruzulier, La société, les pouvoirs et la pauvreté : les hôpitaux généraux en Bretagne (1 (...)

41Cette multiplication des liens entre parlementaires et milieux dévots vannetais se traduit par un intérêt évident pour les pratiques charitables et hospitalières. Une sœur de Vincent Huby, veuve de Charles Budes de Guébriant, joue avec ses belles sœurs un rôle fondamental dans l’établissement des Dames Budes à Rennes en 1676, établissement très lié aux retraites vannetaises de Catherine de Francheville et fort proche du monde des parlementaires. Ce n’est pas un hasard si les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul s’établissent à Vannes en 1676 et si certains autres parlementaires, comme le président Fouquet de Challain, s’investissent précocement dans la création des hôpitaux généraux à Auray et Vannes et si on les retrouve assez massivement dans les confréries locales65.

42Des fils se nouent ainsi étroitement entre les élites nobiliaires vannetaises et les gens du parlement. Le parlement répugne à investir le champ réglementaire de la police de la ville de Vannes mais ses membres s’intègrent aux divers réseaux de sociabilité et de clientèles des élites locales. Les liens sont moins forts, moins systématiques et entrecroisés qu’ils ne l’étaient à Rennes mais les gens du parlement trouvent assez vite leur place dans la hiérarchie des élites locales, une place évidemment prééminente mais qui permet aussi des ascensions, des alliances ou des protections prometteuses à bien des familles de Vannes et de sa région. Le parlement reconstitue autour de Vannes des réseaux similaires et sans doute complémentaires de ceux qui existaient à Rennes et les choix religieux ont toute leur place dans cet investissement rapide de l’espace social. Ils se surajoutent à des réalités politiques.

Une interprétation politico-institutionnelle du temps de l’exil

43Cette reconstitution de réseaux ne peut cacher que l’activité de la cour s’est réduite et que son rôle politique apparaît alors beaucoup plus restreint. Et c’est sur cet aspect qu’il faut maintenant réfléchir. En quoi l’exil participe-t-il de cet affaiblissement du pouvoir et de l’autorité parlementaires ?

44Il faut d’abord insister sur la question de l’incertitude, matérielle et politique. Il est très probable que pour nombre de magistrats, la soumission, l’obéissance ou la discrétion sont des gages qu’il faut donner à la monarchie pour espérer rentrer en grâce et rentrer à Rennes. De fait, l’incertitude est aussi un outil de gouvernement. Les longues réticences de certains parlementaires à se déplacer à Vannes sont significatives d’un espoir de retour encouragé dans les premières années par des demandes répétées des États ou de la ville de Rennes. Il est tentant de voir dans ces espoirs un élément qui explique la discrétion des parlementaires dans les débats provinciaux.

45La punition initiale s’accompagne dans un premier temps d’un probable contrôle de la monarchie sur les réceptions et le renouvellement. La plupart des présidents reçus après 1675 sont liés au pouvoir : Le Meneust (1678) lié aux Coëtlogon, lieutenant général ; Bidé (1679), maître des requêtes, Chertemps (1680), cousin de Colbert, mais aussi les présidents aux Enquêtes : de Saint-Pern (1679), de la Bigottière Perchambault (1681) ou Bragelonne (1683). Pour les conseillers, l’affaire Girard est un cas remarquable de la volonté monarchique d’imposer sa volonté. En janvier 1677, Nicolas Girard de la Hardouinaye, petit notable du pays de Fougères, à la noblesse très mal assurée et par ailleurs beau-frère du greffier en chef civil du parlement, Simon Le Clerc, a été pourvu d’un office de conseiller et commissaire aux requêtes. Le parlement a, dans un premier temps, tenté de s’opposer à la vente de l’office par le prédécesseur Eusèbe Le Lièvre. Il a ensuite refusé de recevoir Nicolas Girard au prétexte que son ancêtre direct a été condamné et exécuté pour fausse monnaie au XVIe siècle. Girard s’est pourvu en conseil du roi ; le parlement en a appelé au chancelier et a imploré les ministres. Une lettre de décembre 1677, adressée à Arnauld de Pomponne montre les craintes et l’humiliation du parlement :

  • 66 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bc 5, lettre du 26 décembre 1677.

« Les soings que prend l’appellé Gérard et Le Clerc, greffier civil de la cour son beau frère, d’insinuer qu’ils sont apuyez de vostre protection nous alarmeroient infinimant sy nous en étions persuadez, nous avons peine à croire que vous voulussiez interposer vostre credit pour nous forcer dans nostre retranchement et nous obliger de recevoir parmi nous un homme dont la reception nous exposeroit à la honte et au mespris de toutte la province. Il importe au service du Roy que les parlements soient en quelque consideration dans la province ou ils sont etablis. Nous regardons l’honneur comme la dernière table de nostre naufrage. Il recevroit une atteinte mortelle et nos charges tomberoient dans un avilissement étrange, et pour l’honorable, et pour l’utille, sy nous étions forcés de recevoir parmy nous un sy mauvais sujet. Il ne se trouveroit plus de gens de qualité et de mérite qui voulussent prendre party dans une compagnye deshonorée et ce seroit le dernier coup de foudre qui nous pourroit arriver dans l’estat deplorable ou nous sommes reduits66. »

  • 67 Sur cette affaire, voir aussi Frédéric Saulnier, op. cit., t. 1, p. 429.

46Malgré cela, Girard a été reçu devant une commission de maîtres des requêtes en 1679 et un dernier arrêt du conseil a enjoint de le recevoir en juillet 1680. L’épisode est d’autant plus significatif qu’il n’a pas grand enjeu. Girard a bien peu de défenseurs au parlement à l’exception de son beau-frère greffier et de Le Lièvre. Mais l’appui ministériel suffit pour imposer l’individu, quelques mois avant que Le Lièvre ne devienne par ailleurs avocat général67. Pendant que les parlementaires prétendent ne plus recevoir que des nobles, le roi leur impose un individu dont ils ne veulent pas et qui ne correspond pas aux critères sociaux qu’ils voudraient faire respecter. La défaite parlementaire sur ce modeste enjeu individuel montre la réalité des rapports de force entre le monarque et la cour. Le roi peut bien laisser le parlement proclamer la noblesse de ses membres. Mais il peut aussi passer outre et imposer des candidats bien différents. Rien ne lui échappe dans la composition de ses cours supérieures.

  • 68 Sur cet épisode, voir Philippe Jarnoux et Dominique Le Page, « Du XVIe siècle à la Révolution. Que (...)

47En parallèle à ces conflits sur le personnel, les premières années de l’exil se prêtent peu à des discussions avec la monarchie. Les débats du parlement sont encadrés au besoin par la présence des agents du roi dans la province, de Chaulnes, Lavardin et Coëtlogon ses lieutenants généraux, Pomereu intendant des armées en 1676, puis ensuite par le premier président Pontchartrain à partir de 1677. Les remontrances sont impossibles ou presque et en tout cas sans effets. En juin 1676, le parlement rédige ainsi des remontrances sur les édits de 1673 et 1674 à propos des droits de quint, requint et lods et ventes, mais le roi n’en tient aucun compte puisque l’enregistrement avait précédé la remontrance. De tels épisodes se raréfient ensuite et l’enregistrement des textes royaux se fait apparemment sans difficultés majeures au long des années vannetaises. Ce calme s’inscrit dans un mouvement plus large touchant les autres institutions bretonnes, les états de la province qui votent immédiatement et sans discussion les dons gratuits à partir de 1675 et même la chambre des comptes qui, appliquant très mal le règlement imposé à toutes les chambres des comptes du royaume en 1669, aurait laissé le champ libre aux fraudes et falsifications de documents qui ont abouti à l’envoi de l’intendant Béchameil de Nointel en 1679, à la convocation à plusieurs reprises par Colbert du premier président et du procureur général, à un arrêt du conseil d’état en octobre 1680 et à un nouveau règlement particulier en août 168168. Le silence et la discrétion parlementaire participent d’un temps politique où – pendant la guerre de Hollande ou à l’issue de celle-ci – le monarque victorieux et ses ministres n’entendent pas discuter avec les cours supérieures du royaume et cherchent à s’assurer de leur obéissance.

48Or, dans une province sans intendant, le premier président du parlement joue un rôle fondamental car il est l’un des principaux interlocuteurs directs du pouvoir. Le duc de Chaulnes est certes un gouverneur bien implanté mais pas toujours présent dans la province. À partir de 1684, son influence est moins forte et son ambassade romaine en 1689-1690 est un moyen de l’éloigner peu à peu de la Bretagne. Après les passages de Pomereu en 1675-1676, puis de Béchameil en 1679-1680, il n’y a pas eu de commissaire départi dans la province alors que le premier président est lui bien présent.

  • 69 Présent sans interruption jusqu’au 21 août, il quitte ensuite Rennes pendant près de deux mois et (...)

49Le parlement connaît trois premiers présidents pendant son exil vannetais, d’Argouges, Pontchartrain et Le Febvre de la Falluère après 1687, mais le passage de Pontchartrain est prépondérant pour comprendre le calme parlementaire. D’Argouges jouissait d’un respect et d’une autorité sur la cour mais n’apparaît plus guère au parlement à partir de l’été 167569. Même si c’est lui qui installe sa compagnie à Vannes, il résidera désormais surtout à Paris et ne présidera de fait presque jamais le parlement dans son exil vannetais.

  • 70 D’Argouges est le beau-frère de Claude Phélypeaux de Pontchartrain, tante de Louis Phélypeaux.
  • 71 Sara E. Chapman, Private ambition and political alliance : The Phélypeaux de Pontchartrain and Lou (...)

50Louis Phélypeaux de Pontchartrain est tout différent. Pourvu en juin 1677 sur la proposition de d’Argouges auquel il est lié70, il est reçu en août et siège très régulièrement à partir d’octobre. Après quinze années comme conseiller au parlement de Paris il débute véritablement sa carrière et dispose d’appuis notables dans l’entourage royal. Habitué aux milieux ministériels parisiens, Pontchartrain a pour objectif de guider la compagnie qu’il dirige dans la participation active au bon fonctionnement du pouvoir d’état en lui permettant en échange d’en retirer des avantages individuels ou collectifs. Quoique assez régulièrement à Paris ou à Versailles, il réside à Vannes, y installe sa famille, y fait accepter rapidement son autorité et s’y crée un très solide réseau de relations locales qui permet de comprendre l’attitude du parlement pendant les années d’exil comme pendant les décennies qui suivent quand monsieur de Pontchartrain, devenu contrôleur général des finances puis chancelier, est un des principaux agents de la politique du monarque. Ce réseau Pontchartrain est aujourd’hui bien connu après les travaux de J. Hurt, Chapman et Frostin71. Il mérite qu’on s’y arrête à nouveau car c’est l’une des armes principales qui assurent à la monarchie la docilité de la cour.

  • 72 Il bénéficie des liens créés auparavant par François d’Argouges qui l’a sans aucun doute informé d (...)

51Le renouvellement du personnel de la cour n’a pas été considérable mais le premier président s’appuie sur des individus influents ; il utilise en particulier les présidents Boisgelin, Marboeuf, voire Le Meneust et Barrin72. Il encourage la succession des Huchet comme procureurs généraux, le renforcement du groupe des La Bourdonnaye ou des Robien. Il facilite l’intégration des Le Febvre de la Falluère, magistrats appréciés de Colbert, et René Le Febvre de la Falluère, son ancien compagnon au parlement de Paris lui succédera après 1687. Il s’appuie enfin sur d’autres familles de la robe parisienne comme les Bragelonne. Localement, Pontchartrain sait aussi se lier avec la noblesse seconde et la haute noblesse bretonne. Les Coëtlogon comme les Guémadeuc, les Sévigné ou les Bréhan, les du Cambout ou Talhouët sont ses parents, ses alliés ou ses obligés. Par ces familles, il touche aussi de près au monde des Cossé-Brissac, La Meilleraye, Richelieu, Mazarin implantés dans le sud de la Bretagne par des fonctions traditionnelles de gouverneurs de place et par des possessions seigneuriales. D’un autre côté, il n’est pas non plus totalement étranger au groupe des financiers, liés aux intérêts parisiens comme les Bidé ou les Boislève, nantais autour des Harouys, ou malouins autour des Eon, Magon, Eberard et Grout.

  • 73 Charles Frostin, op. cit., p. 228-229.

52Quand ces liens n’existaient pas préalablement Pontchartrain sait s’en créer et surtout il reste fidèle et protecteur envers ses obligés. En 1719, le vieux chancelier retiré de la vie publique a gardé assez d’influence pour faire restituer aux héritiers les biens saisis à Louis-Germain de Talhouët-Bonamour, condamné par contumace et réfugié en Espagne après sa participation à la conspiration de Pontcallec. Louis-Germain était le fils d’un président aux requêtes et Pontchartrain avait été son parrain73. L’épisode est doublement significatif. Il montre que le parrainage d’un premier président devenu chancelier n’empêche pas la révolte d’un fils de conseiller au parlement tout en révélant la fidélité et la solidité des engagements personnels de Pontchartrain.

  • 74 L’exemple des du Cosquaer suffit à montrer l’impact de ces constructions de fidélités. Joseph du C (...)
  • 75 Olivier Chaline, Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005, p. 594.

53L’ampleur de ce réseau fait d’une grande partie des parlementaires des clients ou des fidèles du premier président. Ils ont d’autant moins de raison de s’opposer à lui quand, devenu contrôleur général des finances et secrétaire d’État à partir de 1690, l’homme continue à rendre des services ou à permettre des ascensions parisiennes à ses anciens fidèles bretons. La réussite bretonne de Pontchartrain tient à ce bon fonctionnement du réseau relationnel74. « Le besoin ministériel de pouvoir compter sur des fidèles bien implantés et influents rencontre le désir de lignées judiciaires d’être les premières dans leur province » a pu écrire Olivier Chaline75. En quelques années, Pontchartrain, efficace et rigoureux a réussi à attirer dans son orbite nombre de familles anciennement implantées au parlement et régulièrement loyales envers le pouvoir monarchique, nombre de familles dévotes, comme il a su y faire venir (ou revenir) d’autres familles, déjà proches de lui comme les Le Febvre ou les Bragelonne.

  • 76 Charles Frostin, op. cit., p. 231.

54Derrière la politique de Pontchartrain, il y a d’une part un verrouillage réussi d’un corps ; d’autre part un intérêt bien compris des membres du parlement, ou de la majorité d’entre eux. « Le réseau local mis en place par Pontchartrain, dit C. Frostin, allait communiquer un surcroît d’influence considérable à tout ce monde de parents, d’alliés, d’amis et de clients qui, évoluant dans le sillage du chef de file des Phélypeaux de la branche Pontchartrain, contribueraient en même temps à assurer l’avenir de cette dynastie ministérielle76. » La réussite politique d’un premier président devenu ministre s’appuie entre autres sur une clientèle bretonne qui, en retour, verra confirmée sa position sociale, son statut et ses ambitions. Dans ce système il y a peu de place pour une opposition ouverte et le temps de l’exil vannetais est bien celui où, dans une ville moyenne aux élites assez peu nombreuses, obligations réciproques, échanges de services et engagements parentaux créent de solides fidélités envers ceux qui gouverneront le royaume pendant les vingt dernières années du règne de Louis XIV.

*

  • 77 En 1689-1690, seuls les Vannetais peuvent regretter ce départ du parlement. Mais la ville recevra (...)

55Pontchartrain quitte la Bretagne en 1687 et s’élève rapidement vers le contrôle général des finances. Le parlement n’a pas oublié ses rêves de retour à Rennes et ce sont les besoins d’argent de la monarchie au début d’une nouvelle guerre qui vont lui en fournir l’occasion. La ville de Rennes offrira un don gratuit de 500 000 livres, le parlement en ajoute 200 000 et accepte la création de six nouveaux offices en son sein. Le retour du parlement apparaît comme une grâce et une libéralité, pourtant payée très cher77. Pontchartrain a investi le parlement de l’intérieur pour l’amener non pas à l’obéissance mais à une forme de collaboration consentie, acceptée. Il n’y a plus de risque à réinstaller la cour dans sa ville et son palais. Bien au contraire, la punition a été assez forte, les magistrats sont assez fidèlement liés au roi et à leur ancien premier président qui, par ailleurs, n’est pas pour rien dans le choix de l’installation d’un intendant dans la province depuis le début de 1689.

56Ce retour à Rennes suit de peu l’installation d’un intendant et c’est évidemment un double geste politique de normalisation. Le choix de cet intendant est suffisamment clair pour rappeler aux parlementaires la raison de leur exil puisque Pomereu est aussi celui qui menait les troupes engagées dans la répression des révoltes en 1676. Ses successeurs ne sont pas non plus choisis au hasard. Même si ces rapports avec Pontchartrain sont difficiles et médiocres, Béchameil de Nointel, intendant de 1692 à 1705 connaît particulièrement bien la province pour y avoir déjà exercé en 1679-1680. En 1705, c’est encore un client de Pontchartrain qui reprend l’intendance, François Ferrand, neveu du premier président de la Falluère et dont la carrière doit beaucoup à Pontchartrain. Depuis Versailles, après avoir peuplé le parlement de ses créatures, le ministre continue à veiller attentivement sur la Bretagne en y plaçant ses hommes.

Notes

1 Le terme « exil » est passé dans l’usage mais il est juridiquement impropre : il y a transfert de l’activité du parlement à Vannes mais pas exil des magistrats eux-mêmes ; les individus restent évidemment libres de leurs personnes.

2 Sigismond Ropartz, « Exil du parlement de Bretagne à Vannes, 1675-1690 », Bulletin archéologique de l’Association Bretonne, 1875, p. 103-192. La publication de cet article ne tient pas du hasard puisqu’il s’agit du bicentenaire des révoltes de 1675 et de l’exil du parlement et parce que le congrès de l’Association bretonne se tient précisément à Vannes cette année-là. Sébastien Canal, « Essai sur Auguste-Robert de Pomereu, intendant d’armée en Bretagne, 1675-1676 », Annales de Bretagne, t. XXIV, 1909, p. 497-527 ; Arthur de La Borderie, La révolte du papier timbré advenue en Bretagne en 1675, Saint-Brieuc, 1884 ; Barthélemy Pocquet, Histoire de Bretagne, t. V : 1532-1715, Rennes, 1913 ; Claude Nières, « Le Parlement de Bretagne à Vannes (1675-1689) », 2 000 ans d’histoire de Vannes, Vannes, Archives municipales, 1993, p. 159-176.

3 Charles-André Cardot, Le parlement de la Ligue en Bretagne, 1590-1598, thèse droit, Rennes, 1964, 3 vol. ; Henri Carre, Essai sur le fonctionnement du parlement de Bretagne après la Ligue, 1598-1610, Paris, 1888, rééd. Genève, Slatkine, 1978 ; James Collins, Classes, Estates and Order in Early Modern Brittany, Cambridge, 1994, trad. et éd. fr. : La Bretagne dans l’État royal. Classes sociales, États provinciaux et ordre public de l’Édit d’Union à la révolte des Bonnets rouges, Rennes, PUR, 2006 ; Arthur Le Moy, Le parlement de Bretagne et le pouvoir royal au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1909 ; John Hurt, The parlement of Brittany in the reign of Louis XIV, thèse, univ. Caroline du Nord, 1970, ainsi que divers articles cités infra et une synthèse récente à l’échelle de la France, Louis XIV and the Parlements. The Assertion of Royal Authority, Manchester, Manchester University Press, 2002. Pour une vision générale, on se reportera à la synthèse de Jean Queniart, La Bretagne au XVIIIe siècle (1675-1789), Rennes, Ouest-France, 2004.

4 Henri Freville, L’intendance de Bretagne, 1689-1790, Rennes, Plihon, 1953, 3 vol. , p. 44.

5 Pour reprendre l’expression d’Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, Ouest-France, 1993.

6 Madame de Sevigne, Correspondance, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1974, p. 119. La mention de Dinan tient peut-être à une confusion avec la session des états de Bretagne qui doit se tenir dans cette ville mais dont on ne sait pas encore s’ils auront réellement lieu.

7 Ibid., p. 126.

8 Il est en fonction depuis 1660 et le restera jusqu’à sa mort à Vannes en juillet 1680. Cf. Frédéric Saulnier, Le parlement de Bretagne, 1554-1790, Rennes, Plihon et Hommay, 1909, p. 98-99.

9 Rapporté par Barthélemy Pocquet, op. cit., p. 527.

10 À titre de comparaison, lors de l’ultime séance rennaise le 16 octobre, 8 présidents et 49 conseillers étaient présents. Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 575, séances des 16 et 29 octobre 1675.

11 Mme de Sevigne, op. cit., p. 158. La maladie est peut-être réelle pour certains ; il s’agit sans doute d’une excuse ou d’un abattement moral pour d’autres. Plusieurs magistrats vont en tout cas prétexter de maladie en cette fin d’année 1675 pour rentrer rapidement à Rennes et y respirer « l’air natal » (sic).

12 Voir Caroline Le Mao, « La ville sans Messieurs. L’insoutenable absence des parlementaires bordelais au temps de Louis XIV », Histoire urbaine, no 18, avril 2007, p. 141-156.

13 Cité in Sigismond Ropartz, art. cit., p. 188.

14 Dont par ailleurs les travaux d’aménagement intérieur et de décoration se prolongent bien après 1655. Cf. Le Parlement de Bretagne. Histoire et symbole, Rennes, Apogée/PUR/Terre de brume/Le Chasse-marée/Ar Men, 1994, p. 31-52 en particulier.

15 En 1675, 5 présidents, 24 conseillers, le procureur général et un avocat général, soit environ le tiers des magistrats ont été reçus avant 1655 et ont donc siégé quand la cour étaient encore installée dans le couvent des Cordeliers.

16 François de Montigny de Beauregard a été avocat général de 1654 à 1674 avant de devenir président à mortier. Sa famille est établie à Vannes depuis le XVIe siècle.

17 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 575, 30 octobre 1675.

18 Ainsi le conseiller Saguier, neveu de l’évêque de Vannes.

19 Sigismond Ropartz, art. cit., p. 136.

20 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 849, 26 février 1677.

21 François Lebrun, « L’évolution de la population de Rennes au XVIIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 93, 1986, p. 249-254.

22 Claude Nières (art. cit., p. 163), parle d’une population de Vannes atteignant 17 700 habitants soit une augmentation de 60 %, ce qui nous paraît exagéré. Mais il n’est pas impossible que de 10000 à 12 000 habitants, la ville soit passée assez brutalement aux alentours des 15 000.

23 La porte Saint-Vincent qui ouvre la ville sur le port a été reconstruite dans les années 1620-1630 mais ses abords ne sont toujours pas complètement bâtis lors du séjour du parlement. Sur cet aspect urbanistique voir Patrick Andre (dir.), Atlas historique de villes de France, Vannes, Paris, CNRS, 1987.

24 Cette rue est ouverte à partir de 1678 seulement. Voir Jean-Marie Le Mene, Topographie historique de la ville de Vannes, Vannes, 1913.

25 Daniel Leloup, Maisons en pan de bois de Bretagne, Rennes, PUR, 2002 ; Claire Herbault, « Les maisons à pans de bois de Vannes », Ar Men, no 48, janvier 1993, p. 12-29.

26 Michel de Galzain, Le temps qui passe à Vannes, Vannes, s. n., 1974.

27 On sait la puissance immobilière habituelle des chapitres dans les cœurs de villes, autour des cathédrales. À Vannes, le chapitre s’inquiète dès 1690 du départ du parlement et il estime que son revenu a baissé de plus de 3 400 livres entre 1689 et 1691 (Arch. dép. Morbihan, 47 G 2).

28 L’une d’entre elles, rénovée en 1682, abrite le Sr Nicou, secrétaire du premier président en 1683 (Arch. dép. Morbihan, 63 G 5 et 79 G 7).

29 Arch. dép. Morbihan, 61 G 1.

30 Arch. dép. Morbihan, 63 G 6.

31 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 849, 24 novembre 1683.

32 Arch. dép. Morbihan, 63 G 2.

33 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bf 849, 3 janvier 1690.

34 On note ainsi par exemple et parmi d’autres le passage du duc de Mazarin, gouverneur d’Alsace en 1687 ou celui du marquis de Dreux Brézé en 1683 (Arch. dép. Morbihan, reg. BMS Notre-Dame de Vannes).

35 Gauthier Aubert, « Lieux de mort, lieux de vie ? Essai sur l’espace vécu des parlementaires rennais (16e -18e siècles) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2003/4, t. 110, p. 205-220.

36 John Hurt, « Les offices au parlement de Bretagne sous le règne de Louis XIV. Aspects financiers », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1976, t. 23/1, p. 3-31.

37 Ibid., p. 19.

38 Sur ces arrêts qui participent des arrêts de règlement, voir Philippe Payen, Les arrêts de règlements du parlement de Paris au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1997 ; Virginie Lemonnier-Lesage, Les arrêts de règlements du parlement de Rouen, fin XVIe-XVIIe siècles, Paris, Panthéon, 1999 ; Romain Barreau, Les arrêts de règlement du parlement de Bretagne au XVIIIe siècle, thèse, Rennes I, 2000.

39 Les données utilisées ici sont celles de Hervé Tigier, La Bretagne de bon aloi. Répertoire des arrêts sur remontrances du parlement de Bretagne, 1554-1789, Rennes, Association Parchemin, 1987 qui recense 6 033 arrêts.

40 Par exemple, la lettre autorisant le retour du parlement à Rennes en 1689.

41 C’est ce qu’a constaté Claude Nières (art. cit.) en observant les registres de délibérations municipales de Vannes.

42 Président à mortier de 1680 à 1703 (Frédéric Saulnier, op. cit., t. I, p. 230-231).

43 Noble d’ancienne extraction, Jean-Sébastien de Kerguz était aussi fils d’un sénéchal de Gourin ; il est conseiller de 1683 à 1714 (ibid., t. 2, p. 544-545).

44 Pierre-François Le Serazin est conseiller de 1681 à 1710 (ibid., t. 2, p. 805).

45 Anoblis seulement au XVIIe siècle, issus du commerce et du présidial de Vannes, deux générations de Le Meilleur se succèdent au parlement entre 1682 et 1738 (ibid., t. 2, p. 633-634).

46 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 577, 8 et 9 janvier 1677. Le parlement débat de cette question pendant deux jours, semestres assemblés. Mais moins de 50 magistrats sont effectivement présents alors.

47 Sur les La Bourdonnaye au parlement, voir ibid., t. 1, p. 131-140. Pour les intendants, voir Annette Smedley-Weill, Les intendants de Louis XIV, Paris, Fayard, 1995.

48 Les Huchet sont arrivés au parlement dès 1576. Pour notre période André Huchet est procureur général jusqu’en 1687 et son fils Charles lui succède jusqu’en 1716 (Frédéric Saulnier, op. cit., t. 2, p. 514-516).

49 Les Trévégat sont présents sans interruption pendant trois générations de 1657 à 1735. Le premier d’entre eux succède d’ailleurs à son oncle, Paul du Botderu, d’une autre famille vannetaise et siégeant à la cour depuis 1589. Les Trévégat sont dans le même temps alliés aux de Quélen, Fouquet, Ferret, Francheville et de Larlan, au cœur d’un très solide réseau nobiliaire vannetais.

50 Les Larlan sont présent depuis 1617 et possèdent le comté de Rochefort-en-Terre. Apparentés aux Talhouët, ils sont aussi présents dans les années 1680 dans le milieu du Grand Conseil et des maîtres des requêtes parisiens.

51 Deux membres de la branche de Keravéon sont conseillers de 1613 à 1677 tandis que Germain de Talhouët-Bonamour, d’une autre branche de la famille, est président aux requêtes de 1647 à 1686.

52 Ils comptent six conseillers entre 1625 et 1789.

53 Arrivés au parlement en 1617, les Larlan deviennent président aux Enquêtes en 1655 puis présidents à mortier en 1687. Ils sont présents au parlement jusqu’en 1722.

54 Sur les Robien, voir Gauthier Aubert, Le président de Robien. Gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, Rennes, PUR, 2001, p. 20-23.

55 À Cléguérec, Crach, Hennebont et Plumergat. Les autres ont lieu à Nantes (6) Rennes (5), Saint-Malo (3), Paris, Morlaix, Vitré, en Anjou (2), à Evreux…

56 Il est signalé en tant que tel dans les registres secrets dès le 6 février 1676 (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 576).

57 Arch. dép. Morbihan, registres BMS, Saint-Pierre de Vannes, 10 juin 1682.

58 Le 5 juillet 1676, le fils d’un procureur au parlement est parrainé par un parlementaire, Jean-Baptiste du Plessis de Grénédan et par une parente de Daniel de Francheville, président au présidial et qui deviendra l’année suivante avocat général au parlement. De telles rencontres peuvent faciliter l’intégration ultérieure de Francheville au Parlement.

59 Arch. mun. Rennes, registres BMS, Saint-Germain, 24 août 1677.

60 Originaires du Maine, les Cazet sont arrivés au parlement en 1585 et ont été représentés par le grand-père, le père et un oncle de l’évêque jusqu’en 1648. François Saguier, beau-frère de l’évêque, a été conseiller de 1639 à 1659, et Henry Saguier, son neveu, est entré au parlement en 1673.

61 L’usage limite l’assistance aux cérémonies religieuses du parlement en corps aux obsèques des membres du parlement, des évêques, gouverneurs… En revanche, cette assistance en corps est exceptionnelle pour l’inhumation d’une femme.

62 L’apparition de membres de familles parlementaires dans le chapitre cathédral de Vannes dans les années 1680 à 1700 n’est sans doute pas non plus le fruit du hasard mais le résultat de contacts directs.

63 Voir les textes de Jean Queniart dans Patrick Andre (dir.), Histoire de Vannes, Toulouse, Privat, 1988 et dans Gérard Le Bouedec (dir.), Le Morbihan des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, Bordessoules, 1994.

64 Voir l’étude très précise de Gaston Thery, Catherine de Francheville. Fondatrice à Vannes de la première maison de retraites de femmes, s. l., 1956, qui resitue avec beaucoup de détail le contexte spirituel vannetais de l’époque.

65 Jean-Luc Bruzulier, La société, les pouvoirs et la pauvreté : les hôpitaux généraux en Bretagne (1676-1724), thèse, Rennes 2, 2001, p. 114-122.

66 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bc 5, lettre du 26 décembre 1677.

67 Sur cette affaire, voir aussi Frédéric Saulnier, op. cit., t. 1, p. 429.

68 Sur cet épisode, voir Philippe Jarnoux et Dominique Le Page, « Du XVIe siècle à la Révolution. Quelques perspectives générales sur l’évolution de la Chambre des comptes », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2001, t. 108/4, p. 47-49.

69 Présent sans interruption jusqu’au 21 août, il quitte ensuite Rennes pendant près de deux mois et ne revient que le 14 octobre alors que s’annonce l’exil. Il mène le parlement à Vannes, préside aux cinq premiers jours de son installation puis part le 5 novembre aux États de Dinan. Le 13 décembre, par un courrier, il annonce au parlement qu’il se rend désormais à Paris.

70 D’Argouges est le beau-frère de Claude Phélypeaux de Pontchartrain, tante de Louis Phélypeaux.

71 Sara E. Chapman, Private ambition and political alliance : The Phélypeaux de Pontchartrain and Louis XIV, 1650-1715, Rochester, Boydell & Brewer, 2004 ; Charles Frostin, Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV. Alliances et réseaux d’influence sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2006.

72 Il bénéficie des liens créés auparavant par François d’Argouges qui l’a sans aucun doute informé des réalités internes du parlement de Bretagne.

73 Charles Frostin, op. cit., p. 228-229.

74 L’exemple des du Cosquaer suffit à montrer l’impact de ces constructions de fidélités. Joseph du Cosquaer de Rosambo, d’une riche et vieille famille noble trégorroise a épousé en 1654 une fille du conseiller Le Gouvello avant d’entrer au parlement en 1659. Même s’il est le seul membre de sa famille à intégrer le parlement, c’est un modèle très classique de ce monde parlementaire breton. Or, en 1688, alors qu’il a quitté la Bretagne pour Paris, Pontchartrain arrange le mariage de sa fille unique avec le fils du contrôleur général, Claude Le Pelletier, qui deviendra plus tard premier président au parlement de Paris. L’alliance arrange les du Cosquaer car il n’est pas si fréquent de s’allier au fils d’un ministre ; elle arrange les Le Pelletier car l’héritage est somptueux et qu’elle les associe à la vieille noblesse d’épée ; elle arrange aussi Pontchartrain qui satisfait à la fois son obligé breton et son patron parisien auquel il succédera l’année suivante.

75 Olivier Chaline, Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005, p. 594.

76 Charles Frostin, op. cit., p. 231.

77 En 1689-1690, seuls les Vannetais peuvent regretter ce départ du parlement. Mais la ville recevra des compensations indirectes. Jérôme Pontchartrain y reviendra semble-t-il passer avec plaisir en 1694 quelques jours qui lui rappellent son enfance. Alors que les États n’y avaient plus siégé depuis 1667, ils y reviennent à 4 reprises en 1691, 1693, 1695 et 1699 et la monarchie y crée en 1694 un éphémère bureau de finances qui sera supprimé en 1700.

Table des illustrations

Légende Arrêts sur remontrances du parlement (1554-1779).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/128208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540