Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Parlements de Louis XIV

 | 
Gauthier Aubert
, 
Olivier Chaline

Introduction

Gauthier Aubert

Texte intégral

« L’élévation trop grande des parlements avait été dangereuse à tout le royaume durant ma minorité. Il fallait les abaisser, moins pour le mal qu’ils avaient fait que pour celui qu’ils pouvaient faire à l’avenir […] Mais je sais, mon fils, et je puis vous protester sincèrement, que je n’ai ni aversion ni aigreur dans l’esprit pour mes officiers de justice. Au contraire, si la vieillesse est vénérable dans les hommes, elle me le paraît davantage encore dans ces corps si anciens. Je suis persuadé qu’en nulle autre partie de l’État le travail n’est peut-être plus grand, ni les récompenses moindres. »
Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du Dauphin, année 1661.

  • 1 Cité par Pierre Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, 1868, t. IV, p. 136.
  • 2 Ernest Lavisse, Louis XIV, Paris, Hachette, 1974, t. I, p. 280.
  • 3 Citons ici la toute dernière phrase du chapitre que Roland Mousnier consacre aux parlements dans l (...)
  • 4 Le parlement d’Aix est éxilé à Brignoles après la révolte des Cascaveus (René Pillorget, Les mouve (...)
  • 5 Ran Halévi, « Savoir politique et “mystères de l’État”. Le sens caché des Mémoires de Louis XIV »,(...)
  • 6 La dévitalisation politique des parlements et la mise à l’écart des grands des conseils sont d’ail (...)
  • 7 Clarisse Coulomb, Les Pères de la patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumièr (...)
  • 8 René Pillorget, op. cit., p. 1008 ; voir également : Grégory Hanlon, L’univers des gens de bien : (...)
  • 9 Michel Antoine, Le Conseil du roi sous le règne de Louis XV, Paris/Genève, Droz, 1970, p. 43-53 et (...)
  • 10 Joël Cornette, La mélancolie du pouvoir. Omer Talon et le procès de la raison d’État, Paris, Fayar (...)
  • 11 Roland Mousnier, op. cit., t. II, p. 335-338 ; William Doyle, « Colbert et les offices », HES, oct (...)

1« Les bruits de parlements ne sont plus de saison1. » Cette célèbre formule de Colbert, lancée dans une lettre à l’intendant de Grenoble en 1679, reprise par Lavisse2, a longtemps servi d’aiguillon aux historiens. Elle illustrait en effet à merveille pour les hautes cours de justice ce qui était par excellence la clef de lecture du règne : la soumission. Pendant longtemps, pour les historiens, le paysage était en effet assez simple : après une Fronde qui fut aussi la leur jusque dans son échec3, les parlements subirent la pression d’un monarque qui s’employa à les soumettre, les réduire au silence, les dépolitiser, les évacuer de la sphère de la décision politique, la messe étant définitivement dite avec la fameuse déclaration du 24 février 1673, qui retirait de fait aux cours leur redoutable droit de remontrances. Dans la foulée, ou presque, le double et spectaculaire « exil » des parlements de Bordeaux et de Rennes en 1675 (long de 15 ans) constituait comme la démonstration publique du nouveau rapport de force. Ces années 1670 pouvaient apparaître comme le point d’aboutissement d’un double processus qui préexistait à Louis XIV : d’une part, une volonté de soumettre les parlements, que l’on voit notamment avec les punitions infligées aux parlements d’Aix en 1630, de Rouen en 1639-1640 et de Dijon en 1658-16594 sur fond de contestations antifiscales ; d’autre part, un désir nettement perceptible déjà sous Louis XIII de transformer les questions du droit public et des « fondements de la légitimité politique » en de véritables « cités interdites » pour les juristes5. Ainsi Louis XIV serait-il parvenu à renvoyer les sénateurs à leur statut de simples magistrats et ceux-ci auraient entamé alors une traversée du désert de 42 ans jusqu’à ce que le Régent ne les réintroduise dans le jeu politique en leur « restituant » « leur » droit de remontrance, décision souvent jugée aussi inconsidérée que celle que prendra Louis XVI de mettre fin à l’expérience Maupéou quelques décennies plus tard. Le parallèle avec la noblesse dite de cour était par ailleurs évident6 particulièrement pour une historiographie plus ou moins ouvertement « statolâtre7 » qui n’aimait guère plus les messieurs en robe rouge que les grands seigneurs d’épée. Reconnaissons-le : le paysage ainsi grossièrement brossé présentait une bien belle cohérence, s’accordant parfaitement avec le constat d’un royaume mieux contrôlé passé 1680, désormais sans fureurs paysannes ni conjurations nobiliaires, avec des intendants partout, dans lequel la « contagion de l’obéissance » aurait triomphé du virus de l’opposition8. D’aucuns remarqueront que, dans le même temps, l’État connaîtrait une mue et que d’État de justice, il deviendrait État de finances9, ce dont pâtirait les parlementaires dont le rôle serait dès lors moins central et moins éminent dans la société politique du temps10. Ajoutons, enfin, l’amorce d’une baisse de la valeur des offices, non sans lien avec la fixation des prix effectuée par Colbert11.

  • 12 Katia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle (...)
  • 13 Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1983, p. 341-378 ; Will (...)
  • 14 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris (...)
  • 15 Un état de la question dans Fanny Cosandey et Robert Descimon, L’absolutisme en France. Histoire e (...)
  • 16 Voir en particulier William Beik, « The absolutism of Louis XIV as social collaboration », Past an (...)
  • 17 Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, (...)

2Pourtant, aujourd’hui que nous savons que les fameuses « domestication » et « réduction à l’obéissance » de la noblesse sont à revoir fortement12, que les élites ont pu trouver des avantages à la politique royale13, que les contestations populaires n’ont pas disparues14 et que la notion même d’absolutisme suscite bien des interrogations15, un nouveau cadre interprétatif se fait jour, souvent qualifié, malgré l’ambiguïté du terme, de « révisionniste16 ». Les notions d’échange, d’intérêt bien compris, de collaboration, de négociation, de compromis et d’accommodements définissent, dans les travaux récents, l’écosystème sociopolitique louisquartorzien ainsi revisité, et Bernard Barbiche peut affirmer dans une récente synthèse qu’« il faut réviser [nous soulignons] la théorie selon laquelle le roi de France, pour devenir un monarque absolu, aurait été nécessairement et perpétuellement en guerre contre les autonomies locales, les assemblées d’états et les parlements17 ».

  • 18 Dans le gros chapitre que Roland Mousnier consacre, dans ses Institutions de la France sous la mon (...)
  • 19 Albert Hamscher, The Parlement of Paris after the Fronde (1653-1673), Pittsburg, Pittsburg UP, 197 (...)
  • 20 Pierre Blet, Le clergé de France, Louis XIV et le Saint-Siège de 1695 à 1715, Rome, Cité du Vatica (...)
  • 21 Michel Antoine, « Les remontrances des cours supérieures sous le règne de Louis XIV (1673-1715) », (...)
  • 22 Frédéric Bidouze, Les remontrances du parlement de Navarre au XVIIIe siècle, Biarritz, Atlantica, (...)
  • 23 La thèse de Caroline Le Mao a débouché sur deux publications : Les Fortunes de Thémis. Vie des mag (...)
  • 24 Sharon Kettering, Patrons, brokers and clients in seventeenth century France, Oxford/New York, Oxf (...)
  • 25 Sylvie Daubresse, Le parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, Droz, 2005, p (...)

3Quelle place dès lors occupent ces derniers dans ce paysage redessiné ? Longtemps, et jusqu’à une date récente, le dossier du rôle politique des parlements sous Louis XIV et des relations des cours avec le monarque a été considéré comme vide, du fait de leur dépolitisation, puis plus récemment, d’un manque d’études sur le sujet18. Or, quelques pionniers sont venus montrer qu’il y a avait là un territoire à investir. Le premier sans doute, Albert Hamscher a nuancé la vision « lavissienne » en relevant tout d’abord que les années immédiatement postérieures à la Fronde ne voyaient pas le parlement de Paris particulièrement soumis et calme – à une époque où pourtant Fouquet cumulait surintendance et procuration générale –, puis en montrant qu’un esprit de collaboration avait pu régner par la suite entre les hautes cours de justice et le gouvernement19. Cette idée d’une coopération fut développée également peu après par le père Blet au sujet des affaires religieuses, au moins pour la période précédent Unigenitus20. Quant à Michel Antoine, il pouvait, après de patientes recherches, révéler que les parlements avaient contre toute attente continué à remontrer au-delà de 1673, et que leurs avis n’étaient pas méprisés par un pouvoir plus souple qu’on ne l’aurait cru21. À sa suite, Fréderic Bidouze établissait qu’à 39 reprises entre 1689 et 1715, le parlement de Pau avait prévu d’envoyer des remontrances, la majorité sur des questions fiscales22. C’est dans la continuité de ces travaux que se situent les recherches récemment publiées de Caroline Le Mao sur le parlement de Bordeaux, qui peut conclure que vu des rives de la Gironde, l’absolutisme était « bien tempéré23 ». Par ailleurs, nous savons aujourd’hui combien il faut intégrer à notre analyse les correspondances, les réseaux, dont la reconstitution peut éclairer bien des ralliements et des accommodements24, et nous percevons sans doute mieux qu’hier combien nos grilles de lecture peuvent être influencées et déformées par ce que nous savons, ou pensons savoir, des événements de la fin du XVIIIe siècle25.

  • 26 Gauthier Aubert et Marie-Laure Flahaut, « Rennes de la révolte du Papier timbré à la veille de la (...)
  • 27 Caroline Le Mao, Parlement et parlementaires, op. cit., p. 117.

4Pourtant, il nous a semblé que tout n’a pas été dit et que les recherches méritent d’être poursuivies. Quelques éléments glanés dans le dossier breton – bien représenté, on le verra, dans ce recueil – peuvent peut-être aider à prendre la mesure d’un paysage qui échappe aux analyses trop simples. Ainsi par exemple, la fameuse ordonnance criminelle de 1670 n’a été enregistrée par le parlement de Rennes que cinq ans plus tard, sur ordre, et après le transfert expéditif de la cour à Vannes26, ce qui cadre mal tant avec l’image d’une institution amorphe qu’on a parfois d’elle27 qu’avec celle d’un roi qui imposerait sa volonté sans attendre. Sonné, le parlement de Bretagne à Vannes ? Ce n’est pas l’impression qui ressort d’une lettre écrite au lieutenant général de Lavardin, en décembre 1676, dans laquelle le président Fouquet note, à propos d’une déclaration sur les toiles, que les ministres « font les loix et les deffont quand il leur plait » et que cela ne facilite pas le travail du parlement, avant de préciser, au terme d’un développement sans concession que

  • 28 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 173bis, f ° 769 sq.

« […] sy dans les affaires de cette consequence il plaisoit aux puissances comme la vostre, celle de monsieur le gouverneur et de messieurs les ministres prendre advis des officiers du parlement, peut estre qu’ils y trouveroient quelques secours dans leur travail, et je ne croy pas que nous soyons tout a fait sy ignorant que l’on se l’imagine souvent à la Cour, ou sy forts portés à nos interetz que nous ne puissions voir le bien du service du Roy et de ses subjets28 ».

  • 29 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bh 14 (texte reproduit par Arthur de La Borderie et publié dans Les (...)
  • 30 Ran Halévi, art. cit. ; Stanis Pérez, « Les brouillons de l’absolutisme : les “Mémoires” de Louis (...)
  • 31 Séverin Canal, Les origines de l’intendance en Bretagne, Paris, Honoré Champion, 1911.
  • 32 Cité par Henri Fréville, L’intendance de Bretagne (1689-1790), Rennes, Plihon, 1953, t. I, p. 44.
  • 33 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 108, 109, 109bis, 112, 115, 119, 120bis, 123, 150bis, 151, 15 (...)
  • 34 Cité par Arthur Le Moy, Le parlement de Bretagne et le pouvoir royal au XVIIIe siècle, Paris, Hono (...)
  • 35 Cité par Gauthier Aubert, Le président de Robien, gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumiè (...)
  • 36 Philippe Salvadori, « Le parlement de Bourgogne et la municipalité de Dijon sous le règne personne (...)

5Fouquet savait certainement que Lavardin ne garderait pas ces quelques réflexions pour lui et qu’il en ferait part en haut lieu, ce qu’il fit effectivement. Quelques mois plus tôt, par ailleurs, l’amnistie faisant suite aux révoltes de 1675, très officiellement signée à Saint-Germain-en-Laye par le roi lui-même évoque apparemment sans sourciller « les cours souveraines de nostre province29 ». Pourtant, les historiens s’accordent pour dire que c’est dès les années 1660 que le monarque a capté l’adjectif « souverain » pour son usage propre. Sans doute sommes-nous ici encore victimes d’une tradition historiographique qui puise en partie sa source originelle dans des Mémoires royaux dont le décryptage est complexe30. Enfin, notons que si la Bretagne n’avait pas officiellement d’intendant avant 1689 – malgré quelques tentatives d’implantations31 –, c’est sans doute aussi car le roi savait trouver au parlement des relais efficaces, comme le suggère Saint-Simon, qui note que le premier président de Pontchartrain « fit toutes les fonctions d’intendant dans [cette] province qui n’en souffrait point encore32 ». Quelques sondages dans la correspondance passive de Colbert des années 1660 semblent montrer que, déjà à cette époque, le premier président d’Argouges jouait également ce rôle33. C’est seulement en devenant province frontière au moment de la guerre de la ligue d’Augsbourg que la Bretagne se vit imposer un intendant, mais sans heurt nous dit Henri Fréville – et non sans lien peut-être avec l’ardent désir des parlementaires de quitter Vannes pour revenir à Rennes. Cela n’empêcha pas le parlement de demander, plus tard, en novembre 1715, « que l’on supprime l’intendant34 », « cet obstacle à notre grandeur quoique sa place soit sans dignité » relevait à peu près au même moment le président de Cornulier35, qui donne ici une version teintée d’humour et raccourcie de ce qui peut paraître comme la vision des vaincus de l’État Louis XIV. Faut-il voir là des exagérations rhétoriques ou bien la libération d’une parole de la part de gens qui auraient fini par parler « dans le style de l’absolutisme ; c’est à dire savoir se taire et n’en penser pas moins36 » ? Reste que de tels textes ont pu, ainsi que quelques autres, peser sur notre manière d’appréhender les relations entre roi et parlement, qu’il faut sans doute savoir aborder avec nuances et en prenant en compte la durée du règne, qui n’est pas un bloc.

  • 37 John Hurt, Louis XIV and the parlements. The assertion of royal authorithy, Manchester/New York, M (...)
  • 38 Voir en particulier l’analyse critique de Robert Descimon, dans les Annales HSS, 2002, no 6, p. 16 (...)
  • 39 Albert Hamscher, « Une contestation évitée : la prétendue lettre du parlement de Paris, 1667 », Be (...)

6Par ailleurs, le dossier mérite nous semble-t-il d’autant plus d’être considéré comme ouvert que le débat n’est pas clos, puisque en 2002, John Hurt est venu défendre l’idée longtemps si française de parlements abaissés autoritairement par Louis XIV, mais aussi présenter des parlementaires devenus, pour une monarchie impécunieuse, des vaches à lait, sollicités d’une manière tout aussi impérieuse37. Le premier volet de l’analyse a d’ailleurs reçu un accueil favorable de la part de certains spécialistes38. Quant à Albert Hamscher, il notait lui-même en 2005 « qu’on doit s’assurer que le pendule du révisionnisme historique ne balance pas trop fort, ou trop tôt, dans la chronologie du règne personnel de Louis XIV39 ». Et de fait, à force de se polariser sur les élites bien intégrées à l’État royal qui les conforte malgré tout, on en oublierait presque que le règne de Louis XIV, c’est aussi les Bonnets rouges et les Camisards réprimés, la révocation de l’édit de Nantes et la destruction de Port-Royal, toutes choses d’ailleurs, qui ont pu concerner et toucher la France notabilaire des parlements.

  • 40 Notons que cette rencontre est la troisième d’une série inaugurée en 2002 par le colloque de Rouen (...)
  • 41 Albert Hamscher, The parlement of Paris, op. cit., p. 90 ; Sarah Hanley, Le lit de justice des roi (...)

7Les historiens qui se sont rassemblés à Rennes du 13 au 15 novembre 2008 pour apporter leur contribution à ce chantier en cours, ont placé leurs interrogations entre deux dates symboliques40. En amont, celle de 1655, qui voit certes le jeune roi imposer en lit de justice au parlement de Paris des édits bursaux justifiés par la guerre contre l’Espagne, mais qui voit aussi les parlementaires, dans les jours suivants, rediscuter des édits, au point que Mazarin peut craindre un moment une reprise de la Fronde. Le jeune roi entre alors au palais pour éteindre l’incendie naissant avec grandeur et autorité et c’est là que la légende louis-quatorzienne place le trop fameux « L’État c’est moi41 ». L’événement, entre mythe et réalité, a pour notre sujet, plus de sens que la « rupture » de 1661. En aval, la date butoir retenue a été celle de la mort du Grand roi, qui est aussi celle de la restitution du droit de remontrances qui ouvre apparemment un nouveau cycle politique, mais cette rupture-là aussi doit être interrogée.

  • 42 Michel Antoine, « Nostalgie de la Fronde et opposition parlementaire sous Louis XV », Recueil d’ét (...)

8Face à l’ampleur potentielle du sujet, et pour tenter de défricher le terrain des relations entre le roi et ses parlements entre opposition, coopération et autonomisation, deux grands axes de réflexion ont été proposés aux participants à ce colloque. Un premier concernait les faits et rythmes politiques. Des questions se posent tout d’abord autour de la déclaration de 1673 : dans quel contexte s’inscrit-elle ? Doit-on, en amont, voir là la marque d’une évidente continuité depuis les mesures prises sous Louis XIII ? Quelle fut, en aval, son application ? Des questions se posent également autour d’éventuelles différences locales. Dans le cours de l’action politique en effet, doit-on considérer que les circonstances locales sont premières ou que, par-delà les événements nécessairement variables d’un endroit à l’autre, c’est un peu toujours la même histoire qui apparaît, opposant, au sein même des parlements, des acteurs porteurs de visions différentes de ce que doit-être, selon chacun, le fonctionnement de la monarchie ? Se pose aussi la question de l’après crise : comment est perçu, dans ces cours « punies », le geste de l’autorité ? Observe-t-on une dépolitisation suite aux conflits, ou au contraire, ceux-ci portent-ils en germe les éléments de repolitisations ultérieures42 ? Comment, par exemple, ces épisodes sont-ils intégrés dans l’histoire que les parlementaires font de leur compagnie ? Par ailleurs, quelle incidence les conflits ont-ils sur la pratique judiciaire ? Sont-ils simple écume ou révélateurs de tensions profondes ?

  • 43 Olivier Chaline, op. cit., p. 590-591.
  • 44 Olivier Chaline et Yves Sassier (dir.), op. cit. ; Guy Saupin, « Fonctionnalisme urbain et sociolo (...)

9Un second grand axe concerne la robe elle-même. Est-il, ainsi, possible d’esquisser d’éventuels systèmes de représentation, des cultures politiques divergentes à l’intérieur des parlements ? Quid ainsi des lignes de faille qui caractérisent le milieu robin, et qu’il convient d’interroger sans cesse : Paris/provinces, présidents/conseillers, siège/parquet. Par ailleurs, le facteur religieux ne saurait être évacué : quelle est par exemple l’influence du jansénisme ? Peut-on voir à l’œuvre des réseaux dévots ? Doit-on envisager des profils de magistrats que l’on retrouverait dans différents parlements ? Cela revient à poser la question sans doute essentielle d’une diversité interne au monde de la robe parlementaire. Il y a là a priori une piste à explorer aujourd’hui que sont mis en avant les liens qui unissent la robe du conseil et la robe parlementaire parisienne, jusque-là sans doute un peu rapidement séparées par l’historiographie43. Ainsi, bien des futurs intendants et conseillers d’État ont d’abord été conseillers au parlement de Paris, de même que la plupart des ministres de la deuxième moitié du règne. Une attention particulière doit être apportée aux personnages qui lient les parlements aux souverains. À cet égard se pose la question des chanceliers comme se pose aussi la question des premiers présidents et des procureurs généraux. On se contentera juste ici de rappeler, que Fouquet, par exemple, était procureur général et que c’est la mise en vente de sa charge qui a permis de lancer les procédures contre lui. D’autre part, certains magistrats, à Paris, sont présents au sein des maisons des princes, voire de la reine, sans oublier, comme l’a rappelé Daniel Dessert, que d’importants magistrats participent aux « affaires du roi ». C’est dans les mêmes familles, de plus, que se recrutent aussi une partie des évêques. Ceci conduit à se pencher sur les réseaux, mieux appréciés depuis de récents travaux, mais qui restent encore largement méconnus. Enfin, une attention doit être accordée aux relations avec les autres institutions, corps de ville ou chambres des comptes en particulier, qui ont fait l’objet d’importantes investigations ces dernières années44.

*

10Face à ces interrogations, face à ces masses archivistiques encore à explorer, nous devons donc dire clairement que nous ne prétendons évidemment pas, dans les pages qui suivent, tout dire sur le thème et les pistes proposés. Tout juste nous sommes nous bornés, en faisant le point sur un certain nombre de questions qui ne les épuisent pas toutes, à lancer, après d’autres, quelques pistes avec l’espoir que cela puisse susciter d’autres travaux sur des parlements dont l’histoire est en peine réécriture, et nous aider à comprendre les apparentes contradictions placées en ouverture de ce propos liminaire.

Notes

1 Cité par Pierre Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, 1868, t. IV, p. 136.

2 Ernest Lavisse, Louis XIV, Paris, Hachette, 1974, t. I, p. 280.

3 Citons ici la toute dernière phrase du chapitre que Roland Mousnier consacre aux parlements dans la Fronde : « Les officiers étaient vaincus par les commissaires » (Les institutions de la France sous la monarchie absolue, Paris, PUF, 1980, t. II, p. 605).

4 Le parlement d’Aix est éxilé à Brignoles après la révolte des Cascaveus (René Pillorget, Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Paris, Éd. A. Pedone, 1975, p. 346-347) ; le parlement de Rouen est interdit plusieurs longs mois après les troubles normands de 1639 (Nicole Foisil, La révolte des nu-pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris, PUF, 1970, p. 320-326) ; une interdiction de quelques mois frappe également le parlement de Dijon après le lit de justice tenu par le roi dans la capitale bourguignonne (Élisabeth-François de Lacuisine, Le parlement de Bourgogne depuis ses origines jusqu’à sa chute, Dijon, Rabutot, 1864, p. 72-96).

5 Ran Halévi, « Savoir politique et “mystères de l’État”. Le sens caché des Mémoires de Louis XIV », HES, oct.-déc. 2000, p. 451-468.

6 La dévitalisation politique des parlements et la mise à l’écart des grands des conseils sont d’ailleurs traitées en parallèle par Joël Cornette, au titre des principaux « enseignements de la Fronde » dans La Monarchie entre Renaissance et Lumières, 1515-1792, Paris, Seuil, 2000, p. 212-213.

7 Clarisse Coulomb, Les Pères de la patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières, Grenoble, PUG, 2006, p. 10, d’après une expression attribuée à Olivier Chaline.

8 René Pillorget, op. cit., p. 1008 ; voir également : Grégory Hanlon, L’univers des gens de bien : culture et comportements des élites urbaines en Agenais-Condomois au XVIIe siècle, Bordeaux, PUB, 1989, p. 42, et Olivier Chaline, Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005, p. 338.

9 Michel Antoine, Le Conseil du roi sous le règne de Louis XV, Paris/Genève, Droz, 1970, p. 43-53 et 630-631.

10 Joël Cornette, La mélancolie du pouvoir. Omer Talon et le procès de la raison d’État, Paris, Fayard, 1998, p. 307-332 ; la vision des « vaincus » est exposée par Jean Le Boindre, Débats du parlement de Paris pendant la minorité de Louis XIV, Robert Descimon, Orest et Patricia Ranum et Isabelle Storez-Brancourt (éd.), Paris, Honoré Champion, 1997-2002, 2 vol. 

11 Roland Mousnier, op. cit., t. II, p. 335-338 ; William Doyle, « Colbert et les offices », HES, oct.-déc. 2000, p. 469-480.

12 Katia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999 et « Louis XIV et l’aristocratie : coup de majesté ou retour à la tradition ? », HES, oct.-déc. 2000, p. 497-512.

13 Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1983, p. 341-378 ; William BEIK, Absolutism and society in Seventeenth century France : State Power and Provincial Aristocracy in Languedoc, Cambridge, Cambridge UP, 1985 ; Françoise Bayard, Le monde des financiers au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1988 ; James B. Collins, La Bretagne dans l’État royal, trad. de l’anglais par Yves Rannou, Rennes, PUR, 2006 ; Julian Swann, Provincial power and absolute monarchy. The estates general of Burgundy, Cambridge, Cambridge UP, 2003.

14 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, Seuil, 2002.

15 Un état de la question dans Fanny Cosandey et Robert Descimon, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Seuil, 2002, en particulier la troisième partie : « L’absolutisme, un mythe ? ».

16 Voir en particulier William Beik, « The absolutism of Louis XIV as social collaboration », Past and Present, no 188, 2005, p. 195-224, qui offre un large panorama des recherches récentes.

17 Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001, p. 9.

18 Dans le gros chapitre que Roland Mousnier consacre, dans ses Institutions de la France sous la monarchie absolue, aux relations entre la monarchie et les parlements (intitulé « Le procès des trois cents ans »), la période du règne personnel de Louis XIV est expédiée en deux pages et demi (sur un total de 83). Vingt ans plus tard, Joël Cornette pouvait encore écrire que « nous attendons une grande étude sur les parlements au temps de Louis XIV » (« Le nouveau siècle de Louis XIV », HES, oct.-déc. 2000, p. 568). Le constat mérite sans doute d’être relativisé pour le parlement de Paris, comme le soulignent Lauriane Kadlec (Quand le parlement de Paris s’oppose à l’autorité royale. L’affaire de la chambre de justice de l’Arsenal, 14 juin 1631-mars 1632, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 12) et Isabelle Storez-Brancourt (dans Sylvie Daubresse, Monique Morgat-Bonnet et Isabelle Storez-Brancourt, Le parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du parlement de Paris, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 9-10). Voir ainsi le travail de Hassen El Annabi, Le parlement de Paris sous le règne personnel de Louis XIV, Tunis, Publications de l’université Tunis I, 1989.

19 Albert Hamscher, The Parlement of Paris after the Fronde (1653-1673), Pittsburg, Pittsburg UP, 1976 et The Conseil privé and the parlements in the age of Louis XIV: a study in French absolutisme, Philadelphie, American Philosophical Society, 1987.

20 Pierre Blet, Le clergé de France, Louis XIV et le Saint-Siège de 1695 à 1715, Rome, Cité du Vatican, 1989.

21 Michel Antoine, « Les remontrances des cours supérieures sous le règne de Louis XIV (1673-1715) », Bibliothèque de l’École des chartes, janv.-juin 1993, p. 87-122.

22 Frédéric Bidouze, Les remontrances du parlement de Navarre au XVIIIe siècle, Biarritz, Atlantica, 2000, p. 681-683.

23 La thèse de Caroline Le Mao a débouché sur deux publications : Les Fortunes de Thémis. Vie des magistrats de Bordeaux au Grand Siècle, Bordeaux, FHSO, 2006 et Parlement et parlementaires. Bordeaux au Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2007 ; voir également son article : « Louis XIV et le parlement de Bordeaux : un absolutisme bien tempéré ? », dans Hugues Daussy, Frédérique Pitou (dir.), Hommes de loi et politique (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR, 2007, p. 89-104. L’expression « absolutisme bien tempéré » a été précédemment utilisée par Joël Cornette, dans La Monarchie, op. cit., p. 243.

24 Sharon Kettering, Patrons, brokers and clients in seventeenth century France, Oxford/New York, Oxford UP, 1986; Sara E. Chapman, Private ambition and political alliances: the Phélypeaux and Louis XIV’s government, 1650-1715, Rochester, N. Y., University of Rochester Press, 2004; Charles Frostin, Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV, Rennes, PUR, 2006.

25 Sylvie Daubresse, Le parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, Droz, 2005, p. 475.

26 Gauthier Aubert et Marie-Laure Flahaut, « Rennes de la révolte du Papier timbré à la veille de la Révolution à travers deux chroniques inédites », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, t. CXIII, 2009, p. 152.

27 Caroline Le Mao, Parlement et parlementaires, op. cit., p. 117.

28 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 173bis, f ° 769 sq.

29 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bh 14 (texte reproduit par Arthur de La Borderie et publié dans Les Bonnets rouges, Paris, UGE, 1975, p. 206).

30 Ran Halévi, art. cit. ; Stanis Pérez, « Les brouillons de l’absolutisme : les “Mémoires” de Louis XIV en question », XVIIe siècle, no 222, 2004/1, p. 25-50. On peut lire dans les Mémoires pour l’année 1661 : « Il fallait, par mille raisons… diminuer l’autorité des principales compagnies qui, sous prétexte que leur jugement sont sans appel, et comme on parle, souverains et en dernier ressort, ayant pris peu à peu le nom de cours souveraines, se regardaient comme autant de souverainetés séparées et indépendantes. Je fis connaître que je ne souffrirais plus leurs entreprises » (Mémoires, Paris, Tallandier, 2007, p. 78). L’historiographie retient quant à elle souvent la date de 1665 (Roland Mousnier, op. cit., t. II, p. 607).

31 Séverin Canal, Les origines de l’intendance en Bretagne, Paris, Honoré Champion, 1911.

32 Cité par Henri Fréville, L’intendance de Bretagne (1689-1790), Rennes, Plihon, 1953, t. I, p. 44.

33 Bibl. nat. France, mélanges Colbert, 108, 109, 109bis, 112, 115, 119, 120bis, 123, 150bis, 151, 153. Notons aussi que Jean Meyer avait déjà attiré l’attention sur le fait que, en cette province, la réformation de la noblesse avait été une œuvre menée par des parlementaires sous l’autorité du premier président (La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1985, t. I, p. 29-73).

34 Cité par Arthur Le Moy, Le parlement de Bretagne et le pouvoir royal au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1909, p. 89.

35 Cité par Gauthier Aubert, Le président de Robien, gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, Rennes, PUR, 2001, p. 357-358.

36 Philippe Salvadori, « Le parlement de Bourgogne et la municipalité de Dijon sous le règne personnel de Louis XIV », Olivier Chaline et Yves Sassier (dir.), Les Parlements et la vie de la cité (XVIe-XVIIIe siècles), Rouen, PU Rouen, 2004, p. 230.

37 John Hurt, Louis XIV and the parlements. The assertion of royal authorithy, Manchester/New York, Manchester UP, 2002, qui fait suite à son article « Louis XIV et le déclin politique des parlements, 1661-1673 », dans Martine Acerra, Jean-Pierre Poussou, Michel Vergé-Franceschi et André Zysberg (dir.), État, marine et société. Hommage à Jean Meyer, Paris, PUPS, 1996, p. 229-237.

38 Voir en particulier l’analyse critique de Robert Descimon, dans les Annales HSS, 2002, no 6, p. 1655-1658.

39 Albert Hamscher, « Une contestation évitée : la prétendue lettre du parlement de Paris, 1667 », Bernard Barbiche, Jean-Pierre Poussou et Alain Tallon (dir.), Pouvoirs, contestations et comportements dans l’Europe moderne. Mélanges en l’honneur du professeur Yves-Marie Bercé, Paris, PUPS, 2005, p. 663.

40 Notons que cette rencontre est la troisième d’une série inaugurée en 2002 par le colloque de Rouen, consacré aux relations entre les parlements et leurs villes (actes publiés sous la direction d’Olivier Chaline et Yves Sassier, op. cit.) et poursuivie en 2006 par une seconde manifestation, également à Rouen, qui avait eu pour thème les parlements et les Lumières (actes à paraître).

41 Albert Hamscher, The parlement of Paris, op. cit., p. 90 ; Sarah Hanley, Le lit de justice des rois de France, Paris, Aubier, 1991, p. 298. Un aperçu de la fortune critique du mythique « L’État c’est moi » dans Lucien Bély, Louis XIV, le plus grand roi du monde, Paris, Éditions J.-P. Gisserot, 2005, p. 47.

42 Michel Antoine, « Nostalgie de la Fronde et opposition parlementaire sous Louis XV », Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, Cahiers des Annales de Normandie, 23, 1990, p. 481-491 ; Orest Ranum, La Fronde, Paris, Seuil, 1995, p. 391.

43 Olivier Chaline, op. cit., p. 590-591.

44 Olivier Chaline et Yves Sassier (dir.), op. cit. ; Guy Saupin, « Fonctionnalisme urbain et sociologie des corps de ville français », Guy Saupin (dir.), Le pouvoir urbain dans l’Europe atlantique du XVIe au XVIIIe siècle, Nantes, Ouest éditions, 2002, p. 235-258 ; Dominique Le Page, actes du colloque « Contrôler les finances sous l’Ancien régime », 28-30 novembre 2007, à paraître.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540