Version classiqueVersion mobile

La fabrique de la norme

 | 
Véronique Beaulande-Barraud
, 
Julie Claustre
, 
Elsa Marmursztejn

Quatrième partie. Images et apparences

La cour de France, fabrique de normes vestimentaires à l’époque moderne

Isabelle Paresys

Résumé

La cour de France est, à l’époque moderne, un pôle d’élaboration d’une culture codifiée qui s’autonomise par rapport au reste de la société. Elle s’avère être un foyer d’élaboration de normes vestimentaires singulières, caractérisées par la magnificence, la performance et l’expression de la hiérarchie des rangs. Essentiellement implicites, ces normes relèvent plus de l’usage ou coutume que de la promulgation de règles explicites, couchées par écrit. Pour autant, la puissance de ces normes vestimentaires est forte aux yeux de la société de cour qui en observe attentivement les infractions ou les créations. En ce domaine, les moments de la vie de cour, ordinaires ou extraordinaires, ou encore les souverains eux-mêmes, ont pu jouer un rôle moteur. Mais la Mode introduit sa dynamique à celle de la fabrique des normes curiales, dans une relation qui évolue dans le temps jusqu’à discréditer le paraître des courtisans.

Texte intégral

  • 1 Paresys I. et Coquery N. (éd.), Se vêtir à la cour en Europe 1400-1815, Villeneuve-d’Ascq, Institu (...)

1La société de cour est une société soumise aux regards que portent les uns sur les autres les courtisans et à ceux que portent sur elle les observateurs extérieurs. Là plus qu’ailleurs, parce qu’elle constitue un microcosme où la hiérarchie et le rang sont des valeurs sur lesquelles s’appuie la monarchie d’Ancien Régime pour construire l’obéissance au souverain, l’être est défini par son paraître et par la perception qu’en a autrui. Les apparences vestimentaires, qu’il faudrait associer plus généralement à celles du corps, relèvent naturellement des expressions identitaires de la société de cour1.

  • 2 Le Roux N., « Codes sociaux et culture de cour à la Renaissance », Le Temps des savoirs. Revue int (...)
  • 3 Leferme-Falguière F., Le monde des courtisans : la haute noblesse et le cérémonial royal aux XVIIe(...)
  • 4 Le Roux N., art. cit., p. 131.

2Or la cour royale est, depuis la Renaissance principalement, un pôle d’élaboration d’une culture codifiée qui s’autonomise par rapport au reste de la société2. Comme l’exprime Frédérique Leferme-Falguière dans sa thèse sur le cérémonial curial en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, la cour est « au centre de cette production de codes et de normes vestimentaires qui organise une échelle des apparences3 » : des codes, c’est-à-dire des systèmes de signes et de pratiques régissant le fonctionnement des relations interpersonnelles de ceux qui vivent auprès du souverain4 ; des normes, c’est-à-dire des énoncés prescriptifs généraux sur des types de comportements à adopter, dans un champ social donné.

3Cette contribution a pour but de présenter à grands traits en quoi la cour de France fut, de la Renaissance à la Révolution, une fabrique de normes vestimentaires en abordant, tout d’abord, la question des normes elles-mêmes, puis celle de leur fabrication.

Des normes vestimentaires liées aux exigences de la vie de cour

4Les normes curiales sont faites d’un ensemble de signes vestimentaires qui, associés à ceux du corps, identifient les membres de la cour. Ces signes ne sont pas figés dans le temps mais évoluent au gré des modes qui en modifient la nature et les formes. Il n’est guère passionnant d’en faire le catalogue, sauf à se résoudre à pratiquer une histoire du costume, certes érudite, mais uniquement descriptive de ses formes et de ses pièces, ce qui n’est pas l’objet de ce travail. Aussi dégagerons-nous les grands principes qui régissent les signes identificateurs du système vestimentaire curial. Il s’agit tout d’abord du principe de la magnificence, puis de celui de l’éloquence du corps vêtu et enfin de celui de l’expression de la hiérarchie.

La magnificence vestimentaire

  • 5 Joannis Cl., Joséphine, impératrice de la mode. L’élégance sous l’Empire, Paris, RMN, 2007, p. 71.
  • 6 Saint-Simon, Louis XIV et sa Cour, préface de Daniel Dessert, Bruxelles, Complexe, 1994, p. 355.
  • 7 Élias N., La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, p. 54.
  • 8 Ibid. ; Roche D., « L’économie des garde-robe à Paris de Louis XIV à Louis XVI », Communications, 1 (...)
  • 9 Élias N., op. cit., voir le chap. 2 : « Le système des dépenses » ; Leferme-Falguière F., Les cour (...)
  • 10 Chatenet M., « Habits de cérémonie : les mariages à la cour des Valois », Poutrin I., Schaub M.-K. (...)
  • 11 Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, Paris, Gallimard, 1991, I, II, p. 53 et Relation (...)
  • 12 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri IV, t. 2 : 1601-1609, présenté par A. Martin, Paris, Ga (...)

5La magnificence participe de la norme vestimentaire à la cour de France. On la retrouve durant tout l’Ancien Régime et la cour impériale la restaurera en 1804, tant la splendeur est un caractère essentiel, identificateur de la cour5. Louis XIV fut accusé par Saint-Simon, au début du XVIIIe siècle, d’avoir tourné en « maxime politique » le goût de « la splendeur, la magnificence, la profusion », épuisant par là les courtisans « en mettant le luxe en […] nécessité », réduisant ainsi « peu à peu tout le monde à dépendre entièrement de ses bienfaits pour subsister »6. La bienveillance du roi est en effet une chance essentielle dont dispose la noblesse d’épée pour échapper à l’appauvrissement provoqué par ses dépenses pour paraître à la cour7. Cependant, Louis XIV n’inventa rien en soi. Il systématisa simplement, dans le cadre de sa cour, la norme de « consommation de prestige » qui fait partie de l’ethos social de la noblesse qui règle ses dépenses sur les exigences du rang qu’elle veut tenir, comme l’a relevé Norbert Élias, pratique mesurée, sur le plan vestimentaire, par Daniel Roche dans la noblesse parisienne8. Cette norme est exacerbée dans la « société de spectacle » qui est celle des courtisans aux XVIIe et XVIIIe siècles9. On la relève déjà à la Renaissance à la cour des derniers Valois. Les cours princières s’engagèrent alors dans une compétition quant à leurs cadres matériels, de plus en plus ostentatoires, et quant aux parures vestimentaires de leurs membres. Rapportant sur la magnificence de la vêture des princes à la cour de France en 1539, l’ambassadeur de Mantoue ne craignit pas d’affirmer que cette dernière « est la reine de toutes les autres cours10 ». En pleine guerre de religion, la monarchie française, bien que mise à mal, ne capitula guère sur ce point. La rencontre de la cour de France avec celle d’Espagne à Bayonne, en 1565, ou encore le mariage de Marguerite de Valois avec Henri de Navarre en 1572, mirent en scène la magnificence des corps vêtus afin que l’étranger ne nous tienne pas « tous en France pour de grands gueux » (Brantôme), « signe que le royaume n’est pas dans la désolation que l’on présume mais qu’il s’en est présentement rétabli » (Giovanni Michiel11). La splendeur de la cour exprime la puissance de son souverain, message que sont chargés de transmettre les ambassades françaises à l’étranger. Celle envoyée par Henri IV à Rome en décembre 1608 surpassa par son lustre celui des Italiens et fit dire aux Romains « que ce n’était plus une entrée d’ambassadeur mais un triomphe de conquérant12 ». Chroniques, relations de fêtes et entrées, journaux de contemporains, relations d’ambassadeurs et gazettes témoignent de manière abondante de l’impact perçu par les spectateurs et recherché par ses promoteurs.

  • 13 Duc de Croÿ E. (1708-1784), Journal de Cour, Clermont-Ferrand, éd. Paléo, 2005, t. 4, p. 15 et t.  (...)
  • 14 Mansel Ph., Dressed to Rule. Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, Yale, Yale Un (...)
  • 15 Duc de Croÿ, op. cit., t. 4, p. 110 et t. 5, p. 124.

6Somptuosité des textiles et des couleurs, quantité et taille des ornements fort élaborés (passements, dentelles, pierreries cousues sur le vêtement et bijoux) font du vêtement porté à la cour un habit de luxe, à l’approvisionnement et à la fabrication duquel contribue un réseau de fournisseurs et d’artisans de plus en plus abondant au fur et à mesure que s’accroît la taille de la cour. À la fin de l’Ancien Régime, les deuils de cour, parfois fort longs, ne réjouissaient donc guère les fournisseurs parisiens privés de cette consommation ostentatoire, comme le releva à diverses reprises le duc de Croÿ13. Au XVIIIe siècle, la résistance française à l’usage d’un habit uniforme de cour, c’est-à-dire d’un vêtement codifié dans sa forme et ses ornements, souvent moins luxueux et d’inspiration militaire, alors que plusieurs cours européennes font ce choix, témoignait, non seulement de l’attachement de la cour à ces signes extérieurs du paraître, mais aussi du poids politique du lobby du luxe14. Du roi au courtisan, l’investissement financier dans l’habillement était devenu de plus en plus considérable au fur et à mesure que le souverain était parvenu à faire résider régulièrement la haute aristocratie à la cour. Le luxe de l’habit tel que l’exige l’étiquette – habit habillé pour les hommes et grand habit pour les femmes présentées à la cour – conjugué à la nécessité ostentatoire d’en multiplier les exemplaires, s’ajoute au coût des livrées de la domesticité. Certains courtisans sont fort attentifs au coût ainsi engendré. Aussi le journal du duc de Croÿ, que la défense de ses affaires et son rang obligeaient à des séjours réguliers à Versailles, consignat-il à diverses reprises les frais occasionnés par certaines cérémonies, tels les 22 000 francs d’habits qu’il engagea pour son fils, sa belle-fille et lui-même pour le mariage du Dauphin en 1770 ou les 7 000 livres dépensées pour le seul grand manteau de l’ordre du Saint-Esprit, vêtement si coûteux que le duc le considérait comme un « meuble qui reste dans une famille15 ».

Un corps éloquent en performance

  • 16 Flügel J. C., Le Rêveur nu. De la parure vestimentaire, [Londres, 1930], Paris, Aubier-Montaigne, (...)
  • 17 Le Courtisan, écrit Castiglione, doit donc « réfléchir à ce qu’il veut paraître, et se vêtir d’une (...)
  • 18 Vigarello G., Le Corps redressé, Paris, Delarge, 1978.
  • 19 Mme de Genlis écrit : « Il étoit impossible de les [les bourgeoises] confondre avec des courtisane (...)

7À la magnificence des matériaux s’ajoute celle du corps dont l’anatomie, modelée par le jeu du vêtement, confère une éloquence particulière à celui-ci. À la cour, le corps vêtu est plus qu’ailleurs en représentation et prend une apparence spectaculaire dans sa silhouette elle-même. Revêtir un tel habit relève de la performance physique, nous le verrons, et constitue une norme parfaitement incorporée par les souverains et leurs courtisans. L’une des éloquences les plus frappantes sur le long terme est celle de ce que John C. Flügel appela l’« extension du moi corporel16 ». L’hypertrophie de certaines parties du corps, essentiellement au niveau de la tête, du cou, des épaules, des bras ou encore des hanches, rend imposant le corps du prince et du courtisan remodelé par le costume. Les exemples sont nombreux dans l’histoire de la vêture curiale, allant, pour faire court, des immenses fraises, hauts cols et vertugadins de la cour d’Henri III (fig. 1) aux très hautes perruques masculines et fontanges féminines de la fin du règne de Louis XIV, par exemple. C’est sur le corps féminin que l’extension corporelle est sans doute la plus marquante. Portraits et estampes de mode témoignent de l’usage qui s’imposait au XVIIIe siècle aux dames de la cour de porter le « grand habit », c’est-à-dire un ensemble complexe de parure qui associait alors un énorme panier, une très longue queue de robe et un grand corps (corset fort rigide) qui affine le tronc et crée par contraste une taille extrêmement fine (fig. 2). Il est certain que tous ces éléments contribuent à l’éloquence distinctive du corps du courtisan à laquelle appelait de ses vœux Castiglione, au début du XVIe siècle, et que relayèrent à sa suite les manuels de civilité et de politesse17. Associé à l’éducation du corps qui développe une « sémiologie de la rectitude » depuis la Renaissance18, le vêtement de cour confère « maintien » et « tournure », releva plus tard Madame de Genlis, qualités corporelles sans lesquelles, commentait-t-elle, les bourgeoises, saisies par le goût de la parure de luxe, se confondent avec des courtisanes, au sens vil19.

  • 20 Brantôme, Recueil des Dames, op. cit., I, V, p. 129.
  • 21 Marquis de Dangeau, Journal de la Cour du Roi Soleil, t. 10 (1697), Le Mariage, Clermont-Ferrand, (...)
  • 22 Mme de la Tour du Pin, Journal d’une femme de cinquante ans, 1778-1815, Paris, Marc Imhaus et René (...)
  • 23 « Je ne pouvais entendre ces paroles sans rire, aussi me sauvais-je chaque fois dans une autre cha (...)
  • 24 Mme de Sévigné, Correspondance, texte établi par R. Duchêne, Paris, Gallimard, 1972, t. 3, p. 453.

8La norme suivante est donc bien commune au vêtement de cour entre la Renaissance et la Révolution : il se doit d’être imposant par l’éclat de ses matériaux et de sa parure ainsi que par l’ampleur qu’il confère au corps. Cette norme s’avère extrêmement contraignante, au détriment de l’aisance corporelle. Nombreux sont les témoignages du poids du vêtement de cour d’apparat dû aux matériaux précieux, aux longs métrages nécessaires à leur confection et aux parures qu’on y appose, faisant du paraître curial une véritable performance corporelle. Celle par exemple de Marguerite de Valois, à la procession des Rameaux à Blois en 1571, sous le poids d’une robe confectionnée dans 15 aunes de drap d’or (18 mètres), fut remarquable aux yeux de Brantôme. Elle fut permise par la haute taille de Marguerite car, commente-t-il, « si elle eust été une petite nabotte de Princesse […] ell’eust crevé sous le faiz [le poids]20 ». En 1697, la toute jeune et petite duchesse de Bourgogne – onze ans à peine – ne put soutenir elle-même sa robe de drap d’argent, si pesante que pendant sa progression vers l’autel, deux gentilshommes durent l’aider à porter ses habits21. La marquise de la Tour du Pin et Madame de Genlis témoignent, à la fin du XVIIIe siècle, de l’encombrement du grand habit qui provoque des difficultés à marcher – la dame s’entraînait pour cela chez un maître à danser, avant sa présentation à la cour – sans piétiner la queue de sa propre robe ou celle d’une autre, ou sans glisser, déstabilisée par les hauts talons que portaient hommes et femmes depuis la deuxième partie du XVIIe siècle22. La reine n’échappe pas à cette prise de risque. La Palatine, duchesse d’Orléans et belle-sœur de Louis XIV, raconte que la reine Marie-Thérèse, qui portait « des souliers à talons très hauts », tombait souvent en s’écriant « Ah ! Je suis tombée ! », chute et paroles qui provoquaient à chaque fois un incontrôlable fou rire chez sa belle-sœur23. Les hommes ne sont pas en reste. En janvier 1689, lors de la cérémonie de l’ordre du Saint-Esprit, vraisemblablement pour ne pas avoir respecté les distances entre leurs imposants costumes d’apparat, Monsieur de Montchevreuil et Monsieur de Villars se retrouvèrent imbriqués l’un à l’autre par leurs épées, rubans, dentelles et clinquants, sans que l’on sût les séparer jusqu’à la fin de la cérémonie. Il fallut les arracher de force l’un à l’autre24.

L’expression de la hiérarchie des rangs

  • 25 Leferme-Falguière F., Le monde des courtisans, la haute noblesse et le cérémonial…, op. cit., p. 2 (...)

9La question de la distance physique à tenir entre chacun est loin d’être anecdotique, on le verra, dans une cour de plus en plus peuplée, où le nombre des officiers est démultiplié en trois siècles et où la haute aristocratie se doit de paraître pour obtenir la faveur du roi. Les relations interpersonnelles sont fortes au sein de la société de cour où les rapports de dépendance entre le souverain et les courtisans s’intensifient, et où chacun entretient par ailleurs une domesticité. Au même titre que l’étiquette, qui règle la vie dans l’espace curial, et que le cérémonial, qui en détaille les rituels dans les grandes occasions, les normes vestimentaires participent à l’expression de la hiérarchie des rangs25.

  • 26 Roche D., « L’économie des garde-robe à Paris de Louis XIV à Louis XVI », Communications, année 19 (...)
  • 27 Da Vinha M., « Les gens de livrée dans la maison civile du roi de France », Arizzoli-Clémentel P.,(...)
  • 28 La Tour du Pin, op. cit., chap. 3, III, 1783.

10Celle-ci n’épargne pas les domestiques, les gens des maisons aristocratiques ou les petits officiers des maisons civiles royales. Très nombreux, ces gens – des hommes essentiellement – ponctuent le paysage curial de leurs livrées d’habits colorées. Ces livrées, habits uniformes dont la couleur de l’étoffe, les galons et les boutons sont codifiés pour chaque maison aristocratique, signalent l’appartenance de leurs porteurs à l’une d’entre elles. Les édits royaux peinent à limiter le luxe galopant de ces signes extérieurs du rang de leurs maîtres (étoffes, galons, rubans, boutons) et de leurs vanités concurrentes26. Leur reconnaissance demande donc un œil exercé. Leur quantité reflète aussi le rang de leur maître à la cour, celui du roi se plaçant bien sûr en tête par l’abondance des gens de livrée de sa maison qui faisait l’admiration du Mercure Galant en 167827. Le souverain défend d’ailleurs jalousement l’exclusivité de la couleur bleue contre ceux qui ont la tentation de la faire porter aux leurs, même avec des galons différents (fig. 3). Mme de la Tour du Pin, née Dillon, d’origine anglaise, explique par cet interdit le choix d’une livrée rouge pour sa famille : « Nous étions obligés d’[de l’]avoir en rouge, bien qu’elle fût gros bleu en Angleterre, parce que nos galons étaient absolument semblables à ceux de Bourbon. Si nos habits eussent été bleus, notre livrée aurait ressemblé à celle du roi, ce qui n’était pas permis28. »

  • 29 Expression reprise à E. Le Roy Ladurie, parlant de la Palatine et de Saint-Simon. Le Roy Ladurie E (...)
  • 30 Dite aussi la Grande Mademoiselle, Anne-Marie Louise d’Orléans est la fille de Gaston de Bourbon, (...)
  • 31 Ibid. Anne Marie de Gonzague de Clèves, princesse Palatine (1618-1684), épouse d’Edouard de Bavière (...)
  • 32 De Rouvroy duc de Saint-Simon L., Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le s (...)
  • 33 Leferme-Falguière L., Le monde des courtisans : la haute noblesse et le cérémonial…, op. cit., p.  (...)
  • 34 Sur la querelle sur l’égalité des queues entre les Condé et les Orléans au XVIIe siècle, par exemp (...)
  • 35 Saint-Simon, Mémoires complets…, t. 8, chap. 7 (1710).

11C’est à travers le cérémonial que se perçoivent les normes vestimentaires les plus expressives de la hiérarchie des rangs, lors des entrées royales, réceptions de princes, obsèques, cérémonies où la cour est représentée dans son ensemble. Seuls les princes et princesses de sang royal ont droit au port de toile d’or et d’argent, rappellent les édits somptuaires au XVIe siècle. Lors des mariages et cérémonies liées au deuil, une pièce du vêtement s’avère être particulièrement emblématique de tout l’investissement hiérarchique que l’on y place. Il s’agît de la « queue », traîne de robe, de mantes ou manteaux, dont le port (ou non), la longueur et la nature de son porteur sont autant de signes d’expression de la hiérarchie des rangs pour les observateurs attentifs que sont les courtisans, très attachés à classer et à « taxinomiser »29. Les querelles à leur propos révèlent l’importance qui leur est attachée. En 1660, pour la cérémonie du mariage de son cousin Louis XIV, Anne-Marie Louise d’Orléans de Montpensier, deux fois Bourbon, s’offusqua de ce qu’aucun duc ne voulût porter, hormis la sienne, les queues de robes de ses demi-sœurs qu’elle tenait en affection. Elle se plaignit à Mazarin de ce que « l’on ne vouloit pas rendre autant d’honneur à mes [ses] sœurs qu’à moi [elle] ». Le cardinal finit par trouver un accommodement en faisant porter les traînes des princesses et sœurs par une série de comtes30. Le jour même de la cérémonie, nouvelle querelle ! Cette fois sur le port de la queue de la robe d’Anne-Marie de Gonzague de Clèves, princesse palatine et donc princesse étrangère. Protestations partant du principe que seules les princesses de sang portent une queue au mariage d’un roi. Mortification de la Palatine qui, de ce fait et bien que parée, ne se rendit point à la cérémonie et gain de cause pour la Grande Mademoiselle qui s’était faite la championne de la Maison royale contre les prétentions à l’élévation des princes étrangers31. Un demi-siècle plus tard, le duc de Saint-Simon nota consciencieusement dans son journal la remise en cause par les princes de sang, à la fin du règne de Louis XIV, de normes de deuil qui régissaient jusqu’alors la hiérarchie des rangs entre eux et les petits-fils de France32. Celle-ci est en effet mobile dans l’histoire de la cour et complexifie d’ailleurs le cérémonial33. La prétention à l’égalité des queues par certains princes lors des funérailles du Grand Dauphin en 1711 révèle combien le port ou non de manteaux et mantes de deuil, ou encore la longueur hiérarchisée des queues des dames, sont autant d’indicateurs visuels du rang de chacun à la cour34. « La queue de la reine est de onze aunes [environ 13 mètres], les filles de France en ont neuf, les petites-filles de France sept, les princesses du sang cinq, les duchesses trois. L’invention du rang de petites-filles de France a fait croître la queue de la reine et celle des filles de France de deux aunes chacune. Les queues sans deuil, au mariage du roi et autres pareilles cérémonies, sont de la même longueur pour les mêmes35. » Saint-Simon tint scrupuleusement les comptes de cette grammaire vestimentaire de la distinction par laquelle s’affichent les rangs à la cour.

Comment se fabriquent les normes vestimentaires curiales ?

12Après avoir distingué trois grands principes normatifs identificateurs de la vêture de cour, il s’agit désormais d’en comprendre les modes de fabrication. Comment se fabriquent les normes vestimentaires à la cour sous l’Ancien Régime ? On touche ici une question délicate. On pourrait en effet penser que dans une société où la connaissance des normes qu’elle secrète est indispensable à la reconnaissance par autrui, il existerait des corpus réglementaires qui les définiraient de manière explicite. Au contraire, comme la plupart des normes sociales, les normes vestimentaires curiales et leur fabrication relèvent de l’implicite. On tâchera néanmoins d’appréhender les moteurs de leur fabrication et parmi ceux-ci, une attention particulière sera accordée à la Mode.

Des normes essentiellement implicites

  • 36 Furetière A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français…, Rotterdam, 16 (...)
  • 37 « Grand habit de cour qu’on appelle communément être en robe détroussée et à queue traînante » (17 (...)
  • 38 De Marly D., Louis XIV and Versailles, New York, Holmes & Meyer, 1987, p. 65.

13Les normes vestimentaires curiales relèvent essentiellement d’un terme couramment employé à la cour pour évoquer ses modes de vie : les usages, c’est-à-dire les coutumes ou habitudes (Furetière, 169036). On peut considérer que, à l’image du cérémonial étudié par Frédérique Leferme-Falguière, leurs énoncés prescriptifs se construisent dans le temps à partir d’exemples et de cas particuliers ayant suscité l’adhésion de la cour et du souverain. Ceux-ci les considèrent comme suffisamment emblématiques de l’identité curiale pour les conserver, parfois sur de longues décennies. En d’autres termes, les normes vestimentaires curiales sont un ensemble d’usages conformes aux exigences de la représentation de la société de cour, façonnés dans le temps et acquis par l’éducation et la fréquentation de celle-ci. Ainsi en est-il, par exemple, pour le grand habit féminin, apparu dans ses principes de base (grand corps très raide, grand décolleté, demi-manches appelées « engageantes », robe richement ornementée, traîne) dans les années 167037. Mémoires et publications officielles, telles que la Gazette de France, n’en mentionnent guère l’origine38. Mais il s’agissait vraisemblablement pour les dames de la cour d’adopter un habit qui en reflétait le lustre et l’ethos corporel (la rectitude), avec approbation du roi, très vigilant sur la tenue de tous. Cet habit incarna si bien la silhouette de cour qu’il se maintint encore tout au long du XVIIIe siècle, adoptant au passage, dans les années 1720, un immense panier qu’il conserva jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, bien que la mode évoluât vers des formes plus simples et plus confortables.

  • 39 Gorguet-Ballesteros P., « Caractériser le costume de cour : propositions », dans Fastes de cour…, (...)
  • 40 Leferme-Falguière P., Le monde des courtisans : la haute noblesse et le cérémonial…, op. cit., p.  (...)
  • 41 Mme de Genlis, Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la cour […], Paris, P. Mongié aî (...)
  • 42 Voir à ce propos la très intéressante définition qu’en donne F. Leferme-Falguière dans le premier (...)

14L’étiquette, que nombre d’histoires du costume énoncent, sans trop réfléchir à sa nature, comme une règle formelle, grande ordonnatrice en matière de « costume de cour » – en témoigne le récent catalogue de l’exposition tenue à Versailles en 200939 – n’est jamais qu’une « forme d’habitus, une intériorisation des contraintes et une reproduction des logiques de différenciations qu’aucun manuel ne vient apprendre40 ». Les maîtriser est en soi un signe d’élection qui explique l’attention minutieuse qu’y portent les courtisans, jusque dans les moindres détails. C’est le souvenir de ces « détails » régis par l’étiquette, qui n’est rien d’autre qu’un ensemble de règles comportementales à adopter en telle ou telle circonstance, et le souvenir notamment de quelques usages vestimentaires, que Mme de Genlis consigna bien plus tard, en 1818, dans son Dictionnaire des étiquettes41. Mais jusque là, ces règles comportementales et vestimentaires ne suivaient pas un corpus fixe et établi formellement par les institutions curiales (premiers gentilshommes de la chambre ou grand maître des cérémonies par exemple) ou par le souverain lui-même. Il en est de même, pour les normes vestimentaires, qu’avec ce que les historiens nomment le « cérémonial de cour42 ».

  • 43 « Les règlemens faicts par le Roy, le 1er janvier 1585, pour l’ordre qu’il veut estre gardé en son (...)
  • 44 Hunt A., Governance of the Consuming Passions. A History of Sumptuary Law, Houndmills, 1996. Ce de (...)
  • 45 Ibid.
  • 46 Fogel M., « Modèle d’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 1485 à 1 (...)
  • 47 Bosse A., Le Courtisan suivant le dernier édit, eau-fort, v. 1633 et Bosse A., La Dame réformée, e (...)
  • 48 Fogel M., art. cit., p. 235.
  • 49 Ibid., p. 230 et Roche D., La culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècle (...)

15Les corpus de textes réglementaires explicites restent en effet bien pauvres sur les normes vestimentaires curiales. Les règlements de cour qui sont, soit ponctuellement édités pour résoudre des conflits entre catégories de courtisans, soit publiés pour organiser les services et l’emploi du temps quotidien de la Maison des souverains, n’édictent que bien rarement sur les questions-vestimentaires. Et ceci y compris sous Louis XIV, qui fut le plus attentif au cérémonial autour de sa personne. Son précurseur, Henri III, qui réglementa pourtant à plusieurs reprises à partir de 1578 (1578, 1585), ne formula que peu d’exigences vestimentaires, reflets néanmoins de sa tentative d’imposer la révérence à sa Majesté par les courtisans : interdiction du port du chapeau dans les appartements royaux, mais port d’un bonnet ; port de l’épée au côté ; interdiction d’y paraître devant le roi « destaché ny déboutonné » et de se couvrir la tête sans son commandement43. Les lois somptuaires qui courent en France jusque 1724, connaissent leur apogée dans toute l’Europe à l’époque moderne44. Elles dépassent néanmoins le cadre curial pour viser à une régulation générale des passions pour la consommation somptuaire45. La question vestimentaire figure dans le plus grand nombre de lois (18 entre 1485 et 1660) au moment même de leur apogée, aux XVIe et premier XVIIe siècles46. Celles-ci s’en prennent non seulement à la confusion des rangs, qu’engendrent les dépenses ostentatoires auxquelles accèdent les roturiers enrichis, mais aussi à la distinction entre princes et gentilshommes. Au XVIIe siècle, afin de sauver la noblesse de la ruine et de l’inciter plutôt à dépenser pour servir la gloire du Roi dans les armées, l’État fit un temps fi de la hiérarchie des rangs pour imposer à tous des restrictions somptuaires. Abraham Bosse illustra cela à travers trois estampes représentant Dame et courtisan « suivant l’édit » de 1633, navrés de renoncer aux dentelles et parures interdites47. Néanmoins le monarque finit par reconnaître, par l’édit de novembre 1660, la nécessité des dépenses que la noblesse « est obligée de continuer à la suite de notre [sa] cour »48. Il reconnut par là l’existence d’un territoire réservé de la magnificence auquel la noblesse ne peut se dérober : la Cour. La législation distilla ainsi l’idée d’un paraître somptuaire réservé à « l’enclave suprême des distinctions sociales » qu’est la Cour, dépouillant ainsi partiellement la primauté nobiliaire de la superfluité vestimentaire à laquelle, jusqu’à la fin du XVIe siècle, la législation la réservait. Peu importe l’application de ces lois, relève Daniel Roche. Ce qui est essentiel, c’est qu’elles aient contribué à définir l’image d’un modèle de dépenses réservées49. Elles participent donc en quelque sorte à la définition de la norme de la magnificence vestimentaire curiale.

Moteurs de la fabrication des normes

  • 50 Anonyme, Album du sacre de Louis XVI (1774), XVIIIe siècle, Paris, musée du Louvre.
  • 51 Pour le détail des complexes règles vestimentaires de deuil à la cour, voir Leferme-Falguière F., (...)
  • 52 Chrisman-Campbell K., « Mourning and la mode at the court of Louis XVI », Costume, no 39, 2005, p. (...)

16Nous avons vu que le principe général de distinction et de hiérarchie des rangs joue un rôle fondamental dans le contexte de la fabrication de normes vestimentaires. Se conjuguent à cela les facteurs de temps et d’espace de la vie de cour qui rendent l’analyse complexe. Nous entendons ici la vie publique des souverains et courtisans, animée par des activités ordinaires (messe, chasse, promenade, jeu, bal, dîner et souper) et extraordinaires (sacres, funérailles et deuils de cour, mariages princiers, réceptions d’ambassadeurs, promotion de chevaliers du Saint-Esprit ou simple présentation du courtisan à la cour). Ces différents moments de la vie de cour peuvent donner lieu au port de vêtures spécifiques selon le degré de visibilité et d’éclat recherché. Les plus codifiés sont certainement le sacre et le deuil de cour, parce qu’ils sont emblématiques, pour l’un, de la charge symbolique qui est conférée au rituel, et pour l’autre, des liens de parenté au sein de la famille royale et des liens dynastiques avec les autres cours européennes. Les albums de sacre, comme celui de Louis XVI, vers 1774, gardent la trace des vêtements spécifiques portés par les membres de la cour escortant le souverain à Reims. Ceux qui exerçaient des fonctions curiales, tels les officiers de la couronne, ceux de la Maison du roi et les gardes de sa Maison militaire, les chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit, les ministres et conseillers, se distinguaient nettement les uns des autres comme ils se démarquaient des autres membres de la cour, grâce à leurs costumes, enregistrés par les albums50. En matière de deuil, la règle est que la cour suive celui du roi, par respect pour lui. Aussi l’étiquette en gradue la durée, en fonction du degré de parenté du défunt avec le roi. La qualité des vêtements, leur couleur (violet ou noir pour le roi ; du noir au gris pour les autres) et la quantité des ornements portés varient selon le moment du deuil (d’abord grand puis petit deuil). Il semble que le deuil de cour pour le décès de la reine Marie-Thérèse en 1682 fut déterminant dans l’affichage des rangs, puisque il réserva le port du manteau long et celui de la mante, dont la longueur de la traîne hiérarchise le rang, aux princes et princesses du sang, par exemple51. Le port du deuil de cour présente la particularité en France d’être suivi hors de la cour, ce qui témoigne de l’allégeance de la population à son roi52.

  • 53 Par exemple, le 7 septembre 1688, « Le roi a donné à M. de Brionne le brevet de justaucorps en bro (...)
  • 54 Héry-Simoulin S.-A., « Louis XIV et les mystères du justaucorps à brevet », dans Fastes de cour…, (...)
  • 55 Marquis de Dangeau, Journal d’un courtisan à la cour du Roi soleil, t. 2 (1686-1687), L’ambassade (...)
  • 56 Mémoires de Mlle de Montpensier, op. cit., 2e partie, chap. 3 ; [http://penelope.uchicago.edu/mlle (...)
  • 57 Duc de Luynes, Mémoires sur la cour de Louis XV, Paris, Firmin Didot, 1861, fév. 1744, p. 342.

17Lorsqu’une norme vestimentaire s’impose, il est bien difficile d’en identifier précisément l’initiateur. Le souverain cependant, à mesure qu’il entend régler la vie de cour autour de la majesté de sa personne, peut souvent jouer ce rôle moteur, créant des usages vestimentaires signifiant la faveur dont dispose autour de lui un petit groupe de courtisans privilégiés. Il peut s’agir d’un signe vestimentaire ou d’un habit complet. Ainsi Henri III créa en 1578 un habit de cérémonie particulier pour les chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit, qui resta inchangé jusqu’à ce que Louis XVI le réformât en janvier 1778. Hors cérémonies de l’ordre, il permet le port du très convoité ruban bleu. Louis XIV, qui joua beaucoup du principe de sa faveur pour distinguer des courtisans auxquels il accordait certains privilèges, fut certainement le plus inventif. Il permit aux courtisans de son choix de porter un habit distinctif qui est associé au privilège de pouvoir suivre librement le roi là où il se rend. Au cœur des années 1660, il instaura à cette fin un justaucorps spécial, accordé à un petit nombre de courtisans élus par lui, disposant par brevet de le porter. Richement brodé d’or et d’argent sur fond bleu, sans pour autant avoir été uniforme, le justaucorps à brevet fut fortement convoité par les courtisans. C’est pourquoi Dangeau relevait attentivement les attributions du justaucorps « en broderie » dans son journal de cour53. La dernière attribution daterait de 1750, sans que l’on sache véritablement ce qui mena à la disparition de cette pratique54. La permission octroyée aux dames autorisées par Louis XIV à l’accompagner dans son nouveau château de Marly, à partir de 1684, vêtues « à leur aise et commodément » d’une robe de chambre et non du grand habit, relève du même principe55. Il en est de même au XVIIIe siècle quand Louis XV, ou Marie Leczinska, permirent un temps une simplification de la robe des dames les accompagnant à Fontainebleau (robe de chambre) ou à Marly (robe abattue) (fig. 4). En revanche pour les hommes, la faveur du roi se mesurait au port de la livrée uniforme de chasse caractérisant chacune de ses résidences (Trianon, Marly, Fontainebleau, Choisy). En cas de contestation ou de demande d’assouplissement d’un usage, c’est d’ailleurs au roi que princes et courtisans aiment à faire appel. Ainsi, en juin 1660, le jeune Louis XIV trancha net, ainsi que dans toute querelle de préséance, celle des queues de robe entre sa cousine la Grande Mademoiselle et la princesse palatine d’alors, en statuant en faveur de la première56. En février 1744, profitant de l’infléchissement de l’étiquette à Marly (cf. ci-dessus), les dames interrogèrent la reine sur la possibilité de porter, dans les loges, lors de la comédie italienne, une robe abattue plutôt qu’un « habit troussé » (grand habit). Celle-ci s’en remit au roi qui leur donna son accord, « pourvu qu’elles eussent une mantille57 ». On voit donc par là que les normes vestimentaires curiales ne sont pas figées dans le temps, ce que confirme la relation qu’entretient la cour avec la mode.

La cour et la mode, fabriques de normes

  • 58 Gorguet-Ballesteros P., art. cit., p. 63.
  • 59 Empire de l’éphémère, la mode est caractérisée par des changements cycliques de styles vestimentai (...)

18Fidèles aux principes de magnificence, de performance et de hiérarchie des rangs précédemment évoqués, les apparences vestimentaires régies par les normes curiales sont soumises aux mutations des formes, des matériaux, des parements et accessoires qui caractérisent la Mode. En effet, hormis ces grands principes et quelques vêtures emblématiques de certaines cérémonies (ordres, sacre), le « costume de cour » ne nous semble guère avoir le caractère « ancien », « réglementé » ou l’« aspect conservateur » que lui attribuent les historiens du costume, lorsqu’ils s’attardent sur une période donnée et, surtout, sur la fin de l’Ancien Régime58. Car si l’on se place dans une perspective historique longue, les apparences curiales n’ont rien de figé mais appartiennent plutôt à une double dynamique. D’une part, celle d’une codification qui vise à distinguer les courtisans des autres groupes sociaux et qui s’accentue avec le long règne de Louis XIV, au fur et à mesure que se renforcent le système de la hiérarchie des rangs et la cérémonialisation de la vie quotidienne autour des souverains. D’autre part, celle de la temporalité de la Mode, autre fabrique d’usages normatifs, mais plus éphémères, faisant une large part à l’individu, dans un double mouvement d’imitation et de distinction59.

  • 60 Belfanti C. M., « Was fashion a European invention? », Journal of Global History, 3, 2008, p. 419- (...)
  • 61 Lipovetski G., op. cit., p. 66-69 et p. 74.
  • 62 Paresys I., « Paraître et se vêtir au XVIe siècle. Morales vestimentaires », Viallon M. (éd.), Par (...)
  • 63 Brantôme, cité par Boucher J., Deux épouses et reines à la fin du XVIe siècle, Louise de Lorraine (...)
  • 64 Godart de Donville L., Signification de la Mode sous Louis XIII, Aix-en-Provence, Edisud, 1978 ; L (...)
  • 65 Furetière A., op. cit., notice « Mode ».
  • 66 De Marly D., op. cit. ; Jones J. M., Sexing la Mode. Gender, fashion and Commercial Culture in Old (...)
  • 67 De Marly D., op. cit.

19La cour est en effet fabrique de normes en tant qu’elle génère la Mode, qui est une forme d’obéissance sociale, de contrainte, un système de règles dont l’ignorance entraîne une sanction sociale, le ridicule et l’ostracisme, comme le relevait Georges Simmel60. La société de cour, dans son souci de distinction, se prête particulièrement à la Mode qui lui permet d’exprimer sa singularité et son exigence esthétique, relayées par le souci de prestige du souverain61. À la Renaissance, les moralistes dénoncèrent, surtout à partir du règne d’Henri III, l’instabilité et le cosmopolitisme des apparences des courtisans qui bouleversent les règles de l’être et du paraître tandis que « la France prend pour règle la règle de la Cour », écrit Montaigne62. La Cour y prend celle des princes, rappela en 1578 Catherine de Médicis à sa fille Marguerite, reine de Navarre : « C’est vous qui inventez […] les belles façons de s’habiller et […] la cour les prendra de vous et non vous de la cour63. » Le rôle moteur de la cour est encore relevé, sous Louis XIII, dans le discours sur la Mode étudié par Louise Godard de Donville, ou dans les satires de la cour « qui fait profession/Que l’on ne voit jamais manquer d’invention/Pour passer en beauté d’habits la populace » (le Satyrique de la court, 162564). Les inventions de mode à la cour sont en effet issues d’un double processus de distinction, l’un par rapport à d’autres groupes sociaux, et l’autre de compétition et d’émulation internes entre courtisans. Si à la fin du XVIIe siècle, dans son Dictionnaire (1690), Furetière définissait la Mode comme ce qui « se dit plus particulièrement des manières de s’habiller suivant l’usage receu à la Cour », c’est parce que la cour y jouait encore le rôle moteur central65. Louis XIV, conscient de l’empire de la mode, de son impact économique, était en effet parvenu à imposer sa cour comme centre d’élaboration de manières de se vêtir diffusées dans le royaume et en Europe, à la mesure du prestige alors acquis par sa splendeur66. Ce qui ne signifie pas qu’il y maîtrisait l’ensemble des inventions67.

  • 68 Roche D., op. cit.
  • 69 Sur cette presse de mode de la fin de l’Ancien Régime, voir Roche D., op. cit., chap. 16, p. 447-4 (...)
  • 70 Suite d’estampes pour servir à l’histoire des mœurs et du costume des Français dans le dix-huitième (...)
  • 71 Sur l’adaptation à la mode d’un habit particulier de cour, voir Chrisman-Campbell K., « Le grand h (...)
  • 72 Voir le très intéressant article de Haru Crowston Cl., « The Queen and her “Minister of Fashion”: (...)

20Mais au XVIIIe siècle, la Mode n’est plus la créature de la culture de cour versaillaise dont elle s’est affranchie au profit de Paris et d’une diffusion sociale élargie, comme l’a démontré Daniel Roche68. En témoignent les estampes de mode éditées en série (la Galerie des Modes et costumes français, 1778-1787, par exemple), les almanachs et la nouvelle presse féminine qui donne naissance à la première presse de mode illustrée à la veille de la Révolution (le Cabinet des modes de 1785-1794, par exemple), dans lesquels la mode portée à Paris, dans le beau monde ou par les grisettes côtoie les habits revêtus à la cour, le tout à destination des amateurs, des provinciaux et de l’étranger69. Cette présence de princes et courtisans parmi les figures de mode dément un discours rencontré par ailleurs qui oppose la stabilité du « costume de cour », parfois qualifié « d’étiquette », à l’instabilité de la Mode : « Cette instabilité continuelle qui caractérise les modes de notre Nation, ne se fait point également sentir dans le costume des cours. L’étiquette y conserve d’anciens usages », commente l’éditeur d’une suite d’estampes sur les mœurs des Français, à propos de « la Dame du Palais de la reine » gravée par Moreau le Jeune en 177770. Les habits de cour, s’ils ont peu évolué dans leurs formes au XVIIIe siècle, ne sont pas déconnectés de la mode, même pour les plus codifiés d’entre eux, dont les mutations, lorsqu’on les étudie dans le détail, portent sur les textiles, les couleurs, les broderies et surtout, pour les femmes, sur les garnitures et accessoires, désormais aux mains des modistes qui s’affirment sur le marché dans les années 178071. La perméabilité de la vêture de cour envers ce que ses détracteurs qualifient de tyrannie ou de dictature de la mode, c’est-à-dire envers des normes qui viennent de la société extérieure, est à double tranchant. Elle contribue, commercialement, au prestige international de la mode française, mais elle provoque l’irritation envers la soumission de la cour à ses normes changeantes, et ceci à travers un personnage devenu emblématique de celle-ci : la reine. Marie-Antoinette fut accusée dans les années 1780 de pousser la monarchie en déficit à la banqueroute par ses dépenses vestimentaires excessives, guidées par son « ministre des modes », la marchande Rose Bertin qu’elle recevait en son particulier, malgré l’étiquette qui excluait une femme de son rang du contact avec des fournisseurs. Cette accusation n’a rien d’anecdotique. Pour l’aristocratie de cour traditionaliste, la reine, qui aimait par ailleurs vivre en retrait, ruinait la dignité royale et abolissait ainsi la distinction entre la cour et la ville, entre la noblesse et le commun. Dans le contexte de la critique d’une économie de cour basée sur le gaspillage de sa consommation ostentatoire, la soumission de la reine aux « lois de la Mode », arbitraires et capricieuses, en la personne de sa ministre-marchande, fut perçue comme un signe des abus de la monarchie absolue alors contestée72.

*

  • 73 Joannis Cl., Joséphine, impératrice de la mode…, op. cit., p. 71.

21La cour de France est donc, sous l’Ancien Régime, un foyer d’élaboration de normes vestimentaires singulières, caractérisées par la magnificence, la performance et l’expression de la hiérarchie des rangs. Essentiellement implicites, ces normes relèvent plus de l’usage ou coutume que de la promulgation de règles explicites, couchées par écrit. Pour autant, la puissance de ces normes est forte aux yeux de la société de cour qui en observe attentivement les infractions ou les créations. En ce domaine, les moments de la vie de cour, ordinaires ou extraordinaires, ou encore les souverains eux-mêmes, ont pu jouer un rôle moteur. Mais la mode introduit sa dynamique à celle de la fabrique des normes curiales, dans une relation qui évolue dans le temps jusqu’à discréditer le paraître des courtisans. Pourtant les normes vestimentaires incarnent à tel point la cour que, ayant décidé de restaurer celle-ci autour du couple impérial, Napoléon Ier, pourtant plus à l’aise dans son uniforme militaire, établit un règlement des costumes officiels de la cour impériale. En la matière, la cour des « parvenus » à la noblesse d’Empire s’avère plus normative que celle de l’Ancien Régime73. L’Empereur règlemente par écrit ce qu’aucun souverain n’avait jamais fait avant lui, dans un souci de créer une cour nouvelle dont les membres avaient perdu les « usages » anciens et le faste.

Notes

1 Paresys I. et Coquery N. (éd.), Se vêtir à la cour en Europe 1400-1815, Villeneuve-d’Ascq, Institut de recherche historique du Septentrion – CEGES/Centre de recherche du château de Versailles, 2011.

2 Le Roux N., « Codes sociaux et culture de cour à la Renaissance », Le Temps des savoirs. Revue interdisciplinaire de l’Institut universitaire de France, no 4, « Le Code », 2002, p. 131-148.

3 Leferme-Falguière F., Le monde des courtisans : la haute noblesse et le cérémonial royal aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de doctorat, université de Paris, dir. Daniel Roche, 2004, vol. 2, p. 494.

4 Le Roux N., art. cit., p. 131.

5 Joannis Cl., Joséphine, impératrice de la mode. L’élégance sous l’Empire, Paris, RMN, 2007, p. 71.

6 Saint-Simon, Louis XIV et sa Cour, préface de Daniel Dessert, Bruxelles, Complexe, 1994, p. 355.

7 Élias N., La société de cour, Paris, Flammarion, 1985, p. 54.

8 Ibid. ; Roche D., « L’économie des garde-robe à Paris de Louis XIV à Louis XVI », Communications, 1987, vol. 46, no 1, p. 109.

9 Élias N., op. cit., voir le chap. 2 : « Le système des dépenses » ; Leferme-Falguière F., Les courtisans : une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, PUF/Le Monde, 2007.

10 Chatenet M., « Habits de cérémonie : les mariages à la cour des Valois », Poutrin I., Schaub M.-K. (éd.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses en Europe, XVe-XVIIIe s., Paris, Bréal, 2007, p. 224.

11 Brantôme, Recueil des Dames, poésies et tombeaux, Paris, Gallimard, 1991, I, II, p. 53 et Relation de Giovanni Michiel en 1572, Comisso G. (éd.), Les ambassadeurs vénitiens : 1525-1792 : relations de voyages et missions choisies, Paris, Gallimard, 1989, p. 222.

12 Journal de L’Estoile pour le règne de Henri IV, t. 2 : 1601-1609, présenté par A. Martin, Paris, Gallimard, 1958, p. 404.

13 Duc de Croÿ E. (1708-1784), Journal de Cour, Clermont-Ferrand, éd. Paléo, 2005, t. 4, p. 15 et t. 6, p. 496.

14 Mansel Ph., Dressed to Rule. Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, Yale, Yale University Press, 2005.

15 Duc de Croÿ, op. cit., t. 4, p. 110 et t. 5, p. 124.

16 Flügel J. C., Le Rêveur nu. De la parure vestimentaire, [Londres, 1930], Paris, Aubier-Montaigne, 1982.

17 Le Courtisan, écrit Castiglione, doit donc « réfléchir à ce qu’il veut paraître, et se vêtir d’une manière qui correspond à l’impression qu’il désire donner de lui-même, et faire que ses habits l’aident à être tenu pour tel, même de la part de ceux qui ne l’entendent pas parler, et ne lui voient faire aucune chose ». Castiglione B., Le livre du courtisan, [1re éd. Venise, 1528], Paris, Garnier-Flammarion, 1991 : livre II, XXVII.

18 Vigarello G., Le Corps redressé, Paris, Delarge, 1978.

19 Mme de Genlis écrit : « Il étoit impossible de les [les bourgeoises] confondre avec des courtisanes ; malheur qui leur arrive souvent aujourd’hui, parce qu’avec le costume des dames de la cour elles n’en ont ni le maintien ni la tournure. Le goût effréné de la parure a saisi tous les états, et c’est la source de tous les genres de corruption, surtout pour les classes inférieures. » Mme de Genlis, Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la cour…, Paris, P. Mongié aîné, 1818, vol. 1.

20 Brantôme, Recueil des Dames, op. cit., I, V, p. 129.

21 Marquis de Dangeau, Journal de la Cour du Roi Soleil, t. 10 (1697), Le Mariage, Clermont-Ferrand, éd. Paleo, 2005, p. 189.

22 Mme de la Tour du Pin, Journal d’une femme de cinquante ans, 1778-1815, Paris, Marc Imhaus et René Chapelot éd., 1913, chap. VI ; Mme de Genlis, Dictionnaire…, op. cit., t. 2, article « Parure ».

23 « Je ne pouvais entendre ces paroles sans rire, aussi me sauvais-je chaque fois dans une autre chambre… » Charlotte-Elisabeth duchesse d’Orléans (1652-1722), Lettres de Madame, duchesse d’Orléans, née Princesse Palatine, éd. par O. Amiel, Paris, Mercure de France, 1985, p. 427 : lettre de Saint-Cloud, 30 oct. 1721.

24 Mme de Sévigné, Correspondance, texte établi par R. Duchêne, Paris, Gallimard, 1972, t. 3, p. 453.

25 Leferme-Falguière F., Le monde des courtisans, la haute noblesse et le cérémonial…, op. cit., p. 294.

26 Roche D., « L’économie des garde-robe à Paris de Louis XIV à Louis XVI », Communications, année 1987, vol. 46, no 1, p. 102.

27 Da Vinha M., « Les gens de livrée dans la maison civile du roi de France », Arizzoli-Clémentel P., Gorguet-Ballesteros P. (dir.), Fastes de cour et cérémonies royales. Le costume de cour en Europe 1650-1800, catalogue d’exposition, Paris, RMN, 2009, p. 163.

28 La Tour du Pin, op. cit., chap. 3, III, 1783.

29 Expression reprise à E. Le Roy Ladurie, parlant de la Palatine et de Saint-Simon. Le Roy Ladurie E., « Auprès du roi, la cour », Annales ESC, vol. 38, no 1, 1983, p. 24.

30 Dite aussi la Grande Mademoiselle, Anne-Marie Louise d’Orléans est la fille de Gaston de Bourbon, duc d’Orléans et de Marie de Bourbon, richissime héritière issue d’une banche cadette. Mais son père se remaria avec Marguerite de Lorraine dont il eut plusieurs filles. Mémoires de Mlle de Montpensier, Petite-fille de Henri IV, Chéruel A. (éd.), Paris, Charpentier, 1858, 2e partie, chap. 3 ; [http://penelope.uchicago.edu/mlle/partie2/chap203. html].

31 Ibid. Anne Marie de Gonzague de Clèves, princesse Palatine (1618-1684), épouse d’Edouard de Bavière, prince palatin du Rhin. Elle vit à la cour de France où elle est momentanément nommée surintendante de la reine (1660-1661).

32 De Rouvroy duc de Saint-Simon L., Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la régence, Chéruel M. (éd.), Paris, Hachette, 1856 [mises en ligne sur http://rouvroy.medusis.com/], t. 6,chap.7.

33 Leferme-Falguière L., Le monde des courtisans : la haute noblesse et le cérémonial…, op. cit., p. 527-535.

34 Sur la querelle sur l’égalité des queues entre les Condé et les Orléans au XVIIe siècle, par exemple, je renvoie à la conférence de G. Sternberg (New College, Oxford), « “L’égalité des queues”. Trains, status and the Bourbon Court », à la « Early Modern Dress & Textile Research Network Conference », Londres, Victoria & Albert Museum, 30 janvier 2009.

35 Saint-Simon, Mémoires complets…, t. 8, chap. 7 (1710).

36 Furetière A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français…, Rotterdam, 1690.

37 « Grand habit de cour qu’on appelle communément être en robe détroussée et à queue traînante » (1715), dans Baron de Breteuil, Lettres d’amour, mémoires de cour 1680-1715, Lever E. éd., Paris, Tallandier, 2009, p. 176.

38 De Marly D., Louis XIV and Versailles, New York, Holmes & Meyer, 1987, p. 65.

39 Gorguet-Ballesteros P., « Caractériser le costume de cour : propositions », dans Fastes de cour…, p. 66.

40 Leferme-Falguière P., Le monde des courtisans : la haute noblesse et le cérémonial…, op. cit., p. 547.

41 Mme de Genlis, Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la cour […], Paris, P. Mongié aîné, 1818, 2 vol.

42 Voir à ce propos la très intéressante définition qu’en donne F. Leferme-Falguière dans le premier volume de publication de sa thèse où elle explique que ce concept n’existe pas pour les contemporains : Les courtisans. Une société de spectacle…, op. cit., p. 224-225.

43 « Les règlemens faicts par le Roy, le 1er janvier 1585, pour l’ordre qu’il veut estre gardé en son conseil et en sa maison », Archives curieuses de l’histoire de France, depuis Louis XI jusqu’à Louis XVIII […], Paris, Beauvais, 1834, t. 10, p. 314.

44 Hunt A., Governance of the Consuming Passions. A History of Sumptuary Law, Houndmills, 1996. Ce dernier néglige fort cependant la législation française dans le traitement de son sujet.

45 Ibid.

46 Fogel M., « Modèle d’État et modèle social de dépense : les lois somptuaires en France de 1485 à 1660 », Genet J.-Ph., Le Mené M. (éd.), Genèse de l’État moderne, Prélèvements et distributions, Paris, CNRS, 1987, p. 229.

47 Bosse A., Le Courtisan suivant le dernier édit, eau-fort, v. 1633 et Bosse A., La Dame réformée, eau-forte, v. 1633. Voir : [http://expositions.bnf.fr/bosse/grand/088.htm].

48 Fogel M., art. cit., p. 235.

49 Ibid., p. 230 et Roche D., La culture des apparences. Une histoire du vêtement (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Fayard, 1990, p. 55.

50 Anonyme, Album du sacre de Louis XVI (1774), XVIIIe siècle, Paris, musée du Louvre.

51 Pour le détail des complexes règles vestimentaires de deuil à la cour, voir Leferme-Falguière F., Les courtisans : une société de spectacle…, op. cit. p. 165-169.

52 Chrisman-Campbell K., « Mourning and la mode at the court of Louis XVI », Costume, no 39, 2005, p. 67.

53 Par exemple, le 7 septembre 1688, « Le roi a donné à M. de Brionne le brevet de justaucorps en broderie qu’avait M. de Vardes ». Marquis de Dangeau, Journal d’un courtisan à la cour du Roi soleil, t. 3 (1688-1689), La descente du prince d’Orange, Paris, Paleo, 2002, p. 81.

54 Héry-Simoulin S.-A., « Louis XIV et les mystères du justaucorps à brevet », dans Fastes de cour…, op. cit., p. 180-182.

55 Marquis de Dangeau, Journal d’un courtisan à la cour du Roi soleil, t. 2 (1686-1687), L’ambassade du Siam, Clermont-Ferrand, éd. Paleo, 2002, p. 234.

56 Mémoires de Mlle de Montpensier, op. cit., 2e partie, chap. 3 ; [http://penelope.uchicago.edu/mlle/partie2/chap203.html].

57 Duc de Luynes, Mémoires sur la cour de Louis XV, Paris, Firmin Didot, 1861, fév. 1744, p. 342.

58 Gorguet-Ballesteros P., art. cit., p. 63.

59 Empire de l’éphémère, la mode est caractérisée par des changements cycliques de styles vestimentaires qui entrainent une instabilité du paraître. Voir Lipovetsky G., L’Empire de l’éphémère. La mode et son destin dans les sociétés modernes, Paris, Gallimard, 1987, p. 31 et p. 50-51.

60 Belfanti C. M., « Was fashion a European invention? », Journal of Global History, 3, 2008, p. 419-420.

61 Lipovetski G., op. cit., p. 66-69 et p. 74.

62 Paresys I., « Paraître et se vêtir au XVIe siècle. Morales vestimentaires », Viallon M. (éd.), Paraître et se vêtir au XVIe siècle, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2006, p. 11-36.

63 Brantôme, cité par Boucher J., Deux épouses et reines à la fin du XVIe siècle, Louise de Lorraine et Marguerite de France, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 1995, p. 96.

64 Godart de Donville L., Signification de la Mode sous Louis XIII, Aix-en-Provence, Edisud, 1978 ; Le satyrique de la court (1624), Fournier E., Variété historiques et littéraires, Paris, Jeannet, t. 3, p. 253.

65 Furetière A., op. cit., notice « Mode ».

66 De Marly D., op. cit. ; Jones J. M., Sexing la Mode. Gender, fashion and Commercial Culture in Old regime France, Oxford, Berg Publisher, 2004; Mansel Ph., op. cit.

67 De Marly D., op. cit.

68 Roche D., op. cit.

69 Sur cette presse de mode de la fin de l’Ancien Régime, voir Roche D., op. cit., chap. 16, p. 447-474 et Jones J. M., op. cit., part II, p. 179-210.

70 Suite d’estampes pour servir à l’histoire des mœurs et du costume des Français dans le dix-huitième siècle, Paris, Prault, 1775-1777, 2 vol.

71 Sur l’adaptation à la mode d’un habit particulier de cour, voir Chrisman-Campbell K., « Le grand habit et la mode en France au XVIIIe siècle », Fastes de cour…, op. cit., p. 222-225.

72 Voir le très intéressant article de Haru Crowston Cl., « The Queen and her “Minister of Fashion”: Gender, Credit and Politics in Pre-Revolutionary France », Gender and History, vol. 14, no 1, avril 2002, p. 107-108. Le récent ouvrage de Weber C., Queen of Fashion. What Marie-Antoinette wore to the Revolution, New York, Picador, 2007, p. 176-183, sur les dépenses de la reine.

73 Joannis Cl., Joséphine, impératrice de la mode…, op. cit., p. 71.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search