Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Quatrième partie. Se confronter, s'affronter

Le programme d’enquêtes sociales de l’Unesco pour apaiser les « états de tension » dans les sociétés urbaines

Chloé Maurel

Texte intégral

  • 1 Acte constitutif de l’Unesco, 1945. Ce passage du préambule aurait en particulier été rédigé par l (...)

1Créée en 1945, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’Unesco, Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, vise, comme l’ONU dont elle est une agence spécialisée, à favoriser la paix dans le monde. Ses moyens d’action ne sont cependant ni politiques, ni militaires, ni même économiques, mais essentiellement culturels. « Les guerres naissant dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes qu’il faut construire les défenses de la paix », affirme, dans une profession de foi spiritualiste, le préambule de son Acte constitutif1. À partir de la fin des années 1940, l’Unesco lance un projet d’étude des états de tension pouvant survenir entre individus, peuples et communautés, désigné couramment au sein de l’Unesco sous le nom de « Projet Tensions ». Il s’agit d’étudier les moyens d’apaiser les tensions résultant de la cohabitation entre peuples et individus. Sa réalisation donne lieu à plusieurs études de cas portant sur des communautés urbaines : de Nouville (Normandie) à Bahia (Brésil), du Japon au Congo en passant par Israël, de nombreuses enquêtes sociales sont menées sur les relations humaines et sociales à l’intérieur de différentes villes. Ce projet, que l’étude des archives et publications de l’Unesco permet de redécouvrir, constitue une contribution importante à l’analyse des relations de proximité dans la ville vers le milieu du XXe siècle. Ces enquêtes se sont également articulées avec d’autres menées sur les « relations raciales » dans plusieurs villes multiethniques, notamment d’Amérique latine. Sur quels présupposés théoriques repose ce projet ? Quel était son objectif et quelles ont été ses répercussions ? Il s’agira tout d’abord de prendre conscience de la forte influence exercée par l’école culturaliste américaine sur ce projet, puis de retracer le « tour du monde » des tensions sociales urbaines auquel cet ambitieux projet a donné lieu, enfin d’analyser les enquêtes lancées sur les relations humaines et sociales dans des villes multiethniques.

Un projet sous influence : l’empreinte de l’école culturaliste américaine

  • 2 Gordon W. Allport, Tensions et conflits : études de psychologie sociale, Paris, Unesco, 1951 ; Étu (...)
  • 3 Edward Shils et Talcott Parsons, Toward a General Theory of Action, 1952 ; Edward Shils, Talcott P (...)
  • 4 Archives diplomatiques des États-Unis, box 3225 : airgram de l’ambassade américaine à Paris au dép (...)
  • 5 Peter Lengyel, International Social Science: the Unesco experience, Transaction Books, New Brunswi (...)

2Le « Projet Tensions », mis sur pied à l’Unesco à partir de 1947, vise à identifier les causes des tensions entre individus par l’analyse des facteurs biologiques, psychologiques, éducatifs, culturels, démographiques, et technologiques, et à élaborer une « thérapeutique2 ». Il est élaboré sous l’impulsion d’universitaires américains travaillant au département des sciences sociales de l’Unesco, comme Hadley Cantril, Nathan Leites, Edward Shils, professeur de sociologie à l’université de Chicago et membre du Committee on Social Thought, promoteur de la « théorie de l’action3 », et Otto Klineberg4, Américain d’origine canadienne, professeur de psychologie appliquée à l’université de Columbia5.

  • 6 Abram Kardiner, The Individual and His Society. The Psychodynamics of Primitive Social Organizatio (...)
  • 7 S. Clapier-Valladon, Panorama du culturalisme, Paris, Epi, 1976 ; Marc Abélès, « Culturalisme », E (...)
  • 8 Ruth Benedict, Patterns of culture, Houghton Mifflin, 1934 (en français : Échantillons de civilisa (...)

3Ces hommes sont très influencés par l’anthropologie culturelle (ou culturalisme), courant qui a dominé la sociologie américaine des années 1930 aux années 1950. Appelée aussi « culture et personnalité », l’école culturaliste américaine avait pour chefs de file les anthropologues Ruth Benedict, Margaret Mead, Ralph Linton, et le psychanalyste Abram Kardiner. Ce courant pointe l’importance de l’influence des institutions, des coutumes et des habitudes culturelles sur la formation de la personnalité. Selon le concept de « personnalité de base » développé par Abram Kardiner6, l’éducation reçue par un individu dans sa prime enfance exerce une influence prédominante sur sa formation psychique, contribue à forger un même type de personnalité et suscite le développement d’attitudes hostiles envers ceux que sa culture définit comme étrangers. À partir de 1937, Kardiner s’est efforcé de forger une théorie des rapports entre institution et personnalité, mettant l’accent sur l’impact du social sur le psychique7. Ruth Benedict a quant à elle forgé le concept de « modèles culturels » (patterns of culture) dont chaque société forgerait un prototype spécifique, ou « patron » (pattern), ensuite décliné avec des variations par les membres de la société8.

  • 9 Robert S. Lynd et Helen M. Lynd, Middletown, A Study in Contemporary American Culture, New York, H (...)
  • 10 Theodore Caplow, Middletown Families (1982); All Faithful People (1983). Muncie est aujourd’hui de (...)

4Le projet entend réfléchir aux attitudes propices aux tensions au sein d’une communauté. Il s’inspire de recherches menées aux États-Unis dans l’entre-deux-guerres, et notamment des enquêtes culturalistes de R. et H. Lynd sur « Middletown », pseudonyme désignant la ville de Muncie dans l’Indiana, ville du Centre-Ouest des États-Unis, peuplée alors de 38 000 habitants. Une enquête sociologique menée en deux temps (en 1924-1925 puis en 1935) sur ce petit centre urbain a permis aux Lynd d’analyser le changement social et les tensions sociales induites par les effets de la crise de 1929. L’enquête des Lynd a fait apparaître les tensions sociales qui traversent la ville, et qui se matérialisent par un clivage majeur lié au statut social, entre « working class » (70 % de la population) et « business class » (30 % de la population), que les enquêteurs identifient non pas comme des classes sociales mais comme des sortes de tribus opposées par leurs modes de vie, leurs habitudes culturelles et leurs goûts. Les Lynd observent que les individus y sont guidés par un fonds commun de valeurs très conformistes et conservatrices, par l’hostilité à toute idée sortant de la norme, et par des préoccupations d’ordre économique. L’analyse du fonds commun de valeurs des habitants de Middletown permet aux auteurs de comprendre les conflits au sein de cette communauté9. Ils sont frappés non seulement par l’opposition entre « business class » et « working class », mais aussi par le manque de cohésion sociale au sein de cette dernière, qui fait que par exemple le chômage est vécu comme un problème individuel et non comme un problème social. En outre, les Lynd observent le rejet très fort que subissent certains groupes : Noirs, enseignants, syndicats, sans-abris. À cette très forte ségrégation raciale et sociale, liée à un très fort conformisme, s’ajoute une destruction ou du moins une diminution des liens communautaires et familiaux, causée par la diffusion des nouvelles inventions (radio, voiture…). Individualisme, égoïsme, ségrégation, esprit de clan, intolérance : en 1935, au terme de leur seconde enquête, les Lynd vont jusqu’à conclure que le système démocratique est mis en danger dans cette communauté et que les habitants de Middletown sont mûrs pour soutenir l’avènement d’une dictature semblable à celle de Hitler. Même si leurs sombres prédictions ne se sont pas réalisées, la ville de Muncie a continué à être considérée comme l’archétype de la communauté urbaine américaine moyenne dans les années et décennies suivantes. Les études sociologiques s’y sont poursuivies jusqu’à nos jours10.

  • 11 Otto Klineberg, États de tension et compréhension internationale, Paris, Unesco, 1951. Otto Klineb (...)

5L’Unesco, soucieuse d’assurer la compréhension et le dialogue entre les hommes et de favoriser la paix et l’harmonie entre individus, cultures et peuples, s’est inspirée de cette étude. Otto Klineberg la mentionne dans l’ouvrage de synthèse qu’il rédige en 1950 dans le cadre de ses activités à l’Unesco, États de tension et compréhension internationale. Cet ouvrage fait le point sur les recherches menées par les psychologues et les sociologues, principalement anglo-saxons et notamment américains, sur la question des tensions et des conflits entre groupes et peuples dans les années précédentes11.

  • 12 L’Unesco et son programme. XII. Les sciences sociales, Paris, Unesco, 1954, p. 34.
  • 13 « La Psychiatrie, l’éducation et le plan d’études de l’Unesco “États de tension” et “compréhension (...)
  • 14 P. Lengyel, International Social Science…, op. cit., p. 27-28.

6Sur le modèle de l’enquête des Lynd et des travaux des anthropologues culturalistes américains, l’Unesco lance une série de huit monographies intitulées « Études sur les communautés ». Pour analyser les tensions qui règnent en leur sein, et pour comprendre les attitudes de rejet envers certains groupes qui s’y sont développées, les enquêteurs font passer une série de tests psychologiques à un échantillon d’habitants jugé représentatif12. L’influence de la psychologie est importante sur le « Projet Tensions13 ». Les chercheurs chargés de ces enquêtes sont essentiellement des Anglo-Saxons ou des chercheurs influencés par l’anthropologie culturelle et la psychologie sociale américaines. La composition du département des sciences sociales de l’Unesco à cette époque, où les Anglo-Saxons prédominent largement au sein du personnel, est très représentative également de cette influence14.

  • 15 Archives diplomatiques des États-Unis, box 1603 : rapport de Kenneth Holland au département d’État (...)

7Une particularité importante du projet lancé par l’Unesco est qu’il n’envisage que peu les facteurs économiques et sociaux. En effet, pour les culturalistes, ce sont la culture et la psychologie qui exercent l’influence prépondérante sur la personnalité et l’intégration sociale des individus, et non les conditions économiques et sociales. L’Unesco reprend ces présupposés, ce qui, dans le cadre de la guerre froide, répondait à des enjeux politiques importants : en se rattachant aux principes du culturalisme, le département des sciences sociales de l’Unesco se plaçait clairement dans le camp occidental et, en réalisant un tel projet, il contribuait à diffuser dans le monde une idéologie occidentale. Les claires implications politiques de ce projet sont d’ailleurs révélées par le fait que c’est sous la pression directe du gouvernement américain qu’a été lancé ce projet15.

Un « tour du monde » des tensions sociales urbaines

  • 16 L’Unesco et son programme…, op. cit., p. 34.

8Le projet est ambitieux : il prévoit une sorte de « tour du monde » des tensions sociales urbaines. Les monographies de la série « Études sur les communautés » portent sur des communautés rurales ou urbaines d’Inde, des États-Unis, de Suède, d’Australie, de France et d’Israël. Il s’agit d’études comparées, portant dans chaque pays sur deux communautés, l’une urbaine, l’autre rurale16.

  • 17 Commission nationale indienne pour l’Unesco, Projet de recherches sur les états de tension sociale (...)
  • 18 Gardner Murphy, In the Minds of Men, New York, BMIC Books, 1953 ; voir aussi « Les Études de l’Une (...)

9La première enquête réalisée est celle menée en Inde, en 1950. Elle a pour postulat de vérifier si les applications pratiques des sciences sociales peuvent contribuer à résoudre les problèmes de tensions sociales et de conflits communautaires. Le gouvernement de l’Inde nouvellement indépendante, alors préoccupé par les fortes tensions sociales et les violentes émeutes urbaines qui ont notamment accompagné la partition du pays en 1947, manifeste à l’Unesco son intérêt pour ce projet et a fait participer des chercheurs de plusieurs universités indiennes à ces travaux17. Il s’agit d’étudier, à partir du cas de plusieurs villes d’Inde et notamment de Delhi, les antagonismes sociaux (liés au système des castes), religieux, communautaires (notamment entre Hindous, Musulmans et Sikhs), linguistiques et culturels, qui s’expriment alors fortement. L’Unesco confie l’enquête à l’Américain Gardner Murphy, directeur du département de psychologie du City College de New York, qui se rend six mois sur place pour diriger et coordonner l’enquête menée avec l’aide de plusieurs équipes d’universitaires indiens. La synthèse de ces enquêtes est publiée en 1953 sous le titre In the Minds of Men18.

  • 19 Arvid Brodersen, « L’Assimilation culturelle des immigrants : une enquête conduite sous les auspic (...)

10Si ces enquêtes ne semblent pas avoir eu de répercussion directe en Inde, elles ont suscité, en revanche, une émulation dans un autre pays. En effet, en 1952, le gouvernement d’Israël demande à l’Unesco de lancer sur son sol une enquête à propos des tensions sociales sur le modèle de celles menées en Inde. En effet, le jeune État, en pleine phase de construction, accueillant des communautés juives de différents pays et de différentes cultures, est alors lui aussi très concerné par des problèmes de tensions communautaires qui se déploient de manière préoccupante dans certains espaces urbains. L’Unesco y envoie le sociologue Arvid Brodersen. Si, cette fois-ci, ce n’est pas un Américain mais un Norvégien, il s’agit encore une fois d’un chercheur très influencé par les sciences sociales américaines. Celui-ci est en effet professeur à la New School for Social Research de New York. Il met au point un programme d’études, qu’il dirige de 1952 à 1955 avec l’aide d’un « Comité israélien de recherche sur les tensions sociales », mis en place pour l’occasion par l’État d’Israël19.

  • 20 Pierre Clément et Nelly Xydias, Vienne-sur-le-Rhône. La ville et les habitants, situations et atti (...)
  • 21 Claude Lévi-Strauss et Didier Eribon, De près et de loin, Paris, Éditions Odile Jacob, 1990, p. 95
  • 22 Lucien Bernot et René Blancart, Nouville, un village français, Paris, Institut d’ethnologie de l’u (...)
  • 23 Claude Lévi-Strauss, « Pour la réédition de Nouville », texte cité.
  • 24 Ibid.

11En France, trois enquêtes sont entreprises, l’une sur une communauté urbaine, Vienne, réalisée par le sociologue belge Pierre Clément20, les deux autres sur des communautés rurales, l’une en Corse21, l’autre sur un village de Seine-Maritime, Nels-Normandeux, désigné dans l’enquête sous le pseudonyme de Nouville. Cette dernière enquête est menée sous la direction de l’ethnologue français Claude Lévi-Strauss en 1952-195322. Exception notable dans un paysage dominé par les sciences sociales américaines, celui-ci se distingue des autres chercheurs impliqués dans ce projet par son recul à l’égard du courant culturaliste. Plusieurs années plus tard, il témoignera avoir entrepris cette enquête « sans la moindre intention de se lancer sur la voie tracée par ses collègues américains23 ». Il choisit comme collaborateur Lucien Bernot, alors jeune chercheur autodidacte, plus tard spécialiste des cultures asiatiques puis professeur au Collège de France. Sur la suggestion de son collègue Paul Leuillot, Claude Lévi-Strauss choisit le village de Nels-Normandeux. Celui-ci présente un intérêt particulier, car, situé près d’une limite départementale qui correspond à une ancienne frontière entre provinces, il rassemble deux genres de vie contrastés, l’un agricole, l’autre ouvrier, et donc deux communautés distinctes. Claude Lévi-Strauss charge le psychologue français René Blancard de procéder aux tests psychologiques prévus par le projet. Peu intéressé par l’approche culturaliste, il considère pour sa part cette partie de l’enquête comme « une servitude imposée par l’Unesco ». Il se passionne davantage pour l’aspect ethnologique : l’expérience est particulièrement intéressante puisqu’il s’agit d’une des premières tentatives d’enquête ethnologique effectuée sur une société dont la culture est la même que celle de l’enquêteur24. Lucien Bernot et René Blancart partagent pendant huit mois l’existence quotidienne des habitants de ce village.

  • 25 Léon et Maurice Bonneff, « Les enfants des verreries », L’Humanité, 11 juin 1909.

12Touché de plein fouet par l’exode rural, se vidant de ses habitants d’origine partis chercher un sort meilleur à la ville, Nouville est peuplé depuis des décennies d’enfants de l’Assistance publique de Paris ou de Rouen, placés en apprentissage dans les verreries, où ils connaissent des conditions de travail très pénibles. La verrerie est une activité traditionnelle de la région : depuis le XIXe siècle, l’habitude avait été prise d’y faire travailler de jeunes enfants dans des conditions très dures. Ce phénomène avait commencé à être dénoncé à partir du début du XXe siècle par le journal L’Humanité, dont un article de 1909 décrivait le sort de ces « pauvres petits bonshommes qui, onze heures durant, du matin au soir ou du soir au matin, séjournent dans les halles de soufflage où les fours projettent leur haleine infernale, où flambe l’aveuglant éclat du verre en fusion, […] en haillons, blêmes, luisants de sueur, les yeux rougis par l’insomnie, courir pieds nus, huit cents fois en une nuit, de la plate-forme où l’on souffle les bouteilles, à l’arche où elles recuisent25 ».

  • 26 Nouville, un village français, édition de 1995, op. cit., introduction : « Nouville après Nouville (...)
  • 27 Courrier de l’Unesco, juin 1955 : « Un village français est mis à la question », par Lucien Bernot(...)
  • 28 F. Zonabend, « Nouville après Nouville », art. cit.

13Les enquêteurs constatent que la population de Nouville est une communauté isolée, sans cesse renouvelée du fait d’un important exode rural, aux prises avec des conditions économiques ingrates, et caractérisée davantage par des oppositions et des conflits que par la coopération entre ses membres. Ils y observent une vie sociale apathique, centrée sur la cellule familiale. Les Nouvillois sont repliés sur eux-mêmes, n’ont pas d’esprit d’initiative, et ont de forts préjugés de rejet envers tout ce qui est extérieur à leur village. Les enfants des verreries sont eux-mêmes ainsi qualifiés d’« étrangers » par les habitants de plus ancienne date ; la xénophobie y est très forte26. Lucien Bernot et René Blancart se heurtent, dans la réalisation de leur enquête de terrain, à une forte méfiance de la population. « Jamais personne n’a voulu admettre que l’Unesco pouvait être autre chose qu’un organisme américain », observent-ils ; ils citent à l’appui les propos, représentatifs, d’une femme du village : « L’Unesco c’est l’ONU, et tout ça c’est des histoires d’étrangers… et des étrangers, il y en a trop en France27. » Les conclusions de l’enquête, peu flatteuses pour les habitants, et encore moins pour les patrons verriers, ont expliqué le choix d’un nom d’emprunt, Nouville, pour désigner le village28. Cette enquête se différencie des autres enquêtes du programme, menées par des Anglo-Saxons, par le fait qu’elle prend en compte non seulement les aspects psychologiques et culturels, mais aussi économiques et sociaux, pour expliquer les conflits et tensions présentes dans la communauté analysée.

  • 29 Frédéric Le Play, l’un des précurseurs de la sociologie française, paternaliste et conservateur, s (...)
  • 30 F. Zonabend n’a repéré que trois comptes rendus dans des revues d’ethnologie : dans Arts et Tradit (...)
  • 31 Alfred Métraux, Itinéraires II (1954-1963), manuscrit autobiographique préparé par André-Marcel d’ (...)

14L’enquête sur Nouville semble avoir sur le moment reçu davantage d’échos dans le monde anglo-saxon qu’en France, où le genre de la monographie urbaine, après avoir été très en vogue au début du XXe siècle, dans le sillage de Frédéric Le Play29, était au contraire, au début des années 1950, délaissé par la communauté scientifique française – avant de connaître ensuite un regain de faveur dans les années 1960-197030. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, les échos de cette enquête semblent avoir été plus importants, puisqu’Alfred Métraux, anthropologue travaillant lui aussi au département des sciences sociales de l’Unesco, évoque dans son journal des discussions qu’il a eues avec Lucien Bernot sur « les réactions provoquées dans la presse américaine et anglaise par le chapitre de Nouville concernant les étrangers31 ». Depuis, l’enquête sur Nouville a été réhabilitée en France. Deux tentatives ont même été lancées par la suite pour mener une nouvelle enquête, à plusieurs années de distance, sur Nouville, sous l’impulsion de Lucien Bernot, mais ces efforts n’ont pas pu aboutir, du fait de l’opposition des habitants, échaudés par les résultats de la première enquête.

15Selon le programme prévu par l’Unesco, toutes ces enquêtes psychologiques et sociologiques menées sur diverses communautés urbaines et rurales devaient ensuite faire l’objet d’un examen comparatif des données obtenues. Afin de réunir les conditions d’objectivité optimales, l’Unesco souhaitait confier ces examens à huit spécialistes de nationalités différentes, sous la direction du Britannique Adam Curie, professeur à l’université d’Exeter. Cependant, si ces spécialistes se sont bien réunis une fois à en 1951, l’ouvrage de synthèse qui devait paraître en 1955 pour couronner ce programme et apporter à l’opinion mondiale les conclusions et les « thérapeutiques » tant attendues concernant les problèmes des tensions sociales, n’a en fait jamais vu le jour.

  • 32 William Buchanan, « Stéréotypes nationaux et compréhension internationale », Bulletin internationa (...)

16Par ailleurs, dans le sillage des recherches menées par des culturalistes américains comme Margaret Mead sur le « caractère national » des sociétés, l’Unesco lance des enquêtes et sondages dans différents États membres afin de mesurer le niveau des « stéréotypes nationaux32 », et entreprend en particulier des enquêtes sur les états de tension propres aux jeunes générations des deux principaux pays vaincus de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne et le Japon. L’Unesco porte une attention particulière à la jeunesse urbaine de ces pays, qu’elle estime avoir pour mission de « rééduquer » pour la convertir aux idéaux de paix qui sont au fondement du système des Nations Unies.

  • 33 Archives diplomatiques allemandes, Bestand B91, Band 256.

17Ainsi, le Finlandais K. Pipping entreprend une étude sur la jeunesse allemande, effectuée de 1950 à 1953 avec l’aide de l’« Institut de l’Unesco pour les sciences sociales », créé à Cologne. En réalité, l’enjeu essentiel est politique : dans le cadre de la guerre froide, il s’agit surtout pour l’Unesco, en coordination étroite avec le gouvernement américain, d’implanter en Allemagne de l’Ouest des institutions culturelles diffusant l’idéologie américaine. L’Institut de l’Unesco pour les sciences sociales, mis sur pied par l’Unesco en 1951 à Cologne, en RFA, animé par des Occidentaux et véhiculant les conceptions sociologiques américaines du courant de l’anthropologie culturelle, répondait à cet objectif33.

  • 34 Jean Stoetzel, Jeunesse sans chrysanthème ni sabre, étude sur les attitudes de la jeunesse japonai (...)

18Parallèlement, le sociologue français Jean Stoetzel est chargé par l’Unesco de réaliser une enquête sur la jeunesse urbaine japonaise, avec l’aide du japonologue néerlandais Fritz Vos. Intéressées par ces travaux, les autorités du Japon, alors placées sous la direction du général américain MacArthur, nommé dirigeant du Commandement suprême des forces alliées (Supreme Commandant of Allied Powers, SCAP) qui occupe le Japon jusqu’en 1952, prennent contact avec l’Unesco pour mettre sur pied une étude générale des états de tension présents dans les différentes couches de la société japonaise. L’étude, menée dans les dernières années de l’occupation militaire du Japon, est publiée en 1954. Elle est intitulée Jeunesse sans chrysanthème ni sabre34, claire référence à l’ouvrage de l’anthropologue culturaliste américaine Ruth Benedict, Le chrysanthème et le sabre, dans l’esprit duquel il s’inscrit. Les deux termes du titre font allusion aux fondements traditionnels de la culture nationale japonaise : le culte de l’empereur (le « chrysanthème ») et de l’armée (le « sabre »). Dans son ouvrage, rédigé en 1946 depuis les États-Unis, par une analyse exclusivement livresque, Ruth Benedict avait voulu déterminer quels schémas culturels pouvaient expliquer l’« agressivité » des Japonais, et comprendre sur quels éléments reposait la « faiblesse » de la société japonaise, caractères alors admis par les Américains comme étant partie intégrante de la personnalité nationale japonaise.

19Le titre de l’ouvrage de Jean Stoetzel souligne la perte soudaine et simultanée des deux repères traditionnels (le culte de l’empereur et de l’armée) par la jeune génération japonaise au lendemain de la défaite du Japon. Son enquête se penche sur le mode de vie et l’état d’esprit des jeunes citadins japonais et vise à battre en brèche les stéréotypes sur le Japon qui ont cours en Occident. Contrairement à celle de Ruth Benedict, l’enquête de Jean Stoetzel se fonde sur des recherches de première main menées directement auprès des jeunes citadins japonais, sous forme de sondages d’opinion.

  • 35 Jean Stoetzel, Théorie des opinions, Paris, PUF, 1943 ; L’Étude expérimentale des opinions, ibid.  (...)

20Jean Stoetzel est en effet un des promoteurs de la méthode des sondages d’opinion, qu’il a introduite en France suite à son séjour aux États-Unis en 1937 et à sa rencontre à cette occasion avec George Gallup, le créateur des sondages. Fondateur en 1938 de l’Institut français d’opinion publique (IFOP), entreprise privée d’étude d’opinion et de marchés, dont la première enquête d’opinion porte sur les accords de Munich, il est pendant l’Occupation consultant au Service national des statistiques du gouvernement de Vichy. Il soutient en 1943 une thèse de sociologie sur la « théorie des opinions ». Puis, dans le cadre de l’Institut national d’études démographiques (INED) créé en 1945, il lance de nombreuses enquêtes sur la société française. À partir de 1955, il est le premier à enseigner dans la chaire de psychologie sociale à la Sorbonne. En 1960, il fonde la Revue française de sociologie. Influencé à la fois par la sociologie néopositiviste américaine et par des conceptions spiritualistes et traditionalistes d’inspiration catholique, il devient l’une des figures dominantes de la sociologie française des années 1950 et 1960, à la charnière entre le monde de l’université et de la recherche et celui du patronat moderniste et de la haute administration35.

  • 36 Jean Stoetzel, Jeunesse…, op. cit., introduction.

21Là encore, le choix par l’Unesco d’un homme très influencé par les sciences sociales américaines n’est pas anodin. L’enjeu politique est là aussi très fort, s’agissant d’un pays qui, plusieurs années après la fin de la guerre, continue à être occupé par les États-Unis et à être placé sous sa tutelle directe. Dans ce contexte, une enquête psychologique qui démontrerait le traumatisme, l’hébétude et le désarroi profond des jeunes Japonais, ainsi que leur adhésion au modèle américain vient à point nommé pour légitimer la tutelle américaine sur le pays. C’est ce que fait Jean Stoetzel. Dans son enquête, réalisée peu de temps après l’étude de Ruth Benedict, il confie à l’« Institut national japonais de recherches sur l’opinion publique », nouvellement créé sur impulsion américaine, la réalisation une enquête d’opinion sur la jeunesse japonaise. Par l’analyse de nombreux questionnaires adressés à de jeunes Japonais et portant sur leur vision du présent et de l’avenir, il conclut effectivement à la démoralisation et au profond désarroi de ces jeunes, qu’il décrit comme repliés sur eux-mêmes, en perte de repères, réconfortés et séduits par un seul modèle, celui des États-Unis. Très influencées par l’idéologie américaine, les conclusions cette enquête apparaissent sujettes à caution. Jean Stoetzel lui-même reconnaît dans cet ouvrage qu’« un certain caractère politique » était indissociable de l’esprit de cette enquête36.

Relations sociales et industrialisation

22Le « Projet tensions » se penche aussi sur les conséquences de l’industrialisation sur les relations sociales au sein des communautés urbaines. Des études sont lancées pour mesurer l’un des effets de l’industrialisation qui inquiète alors :

  • 37 L’Unesco et son programme. XII, op. cit., p. 46.

« […] la technique moderne […] a souvent eu pour effet, de disloquer la communauté. L’agglomération industrielle, la ville manufacturière, les taudis, la “banlieue dortoir” sont fréquemment des produits caractéristiques de l’ère technologique ; hommes et femmes y vivent entassés, sans connaître aucun rapport de voisinage, aucun sentiment de camaraderie, aucune cohésion sociale. […] Comment faire de l’industrie moderne non seulement un instrument de production, mais encore un facteur de cohésion37 ? »

  • 38 Ibid., p. 46-47.
  • 39 Elton Mayo, The Human Problems of an Industrialised Civilization. New York, Macmillan, 1933; Elton(...)
  • 40 Archives diplomatiques des États-Unis, box 1558 : lettre du département d’État américain à l’ambas (...)

23Plusieurs études sont menées sur les conséquences de l’industrialisation sur les relations humaines dans les communautés urbaines : l’Unesco demande à plusieurs spécialistes d’étudier, dans six pays européens, l’organisation de douze entreprises industrielles « qui ont réussi à donner à leur personnel l’esprit de corps et le sens communautaire ». Deux sociologues du British institute of management, Jérôme F. Scott et R. P. Lynton, sont chargés de tirer les conclusions de cette enquête. Dans Le progrès technique et l’intégration sociale, ils soulignent « l’action désastreuse que, par voie de désintégration, le progrès technique peut exercer sur les communautés », et examinent par quels moyens les douze entreprises observées ont pu maintenir une communauté existante ou favoriser la formation de communautés nouvelles lorsque l’organisation sociale antérieure avait été détruite ou qu’il n’y en avait jamais eu. Ils s’attachent à déterminer quelles satisfactions les ouvriers doivent retirer de leur travail à l’usine pour éprouver un sentiment de camaraderie, de participation38. Pour ces études, l’Unesco s’inspire des travaux menés par le psychologue et sociologue australien Elton Mayo depuis la fin des années 1920, notamment les « expériences de Hawthorne », enquêtes menées à l’usine Western Electric de Cicero (Hawthorne Works), près de Chicago, au terme desquelles il a conclu que les exécutants travaillent mieux lorsqu’on s’occupe d’eux : l’estime de soi, la cohésion, un entourage affectif favorable et l’encouragement du sentiment d’appartenance sont plus importants pour la productivité que l’état objectif des conditions matérielles de travail. Ces conclusions ont été au fondement de l’« École des relations humaines », qui s’est développée aux États-Unis à la suite de la crise économique de 192939. Les études de l’Unesco sur les conséquences de l’industrialisation et du changement technologique sur les communautés urbaines sont vivement encouragées par le gouvernement américain40.

  • 41 Margaret Mead, Sociétés, traditions et technologie, série « Évolution technique et tensions social (...)

24Des études sont menées également sur les conséquences de l’industrialisation dans des régions et sur des peuples non encore industrialisés. L’Unesco souligne les « graves dangers » dont ce phénomène serait porteur pour ces communautés : « S’il est facile de transporter dans un milieu les techniques modernes, il l’est beaucoup moins d’y transporter ou d’y faire naître les valeurs qui doivent les régir. L’artisanat ancien comportait un certain mode de vie. Or l’industrialisation moderne risque de détruire les modes de vie sans les remplacer par rien de satisfaisant. » C’est cette réflexion que s’efforce de creuser l’ouvrage Sociétés, traditions et technologie, réalisé par des anthropologues américains sous la direction de Margaret Mead, l’une des principales figures de l’anthropologie culturelle américaine41. Les études de terrain de ce volume portent sur des zones aussi variées que la Grèce, le Nigéria, l’Océanie, ou les communautés hispano-américaines des États-Unis.

  • 42 Valdo G. Pons, Influence changeante de l’origine ethnique et du degré d’occidentalisation sur la r (...)

25Une enquête est également réalisée sur les conséquences sociales de l’industrialisation en Afrique, sous la direction de l’International african institute de Londres. Elle porte sur l’agglomération de Stanleyville, au Congo belge, territoire alors encore sous domination coloniale42. D’autres études sur le même thème sont menées en Asie, sur les effets de l’industrialisation et de l’immigration rurale dans les agglomérations de Bangkok, de Djakarta et de Bombay.

  • 43 L’Unesco et son programme. XII…, op. cit.

26L’Unesco lance aussi des études sur les tensions sociales suscitées dans les communautés urbaines par l’arrivée d’immigrants. Afin d’atténuer ces tensions, l’Unesco vise à mener des études pour mettre en valeur « la contribution que les immigrants apportent généralement à la culture de leur pays d’adoption ». Une série de monographies sont entreprises, portant notamment sur l’assimilation culturelle des Allemands et des Italiens dans des villes d’Australie et du Brésil ; et sur celle des Algériens, des Italiens et des Polonais dans des villes françaises. En effet, la France accueille en ce début des « Trente Glorieuses » des vagues croissantes de travailleurs immigrés. L’Unesco vise aussi à « déterminer les conditions sociales qui favorisent l’assimilation des immigrants, leur participation à la vie économique et culturelle du pays d’accueil et, par voie de conséquence, le développement de la compréhension internationale ». Il s’agit aussi de mettre en valeur « l’apport des immigrants et des minorités à la civilisation et à l’évolution des États qui les ont absorbés », notamment « la contribution positive que les immigrants ont apporté à la vie sociale, culturelle et scientifique des régions où ils se sont fixés43 ».

Les relations humaines et sociales dans des villes multi-ethniques

27Par ailleurs, dans le cadre d’un autre projet mené parallèlement et portant sur la « question raciale », le département des sciences sociales de l’Unesco entreprend, vers la même époque, diverses enquêtes sur les relations « raciales », c’est-à-dire des relations humaines et sociales entre habitants de différentes origines et couleur de peau, dans des villes multiethniques. Comme dans le cas du « Projet Tensions », ces enquêtes sont menées dans l’esprit de l’anthropologie culturelle. Toutefois, le présupposé n’est pas le même, puisque dans le premier projet l’accent était mis sur les heurts et conflits, donc les phénomènes négatifs, afin de mieux les comprendre pour y trouver des solutions, tandis que ce second projet vise à mettre en valeur les aspects positifs dans les relations « interraciales ».

  • 44 Antonio Sergio Alfredo Guimaraes, « As elites de cor e os estudos de relaçoes raciais », Tempo soc (...)

28Sous l’inspiration des études lancées à partir des années 1930 par Melville Herskovitz, Franklin Frazier, Donald Pierson, et Ruth Landes, les villes brésiliennes sont devenues après 1945 un véritable laboratoire d’enquêtes sur les relations « raciales » Ces enquêtes ont souvent été menées dans l’esprit de montrer que les relations entre communautés y sont harmonieuses, de présenter les villes brésiliennes comme un modèle44.

  • 45 Thales de Azevedo, Les élites de couleur dans une ville brésilienne, Paris, Unesco, 1953.
  • 46 Archives de l’Unesco, dossier de correspondance 3 A 31 : Race pamphlets, part I : CL/775, 29 avril (...)
  • 47 Thales de Azevedo, « Bahia, la grande métropole noire », Le Courrier de l’Unesco, août-septembre 1 (...)
  • 48 American Anthropologist, no 56, 1954, p. 908 : critique de l’ouvrage par M. S. Edmonson.

29Ainsi, l’Unesco charge le sociologue brésilien Thales de Azevedo, en collaboration avec la Fondation pour le développement de la science et la Columbia University de New York, d’une étude sur les relations humaines entre communautés « raciales » dans la ville brésilienne de Salvador de Bahia, où se trouvent rassemblés les groupes ethniques d’origine africaine les plus importants du Brésil. Le parti pris est de mettre en valeur les « relations harmonieuses » entre groupes ethniques. Dans l’ouvrage résultant de l’enquête, intitulé Les élites de couleur dans une ville brésilienne45, Azevedo vise à mettre en valeur « les progrès considérables réalisés par les personnes de couleur depuis l’abolition de l’esclavage et la part de plus en plus grande qu’elles prennent à la vie culturelle » de cette ville46. Le propos est quasi-uniformément positif : « À Bahia […], les groupes raciaux se mêlent dans les transports publics, les théâtres et les cinémas, les cafés et les restaurants, les églises, les écoles et même dans l’armée. […] Dans cette grande ville, l’ascension sociale des hommes de couleur […] est considérée comme la chose la plus naturelle du monde. » Optimiste, il souligne le taux croissant de mariages mixtes (20 % seulement pourtant) et conclut qu’« à Bahia, les antagonismes entre individus et différents groupes ethniques ont été réduits au minimum47 ». La communauté scientifique, en particulier la revue American Anthropologist, critique le caractère excessivement optimiste de cette étude48.

  • 49 Michel Leiris, Contacts de civilisation…, préface ; M. Leiris, Journal, 1992, NRF, édition par Jea (...)
  • 50 Michel Leiris, Contacts de civilisation en Martinique et en Guadeloupe, Paris, Unesco, Gallimard, (...)

30En outre, l’ethnologue français Michel Leiris est chargé d’une enquête sur les relations « raciales » dans les Antilles françaises, qui constituent un cas apparemment positif et harmonieux de relations entre citoyens des différents groupes ethniques, puisqu’il y a égalité juridique entre eux. Après une mission de quatre mois sur place, il rédige l’ouvrage Contacts de civilisation en Martinique et en Guadeloupe (1955)49. Leiris analyse comment s’est opérée l’ascension sociale des éléments de la population d’origine non européenne. Cependant, il constate aussi que la situation n’est pas aussi harmonieuse qu’elle le paraît à première vue : en réalité « l’attitude des Blancs créoles vis-à-vis des mariages mixtes n’a guère varié depuis le temps de la colonie » ; d’importants « antagonismes, d’ordre économique plus que racial, […] opposent à un patronat essentiellement blanc une masse de travailleurs de couleur » ; ainsi, « dans cette société très composite, la répartition par classes se superpose encore à la répartition par catégories raciales50 ». Parmi les chercheurs chargés par l’Unesco de ces enquêtes, Michel Leiris se distingue par sa prise en compte du facteur économique : pour lui, plus que culturels ou « raciaux », les clivages sont avant tout de classes.

31Toujours en Amérique du Sud, un autre groupe de sociologues et de psychologues, sous la direction de l’ethnologue français Roger Bastide, professeur à l’École pratique des hautes études (EPHE), effectue une enquête sur les relations raciales à Sao Paulo (Brésil), alors le plus grand centre industriel de l’Amérique latine.

« Avec ses gratte-ciels de ciment armé, sa fièvre de constructions (une maison nouvelle tous les quarts d’heure), sa ceinture de cheminées fumantes, confluent de races et d’ethnies – Italiens, Portugais, Espagnols, Allemands, Slaves et Japonais mêlés aux vieux Brésiliens – avec ses noirs enfin qui affluent du centre ou du nord du Brésil pour grossir l’armée de la main-d’œuvre industrielle, Sao Paulo est vraiment […] une cité tentaculaire. »

32Il observe tout d’abord les aspects positifs des relations sociales dans cette mégapole :

« L’urbanisation et l’industrialisation présentent pour l’homme de couleur des opportunités dont il a su profiter avec beaucoup de réalisme. Et d’abord l’anonymat, qui lui permet d’échapper au paternalisme des antiques familles rurales, à la capitulation passive ou a la soumission civile devant la classe des blancs. […] Il a plus de facilités pour donner à ses enfants l’instruction qui leur permettra de monter dans l’échelle sociale. »

33Mais il observe aussi la résistance des Blancs :

« Par cela même, le blanc va se sentir menacé dans les positions privilégiées qu’il occupait et il va tâcher de maintenir ses postes de commande contre l’afflux grandissant des hommes bruns ou noirs. Il va tenter de dresser des barrières, sinon pour arrêter, du moins pour retarder le mouvement. Mais comment le pourra-t-il dans un pays démocratique comme le Brésil où la couleur est taboue – nul ne doit y faire allusion – où la vieille tradition amicale des rapports entre blancs et noirs continue ? Il ne le fera que par des formes détournées, en refusant par exemple à l’examen médical le noir qui a passé le concours d’entrée à un poste supérieur, ou en s’excusant : “il n’y a plus de place vacante, nous le regrettons ; si vous voulez nous donner votre adresse, dès qu’il y aura quelque chose de libre, nous ne manquerons pas de vous faire signe.” Il existe ainsi toute une politique pour orienter les noirs dans certains secteurs seulement, comme le bâtiment ou dans les travaux durs et sales que le blanc ne désire pas remplir. Nous en avons connu plusieurs, de ces noirs bacheliers, qui arrivaient avec des diplômes pour solliciter un secrétariat, et qui ont dû se contenter de balayer les parquets ou de rester portiers de l’établissement ! »

34Il observe que même lorsqu’un Noir parvient à se hisser à une position professionnelle importante, le Blanc

  • 51 Roger Bastide, « Sao Paulo, la cité tentaculaire », Courrier de l’Unesco, août-septembre 1952, p.  (...)

« […] se retire alors, le plus souvent, sur une seconde ligne de défense : il respecte son chef plus foncé que lui, il a avec son collègue de couleur les mêmes relations qu’avec son collègue blanc, dans le domaine du travail, mais il ne lui ouvre pas la porte de son intimité. Il y a un domaine sacré, celui de la vie familiale ou sociale, où l’ami blanc peut entrer, mais dont le noir, en général, se trouve rejeté. Et cela jusque dans la classe prolétarienne. Les clubs sportifs acceptent l’athlète noir dans leurs compétitions, non dans leurs bals, encore moins dans leurs piscines. […] Le noir répond en organisant ses propres clubs, ses propres bals, ou en s’isolant dans une solitude dramatique. Ce phénomène d’enkystement, cette ségrégation à demi volontaire, frappe l’observateur51. »

  • 52 L. A. Costa Pinto, « Rio de Janeiro, creuset des nationalités et des civilisations », Courrier de (...)

35Un semblable constat mitigé est fait par L.A. Costa Pinto, chargé par l’Unesco de mener une étude analogue sur la ville de Rio de Janeiro52.

  • 53 Documents de l’Unesco : 7e conférence générale, 1953, 7C/résol. 3.2621.
  • 54 Archives de l’Unesco : dossier de correspondance 323.12 (668) A 53 : lettre. de Guy de Lacharrière (...)
  • 55 Ibid., 24 juillet 1953, p. 515.

36Enfin, c’est également sur la capitale française qu’est entreprise une autre enquête urbaine dans le cadre du programme sur les relations raciales. En 1952, l’Unesco décide de réunir des « informations scientifiques sur les progrès sociaux et culturels réalisés grâce à l’éducation par les membres de groupes ethniques en cours d’intégration dans la société moderne53 ». L’Unesco charge Roger Bastide et l’ethnologue suisse Alfred Métraux de réaliser une enquête sur l’intégration à la société parisienne des jeunes « élites indigènes africaines », ou « évolués » (selon la terminologie de l’époque), qui viennent effectuer leur formation universitaire à Paris54. Cependant cette enquête se heurte à d’importantes difficultés, portant notamment sur la définition même de la catégorie concernée. Le concept d’« évolués » apparaît flou, subjectif, variable55. Il fait partie du vocabulaire colonial et a une connotation péjorative et condescendante. Sa reprise par l’Unesco place celle-ci dans une position ambiguë. Achevée en 1955, l’enquête de Bastide et Métraux, intitulée Les étudiants africains à Paris, ne reçoit finalement aucune diffusion publique, pour des raisons de prudence politique de la part de l’Unesco. En effet, outre le fait que ses conclusions ne cadraient pas avec l’esprit très optimiste de ce projet, l’Unesco craignait en la publiant de s’aliéner le soutien de la France (alors encore puissance coloniale) étant donné sa dimension critique sur la situation faite à ces étudiants africains à Paris. Cette enquête est aujourd’hui encore introuvable à la bibliothèque et aux archives de l’Unesco.

*

37Ainsi, dans la première moitié des années 1950, l’Unesco a lancé, dans l’esprit de l’anthropologie culturelle, courant sociologique alors dominant aux États-Unis, de nombreuses enquêtes urbaines afin d’analyser aussi bien les heurts et tensions sociales que les situations interethniques harmonieuses. Pour l’Unesco dont la mission est de favoriser l’harmonie et la compréhension internationales, la ville est apparue à cette époque comme un modèle miniature de l’action qu’elle espérait alors entreprendre et étendre dans les années suivantes à l’échelle du monde entier. Malgré une faible diffusion dans le public mondial et l’absence de répercussions tangibles (la « thérapeutique » à ces tensions recherchée par l’Unesco n’ayant jamais été mise au point), les enquêtes urbaines entreprises dans le cadre du « Projet Tensions » et du programme d’études des relations raciales continuent à posséder aujourd’hui un grand intérêt : outre le fait qu’elles constituent par leur caractère monographique une mine d’informations souvent inédites sur la situation sociale de nombreuses villes, elles ont contribué à faire de la ville un véritable laboratoire pour l’étude sociologique des relations sociales et des tensions entre individus, peuples et communautés. Aujourd’hui, à plus d’un demi-siècle de distance, ce programme d’enquêtes urbaines conserve toute son actualité : la proportion d’urbains dans le monde ne cessant d’augmenter (en 2025, les deux tiers de l’humanité devraient être des citadins), la question des relations humaines et sociales au sein des villes devient de plus en plus cruciale. Mais peut-on réellement l’étudier de manière déconnectée des enjeux politiques et économiques [inter]-nationaux ?

Figure 1. – Le courrier de l’Unesco, août-septembre 1952.
Page de couverture : « Brésil, une grande enquête sur les relations raciales ».

Notes

1 Acte constitutif de l’Unesco, 1945. Ce passage du préambule aurait en particulier été rédigé par l’intellectuel américain Archibald MacLeish.

2 Gordon W. Allport, Tensions et conflits : études de psychologie sociale, Paris, Unesco, 1951 ; Études sur les tensions sociales, 1947-1952, Paris, Unesco, 1952.

3 Edward Shils et Talcott Parsons, Toward a General Theory of Action, 1952 ; Edward Shils, Talcott Parsons et alii, Theories of Society: Foundations of Modern Sociological Theory, New York, The Free Press, 1961.

4 Archives diplomatiques des États-Unis, box 3225 : airgram de l’ambassade américaine à Paris au département d’État, 24 déc. 1970, p. 20.

5 Peter Lengyel, International Social Science: the Unesco experience, Transaction Books, New Brunswick, USA, Oxford, 1986, p. 17.

6 Abram Kardiner, The Individual and His Society. The Psychodynamics of Primitive Social Organization, New York, Columbia University Press, 1939 (version française : L’Individu dans la société. Essai d’anthropologie psychanalytique, Paris, Gallimard, 1969) ; Abram Kardiner, The Psychological Frontiers of Society, New York, Columbia University Press, 1945 ; R. Linton, The Study of Man; an Introduction, Appleton Century, 1936 (version française : De l’homme, Paris, Éditions de Minuit, 1968); R. Linton, The Tree of Culture, New York, A. A. Knopf, 1955.

7 S. Clapier-Valladon, Panorama du culturalisme, Paris, Epi, 1976 ; Marc Abélès, « Culturalisme », Encyclopedia Universalis, Paris, 2008.

8 Ruth Benedict, Patterns of culture, Houghton Mifflin, 1934 (en français : Échantillons de civilisation, Paris, Gallimard, 1950).

9 Robert S. Lynd et Helen M. Lynd, Middletown, A Study in Contemporary American Culture, New York, Harcourt, Brace and Company, 1929; Robert S. Lynd et Helen M. Lynd, Middletown in Transition : A Study in Cultural Conflicts, New York, Harcourt, Brace and Company, 1937.

10 Theodore Caplow, Middletown Families (1982); All Faithful People (1983). Muncie est aujourd’hui devenue l’une des villes américaines les plus étudiées par des enquêtes sociologiques. De 1976 à 1981, la National science foundation a conduit un projet nommé « Middletown III », et en 1999-2000 le projet « Middletown IV ». Afin de bien saisir l’évolution de la population, les nouvelles enquêtes ont repris mot pour mot les questions posées aux habitants par les Lynd dans l’entre-deux-guerres. En 1980 a été créé un « Center for Middletown Studies » pour poursuivre et coordonner les recherches sur cette ville. Entre 1979 et 1982, une série de six films documentaires, Middletown, a été réalisée par Peter Davis Brought dans l’esprit du cinéma-vérité et a été diffusée aux États-Unis par le Public Broadcasting Service (PBS).

11 Otto Klineberg, États de tension et compréhension internationale, Paris, Unesco, 1951. Otto Klineberg approfondira ces réflexions dans les années suivantes : voir Otto Klineberg, The Human Dimension in International Relations, New York, 1964 ; Social Psychology, New York, Columbia, 1954. Voir aussi Gordon Allport, Tensions et conflits : études de psychologie sociale, Paris, Unesco, 1951.

12 L’Unesco et son programme. XII. Les sciences sociales, Paris, Unesco, 1954, p. 34.

13 « La Psychiatrie, l’éducation et le plan d’études de l’Unesco “États de tension” et “compréhension internationale” » : conférence prononcée par Harry Stack Sullivan, président du Council of Fellows de l’École de psychiatrie de Washington, lors du séminaire organisé par l’Unesco à Podebrady (Tchécoslovaquie), document de l’Unesco, SEM. III/Lec. 7, 1948.

14 P. Lengyel, International Social Science…, op. cit., p. 27-28.

15 Archives diplomatiques des États-Unis, box 1603 : rapport de Kenneth Holland au département d’État, 5 mai 1950, p. 2.

16 L’Unesco et son programme…, op. cit., p. 34.

17 Commission nationale indienne pour l’Unesco, Projet de recherches sur les états de tension sociale, Paris, Unesco, 1951.

18 Gardner Murphy, In the Minds of Men, New York, BMIC Books, 1953 ; voir aussi « Les Études de l’Unesco sur les états de tension sociale en Inde », Bulletin international des sciences sociales, III, 1, 1951, p. 133-134.

19 Arvid Brodersen, « L’Assimilation culturelle des immigrants : une enquête conduite sous les auspices de l’Unesco en Israël », Bulletin international des sciences sociales, VII, 4, 1955, p. 652-655 ; Arvid Brodersen, « Assimilation culturelle et tensions dans un pays de forte immigration : Israël. Introduction », Bulletin international des sciences sociales, VIII, 1, 1956, p. 7-12 ; Arvid Brodersen, « Étude sociologique des tensions internationales », Le Courrier de l’Unesco, I, 1, 1948, p. 7.

20 Pierre Clément et Nelly Xydias, Vienne-sur-le-Rhône. La ville et les habitants, situations et attitudes. Sociologie d’une cité française, Paris, Armand Colin/Unesco, 1955.

21 Claude Lévi-Strauss et Didier Eribon, De près et de loin, Paris, Éditions Odile Jacob, 1990, p. 95.

22 Lucien Bernot et René Blancart, Nouville, un village français, Paris, Institut d’ethnologie de l’université de Paris, 1953 ; réédition en 1995, édition des archives contemporaines. Introduction : « Pour la réédition de Nouville » par Claude Lévi-Strauss ; O. Klineberg, États de tension et compréhension internationale, Paris, 1950 ; interview de Claude Lévi-Strauss (17 janvier 2003) par l’auteur pour le vrai nom de Nouville.

23 Claude Lévi-Strauss, « Pour la réédition de Nouville », texte cité.

24 Ibid.

25 Léon et Maurice Bonneff, « Les enfants des verreries », L’Humanité, 11 juin 1909.

26 Nouville, un village français, édition de 1995, op. cit., introduction : « Nouville après Nouville », par Francoise Zonabend.

27 Courrier de l’Unesco, juin 1955 : « Un village français est mis à la question », par Lucien Bernot et René Blancart, p. 16-19.

28 F. Zonabend, « Nouville après Nouville », art. cit.

29 Frédéric Le Play, l’un des précurseurs de la sociologie française, paternaliste et conservateur, soucieux de « paix sociale » (fondateur de l’Union de la paix sociale), défenseur des valeurs d’Ancien Régime, influencé par le positivisme d’Auguste Comte, auteur d’une minutieuse enquête sur les ouvriers européens en 1855, a suscité dans les années suivantes la réalisation de plus de 300 études de familles et de sociétés paysannes ou ouvrières.

30 F. Zonabend n’a repéré que trois comptes rendus dans des revues d’ethnologie : dans Arts et Traditions populaires, 1955, no 2, p. 176, il est dit que les auteurs n’apportent guère la « preuve » des conclusions avancées ; les Cahiers internationaux de sociologie, 1955, vol. 19, p. 185-186, parlent d’un « effort louable » pour renouveler le genre de la monographie, mais estiment que c’est décevant ; la revue American Anthropologist, 1955, 57, no 4, p. 884-885, est plus élogieuse (F. Zonabend, « Nouville après Nouville », art. cit.).

31 Alfred Métraux, Itinéraires II (1954-1963), manuscrit autobiographique préparé par André-Marcel d’Ans, non publié, 8 sept. 1955.

32 William Buchanan, « Stéréotypes nationaux et compréhension internationale », Bulletin international des sciences sociales, Paris, Unesco, 1951, III, 3, p. 515-528.

33 Archives diplomatiques allemandes, Bestand B91, Band 256.

34 Jean Stoetzel, Jeunesse sans chrysanthème ni sabre, étude sur les attitudes de la jeunesse japonaise d’après-guerre, Paris, Plon/Unesco, 1954.

35 Jean Stoetzel, Théorie des opinions, Paris, PUF, 1943 ; L’Étude expérimentale des opinions, ibid. ; L’Opinion publique et la presse, Paris, Cours de droit, 1947 ; Les Sondages d’opinion publique, Paris, Éditions du Scarabée, 1948 ; La Psychologie sociale, Paris, Flammarion, 1963 ; collectif, Science et théorie de l’opinion publique, hommage à Jean Stoetzel, Paris, Retz, 1981.

36 Jean Stoetzel, Jeunesse…, op. cit., introduction.

37 L’Unesco et son programme. XII, op. cit., p. 46.

38 Ibid., p. 46-47.

39 Elton Mayo, The Human Problems of an Industrialised Civilization. New York, Macmillan, 1933; Elton Mayo, The Social Problems of an Industrial Civilization, Cambridge, Harvard U.P., 1945.

40 Archives diplomatiques des États-Unis, box 1558 : lettre du département d’État américain à l’ambassade américaine de Paris, 29 août 1956.

41 Margaret Mead, Sociétés, traditions et technologie, série « Évolution technique et tensions sociales », Paris, Unesco, 1953.

42 Valdo G. Pons, Influence changeante de l’origine ethnique et du degré d’occidentalisation sur la répartition de la population africaine de Stanleyville, Conference of Social Scientists on the Social Impact of Industrialization and Urban Conditions in Africa, Abidjan, Unesco, 1954.

43 L’Unesco et son programme. XII…, op. cit.

44 Antonio Sergio Alfredo Guimaraes, « As elites de cor e os estudos de relaçoes raciais », Tempo social, Universidade de São Paulo, Reuniao Annual da Associaçao Brasileira de Antropologia no 20, avril 1996, vol. 8, no 2, p. 67-82.

45 Thales de Azevedo, Les élites de couleur dans une ville brésilienne, Paris, Unesco, 1953.

46 Archives de l’Unesco, dossier de correspondance 3 A 31 : Race pamphlets, part I : CL/775, 29 avril 1953.

47 Thales de Azevedo, « Bahia, la grande métropole noire », Le Courrier de l’Unesco, août-septembre 1952, p. 14-15.

48 American Anthropologist, no 56, 1954, p. 908 : critique de l’ouvrage par M. S. Edmonson.

49 Michel Leiris, Contacts de civilisation…, préface ; M. Leiris, Journal, 1992, NRF, édition par Jean Jamin, p. 884 ; Alfred Métraux et Pierre Verger, Le pied à l’étrier… op. cit., p. 187.

50 Michel Leiris, Contacts de civilisation en Martinique et en Guadeloupe, Paris, Unesco, Gallimard, 1955, préface et conclusion.

51 Roger Bastide, « Sao Paulo, la cité tentaculaire », Courrier de l’Unesco, août-septembre 1952, p. 9.

52 L. A. Costa Pinto, « Rio de Janeiro, creuset des nationalités et des civilisations », Courrier de l’Unesco, août-septembre 1952, p. 10 ; cf. aussi L. A. Costa Pinto, « Le Noir à Rio de Janeiro », Relations raciales dans une société en transformation, Paris, Unesco, 1953.

53 Documents de l’Unesco : 7e conférence générale, 1953, 7C/résol. 3.2621.

54 Archives de l’Unesco : dossier de correspondance 323.12 (668) A 53 : lettre. de Guy de Lacharrière à Robert Valeur, 24 nov. 1953 ; cf. aussi Alfred Métraux, Itinéraires I, (1935-1953) carnets de notes et journaux de voyage, introduction et notes par André-Marcel d’Ans, Paris, Payot, 1978, p. 403, 443-444, 457, 458, 460-462.

55 Ibid., 24 juillet 1953, p. 515.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Le courrier de l’Unesco, août-septembre 1952.Page de couverture : « Brésil, une grande enquête sur les relations raciales ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540