Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Quatrième partie. Se confronter, s'affronter

Voisinage, violence et féminité : contrôle et régulation des mœurs au siècle des Lumières à Marseille

Christophe Regina

Texte intégral

  • 1 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD BDR), 2 B 1320, f° 10, 1781. (Sic.)

« Les suppliantes ne peuvent sortir de leur maison sans s’exposer à être assassinées, leur honneur et réputation sont flétries par ces injures énormes et ces calomnies prodiguées au grand scandale de tout un quartier1. »

  • 2 Voir Bernard Haumont et Alain Morel (dir.), La société des voisins : partager un habitat collectif (...)

1Passer du singulier au pluriel et du pluriel au singulier dans la définition des rapports aux autres est une constante remarquable sous l’Ancien Régime. Les rapports qui lient les destinées, le quotidien et les trajectoires sont particulièrement forts au sein des catégories populaires urbaines. L’altérité se construit dans l’interdépendance. Les joies et les tensions du quotidien, en un mot les passions qui scandent les jours, sont aux fondements d’un système d’échange d’intérêts, de valeurs, et de projection de l’autre, qui tous contribuent à construire une forme particulière de sociabilité : le voisinage. Les rapports de voisinage sont en effet complexes2, et soumis au nécessaire, pour ne pas dire impératif, vivre ensemble.

  • 3 Notre corpus se compose de 353 procédures. AD BDR, 2 B 1205 à 2 B 1400 Marseille (soit 436 plainte (...)
  • 4 Voir Jean Renard, Vin de lune et pain de misère : la sénéchaussée de Baugé à la fin de l’Ancien Ré (...)

2Pour tenter d’étudier la complexité des rapports de voisinage, l’attention a été portée sur les plaintes portées devant de la Sénéchaussée de Marseille au criminel au XVIIIe siècle. Ces fonds sont très importants3. C’est en effet devant cette juridiction que s’expriment et se manifestent tous les maux les plus immédiats du quotidien, ainsi que les heurts conditionnés par une trop grande proximité. La forme de sociabilité que constitue le voisinage se donne ainsi à voir et à comprendre au travers des différentes procédures instruites en justice. La conflictualité et les tensions couchées sous la plume du greffier permettent de considérer l’autorité informelle qui régule le quotidien d’un quartier : le voisinage. Le contexte marseillais, ville portuaire, s’il est à prendre en compte, n’est toutefois pas déterminant dans la définition d’une sociabilité qui serait typiquement méridionale4. Envisager la sociabilité de voisinage sous l’Ancien Régime revient à tenter de déceler les mécanismes d’une entité instable, fortement tributaire des aléas du quotidien. Les contextes économique, politique et spirituel, sont à considérer, parce qu’ils influencent inéluctablement le quotidien. Néanmoins, leurs influences respectives sont toutes traversées et fédérées par un désir de conservation du lien social. Analyser la sociabilité de voisinage revient à caractériser ce lien.

  • 5 Karine Lambert, La litigiosité féminine à Toulon au XVIIIe siècle à travers les procès pour injure (...)
  • 6 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1979, coll. « Folio » (...)

3Pour donner à voir les différentes facettes de cette conservation, il nous a fallu faire un choix d’approche. Nous avons donc retenu le prisme des femmes, qui jouent un rôle essentiel, pour ne pas dire capital, dans cette construction sociale et morale qu’est le voisinage. Les femmes insufflent à la vie du quartier et à la sociabilité qui en résulte une dynamique, fruit d’une politique consensuelle, soumise à une « litigiosité5 » quotidienne. Les travaux d’Arlette Farge sur les catégories populaires parisiennes ont permis de reconstruire, en partie, le quotidien du peuple sous l’Ancien Régime6. Nous nous proposons d’aller au-delà en dégageant la spécificité des femmes dans cette construction du quotidien et dans cette conservation du lien social. Les violences féminines nous permettront d’appréhender les relations de voisinage, termes flous qu’il conviendra de définir, parce qu’elles sont au cœur de cette sociabilité. Comment les violences féminines contribuent-elles à mettre en lumière les mécanismes, la dynamique et les interactions procédant de la sociabilité du voisinage ?

4Il s’agira avant tout de réinvestir le voisinage de son sens et de sa dimension d’Ancien Régime, afin de mieux cerner les enjeux de cette forme de sociabilité. Puis, nous soulignerons le rôle moral et social détenus par les femmes. Nous développerons une analyse fondée sur les rapports existant entre le moral et le social vis-à-vis de la violence, qui jouent un rôle de premier ordre dans la définition et la constitution de cette sociabilité. Enfin, nous étudierons l’importance de la rumeur comme forme de violence sociale, ainsi que son impact dans la construction du voisinage.

Du voisin au voisinage : construction d’une sociabilité particulière, entre dépendance et solidarités

5Comment tenter de caractériser le voisinage sous l’Ancien Régime ? Furetière et le dictionnaire de l’Académie française définissent ainsi le fait de voisiner :

  • 7 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, chez la Vve B. Brunet, 1762.

« Voisiner. v. n. Visiter familièrement ses voisins. Il ne voisine point. Il se plaît à voisiner. Il est du style familier. On dit proverbialement, Il n’est voisin qui ne voisine, pour dire, que Ce n’est pas être bon voisin, que de ne pas voir ses voisins7. »

  • 8 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye, A. et R. Leers, 1690.

« Voisiner. v. n. Hanter ses voisins. Les hobereaux de campagne subsistent en allant voisiner chez les uns & chez les autres. On dit proverbialement, Il n’est voisin qui ne voisine8. »

  • 9 Michel Figeac (dir.), L’ancienne France au quotidien : la vie et les choses de la vie sous l’Ancie (...)
  • 10 Voir sur la question pour la période précédente, Nathalie Zemon-Davis, Essai sur le don dans la Fr (...)
  • 11 Alain Collomp, La maison du père, famille et village en Haute Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles (...)

6Deux définitions assez analogues pour un seul et même constat. « Voisiner », c’est entretenir des liens particulièrement étroits avec ses voisins. Cette proximité est quasi obligatoire, tant les conditions de logements9, les solidarités nécessaires et la vie en communauté l’imposent10. Le voisinage est un microcosme, un réduit de société dans la société urbaine. Spatialement, il se limite à un quartier, dont on se sent solidaire, et pour lequel on nourrit un fort sentiment d’appartenance, quasi identitaire. En effet, la ville commence à polariser très largement les campagnes environnantes, dont les populations migrantes s’organisent par quartiers, pour rétablir ou reconstituer une sociabilité villageoise de proximité. L’installation des nouveaux venus est d’ailleurs facilitée par la mise en place de réseaux personnels et socioprofessionnels, qui favorisent l’insertion de ces derniers11. L’organisation du voisinage peut donner l’impression d’un regroupement aléatoire. En réalité, il se conçoit et se structure, par corps de métiers, par solidarités régionales, voire par mariage, celui-ci étant l’une des voies possibles d’insertion d’une personne « étrangère », c’est-à-dire étrangère à la sociabilité édictée par le voisinage au sein du groupe. Cette structure sociologique du voisinage fait que l’organisation du quotidien, des rapports à l’autre et à l’ordre, sont soumis à des infrastructures morales, normatives et conjoncturelles. Aussi les alliances et les mésalliances entraînent-elles une redéfinition des rapports de forces internes et une modélisation de l’espace. Le voisinage :

  • 12 Antoine Furetière, op. cit.

« Se dit de ceux qui habitent en des lieux proches les uns des autres. C’est un homme qui hante son voisinage, qui voit, qui traite son voisinage, c’est à dire, ses voisins. […] Ce Gentilhomme est fort estimé dans le voisinage, signifie aussi, Proximité12.

  • 13 Dictionnaire de l’Académie française, op. cit.

« Les voisins. Bon, mauvais voisinage. Il est bien avec tout son voisinage. Tout son voisinage l’aime. Il s’en prit au voisinage. Tout le voisinage accourut au bruit13. »

7Furetière, dans sa définition synthétique du voisinage, le présente comme une entité spatialement ouverte aux passions et au jugement de l’autre. Le voisinage induit un système de valeurs et de réciprocités. Système en tant que tel parce qu’il suppose une réciprocité interpersonnelle productrice d’un savoir être et d’un savoir vivre. Il n’y a pas de construction du soi qui se fasse dans l’individualisme, source de marginalité. Un capital moral et un consensus tacite régissent le quotidien du groupe. Des liens affectifs et personnels lient les membres de ce voisinage « passionné ». C’est l’introduction des passions au sein du groupe qui insuffle une dynamique au voisinage et à sa sociabilité. L’expression de ces passions se retrouve dans les plaintes. Les voisins interviennent toujours in extremis dans les conflits. Ils constituent le deus ex machina de l’action conflictuelle, leur action témoignant des passions qui animent le quotidien. Cette vision clanique du quartier, ainsi que la volonté de réguler les passions et les conflits, traduisent la volonté de maintenir l’équilibre social.

Réguler les passions : la conflictualité féminine face au tribunal du voisinage

  • 14 Voir Benoît Garnot, « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (...)

8Les différentes perturbations de l’équilibre interne, aussi nombreuses soient-elles, doivent être réglées, que ce soit par le groupe ou par le concours de la justice. La sociabilité de voisinage n’est ni statique, ni directement inféodée à l’ordre public. Les normes, les règles, les codes édictés par le voisinage peuvent fluctuer en fonction d’éléments perturbateurs comme les conflits au sens large. Le passage en justice circonstancié est considéré comme une alternative instrumentalisée. Il caractérise l’échec de toute démarche infra-juridique14. Les violences féminines tiennent dans cette sociabilité un rôle fondamental. Leurs actions influencent fortement l’équilibre fragile du quotidien, par sa remise en cause constante.

  • 15 Pierre Corneille, La galerie du palais, Paris, Garnier Flammarion, 2006, t. 1.
  • 16 Benoît Garnot (dir.), Les témoins devant la justice. Une histoire des statuts et des comportements (...)

9Corneille disait : « Qu’une femme hargneuse est un mauvais voisin15 ! », hargne qui n’est autrement motivée que par les passions. Jalousie, adultère ou légèreté d’un mari succombant aux appâts de la voisine sont autant de facteurs, potentiels, passionnels et agitateurs qui animent les plaintes et distribuent la conflictualité dans le voisinage. Ces altérations de l’équilibre nécessitent une régulation de la part du groupe, qui se manifeste par une prise de position remarquable au travers des témoignages judiciaires16. Le rôle des voisins, face à ces altérations, est pluriel. Le voisin, dans son action de régulation, est donc amené à présenter plusieurs visages : il est tour à tour vengeur, juge, ennemi, ami, confident, allié, consolateur, sauveur, bourreau, spectateur, acteur et toujours sur le qui-vive nécessaire à cette dynamique qui anime le quotidien. Cette nomenclature hétéroclite du « voisin » révèle l’hétérogénéité des circonstances et des conséquences dans lesquelles il est impliqué ou instrumentalisé.

10Les violences féminines en tant qu’éléments perturbateurs, mais dans un même temps, processeurs d’une dynamique de groupe, sont soumises au jugement du voisinage, avant de l’être à une décision de justice. C’est ce contrôle moral et social exercé par la sociabilité de voisinage, confronté aux violences féminines, que nous nous proposons d’approfondir. Comment le groupe que forment les voisins, et à plus fortes raisons les voisines, normalise, stigmatise, juge ou bien lutte contre les formes de violences féminines et contribue t-il à les réguler ?

  • 17 Sur les 352 procédures étudiées, 189 mentionnent le voisinage ou les voisins. Si l’on tient compte (...)

11Le voisinage est un tribunal de rue, dans lequel on écoute confessions publiques ou dénonciations, en prenant à partie les passants. La publicité des violences est essentielle, car elle permet l’implication des voisins dans la dissension, qui débouche alors sur une prise de position à charge ou à décharge de celle qui sollicite sciemment ou non la contribution du voisinage. Plus de 53 % des affaires étudiées font référence au voisinage convoqué dans la plainte à titre soit d’acteur, soit de spectateur17. Quoi qu’il en soit, il est une entité spatiale, mais également physique, puisqu’il accueille tout autant qu’il observe les litiges qui se produisent en son sein. Les mécanismes de cette sociabilité se mettent alors en œuvre et déterminent le processus accusatoire ou rédempteur. Ainsi en est-il de l’affaire qui oppose en 1781 Catherine Laugier, épouse de Charles Angely, cordonnier, et Geneviève Boyer, épouse de Jean Baptiste Nicolas, cordonnier, à Marie Thérèse Pantoustier ; au cœur de la discorde, des accusations de prostitution formulées contre Catherine. Marie Thérèse Pantoustier et Marie-Thérèse Allemand

  • 18 AD BDR, 2 B 1320, f° 10, 1781. (Sic.)

« […] ont vomi toutes les injures possibles à un point que tout le voisinage s’est assemblé et elles crioient “sort coquine nous sommes trois nous voulons te fouetter le cul” cette scène dura jusqu’à neuf heures du soir au grand scandalle de tout le voisinage18 ».

12La violence devient spectacle, puis tribunal informel. Les plaignantes exposent leur argumentation, à charge aux voisins de porter un jugement. Le voisinage est, de fait, amené à évaluer la finalité et les conséquences de la violence, qui est bien souvent perçue comme le processus d’une lutte contre la peur, comme une expression individuelle, antisociale ou déstructurante du rapport à autrui. Le voisinage, témoin des violences, et des violences féminines, s’assemble et réagit à chaud à la scène à laquelle il assiste. Ainsi, Geneviève Peyron, soulignant la gratuité la plus totale de la violence dont elle a été la victime, indique que

  • 19 AD BDR, 2 B 1205, f° 2, 1760. (Sic.)

« […] ladite abeille sortis en effet en redoublant ses injures et menaces, mais dès qu’elle fut à la rue elle se déchaîna encore plus en injures, calomnies et menaces de telle sorte qu’elle fit s’assembler tous les voisins qui furent scandalizés d’un procédé si inique19 ».

  • 20 AD BDR, 2 B 1214, f° 9, 1750. (Sic.)

13Le voisinage est convoqué comme l’arbitre, s’arrogeant ipso facto le rôle traditionnellement endossé par la justice, qui est, par excellence, l’arbitre des litiges et des conflits. C’est toujours au grand scandale de ce dernier que se joue la scène narrée dans la plainte. Dans le cas évoqué, la conflictualité et l’iniquité des procédés employés par la dénommée Abeille sont si scandaleux que le voisinage semble rallier la cause de la plaignante. Mais cette adhésion, sincère ou non, n’est en rien acquise, et il suffit de peu de choses pour faire voler en éclat une réputation et les sentiments de respectabilité qu’elle peut susciter. La maîtrise des réputations est aux mains du voisinage. Bonne ou mauvaise, la réputation relève d’un consensus, remarquable dans les dépositions. Dans les affaires étudiées, la réputation, l’honneur et la probité sont mis en avant dans plus de 32 % des cas étudiés de façon directe : dans la plainte, il est clairement fait référence à ces pierres angulaires de la sociabilité qu’elles soutiennent. Mais toutes les plaintes sont en elles-mêmes des manifestations ostentatoires d’un désir de rétablissement de la fama publica, dénaturée par l’affront pour lequel on réclame justice. Ainsi, la nommée Magdelaine Alexandre, à laquelle Marie Michel demande le remboursement d’une dette, s’est mise à injurier cruellement Marie, et « cette jeune fille ainsy calomniée se seroit retirée dans le fonds de la boutique pour éviter que le supliant son père n’entendant pareilles calomnies et ne fut compromis avec une pareille femme reconnue dans tout le voisinage pour être une femme violente et sans retenue20 ». Ce jugement de valeur repose uniquement sur la réputation et la mémoire de conflits antérieurs ayant pu impliquer la femme violente. La réputation est alors forgée, relayée, amplifiée et, finalement, acceptée de tous.

  • 21 Dans 25 % des affaires étudiées, les femmes mettent en effet en avant leurs qualités morales, prés (...)

14Le voisinage produit non seulement ses normes, comme nous l’avons souligné, mais également ses propres définitions et représentations de l’autre. D’un côté, la femme violente, porteuse de l’ire irrationnelle, et, de l’autre, l’anti-modèle par excellence, la femme de bien21, souvent mise en abyme avec la femme méchante. Claire Calamant, par exemple, veuve de Jean-Baptiste Roque, maître boulanger, est reconnue et connue par le voisinage pour son pacifisme. Dans sa plainte, elle indique

  • 22 AD BDR, 2 B 1214, f° 11, 1759. (Sic.)

« Hier de retour de la campagne étant au devant de sa maison rue dite du château de Joly sur environ les neuf heures du soir la nommée Alexis étoit à se disputer avec son inquiline nommée Barle, la supliante dit à celle cy “finissez votre dispute” crainte de n’aller plus loing de considérer que “ma fille jeune écoute”22. »

15En femme pacifique, Claire a voulu achever cette dispute pour le calme du voisinage mais surtout par égard pour sa fille encore enfant, impressionnée par la scène de violence à laquelle elle avait assisté. Cette intervention n’a finalement pas d’autre effet que de porter la colère de la nommée Alexis sur Claire, qui est sévèrement malmenée. La nommée Alexis se « leva en furie, se jetta sur la supliante en luy disant “j’ay dit à ta fille qu’elle étoit une coquine et une voleuse et je le prouveray” ». Ce discours fut suivi « d’un rude soufflet à tour de bras que ladite Alexis donna à la supliante à la joue droite, duquel soufflet elle demeura étourdie ». La nommée Alexis, rejointe par son fils et par sa fille, l’aurait

  • 23 Ibid.

« […] sans doute assassinée si des personnes présentes n’avoient arraché lesdits Alexis fils et sa sœur de dessus la supliante. Peu satisfaits de pareilles cruautés lesdits Alexis mère, fils et fille chargèrent la supliante des calomnies les plus attroces, la traitant de gueuse, misérable et qu’ils vouloient l’assommer ce qu’ils auroient exécuté s’ils n’en eussent été empêchés23. »

  • 24 Ibid.

16Au-delà de la mise en scène de l’autre, la réputation de Claire joue en sa faveur, puisqu’elle est « connue dans tout le voisinage pour une femme de paix et de bien, [les Alexis] méritent une sévère et rigoureuse punition surtout si l’on considère le naturel violent et emporté desdits Alexis coutumiers à ces sortes d’excès24 ».

  • 25 Plus de 70 % des affaires jugées.
  • 26 François Dareau, Traité des injures dans l’ordre judiciaire, ouvrage qui renferme particulièrement (...)
  • 27 François Menassier de l’Estre (avocat au Parlement), De l’honneur des deux sexes, et principes gén (...)

17Comme on le voit dans ces extraits, l’action en justice est conditionnée par le nécessaire rapport aux autres. Il ne faut pas chercher à s’en priver ni à s’en écarter, sans encourir le risque de devenir suspect. Il s’agit d’établir un juste équilibre entre l’adhésion nécessaire à la sociabilité de voisinage et une certaine forme de discrétion qui inspire le respect. L’importance numérique des affaires jugées par la Sénéchaussée de Marseille pour injures est remarquable25, parce que la préservation de l’honneur et de la bonne réputation relève de la nécessité. Le juriste François Dareau ne manque pas, à cet égard, de souligner que les « faux soupçons, que l’on fait naître sur la conduite d’autrui, de manière à lui faire perdre ou à lui diminuer l’estime publique, sont encore des injures tout à fait répréhensibles26 ». La bonne réputation est ardemment protégée, parce qu’elle conditionne l’adhésion au groupe, l’entrée dans la sociabilité formée par le voisinage et, surtout, elle détermine le regard des autres. On ne sort pas de cette peur du jugement de l’autre. Jouir d’une mauvaise réputation, de surcroît quand on est femme, est synonyme d’ostracisme social : « L’honneur est le mobile, le but et la récompense des deux sexes, il est le plus précieux de leurs biens, et participe à leur nature spéciale et à leurs devoirs particuliers27. » L’honneur, la réputation sont essentiels. Leur préservation est un impératif, d’autant plus qu’ils sont très souvent l’objet d’attaques et que ces attaques portées en public impliquent les voisins. La vie en communauté induit une maîtrise de son image et de sa réputation. Cette maîtrise est fragile et la situation familiale d’une femme peut la compliquer. La réputation sous l’Ancien Régime est au carrefour de l’honneur et des bonnes mœurs. Le voisinage se montre particulièrement attentif à ces deux dimensions nécessaires au maintien de l’équilibre social.

Violence, voisinage et mœurs

  • 28 Sur les 2 098 femmes en justice étudiées, tant en qualité de plaignantes que de témoins, 49 % des (...)
  • 29 AD BDR, 2 B 1219, f° 8, 1760. (Sic.)
  • 30 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « La femme seule à l’époque moderne : une histoire qui reste à écri (...)

18Une attention toute particulière est donc portée aux rixes suscitées par la remise en cause de la femme et de sa morale sexuelle. La préservation de l’équilibre se fonde sur une sexualité et une moralité maîtrisées. La femme suscite la méfiance et le cas de la veuve est emblématique de cette suspicion du quotidien. Celle-ci est toujours suspecte. Dans les procédures étudiées, les veuves représentent 15 % des femmes en justice28. Cette suspicion, Marie-Marguerite Michel29, veuve de Dominique Thomas Anastase Magnan, navigant, qui un soir fut invitée à manger chez une amie à « passer la soirée », en a fait les frais. La question des mœurs en cas de veuvage30 met particulièrement bien en lumière la façon dont le voisinage exerce son rôle de régulation morale. Lorsque la femme à l’époque moderne jouit du statut d’épouse, la surveillance de sa bonne moralité est confiée à son époux dans le cadre de la maisonnée, aux femmes, belle-mère, voisines et autres, en l’absence du mari. Si ce dernier vient à disparaître, il n’y a plus d’autorité directe pour contraindre, tenir et surveiller la veuve. On se méfie du nouveau statut de l’épouse qui devient veuve. Son état entraîne de la part du voisinage et, avant tout, de la part des autres femmes, jalousie et méfiance. Jalousie, parce que l’épouse recouvre sa liberté ipso facto, qui la distingue des autres épouses, toujours soumises à l’autorité maritale. Ce n’est pas la situation matérielle, bonne ou mauvaise, qui est enviée des autres femmes. Quel que soit le type de parentèle qui encadre la veuve, l’épouse a changé d’état. Un tel changement attire l’œil du voisinage, alimente la rumeur et peut conduire une femme devant la justice. Marie-Marguerite Michel rentra vers les dix heures du soir et trouva la porte de sa maison fermée. Elle

  • 31 AD BDR, 2 B 1219, f° 8, 1760. (Sic.)

« […] frappa la porte pour que ceux qui habitent dans la même maison vinrent lui ouvrir, mais après l’avoir laissé languir longtemps, les nommées Aliès vinrent en fureur sur la supliante, la traitant de coquine, de putain, de malheureuse, d’abandonnée, et de prostituée, qu’ils alloient faire venir la garde de la ville et la faire coucher à la carbonnière31 ».

19Scarlett Beauvalet-Boutouyrie a montré que la veuve était l’objet d’une étroite surveillance et que la liberté conférée par la mort de son époux était douteuse. Elle indique aussi que les veuves qui sortent de chez elles sont jugées peu honnêtes. Marguerite réveilla les sœurs Alliès qui visiblement dormaient, ce qui fut la cause du conflit. La violence et la disproportion de l’acte indiquent les fortes tensions qui pouvaient intervenir dans les relations de voisinage, qui plus est lorsqu’il s’agissait des femmes entre elles :

  • 32 Ibid.

« Effectivement les deux femmes furent à la maison de la ville et sous des faux prétextes, elles portèrent les gardes à venir saisir la supliante, ils y vinrent en effet, et en traitant toujours la suppliante de putain et de prostituée, elles poussèrent les gardes à l’amener à la carbonnière. Effectivement les gardes la prirent et l’amenèrent, mais tout le voisinage instruit de la bonne conduite de la suppliante et de la méchanceté des sœurs Alliès, avertirent les gardes de l’irrégularité de leur démarche et que si quelqu’un méritoit un pareil traitement, c’étoit les sœurs Alliès qui seules avoient donné lieu à ce scandale […] les gardes laissèrent la suppliante mais les Alliès fachées de ne pas avoir mis la supliante au comble de l’ignominie en la faisant traduire dans un corps de garde, continuèrent à la traiter de putain et de malheureuse, qu’elle portoit un batard dans son ventre et qu’elle la leur payeroit, un pareil désordre attira tout le voisinage fit évanouir la suppliante au point qu’on eu bien de la peine à la faire revenir32. »

  • 33 François Dareau, op. cit., p. 7.
  • 34 Antoine Furetière, op. cit.

20Les sœurs Alliès auraient très bien pu parvenir à leur fin, puisque Marie est veuve. Mais la bonne réputation dont jouit Marie la préserve de tout mauvais discours. Une réputation entachée et non disculpée est problématique. La réputation est un « bien inestimable, digne d’une ambition générale depuis le Monarque jusqu’au simple citoyen33 ». Furetière ne surenchérit-il pas lorsqu’il précise qu’« une femme n’a rien de plus cher que sa reputation, il ne faut pas blesser, ni ternir sa reputation34 » ? Si Marie n’avait pas au préalable disposé d’un « capital probité », il eut été à peu près certain que l’entreprise des sœurs fût couronnée de succès, d’autant que les gardes furent sollicités pour donner plus de poids à leurs accusations. Nous avons rencontré d’autres cas analogues de femmes sauvées de l’infamie, ou tout simplement des mauvais traitements physiques, par les voisins qui se sont portés garants de la bonne morale et de l’intégrité de celle qui était accusée à tort. C’est parce qu’il y a une certaine unanimité dans la partition de la respectabilité que Marie est sauvée. Une fois de plus, la justice est rétablie par le concours du voisinage, gardien de l’équilibre et juge de la moralité de chacun. Femmes mauvaises ou femmes de bien sont désignées par leur maison, leur étage ou leur fenêtre, réifiant la vertu ou le vice à une localisation géographique, forgée par le voisinage. Rien n’échappe à la vue, à l’ouïe et au jugement de ce dernier. Les discours et propos injurieux contribuent à renforcer ou à diminuer l’ancrage moral des habitants du quartier.

  • 35 Joël Hautebert, La justice pénale à Nantes au grand siècle, jurisprudence de la sénéchaussée prési (...)

21Les femmes sont d’autant plus soucieuses de leur fama que celle-ci est toujours soumise au doute, et qu’elle peut facilement être attaquée et brisée. Joël Hautebert35, qui a travaillé sur les fonds de la sénéchaussée présidiale de Nantes, fait un constat analogue au nôtre : les injures contre les femmes, mariées ou non, portent habituellement atteinte à la réputation morale de la victime et remettent en cause avant tout les mœurs. La fama caractérise l’ensemble de la maisonnée, et jeter l’opprobre sur une de ses membres, c’est perdre dans sa totalité ceux qui l’habitent :

  • 36 François Dareau, op. cit., p. 8

« Elles [les injures] qui font gémir l’innocence dans les fers ; qui dépouillent la veuve et l’orphelin ; qui mettent l’époux en guerre avec l’épouse, le père avec les enfants ; qui rompent le lien des familles, ceux de la société ; qui affligent les mœurs et la religion36. »

  • 37 Dans toutes les affaires en matière d’injures impliquant une femme, parmi les injures rapportées f (...)
  • 38 Nous utilisons l’expression « équation du voisinage » par analogie avec une équation mathématique (...)
  • 39 AD BDR, 2 B 1237, f° 23, 1764. (Sic.) Dans 33 % des affaires étudiées, les plaignantes mettent en (...)

22Les femmes, qu’elles soient actrices ou victimes des violences, sont toujours remises en cause dans leurs mœurs par le biais de l’injure. La « putain publique37 », avérée ou non, est un topos des plaintes et un facteur-clef de l’« équation voisinage38 ». Ainsi, Marie Martin femme de Jean Joseph Arnaud, maître maçon, porte plainte contre Marguerite Amphoux, femme d’Antoine Vassal, paysan. Marguerite ne « cesse d’injurier et calomnier la suppliante sans sujet, motifs, ny raisons et ces calomnies sont poussées sy loing39 » que le jour d’hier

  • 40 Ibid.

« il y a plus ladite Marguerite pour calomnier la supliante la perdre d’honneur et de réputation s’y elle pouvoit et occasionner les divorces dans son ménage n’a pas fait difficulté de répandre dans tout le voisinage les mêmes calomnies en disant aux uns et aux autres et a tous ceux et celles qui vouloient l’écouter que la supliante étoit une voleuse et une putain40 ».

  • 41 Philippe Pattisson et Garry Robins, « Construire l’espace social : des modèles de voisinage pour l (...)
  • 42 Nicole Gonthier, Cris de haine et rites d’unité, La violence dans les villes, XIIIe-XVIe siècle, [ (...)

23Une géographie de l’infamie se profile alors au sein d’un quartier conditionné par l’injure, qui délimite les bons et les mauvais lieux en lien direct avec la réputation de celle qui y réside. Voisinage, dans lequel l’humain et le spatial sont intrinsèquement liés41. C’est ce rapport à l’espace qu’il faut souligner, car là encore, il y a une vigilance remarquable quant à l’occupation et à la maîtrise du quartier. Que ce soit de jour ou de nuit, il n’est pas un moment qui ne soit soumis au regard de l’autre. Tout le monde sait tout sur tous. Il n’est pas aisé de dissimuler des secrets. Ces intrusions du voisinage dans l’intimité de l’autre et ces comportements entre voisins sont perceptibles dès le Moyen Âge, comme a pu le montrer Nicole Gonthier42. Le regard du voisinage inquiète tout autant qu’il demeure indispensable. Se soumettre à sa surveillance, c’est marquer son adhésion à une communauté. Le voisinage est le prisme par lequel la norme à observer est établie. La véhémence des voisins en matière de mœurs en témoigne.

24Il est difficile de conduire une existence indépendante du groupe. Au-delà des maisons trop vétustes pour résister aux indiscrétions d’autrui, voisins et voisines cohabitent et partagent de façon proche le quotidien de chacun. Un tel partage n’est pas singulier. Le puits, le lavoir, les commodités sont autant de lieux de rencontres, de discussions, de conflits, et l’altercation peut éclater partout :

  • 43 AD BDR, Aix 20 B, no 2779.(Sic.)

« Même la déposante un jour étant descendue à la chambre de ladite Nanon, elle trouva un porteur de chaise qui connut ladite Nanon charnellement, fut toute interdite de se voir ainsi découverte sa mauvaise vie et l’en pria de n’en rien dire et vouloit faire manger la déposante, laquelle ne voulut faire ayant même vue la déposante par un trou qu’il y avoit au plancher de sa chambre visant dans celle de ladite Nanon, et au plein midi que deux messieurs qui étoient dans la chambre de ladite Nanon, jouirent charnellement l’un après l’autre, étant ladite Nanon une véritable putain publique43. »

25Soulignons que si la prostituée scandalise le voisinage comme il est souvent rapporté dans les procédures, elle suscite néanmoins la curiosité. Si ses activités étaient aussi révoltantes, le témoin s’épargnerait de souffrir le spectacle de Nanon en plein exercice lubrique. Il y a donc un certain voyeurisme, une envie d’intrusion dans l’intimité d’autrui, afin de se délecter. La curiosité est toujours la plus forte et traduit ce nécessaire vivre ensemble qui donne au voisinage sous l’Ancien Régime sa cohérence. La vie à l’époque moderne est une vie ouverte sur l’autre, parce qu’il ne peut en être autrement. Les lieux qui accueillent les conflits sont également les postes d’observation de l’autre.

  • 44 Chiffres obtenus à partir de nos dépouillements des archives de la sénéchaussée de Marseille.

Tableau 1. – Des lieux pour la violence : répartition numérique des lieux des conflits féminins44.

  • 45 AD BDR, Aix 20 B, no 2779. (Sic.)

26Les espaces intermédiaires, sur le dedans et le dehors, sur l’ouvert et sur le clos, sont immanquablement belligènes, parce qu’ils contribuent à trahir l’intimité de l’autre, à l’exposer à la curiosité des voisins et, de fait, à influencer le voisinage. Ainsi, « un jour la déposante vit de la fenêtre de sa chambre qui vise dans celle de ladite Nanon qu’un porteur de chaise jouissoit d’elle charnellement et toute droite et icelle avoit même sa quenouille à son côté ce qui scandalisa la déposante de voir pareille chose45 ». Il existe un impérieux besoin de savoir ce qui se passe chez l’autre. Ce vivre ensemble qui parcourt de façon transversale le voisinage et la société d’Ancien Régime nécessite un vecteur fédérateur. On se soucie de ce qui se passe chez autrui en s’informant des rumeurs qui circulent dans le quartier. S’appuyant sur une telle forme de solidarité, soumise aux ragots et aux quolibets en tout genre, il est évident que cette sociabilité de voisinage ne peut être que ponctuelle et fragile, toujours potentiellement belligène et remise en cause.

  • 46 Nicole Gonthier, op. cit., : « Les liens de voisinage dont nous avons signalé l’obsédante interfér (...)

27L’injure, verbale ou physique, est par conséquent révélatrice des crises qui fissurent ou fracturent la cohésion apparente du groupe et trahit en même temps l’image que l’on se fait de l’autre. Le passage en justice incarne l’incapacité de la plaignante à rétablir la confiance des voisins mise à mal par l’injure. Le recours à la justice est alors cathartique, il s’agit de se débarrasser de l’infamie ou de l’opprobre qu’un conflit a pu instaurer46. La proximité des liens de voisinage ne se limite pas à la seule régulation des mœurs. Des formes de solidarités réelles contribuent à maintenir l’équilibre au sein du voisinage.

  • 47 AD BDR, 2 B 1220, f° 1, 1788. (Sic.)
  • 48 Pierre-François Muyart de Vouglans, Les loix criminelles de France, dans leur ordre naturel, dédié (...)

28Pour illustrer davantage cette idée, il est possible de retenir une autre forme de violence féminine, peu fréquente, mais qui implique étroitement le voisinage : le suicide47. Le rapport à la mort est particulièrement intéressant, parce qu’il permet d’envisager les formes de solidarité qui peuvent caractériser le voisinage. Muyart de Vouglans définit le suicide comme « le nom que l’on donne à l’homicide que l’on commet volontairement sur soi-même, soit en se poignardant, s’empoisonnant, s’étranglant, se cassant la tête, se précipitant, se noyant, ou de quelque autre manière48 ». Les légistes du XVIIIe siècle se sont inspirés du droit canon et du droit romain pour juger les cas de suicide. Dans le droit romain, on distingue quatre causes de suicide possibles : la fureur ou frénésie, l’extrême douleur, le dégoût de la vie et la crainte d’un châtiment. Les légistes retiennent du droit canon l’interdiction de sépulture au suicidé, ainsi que toute « commémoraison », rejetant l’idée romaine d’un suicide par dégoût de la vie ou par ennui. En revanche, ils invitent les juges à une grande vigilance sur l’instruction de l’affaire : dans de telles affaires, le juge doit se rendre sur les lieux du crime, dresser sur place le procès verbal, accompagné d’un chirurgien, chargé de déterminer si la cause de la mort est naturelle, accidentelle ou criminelle.

  • 49 Émile Durkheim, Le Suicide. Essai de sociologie, Paris, PUF, coll.» Quadrige Grands textes », 2004
  • 50 L’acouphène est une impression auditive correspondant à la perception d’un son et ressemblant à un (...)

29L’acte suicidaire est condamné par les autorités civiles, mais également par l’Église, qui y voit un acte sacrilège. Le suicide est reconnu comme péché par l’Église et comme crime par les pouvoirs civils ; il est un tabou, qui n’a pas encore de nom. La condamnation du suicide est aussi une stigmatisation de ceux qui se sont désolidarisés du corps social et des valeurs chrétiennes. On sanctionne une personne pour avoir voulu disposer de sa vie, alors que cette dernière est censée appartenir à Dieu ou à son représentant sur terre, le souverain. L’acte suicidaire est donc une forme criminelle de liberté, puisque par ce geste, on revendique la possibilité de disposer de sa vie, de se faire violence et de se soustraire à l’ordre, qu’il soit spirituel ou temporel. Le fait qu’une femme se suicide ne la distingue pas fondamentalement, a priori, d’un suicide masculin. Or, dans les faits, la femme suicidée est plus criminelle que l’homme encore, parce qu’elle porte atteinte à sa vie, se soustrait à l’ordre et à ses fonctions maternelles. Par cette forme d’auto-violence, la femme donne la mort au même titre qu’elle donne la vie. Nous sommes ici dans le cas d’un « suicide anomique », tel qu’il a été défini par Émile Durkheim49. La violence du geste, à la fois symbolique et physique, implique le voisinage qui est appelé à seconder l’enquête ordonnée par le juge, dans le but d’élucider les circonstances de l’acte, et s’il n’y a pas eu meurtre. Marie Roux, épouse de Charles Amalric, batelier, âgée d’environ 50 ans, est bien retrouvée morte, après s’être précipitée depuis le toit de la maison. Les autorités mènent l’enquête et interrogent les voisins pour connaître les circonstances du suicide. Les voisins les plus proches, ainsi que certains membres de la famille de Marie, sont sollicités par la justice. On y apprend que, depuis quelque temps, Marie se plaignait de maux de tête, qu’elle avait « des crapeaux dans la tête […] ce qui la rendoit furieuse et capable de se porter à des extrémités ». Ces maux ont visiblement rendu Marie psychologiquement fragile et instable et les déposants supposent que cette tourmente a pu motiver son acte et expliquer qu’elle ait mis un terme à ses jours. Sa belle-fille précise que Marie était sujette à des vapeurs qui l’incommodaient fortement. Les voisins ont transporté le corps de Marie dans le vestibule de la maison où elle expira suite à ses blessures. Une voisine se rendit aussitôt auprès de la police. Les autorités convoquèrent un chirurgien qui observa attentivement le cadavre pour en constater les multiples fractures et leurs complexités. Le chirurgien indiqua que ce furent ces blessures qui ont engendré le décès. On se livra à une description précise des vêtements de Marie : « Un malete indienne […], un mouchoir de cotonne rouge, une cœffe et une coquête mousseline, une jupe indienne fond rouge moucheté, deux autres jupes par-dessous et une paire de bas blanc. » Le cadavre est présenté à tous les témoins appelés à déposer. Au regard des symptômes décrits par les témoins, mis à part le cas particulier d’une pathologie mentale, Marie semblait souffrir peut-être d’acouphène ou d’un traumatisme crânien50.

  • 51 Karine Lambert, « La société des voisins : un outil du contrôle social ? Témoignages et criminalit (...)

30Dans cette affaire, le voisinage est donc aux premières loges de la procédure judiciaire. Le juge fait des voisins les témoins privilégiés de son enquête. C’est par le biais des voisins que la pathologie de Marie est connue. L’intervention de la parole des voisins-témoins51 est capitale pour éviter à Marie de se voir refuser une inhumation chrétienne et des prières pour son âme. Il faut présenter son acte comme une réponse désespérée à un mal-être inexplicable qui a finalement eu raison d’elle. Même si l’influence spirituelle de l’Église a reculé dans les villes, elle demeure particulièrement forte en ce qui concerne les craintes de l’au-delà et du jugement dernier. Il s’agit donc de convaincre la justice de ne voir dans ce suicide qu’un acte de folie et d’exaspération, et non pas un geste prémédité. La démarche des voisins n’est pas totalement gratuite, car ils pourraient, un jour à leur tour, être menacés de l’enfer, comme le fut Marie. Ils se doivent, en conséquence, d’observer sur ce point-là une solidarité. Il s’agit ainsi toujours d’un système de réciprocités et d’interdépendance, humain, moral, social et spirituel. La construction de la sociabilité est avant tout orale, ce qui permet de produire du savoir et de construire une représentation de l’autre, construction qui se fonde sur la rumeur, dont le rôle social est fondamental.

Voisinage et rumeur, une construction particulière de l’altérité ?

31La rumeur se nourrit de la calomnie. Dans une société de l’oralité, la place des mots est essentielle : savoirs, connaissances et représentations sont relayés par la parole. C’est parce que la parole est libre qu’elle est dangereuse, parce qu’elle ne laisse pas de trace matérielle qu’elle est malléable, amplifiable et, par conséquent, préjudiciable. La non-matérialité de la parole explique la difficulté d’en établir la vérité en justice, d’où le rôle fondamental des témoignages qui constituent la mémoire des conflits, et dont le serment doit garantir l’impartialité. On se délecte donc des nouvelles, fondées ou non, qui alimentent la rumeur, laquelle devient dès lors une source de divertissement et une des clés de la sociabilité d’Ancien Régime. Cette musicalité de la calomnie, cette muse de la rumeur est d’ailleurs chantée par Figaro :

  • 52 Beaumarchais, Le Barbier de Séville, acte II, scène viii, Paris, Garnier Flammarion, 1998.

« D’abord un bruit léger, rasant le sol comme une hirondelle avant l’orage, pianissimo murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. Telle bouche le recueille, et piano, piano, vous le glisse en l’oreille adroitement. Le mal est fait ; il germe, il rampe, il chemine, et rinforzando de bouche en bouche il va le diable ; puis tout à coup, ne sais comment, vous voyer calomnie se dresser, siffler, s’enfler grandir à vue d’œil. Elle s’élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. Qui diable y résisterait52 ? »

32La parole de Figaro rend bien compte de cette liberté dangereuse des mauvais propos, qui préfigurent et annoncent la rupture d’un équilibre et une perturbation évidente de la sociabilité. Par l’intrusion d’un discours erroné ou non, l’inédit modifie les quotidiens, donne à voir différemment l’autre. Étymologiquement, rumeur vient du latin rumor, qui signifie « bruits vagues », « propos colportés ». Littéralement donc, la rumor renvoie à un bruit, une sonorité et, encore au XVIIIe siècle, on emploie le mot rumeur pour désigner un

  • 53 Antoine Furetière, op. cit.

« […] bruit et murmure sourd qui tend à querelle, ou sedition. Cette nouvelle doctrine a excité bien de la rumeur dans l’Eglise. Si cette affaire passe, il y aura bien de la rumeur dans la ville. Cette nouvelle n’est pas certaine, mais j’en ay ouï quelque rumeur, quelque bruit sourd qui en court par le monde. Ce mot vient du Latin rumor53 ».

  • 54 Voltaire, Essais sur les mœurs et sur l’esprit des nations, et sur les principaux faits de l’histo (...)
  • 55 AD BDR, 2 B 1260, f° 13, 1780.

33On trouve chez Voltaire, dès 1756, dans L’essai sur l’histoire générale et sur les mœurs54, l’utilisation de l’expression « rumeur publique » dans son acception moderne. Déjà sous sa plume se retrouve l’idée d’une rumeur en tant que connaissance troublée de la vérité. La définition de Furetière est à la charnière entre le sens latin stricto sensu et l’acception voltairienne du XVIIIe siècle. Quoiqu’il en soit, la rumeur est le vecteur privilégié des propos colportés. Elle est une sonorité particulière des conflits. Dans nos archives, lorsque le terme est utilisé, c’est à l’aspect sonore auquel il est fait référence : « Ce démélé occasiona une rumeur qui attira le père Saturnin lequel s’informa de quoy il étoit question55. » Lorsqu’il s’agit de la rumeur en tant que telle, il s’agit toujours de « bruit public ». Le caractère neutre et impersonnel d’une telle expression renforce d’avantage l’aspect insaisissable d’une parole qui échappe au contrôle de celle qui est l’objet de rumeur.

  • 56 Voir cependant François Ploux, De bouche à oreille : naissance et propagation des rumeurs dans la (...)
  • 57 Michel-Louis Rouquette, Les rumeurs, Paris, PUF, coll.» Le sociologue », 1975, ainsi que « La rume (...)
  • 58 Pascal Froissart, La rumeur, histoire et fantasme, Paris, Belin, coll. « Débats », 2002.
  • 59 Pour Pascal Froissart, la rumeur en tant que concept n’existerait pas avant le XXe siècle et les t (...)

34Le concept de rumeur a été peu étudié par les historiens56. En revanche, il a fait l’objet d’une réflexion approfondie de la part des psychologues, des sociologues, notamment par Michel-Louis Rouquette57, et par les spécialistes en sciences de l’information et de la communication, plus particulièrement par Pascal Froissart58. Pour Michel-Louis Rouquette, « la catégorie de la rumeur correspond à l’une des formes typiques d’expression et d’élaboration de la pensée sociale ». Elle renvoie nécessairement à la théorie des représentations et à la différenciation intrinsèque du tissu social59. La proximité que nous avons évoquée, le nécessaire vivre ensemble souligné alimente la rumeur, parole informelle productrice d’un savoir. Ainsi, François Bonnefoy est en conflit avec sa femme et,

  • 60 AD BDR, 2 B 1370, f° 3, 1765. (Sic.)

« […] finalement la scène s’échauffant il rendit à la Robert [son épouse] quelques coups qu’elle lui avoit donnée sans raison et en n’écoutant qu’une fureur déplacée, le supliant qui n’étoit pas le plus fort se vit fort heureux de sortir de ces mains et s’en revint chez lui avec la marque des coups qu’il avoit reçu sans pouvoir immaginer qu’une rixe de cette espèce et dans laquelle tout le tort étoit du à ladite Robert put donner lieu à une accusation aussi grave que celle dont le bruit public l’instruisit bientôt, quoiqu’il en soit il apprit indirectement que cette femme l’accusoit de l’avoir violée, et ajoutoit à cette accusation comme une suite au viol l’avortement d’une grossesse immaginaire et supposée60 ».

  • 61 Voir François Dareau, Traité des injures dans l’ordre judiciaire, ouvrage qui renferme particulièr (...)

35François Bonnefoy est instruit des intentions de son épouse par le « bruit public » qui révèle l’étendue et la gravité des propos calomnieux. La rumeur est une forme de violence sociale. La calomnie corruptrice de la fama s’acoquine volontiers à la rumeur médisante. On traque le moindre écart pour le décrier et établir, par le biais de la rumeur, une forme policée et hypocrite des comportements. Ces derniers sont mis en abîme avec la monstruosité de la situation « rumorée », pour désigner l’action d’être devenu objet de rumeur. Les traités juridiques du XVIIIe siècle s’épanchent longuement sur la question de la bonne réputation, en soulignant les périls que font courir les injures faites à la bonne réputation, à la fama61. Ils s’accordent tous sur le fait qu’il n’y a rien de plus aisé à perdre. Dans nos archives, nous avons souvent croisé des accusations calomniatrices, fondées ou fallacieuses, lancées contre des plaignantes, afin de « les perdre en réputation ». Dans le cadre de la prostitution, le discours produit par le voisinage concourt à perdre aux yeux de la justice une fille ou une femme. Les voisins-témoins indiquent dans leurs dépositions qu’une telle « passoit pour » ou « étoit reconnue comme ». La limite entre la calomnie et la rumeur semble dès lors de plus en plus diaphane. Dans le contexte d’une société majoritairement analphabète, l’introduction d’un discours fondé sur les « on dit » s’érige en tant que prétendue maîtrise de la connaissance de l’autre, que l’on asservit de facto à l’image fantasmée que le groupe transfère sur l’autre. Nos archives montrent bien que l’injure est confortée et renforcée par l’idée que le groupe se fait d’une personne ou d’une autre :

  • 62 AD BDR, 2 B 1 218, f° 18, 1789. (Sic.)

« Sa fille se joigner à luy et ils tinrent de semblables propos pendant plus d’une demi heure, ce qui donna lieu aux voisins s’attrouper autour de la maison et à ceux qui passaient de s’arrêter62. »

  • 63 AD BDR, 2 B 1205, f° 15, 1772. (Sic.)

36Les expressions « pendant plus d’une demi heure », « autour de la maison », à la manière de tous les déictiques, considèrent la situation, les circonstances particulières dans lesquelles se déroule la querelle. Elles prennent en compte le moment et le lieu où l’action s’est produite, et donnent des repères spatio-temporels qui permettent au lecteur, c’est-à-dire au juge, de savoir de quelle manière l’action s’est déroulée. La durée de la rixe finit par attirer un large public qui dispose d’un temps suffisant pour discuter, commenter ou préciser le conflit qui est en train de se produire. C’est le point de départ de rumeurs et de doutes. « La nommée Doizin voisine de la suppliante, professa toutes sortes d’injures sur son honneur et sa réputation en la qualifiant de coquine et en disant qu’elle étoit entretenue par des personnes, qui avoient bonne bourses63. » Des a priori tenaces déterminent par conséquent la nature de la personne injuriée, et l’injure ne vient alors qu’entériner la représentation que le voisinage se fait de la victime. Les « on dit », pour être efficaces, doivent impérativement se fonder sur des aspects de la réalité, des choses qu’il est possible à tous de vérifier ou de constater. Aussi obtient-on le substrat sur lequel la rumeur va grandir, sur lequel on va médire, puis calomnier et enfin injurier, que ce soit de façon physique ou verbale. Ainsi, Thérèse Bonnaunaud est venue se plaindre d’Elizabeth Aleu qui

  • 64 AD BDR, 2 B 1214, f° 2, 1787. (Sic.)

« […] depuis plusieurs mois a conçu, contre la suppliante une haine implacable qu’elle ne cesse de manifester presque journellement en vomissant contre la suppliante des toutes sortes d’injures et en la faisant passer dans le voisinage pour une femme de mauvaise vie64 ».

37L’injure et, par conséquent, la violence sont favorisées et encouragées par le groupe qui reconnaît tacitement la mauvaise réputation d’une personne. L’altérité se construit sur la représentation de l’autre qui induit une part de fantasme à l’origine d’un discours potentiellement diffusable.

38La proximité sonore et physique, qu’elle soit verbalisée ou scénarisée, intervient dès lors directement dans la définition des rapports sociaux du groupe. Pour être efficace, la violence a ainsi besoin de se manifester par le bruit qui peut passer par les coups, la calomnie relayée par la rumeur, ou encore par les cris. Tout concourt à attirer l’attention du voisinage et à mettre au jour la réputation de celle qui est inquiétée.

*

39Le voisinage est donc une entité spatiale, physique et morale, présente à tout moment, intrusive mais nécessaire. Il assure la bonne marche du quartier au quotidien. Il est bifront, puisqu’il est un agent régulateur tout autant qu’un espace fortement belligène et fragile. Cette fragilité est liée aux différentes expressions de la violence, verbale, physique, ou personnelle.

  • 65 Voir François Dareau, Traité des injures dans l’ordre judiciaire, op. cit. François Dareau, par ex (...)
  • 66 Philippe Schauffauser, « Commentaires à propos du regard de l’autre et des regards sur les autres  (...)

40Inscrite dans l’espace par les sons et les gestes en tant que tels, la sociabilité de voisinage est avant tout féminine et un champ d’action privilégié des femmes65. L’analyse des plaintes rend en effet vivace les lieux par excellence du vivre ensemble, comme les escaliers, les corridors, les puits et autres couloirs, tous propices à l’établissement d’une proximité et d’une capacité à s’introduire chez l’autre, qu’il s’agisse du logis ou de l’espace privé qui n’existe quasiment pas. « L’autre est ce que nous savons de lui et non pas ce qu’il est (ou prétend être)66. » Même si elle peut paraître spontanée, la violence féminine a besoin néanmoins d’un champ d’expression digne de la valoriser. La force de la parole est primordiale et confère aux femmes un pouvoir public et social qu’elles revendiquent. Le passage en justice n’est qu’un prolongement de ces dérèglements et de ces règlements de comptes litigieux et violents, lorsque l’infra-judiciaire aux mains du voisinage a échoué dans sa tentative de régulation des passions. La moralité et les mœurs sont au cœur de cette sociabilité, bien plus que les simples conflits d’intérêts qui ne portent atteinte à la fama que de façon indirecte. Les mœurs, en revanche, lorsqu’elles sont attaquées, discréditent immédiatement celles qui sont objet de calomnies et d’injures. La conservation du lien social est aux mains des femmes qui, en endossant la dignité du foyer, sont perpétuellement menacées d’une attaque inattendue. Avec la justice, le voisinage constitue en définitive l’autre scène de prédilection des femmes qui accèdent très largement à la parole et à sa diffusion. C’est ainsi que la sociabilité de voisinage figure avant tout comme une affaire de femmes.

Notes

1 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD BDR), 2 B 1320, f° 10, 1781. (Sic.)

2 Voir Bernard Haumont et Alain Morel (dir.), La société des voisins : partager un habitat collectif, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2005.

3 Notre corpus se compose de 353 procédures. AD BDR, 2 B 1205 à 2 B 1400 Marseille (soit 436 plaintes, et 1261 témoignages). Les fonds criminels de la Sénéchaussée de Marseille se composent d’environ 13 000 à 14 000 procédures.

4 Voir Jean Renard, Vin de lune et pain de misère : la sénéchaussée de Baugé à la fin de l’Ancien Régime, Angers, Impr. de l’université catholique de l’Ouest, 1982 ; Joël Hautebert, La justice pénale à Nantes au grand siècle, jurisprudence de la sénéchaussée présidiale, Nantes, Michel de Maule, 2001. La comparaison des plaintes issues de ces travaux avec celles de Marseille permettent d’observer une très grande proximité de contenus. Voir également Robert Joudoux, « La Sénéchaussée de Ventadour en 1760 », Lemouzi, 2004, t. 60, sér. 6, no 171, p. 133-143. Michel Heichette, Société, sociabilité, justice : Sablé et son pays au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2005.

5 Karine Lambert, La litigiosité féminine à Toulon au XVIIIe siècle à travers les procès pour injures, excès, coups et blessures, acte du colloque de Dijon du 9 et 10 octobre 1997, dir. Benoît Garnot.

6 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1979, coll. « Folio », 1992.

7 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, chez la Vve B. Brunet, 1762.

8 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye, A. et R. Leers, 1690.

9 Michel Figeac (dir.), L’ancienne France au quotidien : la vie et les choses de la vie sous l’Ancien régime, Paris, A. Colin, 2007.

10 Voir sur la question pour la période précédente, Nathalie Zemon-Davis, Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Paris, Seuil, 2003.

11 Alain Collomp, La maison du père, famille et village en Haute Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1983.

12 Antoine Furetière, op. cit.

13 Dictionnaire de l’Académie française, op. cit.

14 Voir Benoît Garnot, « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles) », Benoît Garnot (dir.), L’Infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1996, p. 69-76 ; « Dans et hors la justice : le choix de l’accommodement dans la société française d’Ancien Régime », Histoire de la justice (15), 2003, p. 187-197 ; « Justice, infrajustice, parajustice et extrajustice dans la France d’Ancien Régime », Crime, Histoire & Sociétés (1), 2000, p. 103-121.

15 Pierre Corneille, La galerie du palais, Paris, Garnier Flammarion, 2006, t. 1.

16 Benoît Garnot (dir.), Les témoins devant la justice. Une histoire des statuts et des comportements, Rennes, PUR, 2003.

17 Sur les 352 procédures étudiées, 189 mentionnent le voisinage ou les voisins. Si l’on tient compte du caractère strictement public des affaires, évoqué dans les plaintes, on atteint les 80 %, le caractère public étant directement inféodé au voisinage. Public et voisinage sont synonymes dans la bouche des plaignants.

18 AD BDR, 2 B 1320, f° 10, 1781. (Sic.)

19 AD BDR, 2 B 1205, f° 2, 1760. (Sic.)

20 AD BDR, 2 B 1214, f° 9, 1750. (Sic.)

21 Dans 25 % des affaires étudiées, les femmes mettent en effet en avant leurs qualités morales, présentées en justice comme reconnues de tout le voisinage. C’est fort de cette reconnaissance que les femmes souhaitent en imposer en justice.

22 AD BDR, 2 B 1214, f° 11, 1759. (Sic.)

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Plus de 70 % des affaires jugées.

26 François Dareau, Traité des injures dans l’ordre judiciaire, ouvrage qui renferme particulièrement la jurisprudence du Petit Criminel, Paris, 1775, p. 31.

27 François Menassier de l’Estre (avocat au Parlement), De l’honneur des deux sexes, et principes généraux sur les différentes espèces de rapts, de séduction, de subordination, et de violence, Paris, Imprimerie de N. H. Nyon, 1784, p. 2.

28 Sur les 2 098 femmes en justice étudiées, tant en qualité de plaignantes que de témoins, 49 % des femmes sont mariées, 36,6 % sont célibataires (4 % sont orphelines, 32,6 % vivent encore chez leurs parents), et 14,4 % sont veuves.

29 AD BDR, 2 B 1219, f° 8, 1760. (Sic.)

30 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, « La femme seule à l’époque moderne : une histoire qui reste à écrire », Annales de Démographie Historique, Famille et Parenté, no 2, 2000, p. 127-141 ; Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001 ; Les femmes à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Belin, 2003 ; « Les moralistes et la femme sous l’Ancien Régime », R. Bibl. nat. France, 2004, no 17, p. 52-55.

31 AD BDR, 2 B 1219, f° 8, 1760. (Sic.)

32 Ibid.

33 François Dareau, op. cit., p. 7.

34 Antoine Furetière, op. cit.

35 Joël Hautebert, La justice pénale à Nantes au grand siècle, jurisprudence de la sénéchaussée présidiale, Nantes, Michel de Maule, 2001, p. 332.

36 François Dareau, op. cit., p. 8

37 Dans toutes les affaires en matière d’injures impliquant une femme, parmi les injures rapportées figure toujours celle de « putain ».

38 Nous utilisons l’expression « équation du voisinage » par analogie avec une équation mathématique dont les variables et les facteurs peuvent faire varier les résultats. Il en va de même en ce qui concerne le voisnage qui demeure une entité fluctuante, soumise aux aléas du quotidien et à leurs conséquences.

39 AD BDR, 2 B 1237, f° 23, 1764. (Sic.) Dans 33 % des affaires étudiées, les plaignantes mettent en avant la gratuité la plus totale de la violence dont elles sont l’objet.

40 Ibid.

41 Philippe Pattisson et Garry Robins, « Construire l’espace social : des modèles de voisinage pour les réseaux sociaux et les structures d’affiliation », Mathématiques et sciences humaines, no 168, Hiver 2004, spécial « Les réseaux sociaux », mis en ligne le 18 mars 2006 (http://msh.revues.org/document2937.html).

42 Nicole Gonthier, Cris de haine et rites d’unité, La violence dans les villes, XIIIe-XVIe siècle, [Paris], Brepols, 1992, et de Jean-Pierre Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984. « Source de conflits, le voisinage agit également comme un censeur permanent, comme garant de la réputation de chacun. C’est lui qui fonde la fama publica si déterminante dans les procès » ; « La constante inquisition du regard d’autrui sur les agissements de la maisonnée ne présente pourtant pas une mesure de prévention de la violence » (p. 91).

43 AD BDR, Aix 20 B, no 2779.(Sic.)

44 Chiffres obtenus à partir de nos dépouillements des archives de la sénéchaussée de Marseille.

45 AD BDR, Aix 20 B, no 2779. (Sic.)

46 Nicole Gonthier, op. cit., : « Les liens de voisinage dont nous avons signalé l’obsédante interférence dans la vie de tout citoyen servent à discipliner les mœurs et à établir un contrôle de l’ordre public. Dans le cas du frank-pledge anglais, chaque habitant doit dénoncer les atteintes portées à la paix commune et devient personnellement responsable des délits de ses voisins, “pleige” ou garant de leurs actes » (p. 164).

47 AD BDR, 2 B 1220, f° 1, 1788. (Sic.)

48 Pierre-François Muyart de Vouglans, Les loix criminelles de France, dans leur ordre naturel, dédiées au roi, Paris, La Société Typographique, 1781.

49 Émile Durkheim, Le Suicide. Essai de sociologie, Paris, PUF, coll.» Quadrige Grands textes », 2004.

50 L’acouphène est une impression auditive correspondant à la perception d’un son et ressemblant à un tintement, un sifflement ou un bourdonnement, sans qu’il y ait de véritables sons arrivant dans l’oreille.

51 Karine Lambert, « La société des voisins : un outil du contrôle social ? Témoignages et criminalité féminine à travers des procédures judiciaires provençales (1730-1850) », B. Garnot (dir.), Les témoins devant la justice. Une histoire des statuts et des comportements, Rennes, PUR, 2003, p. 361-372.

52 Beaumarchais, Le Barbier de Séville, acte II, scène viii, Paris, Garnier Flammarion, 1998.

53 Antoine Furetière, op. cit.

54 Voltaire, Essais sur les mœurs et sur l’esprit des nations, et sur les principaux faits de l’histoire depuis Charlemagne jusqu’à Louis XIII, nouvelle édition, Neuchatel, 1773. Dès 1264, rumeur signifie « bruit qui court, nouvelle sans certitude » (Bibl. de l’Éc. des Chartes, XXX, 563 ds BARB. Misc. 28, p. 349).

55 AD BDR, 2 B 1260, f° 13, 1780.

56 Voir cependant François Ploux, De bouche à oreille : naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 2003. La rumeur a également été étudiée par Arlette Farge, Dire et mal dire, l’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1992.

57 Michel-Louis Rouquette, Les rumeurs, Paris, PUF, coll.» Le sociologue », 1975, ainsi que « La rumeur comme résolution d’un problème mal défini », Cahiers internationaux de sociologie, vol. lxxxvi, janvier-juin 1989, p. 117-122.

58 Pascal Froissart, La rumeur, histoire et fantasme, Paris, Belin, coll. « Débats », 2002.

59 Pour Pascal Froissart, la rumeur en tant que concept n’existerait pas avant le XXe siècle et les travaux de Stern.

60 AD BDR, 2 B 1370, f° 3, 1765. (Sic.)

61 Voir François Dareau, Traité des injures dans l’ordre judiciaire, ouvrage qui renferme particulièrement la jurisprudence du Petit Criminel, Paris, 1775.

62 AD BDR, 2 B 1 218, f° 18, 1789. (Sic.)

63 AD BDR, 2 B 1205, f° 15, 1772. (Sic.)

64 AD BDR, 2 B 1214, f° 2, 1787. (Sic.)

65 Voir François Dareau, Traité des injures dans l’ordre judiciaire, op. cit. François Dareau, par exemple, désigne par injures verbales : la calomnie, la médisance, le mauvais propos, le faux soupçon, l’indiscrétion, les reproches, les menaces. Voir aussi Evelyne Larguèche, L’effet injure, de la pragmatique à la psychanalyse, Paris, PUF, coll. « Voix nouvelles en psychanalyse », 1983.

66 Philippe Schauffauser, « Commentaires à propos du regard de l’autre et des regards sur les autres », Ahmed Ben Naoum et Alain Girard et alii, Les formes de reconnaissance de l’autre en question, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, « coll. Études », 2004, p. 23-34.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Des lieux pour la violence : répartition numérique des lieux des conflits féminins44.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540