Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Quatrième partie. Se confronter, s'affronter

Heurts et chicanes dans les villages et bourgs proto-industriels du Cambrésis sous le Second Empire : quel desserrement du lien social ?

Chantal Petillon et Didier Terrier

Texte intégral

  • 1 Se reporter à Didier Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et (...)

1Pour s’interroger au plus près sur les aspects conflictuels que peuvent prendre les relations de voisinage, nous nous sommes livrés à une incursion dans des espaces non pas tant urbanisés qu’en rupture avec le milieu rural. Il s’agit en fait de localités qui, encastrées dans les campagnes du Cambrésis, échappent en grande partie à leur milieu géographique. Le tissage à domicile y occupe, tout au long de l’année, entre la moitié et les trois quarts de la population. Majoritaires dans chaque localité concernée, les ouvriers-paysans ignorent le travail de la terre et vivent du tissage à domicile dans des localités où les densités d’habitants sont élevées et le régime de l’exploitation de la terre extrêmement inégalitaire1. Leur mode de vie s’en ressent : bien des éléments anthropologiques convergent pour définir, au cours de la première industrialisation, un milieu de vie atypique, éloigné du milieu rural sans ressembler pour autant à la ville. C’est là un entre-deux caractéristique de nombreuses régions où la proto-industrie, adossée aux usines textiles concentrées et mécanisées, perdure en offrant une main-d’œuvre d’appoint, taillable et corvéable à merci aux entrepreneurs soucieux de répondre aux à-coups du marché. On retrouve cet entre-deux, sous d’autres formes, là où les bassins industriels prennent leur essor : l’extraction du minerai et/ou de la houille bouleverse alors des milieux de vie campagnards pour faire place à des formes d’organisation spatiale et à des genres de vie qui, tournant désormais le dos au milieu rural, ne présentent pas pour autant des caractéristiques véritablement urbaines. Villes, campagnes : le contraste se construit au prix de nuances infinies qui sont autant de dégradés où les couleurs se mélangent à l’infini pour définir une palette complexe et mouvante.

  • 2 Cette approche a déjà été tentée par l’un de nous, Didier Terrier, dans son livre Les deux âges…, (...)

2Pour saisir le quotidien caché de ces populations au plus fort du deuxième âge proto-industriel, le détour par les litiges portés à la connaissance du juge de paix dans le cadre d’un canton, celui de Carnières, épicentre du travail textile à domicile dans le Cambrésis, s’avère riche d’enseignements2. Tous les litiges ? Pas tout à fait : nous n’avons retenu en fait que ceux d’entre eux qui, faute de conciliation entre les parties, font l’objet d’un jugement de la part du juge de paix. Tous les litiges portés à sa connaissance ? Presque tous, plus de 9 sur 10 en fait : seuls ont été éliminés ceux qui opposent des individus domiciliés dans des localités différentes. Tous les autres ont été retenus puisque, dans ces localités dont la taille se situe entre 1 000 et 3 500 habitants, rares sont les justiciables qui ne se connaissent ni ne se fréquentent. Ici, vivre dans le même bourg ou le même village, c’est « voisiner », ou peu s’en faut. On s’interpelle par le prénom ou le surnom, on s’invective en usant de sobriquets communément admis, on réactive des querelles anciennes : tout laisse entendre que la proximité, ici, est affaire de coexistence au sein du village comme ce pourrait l’être au sein d’un quartier, d’une rue ou d’une rangée de maisons dans la ville. Enfin, si la totalité des litiges ainsi circonscrits a été retenue, seuls ceux qui se traduisent par des insultes et des échanges de coups jugés intolérables au point d’avoir débouché sur une demande de réparation auprès du juge de paix ont fait l’objet d’une attention soutenue : ils disent, bien plus que les dettes ou les querelles de bornage, les tensions qui traversent une population fruste au point d’être incapable de contrôler ses pulsions. Ils donnent, en un mot, l’état du lien social dans une communauté qui, confrontée à des épreuves de plus en plus insurmontables, se trouve plus ou moins fragilisée.

3Dans ces bourgs et ces villages, deux mondes coexistent et se font face a priori :

  • les paysans, depuis les cultivateurs grandement possessionnés, n’ayant pour horizon que les cours du blé ou de la betterave sucrière, jusqu’aux journaliers en passant par les artisans : ils sont minoritaires mais « tiennent » la commune ;
  • les ouvriers-paysans, dont le sort dépend de l’évolution des marchés internationaux et des formes de complémentarité entre travail à bras/dispersé et travail mécanisé/concentré : quatrième ou cinquième génération de travailleurs textiles dispersés à domicile, ils vivent une altérité secrétée par un quotidien où la prolétarisation au village est le lot de beaucoup d’entre eux.

4Comment évoluent, dès lors, les liens communautaires quand les disparités sociales s’accusent entre les uns, plus ou moins enracinés au village, plus ou moins possessionnés et les autres, victimes d’une pauvreté endémique et désormais en partance vers d’autres horizons ? Il en va du cours ordinaire de la vie en commun. Il en va aussi, s’agissant des seuls proto-ouvriers, des pratiques solidaires entendues comme un préalable à la résistance pugnace vis-à-vis du donneur d’ordres qui n’a qu’un souci : les faire travailler à moindre coût, au plus près des fluctuations du marché. Par delà des « histoires » entre voisins, il s’agit ici, dans des villages où la prolétarisation prend un tour spectaculaire dès les années 1830, de l’histoire du lien social comme préalable indispensable à toute capacité protestataire. Bien ou mal voisiner sont des comportements qui n’échappent pas au champ du politique entendu dans son acception la plus large.

Agressions verbales et violences physiques : une forte progression

  • 3 D’une manière générale, plusieurs ouvrages permettent de cerner au plus près le fonctionnement de (...)

5Une justice de paix existe pour chaque canton en France entre 1790 et 1958 : cette juridiction originale a pour objet de rendre une justice rapide, simple, presque gratuite. Soucieux d’épuiser toutes les solutions de conciliation avant de délivrer des sentences, le juge de paix est un acteur de la régulation sociale bien accepté, car proche des justiciables dans un monde où l’interconnaissance laisse peu de place à l’autonomie des individus. Aussi, les archives de la justice de paix permettent de saisir ce qui échappe le plus souvent au regard de l’historien : chaque rixe, chaque contestation à propos de l’usage d’un sentier ou d’un lopin de terre et les innombrables querelles d’argent autorisent celui-ci à s’immiscer dans l’ensemble des relations sociales conflictuelles3.

  • 4 Il est commode de classer les affaires portées à la connaissance du juge de paix au sein de trois (...)
  • 5 Les Comptes de la justice civile et criminelle fournissent des chiffres relatifs à l’activité des (...)
  • 6 Se reporter à Didier Terrier, Les deux âges…, op. cit., p. 228-229.
  • 7 Voir Diane Hennet, La justice de paix dans le canton de Condé (1848-1870), mémoire de maîtrise (di (...)

6À Carnières, le nombre des jugements prononcés par le juge de paix, tous litiges confondus4, ne cesse de progresser : 62 par an entre 1836 et 1840, 119 par an entre 1856 et 1860, soit un quasi doublement alors même que la population du canton, gagnée par une sorte d’optimum démographique, n’augmente entre-temps que de 7,35 %. Quelle signification accorder à ces chiffres ? Seule la comparaison avec l’activité d’autres justices cantonales situées non loin de là d’une part, implantées dans d’autres milieux de vie ruraux d’autre part, permet d’apporter une réponse crédible en tenant compte, pour chaque petit « pays » ainsi considéré, du rapport entre l’intensité de l’activité judiciaire et l’évolution démographique5. En l’état de conservation des archives, les minutes de deux autres bureaux de la Justice de Paix ont fait l’objet d’un dépouillement systématique : celles de Wassigny, dans l’Aisne, et celles de Condé-sur-Escaut, dans le Nord. Les premières concernent un bureau situé sur les marges de la zone de diffusion du tissage rural à domicile qui, à partir de Cambrai, Saint-Quentin et Valenciennes, s’est constituée dans les campagnes alentour plus d’un siècle auparavant. Là vivent, dans des villages peu peuplés, disséminés autour d’une grosse bourgade endormie, des populations essentiellement paysannes où cultivateurs, journaliers et artisans composent l’essentiel de la population active6. Les secondes se rapportent à un milieu de vie totalement différent. Si certaines communes du canton de Condé restent majoritairement agricoles, elles comptent peu dans un espace qui, traversé par des voies navigables, possède un sous-sol riche en charbon exploité par plusieurs compagnies minières, dont celle d’Anzin, ainsi que des verreries et de la petite métallurgie. Autour de Condé, petite ville animée traditionnellement par la batellerie, sont venus s’ajouter de gros bourgs comme Fresnes, Hergnies, Crespin ou Vieux-Condé qui, forts de l’accumulation en strates successives d’une main-d’œuvre attirée par l’emploi offert au sein du bassin industriel du Valenciennois, constituent un milieu de vie original, vierge de tout passé7.

7Dans le canton de Wassigny, le nombre annuel des litiges, relativement important en chiffres absolus, stagne, tout comme celui des effectifs démographiques au demeurant. C’est là, de toute évidence, une situation qui prévaut aussi dans tous les autres cantons purement ruraux qui, jouxtant la zone proto-industrielle, n’ont guère été déstabilisés par des mutations économiques exogènes. Dans celui de Condé, étonnamment, il en est pratiquement de même, alors que les bouleversements liés à l’essor de la mine et des industries du feu sont considérables. Tout au plus peut-on remarquer, sur fond d’un nombre annuel de litiges assez faible, une propension plus grande du juge de paix à émettre des sentences pour des affaires qui émanent des localités les plus affectées par le processus d’industrialisation lourde. Rien d’analogue cependant, loin s’en faut, à ce qui se passe dans le canton de Carnières.

  • 8 Toutes les minutes des jugements prononcés par le juge de paix ont été reprises une à une pour la (...)
  • 9 Didier Terrier, Les deux âges…, op. cit., p. 231-237.

8L’originalité des villages proto-industriels situés dans le canton de Carnières prend encore plus de relief quand on considère la nature des litiges portés à la connaissance du juge de paix ici ou là. À Wassigny, l’immense majorité des affaires jugées relève de procès pour dettes ou, plus encore, pour atteintes aux biens : querelles de bornages, contestations de droits de passages, etc. À Condé, en revanche, l’activité du juge de paix concerne presque exclusivement les litiges pour dettes qui représentent, au bas mot, les quatre cinquièmes des affaires sur lesquelles il lui faut trancher. À Carnières, au contraire, la croissance des litiges en chiffres absolus, mais aussi en données relatives, est certes pour partie imputable aux litiges pour dettes, qui représentent environ la moitié des affaires jugées sous la monarchie de Juillet et plus des deux tiers sous le Second Empire8. Faut-il s’en étonner ? Pas vraiment, puisque dans une économie rurale où l’extension de la grande culture et l’essaimage des activités proto-industrielles ont engendré très tôt une spécialisation professionnelle et la simplification des contours des groupes sociaux, le recours croissant à la monnaie s’est très vite généralisé. Aussi, en devenant de plus en plus vulnérables à la conjoncture économique, les ouvriers ruraux contractent fréquemment des « dettes alimentaires » quand ils ne parviennent pas à rembourser des prêts d’un montant pourtant modique. Plus on avance dans la période et plus les périodes de rémission se réduisent : la prolétarisation au village prend un tour tel que les tisserands à domicile sont placés dans l’incapacité croissante de rembourser leurs créanciers9.

Tableau 1. – Évolution quinquennale du taux de litigiosité, Cantons de Carnières, Condé et Wassigny, 1821-1870.

9Toutefois, si les procès pour « atteintes aux personnes » n’arrivent qu’en seconde position dans le total des affaires jugées, leur progression est relativement spectaculaire, elle aussi. De fait, les jugements pour atteintes aux personnes s’accroissent une première fois en chiffres absolus et relatifs au début des années 1840, puis, après une légère baisse, atteignent des niveaux inédits sous le Second Empire. L’évolution est ici trop marquée pour que l’on ne puisse s’y attarder.

Graphique 1. – Évolution du nombre de litiges pour atteintes aux personnes et de la population du canton de Carnières, 1834-1858.

  • 10 Se reporter à Frédéric Jouglet, Nouvelle approche anthropologique du monde ouvrier au XIXe siècle. (...)

10Au demeurant, l’analyse des registres d’écrous de la prison départementale de Cambrai, où arrivent tous ceux qui sont condamnés à une peine d’emprisonnement après avoir été jugés en correctionnelle, confirme cette augmentation de la violence dans une société où les comportements délictueux sont, eux aussi, largement répandus. Entre 1838 et 1842, 119 individus sont incarcérés chaque année pour des peines s’échelonnant, en fonction de la gravité du méfait accompli, entre 15 jours et 5 années d’emprisonnement. Entre 1863 et 1867, ils sont 427 dans ce cas, soit 3,6 fois plus nombreux, alors qu’entre-temps, la population de l’arrondissement n’a augmenté que de 21 %. Qui plus est, lors de la première période considérée, les condamnations pour « vol » constituent près de 41 % des motifs d’incarcération et celles pour « mendicité et vagabondage » environ 13 %, tandis que celles qui relèvent des « coups et blessures » ne représentent que 5 % du total. Une vingtaine d’années plus tard, indépendamment de la progression en chiffres absolus de tous les délits, la distribution des motifs d’inculpation est tout autre : les vols comptent dorénavant pour 34 % des motifs d’emprisonnement, la « mendicité » et le « vagabondage » pour 3 %, tandis que les individus condamnés pour « coups et blessures » sont 23 % du total. En outre, c’est dans les villages proto-industriels comme ceux du canton de Carnières qu’augmentent les délits d’une manière générale, les agressions physiques plus particulièrement10. Certes, contrairement à l’activité du juge de paix, qui est saisi par les justiciables eux-mêmes des litiges qui nécessitent un médiateur et, le cas échéant, un arbitre, celle du juge en correctionnelle est tout à la fois le reflet d’un niveau de pratiques délictueuses et d’une plus ou moins grande volonté répressive. Toutefois, dans les zones exclusivement rurales du Cambrésis, il en va tout autrement : l’analyse de la répartition des écroués à la prison d’arrondissement révèle à quel point, dans les villages purement agricoles, les délits sanctionnés par la justice correctionnelle sont extrêmement peu nombreux, notamment quand il est question d’agressions physiques. En outre, s’agissant des villages proto-industriels, il est des analogies trop frappantes pour ne pas être signifiantes : la concomitance entre fréquence des litiges et nombre des délits ne peut pas ne pas révéler une situation marquée par la dégradation des relations individuelles. Dans son rapport sur l’instruction primaire en 1851, l’inspecteur de l’arrondissement de Cambrai est d’ailleurs on ne peut plus clair quant à l’opposition entre deux types de populations qui recouvre la nature contrastée des comportements entre deux types de villages, les uns agricoles, les autres massivement investis par le travail dispersé à domicile :

  • 11 Archives départementales du Nord (désormais AD 59), 1 t 107/4, 1er trimestre 1851.

« Les habitants des campagnes se divisent entre deux grandes classes, la population agricole, la population ouvrière. La première, plus robuste, plus saine à cause de ses occupations au grand air, de sa conduite plus régulière, ordinairement plus aisée à cause de son esprit d’ordre et d’économie, plus intelligente et généralement plus morale et plus religieuse, comprend mieux ses devoirs ; favorisée du reste par ses occupations qui ne la retiennent pas continuellement au dehors, mais qui la laissent la plus grande partie de l’hiver sans travail impérieux […]. La population ouvrière, au contraire, vivant au jour le jour, sans souci du lendemain, sans préoccupation de l’avenir, a des mœurs plus relâchées, des habitudes et des goûts moins réglés. Sans instruction pour la plupart, sans principe religieux, les individus de cette catégorie ont peu le sentiment des devoirs de la famille, leur vie est toute matérielle, leurs jouissances se résument dans les plaisirs grossiers de la débauche et de l’ivrognerie. Remarquez, M. le Recteur, que je parle ici en général et que je ne confonds pas avec cette classe de tisseurs, d’honnêtes et laborieux ouvriers qui se rencontrent dans les villes, quelquefois dans les villages et qui forme une heureuse exception11. »

11Cependant, tous les villages et bourgs du canton de Carnières ne sont pas logés à la même enseigne. Lorsque l’on décompose au niveau local la répartition des litiges relevant des « atteintes aux personnes », trois enseignements s’imposent avec force :

  • si la totalité de la population du canton a recours au juge de paix, il se confirme que les communes gagnées par le travail proto-industriel nourrissent en leur sein davantage de conflits que celles où seul le travail agricole importe ;
  • l’un dans l’autre, insultes et diffamations d’un côté, coups et blessures de l’autre sont répartis par commune au prorata de l’importance démographique de chacune de celles-ci au sein du canton ;
  • à cela, deux exceptions : Avesnes-les-Aubert, capitale de la mulquinerie, semble plutôt paisible (6,09 % du total des litiges concernés pour 12,33 % de la population du canton) ; Quiévy, où l’on tisse principalement du coton, abrite des populations où les relations intra-communautaires sont particulièrement difficiles (24,04 % des litiges quand la population ne représente que 12,33 % du total des habitants du canton12). Il s’agit là, par ailleurs, d’un bourg qui compte le taux de délinquance le plus élevé de tout l’arrondissement de Cambrai si l’on se reporte au domicile des écroués à la prison d’arrondissement entre 1838 et 1842, puis entre 1863 et 1867.

Les protagonistes : une mêlée confuse sur fond d’interconnaissance

  • 13 AD 59, 45 U 19.
  • 14 AD 59, 45 U 21.
  • 15 AD 59, 45 U 22.
  • 16 AD 59, 45 U 23.

12Rédigés à la hâte par le greffier, trop d’attendus de jugements nous laissent sur notre faim quand il s’agit de connaître les circonstances précises qui ont donné naissance à tel ou tel litige. Ainsi, quand Jean-Baptiste Sourmail, mulquinier à Beauvais, fait montre d’une singulière acrimonie à l’endroit d’Augustine Morvaux, cultivatrice au même endroit, on aimerait connaître les dessous de l’affaire. Car, dans la nuit du 16 au 17 septembre 1840, sa colère envers celle-ci est telle qu’il vient devant sa maison « s’accrocher à un pommier et en casser les branches en criant : la femme de Cabinet est une garce et une putain et une poissarde. […] Quand il eut fait ce tapage, il alla se promener dans la rue puis revint de nouveau et cria : garce, putain, toi et ta famille ne valez rien13 ». On se contentera donc du langage fleuri qui émane de villageois qui, parfois, usent de stéréotypes pour le moins inattendus dans leur bouche. Voilà un charretier qui nie avoir lancé une pierre à la tête d’un autre villageois mais qui concède, en revanche, l’avoir « traité d’arabe… tout en niant l’avoir injurié14 ». Voici deux couples d’ouvriers tisseurs et de fileuses qui s’invectivent ; l’un d’entre eux se plaint au juge d’avoir dû essuyer des insultes qui méritent réparation : « brigand, canaille, vagabond, voleur d’église… maquerony15 ». Faut-il voir dans l’ordre des mots un effet de crescendo dans l’effet dépréciatif de l’injure ? On l’ignore. Dernier exemple : deux fileuses se disputent dans la rue et l’une de rapporter au juge que sa voisine « l’a traitée de tirlir au boudin de race, de pourri enfant de garce et de pute que sa mère avait procrée dans son lit des malfaits qu’elle avait faits16 ». On notera avec quel soin le greffier a tenté de retranscrire toute la saveur d’une tirade énigmatique mais cocasse.

  • 17 AD 59, 45 U 20.

13Néanmoins, dans des villages où il n’est pas rare de voir deux ou trois familles partager les quelques pièces d’un même corps de bâtiment, bien des litiges se nourrissent de toute évidence de la promiscuité qui s’impose aux hommes. Le 21 novembre 1841, François Richet « a eu tort de tenir fermée la porte d’entrée de la maison qui leur sert en commun, à lui et à Henri Soufflet, comme propriétaire de chacun la montée du corridor de ladite maison17 ». Une autre fois, c’est au tour d’Auguste Villain, à Avesnes-les-Aubert, de combler un trou fait dans la cour par Nicolas Porieux qui voulait y faire fondre de la chaux. Le même entreprend, quelque temps après, de construire un mur afin de barrer l’accès de sa cour aux voisins. Ceux-ci s’insurgent, tentent d’empêcher les maçons d’œuvrer et l’affaire dégénère.

  • 18 AD 59, 45 U 23.

14À l’occasion, ce sont des dettes qui enveniment les relations et nécessitent l’arbitrage du juge de paix. Étienne Drubert affirme « avoir loué verbalement à raison de 5 francs par mois payables d’avance » une maison à Louis Delmaire. Celui-ci n’ayant pas respecté l’accord conclu, son propriétaire démonte les portes et les fenêtres de la maison en guise de représailles. Fort de son bon droit, Delmaire demande l’arbitrage du juge de paix car « depuis la voie de fait dont il est question, sa femme et lui n’ont pu continuer le tissage de deux pièces d’étoffe de laine qui se trouvent montées sur le métier dans cette habitation18 ».

  • 19 AD 59, 45 U 23. Le juge de paix condamne Benjamin Briatte. Peu importe, aux yeux du magistrat, le (...)
  • 20 AD 59, 278 U.

15Quant aux relations de travail, nul doute qu’elles se détériorent parfois au point de trouver leur expression dans l’invective ou les rixes. Dès lors, elles relèvent du juge de paix, et non du tribunal des prud’hommes. En décembre 1852, dans le cabaret du sieur Déruelle, à Quiévy, et en présence d’un très nombreux public, Benjamin Briatte, tisseur, injurie Abel Bauduin, contremaître, et l’accuse d’avoir baissé les façons d’ouvriers tisseurs pour leur escroquer les rabais et les « mettre dans sa poche19 ». Mais s’il n’est pas rare qu’un contremaître fasse l’objet de telles accusations, il est cependant bien moins fréquent de voir un fabricant et ses commis en venir aux mains avec un tisseur. C’est pourtant ce qui arrive en 1828 à Vénérolles où, après s’être vu refuser une pièce par Levarlez, commis de fabrique chez le sieur Fignier, Pascal Dupont, tisseur à Mennevret, se répand en injures. Le commis de fabrique engage alors ce dernier à sortir de l’entrepôt et, sur son refus, « se porte à vouloir lui contraindre ». Dupont s’approche alors de Devarlez et l’empoigne. Des coups sont échangés. Très vite, le tisseur a le dessous et reçoit « plusieurs coups, entre autres avec un instrument tranchant qui lui fit au-dessus de l’œil une plaie très profonde par laquelle il perdit beaucoup de sang ». Le plaignant n’obtient pas gain de cause pour autant. Les juges, garants au premier chef du bon ordre de la manufacture, lui reprochent de ne pas avoir obtempéré quand le contremaître lui a signifié les défauts de sa pièce. Pour le reste, les juges renoncent à trancher : les deux parties sont renvoyées dos à dos20.

  • 21 AD 59, 45 U 23.
  • 22 AD 59, 45 U 17.
  • 23 AD 59, 45 U 11.
  • 24 AD 59, 45 U 15.
  • 25 AD 59, 45 U 16.

16Lors de l’enquête de 1848, nombreux sont les ouvriers qui incriminent « le détournement des matières premières ; les tissus qui en proviennent sont ainsi vendus à vil prix et font une grande concurrence aux marchands honnêtes ». Aussi, des punitions sévères sont-elles réclamées à l’encontre « de ceux des fabricants qui seraient reconnus pour faire fabriquer des laines volées ou sous-traitées frauduleusement, de même que les ouvriers qui seraient convaincus de les avoir vendues ». Il n’est donc pas étonnant que les susceptibilités soient très vives lorsque l’on prête de tels agissements à l’un ou l’autre. En 1856, David Blanchard, tisseur à Quiévy, accuse un messager, Cyrille Jacquement, de « l’avoir calomnié en disant qu’il avait vendu 5 kg de fusées de laine qui appartenaient au sieur Abel Bauduin, fabricant à Quiévy, à qui cette quantité de fil avait été volée21 ». Quelque temps auparavant, une ourdisseuse s’en était prise, devant le juge de paix, à la femme d’un mulquinier qui avait fait « courir le bruit dans la commune que la citante avait fait ourdre du fil de mulquinerie et que ce fil avait été volé par elle chez le sieur Jérémie Davaine chez qui elle ourdit d’ordinaire22 ». Parfois, il suffit d’un simple soupçon pour qu’un litige éclate. En 1828, un tisseur de Wambaix accuse l’une de ses voisines d’avoir dit que « la femme du citant faisait blanchir un coupon de toile semblable à la sienne23 ». Des heurts se produisent aussi entre gens du textile et paysans. C’est l’épouse d’Auguste Damiaux, tisseur à Avesnes-les-Aubert, qui se voit repoussée sans ménagement par Pierre André Pouré, cultivateur, pour qui « elle avait dépassé la ligne indiquée pour glaner24 ». C’est Jean-Baptiste Grouselle, tisseur à la Vallée Mulâtre, qui reproche à un autre cultivateur de s’être permis « sans motif raisonnable, de porter plusieurs coups de fouet au fils du plaignant », tandis que l’accusé se justifie en reprochant à l’enfant d’avoir énervé les chevaux à coups de pierres25.

  • 26 AD 59, 45 U 20.
  • 27 AD 59, 45 U 18.
  • 28 AD 59, 278 U.

17Le plus souvent, c’est cependant l’injure qui surgit sur les lèvres des uns et des autres. S’il s’agit de dénigrer une femme, on la traite de « salope », de « garce », de « putain », tant le registre sexuel paraît le plus à même d’atteindre la victime. Adressée aux hommes, l’injure leur dénie tout courage, et on les qualifie de fainéants, ou toute honnêteté, et on clame partout qu’ils sont des voleurs. Souvent cinglante, durement ressentie, celle-ci confine parfois à la diffamation : l’on ne recule pas devant telle ou telle allégation grave afin de mieux discréditer l’autre. À Saint-Hilaire, tel mulquinier se voit accusé « d’avoir donné le bouillon de onze heures à ses enfants qui sont tous morts en naissant26 ». Tel autre se voit reprocher un adultère. À Saint-Aubert, une fileuse s’insurge contre les propos du maréchal-ferrant qui affirme « l’avoir trouvée avec le berger de Monsieur Bury, cultivateur, et qu’elle avait couché avec lui à son parc27 ». Mais, là aussi, quand les invectives ne suffisent plus, l’on en vient aux mains… quand on n’use pas d’un bâton, de pierres ou d’un instrument aratoire pour mieux corriger son adversaire. Bien des plaignants sont à l’image de ce couvreur en paille rossé dans un café de Quiévy en 1840. Le 3 juillet, trois individus le frappent « à coups de poings, de pieds et de chaise28 ». Accusant son voisin d’avoir tué son coq, Honoré Chandelier, tisseur à Vaux, brandit sous le cou de celui-ci une serpe et menace de lui couper la tête. La querelle s’envenime, l’un des deux protagonistes s’empare d’une fourche et l’échauffourée gagne en violence. Lors du jugement, un témoin rapporte que Chandelier « aurait été tué sous les coups s’il n’avait été secouru ». Mais il est rare que le juge de paix soit en présence d’affaires aussi violentes. En règle générale, quelques horions ou des bris de vitres suffisent à vider une querelle. Brusques bouffées d’agressivité aussi brèves que violentes, ces rixes laissent libre cours aux pulsions des uns et des autres.

18Pour l’ensemble de la période, tous litiges pour « atteintes aux personnes » confondus, la querelle de voisinage reste d’abord une affaire d’hommes, surtout, évidemment, quand il s’agit de vider une querelle dans la rue, voire au cabaret où, après l’échange d’insultes, on en vient aux mains. Ceci ne signifie pas pour autant que les femmes soient en reste : tous délits confondus, leur propension à être écrouées après avoir commis un délit représente environ 15 % des affaires qui débouchent sur une condamnation en correctionnelle dans la région lors de la même période. Manifestement, leur tendance à être impliquées dans un litige qui ne trouve pas sa résolution dans une conciliation est plus marquée : elles sont concernées par près d’un quart des sentences prononcées par le juge de paix pour insultes ou diffamation. Plus surprenant, dans un cas sur cinq, elles participent à des disputes qui dégénèrent en rixes. En ce sens, la justice de paix est le théâtre où se rejouent les querelles féminines propres aux relations de mauvais voisinage.

Graphique 2. – Évolution du nombre des litiges selon le sexe des parties.

19Par ailleurs, s’il n’est guère surprenant de constater que les travailleurs proto-industriels sont majoritairement impliqués dans des affaires d’insultes et/ou de rixes alors même qu’ils représentent parfois deux tiers et plus de la population active au village, il est fort intéressant de constater que les litiges qui les opposent entre eux deviennent de plus en plus nombreux. L’opposition, dans ce domaine, entre les chiffres des années 1820 et ceux des années 1860 est manifeste :

  • dans l’ensemble, les procès pour atteintes aux personnes, sur fond d’augmentation générale lors de la décennie 1830, enregistrent dans un premier temps une présence accrue des gens du textile comme instigateurs d’un litige, puis comme plaignants ; ensuite, le nombre d’affaires qui les opposent entre eux fait un bond assez spectaculaire et voit même son importance s’amplifier après 1850 ;
  • diffamations et insultes, quand elles émanent des travailleurs proto-industriels ou les stigmatisent, progressent au début de la période puis restent sensiblement à un niveau identique ;
  • en revanche, les actes de violences progressent continuellement : les tisserands à domicile, tous sexes confondus, agressent leurs voisins de plus en plus souvent et, quand ils en viennent aux mains, se battent de plus en plus fréquemment entre eux.

20En un mot, si l’on devine toujours, au hasard des litiges qui débouchent sur un jugement, quelque rancune tenace d’un tisserand à l’encontre d’un paysan ou d’un artisan, c’est d’abord à l’intérieur même du monde des travailleurs textiles qu’il faut donc chercher les germes d’une dégradation des rapports sociaux. Le second âge proto-industriel avive les tensions parmi les ouvriers-paysans en même temps qu’il provoque leur lente mais inéluctable paupérisation.

Tableau 2. – Proto-ouvriers et litiges, canton de Carnières, 1821-1860.

21Dans ces communautés où tout le monde se connaît, où les litiges mettent aux prises des personnes qui habitent le même village, presque toujours, des maisons plus ou moins proches, très fréquemment, chacun a recours à des témoins qui manifestent plus ou moins leur solidarité avec l’une ou l’autre des parties. Point de ligne de partage bien nette, toutefois, en la matière : chacun mobilise, pour le soutenir, qui son voisin, qui son proche parent, qui la personne simplement présente au moment des faits sans qu’il soit possible de discerner une fracture bien précise entre les uns et les autres. Aux yeux du chercheur, passé le constat d’une dissolution relative des formes de solidarité entre proto-ouvriers, la mêlée reste confuse et les lignes de partage, si elles existent, mystérieuses.

Le substrat : la prolétarisation des tisseurs

22Il est bien difficile, voire impossible, de se faire une idée globale des solidarités villageoises dans ces villages proto-industriels où, pour l’essentiel, les sources se dérobent. Toutefois, si l’on peut raisonnablement soupçonner, ici comme ailleurs, des relations de voisinage qui, au quotidien, engendrent leur lot de joies et de peines partagées, la détérioration des relations communautaires est trop spectaculaire, vue du côté de l’évolution du nombre des litiges, et ce en l’espace de trois décennies tout au plus, pour que l’on puisse sinon l’ignorer, du moins la minorer. En fait, celle-ci s’inscrit dans tout un contexte de transformations économiques qui ne manquent pas de rejaillir sur l’ensemble des conditions de vie au village pour des populations ouvrières qui ne sont plus véritablement enracinées à la campagne, mais pas encore situées en partance non plus. Entre le début des années 1830 et la fin des années 1850, ces ouvriers-paysans constituent un groupe qui, miné de l’intérieur, n’a pas encore commencé à se déliter véritablement.

  • 29 Voir Séverine Dupas, Politique scolaire, milieux de vie et niveaux d’instruction. État de la quest (...)

23Évidemment, la turbulence de ces populations proto-industrielles va de pair avec une évolution des niveaux d’instruction qui confine au marasme. En 1866, l’arrondissement de Cambrai occupe le dernier rang dans le département du Nord quant à la proportion des habitants sachant « lire et écrire » : 49,8 % des hommes et 40,7 % des femmes sont dans ce cas, contre respectivement 60,8 % et 54,4 % dans l’arrondissement d’Avesnes qui occupe, lui, le premier rang. La situation des cantons où le tissage rural est massivement implanté est encore plus préoccupante : dans les villages situés autour de Carnières, ces proportions tombent à 46 % et 34 %29. Le rapport sur l’état de l’instruction primaire réalisé par l’inspecteur de l’arrondissement de Cambrai en 1851 est d’ailleurs sans équivoque à ce sujet :

  • 30 AD 59, 1 t 107/4, 1er trimestre 1851.

« Les enfants sont des machines qu’on exploite sitôt qu’ils peuvent apporter le plus léger gain à la maison. Au risque de leur instruction, de leur développement physique, de leur santé, de leur vie même, ils sont enfermés dès l’âge de 7 à 8 ans dans des réduits obscurs, occupés au bobinage, à la préparation du tissage ; souvent même à 10 ou 11 ans, ils prennent le métier et tissent eux-mêmes toute la journée. Sans cesse en contact avec des personnes adultes et de différents sexes, ils ont souvent sous les yeux des exemples funestes de plus d’un genre. Cette classe qui forme peut-être les trois-quarts de la population totale de l’arrondissement ne comprend nullement le besoin de s’instruire et se soucie peu des avantages que procure une instruction bien donnée30. »

  • 31 Voir Séverine Dupas, Politique scolaire, op. cit., t. 2, p. 17.

24Pourtant, ces niveaux d’instruction ne sauraient expliquer, à eux seuls, des comportements frustes des habitants du canton de Carnières. Si tel était le cas, il serait possible d’établir une corrélation positive entre importance des litiges par localité et aptitude plus ou moins grande à savoir lire et écrire. Avesnes-les-Aubert et Quiévy, pour ne prendre que ces deux exemples, présenteraient des résultats dissemblables lors du recensement de 1866 en la matière. Or, ils abritent en leur sein une proportion d’individus ne sachant ni lire ni écrire sensiblement équivalente, sur fond de grande médiocrité31.

25Les pratiques religieuses ne sont guère plus discriminantes : les villages et bourgs où protestants et catholiques coexistent ne présentent pas des taux de litige, voire une proportion d’écroués, sensiblement différents de ceux où seuls les catholiques sont présents. En l’absence de données permettant de mesurer l’intensité des pratiques religieuses, il n’est guère possible d’aller plus loin en la matière. Mais, d’une manière générale, le poids des tutelles civiles et religieuses n’offrent, semble-t-il, guère matière à explication ; tout au plus peut-on constater leur peu d’efficience quand il s’agit de pacifier des relations communautaires bien plus difficiles que partout ailleurs. C’est pourquoi il faut se contenter de renvoyer au contexte économique d’ensemble pour justifier de cette situation.

  • 32 Se reporter à Sylvie Vaillant-Gabet, Sur le fonctionnement et l’esprit du capitalisme : entreprise (...)
  • 33 Ibid., p. 426.
  • 34 On renverra, là encore, à Didier Terrier, Les deux âges…, op. cit., deuxième partie.

26Avec la mise en place de la première vague d’industrialisation, la place des activités dispersées à domicile en milieu rural se modifie profondément dans les zones d’openfield où sont implantées des activités de transformation nécessitant une faible qualification professionnelle. Autour de Carnières, le déclin de la fabrication des toiles de lin est certes compensé par l’essor du coton, le renouveau de la laine et l’apparition des fibres mélangées ou du tulle. Néanmoins, face à la concurrence des fabriques porteuses de technologies nouvelles, l’offensive commerciale des produits anglais et les à-coups de plus en plus rudes de la conjoncture, plus on avance dans ce second âge proto-industriel et plus le sort des ouvriers-paysans est scellé. Engagés dans un processus d’expropriation qui va de pair avec l’épanouissement d’une grande agriculture capitaliste, les tisserands à domicile en sont réduits à fournir une main-d’œuvre d’appoint et voient leur existence quotidienne placée sous le signe de la précarité la plus extrême. Évoquant le sort de ceux qui travaillent pour la fabrique du Cateau, Auguste Seydoux, plein d’une sollicitude paternelle, reconnaît, en juin 1853, que le prix des façons est trop bas par rapport au renchérissement des denrées et qu’il serait nécessaire d’accorder une augmentation « entièrement volontaire » aux « pauvres ouvriers » des campagnes même si, précise-t-il, « nous trouvons autant d’ouvriers que l’on veut32 ». Mais face à la mécanisation de la production et la loi d’airain du marché, rien n’y fait : entre 1847 et 1864, les tisserands à domicile rétribués par la société Auguste Seydoux, Sieber et Comp. perdent de 18 à 25 % du niveau de leurs rétributions quand les ouvriers des mécaniques gagnent entre 2 et 10 % de salaire supplémentaire33. Délégués dans les campagnes pour rationaliser le travail à façon, les contremaîtres distribuent l’activité à leur guise et disposent du sort de proto-ouvriers dorénavant privés de toute autonomie. Au quotidien, il importe pour ces derniers d’avoir coûte que coûte du travail, fût-ce au détriment de leur voisin. Placés en situation de concurrence, obligés de passer sous les fourches caudines de donneurs d’ordre attentifs, en premier lieu, à faire baisser le coût de la main-d’œuvre, tisseurs, mulquiniers, gaziers et tullistes se disputent donc âprement le droit de ne pas abandonner l’organisation familiale du travail, le cadre et le rythme de vie villageois, voire même jusqu’à l’illusion de l’indépendance économique34.

27Cette exacerbation de la concurrence intra-ouvrière va de pair avec un surpeuplement de ces villages et bourgs où l’exode rural est largement différé, jusqu’au seuil des années 1860 à tout le moins. Rares sont, jusqu’à cette période, les ruraux du canton de Carnières qui se tournent vers d’autres horizons. Ici et là, les solidarités familiales et l’attachement au cadre de vie réussissent à prendre le pas sur les difficultés liées, pour les tisseurs essentiellement, à la contraction progressive du travail et à la dépossession foncière. De plus, de façon concomitante, l’offre de travail dans les milieux de vie en développement n’est pas encore suffisante pour exercer un véritable pouvoir attractif sur une part significative de ruraux qui, quoique plongés dans de grosses difficultés, ne sont pas encore acculés au départ définitif. Alors que l’optimum démographique est atteint presque partout lors du recensement de 1861, les localités proto-industrielles regorgent de jeunes adultes de toute évidence impulsifs et irascibles.

*

28Si le nombre des litiges portés à la connaissance du juge de paix puis faisant l’objet, faute de conciliation, d’un jugement, augmente de manière significative dans les villages et bourgs qui abritent des tisserands à domicile engagés dans le second âge proto-industriel, il n’en est pas de même pour les conflits du travail enregistrés chaque année par le tribunal des prud’hommes de Cambrai. Jusqu’en 1844, 500 à 600 conflits mettant aux prises donneurs d’ordre et ouvriers du textile y sont enregistrés. Puis une chute rapide réduit de moitié l’activité du tribunal avant que les chiffres ne repartent à la hausse pour se stabiliser, sous le Second Empire, à un niveau nettement en deçà quand même de celui atteint lors des premières années de la monarchie de Juillet. Autrement dit, s’ils sont laminés par la misère et gagnés par la détérioration des relations communautaires au village, les proto-ouvriers voient leur pugnacité s’émousser avec le temps. Heurts et chicanes alimentent une agressivité qui, en se fourvoyant à l’intérieur du corps social, permet au fabricant d’avoir les coudées franches. Incapables de concevoir quelque action collective que ce soit, de moins en moins susceptibles de contester individuellement les dysfonctionnements de la convention proto-industrielle, les proto-ouvriers, à juste titre, sont considérés comme gens dociles. Comment, dans ces conditions, ne pas associer ce mutisme revendicatif, cette résignation collective avec la fragilité dont fait montre une communauté villageoise minée par les querelles et les litiges ?

Notes

1 Se reporter à Didier Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

2 Cette approche a déjà été tentée par l’un de nous, Didier Terrier, dans son livre Les deux âges…, op. cit., p. 225-247. Nous l’avons reprise afin de la compléter, voire de l’amender.

3 D’une manière générale, plusieurs ouvrages permettent de cerner au plus près le fonctionnement de la justice de paix d’une part, les aspects méthodologiques de leur utilisation d’autre part. On se contentera de citer l’ouvrage dirigé par Jacques-Guy Petit, Une justice de proximité : la justice de paix, 1790-1958, Paris, PUF, 2003, et celui écrit par Jean-Claude Farcy, L’Histoire de la justice française de la révolution à nos jours, Paris, PUF, 2001.

4 Il est commode de classer les affaires portées à la connaissance du juge de paix au sein de trois grandes rubriques : les procès pour dettes, les atteintes aux personnes (en distinguant les insultes des coups et blessures), les atteintes à la propriété.

5 Les Comptes de la justice civile et criminelle fournissent des chiffres relatifs à l’activité des justices de paix par arrondissements. Il s’agit là d’une source très intéressante pour qui veut saisir le fonctionnement de celle-ci à l’échelle nationale. Mais quand il s’agit de décrire et de comprendre le comportement des populations au ras du sol, ces chiffres, qui reposent en fait sur l’amalgame de l’activité de toutes les justices cantonales d’un même arrondissement, ne veulent rien dire. Les écarts statistiques, mais encore la tenue des minutes, présentent un tel degré de disparité lié aux usages, aux conformations rurales et urbaines, à la culture locale que l’analyse des chiffres canton par canton est indispensable quand on veut cerner des milieux de vie.

6 Se reporter à Didier Terrier, Les deux âges…, op. cit., p. 228-229.

7 Voir Diane Hennet, La justice de paix dans le canton de Condé (1848-1870), mémoire de maîtrise (dir. Didier Terrier), université Lille 3, 1997.

8 Toutes les minutes des jugements prononcés par le juge de paix ont été reprises une à une pour la période 1834-1858, période pour laquelle nous disposons d’informations plus nombreuses sur les protagonistes de chaque affaire.

9 Didier Terrier, Les deux âges…, op. cit., p. 231-237.

10 Se reporter à Frédéric Jouglet, Nouvelle approche anthropologique du monde ouvrier au XIXe siècle. Etude des registres d’écrous de la prison départementale de Cambrai, 2e tiers du XIXe siècle, mémoire de maîtrise, université de Valenciennes, 2001.

11 Archives départementales du Nord (désormais AD 59), 1 t 107/4, 1er trimestre 1851.

12 Les résultats chiffrés dont il est fait état ici ne vont pas sans soulever des questions quant à leur crédibilité. Une modification de la litigiosité entre deux périodes quinquennales signifie-t-elle qu’une brusque mutation des relations sociales s’est opérée au sein des villages étudiés ? Ou bien ne faut-il pas attribuer ces variations chiffrées à une évolution des pratiques processives, le recours au juge de paix pouvant être plus ou moins fréquent selon les époques considérées ? Il est tout d’abord certain que les modifications de l’attitude répressive des autorités au cours du XIXe siècle n’interfèrent pas avec le fonctionnement de la justice civile. En reposant sur les initiatives des justiciables et non sur la volonté répressive des autorités, le nombre des affaires portées devant la justice de paix ne peut être alors soumis à des variations relevant plus de l’histoire de la justice que de l’histoire des justiciables. En outre, les pratiques procédurières font montre, tout au long du siècle, d’une belle constance dans chaque région. Certes, des inégalités existent entre l’esprit processif particulièrement aiguisé des populations du Midi et du Centre-Est, d’une part, et la mentalité procédurière moins affirmée des habitants des autres régions françaises. Mais les habitudes sont telles que ces inégalités géographiques évoluent peu au fil des années. Enfin, là où l’on saisit le juge de paix d’un nombre important d’affaires, l’on fait de même auprès du tribunal civil d’arrondissement. Inversement, là où le recours au juge de paix pour régler un litige est rare, l’activité de la juridiction supérieure s’avère elle aussi plus réduite. Si cette corrélation n’est pas systématique, elle permet cependant de dégager une cohérence globale entre des pratiques judiciaires situées à des niveaux différents. Il semble donc que les initiatives des justiciables répondent à l’existence de véritables tempéraments processifs régionaux, aux pesanteurs séculaires bien marquées. L’étude quantitative des litiges s’avère donc pertinente lorsqu’il s’agit de mesurer le contenu et surtout l’évolution de relations litigieuses au sein de la communauté villageoise. L’article déjà ancien de Bernard Schnapper, « Pour une géographie des mentalités judiciaires : la litigiosité en France au XIXe siècle », Annales ESC, 1, 1979, p. 399-417, reste à ce sujet la référence fondamentale.

13 AD 59, 45 U 19.

14 AD 59, 45 U 21.

15 AD 59, 45 U 22.

16 AD 59, 45 U 23.

17 AD 59, 45 U 20.

18 AD 59, 45 U 23.

19 AD 59, 45 U 23. Le juge de paix condamne Benjamin Briatte. Peu importe, aux yeux du magistrat, le fond de l’affaire. B. Briatte n’avait pas, en tout état de cause, à injurier son contremaître.

20 AD 59, 278 U.

21 AD 59, 45 U 23.

22 AD 59, 45 U 17.

23 AD 59, 45 U 11.

24 AD 59, 45 U 15.

25 AD 59, 45 U 16.

26 AD 59, 45 U 20.

27 AD 59, 45 U 18.

28 AD 59, 278 U.

29 Voir Séverine Dupas, Politique scolaire, milieux de vie et niveaux d’instruction. État de la question dans le département du Nord en 1866, DEA d’histoire (dir. D. Terrier), université de Valenciennes, 2002.

30 AD 59, 1 t 107/4, 1er trimestre 1851.

31 Voir Séverine Dupas, Politique scolaire, op. cit., t. 2, p. 17.

32 Se reporter à Sylvie Vaillant-Gabet, Sur le fonctionnement et l’esprit du capitalisme : entreprises d’industries lainières en France et en Belgique au XIXe siècle, thèse dactylographiée, université Lille 3, (dir. G. Gayot), 2006, p. 365.

33 Ibid., p. 426.

34 On renverra, là encore, à Didier Terrier, Les deux âges…, op. cit., deuxième partie.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Évolution quinquennale du taux de litigiosité, Cantons de Carnières, Condé et Wassigny, 1821-1870.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Graphique 1. – Évolution du nombre de litiges pour atteintes aux personnes et de la population du canton de Carnières, 1834-1858.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Graphique 2. – Évolution du nombre des litiges selon le sexe des parties.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127851/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Tableau 2. – Proto-ouvriers et litiges, canton de Carnières, 1821-1860.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127851/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540