Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Troisième partie. Se replier, ériger des frontières

L’usage de la rue, enjeu de conflit entre catholiques et protestants à Belfast

Florine Ballif

Texte intégral

  • 1 D’après le recensement de 2001, cité dans Population and Vital Statistics, Conflict Archives on No (...)
  • 2 Accommodating differences. A Schools perspective. A report on International Federation for Housing (...)
  • 3 On peut remarquer que les euphémismes sont typiques de la désignation officielle des conflits de d (...)

1L’Irlande du Nord compte 1 685 000 habitants en 2001, dont 40 % se déclarent catholiques, 21 % presbytériens, 15 % anglicans et 3,5 % méthodistes. Plus de 13 % des habitants ne déclarent pas leur religion1. Il existe également d’autres congrégations protestantes minoritaires. Les minorités religieuses non chrétiennes (juifs, bouddhistes…) sont très marginales, chaque communauté ne comptant pas plus de 1500 membres et elles n’ont pas d’existence politique2. La dénomination visuelle des groupes opposés – catholiques et protestants – suggère un conflit religieux. Or, l’enjeu du conflit n’est pas théologique. La religion est un marqueur central de l’identité, mais les différences sont multiples et se superposent ; le clivage est ainsi multidimensionnel. Les relations de pouvoir entre les groupes au sein de leur cadre de référence, l’État, sont aussi importantes que les contenus identitaires. La différence entre les communautés est d’abord politique, d’autant que les différences culturelles et « ethniques » sont faibles. Les autochtones colonisés étaient catholiques, tandis que les colons anglais et écossais étaient protestants. Les catholiques sont nationalistes, militant pour la réunification d’une Irlande indépendante, tandis que les protestants unionistes souhaitent le maintien de l’Irlande du Nord dans le giron britannique. Les républicains constituent la frange radicale du nationalisme et sont les plus opposés aux compromis, tandis que les extrêmistes protestants sont les loyalistes. Le conflit a pris la forme d’une guerre civile depuis la fin des années 1960, désignée en anglais par l’expression de Troubles, signifiant littéralement « Désordres », mais le plus souvent traduite en français par « Troubles3 ». L’opposition entre catholiques et protestants se traduit dans l’espace urbain, particulièrement dans les quartiers ouvriers où la ségrégation résidentielle s’accroît au détriment de la cohabitation de voisinage qui pouvait s’observer avant les années 1960.

Proximité spatiale, distance sociale

2Dans un Belfast modelé par la ségrégation communautaire, les populations en mésentente organisent leur mise à distance réciproque. Plus de la moitié de la population de Belfast vit dans des zones homogènes à plus de 90 %, même s’il existe des quartiers mixtes. La division territoriale est complexe. La partie orientale de la ville, protestante, enserre quelques enclaves nationalistes, tandis qu’à l’ouest, quartiers catholiques et quartiers protestants se font face.

Des quartiers imbriqués

  • 4 Frederick W. Boal et Russell Murray, « A city in conflict », Geographical Magazine (Londres), vol. (...)

3La géographie sociale et confessionnelle de Belfast est le fruit de processus historiques : la colonisation de l’Irlande par les colons écossais au XVIIe siècle d’une part, et l’implantation, d’autre part, des migrants ruraux dans les différents secteurs de la ville liée à l’industrialisation et à la division du travail. La ségrégation a été renforcée par la peur et les émeutes depuis le XIXe siècle et surtout durant les « Troubles », à partir de la fin des années 19604.

Une polarisation confessionnelle complexe

  • 5 Recensement de 2001.
  • 6 Michael Poole et Paul Doherty, Ethnic residential segregation in Belfast, Coleraine (UK), Centre f (...)
  • 7 Frederick W. Boal, « Belfast: a city on edge », Hugh Clout (dir.), Europe’s Cities in late twentie (...)
  • 8 Ibid., p. 147.

4En 2001, Belfast comprend 276 000 habitants et l’aire urbaine (Belfast Urban Area, BUA) atteint 580 000 habitants5. Les tendances à la polarisation, provoquées par les « Troubles », se sont accentuées depuis 19716. La ville est divisée en espaces catholiques et espaces protestants plus ou moins ségrégés, très prégnants dans les représentations urbaines. L’opposition entre le centre et la périphérie et la dichotomie est/ouest se sont renforcées. En 1991, les catholiques représentent 43 % de la population des espaces centraux, 22 % de la population de l’aire urbaine de Belfast et seulement 14 % de la région urbaine au-delà de la limite de la BUA7. Alors que les protestants sont majoritaires à l’est et aux marges de l’agglomération, les catholiques prédominent en revanche à l’ouest et dans les quartiers résidentiels centraux. En 1991, les catholiques représentent 55 % de la population de l’ouest de Belfast et 12 % de l’est8. Ainsi l’opposition entre Belfast-Est et Belfast-Ouest correspond moins à une réalité strictement géographique qu’à la perception d’espaces confessionnels. La symbolique est renforcée par la séparation opérée par le fleuve Lagan. Belfast-Nord est un écheveau inextricable d’enclaves confessionnelles et de quartiers plus ou moins mixtes. Belfast-Sud est la ville mixte, abritant la classe moyenne. La ségrégation est forte parmi les ouvriers, dans les anciens faubourgs industriels de la ville, moins forte dans les quartiers strictement résidentiels qui abritent les populations qualifiées. Dans les périphéries urbaines se côtoient des enclaves défavorisées et des quartiers aisés.

Figure 1. – Répartition des catholiques à Belfast d’après le recensement de 1991 et peacelines construites jusqu’en 1998.
Source : NIHE, Geographic information system, 1999.

Dynamiques de la ségrégation résidentielle

  • 9 Frederick W. Boal, « Segregating and mixing : space and residence in Belfast », F. W. Boal et J. N (...)

5Les espaces mixtes tendent à se rétrécir. Avant 1969, les quartiers mixtes étaient relativement stables et offraient une possibilité de contact social. Mais lors des « Troubles », ces quartiers sont les plus touchés par le départ des ménages solvables vers les espaces suburbains. Ce processus concerne surtout les protestants qui, en raison de la structure du marché immobilier et de la géographie confessionnelle, ont davantage de possibilités de déménager vers la périphérie. Les quartiers mixtes sont donc appelés à disparaître à moyen terme et représentent une situation transitoire et instable. Toutefois, ce processus affecte surtout les quartiers ouvriers, les quartiers mixtes de la classe moyenne sont plus stables. Les classes populaires sont davantage confrontées à la violence et plus captives du logement public, qui favorise les regroupements communautaires9.

Les murs de sécurité

  • 10 Sur le sujet, voir Florine Ballif, Les peacelines de Belfast ; du maintien de l’ordre à l’aménagem (...)

6Les enclaves résidentielles sont parfois séparées par des murs de sécurité construits par les forces de l’ordre. En réponse aux émeutes incontrôlables de l’été 1969 à Belfast, l’armée a érigé une peaceline (« ligne de paix », selon l’expression du général Freeland, alors commandant des Forces armées) sur le théâtre principal des affrontements entre les quartiers ouvriers des Falls et du Shankill, bastions emblématiques des deux communautés. Le terme est désormais consacré. Puis, au début des années 1970, d’autres murs sont construits sur les limites des quartiers confessionnels dans l’inner city de Belfast. Installées en réaction aux désordres, dans l’urgence, les structures de barbelés et de tôle ondulée se pérennisent, renforcées à l’aide de palissades en acier ou de béton. Au milieu des années 1970, la police reprend un rôle prépondérant sur l’armée dans les opérations de maintien de l’ordre. Elle conserve les murs de sécurité, les consolide, et en érige d’autres au cours des années 1980, car cette guerre civile larvée s’installe dans la durée. Malgré les cessez-le-feu de l’IRA et des milices loyalistes en 1994 et la signature d’accords de paix en 1998, suivis de l’instauration du gouvernement régional en 2007, la démolition des peacelines n’est pas à l’ordre du jour. La police construit de nouveaux murs jusqu’au début des années 2000. Il est difficile de dénombrer exactement les peacelines, car les manières de les recenser varient et l’information sur les extensions successives est lacunaire. Cependant, on peut estimer à une quarantaine le nombre de barrières présentes aujourd’hui dans les quartiers ouvriers péri-centraux de Belfast10.

D’étranges voisins

7Les éléments de différenciation sociale entre catholiques et protestants sont multiples. Le processus de différenciation est construit dans le conflit entre les deux communautés et se renforce car l’habitat et les pratiques sociales sont fortement ségrégés.

8Les noms de famille sont un élément de reconnaissance. Les patronymes français sont portés par les descendants des huguenots exilés de France au XVIIe siècle. Les noms gaéliques et ceux commençant par « Mac » sont généralement portés par des catholiques, avec quelques exceptions : Mac Intyre est un nom catholique, tandis que Mac Gimpsey est un nom protestant. Les prénoms gaéliques – Siobhan, Sean, Liam, Seamus, Kieran, Eammon, Niamh, Aoife – ou français – Colette, Bernadette – ainsi que Patrick, Gerald ou Michael sont donnés dans les familles catholiques. Des prénoms anglais tels que William, Stuart, Sam, David, Joy, Grace sont associés aux protestants. Mais John est donné par les deux communautés et le prénom gaélique Deirdre, héroïne de Synge, poète irlandais du XIXe siècle, est parfois porté par des protestantes.

Figure 2. – Carte des peacelines en 2008
Source : Belfast Interface Project, http://www.belfastinterfaceproject.org/​interfacemap.asp (05-01-2008).

9Les écoles sont également un marqueur confessionnel. Les établissements de l’enseignement catholique privé portent des noms de saints – Saint Joseph, Saint Gall. Les protestants fréquentent les écoles publiques. Les uniformes des élèves permettent de les distinguer. L’adresse est aussi un marqueur, car la résidence est séparée et certains quartiers ont une identité confessionnelle très affirmée.

10La dénomination des lieux est différente selon la communauté. Les protestants utilisent le nom officiel de « Londonderry », fondé en 1609 lors de la colonisation, tandis que les catholiques refusent la référence à Londres et préfèrent « Derry ». Les publications officielles aujourd’hui prônent l’appellation « Derry/Londonderry ». Si les citoyens utilisent couramment le nom officiel d’Irlande du Nord, ils désignent aussi l’État en des termes qui rappellent leurs positions constitutionnelles. Les protestants disent « Ulster », nom de la Province historique qui couvrait un territoire plus vaste que l’actuelle Irlande du Nord. Mais cette appellation est récriée par de nombreux catholiques, qui utilisent souvent l’expression the North (« le Nord »), en référence à l’unicité de l’île. Les plus radicaux parlent des « 6 comtés », insistant sur leur objectif de réunification avec les 26 comtés du sud. De même, la République d’Irlande est appelée The Republic ou The South par les catholiques, tandis que les protestants la nomment « Irlande », terme qui désigne, pour les catholiques, l’île entière.

  • 11 Genre de hockey sur gazon.
  • 12 Version féminine du hurling.
  • 13 Variante du football où l’usage de la main est aussi autorisé, ce qui en fait un jeu très rapide.
  • 14 Valérie Peyronel, Les relations communautaires en Irlande du Nord, une nouvelle dynamique, Paris, (...)

11Les sports sont également un facteur de reconnaissance communautaire et confessionnelle. Les sports anglais, tels que le cricket, le hockey et le rugby, sont pratiqués par les protestants, tandis que les sports irlandais, le hurling11, le camogie12 ou le football gaélique13, le sont par les catholiques. Jusqu’en 2001, l’Association des sports gaéliques (Gaelic Games Association, GGA), créée en 1884 pour promouvoir la culture irlandaise face à l’hégémonie britannique, refuse d’admettre parmi ses adhérents les membres des forces de l’ordre, la majorité de ceux-ci étant protestants. Les accessoires sportifs sont immédiatement identifiables, telle la crosse de hurling, portée sans housse, attribut courant des adolescents catholiques qui jouent souvent dans la rue dans les quartiers populaires. Si les sports comme la natation et le football sont le plus largement pratiqués par les deux communautés14, c’est dans le cadre scolaire ou dans des installations situées dans des quartiers confessionnels. De plus, le soutien aux équipes sportives peut être également facteur de division. Les équipes de football locales ou britanniques sont un exemple révélateur. Les deux communautés soutiennent deux équipes adverses de Glasgow : les catholiques ont pour favori le Celtic, tandis que les protestants sont les supporters des Rangers. Cette opposition donne parfois lieu à des bagarres, voire à des émeutes à Belfast.

  • 15 Belfast Interface Project, Young people on the interface, Belfast, BIP, mai 1998, p. 16.

12Des pratiques sociales ordinaires sont également des marqueurs confessionnels puissants. Ainsi, les journaux quotidiens locaux, la Newsletter et le Belfast Telegraph ont un lectorat massivement protestant, tandis que l’Irish News s’adresse à la communauté catholique. Andersonstown News et North Belfast News, à parution hebdomadaire, s’adressent aux habitants des quartiers catholiques. Lire l’Irish Times, grand national quotidien irlandais, manifeste un intérêt pour la République d’Irlande qui est le plus souvent le fait des catholiques. Il en est de même de la fréquentation des pubs de quartiers, dont la plupart sont associés à une confession. Dans le centre-ville, cela est moins marqué mais les pubs situés derrière le centre commercial de Castlecourt sont perçus comme catholiques15. En revanche, dans le quartier étudiant et résidentiel habité par la classe moyenne supérieure de Belfast-Sud, les cafés « branchés » sont mixtes. Les bus ou les taxis collectifs empruntés sont aussi un signe de la destination, donc de la résidence et témoignent ainsi clairement de l’appartenance communautaire. Les partis politiques ont un électorat confessionnel, hormis le Parti de l’Alliance, qui a un électorat mixte mais qui représente à peine 10 % des votes.

  • 16 J. Aitchisont et D. Mc Giollaith Chriost, « Ethnic identities and language in Northern Ireland », (...)

13Il est difficile de distinguer la population par la langue car elle est anglophone. Seule la prononciation de certaines lettres est discriminante, par exemple la lettre h, que les protestants prononcent « aitch » tandis que la plupart des catholiques disent « haitch ». Le gaélique est très peu parlé par les catholiques mais a une symbolique forte dans le conflit politique16. L’Ulster Scots est un dialecte de l’anglais importé par les colons au XVIIe siècle qui connaît un regain d’intérêt parmi la communauté protestante dans les années 1990.

  • 17 Un livre a été tiré de cette série : The hole in the wall gang. Give my head peace: the book, Belf (...)
  • 18 Emrys Jones, « Problems of partition and segregation in Northern Ireland », Conflict resolution, v (...)
  • 19 Elliott Leyton, « Opposition and integration in Ulster », Man, Journal of the Royal Anthropologica (...)
  • 20 Frank Burton, The politics of legitimacy, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1978, p. 48.

14Ainsi, chaque indicateur a un degré important d’exactitude, même si aucun critère n’est fiable à 100 % pour déterminer l’appartenance confessionnelle. Cependant ces « signes » sont une information partagée. Pour preuve, dans les années 1990, Give my head peace, série humoristique télévisée de la BBC d’Irlande du Nord, met en scène les stéréotypes des personnages catholiques et protestants et se moque de leurs préjugés17. Les marqueurs communautaires déterminent les comportements envers l’autre que chacun perçoit comme « catholique » ou « protestant ». Ainsi, Jones note que l’affichage explicite des signes d’appartenance sert moins à montrer une solidarité de groupe qu’à clarifier les relations confessionnelles, permettant aux groupes d’adopter une attitude ad hoc pour que les tensions latentes le restent18. Toutefois, dans l’espace public, l’appartenance confessionnelle des individus n’est pas toujours immédiatement perceptible, comme c’est le cas aux États-Unis pour les Noirs américains en raison de leur couleur de peau. Elliott Leyton19 a observé que la culture construit un code élaboré par lequel l’appartenance peut être identifiée, lorsqu’elle ne se donne pas à voir par des signes objectifs. Ce code est nécessaire dans une société divisée où la séparation des lieux de travail, de la résidence et des loisirs n’est pas suffisante pour empêcher la rencontre des deux groupes. Il existe des critères très fins pour déterminer l’appartenance : les Nord-Irlandais sont extrêmement sensibles à tout signe non explicite. Frank Burton20 appelle telling le processus par lequel cette identification est possible. Chercheur britannique, il a vécu à Belfast et rapporte dans son ouvrage l’anecdote qui lui a permis de comprendre que la reconnaissance s’effectue de manière quasi-imperceptible. Il voulait prendre le bus pour Ardoyne, un quartier catholique du nord de Belfast. Dans le centre-ville, les arrêts de bus desservent de multiples directions. Voyant un bus à l’arrêt dont il ne pouvait deviner la destination, car elle était inscrite à l’avant du véhicule, il pressa le pas. Mais il se mit soudain à ralentir car il s’était aperçu que les gens qui y montaient avaient « l’air protestant », et que, par conséquent, le bus ne se rendait pas à Ardoyne. Vérification faite, son intuition était la bonne.

L’exemple d’un conflit micro-territorial à Ardoyne

15Les communautés catholiques et protestantes ouvrières vivent dans les quartiers confessionnels, souvent à « un jet de pierre » (a stone’s trhrow) l’une de l’autre – image souvent proche de la réalité. Au début des années 2000, les disputes territoriales micro-locales sont en recrudescence, paradoxe apparent des changements institutionnels découlant des accords de paix signés en 1998 et de la baisse générale des hostilités. La proximité des enclaves résidentielles crée des situations de conflit, désormais fondées sur l’accès et l’usage de la rue. Entre Ardoyne et Glenbryn, dans Belfast-Nord, l’antagonisme date des années 1970, mais la nouveauté est qu’il se focalise à partir de 2001 sur un établissement scolaire, espace traditionnellement préservé des « Troubles ». Il se cristallise sur une école primaire catholique, Holy Cross qui, en raison des mouvements de population, se situe à présent dans un quartier protestant.

Un exemple typique des relations intercommunautaires tendues

  • 21 North Belfast District Council – Ardoyne, Northern Ireland Statistics and Research Agency (NISRA),(...)
  • 22 Peter Shirlow, « “Who fears to speak” : fear, mobility, and ethno-sectarianism in the two Ardoynes (...)
  • 23 Voir Michael Poole, « The spatial distribution of political violence in Northern Ireland : an upda (...)

16Ardoyne est une circonscription électorale homogène composée de catholiques. Le quartier protestant où est situé Holy Cross est inclus dans la circonscription électorale de Cliftonville21 et désigné dans la presse par le nom de Glenbryn, en référence à la voirie du quartier : Glenbryn Park, Glenbryn Drive, Glenbryn Gardens, etc. Peter Shirlow, géographe à l’université de Queen’s à Belfast, dans son étude des mobilités quotidiennes des habitants d’Ardoyne, note que si les catholiques l’appellent Glenbryn, les protestants emploient le terme « Upper Ardoyne » pour désigner leur quartier22. Un graffiti, repéré au début du mois de juin 2001, signale : You are now entering the Protestant Ardoyne (« Vous entrez dans le Ardoyne protestant »). Cette toponymie conflictuelle signale que le territoire est un enjeu. La violence est très présente dans ces quartiers de Belfast. Ils font partie du murder mile qui a compté 1/5 des décès dus aux « Troubles23 ». Ardoyne et Glenbryn sont séparés par la peaceline d’Alliance Avenue construite en 1971. Une autre peaceline, construite en juillet 1970, longe les deux côtés de Crumlin Road, séparant Ardoyne du quartier de Woodvale.

  • 24 Peter Shirlow, op. cit., p. 83.

17Les deux quartiers suivent les tendances démographiques de Belfast-Nord. D’après les recensements, la population catholique d’Ardoyne passe de 4 500 en 1971 à près de 7 000 en 1991, tandis que les 3 000 protestants d’Upper Ardoyne ne sont plus que 1 500 en 1991. La diminution démographique se double d’un processus de désinvestissement car les commerces de proximité périclitent. Ce déclin socio-économique provoque une réaction très forte des protestants pour la sauvegarde de leur territoire, menacé selon eux par la violence républicaine et les réhabilitations urbaines. Au contraire, les catholiques souhaiteraient que les terrains vacants absorbent le surplus de population. Les relations communautaires sont déterminées par ces revendications territoriales et les suspicions et peurs qu’elles entraînent. Les protestants se sentent « assiégés » (besieged) par une communauté catholique en expansion et les catholiques « encerclés » (surrounded) par un vaste territoire protestant24.

Figure 3. – Ardoyne et Upper Ardoyne.
Plan réalisé à partir de Belfast Streetfinder map, Bartholomew, 1997 et les observations effectuées en 1999 et 2001.

  • 25 Sur cette question voir Frederick W. Boal, « Territoriality on the Shankill-Falls divide, Belfast  (...)
  • 26 Ibid., p. 84.
  • 27 « Peace but no love as Northern Ireland divide grows ever wider », The Guardian, 4 janvier 2002.

18L’étude des quartiers ouvriers de Belfast-Nord en 2001 par Peter Shirlow révèle que les activités sociales s’organisent en fonction des appartenances confessionnelles25. Ardoyne et Upper Ardoyne ont un profil socio-économique semblable mais les interactions sont faibles. Alors que leur quartier est dépourvu de commerces de proximité, seulement 20 % des protestants d’Upper Ardoyne utilisent les commerces d’alimentation les plus proches, situés dans Ardoyne. De même, seuls 18 % des catholiques fréquentent le centre de loisirs d’Upper Ardoyne, alors que leur quartier en est dépourvu26. Une étude générale montre que seulement 22 % des habitants de Belfast font leurs courses dans des quartiers identifiés à la confession opposée et 72 % refusent de se rendre dans des centres de santé situés dans des quartiers de l’autre communauté27.

  • 28 « Dissident loyalists threaten teachers », BBC News, 12 janvier 2002.

19Deux écoles primaires sont situées dans Ardoyne Road. La Holy Cross Girl Primary School est tenue par le clergé et fréquentée par les écolières catholiques. L’école primaire de Wheatfield, gérée par l’État, accueille les élèves protestants. Lorsque ces écoles ont été construites, le quartier était mixte. Mais en raison des changements démographiques, Holy Cross est à présent située dans le territoire protestant. La géographie confessionnelle place l’établissement catholique de Holy Cross au cœur d’un conflit à partir de juin 2001. Celui-ci remet en cause l’accord tacite des milices de ne pas s’attaquer aux enfants ni aux institutions scolaires. En janvier 2002, les Red Hand Defenders (« Défenseurs de la main rouge »), nom de couverture utilisé par la principale milice loyaliste, l’Ulster Defence Association (UDA), alors officiellement en cessez-le-feu, déclarent que tout enseignant ou employé d’une école catholique est désormais une « cible légitime » des assassinats28.

Un contexte de luttes renouvelées pour le contrôle de l’espace urbain

20Après les accords de paix de 1998 prévoyant l’institution d’un gouvernement et d’une assemblée d’Irlande du Nord, les conflits micro-territoriaux se durcissent. Ils ne sont plus seulement déclenchés par les défilés orangistes pendant l’été mais durent toute l’année. Ils sont focalisés sur de multiples enjeux micro-locaux dépendant de la question plus large de l’accessibilité et du contrôle des quartiers, sous-tendus par la modification des équilibres démographiques. Les usages quotidiens des espaces locaux, cristallisent les oppositions et peuvent déclencher de violentes émeutes. Le changement de stratégie des milices joue un rôle considérable. Le contrôle des milices sur les quartiers devient un enjeu crucial alors que leur influence diminue globalement et que le soutien de la population s’amenuise. Les luttes internes entre les milices loyalistes s’intensifient, notamment entre l’Ulster Volunteer Force (UVF) et l’Ulster Defence Association (UDA). De plus, une partie importante du combat entre les milices ne respectant pas les cessez-le-feu alimente la lutte intercommunautaire.

  • 29 « Living life along the Ardoyne peaceline », Irish News, 27 février 1999.
  • 30 « Ardoyne stories: peace lines and division », BBC News, 3 septembre 2001.
  • 31 « Residents “living in fear” after clashes », Irish News, 21 juin 2001.

21Après les accords de paix, signés en avril 1998, le niveau de la violence interconfessionnelle reste élevé à Ardoyne. En octobre 1998, Brian Service, un postier catholique, est tué dans Alliance Avenue29. En décembre 2000, un chauffeur de taxi protestant, Trevor Kell, y est assassiné par balles. Les tirs de représailles de l’IRA font une victime le lendemain. En 2001, les paramilitaires loyalistes lancent une campagne de bombes artisanales sur les maisons catholiques d’Alliance Avenue. Les républicains répliquent en intimidant les femmes et les retraités, les empêchant d’accéder aux commerces de proximité et au bureau de poste situés dans la partie catholique d’Ardoyne Road30. Dans ce contexte très tendu, le trajet des écolières catholiques dans le territoire protestant est sujet à controverse. Le 19 juin 2001, des incidents impliquant des parents sur le trajet de l’école déclenchent de violentes émeutes. Les interprétations divergent sur l’origine des altercations, mais l’équipement scolaire est au centre du conflit. Les tensions sont liées à une problématique territoriale globale dans laquelle les signes d’appropriation du territoire, tels que les drapeaux et le franchissement d’un espace pour l’accès à un équipement scolaire, sont des éléments déterminants. La police prend acte de cette dispute territoriale. Elle réagit dès le lendemain en barricadant le carrefour d’Ardoyne Road et d’Alliance Avenue, qui constitue le point de contact entre les deux quartiers31. Les résidents et les parents d’élèves s’injurient, soutenus par leurs représentants politiques respectifs, Gerry Kelly, conseiller municipal du Sinn Fein, et Billy Hutchinson, député du Progressive Unionist Party (PUP) à l’Assemblée d’Irlande du Nord.

La montée des tensions

  • 32 « Les négociations pour sauver le processus de paix en Irlande du Nord continuent », Le Monde, 14 (...)
  • 33 « À Belfast la guerre commence à l’école », Libération, 7 septembre 2001.

22La bataille autour de l’école cesse pendant les vacances. Toutefois, le défilé de l’Ordre d’Orange, le 12 juillet 2001, provoque des émeutes à Ardoyne. Les manifestants catholiques tentent d’empêcher le passage du cortège orangiste et des heurts ont lieu avec la police s’efforçant de disperser la foule. Ces incidents provoquent un week-end d’émeutes dans les quartiers populaires de Belfast32. À la rentrée, le conflit reprend violemment à propos de l’itinéraire des écolières. Deux trajets sont possibles pour se rendre d’Ardoyne à Holy Cross. Le chemin le plus court, par Ardoyne Road, traverse Glenbryn. Les loyalistes exigent que les catholiques empruntent un itinéraire plus long pour éviter de traverser leur territoire. Un détour par Crumlin Road, puis par un chemin de terre bordant un terrain de football jouxtant une école de garçons, donne accès à l’arrière des bâtiments (figure 4). Selon Libération33, les catholiques n’acceptent pas d’être des « citoyens de seconde zone » et veulent que leurs enfants « passent par la grande porte ». La rentrée des classes, le 3 septembre 2001, se fait sous escorte policière dans un climat très tendu car la nuit précédente, des habitations catholiques ont été attaquées par des loyalistes. Environ 200 manifestants insultent le cortège d’enfants et de parents et jettent des pierres et divers projectiles sur les forces de l’ordre. Les fillettes de 4 à 11 ans font le trajet de l’école accompagnées de leurs parents sous les huées, les quolibets et les sifflets et sont protégées par un important cordon policier, soutenu par l’armée. Les policiers en tenue anti-émeute et des rangées de véhicules blindés contiennent la foule.

  • 34 « All we wanted was to get our kids to school », The Guardian, 4 septembre 2001.
  • 35 « Ardoyne stories : peace lines and division », art. cit.
  • 36 « Last stand in the ghetto of hate », The Guardian, 8 septembre 2001.
  • 37 Lotissements ouvriers protestants à proximité d’Ardoyne.
  • 38 Holy Cross, téléfilm de Mark Brozel, Royaume-Uni, 2003, 85 min, coproduction BBC/RTE.
  • 39 « Ardoyne stories : peace lines and division », art. cit.
  • 40 « Les “Défenseurs de la main rouge” revendiquent une explosion à Belfast », AFP, 5 sept 2001, disp (...)

23Malgré les épreuves imposées à leurs enfants, certains parents d’élèves ne renoncent pas à l’itinéraire contesté. D’après le Guardian34, le père Adrian Troy, directeur de l’établissement, essaie de les convaincre d’emprunter le chemin alternatif mais ceux-ci refusent. Toute la semaine, une cinquantaine d’écolières – parmi les 230 scolarisées – ont continué à se rendre en classe dans ces conditions. Le plus souvent trop traumatisées pour y rester, elles sont raccompagnées immédiatement chez elles, par la police ou en taxi, non sans passer par la sortie située à l’arrière de l’école. Les violences se poursuivent au-delà de la sortie des classes, par des combats entre bandes rivales éclatant dans la soirée et se prolongeant tard dans la nuit. Le conflit est très médiatisé, couvert par la presse et la télévision internationales parce qu’il s’agit d’enfants. Mais il dépasse une simple querelle scolaire. Pour les catholiques, le refus d’emprunter un itinéraire plus long signifie la défense de leurs droits. Les protestants ont le sentiment de perdre leur territoire et sont convaincus de la nécessité de le défendre. Ils accusent les membres de l’IRA de se mêler aux parents d’élèves. Jim Potts, porte-parole des Loyalist Concerned Residents of Upper Ardoyne, association de riverains protestants, déclare à la BBC que le blocus de l’école n’est qu’un moyen pour se faire entendre car sa communauté est assiégée : « Nous n’avons rien contre les enfants. Mais nous ne supporterons pas plus longtemps que certains utilisent les enfants comme couverture pour l’intimidation et les agressions. Nous ne leur permettrons pas de s’installer dans notre quartier et mettre nos familles dehors (to push our people out)35. » Leur sentiment est qu’ils sont menacés par les catholiques qui veulent les chasser. The Guardian rapporte les propos de Kate Riley, dont le mari a été assassiné par l’IRA en 197436 : « Tout cela n’a rien à voir avec l’école. Ils veulent nos maisons. Ils ont pris la vie de mon mari il y a plus de 20 ans et j’ai travaillé depuis pour cette maison. À présent, ils veulent me la prendre aussi. Si on ne se bat pas maintenant, que vont-ils essayer de nous prendre ensuite : Glencairn, Highfield, Ballysillan37 ? » Holy Cross, docu-fiction réalisé en 2003 par la BBC, met en scène la peur des riverains face à l’extension du quartier catholique, dont le trajet des écolières devient la manifestation tangible à leurs yeux38. Le conflit n’est pas limité à une dispute de voisinage portant sur les territoires du logement, il est attisé par les paramilitaires. L’UDA et l’IRA sont impliquées dans les confrontations qui ont suivi les protestations autour de l’itinéraire de l’école39. Le 5 septembre, une bombe artisanale est lancée sur les forces de l’ordre accompagnant les écolières, blessant 4 policiers. L’attentat est revendiqué par les Red Hand Defenders (RHD), nom de couverture de l’Ulster Defence Association (UDA)40.

Figure 4. – L’itinéraire contesté vers l’école Holy Cross.
Source: « Violence returns to disputed Belfast school », The Guardian, 4 septembre 2001.

Tentative de règlement

24Dans les semaines et les mois qui suivent cette terrible semaine de rentrée scolaire, la protestation à Ardoyne se poursuit de manière relativement plus pacifique. Les manifestants continuent à utiliser les sifflets et à brandir les pancartes de protestations au passage des fillettes toujours accompagnées par la police. L’enjeu du conflit évolue. La dispute autour de l’école apparaît comme un prétexte à la question de la sécurisation du territoire. La dispute territoriale est aussi symptomatique de la crise du processus de paix. La violence se déclenche à Ardoyne en juin 2001, le lendemain de la reprise des pourparlers visant à relancer les négociations sur le désarmement des milices et principalement de l’IRA, condition posée par les protestants pour la formation du gouvernement bi-communautaire.

La médiation politique

  • 41 « Heavy security presence in Belfast », RTE News (site Internet de RTE, chaîne de télévision de la (...)
  • 42 La fermeture d’Ardoyne Road, en extension de la peaceline d’Alliance Avenue, a été envisagée en 19 (...)

25Dans un premier temps, les autorités réagissent en tentant de concilier les parties mobilisées. Le processus est mené par la ministre de la Sécurité, Jane Kennedy, depuis le début du mois de septembre 2001. Après six semaines de conflit, l’association de résidents protestants, les Loyalist Concerned Residents of Upper Ardoyne, rencontre l’association de parents d’élèves d’Ardoyne, le « Groupe Droit à l’Éducation » (Right to Education Group), dans les bâtiments du gouvernement, mais sans parvenir à un accord41. La ministre joue alors un rôle nouveau d’arbitrage. Estimant que les efforts de médiation ont échoué, elle décide l’extension de la peaceline d’Alliance Avenue, mais contrairement au souhait des loyalistes, s’oppose à la fermeture d’Ardoyne Road42. Il semble que la ministre tente de concilier la demande de sécurité des protestants et la demande d’accessibilité des catholiques. Elle déclare à la presse :

  • 43 « Security Minister Defends Peace Line Decision », NIO, 11 octobre 2001, disponible sur : http://w (...)

« Un portail fermé isolerait la communauté de Glenbryn, l’emprisonnerait derrière une barrière. Les services d’urgence et les activités quotidiennes seraient significativement entravés. En outre, un portail fermé placerait l’école de Holy Cross derrière une barrière physique, isolant les enfants de leur communauté et de leurs parents. Installer un portail servirait seulement à séparer encore plus les communautés43. »

  • 44 « School protest scaled down », The Guardian, 6 novembre 2001.

26Cependant, les nouvelles mesures de sécurité et l’extension de la peaceline d’Alliance Avenue ne sont pas suffisantes pour mettre fin au conflit sur l’itinéraire. Le maintien de l’ouverture d’Ardoyne Road est l’objet d’un désaccord entre catholiques et protestants et devient l’enjeu principal du conflit dans le quartier, entraînant d’autres violences. La ministre de la Sécurité entame des discussions avec les paramilitaires loyalistes fin octobre 2001, sans succès44.

La mobilisation locale : un nouvel acteur, les associations de riverains

  • 45 « Loyalist halt school protest », The Guardian, 26 novembre 2001.

27La tentative de conciliation et d’arbitrage entre les intérêts divergents engagée par la ministre de la Sécurité échoue à régler la dispute sur l’itinéraire de l’école. La méthode de gestion des conflits par le gouvernement change alors, profitant du déblocage de la crise institutionnelle. Le gouvernement local est réinstallé le 5 novembre 2001, lorsque David Trimble est réélu au poste de Premier ministre par l’Assemblée d’Irlande du Nord, avec Mark Durkan comme vice-Premier ministre. Les chefs de l’exécutif prennent la direction des négociations à la place de la ministre de la Sécurité. Ils jouent un rôle de médiateurs entre le ministère et la société civile. Un règlement est accepté le 23 novembre 2001 par l’association des riverains loyalistes, la Loyalist Concerned Residents of Upper Ardoyne, après douze semaines de conflit45. Les mesures de sécurité agréées incluent des caméras de surveillance, des ralentisseurs et une unité de police de quartier (neighbourhood police unit). Elles prévoient aussi la mise en place d’un forum local incluant catholiques et protestants. Ces garanties apparaissent suffisantes pour faire cesser les manifestations mais les loyalistes ne renoncent pas à l’idée de fermer Ardoyne Road, malgré les caméras et le renforcement des patrouilles.

  • 46 “Mediators called in over North Belfast”, BBC News, 28 juin 2002, disponible sur : http://news.bbc (...)

28Les tensions demeurent, dans lesquelles la question de l’école reste un sujet de discorde. En janvier 2002, peu de temps après le règlement de la dispute autour du trajet, des incidents devant l’établissement scolaire provoquent des émeutes, alors que janvier est généralement une période calme. Si l’école a apparemment joué un rôle de catalyseur des tensions, les paramilitaires sont en cause. Parallèlement aux tentatives de dialogue intercommunautaire, les Premier et vice-Premier ministres font appel à un médiateur extérieur. Les consultants privés, Sue et Steve Williams, reçoivent la mission de « conflict consultants », chargés de remettre des recommandations fin juillet, quelle que soit l’avancée d’un accord entre les deux communautés par l’intermédiaire du forum46.

29La nouveauté majeure dans ce conflit est le dessaisissement de la ministre de la Sécurité au profit d’une initiative politique de l’exécutif nouvellement réinstallé, devant l’ampleur de la crise. L’exécutif est ici nécessairement représenté par deux personnes, le Premier ministre protestant accompagné de son vice-Premier ministre catholique pour garantir la double confessionnalité et la légitimité des négociations. Il n’est plus question de l’évaluation de la situation par la police, mais de l’établissement d’un consensus local pour la construction de dispositifs de sécurité. L’autre originalité est la médiation politique de l’exécutif pour lancer des négociations entre catholiques et protestants, et le fait que cette médiation soit doublée par des médiateurs extérieurs indépendants pour tenter de délocaliser le conflit. Enfin, même si les deux associations locales, les Loyalist Concerned Residents of Upper Ardoyne et le Right to Education Group représentent les parties opposées, les paramilitaires locaux sont aussi inclus dans des discussions moins médiatisées avec le gouvernement. Toutefois ces négociations sont inefficaces pour enrayer la violence. Ainsi, en 2003, dans la continuité des événements décrits, un portail de sécurité a été érigé au carrefour contesté entre Alliance Avenue et Ardoyne Road.

*

30Les murs érigés entre les quartiers semblent définir des limites contestées mais aussi revendiquées par les habitants. Il s’avère ainsi que les peacelines mises en place par la police prennent une signification nouvelle lors de l’émergence des conflits micro-locaux très violents au début des années 2000. L’usage de la rue au quotidien cristallise les oppositions et recouvre la question de l’accès au territoire et plus largement de la répartition des ressources. Les peacelines sont le moyen de figer une situation territoriale et, de ce fait, de prévenir ou à tout le moins de stabiliser les conflits. D’une certaine manière, la distance entre les deux communautés s’est creusée. Souhaitées par une partie de la population, les peacelines sont envisagées comme le moyen de préserver la paix sociale, du moins à court terme. Les vers du poète américain Robert Frost, Good fences make good neighbours, pourraient traduire ce paradoxe.

Notes

1 D’après le recensement de 2001, cité dans Population and Vital Statistics, Conflict Archives on Northern Ireland (CAIN) [référence du 20 novembre 2007], disponible sur : http://cain.ulst.ac.uk/ni/popul.htm.

2 Accommodating differences. A Schools perspective. A report on International Federation for Housing and Planning School’s conference, Belfast, septembre 1995, p. 34-35.

3 On peut remarquer que les euphémismes sont typiques de la désignation officielle des conflits de décolonisation comme les « Événements » d’Algérie, même si on ne peut pas parler strictement de décolonisation pour l’Irlande du Nord.

4 Frederick W. Boal et Russell Murray, « A city in conflict », Geographical Magazine (Londres), vol. 44, 1977.

5 Recensement de 2001.

6 Michael Poole et Paul Doherty, Ethnic residential segregation in Belfast, Coleraine (UK), Centre for the Study of Conflict, University of Ulster, 1995, p. 62-71.

7 Frederick W. Boal, « Belfast: a city on edge », Hugh Clout (dir.), Europe’s Cities in late twentieth century, Amsterdam, Royal Dutch Geographical Society, coll. « Nederlandse Geografische Studies », vol. 176, 1994, p. 146.

8 Ibid., p. 147.

9 Frederick W. Boal, « Segregating and mixing : space and residence in Belfast », F. W. Boal et J. N. H. Douglas (dir.), Integration and division. Geographical perspectives on the Northern Ireland problem, Londres, Academic Press, 1982, p. 269.

10 Sur le sujet, voir Florine Ballif, Les peacelines de Belfast ; du maintien de l’ordre à l’aménagement urbain, 1969-2002, thèse de doctorat, université Paris 12, 2006 et Brendan Murtagh, Ethnic space and the challenge to land use planning: a study of Belfast’s peace lines, Research paper no 7, Centre for Policy Research, University of Ulster, 1994.

11 Genre de hockey sur gazon.

12 Version féminine du hurling.

13 Variante du football où l’usage de la main est aussi autorisé, ce qui en fait un jeu très rapide.

14 Valérie Peyronel, Les relations communautaires en Irlande du Nord, une nouvelle dynamique, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2003, p. 77.

15 Belfast Interface Project, Young people on the interface, Belfast, BIP, mai 1998, p. 16.

16 J. Aitchisont et D. Mc Giollaith Chriost, « Ethnic identities and language in Northern Ireland », Area, Institute of British Geographer, Londres, vol. 30, no 4, 1998.

17 Un livre a été tiré de cette série : The hole in the wall gang. Give my head peace: the book, Belfast, Blackstaff Press, 1999.

18 Emrys Jones, « Problems of partition and segregation in Northern Ireland », Conflict resolution, vol. 4, no 1, 1960, p. 99. Cet article est le résumé du chapitre xiii « Religion » de son ouvrage A social geography of Belfast, Londres, Oxford University Press, 1960, p. 172-206.

19 Elliott Leyton, « Opposition and integration in Ulster », Man, Journal of the Royal Anthropological Institute, no 9, 1974, p. 190.

20 Frank Burton, The politics of legitimacy, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1978, p. 48.

21 North Belfast District Council – Ardoyne, Northern Ireland Statistics and Research Agency (NISRA), disponible sur : http://www.nisra.gov.uk/census/images/Maps/outputareas/Belfastoa/ardoyne.jpg.

22 Peter Shirlow, « “Who fears to speak” : fear, mobility, and ethno-sectarianism in the two Ardoynes », The Global Review of Ethnopolitics, vol. 3, no 1, septembre 2003, p. 83.

23 Voir Michael Poole, « The spatial distribution of political violence in Northern Ireland : an update to 1993 », A. O’Day (dir.), Terrorism’s laborator : the case of Northern Ireland, Aldershot, Dartmouth Publishing Company, 1995.

24 Peter Shirlow, op. cit., p. 83.

25 Sur cette question voir Frederick W. Boal, « Territoriality on the Shankill-Falls divide, Belfast », Irish Geography (Dublin), vol. 6, no 1, 1969 et Frederick W Boal, « Territoriality on the Shankill-Falls divide, Belfast. The perspective from 1976 », D. A. Lanegran et R. Palm (dir.), An invitation to Geography, New York, McGraw-Hill, 1977.

26 Ibid., p. 84.

27 « Peace but no love as Northern Ireland divide grows ever wider », The Guardian, 4 janvier 2002.

28 « Dissident loyalists threaten teachers », BBC News, 12 janvier 2002.

29 « Living life along the Ardoyne peaceline », Irish News, 27 février 1999.

30 « Ardoyne stories: peace lines and division », BBC News, 3 septembre 2001.

31 « Residents “living in fear” after clashes », Irish News, 21 juin 2001.

32 « Les négociations pour sauver le processus de paix en Irlande du Nord continuent », Le Monde, 14 juillet 2001.

33 « À Belfast la guerre commence à l’école », Libération, 7 septembre 2001.

34 « All we wanted was to get our kids to school », The Guardian, 4 septembre 2001.

35 « Ardoyne stories : peace lines and division », art. cit.

36 « Last stand in the ghetto of hate », The Guardian, 8 septembre 2001.

37 Lotissements ouvriers protestants à proximité d’Ardoyne.

38 Holy Cross, téléfilm de Mark Brozel, Royaume-Uni, 2003, 85 min, coproduction BBC/RTE.

39 « Ardoyne stories : peace lines and division », art. cit.

40 « Les “Défenseurs de la main rouge” revendiquent une explosion à Belfast », AFP, 5 sept 2001, disponible sur http://192.168.11.5/nis50/depeches/B839FC1256ABE003BBBB5?Open-Document.

41 « Heavy security presence in Belfast », RTE News (site Internet de RTE, chaîne de télévision de la République irlandaise), 10 octobre 2001, disponible sur : http://www.rte.ie/news/2001/1010/north1/html.

42 La fermeture d’Ardoyne Road, en extension de la peaceline d’Alliance Avenue, a été envisagée en 1998, mais sans être réalisée car les tensions avaient été réduites par les leaders communautaires.

43 « Security Minister Defends Peace Line Decision », NIO, 11 octobre 2001, disponible sur : http://www.nio.gov.uk/press/011011c.htm.

44 « School protest scaled down », The Guardian, 6 novembre 2001.

45 « Loyalist halt school protest », The Guardian, 26 novembre 2001.

46 “Mediators called in over North Belfast”, BBC News, 28 juin 2002, disponible sur : http://news.bbc.co.uk/hi/english/uk/northern_ireland/newsid_2072000/2072741.stm.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Répartition des catholiques à Belfast d’après le recensement de 1991 et peacelines construites jusqu’en 1998.Source : NIHE, Geographic information system, 1999.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Figure 2. – Carte des peacelines en 2008Source : Belfast Interface Project, http://www.belfastinterfaceproject.org/​interfacemap.asp (05-01-2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Figure 3. – Ardoyne et Upper Ardoyne.Plan réalisé à partir de Belfast Streetfinder map, Bartholomew, 1997 et les observations effectuées en 1999 et 2001.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Figure 4. – L’itinéraire contesté vers l’école Holy Cross.Source: « Violence returns to disputed Belfast school », The Guardian, 4 septembre 2001.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

Auteur

Maître de conférences à l’Institut d’urbanisme de Paris, université Paris 12 – Val de Marne.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540