Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Troisième partie. Se replier, ériger des frontières

Les Flamands à Paris : une communauté ? (1860-1890)

Henk Byls

Texte intégral

  • 1 Sur les migrations transfrontalières franco-belges, voir Firmin Lentacker, La frontière franco-bel (...)

1La France du XIXe siècle est souvent décrite comme un pays d’immigrants dans un continent d’émigrants. Parmi ceux-ci, il y eut beaucoup de Belges, la plupart s’établissant dans les régions limitrophes de la Belgique. Entre 1851 et 1886 par exemple, le nombre de Belges résidant dans le département du Nord augmente spectaculairement, passant de 77 674 à 298 991. Des villes comme Roubaix, Tourcoing et certains quartiers de Lille apparaissaient à l’époque comme des « petites Belgiques1 ». Toutefois, le champ de ce mouvement migratoire dépasse les limites de l’agglomération lilloise. Les mines de charbon du Pas-de-Calais, et surtout Paris, attirèrent à la même époque de nombreux Belges.

  • 2 Les Belges établis dans le faubourg Saint-Antoine sont bien décrits par Marie-Claude Blanc-Chaléar (...)

2À Paris, entre 1861 et 1901, la colonie belge est le premier groupe étranger, en termes de nationalité. Pourtant, dans l’historiographie des migrations dans la capitale, leur visibilité reste très faible. Les Belges ne sont le plus souvent évoqués que superficiellement, soit sous forme d’une note marginale dans une monographie consacrée à autre communauté étrangère, soit en tant qu’épiphénomène de la grande migration belge vers le nord de la France2.

  • 3 L’exemple de Roubaix est le plus connu. En 1886, 44,5 % de la population de Roubaix était d’origin (...)

3Ce manque d’attention des historiens pour la migration en provenance de Belgique peut probablement s’expliquer. Sans doute faut-il admettre que la faible visibilité des Parisiens d’origine belge dans l’historiographie n’est que le reflet de leur visibilité de jadis. Dans le Nord de la France par exemple, le taux de Belges – en majorité des Flamands – atteignait dans certaines villes plus de 40 %3. Que cette situation eût pour résultat une cohésion assez forte est évident. À Paris, en revanche, même si les Belges formaient le groupe étranger le plus nombreux, leur présence fut beaucoup plus discrète. En 1881, par exemple, ils ne représentent dans le quartier de Sainte-Marguerite (11e arrondissement), l’un des quartiers de la capitale dans lesquels les immigrants sont les plus nombreux, pas plus de 3,6 % de la population.

  • 4 Sur la communauté italienne à Paris, voir Marie-Claude Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est par (...)

4Pourtant, la faible proportion des Belges ne suffit pas à expliquer leur transparence dans l’historiographie. En effet, les autres groupes étrangers n’étaient pas plus importants en termes d’effectifs, mais se caractérisaient probablement par une cohésion plus forte. Prenons comme exemple les Italiens : sous l’angle des effectifs absolus, ils ne dépassent les Belges qu’en 1901. Or, à Paris, les Italiens ont incontestablement conservé une identité plus visible et plus durable que les Belges, qui semblent s’être fondus plus vite dans la société parisienne4.

  • 5 Nous n’avons pas l’ambition dans cet article d’interroger véritablement la notion de communauté. E (...)

5Cet article n’a pas l’ambition de comparer de manière exhaustive les Belges avec d’autres communautés migratoires dans la capitale française, mais plutôt de poser certaines questions au sujet des Belges à Paris. Ceux-ci ont-ils constitué une « communauté5 » ? Constate-t-on l’existence de liens solidaires, de rituels de vie partagés et d’une cohésion sociale fondés sur la nationalité ? Cette « communauté » induit-elle l’érection de frontières autour d’elle qui constitueraient les marques d’un entre-soi fondé sur des critères nationaux et/ou régionaux (flamands) ? L’étude des Belges à Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle semble, au contraire, indiquer que ceux-ci se dissolvent finalement avec rapidité dans le contexte urbain parisien et entretiennent des relations de voisinage à l’échelle locale qui, si elles privilégient l’interconnaissance pré-migratoire, ne font pas du groupe d’origine nationale une « communauté » à proprement parler.

Tableau général des Belges à Paris au XIXe siècle

  • 6 Voir notamment la thèse, classique et toujours pertinente, de Françoise Raison-Jourde sur les Auve (...)
  • 7 M. Poulain, M. Foulon, A. Degioanni et P. Darlu, « Flemish immigration in Wallonia and in France: (...)
  • 8 Nous observons plus ou moins la même évolution pour les alentours de Paris. En ce qui concerne le (...)

6Étudier dans quelle mesure les Belges ont formé une communauté dans le Paris de la seconde moitié du XIXe siècle ne peut se faire sans aborder des questions plus globales telles que l’ampleur, le lieu ou la stabilité de leur implantation. Cette question nous incite également à comparer la présence des Belges à d’autres groupes d’origine nationale ou régionale qui ont constitué, au cours des XIXe et XXe siècles, des entités plus ou moins cohérentes et soudées6. D’abord, quelle fut l’ampleur de la présence belge à Paris ? L’essor du flux en direction de Paris débute au cours des années cinquante du XIXe siècle (figure 1). Entre 1851 et 1866, la population se déclarant belge passe de 9 711 à 28 430 personnes. Pour l’année 1867, la littérature estime même leur nombre entre 30 000 et 35 000 personnes7. De 1876 à 1881, nous constatons à nouveau un accroissement, à la suite duquel la population atteint 45 281 personnes. Vers 1886, l’importance numérique de la communauté belge connaît son maximum, avec 45 649 personnes recensées. Après cette date, la taille de l’effectif diminue progressivement, soit par retour au pays, soit – le plus fréquemment – par naturalisation8.

Figure 1. – Présence numérique des Belges à Paris, 1833-1911.

  • 9 Les données principales ont été détruites lors de l’incendie de l’Hôtel de Ville pendant la Commun (...)

7L’attrait pour Paris culmine donc pendant deux grandes périodes : 1851-1866 et 1876-1886. Seule la seconde période peut faire l’objet d’une analyse précise, fondée sur les données des recensements de population parisiens de 1881, 1886 et 1891. Malheureusement, les périodes qui correspondent au Second Empire et à la décennie qui suit la Commune sont caractérisées par une pénurie d’informations9.

  • 10 « Les Belges qui habitent Paris sont pauvres pour la plupart et habitent principalement les quarti (...)

8Dans quelle partie de la ville les Belges s’installent-ils ? Les données du recensement de 1881 confirment clairement que l’arrondissement privilégié par les Belges est le 11e (figure 2). Les autres arrondissements qui attirent bon nombre de Belges sont le 18e et le 19e, tandis que les arrondissements contigus au 11e, à savoir le 12e et le 20e, comportent également une population belge assez importante. Pour le reste, on trouve des Belges dispersés dans tous les arrondissements de la capitale. Compte tenu du fait que les quartiers de l’ouest étaient plus résidentiels que ceux de l’est, il semble que la plupart des Belges qui habitaient Paris étaient des ouvriers ou des artisans10.

  • 11 Résultats statistiques du recensement pour la ville de Paris, 1881.

Figure 2. – Répartition des Belges pour la ville de Paris, 188111.

9Il faut également garder à l’esprit que les arrondissements sont des circonscriptions administratives, c’est-à-dire des constructions qui, à l’échelle de la ville, ne reflètent pas nécessairement la réalité. La même chose vaut pour les quartiers qui constituent les arrondissements. Les quartiers qui forment le 11e sont Folie-Méricourt, Saint-Ambroise, la Roquette et Sainte-Marguerite. Toutefois, les deux premiers étaient beaucoup moins « belges » que les deux derniers. Cela est également vrai pour le 12e, dans lequel le quartier de Picpus était très investi par les Belges, ainsi que pour le 20e arrondissement (quartier de Charonne).

10Quant à la stabilité de l’implantation belge dans ces quartiers, les indices dont nous disposons plaident plutôt en faveur de l’hypothèse d’une population flottante. La décennie comprise entre 1881 et 1891 nous semble particulièrement décisive. Dans le 11e, nous constatons en 1891 une forte diminution de la population belge par rapport à 1881 (figure 3), en faveur d’arrondissements plus périphériques. Les quartiers comptant initialement le plus de Belges, comme Sainte-Marguerite et La Roquette, font place à d’autres nationalités.

  • 12 Résultats statistiques du recensement pour la ville de Paris, 1891.

Figure 3. – Répartition des Belges pour la ville de Paris, 189112.

Figure 4. – Évolution de la population belge pour la ville de Paris, 1881-1891.

  • 13 Selon K. Schirmacher, ce n’est qu’à partir du recensement de 1901 que les effets de la loi sont cl (...)
  • 14 M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien…, op. cit., p. 63.

11La figure 4 donne un aperçu des principaux quartiers gagnants et perdants. Les quartiers Charonne (20e), Combat (19e) et Hôpital (18e), dans les environs de la gare du Nord, attirèrent notamment beaucoup de Belges. La situation du 11e arrondissement est particulièrement frappante. Il est peu probable que la forte diminution de la population belge constatée dans cet arrondissement en 1891 soit déjà due à la loi sur la nationalité de 188913. En revanche, le déplacement des Belges que nous observons entre 1881 et 1891 pourrait être la conséquence des changements urbanistiques intervenus dans le quartier même. Comme Marie-Claude Blanc-Chaléard l’indique, « les immeubles neufs du boulevard Voltaire attirèrent du monde à Sainte-Marguerite entre 1865 et 1880, tandis que les transformations du centre continuèrent de favoriser le repli des habitants vers les quartiers extérieurs14 ». De plus, durant cette période, la crise économique incita les Belges à se disperser définitivement dans les banlieues, véritable terrain de l’expansion économique. Quoi qu’il en soit, l’aperçu de la décennie montre une population très flottante et peu enracinée.

Un quartier phare : Sainte-Marguerite

  • 15 « À partir du recensement de 1881, la part des Belges décline à peu près au rythme où augmente cel (...)

12Le quartier de Sainte-Marguerite occupe dans l’histoire de l’immigration parisienne une place particulière. Au cours du XIXe siècle, ce quartier attira bon nombre de migrants. Les Auvergnats et les Allemands furent les premiers à trouver le chemin menant à Sainte-Marguerite, suivis par les Belges ; à partir des années 1880, ce sont les Italiens qui prirent petit à petit le relais, jusqu’à devenir la nationalité étrangère dominante du quartier15.

13Entre les années 1850 et les années 1890, la présence des Belges dans le quartier est indiscutable. Y ont-ils formé une communauté ? Autrement dit, en évitant une discussion sur le contenu et la portée de la notion floue de « communauté », peut-on retenir des indices qui permettent de dessiner des frontières symboliques liées à une nationalité partagée ?

14Nous examinons cette question pour la période allant du début de l’essor de leur présence (1855-1869) jusqu’à leur déclin (1891). Sur la base des registres paroissiaux, nous observons d’abord le brassage. Malheureusement, les registres de mariages ne mentionnent pas la nationalité. De ce fait, nous avons été contraints de rechercher les Belges sur la base du patronyme, ce qui implique que seule la communauté belge flamande est retenue dans notre analyse. D’une part, notre analyse abandonne de cette façon l’angle belge, de l’autre, nous surmontons ainsi le problème de la complexité de cette migration, elle-même divisée par un fossé interne de nature linguistique, entre Flamands et francophones. La langue commune étant un atout facilitant les rapprochements entre individus, nous devrions également constater le phénomène au sein de la population belge portant un patronyme flamand. En ce qui concerne le mariage, on peut supposer une endogamie importante au sein des Flamands, d’autant plus importante que le groupe d’origine prend de l’ampleur. À ce sujet, il convient de voir si la variable d’origine ethno-linguistique est une variable importante dans les comportements matrimoniaux.

Les années soixante

  • 16 Pour la période postérieure à la Commune, il nous manque des données à propos de la répartition fe (...)

15Dans les registres de mariage, les patronymes flamands font une apparition modeste dans la paroisse de Sainte-Marguerite à partir de 1855-1856. Au cours de ces années, il y a respectivement quatre et six mariages dans lesquels au moins un patronyme flamand est concerné. Sur la période observée (1851-1869), il n’y a aucune tendance structurelle à retenir16.

  • 17 Registres des mariages des paroisses parisiennes, Sainte-Marguerite, 1855-1869, Archives de Paris (...)

Tableau 1. – Mariages belges flamands dans la paroisse de Sainte-Marguerite, 1855-186917.

Graphique 1. – Proportion de mariages belges flamands dans la paroisse Sainte-Marguerite, 1855-1869.

16Deux années se distinguent cependant, à savoir 1863 et 1864. En 1863, le seul mariage belge flamand contracté fut celui de Jean Vanwijmelbeke et Eugénie De Visch. Pour le reste, aucun autre patronyme flamand ne figure dans le registre. En revanche, l’année suivante, la paroisse célébra environ treize mariages flamands. La faible proportion de 1863 peut s’expliquer par la fondation officielle de l’Œuvre des Flamands dans la paroisse de Sainte-Marguerite au milieu de l’année 1862. À la fin de 1862, la figure de proue de la fondation, l’aumônier Lieven Beyaert s’installa de façon permanente dans le quartier. Un des objectifs de l’Œuvre était la lutte contre le concubinage. Il y a de fortes chances pour que l’Œuvre des Flamands ait commencé dès son arrivée à organiser des mariages elle-même. Mais à partir de 1864, des difficultés se présentèrent avec le curé de Sainte-Marguerite. L’Église flamande était provisoirement installée dans une petite chapelle de cette église et l’Œuvre dépendait officiellement du chef de la paroisse dans laquelle elle était installée. Le bon chiffre de 1864 est peut-être dû à une canalisation plus efficace des mariages belges vers l’Église. Les chiffres reflètent le modus vivendi fluctuant entre le curé flamand et le curé français : l’année suivante, cet effet est déjà effacé.

Les années quatre-vingt

  • 18 Registres des mariages des paroisses parisiennes, Sainte-Marguerite, 1880-1889, AP, D6J.

17Dans les registres des mariages des années 1880, les patronymes flamands ont quasiment disparu18. En 1881, nous n’avons trouvé aucun mariage avec deux patronymes flamands et pas plus de cinq comportant un seul patronyme flamand. On peut constater le même phénomène en 1883, où l’on ne trouve guère plus de quatre mariages. Cela n’implique pas nécessairement l’impossibilité des réseaux flamands homogènes. La figure 5 présente un exemple particulier que nous avons trouvé dans les registres de 1882.

Figure 5. – Mariage et réseau de témoins, 1882.

  • 19 Registres des mariages des paroisses parisiennes, Sainte-marguerite, 1855-1869, AP, D6J.

18Même si les mariages flamands du début des années 1880 peuvent nous donner des indications intéressantes à propos de l’acculturation de la communauté belge flamande, il n’en reste pas moins que la base de données (le nombre des mariages) est assez faible. Afin de nous fonder sur une population plus importante, nous avons également utilisé les registres de baptême de la paroisse de Sainte-marguerite. Entre 1880 et 1889, on trouve 190 baptêmes pour lesquels au moins l’un des parents portait un patronyme flamand19. Parmi eux, on constate que 126 enfants sont nés d’une relation mixte, soit 66 %. En ce qui concerne les enfants nés dans une relation endogame en termes de nationalité (64 baptêmes), on voit que le réseau des parrains et marraines est également devenu mixte. Dans 26 cas, les parents ont choisi une marraine sans patronyme flamand ; dans 19 cas, on observe la même chose à propos du parrain. Globalement, l’homogénéité du réseau intime au sein des familles belges flamandes était déjà en forte diminution. Les familles où il était possible de garder toutes les fonctions intimes (témoins, parrains, marraines) parmi les proches étaient l’exception plutôt que la règle.

Une source complémentaire : la correspondance de l’Œuvre des Flamands

  • 20 Malheureusement, les archives de l’Œuvre des Flamands à Paris ne mentionnent que sporadiquement de (...)

19Nous disposons, pour étudier les comportements démographiques des Belges à Paris, d’une source complémentaire intéressante. Bien qu’incomplète, elle montre à travers une riche correspondance que la présence des Belges n’est pas restée sans écho parmi certaines élites20. Le fort pourcentage de Flamands parmi la population belge interpella les milieux catholiques et entraîna en 1862 la fondation d’une Œuvre des Flamands dans le quartier de Sainte-marguerite. Jusqu’en 1925, cette initiative y fut active, d’abord dans la chapelle des catéchismes de l’église de Sainte-marguerite puis, à partir de 1867, dans un immeuble situé au 102 de la rue des Boulets et, enfin, de 1879 à 1925, dans le complexe de la rue de Charonne, au no 181. Sans pouvoir présenter ici une histoire détaillée de cette Œuvre, nous voudrions questionner cette source sous l’angle de la réalité d’une communauté belge.

  • 21 L’Œuvre des Allemands possédait une église et une école dans la rue Lafayette, l’actuelle église S (...)

20À l’époque où l’Œuvre des Flamands vit le jour, fleurirent les œuvres alliant religion et bienfaisance au profit des plus faibles. Paris connaissait déjà l’Œuvre des Allemands, initiée par les jésuites dans les années 1850 et très active dans la capitale française21. Les franciscains apportèrent leur secours moral aux Flamands de Lille et de Roubaix. L’Œuvre des Flamands à Paris était toutefois assez différente. Premièrement, en engageant le zèle de prêtres séculiers attachés à un diocèse, l’Œuvre s’inscrivait dans une approche particulière. Dans le diocèse de Gand, il régnait à l’époque un esprit clairement ultramontain. La conception de l’Église y était essentiellement antimoderniste et favorable à un projet de société organique et antilibéral. Deuxièmement, à la différence des Œuvres flamandes installées dans le Nord, celle de Paris n’avait aucun lien avec les acteurs sociaux ou économiques de l’endroit. L’Œuvre des Récollets à Roubaix, par exemple, était partiellement financée par des industriels locaux. À Paris, un tel intérêt était absent.

Les débuts de l’Œuvre des Flamands : 1862-1870

  • 22 M.J. Ascoop, « Het werk der Vlamingen bestaat honderd jaar », Godsdiestige week van het bisdom, Ge (...)
  • 23 Dans les discours de l’Œuvre des Flamands de cette époque, « une vie déplorable » est synonyme d’u (...)

21Que peut-on retenir en consultant les archives de l’Œuvre des Flamands ? D’abord, la confirmation qu’à partir des années 1860, les Belges furent nombreux dans le faubourg Saint-Antoine22. À cette époque, Gaspard Vanderijst, un franciscain belge actif à Paris, écrivit à Mgr Delebecque, évêque de Gand, que le nombre des Belges dans le faubourg Saint-Antoine dépassait les 4 000, la plupart originaire des deux Flandres (les provinces de Flandre occidentale et orientale). Leurs conditions de vie y étaient déplorables et ils ne connaissaient plus « ni foi ni loi23 ». Vanderijst adressa une demande à l’évêque pour qu’il envoie un aumônier qui s’occuperait de ces pauvres compatriotes. L’Œuvre fut officiellement instaurée le 30 mars 1862. Pierre Demey, prêtre-observateur, célébra la messe en flamand à Saint-Éloi et, à la fin de l’année, un aumônier permanent, Lieven Beyaert, s’installa au cœur même du faubourg Saint-Antoine, dans la paroisse de Sainte-Marguerite.

  • 24 Archives de l’Œuvre des Flamands, Archives diocésaines de Gand (désormais ADG), lettre du 20 mars (...)
  • 25 Id., lettre du 20 mars 1865 de Beyaert à Mgr Bracq.
  • 26 Id., brochure de 1867, p. 3.
  • 27 Id., lettre du 28 mars 1867 de Beyaert à Mgr Bracq. Voir aussi la lettre de 29 juin 1868 : « Les r (...)

22Dans les premières années, le travail de l’Œuvre fut clairement de nature pastorale. L’aumônier invitait les Belges à la messe, rendait visite aux malades et prenait des initiatives sociales, dont la fondation d’un Cercle ouvrier et d’une assurance de secours24. À partir du 1er juillet 1863, l’Œuvre put utiliser la chapelle des catéchismes de l’église de Sainte-marguerite, qui pouvait accueillir 300 personnes. Rempli de fierté, Beyaert fit savoir à son évêque que cette chapelle commençait à se remplir de Flamands tous les dimanches. Quelquefois même, elle était trop petite25. À Pâques 1866, par exemple, l’église était comble, si bien que la mission flamande se mit à chercher une autre infrastructure26. En 1867, les Flamands obtinrent une chapelle d’une capacité de 450 personnes, sise rue des Boulets27.

23La correspondance révèle que pendant cette période, l’Œuvre réussit lentement mais sûrement à se mettre en place. Toutefois, on ne peut pas en surestimer la portée. Suivant les chiffres de Vanderijst concernant la présence des Belges dans le faubourg Saint-Antoine dans les années 1860 (plus de 4000), l’Œuvre atteignait moins de 10 % de son public cible. On ne peut donc pas dire que les Belges se regroupèrent massivement autour de leur paroisse.

  • 28 L’œuvre de Saint-François-Régis s’occupait avant tout de la régularisation des mariages, en partic (...)

24Les nuances apportées par les activités de la mission dans le cadre de l’Œuvre Saint-François-Régis concernant les chiffres de mariages présentés plus haut sont intéressantes28. Dès le début, Beyaert prit cette tâche à cœur. Ayant constaté que le mariage des Belges était rendu très difficile par les formalités administratives, il créa lui-même une société Saint-Régis. Les rares chiffres qu’on a pu trouver concernant les années 1860 indiquent clairement une sous-estimation des mariages flamands dans les registres de catholicité. En 1866, par exemple, Beyaert régularisa 228 mariages dont au moins un des deux conjoints était d’origine belge. La répartition de ces mariages montre la prépondérance flamande : 60 mariages dont l’un des membres provenait du diocèse de Malines ; 86 mariages du diocèse de Gand ; 64 du diocèse de Bruges ; 18 du diocèse de Tournai. Cela peut indiquer que les Flamands se retrouvaient plus facilement que ce que semblent indiquer les chiffres retenus sur la base des registres paroissiaux.

De la Commune au décès de Beyaert

  • 29 Archives de l’Œuvre des Flamands, ADG, Historique non daté, probablement écrit dans les années 187 (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Par exemple, Beyaert décrivait, dans une lettre du 27 décembre 1872, les Flamands parisiens comme (...)
  • 32 Ibid., lettre du 19 septembre 1873.
  • 33 Ibid., lettre du 24 mai 1876 de Beyaert à Mgr Bracq.

25La dynamique de l’Œuvre des Flamands dans les premières années fut brusquement interrompue par les événements de la guerre franco-prussienne de 1870 et de la Commune. Bien que les archives couvrent mal cette période, un état des lieux datant de 1873 nous donne quelques renseignements. Ce document indique que, pendant la Commune, « Beyaert regagna la Belgique avec un grand nombre de Flamands29 ». À nouveau, les Flamands étaient largement dispersés dans Paris et, plus frappant encore, le réseau d’organisations patiemment construit pendant les années 1860 était en grande partie détruit. Les Flamands qui avaient quitté Paris ne rentraient plus et ceux qui étaient restés prenaient leurs distances vis-à-vis de l’œuvre. De plus, les associations françaises profitèrent dans certains quartiers de la situation. « Une grave atteinte a été portée à l’Œuvre des Flamands par l’établissement des cercles français. Celui de la rue de Montreuil a pris un grand nombre des membres de l’Œuvre des Flamands30. » Les Flamands ne retrouvèrent le chemin de l’œuvre que très lentement31. En général, la correspondance concernant les années 1870 montre une population belge flamande d’approche difficile. En 1873, Beyaert écrivit à son évêque : « La misère est actuellement très grande à Paris. Beaucoup de Flamands sont partis de Paris, il en part encore tous les jours et ceux qui y restent n’ont presque rien à faire32. » En 1876 : « Monseigneur, je crois que les communions pascales ont été moins nombreuses que les autres années, mais cela prouve que beaucoup de Flamands ne trouvent plus d’ouvrage à Paris et ont quitté la ville pour aller chercher de l’occupation ailleurs33. »

  • 34 « Je viens d’inscrire, Monseigneur, de mes mariages le no 10.000. Aucune société ne peut le croire (...)
  • 35 Ibid., note sur l’Œuvre des Flamands à Paris pour le Corps épiscopal, 1-10-1873.
  • 36 Ibid., lettre du 17 janvier 1879 de Beyaert à Mgr Bracq.

26Dans ces années, la mission se replia sur le travail qui lui garantissait le plus de succès : la société de Saint-François-Régis. Entre 1863 et 1894, pendant toute sa carrière donc, Beyaert régularisa plus de 11 000 mariages34. Au début, comme nous l’avons montré par exemple pour l’année 1866, la grande majorité des mariages avait clairement un lien avec la Belgique flamande. À partir de 1873, le discours de l’Œuvre des Flamands à propos de cette mission change fondamentalement. En Belgique, afin de financer l’œuvre, l’évêque titulaire tente de convaincre ses collègues francophones en affirmant que l’Œuvre des Flamands est devenue une Œuvre des Belges35. Dès 1878, Beyaert lui-même se plaint que les Flamands sont en train de disparaître et qu’il régularise surtout les mariages de Français et d’autres étrangers36.

  • 37 Dans cette période, des tentatives de renaissance ont toutes échoué. Afin de revitaliser l’Œuvre d (...)
  • 38 Archives de l’Œuvre des Flamands, ADG, lettre non datée de Pycke à la baronne de Monin-Rendeux.
  • 39 Ibid., lettre du 2 mai 1881 de Beyaert à Mgr Bracq.
  • 40 Ibid., lettre du 18 janvier 1881 de Pycke à la baronne de Monin-Rendeux.
  • 41 Ibid., lettre du 1er décembre 1887 de Beyaert à Mgr Bracq.

27Ce constat est remarquable quand on sait que c’est précisément pendant cette période que la population belge flamande à Paris était à son comble. Mais apparemment, elle ne se laisse plus facilement rassembler autour des pratiques religieuses. Le phénomène apparaît déjà clairement dans les années 187037. Afin d’empêcher l’Œuvre des Flamands de disparaître, le diocèse de Gand décida en 1880 d’augmenter le nombre d’aumôniers séculiers de un à trois. Cela relança un peu les activités, mais pas structurellement. Le succès modeste de l’instruction en flamand du catéchisme est frappant. Créées pour préparer à la première communion les jeunes Flamands qui ne maîtrisaient pas le français, ces rencontres hebdomadaires recrutèrent en 1881 trois garçons et une fille38. Par conséquent, c’est la résignation qui domine dans la correspondance des années 1880. Sur le plan de l’infrastructure, l’organisation est clairement présente dans le quartier. Les curés devraient être bien connus et le complexe construit dans la rue de Charonne devrait attirer les Flamands. Malheureusement, ils ne viennent guère. Ils sont en outre de plus en plus intégrés dans le quartier et dans Paris en général. En 1881, Beyaert écrivait à son évêque que « plusieurs Flamands connaissaient assez la langue pour se confesser en français39 ». À propos du projet d’ériger une école flamande dans le quartier, la réponse du prêtre Pycke fut claire : « Je ne crois pas que ce soit utile d’ériger ici une école. Car presque tous les enfants des Flamands parlent le français40. » Et encore : « Quand il était question d’envoyer un quatrième prêtre, je me souviens d’avoir fait observer à votre Grandeur qu’il n’aurait pas trouvé d’occupation41. »

*

28Les Belges à Paris n’ont, pendant la période observée, guère formé une communauté puissante et soudée. Malgré leur nombre et malgré la concentration de leur présence dans certains quartiers, ils se sont assez vite fondus dans la société parisienne. Une raison est sûrement que les Belges eux-mêmes étaient déjà divisés au départ entre Flamands et francophones. Mais cela n’explique pas tout.

29Par rapport à Paris, les Flamands étaient plus « exotiques » que leurs compatriotes francophones. Leur langue aurait pu les unir et faire naître un sentiment d’identité. L’Œuvre des Flamands compta clairement sur l’existence de ce sentiment. Cela sembla réussir, peut-être modestement, dans les premières années, mais les événements de la Commune donnèrent un coup d’arrêt à ce développement. De plus, la population flamande ne donna priorité ni à la religion, ni au maintien d’une identité, d’ailleurs plus supposée par les élites que ressentie profondément par ses membres. Aussi, le brassage (surtout à travers le concubinage) s’installa-t-il rapidement parmi les Flamands. La seconde génération maîtrisa rapidement la langue, suffisamment pour se mélanger aux Français. En conséquence, la confrontation entre altérité et relations de proximité ne se révèle pas pertinente à l’issue de cette démarche. Une approche micro-historique centrée sur la maison, la rue ou le quartier serait sans doute plus fructueuse : les Belges se diluent dans l’espace parisien, au point de se fondre dans un voisinage où, si elles existent, les formes de l’altérité sont autres… Cette contribution n’offre qu’un début de conclusion à propos de l’histoire de l’immigration belge à Paris. Il conviendra de confirmer ou d’infirmer ces premiers résultats par une recherche plus approfondie. Nous n’avons pas encore évalué, par exemple, le voisinage dans certaines rues en utilisant les listes nominatives. L’apport de cette recherche en cours permettra d’évaluer l’importance des liens de voisinage au sein de la population flamande à Paris, afin de brosser une image nuancée de la migration belge.

Notes

1 Sur les migrations transfrontalières franco-belges, voir Firmin Lentacker, La frontière franco-belge. Étude géographique des effets d’une frontière internationale sur la vie des relations, Lille, 1974, p. 252.

2 Les Belges établis dans le faubourg Saint-Antoine sont bien décrits par Marie-Claude Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien : une histoire d’intégration (1880-1960), Rome, École française de Rome, 2000, mais plutôt comme les « prédécesseurs directs » des Italiens, qui prirent le dessus à la fin du XIXe siècle. Firmin Lentacker (La frontière franco-belge…, op. cit.) analyse quelques aspects de la population belge dans la région parisienne.

3 L’exemple de Roubaix est le plus connu. En 1886, 44,5 % de la population de Roubaix était d’origine étrangère ; presque tous étaient des Belges. Voir Chantal Petillon, La population de Roubaix. Industrialisation, démographie et société, 1750-1880, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2006, p. 91.

4 Sur la communauté italienne à Paris, voir Marie-Claude Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien…, op. cit., et Judith Rainhorn, Paris, New York : des migrants italiens (années 1880 – années 1930), Paris, CNRS Éditions, 2005.

5 Nous n’avons pas l’ambition dans cet article d’interroger véritablement la notion de communauté. Elle est ici utilisée dans son sens large comme « terme used to characterize any spontaneous, socialized human grouping […]. It includes a human group of any size whose members have a consciousness of living a common life and sharing a common destiny » (Thomas Spirza, Nationalism and Ethnicity terminology. An encyclopaedic dictionary and research guide, Golf Breeze, Academic International Press, 1999, p. 93). Autrement dit : pouvons-nous trouver de tels groupes dont la nationalité belge (ou les origines flamandes) est une variable explicative à retenir ?

6 Voir notamment la thèse, classique et toujours pertinente, de Françoise Raison-Jourde sur les Auvergnats : La colonie auvergnate de Paris au XIXe siècle, Paris, Commission des Travaux historiques, 1976, 403 p.

7 M. Poulain, M. Foulon, A. Degioanni et P. Darlu, « Flemish immigration in Wallonia and in France: patronyms as data », The History of Family, 2000, no 2, vol. 5, p. 232.

8 Nous observons plus ou moins la même évolution pour les alentours de Paris. En ce qui concerne le département de la Seine (Paris et communes de banlieue), la situation est comparable.

9 Les données principales ont été détruites lors de l’incendie de l’Hôtel de Ville pendant la Commune.

10 « Les Belges qui habitent Paris sont pauvres pour la plupart et habitent principalement les quartiers excentrés. Sur 45 649 Belges, seuls 15 374 habitent les 10 premiers arrondissements. Les autres sont répartis dans les quartiers des faubourgs » (Recensement de 1886 pour la ville de Paris). À partir de 1891, nous voyons que certains quartiers résidentiels de l’est de Paris attirent plus de femmes belges. Cela annonce la légère supériorité qu’atteindront les femmes belges dans le recensement de 1901 (13 904 hommes pour 14 020 femmes). Au tournant du siècle, les servantes belges étaient devenues un personnel domestique recherché. Voir V. Piette, « Les servantes belges à Paris », Anne Morelli (dir.), Les émigrants belges, Bruxelles, EPO, 1998, p. 79.

11 Résultats statistiques du recensement pour la ville de Paris, 1881.

12 Résultats statistiques du recensement pour la ville de Paris, 1891.

13 Selon K. Schirmacher, ce n’est qu’à partir du recensement de 1901 que les effets de la loi sont clairs : « La loi de 1889 sur la nationalité française fait que la seconde génération dans la classe ouvrière étrangère se naturalise d’elle-même : sont considérés comme français, tous les enfants d’étrangers qui naissent en France. Ils conservent, il est vrai, la faculté, à l’âge de 21 ans, d’opter pour leur pays d’origine. Il va de soi que, dans la classe ouvrière, obsédée par les soucis matériels, hostile à la paperasserie, dont elle se défie, cette option est d’autant plus rare que la loi est généralement peu connue des intéressés » (K. Schirmacher., La spécialisation du travail par nationalité à Paris, Paris, Arthur Rousseau, 1908, p. 6). Pour M.-C. Blanc-Chaléard, l’effet de la loi de 1889 joue déjà dans la période 1891-1896, ce qui est confirmé par le recensement de 1896. Les données de ce recensement montrent une forte baisse de la population belge. L’explication la plus plausible concernant cette période est que beaucoup de Belges sont devenus français. Voir M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien…, op. cit., p. 69.

14 M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien…, op. cit., p. 63.

15 « À partir du recensement de 1881, la part des Belges décline à peu près au rythme où augmente celle des Italiens » (ibid., p. 69).

16 Pour la période postérieure à la Commune, il nous manque des données à propos de la répartition femmes/hommes dans la population belge. Il reste donc possible que les résultats pour la période 1855-1869 soient dus au fait qu’il y avait une pénurie des femmes belges flamandes.

17 Registres des mariages des paroisses parisiennes, Sainte-Marguerite, 1855-1869, Archives de Paris et de l’ancien département de la Seine (désormais AP), D6J.

18 Registres des mariages des paroisses parisiennes, Sainte-Marguerite, 1880-1889, AP, D6J.

19 Registres des mariages des paroisses parisiennes, Sainte-marguerite, 1855-1869, AP, D6J.

20 Malheureusement, les archives de l’Œuvre des Flamands à Paris ne mentionnent que sporadiquement des chiffres. Nous présumons que le noyau des archives (comptes rendus, dossiers personnels, registres de catholicité,..) a été perdu lors des déménagements successifs, après 1925.

21 L’Œuvre des Allemands possédait une église et une école dans la rue Lafayette, l’actuelle église Saint-Joseph artisan. Les Jésuites allemands étaient également très actifs dans d’autres paroisses parisiennes. Pendant le Second Empire, en particulier, l’Archevêché de Paris fut très favorable à cette œuvre en raison du « danger » protestant.

22 M.J. Ascoop, « Het werk der Vlamingen bestaat honderd jaar », Godsdiestige week van het bisdom, Gent, 1962, p. 218-220. Voir aussi Claeys Bouuaert, L’Œuvre des Flamands à Paris. Un siècle d’existence, Gand, 1962.

23 Dans les discours de l’Œuvre des Flamands de cette époque, « une vie déplorable » est synonyme d’une vie sans religion.

24 Archives de l’Œuvre des Flamands, Archives diocésaines de Gand (désormais ADG), lettre du 20 mars 1865 de Beyaert à Mgr Bracq.

25 Id., lettre du 20 mars 1865 de Beyaert à Mgr Bracq.

26 Id., brochure de 1867, p. 3.

27 Id., lettre du 28 mars 1867 de Beyaert à Mgr Bracq. Voir aussi la lettre de 29 juin 1868 : « Les réunions de nos Flamands augmentent peu à peu. Surtout les dimanches, ce qui est bon signe ; ils y viennent de bon cœur. Je pense que la grande salle, die wij van ‘t koolkot hebben gemaakt (que nous avons aménagée dans la pièce à charbon), sera trop petite l’hiver prochain. »

28 L’œuvre de Saint-François-Régis s’occupait avant tout de la régularisation des mariages, en particulier des étrangers vivant en concubinage, ce qui était considéré comme la cause principale de leurs conditions de vie déplorables.

29 Archives de l’Œuvre des Flamands, ADG, Historique non daté, probablement écrit dans les années 1870 étant donnée la mention de « l’église qui s’élève à la rue de Charonne ».

30 Ibid.

31 Par exemple, Beyaert décrivait, dans une lettre du 27 décembre 1872, les Flamands parisiens comme « l’écume de la Belgique ». Archives de l’Œuvre des Flamands, ADG.

32 Ibid., lettre du 19 septembre 1873.

33 Ibid., lettre du 24 mai 1876 de Beyaert à Mgr Bracq.

34 « Je viens d’inscrire, Monseigneur, de mes mariages le no 10.000. Aucune société ne peut le croire, mais mes registres sont là pour le prouver » (ibid., lettre du 27 février 1889 de Beyaert à Mgr Bracq).

35 Ibid., note sur l’Œuvre des Flamands à Paris pour le Corps épiscopal, 1-10-1873.

36 Ibid., lettre du 17 janvier 1879 de Beyaert à Mgr Bracq.

37 Dans cette période, des tentatives de renaissance ont toutes échoué. Afin de revitaliser l’Œuvre des Flamands, les responsables tentèrent de susciter l’enthousiasme des jésuites belges. Pour des raisons diverses, ceux-ci repoussèrent l’offre de reprise, ce qui n’empêcha pas la mission flamande de prendre, durant cette période précise, des décisions radicales. À l’initiative d’une baronne et grâce aux moyens considérables de celle-ci, l’Œuvre entama la construction d’un complexe, pour que les jésuites puissent au moins s’établir dans la pratique. Las, la tentative de rapprochement avec les Rédemptoristes en 1879-1880 fut un fiasco.

38 Archives de l’Œuvre des Flamands, ADG, lettre non datée de Pycke à la baronne de Monin-Rendeux.

39 Ibid., lettre du 2 mai 1881 de Beyaert à Mgr Bracq.

40 Ibid., lettre du 18 janvier 1881 de Pycke à la baronne de Monin-Rendeux.

41 Ibid., lettre du 1er décembre 1887 de Beyaert à Mgr Bracq.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Présence numérique des Belges à Paris, 1833-1911.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 2. – Répartition des Belges pour la ville de Paris, 188111.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127824/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Figure 3. – Répartition des Belges pour la ville de Paris, 189112.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127824/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Figure 4. – Évolution de la population belge pour la ville de Paris, 1881-1891.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127824/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Tableau 1. – Mariages belges flamands dans la paroisse de Sainte-Marguerite, 1855-186917.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127824/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Graphique 1. – Proportion de mariages belges flamands dans la paroisse Sainte-Marguerite, 1855-1869.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127824/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Figure 5. – Mariage et réseau de témoins, 1882.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127824/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteur

Doctorant en histoire et chargé de recherche au Kadoc (Centre de documentation et de recherche – Religion – Culture – Société), Katholieke Universiteit Leuven (Belgique).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540