Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Troisième partie. Se replier, ériger des frontières

Les « Polaks » et les « Sang et Or » : une lecture sportive de la relation aux étrangers dans une ville minière

Marion Fontaine

Texte intégral

  • 1 Nicolas Bancel et Pascal Blanchard, « L’intégration par le sport ? Quelques réflexions autour d’un (...)
  • 2 Voir par exemple le documentaire télévisé réalisé par Richard Berthollet, Du fond à la lumière (co (...)
  • 3 Cet article s’appuie sur les recherches effectuées dans le cadre de ma thèse de doctorat. Marion F (...)

1Le sport, en particulier le football, ce loisir né de la civilisation urbaine et industrielle, passe pour rapprocher les différents groupes qui évoluent dans la ville, quels que soient les caractères territoriaux, sociaux ou nationaux de ces groupes. Facteur de rapprochement et de réunion au sein des équipes1, il l’est aussi par le biais du spectacle, lorsque les différentes composantes d’une même localité se rassemblent dans le creuset des stades. À l’échelle du Nord-Pas-de-Calais, le Racing Club de Lens (RCL), le club de football de la capitale du bassin minier durant le XXe siècle, pourrait constituer le symbole de cette fusion sportive2. Son équipe passe pour avoir naturellement intégré les différentes vagues migratoires qui ont peuplé le bassin, en particulier les Polonais ; son stade, le stade Félix-Bollaert, a été érigé en un centre au sein duquel se côtoyaient les différentes parties de la population lensoise, communiant dans le soutien à l’équipe des « Gueules noires ». Mais cette image est irénique, un peu trop commode peut-être. Elle demande à être creusée, au-delà du seul cas du RCL, en observant le rôle exact des groupements sportifs, qu’ils soient tournés vers la pratique ou le spectacle, dans la ville3. L’enjeu est, en d’autres termes, de questionner les sociabilités adossées à un support sportif, dans le cadre plus large des relations qui tissent la vie de Lens.

  • 4 Philippe Ariès, « Au Pays noir, la population minière du Nord-Pas-de-Calais », Histoire des popula (...)
  • 5 Yves Le Maner, Du coron à la cité. Un siècle d’habitat minier dans le Nord-Pas-de-Calais, 1850-195 (...)
  • 6 Ces relations ne sont pas propres à Lens, même si la taille de la ville les accentue, et se retrou (...)
  • 7 Tous gueules noires. Histoire de l’immigration dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, Leward (...)
  • 8 Janine Ponty, Polonais méconnus, Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-gu (...)
  • 9 Didier Witrant, Les étrangers aux Compagnies de Lens et d’Aniche dans l’entre-deux-guerres (1920-1 (...)
  • 10 Voir sur ce point la contribution de Nicolas Mariot et Claire Zalc au présent volume.

2De fait, celle-ci infirme les représentations monolithiques qui sont souvent accolées aux villes industrielles, et plus encore dans le contexte des Mines4. Loin de constituer un ensemble homogène, strictement articulé au groupe des « Gueules noires », Lens est au contraire fracturée et diverse. D’un côté, il y a les cités5. Bâties au XIXe siècle à la périphérie, au fur et à mesure de l’ouverture des fosses, ces enclaves sont contrôlées sous bien des aspects (logement, infrastructures, santé, éducation, loisirs, etc.) par les représentants de la Société des mines de Lens. De l’autre, il y a le centre, le noyau originel de la ville avant le commencement de l’exploitation du charbon. Ce centre, circonscrit à un espace restreint et enserré par les cités, abrite les « vieilles familles » lensoises et plus généralement une population spécialisée dans le commerce et les services, qui demeure en partie étrangère au monde minier. Les relations6 entre ces espaces et à l’intérieur de ces espaces ne vont pas sans tensions, tensions qui prennent une nouvelle dimension avec l’arrivée, au cours des années vingt, d’une importante vague migratoire7, dans le contexte de la reconstruction de la ville et des mines. Comme partout ailleurs dans le bassin, ces flux sont en grande partie composés par des Polonais8 qui s’installent dans les cités. On trouve aussi, du fait de la politique spécifique de la compagnie en la matière9, un grand nombre de Yougoslaves et même une minorité juive, venue dans le sillage des Polonais et qui développe une activité commerciale à partir du centre-ville10.

3Cette vague migratoire survient au moment où le développement des sports athlétiques s’accélère et concurrence les activités physiques plus anciennes, comme la gymnastique. Ces nouvelles sociabilités sportives s’insèrent alors dans les relations d’altérité et de proximité qui organisent l’espace urbain, relations elles-mêmes transformées par l’installation d’immigrés qui font d’abord pleinement figure d’étrangers au monde lensois.

Sociabilités sportives et logiques d’exclusion

  • 11 Olivier Chovaux, 50 ans de football dans le Pas-de-Calais. Le temps de l’enracinement (fin XIXe-19 (...)
  • 12 Voir les premières pages de l’album édité par le club en 1956 : Services de Communication du group (...)
  • 13 Archives municipales de Lens (désormais AML), 4 W no 6, Statuts du RCL (1922).

4Si l’on jette un regard sur la situation des années vingt, il semble à première vue que les activités physiques, loin de précipiter une quelconque forme de rapprochement, approfondissent au contraire les divisions qui structurent le monde lensois. Ainsi, le RCL, fondé en 1906 et reconstitué après la guerre, n’a initialement rien du club des « Polaks » et des « Gueules noires » ; il se définit davantage comme celui des « établis » de Lens, des élites du centre-ville11. L’association vise avant tout à rassembler des égaux, unis par des affinités territoriales, sociales et culturelles, et à entretenir ces affinités. Les équipiers sont bijoutier, instituteur, receveur municipal, commerçant, cafetier, menuisier ; ils se retrouvent au stade municipal et surtout dans les cafés du centre-ville12. La société est tout entière une forme de distinction pour ces petits notables, qui entendent se différencier des cités voisines, tant par le choix d’un sport encore nouveau, le football, que par le raffinement des procédures qui gouvernent la vie interne du Racing. L’admission des nouveaux sociétaires comporte encore, dans les statuts de 192213, des éléments de cooptation, avec la présentation des impétrants par des « parrains », choisis parmi les adhérents les plus anciens.

  • 14 Claude Dubocage, Souvenirs d’un supporter, dactylographié, 1987 (je remercie les dirigeants du RCL (...)
  • 15 Norbert Elias et John. L. Scotson, Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997, p. 36-38, p. 66-6 (...)

5La vie collective du premier RCL s’incarne dans ces procédures autant que dans les matchs, dans les réunions amicales et les délimitations byzantines des fonctions du trésorier, du capitaine et du président, autant que dans les commentaires et les tournées de la troisième mi-temps. Cette vie collective se fonde sur le partage d’un passé et d’un présent commun à tous les membres, celui de Lens sans les Mines ou avant les Mines. Tout le dit : depuis le choix des couleurs (sang et or, en souvenir du temps où Lens était espagnole, au XVIIe siècle) jusqu’aux anecdotes qui circulent à l’intérieur du club et évoquent aussi bien les liens de parenté, de voisinage, de sociabilité professionnelle qui font la vie du centre, que le récit épique des premiers déplacements à Paris14. En ce sens, le club de football vise à renforcer la cohésion d’un groupe réuni par son ancienneté dans un lieu contre ceux qui sont considérés comme des nouveaux et des intrus15, c’est-à-dire les ouvriers des cités. Si les vieilles familles du centre-ville ont dû accepter l’invasion du charbon et pour beaucoup en vivent, elles continuent, dans leur vie quotidienne, à entretenir des relations qui excluent les mineurs et les étrangers en général. Le Racing renforce au départ ces relations et par conséquent ce processus d’exclusion.

  • 16 Milan Vulic, Le cabaret, le bistrot, lieu de la sociabilité populaire dans le bassin houiller du N (...)
  • 17 Richard Holt, « Working class football and the city: the problem of continuity », British Journal (...)
  • 18 Sur ces associations, Archives départementales du Pas-de-Calais (désormais ADPC), T supp. 145 ; T (...)

6Dans ces conditions, les associations créées dans les cités prennent des formes relativement différentes de celles du centre, et n’entretiennent guère de relations avec ces dernières. Cependant, elles opèrent de la même manière dans le sens d’un renforcement de la frontière, cette fois celle qui s’établit entre les mineurs les plus anciennement installés et les immigrés. Dans ces quartiers sur lesquels la hiérarchie minière conserve la haute main, les sociétés tournées vers les loisirs restent très encadrées, en particulier dans le domaine des activités physiques. Si l’on trouve en effet dans les cafés16, qui abritent une sociabilité moins exposée à la mainmise patronale, les groupements les plus variés, allant des amicales de colombophiles aux acteurs amateurs en passant par les sociétés de libre-pensée, on n’y voit pas encore de clubs sportifs ou d’équipes semblables à celles qui s’ancrent dans les pubs britanniques17. L’organisation des activités physiques demeure placée dans l’entre-deux-guerres sous la houlette de la compagnie, notamment parce que celle-ci contrôle, dans les espaces privatisés que sont les cités, l’accès aux terrains. Les mineurs n’ont donc pour seule option que les sociétés dirigées parfois par les ingénieurs et les contremaîtres, plus souvent par les instituteurs des écoles primaires privées, elles aussi financées par la compagnie18. Ces sociétés, créées à la fin du XIXe siècle, portent le nom de leur cité (Saint-Pierre, Saint-Théodore, Saint-Édouard, etc.). Si elles commencent à s’orienter vers les sports athlétiques (surtout le football et le basket), elles conservent leur finalité première : la gymnastique et la préparation militaire.

7Cette coloration militaire et patriotique contribue à tenir à l’écart les nouveaux arrivants. Le sous-préfet de Béthune, dans un rapport consacré à l’admission éventuelle des migrants dans ces associations, s’oppose nettement à cette ouverture. Il ajoute :

  • 19 ADPC, T supp. 272, lettre du préfet du Pas-de-Calais au commissaire de la guerre, 21 août 1925.

« Les présidents des sociétés que j’ai consultés s’opposent tous à cette admission. Ils estiment à juste titre que l’élément étranger amène la discorde et l’affaiblissement des sentiments de devoir dont sont dotés très heureusement les gens qui fréquentent ces sociétés19. »

  • 20 Janine Ponty, Polonais méconnus…, op. cit., p. 162-169.
  • 21 ADPC, 1Z 1017, rapport du sous-préfet de Béthune sur les clubs composant la PZPN (Fédération polon (...)

8On décèle ici, avant même la crise des années trente, une xénophobie latente, touchant aussi bien les présidents des sociétés qu’une administration préfectorale qui considère que les immigrés, en particulier les Polonais, sont « inassimilables ». Cette xénophobie, qui renforce le caractère relativement fermé des sociétés de cité, au moins du côté de leurs activités les plus traditionnelles, ne fait qu’inciter davantage les immigrés à fonder leurs propres associations. Le phénomène est certes moins visible à Lens qu’ailleurs dans le bassin20, en raison de la plus grande dispersion et de la plus grande hétérogénéité de la population étrangère. Reste que l’on observe bel et bien la formation, à l’initiative de certains immigrés polonais ou yougoslaves, d’abord de Sokols, sociétés spécialisées dans la pratique de la gymnastique, à la cité de la fosse 2 et à celle de la fosse 12. Un peu plus tard, entre la fin des années vingt et le début des années trente, naissent trois clubs de football : la Gwiazda toujours à la cité de la fosse 12, l’Urania à la cité de la fosse 4, et le Rapid à la cité de la fosse 9. Les trois clubs se fondent sur les relations de proximité territoriale (les membres habitent en général dans quelques rues adjacentes) existant entre des mineurs qui souhaitent pratiquer un sport dans un cadre qui leur soit propre, en l’occurrence celui de la Fédération polonaise de football (PZPN)21.

  • 22 Janine Ponty, Polonais méconnus…, op. cit., p. 167.
  • 23 ADPC, 1Z 1017.
  • 24 Janine Ponty, Polonais du Nord, op. cit., p. 42.

9On voit donc ici se dessiner une « ségrégation ludique22 » entre Français et étrangers, une ségrégation qui concerne l’ensemble du bassin lensois. Sans doute relève-t-elle en partie d’un désir propre des immigrés, en particulier des Polonais, qui se placent à cette date dans la perspective d’un retour rapide au pays. Sokols et clubs de football s’inscrivent dans la volonté d’entretenir le sentiment national des adhérents, tout en limitant les contacts avec les Français, auxquels d’ailleurs la plupart de ces associations ne sont pas ouvertes (la possession de la nationalité polonaise est une obligation explicitement présente dans les statuts)23. Cependant, cette ségrégation relève aussi d’un rejet de la part du monde minier, un rejet marqué aussi bien dans les sociétés des cités que dans la sociabilité quotidienne. Les Polonais et les Yougoslaves apparaissent comme des étrangers, tant par leur langue, leur religiosité (dans le cas des Polonais) que par leurs mœurs jugées inhabituelles. Les « Polaks » sont traités de « boches » (une partie d’entre eux a commencé à travailler dans la Ruhr et parle allemand), mais aussi de « culs-bénits » ou de « curetons » comme les ingénieurs et les employés des Mines24. Leur différence nourrit une stigmatisation qui renforce leur exclusion de la vie ludique des quartiers ouvriers. Les sociabilités sportives viennent ainsi à nouveau alimenter la séparation entre « établis » et « marginaux », à l’intérieur des cités cette fois.

Le football comme forme de rapprochement ?

10On aurait tort pourtant de vouloir figer une situation qui, au cours du moment charnière que constituent les années trente et quarante, se modifie au contraire très vite. Ce mouvement s’explique à la fois pour des raisons sociales, politiques et pour des raisons sportives, celles-ci liées notamment à la diffusion croissante du football, à son ouvriérisation en réalité. Il ne s’agit pas alors de mettre en avant les valeurs d’intégration prêtées de manière abstraite à ce sport, mais d’analyser pourquoi, en pratique, les relations qui se nouent autour du football peuvent donner lieu à des processus de rapprochement, même si ceux-ci demeurent ambivalents.

11Les rapports que sous-tendent les activités physiques les plus répandues jusque-là, en particulier la gymnastique, et le sport encore nouveau qu’est le football ne sont en effet pas tout à fait identiques. La gymnastique est ainsi presque systématiquement organisée dans le cadre d’une association formellement déclarée. Cet encadrement contribue à en faire un support potentiel pour la revendication d’une véritable spécificité nationale, non seulement à travers les types d’exercice ou de productions collectives mises en œuvre, mais aussi grâce aux drapeaux, bannières et autres uniformes qu’arborent les gymnastes lors des défilés ou des spectacles. Cet aspect est particulièrement marqué du côté des Sokols, qui s’inscrivent dans le cadre d’un mouvement international reposant sur l’affirmation d’une appartenance culturelle au monde slave.

  • 25 Olivier Chovaux, 50 ans de football, op. cit., p. 307-309.
  • 26 Voir l’exposé de son parcours dans Notre Mine. Journal du groupe de Lens, décembre 1949.
  • 27 La Tribune des mineurs, 30 novembre 1935. Le Réveil du Nord, 10 octobre 1937.

12Les choses sont beaucoup plus ambiguës du côté du football. Celui qui est pratiqué au sein de la PZPN est bien censé refléter et venir renforcer l’appartenance polonaise des joueurs, mais l’affirmation d’une spécificité est ici beaucoup moins évidente. Les règles du jeu sont les mêmes dans les clubs de la PZPN et ceux de la FFFA (Fédération française de football association), sauf que les premiers disposent d’un vivier de recrutement plus étroit et surtout d’opportunités bien moindres en terme de rencontre. Les clubs de la PZPN, plus éloignés des finalités patriotiques qui marquent les Sokols, peinent donc à s’affirmer comme les porteurs d’une véritable singularité polonaise. Ils connaissent une attractivité relativement faible et sont rapidement concurrencés, au fur et à mesure que les migrants s’initient au football, par les clubs de la FFFA25 ou ceux de la FSGT (Fédération sportive et gymnique du travail, liée au mouvement ouvrier, notamment à sa branche communiste). Des footballeurs inscrits initialement à la Gwiazda, tel Charles Sekera26, trouvent ainsi plus commode, dès les années trente, de rejoindre l’Union sportive ouvrière lensoise (USOL), affiliée à la FSGT. Il est vrai que l’équipe de football de cette société omnisports joue alors dans l’un des deux stades municipaux, celui qui jouxte la cité de la fosse 9 où habite Charles Sekera avec nombre de Polonais. Dès cette date, l’USOL leur fait une large place, au moins dans ses sections de sports athlétiques27. Cette rencontre découle sans doute de l’engagement encore minoritaire de certains de ces immigrés au sein du mouvement ouvrier français, et des premiers effets des liens de voisinage. L’appartenance au quartier commence à supplanter la distinction entre anciens habitants et nouveaux arrivants.

  • 28 Voir le portrait des « footballeurs de la place Balzac (cité de la fosse 9) » dans Notre Mine, no (...)
  • 29 Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, « L’immigration dans le football », Vingtième Siècle. Revue d’Hi (...)
  • 30 Archives nationales du monde du travail (Roubaix), 1994 057 0015, Répertoire des joueurs de l’Asso (...)

13Les caractères propres de la diffusion du football influencent considérablement ce mouvement. À l’inverse de la gymnastique, celui-ci se développe en effet en partie de manière informelle. Enfants et jeunes gens trouvent, dans les places, mais aussi dans les rues, des lieux pour jouer au ballon ou organiser des matchs improvisés, le jeudi, le dimanche, en fin d’après-midi. Les équipes atteignent rarement le « onze » réglementaire et les joueurs permutent pour s’opposer dans d’interminables parties, où le plaisir du jeu, de la dépense physique, du but marqué, de la belle passe, entrent pour une part essentielle. Les traces qu’ont laissées ces parties sont évanescentes, mais elles ont certainement beaucoup compté dans l’ouvriérisation du football, dans son enracinement au sein des quartiers ouvriers28. Elles s’intègrent progressivement aux pratiques informelles qui, de la fréquentation des cafés aux bavardages entre voisines, subvertissent les espaces ordonnés et en apparence immobiles que sont les cités. Cette découverte du football concerne aussi bien les jeunes Français, que la première génération des enfants d’immigrés nés, ou pour le moins élevés et scolarisés en France. L’initiation commune à ce sport constitue dans ce contexte une forme de rapprochement, en permettant notamment aux jeunes étrangers de retourner le stigmate qui les caractérise aux yeux de leurs camarades : ne plus être signalés pour l’étrangeté de leur patronyme ou les pratiques jugées incongrues de leurs parents, mais pour leur talent de buteur ou de passeur, leur capacité à marquer29. Le football de rues donne, sous cet angle, les clefs d’un effacement de la frontière entre Français et étrangers dans les cités, en fondant la réunion des joueurs sur la seule base des affinités territoriales. Le phénomène est déjà bien visible dans les clubs de certaines villes, par exemple à l’Association Sainte-Barbe30 à l’est du bassin, où l’équipe affiliée à la FFFA reflète la part importante prise par la population d’origine immigrée au sein des quartiers ouvriers d’Oignies ou d’Ostricourt. Sauf le cas de l’USOL, le même phénomène est encore malaisé à repérer dans le cadre de Lens, en raison, et de la plus grande hétérogénéité de la population, et du maintien des sociétés de cité tournées vers les activités physiques traditionnelles.

  • 31 Voir sur ce point le témoignage d’Augustin Viseux, Mineur de fond : fosses de Lens, soixante ans d (...)
  • 32 Joël Michel, « La Seconde Guerre mondiale et l’évolution de la communauté polonaise du Nord de la (...)
  • 33 Gérard Dubar et alii, « Sociabilités et changement social », op. cit., p. 379-400.

14De fait, il faut attendre l’après-guerre pour voir naître officiellement à Lens des équipes de football représentant une communauté de voisinage et manifestant publiquement le rapprochement entre Français et étrangers à l’échelle des cités. Cette naissance est liée à des éléments proprement sportifs ; elle s’inscrit par ailleurs dans le contexte de la grande effervescence sociale qui accompagne la nationalisation des compagnies minières en 1944 et se poursuit jusqu’aux grèves de 1947-1948. L’ouvriérisation du football, l’un des seuls loisirs tolérés par les autorités allemandes durant l’Occupation, s’accélère encore dans des quartiers qui sont alors en ébullition. D’un côté, l’enthousiasme né de la Libération et surtout de la nationalisation précipite le rapprochement entre ouvriers français et immigrés, le syndicat CGT des mineurs s’ouvrant largement à ces derniers. De l’autre, les relations entre habitants des quartiers sont sous très haute tension. Les nouveaux délégués des mineurs, enclins parfois à jouer aux maires dans des cités qui, pour certaines, prennent l’allure de soviet31, dénoncent les privilèges (logement) accordés aux employés, contremaîtres, instituteurs ou prêtres, des anciennes compagnies. Les Polonais32 se déchirent, jusque dans les familles, entre partisans du nouveau régime communiste de Varsovie et tenants d’une Pologne traditionnellement catholique. Les tensions culminent en 1947-1948, sur fond d’affrontements physiques et verbaux exacerbés. Les délégués des cités interdisent l’octroi de tickets de ravitaillement aux non-grévistes, brisent les vitrines des cafetiers qui abritent les sections du nouveau syndicat FO. C’est pour finir l’ensemble des habitants qui reste durablement marqué33 par des grèves qui se terminent par l’intervention de l’armée, des soldats et des chars dans les cités.

  • 34 ADPC, M. 6915. Artois-Sports, 11 mars 1947. La Tribune des Mineurs, 16 août, 13 septembre 1947.
  • 35 AML, 4 W no 5, lettre du 29 décembre 1947. La Tribune des Mineurs, 24 mai, 15 novembre 1947.
  • 36 Siegfried Gehrmann, « Football in an industrial region: the example of Schalke 04 Football Club »,(...)

15C’est au cœur de cette ébullition que s’inscrit l’ouvriérisation du football, une ouvriérisation beaucoup plus libre de trouver sa traduction, puisque la nationalisation abolit le carcan des anciennes associations contrôlées par la compagnie. À la cité de la fosse 7, située sur le territoire de la petite ville de Wingles, ce n’est plus une, mais quatre équipes de football que l’on trouve désormais34 et qui reflètent les rivalités nouvelles ou anciennes, internes à la cité : ouvriers du jour contre ouvriers du fond, fidèles de l’équipe auparavant patronnée par la compagnie contre membres de la nouvelle équipe de la CGT. À la cité de la fosse 11, on observe un processus inverse d’unification. En 1945 se constitue, sous la houlette d’un immigré serbe, Jean Kravanja, une équipe de football, l’USOL-fosse 11, qui rassemble officiellement toutes les composantes de la cité, prend possession du stade bâti par la compagnie et s’installe dans un café polonais, épaulée par une microsociété de supporters, qui emménage au même endroit35. La proximité entre le lieu de travail, le lieu de vie, le siège et le stade de la cité resserre les relations entre les joueurs et les supporters et renforce la spécificité d’une équipe qui incarne le 11 de Lens, dans sa diversité, mais aussi dans ce qui la rapproche : affinités territoriales (les joueurs, les supporters sont voisins, parents et travaillent pour la plupart à la fosse 11), sociales et politiques (l’équipe est affiliée à la FSGT, fédération sportive ouvrière proche du Parti communiste et du syndicat des mineurs). L’équipe devient ainsi le creuset de la cité en renforçant le sentiment de communauté entre tous ceux qui sont du quartier36. La frontière se déplace : désormais les « rouges du 11 », qu’ils soient français ou étrangers, se définissent, à travers le football, en se distinguant des cités voisines aussi bien que du centre-ville.

  • 37 Bernard Woltmann, « Le sport dans les milieux ouvriers polonais en France après la Seconde Guerre (...)

16En ce sens, ce type d’équipe de football, en devenant le nouveau support d’une communauté de voisinage, établit des relations de proximité sportive qui diminue le poids de certaines formes d’altérité à l’échelle de la cité, tout en traduisant d’autres types de divisions. Même si cette ébullition sportive et associative s’éteint après 1948, ce mouvement demeure manifeste par la suite à Lens et ailleurs. Les clubs sont désormais ceux des quartiers et les associations de football spécifiquement polonaises disparaissent pour la plupart au cours des années cinquante37.

Les joueurs du « club des Gueules noires » au sein des cités

17L’investissement croissant du football par la population ouvrière participe donc à l’effritement de la frontière entre Français et étrangers. Ce phénomène finit par avoir un impact sur le RCL, à travers le rapprochement entre le club et les cités d’une part, entre les différentes composantes de ces cités par le biais du soutien à l’équipe de l’autre.

  • 38 Olivier Chovaux, « Football minier et immigration. Les limites de l’intégration sportive dans les (...)
  • 39 Grégory Frackowiak, « Théodore Szkludlapski dit Théo… », op. cit., p. 367-391. De manière plus gén (...)

18En réalité, le statut du club commence à changer dès 1934 : la société amicale des « établis » du centre-ville devient un club professionnel, tourné vers la production d’un spectacle et placé directement sous l’égide de la Compagnie des mines de Lens. Cependant, durant les années trente, les nouveaux dirigeants du RCL privilégient, en matière de recrutement, une immigration sportive38 : Autrichiens ou Hongrois recrutés selon les règles du nouveau marché européen des joueurs professionnels. Le club, en raison des moyens dont il dispose, reflète finalement beaucoup moins la diversité de la population ouvrière du bassin que des formations plus modestes comme celle d’Oignies. Ce n’est qu’à partir de la fin des années quarante qu’il se tourne vers un recrutement plus local et que l’équipe lensoise devient plus représentative de la population du bassin, en puisant largement dans le vivier des enfants d’immigrés polonais (Myriam Wisniewki, Théodore Szkludlapski, Stephan Ziemczak, etc.), formés dans leur écrasante majorité dans les clubs de la FFFA39.

  • 40 Catherine Carpentier-Bogaert, Didier Demazières Yves Maerten, William Nuytens et Pascal Roquet, Le (...)
  • 41 Sur la structuration du supporterisme lensois durant les années cinquante, voir l’Album du Cinquan (...)
  • 42 Richard Holt, « Working class football and the city… », op. cit., p. 15-17.

19Ce changement atteste l’investissement croissant du football par la population ouvrière ; il contribue à renforcer l’identification du peuple des cités de Lens à son équipe, identification dont témoigne la progression du « supporterisme40 ». Désormais, ce n’est plus seulement la pratique, mais aussi le spectacle du football qui constitue l’un des supports de la vie collective. Les sections du Supporters Club lensois (SCL) s’organisent en effet sur la base des cités et ont pour finalité de prolonger, sur le plan sportif, les liens territoriaux et sociaux tissés à l’échelle de ces quartiers, des liens qui incluent les Français aussi bien que les étrangers. Quelques sections sont d’ailleurs présidées par des immigrés polonais, qui, pour certains, sont d’anciens responsables des clubs affiliés à la PZPN41. En ce sens, le RCL fonctionne bien, non plus comme une association reposant sur une logique d’exclusion, mais comme un facteur de rapprochement, à l’échelle du quartier mais aussi de la ville. De fait, en soutenant un club en passe d’être consacré comme celui des « Gueules noires », les supporters manifestent à la fois leur sentiment d’être d’un quartier, en se réunissant dans le stade par section, c’est-à-dire par cité, et leur fierté d’appartenir à Lens, en investissant périodiquement les jours de match le centre de la capitale du pays noir42.

  • 43 Cette protestation est mentionnée dans une lettre envoyée par le maire de Lens, Ernest Schaffner, (...)

20En s’enracinant au cœur des « petites patries » minières, le club dévoile cependant certains aspects moins idylliques de la vie de ces quartiers, où le chaud cocon des rapports de voisinage peut se muer très vite en tyrannie des proximités. Les « Polonais » du RCL en savent quelque chose. Ces jeunes gens, fils d’immigrés et de mineurs, recrutés par le club à l’échelle du bassin tout entier, habitent alors dans les cités. Beaucoup d’entre eux partagent en effet leur temps entre le football et un emploi dans les services du jour du groupe de Lens des Houillères nationales, emploi qui leur confère tous les droits attachés au statut du mineur, dont le logement gratuit. Ce statut semi-professionnel les place dans une situation paradoxale. Admirés et reconnus en raison de leur rôle de représentants sportifs des « Gueules noires », ils sont aussi l’objet de tous les commérages et de l’envie du voisinage, en raison des privilèges que leur confère l’institution minière. Leur origine ouvrière et étrangère entretient l’identification entre les mineurs et « leur » équipe ; simultanément, elle rend encore plus visible les avantages dont ils bénéficient et qui alimentent les rumeurs du quartier. On les accuse régulièrement de paresser dans les bureaux ou de profiter de leur statut officiel de mineur, par exemple en obtenant de faire leur service militaire sur place, au lieu de partir en Algérie43.

  • 44 De tels phénomènes s’observent dans certaines équipes de la Ruhr, voir Rolf Linder et Heinrich Th.(...)

21Les joueurs ne peuvent justifier ces privilèges qu’en en rendant compte sur le terrain et surtout en acceptant de se prêter, de bonne grâce, à la surveillance constante qu’exerce sur eux le quartier44, dans les tribunes du stade et dans la vie quotidienne. L’un d’entre eux, Stephan Ziemczak, décrit la lassitude qui naît devant cette pression constante :

  • 45 Cité par Grégory Frackowiak, « Théodore Szklduplaski dit Théo », op. cit., p. 373.

« À Lens, on avait la chance et la malchance d’être du pays. Au stade ou à la maison, on voyait toujours les mêmes. Le voisin, il allait au match, le gars d’en face, il allait au match, le gars qui était à la mine avec mon père, il allait au match. Vous ne sortiez jamais de l’environnement, j’étais le fils de mon père, mais aussi celui du voisin. Vous aviez toujours l’impression de leur devoir quelque chose45. »

  • 46 Liberté, 5 juin 1956 ; Nord Matin, 31 décembre 1957.

22Si certains joueurs, qui ne sont d’ailleurs pas forcément les plus proches du monde minier (ainsi le gardien Georges Duffuler, originaire de Dunkerque) s’accommodent de cette pression, d’autres n’y parviennent jamais et sont en permanence l’objet de commentaires qui aboutissent parfois à leur éviction de l’équipe. Stephan Ziemczak et Théodore Szkludlapski se voient reprocher leurs multiples expéditions nocturnes, autant que leur tendance à se « pavaner », à prendre des grands airs sur le terrain46. Ils finissent par quitter le club, sans pouvoir faire ailleurs la carrière qui leur semblait ouverte. La proximité entre les joueurs et les habitants des cités fonde le rôle du club comme facteur de cohésion à l’échelle des quartiers et de la ville ; mais elle dévoile aussi, sous une autre forme, les tensions qui peuvent survenir en raison d’une altérité, sportive ici, une altérité que la proximité rend manifeste et qui doit être en permanence justifiée aux yeux du quartier.

*

23C’est bien dire que les sociabilités sportives n’ont pas, par nature, un rôle intégrateur et pacificateur, pas plus qu’elles n’ont vocation à l’exclusion. Elles demandent au contraire, loin de tout préjugé concernant leur signification essentielle, à être analysées dans leur fonctionnement, comme dans leur mouvement, en fonction d’un contexte qui n’est pas seulement sportif. De la croissance du football aux structures contemporaines du « supporterisme », elles offrent alors une façon de lire les rapports d’affrontement ou de rapprochement qui tissent la trame du jeu, mais forgent aussi la matière de la vie urbaine.

Notes

1 Nicolas Bancel et Pascal Blanchard, « L’intégration par le sport ? Quelques réflexions autour d’une utopie », Migrance, no 22, 2e trimestre 2003, p. 40-49.

2 Voir par exemple le documentaire télévisé réalisé par Richard Berthollet, Du fond à la lumière (coproduction France 3/Racing Club de Lens), 2006.

3 Cet article s’appuie sur les recherches effectuées dans le cadre de ma thèse de doctorat. Marion Fontaine, Les « Gueules noires » et leur club. Sport, sociabilités et politique à « Lens les Mines » (1934-1956), thèse pour le doctorat d’histoire, Paris, École des hautes études en sciences sociales, décembre 2006, p. 792, vol. 2.

4 Philippe Ariès, « Au Pays noir, la population minière du Nord-Pas-de-Calais », Histoire des populations françaises, Paris, Seuil, 1971, p. 69-118.

5 Yves Le Maner, Du coron à la cité. Un siècle d’habitat minier dans le Nord-Pas-de-Calais, 1850-1950, Lewarde, Centre historique minier de Lewarde, coll. « Mémoires de Gaillette », 1995.

6 Ces relations ne sont pas propres à Lens, même si la taille de la ville les accentue, et se retrouve ailleurs dans le bassin minier. Voir sur ce point, Claude Dubar, Gérard Gayot et Jacques Hédoux, « Sociabilité et changement social à Sallaumines et à Noyelles-sous-Lens », Revue du Nord, no 253, avril-juin 1982, p. 365-371, 374-375. Par ailleurs, ces relations ne sont pas sans analogies avec ce que l’on observe dans d’autres villes industrielles, voir par exemple Daniel Jalla, « Le quartier comme territoire et comme représentation : les “barrières” ouvrières de Turin au début du XXe siècle », Le Mouvement Social, no 118, janvier-mars 1982, p. 79-97.

7 Tous gueules noires. Histoire de l’immigration dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, Lewarde, Centre historique minier, coll. « Mémoire de Gaillette », no 8, 2004 ; Judith Rainhorn (dir.), Histoire et mémoire des immigrations dans le Nord-Pas-de-Calais, XIXe-XXe siècle, Rapport final rédigé dans le cadre de l’appel d’offres de l’Acsé, « Histoire et mémoire des immigrations en régions », Lille, Ifrési, mai 2007.

8 Janine Ponty, Polonais méconnus, Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988.

9 Didier Witrant, Les étrangers aux Compagnies de Lens et d’Aniche dans l’entre-deux-guerres (1920-1932), Aspect économique et sociologique, mémoire de maîtrise, Lille III, 1991.

10 Voir sur ce point la contribution de Nicolas Mariot et Claire Zalc au présent volume.

11 Olivier Chovaux, 50 ans de football dans le Pas-de-Calais. Le temps de l’enracinement (fin XIXe-1940), Arras, Artois presses université, 2001, p. 21-85.

12 Voir les premières pages de l’album édité par le club en 1956 : Services de Communication du groupe de Lens-Liévin des Houillères nationales, Album du Cinquantenaire, Lens, Grands Bureaux du groupe de Lens-Liévin, 1956.

13 Archives municipales de Lens (désormais AML), 4 W no 6, Statuts du RCL (1922).

14 Claude Dubocage, Souvenirs d’un supporter, dactylographié, 1987 (je remercie les dirigeants du RCL de m’avoir permis de consulter ce tapuscrit). Né autour de 1907, Claude Dubocage est menuisier à Lens ; il termine sa carrière et prend sa retraite à Paris. Joueur au RCL au début des années vingt, il est ensuite chroniqueur pour le magazine du club, Sang et Or, entre la fin des années quarante et les années soixante. Ses Souvenirs fourmillent de renseignements sur la vie interne du club, perçue ici à travers le regard d’un supporter qui n’a rien d’un mineur.

15 Norbert Elias et John. L. Scotson, Logiques de l’exclusion, Paris, Fayard, 1997, p. 36-38, p. 66-68.

16 Milan Vulic, Le cabaret, le bistrot, lieu de la sociabilité populaire dans le bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais (1750-1985), thèse d’histoire, Lille III, 1990, p. 205-312.

17 Richard Holt, « Working class football and the city: the problem of continuity », British Journal of Sports History, vol. 3, no 1, mai 1986, p. 9-10.

18 Sur ces associations, Archives départementales du Pas-de-Calais (désormais ADPC), T supp. 145 ; T supp. 272 ; M. 2223.

19 ADPC, T supp. 272, lettre du préfet du Pas-de-Calais au commissaire de la guerre, 21 août 1925.

20 Janine Ponty, Polonais méconnus…, op. cit., p. 162-169.

21 ADPC, 1Z 1017, rapport du sous-préfet de Béthune sur les clubs composant la PZPN (Fédération polonaise de football en France), automne 1939.

22 Janine Ponty, Polonais méconnus…, op. cit., p. 167.

23 ADPC, 1Z 1017.

24 Janine Ponty, Polonais du Nord, op. cit., p. 42.

25 Olivier Chovaux, 50 ans de football, op. cit., p. 307-309.

26 Voir l’exposé de son parcours dans Notre Mine. Journal du groupe de Lens, décembre 1949.

27 La Tribune des mineurs, 30 novembre 1935. Le Réveil du Nord, 10 octobre 1937.

28 Voir le portrait des « footballeurs de la place Balzac (cité de la fosse 9) » dans Notre Mine, no 2, avril 1949. Voir aussi Grégory Frackowiak, « Théodore Szkudlapski dit “Théo”. Essai de biographie d’un galibot footballeur », Revue du Nord, no 355, avril-juin 2004, p. 369.

29 Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, « L’immigration dans le football », Vingtième Siècle. Revue d’Histoire, no 26, mai-juin 1990, p. 92.

30 Archives nationales du monde du travail (Roubaix), 1994 057 0015, Répertoire des joueurs de l’Association Sainte-Barbe d’Oignies pour 1941-1942.

31 Voir sur ce point le témoignage d’Augustin Viseux, Mineur de fond : fosses de Lens, soixante ans de combat et de solidarité, Paris, Pocket, coll. « Terre humaine », 1994, p. 382-400.

32 Joël Michel, « La Seconde Guerre mondiale et l’évolution de la communauté polonaise du Nord de la France », Revue du Nord, no 226, juillet-septembre 1975, p. 403-430.

33 Gérard Dubar et alii, « Sociabilités et changement social », op. cit., p. 379-400.

34 ADPC, M. 6915. Artois-Sports, 11 mars 1947. La Tribune des Mineurs, 16 août, 13 septembre 1947.

35 AML, 4 W no 5, lettre du 29 décembre 1947. La Tribune des Mineurs, 24 mai, 15 novembre 1947.

36 Siegfried Gehrmann, « Football in an industrial region: the example of Schalke 04 Football Club », International Journal of History of Sport, vol. 6, no 3, décembre 1989, p. 334-355.

37 Bernard Woltmann, « Le sport dans les milieux ouvriers polonais en France après la Seconde Guerre mondiale », Revue du Nord, hors série no 7, 1992, p. 211-220.

38 Olivier Chovaux, « Football minier et immigration. Les limites de l’intégration sportive dans les années trente », STAPS, no 59, 2001, p. 9-18.

39 Grégory Frackowiak, « Théodore Szkludlapski dit Théo… », op. cit., p. 367-391. De manière plus générale, Alfred Wahl et Pierre Lanfranchi, Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, Hachette, coll. « Vie quotidienne », 1995, p. 134-137.

40 Catherine Carpentier-Bogaert, Didier Demazières Yves Maerten, William Nuytens et Pascal Roquet, Le peuple des tribunes, Les supporters de football dans le Nord-Pas-de-Calais, Béthune, musée d’Ethnologie régionale, 1998, p. 58.

41 Sur la structuration du supporterisme lensois durant les années cinquante, voir l’Album du Cinquantenaire, op. cit. On s’est aussi appuyé sur les numéros du magazine Sang et Or, publié entre 1937 et 1939 puis à partir de 1949, et qui fait une large place à la vie des sections de supporters au cours des années cinquante.

42 Richard Holt, « Working class football and the city… », op. cit., p. 15-17.

43 Cette protestation est mentionnée dans une lettre envoyée par le maire de Lens, Ernest Schaffner, au directeur du groupe des Houillères nationales de Lens-Liévin, Jean Michaux, AML, 4 W no 6, lettre du 3 février 1960.

44 De tels phénomènes s’observent dans certaines équipes de la Ruhr, voir Rolf Linder et Heinrich Th. Breuer, « SV Sodingen : le dernier club de banlieue. Le football ouvrier dans la Ruhr », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 103, juin 1994, p. 53-54.

45 Cité par Grégory Frackowiak, « Théodore Szklduplaski dit Théo », op. cit., p. 373.

46 Liberté, 5 juin 1956 ; Nord Matin, 31 décembre 1957.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540