Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les revues et la dynamique des ruptures

 | 
François Hourmant
, 
Jean Baudouin

9. Les libertariens entre volonté de rupture et stratégie de réconciliation : une étude autour du webzine Le Québécois libre

Sébastien Caré

Texte intégral

  • 1 Il existe par exemple un parti libertarien en Argentine, en Australie, au Bangladesh, au Canada, a (...)

1Voir dans le titre du webzine Le Québécois libre une révérence nationaliste aux mots qui ponctuèrent le discours proféré par De Gaulle en 1967, du balcon de l’Hôtel de Ville montréalais, serait une malheureuse méprise. En nous laissant « cois », le titre creuse entre lui et l’aphorisme du Général un abîme, et l’impossibilité, pour qui s’y penche, d’une confusion. Peut-être plus ambitieux, et autrement plus séditieux, son propos n’est pas de libérer le Québec du joug canadien, mais bien plutôt les Québécois de celui de l’État. En regard, la position qu’il défend se trouve être aux antipodes du nationalisme, quelque part dans une contrée idéologique quasi-inconnue sur notre Hexagone : le libertarianisme. Ce mot barbare, choisi au lendemain de la Seconde guerre mondiale par des néolibéraux américains soucieux d’affirmer leur différence au sein d’un mouvement conservateur en pleine mutation, en est venu, à la suite d’une violente rupture intervenue en 1969, à désigner un mouvement indépendant. Souhaitant rompre les amarres d’avec les conservateurs – de moins en moins libéraux à mesure qu’ils devenaient impérialistes – et les sociaux-démocrates – n’ayant de libéral que le nom qu’ils ont usurpé – les libertariens entendaient aussi renouer avec une tradition libérale malmenée, à gauche comme à droite, et oubliée depuis la mise en bière des derniers représentants de la Old Right. Longtemps resté l’apanage des néo-libéraux américains, le mot « libertarien » s’exporte aujourd’hui allègrement1. Si la France fait encore figure de forteresse inexpugnable, elle doit à présent en découdre avec un assaillant québécois bien décidé à la faire plier.

  • 2 Que nous avons rencontré à Gand le 28 décembre 2004, avec son éditeur Gilles Guénette, et à qui no (...)
  • 3 Son sous-titre : « Un regard libertarien sur l’actualité ».
  • 4 En l’occurrence, Jean-Louis Caccomo, (Maître de conférences en Sciences économiques à l’université (...)
  • 5 Il suffit, pour prendre la mesure de cette évolution, de comparer la tête du premier numéro (M. Ma (...)
  • 6 M. Masse, « Des raisons d’être optimiste pour l’avenir de la liberté », Le Québécois Libre, n ° 15 (...)
  • 7 Cette délocalisation ne concerne pas seulement la France. Certains contributeurs anglo-saxons (can (...)

2Lancé sur le Net en février 1998 par Martin Masse2, Le Québécois libre se donnait à l’origine comme ambition d’éclairer l’actualité québécoise à travers un « regard libertarien3 ». Toutefois, à partir de 2000, l’arrivée massive de Français, notamment des universitaires4, a considérablement détourné la revue de sa vocation originelle5. Selon son fondateur, « le QL est passé en sept ans d’un petit site animé par quelques amis à l’un des plus importants sites indépendants au Québec et dans la Francophonie6 ». Ainsi promu seule vitrine francophone de l’idéologie libertarienne, le Québécois libre s’est délocalisé7, généralisant son propos pour mieux le diffuser, et élevant en conséquence son ambition.

3L’un des traits remarquables de l’idéologie libertarienne véhiculée par le Québécois libre est qu’elle entend rompre radicalement avec les différentes forces politiques en place. Ne souffrant pas le compromis, elle refuse de transiger avec l’opinion commune, dans laquelle s’incarnerait l’ordre établi. Mais en même temps, les libertariens font montre d’un optimisme généreux, tranchant foncièrement avec le pessimisme qui accompagne d’ordinaire les idéologies les plus intransigeantes, et ne désespèrent pas de voir un jour l’opinion se convertir à leurs idées. La difficulté, que le Québécois libre se propose alors de relever, consiste ainsi à réconcilier l’opinion commune avec une idéologie en complète rupture avec elle. Il s’agira dès lors d’étudier la stratégie mise en œuvre par la revue québécoise afin de diffuser, sans la trahir, une idéologie indisposée aux compromis pour s’attirer les faveurs d’une opinion qu’elle déconcerte. Mais avant cela, quelques rappels (historique et théorique) s’imposent, qui seraient certainement incongrus et encombrants si l’ignorance de la pensée libertarienne en France ne les rendait nécessaires et primordiaux.

L’idéologie du Québécois libre : une volonté de rupture

4Le libertarianisme prêché par le Québécois libre se présente comme une idéologie politique en opposition radicale avec les idéologies établies. Cette intransigeance s’est traduite dans l’histoire du mouvement par une volonté sans cesse affirmée de rompre avec les autres tendances politiques en place. Elle s’explique, d’un point de vue théorique, par une pensée excluant tout compromis.

Une rupture historique : la naissance du mouvement libertarien

  • 8 Par exemple, Pascal Salin, qui serait sans le moindre doute estampillé « libertarien » aux États-U (...)

5On accordera au contempteur en mal d’inspiration et au puriste nostalgique que le néologisme « libertarien », formé à partir de l’américain « libertarian », n’est pas des plus gracieux. Pour le premier, son manque d’élégance ne saurait mieux seoir aux affreux qui s’en affublent, quand le second aurait préféré conserver le mot « libéral », qui, après tout, pourrait bien le mieux convenir. D’où vient-il en effet que le mot serve à désigner outre-atlantique ceux qu’en France on appelle plus simplement, et peut-être plus justement, « libéraux8 », ou encore « néo-libéraux » ? Répondre à cette question exige que l’on revienne un instant sur la naissance du mouvement libertarien aux États-Unis.

Une double rupture

  • 9 À titre d’exemple, et Friedrich Hayek, et Ayn Rand, qui sont pourtant deux figures importantes du (...)
  • 10 M. Masse, « Qu’est-ce que le libertarianisme ? », Le Québécois libre, n ° 1, 7 mars 1998, [http :/ (...)
  • 11 Discours prononcé à Cambridge en 1925, paru dans J. M. Keynes, Essays in Persuasion, New York, Nor (...)
  • 12 Pour éviter toute confusion, nous écrirons le mot en anglais quand nous souhaitons lui donner son (...)
  • 13 La proximité lexicale des termes « néolibéralisme » et « nouveau libéralisme » ne rend alors pas c (...)
  • 14 M. Masse, « Néolibéral, libertaire ou libertarien ? », Le Québécois libre, n ° 97, 2 février 2002, (...)

6L’histoire du mouvement révèle que le choix de la bannière « libertarienne » est le vestige d’une double rupture. La première est d’ordre sémantique, et tient à l’impossibilité d’utiliser le mot « liberal9 ». Ce dernier, comme le rappelle Martin Masse, « a pris des sens qui ne s’accordent plus du tout avec la défense de la liberté10 ». En effet, dès le début du siècle dernier, et de manière encore plus significative dans l’entre-deux-guerres, certains penseurs notoirement hostiles aux dogmes du libéralisme classique, en usurpent cependant l’appellation et se prétendent « libéraux ». Ainsi de Keynes, qui, à la question de son discours Suis-je libéral11 ? prononcé en 1925, n’hésite pas à répondre par l’affirmative, en précisant cependant qu’il prône un « nouveau libéralisme ». En Amérique du Nord, le terme « liberal12 » en est ainsi progressivement venu, et c’est encore le cas aujourd’hui, à désigner les sociaux-démocrates. Une première tentative des libéraux classiques pour répliquer à ce malheureux dol a lieu en 1938, lors d’un colloque organisé à Paris sur l’initiative du journaliste américain Walter Lippman. À cette occasion, le terme « néo-libéral » fut inventé pour obvier toute confu- sion13. Le préfixe « néo » entendait alors exhumer le libéralisme que l’épithète « nouveau » se proposait d’immoler. Les libéraux classiques cédèrent ainsi au premier adversaire leur oriflamme. Toutefois, le nouvel étendard « néo-libéral » sera à son tour écarté. Selon Martin Masse, « le mot sonne plus comme une accusation que comme un descriptif14 », mais cet abandon du terme « néo-libéral » trouve une autre explication. Il serait le résultat d’une seconde rupture.

7Au sortir de la guerre, le terme « néo-libéral » entretient en effet très vite une nouvelle confusion en rassemblant à droite, contre un ennemi commun, des tendances très différentes et de moins en moins compatibles à mesure que la Guerre froide s’amplifie. D’un côté, la Old Right sort de la Seconde guerre mondiale agonisante. Née dans l’entre-deux-guerres en réaction au New Deal, et portée par des penseurs comme H. L. Mencken, Albert Jay Nock, Garet Garrett et John T. Flynn, cette tendance s’était illustrée par un anti-étatisme farouche et un isolationnisme inconditionnel, peu populaires et de moins en moins tenables en période de Guerre froide. De l’autre côté, les « nouveaux conservateurs », emmenés par le charismatique fondateur de la National Review (1955), William Buckley, profitent de l’anticommunisme ambiant pour rénover la droite de l’intérieur en l’orientant vers ce qu’ils appellent un « internationalisme ». Certains inflexibles, comme Frank Chodorov et Murray Rothbard, goûtent peu cette hérésie impérialiste – de même que l’interventionnisme étatique qui l’accompagne – et tentent dans les années 1950 de ranimer la Old Right moribonde. Leur isolement, notamment depuis la mort du Sénateur Robert A. Taft en 1953, étouffe leur clameur et ne leur permet pas d’entraver la grande réforme fomentée par Buckley et les nouveaux conservateurs.

  • 15 Fondateur de la Foundation for Economic Education.
  • 16 Cette tendance, pendant les années 1960, fut essentiellement représentée par la romancière d’origi (...)
  • 17 Cf. R. Hamowy, « Left and Right Meet », The New Republic, 12 mars 1966. Il est à noter que s’opère (...)
  • 18 Voir R. Klatch, A Generation divided : The New Left, The New Right, and the 1960s, Berkeley, Unive (...)
  • 19 Les libertariens ont alors dans leur majorité moins de trente ans, et, selon Henri Lepage, auraien (...)

8Dans les années 1960, l’opposition à cet impérialisme change de nom. Le terme « libertarien », proposé au début des années 1950 par Leonard Read15, commence à être utilisé, à droite, par les partisans d’un « laissez-faire » économique absolu16, opposé au libéralisme de plus en plus timoré des conservateurs. Au même moment, de l’autre côté de l’échiquier politique, la gauche se trouve elleaussi divisée. Émerge dans ses rangs une tendance radicale, contestataire et pacifique, qui trouve des affinités certaines avec la faction libertarienne de l’opposition. À mesure que la Guerre froide occupe l’avant-scène du débat politique, et que la question étrangère détermine de plus en plus les clivages, la New Left radicale et la Old Right libertarienne se rapprochent17 autour d’une même confiance dans la décentralisation, d’une même haine pour l’autoritarisme, d’un même dégoût pour la bureaucratisation croissante de l’État, et d’une même hostilité envers l’impérialisme conservateur18. À partir de 1965, il n’est alors pas rare de voir certains jeunes militants détenir une carte d’adhérents aux deux principales associations étudiantes : à droite, la YAF (Young Americans for Freedom) et, à gauche, la SDS (Students for a Democratic Society). On oublie ainsi souvent qu’à droite, de jeunes militants libertariens ont aussi participé à la grande révolte libertaire des années 196019. Murray Rothbard, voyant dans cette alliance avec la New Left l’opportunité d’une rupture avec les conservateurs, créé en 1965 le premier journal libertarien, Left and Right : a journal of libertarian Thought, destiné à faire tomber la frontière entre les jeunes militants. Ce mariage improbable de l’isolationnisme libertarien et du pacifisme radical, sur le dos de l’impérialisme conservateur, conduira au divorce inévitable. Alors que beaucoup de libertariens sacrifiaient encore leur isolationnisme sur l’autel de la lutte contre le communisme, le déclenchement des hostilités au Vietnam les acculèrent à inverser cet ordre de priorité et à rompre avec les conservateurs.

  • 20 Cf. « Quitter la maison de vos faux amis, parce qu’ils sont vos ennemis ». in M. Rothbard, « Liste (...)
  • 21 Aux dernières élections présidentielles de 2004, le candidat libertarien Michael Badnarik, illustr (...)

9La rupture intervint lors d’une convention nationale de la YAF en 1969 à Saint Louis, lorsqu’un jeune libertarien brûla sa convocation militaire pour le Vietnam. L’incident donna lieu à une altercation houleuse entre conservateurs et libertariens, largement orchestrée par Rothbard qui avait, pour l’occasion, fait circuler parmi les militants un article dévastateur où il exhortait les libertariens au divorce20. S’ensuivirent alors des purges au sein de la YAF, puis du Parti républicain, écartant irréversiblement les libertariens. Émancipés d’une tutelle conservatrice devenue insoutenable, les libertariens gagnèrent alors leur indépendance et créèrent, dans les années 1970, leurs propres institutions. Le Parti libertarien fut fondé en 1971. Malgré des résultats souvent faibles21, il représente aujourd’hui le troisième parti aux États-Unis. En 1977, le Cato Institute fut à son tour créé à San Francisco. Aujourd’hui établi à Washington, il fait partie des think tanks américains les plus influents.

  • 22 L’histoire du mouvement libertarien aux États-Unis répond étrangement à cette citation de Lord Act (...)
  • 23 Alors que les « liberals » emploient un ancien mot pour lui donner un sens nouveau, les libertarie (...)

10Au besoin pour les libéraux de se distinguer de leurs homonymes sociauxdémocrates s’est donc ajouté, après la défaite de ceux-ci, celui de rompre avec leurs alliés de fortune conservateurs22. Et au terme « néo-libéral » s’est substitué celui de « libertarien ». On pourrait certes lui préférer le mot « libéralisme ». Ce ne serait pas offenser la doctrine. Mais ce serait faire litière de l’histoire et du besoin que les libéraux ont pu ressentir d’affirmer leur différence23. Le mot « libertarianisme » renferme l’histoire du libéralisme au XXe siècle et incorpore les vestiges de ses confrontations. En déplaise donc aux réfractaires, le mot a aujourd’hui acquis un sens bien défini. Il ne fait plus même débat au sein du cénacle qu’il étiquette. Les Français qui en discutent encore la pertinence réagissent donc un peu tard. Ils oublient certainement l’avertissement de Popper nous invitant à éviter de débattre des mots plutôt que de ce qu’ils dénotent. L’usage a fait son œuvre. Le mot, choisi pour définir une idéologie, en est venu, dès 1969, à désigner un mouvement aux États-Unis. Le Québec patientera quelques décennies.

« Rothbard est mort, vive Le Québécois libre ! »

  • 24 Pierre Lemieux est un économiste et écrivain québécois. Jean-Luc Migué a été professeur à l’univer (...)

11Le mouvement libertarien au Québec est beaucoup plus jeune que son devancier américain. Si certains individus isolés, comme Pierre Lemieux ou encore Jean-Luc Migué24, y expriment dès les années 1970 des points de vue foncièrement libertariens, on ne peut parler d’un véritable mouvement qu’à partir de 1995. L’année 1969 qui donnait naissance au mouvement libertarien américain était celle d’une rupture. L’année 1995 lui donnant un petit frère québécois sera celle d’un premier rassemblement.

  • 25 Cf. M. Masse, Identités collectives et civilisation : pour une vision non nationaliste d’un Québec (...)
  • 26 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 27 Éric Duhaime est un activiste politique soutenant aujourd’hui Mario Dumont, le chef de l’Action dé (...)
  • 28 M. Masse, op. cit.
  • 29 Michel Kelly-Gagnon est aujourd’hui président de l’Institut économique de Montréal.
  • 30 L’expression est de M. Masse, Entretien, op. cit.

12En mars 1994, Martin Masse publie son premier livre Identités collectives et civilisation25 et retient l’attention de certains intellectuels québécois. La directrice du quotidien Le Devoir, Lise Bissonnette, apprécie le livre et propose à son auteur une chronique pendant l’été 1994 dans ses colonnes. Entre-temps, Martin Masse découvre le libertarianisme, radicalise fortement son opinion, et profite de la tribune offerte dans Le Devoir pour s’attaquer farouchement à l’interventionnisme étatique. « Ce qui n’a pas plus à la directrice26… » À la fin de l’été, M. Masse est remercié : l’expérience n’aura duré que trois mois. « Mais elle m’a fait connaître auprès de personnes qui partageaient mes idées, notamment Éric Duhaime et Pierre Desrochers27 qui avaient lu un de mes articles et qui ont essayé de me contacter. Moi qui pensais être le seul au Québec à avoir ce genre d’idées28 ! » Les trois hommes prennent ensuite contact avec Pierre Lemieux et Michel Kelly-Gagnon29, qui viennent compléter le « gang des libertariens30 » québécois.

  • 31 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 32 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 33 Notamment le Cercle Bastiat dès 1952, qui rassemblait autour de Rothbard, Léonard Liggio, Ralph Ra (...)
  • 34 Soit environ 630 000 euros.

13Une réunion informelle est organisée en janvier 1995 dans la maison des parents de Pierre Desrochers. Pour la première fois au Québec, plusieurs libertariens se rassemblent et mettent sur le métier la question de Lénine : « Que faire pour faire avancer le mouvement libertarien31 ? » Cette question, qui avait occupé une part considérable de ses écrits, sinon guidée jusqu’à sa vie entière, n’aurait pu être soulevée sans l’évocation de Murray Rothbard. Celle de sa mort, au même moment, donnait comme un élément de réponse. Martin Masse se souvient en effet avoir « annoncé à tout le monde à ce moment-là que Rothbard était mort quelques semaines plus tôt. Personne ne le savait32 ». Le testateur américain léguait ainsi l’expérience de sa vie à ses héritiers québécois. De même que Rothbard avait commencé, dans les années 1950, par créer autour de lui différents cercles33, les libertariens québécois fondent, à la sortie de leur réunion, une association, « Les amis de la liberté », réunissant chaque mois autour d’une présentation une vingtaine de personnes. Rothbard avait ensuite lancé, en 1965, son propre journal, Left and Right : a journal of libertarian Thought. En février 1998, les libertariens québécois continuent d’appliquer la recette, et créent le Québécois libre. L’idée d’un journal avait évidemment été évoquée lors de la réunion de janvier 1995. M. Masse pensait alors « fonder un vrai magazine sur papier ». Mais Pierre Lemieux, qui avait apporté son ordinateur portable, avait fait découvrir Internet à ses compères. Ces derniers séduits, l’évidence fit son chemin : le journal libertarien québécois sera un webzine. Il ne manquait ainsi à l’arsenal stratégique libertarien qu’un véritable think tank, capable, à l’instar du Cato Institute aux États-Unis, d’influer sur les politiques publiques. Pierre Lemieux, qui avait participé au début des années 1980 à l’expérience de l’Institut économique de Paris, aujourd’hui défunt, en avait fondé en 1989, une filiale québécoise, l’Institut économique de Paris à Montréal, rebaptisé Institut économique de Montréal (IEDM). Peu dynamique, et au budget très limité, l’institut n’assouvissait pas encore l’appétit grandissant des libertariens québécois. En 1999, Michel Kelly-Gagnon prend les commandes de l’IEDM et le transforme complètement. D’un institut marginal, l’IEDM est depuis devenu le principal think tank québécois avec un budget annuel d’un million de dollars canadien34. En quatre ans, les libertariens québécois sont ainsi parvenus à mettre sur pied ce qui avait demandé à Rothbard et à leurs prédécesseurs américains près de 25 ans.

14Ce bref aperçu historique de la naissance du mouvement aux États-Unis, puis au Québec, révèle que les libertariens, plutôt que de s’associer durablement avec les autres forces politiques en place, ont toujours préféré rompre et revendiquer leur indépendance. Qu’est-ce qui, dans l’idéologie, justifie une telle intransigeance ?

Une rupture théorique : « une philosophie à la recherche d’une politique »

  • 35 M. Rothbard, L’éthique de la liberté, Paris, Les Belles Lettres « Laissez-faire », 1991, trad. de (...)

15Rothbard, sans doute pour justifier les atermoiements politique de son propre parcours, décrivait le libertarianisme comme « une philosophie à la recherche d’une politique35 ». À l’inverse des autres tendances politiques, dénuées de véritables fondements philosophiques et ainsi libres de se compromettre, le libertarianisme se présenterait comme une philosophie rigide interdisant tout compromis. Cet exposé de Rothbard, bien qu’il présente un fond de vérité, doit cependant être nuancé. Si le libertarianisme se présente effectivement avant tout comme une philosophie, celle-ci s’avère plurielle. Par ailleurs, les libertariens semblent désormais avoir trouvé leur politique par le biais d’une typologie qu’il s’agira de présenter.

« Une philosophie…

  • 36 . Cf. Anscombe GEM, « Modern Moral Philosophy », Philosophy, 33, 1958.

16Il est d’usage en France, quand on n’ignore pas jusqu’au terme, d’assimiler le « libertarianisme » à sa version la plus radicale : l’anarcho-capitalisme. Toutefois, le mot reçoit outre-atlantique une acception beaucoup plus large, et inclut des penseurs plus modérés comme les prix Nobel Friedrich Hayek, Milton Friedman, voire James Buchanan. L’inventaire sociologique le plus sommaire de la famille libertarienne révèle ainsi des tendances très diverses. On aurait des néo-objectivistes (randiens) ou objectivistes (randroïdes) – selon leur degré d’allégeance à la célèbre romancière Ayn Rand – les tenants de l’école autrichienne, elle aussi divisée, après Mises, entre rothbardiens et hayékiens, les Chicago Boys (les Friedmans père et fils) et les représentants de l’école du « Public choice » (Buchanan et Tullock), pour ne citer que les plus connus et sans tenir compte des sous-divisions. Cette extrême diversité est certes due à l’usage qu’il est fait, en Amérique du Nord, du mot « liberal », mais aussi au fait que le libertarianisme se présente avant tout comme une philosophie politique s’efforçant de défendre les libertés individuelles. On peut dès lors considérer qu’il y a autant de tendances au sein du mouvement libertarien qu’il existe de manières de justifier le retrait de l’État. En fonction de la justification éthique privilégiée, nous proposons la typologie suivante, en reprenant la célèbre distinction de E. Anscombe entre position déontologique et position conséquentialiste36.

17On aurait, d’un côté, une position libertarienne déontologique, fondée sur une théorie rationnelle déterminant a priori des principes moraux inconditionnels. Cette théorie rationnelle peut ou bien consister en un exposé de droits naturels catégoriques (jusnaturalisme) ou bien en celui d’un contrat social conclu entre individus rationnels (contractualisme). Dans le premier cas, une intervention excessive de l’État est jugée immorale dans la mesure où elle violerait les droits naturels inaliénables des individus (théorie de Ayn Rand et de Murray Rothbard) ; dans le second cas, une société sans ou avec peu d’État serait la société pour laquelle contracteraient des individus rationnels (Buchanan, Tullock, et le philosophe canadien Jan Narveson). De l’autre côté, on aurait une position conséquentialiste, justifiant une société libérale à partir de ses conséquences favorables. Là encore, il convient de distinguer entre une version téléologique (Milton et David Friedman) et une version archéologique (Hayek). Ce qui distingue les tenants respectifs de ces deux versions est que les premiers considèrent, en raison d’un présupposé rationaliste, que l’utilité peut être appréciée a priori, alors que le scepticisme des seconds les conduit à penser que celle-ci ne peut être que constatée a posteriori et déterminée à partir de l’observation des règles sélectionnées par l’évolution culturelle.

  • 37 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 38 B. Constant semble être le premier à avoir vu l’absence de contradiction entre les deux approches. (...)

18Ces différentes positions éthiques se sont longtemps présentées comme autant de factions au sein du mouvement libertarien. Toutefois, le Québécois libre refuse de prendre position et convoque indifféremment ces différents argumentaires. Cela s’explique par la grande hospitalité souhaitée par le directeur : « Dès le début, j’ai voulu faire du QL un journal œcuménique, qu’il n’y ait pas que des randiens ou que des Autrichiens37. » On peut également faire remarquer que le marché francophone des idées libertariennes est trop restreint pour que le Québécois Libre se spécialise. Mais il semble que leur coexistence pacifique au sein du Québécois Libre apporte aussi la preuve que ces positions sont peut-être moins contradictoires que complémentaires38, et qu’elles reflètent davantage des conflits personnels ayant fait rage au moment où le mouvement se cherchait encore des guides.

  • 39 Notons que les seuls ouvrages en français consacrés à l’étude de ces institutions anarcho-capitali (...)

19Il est cependant un clivage plus difficile à contourner, opposant des visions irréconciliables dans le long terme. Si toutes les positions évoquées ci-dessus visent un retrait de l’État, et partagent ainsi une même orientation, certains libertariens semblent s’arrêter en route en se satisfaisant d’un État minimal, quand d’autres entendent pousser jusqu’à son terme la logique de leur condamnation de l’État, et repousser leur destination jusqu’à l’anarchisme. Ces derniers, anarchocapitalistes (Rothbard et David Friedman), appellent ainsi de leurs vœux une disparition complète de l’État, supplanté par différentes institutions privées qu’ils emploient beaucoup d’ingéniosité à imaginer39 (sociétés privées de protection, tribunaux civils privés, juridictions pénales privées…). Moins extrémistes, les partisans d’un État minimal, dont Nozick et Rand, reconnaissent à l’État la seule tâche de veiller à la sécurité des citoyens. Plus modérés, enfin, sont ceux qui, à l’instar de Hayek et de Milton Friedman, défendent un État limité ne pouvant se borner à assurer l’ordre public, mais devant encore fournir certains services collectifs. Là encore, le Québécois Libre ne souhaite pas voir cette question tranchée dans ses colonnes, bien que son directeur confesse ses préférences anarchistes :

  • 40 M. Masse, Entretien, op. cit.

Pour le moment, je suis anarchiste parce que je pense que c’est ce vers quoi on va. Mais il y a tellement de chemin à parcourir avant de se poser ces questions. Il faut le faire pour le long terme, mais cette question n’est pas pertinente dans le court terme. J’ai toujours pensé qu’en 2075, si on parvient à un État minimal, on se divisera entre anarchistes et minarchistes. Il y aura la gauche minarchiste, et la droite anarchiste40.

  • 41 Quelques rares articles évoquent la perspective de l’anarcho-capitalisme. Cf. A. Dorais, « La conc (...)

20Si tous les articles du Québécois libre s’orientent vers un désengagement de l’État, rares sont ceux qui annoncent la destination souhaitée41. Cette indécision permet ainsi de ménager les préjugés les plus entêtés des lecteurs en ne soufflant pas mot de la société anarchiste à laquelle la plupart des contributeurs aspirent.

21Cet aperçu typologique, s’il a pu paraître inopportun dans la mesure où il s’est proposé de présenter des positions que le Québécois Libre se garde de camper, nous a néanmoins permis de tracer les contours de la philosophie libertarienne à laquelle il adhère, permettant de mieux en comprendre les conclusions politiques qu’il s’agit maintenant d’étudier.

… à la recherche d’une politique »

  • 42 M. Rothbard, « The General Line », Left and Right, A journal of libertarian thought, vol. 1, n ° 1 (...)
  • 43 M. Rothbard, « Confessions of a Right-wing Liberal », Ramparts, 15 juin 1968.
  • 44 M. Masse, « Les libertariens sont-ils à droite ? », Le Québécois libre, n ° 135, 20 décembre 2003, (...)

22Défendre la légalisation des drogues, du mariage homosexuel, du port d’armes, de l’avortement, manifester férocement une opposition inconditionnelle à toute guerre (du Vietnam à la dernière intervention en Irak), tout en prônant une dérégulation du marché et un désengagement de l’État en matière économique : voilà des propos qu’en France, aucun individu ne pourrait tenir ensemble sans être chargé de schizophrénie politique. C’est pourtant la position libertarienne campée par la revue québécoise qui prend soin de lui donner tous les traits de la cohérence. On ne saurait en effet appréhender l’idéologie libertarienne selon les catégories traditionnelles de la gauche et de la droite, que les principaux tenants du mouvement s’emploient du reste à démanteler. Ainsi de Murray Rothbard qui, dans l’éditorial du premier numéro du premier journal libertarien – au titre évocateur Left and Right – fait le constat suivant : « Les catégories actuelles de la « gauche » et de la « droite » sont devenues erronées et obsolètes, et la doctrine de la liberté [le libertarianisme] contient des éléments correspondants aux deux42. » L’histoire du mouvement précédemment esquissée montre en effet combien il serait fallacieux de vouloir fixer l’idéologie libertarienne d’un côté ou de l’autre de l’échiquier politique. Les libertariens se sont aussi bien associés à la gauche qu’à la droite, sans toutefois changer leur idéologie. L’expérience de Rothbard est à elle seule éloquente : « Il y a vingt ans, j’étais un Républicain d’extrême droite […] Aujourd’hui, il serait tout à fait plausible de me dire d’extrême gauche. […] Et pourtant, mes opinions politiques n’ont pas changé d’un iota durant ces vingt années43 ! » On retrouve ce même refus d’être placé sur l’axe maudit dans le Québécois libre, notamment sous la plume de son directeur : « Gauche et droite ne sont plus que les deux revers de la même médaille étatiste44. » Peu à leurs aises dans cette catégorisation traditionnelle, les libertariens ne se contentent cependant pas de la dénoncer, mais ils lui substituent aussi une typologie rendant leur doctrine plus cohérente.

  • 45 Voir [http://www.self-gov.org/quiz.html] Cette typologie est toujours accompagnée d’un test. Ce de (...)
  • 46 Cf. C. Michel, « De droite ou de gauche ? Un test pour vous situer sur l’échiquier politique », Le (...)
  • 47 W. Maddox & S. Lilie, Beyond Liberal and Conservative : Reassessing the Political Spectrum, Washin (...)

23Cette typologie, que l’on retrouve sur la plupart des sites libertariens sur Internet45, et, depuis peu, dans le Québécois libre46, a pour origine une étude faite par deux professeurs américains, W. Maddox et S. Lilie, publiée par le Cato Institute en 1984 sous le titre : Beyond Liberal and Conservative47. Les deux chercheurs, à la suite de plusieurs sondages, font le constat suivant : la majorité des Américains ne se reconnaît pas dans le clivage « liberal »/conservateur. Ce hiatus entre les opinions politiques des électeurs et les catégories qui leur sont offertes par les politologues viendrait de l’erreur suivante. Ces derniers, accompagnés par les médias, ont traditionnellement construit les catégories « liberal » et « conservateur » selon deux questions : la première concernant les libertés économiques, la seconde les libertés individuelles ou civiles. Les conservateurs se définiraient alors comme des défenseurs des libertés économiques favorables à une forte limitation des libertés individuelles (avortement, mariage homosexuel, pornographie…). A l’inverse, les «liberals » défendraient ces libertés individuelles, tout en souhaitant une intervention importante de l’État en économie. Le problème, nous disent W. Maddox et S. Lilie, est que le fait de poser ensemble deux questions indépendantes appelle non pas deux, mais quatre positions possibles. Le clivage bidimensionnel « liberal »/conservateur est inadéquat pour décrire par exemple la position (totalitaire ou autoritaire) qui soupireraient après une forte limitation des libertés économiques et individuelles, de même que celle (libertarienne) qui défendrait ensemble libertés économiques et libertés civiles. La typologie suivante aurait le mérite de représenter ces quatre positions, mais surtout l’intérêt pour les libertariens de faire apparaître leur position comme la plus cohérente (avec la position totalitaire), et la plus séduisante (contre la position totalitaire).

  • 48 Le Québécois libre serait-il alors socialiste en matière de liberté sociale, et conservateur en ma (...)
  • 49 F. -R. Rideau, « Alain Madelin, ou la faillite du crypto-libéralisme », Le Québécois libre, n ° 10 (...)

24Les libertariens se veulent ainsi plus cohérents que leurs adversaires en appelant un retrait de l’État dans tous les domaines, et pas seulement en matière de liberté sociale comme le prônent les « liberals », ni en matière de liberté économique comme s’en contentent les conservateurs48. Pour bien faire comprendre leur position, les libertariens utilisent parfois la métaphore suivante : « Les conservateurs se comportent comme votre père, vous disent ce que vous devez faire ou ne pas faire. Les “liberals” comme votre mère, veulent vous nourrir et vous choyer. Les libertariens se proposent au contraire de vous traiter comme des adultes. » Retrouvant par ce biais typologique une cohérence certaine, les libertariens n’auraient plus à se positionner sur l’axe gauche/droite qui les rend inconsistants. Selon F. -R. Rideau, collaborateur français du Québécois Libre, cette tentation serait l’une des causes de l’échec du libertarianisme en France, dont le représentant serait Madelin. « Depuis plus de vingt ans, Madelin a décidé de jouer le jeu du clivage droite/gauche et de pencher à droite, alors même que le libéralisme par essence ne se place pas sur cet axe, mais en haut de l’axe libertarien/autoritaire sur le losange politique49. » Le losange politique évoqué est celui représenté ci-dessus. Il serait donc le moyen de mieux assumer la rupture idéologique revendiquée, sans inconsistance.

  • 50 Leur critique rejoint ainsi parfois celle de la gauche, qui dénonce le « capitalisme monopolistiqu (...)
  • 51 Cf. L’article de Christian Michel, « Soutenir Bush ? », Le Québécois libre, n ° 106, 6 juillet 200 (...)

25À l’aune de cette typologie, la défense des libertés individuelles et économiques devient, sinon toujours souhaitable, à tout le moins cohérente. L’opposition avec les « liberals » est ainsi d’ordre économique. Le Québécois libre défend une position que l’on qualifierait d’« ultra-libérale » en France, s’attachant à dénoncer les avatars de toute intervention étatique, et mettant en avant les bénéfices du libre marché et de la déréglementation économique. Le but est alors de montrer que le marché s’avère toujours plus efficace que l’État. Mais cet argumentaire, conséquentialiste, s’accompagne d’une autre justification qu’il est beaucoup plus rare de trouver dans les plaidoyers libéraux français. L’intervention étatique est aussi présentée comme immorale (argument déontologique), au motif qu’elle attenterait aux libertés individuelles. L’État, en extorquant par la force des fonds que chaque individu ne consentirait pas à lui donner s’il était libre de le faire, violerait ses droits les plus précieux. Sur ces questions économiques, notons également que le Québécois Libre ne se montre guère plus indulgent à l’endroit des conservateurs américains et de la droite française, accusés d’être complices du grand capital et du monopole des grandes entreprises50. Aussi, la politique économique de l’actuel président des États-Unis est-elle fortement critiquée51.

  • 52 M. Masse, « Libertin, libertaire, libertarien », Le Québécois libre, n ° 51, 4 décembre 1999, [htt (...)
  • 53 C’est l’une des raisons pour lesquelles Ayn Rand refusait d’être associée aux libertariens, qu’ell (...)
  • 54 Cette espèce de libertariens s’est même donnée un nom : celui de « paléo-libertariens », c’est-à-d (...)
  • 55 M. Masse, Entretien, op. cit. Il convient cependant de préciser que le profil de M. Masse et G. Gu (...)
  • 56 M. Masse, Entretien op. cit.
  • 57 Ce serait l’un des points partagés avec Rawls : « Il semble naturel de considérer le concept de ju (...)
  • 58 Voir notamment. H. Duray, « Faucon ou colombe ? La guerre sur deux fronts », Le Québécois libre, n (...)
  • 59 Les libertariens identifient, à travers un jeu de mot impossible à retranscrire en français, «welf (...)

26Mais la principale opposition avec les conservateurs porte principalement, comme le souligne Martin Masse, sur « les questions sociales (les conservateurs ont tendance à vouloir imposer leurs valeurs traditionnelles à tous en utilisant le pouvoir de l’État, par exemple en criminalisant les drogues et la prostitution et en dénonçant l’homosexualité) et les questions de défense et de relations étrangères (les conservateurs sont enclins à appuyer le militarisme et les interventions impérialistes à l’étranger52) ». Concernant les libertés sociales, il convient cependant de bien distinguer entre libertaires et libertariens. S’il est vrai que certains libertariens s’adonnent parfois aux pratiques qu’ils souhaitent voir autoriser53, beaucoup aujourd’hui nourrissent un sentiment conservateur et condamnent la plupart de ces comportements54. Ainsi de M. Masse et de G. Guénette, qui confient se sentir proches des « libertariens conservateurs » et avoir « une vision assez traditionaliste de la société, notamment concernant les valeurs de la famille55 ». Mais là encore, ils refusent d’en faire une ligne éditoriale : « Le libertarianisme, c’est simplement une vision anti-étatiste. Je ne voudrais pas que ces questions de morale soient débattues dans le magazine56. » Derrière cette volonté, s’inscrit en filigrane l’idée, chère aux libertariens, selon laquelle la philosophie politique ne serait qu’une partie de la philosophie morale57. Enfin, les libertariens du Québécois libre s’opposent à l’interventionnisme impérialiste des néo-conservateurs. Cette opposition, on l’a vu, est à l’origine de la naissance du mouvement, et la principale cause de la rupture historique avec les conservateurs. Malgré quelques tergiversations surprenantes dans les rangs libertariens, le Québécois libre a notamment clairement pris position contre la dernière intervention américaine en Irak, en rappelant les origines isolationnistes des libertariens et leur attachement aux principes de la Old Right américaine58. Notons que la motivation de cette condamnation est souvent moins pacifiste qu’anti-étatiste, la guerre étant pour l’État le meilleur moyen d’accroître sa domination sur ses ressortissants59.

  • 60 Il est ainsi intéressant de remarquer qu’ils témoignent d’un optimisme parfois insolent, qui tranc (...)

27De ces différents rappels, nous retiendrons que l’idéologie libertarienne véhiculée par le Québécois libre rompt délibérément avec les forces politiques en place. Partant, elle rompt aussi avec l’opinion commune, qu’elle désoriente par un rejet intempestif des clivages qui lui tiennent lieu de repères. Toutefois, les libertariens ne souhaitent pas faire de ce souci de rupture un motif d’isolement. S’ils refusent de transiger avec l’opinion commune, ils ne désespèrent pas de la modifier60. Mais excluant tout compromis avec elle, ils n’ont d’autres propositions à lui faire que de rompre avec elle-même. Pour l’en convaincre, le Québécois libre adopte une stratégie efficace qu’il s’agit – enfin ! – d’étudier.

La stratégie du Québécois libre : une tentative de reconciliation

  • 61 M. Rothbard, L’éthique de la liberté, op. cit.

28Le caractère peu digeste de l’idéologie libertarienne a fait de ses promoteurs de fins stratèges. Un trait remarquable chez beaucoup de théoriciens libertariens est en effet qu’ils ne se contentent pas de critiquer la société actuelle, ni même de proposer le modèle alternatif d’une société idéale, mais qu’ils livrent aussi la théorie d’une stratégie pour passer de l’une à l’autre. Sur ce dernier point, leur verdict est unanime : « la victoire du libertarianisme ne se produira que si ses idées sont diffusées et adoptées par un assez grand nombre de personnes61 ». La difficulté est alors de convaincre une opinion avec laquelle, on l’a vu, il faut aussi rompre. Il s’agit de voir comment le Québécois libre, en appliquant dans une large mesure la stratégie élaborée par ses ascendants américains, en particulier Rothbard, réussit le tour de force de diffuser l’idéologie libertarienne sans la trahir, en s’appuyant sur une technologie idéale : Internet.

Du marketing des idées : un esprit entrepreneur au service d’une stratégie de séduction

29La stratégie adoptée par le Québécois libre se comprend d’abord négativement par la condamnation préalable de tout activisme politique. Elle semble par ailleurs démontrer que, pour diffuser l’idéologie libertarienne, un esprit entrepreneur et un marketing intellectuel sont plus précieux qu’une érudition émérite et un arsenal d’arguments rationnels.

De la conversion des élites à la diffusion d’un « climat d’idées »

  • 62 Martin Masse a travaillé pendant deux ans au bureau régional du Parti réformiste du Canada, parti (...)
  • 63 Cf. M. Masse, « La politique n’est pas la solution », Le Québécois libre, n ° 104, 11 mai 2002, [h (...)
  • 64 Selon Hayek, « La tâche du philosophe politique ne peut être que d’influer sur l’opinion publique, (...)
  • 65 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 66 M. Masse, « La politique n’est pas la solution », Le Québécois libre, n ° 104, 11 mai 2002, [http: (...)
  • 67 Le résultat est ainsi difficile à mesurer. Il ne se compte pas en terme de suffrage, mais peut s’a (...)
  • 68 M. Masse, « La politique n’est pas la solution », Le Québécois libre, n ° 104, 11 mai 2002, [http: (...)

30Souvent méprisée par les libertariens, la politique ne saurait être une stratégie efficace pour diffuser leurs idées. Le directeur du Québécois libre, excipant de sa propre expérience62, la condamne désormais sans préavis : « La politique n’est pas la solution63. » Ce rejet s’explique par deux raisons essentielles : un ordre de priorité écartant celle d’un parti politique et une condamnation virulente du principe démocratique. Les libertariens considèrent tout d’abord qu’un parti ne saurait être efficace que si l’idéologie a au préalable été diffusée. Fidèle au conseil de Hayek, selon lequel l’essentiel n’était pas de convertir les politiciens, mais de créer un « climat d’idées » favorable dans l’opinion64, le Québécois libre entend principalement faire connaître les idées libertariennes, sans se soucier d’en voir l’application dans le court terme. Selon Martin Masse, « il faut au préalable des gens qui croient en quelque chose, une élite intellectuelle qui propage ces idées-là, qui les répète constamment à la télévision dans les journaux etc., qu’il y ait un parti ou non qui les défende65 » Ce prosélytisme liminaire, consistant à diffuser un climat d’idée par le truchement d’une élite intellectuelle, emprunte ainsi copieusement à la stratégie communiste. Martin Masse reconnaît que « ce qu’il faut, c’est adopter la stratégie des idéologues gauchistes mais pour faire le chemin inverse66 ». La stratégie s’inscrit ainsi dans le long terme, et vise à marquer l’esprit des futurs cadres67, quand celle d’un parti, courant derrière des votes, est condamnée à s’imposer dans le court terme : « Gagner des esprits est plus important que gagner des votes68. »

  • 69 Voir par exemple, H. H. Hoppe, Democracy : The God that failed, New Brunswick, Transaction Publish (...)
  • 70 La célèbre fable de Nozick illustre bien ce rejet du principe démocratique (voir R. Nozick, Anarch (...)
  • 71 M. Masse, « La politique n’est pas la solution », Le Québécois libre, n ° 104, 11 mai 2002, [http: (...)
  • 72 Les faibles résultats enregistrés par le Parti libertarien américain semblent lui donner raison.
  • 73 L’exemple ici pourrait être celui d’Alain Madelin. Les libertariens du Québécois libre entendent à (...)
  • 74 L’exemple de Frédéric Bastiat, qui faisait régulièrement campagne à partir de 1830, sans aucun esp (...)

31La seconde raison qui explique le profond désaveu des libertariens vis-à-vis de la politique réside dans un rejet viscéral du principe démocratique. La démocratie a en effet mauvaise presse dans les colonnes du Québécois libre, comme en général dans la littérature libertarienne69. Elle est non seulement condamnée au traditionnel motif qu’elle ne serait qu’une tyrannie de la majorité70, mais aussi parce qu’elle acculerait les partis politiques qui y participent à des compromissions que l’idéologie libertarienne ne saurait souffrir. « Non seulement – c’est une évidence pour les libertariens – le pouvoir corrompt ceux qui l’exercent, mais la logique de compétition démocratique corrompt inévitablement ceux qui militent pour des idées71. » Selon Martin Masse, le dilemme offert à tout parti libertarien n’est ainsi pas des plus engageants : ou bien refuser tout compromis et renoncer à toute chance de résultat72 ; ou bien viser un succès bien relatif au prix prohibitif d’insoutenables compromissions73. Opter pour la première éventualité présenterait l’intérêt de faire participer le parti à la diffusion de l’idéologie libertarienne74. Lui préférer la seconde le conduirait à une insurmontable contradiction. En composant avec l’opinion commune, il cesserait ipso facto d’être libertarien. L’idéologie libertarienne n’est pas de celles que l’on frelate ! À la moindre transaction, elle s’effondre. Dans la mesure où elle entend rompre radicalement avec l’opinion, elle s’avère invendable sur le marché démocratique. Le Québécois libre, en se tenant à l’écart du jeu démocratique, entend ainsi se préserver des compromissions qui altéreraient son idéologie. Question : comment entend-il attirer vers lui une opinion avec laquelle il se propose de rompre ?

  • 75 Dessin réalisé par Martin Masse lors de notre entretien à Gand, le 28 décembre 2004. Ce dessin ill (...)

32Pour répondre à cette question, il convient tout d’abord d’évoquer la complicité de l’Institut économique de Montréal, qui, par bien des aspects, fait figure de courroie de transmission entre le Québécois libre et l’opinion commune. Lors de notre entretien, M. Masse et G. Guénette ont tenu à nous expliquer les stratégies propres aux deux vecteurs en dessinant le schéma reproduit ci-dessous75.

  • 76 M. Masse, Entretien, op. cit.

33Le carré représente ce que Martin Masse considère être « la fenêtre de l’opinion acceptable », c’est-à-dire l’espace dans lequel un discours est susceptible d’être pris au sérieux. Cette fenêtre se trouverait « plus proche de l’étatisme que du libertarianisme76 ». Le cercle représente quant à lui les contours de la philosophie libertarienne, pure de tout compromis. Selon le directeur,

  • 77 M. Masse, Entretien, op. cit.

il faut distinguer deux stratégies : celle d’un think tank, et celle d’un magazine comme le nôtre. Pour qu’un think tank ait un impact dans les débats publics, il doit veiller à ne pas sortir de la fenêtre tout en poussant toujours dans la même direction, à l’extrême de ce qui est acceptable. Le but de l’IEDM est de rester à l’intérieur de la fenêtre en se situant à son extrémité la plus proche du libertarianisme, et donc de déplacer le milieu de la fenêtre vers le libertarianisme. Le QL lui n’a pas ce genre de stratégies. On veut montrer les idées le plus purement possible77.

  • 78 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 79 Cf. Selon Martin Masse, « l’IEDM est le principal think tank au Québec, et a été mentionné 800 foi (...)
  • 80 Autre exemple notable, Pierre Desrochers, collaborateur assidu du Québécois Libre, a été pendant d (...)
  • 81 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 82 Contrairement au Cato Institute aux États-Unis, qui la clame haut et fort.

34Il apparaît donc que l’IEDM et le Québécois libre œuvrent ensemble vers le même objectif, tout en développant des stratégies aussi différentes que complé- mentaires : Le Québécois libre ouvre la voie vers laquelle l’IEDM a pour tâche de conduire l’opinion commune. Mais, si l’on associe les deux stratégies, il apparaît que le Québécois libre joue encore un rôle plus insidieux : il fait figure d’épouvantail idéal. En défendant des positions toujours plus extrêmes que celles de l’IEDM, le Québécois libre rend ces dernières un peu plus modérées. L’exemple suivant, donné par Martin Masse, l’illustre parfaitement : « Par exemple, le QL dirait qu’il faut privatiser complètement le système de santé, et tout le monde trouverait ça complètement insensé. Mais si l’IEDM dit qu’il faut privatiser un petit peu du système de santé, l’idée apparaît tout à coup un peu plus modérée78. » Sans le Québécois libre, les idées défendues par l’IEDM seraient sans doute en dehors de la fenêtre. Or au Québec, le think tank est pris très au sérieux79, alors même que beaucoup de ses employés sont aussi des collaborateurs du Québécois Libre, à commencer par Martin Masse, directeur des publications à l’IEDM80. Ce dernier reconnaît alors devoir se livrer à un double jeu des plus troublants : « Les idées que je défends en tant qu’employé de l’IEDM ne sont pas tout à fait celles que je défends dans le QL. Ce qui prouve que, malgré la stratégie de rupture, les libertariens sont aussi des pragmatiques qui peuvent s’adapter à la situation pour faire avancer les choses81. » Mais ils avancent alors masqués, l’IEDM ne faisant aucune mention d’une quelconque allégeance à l’idéologie libertarienne82. Les collaborateurs du Québécois libre qui travaillent à l’IEDM sont priés de laisser au vestiaire leur casquette libertarienne. Ce qui prouve que, si les libertariens peuvent effectivement se montrer « pragmatiques », l’idéologie libertarienne, elle, ne le peut. L’IEDM contribue ainsi à rapprocher l’opinion de l’idéologie libertarienne, mais ne se propose pas de la convertir. Cette tâche incombe au Québécois libre, qui entend développer une stratégie à plus long terme en cherchant principalement à diffuser l’idéologie.

De l’éducation de « Masse » à la tentation du populisme

35Au service de cette entreprise de diffusion, les éditeurs du Québécois Libre cultivent tout d’abord un esprit d’entrepreneur des idées qu’ils déplorent ne pas trouver chez leurs homologues français. Ces derniers, trop occupés à se vautrer dans des chicanes théoriques, se condamneraient à l’inaction et perdraient de vue une fin plus impérieuse : la diffusion des idées libertariennes. L’« esprit entrepreneurial », comme le martèle M. Masse, consiste à privilégier la divulgation de l’idéologie, au détriment de sa théorisation et en abandonnant l’espoir insatiable de parvenir au consensus.

  • 83 M. Masse, Entretien, op. cit.

Un de mes critères dès le début, confie Martin Masse, était que le QL ne viserait pas à faire des débats entre libertariens, mais à disséminer des idées libertariennes auprès de gens qui ne sont pas libertariens. C’est une des choses que je reproche aux libéraux français. Ils perdent leur temps à débattre entre eux. Dans le QL, on ne cherche pas être les meilleurs, à avoir les meilleurs principes. Non, notre but est qu’il y ait plus de libertariens83.

  • 84 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 85 Il est à noter que cette variété des tendances au sein du Québécois libre, s’accompagne d’une extr (...)

36Le Québécois Libre ne s’embarrasse donc guère des arguties qui font l’immobilisme des libertariens français. Ce manque d’esprit entrepreneur expliquerait l’absence de mouvement libertarien bien structuré en France. Par exemple, Martin Masse raconte que les libéraux français auraient récemment tenté de mettre sur pied leur propre magazine. « Mais ils ne sont pas parvenus à s’organiser. Ils n’ont pas réussi à se convaincre entre eux. Avant de disséminer des idées, ils veulent avoir une idéologie claire et unique84. » Cette attitude des Français témoignerait d’un certain esprit jacobin, en quête d’une unité préalable à toute action. Le directeur du Québécois Libre s’abstient de jouer l’âne de Buridan, et s’accommode fort bien des divergences théoriques qui règnent parmi ses collaborateurs. « L’esprit entrepeuneurial » consisterait même à faire de cette désunion théorique – motif d’immobilisme chez les Français – une force stratégique : « Dès le début, je voulais faire du QL un journal œcuménique, afin d’attirer le plus de monde possible. » La perspective stratégique assouplit ainsi la ligne éditoriale. L’objectif de la revue n’est pas de fabriquer les idées libertariennes, mais bien de les vendre. Il s’agit moins d’un laboratoire que d’une vitrine, laquelle sera d’autant mieux achalandée que les divisions théoriques qui travaillent le mouvement sont intenses et variées. Cette diversité fournit une offre plus abondante, à même de satisfaire les demandes tout aussi variées des lecteurs85.

  • 86 M. Rothbard, L’éthique de la liberté, op. cit.
  • 87 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 88 M. Masse, « Cinq attitudes libertariennes essentielles », Le Québécois libre, n ° 53, 21 janvier 2 (...)
  • 89 Pour les plus réussis, voir C. Vincent, « La tribu qui devaient franchir les montagnes », Le Québé (...)
  • 90 M. Masse regrette en général que les libertariens n’usent pas plus de tels procédés : « Idéalement (...)
  • 91 Cf. Dans la présentation du site : « Nous n’acceptons pas d’articles dans le style des revues acad (...)

37Le Québécois Libre se présente donc moins comme un laboratoire des idées libertariennes que comme un vecteur privilégié de leur diffusion. Il ne se contente ainsi pas de convaincre son lectorat avec des argumentaires rationnels, mais cherche aussi à le séduire en s’appuyant sur des mobiles plus affectifs. Encore une fois, le Québécois Libre semble répondre aux desiderata de Murray Rothbard, qui envisageait une « éducation sous toutes ses formes, des théories et systèmes les plus abstraits jusqu’aux procédés de marketing susceptibles de susciter l’intérêt de futurs convertis86 ». Martin Masse acquiescerait, qui reconnaît volontiers développer une sorte de « marketing des idées87 ». Dans un article, « Cinq attitudes libertariennes essentielles », il se propose de convertir les lecteurs qui resteraient sourds aux démonstrations rationnelles, en leur présentant ce qu’il décrit comme un « esprit libertarien » : « On peut devenir libertarien pour des motifs purement logiques, parce qu’on a compris la validité des préceptes économiques de libre marché ou l’importance cruciale de la liberté individuelle dans le développement de la civilisation. Mais ces explications rationnelles, aussi convaincantes soient-elles, n’ont souvent aucun effet sur certains individus88. » À l’origine, Le Québécois Libre décernait ainsi dans chaque numéro des « prix béquille » « aux pleurnichards qui ont le plus fait parler d’eux en quémandant et/ou en obtenant une aide de l’État ». Si ces prix n’existent plus depuis 2000, on en retrouve le ton sarcastique dans certains articles. Enfin, certains contes libertariens, plus ou moins réussis89, viennent appuyer cette stratégie de séduction90. Le jargon académique est du reste explicitement proscrit91.

  • 92 Rothbard Murray, discours au John Randolph Club, le 18 janvier 1992, propos rapportés dans J. Raim (...)
  • 93 Cf. « La bonne stratégie pour les libéraux et les paléoconservateurs est une stratégie de “populis (...)
  • 94 Cf. M. Masse, « Un autrichien à Montréal », Le Québécois libre, n ° 56, 19 février 2000, [http://w (...)
  • 95 M. Masse, Entretien, op. cit.

38Le Québécois libre ne semble donc pas s’en tenir au principe hayékien de la conversion des élites intellectuelles, mais vise aussi, et peut-être plus principalement, l’éducation des masses préconisée par Rothbard. Ce glissement l’incline vers une stratégie que l’on pourrait définir, en reprenant les propres mots de Rothbard, comme « une stratégie d’effronterie et de confrontation, dynamique et agitatrice, bref, une stratégie consistant à tirer les masses de leur somnolence en démasquant l’élite arrogante qui les gouverne, les contrôle, les taxe, et les spolie92 ». On ne saurait trouver meilleure définition du populisme. Et si Rothbard ne s’en cachait pas, qui prônait ce qu’il appelait « un populisme de droite93 », le directeur du Québécois libre le confesse du bout des lèvres : « Je dois dire que c’est une tendance qui m’a attiré à différentes époques et pour laquelle je garde une certaine affinité. Le parti réformiste auquel j’ai adhéré était populiste et se présentait comme tel. J’ai par ailleurs écrit un article pour défendre Joerg Haider94 dans le QL. Je trouve que cela peut être une stratégie… Mais je ne considère pas Le Québécois libre comme un journal proprement populiste95. »

  • 96 F. Bastiat, La loi, in Œuvres économiques, Paris, Puf, 2000, p. 160.
  • 97 F. Hayek, Droit, législation et liberté, tome II, Le mirage de la justice sociale, Paris, Puf, « Q (...)
  • 98 Courrier des lecteurs, Le Québécois libre, n ° 128, 13 septembre 2003, [http://www.quebecoislibre. (...)
  • 99 Ibid.
  • 100 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 101 M. Masse, Entretien, op. cit.

39Si le populisme n’est pas toujours manifeste, il semble que certains collaborateurs en suivent pourtant la pente. Les socialistes, plus souvent présentés comme des ennemis que comme des adversaires, ne sont pas seulement accusés de tous les maux, mais aussi des plus perverses intentions. Ces outrances tiennent sans doute au confort d’une pensée en rupture, qui excite, en particulier chez le prosélyte, l’intolérance et l’irrespect. Mais elles répondent mal à l’extrême mansuétude, sans doute plus offensante, d’un Bastiat ou d’un Hayek, qui s’étaient toujours défendus de verser dans ces assauts ad hominem et de prêter de mauvaises intentions à des hommes qu’ils estimaient surtout victimes de leur ignorance. Bastiat, par exemple, déclarait n’entendre « accuser les intentions ni la moralité de qui que ce soit. J’attaque une idée que je crois fausse96 ». Hayek entendait lui défendre ses idées « au risque d’offenser gravement de nombreuses personnes dont [il respectait] la force des sentiments moraux97 ». Dans les colonnes du Québécois libre, point de respect de cet acabit ! Un lecteur en fait d’ailleurs le reproche, qui déclare : « Vous ne servez pas votre cause en ne dépassant pas le discours populiste98. » La réponse de son interlocuteur, Gilles Guénette, est saisissante : « Je n’avais aucune intention de dépasser justement le discours populiste – je ne le pourrais sans doute pas, n’étant pas un “spécialiste” de la question99. » Le populisme, présenté ici comme un aveu d’ignorance, serait pour les libertariens le meilleur moyen d’attirer vers eux l’opinion commune, sans toutefois se pervertir. Refusant de corrompre leur idéologie, ils caricaturent celle de leurs adversaires. Ne pouvant toujours plaire, ils font en sorte que ces derniers déplaisent. Cette stratégie offre ainsi ce que Martin Masse appelle un « raccourci émotif » mettant à la portée d’une opinion commune une pensée radicale et en rupture avec elle. Il serait, selon le directeur, « peu logique de s’en priver100 ». Mais à vouloir trop souvent puiser dans l’émotion et le ressentiment de son lectorat, le Québécois libre court le risque d’en attiser les plus bas instincts, et de l’incliner en conséquence vers les caricatures que la gauche se plaît à lui donner. Martin Masse, bien conscient de ce danger, estime cependant que le Québécois libre, en ne se contentant pas de dénoncer les intentions de ses adversaires, n’y est pas exposé. « Le discours populiste occupe une infime partie de nos articles. Beaucoup d’argumentations rationnelles, et d’articles très sérieux viennent aussi le soutenir. Toutes les stratégies pour diffuser les idées sont bonnes, à condition qu’on n’en développe pas qu’une101. » Notons en effet que beaucoup d’articles scientifiques d’assez bonne facture cohabitent avec des pamphlets populistes, ajoutant ainsi à l’extrême hétérogénéité du journal. Par ailleurs, si Le Québécois libre présente de nombreux symptômes populistes (refus du clivage gauche-droite, hostilité envers les élites, appel au ressentiment du lectorat, voire suspicion conspirationniste), il est difficile d’en faire un véritable journal populiste dans la mesure où il ne défend pas une vision nationaliste ni ne vise à établir un régime autoritaire. Sans être substantiel, son populisme serait d’ordre stratégique.

40La stratégie adoptée par le Québécois libre, méditée et bien définie, consiste ainsi à user de tous les stratagèmes susceptibles de convertir le lecteur et de le détourner des pouvoirs établis. À son service, le vecteur Internet s’avère idéal.

Les libertariens et Internet : vecteur idéal de diffusion et modèle d’anarchie efficiente

41Le libertarianisme trouve non seulement dans Internet, un moyen parfait d’expression, un vecteur privilégié de divulgation, mais encore, et plus essentiellement, une illustration de son efficience, une condition de sa possibilité.

Internet comme vecteur privilégié de diffusion : une « stratégie de visibilité »

  • 102 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 103 L’hébergement sur Internet, payé par M. Masse et G. Guénette, s’élève à environ 65 euros mensuels.
  • 104 Les collaborateurs du Québécois libre sont tous bénévoles.
  • 105 M. Masse, Entretien, op. cit.

42Nous avons vu que la stratégie poursuivie par le Québécois Libre répondait à deux exigences apparemment peu compatibles : un refus catégorique de compromis avec l’opinion commune, et une volonté de la convertir. Le vecteur Internet se révèle être un moyen de tenir ensemble ses deux ambitions, en offrant au Québécois libre une indépendance matérielle l’exonérant de toute compromission, et en lui assurant, en même temps, une visibilité certaine. « Internet, confie Martin Masse, nous a libéré totalement des contraintes physiques de la diffusion des idées. Je pense que si, dans 50 ans, le libertarianisme est un mouvement politique important, c’est-à-dire aussi important que le mouvement socialiste au XXe siècle, ce sera grâce à Internet102. » Les avantages offerts par Internet sont en effet nombreux, à commencer par la simplicité de l’organisation qu’il rend possible. Le coût de diffusion du Québécois libre est dérisoire103. Celui de sa production est nul104. Conformément à l’idéologie qu’il véhicule, il ne reçoit aucune subvention publique. « Si j’avais voulu fonder un magazine formel, soutient Martin Masse, j’aurais dû me soumettre à toutes sortes de réglementations, donner mon immatriculation, privilégier un contenu canadien pour recevoir des subventions105… » Cette indépendance financière offre ainsi l’extrême liberté dont a besoin l’expression des thèses libertariennes.

  • 106 Il existe même aujourd’hui plusieurs portails spécialisés dans l’optimisation de la visibilité des (...)
  • 107 G. Guénette, Entretien réalisé à Gand le 28 décembre 2004.
  • 108 M. Masse, « Des raisons d’être optimiste pour l’avenir de la liberté », Le Québécois Libre, n ° 15 (...)
  • 109 Explication présentée sur le site Google, [http://www.google.com/intl/fr/why_use.html].
  • 110 Par exemple, Yvon Dionne ([http://pages.globetrotter.net/yvon_dionne/]) Pierre Lemieux ([http://ww (...)
  • 111 Des recherches effectuées sur Google le 30 mars 2005 donnent les résultats suivants. Une recherche (...)
  • 112 M. Masse, Entretien, op. cit. Ce dernier s’étonne également de la notoriété qu’il a lui-même acqui (...)

43Par ailleurs, Internet rend la pensée libertarienne plus volatile, et permet une diffusion à plus grande échelle. Du fait de sa gratuité, le Québécois libre est susceptible d’être consulté par des lecteurs qui ne l’auraient jamais acheté s’ils l’avaient trouvé en kiosque. Bien conscients de pouvoir éveiller ces visiteurs inopinés, les éditeurs du Québécois libre développent une véritable « stratégie de visibilité », visant notamment le meilleur positionnement sur les moteurs de recherches106. La première condition pour apparaître en bonne position est, nous confie Gilles Guénette, de « traiter de tous les sujets107 ». Tous les numéros depuis la création du site sont ainsi archivés, (au total près de 2 500 pages Internet), si bien qu’il devient impossible, selon M. Masse, « de faire des recherches sur des questions économiques, politiques ou sociales sur le Web sans tomber régulièrement sur des articles du QL108 ». Mais ce qui rend le Québécois libre encore plus visible sur la toile, c’est certainement le fait qu’il remplit parfaitement les critères de classification du plus célèbre moteur de recherche : Google. Son système de la PageRank fonctionne ainsi : «PageRank est un champion de la démocratie […] Le principe de PageRank est simple : tout lien pointant de la page A à la page B est considéré comme un vote de la page A en faveur de la page B109. » Autrement dit, un site a d’autant plus de chances d’être bien classé qu’il dispose de nombreux liens avec d’autres sites. Hébergeant le seul magasine libertarien francophone, le site du Québécois libre se présente comme un véritable carrefour du libertarianisme sur Internet. Plus de 1 000 sites (et donc autant de suffrages) contiennent un lien avec lui. Certains contributeurs du Québécois libre sont eux-mêmes propriétaires d’un site110. En tissant entre eux ces liens, les libertariens dressent sur le Net une toile redoutable piégeant, au hasard de leur promenade, les badauds distraits. Le Québécois libre occupe ainsi en général un positionnement plutôt flatteur sur le moteur de recherche Google111. Une fois le visiteur impromptu pris dans les filets, il reste à donner au site un aspect sérieux qui ne le rebutera pas. Martin Masse s’enorgueillit de la réussite du fard : « Beaucoup de gens ont une vision idéalisée du Québécois Libre. Certains nous écrivent comme si on était le journal Le Monde. Ils pensent qu’on est un gros magazine, avec des bureaux et une secrétaire qui répond au téléphone. Or il n’y a rien de tout ça. Il n’y a qu’un ordinateur dans le bureau de Gilles112. » Cette stratégie de visibilité, associée à un soin méticuleux apporté à la présentation du site, s’avère payante. Chaque mois, le Québécois Libre accueille dans sa gibecière près de 100 000 visiteurs uniques.

  • 113 M. Masse, Entretien, op. cit.

44S’il offre des avantages certains, Internet présente aussi son lot d’inconvénients. Ces désavantages tiennent essentiellement à l’immatérialité du support, qui encourage souvent l’invective, tout en en dédouanant les auteurs de toute responsabilité. En effet, la notion de corporalité, à la source de l’identité et de la responsabilité des propos, n’existe pratiquement pas sur Internet. Les collaborateurs n’ont ainsi pas à répondre de leurs écrits devant un comité éditorial, ni à assumer la responsabilité à laquelle leur corps les soumettrait. Sur le Net, les pseudonymes sont ainsi légion. Malheureusement, et malgré tous les efforts employés par son directeur pour endiguer ces fredaines, le Québécois Libre n’échappe pas à la règle. « J’ai découvert, confie-t-il, qu’un de nos collaborateurs écrivait sous un pseudonyme. Cela m’a beaucoup déçu. C’est le problème avec les Français. Ils se sentent tous persécutés113. » Depuis, Gilles Guénette et Martin Masse, ont redoublé d’effort pour éviter ces détournements d’usage sur Internet. La plupart des contributeurs ont désormais leurs photographies sur le site. Par ailleurs, pour donner un aspect plus concret au journal et lui assurer un contact plus soutenu avec la réalité, la date est toujours indiquée en tête de l’article. Ces précautions, rares sur les sites Internet, donneraient aux articles, selon M. Masse, « une espérance de vie plus longue ».

45Internet apparaît ainsi comme un outil idéal, à condition d’en faire bon usage et d’en contenir toutes les dérives. Ces avantages, cependant, satisferaient n’importe quelle doctrine désireuse de se faire connaître. N’y a-t-il pas un lien plus étroit entre Internet et le libertarianisme ?

Internet comme condition de possibilité : un modèle d’anarchie efficiente

  • 114 Par exemple, David Friedman : « Les libertariens représentent toujours une petite minorité dans l’ (...)
  • 115 Notamment la chroniqueuse du journal californien Wired, Paulina Borsook dans Paulina, Cyberselfish (...)
  • 116 Membre du groupe des futurologues, notamment représenté par Alvin Toffler et George Gilder.
  • 117 Katz J., « Birth of a digital nation », Wired, avril 1997, p. 49, cité dans P. Flichy, L’Imaginair (...)
  • 118 Terme pour la première fois utilisé par Langdon Winner, « Cyberlibertarian myths and the prospects (...)
  • 119 Inventé en 1984 par le directeur de la revue de science fiction Asimov SF Magazine, Gardner Dozois (...)
  • 120 Prêché depuis 1991 par le « philosophe » Max More, cette doctrine entend repousser les limites de (...)

46Au XIXe, les saint-simoniens voyaient dans l’invention du télégraphe la possibilité de communion universelle entre l’Orient et l’Occident. Il semble qu’Internet soit aux libertariens ce que le télégraphe était aux saint-simoniens : une promesse technologique de réalisation. À la fin des années 1990, la sur représentation des libertariens sur Internet faisait couler beaucoup d’encre outre-atlantique. Si certains s’en réjouissaient114, il était plus courant de s’en inquiéter115. En 1997, Jon Katz116 décrivait l’avènement d’une nouvelle nation numérique consécutive à une lente agonie de l’État. Le portrait qu’il dresse ressemble, à s’y méprendre, à celui que l’on pourrait donner des contributeurs du Québécois Libre. Ces nouveaux « citoyens numériques », selon lui, seraient « libertariens, matérialistes, tolérants, rationnels, adeptes des nouvelles technologies, coupés des organisations politiques traditionnelles […] Ils ne sont pas politiquement corrects, ils rejettent les dogmes et choisissent eux-mêmes leur position […] Ils sont révolutionnaires, mais, contrairement aux baby-boomers, ils n’en parlent pas, mais la font117. » Le lien entre libertarianisme et Internet était tel que le terme de « cyberlibertarien » fut inventé pour célébrer l’union118. Si, aujourd’hui, la médiatisation du phénomène semble s’être quelque peu atténuée, le lien qui unit Internet et le libertarianisme demeure. Il existe par exemple de nombreuses communautés virtuelles revendiquant leur allégeance au libertarianisme. Cyberlibertariens, cyberpunks119, ou autres extropiens120, partagent une foi indéfectible dans le progrès technologique et une aversion, d’une même intensité, pour l’État.

  • 121 M. Masse, Entretien, op. cit.
  • 122 M. Masse, Entretien, op. cit.

47Pour Martin Masse, « Internet est l’archétype de la société anarcho-capitaliste. […] À ceux qui pensent que sans État, les gens s’entretueraient, Internet montre qu’ils ont tort. Est-ce qu’Internet est réglementé ? Non. Tout se crée, se dit sur Internet. Et on n’a pas besoin de réglementation pour que ça fonctionne ». Internet se présente ainsi comme le prototype de ce que Hayek appelle un « ordre spontané », c’est-à-dire un ordre non hiérarchisé, auto-organisé et non finalisé, qui n’a besoin d’aucun cerveau organisateur centralisant les informations véhicu- lées, ni d’aucun centre de commandement veillant à la bonne marche de l’ensemble. Il est d’ailleurs intéressant de noter que le Québécois libre reproduit, dans une certaine mesure, ce modèle d’ordre spontané grâce à Internet. D’un point de vue synchronique, Internet rend en effet possible une organisation très peu hiérarchisée, au sein de laquelle le directeur n’impose aucun commandement particulier, et laisse la plus grande latitude à ses collaborateurs. « Au début, raconte Martin Masse, je sollicitais davantage d’articles, en demandant à certains collaborateurs d’écrire sur des sujets spécifiques. Maintenant, je ne le fais plus parce que le QL est devenu suffisamment gros. Les choses se font spontanément121. » Les seules règles observées par les collaborateurs sont ainsi essentiellement négatives : proscrire le jargon académique, ne pas appeler d’intervention étatique… La variété des articles, ainsi que la souplesse de la ligne éditoriale, résulte en grande partie du caractère négatif de ces règles. Dans son rôle de directeur, Martin Masse, épaulé par son éditeur Gilles Guénette, se contente de sanctionner tout manquement à ces règles par un refus de publication. D’un point de vue diachronique, le Québécois libre a par ailleurs suivi une évolution spontanée, l’ayant détourné de sa vocation originelle sans que le directeur l’eût véritablement décidée. Il reconnaît ainsi que si « la mission du Québécois libre a évolué, cela n’a pas été une évolution consciente. Je n’ai par exemple jamais sollicité de contributions anglophones ou françaises, qui ont pourtant considérablement changé le QL122 ». Le caractère spontané de cette évolution et de cette organisation est essentiellement dû à Internet, qui rend difficile une planification centralisée.

  • 123 M. de Poncins, « Ils n’arriveront pas à étouffer Internet », Le Québécois libre, n ° 126, 19 juill (...)
  • 124 Notons que l’instrumentalisation d’Internet par les libertariens prête le flanc à une critique réc (...)
  • 125 P. Flichy, L’Imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte, 2001, p. 200.
  • 126 Cofondateur en 1990 de l’Electronic Frontier Foundation, association de défense des libertés sur l (...)
  • 127 John P. Barlow, « A cyberespace independence declaration », message posté le 9 février 1996 dans u (...)
  • 128 G. Guénette et M. Masse, « Vs la clique journalistique », Le Québécois libre n ° 77, le 17 février (...)
  • 129 P. Flichy, L’Imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte, 2001, p. 205.

48À l’échelle de la société, la complexité des interactions humaines, accentuée par Internet, compromet davantage la possibilité d’un contrôle étatique. Les libertariens, qui, dans leur argumentaire conséquentialiste, s’attachent souvent à dénoncer l’inefficacité d’une intervention étatique en regard de la complexité du social, trouvent ainsi dans le développement d’Internet un nouvel étai. L’État voudrait-il contrôler ce qui s’y fait, s’y dit ou s’y échange, qu’il ne disposerait des informations nécessaires à l’efficacité de son action. En simplifiant la vie des individus, Internet compliquerait celle de l’État. Un collaborateur du Québécois Libre, M. de Poncins, reconnaît ainsi que « ce qui nous sauvera, c’est que l’Internet est un formidable espace de liberté et que même le pouvoir chinois ne parviendra pas à le domestiquer123 » En regard, les libertariens trouvent dans Internet un refuge providentiel dans lequel ils peuvent à loisir suivre leurs propres règles et vivre virtuellement dans la société à laquelle ils aspirent. Internet leur offre un nouveau moyen de rompre avec la société étatisée qu’ils exècrent124. Le Net est ainsi pour eux, comme le remarque Patrice Flichy, un « espace social à part125 ». À l’occasion du séminaire de Davos en février 1996, John Barlow126 rédigeait par exemple une « déclaration de cyber-indépendance127 », invitant l’État à garder ses distances : « L’espace social global que nous construisons est par nature indépendant de la tyrannie que vous souhaitez nous imposer […]. Vous n’avez pas été invités. Vous ne nous connaissez pas et ignorez tout de notre monde. » La traduction québécoise de cette inhospitalité est encore plus virulente : « Tenez vos molosses en laisse128 ! » Les libertariens entendent ainsi affranchir Internet de tout contrôle étatique. Toutefois, ils ne larguent pas complètement les amarres d’avec la société, mais voient au contraire dans Internet un nouveau modèle, dont les lois, espèrent-ils, s’appliqueront un jour au monde réel. Comme le remarque Patrice Flichy, « Les cyberlibertariens associent volontiers à leur vision d’une indépendance complète d’Internet celle d’un cyberespace modèle de la société du futur129. » Les libertariens nourrissent ainsi l’espoir médiologique qu’Internet, en montrant la possibilité d’une anarchie efficiente, et en mettant au grand jour l’inefficacité de l’État, conduira vers la disparition de celui-ci.

  • 130 Cf. Nozick : « Puisque la théorie anarchiste, dans la mesure où elle est défendable, compromet ent (...)

49Que l’on ne se méprenne donc sur la rupture opérée par les libertariens ! Radicale et souvent complète, elle s’accompagne toujours d’un espoir de réconciliation. De là, l’ambivalence qui caractérise le libertarianisme, partagé entre sécession historique et continuation idéologique, intransigeance doctrinaire et séduction stratégique, marginalisation politique et omniprésence cybernétique. Si le détracteur se rassure à bon compte en voyant dans ces tensions se creuser un fossé infranchissable, les libertariens y préparent, à l’abri des suspicions, leur élan. On ne saurait alors trop conseiller le chasseur de libertariens d’aller traquer ailleurs la bête qu’il croit débusquer où elle n’est pas encore, et de s’équiper d’une artillerie plus lourde que les arguments qu’il a coutume d’employer. S’il n’a pas été lieu de critiquer la position libertarienne – bien que tout n’y soit pas recommandable – il l’est peut-être ici d’indiquer qu’elle ne s’écarte pas d’un revers de la main, et que ses contempteurs ne se donnent pas toujours les moyens de leur réprimande. Le Québécois Libre, s’il ne force pas toujours l’admiration, mériterait au moins que l’on relève le défi qu’il soulève, ne serait-ce que parce qu’il exhume, tout en l’actualisant, la question de philosophie politique sans doute la plus élémentaire et par laquelle devrait commencer toute réflexion sur le pouvoir130 : qu’est-ce qui justifie l’État ? La question est si ancienne qu’on en oublie de la poser, quand les nouvelles technologies la rendent impérieuse. Il semble qu’elle n’ait pas encore reçu la réponse qui ôterait au Québécois Libre sa raison d’être en France.

Notes

1 Il existe par exemple un parti libertarien en Argentine, en Australie, au Bangladesh, au Canada, au Costa Rica, en Lituanie, en Nouvelle-Zélande, au Portugal, aux Pays-Bas, en Russie et certainement ailleurs…

2 Que nous avons rencontré à Gand le 28 décembre 2004, avec son éditeur Gilles Guénette, et à qui nous laisserons, autant que faire se peut, la parole.

3 Son sous-titre : « Un regard libertarien sur l’actualité ».

4 En l’occurrence, Jean-Louis Caccomo, (Maître de conférences en Sciences économiques à l’université de Perpignan), Roland Granier (Professeur d’économie à l’université d’Aix-Marseille), Bertrand Lemennicier (Professeur d’économie à l’université de Paris II Assas) Erwann Quéinnec (Maître de conférences en sciences de gestion à l’université Paris XIII) et Pascal Salin (Professeur d’économie à l’université de Paris Dauphine).

5 Il suffit, pour prendre la mesure de cette évolution, de comparer la tête du premier numéro (M. Masse, « Verglas : 98 % des sinistrés se débrouillent sans l’État », Le Québécois libre, édition pilote, 21 février 1998, [http ://www. québécoislibre. org/980221long. htm]) à celle du dernier (E. Quéinnec, « La liberté, l’État et le besoin de vertu » Le Québécois libre n ° 152, 15 mars 2005, [http  ://www. quebecoislibre. org/05/050315-14. htm]) Notons également que le Québécois Libre a récemment créé son propre blogue (forum de discussion) permettant aux collaborateurs de mieux traiter l’actualité québécoise, de plus en plus délaissée dans le magazine. La périodicité du Québécois Libre a par ailleurs elle aussi subi les effets de cette évolution. Hebdomadaire, puis bimensuel, le webzine est aujourd’hui un mensuel. Notons enfin que sur les 1 000 abonnés, près de la moitié serait aujourd’hui Français.

6 M. Masse, « Des raisons d’être optimiste pour l’avenir de la liberté », Le Québécois Libre, n ° 151, 15 janvier 2005, [http ://www. quebecoislibre. org/05/050215-2. htm].

7 Cette délocalisation ne concerne pas seulement la France. Certains contributeurs anglo-saxons (canadiens, américains et australiens) ont aussi rejoint la revue. Aujourd’hui, près d’un tiers des articles est ainsi écrit en anglais. Ce qui contribue aussi à faire du Québécois libre une véritable passerelle entre l’Amérique du Nord et l’Europe.

8 Par exemple, Pascal Salin, qui serait sans le moindre doute estampillé « libertarien » aux États-Unis, a préféré intitulé son dernier ouvrage Libéralisme. Cf. P. Salin, Libéralisme, Paris, Odile Jacob, 2000.

9 À titre d’exemple, et Friedrich Hayek, et Ayn Rand, qui sont pourtant deux figures importantes du libertarianisme, ont toujours refusé d’endosser le terme « libertarien ». Hayek lui préférait celui de «Old Whig », Rand celui de «radical for capitalism ». Mais l’un et l’autre sentaient bien l’impossibilité d’utiliser le mot « liberal », ainsi que le danger de s’allier aux conservateurs. Voir notamment F. Hayek, « Pourquoi je ne suis pas un conservateur » (1960), disponible sur Internet [http ://www. demlib. com/bibliotheque/plus/conserv. htm]

10 M. Masse, « Qu’est-ce que le libertarianisme ? », Le Québécois libre, n ° 1, 7 mars 1998, [http ://www. quebecoislibre. org/980307-2. htm].

11 Discours prononcé à Cambridge en 1925, paru dans J. M. Keynes, Essays in Persuasion, New York, Norton Library, 1963, p. 323-338. L’hommage alors rendu au libéralisme est des plus douteux. Cf. « Nous devons, si nous voulons apporter quelque chose de neuf, apparaître iconoclastes, dangereux, dérangeants, voire désobéissants envers ceux qui nous ont engendrés. »

12 Pour éviter toute confusion, nous écrirons le mot en anglais quand nous souhaitons lui donner son sens américain, et en français quand il s’agit du sens continental.

13 La proximité lexicale des termes « néolibéralisme » et « nouveau libéralisme » ne rend alors pas compte du fossé idéologique qui sépare ce qu’ils recouvrent. La distance est en effet abyssale, qui sépare un « néo » d’un « nouveau », un Hayek d’un Keynes. Alors que le premier entend renouer avec – tout en actualisant – une tradition, le second se propose de la dépasser. Bref, le « néo-libéralisme » marque un retour, le « nouveau libéralisme » une rupture. Pendant que celui-là renouvelle, celui-ci innove.

14 M. Masse, « Néolibéral, libertaire ou libertarien ? », Le Québécois libre, n ° 97, 2 février 2002, [http://www.quebecoislibre.org/020202-2.htm].

15 Fondateur de la Foundation for Economic Education.

16 Cette tendance, pendant les années 1960, fut essentiellement représentée par la romancière d’origine russe Ayn Rand. Presque tous les libertariens, et c’est encore le cas aujourd’hui, ont d’abord été influencés par ses romans, notamment Atlas Shrugged, publié en 1957. Le titre du livre de Jérome Tuccille, qui retrace la naissance du mouvement libertarien, en rend bien compte : J. Tuccille, It usually begins with Ayn Rand, San Francisco, Fox & Wilkes, 1972.

17 Cf. R. Hamowy, « Left and Right Meet », The New Republic, 12 mars 1966. Il est à noter que s’opère alors une sorte de chassé-croisé. Au moment où la Old Left (dont certains membres deviendront néo-conservateurs) rejoint la New Right des nouveaux conservateurs, la Old Right libertarienne se rapprochent de la New Left radicale.

18 Voir R. Klatch, A Generation divided : The New Left, The New Right, and the 1960s, Berkeley, University of California Press, 1999.

19 Les libertariens ont alors dans leur majorité moins de trente ans, et, selon Henri Lepage, auraient même « des points communs avec nos “nouveaux philosophes” », H. Lepage, Demain le capitalisme, Le livre de poche, Paris, 1978, p. 55. Le libertarianisme participe, à maints égards, de la contre-culture américaine.

20 Cf. « Quitter la maison de vos faux amis, parce qu’ils sont vos ennemis ». in M. Rothbard, « Listen, YAF », Libertarian Forum, 15 août 1969, p. 2.

21 Aux dernières élections présidentielles de 2004, le candidat libertarien Michael Badnarik, illustre inconnu, a recueilli 384 257 des suffrages (environ 0.3 %), soit aussi bien – ou aussi mal – que Ralph Nader, autrement plus médiatisé. Le meilleur résultat du Parti libertarien aux élections présidentielles a été obtenu en 1980 par Edward Clark avec 921 199 voix (1,05 %).

22 L’histoire du mouvement libertarien aux États-Unis répond étrangement à cette citation de Lord Acton : « En toutes les époques, les amis sincères de la liberté ont été rares, et ses triomphes ont été dus à des minorités qui ont prévalu en s’associant à des auxiliaires dont les fins différaient souvent des leurs ; cette association, qui est toujours dangereuse, a parfois été désastreuse, en ce qu’elle a donné aux opposants des bases justes d’opposition. » Cité par Hayek, en exergue de son célèbre article « Pourquoi je ne suis pas un conservateur » (1960) disponible sur Internet [http  ://www. demlib. com/bibliotheque/plus/conserv. htm].

23 Alors que les « liberals » emploient un ancien mot pour lui donner un sens nouveau, les libertariens choisissent un nouveau mot pour lui donner un sens ancien. Bref, les « liberals » pratiquent ce qu’on appelle un « néologisme de sens », les libertariens un « néologisme de forme ».

24 Pierre Lemieux est un économiste et écrivain québécois. Jean-Luc Migué a été professeur à l’université Laval et à l’École nationale d’administration publique, et chercheur à la Banque du Canada et au Conseil économique du Canada.

25 Cf. M. Masse, Identités collectives et civilisation : pour une vision non nationaliste d’un Québec indépendant, Montréal, Éditions Saint-Martin, 1994. Comme le titre l’indique, M. Masse y défendait, dans une perspective individualiste, une position indépendantiste anti-nationaliste. Depuis, sa position a évolué. Entre 1995 et 1996, il s’est engagé pour le Parti Réformiste du Canada qui proposait une alternative à l’indépendance, à savoir un Canada très décentralisé et un Québec plus autonome. Depuis, M. Masse reconnaît ne plus savoir s’il est indépendantiste ou fédéraliste. « La seule chose qui est sûr, c’est que je suis anti-nationaliste », M. Masse, Entretien réalisé à Gand le 28 décembre 2004.

26 M. Masse, Entretien, op. cit.

27 Éric Duhaime est un activiste politique soutenant aujourd’hui Mario Dumont, le chef de l’Action démocratique du Québec. Pierre Desrochers est professeur de géographie à l’université de Toronto.

28 M. Masse, op. cit.

29 Michel Kelly-Gagnon est aujourd’hui président de l’Institut économique de Montréal.

30 L’expression est de M. Masse, Entretien, op. cit.

31 M. Masse, Entretien, op. cit.

32 M. Masse, Entretien, op. cit.

33 Notamment le Cercle Bastiat dès 1952, qui rassemblait autour de Rothbard, Léonard Liggio, Ralph Raico, Ronald Hamowy, George Reisman et Robert Hessen, qui ont tous, depuis, marqué d’une façon ou d’une autre l’histoire du mouvement.

34 Soit environ 630 000 euros.

35 M. Rothbard, L’éthique de la liberté, Paris, Les Belles Lettres « Laissez-faire », 1991, trad. de 1982, p. 340. Rothbard cite en fait Lord Acton, qui écrivait, pour distinguer les libéraux des Whigs : « Les Whigs gouvernaient par le compromis. Les Libéraux inaugurent le règne des idées. […] Comment distinguer la doctrine des Whigs et celle des Libéraux ? Celle-là est pragmatique, gradualiste, prête au compromis. Celle-ci travaille à partir d’un principe philosophique. La première est une politique qui vise la philosophie. La seconde est une philosophie à la recherche d’une politique », citée dans Gertrude Himmelfarb, Lord Acton, Chicago, University of Chicago Press, 1962, p. 204, 205, 209. Hayek semble partager ce point de vue. Cf. « Je doute en ce contexte qu’il puisse exister quelque chose qu’on appellerait une philosophie politique conservatrice. Le conservatisme peut souvent servir d’axiome pratique, mais il ne fournit aucun principe directeur qui puisse influer sur les évolutions à long terme. » Hayek, « Pourquoi je ne suis pas un conservateur » (1960), texte disponible sur Internet, [http ://www. demlib. com/bibliotheque/plus/conserv. htm].

36 . Cf. Anscombe GEM, « Modern Moral Philosophy », Philosophy, 33, 1958.

37 M. Masse, Entretien, op. cit.

38 B. Constant semble être le premier à avoir vu l’absence de contradiction entre les deux approches. Cf. « La route que Bentham a préférée l’a conduit à des résultats parfaitement semblables aux miens… Nul doute qu’en définissant convenablement le mot d’utilité, l’on ne parvienne à appuyer sur cette notion précisément les mêmes règles que celles qui découlent de l’idée du droit naturel. » B. Constant, « Du principe de l’utilité… », in Principes de politique, Hachette, « Pluriel », Paris, 1997, p. 61-63.

39 Notons que les seuls ouvrages en français consacrés à l’étude de ces institutions anarcho-capitalistes sont l’œuvre d’un Québécois, collaborateur assidu du Québécois Libre : Pierre Lemieux. Voir P. Lemieux, L’anarcho-capitalisme, Paris, PUF, « Que-sais-je ? », 1988 ; P. Lemieux, Du libéralisme à l’anarcho-capitalisme, Paris, PUF, « Libre échange », 1983. Par ailleurs voir les traductions françaises de D. Friedman, Vers une société sans État, Paris, Les Belles Lettres, « Laissez-faire », 1992, trad. de 1973 et 1989, et M. Rothbard, L’éthique de la liberté, op. cit.

40 M. Masse, Entretien, op. cit.

41 Quelques rares articles évoquent la perspective de l’anarcho-capitalisme. Cf. A. Dorais, « La conception libérale de la justice », Le Québécois libre, n ° 131, 25 octobre 2003, [http ://www. quebecoislibre. org/031025-10. htm] ; M. Mithra, « Réflexions sur l’anarcho-capitalisme », Le Québécois libre, n ° 147, 15 octobre 2004, [http://www.quebecoislibre.org/apmithra.htm] ; F. -R. Rideau « Des polices privées », Le Québécois libre, n ° 101, 30 mars 2002, [http://www.quebecoislibre.org/020330-5.htm].

42 M. Rothbard, « The General Line », Left and Right, A journal of libertarian thought, vol. 1, n ° 1, printemps 1965, p. 3. Le but de Rothbard était alors clair : il s’agissait de faire tomber la frontière gauche-droite pour que les libertariens et les radicaux puissent se rencontrer.

43 M. Rothbard, « Confessions of a Right-wing Liberal », Ramparts, 15 juin 1968.

44 M. Masse, « Les libertariens sont-ils à droite ? », Le Québécois libre, n ° 135, 20 décembre 2003, [http://www.quebecoislibre.org/031220-2.htm].

45 Voir [http://www.self-gov.org/quiz.html] Cette typologie est toujours accompagnée d’un test. Ce dernier est ainsi fait que celui qui s’y risque à toutes les chances de se découvrir des penchants libertariens.

46 Cf. C. Michel, « De droite ou de gauche ? Un test pour vous situer sur l’échiquier politique », Le Québécois Libre, n ° 152, 15 mars 2005, [http://www.quebecoislibre.org/05/050315-15.htm].

47 W. Maddox & S. Lilie, Beyond Liberal and Conservative : Reassessing the Political Spectrum, Washington DC, Cato Institute, 1984.

48 Le Québécois libre serait-il alors socialiste en matière de liberté sociale, et conservateur en matière de liberté économique ? Selon David Boaz, vice-président du Cato Institute, « il serait plus sensé de dire que les

49 F. -R. Rideau, « Alain Madelin, ou la faillite du crypto-libéralisme », Le Québécois libre, n ° 101, 30 mars 2002, [http ://www. quebecoislibre. org/020427-5. htm # frbas].

50 Leur critique rejoint ainsi parfois celle de la gauche, qui dénonce le « capitalisme monopolistique ». La différence est que, selon eux, la cause n’est pas le capitalisme, mais bien l’existence d’un État qui, en servant certains intérêts particuliers, fausse le libre marché.

51 Cf. L’article de Christian Michel, « Soutenir Bush ? », Le Québécois libre, n ° 106, 6 juillet 2002, [http ://www. quebecoislibre. org/020706-14. htm]. Après l’inventaire des positions anti-libérales de Bush, il conclut : « Pour les libéraux, Bush sera le plus catastrophique président des États-Unis depuis Franklin Roosevelt. Souvenez-vous en. Vous l’aurez appris en lisant le QL. » contemporains sont libertariens sur quelques questions sociales mais étatistes sur les questions économiques, alors que les conservateurs contemporains sont libertariens sur quelques questions économiques mais étatistes sur les questions sociales. » D. Boaz, Libertarianism, a primer, New York, The Free Press, 1997, p. 21-22.

52 M. Masse, « Libertin, libertaire, libertarien », Le Québécois libre, n ° 51, 4 décembre 1999, [http  ://www. quebecoislibre. org/991204-2. htm].

53 C’est l’une des raisons pour lesquelles Ayn Rand refusait d’être associée aux libertariens, qu’elle considérait comme des « hippies de droite ». S’ils étaient effectivement légion dans les années 1970, il semble que, de même que leurs homonymes de gauche, ils aient depuis regagné le rang.

54 Cette espèce de libertariens s’est même donnée un nom : celui de « paléo-libertariens », c’est-à-dire des libertariens conservateurs très hostiles aux pratiques qu’ils refusent pourtant de voir interdire par l’État. Le terme a été inventé à la fin des années 1980 par Llewellyn Rockwell, président et fondateur du Mises Institute. Ce think tank, installé en Alabama, semble avoir fait du paléo-libertarianisme son principal créneau. La frontière est alors mince avec ceux que l’on appelle paléo-conservateurs, représentés aujourd’hui par Patrick Buchanan. Par exemple, beaucoup de membres du Mises Institute ont soutenu ce dernier aux élections présidentielles de 2000.

55 M. Masse, Entretien, op. cit. Il convient cependant de préciser que le profil de M. Masse et G. Guénette est assez atypique et se distingue autant de celui des libertariens libertins (encore appelés « lifestyle libertarians ») que de celui des paléo-libertariens. Ces derniers condamnent en effet souvent l’homosexualité, alors que M. Masse et G. Guénette sont homosexuels, et vivent ensemble depuis 13 ans.

56 M. Masse, Entretien op. cit.

57 Ce serait l’un des points partagés avec Rawls : « Il semble naturel de considérer le concept de justice comme étant distinct des diverses conceptions de la justice », Rawls, Théorie de la Justice, Paris, Seuil, 1987, trad. de 1971, p. 31. Rothbard le dit autrement : « Nous soutiendrons qu’un homme a le Droit de faire tout ce qu’il veut avec sa personne ; que c’est son Droit de ne pas être importuné ni contraint par la violence dans l’usage qu’il fait de ce Droit. En revanche dire quelles manières d’exercer ce Droit sont morales ou immorales relève de l’éthique privée et non de la philosophie politique – qui traite exclusivement des questions de Droit et des jugements qu’on peut porter sur l’emploi de la violence physique dans les relations humaines. On ne saurait trop souligner à quel point cette distinction est essentielle. », M. Rothbard, L’éthique de la liberté, op. cit.

58 Voir notamment. H. Duray, « Faucon ou colombe ? La guerre sur deux fronts », Le Québécois libre, n ° 89, 29 septembre 2001, [http://www.quebecoislibre.org/010929-9.htm] ; M. Masse : « La droite succombe à l’hystérie guerrière », Le Québécois libre, n ° 90, 13 octobre 2001, [http://www.quebecoislibre.org/011013-2. htm] ; B. Lemennicier, « La notion de guerre juste, revue et corrigée par le libéralisme », Le Québécois libre, n ° 123, 12 avril 2003 [http://www.quebecoislibre.org/030412-16.htm] ; Chris Leithner, « America’s tradition of non-interventionism », Le Québécois libre, n ° 133, 22 novembre 2003, [http://www.quebecoislibre.org/031122-9.htm].

59 Les libertariens identifient, à travers un jeu de mot impossible à retranscrire en français, «welfare state » et «warfare state ».

60 Il est ainsi intéressant de remarquer qu’ils témoignent d’un optimisme parfois insolent, qui tranche avec le nihilisme des anarchistes individualistes du xix e siècle (notamment Schopenhauer, Nietzsche, Palante et Stirner). Cf. Palante : « Mais l’anarchisme ne représente que le premier moment de l’individualisme : le moment de la foi et de l’espérance, de l’action courageuse et confiante dans le succès. L’individualisme à son second moment se convertit, comme nous l’avons vu, en pessimisme social. », G. Palante, L’individualisme aristocratique, Paris, Les Belles, « Lettres iconoclastes », 1995, p. 163. Les libertariens en seraient encore au « premier moment »…

61 M. Rothbard, L’éthique de la liberté, op. cit.

62 Martin Masse a travaillé pendant deux ans au bureau régional du Parti réformiste du Canada, parti de droite, qui proposait une forte décentralisation, et qui a depuis fusionné avec le Parti conservateur du Canada. Il s’est même présenté à une élection partielle en mars 1996.

63 Cf. M. Masse, « La politique n’est pas la solution », Le Québécois libre, n ° 104, 11 mai 2002, [http://www.quebecoislibre.org/020511-2.htm].

64 Selon Hayek, « La tâche du philosophe politique ne peut être que d’influer sur l’opinion publique, non d’organiser les gens en vue d’une action. Et il ne remplira sa tâche avec efficacité que s’il ne se préoccupe pas de ce qui est aujourd’hui possible politiquement parlant, et défend de façon cohérente des « principes généraux intangibles. » Hayek, « Pourquoi je ne suis pas conservateur », texte disponible sur Internet [http://www.demlib.com/bibliotheque/plus/conserv.htm].

65 M. Masse, Entretien, op. cit.

66 M. Masse, « La politique n’est pas la solution », Le Québécois libre, n ° 104, 11 mai 2002, [http://www.quebecoislibre.org/020511-2.htm].

67 Le résultat est ainsi difficile à mesurer. Il ne se compte pas en terme de suffrage, mais peut s’avérer extrêmement efficace. Par exemple, l’actuel président de la banque fédérale américaine (depuis 1987 !), Alan Greenspan, a longtemps été le protégé d’Ayn Rand.

68 M. Masse, « La politique n’est pas la solution », Le Québécois libre, n ° 104, 11 mai 2002, [http://www. quebecoislibre.org/020511-2.htm].

69 Voir par exemple, H. H. Hoppe, Democracy : The God that failed, New Brunswick, Transaction Publishers, 2001.

70 La célèbre fable de Nozick illustre bien ce rejet du principe démocratique (voir R. Nozick, Anarchie, État et Utopie, Paris, PUF, Libre échange, 1988, trad. de 1974, p. 355-356). Un maître possédant 10 001 esclaves décide un jour de les affranchir à la condition qu’ils lui versent une partie de leur salaire en échange d’une protection. Il impose par ailleurs que toutes les décisions les concernant soient prises à la majorité de leur voix, à l’exception de celle de l’un d’entre eux, que P. Lemieux appelle Democraticus. Les 10 000 autres esclaves conviennent cependant de le faire prendre part au vote en cas d’égalité, puis, s’apercevant que sa voix ne comptera qu’au cas improbable d’une égalité, décident de lui donner un droit de vote permanent. Au cours de ce processus, nous sommes parvenus à la démocratie sans être capable, nous dit Nozick, de déterminer à quel moment Democraticus a cessé d’être esclave. C’est que pour Nozick, il n’en est rien. Seul son maître a changé : Democraticus est devenu l’esclave de la majorité. Fable présentée par Pierre Lemieux dans Le Québécois libre, n ° 97, 2 février 2002, [http://www.quebecoislibre.org/020202-8.htm].

71 M. Masse, « La politique n’est pas la solution », Le Québécois libre, n ° 104, 11 mai 2002, [http://www.quebecoislibre.org/020511-2.htm].

72 Les faibles résultats enregistrés par le Parti libertarien américain semblent lui donner raison.

73 L’exemple ici pourrait être celui d’Alain Madelin. Les libertariens du Québécois libre entendent à ce titre tirer tous les enseignements de son échec en France. Selon Bertrand Lemennicier, « Madelin ne peut pas dire ce qu’il pense », entrevue avec M. Masse, « L’implosion étatique et l’avenir du libéralisme en France », Le Québécois libre, n ° 106, 6 juillet 2002, [http://www.quebecoislibre.org/000401-8.htm]. Voir aussi « Alain Madelin, ou la faillite du crypto-libéralisme », Le Québécois libre, n ° 101, 30 mars 2002, [http://www. quebecoislibre.org/020427-5.htm].

74 L’exemple de Frédéric Bastiat, qui faisait régulièrement campagne à partir de 1830, sans aucun espoir d’être élu, est ainsi souvent rappelé par les libertariens. Cf. François-René Rideau, « Alain Madelin, ou la faillite du crypto-libéralisme », Le Québécois libre, n ° 101, 30 mars 2002, [http://www.quebecoislibre.org/020427-5.htm]. David Friedman, en parlant du Parti Libertarien exprime le même sentiment, d’une façon un peu plus cynique : « Tout récipient vaut la peine d’être produit, même s’il est finalement destiné à la poubelle. », D. Friedman, Vers une société sans État, Paris, Les Belles Lettres, « Laissez-faire », 1992, trad. de 1973 et 1989, p. 348.

75 Dessin réalisé par Martin Masse lors de notre entretien à Gand, le 28 décembre 2004. Ce dessin illustre bien le fait que les idées défendues dans le Québécois libre (représentées par le cercle) sont en rupture avec l’opinion commune (le carré).

76 M. Masse, Entretien, op. cit.

77 M. Masse, Entretien, op. cit.

78 M. Masse, Entretien, op. cit.

79 Cf. Selon Martin Masse, « l’IEDM est le principal think tank au Québec, et a été mentionné 800 fois dans les médias l’année dernière. En fait, nous sommes devenus la bête noire de tous les gauchistes de la province. » M. Masse, Entretien, op. cit.

80 Autre exemple notable, Pierre Desrochers, collaborateur assidu du Québécois Libre, a été pendant deux ans directeur de la recherche à l’IEDM.

81 M. Masse, Entretien, op. cit.

82 Contrairement au Cato Institute aux États-Unis, qui la clame haut et fort.

83 M. Masse, Entretien, op. cit.

84 M. Masse, Entretien, op. cit.

85 Il est à noter que cette variété des tendances au sein du Québécois libre, s’accompagne d’une extrême diversité des âges, des professions et des nationalités. Seulement 20 % des collaborateurs sont des universitaires (dont 65 % de Français). On retrouve sinon, entre autres, des informaticiens, ingénieurs, avocats, chefs d’entreprise, conseillers financiers ou étudiants. Le Québécois Libre se veut aussi cosmopolite et compte parmi ses collaborateurs des Québécois, des Français, des Canadiens, des Américains et un Australien.

86 M. Rothbard, L’éthique de la liberté, op. cit.

87 M. Masse, Entretien, op. cit.

88 M. Masse, « Cinq attitudes libertariennes essentielles », Le Québécois libre, n ° 53, 21 janvier 2000, [http://www.quebecoislibre.org/000108-2.htm].

89 Pour les plus réussis, voir C. Vincent, « La tribu qui devaient franchir les montagnes », Le Québécois libre, n ° 52, 18 décembre 1999, [http://www.quebecoislibre.org/991218-11.htm] ; C. Vincent, « Lionel Jospin et le bon roi Dagobert », Le Québécois libre, n ° 75, 20 janvier 2001, [http://www.quebecoislibre.org/010120-10.htm], ou encore celui de P. Lemieux « Le procès du Père Noël », Le Québécois libre, n ° 27, 19 décembre 1998, [http://www.quebecoislibre.org/981219-4.htm]. Pour les moins réussis, voir ceux de J. Guénette, « Les aventures de Luc Cyr », [http://www.quebecoislibre.org/apjguenette.htm].

90 M. Masse regrette en général que les libertariens n’usent pas plus de tels procédés : « Idéalement, il faudrait avoir un marketing plus culturel. Par exemple des pièces de théâtre libertariennes, des films libertariens, des messages émotifs libertariens. », M. Masse, Entretien. op. cit.

91 Cf. Dans la présentation du site : « Nous n’acceptons pas d’articles dans le style des revues académiques qui contiennent de nombreuses notes en bas de pages et sont écrits dans un jargon hermétique. », [http://www.quebecoislibre.org/quisommesnous.htm].

92 Rothbard Murray, discours au John Randolph Club, le 18 janvier 1992, propos rapportés dans J. Raimondo, An enemy of the state : The life of Murray N. Rothbard, New York, Prometheus Books, 2000, p. 290.

93 Cf. « La bonne stratégie pour les libéraux et les paléoconservateurs est une stratégie de “populisme de droite”, c’est-à-dire : exposer et dénoncer cette alliance maudite [entre la social-démocratie et les élites intellectuelles]. », M. Rothbard, « Le populisme de droite », Rothbard-Rockwell Report, Janvier 1992.

94 Cf. M. Masse, « Un autrichien à Montréal », Le Québécois libre, n ° 56, 19 février 2000, [http://www.quebecoislibre.org/000219-2.htm].

95 M. Masse, Entretien, op. cit.

96 F. Bastiat, La loi, in Œuvres économiques, Paris, Puf, 2000, p. 160.

97 F. Hayek, Droit, législation et liberté, tome II, Le mirage de la justice sociale, Paris, Puf, « Quadrige », 1981, trad. de 1976, p. XII.

98 Courrier des lecteurs, Le Québécois libre, n ° 128, 13 septembre 2003, [http://www.quebecoislibre.org/030913-18.htm].

99 Ibid.

100 M. Masse, Entretien, op. cit.

101 M. Masse, Entretien, op. cit.

102 M. Masse, Entretien, op. cit.

103 L’hébergement sur Internet, payé par M. Masse et G. Guénette, s’élève à environ 65 euros mensuels.

104 Les collaborateurs du Québécois libre sont tous bénévoles.

105 M. Masse, Entretien, op. cit.

106 Il existe même aujourd’hui plusieurs portails spécialisés dans l’optimisation de la visibilité des sites visant à assurer un meilleur positionnement dans les moteurs de recherche. Voir notamment [http://www.aposition.com/] et [http://www.lereferencement.com/]

107 G. Guénette, Entretien réalisé à Gand le 28 décembre 2004.

108 M. Masse, « Des raisons d’être optimiste pour l’avenir de la liberté », Le Québécois Libre, n ° 151, 15 janvier 2005, [http://www.quebecoislibre.org/05/050215-2.htm].

109 Explication présentée sur le site Google, [http://www.google.com/intl/fr/why_use.html].

110 Par exemple, Yvon Dionne ([http://pages.globetrotter.net/yvon_dionne/]) Pierre Lemieux ([http://www.pierrelemieux.org/]) ; Christian Michel ([http://www.liberalia.com/]) ; Mickaël Mithra ([http://heresie.org/]) ; François-René Rideau ([http://bastiat.org/]) ; Christophe Vincent ([http://cvincent.club.fr/index.htm]).

111 Des recherches effectuées sur Google le 30 mars 2005 donnent les résultats suivants. Une recherche avec le mot-clé « libéralisme » donne un article du Québécois libre en 18 e position sur 437 000 pages trouvées. Avec « libertarien », le Québécois Libre figure au 2 e rang (sur 6 480), avec « mondialisation » au 54 e (sur 1 950 000), avec « libre marché » au 3 e (sur 29 000), avec « interventionnisme » au 11 e (sur 40 200), avec « État providence » au 18 e (sur 89 500). Le site DixRank qui mesure le trafic et l’audience des sites francophones place le Québécois libre au 177 e rang parmi 33 000 sites répertoriés. Voir [http://www.dixrank.com/].

112 M. Masse, Entretien, op. cit. Ce dernier s’étonne également de la notoriété qu’il a lui-même acquise : « Je suis devenu une sorte de personnalité internationale en tant que directeur du QL alors que je n’ai qu’un bac en Science politique et en Études japonaises. Je n’ai pas de PhD. Je ne suis pas un… un intello. J’ai pourtant mes entrées dans les milieux libertariens internationaux, grâce au QL. »

113 M. Masse, Entretien, op. cit.

114 Par exemple, David Friedman : « Les libertariens représentent toujours une petite minorité dans l’espace réel. Mais dans le cyberespace, […] le libertarianisme a fait son grand retour. Depuis maintenant quelques années, le libertarianisme (pour ou contre) est la question centrale la plus discutée dans les débats politiques en ligne. » D. Friedman, préface à la 25 e édition de J. Tuccille, It usually begins with Ayn Rand, San Francisco, Fox & Wilkes, 1972, p. xii.

115 Notamment la chroniqueuse du journal californien Wired, Paulina Borsook dans Paulina, Cyberselfish : A critical Romp through the Terribly Libertarian Culture of High Tech, New York, PublicAffairs, 2000. Le livre bien que publié en 2000 a pour origine un article de 1996 : P. Borsook, « Cyberselfish », Mother Jones Interactive, [http://www.mother-jones.com/mother_jones/JA96/borsook_jump.html], juillet-août 1996.

116 Membre du groupe des futurologues, notamment représenté par Alvin Toffler et George Gilder.

117 Katz J., « Birth of a digital nation », Wired, avril 1997, p. 49, cité dans P. Flichy, L’Imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte, 2001, p. 206

118 Terme pour la première fois utilisé par Langdon Winner, « Cyberlibertarian myths and the prospects for community », ACM SIGCAS Computers and Society, Volume 27, Issue 3 (September 1997) p. 14-19.

119 Inventé en 1984 par le directeur de la revue de science fiction Asimov SF Magazine, Gardner Dozois, le terme « cyberpunk » désignait à l’origine un nouveau courant littéraire de Science fiction, représenté notamment par l’écrivain William Gibson. Par extension, le mot en est venu à désigner un mouvement de contre-culture voyant dans les nouvelles technologies un espoir de libération.

120 Prêché depuis 1991 par le « philosophe » Max More, cette doctrine entend repousser les limites de la nature humaine et viser l’amélioration de l’homme, par tous les moyens technologiques possibles. Jouissant d’un rayonnement important en Californie, et très présents sur Internet, les extropiens ne dissimulent pas leur sympathie pour le libertarianisme. Le Québécois libre compte ainsi un extropien parmi ses contributeurs, en la personne de Gennady Stolyarov II, écrivain de science-fiction. Voir notamment l’un de ses articles, où il se propose de concilier l’extropianisme avec l’objectivisme randien (Vaste programme  !). « The objectivist-extropian synthesis », Le Québécois libre, n ° 147, 15 octobre 2004, [http://www.quebecoislibre.org/04/041015-5.htm].

121 M. Masse, Entretien, op. cit.

122 M. Masse, Entretien, op. cit.

123 M. de Poncins, « Ils n’arriveront pas à étouffer Internet », Le Québécois libre, n ° 126, 19 juillet 2003, [http://www.quebecoislibre.org/030719-11.htm].

124 Notons que l’instrumentalisation d’Internet par les libertariens prête le flanc à une critique récurrente, selon laquelle ils feraient preuve d’incohérence en utilisant ainsi une technologie développée par l’armée. D’aucuns estiment alors leur porter une botte imparable. M. Masse l’esquive sans effort : « Ce sont des entrepreneurs privés qui ont développé le Web pour le monde, même s’il est vrai que l’infrastructure a été instaurée par l’armée. Jean-Louis Caccomo m’écrivait il n’y a pas longtemps que si on avait attendu le gouvernement pour développer un protocole Internet, on serait encore à faire des réunions internationales à Genève. Et puis la technologie est ce qu’elle est. Elle n’a pas de nature étatiste. Le moteur à propulsion, ce n’est pas un moteur étatiste. Ce sont les lois de la physique. Cette critique ne tient pas. », Masse M., Entretien, op. cit.

125 P. Flichy, L’Imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte, 2001, p. 200.

126 Cofondateur en 1990 de l’Electronic Frontier Foundation, association de défense des libertés sur le cyberespace.

127 John P. Barlow, « A cyberespace independence declaration », message posté le 9 février 1996 dans un forum de discussion. [http://www.eff.org/Censorship/Internet_censorship_bills/barlow_0296.declaration].

128 G. Guénette et M. Masse, « Vs la clique journalistique », Le Québécois libre n ° 77, le 17 février 2001, [http://www.quebecoislibre.org/010217long.htm].

129 P. Flichy, L’Imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte, 2001, p. 205.

130 Cf. Nozick : « Puisque la théorie anarchiste, dans la mesure où elle est défendable, compromet entièrement la substance même de la philosophie politique, il convient de commencer la philosophie politique par un examen de son principal substitut théorique. », in R. Nozick, Anarchie, État et Utopie, Paris, Puf, « Libre échange », 1988, trad. de 1974, p. 19.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540