Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Deuxième partie. Se rencontrer, pratiquer le vivre ensemble

Faire et défaire le voisinage : les fêtes de quartier comme reflet des relations sociales et culturelles

Monika Salzbrunn

Texte intégral

1Les travaux récents sur les sociétés urbaines et le parti pris de concentrer un dispositif de recherche sur un événement festif dans un espace étroitement circonscrit permettent d’approcher la question des liens sociaux d’une manière novatrice en évitant, notamment, de privilégier une forme d’altérité plutôt qu’une autre au sein du quartier.

2L’événement festif étudié ici procède d’une réaction à une décision politique locale qui a affecté un quartier marqué par une homogénéité architecturale particulière, une cité ouvrière construite vers 1860 dans le nord-est parisien. Il s’agit d’un projet de réaménagement du quartier parisien Sainte-Marthe qui se trouve entre le carrefour de Belleville et l’hôpital Saint-Louis. La menace de destruction (partielle) du quartier a fortement contribué à l’émergence et au renforcement d’une identité collective fondée sur le quartier de résidence et/ou de travail. Au cours de l’avancement du projet immobilier, la communauté de quartier a évolué et s’est subdivisée en fonction de l’évolution de ce projet en soi, du contexte politique, économique et social plus globalement. Organisés à Sainte-Marthe en réaction aux mesures qui risquaient de modifier considérablement la vie du quartier, les événements festifs ont démontré combien ils étaient pleinement acteurs et généraient leur propre capacité à modifier la donne et, par là même, le devenir de la communauté.

3Une ethnographie du quartier menée pendant quatre ans (avec, en plus des observations des fêtes associatives, politiques et religieuses, un accent mis sur l’observation des différents lieux de débat et de décision politique), des entretiens semi-guidés et des entretiens informels ainsi qu’un travail d’archive sur l’histoire sociale du quartier ont constitué le matériel empirique qui a permis de mener à bien cette étude.

Événement, fête, rituel – nouvelles approches

  • 1 Claude Romano, L’événement et le monde, Paris, PUF, 1992.
  • 2 Nikolaus Müller-Schöll (dir.), Ereignis. Eine fundamentale Kategorie der Zeiterfahrung. Anspruch u (...)
  • 3 Remus Gabriel Anghel, Eva Gerhartz, Gilberto Rescher, Monika Salzbrunn (dir.), The Making of World (...)

4Dans les années 1990, les sciences historiques, rapidement suivies par l’ensemble des sciences sociales, ont procédé à une réhabilitation et à une relecture de la notion d’« événement ». Dans ce contexte, un numéro de la revue Terrain, dirigé en 2003 par Alban Bensa et Éric Fassin, a ainsi fait l’inventaire épistémologique et méthodologique de cette catégorie d’analyse en soulignant l’intérêt pour toutes les disciplines des sciences sociales d’aborder un fait sociétal sous cet angle. Sous l’impulsion de philosophes comme Claude Romano1 ou de chercheurs en sciences du spectacle ou en lettres, tout ceci a débouché sur une véritable réflexion interdisciplinaire à propos de l’événement comme « catégorie fondamentale de l’expérience temporelle2 ». Les sociologues ont contribué, de leur côté, à faire émerger la notion de société-monde3 et à poser la question des liens entre les niveaux micro – le voisinage, qui nous intéresse ici – et macro. Pour nous, la poursuite de ces réflexions épistémologiques est importante, car nous développons ainsi une nouvelle approche dans la sociologie des migrations. Le fait de ne plus partir de groupes définis a priori, mais de focaliser sur l’événement permet de sortir d’un nationalisme méthodologique et d’ouvrir ainsi la voie à des résultats inédits.

  • 4 Richard Grathoff, « Von der Phänomenologie der Nachbarschaft zur Soziologie des Nachbarn », Walter (...)
  • 5 Alois Hahn, « Die soziale Konstruktion des Fremden », Walter M. Sprondel (dir.), Die Objektivität… (...)

5Le premier, Richard Grathoff a appliqué la perspective phénoménologique dans son étude sur les voisins, en analysant la construction de l’espace à travers un événement. Je me suis inspirée de cette sociologie du voisinage4 et des réflexions d’Alois Hahn sur la construction de l’étranger5, en étudiant la production et la mise en scène de l’altérité au sens propre ainsi qu’au sens figuré. Le quartier de Belleville, où l’enquête a été menée, est l’un des quartiers de Paris les plus multiculturels. L’extrême variété des nationalités que l’on y trouve est souvent rappelée et mise en scène lors des fêtes de quartier. Les habitants d’origine étrangère, surtout ceux qui vivent des situations difficiles sur le plan administratif (ne disposant pas de titre de séjour ou seulement d’une carte de séjour temporaire) éprouvent, de fait, le besoin de compenser un sentiment de rejet subi sur le plan national par un sentiment d’enracinement sur le plan local. De nouvelles formes d’appartenances, exprimées par un très fort attachement envers la communauté de quartier, émergent et mènent à l’invention d’un théâtre des mises en scènes locales qu’est l’événement festif. Le quartier y est loué, tout comme les différents pays et les multiples cultures d’origines de ses habitants – ce qui peut conduire, comme je le montrerai par la suite, à une essentialisation des identités et des appartenances.

  • 6 Arnold Van Gennep, Rites de passage, Paris, A. et J. Picard, 1981 (1909).
  • 7 Victor Turner, From ritual to theatre: The human seriousness of play, New York, PAJ Publications, (...)
  • 8 Max Gluckmann, Politics, law and ritual in tribal society, Chicago, Aldine, 1965, p. 118-119.
  • 9 Cf. David I. Kertzer, Ritual, Politics and Power, Yale, Yale University Press, 1988, p. 11, et Cor (...)
  • 10 Catherine Bell, Ritual Theory, Ritual Practice, New York, 1992, p. 211.
  • 11 Dans Politics, law and ritual, op. cit.
  • 12 Richard Bauman, Story, Performance and Event. Contextual Studies of Oral Narrative, Cambridge, Cam (...)
  • 13 Klaus-Peter Köpping et Ursula Rao (dir.), Im Rausch des Rituals. Gestaltung und Transformation der (...)
  • 14 Ursula Rao, « Ritual in Society », Jens Kreinath, Jan Snoek et Michael Stausberg (dir.), Theorizin (...)
  • 15 Don Handelman, « Re-Framing Ritual », Jens Kreinath, Constance Hartung et Annette Deschner (éds.),(...)
  • 16 Pierre Bourdieu, Raisons Pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Éditions du Seuil, 1994, p. (...)
  • 17 Ivan Sainsaulieu, Monika Salzbrunn et Laurent Amiotte-Suchet (dir.), Faire communauté en société, (...)
  • 18 Winfried Gebhardt, Ronald Hitzler et Michaela Pfadenhauer (dir.), Events. Soziologie des Außergewö (...)
  • 19 Op. cit.

6Les événements que je mets au centre de l’analyse sont des fêtes et des rituels, reflets d’expressions politiques dans l’espace urbain. Dès l’origine de l’ethnologie et de la sociologie, les rituels et les fêtes ont été étudiés. Dans l’espace francophone, les travaux menés par Arnold Van Gennep6 sur les rituels comme rites de passage ont marqué un certain nombre d’études ultérieures. Alors que ce dernier considérait la liminalité comme phase intermédiaire, Victor Turner7 l’a insérée, lui, comme une catégorie propre dans le modèle qu’il a développé par la suite. D’après le modèle de Turner, une phase préliminaire est suivie par une exclusion des participants. La phase liminale qui s’en suit est décisive pour le rituel. Pendant cette dernière, un changement symbolique du statut des participants a lieu, c’est-à-dire une transformation de ces derniers qui se termine par leur réintégration. Ce qui m’intéresse ici, c’est la force avec laquelle le rituel témoigne d’une force transformative. Ainsi, même les conflits politiques peuvent être négociés au sein des espaces liminaires qui existent dans la société. D’ailleurs, au sein de toute hiérarchie normée, une rupture peut très bien mener à une crise qui, si elle est traitée avec succès, se termine par une réintégration. Le traitement discursif des conflits politiques à l’intérieur d’une anti-structure peut ainsi être particulièrement mis en scène par des acteurs qui n’ont point de possibilité d’expression à l’intérieur de la structure sociale formalisée. Au demeurant, c’est parce que dans un grand nombre d’états, les migrants n’ont qu’un droit limité de se réunir, de s’associer et de voter, qu’ils sont dépendants de structures alternatives. Dans le cas de Belleville, la prise de conscience d’un objectif politique local commun a donc, dans cette perspective, un impact sur la création de liens sociaux et la construction d’une appartenance commune à un territoire. Ainsi émerge, du point de vue des acteurs, le voisinage. Nous supposons donc que certaines structures méta-sociétales, comme le système politique, doivent être prises en considération pour que le potentiel transformateur des rites et des fêtes de quartier puisse se déployer avec succès. Max Gluckmann8 a déjà souligné l’existence de contradictions et de tensions au sein d’un rituel. Selon lui, malgré les éléments subversifs, un rituel se termine par une confirmation d’unité sociétale. La pratique du rituel doit cependant offrir, pour ce faire, un cadre d’interprétation assez large qui ouvre aux différents acteurs des possibilités de produire des significations9. Catherine Bell10 parle ainsi d’une arène « that affords a negociated appropriation of the dominant values embedded in symbolic schemes ». Max Gluckmann11 a vu un avantage méthodologique dans l’observation d’événements choisis, puisqu’il est possible d’y lire la complexité des rapports sociaux. Selon Richard Baumann12, le récit ayant pour objet l’événement est constituant de l’événement lui-même. L’évolution du discours émergeant détermine la suite de l’événement et montre des possibilités alternatives à la pratique sociale. Ursula Rao et Klaus-Peter Köpping13 élargissent encore le terme de l’événement : non seulement la structure est générée par l’événement, mais elle est créée et transformée par l’événement. En évoquant la question du cadre grâce auquel un rituel fonctionne en tant que tel, on considère que l’acte rituel est noué inséparablement avec la réalité sociale qu’il produit. Ici, je traite des effets réciproques entre le contexte sociétal dans lequel un événement a lieu et les effets sur la pratique sociale, c’est-à-dire les transformations qui en résultent. Les travaux de Klaus-Peter Köpping et Ursula Rao, entre autres, ont marqué un tournant performatif dans la recherche, répondant ainsi à une conception plus statique des rituels, qui les considérait comme garant d’un ordre sociétal. Cette nouvelle perspective souligne également la complexité des messages envoyés au cours du rituel, ainsi que la diversité des positions occupées par les différents acteurs qui y participent. Rao14 poursuit ici les réflexions de Don Handelman15 sur le cadre Möbius, lesquelles considèrent l’événement rituel comme une performance tournée vers l’intérieur et l’extérieur. Dans le cas des fêtes, l’effet extérieur constituant l’événement paraît plus évident mais appelle à une analyse consciente des mécanismes qui y mènent. Le public performatif a, selon Peter Bloch, une fonction porteuse de l’événement festif pendant et après l’événement, c’est-à-dire dans le cadre de sa réception ultérieure. Ce processus mutuel s’exprime par le capital symbolique des acteurs actifs grâce auquel le public permet à ces derniers une participation autoritaire à la fête. Dans le même temps, la performance symbolique (réussie) enrichit le capital symbolique des acteurs16. C’est en se plaçant dans cette perspective que des études sociologiques récentes considèrent des événements (au sens anglais de l’event, d’usage en allemand) comme des formes de communautarisation17 (au sens allemand de Gemeinschaft) sans limites des sociétés qui s’individualisent et se pluralisent de plus en plus18. Ici, nous pourrions établir un lien avec l’état de Communitas tel qu’il a été défini par V. Turner19. Cependant, il reste à déterminer si les « events » examinés ont pour conséquence un changement à long terme (telle une transformation de statut, comme dans l’exemple de Turner), ou s’il s’agit plutôt d’expériences individuelles superficielles dont l’effet ne dépasse pas la durée de l’événement, ou dont l’effet ne joue un rôle que dans le milieu au sein duquel elles se déroulent.

  • 20 Klaus-Peter Köpping, « Fest », Christoph Wulf (dir.), Handbuch Historische Anthropologie, Weinheim (...)
  • 21 Op. cit.

7Klaus-Peter Köpping20 a déjà souligné la complexité du terme « fête » et la difficulté à le distinguer du terme « rituel ». Celle-ci est liée au débat que mènent les sciences sociales sur le potentiel transformateur de ces événements. Dans les sociétés modernes, le rituel prend de nouvelles formes, parfois paradoxales, comme l’ont montré Marc Augé, ainsi que Corina Caduff et Joanna Pfaff-Czarnecka21. Ces dernières s’interrogent sur les transformations actuelles du rituel, liées aux besoins, parfois inédits, des nouveaux acteurs qui y participent. Aussi, notre étude a pour objet d’enrichir les recherches sur le rituel car elle les examine sous une perspective novatrice, les inscrivant dans les dynamiques politiques et sociétales actuelles (les migrations, les liens transnationaux, l’interaction avec les sociétés d’accueil).

La globalisation et la recherche sur les migrations internationales : interpénétrations locales et globales

  • 22 Roland Roberton, « Glocalisation: Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity », Mike Featherstone, S (...)
  • 23 Jonathan Friedman, « Global System, Globalization, and the Parameters of Modernity », ibid., p. 69 (...)
  • 24 Eleonore Kofman, « Figures of the cosmopolitan. Privileged nationals and national outsiders », Inn (...)
  • 25 John Urry, Consuming Places, Londres, Routledge, 1995 et id., Sociology beyond Societies, Londres, (...)

8L’intérêt que nous portons aux fêtes translocales peut déboucher sur une contribution empirique au débat sur la globalisation, dans la mesure où il s’agit là d’un lien entre des phénomènes locaux et globaux qui témoigne d’une certaine continuité historique. En utilisant le terme « glocalisation », R. Robertson22 a plaidé pour la nécessité de surmonter l’opposition micro-macro. Cela n’implique pourtant pas le postulat d’une homogénéisation croissante de pratiques sociales, comme le souligne à juste titre J. Friedman23 (p. 72). Nous suivons ce point de vue, adoptant une perspective relevant de la théorie de l’action dans le sens d’U. Hannerz, qui cherche à comprendre les liens transnationaux comme des expériences vécues du point de vue des acteurs. Nous utilisons le terme « translocal », car ici, la création d’une localité avec des références à d’autres localités au sein d’un espace translocal est significative. La participation aux fêtes translocales dans le sens d’une « global city » (S. Sassen) concerne un contexte sémantique défini à la fois spatialement et mentalement, allant au-delà du contexte géographique. Cependant, tous les acteurs n’ont pas conscience de toute la largeur de ce contexte sémantique et il est nécessaire de déceler le(s) sens qu’il peut prendre en menant des observations participantes et des interviews semi-guidées auprès des personnes concernées. Néanmoins, nous avons conscience des accès inégaux qu’ont les différents acteurs aux ressources locales et globales et suivons ainsi la critique que porte Eleonore Kofman à l’analyse souvent unidimensionnelle des cosmopolites (U. Beck, J. Urry). Lors de l’utilisation du concept des cosmopolites, une participation égale aux actions locales et globales est sous-entendue, alors que celle-ci est réservée à quelques privilégiés qui disposent d’un passeport et de ressources économiques convenables. Finalement, Kofman24 rappelle une face des cosmopolites volontairement laissée dans l’ombre, celle de leur indépendance et de leurs appartenances multiples, perçues comme une menace pour la majorité au sein d’une société. Bien que John Urry distingue plusieurs motifs d’être mobile, sa définition de l’Homme moderne25 révèle une personne qui peut exercer ses droits et se perçoit comme une consommatrice d’autres cultures et lieux. Sur le plan empirique, il s’agit ici d’une minorité dans les sociétés contemporaines.

  • 26 Thomas Faist, The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, (...)
  • 27 Nina Glick-Schiller et Georges Eugene Fouron, Georges Woke up Laughing. Long Distance Nationalism (...)
  • 28 Alejandro Portes, « Globalization from Below: The Rise of Transnational Communities », Princeton U (...)
  • 29 Ludger Pries, « The Disruption of Social and Geographic Space. Mexican-US Migration and the Emerge (...)
  • 30 Steven Vertovec, « Conceiving and researching transnationalism », Ethnic and Racial Studies, vol.  (...)

9Cette contribution au débat sur la globalisation analyse les interpénétrations transnationales non pas du point de vue de communautés préalablement définies, mais en partant d’événements auxquels participent des groupes de personnes spécifiques (dont la composition est explicable en partie par l’événement lui-même). Ceci permet de sortir du « nationalisme (ou ethnicisme) méthodologique », qui, lui, part de groupes culturellement distincts, en le remplaçant par une perspective innovatrice. En optant pour cette conception, nous voulons aussi contribuer à développer les recherches sur les interpénétrations et espaces sociaux transnationaux (Faist26, Glick Schiller/Fouron27, Portes28, Pries29, Vertovec30).

  • 31 Andrea Lauser, « Translokale Ethnographie », Forum Qualitative Sozialforschung/Forum, Qualitative (...)
  • 32 Peter Kivisto, Incorporated Diversity. Rethinking Assimilation in Multicultural Age, Boulder, Para (...)
  • 33 Richard Alba, « Assimilation, Exclusion, or Neither ? Models of the Incorporation of Immigrants in (...)
  • 34 Andreas Wimmer, « Multikuluralität oder Ethnisierung? Kategorienbildung und Netzwerkstrukturen in (...)
  • 35 Bernard Jouve et Alain-G. Gagnon (dir.), Les métropoles au défi de la diversité culturelle, Grenob (...)
  • 36 Rogers W. Brubaker, Citizenship and Nationhood in France and Gremany, Cambridge (MA), Harvard Univ (...)
  • 37 Nina Glick-Schiller, Linda Basch et Suzanne Blanc-Szanton (dir.), Towards a Transnational Perspect (...)

10La nécessité de théoriser les références translocales et transnationales résulte des premiers résultats empiriques et trouve un écho dans les recommandations épistémologiques et méthodologiques sur une « localisation de l’ethnographie » (Andrea Lauser31, p. 47) qui enracine le regard porté sur la globalisation et la transnationalisation par une contextualisation et une localisation des rapports sociaux. Peter Kivisto32, Richard Alba33, Andreas Wimmer34 et Bernard Jouve avec Alain-G. Gagnon35 ont présenté des travaux sur les processus de communautarisation dans les métropoles des sociétés d’accueil, offrant ainsi de nouvelles approches aux recherches sur les migrations. Ils analysent la vie commune dans le lieu de résidence comme le résultat de processus complexes de négociation qui prennent des directions différentes et ont un impact sur les migrants, ainsi que sur les sociétés d’accueil. Brubaker36 a nommé ces conséquences résultant des approches et adaptations mutuelles (des processus de négociation) « civil commonality » (p. 543 sq.). Ces approches innovantes que nous poursuivons ici lient intelligemment « agency » et « structure », le niveau micro et macro. Au début des recherches sur le transnationalisme, Nina Glick Schiller, Linda Basch et Suzanne Szanton-Blanc37 ont souligné un aspect important du cadre étatique qui est important ici : une vision universaliste de la société, qui exclut des différences individuelles de sa perception et de sa législation, peut mener à une identification accrue des migrants avec leur société d’origine, alors que la coexistence des identités plurielles ou « à trait d’union » n’exclut pas une identification avec la société d’accueil. Richard Alba montre pour la société américaine comment émergent ainsi des identités, ou appartenances multiples, dont l’une ou l’autre facette est visible selon la situation sociale.

  • 38 Anne-Marie Thiesse, « Die Zelebrierung der kleinen Vaterländer: Regionalismus und Nationalismus im (...)
  • 39 Christian Rinaudo, « Fêtes de rue, enfants d’immigrés et identité locale. Enquête dans la région n (...)
  • 40 Agnès Deboulet et Roselyne de Villanova (dir.), à paraître : Belleville, figures d’un quartier pop (...)

11L’historiographie est employée de manière sélective sur notre terrain, suivant des logiques similaires à la construction d’identités nationales ou régionales (Thiesse38), afin de créer un quartier urbain spécifique. L’appartenance à cet espace est ainsi, aux yeux des individus, privilégiée par rapport à l’origine ou aux orientations religieuses des habitants. Cette création interactive d’une localité à travers l’événement festif a déjà été démontrée par Christian Rinaudo39 à l’exemple d’un quartier de Nice. La sociologie urbaine, en particulier les travaux issus de l’École d’architecture de Paris-Belleville et du Réseau socio-économie de l’habitat Paris, ont posé un autre fondement empirique et analytique pour notre projet, en déconstruisant le « mythe de Belleville » sur le plan économique, politique et artistique, lors de deux colloques en 2005 et 2006, et dont Agnès Deboulet et Roselyne de Villanova assurent la publication40.

Les fêtes dans le contexte de la migration

  • 41 Alban Cordeiro, Marie-Antoinette Hily, « La fête des Portugais : héritage et invention », Revue eu (...)

12Jusqu’à aujourd’hui, il n’existe que peu de travaux empiriques qui prennent en considération les liens entre les débats résumés ci-dessus. Parmi eux se trouve un numéro thématique de la Revue européenne des migrations internationales sur les fêtes et les rituels dans la migration. Au sein de ce numéro se trouve une étude signée par Albano Cordeiro et Marie-Antoinette Hily41 traitant des fêtes de migrants portugais en France. Les auteurs montrent comment, au cours de l’évolution de la situation migratoire vers un accroissement des richesses financières et du succès, la créativité existant au départ a cédé la place à une reproduction de conventions chorégraphiques et stylistiques.

13Nous faisons également référence à l’étude de Michel Agier (2000) sur l’africanisation du carnaval brésilien de Bahia, qui montre comment l’héritage africain imaginé est inventé et perpétué dans la situation de fête par un mouvement de culture noire. Cette évolution rejoint les tendances afrocentristes que l’on trouve parmi certains Européens originaires de pays d’Afrique, et dont l’identification avec la culture afro-brésilienne pratiquée pendant des fêtes à Paris ou à Cologne témoigne. Par la suite, nous abordons l’implication concrète de migrants dans les fêtes locales ainsi que les mécanismes d’inclusion et d’exclusion produits mutuellement au cours de l’événement.

Les fêtes comme moyens d’expression politique

14Il y a un nombre croissant de recherches sur les processus de restructuration urbaine et sur le fonctionnement de la démocratie participative à Paris. Par ailleurs, la Ville de Paris analyse les instances de la démocratie locale qu’elle a mises en place au sein d’un « Observatoire pour la démocratie locale » ; celui-ci présente les résultats de son travail au cours de quatre séminaires annuels. Les thèmes centraux de ces séminaires recouvrent nos questions de recherche : la fête comme instrument de la démocratie locale ainsi que la composition du « Peuple de Paris ». Ceci indique que les décideurs et instances politiques ont découvert l’événement festif comme instrument de la démocratie locale et souligne l’actualité de notre programme de recherche. Les révoltes dans certains quartiers en automne 2005 ont accéléré le débat sur la représentation politique des habitants dans leur diversité. Le choix de placer les fêtes ainsi, comme moyens d’expression politique au centre de notre recherche dans un contexte migratoire, s’est avéré judicieux et novateur. Ce sujet n’a pas encore été abordé sous cet angle théorique et empirique, ni en France ni sur le plan international. En revanche, l’étude des aspects politiques de la fête s’inscrit dans une longue tradition de l’ethnologie et de la sociologie française (D. Fabre, M. Segalen, A. Raulin, etc.).

Les fêtes comme espaces de négociation politique dans le quartier Sainte-Marthe à Paris

  • 42 La Muridiyya est une confrérie soufie fondée par Cheikh Ahmadou Bamba au XIXe siècle, et à laquell (...)

15Contrairement à d’autres fêtes parisiennes comme la « Promenade du bœuf gras », le carnaval du quartier Sainte-Marthe ne se réfère pas directement aux racines historiques. Par contre, l’histoire du quartier est mise en avant afin de légitimer certaines revendications politiques. Un point commun aux deux fêtes réside dans la motivation de célébrer la diversité culturelle locale en faisant en sorte qu’un maximum d’habitants y participe. À Sainte-Marthe, l’association locale « Les Quatre Horizons », présidée par une Française d’origine algérienne, organise les fêtes de quartier sur la place centrale du quartier : fête du Printemps, Carnaval, Banquet de quartier etc. Ses motivations s’inscrivent surtout dans la politique locale. Dans les années 1990, la mairie (de droite) avait le projet de détruire entièrement le quartier historique, construit au XIXe siècle pour les ouvriers par un industriel utopiste, le comte de Madre. La réaction des habitants consistait alors en une résistance active qui revalorisait par des manifestations culturelles ce quartier qui avait mauvaise réputation à cause de son taux de criminalité particulièrement élevé. Le banquet de quartier et le carnaval estival développés à partir de cette époque de luttes politiques locales sont des événements réunissant majoritairement des habitants de diverses origines (maghrébine, française, brésilienne, sénégalaise, etc.) qui mettent en scène des éléments de différentes cultures (musique, danse, spécialités culinaires, etc.). Cette mise en scène de la diversité et de la différence mène à la fois à des essentialisations et à des hybridations. Dans le même temps, les messages musicaux contiennent des références globales (au débat actuel sur l’époque coloniale ou à l’esclavage). La programmation musicale, effectuée par la Présidente des « Quatre horizons » avec une productrice de musique, suit la logique d’une mise en scène de la diversité : on entend de la chanson française et de la valse musette, du jazz manouche, des chanteuses camerounaises et des chanteurs sénégalais, des rythmes caribéens et indiens, des chants de la confrérie soufie des Mourides42, des chants kabyles, des batucadas brésiliennes, et des créations de danse hip-hop présentées par les jeunes du quartier. Une danseuse de ventre qui fait participer des jeunes filles du public à sa prestation est une des vedettes qui se produit régulièrement à Sainte-Marthe. Ces fêtes s’adressent à la fois à l’ensemble de la population locale, aux « amoureux du quartier » qui viennent de l’extérieur, ainsi que, d’une autre manière, aux groupes spécifiés dans les demandes de subvention adressées à la Politique de la Ville, à la Mairie du Xe arrondissement ou à la Ville de Paris, par les associations. Ces groupes apparaissent comme des entités distinctes, tout en se mêlant avec l’ensemble des participants à la fête : les enfants participent aux animations de peinture ou de maquillage, les adolescents présentent leurs compositions musicales sur scène, et les femmes accompagnent avec des « you-you » la musique algérienne.

16Un ou deux tenanciers de café présents sur la place sont généralement associés à l’organisation de la fête, afin que la répartition sur l’espace public que représente la place satisfasse tous les intéressés. Lors du banquet annuel, un menu complet, préparé par l’association « Les Quatre Horizons », est servi aux inscrits : pour 50 francs (dans les années 1990), voire 15 euros maintenant, taboulé, couscous méchoui, fruits, pâtisseries algériennes et thé à la menthe sont servis sur la place dans une ambiance conviviale qui incite à faire connaissance avec ses voisins. Les années où le banquet avait été annoncé par la presse parisienne, notamment par l’ancien hebdomadaire branché Zurban, l’affluence était telle qu’il fallait ajouter des tapis aux nombreuses tables pour que tout le monde puisse trouver une place. Sainte-Marthe ne cultive pas seulement le voisinage fondé sur l’appartenance au territoire, mais participe également à des manifestations du grand Belleville comme l’ouverture des ateliers d’artistes de Belleville ou la fête de la musique, un événement national, voire européen. La fête de la musique fut d’ailleurs couronnée par le même succès que les fêtes locales au début des années 2000, attirant une telle foule que la circulation était même impossible aux piétons. D’autre part, l’association « Village Saint-Louis Sainte-Marthe » organise une brocante deux fois par an. Enfin, chaque année, les « Tréteaux Nomades » organisent un stage de Commedia dell’arte pour enfants ainsi que des pièces de théâtre sur une scène improvisée pendant une semaine fin août. La mairie du Xe arrondissement est si consciente de l’importance des fêtes comme créatrices de liens sociaux qu’elle soutient directement ou indirectement ces initiatives. La création d’« Ensemble, nous sommes le Xe », un regroupement d’associations qui s’exposent pendant quinze jours dans l’arrondissement, par l’ancienne élue Sylvie Scherer, témoigne de cette prise de conscience. En 2009, la quatorzième édition de la manifestation « Ensemble nous sommes le Xe » se présente par voie d’affichage et place la « quinzaine des rencontres multiculturelles sur le thème de la fête ». Le logo « Ensemble nous sommes le Xe » et celui de la Mairie, redessiné après les élections du nouveau maire Rémy Féraud, figure en bas de l’affiche qui est dominée par un « E » couvert de confettis. Les protagonistes du quartier Sainte-Marthe, en particulier l’association organisatrice de la plupart des fêtes, « Les Quatre Horizons », participe à toutes les expositions en mairie et tient un stand au canal Saint-Martin, lieu d’exposition des associations. Pendant la campagne des élections municipales de 2008, gagnées dans le Xe arrondissement par la gauche avec une écrasante majorité, plusieurs responsables associatifs avaient servi de relais et se trouvaient donc à l’interface entre la société civile et les candidats politiques. Le candidat du PS, Rémy Féraud, a eu recours à la présidente des « Quatre Horizons » afin d’organiser une réunion d’appartement dans les locaux de l’association. Ce moyen de campagne électorale, jusqu’alors connu de Neuilly-sur-Seine, vise à rassembler des sympathisants et électeurs potentiels par la voie de réseaux formels et informels. La plupart du temps, ces réunions ne sont pas affichées, ce qui leur donne un caractère intimiste. Ici, les organisateurs des fêtes ont pris le rôle de relais politique, tout en espérant que les bonnes relations se traduiront par la reconduite des subventions aux actions culturelles et sociales, dont les fêtes de quartier.

  • 43 Dominique Delouis, président de l’association « Village Saint-Louis Sainte-Marthe » dans une inter (...)
  • 44 Source : plusieurs interviews menées entre 1998 et 2009, et des observations participantes, en par (...)

17À première vue, ce pourrait être le reflet d’une image pittoresque de vie commune paisible et solidaire. Néanmoins, à y voir de plus près, l’appartenance commune au quartier n’est pas sans en exclure certains, perdants de cette réussite translocale. Les critères d’appartenance au quartier sont définis et redéfinis par les habitants eux-mêmes. Certains font des efforts de réhabilitation et de rénovation des immeubles, espérant que son attrait en soit rehaussé et que « les gens qui y habitent puissent y rester43 », mais la réalité est tout autre. Plusieurs habitants s’inquiètent de la hausse des prix de l’immobilier, conséquence de la présence des « bobos », voire des « riches44 », nouveaux ennemis des anciens habitants car acquéreurs des immeubles et promoteurs du quartier. Une ligne de fracture qui divise le voisinage est marquée par le rapport que les uns et les autres ont au bruit. Animation bienvenue pour les uns, tapage nocturne pour les autres, les nombreuses manifestations fragilisent l’équilibre entre résidence et lieu de sortie. Depuis quelques années, ce sont surtout les foules qui occupent les cafés les longues soirées d’été qui font l’objet de réactions contradictoires, dans le quartier, mais aussi de manière générale au sein des assemblée générales des conseils de quartier. De plus, quelques groupes de « jeunes », chassés de la place Sainte-Marthe à cause de la privatisation de l’espace public due à l’extension des terrasses, stationnent devant les immeubles, assis sur les emplacements à vélos, et jouent bruyamment aux cartes et parfois avec des mini-motos. Ces derniers posent implicitement de nouveau la question des appartenances au voisinage, de la gestion de l’espace public et des usages des lieux de sociabilité. Début septembre 2009, un habitant de l’immeuble devant lequel les jeunes se retrouvent a distribué un tract anonyme aux voisins les incitant à téléphoner au commissariat du quartier pour avoir « plus de chance qu’ils (les jeunes) soient dispersés », avant de « devoir envisager un dépôt de plainte collectif ». La ligne de fracture à travers le voisinage n’est alors pas déterminée par l’appartenance ethnique ou religieuse, encore moins par l’appartenance juridique de ses habitants à la nation (nationalité, titre de séjour), mais par l’attitude que les voisins montrent par leurs discours et par leurs usages de cet espace public.

18Grâce à ces événements culturels lui donnant un air de village et, surtout, depuis la multiplication de fêtes et de certains tournages de films, accompagnés d’un lobbying politique assidu auprès des élus, le quartier est connu bien au-delà de sa délimitation géographique. La stratégie semble avoir réussi : le projet de destruction a été transformé en projet de réhabilitation par la municipalité de gauche, élue en 2001 et plébiscitée en 2008. Plusieurs projets immobiliers, dont celui d’une maison de retraite rue Juliette-Dodu ainsi que celui de constructions le long du canal Saint-Martin côté Vuillemin, avaient été au centre des campagnes politiques locales dans le Xe arrondissement. Depuis le printemps 2009, les injections de béton destinées à consolider le sol des habitations construites sans fondations (comme la plus grande partie des faubourgs parisiens) ont débuté, de sorte que le patrimoine immobilier sera sauvé et non pas détruit, comme initialement prévu.

19L’identité définie géographiquement et les combats politiques locaux sont des éléments fédérateurs qui se situent au-delà de l’héritage religieux ou culturel des migrants. Le sentiment d’une appartenance commune rapproche les habitants de Sainte-Marthe également à l’occasion d’événements politiques nationaux, de sorte que les habitants se retrouvent afin de défiler derrière la même banderole. Dans ce cas empirique, le choix conceptuel d’observer les événements mène à des résultats qui diffèrent des études qui se concentrent sur une partie des habitants sous un angle « ethnique » ou religieux, sans tenir compte des réseaux locaux supra-ethniques. Ce quartier représente une source particulièrement riche pour l’analyse des constructions d’identité et d’altérité dans le contexte des fêtes locales grâce à sa composition multireligieuse et multiculturelle. Il ressemble en certains points au quartier de la Goutte d’Or situé dans le nord parisien : les deux quartiers participent à une manifestation commune estivale, la Barbès-Tour, qui réunit des membres d’associations locales, mais se réfère également à un contexte politique translocal. Tandis que les habitants de Barbès sont en grande partie originaires des anciennes colonies d’Afrique subsaharienne, le quartier de Belleville/Sainte-Marthe a accueilli successivement des populations ashkénazes, séfarade, arabe puis, plus récemment, chinoise et vietnamienne. En outre, les deux quartiers attirent de nombreux artistes, précurseurs d’une gentrification. La structure sociale des deux quartiers et les processus de restructuration urbaine présentent ainsi un certain nombre de similitudes. Dans les deux cas, l’espace festif est révélateur de constructions de voisinage qui sont accompagnées par des processus d’inclusion et d’exclusion qui s’y expriment.

*

20En conclusion, les relations sociales, culturelles et politiques mises en scène pendant la fête peuvent être résumées en cinq points :

  1. La fête reflète des processus de transformation politiques, économiques, sociaux et culturels. Dans le même temps, nous avons montré que les transformations se cristallisent autour de la fête, et sont soumises à son influence. Certains groupes s’agrègent autour de cette fête, comme les précurseurs d’une gentrification urbaine. Autrement dit, nous avons montré que ces processus d’agrégation sont en partie déclenchés par l’événement festif, ou renforcés par lui. Les objectifs politiques poursuivis au cours de la fête mènent, dans certains cas, à une restructuration des rapports sociaux. À Sainte-Marthe, de nouvelles lignes de fracture séparent maintenant les personnes pouvant se permettre de rester dans le quartier malgré la hausse des prix de l’immobilier, des loyers et des prix à la consommation, de celles dont les moyens financiers ne permettent plus d’assurer ces dépenses.
  2. Les courtiers culturels œuvrent comme des charnières et occupent des positions clés. Ils influencent considérablement les processus de transformation en cours. Suivant le concept des groupes stratégiques élaboré par Evers et Schiel45 ainsi que par J.-P. Olivier de Sardan et Thomas Bierschenk46, nous avons montré ici comment les alliances se forment au sein d’une arène politique, selon les logiques de la situation et des objectifs à atteindre. Les personnes clés ou interfaces, comme les présidents des associations locales, les orientent dans une direction choisie et les instrumentalisent pour obtenir certaines ressources ou pour atteindre certains buts politiques. Les minorités, auto-définies ou identifiées comme espèces à protéger, et les majorités (définies comme agissant dans l’intérêt du sens commun), sont créées dans les discours et instrumentalisées selon l’équilibre et la répartition des forces politiques en place47.
  3. Les appartenances ethniques ou religieuses sont utilisées comme ressources par les interfaces dans le cadre de leur impression management et employées consciemment au cours de processus de négociations – par exemple afin d’obtenir des subventions pour une action sociale –, alors que les lignes de fracture profondes tournent autour de critères très différents (ressources financières, rapport au bruit et à l’espace public, durée de résidence au sein du quartier, « amour » pour le quartier véhiculé par le discours, etc.).
  4. Les lignes de conflit, visibles dans la situation festive, se dressent en travers des distinctions ethniques (dans le sens de Barth) ou religieuses. Il s’agit dans la plupart des cas de conflits sociaux, situés au-delà de délimitations ethniques ou culturelles. L’hostilité face à une catégorie diffuse de « jeunes » ressort également des conflits, alors qu’il s’agit en fait seulement de certains adolescents stationnant devant les immeubles. Les jeunes gens qui consomment dans les cafés ne sont pas stigmatisés en tant que tels, mais en tant que consommateurs des cafés qui contribuent, dans leur ensemble, au bruit/tapage nocturne et/ou, selon le point de vue, à la valorisation du quartier dont témoigne la fréquentation des cafés.
  5. La municipalité manifeste également son intérêt pour la célébration du multiculturalisme et d’une vie commune paisible et formule une demande d’exemples concrets pour les liens sociaux supra-communautaires. Cette recherche d’expressions visibles de la cohabitation d’habitants d’origines et de cultures diverses entraîne une production culturelle qui est en train de ré-essentialiser des pratiques culturelles hybrides. Cette demande de la ville s’exprime surtout dans des quartiers très hétérogènes comme Sainte-Marthe ou encore dans la ville nouvelle de Torcy, dans laquelle une identité commune, territorialement définie, doit être créée, faute d’histoire de la ville. L’intitulé supplémentaire « quinzaine de rencontres multiculturelles », ajouté au regroupement « Ensemble nous sommes le Xe » témoigne de ce souci de la municipalité de valoriser explicitement la diversité des appartenances et origines des habitants du Xe arrondissement de Paris. Cependant, ce nouveau « cosmopolitisme » exclut certains groupes sociaux, indésirables aux yeux de certains habitants ou socialement défavorisés, comme l’a montré Eleonore Kofman48 dans d’autres contextes.

21La recherche empirique s’est déroulée sur 3 niveaux d’analyse :

  • 49 Monika Salzbrunn, « Enjeux de construction des rôles communautaires dans l’espace urbain : le cas (...)

22a) Politiques identitaires individuelles, b) Processus de négociations territoriales, c) Références globales (par ex. les incendies des immeubles à Paris en 2005, les razzias de sans-papiers ; le débat sur les relations Nord-Sud et sur la colonisation). Dans le contexte des élections municipales de 2008, les liens tissés entre les hommes et femmes politiques, élus pour la plupart grâce au soutien apporté à la rénovation de l’habitat réclamée au cours des manifestations festives, et les habitants concernés, ont été mobilisés afin de poursuivre ces politiques. Ici encore, l’appartenance au quartier, au voisinage, se définit selon les habitants par l’intensité du militantisme pour le quartier, par l’ancienneté de la présence dans les lieux, et par l’engagement envers la communauté, comme je l’ai montré par ailleurs49. Cette appartenance est alors avant tout une construction territoriale, sociale et politique, mais non pas ethnique, nationale ou religieuse.

Notes

1 Claude Romano, L’événement et le monde, Paris, PUF, 1992.

2 Nikolaus Müller-Schöll (dir.), Ereignis. Eine fundamentale Kategorie der Zeiterfahrung. Anspruch und Aporien, Bielefeld, 2003.

3 Remus Gabriel Anghel, Eva Gerhartz, Gilberto Rescher, Monika Salzbrunn (dir.), The Making of World Society. Perspectives from Transnational Research, Bielefeld, 2008.

4 Richard Grathoff, « Von der Phänomenologie der Nachbarschaft zur Soziologie des Nachbarn », Walter M. Sprondel (dir.), Die Objektivität der Ordnungen und ihre kommunikative Konstruktion. Für Thomas Luckmann, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1994, p. 29-55. Cf. en particulier p. 52.

5 Alois Hahn, « Die soziale Konstruktion des Fremden », Walter M. Sprondel (dir.), Die Objektivität…, op. cit., p. 140-163. Cf. en particulier p. 140.

6 Arnold Van Gennep, Rites de passage, Paris, A. et J. Picard, 1981 (1909).

7 Victor Turner, From ritual to theatre: The human seriousness of play, New York, PAJ Publications, 1982.

8 Max Gluckmann, Politics, law and ritual in tribal society, Chicago, Aldine, 1965, p. 118-119.

9 Cf. David I. Kertzer, Ritual, Politics and Power, Yale, Yale University Press, 1988, p. 11, et Corinna Caduff et Joanna Pfaff-Czarnecka, (dir.), Rituale heute. Theorien, Kontroversen, Entwürfe, Berlin, Reimer, 1999, p. 577.

10 Catherine Bell, Ritual Theory, Ritual Practice, New York, 1992, p. 211.

11 Dans Politics, law and ritual, op. cit.

12 Richard Bauman, Story, Performance and Event. Contextual Studies of Oral Narrative, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

13 Klaus-Peter Köpping et Ursula Rao (dir.), Im Rausch des Rituals. Gestaltung und Transformation der Wirklichkeit in körperlicher Performanz, Münster, Lit, 2000, p. 2.

14 Ursula Rao, « Ritual in Society », Jens Kreinath, Jan Snoek et Michael Stausberg (dir.), Theorizing Rituals. Classical Topics, Theoretical Approaches, Analytical Concepts, Annotated Bibliography, Leyde, Brill, 2006, p. 251 et Ursula Rao, « Ritualpolitik. Die (Nicht-) Emergenz sozialer und politischer Autorität durch rituelle Performanzen », Erika Fischer-Lichte, Christian Horn, Sandra Umathum et Matthias Warstat (dir.), Diskurse des Theatralen, Tübingen/Basel, A. Francke, 2005, p. 205.

15 Don Handelman, « Re-Framing Ritual », Jens Kreinath, Constance Hartung et Annette Deschner (éds.), The Dynamics of Changing Rituals, New York, Peter Lang, 2004, p. 16.

16 Pierre Bourdieu, Raisons Pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Éditions du Seuil, 1994, p. 116-123.

17 Ivan Sainsaulieu, Monika Salzbrunn et Laurent Amiotte-Suchet (dir.), Faire communauté en société, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître.

18 Winfried Gebhardt, Ronald Hitzler et Michaela Pfadenhauer (dir.), Events. Soziologie des Außergewöhnlichen, Opladen, Leske + Budrich, 2000, p. 12.

19 Op. cit.

20 Klaus-Peter Köpping, « Fest », Christoph Wulf (dir.), Handbuch Historische Anthropologie, Weinheim/Basel, Beltz, 1997, p. 1048-1065.

21 Op. cit.

22 Roland Roberton, « Glocalisation: Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity », Mike Featherstone, Scott Lash et Roland Robertson (dir.), Global Modernities, Londres, Sage, 1995, p. 25-44.

23 Jonathan Friedman, « Global System, Globalization, and the Parameters of Modernity », ibid., p. 69-90.

24 Eleonore Kofman, « Figures of the cosmopolitan. Privileged nationals and national outsiders », Innovation, vol. 18, no 1, 2005, p. 83-97.

25 John Urry, Consuming Places, Londres, Routledge, 1995 et id., Sociology beyond Societies, Londres, Routledge, 2000.

26 Thomas Faist, The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, Oxford, Oxford University Press, 2000.

27 Nina Glick-Schiller et Georges Eugene Fouron, Georges Woke up Laughing. Long Distance Nationalism and the Search for Home, Durham/Londres, Duke University Press, 2001.

28 Alejandro Portes, « Globalization from Below: The Rise of Transnational Communities », Princeton University, WPTC-98-01, 1997.

29 Ludger Pries, « The Disruption of Social and Geographic Space. Mexican-US Migration and the Emergence of Transnational Social Spaces », International Sociology, vol. 16(1), march 2001, p. 51-70.

30 Steven Vertovec, « Conceiving and researching transnationalism », Ethnic and Racial Studies, vol. 22, no 2, 1999, p. 447-462.

31 Andrea Lauser, « Translokale Ethnographie », Forum Qualitative Sozialforschung/Forum, Qualitative Research (On-line Journal), 6 (3), art. 7, www.qualitative-research.net/fqs-texte/3-05/05-3-7-d.htm,2005.

32 Peter Kivisto, Incorporated Diversity. Rethinking Assimilation in Multicultural Age, Boulder, Paradigm Publishers, 2005

33 Richard Alba, « Assimilation, Exclusion, or Neither ? Models of the Incorporation of Immigrants in the United States », Ph. Schuck, Rainer Münz (dir.), Paths to Inclusion: The Integration of Migrants in the United States and Germany, New York, Berghahn, 1998, p. 1-31. Richard Alba, Peter Schmidt et Martina Wasmer (dir.), Deutsche und Ausländer. Fremde oder Feinde; Emirische Befunde und theoretische Erklärungen, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 2000.

34 Andreas Wimmer, « Multikuluralität oder Ethnisierung? Kategorienbildung und Netzwerkstrukturen in drei schweizerischen Immigrantenquartieren », Zeitschrift für Soziologie, Jg. 31, Heft 1, Februar, 2002.

35 Bernard Jouve et Alain-G. Gagnon (dir.), Les métropoles au défi de la diversité culturelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006.

36 Rogers W. Brubaker, Citizenship and Nationhood in France and Gremany, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1992.

37 Nina Glick-Schiller, Linda Basch et Suzanne Blanc-Szanton (dir.), Towards a Transnational Perspective on Migration: Race, Class, Ethnicity and Nationalism reconsidered, New York, New York Academy of Science, 1992.

38 Anne-Marie Thiesse, « Die Zelebrierung der kleinen Vaterländer: Regionalismus und Nationalismus im Frankreich der Dritten Republik (1871-1940) », Jahrbuch des SFB 417, Band 1 : Kulturwissenschaftliche Regionenforschung, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2001, p. 120-136; Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales. Europe, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1999.

39 Christian Rinaudo, « Fêtes de rue, enfants d’immigrés et identité locale. Enquête dans la région niçoise », Revue européenne des migrations internationales, vol. 16, no 2, 2000, p. 43-57.

40 Agnès Deboulet et Roselyne de Villanova (dir.), à paraître : Belleville, figures d’un quartier populaire entre mythes et réalités. Nous participons à l’ouvrage qui prend la suite de cette réflexion.

41 Alban Cordeiro, Marie-Antoinette Hily, « La fête des Portugais : héritage et invention », Revue européenne des migrations internationales, vol. 16, no 2, 2000, p. 59-76.

42 La Muridiyya est une confrérie soufie fondée par Cheikh Ahmadou Bamba au XIXe siècle, et à laquelle adhèrent majoritairement des Sénégalais. Lors d’une fête sur la place Sainte-Marthe, des chants faisant les louanges de Cheikh Ahmadou Bamba ont été présentés par le groupe d’amis d’un commerçant sénégalais travaillant dans le quartier.

43 Dominique Delouis, président de l’association « Village Saint-Louis Sainte-Marthe » dans une interview accordée au journal local Dix et demie. Vivre dans le Xe, no 10, 2003, p. 5.

44 Source : plusieurs interviews menées entre 1998 et 2009, et des observations participantes, en particulier pendant les campagnes des élections municipales de 2001 et 2008.

45 Hans-Dieter Evers et Tilman Schiel, Strategische Gruppen. Vergleichende Untersuchungen zu Staat, Bürokratie und Klassenbildung in der Dritten Welt, Berlin, Dietrich Reimer, 1988.

46 Jean-Pierre Olivier de Sardan et Thomas Bierschenk, « Les courtiers locaux du développement », APAD Bulletin no 5,1993, p. 71-76.

47 Frederick George Bailey, Stratagems and spoils: a social anthropology of politics, Boulders, Westview, 2001.

48 Op. cit.

49 Monika Salzbrunn, « Enjeux de construction des rôles communautaires dans l’espace urbain : le cas du quartier de Belleville à Paris », Ivan Sainsaulieu et Monika Salzbrunn (dir.), Esprit critique, automne 2007, 10, no 1 : « La communauté n’est pas le communautarisme », (http://www.espritcritique.fr/publications/1001/esp1001article05.pdf).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540