Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Deuxième partie. Se rencontrer, pratiquer le vivre ensemble

Mon voisin est mon parrain. Usages et représentations de la proximité résidentielle à Lisbonne au tournant du XXe siècle

Frédéric Vidal

Texte intégral

  • 1 Sur l’usage de la notion de « proximité » en sociologie, voir A. Bourdin, A. Germain et M.-P. Lefe (...)
  • 2 Les études d’Arlette Farge sur la rue à Paris au XVIIIe siècle ont démontré la richesse de ce type (...)
  • 3 François Buton, « L’observation historique du travail administratif », Genèses, no 72, 2008, p. 2- (...)

1En quoi l’échelle du voisinage est-elle pertinente pour comprendre les formes de structuration des sociétés urbaines ? À cette interrogation très ancienne au sein des sciences sociales sur le rapport problématique entre proximité spatiale et relations sociales, les historiens ont surtout répondu par l’étude des formes de cohabitation plus ou moins conflictuelles entre voisins1. Des travaux, basés sur l’analyse minutieuse des archives de police ou de séries d’actes judiciaires ou notariaux, ont ainsi permis de restituer les évolutions des modes de partage entre espaces publics et privés, à l’échelle de l’immeuble ou de la rue2. On sait en revanche peu de chose sur le rôle des relations de voisinage dans l’évolution des formes de stratification des sociétés urbaines. Pour s’engager dans ce type d’enquête, les historiens doivent forcément se contenter d’interpréter des indices épars permettant de reconstituer, plus ou moins précisément, des positions ou des pratiques sociales qui témoignent des modes d’insertion des individus dans leur milieu environnant. Les sources sont alors peu loquaces et donnent une vision tronquée des dynamiques sociales. L’analyse d’ensemble doit sans cesse intégrer la réflexion sur le mode d’observation adopté et la logique de production des sources consultées3.

  • 4 Cette recherche a été en partie effectuée dans le cadre d’un projet pluridisciplinaire dirigé par (...)
  • 5 L’état civil laïque et obligatoire est créé par la loi du 18 février 1911. Il s’agit d’une mesure (...)

2L’étude présentée ici porte sur les formes de stratification des milieux populaires de Lisbonne au tournant du XXe siècle4. Elle s’intéresse aux relations de voisinage dans une perspective de micro-analyse des situations individuelles et des liens entre groupes socioprofessionnels saisis dans leur espace résidentiel. Les actes de baptême et de naissance de l’état civil lisboète constituent la principale source de cette enquête5. L’observation est menée à partir de l’analyse d’une relation singulière : les liens de compérage qui associent les parents et les parrains d’un enfant.

  • 6 Graça Indias Cordeiro, « Terrains urbains au Portugal : la ville à l’échelle de l’ethnographie », (...)

3À la fin du XIXe siècle, Lisbonne n’occupait plus le haut de la hiérarchie des villes européennes. Elle demeurait cependant un centre urbain important – plus de 350 000 habitants en 1900 – qui connaissait une forte croissance depuis quelques décennies, notamment dans ses zones périphériques, comme le quartier d’Alcântara à l’ouest de la ville, transformées par une industrialisation limitée à l’échelle nationale, mais fortement polarisée dans l’espace. Au centre-ville, les quartiers plus anciens facilement identifiables par leur morphologie si particulière – leurs ruelles, leurs impasses, leurs petits escaliers – n’étaient touchés que plus superficiellement par ces transformations. Ils restaient cependant densément peuplés et constituaient des espaces de vie populaire très prégnante. Bica, Alfama, Mouraria, Madragoa… : ces quartiers de dimension modeste, concentrés aux abords du centre-ville, sont encore aujourd’hui étroitement associés à des représentations spécifiques de la ville et des modes de vie urbaine. Lisbonne est connue pour ses « quartiers populaires », ses espaces de vie sociale intense et immuable. Est-ce à dire que l’histoire de Lisbonne fut déterminée par l’importance du quartier comme forme sociale de base de la vie urbaine ? Par rapport aux villes de taille et de fonction comparables, Lisbonne se distinguerait-elle par le fait d’avoir été une « société de voisins » ? En l’état actuel des connaissances, il est difficile de comparer les sociétés urbaines sous cet angle. Que peut-on comparer ? Quelles pratiques ? Quelles évolutions ? Dans le cas de Lisbonne, tout juste peut-on noter l’habitude de privilégier la petite échelle dans l’appréhension de la ville : le voisinage, le quartier (bairro), la paroisse (paróquia ou freguesia). Le « quartier populaire » est une construction culturelle et sociale qui regroupe un ensemble de représentations, véhiculées par des textes, des discours, des pratiques festives, etc., contrastant parfois avec la diversité des vécus des habitants. Par ailleurs, en privilégiant les approches à une petite échelle, de type micro-analytique, les sciences sociales ont aussi contribué à valoriser le rôle du quartier et des liens de proximité comme le voisinage6. Les objets d’étude – le fado, les cultures ou les fêtes populaires – et les modes d’entrée dans la ville – le quartier ou la rue – ont peu à peu imposé une grille d’analyse privilégiée des rapports sociaux en ville.

  • 7 Voir par exemple les articles rassemblés dans le dossier : « Descrever a cidade », Ler História, n(...)

4Les descriptions faites par les contemporains et les études postérieures élaborées par les sciences sociales sont parcourues par une même tension qui oppose, plus ou moins consciemment, pratique et représentation du voisinage7. Cette tension peut se retrouver dans l’analyse des actes de l’état civil. Ceux-ci permettent en effet de lancer deux regards bien distincts sur la société lisboète. Tout d’abord, les liens parents/parrains témoignent de pratiques relationnelles dont on peut essayer de comprendre certaines règles ou logiques, en mesurant notamment le rôle du voisinage dans la construction de ces relations. Mais les actes de l’état civil sont aussi des documents administratifs dont l’organisation et le contenu sont les produits d’un regard spécifique sur la ville. C’est donc le voisinage comme ressource relationnelle, mais aussi comme catégorie de représentation administrative des sociétés urbaines qui peut affleurer dans ces documents.

  • 8 Ces deux quartiers ont fait l’objet de deux études approfondies, l’une sociologique et l’autre his (...)
  • 9 On peut se reporter, par exemple, aux descriptions des auteurs du début du siècle : voir par exemp (...)

5Cette étude vise donc à analyser des comportements relationnels ou bien encore des pratiques administratives qui en ont gardé la trace. Deux sondages ont été effectués au sein de la population de deux rues de Lisbonne : la Rua dos Remédios dans le quartier d’Alfama dans les années 1880 et la Rua da Cruz dans le quartier d’Alcântara dans les années 19308. Un quartier populaire, typique de Lisbonne, et un quartier industrialisé situé davantage en périphérie. À la fin du XIXe siècle, la Rua dos Remédios est une rue commerçante qui constitue un espace social plutôt à part au cœur de l’Alfama, célèbre quartier populaire de la capitale portugaise où s’entasse une population pauvre et assez homogène du point de vue culturel9. Le voisinage de la Rua dos Remédios est composé d’artisans et de travailleurs, mais aussi d’employés de bureau, de commerçants et de petits fonctionnaires. Quelques décennies plus tard, les habitants de la Rua da Cruz sont surtout issus de ce milieu ouvrier aux contours imprécis, lié à une industrie diversifiée (mécanique, textile, chimie, biens de consommation courants) quoique généralement de taille réduite. Ces ouvriers Côtoient d’autres composantes des couches les plus modestes de la population. Là encore les employés de commerce et les petits fonctionnaires, sans doute la plupart de condition assez modeste, sont nombreux à émarger dans les actes de l’état civil.

La reconnaissance par l’interconnaissance

6À partir des liens de compérage, il est possible de reconstituer des bribes de réseaux personnels qui, pour une bonne part, puisent dans le vivier des relations de voisinage. Celles-ci occupent en fait une place importante, mais non nécessairement prépondérante comme nous allons le voir, dans ces affinités électives que constituent les liens de compérage. Dans un premier temps, on doit s’interroger sur le sens à donner à la mise en valeur de ces relations dans ces documents. La place accordée à celles-ci dans des actes officiels présuppose en effet une perception particulière des modes de vie en ville. Ces pratiques administratives sont influencées par des représentations spécifiques de ces milieux urbains où la proximité physique ou sociale et l’interconnaissance directe jouent un rôle essentiel.

  • 10 Gérard Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001, p.  (...)
  • 11 Henri Lefebvre, « Quartier et vie de quartier », Du Rural à l’Urbain, Paris, Anthropos, 2001, p. 2 (...)
  • 12 Dans les deux cas, les parrains jouent un rôle important mais pas équivalent. Dans l’Alentejo, on (...)

7Du point de vue de l’administration, les parrains font d’abord fonction de témoin. Leur présence lors de la rédaction des registres permet de s’assurer de l’identité des parents et de leurs enfants. Cette pratique rejoint l’usage commun des liens du voisinage comme mode d’identification des individus. Un usage qui perdure dans un contexte général d’étatisation des sociétés occidentales et de mise en place des « identités de papier » comme « mode de reconnaissance à distance » des individus10. Ainsi les actes de l’état civil véhiculent-ils une perception spécifique de l’espace social où la paroisse assure le rôle symbolique et pratique d’unité de base de la communauté urbaine11. Cette perception valorise l’importance des relations personnelles qui se nouent, au cours de la vie quotidienne, dans l’espace résidentiel. En 1911, la création d’un état civil laïque et obligatoire par le régime républicain aurait pu, sur ce point aussi, constituer une rupture. À partir de cette date, et en dehors de toute obligation légale, l’identité des parrains est pourtant souvent mentionnée dans les actes de naissances. On parle alors de « parrains de registre12 ». Dans les années 1930, à Alcântara, cette mention est même systématique. Le rituel se renouvelle mais perdure dans des conditions similaires et la relation de compérage, qui fait officiellement du parrain un témoin, vient dédoubler le lien symbolique du parrainage.

  • 13 Dans les faits, ce principe perdura jusqu’à l’instauration de la Ier République. En 1878, furent c (...)
  • 14 « Decreto do 22 de Maio de 1861 », Diário de Lisboa, no 130, 12 juin 1861. L’expression « état civ (...)
  • 15 Documentation du Ministério dos Negócios Eclesiásticos e da Justiça (MNEJ), Arquivo Nacional Torre (...)

8L’utilisation par l’administration des liens entre proches, entre voisins ou entre membres d’une même communauté locale, est une constante dans l’histoire de l’état civil portugais. À partir des années 1830, l’État portugais s’attacha à organiser et à réglementer la tenue des registres paroissiaux. Le principe général était que, dans un premier temps, les registres paroissiaux devaient faire fonction d’état civil13. Théoriquement, on change ici d’échelle d’analyse puisque ces règlements s’appliquaient sur tout le territoire national. Toutefois, la ville, et en particulier Lisbonne, servit souvent de milieu d’expérimentation et d’observation des pratiques. Ainsi, en mai 1861, fut constituée une commission chargée d’examiner les conditions de l’application du règlement de 1859, un texte qui définit les principes généraux d’organisation de l’état civil14. Cette commission, présidée par le cardinal patriarche de Lisbonne, était composée de juristes et d’ecclésiastiques. Ces derniers, hommes de terrain, exerçaient leur fonction dans la capitale. Le décret royal qui mit en place la commission était d’ailleurs présenté comme une réponse aux protestations de certains prêtres de Lisbonne au sujet du fonctionnement du registre paroissial15. La nature exacte de ces protestations demeure assez floue mais, à en juger par les ajustements règlementaires effectués dans les mois suivants, la question de l’identification des parties en présence devait justement figurer au cœur des discussions.

  • 16 Diário da Câmara, 31 août 1840.

9Les dispositions réglementaires, les choix en matière d’organisation ou, plus simplement, les pratiques quotidiennes s’appuyaient souvent sur l’idée que l’état civil devait tirer parti des ressources disponibles au niveau local, dans chaque village ou quartier. Les services de l’état civil devaient être organisés à petite échelle et la paroisse était décrite comme le cadre territorial idéal. Jusqu’au tournant du siècle, il existe somme toute un assez large consensus autour de la personnalité du curé de paroisse : « L’homme le plus intelligent et le plus honnête de la paroisse, et son meilleur conseiller16. » On considère généralement qu’il possède les compétences requises car il sait écrire et surtout il « connaît les gens ».

  • 17 Regulamento do Registo Paroquial, 1859, article 12 : « informações das próprias partes ou de seus (...)
  • 18 « Les actes, avant d’être signés, seront toujours lus et les deux exemplaires manuscrits approuvés (...)
  • 19 « Os quais todos conheço (ou dou fé) serem os próprios ».
  • 20 J’ai trouvé une seule référence dans la documentation du Ministério dos Negócios Eclesiásticos et (...)

10La procédure de vérification des identités reposait essentiellement sur les réseaux d’interconnaissance qui permettaient d’attester la valeur des déclarations. Les informations recueillies dans les actes provenaient de déclarations orales effectuées généralement par le parrain et la marraine, ou plus rarement par l’un des parents17. Dans le règlement de 1859, la lecture à voix haute des actes devant les témoins occupait d’ailleurs une place centrale dans la procédure18. À aucun moment les déclarants n’avaient à prouver formellement leur identité, les prêtres se contentant d’affirmer savoir qui ils étaient. Les formules utilisées dans les actes officialisaient ces modes de reconnaissance des identités. Le formulaire type des actes de baptême conçu en 1859 se concluait par une expression qui devait figurer sur le registre une fois recueillis tous les éléments d’information sur les différents acteurs : « que je reconnais (ou donne foi) être eux en personne19 ». C’était donc au prêtre – ou au rédacteur de l’acte qui agissait par délégation – de garantir l’identification de chaque individu. En d’autres termes, la reconnaissance des identités individuelles se faisait grâce à l’insertion des acteurs dans le tissu relationnel local. Au contraire, un éloignement de la communauté ou une marginalisation entraînait théoriquement l’impossibilité de faire reconnaître son identité, c’est-à-dire de faire savoir qui on était. Dans les registres paroissiaux, l’identification des individus était dans une large mesure un fait communautaire. Dès lors, on ne peut s’étonner que la notion de fausse déclaration soit quasi absente des rapports transmis au Ministério dos Negócios Eclesiásticos e da Justiça20.

  • 21 Je me réfère ici plus particulièrement aux actes de baptêmes des habitants de la Rua dos Remédios (...)

11Les actes des registres paroissiaux reprenaient la formule modèle, souvent sous une version légèrement modifiée. Les ecclésiastiques s’appropriaient cette phrase récurrente en introduisant des éléments qui renforçaient la dimension relationnelle des procédures d’identification. La communauté qui servait de référence pour établir l’identité des déclarants était bien entendu la paroisse. Les déclarants étaient explicitement présentés comme des « paroissiens de » ou « mes paroissiens21 ».

12Est-ce à dire que les registres paroissiaux n’envisageaient aucune forme de reconnaissance et aucun mode d’identification indirecte ou à distance ? Le formulaire de 1859 prévoyait une variante à « je connais ». Le prêtre pouvait aussi indiquer « donne foi ». La bonne foi était considérée comme un élément suffisamment probant. Dans la rédaction des actes, « bonne foi » et « connaissance interpersonnelle » étaient souvent réunies sous la formule « je connais et donne foi ». Résultat probable des travaux de la commission de 1861, un nouveau formulaire publié en 1862 mentionnait en note une expression que le prêtre devait utiliser quand il ne connaissait pas « personnellement » les individus : « Je sais, pour en avoir été informé, que ce sont eux ». Cette expression suggérait que l’oralité et la logique relationnelle prévalaient quelles que fussent les circonstances : on me dit que cette personne se nomme ainsi donc je le crois sur parole.

  • 22 Brigitte Miriam Bedos-Rezak et Dominique Iogna-Prat, L’individu au Moyen-Âge, Paris, Aubier, 2005. (...)
  • 23 Claude Gauvard, « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, no 24, 1993, p. 5-13, article cité (...)

13Ces formules répétées dans chaque acte tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle renvoient encore une fois à l’image de la petite communauté. Ces références constantes à la « bonne foi » et à la « bonne réputation » invitent à se replacer dans une histoire longue du mode de construction des identités sociales. Dans les sociétés médiévales, la renommée était essentielle à la condition des individus non nobles22. Les médiévistes ont souligné la place prépondérante de la parole comme fondatrice d’un état en soi : on est ce que l’on dit ou ce que l’on dit sur soi. Ainsi, dans le vocabulaire médiéval, les notions de « bonne foi » ou de « bonne réputation » côtoyaient souvent celle de « bonne conversation23 ». Dans le Lisbonne de la seconde moitié du XIXe siècle, les rapports sociaux peuvent s’être complexifiés, mêlant des formes toujours plus nombreuses et variables d’appartenance et de reconnaissance entre les individus ou groupes d’individus. Pour l’administration, c’est toutefois encore directement à travers ces liens de sociabilité que s’établit une bonne part des paramètres nécessaires à la reconnaissance des identités individuelles.

Les liens de compérage en ville à l’époque contemporaine

  • 24 Il s’agit en revanche d’un thème classique de l’anthropologie, voir Agnès Fine, Parrains, marraine (...)

14Les relations de compérage dans une grande ville au tournant du XXe siècle peuvent être considérées comme des indices des formes de structuration des milieux urbains, notamment à l’échelle du quartier ou du voisinage. Elles peuvent en être le produit mais contribuent aussi à en façonner les contours. Elles s’imposent donc comme un angle d’observation intéressant et jusqu’ici négligé par les historiens. Parrainage et compérage ont en effet surtout intéressé les historiens de la famille des époques médiévales et modernes, le thème n’ayant eu que peu de succès pour les périodes plus récentes24. En fait, on connaît assez mal les formes de compérage à l’époque contemporaine, notamment en ville. On sait qu’il s’agit de pratiques très anciennes, plutôt liées aux communautés traditionnelles du monde rural, et déclinantes depuis le XIXe siècle. L’approche proposée dans cette étude pourrait donc déboucher sur des questionnements quelque peu décalés par rapport aux logiques sociales dominantes dans les milieux en question.

  • 25 A. Fine, Parrains, marraines…, op. cit.

15Les relations de parrainage – entre adultes et enfants – et de compérage – entre adultes – sont héritières d’une longue tradition qui, pour l’essentiel, s’inscrit dans l’histoire du christianisme. À l’époque contemporaine, elles jouent un rôle de plus en plus imprécis. Même la distinction traditionnelle entre parrainage intensif ou extensif, selon que les parrains et marraines sont recrutés à l’intérieur ou à l’extérieur du cercle étroit de la proche parenté, perd de son acuité quand il s’agit de l’appliquer à des populations urbaines, composées de familles dont les trajectoires se dessinent au gré des destins individuels25. Saisir les logiques de cette relation à travers des oppositions simples faisant intervenir, par exemple, la proximité ou la distance résidentielle, peut alors sembler réducteur.

  • 26 Ernesto Veiga de Oliveira, « Aspectos do Compadrio em Portugal », Actas do III Colóquio Internacio (...)
  • 27 E.V. de Oliveira, « Aspectos… », art. cit., p. 163.
  • 28 Iibid., p. 165. Le folar est un gâteau traditionnel confectionné à Pâques. Par extension, le mot d (...)

16Pour une part, le choix de ce mode d’observation se justifie par les caractéristiques du contexte lisboète. Au Portugal, de nombreux indices indiquent la permanence de l’influence sociale des liens de compérage jusqu’à une époque récente. À la fin des années 1950, l’ethnologue Ernesto Veiga de Oliveira notait qu’au Portugal, le compérage s’imprégnait des « marques caractéristiques du tempérament et de la culture nationaux, qui lui [donnaient] une tonalité spécifique26 ». Au XXe siècle, les relations de compérage offraient encore une bonne illustration de « l’environnement social portugais » : un certain archaïsme, les coutumes affables, une atmosphère diffuse de paternalisme… Selon Ernesto Veiga de Oliveira, c’est précisément sous « cet aspect archaïsant de paternalisme que le compérage se [manifestait] au Portugal ». Par paternalisme, il entendait notamment « l’extension du concept élargi de la famille, avec ses implications affectives et sentimentales, aux filleul(e)s27 ». Mais dans la société portugaise, les formes de parrainage se sont aussi transformées dans le temps et en fonction des contextes sociaux. Elles se sont peu à peu assouplies, perdant de leur spécificité. Le folar que le parrain offrait à son filleul le jour de Pâques a changé de nature : une monnaie d’or, une enveloppe avec une petite somme d’argent, un vêtement ou un jouet substituaient le gâteau traditionnel28. Ces évolutions qui témoignaient des changements de valeurs et d’intérêts, furent particulièrement sensibles en ville.

  • 29 Miguel Torga, « Não Venhas Mais… », Rua, Coimbra, Ed. do Autor, 1942, p. 7-34 (traduction français (...)
  • 30 A. Fine, Parrains, marraines…, op. cit.

17Drôle de relation en fait qui, à l’époque et dans les milieux qui m’intéressent, ne témoignerait finalement que de la persistance de certaines pratiques plus ou moins désuètes qui peu à peu perdraient de leur contenu. Les témoignages littéraires abondent d’ailleurs plutôt dans ce sens. Une nouvelle de Miguel Torga retrace ainsi le destin tragique d’un couple qui subit l’humiliation du parrain de leur fils aîné29. L’histoire se déroule à Coimbra, dans les années 1930. Le parrain est un commerçant, patron du père de l’enfant. Il vit dans le même quartier que la famille, sans être, au sens le plus strict, un voisin. Chaque année, à la veille de Pâques, la remise du folar – une enveloppe contenant une maigre somme d’argent – est l’occasion pour le patron d’afficher son mépris envers son employé. Loin de toute amitié, même « ritualisée », du service rendu ou de la « bonne distance sociale » qu’évoque Agnès Fine30, la relation de compérage se résume ici à une opposition frontale de classe.

  • 31 Gervasio Lobato, Lisboa em Camisa, Lisbonne, Parceira Antonio Maria Pereira, 1931, p. 254 (1er édi (...)

18Le compérage peut aussi directement relever des relations de bon voisinage. Mais il est alors décrit comme obéissant à des codes de bonne conduite précis, mettant une nouvelle fois en jeu des oppositions sociales très marquées. Les infortunes des personnages du roman de Gervasio Lobato, Lisboa em Camisa, semblent illustrer le caractère obsolète et quelque peu ridicule des relations traditionnelles de compérage en ville31. Nous sommes désormais au sein de la petite bourgeoisie lisboète dans les années 1880. Monsieur Antunes, employé dans un ministère, vit avec sa femme, sa sœur et son neveu, dans la Rua dos Fanqueiros, au cœur du quartier de la Baixa, en centre-ville. Fraîchement débarqué de son village natal de l’Algarve, il n’a pas encore complètement intégré les usages et les coutumes de la capitale. Un long passage du roman est consacré aux préparatifs du baptême de son premier fils. L’événement est important, car à plus de cinquante ans, M. Antunes n’avait toujours pas de descendance. Le choix du parrain se porte tout naturellement et sans grande discussion sur le voisin de palier. Mais celui-ci n’est pas choisi au hasard. M. Torres – le Conselheiro Torres – affiche volontiers l’importance de son statut social. Il s’agit d’un homme de loi (juge ou conseiller), dignitaire du Royaume. Le lien de compérage permet donc de nouer une relation entre deux individus qui appartiennent à des groupes socialement différenciés. M. Antunes représente la figure typique du provincial et le ton du livre est assez ironique : les parents se sentent piégés quand ils croient par erreur que le parrain se prénomme Moysés et que, par conséquent ils doivent donner ce même prénom à leur fils. En fait, Moysés était le surnom que le Conselheiro Torres avait reçu à l’armée. De cet épisode de la littérature populaire portugaise de la fin du XIXe siècle ressort l’impression que les relations de compérages traditionnelles, imprégnées de clientélisme, sont typiques du Portugal provincial et rural. En ville, elles perdraient de leur valeur et deviendraient quelque peu ridicules.

  • 32 Cette partie reprend les conclusions d’un texte précédent : Frédéric Vidal, « As relações de compa (...)
  • 33 Les parrainages multiples – lorsqu’un même individu est choisi plusieurs fois pour être parrain pa (...)
  • 34 Il s’agit d’une des définitions possibles du concept de « communauté » : Howard W. Hallman, Neighb (...)

19L’analyse des choix effectifs des pères et des mères donne pourtant une image plus complexe de ces formes de relation sociale. Une première enquête menée parmi les habitants de deux rues du quartier d’Alcântara au début du XXe siècle, laissait entrevoir la diversité des situations et des choix individuels32. À Alcântara et à cette époque, le compérage n’obéit plus vraiment à des règles rigides et quasi uniformes. En ville, et notamment dans les milieux populaires, les formes traditionnelles de compérage perdent de leur substance et cette relation devient quasi informelle. On n’observe pas de grandes distances sociales entre les pères et les parrains. Par ailleurs, il est rare de rencontrer le même parrain dans différents actes de baptême ou de naissance33. Cette relation apparaît au contraire comme un exemple des multiples relations interindividuelles présentes dans un milieu urbain structuré selon le modèle de la petite communauté de voisinage ou de quartier. Le parrain peut être, exclusivement ou de manière cumulée, un parent, un voisin, un collègue de travail ou un ami. On peut émettre l’hypothèse que, la plupart du temps, cette relation repose sur une proximité réelle entre des individus qui partagent des valeurs, des intérêts communs et des normes de conduite34. Pour autant, en choisissant un parrain et une marraine pour leur enfant, les parents distinguent une proximité spécifique, une affinité particulière au sein de leur réseau de relations personnelles. C’est aussi dans ce choix que réside la valeur heuristique de cette relation et de cette source.

  • 35 Roderick D. McKenzie, « Le voisinage. Une étude de la vie locale à Colombus, Ohio », Yves Grafmeye (...)
  • 36 Marie-Pierre Lefeuvre, « Proximité spatiale et relations sociales », A. Bourdin, A. Germain et M.- (...)

20Sur un plan théorique, il est possible d’établir un rapprochement entre voisinage et compérage. La définition que donnait Roderick McKenzie du voisinage comme « lien primaire » pourrait convenir au compérage tel qu’on le rencontre dans les quartiers populaires de Lisbonne au tournant du XXe siècle : « Les liens primaires de face à face dans le groupe de voisinage traditionnel sont toujours à l’origine de ce que Cooley appelle les “idéaux primaires”, comme la loyauté, la confiance, le service rendu, la bonté35. » Toutefois, l’analogie entre compérage et voisinage ne doit rester qu’un simple cadre de réflexion, point de départ d’une analyse plus fine. En effet, les liens de voisinage ne débouchent pas systématiquement sur des proximités réelles et encore moins sur la constitution de réseaux personnels de relation qui perdurent dans le temps. Le voisinage constitue sans nulle doute une ressource potentielle pour les familles de la Rua dos Remédios et de la Rua da Cruz. Mais cette ressource n’est pas utilisée par tous et à tout moment. Parce qu’elles relèvent d’un choix conscient et maîtrisé, les relations de compérage peuvent permettre de mieux comprendre ce « processus de sélection dans le proche » et son évolution en fonction des contextes sociaux36.

Compérage et voisinage

21A priori, rien n’oblige les parents à choisir un voisin ou une voisine pour parrainer leur enfant. Les sondages effectués dans les registres de l’état civil de Lisbonne confirment pourtant l’existence fréquente, au tournant du siècle, d’une grande proximité résidentielle entre compères et commères. Malheureusement, les sources comportent de nombreuses failles, l’adresse des parrains n’étant pas systématiquement mentionnée. En fonction des paroisses, on la trouve sur des périodes plus ou moins longues dans les registres paroissiaux, puis le prêtre omet quasiment toujours l’information. On retrouve le même type de comportement de la part des employés de l’état civil après 1911. Il ne semble pas qu’il existe de biais dans ces données – les voisins ne seraient pas, par exemple, plus nombreux à mentionner leur domicile – mais plutôt une indéfinition sur le rôle de la résidence comme élément d’identification des individus.

22L’exercice à l’origine de cette enquête repose sur la comparaison entre les domiciles des parrains et les domiciles des parents. La méthode implique forcément de réduire la résidence à une série de données facilement quantifiables. Le voisinage ou le quartier correspond ici à des espaces clairement délimités dans la ville, selon des méthodes qui différent en fonction de la morphologie des quartiers en question. Cette manière de saisir les liens du voisinage repose sur la réduction du statut résidentiel à des signes normalisés, c’est-à-dire des adresses. Or une telle opération ne traduit pas la diversité des degrés d’investissement dans l’espace et dans la communauté. Les liens de voisinage tels qu’ils peuvent être ici reconstitués sont aussi le produit de la construction d’un regard administratif dont il est, encore une fois, important d’interroger les logiques.

  • 37 Gérard Noiriel, « L’identification des citoyens. Naissance de l’état civil républicain », Genèses. (...)
  • 38 « Morador com os pais desta criança mas em economia separada » (Registo Paroquial, Rua dos Remédio (...)
  • 39 Je m’appuie ici sur les définitions données dans Código do Registo Civil (Decreto no 22 : 018, de (...)

23Les débats autour de la définition des différentes catégories d’identification des individus ont peu marqué l’histoire de l’organisation des états-civils nationaux37. Il existe ici une nette différence avec la mise en place des méthodes des recensements des populations au XIXe siècle. Dans le cas de l’état civil, l’usage et l’uniformisation des pratiques semblent plus importants que la définition des catégories comme la résidence. Le caractère spontané de la rédaction de certains passages de ces actes laisse parfois apparaître des informations plus complexes sur les situations individuelles. Ainsi, ce parrain de la Rua dos Remédios à Alfama qui, en 1887, « vit avec les parents de l’enfant mais en économie séparée38 ». Cette annotation isolée, unique cas rencontré au cours de cette enquête, fait état d’un mode d’habiter qui fut pourtant assez répandu à Lisbonne et qui perdura jusqu’à une époque assez récente. Elle opère une distinction entre le partage d’une même résidence – et, par conséquent, d’une même adresse – et l’appartenance à un même foyer. Après 1911 et la mise en place d’un état civil laïque et obligatoire, l’administration portugaise a essayé de tenir compte de l’opposition théorique entre domicile de droit et domicile de fait. Il apparaît parfois dans les actes de naissance la mention « residente e domiciliado ». Dans les années 1930, la norme, imposée par les textes des formulaires des registres d’état civil, était l’emploi du terme « domiciliado ». Il s’agissait de distinguer la résidence – là où la personne vit au moment de l’acte civil – du domicile – le lieu reconnu comme sa résidence habituelle39.

  • 40 Ulf Hannerz, Explorer la ville, Paris, Minuit, 1983, p. 139, [Exploring the City, 1980].

24Le fait de déclarer une résidence voisine ne permet pas de conclure à un rapport spécifique à un espace ou à une communauté40. La principale faille de cette source est l’absence d’information sur la véritable motivation du choix des parents. Le voisinage peut être seulement une situation parmi d’autres au cours de laquelle s’est nouée la relation. Rien n’indique que cet élément ait été le plus fondamental. Le travail, un même loisir, voire des origines communes pourraient avoir été tout aussi déterminants. L’interprétation des résultats de cette enquête doit forcément tenir compte de l’existence de logiques relationnelles plus complexes, difficiles à repérer.

25Les données quantitatives reposent sur la définition de quatre degrés de proximité résidentielle : le partage du même domicile ; le même immeuble de résidence ; voisinage (la même rue de résidence ou une rue adjacente) ; le même quartier de résidence. Les parents de la Rua dos Remédios recrutent un tiers des parrains et près de la moitié des marraines dans le proche voisinage (tableau 1). D’une manière générale, la répartition dans l’espace des liens de compérage et de commérage apparaît comme un bon indicateur des formes de structuration des relations sociales dans un quartier populaire. Autant de formes observées ailleurs et pour cela facilement identifiables : des liens plus resserrés dans l’espace pour les femmes (les marraines) ; les liens du quartier plus importants chez les hommes (on peut penser au rôle des liens tissés dans l’exercice d’une profession, au bureau ou à l’atelier) ; des relations qui dépassent les limites du quartier, là encore plus fréquentes chez les hommes, souvent dans le cadre de liens de parenté plus souvent sollicités du côté des hommes (oncles ou grands-pères paternels). Enfin, parmi les parrains et marraines qui résident en dehors du quartier, une trentaine vivent en dehors de Lisbonne et certains assez loin de la capitale (Porto, Evora, Santarém, etc.)

  • 41 On considère généralement que le quartier d’Alfama correspond aux paroisses de São Miguel et de Sã (...)

Tableau 1. – Comparaison entre la résidence des parents et celle des parrains. Rua dos Remédios, 1880-1889
* Rua dos Remédios et les rues adjacentes
** Le quartier est ici défini par rapport à des limites administratives. Il correspond aux territoires des freguesias [paroisse civile, l’unité territoriale de base du système administratif portugais depuis 1830] de Santo Estevão, São Miguel, São Vicente et Sé. Il s’agit d’une définition élargie du quartier d’Alfama qui délimite un territoire continu dans la ville, autour de la Rua dos Remédios, et non une communauté41.

26Dans les années 1930, à Alcântara, les liens du voisinage sont encore plus souvent sollicités (tableau 2). Une majorité de parrains sont recrutés dans un espace très proche du lieu de résidence des parents. Près de la moitié sont issus du cercle restreint du voisinage dont une proportion non négligeable partage le même immeuble, voire le même logement. Plus des deux tiers habitent le quartier d’Alcântara. On obverse là encore que les marraines sont plus fréquemment issues du cercle restreint du voisinage. Elles résident plus souvent dans la même rue ou dans des rues adjacentes. La grande majorité des parrains qui habitent en dehors de la paroisse d’Alcântara sont en fait lisboètes. Ils sont le plus souvent domiciliés dans les paroisses voisines d’Alcântara (Santos, Ajuda, Santa Isabel). Seul un petit groupe – moins d’une dizaine d’entre eux – réside à la périphérie de la ville (Linda-a-Velha, Algés, Amadora) ou sur la rive sud du Tage (Seixal, Montijo, Almada, Moita). Dans deux cas seulement, la distance entre la résidence des parents et la résidence du parrain est plus importante.

Tableau 2. – Comparaison entre la résidence des parents et celle des parrains. Rua da Cruz, 1930-1939
* Rua da Cruz et rues adjacentes
** Limites de la paroisse civile d’Alcântara

Voisinage et réseaux personnels

27Ces bribes de réseaux personnels ici mises à jour s’ordonnent selon des logiques sociales dont il est assez facile de mettre en évidence les principaux ressorts. La simple comparaison entre la profession des pères et des parrains permet de distinguer des tendances assez nettes. Dans ses grandes lignes, le vieux principe de « qui se ressemble s’assemble » s’applique dans les relations de compérage. On note en particulier la forte distinction entre professions qualifiées (les métiers) et non qualifiées. Dans la Rua da Cruz, les trabalhadores (manœuvres) constituent un monde à part, replié sur lui-même. On en trouve assez peu parmi les parrains, exceptés ceux liés aux fils de trabalhadores. On peut en conclure que ces individus possèdent des ressources relationnelles limitées en dehors de leur groupe d’origine. Cette conclusion est aussi valable pour les habitants de la Rua dos Remédios, quelques décennies plus tôt.

28Dans le milieu de l’industrie, les gens de métiers ont plutôt tendance à se lier avec leurs univers professionnels. Les serralheiros (serrurier) ou les caldeireiros (chaudronnier) de la Rua da Cruz se choisissent souvent mutuellement pour parrainer leurs enfants. Mais les formes d’emploi influencent aussi la configuration des réseaux personnels. Les caldeireiros qui travaillent, à cette époque, quasi exclusivement dans les ateliers de métallurgiste sont davantage repliés sur leur groupe d’origine que les serralheiros, plus polyvalents, et que l’on retrouve dans des ateliers de maintenance des entreprises de différents secteurs (métallurgie, mais aussi textile ou transport). Dans la Rua dos Remédios, à Alfama, on voit se former de nombreux liens au sein du monde de la boutique : commerçants et petits artisans (tailleurs, cordonniers, menuisiers, etc.). D’une manière générale, le monde du petit commerce – les « employés de commerce » de la Rua da Cruz ou les « commerçants » de la Rua dos Remédios – constitue un groupe assez soudé, consolidé par de multiples échanges relationnels.

  • 42 La CARRIS est la compagnie les transports publics de Lisbonne. La Companhia União Fabril (CUF) est (...)

29À travers les liens du compérage affleure aussi l’image que chaque acteur se fait de sa propre position et des éventuelles possibilités de l’améliorer. Par le choix du parrain, il s’agit aussi de valoriser un capital social. Dans la Rua da Cruz, les habitants essayent clairement de se rapprocher d’un statut professionnel particulier : l’administration publique (les fonctionnaires municipaux, les employés des postes, les policiers, les militaires) ou les employés des grandes compagnies présentes dans le quartier d’Alcântara (les employés des chemins de fer, de la CARRIS ou de la CUF42). Dans la Rua dos Remédios, les pratiques semblent moins arrêtées et plus individualisées. Leur logique nous échappe quelque peu. Les choix des habitants ont cependant tendance à se porter sur les commerçants et là encore, mais dans une moindre mesure, sur certaines professions liées à l’appareil d’État (policier, par exemple).

30Cependant, aucun facteur de différenciation entre les individus n’agit séparément pour fixer des degrés de distance ou de proximité sociale entre les groupes. Le niveau de qualification ou les formes d’emploi, qui demeurent sans doute parmi les facteurs les plus influents, n’expliquent pas à eux seuls tous les aspects des configurations professionnelles que l’on peut reconstituer à partir des liens de compérage. Les positions relationnelles des couples s’expliquent avant tout par des combinaisons de facteurs (parcours migratoires, choix matrimoniaux, etc.) qui se révèlent être, en fonction des contextes, tantôt avantageuses, tantôt défavorables.

  • 43 Pour préserver l’anonymat des familles, les noms et prénoms ont été modifiés.

31Dans ces conditions, quel est le rôle du voisinage ? Qui se lie plutôt avec ses voisins et comment interpréter ce choix ? Dans les années 1880, parmi les habitants de la Rua dos Remédios à Alfama, il ne semble pas exister de rapport simple entre la position sociale du couple et le fait de se lier de préférence à ses voisins. Les parrains d’enfants de trabalhador résident dans l’ensemble de l’espace lisboète. Proportionnellement, les familles de trabalhador sont assez peu nombreuses à choisir des voisins (à peine un quart sur un total de 32 cas). Leurs relations se circonscrivent cependant à la ville. Un seul parrain de fils de trabalhador réside en dehors de Lisbonne. À l’autre bout du spectre social, les commerçants et négociants semblent puiser indifféremment dans les ressources du proche voisinage ou dans des liens plus éloignés sur le plan géographique. Dans ces groupes socioprofessionnels, il n’est pas rare de voir des parrains ou des marraines résider en dehors de Lisbonne, parfois dans des villes très éloignées, comme Evora ou Porto. La famille Nogueira, une famille de commerçants que l’on croise en 1883 et 1886, choisit successivement comme parrain un voisin qui est employé à la Direcção Geral de Artilharia (direction générale de l’Artillerie) puis un lavrador (cultivateur) résidant à Almeirim, à une soixantaine de kilomètres au nord de Lisbonne43. Dans les deux cas, la marraine est l’épouse du parrain.

32À cette époque, le fait d’être en mesure de faire appel à des parrains résidant en dehors de Lisbonne semble clairement être la marque d’une position sociale particulière. C’est le cas des groupes socioprofessionnels les plus valorisés et notamment des commerçants et non des simples « employés de commerce ». En revanche, le voisinage ou le quartier s’imposent comme des espaces de relations privilégiés pour quelques artisans. Les 16 cordonniers (sapateiros) ou les 13 serruriers (serralheiros) de la rue sont essentiellement liés à des parrains et des marraines du quartier, et un grand nombre d’entre eux tissent des relations étroites avec le proche voisinage. Les cordonniers valorisent volontiers leurs relations avec des voisins menuisiers ou boulangers. Les liens du voisinage sont d’autant plus étroits qu’ils recoupent ici une même appartenance au monde de l’atelier ou de la boutique.

33Dans les années 1930, chez les employés de commerce de la Rua da Cruz, l’ouverture du champ relationnel va de pair avec un élargissement spatial du réseau de relations. En d’autres termes, les parrains de filles ou de fils d’employés de commerce vivent plus rarement dans le proche voisinage. Ce type de comportement est assez bien représenté par la situation du couple José et Maria Moreira. Un seul acte de naissance, datant de 1930, atteste du passage de ce couple par la Rua da Cruz. Grâce aux informations portées en marge, j’ai pu remonter jusqu’à l’acte de mariage de 1929. À cette date, José Moreira vivait non loin de là, Rua Feliciano de Sousa. Il est né en 1903 dans la paroisse de Salvador, commune de Penamacor, à la limite septentrionale de la Beira Baixa, une trentaine de kilomètres au sud-est de Covilhã. Au moment de son mariage, José Moreira exerce déjà la profession d’employé de commerce. Sa future épouse est née en 1911, à Mafra, à quelques kilomètres au nord de Lisbonne. En 1929, elle vit avec ses parents Tapada da Ajuda, une rue plutôt résidentielle d’Alcântara. Deux témoins assistent au mariage, tous deux sont commerçants. L’un habite le quartier d’Olivais, à l’est de la ville, l’autre dans le proche voisinage, Rua de Alcântara. En 1930, lors de la naissance de leur fille, le couple réside désormais Rua da Cruz. Le parrain de l’enfant est lui aussi employé de commerce. Il habite Rua Jordão, dans le quartier d’Anjos, non loin du centre-ville mais à l’opposé d’Alcantara. La marraine est une voisine. Ainsi, bien qu’ils ne soient pas originaires de Lisbonne, José et Maria Moreira tissent des relations dans plusieurs quartiers de la ville. Par ailleurs, ils fréquentent un milieu composé exclusivement de commerçants ou d’employés de commerce.

34D’autres habitants de la Rua Cruz ont tendance à se replier sur les liens du voisinage. C’est parmi ceux qui possèdent les positions les plus fragiles que l’on observe ce phénomène : chez les « travailleurs » par exemple, comme l’illustre le cas du couple Augusto repéré en 1938. Ce couple de condition modeste, dont les familles sont ancrées depuis une génération dans ce bloc de rues d’Alcântara – l’information nous est donnée par l’acte de mariage –, parvient à tisser des relations avec des professions du secteur tertiaire (un employé), des ouvriers qualifiés (un serrurier). Mais, du point de vue spatial, ses liens se limitent au quartier d’Alcântara, et plus précisément au voisinage de la Rua da Cruz.

  • 44 Une succession de naissances au sein d’un même couple permet en effet de suivre l’évolution des dé (...)

35Chez les « serruriers » et « chaudronniers », les liens du voisinage sont généralement valorisés, surtout lorsque la profession déclarée est constante44. Dans le cas contraire, lorsque ces déclarations sont instables et que le lien réel avec la profession s’avère douteux, les ressources relationnelles en dehors du voisinage semblent, en quelque sorte, prendre le relais. En 1931, 1933 et 1935, lors de l’enregistrement de ses enfants successifs, Manuel Barros déclare exercer la profession de chaudronnier. En 1936, il est simple manouvre. Les liens de compérage témoignent d’une certaine ouverture sur la ville. Le couple Barros fréquente des individus à l’intérieur comme à l’extérieur d’Alcântara. En 1931, le parrain, un chaudronnier, et la marraine vivent dans le proche voisinage, Rua Feliciano de Sousa. En 1933, le parrain, cordonnier, habite la paroisse voisine de Santos. La marraine habite Santa Isabel et son nom de famille atteste de l’existence d’un lien de parenté avec Manuel Barros. En 1935, le parrain, un marin, et la marraine partagent un même domicile Rua da Cruz. En 1936, le parrain, un ouvrier, réside dans la paroisse d’Ajuda. Si toutes ces relations se situent dans des quartiers relativement proches d’Alcântara, elles dépassent le cadre étroit du voisinage. En revanche, lorsque que les liens du métier sont plus solides, les pratiques relationnelles s’avèrent moins audacieuses et assez prévisibles. Elles apportent certainement une certaine sécurité à laquelle contribuent les liens du voisinage.

36Ces différentes observations ne débouchent évidemment pas sur des règles absolues. Je décris de simples tendances et à chaque exemple pourrait être opposée une série de contre-exemples. Reste que dans ces deux milieux, les relations de voisinage semblent assurer des fonctions assez différentes. Dans la Rua dos Remédios à Alfama, dans les années 1880, et contrairement à ce que laissaient présager les résultats bruts de la comparaison entre le domicile des parents et des parrains, le voisinage joue un rôle central dans les pratiques relationnelles. Certes, il s’agit d’une relation parmi d’autres et elle n’est pas forcément celle qui est la plus souvent sollicitée. En revanche, quand le parrain est un voisin, il s’agit généralement d’un choix valorisant pour les parents, qui dénote une bonne insertion dans les réseaux de sociabilité locale. Ces relations non exclusives peuvent recouper des liens professionnels, comme c’est le cas chez les commerçants. Le voisinage s’inscrit alors dans le champ des possibles où peuvent se nouer les destins individuels. Dans la Rua da Cruz à Alcântara, dans les années 1930, le voisinage apparaît plutôt comme une valeur refuge. Les voisins choisis comme parrains appartiennent généralement à des réseaux personnels repliés sur les professions les moins qualifiées et les statuts sociaux les moins valorisés. Si on se fie aux indices constitués par les liens de compérage, les liens de voisinage n’offrent guère de possibilité d’ouverture vers d’autres univers socioprofessionnels. Inversement, les relations les plus prometteuses – qui mettent en contact les habitants de la Rua da Cruz avec des professions qualifiées ou des statuts plus élevés – se tissent souvent en dehors du voisinage ou même du quartier.

*

  • 45 M. P. Lefeuvre, « Proximité spatiale… », art. cit.

37Cette plongée dans les actes de l’état civil lisboète révèle des oppositions assez nettes dans les différents usages qui peuvent être faits des liens du voisinage. Les rapports de proximité dans la ville sont socialement construits45. Ils apparaissent aussi bien sous la forme de représentations spécifiques de l’urbain qu’à travers des pratiques objectives et différenciées en fonction des familles ou des groupes socioprofessionnels. Aux yeux de l’administration, à travers les procédures d’identification, les liens du voisinage permettent de fixer des règles élémentaires autour desquelles peut s’organiser la vie en ville. Les pratiques administratives relaient une perception quelque peu figée des rapports sociaux en ville. Davantage que le voisinage, c’est d’ailleurs la communauté – la paroisse ou le quartier – qui, au moins sur le plan symbolique, fait office d’unité sociale de base de la vie urbaine. Du point de vue des habitants, les relations de compérage dessinent au contraire une multitude d’environnements sociaux où devraient pourvoir s’inscrire les destins individuels ou familiaux et auxquels participent, ou non, les relations de voisinage. Comme l’on pouvait s’y attendre, les pratiques relationnelles des habitants de la Rua dos Remédios, à Alfama dans les années 1880, et de la Rua da Cruz, à Alcântara dans les années 1930, sont complexes et extrêmement variables. La source explorée ici ne nous dit pas tout, loin de là. On ne pénètre guère la part de mystère intime que recèle l’attitude des parents au moment de choisir les parrains de leur enfant. Toutefois, ces choix dénotent aussi l’existence de logiques sociales assez précises. Les deux sondages effectués, dans l’espace et dans le temps, mettent notamment en valeur des effets de contexte. Le fait de tisser des liens affectifs avec un voisin ne correspond pas aux mêmes attentes individuelles ou familiales dans l’Alfama des années 1880, que dans l’Alcântara des années 1930. Ces choix n’ont pas la même portée dans une rue de commerçants ou d’artisans d’un quartier populaire qu’au sein d’une population plus modeste d’un quartier industrialisé. Chez les uns, les liens du voisinage peuvent être porteurs de références positives et se mêlent aisément à des réseaux de relations personnelles plus élargis dans l’espace. Chez les autres, au contraire, ils permettent rarement de s’affranchir des positions sociales du moment et, quand les circonstances l’autorisent, il semble que l’on essaie plutôt de s’en dégager.

Notes

1 Sur l’usage de la notion de « proximité » en sociologie, voir A. Bourdin, A. Germain et M.-P. Lefeuvre, La proximité, construction politique et expérience sociale, Paris, L’Harmattan, 2006.

2 Les études d’Arlette Farge sur la rue à Paris au XVIIIe siècle ont démontré la richesse de ce type de documentation. Voir aussi Olivier Zeller, « Espace privé, espace public et cohabitation. Lyon à l’époque moderne », Bernard Haumont et Alain Morel (dir.), La société des voisins, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005, p. 187-207. Pour la période contemporaine (XIX-XXe siècles), les travaux sont plus rares, voir par exemple : Alexandre Nugues-Bourchat, Représentations et pratiques d’une société urbaine, Lyon, 1800-1880, thèse de doctorat mention histoire, université Lumière Lyon 2, 2004 ; Arnauld Cappeau, « Vivre son voisin au village. Les conflits de voisinage dans les campagnes du Rhône (1790-1958) », Ruralia, 2004-15, (en ligne à l’adresse http://ruralia.revues.org/document1047.html).

3 François Buton, « L’observation historique du travail administratif », Genèses, no 72, 2008, p. 2-3.

4 Cette recherche a été en partie effectuée dans le cadre d’un projet pluridisciplinaire dirigé par Graça Indias Cordeiro : « A Cidade e a Rua : uma Aproximação Etnográfica à Vida Urbana » (FCT-POCI/ANT/57506/2004).

5 L’état civil laïque et obligatoire est créé par la loi du 18 février 1911. Il s’agit d’une mesure emblématique de la jeune Ire République portugaise (1910-1926).

6 Graça Indias Cordeiro, « Terrains urbains au Portugal : la ville à l’échelle de l’ethnographie », Roselyne de Villanova (dir.), Conjuguer la ville. Architecture, Anthropologie, Pédagogie, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 91-109.

7 Voir par exemple les articles rassemblés dans le dossier : « Descrever a cidade », Ler História, no 52, 2007.

8 Ces deux quartiers ont fait l’objet de deux études approfondies, l’une sociologique et l’autre historique : António Firmino da Costa, Sociedade de Bairro, Lisboa, Celta, 1999 ; Frédéric Vidal, Les Habitants d’Alcântara. Histoire sociale d’un quartier de Lisbonne au début du XXe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006.

9 On peut se reporter, par exemple, aux descriptions des auteurs du début du siècle : voir par exemple, Fialho d’Almeida, Barbear Pentear : jornal dum vagabundo, Lisbonne, 1910, p. 122 ; António Firmino da Costa utilise l’idée de « contraste » pour qualifier l’ambiance culturelle d’Alfama, visible notamment dans les liens de sociabilité qui se tissent lors des sessions de fado dans les tavernes du quartier. Il fait référence à la permanence d’une tension/symbiose entre le « peuple » et la « classe dominante » qui n’a jamais totalement déserté le quartier. C’est particulièrement vrai dans la Rua dos Remédios. Sur le fado dans le quartier d’Alfama, voir : António Firmino da Costa et Maria das Dores Guerreiro, O Trágico e o Contraste. O Fado no bairro de Alfama, Lisbonne, Dom Quixote, 1984.

10 Gérard Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001, p. 399.

11 Henri Lefebvre, « Quartier et vie de quartier », Du Rural à l’Urbain, Paris, Anthropos, 2001, p. 209 (1e édition : 1967).

12 Dans les deux cas, les parrains jouent un rôle important mais pas équivalent. Dans l’Alentejo, on faisait une différence entre les « padrinhos de registo » et les « padrinhos de água benta » (« parrains de registre » et « parrains d’eau bénite »), les premiers n’étant pas aussi bien considérés. José Cutileiro, A Portuguese Rural Society, Oxford University Press, 1971, p. 296.

13 Dans les faits, ce principe perdura jusqu’à l’instauration de la Ier République. En 1878, furent cependant officiellement créés des registres d’état civil, tenus par l’administration. Les enregistrements ne sont pas obligatoires. Ils resteront peu fréquents, même dans les grandes villes où une opinion anticléricale se développe. Sur l’histoire de l’état civil au Portugal, voir Frédéric Vidal, « A organização do registo civil em Portugal : para uma história social das práticas administrativas », José Vicente Serrão, Magda de Avelar Pinheiro et Maria de Fátima Sá e Melo Ferreira (org.), Desenvolvimento Económico e Mudança Social : Portugal nos últimos dois séculos – Homenagem a Miriam Halpern Pereira, Lisbonne, ICS, 2009, p. 513-526.

14 « Decreto do 22 de Maio de 1861 », Diário de Lisboa, no 130, 12 juin 1861. L’expression « état civil » a déjà cours, même pour désigner les « registres paroissiaux ».

15 Documentation du Ministério dos Negócios Eclesiásticos e da Justiça (MNEJ), Arquivo Nacional Torre de Tombo (désormais ANTT) : Maço 464, no 13 ; Maço 626, no 3 ; Maço 370, no 13.

16 Diário da Câmara, 31 août 1840.

17 Regulamento do Registo Paroquial, 1859, article 12 : « informações das próprias partes ou de seus parentes ». Le règlement de 1859 rend obligatoire le recours à des documents « incontestables » seulement en cas de « procuration » et notamment lors du mariage d’un ou d’une mineur(e), en l’absence du « supérieur légitime » (art. 12 et 14).

18 « Les actes, avant d’être signés, seront toujours lus et les deux exemplaires manuscrits approuvés, en présence des parties qui devront les signer et des témoins. De ces opérations il sera fait expressément mention dans les mêmes actes » (article 9).

19 « Os quais todos conheço (ou dou fé) serem os próprios ».

20 J’ai trouvé une seule référence dans la documentation du Ministério dos Negócios Eclesiásticos et encore la faute est-elle directement imputable au rédacteur et non aux déclarants. À la fin de l’année 1864, un prêtre de l’île de Madère est accusé d’avoir falsifié la date d’un baptême.

21 Je me réfère ici plus particulièrement aux actes de baptêmes des habitants de la Rua dos Remédios de l’Alfama, durant la seconde moitié du XIXe siècle.

22 Brigitte Miriam Bedos-Rezak et Dominique Iogna-Prat, L’individu au Moyen-Âge, Paris, Aubier, 2005. Voir à ce sujet les commentaires de Simona Cerutti, « Normes et pratiques ou de la légitimité de leur opposition », Bernard Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 140.

23 Claude Gauvard, « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, no 24, 1993, p. 5-13, article cité par Simona Cerutti, « Normes et pratiques… », art. cit.

24 Il s’agit en revanche d’un thème classique de l’anthropologie, voir Agnès Fine, Parrains, marraines : la parenté spirituelle en Europe, Paris Fayard, 1994, p. 389, et, pour un commentaire : Christiane Klapisch-Zuber, « Parrains et compères. À propos d’un “bon” rapport social (note critique) », Annales HSS, 1999, 54-3, p. 739-745.

25 A. Fine, Parrains, marraines…, op. cit.

26 Ernesto Veiga de Oliveira, « Aspectos do Compadrio em Portugal », Actas do III Colóquio Internacional de Estudos Luso-Brasileiros, Lisbonne, 1959, p. 154.

27 E.V. de Oliveira, « Aspectos… », art. cit., p. 163.

28 Iibid., p. 165. Le folar est un gâteau traditionnel confectionné à Pâques. Par extension, le mot désigna le cadeau fait au filleul ce jour-là.

29 Miguel Torga, « Não Venhas Mais… », Rua, Coimbra, Ed. do Autor, 1942, p. 7-34 (traduction française : Rua, Paris, Editions José Corti, 1997).

30 A. Fine, Parrains, marraines…, op. cit.

31 Gervasio Lobato, Lisboa em Camisa, Lisbonne, Parceira Antonio Maria Pereira, 1931, p. 254 (1er édition 1880).

32 Cette partie reprend les conclusions d’un texte précédent : Frédéric Vidal, « As relações de compadriona cidade : tradição ou rede ? », Ler História, no 46, 2004, p. 223-238.

33 Les parrainages multiples – lorsqu’un même individu est choisi plusieurs fois pour être parrain par une ou plusieurs familles – sont l’une des manifestations les plus fréquentes du compérage traditionnel qui possède parfois une dimension clientéliste.

34 Il s’agit d’une des définitions possibles du concept de « communauté » : Howard W. Hallman, Neighborhoods. Their Place in Urban Life, Londres, Sage, 1984, p. 34.

35 Roderick D. McKenzie, « Le voisinage. Une étude de la vie locale à Colombus, Ohio », Yves Grafmeyer et Isaac Joseph (coord.), L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, 1984, p. 239 (édition originale : 1921). R. McKenzie se réfère ici à un texte de Charles Horton Cooley « Social Organization : a Study of the Larger Mind » (1909).

36 Marie-Pierre Lefeuvre, « Proximité spatiale et relations sociales », A. Bourdin, A. Germain et M.-P. Lefeuvre, La proximité, construction politique…, op. cit., p. 89-101.

37 Gérard Noiriel, « L’identification des citoyens. Naissance de l’état civil républicain », Genèses. Sciences sociales et histoire, no 13, 1993, p. 3-28.

38 « Morador com os pais desta criança mas em economia separada » (Registo Paroquial, Rua dos Remédios, 1887).

39 Je m’appuie ici sur les définitions données dans Código do Registo Civil (Decreto no 22 : 018, de 22 de Dezembro de 1932), Coimbra, Coimbra Editora Lda, 1933 ; Código Civil Português, Coimbra Editora Lda, Coimbra, 1938, p. 725 ; Ana Prata, Dicionário jurídico, Coimbra, Almedina, 1989, p. 621.

40 Ulf Hannerz, Explorer la ville, Paris, Minuit, 1983, p. 139, [Exploring the City, 1980].

41 On considère généralement que le quartier d’Alfama correspond aux paroisses de São Miguel et de São Estevão. Voir, par exemple, la définition proposée par A. F. da Costa dans Sociedade de Bairro, op. cit. La Rua dos Remédios se situe en fait à la limite de la paroisse de São Vicente.

42 La CARRIS est la compagnie les transports publics de Lisbonne. La Companhia União Fabril (CUF) est l’une des grandes entreprises portugaises de l’époque. Fondée à l’Alcântara à la fin du XIXe siècle, elle développe ses activités – la production d’engrais, notamment – sur plusieurs sites en dehors de Lisbonne.

43 Pour préserver l’anonymat des familles, les noms et prénoms ont été modifiés.

44 Une succession de naissances au sein d’un même couple permet en effet de suivre l’évolution des déclarations des professions sur quelques années.

45 M. P. Lefeuvre, « Proximité spatiale… », art. cit.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Comparaison entre la résidence des parents et celle des parrains. Rua dos Remédios, 1880-1889* Rua dos Remédios et les rues adjacentes** Le quartier est ici défini par rapport à des limites administratives. Il correspond aux territoires des freguesias [paroisse civile, l’unité territoriale de base du système administratif portugais depuis 1830] de Santo Estevão, São Miguel, São Vicente et Sé. Il s’agit d’une définition élargie du quartier d’Alfama qui délimite un territoire continu dans la ville, autour de la Rua dos Remédios, et non une communauté41.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Tableau 2. – Comparaison entre la résidence des parents et celle des parrains. Rua da Cruz, 1930-1939* Rua da Cruz et rues adjacentes** Limites de la paroisse civile d’Alcântara
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127791/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540