Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Deuxième partie. Se rencontrer, pratiquer le vivre ensemble

Au bonheur de voisiner. Sociabilités et solidarités dans les immeubles lyonnais au XVIIIe siècle

Marc Vacher

Texte intégral

  • 1 Arlette Farge, La Vie fragile. Violence, pouvoir et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, H (...)
  • 2 Marc Vacher, Voisins, Voisines, Voisinage. Les Cultures du face-à-face à Lyon à la veille de la Ré (...)

1La question des sociabilités urbaines sous l’Ancien Régime constitue un vaste terrain d’enquête auquel de nombreuses études historiques, fécondées par les apports méthodologiques et conceptuels de la sociologie, de l’anthropologie et de la psychologie sociale, ont été consacrées. Comprise comme un processus d’intégration à la vie collective, la sociabilité des citadins adopte les formes et les modes d’expression les plus variées. Si elle se déploie au sein de certaines structures institutionnalisées comme les confréries, par exemple, ou les académies provinciales, elle s’épanouit également en d’autres cercles plus informels tels que le cabaret, la chaussée ou la place publique. Parmi les nombreux acteurs de la socialisation urbaine, il en est un qui joue incontestablement un rôle de premier plan : l’immeuble. Dans un ouvrage désormais classique, consacré aux Parisiens du XVIIIe siècle, Arlette Farge a montré combien cet espace foisonnant compose une véritable unité de vie à la fois dense et « fragile1 ». À partir d’exemples tirés de rapports de police, elle s’est efforcée de reconstituer le quotidien des habitants de la capitale dont les manières de vivre dépendent étroitement des manières d’habiter les maisons. Si Paris, par sa taille et par le degré d’entassement de ses habitants, reste, à bien des égards, un cas unique, les grandes cités françaises de l’Ancien Régime connaissent, elles aussi, une sociabilité « épaisse » qui éclot d’abord dans l’univers des logements. Dans une étude récente portant sur Lyon à la veille de la Révolution, nous avons souligné que, dans la seconde ville du royaume comme dans la capitale, l’immeuble lyonnais façonne, à sa manière, une véritable « culture du face-à-face2 ». Soumettant le voisinage à une étroite cohabitation, il génère un mode d’habiter spécifique où alternent des périodes de tensions et de tranquillité, de désunion et de réconciliation. Si les historiens ont surtout retenu l’usage répété de la force et de la violence, il existe cependant une véritable culture de la solidarité entre voisins qui s’exprime à travers une série de gestes et de comportements. Des plus banals aux plus compromettants, ils dévoilent une collectivité généreuse, soucieuse de protéger les siens et de cultiver l’art de « vivre ensemble ».

2L’enquête qui suit se propose d’examiner les pratiques solidaires en vigueur au XVIIIe siècle dans les immeubles lyonnais. Conçue à partir des fonds d’archives de la sénéchaussée criminelle de Lyon, elle scrute les conduites quotidiennes des habitants, attentive au « bonheur » de voisiner. Car si le voisin, par sa présence obsédante, peut être source de disputes, il est aussi le compagnon indispensable dont on attend réconfort et coopération. Cette exigence de solidarité est étroitement liée au mode de fonctionnement d’une société préindustrielle, à l’économie encore fragile. Elle est inséparable aussi d’une vie collective intense où l’on s’efforce, par le biais de mécanismes de régulation et d’accommodements internes, de maintenir l’équilibre des maisons. Garant d’une certaine forme de « sécurité », l’ordre du voisinage se fait ainsi artisan de la cohésion sociale. Mais cet encadrement communautaire est lourd de tensions car les solidarités, en jouant les unes contre les autres, engendrent de nombreux conflits. Exclusif et sans partage, le bonheur des uns contredit donc souvent celui des autres. De ce bonheur contradictoire, les documents d’archives fournissent de nombreux exemples. Les lignes qui suivent se proposent d’en dégager les formes et les manifestations principales.

Le souci du voisin

3Quand Rétif de la Bretonne, frais émoulu de son village natal, découvre Paris, il traduit, dans un dialogue avec son père, son saisissement en ces termes :

  • 3 Cité par Daniel Roche dans Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Pa (...)

« Ho ! Que Paris est grand ! Mon père, il est aussi grand que de Vermanton à Sacy, et de Sacy à Joux ! Oui, pour le moins. Ho ! Que de monde ! Il y en a tant que personne ne s’y connaît, même dans le voisinage, même dans sa propre maison3. »

  • 4 Sur ce thème, consulter Stierle Karlheim, La Capitale des signes. Paris et son discours, Paris, Éd (...)
  • 5 Marc Vacher, Voisins, voisines…, op. cit., p. 118-119.
  • 6 Archives départementales du Rhône (désormais ADR), BP 3462, 7 janvier 1780.
  • 7 ADR, BP 3479, 18 mars 1782.
  • 8 Évoquant les mauvaises conditions de logement, Prost de Royer écrit : « Le malheur est encore plus (...)
  • 9 ADR, BP 3511, 7 décembre 1786.

4Le jeune provincial exprime dans ces quelques lignes sa stupéfaction devant l’immensité de la capitale et la foule qui s’y presse. Avec, comme corollaire cette extrême solitude qui fait de chacun de ses habitants un individu isolé, atomisé, abandonné des autres. « Personne ne s’y connaît… ». Ce jugement négatif porté sur la capitale ne surprend guère. Il s’inscrit dans une critique générale des mœurs urbaines, à la mode au XVIIIe siècle, où, pêle-mêle, on se plaît à dénoncer la promiscuité, l’anonymat et la solitude des grandes agglomérations4. Appliquée à Lyon, cette critique est à nuancer sérieusement, comme en témoigne la lecture des archives judiciaires de la sénéchaussée criminelle. Ces documents, les plus aptes à approcher la « vie ordinaire » des Lyonnais, dépeignent au contraire une société où l’individu isolé reste l’exception et l’encadrement collectif la règle. Pendant tout l’Ancien Régime, la cité lyonnaise constitue encore une juxtaposition de micro-communautés – familiale, religieuse, professionnelle ou géographique – au premier rang desquelles figure la communauté de voisinage. L’attestent sur un mode cruel les procès-verbaux de cadavres, systématiquement dépouillés entre 1770 et 17905. Tous ces malheureux, confrontés à une mort brutale et inattendue, sont formellement identifiés par une foule de répondants, parmi lesquels figurent de nombreux voisins. Si les parents du disparu sont les plus prompts à venir reconnaître le défunt, les membres du voisinage sont rarement en reste et coudoient généralement la famille dans l’identification du cadavre. Claude Cottefroy, un enfant de 12 ans né dans le quartier Saint-Nizier, se noie le 7 janvier 1780 alors qu’il s’amusait sur les glaces du fleuve. Il est reconnu par son père et par deux voisins domiciliés dans le même immeuble6. Guillaume Bourgeois, ouvrier en étoffes de soie rue de l’Arbre sec, se donne la mort en se défenestrant. Avec sa femme et son fils, de nombreuses personnes du voisinage l’identifient aussitôt et attestent avoir bien connu le désespéré7. Dans un univers fortement marqué par les usages communautaires où le destin individuel est inséparable du destin collectif et l’entraide de chacun indispensable à la survie de tous, la société des voisins insère de facto ses membres dans un authentique cercle relationnel. À l’œuvre partout où s’édifie la vie collective, elle s’impose dans les immeubles d’habitation et dans les emplacements qui leur sont contigus. Consciente de ses prérogatives et soucieuse de protéger l’espace habité, la communauté de voisinage exerce son emprise sur l’existence de chacun. Si l’intérêt qu’elle porte à autrui laisse peu de place à l’intimité, elle interdit aussi toute forme d’anonymat et exclut tout repli sur soi. La prégnance du voisinage et l’absence de secret sont indissociables de la structure des logements dont certains contemporains ont souligné le degré d’entassement8. Elle résulte d’une grande perméabilité de l’habitat qui laisse passer les rumeurs de la rue, les odeurs et les bruits du voisinage. C’est que les cloisons sont de qualité médiocre, les murs et les portes jamais vraiment étanches. De nombreux appartements sont séparés du domicile voisin par un simple galandage, ce qui interdit toute intimité véritable. Cette cohabitation rapprochée révèle au grand jour les manières de chacun. Elle expose la vie privée des locataires et exhibe l’existence de tous ceux qui demeurent dans les bâtisses vétustes et surpeuplées. Dans la déposition qu’elle fait devant le tribunal, Marie Meunier, une ouvrière en soie, raconte qu’elle « a souvent entendu parler à voix basse […] dans l’appartement qui joint le sien9 ». Remarque identique chez Antoinette Pirrot, l’épouse d’un maçon :

  • 10 ADR, BP 3423, 4 janvier 1776.

« Elle occupe un appartement séparé de celui du sieur Moreau par un briquetage en plâtre seulement. Elle sait qu’il fréquente la dénommée Marion assidûment car elle les entend toutes les fois qu’ils se rencontrent10. »

  • 11 Bien que rédigés par 15 à 20 % des Lyonnais seulement, les inventaires après décès constituent un (...)
  • 12 Ainsi cet arrangement décidé par la veuve Moreau à la date du 17 septembre 1778 : « J’autorise les (...)
  • 13 Marc Vacher, Voisins, voisines…, op. cit., p. 48-50.

5De cette promiscuité, pourtant, les voisins cherchent à se protéger. La multiplication des paravents, des panneaux, des galandages, répertoriés dans les inventaires après décès, exprime cette volonté de redécouper l’espace habité et d’organiser le cadre de la vie familiale dans le sens d’une plus grande autonomie11. Parfois, des accords sont passés entre locataires qui visent à compléter la surface habitable ou à faciliter l’installation des nouveaux ménages12. Surtout, les occupants des immeubles, reconnus membres solidaires d’une même communauté par les autorités municipales, sont tenus à des tâches collectives et obligatoires : balayer, nettoyer, récurer les parties communes de la maison sont des besognes quotidiennes dûment réglementées par les ordonnances consulaires13. Ainsi, confrontée aux difficultés propres à toute collectivité surpeuplée, la société des voisins sait faire preuve d’inventivité et de solidarité. Elle témoigne également d’un véritable sens de l’adaptation et de la conciliation.

6Cette solidarité peut prendre d’autres formes encore. Dans cet univers de l’interconnaissance, une véritable curiosité pousse chacun à s’enquérir de son voisin et à savoir qui il est. À cet exercice, d’ailleurs, les derniers arrivés se prêtent volontiers. Charles Garnier, maître fabricant, loge au quatrième étage d’un immeuble de la rue Juiverie. Il est installé depuis une semaine lorsqu’une des locataires voisines, la dame Bouvard, se suicide en se jetant par la fenêtre. Au cours de sa déposition, il explique aux juges :

  • 14 ADR, BP 3523, 29 juin 1788.

« Il ne demeure dans ladite maison que depuis la Saint-Jean dernière et n’a rencontré la femme Bouvard que quelquefois dans l’escalier ». Mais, ajoute-t-il, « il lui a parlé à plusieurs reprises et qu’elle lui parut aussitôt très indisposée […] et n’est pas surpris du parti qu’elle a pris14. »

  • 15 D’après un calcul effectué à partir des procédures criminelles de la sous-série BP et couvrant le (...)
  • 16 ADR, BP 3462, 23 janvier 1780.
  • 17 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIe siècle, Paris, Gallimard/Julliard, coll. « Archi (...)

7L’attention qu’on porte au voisinage est révélatrice de ce « souci de l’autre » qui imprègne tant les cultures d’Ancien Régime. Elle est considérée comme une attitude parfaitement légitime que les déposants revendiquent sans chercher à la dissimuler. Rares sont les témoins qui, sinon par prudence, se désintéressent d’un événement en train de se dérouler sous leurs yeux ou qui s’esquivent. De façon générale, autrui ne laisse pas indifférent. Qu’il suscite l’inquiétude ou l’interrogation, il mobilise l’attention et sollicite le sens de l’observation des Lyonnais. La volonté de savoir, d’ailleurs, ne désigne aucune catégorie sociale particulière : toutes les classes partagent sans vergogne la même inclination. Bien que le sans-gêne du voisinage heurte parfois certaines sensibilités et suscite des résistances, il serait artificiel de vouloir rechercher une curiosité différentielle chez les Lyonnais de l’Ancien Régime. En témoignent les innombrables récits des déposants, issus des milieux professionnels les plus divers. Une même culture de l’investigation se forge au sein des immeubles lyonnais et unit dans une communauté de pratiques des individus issus d’horizons sociaux très divers. Cette curiosité partagée et assumée entraîne une connaissance approfondie des habitudes d’autrui. Chacun est informé des vertus et des travers du voisin puisque rien, ou presque, ne peut rester durablement caché. Les autorités, d’ailleurs, le savent bien et interrogent régulièrement le voisinage pour démêler une enquête, s’enquérir des mœurs, des habitudes ou du train de vie des habitants de l’immeuble. Ces renseignements que l’on accumule sur ses semblables tiennent, pour une part aussi, à la relative stabilité des habitants, à celle notamment des artisans et des couches supérieures de la société lyonnaise15. Difficile en effet, dans un environnement à la « sociabilité épaisse », de méconnaître ses voisins lorsqu’ils sont installés depuis plusieurs décennies. D’autre part, dans un espace ouvert sur la rue et sur le quartier, les informations circulent d’autant plus facilement que l’honnêteté du comportement se laisse regarder. Se dérober à la vue du voisinage ou se calfeutrer sous-entend généralement une intention secrète que l’on cherche à dissimuler à la collectivité. Tout se passe, au fond, comme si l’attention scrupuleuse que l’on porte à autrui et dont, en retour, on sait aussi être l’objet, conférait l’autorisation de parler des autres. Devant les tribunaux, les témoins exposent volontiers la vie de leurs voisins, soulignant, selon les cas, la bonne moralité des comparants ou leur manquement aux règles communautaires. Le voisinage perçoit et décode aisément le comportement de ses membres, comme l’attestent les formules employées par de nombreux déposants. Ainsi lit-on couramment : « Un[e] tel[le] passe généralement dans le quartier pour… », « Le voisinage le [la] connaît comme… », « On sait bien dans l’immeuble que… », « Tous les voisins connaissent le caractère de… », « Les locataires ont remarqué que… ». Ces expressions, bien que stéréotypées, dénotent une réelle finesse d’observation. Elles témoignent aussi d’une certaine habilité à interpréter les signes et à les charger de sens. Convoqué dans un procès qui oppose un maître ferblantier violent à l’un de ses apprentis, le sieur Deville déclare ne rien ignorer de la brutalité de l’accusé et bien connaître son goût pour la boisson. Plusieurs fois, en effet, il l’a surpris en train de tituber dans les escaliers de la maison, l’a entendu insulter son apprenti sur le visage duquel, précise-t-il, il a constaté des traces de coups16. Fréquents aussi sont les témoignages qui racontent les péripéties amoureuses des habitants du quartier. Les affinités des uns, les rendez-vous galants des autres, les jeux de l’amour et de la séduction, rien n’échappe au coup d’œil des voisins. Notoire, cette perspicacité oblige à vivre en conformité avec les valeurs de la collectivité toute puissante. « La transparence obligée des liens sociaux », pour reprendre l’expression d’Arlette Farge, et l’absence d’intimité véritable impose une lisibilité des conduites et des sentiments qui doit affirmer la probité sociale17. C’est la condition première pour conserver l’estime des voisins et garder sa place dans le réseau des solidarités quotidiennes.

Les espaces de rencontre

  • 18 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Lyon, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, p. 1 (...)
  • 19 Ibid., p. 166-169.
  • 20 Bénédicte Cottin, La Maison à Lyon au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude de l’habitat urbain, 5(...)
  • 21 Si, au cours du XVIIIe siècle, plusieurs programmes immobiliers de grande ampleur voient le jour, (...)

8On a écrit avec raison que « l’histoire de Lyon trouve sa première expression dans l’histoire des maisons18 ». Appliquée aux liens qui se tissent entre voisins et aux solidarités journalières qui en découlent, cette remarque trouve ici tout son sens. L’immeuble lyonnais, en imposant une sociabilité resserrée, multiplie les occasions de rencontres et de contacts, notamment dans les quartiers centraux de la ville où la surpopulation et l’étroitesse du bâti demeurent la règle19. Ici s’échafaude l’essentiel de la vie sociale des voisins. Parcouru plusieurs fois par jour, l’espace bâti est soumis aux contraintes et à l’irrégularité d’un parcellaire, issu le plus souvent d’un découpage ancien20. Les documents d’archives donnent à voir un ensemble de maisons hétéroclites, dépourvues de symétrie, où se juxtaposent de nombreuses strates architecturales d’époque et de style différents21. Alors qu’un discours nouveau s’élabore qui vise à faire du logement le refuge de la vie familiale, le voisinage doit affronter une réalité beaucoup moins séduisante. Il lui faut s’adapter et apprendre à vivre avec la vétusté des bâtisses, le confinement des lieux et l’exiguïté des espaces. Les appartements s’ouvrent sur le palier du voisin, communiquent par l’escalier central à l’allée d’entrée et à la cour, puis débouchent sur la rue. Dans l’itinéraire enchevêtré des maisons, les occupants convergent vers des points de passage obligés qui canalisent l’essentiel de la sociabilité de l’immeuble. Sillonnés en tous sens, accaparés et investis par ses habitants, ces lieux familiers constituent le cadre habituel où se nouent de multiples contacts entre locataires. Une lecture attentive des archives judiciaires permet d’esquisser une géographie des rencontres quotidiennes et, partant, de saisir les « cultures de l’habiter » qui imprègnent tant la vie collective.

  • 22 Françoise Gattefossé, Inventaire des maisons du XVIIe siècle. Lyon-Presqu’ile, mémoire de maîtrise (...)
  • 23 ADR, BP 3458, 30 septembre 1779.
  • 24 ADR, BP 3454, 22 mars 1779.
  • 25 ADR, BP 3511, 21 novembre 1786.

9Dans l’économie des relations journalières, l’escalier de la maison joue incontestablement un rôle de premier plan. Véritable colonne vertébrale de l’immeuble, cette structure en pierre assure la desserte verticale des étages et raccorde le rez-de-chaussée au grenier. Les historiens de l’art ont évoqué dans leurs travaux sur l’habitat lyonnais le plan de l’escalier au cours des siècles22. L’ancien escalier à vis hors œuvre qui reliait les galeries de circulation construites autour de la cour disparaît dès la fin du XVIIe siècle. Il est remplacé par l’escalier à volées droites et repos, inclus dans le corps de logis et éclairé par des arcades ajourées. Comme aux périodes précédentes, on continue de lui donner une forme de tour que les locataires aménagent parfois en salle pour l’étendage du linge. Boyau abrupt et étroit, l’escalier et sa cage sont un microcosme qui vit au gré des allées et venues des occupants de la maison. Les déplacements sont d’autant plus fréquents que les Lyonnais, en dehors du vin et du bois, ne disposent pas de réserves alimentaires et doivent s’approvisionner quotidiennement chez les marchands. On quitte alors son logis pour aller faire quelques commissions chez le commerçant voisin. Des discussions s’engagent entre personnes de condition sociale inégale mais animées d’une même soif de papotages. Antoine Marie Nadeau, procureur du roi, s’entretient avec sa voisine, une revendeuse d’herbages, sur les marches du premier étage23. La servante du sieur Perret commère avec la femme Dutreich, l’épouse d’un chirurgien réputé24. Plus amère, la conjointe de Jean-Baptiste Daverède montre à tous ceux qui la croisent dans l’escalier la trace des coups infligés par un mari cruel25. Véritable caisse de résonnance d’une vie collective démonstrative, l’escalier apparaît aussi comme l’écho et le prolongement de la sphère domestique dont les portes du domicile ne gardent pas toujours le secret.

  • 26 ADR, 3454, 3 février 1779.

« Sur environ midi, rapporte la veuve Richard, montant l’escalier de la maison qu’elle habite, elle entendit pleurer derrière la porte du domicile des époux Dupuis […]. […] elle sait que depuis son mariage ladite femme du sieur Dupuis n ‘ est pas heureuse avec son mari26. »

10Dans l’interpénétration constante du public et du privé, l’escalier voit converger tout ce que la maisonnée colporte, perçoit, éprouve ou redoute. Mais loin d’être un espace hermétiquement clos, il demeure largement ouvert aux influences et au monde extérieurs. Dès l’aube, les garçons des boutiques effectuent les premières courses pour le service du maître. Les commis des magasins foulent les degrés et livrent leurs marchandises. Les dévideuses de soie rejoignent les ouvroirs situés dans les étages et rencontrent des habitantes de la maison occupées à nettoyer à grande eau les parties communes de l’immeuble. Au cours de la journée, les négociants visitent leurs clients, les marchands apportent de l’ouvrage aux couturières, les personnes de qualité se font coiffer à domicile. Un monde hétéroclite de journaliers, de colporteurs, d’artisans, de domestiques investit l’escalier et confère au lieu une réelle fébrilité. De cette multiplicité des contacts, découle un inévitable rapprochement entre voisins, marqué tour à tour par la convivialité, la complicité ou… l’hostilité déclarée.

  • 27 Les ordonnances de police stipulent que la porte d’entrée doit être fermée à 9 heures du soir en a (...)

11À la frontière entre le domaine public et le domaine privé, ouvert à la fois sur la chaussée et sur l’intérieur des maisons, le seuil des maisons et le corridor qui s’y rattachent constituent un espace charnière, à l’intersection de la vie domestique et du monde de la rue. Assurant la desserte horizontale de l’immeuble en conduisant à la cour et à l’escalier, il est fermé le plus souvent par une porte piétonne surmontée d’une imposte. Seules les demeures cossues disposent de portes cochères qui permettent la circulation des voitures et des équipages. Ce couloir peut être disposé au centre de la façade et encadré par des arcs de boutiques. Il peut être aussi placé le long du mur mitoyen. Pour garantir la tranquillité et la sécurité des habitants, l’allée d’entrée doit être verrouillée chaque soir, à heure fixe, par le locataire principal27. En journée, elle est le lieu de passage ordinaire de tous ceux qui se rendent dans les étages ou qui quittent leur domicile. Comme de nombreuses allées « traboulent » et relient plusieurs îlots d’habitation, il en résulte un surcroît d’animation et une multiplication du nombre de rencontres entre voisins. Certaines d’entre elles ont un caractère illicite car le corridor, en retrait de la voie publique, soustrait à la vue des curieux les échanges clandestins et abrite une circulation monétaire souterraine. D’autres relations, plus détendues, réunissent les membres du voisinage sur le seuil de l’allée et traduisent le goût des riverains pour la palabre et le bavardage. Si les conversations vont bon train, elles se nourrissent d’évènements de la vie quotidienne et de nombreux propos se font l’écho des préoccupations domestiques ou privées.

  • 28 ADR, BP 3471, 30 avril 1781.

« Mercredi dernier, rapporte un maître maçon, il causait avec la femme Conchon sur la porte d’allée de la maison […] la dite Conchon lui raconta que son mari avait trouvé le plaignant badiner avec elle et qu’il croyait qu’il voulait la séduire28. »

12Entre le corridor, le seuil de l’allée et le pavé, une surveillance réciproque s’exerce, renforcée par l’étroitesse des rues. Des éclats de voix s’échappent des bâtiments tandis qu’en retour, les cris de la rue s’engouffrent dans les maisons. À la croisée des espaces, le seuil des maisons constitue un poste d’observation privilégié. Les archives judiciaires multiplient d’ailleurs les exemples de femmes, d’hommes ou d’enfants, stationnés à l’entrée des maisons, en train de couver du regard le spectacle de la rue.

  • 29 ADR, BP 3514, 3 avril 1787.

« Dimanche dernier, raconte un maître maçon, il était avec le sieur Bérard sur le seuil de la maison qu’ils habitent tous les deux quand il vit la femme Legras chargée d’un gros pain passer devant la boutique du plaignant et se répandre en invectives contre lui […]. Cette scène se déroula en plein midi et attira une grande quantité de monde, tant dans la rue qu’aux fenêtres des maisons voisines29. »

13Entre la chaussée et les logements existe un état de perméabilité dont l’embrasure de la porte constitue un des symboles les plus visibles. Lieux de rencontre et de communication, le seuil de la maison et le corridor matérialisent la limite entre le domaine réservé à la vie privée des locataires et le monde du dehors. Ils participent de ce fait à la diffusion des nouvelles et à la vie du quartier.

14Dans l’architecture des maisons lyonnaises, la cour, parfois nommée « ciel ouvert », forme un autre espace d’intense sociabilité. Située le plus souvent entre deux corps de logis, elle assure d’abord l’aération et l’éclairage des bâtiments construits en fond de parcelle. Elle permet ensuite aux venelles de communiquer les unes avec les autres et constitue un point central vers lequel convergent les célèbres « allées qui traversent », ou traboules lyonnaises. Enfin, parsemée de petits ateliers, de réduits ou d’écuries, la cour abrite aussi les latrines, la buanderie et le puits de la maison. Parce qu’elle est surplombée par les fenêtres des constructions voisines ou ceinturées par des galeries extérieures, la cour dessine un enclos où s’expriment alternativement les tensions ou les solidarités de la collectivité. Les habitants y promènent leur regard, recueillant en écho les nouvelles et les anecdotes de l’immeuble.

  • 30 ADR, BP 3458, 7 août 1779.

« Elle était sur le balcon de la maison qu’elle habite et qui a vue sur la cour où travaille le sieur Plante, dépose une domestique. Elle le vit s’entretenir avec la dame veuve Lafond qui lui raconta que le fils de la plaignante âgé d’environ onze ans avait eu la malchance de voir une grosse pierre de taille qui était installée dans les corridors lui rouler dessus et qu’il en était tout fracassé30. »

  • 31 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975, p. 39 (...)

15Le confinement des lieux et la rareté des espaces disponibles poussent de nombreux ménages à s’approprier la cour. Objet de toutes les convoitises, ce territoire à usage collectif est encombré d’une foule d’ustensiles, d’accessoires et d’objets variés. On ne compte plus les cabanons, les échoppes et les baraquements, construits en toute illégalité par des individus à l’étroit dans leur logement. En principe, la gestion de la cour relève du locataire principal qui s’efforce de maîtriser le flux des utilisateurs. Pour préserver autant que possible la tranquillité de l’immeuble, quelques cours sont fermées et leur accès réservé aux seuls locataires. Mais ces dispositions n’affectent guère les habitants des quartiers populaires et rares sont les individus qu’elles parviennent à contenir. D’autant que les fonctions commerciales du rez-de-chaussée attirent quantité de personnes venues des habitations voisines. Ainsi, par la pluralité de ses usages, par les services communs qu’elle abrite, la cour demeure un lieu où se forge une partie des cultures et des relations de voisinage. Pour parler comme Emmanuel Le Roy Ladurie, elle compose « un foyer de sociabilité globale » qui réunit les deux sexes et tous les âges de la vie31.

  • 32 Marc Vacher, Voisins, voisines…, op. cit., p. 146.

16Un examen plus approfondi des archives judiciaires permet de mieux connaître la répartition par sexe de tous ceux qui se rencontrent à l’intérieur des maisons. Si l’espace habité est le théâtre de relations et de contacts journaliers, il n’implique pas les deux sexes de la même manière32. À l’évidence, certains lieux sont d’occupation principalement féminine et constituent des points d’ancrage où les femmes déploient une grande part de leurs activités. Occupées aux mille travaux quotidiens d’entretien – le lessivage, le blanchissage, la corvée d’eau, le décrassage des parties communes –, elles monopolisent certains types de travaux. À tour de rôle et sous le contrôle du locataire principal, elles utilisent la buanderie installée, selon les cas, dans la cour ou dans le grenier commun. D’autres opérations de nettoyage requièrent encore l’énergie féminine, celles des domestiques mais aussi celles des femmes du peuple : ce sont toutes les corvées d’entretien prescrites par les règlements municipaux et qui visent les emplacements collectifs de l’immeuble. Toutes ces occupations témoignent d’un univers féminin qui ne se cantonne pas au domaine familial. Pour les besoins du ménage comme pour les travaux d’intérêt général, les femmes parcourent inlassablement l’itinéraire des maisons. Elles sont ici chez elles et leur sociabilité se nourrit surtout des conversations de pas-de-porte ou des scènes lorgnées à la dérobée. Soucieuses de préserver la réputation du ménage, les épouses veillent au domaine habité par la famille et se montrent attentives aux remous de la maisonnée. S’il fallait saisir l’image dominante des Lyonnaises à l’époque moderne, c’est sans conteste autour du foyer conjugal, à proximité des espaces où s’entremêlent vie privée et vie collective qu’il faudrait chercher : maîtresses dans leurs appartements, les épouses connaissent aussi les démêlés et les affaires de chacun, mieux que quiconque. Cette double orientation de l’existence féminine – à la fois tournée vers l’intérieur et vers l’extérieur de la vie domestique – est une composante importante de la sociabilité des immeubles. Elle explique pourquoi les femmes apparaissent au cœur du dispositif de la communication et représentent un vecteur essentiel dans la transmission des nouvelles.

L’entraide au quotidien

  • 33 Jean Delumeau, La Peur en Occident (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Hachette Littératures, coll. « Pl (...)

17On a écrit du voisinage qu’il délimitait « un cercle de passions tenaces, de haines réciproques, sans cesse alimentées de nouvelles rancoeurs33 ». Si la lecture des archives judiciaires semble confirmer cette opinion, l’historien cependant ne doit pas se laisser abuser par l’atmosphère de brutalité et de chicane qui se dégage des sources criminelles. Non qu’elle soit un leurre ou une illusion. Mais parce que, omniprésente dans les documents d’archives qui consignent surtout l’exceptionnel, elle masque une autre réalité : celle d’une société des voisins capable de bienveillance et de sollicitude. De ces pratiques, pourtant, les documents judiciaires témoignent peu. Par leur nature même, ils évoquent des situations conflictuelles, beaucoup plus rarement des rapports amicaux et fraternels. Reste donc à traquer chaque indice de manière à restituer l’image d’une collectivité qui sait aussi se montrer charitable et conviviale.

  • 34 Dictionnaire universel français et latin vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, Paris, éd. 1 (...)
  • 35 ADR, BP 3523, 23 mai 1788.
  • 36 ADR, BP 3436, 6 février 1777.
  • 37 ADR, BP 3532, 8 octobre 1789.
  • 38 ADR, BP 3524, 13 août 1788 et BP 3556, 9 juillet 1790.

18Au quotidien, « n’est pas voisin qui ne voisine » comme le rappellent les dictionnaires d’Ancien Régime34. Visiter le locataire du dessus, prendre un verre ou jouer aux cartes avec lui, s’enquérir de sa santé, l’informer des nouvelles du jour sont des attitudes familières et appréciées de tous. Elles sont inséparables, du reste, des devoirs dits « de bon voisinage » que chacun doit savoir s’acquitter sous peine de froisser la collectivité. Fréquenter son voisin est une forme de correction et de savoir-vivre à laquelle les Lyonnais sacrifient volontiers. Comme le suggèrent certains témoignages, ces visites à répétition semblent disposer du temps de chacun et se déroulent à toute heure de la journée. Au petit matin, la veuve Berger descend chez sa voisine et l’avertit de son intention de faire une lessive au grenier35. La nuit est tombée depuis longtemps quand Marguerite Dumaine vient chercher de la lumière chez les locataires du quatrième. Elle y trouve « son prévoisin » occupé à souper avec plusieurs autres habitants de la maison36. Antoine Couder, inquiet pour la santé d’une voisine « entre vers une heure de relevée dans ses appartements qui […] sont ouverts et la trouve couchée37 ». La fréquence des visites est accrue par l’aisance relative avec laquelle on pénètre chez autrui. Non pas que les serrures, les loquets ou les crochets soient absents. Ils existent et servent à dissuader les gêneurs et les voleurs. Néanmoins, les logements ne semblent jamais entièrement clos. Les murs laissent passer les bruits et certains locataires travaillent portes ouvertes, à l’instar d’Anthelme Bozonat, maître menuisier, ou de Catherine Miège, une dévideuse de soie, qui œuvre chez son bourgeois en observant par l’embrasure de la porte le va-et-vient de l’immeuble38.

  • 39 La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire historique de l’ancien langage français ou glossaire de la (...)

19Cette convivialité partagée va de pair avec les nécessaires rapports de solidarité et d’amitié que doit entretenir chaque voisin. « Pour grosse que soit la geline (c’est-à-dire la poule) elle a besoin de sa voisine », rappelle un dicton du XIIIe siècle39. On attend des maisons les plus proches et de leurs habitants des relations bienveillantes et un soutien désintéressé en cas de besoin. Quoi de plus confortable que de vivre entouré d’une « bonne et saine compagnie », ennemie de la chicane et des tracas. L’amitié entre les voisins, le respect et l’assistance mutuels définissent une certaine forme de « bonheur », comme le rappelle Rétif de la Bretonne dans ses Nuits de Paris. Prêtant sa voix à un moribond, il écrit :

  • 40 Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne, Les Nuits de Paris dans Paris la nuit, Paris le jour, Paris, R. (...)

« J’ai été le plus heureux des hommes ; j’ai eu la meilleure femme, de bons enfants ; du travail, de la santé, l’estime de mes pratiques et de mes voisins qui mettaient trop de prix aux petits services que j’aimais à leur rendre : ha ! Monsieur ! J’ai été heureux en ce monde40. »

  • 41 La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire…, op. cit., p. 185.
  • 42 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux (...)
  • 43 La rupture avec l’aumône et la charité traditionnelle marque le passage vers une bienfaisance publ (...)
  • 44 Robert Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XVe-XVIIIe sièc (...)

20L’auteur ne fait qu’exprimer ici un sentiment éprouvé qu’un ancien proverbe formule en ces termes : « Bien en a sa maison que de ses voisins est aimé41. » Furetière émet une opinion similaire quand il rappelle le fameux dicton : « Qui a bon voisin a bon matin » lequel, explique-t-il, s’utilise « pour dire qui a bon voisin vit en repos, qu’on peut toujours en attendre du secours42 ». C’est que le tissu des relations, quand il est suffisamment serré, constitue un véritable rempart contre l’incertitude du lendemain, la précarité ou la pénurie. De tradition en effet, la pauvreté relève d’abord de la charité des voisins, même si prévaut de plus en plus l’idée que c’est à l’État et au roi de prendre en charge les indigents43. Malheur à celui qui vit sans amis, aux isolés et aux migrants qui ont rompu les liens avec leur famille et leur village. Car il faut du temps avent de pouvoir s’insérer dans le réseau des sociabilités urbaines. L’individu isolé reste une « abomination sociale », selon le mot de Robert Muchembled44. Il est un être fragile aussi longtemps qu’il n’intègre pas les cercles de solidarité traditionnels basés sur la famille, le voisinage et le métier.

  • 45 ADR, BP 3466, 7 juillet 1780.
  • 46 ADR, BP 11 g 301, 7 mai 1776.
  • 47 ADR, BP 3537, 5 janvier 1791.
  • 48 ADR, BP 3471, 3 avril 1781.
  • 49 ADR, BP 3466, 26 juillet 1780.

21La pratique de l’entraide s’acquiert jeune car très vite s’affirme la nécessité de faire front pour survivre. Les enfants prennent en charge les courses des plus âgés, vont chercher l’eau au puits ou secondent leurs parents dans les tâches quotidiennes. De leur côté, les adultes épaulent le voisin en de nombreuses occasions. Antoine Lestrelin surveille « en qualité de voisin » la boutique d’une marchande de modes qui doit momentanément s’absenter45. Serviable, Jeanne Marie Jacquin, une dévideuse de soie, s’empresse d’aller prévenir le chirurgien quand elle apprend que sa voisine s’est cassé le bras46. La femme Belanga « garde les clés du prévoisin » et prend soin de son appartement lorsqu’il lui faut, pour raisons professionnelles, quitter la ville47. Touchés par la détresse d’une jeune brodeuse désargentée, les époux Lafon Desfaux invitent l’infortunée chaque dimanche et lui servent la soupe48. Parce qu’elle compatit « aux malheurs qui accablent Marguerite Fort, Antoinette Guichard transforme son local à fagots en cachette et y abrite « la pauvre désemparée » qu’un huissier cherche à appréhender49. La liste est longue de ces petits « riens » sans importance qui disent l’ordinaire d’une vie collective placée sous le signe de l’assistance ou du secours mutuel. À côté de ces manifestations de solidarité, somme toute bien communes, il en existe d’autres qui accompagnent les « temps forts » de l’existence : la naissance, le mariage ou la mort du voisin. Si ces événements cristallisent l’attention du voisinage, les archives judiciaires évoquent rarement ces épisodes de la vie, sinon incidemment, au hasard d’une affaire ayant pour toile de fond l’accouchement d’une femme, le mariage d’un couple ou le décès d’un voisin. Les quelques informations recueillies concordent cependant et vont toutes dans le même sens : pendant toute la durée de l’Ancien Régime, ces moments gardent un caractère semi-public et sont vécus avec intensité par les habitants du quartier.

  • 50 ADR, BP 3481, 11 juillet 1782.
  • 51 Jacques Gélis, L’Arbre et le Fruit. La naissance dans l’Occident moderne (XVIe-XIXe siècle), Paris (...)
  • 52 ADR, BP 3474, 7 septembre 1781.
  • 53 ADR, BP 3448, 6 mai 1778.

22De tous ces moments, la grossesse et l’accouchement sont peut-être ceux qui sont suivis et commentés avec le plus de curiosité. Sous l’œil vigilant des femmes du quartier, la parturiente s’efforce de mener à terme son rejeton. Il lui faut avant tout éviter les « blessures », c’est-à-dire, les fausses couches et les accouchements prématurés, fort nombreux vraisemblablement. C’est que, malgré les condamnations toujours plus véhémentes des médecins, les futures mères travaillent jusqu’au bout, à l’exemple de Pierrette Delorme, une blanchisseuse enceinte de huit mois50. Mais comment pourrait-il en être autrement quand la précarité économique interdit toute interruption de l’activité salariée ? Seules les femmes aisées sont en mesure de mettre en application le discours des praticiens qui conseillent d’éviter le surmenage, d’avoir une nourriture saine ou encore de respirer le bon air51. Si les femmes enceintes ne bénéficient généralement d’aucun aménagement de charges sur leurs lieux de travail, elles peuvent compter en revanche sur la bienveillance active de leurs voisines. Louise Cécile Neyret prête le bras à la femme Dussud qui « est sur le point d’accoucher » pour qu’elle puisse regagner plus rapidement son domicile52. Françoise Rollet, en allant au puits, ramène un seau plein d’eau à sa voisine qu’elle sait « avancée en grossesse53 ». Combien d’autres gestes encore qui disent la solidarité mais que les documents n’ont pas retenus ? Du côté des hommes, les attitudes paraissent plus ambiguës. Si les uns témoignent d’une réelle sollicitude à l’égard de leurs voisines, les autres adoptent un comportement plus réservé, conformément, peut-être, au partage des rôles sexuels en vigueur dans la société lyonnaise d’Ancien Régime.

  • 54 ADR, BP 3479, 6 mai 1782.
  • 55 Cette assiette de faïence est reproduite dans l’ouvrage de Drina Candilis-Huisman, Naître et après (...)
  • 56 Pensons à la mère de Jean-Jacques Rousseau qui meurt neuf jours après la naissance de son fils. Ce (...)
  • 57 François Lebrun, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles, P (...)
  • 58 Lucien Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime. Royaume de France. XVIe-XVIIIe siècles, Paris (...)
  • 59 Othmar Keel, L’Avènement de la médecine clinique moderne en Europe, 1750-1815. Politiques, institu (...)
  • 60 Deux magazines médicaux semblent avoir connu un certain succès à Lyon à la fin du XVIIIe siècle : (...)
  • 61 Drina Candilis-Huisman, Naître et après ?.., op. cit., p. 43.
  • 62 ADR, BP 3445, 6 janvier 1778.

23Après la grossesse, vient l’heure de la délivrance. Moment dangereux pour la mère comme pour l’enfant, l’accouchement se déroule, en règle générale, à domicile, dans une pièce chauffée, à l’abri du froid et des courants d’air. Dès les premières contractions, des voisines accourent, à l’instar de Magdeleine Desproit, venue soulager l’épouse de Jean Pulliat54. Car l’accouchement est d’abord une affaire de femmes, comme le montre cette assiette de faïence du XVIe siècle conservée aux hospices civils de Lyon et qui représente deux femmes qui s’empressent autour de l’accouchée55. La présence du mari est jugée superflue et n’est requise que si les choses tournent mal ou que l’épouse court un réel danger. « Domaine réservé » des femmes, l’accouchement voit se succéder dans la chambre de la parturiente des voisines qui prodiguent conseils et recettes ou qui font part de leur expérience. Cette « société de naissance » turbulente, pour reprendre l’expression de Jacques Gelis, assure à la mère une aide matérielle et morale importante : les unes font chauffer des bassines d’eau, d’autres préparent un bouillon, d’autres encore réconfortent l’accouchée. Cette solidarité féminine est d’autant mieux appréciée qu’elle a longtemps constitué la seule forme d’assistance existante. Si, peu à peu, s’impose au chevet de l’accouchée la figure de l’accoucheuse (ou de la garde malade), elle ne se substitue pourtant pas à celle des voisines qui continuent à veiller au bon déroulement de l’accouchement. Par une série de gestes élémentaires – distendre les « parties de la génération », frictionner le dos et les reins du nouveau né, lui préparer un bouillon – elles facilitent le travail de la mère et prodiguent les premiers soins au nourrisson. Mais quand les choses prennent un mauvais tour, l’accouchement peut rapidement devenir dramatique. Les voisines atteignent vite les limites de leurs compétences et les exemples célèbres de naissances catastrophiques pour la mère ou pour l’enfant ne manquent pas56. Pour l’ensemble de la France, ce sont près de 10 % des femmes qui meurent en couches. 28 % des enfants n’atteignent pas leur premier anniversaire57. Conscient de cette hémorragie et soucieux de la combattre, l’État royal multiplie les initiatives et cherche à médicaliser la naissance. Une véritable mutation s’opère au milieu du XVIIe siècle et l’on voit se multiplier le nombre de chirurgiens assister aux accouchements. Lancée, dit-on, par Louis XIV, cette « mode » se répand d’abord dans l’aristocratie puis gagne bientôt des couches entières de la société58. Sûr de son savoir et de sa science, le médecin rassure et inspire confiance. Il représente la garantie d’une meilleure protection de la mère et du jeune enfant. De nouvelles techniques apparaissent, encore bien incertaines, c’est vrai : le forceps, par exemple ou la césarienne. Relayée par le discours éclairé de l’époque, une ébauche de rationalité médicale s’impose59. Elle pénètre les esprits par le biais d’imprimés et de journaux qui diffusent quantité d’informations sur la santé des Français dans le royaume60. Cette politique volontariste peine cependant à transformer le mode d’accouchement des Lyonnaises. Le recours aux médecins reste rare, non seulement parce que ses prestations sont onéreuses mais sans doute aussi par préjugé et par « obscurantisme ». Longtemps en effet l’accouchement d’une femme par un homme choque la morale commune. À l’époque de Louis XIV, il suscite la jalousie des époux. Un siècle plus tard, l’obstétricien doit composer avec le tabou qui lui interdit la vision du sexe féminin61. De tels obstacles expliquent que l’accoucheur n’attire qu’une clientèle restreinte, limitée le plus souvent aux classes supérieures de la société. De sorte que la médicalisation de la naissance, tout juste entamée à la veille de la Révolution, est loin d’avoir ruiné les anciennes solidarités de voisinage. Pour l’heure, les Lyonnaises continuent de préférer l’assistance d’une voisine, d’une garde malade ou d’une « délivreuse » jouissant d’une bonne réputation dans le quartier. L’heure du « tout médical » n’a pas encore sonné. Le recours au médecin ou personnel soignant spécialisé ne s’impose que dans les cas les plus difficiles, c’est-à-dire quand l’enfant se présente mal ou lorsqu’il faut faire usage d’instruments de chirurgie. Si l’accouchement au contraire est « naturel », les vieilles méthodes sont toujours de mise. La présence, l’aide et le soutien apportés par les voisines continuent d’être appréciés. L’atteste la déposition de Marie Rey, une brodeuse venue réconforter et « délivrer » sa voisine, tourmentée par les douleurs de l’enfantement62. Avec d’autres, elle saura accueillir le nouveau-né et lui formuler les vœux traditionnels de bonne santé.

  • 63 Les chiffres avancés sont édifiants : un Lyonnais sur deux n’atteint pas sa vingtième année et deu (...)
  • 64 Françoise Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, coll. « Vivre sous l’Ancien Ré (...)
  • 65 ADR, BP 3533, 18 novembre 1789.

24À la naissance et à la vie succède la mort, cette compagne dramatiquement familière aux hommes de l’époque moderne, comme le confirment toutes les enquêtes63. Dans les paroisses populaires du centre-ville, 31 % des ouvriers en soie, 38 % des chapeliers et 49 % des manœuvres disparaissent entre 20 et 39 ans64. On meurt donc beaucoup et souvent à Lyon sous l’Ancien Régime : mort des nourrissons en raison des conditions de l’accouchement ; mort des hommes et des femmes victimes d’une épidémie ou d’une infection ; mort violente au cabaret, à l’atelier ou sur un chantier ; mort accidentelle à l’image du fils de Jacques Lebrat écrasé par une charrette de foin65 ; mort spectaculaire des exécutions publiques. L’omniprésence de la mort est une réalité bien attestée que les historiens démographes soulignent régulièrement.

  • 66 Voir à ce propos les remarques très éclairantes d’Arlette Farge dans La Vie fragile, op. cit., p.  (...)
  • 67 ADR, BP 3478, 3 février 1782.
  • 68 ADR, BP 3515, 28 octobre 1787.
  • 69 Pierre Chaunu, La Civilisation de l’Europe des Lumières, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1982 (...)
  • 70 Arnold Van Gennep, Le Folklore français, t. I : Du berceau à la tombe. Cycle de Carnaval-Carême et (...)

25Comment la collectivité réagit-elle face à ce fléau ? Quels sentiments éprouve-t-elle à l’égard des personnes disparues ? Pareilles questions ont suscité de nombreux travaux aux conclusions souvent contradictoires66. Incontestablement, la mort d’un voisin laisse rarement indifférent et nombreux sont ceux qui ressentent un chagrin profond, à l’exemple de Jean Baillet qui pleure amèrement le disparu67. Difficile aussi de mettre en doute l’affection des voisins pour les enfants du quartier et leur peine sincère quand l’un d’entre eux souffre et meurt. Quoi qu’il en soit, la maladie et la mort, loin d’être repliées au for familial et privé, demeure un évènement fortement socialisé. À moins d’un décès brutal, la maladie d’un tiers est rapidement connue et commentée par le voisinage. On vient s’enquérir de la santé du souffrant tout en lui prodiguant des paroles de réconfort. Telle est l’attitude de Benoît Rabut, un ouvrier en soie, qui s’attache à prendre des nouvelles du sieur Giraud chaque jour « en qualité de voisin jusqu’à son décès68 ». C’est que visiter un mourant, se mettre en règle avec lui, participe de ces devoirs dits « de bon voisinage ». Une « belle mort » à l’époque moderne, ne se déroule-t-elle pas dans une ambiance sereine, au milieu de ses proches et de ses voisins69 ? Quand l’état du malade devient critique et que la mort menace, l’usage veut que l’on asperge le moribond d’eau bénite avec le buis des Rameaux et qu’on allume un cierge70. Un voisin ou un parent s’empresse d’aller chercher le vicaire de la paroisse qui reçoit la confession du mourant et lui donne sa bénédiction. Le malade récite alors une dernière fois ses prières, en commun parfois avec l’assistance. Désormais, en règle avec sa conscience et les commandements de l’Église, le moribond peut s’endormir dans la « paix de Dieu » et rejoindre l’au-delà.

  • 71 Ibid., p. 574.
  • 72 ADR, BP 3537, 30 novembre 1790.

26Sitôt le décès constaté il est interdit à quiconque de faire du bruit dans la chambre du décédé et aux alentours. Les voisins sermonnent sévèrement les enfants ou les adultes qui crient, sifflent ou chantent. La vie active doit être comme suspendue aussi longtemps que les funérailles n’ont pas eu lieu. Un stade de « marge temporaire » commence pendant lequel le trépassé, ni vraiment vivant ni tout à fait mort, oscille entre le monde d’ici-bas et le monde céleste71. Aidée par les voisins, la famille arrange la chambre du défunt, en la drapant parfois d’étoffes sombres. Dans la pièce ainsi décorée, se tient la veillée mortuaire à laquelle est conviée toute la maisonnée. Ainsi, à la mort Pierre Liotard, deux de ses « prévoisins » veillent le trépassé « depuis six heures du matin […] jusqu’au moment où il a été inhumé ». Ils coudoient les membres de la famille et le cercle des proches72. Quant à la toilette des morts, elle reste, dans les milieux populaires et de l’artisanat, du ressort des voisines, plus rarement des parents proches. Les femmes qui donnent la vie se voient de la sorte investies d’un droit à disposer du corps des morts. C’est donc sans surprise que de nombreuses femmes sont signalées auprès des dépouilles mortelles.

Préserver l’équilibre des maisons et protéger ses habitants

  • 73 ADR, BP 3432, 9 décembre 1776.
  • 74 ADR, BP 3454, 22 février 1770.
  • 75 ADR, BP 3454, 8 mars 1779.
  • 76 ADR, BP 3454, 4 mars 1779.

27On évalue mal l’importance des solidarités entre voisins si l’on néglige de les insérer dans un processus global visant à garantir la paix, le calme, la sécurité et l’harmonie des maisons. Dépositaire de l’ordre communautaire, garant du repos et de la tranquillité de l’immeuble, le voisinage s’interpose en permanence en cas de rixes ou de conflits. Il s’agit en effet de neutraliser les plus agressifs et de rétablir la concorde collective quand celle-ci paraît menacée. On ne compte pas le nombre d’hommes et de femmes qui interviennent dans les querelles entre voisins au nom de la sauvegarde du bien-être et de la quiétude commune. S’interposant entre deux adversaires en train de se battre, Pierre Dupré déclare agir pour la « bonne entente de tous73 » ; le sieur Achard par « charité74 » ; François Lait afin « de mettre l’accord entre les voisins75 » ; quant à Toussaint Roux, il s’entremet car il veut « faire cesser le scandale dans la maison76 ».

28La réaction de la collectivité est particulièrement vigoureuse contre tous ceux qui ignorent les codes élémentaires de bonne conduite. Brutaliser un enfant, par exemple, déclenche une réaction spontanée de solidarité qui résulte autant de la faiblesse de la jeune victime que des relations privilégiées qu’elle entretient avec la maisonnée. Par tradition, en effet, les plus jeunes sont très tôt impliqués dans la vie collective. Comme coursiers ou comme employés, ils sillonnent régulièrement les espaces du voisinage. Omniprésents dans le monde des adultes, ils semblent « appartenir » à leur famille biologique autant qu’au quartier qui les a vus naître. Maltraiter un enfant provoque donc, le plus naturellement du monde, des ripostes passionnées et indignées.

  • 77 ADR, BP 3459, 12 novembre 1779.

« Il a entendu, raconte Jean Groscassany, du bruit dans l’escalier […] et […] a vu un jeune enfant qui venait d’être maltraité et presque sans mouvement. Il s’empressa aussitôt ainsi que de nombreux voisins de faire transporter l’enfant à l’Hôpital de la Charité et à ses frais77. »

29Réaction semblable chez ce marchand de bas :

  • 78 ADR, BP 3456, 9 septembre 1779.

« Hier, vers neuf heures du matin, un conducteur de bœuf […] jeta un gros bâton à travers le corps de plusieurs enfants […]. Tous les honnêtes gens indignés les ont secourus car ils sont hors d’état de se défendre78. »

30Les violences conjugales composent une autre source d’indignation pour la société des voisins. On supporte mal les sévices infligés à une femme mariée et rares sont ceux qui ne manifestent pas leur solidarité à la victime. Si, pour beaucoup, corriger son épouse reste une pratique courante dès qu’elle a bafoué le pacte conjugal, la réprobation se fait unanime lorsque les coups deviennent excessifs et disproportionnés.

  • 79 ADR, BP 3477, 3 janvier 1782.

« Dans la nuit du 26 décembre 1781, lit-on dans une plainte, André Faure se retira très tard dans son domicile. Il y trouva [son épouse] couchée dans le lit commun qui était endormie. Il ferma la porte d’entrée […] et ensuite, au milieu de la nuit, saisit la plaignante par le col, la terrassa toute nue, lui arracha les cheveux, l’accabla de coups de poings dans la figure. Enfin, c’eût peut-être été la dernière heure de sa vie si des cris lamentables entrecoupés par des sanglots n’eussent été lancés par la plaignante, ce qui éveilla le voisinage. Il survint plusieurs personnes qui témoignèrent l’indignation où André Faure les avait plongés. Ils menacèrent d’enfoncer cette porte s’il ne mettait fin à ses cruautés, ce qui intimida un peu André Faure79. »

  • 80 ADR, BP 3521, 8 avril 1788.

31S’exprime dans ce type d’intervention une attitude propre aux mentalités traditionnelles qui veut que ramener la sérénité dans un couple qui se déchire c’est aussi œuvrer pour maintenir la paix collective. Non pas que l’intrusion dans la vie des ménages soit systématique. De nombreux témoignages montrent au contraire une hésitation croissante lorsqu’il s’agit de pénétrer dans la sphère conjugale, désormais « domaine réservé » pour le plus grand nombre des conjoints. À l’instar d’Antoine Goutelle, on préfère souvent « ne pas se mêler de ce qui se passe chez les voisins » plutôt que de se compromettre dans une affaire de famille toujours délicate80. Néanmoins, sans jamais contester l’autorité du mari sur la femme, de nombreux voisins cherchent l’apaisement, autant par esprit de compassion que pour soustraire les maisons aux tensions et aux divisions. Cette démarche, il faut le souligner, correspond souvent aux attentes de l’épouse elle-même. En effet, de toutes les querelles, les disputes conjugales restent sans doute celles qui sont dénoncées en justice avec le plus de réticence. On hésite toujours à traduire son partenaire devant les tribunaux car la démarche revêt un caractère à la fois scandaleux et infamant. Ne s’agit-il pas en effet de livrer à la publicité les travers et les mauvaises manières du conjoint et de reconnaître explicitement l’échec de son couple ? C’est pourquoi, les plaintes entre époux représentent toujours un acte grave. Il n’intervient que si les tentatives d’arbitrage menées par les voisins ont échoué. Le recours aux tribunaux s’impose quand les souffrances et les frustrations ont franchi le seuil du tolérable. À Lyon, c’est toujours à contrecœur que la conjointe décide de s’adresser aux juges. Elle espère ainsi mettre un terme à une vie commune devenue insupportable, voire dangereuse.

  • 81 ADR, BP 3483, 21 décembre 1782.
  • 82 Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Pari (...)
  • 83 ADR, BP 3517, 10 août 1787.

32Habituée à absorber et à résoudre seule ses tensions, la société des voisins sait aussi se mobiliser et faire bloc quand elle se sent menacée par un intrus ou par des individus qui n’ont pas reçu son agrément. Le cas échéant, la perspicacité des habitants est grande et repère aussitôt les indésirables, les vagabonds notamment, toujours suspectés de vouloir s’introduire dans les maisons pour cambrioler les locataires. C’est que la peur du vol obsède tous les esprits. Certains voisins n’hésitent pas à monter la garde une partie de la nuit, à l’exemple de Jean-Claude Brunet, un revendeur de gages qui arpente « l’allée de l’immeuble entre dix et onze heures du soir en tenant un gros bâton à la main81 ». Quand un suspect est repéré, la collectivité toute entière le prend en chasse. Si les malfaiteurs les plus habiles parviennent à s’esquiver, il n’est pas toujours facile d’échapper à des individus en colère, désireux de régler son sort au coupable. Sûre de son bon droit, la foule justicière s’arroge la liberté de contenir et de punir le délinquant qui a opéré sur son « territoire ». Parfois le coupable est remis entre les mains de la police de manière à ce que les victimes qui le souhaitent puissent intenter une action en justice. Mais auparavant les voisins opèrent sur lui une fouille au corps méticuleuse, souvent suivie d’un passage à tabac. Puis, selon la gravité du délit, les vœux de la victime ou du voisinage, l’accusé est emmené au poste de garde. Si les femmes et les habitants du quartier peuvent espérer bénéficier d’une certaine indulgence, les vagabonds et les récidivistes sont traités beaucoup plus durement. C’est qu’à l’heure où le paupérisme devient un problème d’ordre public, les mendiants valides venus d’ailleurs sont l’objet d’un rejet général82. Les plus mal lotis restent incontestablement les étrangers nés en dehors des frontières du royaume. Mi-vagabonds, mi-travailleurs, leur « étrangeté » inquiète et suscite une certaine méfiance teintée de xénophobie. Judas Aaron, un colporteur juif venu d’Allemagne, en fait l’amère expérience : soupçonné de vol, il est aussitôt arrêté par les occupants d’un immeuble qui reconnaissent en lui « une espèce de canaille, de juif, de fripon ». Dépouillé de ses vêtements, fouillé, insulté, il est traîné au corps de garde. Quelques semaines plus tard, les juges le condamneront à cinq ans de galère83. Dans cette affaire comme dans beaucoup d’autres, la collectivité pèse de tout son poids dans le règlement du confit. Elle intercepte et visite de son propre chef celui qui a violé son espace avant de le livrer à la justice. S’esquisse de la sorte un système judiciaire dual – collectif et spontané d’un côté, officiel et réglementé de l’autre – qui interdit de connaître la réalité criminelle de la société d’Ancien Régime. Combien de coupables en effet ont été relâchés avant que les autorités aient eu vent de l’affaire ? Le voisinage opère un tri entre ce qui est porté à la connaissance des tribunaux et ce qui reste un évènement interne à la communauté. Dans tous les cas, il joue un rôle actif pour assurer la sauvegarde de l’ordre collectif.

  • 84 ADR, BP 3480, 19 juin 1782.
  • 85 Arlette Farge, Vivre dans la rue…, op. cit., p. 193-207.

33Le contrôle et la défense de l’espace habité passent aussi par la défiance, voire par la franche hostilité des voisins à l’égard des professionnels de l’ordre en charge de faire respecter la loi. Le rejet le plus fort se manifeste à l’encontre des huissiers et de leurs auxiliaires. L’aversion dont ils sont l’objet s’explique d’abord par la fonction qu’ils exercent : chargés d’exécuter les décisions de justice ils signifient les arrêtés des tribunaux, organisent des perquisitions, conduisent les saisies et participent aux prises de corps. L’intervention des huissiers est d’autant plus mal perçue qu’elle est vécue comme une véritable intrusion dans la vie des individus. Dans les classes modestes, elle reste synonyme de ruine ou d’extorsion d’argent. C’est pourquoi, en cas d’irruption d’un huissier, l’entraide et la solidarité entre voisins jouent à fond. Sans doute, la mauvaise réputation de cet agent de la justice tient-elle aussi à la brutalité des méthodes, en usage dans la profession. Aux interventions fracassantes s’ajoutent les agressions verbales, les injures, les menaces, les coups, les déprédations diverses. Certaines visites domiciliaires tournent même au drame et entraînent la mort des personnes visitées : ainsi celle de la veuve Desmaret qui décède « d’émotion », de « chagrin » et de « frayeur », quelques jours seulement après la perquisition de son foyer84. Un sentiment d’arbitraire se dégage des témoignages d’archives et renvoie à une réalité sombre et bien attestée. Il explique, pour une large part, les réactions brutales des voisins qui, par hostilité aux agents de la loi autant que par solidarité avec les victimes, se liguent régulièrement contre les huissiers. Les rébellions les plus sévères, celles qui donnent lieu à la résistance la plus opiniâtre adviennent en cas de prise de corps. C’est que l’arrestation d’un voisin, arraché violemment à son foyer, choque toujours la collectivité. Hasardeuse, l’opération est difficile à conduire. À tout instant, elle peut dégénérer et déboucher sur des échauffourées impossibles à contenir. Face à une foule hostile et remontée, les représentants de la justice doivent lutter pied à pied et ont souvent bien du mal à faire appliquer les décisions judiciaires. Cette impopularité, bien sûr, les huissiers la partagent avec tous ceux qui sont chargés de les escorter et de les protéger : indicateurs, « mouches » ou records, ces personnages à la réputation douteuse restent des mal-aimés parce que leur fonction exige d’eux dissimulation, absence de scrupules et compromission avec les autorités judiciaires. À tout prendre, il semble que les populations préfèrent encore les forces de police du Consulat. Non pas en raison d’une mansuétude qui leur serait propre mais parce que leurs pratiques répressives ne reposent guère sur la duplicité. Est-ce à dire pour autant que les Lyonnais se montrent toujours coopératifs avec les membres de la police ordinaire ? Assurément non. La solidarité affichée les habitants et leur volonté d’assurer eux-mêmes le contrôle et la défense des espaces habités entraînent des tensions avec les agents de l’ordre, comme elles occasionnent des rébellions avec les représentants de la loi. Peut-être, même, cette opposition redouble-t-elle au cours des dernières années de l’Ancien Régime quand partout l’institution policière se renforce et que l’ordre progresse85.

  • 86 ADR, BP 3459, 12 octobre 1779.
  • 87 ADR, BP 3466, 1er juillet 1780.

34Le refus de laisser l’espace habité aux seuls policiers témoigne d’un fort sentiment d’appartenance qui se manifeste en différentes occasions. Le voisinage, par exemple, peut dissimuler aux autorités un des siens ou lui offrir une cachette qui soit sûre. Telle est l’aventure survenue à Thérèse Judacier, une jeune fille de 16 ans, soustraite aux mains de la police pendant plusieurs jours par des voisins compatissants. Dans un moment de désespoir, elle a pourtant empoisonné sa mère et sa sœur86. La collectivité peut aussi prendre fait et cause pour un habitant du quartier dont le « bon droit » a été bafoué et s’opposer physiquement aux forces de l’ordre. C’est l’aventure qui survient à un vieux locataire de la rue Port-Charlet, expulsé de son appartement sans aucun préavis par le locataire principal. Furieux de cette entorse à la loi, les voisins réagissent vigoureusement et accueillent la garde à coups de pierre87. Dans cette affaire comme dans beaucoup d’autres, on constate que les principaux bénéficiaires des solidarités de voisinage sont avant tous des hommes et des femmes estimés par la collectivité et domiciliés dans le quartier depuis longtemps. Les solidarités jouent surtout en faveur des familles installées, au détriment donc, des personnes nouvellement établies dans l’immeuble.

Une solidarité sélective

  • 88 Marc Vacher, Voisins, voisines…, op. cit., p. 53-61.

35De fait, si la société des voisins est animée d’un véritable sentiment collectif, sa disposition à l’entraide ne s’applique pas à tous indifféremment. On aidera plus volontiers un homme pacifique qu’un bagarreur, un enfant ou une femme enceinte qu’un ivrogne. Dans l’immeuble, des alliances se nouent sans qu’on sache toujours les raisons qui les fondent. Si la morale chrétienne de la pitié peut expliquer certaines interventions en faveur des plus faibles, d’autres rapprochements sont plus difficiles à élucider. Des groupes se constituent, des mouvements de solidarité s’esquissent pour des motifs sibyllins. Relèvent-ils de l’amitié, de la volonté de maintenir la tranquillité dans l’immeuble ou encore de simples réflexes corporatifs ? Difficile à dire parfois. Ce qui paraît incontestable en revanche, c’est que la collectivité établit une ligne de partage entre le « bon » et le « mauvais » voisin88. Le premier, objet de toutes les protections, réunit de nombreuses qualités qui s’ordonnent autour de quelques vertus cardinales : ce sont principalement le souci des autres, la tempérance, l’intégrité et la loyauté.

  • 89 ADR, BP 3514, 21 février 1787.

« Le sieur Bonnefond, lit-on dans une procédure, s’est toujours comporté de la manière la plus honnête qui soit. Il a une conduite très régulière et entretient avec ses voisins des relations sans histoire. Son tempérament calme et tranquille, sa modération l’ont toujours tenu éloigné des querelles inutiles. La confiance qu’il inspire le fait estimer de tous les habitants de l’immeuble89. »

36On apprécie en outre chez le « bon voisin » sa capacité à maintenir la paix, l’ordre et l’harmonie entre les locataires.

  • 90 ADR, BP 3475, 5 décembre 1781.

« Pierre Dumont occupe un appartement dans la maison Berthet depuis sa naissance. Il est un homme estimé dans tout le quartier pour les nombreux services qu’il rend à ses voisins. Lundi de la semaine dernière, au cours d’une querelle qui opposait le dénommé Viard […] [qui était] armé d’un gros bâton et la femme du sieur Dupuis […] [qui est] enceinte de plusieurs mois, il s’empressa de ramener le calme entre les deux adversaires. […] Il emmena la femme Dupuis chez lui, lui donna un verre d’eau et lui fit laver le visage qu’elle avait tout ensanglanté90. »

37À ce « bon voisin », serviable et positif qu’en retour la collectivité assure de sa solidarité, s’oppose le « mauvais » voisin. Composant une figure opposée en tout point à celle du précédent, il personnifie l’individu asocial, rétif aux règles de la vie collective. Égoïste, querelleur, débauché, malhonnête, il foule aux pieds le pacte communautaire et contribue à aggraver les tensions entre habitants. Pourquoi, semblent dire certains déposants, faudrait-il risquer une blessure ou sa réputation en allant secourir un individu aussi peu fréquentable ? D’autant que, fréquemment, ces « mauvais voisins » sont experts en plaintes et enclins à la chicane.

  • 91 ADR, BP 3466, 21 juillet 1780.

« Il y a environ cinq semaines, déclare Antoine Rillieux, il fut témoin d’une dispute entre le plaignant et le sieur Prost. Le déposant qui connaît la réputation dudit Prost serait bien allé au secours du plaignant mais il craignit qu’on lui intenta […] quelques procès91. »

38La perspective de devoir rendre des comptes contient les ardeurs et tempère l’esprit d’entraide. Elle incite à garder ses distances plutôt qu’à s’engager tête baissée dans une querelle à l’issue incertaine.

  • 92 Concernant Paris, Cf. Daniel Roche, La Ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe-début (...)
  • 93 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 42-81.

39Le voisin le plus mal inséré dans l’ordre communautaire, celui que les règles du jeu identitaire excluent presque toujours, c’est l’étranger, l’individu de passage dépourvu de tout ancrage local92. Né le plus souvent dans les provinces voisines du Lyonnais, du Dauphiné ou du Bugey, il a rejoint Lyon dans l’espoir d’y trouver du travail93. On le retrouve en différents endroits de la cité, occupé comme manœuvre sur les chantiers ou comme ouvriers dans les manufactures. Parfois, il s’engage sur les ports de la Saône pour décharger les bateaux ou pour approvisionner les maisons bourgeoises. Il peut aussi se consacrer aux multiples petits métiers sans réglementation, tels que le colportage, la revente des herbages, la coupe de bois ou la domesticité. Avec ses camarades, il compose le « menu peuple » méprisé, condamné à une instabilité chronique par l’absence de revenus réguliers. L’installation dans l’immeuble d’un forain, étranger au quartier et aux coutumes de la ville, ne passe jamais inaperçue. « L’étrangeté » du comportement, du parler, de l’accent, voire du particularisme vestimentaire a tôt fait de capter l’attention des voisins.

  • 94 ADR, BP 3464, 18 mai 1780.

« Un individu de grande taille, revêtu de l’habillement et de guêtres à la manière dauphinoise ainsi qu’un autre particulier […] habillé d’un drap grossier brun marron de la Haute-Auvergne, ont emménagé hier dans la maison, lit-on dans une procédure, […] ils portaient avec eux un sac plein de vieilles hardes94. »

  • 95 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fay (...)
  • 96 Françoise Bayard, Vivre à Lyon…, op. cit., p. 162-170.

40La « culture des apparences », très vivace sous l’Ancien Régime, en renseignant sur l’origine et le statut social de chacun, empêche toute forme de confusion et de dissimulation95. Elle contribue par conséquent à l’identification de celui qui vient d’ailleurs et renforce son isolement. Si, d’autre part, entre migrants venus des campagnes ou des bourgs semi-ruraux et citadins, il existe un véritable « fossé culturel », il ne suffit pas à expliquer la suspicion qui pèse habituellement sur les forains. Sa marginalisation résulte aussi du discrédit professionnel dans lequel il est tenu et qui l’empêche d’intégrer les différents corps constitués de la ville96. Exclu du cercle des sociabilités urbaines, il échappe aussi aux formes ordinaires du contrôle et de l’encadrement social. D’où une certaine inquiétude teintée d’hostilité qui perce parfois dans les procédures criminelles.

  • 97 ADR 126, BP 3453, 23 janvier 1779.

« Les habitants de l’immeuble, raconte un déposant, ont toujours témoigné de la plus grande défiance à l’égard du dénommé Guichard. Cet homme qui est né dans la province du Bugez habite le quartier depuis un mois et ne cesse de se quereller avec tous ses voisins. Il fait partie […] de ces gens suspects […] [comme le sont] les tripoteurs, les agioteurs, les Juifs, les colporteurs, les gibiers de potence97. »

  • 98 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais, op. cit., p. 79-81.
  • 99 « Il y a à Lyon beaucoup de gens discrets qui se montrent polis et bienveillants envers les étrang (...)

41Bien que la société des voisins éprouve à l’occasion des sentiments authentiquement xénophobes, qualifiant pêle-mêle l’étranger de « vaurien », « braillard », « misérable », « fripon », « échappé des potences », son attitude cependant est loin d’être univoque. Elle alterne selon les cas entre la curiosité, la réserve prudente, l’appréhension ou la rancœur. Ce mélange de réactions est étroitement lié à l’histoire de la ville qui attire chaque année son lot de forains98. L’arrivée massive d’immigrants est perçue à la fois comme une nécessité – elle est garante du rayonnement et de la vocation internationale de Lyon – et comme un facteur de déstabilisation, source de tensions entre travailleurs concurrents. De ce paradoxe naissent des attitudes contrastées ainsi qu’un sens de l’hospitalité discutable, plus développé, selon certains observateurs, chez les personnes de qualité que dans les catégories populaires99. Les archives judiciaires confirment le discrédit dont souffre l’étranger et la difficulté qu’éprouve la collectivité à reconnaître en lui un voisin à part entière.

  • 100 ADR, BP 3482, 23 septembre 1782.

« Le sieur Legras, explique un déposant, a dit qu’il n’avait pas besoin d’avoir pour voisin un inconnu, un ignorant qui ne cherche qu’à tromper et qui a peut-être éprouvé des châtiments honteux100. »

  • 101 Ce calcul, effectué à partir des archives des notaires lyonnais classées dans la sous-série E des (...)

42Le groupe des voisins, inquiet pour sa cohésion, déstabilisé par de nouveaux arrivants de culture et de traditions différentes, fragilisé en cas de soubresauts économiques, a vite fait de voir dans l’étranger l’instable, le marginal, le mendiant, le responsable de ses difficultés. Néanmoins, quand l’étranger se fixe durablement dans le quartier, de rapports plus apaisés s’établissent peu à peu. Le mariage constitue bien sûr l’étape décisive dans la voie de l’assimilation, surtout quand le choix se porte sur une personne installée dans le quartier. Cette situation, loin d’être marginale, concerne environ un tiers des nouveaux mariés101. Mais si la collectivité est capable d’absorber une quantité croissante de forains, il lui faut du temps pour accorder sa confiance et son assistance. C’est pourtant à l’aptitude à faire une place à l’étranger que se mesurent le dynamisme et la vitalité du groupe des voisins.

*

  • 102 Françoise Bayard, Vivre à Lyon…, op. cit., p. 105-115.
  • 103 Marc Vacher, Voisins, voisines, op. cit., p. 78-93.
  • 104 ADR, 11 g 301, 7 mai 1776.
  • 105 ADR, BP 3436, 2 janvier 1777.
  • 106 Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. III : De la Renaissance aux L (...)

43Tous les historiens de Lyon ont montré que la croissance et la prospérité de la ville sous l’Ancien Régime tiennent, pour une large part, à l’afflux de travailleurs « étrangers », venus des généralités voisines102. L’arrivée de migrants, en renouvelant sans cesse la physionomie des immeubles et en faisant de la cité un creuset où coexistent des populations d’origine diverse, transforme peu à peu les formes de la vie collective. Ce processus s’accélère dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Dans les quartiers et dans les maisons, l’ordre communautaire se fissure et les liens d’intérêt se font plus lâches. Devant l’instabilité d’un monde devenu moins sédentaire, les contraintes du contrôle social marquent le pas. Les codes de comportement évoluent et l’on s’interroge avec insistance sur la place qu’il convient d’accorder à autrui. Au siècle des Lumières, le voisin devient l’objet d’un véritable enjeu tandis que s’affirment simultanément le désir d’une plus grande intimité et la volonté de mieux définir la frontière qui sépare le public et le particulier. En refusant de prendre part aux affaires du voisin, on espère, en retour, échapper au regard et au jugement des autres. Une institution, surtout, cristallise les comportements : la famille. Chez un nombre croissant de Lyonnais en effet, celle-ci ressortit désormais à la sphère privée. D’où la résistance ou le refus de s’intéresser de trop près à la vie familiale ou conjugale des occupants de l’immeuble. Chacun s’efforce de lutter contre l’intrusion du voisinage et de limiter les effets d’une promiscuité de moins en moins acceptée. Des transformations s’esquissent d’ailleurs dans la façon de construire et l’on voit s’affirmer un certain goût pour une vie plus individuelle. Elles vont de pair avec l’adoption d’attitudes raffinée, de « bonnes manières » diffusées à partir des ouvrages de civilité. Un nouvel art de vivre voit le jour qui se traduit par la construction d’hôtels particuliers inspirés du modèle parisien et par une accentuation du découpage urbain. Celle-ci se double d’ailleurs d’une ségrégation verticale qui limite sensiblement la cohabitation entre classes sociales103. Un besoin nouveau d’intimité éclot qui affleure dans de nombreux témoignages. Le sieur Vincent et sa mère protestent avec force contre l’irruption brutale d’un voisin dans leur appartement. Il estime que « le domicile d’un citoyen […] doit être un asile assuré et ceux qui le violent doivent être punis suivant toutes la rigueur des lois104 ». Mathieu Luquet, marchand toilier, reproche à un revendeur de gages de s’être introduit chez lui « à une heure indue » sans y avoir été invité105. Les exemples sont nombreux et montrent que les sensibilités sont en pleine mutation. Pour parler comme Philippe Ariès, beaucoup cherchent à passer d’une « sociabilité de la communauté » à une sociabilité restreinte, centrée sur l’individu106.

44Pourtant, si le regard des autres se fait plus pesant, l’intensité des relations de voisinage ne faiblit pas. Les solidarités d’immeuble ou de quartier se manifestent avec force quand il s’agit de régler « entre soi » les tensions ou les conflits du groupe. La collectivité s’arroge toujours le droit de surveiller les conduites individuelles et, en dépit de l’offensive conjuguée du pouvoir royal, de l’Église et de l’opinion éclairée, le contrôle social reste encore vivace. Conformément aux vieilles coutumes, le charivari persiste dans une large frange de la population lyonnaise tandis que les solidarités jouent à fond contre les gens sans aveu, les errants, les indésirables, les « mauvais voisins » et les étrangers. Surtout la figure du voisin continue à s’imposer à tous. C’est que voisiner demeure une nécessité dans une société où les pratiques communautaires garantissent une forme de quiétude et de régulation. Il reviendra au XIXe siècle de proclamer le droit de l’individu et de redéfinir les relations entre le collectif et l’individuel. En favorisant le retour sur soi et sur la famille au sein d’un espace rénové, il parachèvera un mouvement séculaire, commencé à l’aube des temps modernes.

Notes

1 Arlette Farge, La Vie fragile. Violence, pouvoir et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986.

2 Marc Vacher, Voisins, Voisines, Voisinage. Les Cultures du face-à-face à Lyon à la veille de la Révolution, Lyon, PUL, 2007.

3 Cité par Daniel Roche dans Le Peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1981, p. 12.

4 Sur ce thème, consulter Stierle Karlheim, La Capitale des signes. Paris et son discours, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001, en particulier p. 63-103 ou encore Marc Vacher, « Le discours de Jean-Jacques Rousseau sur Paris », communication au colloque « Ville mal aimée, Ville à aimer », organisé à Cerisy-La Salle du 6 au 11 juin 2007 (consultable sur le site www-ohp.univ-paris1.fr.).

5 Marc Vacher, Voisins, voisines…, op. cit., p. 118-119.

6 Archives départementales du Rhône (désormais ADR), BP 3462, 7 janvier 1780.

7 ADR, BP 3479, 18 mars 1782.

8 Évoquant les mauvaises conditions de logement, Prost de Royer écrit : « Le malheur est encore plus grand dans une ville comme Lyon où la population est si considérable qu’il y a une infinité de chambres occupées par deux ou trois ménages à la fois. Dans une ville où les maisons sont si hautes, les cours si petites, les rues si étroites et les locations si chères que dans aucune ville d’Europe […] des locataires généraux […] placent sans inquiétude des pauvres familles et des gens de toute espèce dans des greniers et des galetas, sans cheminée, sur des planchers non carrelés, entre de vieilles planches de sapin et à travers des matières combustibles. Ces galetas sont remplis de lits dans lesquels couchent à deux sous par nuit plus de six mille personnes sans domicile » (ADR, 1C 12, Ordonnance de police pour la précaution contre les incendies, 1777).

9 ADR, BP 3511, 7 décembre 1786.

10 ADR, BP 3423, 4 janvier 1776.

11 Bien que rédigés par 15 à 20 % des Lyonnais seulement, les inventaires après décès constituent un outil précieux pour toute enquête sur la culture matérielle et sur l’organisation de l’espace habité. Ils sont répertoriés au civil dans la sous-série BP des ADR.

12 Ainsi cet arrangement décidé par la veuve Moreau à la date du 17 septembre 1778 : « J’autorise les époux Deschamps qui ont emménagé dans la maison au début de ce mois de septembre d’utiliser la souillarde et la chambre attenante qui dépendent de mon appartement, en contrepartie de quoi les dits époux Deschamps s’engagent à me fournir en charbon de terre, et ce jusqu’aux prochaines fêtes de Pâques » (ADR, BP 3450, 17 septembre 1778).

13 Marc Vacher, Voisins, voisines…, op. cit., p. 48-50.

14 ADR, BP 3523, 29 juin 1788.

15 D’après un calcul effectué à partir des procédures criminelles de la sous-série BP et couvrant le dernier tiers de l’Ancien Régime, près de 70 % des artisans, des marchands, des négociants et des membres des « professions libérales » demeurent au moins 3 ans dans le même logement, cf. Marc Vacher, Voisins, voisines…, op. cit., p. 94.

16 ADR, BP 3462, 23 janvier 1780.

17 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIe siècle, Paris, Gallimard/Julliard, coll. « Archives », 1979, p. 92.

18 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Lyon, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, p. 12.

19 Ibid., p. 166-169.

20 Bénédicte Cottin, La Maison à Lyon au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude de l’habitat urbain, 5e vol. , thèse de 3e cycle sous la direction de Daniel Ternois, université Lumière-Lyon 2, 1984. Dans cette étude, l’auteur donne de nombreux exemples d’habitations construites sur un tissu anciennement urbanisé. Les unes se présentent sous la forme d’une lanière longue et étroite de 3 à 5 m de large et entre 5 et 10 m de profondeur. Les autres disposent d’une surface au sol un peu supérieure grâce à la réunion de tènements mitoyens. Seule la création de nouvelles parcelles sur un terrain vierge permet la construction d’îlots homogènes.

21 Si, au cours du XVIIIe siècle, plusieurs programmes immobiliers de grande ampleur voient le jour, comme l’édification du quartier Tolozan au nord de la ville, par exemple, ou encore la construction d’immeubles de rapport aux Célestins, ils ne modifient guère la physionomie de la ville. Lyon peine à se transformer car les « embellissements » sont des opérations de longue haleine qui coûtent cher. Surtout, de nombreux projets d’urbanisme sont interrompus ou sans cesse retardés, à l’instar de ceux qui sont conçus par Morand ou par Perrache. Bien que la ségrégation résidentielle se renforce dans la seconde moitié du siècle, par le biais notamment des quelques opérations immobilières, le tissu urbain reste marqué jusqu’à la Révolution par de violents contrastes et la mixité sociale demeure la règle dans les maisons lyonnaises.

22 Françoise Gattefossé, Inventaire des maisons du XVIIe siècle. Lyon-Presqu’ile, mémoire de maîtrise, université Lumière-Lyon 2, 1972.

23 ADR, BP 3458, 30 septembre 1779.

24 ADR, BP 3454, 22 mars 1779.

25 ADR, BP 3511, 21 novembre 1786.

26 ADR, 3454, 3 février 1779.

27 Les ordonnances de police stipulent que la porte d’entrée doit être fermée à 9 heures du soir en automne et en hiver, à 10 heures le reste de l’année. Une porte mal fermée ou une allée qui reste ouverte la nuit accroît en effet les risques de cambriolage, ceux des caves notamment où les Lyonnais stockent leur vin, leur charbon ou leurs provisions de fromage.

28 ADR, BP 3471, 30 avril 1781.

29 ADR, BP 3514, 3 avril 1787.

30 ADR, BP 3458, 7 août 1779.

31 Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975, p. 399.

32 Marc Vacher, Voisins, voisines…, op. cit., p. 146.

33 Jean Delumeau, La Peur en Occident (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Hachette Littératures, coll. « Pluriel », [1re éd. 1978] 1999, p. 72.

34 Dictionnaire universel français et latin vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, Paris, éd. 1752, t. VII, v. « Voisin », p. 911.

35 ADR, BP 3523, 23 mai 1788.

36 ADR, BP 3436, 6 février 1777.

37 ADR, BP 3532, 8 octobre 1789.

38 ADR, BP 3524, 13 août 1788 et BP 3556, 9 juillet 1790.

39 La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire historique de l’ancien langage français ou glossaire de la langue française depuis son origine jusqu’au siècle de Louis XIV, Paris, 1875, t. X, v. « Voisin », p. 185.

40 Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne, Les Nuits de Paris dans Paris la nuit, Paris le jour, Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », [1re édit. 1788-1789] 1990, p. 861.

41 La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire…, op. cit., p. 185.

42 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et les arts, Paris, éd. 1690, v. « Voisin », non paginé.

43 La rupture avec l’aumône et la charité traditionnelle marque le passage vers une bienfaisance publique et nationale que la Révolution aura à cœur à organiser. Cette idée d’un « droit du pauvre à la subsistance » naît au siècle des Lumières et Montesquieu l’exprime avec force dans L’esprit des lois, cf. Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, p. 702. L’assistance devient peu à peu à peu un devoir d’État alors que, semble-t-il, la charité privée s’essouffle, comme le déplore le Dictionnaire de Trévoux, op. cit, t. I, v. « Charité », p. 1670.

44 Robert Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Flammarion, coll. « Champs » [1re éd. 1978], 1991, p. 146.

45 ADR, BP 3466, 7 juillet 1780.

46 ADR, BP 11 g 301, 7 mai 1776.

47 ADR, BP 3537, 5 janvier 1791.

48 ADR, BP 3471, 3 avril 1781.

49 ADR, BP 3466, 26 juillet 1780.

50 ADR, BP 3481, 11 juillet 1782.

51 Jacques Gélis, L’Arbre et le Fruit. La naissance dans l’Occident moderne (XVIe-XIXe siècle), Paris, Fayard, 1984, p. 146 et suivantes.

52 ADR, BP 3474, 7 septembre 1781.

53 ADR, BP 3448, 6 mai 1778.

54 ADR, BP 3479, 6 mai 1782.

55 Cette assiette de faïence est reproduite dans l’ouvrage de Drina Candilis-Huisman, Naître et après ? Du bébé à l’enfant, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard », 1997, p. 39.

56 Pensons à la mère de Jean-Jacques Rousseau qui meurt neuf jours après la naissance de son fils. Celui-ci raconte d’ailleurs dans ses Mémoires que lui-même naît presque mourant.

57 François Lebrun, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1995, p. 133.

58 Lucien Bely (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime. Royaume de France. XVIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, coll. « Grands dictionnaires », 1996, v. « Accouchement », p. 23.

59 Othmar Keel, L’Avènement de la médecine clinique moderne en Europe, 1750-1815. Politiques, institutions, savoirs, Montréal, Presses de l’université de Montréal, coll. « Bibliothèque d’histoire de la médecine et de la santé », 2001.

60 Deux magazines médicaux semblent avoir connu un certain succès à Lyon à la fin du XVIIIe siècle : le Journal des maladies régnantes à Lyon, un hebdomadaire créé en 1779 par Vitet et Petetin, et l’Essai de médecine théorique et pratique publié par quatre médecins. Cette dernière brochure est dédiée « Aux amis de l’humanité ». Paraissant deux fois par mois, elle s’adresse à un public savant, acquis aux idées modernes.

61 Drina Candilis-Huisman, Naître et après ?.., op. cit., p. 43.

62 ADR, BP 3445, 6 janvier 1778.

63 Les chiffres avancés sont édifiants : un Lyonnais sur deux n’atteint pas sa vingtième année et deux tiers de ceux qui sont parvenus à l’âge adulte s’éteignent avant soixante ans.

64 Françoise Bayard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, coll. « Vivre sous l’Ancien Régime », 1997, p. 197-198.

65 ADR, BP 3533, 18 novembre 1789.

66 Voir à ce propos les remarques très éclairantes d’Arlette Farge dans La Vie fragile, op. cit., p. 59-86.

67 ADR, BP 3478, 3 février 1782.

68 ADR, BP 3515, 28 octobre 1787.

69 Pierre Chaunu, La Civilisation de l’Europe des Lumières, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1982, p. 130.

70 Arnold Van Gennep, Le Folklore français, t. I : Du berceau à la tombe. Cycle de Carnaval-Carême et de Pâques, Paris, R. Laffont, coll. « Bouquins », [1re édit. 1943], 1998, p. 571.

71 Ibid., p. 574.

72 ADR, BP 3537, 30 novembre 1790.

73 ADR, BP 3432, 9 décembre 1776.

74 ADR, BP 3454, 22 février 1770.

75 ADR, BP 3454, 8 mars 1779.

76 ADR, BP 3454, 4 mars 1779.

77 ADR, BP 3459, 12 novembre 1779.

78 ADR, BP 3456, 9 septembre 1779.

79 ADR, BP 3477, 3 janvier 1782.

80 ADR, BP 3521, 8 avril 1788.

81 ADR, BP 3483, 21 décembre 1782.

82 Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, p. 93-121.

83 ADR, BP 3517, 10 août 1787.

84 ADR, BP 3480, 19 juin 1782.

85 Arlette Farge, Vivre dans la rue…, op. cit., p. 193-207.

86 ADR, BP 3459, 12 octobre 1779.

87 ADR, BP 3466, 1er juillet 1780.

88 Marc Vacher, Voisins, voisines…, op. cit., p. 53-61.

89 ADR, BP 3514, 21 février 1787.

90 ADR, BP 3475, 5 décembre 1781.

91 ADR, BP 3466, 21 juillet 1780.

92 Concernant Paris, Cf. Daniel Roche, La Ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe-début XIXe siècle), Paris, Fayard, 2000.

93 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 42-81.

94 ADR, BP 3464, 18 mai 1780.

95 Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989.

96 Françoise Bayard, Vivre à Lyon…, op. cit., p. 162-170.

97 ADR 126, BP 3453, 23 janvier 1779.

98 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais, op. cit., p. 79-81.

99 « Il y a à Lyon beaucoup de gens discrets qui se montrent polis et bienveillants envers les étrangers, en particulier ceux qui ont eux-mêmes voyagé et qui se sont frottés à d’autres gens ; mais la grande masse est ce qu’elle est partout », voir Elie Brackenhoffer, Voyage en France, 1643-1644, Nancy-Paris-Strasbourg, Berger-Levrault, 1925, p. 115.

100 ADR, BP 3482, 23 septembre 1782.

101 Ce calcul, effectué à partir des archives des notaires lyonnais classées dans la sous-série E des ADR, porte sur une année pleine, l’année 1777.

102 Françoise Bayard, Vivre à Lyon…, op. cit., p. 105-115.

103 Marc Vacher, Voisins, voisines, op. cit., p. 78-93.

104 ADR, 11 g 301, 7 mai 1776.

105 ADR, BP 3436, 2 janvier 1777.

106 Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. III : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 1986, p. 16.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540