Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

Première partie. Être contraint, s'accommoder

Le bruit et l’odeur. Nouvelles contraintes du voisinage dans la ville en construction. Lille, fin XIXe-début XXe siècle

Judith Rainhorn

Texte intégral

« Gervaise entendait dans ce vaste espace clair des sifflets de locomotives, les secousses rythmées des plaques tournantes, toute une activité colossale et cachée […]. De minces tuyaux sur les toits soufflaient violemment des jets de vapeur. Une scierie mécanique avait des grincements réguliers pareils à de brusques déchirures dans une pièce de calicot ; des manufactures de boutons secouaient le sol du roulement et tic tac de leurs machines ».
Émile Zola, L’Assommoir, 1877.

  • 1 La commune de Lille compte 75 795 habitants en 1851, 131 827 en 1861 (croissance partiellement due (...)
  • 2 Châtiments, 1853, III, IV.

1La question du voisinage se pose avec une particulière acuité dans le contexte urbain et, a fortiori, dans un contexte urbain en pleine transformation. L’expansion, la densification et l’industrialisation de la ville provoquent en effet des rencontres jusque-là inédites, des proximités non choisies qui font naître des rapports nouveaux entre ceux qui étaient jusqu’alors relativement éloignés les uns des autres. Lille étant l’une de ces villes qui connaît, au cours de la seconde moitié du XIXe et le début du XXe siècle, une urbanisation rapide, très largement liée à l’expansion industrielle de la ville elle-même et de sa région, dans laquelle l’industrie textile – c’est une chose connue – mais également nombre d’autres secteurs industriels, plus ou moins emblématiques du temps, jouent un rôle moteur. Dans cet organisme urbain qui absorbe cinq communes suburbaines et qui voit sa population tripler entre 1851 et 1914 pour atteindre alors près de 220 000 habitants1, la densification de l’habitat est très forte. Désormais, au-delà même du centre ancien qui connaît alors des problèmes de surpopulation et d’entassement dramatique – qu’on se souvienne des fameuses « caves » de Lille décrites avec un lyrisme indigné par Victor Hugo à l’Assemblée nationale et dans les Châtiments (« Un jour je descendis dans les caves de Lille/Je vis ce morne enfer/Des fantômes sont là sous terre…2 ») –, au-delà même du centre ancien, donc, la proximité entre voisins se fait plus grande, les conflits plus aigus.

2Les voisins qui peuplent les caves de Lille, dans une promiscuité et une misère qui ont dû, très probablement, être à l’origine de bien des conflits, n’ont pourtant laissé que peu de traces pour l’historien – quoique l’enquête vaille certainement la peine d’être menée du côté des archives judiciaires à ce propos. L’objet de cette contribution concerne un mode particulier de voisinage, spécifiquement lié à la densification manufacturière et industrielle de la ville de Lille. La floraison, dans les espaces interstitiels du cœur de la ville et dans ceux plus vastes, de sa périphérie, d’établissements industriels génère plaintes, soutiens et nouvelles solidarités parmi les citadins.

Les enquêtes « de commodo et incommodo » : une source pour l’histoire du voisinage

  • 3 Série M. 417 des Archives départementales du Nord (désormais AD 59). Le décret du 15 octobre 1810 (...)

3Les dossiers d’établissements « dangereux, insalubres ou incommodes » qui sont soumis au décret du 15 octobre 1810 permettent de dresser un tableau de l’ensemble des activités industrielles considérées comme telles dans la ville de Lille3. En effet, depuis le décret de 1810, tout individu ou société souhaitant installer – ou simplement poursuivre l’exploitation – d’un établissement de ce type doit faire une demande d’autorisation préalable auprès du préfet du département. Il indique le mode de fabrication qu’il entend poursuivre, les conditions pratiques de cette fabrication et fournit le plan du quartier dans lequel il souhaite s’inscrire, afin de démontrer l’innocuité d’une telle installation pour le voisinage.

  • 4 Cette carte montre en fait moins la géographie de l’insalubrité industrielle en France en 1908, qu (...)

4Les Archives départementales du Nord comptent un peu plus de 10 000 dossiers d’établissements insalubres couvrant la période 1810-1911, qui sont le reflet de la rapide industrialisation de la région lilloise et de l’émergence de pôles industriels de taille variée dans le département au cours du XIXe et de la première moitié du XXe siècle. La carte ci-dessous (fig. 1) montre l’importance des départements du Nord, de la Seine ou encore du Pas-de-Calais ou du Rhône en termes d’établissements classés au début du XXe siècle4.

Figure 1. – Nombre d’établissements classés connus des pouvoirs publics, par département, en 1908
Source : Geneviève Massard-Guilbaud, Une histoire sociale de la pollution industrielle dans les villes françaises (1789-1914), mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, université Lumière Lyon II, 2003.

5Il est nécessaire de préciser que la nomenclature des établissements dits « dangereux, insalubres ou incommodes » est très loin de concerner uniquement ce que nous aurions tendance à considérer comme des établissements industriels, stricto sensu. La ville du XIXe et du début du XXe siècle, outre qu’elle accueille de manière croissante de vastes usines bruyantes et odorantes, fourmille de ces ateliers-boutiques, de ces « usines » de très petite taille installées dans des arrières-cours, des greniers et des coursives, voire dans des maisons et des appartements. Les enquêtes témoignent ainsi du véritable enchâssement de l’industrie dans la ville, caractéristique du XIXe et de la première moitié du XXe siècle. Et la même réglementation régit les petits ateliers et les grandes usines, avec les mêmes procédures administratives et les mêmes contraintes liées au voisinage. De plus, le processus progressif de mécanisation d’un certain nombre de métiers, y compris à échelle réduite, génère un nouvel espace sonore dans la ville qui débouche sur des rapports renouvelés à l’espace et au bruit de la ville.

  • 5 La plupart des historiens qui ont eu recours à ces archives les ont surtout utilisées pour compren (...)

6Comment, à travers ces différents constats, aborder la question des relations de voisinage dans la ville ? Comment tenter de saisir l’instauration de ce nouvel espace sonore et olfactif et, surtout, les réactions qu’il génère parmi les habitants ? Pour appréhender cette question, les dossiers d’établissements insalubres sont une source précieuse et jusqu’ici peu utilisée dans cette perspective5. Le décret de 1810 instituant la notion même d’établissement « dangereux, insalubre ou incommode » stipule en effet que le préfet, saisi de la demande d’établissement de la part de l’industriel, doit soumettre le projet d’installation à une enquête publique, dite enquête de commodo et incommodo auprès des habitants du quartier concerné, dans un rayon qui varie en fonction de la gêne ou de la dangerosité supposées de l’industrie.

  • 6 Le nombre de dossiers conservés aux AD 59 – plus de 10 000 – dit l’impossibilité de les consulter (...)

7Dans le département du Nord, il semble que la majorité des enquêtes soit vierge de toute opposition ou manifestation de mécontentement, ni d’adhésion d’ailleurs, à l’égard de l’implantation projetée6 ; mais lorsque l’expression de l’opposition – ou de l’adhésion – des voisins présents ou à venir de l’établissement apparaît dans les sources, elle peut alors être porteuse de sens et constituer une voie d’entrée stimulante dans le champ de l’étude des relations de voisinage en milieu urbain. D’ailleurs, les enquêtes publiques de commodo et incommodo ne sont pas les seules à apporter des témoignages de citadins sur leurs voisins, puisque la pratique consistant à manifester par écrit son mécontentement sous forme de lettre ou de pétition collective est courante dès le début du XIXe siècle, hors même des enquêtes à l’occasion desquelles on demande leur avis aux voisins, et qu’on trouve quantité de lettres et pétitions spontanées dans les dossiers, précédant ou faisant suite à l’intervention de l’administration municipale ou préfectorale.

  • 7 Ont été dépouillés les dossiers dont le nom du propriétaire commence par les lettres « B » et « L  (...)
  • 8 Un dépôt de fromages est un lieu où les pâtes de fromage sont conservées plusieurs semaines, pério (...)
  • 9 On a dénombré 39 dossiers de demande d’établissement d’un atelier de torréfaction de café pour la (...)

8La recherche présentée ici s’appuie sur plus d’une centaine de dossiers, sélectionnés selon deux directions différentes. Tout d’abord, un échantillon d’établissements divers a été dressé, afin de brosser un tableau varié des activités industrielles et commerciales présentes à Lille dans la seconde moitié du XIXe siècle7 : la variété des objets de l’industrie est grande, du dépôt de chiffons à la scierie mécanique, en passant – on ne pouvait l’éviter, dans la grande ville textile qu’est Lille au XIXe siècle – par le blanchissage et le crémage de guipures. En second lieu, deux activités spécifiques ont été choisies et les dossiers les concernant ont été dépouillés de manière systématique sur la période 1890-1905 : il s’agit des dépôts de fromages8 et des ateliers de torréfaction de café9.

9Le choix de ces deux activités ne va pas de soi. Dépôts de fromages et ateliers de torréfaction de café ne sont pas, en effet, des établissements que l’on qualifierait aujourd’hui de « dangereux, insalubres ou incommodes ». Ils sont d’ailleurs rangés dans la 3e classe de la nomenclature des établissements insalubres, regroupant ceux qui peuvent rester à proximité des habitations dans la mesure où ils respectent un certain nombre de contraintes liées à la fabrication. Toutefois, dans cette 3e classe, se trouvent aussi les dépôts d’essence de thérébentine ou encore les magasins de chiffons et d’os, pourtant très gênants pour le voisinage, tant sur le plan de l’odeur dégagée que des risques d’incendie, ou bien encore les usines à broyer le plâtre et la chaux pour la fabrication du mortier, qui dégagent de nombreuses fumées.

10Dépôts de fromages et ateliers de torréfaction de café apparaissent de plus comme relevant d’activités urbaines qui, parce qu’elles ne nécessitent pas une emprise au sol considérable, viennent se loger dans les espaces interstitiels du tissu urbain en voie de densification. Elles illustrent donc particulièrement bien cette imbrication fondamentale entre habitat et activité productive déjà évoquée, qui est l’une des caractéristiques de l’espace urbain du XIXe siècle et dont témoignent les nombreux plans fournis par les industriels lors des enquêtes de commodo. Loin, par conséquent, de la grande usine – dont le voisinage peut poser, certes, de nombreux problèmes –, on se concentre ici sur le voisinage au ras du sol qu’est celui de la boutique qui dégage odeurs désagréables et bruits intempestifs à même d’incommoder le voisinage : odeurs des fromages entreposés pour l’affinage et exposés à la vente, des eaux de lavage que l’on rejette quotidiennement dans le caniveau – ou ce qui en tient lieu dans la ville du XIXe siècle –, odeur et fumées âcres dégagées par le brûlage des cafés verts ; bruit des machines à torréfier et des moulins à café, ballet des voitures de livraison qui apportent les pâtes fraîches chez le fromager et expédient les fromages affinés dans les différents lieux de ravitaillement et de vente, etc.

11Cette plongée dans le quotidien du voisinage permet de poser plusieurs questions. La première concerne la nature des nuisances qui génèrent la manifestation et l’expression des voisins : quels sont les griefs que ceux-ci expriment dans ces enquêtes, et en quoi ces griefs sont-ils l’expression de ce qui est – ou n’est pas – acceptable, supportable, admis comme nuisance dans le cadre du voisinage urbain ? Il importe également de se pencher sur le mode d’expression lui-même et sur ce qu’il nous apprend : derrière le cadre relativement rigide de l’enquête, on peut en effet percevoir, à travers lettres, pétitions et récits des faits, le rôle que les citadins endossent, en tant que voisins, dans l’élaboration d’un cadre de vie, celui de leur quartier, et la conception qu’ils ont de ce que l’on pourrait appeler le « bon voisinage », conception qui diffère sensiblement selon les espaces de la ville et les industries incriminées. Enfin, on voit apparaître, à travers ces sources, un autre ressort du voisinage. En effet, l’opposition à ces « étranges voisins » que sont les boutiques ou ateliers, dont émanent bruits et odeurs, est aussi l’occasion de voir à l’œuvre le voisinage comme une ressource face à la nuisance, une expression collective face à ce qui est bien souvent vécu comme l’indulgence, voire le favoritisme, de l’administration municipale et préfectorale à l’égard d’une industrie envisagée, à cette époque, essentiellement comme une source d’emploi, de richesse et, par conséquent, de progrès humain.

Le voisinage, une contrainte qui génère oppositions et conflits

Nuisances ressenties

  • 10 Cités dans Alain Corbin, Le miasme et la jonquille, Paris, Flammarion coll. « Champs », 1986, p. 1 (...)

12Si les nuisances sonores apparaissent primordiales à l’homme du contemporain, les nuisances olfactives sont pourtant celles, au XIXe siècle, qui semblent poser davantage de problèmes. Lorsque MM. Monfalcon et Polinière énumèrent en 1846 les inconvénients des 213 catégories d’établissements dangereux, insalubres ou incommodes inscrits dans le décret de 1810, l’analyse quantitative fait apparaître le primat de la nuisance olfactive (citée à propos de près de 70 % des établissements) et de la fumée (21 %), alors que le bruit n’est mentionné que dans moins de 3 % des établissements10. Il y aurait donc, au milieu du XIXe siècle, une certaine indifférence aux bruits de l’artisanat et l’industrie, que la mécanisation rapide de la seconde moitié du siècle va très largement remettre en cause.

13Une première perspective globale sur les enquêtes de commodo qui concernent des établissements divers à Lille dans la seconde moitié du XIXe siècle permet d’établir la nature des principaux griefs des voisins à l’égard d’entreprises qui s’installent – ou se sont déjà installées – dans leur quartier (voir fig. 2). Sur l’échantillon d’établissements industriels consultés sur la période 1854-1911, les motifs des plaintes et les risques invoqués par eux dans les enquêtes montrent une évolution importante qui va dans le sens de celle qu’Alain Corbin a constatée pour Paris : si l’odeur et les fumées arrivent encore en position éminente (1re et 3e), on constate une attention de plus en plus grande aux « risques sanitaires pour les voisins » (24 %) et au bruit et trépidations générés par les voisins (17 %).

  • 11 Les plaintes concernant la santé des ouvriers émanent en totalité de l’administration préfectorale (...)

Motif de la plainte, risque invoqué

 % des dossiers

 % des plaintes (total : 248)

Odeur

31 %

15 %

Hygiène, risques pour la santé des voisins de l’établissement

24 %

16 %

Fumées

21 %

23 %

Risque pour la santé des ouvriers

21 %

11

Bruit, trépidations

17 %

34 %

Risque d’incendie

14 %

12 %

  • 12 Certaines plaintes comptent plusieurs motifs, le total est donc supérieur à 100 %.

Figure 2. – Motifs des plaintes des voisins d’établissements dans les enquêtes de commodo et incommodo à Lille, échantillon général, 1854-1911, en % (arrondis)12.
Source : Dossiers d’établissements dangereux, insalubres ou incommodes, AD59, M. 417.

14Tandis que les nuisances olfactives arrivent encore en tête (plus de 50 % si on additionne odeurs et fumées, très souvent liées), les plaintes concernant le bruit épousent l’évolution de la mécanisation de la petite et de la moyenne industrie : on les trouve dans 17 % des dossiers, mais avec une très nette sur-représentation dans les dernières années du XIXe et au début du XXe siècle. En second lieu, si l’on dénombre désormais le nombre de plaintes totales (certains dossiers en comptent une seule, d’autres plusieurs dizaines), il apparaît que le bruit arrive nettement en première position (34 %), suivi par les fumées (23 %), deux éléments qui suscitent donc l’ire d’un plus grand nombre de voisins que l’odeur, probablement parce que celle-ci n’a qu’un rayon d’action limité, contrairement au bruit qui se répand au-delà des maisons mitoyennes.

Protestations et griefs exprimés

  • 13 Il s’agit du décret du 3 mai 1886, qui range les dépôts de fromages dans la 3e classe des établiss (...)

15Constat fait de l’importance des griefs de voisinage concernant le bruit et l’odeur, on peut désormais se pencher sur ces deux activités spécifiques que sont le dépôt et l’affinage des fromages d’une part, la préparation et le brûlage des cafés verts d’autre part. Toutes deux liées à l’alimentation, elles sont des activités spécifiquement urbaines, prenant place dans la quotidienneté d’un commerce de proximité à petite échelle. Activités traditionnelles et anciennes, la fabrication et le dépôt du fromage conservent une place importante dans la ville du XIXe siècle, mais le rejet qu’elles génèrent n’est probablement pas nouveau. Cependant, l’élaboration progressive des théories hygiénistes appliquées à l’espace urbain fait de la pureté et de la circulation de l’air une donnée fondamentale de la ville moderne. Lors de l’annexion des cinq communes suburbaines par Lille en 1858, les débats ont été nombreux sur la question des moyens de rendre l’air plus salubre, à la fois dans la ville ancienne – le « vieux Lille » – et dans la ville haussmannienne en construction – le « nouveau Lille ». Dans le cadre de cette entreprise d’hygiénisation de la ville qui se perpétue tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle – et dont la couverture des canaux putrides qui parcourent la ville est l’une des entreprises les plus importantes –, le préfet du Nord s’est mis en tête, en 1892, de faire la chasse aux odeurs de fromages dans les villes du département et plus particulièrement à Lille… Il fait donc, au cours des années 1892-1893, rechercher tous les établissements de « dépôt de fromages » afin de vérifier leur conformité avec les décrets qui régissent cette activité13 et de leur enjoindre, le cas échéant, de régulariser les conditions de leur activité, ce qui explique que le contentieux « fromages » explose littéralement à cette époque : tous les dépôts de fromages sont repérés et leurs responsables se voient dans l’obligation de prouver qu’ils se conforment à la législation en vigueur. On possède donc, pour cette période, d’une sorte de « photographie » de l’activité fromagère dans la ville et, au-delà, dans le département.

16Contrairement à la précédente, la torréfaction du café est, plus encore en province qu’à Paris, une activité récente et « moderne ». Alors que la consommation du café a longtemps été réservée à une élite socio-économique qui se délectait des rares produits de consommation issus des lointains horizons coloniaux, la seconde moitié du XIXe siècle connaît une certaine « démocratisation » de la consommation du café. La province, avec un train de retard par rapport à la capitale, s’ouvre enfin à la consommation courante du café dans les années 1870-1880. Cette nouveauté est parfaitement visible dans les sources : le premier atelier de torréfaction ouvre à Lille en 1863, mais il reste le seul dans sa catégorie pendant plus de vingt ans (jusqu’en 1884) sur l’ensemble du département du Nord. Mieux, hors de Lille (et de sa banlieue mitoyenne de La Madeleine), aucune torréfactorerie n’est implantée dans le département avant 1906 ! La préparation des cafés verts, le brûlage et la commercialisation du café demeurent donc jusqu’aux premières années du XXe siècle une activité spécifiquement urbaine – celle de la grande ville, qui se couvre d’ateliers de brûlerie : une seule demande d’établissement avant 1884, 39 demandes entre 1884 et 1905. Le choix de cette activité permet, par conséquent, d’interroger également les réactions de voisinage à l’égard d’une activité neuve et inconnue dans la ville, à l’égard de laquelle plus d’un habitant témoigne crainte et hostilité réservées à l’inconnu. On est bien ici dans la confrontation à une altérité liée à la nouveauté de l’activité industrielle, imposée et contrainte.

  • 14 Voir notamment les dossiers Lantoine, 1904, AD 59, M. 417/9 824 ; Lemesre-Nieuviarts, 1892, AD 59, (...)
  • 15 Protestation de Mme Henriette Lefebvre, 31 janvier 1898, dossier Ledun-Schmidt, 1898-99, AD 59, M. (...)
  • 16 Protestation de M. Clodron, 10 novembre 1892, dossier Beffe-Leblanc, AD 59, M. 417/4 443.

17Les dépôts de fromages suscitent l’ire de leurs voisins dans 1 cas sur 8 environ (12,7 % des dossiers comportent des protestations). L’activité de brûlage du café, elle, génère nettement plus de plaintes : près de 41 % des dossiers consultés comportent réclamations et protestations d’un ou plusieurs voisins. Dans les deux secteurs d’activité, l’odeur – la « mauvaise » odeur – du voisin artisan ou « industriel » est le premier des griefs exprimés dans les enquêtes de voisinage. Le vocabulaire qui décrit les odeurs est peu varié et tourne toujours autour des mêmes termes consacrés : « émanations » ou « exhalaisons » qualifiées de « pénétrantes », « désagréables », « âcres », « perpétuelles », « affreuses », « malsaines », « insupportables », voire « pestilentielles », de « buée empoisonnée qui vous prend à la gorge », de « peste intolérable14 ». Les plaintes des voisins font état de contrariétés nombreuses et distinctes. Tout d’abord, les odeurs nauséabondes rendent les logements du voisinage impropres à l’habitation : Mme Henriette Lefebvre écrit ainsi au préfet, en janvier 1898 : « La maison rue Saint Étienne, 49, où je demeure et de laquelle je suis propriétaire est devenue presque inhabitable par les fumées qui proviennent du torréfacteur installé chez M. Ledun-Schmidt. Elles déposent des noirets qui salissent considérablement (et) pénètrent partout15. » Ou encore, à propos de la brûlerie de café de M. Beffe-Leblanc, rue Brûle-Maison, le voisin Clodron constate : « Quand le vent est dans une mauvaise direction, la fumée est tellement intense qu’il est impossible de se tenir dans son jardin ; il est impossible même de résister chez soi, les portes et fenêtres fermés. Pour se soustraire à cette peste intolérable, il faut gagner la rue16. » Odeurs, exhalaisons et humidité liées au dépôt des fromages dans des caves mal isolées produisent des dégâts considérables, aux dires des voisins des artisans concernés :

« Mes murs du côté de sa cave sont pleins d’eau, puent le fromage. Tout se pourrit chez moi et cela ne fait qu’augmenter : ma salle à manger, mon salon, ma cuisine sont dans un état lamentable. L’enquête pourra se rendre compte que je suis loin d’exagérer… »

  • 17 Réclamation de M. Dufour, 6 novembre 1892, dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 997.
  • 18 Protestation de M. Ruteau, 7 avril 1902, dossier Dame Houart, AD 59, M. 417/9 821.
  • 19 dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.
  • 20 dossier Dame Houart, 1902, AD 59, M. 417/9 821.

18écrit le menuisier Dufour, voisin du dépôt de fromages du Sieur Lemesre à Fives17. Les nuisances sonores sont également responsables de la dégradation des conditions de logement des voisins, selon leurs dires : on parle de « vibrations », de « trépidations », d’« ébranlements18 », etc. Plaintes de ces voisins dont le sommeil est troublé dès l’aube par le bruit, « dès les premières heures de la journée, des voiturettes qui vont porter au dehors le café et autres denrées19 », sans compter les trépidations générées par l’arbre de transmission du torréfacteur dont la base est fixée sur le mur mitoyen. L’inspecteur de la salubrité, lors de la visite qu’il effectue dans la cour du no 125 de la rue Gambetta, ne peut que constater le bien-fondé des plaintes des voisins : le logement « contigu à l’atelier de torréfaction, écrit-il, est devenu inhabitable, à cause du bruit et des trépidations du sol et des murs produits par les appareils en marche, au point que la vaisselle s’entrechoque dans un placard adossé au mur mitoyen près du moteur20 ».

  • 21 Protestation de P. Guideau, 23 décembre 1903, dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.
  • 22 Protestation de M. Delinselle, 5 avril 1903, dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.
  • 23 Protestation de M. Mérat, dossier Beffe-Leblanc, 1893, AD 59, M. 417/4 443.
  • 24 Protestation de M. Huret-Lemaire, dossier Lalou-Lavigne, AD 59, M. 417/4 957.
  • 25 Plainte anonyme no 1, dossier Davoine, 1902, AD 59, M. 417/9 785.

19C’est donc la jouissance même de l’espace privé qui est remise en question par l’existence du voisin odorant ou bruyant. Les enquêtes et les protestations spontanées regorgent de ces plaintes concernant la gêne ou l’incommodité ressenties au quotidien par les voisins du fromager ou du brûleur de café. Là, pourtant, n’est pas l’essentiel. Au-delà de l’espace privé empuanti ou rendu invivable pour le bruit qui y règne, en effet, c’est l’atteinte – supposée ou réelle – à la qualité ou la réputation même du quartier, donc de l’espace public, qui inquiète nombre de voisins protestataires : on déplore ainsi que « notre rue tranquille21 » ou notre « quartier jusqu’ici très salubre22 » ou encore « le plus beau quartier de Lille23 » souffrent de ces atteintes qui les déprécient aux yeux des habitants et des visiteurs occasionnels qui contribuent à construire la réputation du quartier. Tel négociant en vins et liqueurs, soucieux de sa réputation et de son commerce, proteste contre l’odeur délétère de son marchand de fromages de voisin, car son médecin lui en a fait la remarque lors d’une récente visite24 ; ou encore cette lettre anonyme écrite d’une main peu assurée, qui demande au directeur de la salubrité de « remédier à la peste que répand dans ce quartier » le marchand de vieux fromages de la rue de Paris, et fait état des réactions des passants : « Lorsqu’on se met dix minutes à la porte, on entend toujours la même chanson : Oh, qu’il y pue par ici, quelle peste25 ! »

  • 26 dossier Dame Houart, 1902, AD 59, M. 417/9 821.
  • 27 Protestation de M. Burgue, 7 novembre 1892, dossier Beffe-Leblanc, AD 59, M. 417/4 443.
  • 28 Protestation de M. Vandaele, cabaretier, dossier Lemesre-Nieuviarts, 1892, AD 59, M. 417/4 997.
  • 29 Protestation de M. Dufour, menuisier, dossier Lemesre-Nieuviarts, 1892, AD 59, M. 417/4 997.
  • 30 Protestation de Mme veuve Mélander, 15 décembre 1892, dossier Walbecq, AD 59, M. 417/5 338.

20Souvent implicite, mais plus fréquemment encore exprimée, c’est bien la dépréciation de la valeur immobilière du quartier qui est la cause des plaintes et des protestations du voisinage contre les établissements de fromages et de café. Que les nuisances soient considérées comme un danger immédiat pour la viabilité des immeubles – tel ce moteur « qui ébranle les maisons de façon à les faire crouler26 » –, ou qu’elles soient tenues responsables de la dévalorisation des biens immobiliers des protestataires qui sont, dans une large mesure, des propriétaires. Ceux-ci semblent avoir intégré dans leur stratégie d’interpellation des pouvoirs publics l’idée selon laquelle les autorités seraient plus sensibles à l’atteinte aux biens qu’à l’atteinte aux personnes elles-mêmes. C’est, en la matière, un concert de lamentations et les exemples sont innombrables qui disent, en substance : « Je proteste contre le maintien de la torréfaction de café ci-dessus dont les émanations désagréables sont de nature à déprécier la valeur de mon immeuble27. » Ils témoignent de la difficulté à louer les appartements, les locataires résiliant leurs baux dès les premières nuisances perçues et les logements restant parfois vacants pendant plusieurs mois. Argument économique, donc, qui est renforcé par la qualité des protestataires : souvent propriétaires, ils n’hésitent pas à faire mention d’une qualité qui peut appuyer leur requête – négociant, architecte, filateur de lin, etc. – et insistent tous sur l’importance du préjudice économique lié à ce triste voisinage. Dans le cas de voisins eux-mêmes commerçants, la protestation quant au préjudice immobilier se double fréquemment de la mention du préjudice commercial, évoqué à de nombreuses reprises. C’est notamment le cas des commerces dans lesquels la clientèle est amenée à séjourner plus ou moins longuement : M. Vandaele, cabaretier rue de Flers, à Fives, en face du dépôt de fromages projeté de M. Lemesre, est « certain que l’odeur pénétrante et désagréable éloignerait de chez [lui] une grande partie de [ses] clients et par conséquent enlèverait [ses] moyens de subsistance28 ». Il est vrai que le fromager en question est loin de se conformer aux règlements prescrits pour sa profession et déverse continuellement ses eaux de lavage des fromages dans le ruisseau de la rue qui charrie sur plusieurs dizaines de mètres, aux dires des voisins, « des odeurs, des vers, des mouches à souhait, [et…] des détritus de fromages29 ». Plus loin, rue des Sarrazins, une autre cabaretière, la veuve Mélander, se plaint de son voisin fromager, témoignant que « chaque fois qu’on apporte du fromage [dans son dépôt], la cour sent on ne peut plus mauvais et les buveurs réclament30 » et protestent contre ce voisinage.

  • 31 Rapport au Conseil d’hygiène et de salubrité résumant les plaintes soulevées par l’enquête de comm (...)
  • 32 Lettre de Mme Veuve Paquet, 22 décembre 1903, dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.
  • 33 Protestation de M. Clodron, 10 novembre 1893, dossier Beffe-Leblanc, AD 59, M. 417/4 443.
  • 34 Protestation de M. Émile Renouard, 5 novembre 1892, dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 99 (...)
  • 35 Protestation collective à l’Office sanitaire de Lille, 16 septembre 1902, dossier Davoine, AD 59, (...)
  • 36 Protestation de M. Émile Renouard, 5 novembre 1892, dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 99 (...)

21Les revendications des voisins concernant le maintien de la réputation de leur commerce ou de leur quartier sont d’ailleurs souvent assorties d’assertions plus générales sur ce que doit ou devrait être un « beau » quartier, une ville où il fait bon vivre. On craint le danger d’incendie lié à une mauvaise utilisation des brûloirs de café, notamment à proximité du nouveau quartier universitaire, habité par des gens qui y ont « cherché l’hygiène et la tranquillité dans un quartier dépourvu d’industrie au voisinage des Facultés31 ». Au-delà du cas individuel et du problème immédiat qui les occupe et qui motive leur plainte, certains protestataires profitent par conséquent, de l’occasion pour évoquer la nécessité d’une ségrégation fonctionnelle de l’espace, d’une séparation radicale entre espaces d’habitat et espaces de production, dans une ville qui est l’objet de transformations considérables depuis la fin des années 1850 : agrandissement, embellissement – avec la création quasiment ex nihilo d’une ville neuve sur l’emplacement des anciennes fortifications détruites et repoussées – et industrialisation tous azimuts. « Ces sortes d’établissements ne devraient pas être tolérés en ville » à propos de la brûlerie de café de M. Lantoine, rue Saint-Nicolas32, ou encore « il est inconcevable qu’en pleine ville de Lille on puisse […] empoisonner les gens par la vapeur âcre de café torrefié » à propos de l’établissement de M. Beffe-Leblanc33. Dans cette perspective, on voit que les plaintes et protestations des voisins se font aussi, à l’occasion, expression de l’opinion des citadins sur leur propre ville, proposant par exemple que tel fromager qui incommode ses voisins « s’isole34 » ou soit « transféré35 » dans un espace où « il pourrait s’installer sans nuire avec ses miasmes à la salubrité publique36 ». L’agrandissement de Lille en 1858 et les nombreuses enquêtes publiques menées à l’occasion de la construction du nouveau centre-ville construit sur les anciennes fortifications ont donné lieu à la manifestation de très nombreuses opinions de citadins sur ce que devait être leur ville : ce processus d’appropriation symbolique du nouvel espace en construction se poursuit dans la seconde moitié du siècle. Ce sont les théories hygiénistes – plus ou moins bien digérées – qui ont constitué le substrat des principaux combats des Lillois contre les différents projets de rénovation urbaine qui leur étaient présentés et, à l’échelle du quartier, ce sont encore elles qui sous-tendent ici les principales revendications contre les voisins gênants.

  • 37 Alain Corbin, Le Miasme et la Jonquille : l’odorat et l’imaginaire social aux XVIIIe et XIXe siècl (...)
  • 38 Geneviève Massard-Guilbaud, Une histoire sociale de la pollution industrielle dans les villes fran (...)
  • 39 Protestation de Mme Lefebvre, avril 1898, dossier Ledun-Schmidt, AD 59, M. 417/4975-4977.
  • 40 Protestation de M. Delinselle, 5 avril 1904, dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.
  • 41 Lettre collective de protestation, 11 août 1906, dossier Menu frères, AD 59, M. 417/5 079.
  • 42 Protestation de M. Mérat, dossier Beffe-Leblanc, 1893, AD 59, M. 417/4 443.

22En effet, si Alain Corbin estime que les théories pastoriennes se sont répandues rapidement à Paris et que, dès les années 1880, c’en était fait de l’idée selon laquelle les exhalaisons diverses véhiculent des miasmes37, tel ne fut pas le cas en province : « Le miasme, et avec lui la dangerosité de l’odeur, survécut longtemps au microbe38 » et il y a bien deux décennies de décalage entre ce qu’écrit Corbin pour Paris et ce que l’on constate en l’occurrence à Lille. Ici, c’est bien le miasme, issu de la putréfaction des matières et transporté par le vent, qui est encore vu comme le danger sanitaire le plus important, cause de maladies et d’épidémies, ce qui fait de l’odeur la nuisance la mieux perçue et la plus redoutée. Nés de la proximité de plus en plus fréquente avec des établissements porteurs de nuisances olfactives, les arguments sanitaires – quoique toujours minoritaires par rapport aux arguments économiques – émergent lentement comme motif de plainte à l’égard du voisin gênant dans les dernières années du XIXe siècle et le tout début du XXe : les noirets rejetés par les torréfacteurs seraient « nuisibles à la santé39 », leurs « émanations [sont] malsaines40 », et « le quartier est dans un état d’empuantissement tel que ces choses ne pourraient se prolonger sans compromettre gravement la Santé publique41 ». Ainsi, les mauvaises odeurs, souvent d’ailleurs qualifiées de « peste », qu’elles soient issues des fromages ou du café brûlé, s’opposent à l’« air frais » censé – y compris au sein d’une frange relativement instruite de la population – apporter santé et forte constitution. Certains voisins protestataires, frisant la flagornerie, font d’ailleurs de l’autorité à laquelle ils s’adressent les garants de la salubrité et de la santé du voisinage, en demandant par exemple à « M. le maire de rendre au quartier l’air pur et frais, en refusant à M. Beffe l’autorisation qu’il sollicite42 ».

23Ces théories miasmatiques s’accompagnent d’ailleurs d’une attention particulière prêtée à l’hygiène au sein du monde ouvrier. Porte-parole de leurs locataires ouvriers ou employés, certains propriétaires insistent sur la nécessité particulière du maintien de l’hygiène dans un quartier populaire, considéré comme plus propice au développement des miasmes et des maladies contagieuses et insistent également sur les mesures exemplaires que doivent prendre les autorités dans une perspective d’éducation des classes laborieuses. Au tournant du XXe siècle, certaines théories hygiénistes, martelées par l’institution scolaire notamment, semblent bien intégrées par le monde ouvrier, du moins lorsqu’il s’adresse aux autorités :

  • 43 Protestation collective à l’Office sanitaire de Lille, 16 septembre 1902, dossier Davoine, AD 59, (...)

« Nous sommes dans la rue de la Vignette, écrit maladroitement un ouvrier, tous ouvriers pas très riches et qui avons pour nous loger qu’une ou deux chambres suivant notre famille. Or, pour éviter les maladies nous devons (d’après les leçons d’hygiène reçues à l’école) aérer nos chambres ; et bien cela nous est impossible car aussitôt nos fenêtres ouvertes nous sommes empestés par l’odeur de vieux fromage venant du coin de la rue43. »

24D’une certain façon, l’auteur de cette missive collective ne fait rien d’autre que mettre les autorités devant leurs propres contradictions, entre l’institution scolaire d’une part, qui entreprend à grande échelle l’éducation des classes laborieuses aux nouvelles pratiques de l’hygiène à coup d’affiches et de leçons didactiques, et les autorités sanitaires municipales d’autre part, qui laissent subsister des situations jugées responsables de la diffusion des miasmes parmi les habitants des quartiers populaires.

  • 44 Voir notamment Olivier Balaÿ, L’espace sonore de la ville au XIXe siècle, Grenoble, Éditions À la (...)
  • 45 Protestation de M. Émile Renouard, 5 novembre 1892, dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 99 (...)

25La protestation contre le voisin bruyant et puant n’est en effet pas du tout l’apanage d’une bourgeoisie soucieuse de son bien-être dans une ville rénovée à son image, selon le modèle haussmannien, contrairement à ce que l’on a pu dire, par exemple, au sujet de la sensibilité au bruit dans la ville du XIXe siècle44. Si les propriétaires et les hommes « de qualité » prennent plus souvent la plume et n’hésitent pas à faire valoir leur position sociale éminente, c’est que tous savent que leur protestation a plus de chance d’aboutir auprès de leurs interlocuteurs de l’administration préfectorale, municipale ou sanitaire. Parfois, ils se font même les porte-parole des plus humbles – le plus souvent leurs locataires –, avec une certaine empathie condescendante pour ces « familles d’ouvriers [dont] beaucoup ignorent ce que signifie une demande de commodo ou incommodo […] ; ils ont aussi parfois peine à rédiger une lettre et ainsi s’abstiennent de réclamer45 » tout en se plaignant. Cependant on trouve également des ouvriers qui s’adressent directement aux autorités, quoique doués d’une grande lucidité quant à la faible efficacité de leur démarche : ceux qui, dans une lettre collective, exaltaient plus haut les leçons d’hygiène de l’Instruction publique concluent leur lettre par ces mots (on est en 1902 !) :

  • 46 Protestation collective à l’Office sanitaire de Lille, doc. cit.

« Nous osons espérer que vous accueillerez notre demande favorablement quoique venant d’ouvriers et que nous n’aurons pas besoin d’écrire dans les journaux ni de faire des pétitions pour arriver à un résultat46. »

  • 47 Les femmes constituent environ 15 % des plaignantes (moitié veuves, moitié « femmes » ou « dames » (...)

26Incontestablement, à travers les enquêtes, apparaît l’émergence d’une sensibilité croissante à l’environnement urbain et, plus particulièrement encore, au voisinage immédiat, quels que soient les quartiers concernés, populaires et congestionnés, plus bourgeois et à l’habitat moins dense. La revendication contre odeurs et tapages est donc aussi une revendication populaire. On pourrait faire une remarque identique concernant le genre des plaignants : s’ils sont plus hommes que femmes, c’est très certainement parce que c’est le chef de ménage qui prend la plume ou qui fait la démarche d’aller déposer à l’enquête publique ; les mesures tentées à ce propos n’ont pas permis de distinguer des critères de genre parmi les voisins qui se plaignent47.

  • 48 Plainte de M. Lelièvre, épicier, contre M. Maillard-Juignet, également épicier, les deux boutiques (...)

27Nombreuses sont donc les raisons qui font qu’on se plaint de son voisin artisan ou industriel : gêne effective (l’on peut espérer que c’est le plus souvent le cas !), mais aussi vengeance contre un voisin que l’on n’apprécie pas et qui se trouve là, en quelque sorte, à la merci de l’administration, ou encore concurrence économique entre industries voisines, ce qui ne semble pas rare48. Finalement, les voisins constituent, à l’occasion de ces enquêtes de commodo, les principaux « ennemis » des industriels, bien plus que l’administration elle-même, le plus souvent extrêmement bienveillante à l’égard de toute activité qui produit richesse et emploi. Sans se leurrer sur la puissance effective de leurs revendications, les voisins qui manifestent leur mécontentement se substituent en quelque sorte à l’administration elle-même – souvent défaillante, il est vrai – en s’investissant d’une mission sanitaire, d’une sorte de « police des nuisances » de la ville. C’est, qu’en effet, le voisinage peut jouer, de manière concomitante, un rôle tout à fait différent de celui qu’on l’a vu endosser jusqu’ici, en constituant une ressource sociale, le support local de solidarités qui s’exercent notamment à propos de la place des commerces et industries dans la ville.

Le voisinage, ressource sociale et lieu d’expression de solidarités nouvelles

Le voisinage, mémoire des lieux

  • 49 Rapport du Conseil d’hygiène départemental, 10 octobre 1891, dossier Debber-Crinquette, AD 59, M. (...)
  • 50 Lettre du 7 février 1896, dossier Veuve Manche, AD 59, M. 417/5 045.

28En tant que lien social qui s’éprouve à l’échelle locale, voire micro-locale, le voisinage joue d’abord comme une sorte de mémoire des lieux et des faits. À l’inverse de ce dont on a fait état jusqu’ici, les voisins sont souvent appelés en renfort par l’industriel ou l’artisan – parfois à leur corps défendant, d’ailleurs, et avec plus ou moins de succès – pour attester de l’innocuité de leur industrie ou de l’absence de gêne produite par leur activité. En octobre 1891, M. Debeer indique ainsi au représentant du Conseil d’hygiène venu inspecter son établissement de fromages, qu’il n’a fait que reprendre le magasin que tenait sa mère depuis 35 ans « et qui, dit-il, n’a jamais motivé de plaintes de la part du voisinage49 ». C’est également le cas quelques années plus tard, en 1896, de la veuve Manche qui assure, dans la lettre qu’elle adresse au préfet pour sa défense, que « jamais aucune plainte ne s’est produite » contre sa maison, installée pourtant depuis 50 ans dans le même immeuble50. Dans les dires des industriels mis en cause (ou simplement contrôlés) par l’administration, les témoignages du voisinage – ou l’absence de plaintes reconnues – fonctionnent par conséquent comme une preuve de bonne foi, sinon de moralité, de l’artisan. Ces témoignages sont la mémoire du quartier et, en la matière, l’absence de revendication du voisinage fait en quelque sorte office de jurisprudence favorable à l’industriel.

  • 51 Lettre au préfet du 16 février 1903, dossier Desobry-Seys, AD 59, M. 417/9 799.

29On voit le poids que l’opinion du voisinage endosse. Certains artisans ou industriels vont jusqu’à fournir des attestations écrites de leurs voisins pour appuyer leur demande d’installation. Il faut alors y regarder de plus près car l’on constate souvent que viennent à l’appui de l’installation d’un établissement des individus dont il s’avère qu’ils sont aussi locataires, voire ouvriers et employés de l’industriel. Le chantage à l’emploi est là perceptible et invalide bien sûr partiellement la bonne foi des signataires. Mais on en trouve aussi à qui la perspective de l’installation ne déplaît pas et qui, une fois prises toutes les garanties concernant la salubrité et la conformité de l’installation prévue, appuient la requête de l’industriel, tel ce M. Desobry qui, en février 1903, produit l’attestation signée de six de ses voisins « les plus proches qui consentent à (son) installation51 ». Il s’agit là d’un appui assez faible cependant, comparé au critère de conformité de l’établissement aux règlements édictés par les décrets préfectoraux de classement des industries.

L’union sacrée ?

30Le voisinage peut, en revanche, constituer un levier d’intervention essentiel lorsqu’il se mue en ressource mobilisée par les voisins opposés à une installation et qu’il devient alors, non plus l’aiguillon irritant de la plainte individuelle, mais le relais de l’opinion publique locale ou micro-locale. En effet, face aux nuisances déjà longuement évoquées, nombreux sont les voisins qui se regroupent pour déposer des plaintes collectives, plaintes qui prennent parfois l’allure de véritables pétitions, parfaitement hétéroclites dans leur composition, mais reposant sur l’identification d’un adversaire commun. On retrouve alors tous les critères d’opposition déjà évoqués : rentiers et propriétaires inquiets de la dévalorisation de leurs biens immobiliers, commerçants et restaurateurs soucieux de l’aspect esthétique du quartier ou redoutant une concurrence commerciale, simples habitants craignant la dégradation de leur vie quotidienne… Contre le bruit et l’odeur, c’est l’union sacrée. Le voisinage est alors, non plus seulement la contrainte imposée d’une altérité vécue comme dérangeante, mais une ressource, mobilisée en maintes occasions, dans le but de la préservation ou de l’amélioration de l’environnement urbain.

  • 52 Lettre de Camille Guérin, 15 juin 1910, dossier Menu frères, AD 59, M. 417/5 079.
  • 53 Voir par exemple le dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 997.

31Ressource, donc, que le voisinage, dont la configuration est périodiquement revisitée par l’exercice même de ces solidarités. Tout d’abord, l’émergence d’une opposition collective structurée brouille partiellement les frontières sociales : propriétaires soutenant leurs locataires, notaires ou juges de paix habitués à manier la plume ou encore médecins s’arrogeant un rôle d’expert en la matière – tel ce chef de laboratoire à l’Institut Pasteur de Lille, qui n’est autre que le futur inventeur du vaccin anti-tuberculeux, qui conteste la nature même de l’activité de son voisin industriel, avec un paragraphe entier sur les techniques de fermentation des fromages verts52 –, prennent souvent la tête de la contestation et se font ainsi les porte-parole des laissés-pour-compte. Les enquêtes montrent que ce sont souvent eux qui, profitant de leur statut social et de leur savoir, rédigent un texte court qui sert de modèle à toutes les protestations qui suivent, signées d’une main plus ou moins assurée, avec seulement, parfois, quelques mots ajoutés53. Dans le cas de pétitions, on peut imaginer aisément que le rassemblement des signatures est l’occasion de rapports sociaux spécifiques : porte à porte, station dans la rue ou la boutique d’un commerçant, à la sortie de l’office du dimanche ou encore à l’estaminet, afin d’inciter les voisins à se joindre à la protestation collective… L’ensemble des enquêtes où existent des protestations fait apparaître cette « mise en commun » au sein de la micro-société de quartier, le « notable » endossant le rôle de l’éminence locale, invitant à rejouer et, probablement le plus souvent à renforcer, les rapports sociaux de domination et de coopération à l’œuvre à l’échelle du quartier.

*

  • 54 Georges Vigarello, Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Par (...)

32Ainsi, l’étude des rapports de voisinage dans l’espace urbain lillois en pleine industrialisation dans la seconde moitié du XIXe siècle permet de voir émerger la très lente prise de conscience collective de l’environnement sanitaire dont l’émergence n’est pas contradictoire avec le maintien de réflexes archaïques, de résistances, de confusions : « d’anciens modèles du corps demeurent vivaces » jusqu’à la Première Guerre mondiale54. Peu à peu, donc, apparaît l’idée d’un environnement urbain qui doit répondre à un certain nombre de normes, plus ou moins rapidement intégrées par la population, normes au sein desquelles l’absence de bruit et d’odeur ont une place déterminante. La ville est envisagée comme un corps dont les réseaux de canaux souterrains (adduction d’eau et égouts), champ d’investissement privilégié du projet haussmannien, y compris en province, constituent le système vasculaire ; elle doit être un métabolisme qui doit fonctionner parfaitement, sans flatulences ni odeurs pestilentielles.

  • 55 Geneviève Massard-Guilbaud, Une histoire sociale de la pollution industrielle dans les villes fran (...)

33L’étrange voisin est donc avant tout celui qui dérange par la gêne qu’il provoque – ou qu’il est supposé être sur le point de provoquer dans un avenir proche. À ce propos, il est intéressant de constater la différence qui existe entre les deux secteurs d’activité considérés ici : la torréfaction de café, odeur neuve en ville et souvent inconnue, suscite nettement plus d’hostilité que le dépôt de fromages (40 % contre 13 % des dossiers). Mais la chronologie montre que les brûleurs de café qui rencontrent l’hostilité de leurs voisins dans les deux dernières décennies du siècle sont, en revanche, très bien acceptés à la veille de la Grande Guerre : progrès techniques qui rendent la proximité de telles entreprises moins gênantes qu’auparavant ? acceptation progressive de l’industrie, liée à une consommation entrée dans les mœurs du plus grand nombre ? ou simple marque d’hostilité initiale en raison de la seule nouveauté, qui s’estomperait par la suite ? Là encore, de nombreuses questions restent ouvertes et permettent de remettre sur le métier celle de la transformation des comportements des citadins à l’égard de la « modernisation » de leur ville. À l’heure du « culte de la cheminée qui fume55 », alors que l’industrie est considérée comme le facteur essentiel de la prospérité et du progrès humain par les autorités qui ont à la contrôler, alors que la science médicale élabore lentement un discours sur l’environnement sonore et olfactif qui tarde à s’affranchir des théories hygiénistes, le voisinage apparaît comme l’une des modalités pour saisir l’émergence de l’attention des citadins à l’environnement urbain à l’aube du XXe siècle.

Notes

1 La commune de Lille compte 75 795 habitants en 1851, 131 827 en 1861 (croissance partiellement due à l’annexion de 1858), 217 807 en 1911.

2 Châtiments, 1853, III, IV.

3 Série M. 417 des Archives départementales du Nord (désormais AD 59). Le décret du 15 octobre 1810 fait l’objet de très nombreux remaniements et ajouts au cours du XIXe siècle. Il comporte une nomenclature en trois classes dont la distinction repose sur le plus ou moins grand éloignement des habitations afin de ne pas nuire au voisinage. La première classe comprend les établissements qui doivent se tenir « éloignés des habitations particulières » en raison de leur éventuelle dangerosité ou insalubrité. La distinction entre les seconde et troisième classes est moins claire : la seconde classe concerne les établissements dont « l’éloignement n’est pas rigoureusement nécessaire mais dont il importe néanmoins de ne permettre la formation qu’après avoir acquis la certitude que les opérations qu’on y pratique sont exécutées de manière à ne pas incommoder les propriétaires du voisinage, ni à leur causer des dommages ». On trouve pourtant, parmi les établissements de la 2e classe, des industries très bruyantes (battage des tapis et de cuirs, laines, ateliers de serrurerie, laminoirs, moulins, machines, tréfileries, marteaux pilons, etc.). Dans la troisième classe sont placés les établissements qui peuvent s’établir sans inconvénient auprès des habitations mais doivent rester soumis à la surveillance de la police. Les établissements de la 2e classe doivent donner lieu à une enquête tandis que ceux de la 3e en sont dispensés.

4 Cette carte montre en fait moins la géographie de l’insalubrité industrielle en France en 1908, que celle de la capacité des pouvoirs publics à obtenir des industriels qu’ils se munissent d’autorisations. Je remercie ici Geneviève Massard-Guilbaud de m’avoir donné accès à son travail sur ce sujet.

5 La plupart des historiens qui ont eu recours à ces archives les ont surtout utilisées pour comprendre la nature du processus d’industrialisation de l’espace urbain et les transformations sociales qu’il a générées dans la perspective d’une histoire de l’environnement urbain, sans approfondir la question du voisinage : voir par exemple Estelle Baret-Bourgoin, La ville industrielle et ses poisons. Les mutations des sensibilités aux nuisances et pollutions industrielles, 1850-1914, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2005. Dans cette même perspective, Geneviève Massard-Guilbaud envisage cependant la question du voisinage avec les établissements insalubres à travers les archives de ces entreprises dans les départements du Rhône, du Puy-de-Dôme et de la Loire atlantique (voir Une histoire sociale de la pollution industrielle dans les villes françaises (1789-1914), mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, université Lumière Lyon II, 2003, 275 p.).

6 Le nombre de dossiers conservés aux AD 59 – plus de 10 000 – dit l’impossibilité de les consulter de manière exhaustive. Mais les échantillons constitués nous permettent cependant d’affirmer la faiblesse des réactions de voisinage dans les dossiers d’établissements.

7 Ont été dépouillés les dossiers dont le nom du propriétaire commence par les lettres « B » et « L » dans la ville de Lille, entre 1854 et 1911.

8 Un dépôt de fromages est un lieu où les pâtes de fromage sont conservées plusieurs semaines, périodiquement travaillées et lavées, puis vendues au détail. Voir AD 59, M. 417/161, Dépôts de fromages, Instructions, 1886-1898. 60 dossiers de dépôts de fromages dépouillés, concernant la ville de Lille (40), quelques communes périphériques telles que Lambersart (1), Marcq-en-Baroeul (2), Tourcoing (2), ainsi que d’autres villes moyennes du département telles que Cambrai (6), Comines (2), Douai (2), Dunkerque (2), Gommegnies (1, arr. d’Avesnes), Le Cateau (2).

9 On a dénombré 39 dossiers de demande d’établissement d’un atelier de torréfaction de café pour la période 1890-1905, concernant tous la ville de Lille, ainsi que la commune de banlieue mitoyenne de La Madeleine qui accueille trois ateliers de torréfaction dans les années 1890.

10 Cités dans Alain Corbin, Le miasme et la jonquille, Paris, Flammarion coll. « Champs », 1986, p. 158.

11 Les plaintes concernant la santé des ouvriers émanent en totalité de l’administration préfectorale et/ou hospitalière, et non des voisins de l’établissement.

12 Certaines plaintes comptent plusieurs motifs, le total est donc supérieur à 100 %.

13 Il s’agit du décret du 3 mai 1886, qui range les dépôts de fromages dans la 3e classe des établissements dangereux, insalubres ou incommodes et édicte un certain nombre de règles concernant la ventilation des caves, la nature des ouvertures pratiquées, l’évacuation des eaux de lavage, etc. Voir AD 59, M. 417/161, Dépôts de fromages, Instructions, 1886-1898.

14 Voir notamment les dossiers Lantoine, 1904, AD 59, M. 417/9 824 ; Lemesre-Nieuviarts, 1892, AD 59, M. 417/4 997 ; Houzé, 1892-1895, AD 59, M. 417/4 919 ; Beffe-Leblanc, 1893, AD 59, M. 417/4 443.

15 Protestation de Mme Henriette Lefebvre, 31 janvier 1898, dossier Ledun-Schmidt, 1898-99, AD 59, M. 417/4975-4977.

16 Protestation de M. Clodron, 10 novembre 1892, dossier Beffe-Leblanc, AD 59, M. 417/4 443.

17 Réclamation de M. Dufour, 6 novembre 1892, dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 997.

18 Protestation de M. Ruteau, 7 avril 1902, dossier Dame Houart, AD 59, M. 417/9 821.

19 dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.

20 dossier Dame Houart, 1902, AD 59, M. 417/9 821.

21 Protestation de P. Guideau, 23 décembre 1903, dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.

22 Protestation de M. Delinselle, 5 avril 1903, dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.

23 Protestation de M. Mérat, dossier Beffe-Leblanc, 1893, AD 59, M. 417/4 443.

24 Protestation de M. Huret-Lemaire, dossier Lalou-Lavigne, AD 59, M. 417/4 957.

25 Plainte anonyme no 1, dossier Davoine, 1902, AD 59, M. 417/9 785.

26 dossier Dame Houart, 1902, AD 59, M. 417/9 821.

27 Protestation de M. Burgue, 7 novembre 1892, dossier Beffe-Leblanc, AD 59, M. 417/4 443.

28 Protestation de M. Vandaele, cabaretier, dossier Lemesre-Nieuviarts, 1892, AD 59, M. 417/4 997.

29 Protestation de M. Dufour, menuisier, dossier Lemesre-Nieuviarts, 1892, AD 59, M. 417/4 997.

30 Protestation de Mme veuve Mélander, 15 décembre 1892, dossier Walbecq, AD 59, M. 417/5 338.

31 Rapport au Conseil d’hygiène et de salubrité résumant les plaintes soulevées par l’enquête de commodo, 1er février 1904, dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.

32 Lettre de Mme Veuve Paquet, 22 décembre 1903, dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.

33 Protestation de M. Clodron, 10 novembre 1893, dossier Beffe-Leblanc, AD 59, M. 417/4 443.

34 Protestation de M. Émile Renouard, 5 novembre 1892, dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 997.

35 Protestation collective à l’Office sanitaire de Lille, 16 septembre 1902, dossier Davoine, AD 59, M. 417/9 785.

36 Protestation de M. Émile Renouard, 5 novembre 1892, dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 997.

37 Alain Corbin, Le Miasme et la Jonquille : l’odorat et l’imaginaire social aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Flammarion, 1986, p. 260-261.

38 Geneviève Massard-Guilbaud, Une histoire sociale de la pollution industrielle dans les villes françaises, op. cit., chap. 2.

39 Protestation de Mme Lefebvre, avril 1898, dossier Ledun-Schmidt, AD 59, M. 417/4975-4977.

40 Protestation de M. Delinselle, 5 avril 1904, dossier Lantoine, AD 59, M. 417/9 824.

41 Lettre collective de protestation, 11 août 1906, dossier Menu frères, AD 59, M. 417/5 079.

42 Protestation de M. Mérat, dossier Beffe-Leblanc, 1893, AD 59, M. 417/4 443.

43 Protestation collective à l’Office sanitaire de Lille, 16 septembre 1902, dossier Davoine, AD 59, M. 417/9 785.

44 Voir notamment Olivier Balaÿ, L’espace sonore de la ville au XIXe siècle, Grenoble, Éditions À la croisée, 2003, p. 291. L’auteur insiste sur la différenciation sociale de la sensibilité au bruit de la ville.

45 Protestation de M. Émile Renouard, 5 novembre 1892, dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 997.

46 Protestation collective à l’Office sanitaire de Lille, doc. cit.

47 Les femmes constituent environ 15 % des plaignantes (moitié veuves, moitié « femmes » ou « dames »), contre 81 % pour les hommes (le reste est constitué de lettres anonymes ou collectives). D’autre part, on semble moins se plaindre des commerçantes femmes que des hommes : les femmes représentent 13,3 % des « industriels » enquêtés (fromages et café) et seulement 5,5 % de ceux dont des voisins se plaignent. L’hypothèse selon laquelle les femmes artisans et commerçantes seraient plus vulnérables que les hommes dans cette position sociale et par conséquent plus sujettes à des attaques de la part de leurs voisins, n’est donc pas du tout vérifiée, même si la faiblesse numérique de l’échantillon empêche de dresser tout constat définitif sur cette question.

48 Plainte de M. Lelièvre, épicier, contre M. Maillard-Juignet, également épicier, les deux boutiques se trouvant à une dizaine de mètres l’une de l’autre (5, rue Esquermoise et 2, rue Nationale). dossier Maillard-Juignet, AD 59, M. 417/5 040.

49 Rapport du Conseil d’hygiène départemental, 10 octobre 1891, dossier Debber-Crinquette, AD 59, M. 417/4 616.

50 Lettre du 7 février 1896, dossier Veuve Manche, AD 59, M. 417/5 045.

51 Lettre au préfet du 16 février 1903, dossier Desobry-Seys, AD 59, M. 417/9 799.

52 Lettre de Camille Guérin, 15 juin 1910, dossier Menu frères, AD 59, M. 417/5 079.

53 Voir par exemple le dossier Lemesre-Nieuviarts, AD 59, M. 417/4 997.

54 Georges Vigarello, Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, 1999 (éd. orig. Paris, 1993), p. 246.

55 Geneviève Massard-Guilbaud, Une histoire sociale de la pollution industrielle dans les villes françaises…, op. cit., Avant-propos.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Nombre d’établissements classés connus des pouvoirs publics, par département, en 1908Source : Geneviève Massard-Guilbaud, Une histoire sociale de la pollution industrielle dans les villes françaises (1789-1914), mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, université Lumière Lyon II, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540