Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étranges voisins

 | 
Judith Rainhorn
, 
Didier Terrier

« Il n’est voisin qui ne voisine »

Didier Terrier et Judith Rainhorn

Texte intégral

« Oui, cela pourrait commencer ainsi, comme ça, d’une manière un peu lourde et lente, dans cet endroit neutre qui est à tous et à personne, où les gens se croisent presque sans se voir, où la vie de l’immeuble se répercute, lointaine et régulière. De ce qui se passe derrière les lourdes portes des appartements, on ne perçoit le plus souvent que ces échos éclatés, ces bribes, ces débris, ces esquisses, ces amorces, ces incidents ou accidents qui se déroulent dans ce que l’on appelle les “parties communes”, ces petits bruits feutrés que le tapis de laine rouge passé étouffe, ces embryons de vie communautaire qui s’arrêtent toujours aux paliers. »
Georges Perec, La vie mode d’emploi, 1978.

  • 1 L’ouvrage d’Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle (Paris, Gallimard/Julliard, (...)
  • 2 Cette expression vient sous la plume de Constance deGourcy et Daniel Pinson dans leur contribution (...)

1Une histoire du voisinage reste à écrire. Car, de toute évidence, le mot, dans sa simplicité et sa banalité, ne pèse pas assez lourd pour renvoyer à la complexité des échanges qui, au prix de mille et un détours, nouent ensemble des vies minuscules saisies dans un rapport né de la proximité au quotidien. Dès le XVIIe siècle pourtant, le vocable voisin retient l’attention des auteurs de dictionnaires, tout comme le substantif voisinage et le verbe voisiner. Bien plus que les définitions qui sont données, toutes consacrées à la mise en évidence de ce qui résulte du côtoiement physique et quotidien des personnes soumises à une relative promiscuité, ce sont adages et dictons qui disent la réalité sans cesse ambivalente de mots dont on pressent qu’ils recèlent bien des situations complexes. « Qui a bon voisin a bon matin », rappellent à l’unisson, à deux siècles de distance, Furetière et Bescherelle. À l’inverse, « qui a mal voisin a souvent mal matin » ! Mais, si les formes de convivialité, de solidarité et d’entraide et, a fortiori, les tensions, les litiges et les affrontements ont produit en général bien des sources et, partant, suscité de nombreux travaux, rares sont ceux qui ont abordé ces questions dans un espace nettement circonscrit aux relations de proximité1. Nul n’ignore par ailleurs combien l’indifférence ou le mutisme laissent nécessairement bien peu de traces, du moins pour les historiens. Faut-il pour autant s’interdire d’explorer les relations non problématiques, les lieux sans histoire, autrement dit tout ce que l’on peut observer au travers de « la glace sans tain de la cohabitation ordinaire2 » ? Le projet de cet ouvrage est donc ambitieux et il serait présomptueux de prétendre le voir ici aboutir. Il est toutefois à la mesure du silence qui, bien souvent, nous interdit d’entrapercevoir un quotidien caché dont l’authenticité n’a d’égale que la banalité.

Une question longtemps délaissée par les historiens

  • 3 La contribution de Ghislaine Alleaume et Phillipe Fargues, « Voisinage et frontière : résider au C (...)
  • 4 Se reporter, par commodité, à Françoise Choay et Pierre Merlin, Dictionnaire de l’urbanisme et de (...)
  • 5 Initialement paru en 1943, cet ouvrage se penche sur le North End de Boston, investi par les migra (...)
  • 6 Il serait fastidieux de dresser la liste des travaux qui traitent de ces questions, de Claire Bido (...)

2En soi, l’étude des rapports de voisinage n’est pas une question neuve. Chacun à leur manière, des chercheurs appartenant à des disciplines différentes ont grandement contribué à éclairer la question et, d’une certaine façon, à tracer la voie pour les historiens. D’un côté, géographes et urbanistes ont montré à quel point celle-ci suppose une approche résolument ouverte, plurielle, extensive. Le quartier, la rue, l’immeuble constituent à bien des égards les supports d’une puissante mythologie spatiale, tant ils ne sont que les formes extérieures et lisibles des entités concernées sans abriter nécessairement du lien social. Certains auteurs ont toutefois révélé combien chaque acteur vit en fait différents voisinages dont l’intelligence suppose la compréhension fine des processus de spatialisation3. En un mot, le voisinage va dorénavant au-delà du confinement des espaces étroits définissant ordinairement la proximité, sauf quand il s’avère être une manifestation spatiale parmi les plus ressenties de l’exclusion sociale4. Dans le prolongement des community studies anglo-saxonnes – qu’on pense au fameux et pionnier Street corner society de William Foot Whyte, qui ne fut d’ailleurs traduit en français qu’en 19955 –, sociologues et ethnologues, d’un autre côté, sont passés tardivement, dans les années 1980, de l’étude des formes de sociabilité formelle aux approches des relations informelles, spontanées, reliant l’individu à d’autres individus par des liens interpersonnels et/ou de groupe. Au prix d’une démarche qui n’apparaît pas tant opposée que complémentaire, la valorisation des relations de voisinage a permis, dans ce cas, de porter le regard sur les pratiques quotidiennes qui s’inscrivent effectivement dans les lieux intermédiaires, entre l’espace privé du logement et les espaces publics de la rue ou du quartier. Ils ont mis l’accent sur des formes de cohabitation dans ces parties communes en mettant à nu les confrontations – feutrées ou violentes – entre différentes conceptions de la civilité, de la propreté, de la sociabilité et, tout simplement, du savoir-vivre. Des mécanismes aux effets récurrents sont là à l’œuvre qui répondent à des codes sociaux et à des normes culturelles souvent différentes, au point de construire des formes de l’altérité que l’on n’aurait pas nécessairement soupçonnées6.

  • 7 Voir par exemple Alain Cabantous, « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne », Histoire, Écono (...)
  • 8 Voir le bilan historiographique dressé par Pierre-Yves Saunier, « La ville et ses découpages », da (...)
  • 9 Ainsi dans Jacques Bottin et Donatella Calabi (dir.), Les étrangers dans la ville, Paris, MSH, 199 (...)
  • 10 Voir par exemple Michelle Zancarini-Fournel, « Coexistence, tensions et confrontations entre ouvri (...)

3Le silence des historiens, en revanche, est presque assourdissant : nombre d’entre eux ont délaissé la question des relations de voisinage, y compris, paradoxalement, quand ils se sont donnés pour tâche d’explorer les manières de vivre dans des lieux où, de toute évidence, l’interconnaissance et le côtoiement quotidien dans un cadre urbain sont de règle. Les approches de la vie dans le quartier du XVIIIe siècle à nos jours en témoignent7. Certains ouvrages ne se posent même pas la question et restent très discrets sur la nature et l’intensité des relations de proximité qui font précisément cette « vie de quartier ». Le constat que dressait à ce propos Pierre-Yves Saunier, il y a une quinzaine d’années, reste d’actualité – ou peu s’en faut8. C’est tellement vrai qu’en dépit de leurs grandes qualités, des ouvrages ayant pour objet la place et l’accueil des étrangers dans la ville se montrent très évasifs, voire remarquablement silencieux, sur les relations entre les minorités qui se glissent dans les interstices de la ville et leur environnement proche9, alors même que cette insertion s’est parfois révélée problématique, voire conflictuelle. Certains travaux récents mettent cependant l’accent sur l’absence d’homogénéité sociale et sur la complexité des rapports quotidiens à l’échelle du quartier10. Ils témoignent probablement d’un renouveau d’intérêt porté par les sciences humaines à la question des relations de proximité et de voisinage, mouvement dont participe pleinement le présent ouvrage.

  • 11 Ainsi, dans les grandes concentrations ouvrières du Nord de la France au XIXe siècle (Roubaix par (...)
  • 12 Voir, par exemple, dans les années 1990, la remarquable série « Français d’ailleurs, peuples d’ici (...)
  • 13 Voir Robert McKenzie, « The neighbourhood : A study of social life in the city of Columbus, Ohio » (...)
  • 14 Voir notamment Marc Vacher, Voisins, Voisines, Voisinage. Les cultures du face-à-face à la veille (...)

4Certes, la difficulté à trouver des sources est bien réelle et il arrive même que celles dont on pourrait tout attendre restent désespérément muettes11. Quand elles existent, le caractère fastidieux de leur mise en œuvre, souvent réel, et le rendement des dépouillements, toujours incertain, souvent faible, comptent pour beaucoup dans ce silence. Toutefois, les difficultés d’usage des sources n’expliquent pas tout pour qui veut faire flèche de tout bois et mobiliser les documents les plus improbables. Ainsi, alors que la vie du quartier devenait apparemment un sujet de préoccupation dans les années 1980, la production historique relativement volumineuse – ouvrages de synthèse, thèses, tables-rondes, numéros thématiques de revues, etc. – n’a pas toujours été à la hauteur des attentes quand il s’est agi de cerner le vécu des habitants, comme si le bon ou le mauvais voisinage n’étaient en rien constitutifs des réalités à cerner à ce niveau d’analyse. Pour l’essentiel, les travaux qui se sont situés à cette échelle ont porté le regard sur des concentrations ouvrières et postulé, de ce fait, des formes de solidarités sociales allant de soi, à la mesure de l’homogénéité rencontrée – ou présupposée. De même, on s’est penché sur des espaces investis par des groupes de migrants, dont on a préjugé de l’homogénéité sociale et ethnique à partir de critères nationaux, pour mettre en valeur les manifestations d’unité, les « réseaux » nationaux et les processus de construction identitaire inscrits dans le territoire urbain12. Cordialité, entraide, solidarité : le quartier a pris tour à tour l’image d’un refuge ou d’un lieu de relégation, d’une tentative de réponse adaptée aux rapports inégalitaires engendrés par la société capitaliste ou par le pays d’accueil traversé par la tentation nationaliste. C’est là, bien sûr, une vision à discuter, à nuancer ; c’est là, plus encore, une vision qui fait l’impasse sur bien d’autres formes prises par les contacts quotidiens dans des lieux plus hétérogènes ou plus privilégiés. Étrangement, la vie de quartier s’est retrouvée privée de chair, comme si les historiens de langue française avaient fait leur la traduction partiellement erronée du vocable anglais neighbourhood par quartier, et non par voisinage13. Plus largement, aujourd’hui encore, rares sont les travaux qui, à partir des lieux de proximité, reconstituent ou évoquent, ne serait-ce que par intérêt heuristique, tout ou partie des relations vécues au ras du sol par tous ceux qui entretiennent des relations de proximité14.

Circonscrire la société des voisins

  • 15 En remontant jusqu’au XVIIIe siècle, nous avons essayé de prendre en compte les sociétés urbaines (...)
  • 16 Il n’est pas indifférent de constater que ce sont les architectes qui, de manière précoce, se sont (...)

5La démarche la plus immédiate impose, en ville plus qu’ailleurs, de considérer le caractère contraignant de l’espace et les effets d’un urbanisme plus ou moins « frôleur » dont on peut suivre les permanences et les mutations sur plusieurs siècles15. Les relations de voisinage s’inscrivent ainsi dans une texture architecturale et un tramé urbain qui imposent aux hommes leurs manières de vivre ensemble. Conditions de logement, structure de l’habitat, système de voirie, densités de population : c’est l’espace et le bâti qui dictent leur loi dans le cadre d’un voisinage immédiat qui, à lui seul, entraîne des relations humaines16. Depuis l’ordinaire de la quotidienneté la plus aliénante jusqu’à l’extraordinaire du crime monstrueux, ce sont parfois les mêmes lieux qui constituent le cadre des conduites les plus antinomiques. Réceptacles de l’expérience humaine une et plurielle, ils engendrent leurs logiques propres et conditionnent la nature ou l’intensité des comportements les plus divers. Ces lieux sont des personnages vivants que l’on subit, où l’on s’arrange, dont on joue. C’est là que l’on se côtoie, bon gré, mal gré, que les ouï-dire circulent que les rumeurs enflent, que les connivences, les oppositions et les conflits tissent un quotidien. Tout y prend de l’ampleur dès lors que le voisinage s’en mêle. La prégnance du lieu sur les habitants est telle que ces espaces intermédiaires sont d’ailleurs devenus un enjeu essentiel pour l’urbaniste ou le législateur. Plus que jamais, c’est par conséquent un entre-deux dont les aménageurs prennent dorénavant soin.

  • 17 Voir Denis Bourget et Serge Karsenty (dir.), Regards croisés sur le lien social, plus particulière (...)

6Mais l’inverse est tout aussi vrai : le voisinage se construit à partir des acteurs qui, en se déplaçant autour de leur domicile ou en accueillant ceux qui sont disséminés à la ronde, élaborent leur propre carte du voisinage. Plus l’urbanité est forte, plus les cartes se noircissent : en définissant son voisinage propre, chaque citadin recouvre pour partie celui des autres17. On peut d’ailleurs élargir la proposition : la métrique du voisinage, entendue comme la perception de la proximité immédiate, change selon de nombreux critères et diffère en fonction du contexte résidentiel, des manières de circuler et/ou de se transporter, bref, des espaces perçus et vécus par chacun. C’est à ce titre que la proximité professionnelle, l’engouement pour une passion commune ou un désir partagé de convivialité, peuvent aussi fabriquer du voisinage. En conséquence, des espaces à l’urbanisation plus lâche, mais en rupture avec le monde rural, sont susceptibles d’être pris en compte pourvu qu’ils participent de cette conception dynamique des réalités spatiales que recouvrent les cultures du face-à-face. Nébuleuses urbanisées sur un mode atypique, comme les zones d’habitat minier, ou encore concentrations ouvrières encastrées dans des campagnes, comme les aires proto-industrielles : il est des espaces qui, s’ils ne sont pas véritablement urbains, génèrent et abritent des formes de voisinage bien proches de celles de la ville.

  • 18 Voir la notice « Voisinage. Espace considéré comme proche par un acteur donné », dans Jacques Lévy(...)

7Il importe donc, au moins à titre heuristique, de ne pas s’enfermer dans une acception trop étroite du mot. Si l’espace dicte sa loi, si tout lieu situé à l’articulation de la vie privée et de l’expression publique constitue le point de départ des enquêtes menées par la majeure partie des contributeurs dans ce livre, bien des cartes du voisinage dessinées en creux par les uns et les autres s’inscrivent dans une dialectique complexe, à l’articulation de structures spatiales et de pratiques effectives18.

Voisinage, sociabilité et altérité

  • 19 Bernard Haumont, dans Bernard Haumont et Alain Morel (dir.), La société des voisins…, op. cit., p. (...)
  • 20 Michel Pinçon, « Des communautés peu ordinaires : élites sociales et comités de défense dans les b (...)
  • 21 Voir Peter Willmott, « Ségrégation et ‘entre-soi’ en Grande-Bretagne », dans Nicole Haumont (éd.),(...)
  • 22 Pierre Bourdieu, « Effets de lieu », dans Pierre Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil (...)

8Entendu dans toute l’acception du terme, le voisinage, c’est donc un lieu « où se mettent en scène et se confrontent les différentes cultures de l’habiter19 ». Les voisins peuvent être à la fois très proches et très lointains : il arrive que la proximité entraîne la prise de distance, à moins que l’éloignement relatif soit à l’origine d’un rapprochement délibéré. Qu’importe, pourvu que toutes les stratégies conduisent à adopter, depuis l’indifférence à l’implication habitante, la bonne distance. Nul doute, cependant, que ces va-et-vient sur un mode binaire sont mal adaptés à la complexité de situations sans cesse mouvantes où les échanges, d’intensité inégale, reposent sur des combinaisons multiples. Du côtoiement épisodique et libre aux relations répétées et contraintes, la palette des déterminants est large puisqu’elle associe, en des combinaisons complexes, la morphologie des espaces résidentiels, le degré d’hétérogénéité des populations, la nature des liens et des rapports de force, les circonstances et les évènements aussi. Certes, au fil des formes d’agrégation et de ségrégation de l’espace, il arrive que l’entre-soi soit privilégié quand il s’agit d’articuler société citadine et espace urbain. Entre-soi contraint, quand ségrégation est synonyme d’exclusion et de relégation. Entre-soi choisi, quand il résulte d’une agrégation volontaire et délibérée, comme dans les beaux quartiers parisiens aujourd’hui, là où la grande bourgeoisie aime vivre entre elle et rejeter l’autre20. Il est d’ailleurs fréquent que la recherche de cet entre-soi génère plus de relations avec ses voisins que dans des rues ou des quartiers plus hétérogènes, où il est fréquent que l’on choisisse plutôt de garder ses distances21. Toutefois, la conquête d’un lieu par un groupe social ou « ethnique » n’est rarement définitive, tant l’espace urbain est l’objet de luttes d’appropriation dont les enjeux symboliques et sociaux sont lourds22. C’est pourquoi, au cours du processus d’industrialisation et d’urbanisation massive qui s’étend sur deux siècles, du XVIIIe siècle à nos jours, se redéfinissent, au gré des brassages de populations, des milieux de vie où la communauté d’une condition n’implique ni la confusion entre les groupes ni l’uniformité des destins. Au carrefour des mouvements migratoires – à l’échelle locale, régionale, nationale, internationale – et du côtoiement des populations dans un même espace, les relations qui, au jour le jour, se nouent sur fond d’altérité sont par conséquent au cœur de ce projet. Se pose ainsi la question des formes que prend la cohabitation effective entre des populations étrangères les unes aux autres, parfois étranges les unes aux yeux des autres, mais qui partagent toujours l’impérieuse nécessité de vivre les unes avec les autres.

9Toutes les contributions qui composent cet ouvrage prennent donc en compte ce qui relève du questionnement et de la construction de la notion d’altérité, comprise ici comme une réalité construite par une situation sociale, directement liée à la fois à des migrations de population et à des transformations qui affectent l’ensemble du corps social. L’altérité s’impose à partir de l’expérience même du multiple et, partant, de la confrontation des individus et des groupes sociaux. Cette notion peut s’envisager à travers plusieurs ambivalences problématiques : celle de l’autre ami/ennemi, avec qui l’on peut instaurer des relations coopératives ou au contraire conflictuelles, celle de la hiérarchisation normative de stades de civilisation, notamment dans le cadre de l’immigration étrangère ; celle, enfin, de l’opposition entre diversité et différence, qui peut donner lieu à l’érection de frontières autour des groupes sociaux, comme de lignes de partage en leur sein. L’accent a été mis, également, sur la manière dont cette altérité est vécue par des populations amenées à vivre ensemble, selon quels modes elle est ressentie, sous quelle forme elle peut être pratiquée et de quelle manière elle s’élabore. Ainsi, deux voisins de palier ou de clôture peuvent ressortir à des identités catégorielles différentes, opposées parfois, et voir leur altérité respective se diluer dans l’effet de proximité. Dans ce cas, la proximité spatiale peut favoriser la rencontre, effacer les catégories dès lors qu’elle engendre la proximité sociale. Mais l’inverse est aussi vrai : placés dans le même cas de figure, des voisins peuvent, portés par la reconnaissance mutuelle, nourrir une animosité allant au-delà de leurs préventions initiales…

10Enfin, c’est précisément pour saisir le fourmillement des cas de figure que le primat de l’observation au ras du sol est ici délibérément privilégié. Toutefois, si les rapports de mitoyenneté, les relations à l’échelle de la rue, du pâté de maisons ou de l’immeuble et la vie du quartier sont premiers, ils ne sont en rien exclusifs, pourvu que l’on reste dans un monde de l’interconnaissance au quotidien. Ainsi, rien de ce qui, en procédant de l’emboîtement des échelles, influe sur le cours ordinaire des relations individuelles, n’est ignoré pour autant. C’est pourquoi l’on s’est également interrogé, par delà la diversité des cartes de voisinage, sur le regard porté par les institutions sur les rapports de voisinage nés des situations d’altérité, en questionnant par exemple les politiques publiques (logement, mixité sociale, etc.) et leurs conséquences à l’échelle micro- ou mésoscopique. En œuvrant à la construction du lien social, celles-ci induisent de nouveaux comportements et de nouvelles relations au quotidien dans l’espace local. Que ce soit dans l’ordre des réalités ou dans celui des représentations, il convient donc, pour mieux cerner des configurations toujours en mouvement, de faire la part de ce qui relève des différentes temporalités, depuis les structures séculaires jusqu’aux variations les plus circonstancielles.

11Comment voisine-t-on, en définitive, avec son étrange voisin ? Répondre à cette question serait prématuré, évidemment, tant il reste à faire dans ce domaine, qu’il s’agisse des comparaisons à l’échelle internationale ou des remontées dans le temps. Du moins avons-nous tenté de cerner quelques situations qui nous sont apparues comme autant de modèles d’intelligibilité des manières de voisiner en milieu urbain au cours des trois derniers siècles, et qui sont déclinées ici, dans une perspective résolument pluridisciplinaire, à travers les différentes contributions de ce livre.

  • Être contraint, s’accommoder : si la recherche de l’entre-soi est une pratique plus ou moins répandue selon le type de milieu urbain où l’on se trouve, la proximité subie reste très souvent le lot du plus grand nombre. Vétusté des constructions et perméabilité des cloisons qui laissent passer les bruits et les odeurs, promiscuité qui autorise à regarder ou à deviner celui ou celle d’en-face, entassement qui oblige l’interdépendance pesante : il est rare que la présence des voisins ne soit pas prégnante et ne s’impose sans qu’il soit possible d’y échapper. En conséquence, il faut bien épouser les contraintes qu’impose un environnement auquel on ne peut se dérober, s’en arranger et rechercher, le cas échéant, les voies du compromis. Chacun s’y essaie plus ou moins, et quiconque dépasse le seuil de tolérance communément admis suscite des réactions de défiance, voire d’hostilité. Pour s’accommoder des contraintes du vivre ensemble, il est souvent nécessaire d’inventer un entre-soi de l’intime ou bien de faire front contre le voisin qui dérange. C’est alors que sourdent, paradoxalement, des liens de solidarité entre ceux qui, ne serait-ce que le temps d’une fronde, se liguent contre celui qui met en péril un équilibre que beaucoup pressentent et ressentent fragile.
  • Se rencontrer, pratiquer le vivre ensemble : au quotidien comme dans les grands moments de la vie, la sociabilité de voisinage peut aussi se révéler bien plus sereine et pacifique que ne le disent trop souvent les sources documentaires. Intérieur des immeubles, venelles et parties communes, trottoirs et placettes sont autant de lieux mi-clos où l’on travaille, l’on échange, l’on joue et l’on plaisante de manière tantôt calme et paisible, tantôt vive et enjouée. Ainsi, le voisinage n’est-il pas, entre autres, le théâtre de prédilection des femmes quand il s’agit d’accéder à la parole en mettant en scène tout ce qui relève de la moralité et des mœurs ? Il prend alors figure de havre où l’on trouve protection, où les différences s’effacent tandis que les différends sont mis sous l’éteignoir pourvu que chacun se mette à cultiver d’abord ce qui unit. Les espaces intermédiaires, sis entre espaces publics et privés, ont une existence propre et peuvent générer du lien entre ceux qui les pratiquent. Reste à établir, par delà les manifestations ordinaires du bonheur de « voisiner », comment des relations faites de prévention, d’entraide, de partage évoluent dans le temps, comment elles s’organisent, comment elles s’articulent avec la revendication plus ou moins affirmée de l’intime. Petits riens, fragments de vie, bribes de paroles : autant de langages en acte qui, au détour du document, disent l’accidentel, le furtif, l’unique, mais encore l’ordinaire, le familier, l’habituel dans des relations laissées pourtant dans l’ombre à force de banalité et de répétition23. Partant le plus souvent du constat d’un déficit des relations de proximité, des projets récents, portés par des « aventuriers du quotidien24 », s’inscrivent ainsi, de nos jours, à l’articulation de la vague citoyenne et autogestionnaire des années post-soixante-huitardes et du changement social. Cet investissement délibéré des relations de voisinage, avec la volonté de conjuguer le confort de « l’entre-soi » et le bien-être du « chez soi », reste cependant très ponctuel dans l’espace social de la ville. Il se prolonge toutefois, aujourd’hui, par une volonté politique de redéfinir les lieux de proximité qui apparaissent comme un nouvel enjeu pour la puissance publique.
  • Se replier, ériger des frontières : quand elle est mal vécue, la conjugaison de l’altérité et des relations de proximité conduit à la définition de frontières plus ou moins poreuses. De préventions en crispations, des individus ou des groupes s’ignorent ou s’épient, médisent ou dénigrent quand ils ne restent pas sur le pied de guerre, prêts à en découdre. Rares sont les situations où, comme à Belfast aujourd’hui, des peacelines figent une situation territoriale et matérialisent la frontière de la haine au quotidien entre voisins de confessions différentes. Mais il est fréquent, en revanche, que des formes de sociabilité à qui l’on pourrait prêter, de prime abord, un rôle intégrateur s’avèrent en fait impuissantes à abattre des frontières invisibles. Celles-ci conduisent à la marginalisation ou à l’exclusion de l’autre ou des autres dont on se défie.
  • Se confronter, s’affronter : dès lors, du commérage à l’insulte et à la calomnie, de l’agressivité contenue à la rixe, de la concurrence à la volonté de nuire, tensions, rivalités, heurts, sont tout proches : passions et pulsions prennent le dessus pour laisser libre cours à une agressivité d’autant plus vive que l’on se trouve dans un monde sans retenue. Hommes ou femmes, le ton monte, les querelles s’enveniment et l’on finit par en venir aux mains pour laver un affront et recouvrer son honneur. Au demeurant, même si elle n’est jamais simple à démontrer, nul doute qu’il existe une conjoncture de la brutalité qui, elle aussi, modèle les comportements. Quand les temps sont difficiles, les tensions s’exacerbent et les accès de fureur sont plus fréquents. Pire encore : c’est alors que méchanceté et scélératesse trouvent tout simplement matière à s’exprimer le plus commodément et à entraîner, par jalousie ou appât du gain, dénonciations ou délations dont sont parfois victimes ceux qu’un sort funeste a désignés à la répression des autorités. Le sort des Juifs de Lens, pendant la Seconde Guerre mondiale, illustre ce cas de figure poussé à l’extrême.
  • 25 L’ouvrage de Sylvie Aprile et Emmanuelle Retaillaud-Bajac, Clandestinités urbaines. Les citadins e (...)

12Bien entendu, ces manières de « voisiner » se répondent les unes aux autres. Elles sont susceptibles de se nouer en des combinaisons multiples, d’évoluer dans le temps, voire de constituer des nœuds inextricables qu’il importe de démêler au mieux si l’on veut dévider l’écheveau des relations, toujours complexes, que l’on peut entretenir avec son « étrange voisin ». C’est, semble-t-il, au prix de questionnements de ce type, à la croisée des disciplines, que l’on pourra renouveler l’intelligence des grammaires de la ville25.

Notes

1 L’ouvrage d’Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle (Paris, Gallimard/Julliard, 1979), apparaît comme pionnier à cet égard. L’auteur y scrute les « minuscules rapports » qui se font et se défont dans cet espace mi-public, mi-privé à partir des archives judiciaires pour l’essentiel.

2 Cette expression vient sous la plume de Constance deGourcy et Daniel Pinson dans leur contribution à l’ouvrage collectif dirigé par Alain Supiot, Tisser le lien social, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2004, p. 169.

3 La contribution de Ghislaine Alleaume et Phillipe Fargues, « Voisinage et frontière : résider au Caire en 1846 », dans Jocelyne Dakhlia (dir.), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit (Arles, Actes Sud, 1998), illustre parfaitement cette démarche : de nombreuses lignes fragmentent la société et l’espace cairotes au point qu’il est nécessaire de jouer sur toutes les échelles possibles d’agrégation et/ou de division des populations pour saisir les cadres spatiaux où se nouent des relations de voisinage qui, paradoxalement, peuvent aller de l’évitement et l’ignorance réciproque, dans un espace minuscule, jusqu’aux relations intenses à des niveaux plus larges.

4 Se reporter, par commodité, à Françoise Choay et Pierre Merlin, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, PUF, 1987, ainsi qu’à Jacques Lévy et Michel Lussaut, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003.

5 Initialement paru en 1943, cet ouvrage se penche sur le North End de Boston, investi par les migrants italiens depuis la fin du XIXe siècle, dont il analyse le fonctionnement social « au ras du sol ». Devenu un classique de la sociologie mondiale, il a tardé à connaître le même destin en France, ce qui témoigne d’un certain manque d’intérêt des chercheurs français en sciences sociales pour les questions de quartier et de voisinage.

6 Il serait fastidieux de dresser la liste des travaux qui traitent de ces questions, de Claire Bidou (Les aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, PUF, 1984) à Sabine Chalvon-Demersay (Le Triangle du XIVe. De nouveaux habitants dans un vieux quartier de Paris, Paris, MSH, 1984) ou encore Claire Bidart (« Sociabilités : quelques variables », Revue française de sociologie, no 4, 1988, p. 621-648), jusqu’à des ouvrages plus récents, comme celui publié par Bernard Haumont et Alain Morel, La société des voisins. Partager un habitat collectif, Paris, Éditions de la MSH, 2005.

7 Voir par exemple Alain Cabantous, « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne », Histoire, Économie et Société, 1994/3, p. 427-439.

8 Voir le bilan historiographique dressé par Pierre-Yves Saunier, « La ville et ses découpages », dans un numéro des Mélanges de l’École française de Rome intitulé « Le quartier urbain en Europe » (Philippe Boutry, Heinz Gerhard Haupt et Yves Lequin, dir.), vol. 105, no 2, 1993, p. 375-403.

9 Ainsi dans Jacques Bottin et Donatella Calabi (dir.), Les étrangers dans la ville, Paris, MSH, 1999, ou bien encore dans Daniel Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe-début XIXe siècle), Paris, Fayard, 2000.

10 Voir par exemple Michelle Zancarini-Fournel, « Coexistence, tensions et confrontations entre ouvriers étrangers dans les usines de guerre du bassin stéphanois en 1914-1918 », dans Pilar Gonzales-Bernaldo, Manuela Martini et Marie-Louise Pelus-Kaplan (dir.), Étrangers et sociétés. Représentations, coexistences, interactions dans la longue durée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 385-393 ; ainsi que, dans le même volume, Judith Rainhorn, « Voisins en conflit. Italiens et Portoricains à New York dans les années 1930 », p. 395-409. D’autre part, la réédition de l’ouvrage de Sabine Chalvon-Demersay en 1998, avec une préface d’Howard Becker, illustre bien ce renouveau (Le Triangle du XIVe, op. cit.).

11 Ainsi, dans les grandes concentrations ouvrières du Nord de la France au XIXe siècle (Roubaix par exemple), les litiges portés à la connaissance du juge de Paix ne concernent que les dettes contractées et laissées en l’état par les uns et les autres au détriment des artisans et commerçants. Tout ce qui relève des frictions qui ne doivent pas manquer de se produire entre habitants des forts et des courées n’est jamais porté à la connaissance du juge. Il en est de même dans les fortes concentrations minières, où la vie des corons ne transparaît pas véritablement dans les archives judiciaires, alors même qu’à des périodes identiques, d’autres instances relevant de la justice de proximité sont constamment saisies par les justiciables pour quantités de litiges relevant des atteintes à la personne.

12 Voir, par exemple, dans les années 1990, la remarquable série « Français d’ailleurs, peuples d’ici » aux Éditions Autrement, qui éclaire successivement, entre autres, le Nogent des Italiens, les Juifs de la rue des Rosiers, les corons polonais du Nord, les Chinois du 13e arrondissement, le Champigny portugais, les espaces arméniens ou encore le Nanterre algérien des bidonvilles.

13 Voir Robert McKenzie, « The neighbourhood : A study of social life in the city of Columbus, Ohio », The American Journal of Sociology, no 27, septembre 1921.

14 Voir notamment Marc Vacher, Voisins, Voisines, Voisinage. Les cultures du face-à-face à la veille de la Révolution, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2007.

15 En remontant jusqu’au XVIIIe siècle, nous avons essayé de prendre en compte les sociétés urbaines où les densités d’habitants génèrent une réelle prégnance des formes de la promiscuité. Plus la taille des villes augmente et plus les immeubles, les rues, les quartiers forment un entrelacs d’espaces dont l’usage est un fait social affirmé.

16 Il n’est pas indifférent de constater que ce sont les architectes qui, de manière précoce, se sont montrés les plus curieux de cette question.

17 Voir Denis Bourget et Serge Karsenty (dir.), Regards croisés sur le lien social, plus particulièrement le chapitre « L’espace comme lien », Paris, L’Harmattan, 2005, p. 153-200.

18 Voir la notice « Voisinage. Espace considéré comme proche par un acteur donné », dans Jacques Lévy et Michel Lussault, Dicitionnaire de la géographie…, op. cit., p. 999-1000.

19 Bernard Haumont, dans Bernard Haumont et Alain Morel (dir.), La société des voisins…, op. cit., p. 11.

20 Michel Pinçon, « Des communautés peu ordinaires : élites sociales et comités de défense dans les beaux quartiers », dans Nicole Haumont (éd.), La ville : agrégation et ségrégation sociales, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 55-66.

21 Voir Peter Willmott, « Ségrégation et ‘entre-soi’ en Grande-Bretagne », dans Nicole Haumont (éd.), La ville…, op. cit., p. 67-83.

22 Pierre Bourdieu, « Effets de lieu », dans Pierre Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993, p. 159-167.

23 On pense alors nécessairement à l’archive judiciaire. Voir Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989.

24 Titre de l’ouvrage de Claire Bidou déjà cité.

25 L’ouvrage de Sylvie Aprile et Emmanuelle Retaillaud-Bajac, Clandestinités urbaines. Les citadins et les territoires du secret (XVIe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, constitue un exemple remarquable de ce renouvellement des questionnements.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540