Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les revues et la dynamique des ruptures

 | 
François Hourmant
, 
Jean Baudouin

4. Brèves réflexions sur la gestion du conflit intellectuel, à travers trois revues : Les Temps modernes, Esprit, Socialisme ou Barbarie

Goulven Boudic

Texte intégral

1Des nombreux travaux aujourd’hui disponibles dans le secteur de l’histoire ou de la sociologie des intellectuels français, deux figures contrastées semblent se dégager.

  • 1 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830, Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laï (...)

2Une première série d’études et de recherches permet d’identifier une première posture, que l’on qualifiera ici par commodité de « voltairienne », mais que l’on eut pu tout aussi bien qualifier d’« habermasienne » : celle d’un intellectuel prophète ou acteur central dans l’histoire de la construction de l’espace public démocratique. Incarnant la victoire de la raison, le triomphe de la vérité contre toutes les formes de traditions et d’obscurantismes, l’exigence de la liberté face à toutes les tyrannies politiques, militaires, judiciaires ou religieuses, l’irruption de l’intellectuel apparaît bien comme celle d’un « pouvoir spirituel laïque », pour reprendre une formule, aujourd’hui consacrée, de Paul Bénichou1.

3Symbolisée par la figure d’un Voltaire, cette première image se prolonge sous les traits d’un Émile Zola, mais aussi dans des expressions comme celle de « République des lettres », ou dans les tentatives institutionnelles récentes comme le Parlement des écrivains – la jonction des deux vocabulaires, démocratique et intellectuel, étant sur ce point parfaitement révélatrice.

4À cette première figure héroïque ou héroïsée s’oppose un autre visage a priori nettement moins flatteur de l’intellectuel en communauté. Considérés pour eux-mêmes, dans le cadre des institutions, groupes et organisations qui structurent la vie intellectuelle, les intellectuels offrent en effet une tout autre image, visée dans de nombreux travaux où transparaît le plus souvent un ton dénonciateur sinon carrément pamphlétaire. Querelleur, sectaire, idéologue, aveuglé par les passions, censeur, il ne se révèle au fond guère différent, dans ses pratiques et ses méthodes, des pouvoirs à l’abus desquels sa mission fondatrice semblait pourtant devoir l’opposer.

  • 2 « La pratique du logos rend apte à tout, au service du mensonge aussi bien que de la vérité » : Je (...)

5Malgré le contraste, il n’y a pas nécessairement d’opposition stricte entre ces deux figures, susceptibles de représenter les deux pôles de l’idéal et du réel. On peut aussi envisager de réconcilier historiquement ces deux figures, en y voyant deux aspects d’une même réalité, dépassant la contradiction entre la mission des temps originels et héroïques et le désenchantement des luttes routinières. Car en devenant un « pouvoir spirituel laïque », les intellectuels s’exposent inévitablement pour eux-mêmes aux affres et aux risques de la division, du conflit, et, par là même, aux délices et aux excès du pouvoir2. Comment imaginer d’ailleurs qu’ils eussent pu en être épargnés ?

  • 3 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jou (...)

6Il va de soi que, dégagé de la préoccupation polémique, notre propos s’inscrit plutôt dans la seconde veine évoquée, puisque la description proposée ici repose essentiellement sur l’examen de désaccords et sur leur mode de gestion. Dans cette optique, les revues constituent un observatoire privilégié : elles sont bien, comme les pétitions, les « sismographes » évoqués par Jean-François Sirinelli et Pascal Ory3. Cela suppose toutefois un regard particulier sur ces organisations. Car les évolutions, les ruptures ne sont pas le seul fait de l’apparition de tel ou tel nouveau titre. Elles sont bien aussi, insistons-y, dans leurs fonctionnements internes différenciés. Une telle conviction suppose qu’on déplace légèrement le regard traditionnel jeté sur les revues. Il ne s’agit pas ici de se contenter d’une analyse quelque peu surplombante, qui se satisferait de la qualification intellectuelle ou politique des revues en question. En d’autres termes, il ne s’agit pas tant de caractériser telle ou telle revue par le biais ordinaire de qualificatifs permettant de résumer et de situer son identité dans le champ complet des revues, que de penser la revue elle-même comme le lieu de surgissement d’un désaccord toujours possible, et partant de considérer son identité comme le fruit d’un travail, et non comme un donné définitif. Quelle que soit son identité, existentialiste, progressiste, trotskiste, personnaliste, libérale, conservatrice ou autres, la revue est ici saisie comme le lieu, l’espace de coopérations toujours potentiellement conflictuelles.

  • 4 Sans même parler de la tendance inverse… Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le socialisme e (...)

7L’existence de ces conflits est essentielle, dans la mesure où ils peuvent aller jusqu’à mettre en cause la vie même de la revue. « Les démocraties sont fragiles, surtout en milieu intellectuel », écrit ainsi Christophe Prochasson, en notant la propension des intellectuels à transformer en enjeux affectifs, passionnels et personnels des désaccords intellectuels et politiques4. Saisir cette fragilité implique de passer par les « cuisines et arrière-cuisines », par l’accès à des données non-immédiatement proposées au lecteur, dans l’espace intime de la revue et de sa confection.

  • 5 Sur Esprit, cf Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années trente, Points-Seuil r (...)
  • 6 « La chèvre broute où elle est attachée », disait Henri-Irénée Marrou, reformulant à sa manière ce (...)

8Trois revues ont donc été choisies : Les Temps modernes, Esprit, Socialisme ou Barbarie. Évidemment, parce qu’à des titres divers, elles sont considérées comme des revues importantes dans l’histoire intellectuelle française de la seconde moitié du vingtième siècle5. Mais aussi, en raison de l’existence de certains documents disponibles – la tendance de tout chercheur étant de chercher la clé sous le lampadaire, puisque là est la lumière6… Deux fils conducteurs liés sont malgré tout suggérés ici, qui justifient la cohérence de ce choix : d’une part, la question du communisme, c’est-à-dire de l’attitude à adopter face à trois réalités distinctes mais liées (le marxisme, l’URSS, le PCF) et, d’autre part, la personne et l’itinéraire intellectuel de Claude Lefort.

  • 7 Sur Claude Lefort, voir notamment Claude Habib, Claude Mouchard et Pierre Pachet (dir.), La Démocr (...)

9Il est en effet l’un des acteurs du conflit opposant Sartre et Merleau-Ponty, au sein de la direction des Temps modernes. Il est aussi, cela est bien connu, l’un des fondateurs et animateurs de Socialisme ou Barbarie. Enfin, son parcours n’est pas sans lien avec Esprit, où, à partir des années soixante-dix, il a contribué, directement par ses contributions, et indirectement, par son statut de pionnier et de référence, à la formulation d’un nouveau projet, en rupture avec certains points essentiels du personnalisme fondateur d’Emmanuel Mounier7.

Sartre et Les Temps modernes, ou la logique de l’exclusion

  • 8 Voir notamment Jean-François Sirinelli, Sartre et Aron, Deux intellectuels dans le siècle, Fayard, (...)

10Évoquer les Temps modernes, c’est immédiatement faire surgir deux images, qui en constituent comme une sorte de sens commun. Première image : Les Temps modernes, c’est d’abord la revue Sartre. Seconde image : Les Temps modernes, c’est aussi une histoire de conflits, de brouilles et de ruptures, qui scandent indissociablement l’itinéraire de Sartre et l’histoire de « sa » revue – à commencer par la rupture, dont on ne parlera guère ici, mais qui a focalisé l’essentiel de l’attention et suscité tant de commentaires et tant d’interprétations, entre Jean-Paul Sartre et Raymond Aron8.

  • 9 Voir sur cette question, notre mise au point, « La responsabilité des intellectuels », Esprit, déc (...)

11Il faut bien dire ici qu’il y a un lien entre ces deux images, la première apparaissant largement comme le résultat de la seconde. Car n’ont pas toujours été « la revue de Jean-Paul Sartre », et s’ils ont été l’un des moyens, l’un des instruments de la domination de Sartre sur le champ médiatico-intellectuel à compter de la Libération, cette position dominante n’est pas seulement le fait du talent ou de la qualité de l’œuvre, mais aussi le fait d’une stratégie, d’un type de rapport au pouvoir qu’illustre la séquence du conflit Sartre-Lefort-Merleau-Ponty, assurément plus intéressante de notre point de vue que l’éternelle opposition Sartre-Aron9.

Classe et parti

  • 10 Premier volet d’une série de trois articles publiés en fait de 1952 à 1954, soit un total de près (...)
  • 11 Difficile ainsi de ne pas sourire devant de telles affirmations : « le panlogicisme de Hegel se do (...)

12La controverse entre Jean-Paul Sartre et Claude Lefort, dont le lecteur prend connaissance en avril 1953, est déclenchée par la publication d’un long article de Sartre au cours de l’année 1952, sous le titre demeuré célèbre « Les Communistes et la paix10 ». À quelques décennies de distance, l’objet même de cette controverse n’est pas sans susciter une certaine ironie, sinon une certaine incrédulité devant l’enjeu du débat, devant l’intensité des arguments échangés, mais surtout devant l’ampleur de l’arsenal théorique mobilisé comme devant la violence sourde des échanges11.

  • 12 Sur cette distinction entre progressisme et compagnonnage de route, voir nos développements dans L (...)

13Il convient donc d’en dire quelques mots. Dans « Les Communistes et la paix », Sartre opère et officialise un tournant dans son itinéraire politique personnel comme dans la ligne éditoriale des Temps modernes. Il abandonne désormais, et pour quelques années, toute perspective d’autonomie à l’égard du Parti communiste français. Sortant de l’optique et de la posture progressiste, il revêt maintenant la tunique du « compagnon de route12 ». Sartre justifie ce virage par sa réaction à l’arrestation du responsable communiste Jacques Duclos en 1952, dans la célèbre affaire des pigeons voyageurs, qui fait suite à la répression de la manifestation anti-Ridgway organisé par le PCF.

  • 13 La référence à Voltaire est pourtant explicite et très souvent utilisée par les biographes de Sart (...)

14Mais Sartre ne décide pas seulement de s’engager contre une éventuelle régression en matière de liberté publique. Il ne pose pas simplement un geste voltairien contre l’arbitraire politique et/ou judiciaire13. Il accompagne cette protestation d’un long argumentaire théorique dont il ressort une idée centrale qui figure au cœur de la controverse avec Claude Lefort : celle de l’identité de la classe et du parti.

La controverse Lefort-Sartre

15De fait, pour Claude Lefort, la question est essentielle et la controverse en quelque sorte inévitable, dans la mesure où il cumule au sein de l’équipe des Temps modernes deux caractéristiques originales : sa formation trotskiste militante et son parrainage par Maurice Merleau-Ponty. Son engagement trotskiste permet de comprendre le caractère inacceptable à ses yeux de l’habillage théorique du changement de position politique que Sartre entend consacrer aux Temps modernes. L’assimilation du parti à la classe ne peut que heurter Lefort, qui se refuse pour sa part à considérer les communistes comme autre chose que des staliniens. On conçoit bien dès lors tout le sens de l’effort pour réaffirmer la distinction du parti et de la classe, seule à même de légitimer la critique du stalinisme, seule à même encore de légitimer l’existence d’autres voies du socialisme. Lefort pose finalement le mouvement social comme distinct de son expression partisane communiste, renvoyée dans le registre de la déviation ou de l’instrumentalisation.

16Mais Lefort est aussi, on l’a dit, au sein de la rédaction des Temps modernes, l’un des seuls (sinon le seul) « merleau-pontien ». Il a été l’élève de Maurice Merleau-Ponty et, après son agrégation de philosophie, c’est ce dernier qui l’intègre à l’écriture des Temps modernes. C’est un aspect essentiel dans le déroulement de la controverse : de fait, même si Merleau-Ponty se défendra d’avoir en aucune sorte « instrumentalisé » Lefort, ce que Sartre lui reproche explicitement, il est clair qu’à travers Lefort, c’est Merleau-Ponty qui est visé, non pas exclusivement sur le fond, dans la mesure où Merleau-Ponty ne partage pas l’intégralité des positions de son ancien élève et s’engage au même moment dans une évolution politique personnelle qui le conduira à exprimer ses sympathies pour le réformisme mendésiste, mais sur la question de la répartition du pouvoir au sein de la revue. Ne sont donc pas seulement en cause des questions politiques, mais aussi, des vues divergentes sur le fonctionnement interne des Temps modernes.

17Ce que conteste en l’occurrence Merleau-Ponty, c’est le droit que s’arroge Sartre de définir seul, et ici de re-définir seul, la ligne politique de la revue. Car jusqu’alors, et en dépit des titres officiels, c’est bien à lui qu’avait essentiellement échu ce rôle, pour lequel il était même appointé chez Julliard, l’éditeur des Temps modernes. Jusqu’alors, autant que la revue de Sartre, Les Temps modernes étaient bien, au moins sur le plan politique, la revue de Merleau-Ponty.

  • 14 . Initialement découvert puis publié et présenté par François Ewald dans Le Magazine littéraire, av (...)

18L’article de Sartre en réponse à la première salve critique de Lefort apparaît dès lors pour ce qu’il est effectivement : une fin de non-recevoir, une lettre publique d’exclusion, un préavis de licenciement, le signe qu’il n’y a même plus lieu à débattre. Et il est difficile de ne pas voir qu’elle s’adresse à Lefort autant qu’à Merleau-Ponty, comme le suggère la correspondance échangée lors de cette controverse entre Sartre et Merleau-Ponty – correspondance restée inédite jusqu’en 199414.

« Une brouille qui n’a pas eu lieu » ?

19Ces trois lettres sont essentielles car elles obligent à ne plus se satisfaire de la seule version jusqu’alors disponible, celle de Sartre, qui, dans son hommage rendu à Merleau-Ponty, à l’occasion de la disparition précoce du philosophe, évoquait « une brouille qui n’a pas eu lieu », ce qui était une manière de se dédouaner de la responsabilité du départ de l’un des co-fondateurs et principaux animateurs des Temps modernes.

20Car ce que cet échange épistolaire nous apprend, plus de quarante ans après les faits, c’est que non seulement il y eut bel et bien brouille, mais qu’en outre, les motifs et les formes du désaccord sont très complètement posés d’un côté comme de l’autre. Rien de mystérieux en fait dans tout cela. Sartre se révèle dans ces quelques pages, comme il révèle les fondements de son argumentation. Reprochant à Merleau-Ponty de se retirer de la politique pour se réfugier dans la philosophie, de ne plus répondre à l’impératif de l’engagement qu’avait proclamé la création même des Temps modernes, il se montre par exemple tout particulièrement soucieux de certaines critiques que Merleau-Ponty se serait permis de formuler en public à propos du « revirement » opéré dans « Les Communistes et la paix ». Le « caprice de star » s’articule à une conception manichéenne du débat politique. Critiquer Sartre, explique en substance ce dernier, c’est fournir des arguments à la presse réactionnaire : « Si tu tentes de critiquer quiconque au nom de cette attitude, tu fais le jeu des réactionnaires et de l’anticommunisme, un point c’est tout. » Car telle est bien la lecture que Sartre se fait des termes du débat – et qui préfigure la célèbre formule justement employée dans l’hommage à Merleau-Ponty sur l’appartenance à l’espèce canine des anticommunistes. On est dans un camp ou dans un autre. Et toute possibilité d’une tierce position est exclue, ce que bien évidemment à la fois Merleau-Ponty et Lefort, pour des raisons certes différentes, récusent absolument, engagés qu’ils sont dans la recherche d’autres voies du socialisme.

21Je ne me suis pas retiré, je n’ai pas fait retraite, proteste Merleau-Ponty de son côté. Simplement, le philosophe estime ne plus pouvoir s’engager avec la foi d’antan :

À s’engager sur chaque événement, comme s’il était un test de moralité, à faire tienne, sans t’en rendre compte ou sans le dire à tes lecteurs, une politique, tu te refuses de gaieté de cœur un droit de rectification auquel aucune autre action sérieuse ne renonce, et surtout pas celle des gouvernements communistes, bien plus capables encore que les autres de revenir sur leurs décisions, et finalement, tu te trouves seul sur des positions que les communistes ont abandonnées – ce qui prouve qu’elles n’étaient pas les seules tenables pour eux.

  • 15 . Maurice Merleau-ponty, Les Aventures de la dialectique, Gallimard, 1955.

22Déjà s’élabore la critique que Merleau-Ponty portera quelques mois plus tard en 1955 contre l’« ultra-bolchévisme » de Sartre15. L’enjeu du débat mérite d’être exactement circonscrit. Sartre, sans adhérer le moins du monde au PCF, s’en fait néanmoins le défenseur permanent et systématique, alors que Merleau-Ponty, progressivement, s’éloigne de la position qui consistait à défendre « les unités d’action sur des objectifs limités », au point de s’engager bientôt aux côtés de Pierre Mendès-France, via L’Express, dans une posture désormais strictement réformiste.

23Mais surtout, au-delà même de ce désaccord stratégique et politique, ce sont les formes du débat qui prennent le dessus. La réponse de Sartre à Claude Lefort avait déjà constitué un avant-goût de la position du directeur en titre des Temps modernes. Sa correspondance avec Merleau-Ponty marque une progression dans l’intensité de ce qui est bien désormais un conflit. Car si Sartre concède à Lefort, qu’il considère comme un rédacteur mineur, le droit de critiquer dans les colonnes des Temps modernes sa propre position, tout en s’accordant le droit de répondre à la réponse, il refuse en revanche tout net à Merleau-Ponty toute possibilité de faire part de son désaccord dans les colonnes mêmes de la revue. Lui reprochant son inactivité récente dans la défense de quelques causes célèbres (Affaire Martin, mobilisation contre l’exécution des époux Rosenberg, etc.) – ce que Merleau-Ponty conteste d’ailleurs, rappelant qu’à l’occasion de chacun de ces combats il s’est engagé, mais en dehors de la galaxie des communistes et des compagnons de route –, Sartre lui interdit tout accès critique à la revue : « Simplement, tout bien pesé, il me semble que ta position n’est pas telle qu’elle puisse aujourd’hui s’exprimer dans Les Temps modernes ». Plus cynique encore, Sartre réserve sa réponse à la demande formulée par Merleau-Ponty de continuer à écrire des notes pour la revue car, écrit-il, « tu ne me dis pas si tu entends faire des notes a-politiques ou choisir ce biais pour introduire une « opposition » dans Les Temps modernes ».

Un mandarin de revue

24À terme, « je ne vois guère que toi, aux Temps modernes, qui puisse discuter avec toi », ironise Merleau-Ponty, qui se justifie encore une fois :

Je ne t’ai bien entendu jamais demandé d’accepter d’avance l’article que je prépare. Mais le refuser d’avance, faire taire quelqu’un qui a eu aussi ses lecteurs et qui a ainsi contribué à faire de la revue ce qu’elle est, lui retirer la parole au moment où on la change, l’empêcher de faire le point sur les questions mêmes qu’il y a autrefois traitées, voilà ce que j’appelle, moi, une « imperceptible pointe d’abus ».

25Indiscutablement affecté par le ton hautain et cassant de Sartre, Merleau-Ponty refuse toutefois de céder. Sartre, s’en rendant peut-être compte, tente dès lors de nuancer l’impression fournie par sa première lettre et accuse à son tour le coup devant la vigoureuse réponse de son ami. Mais rien n’y fait. Merleau-Ponty cesse donc toute participation aux Temps modernes. Une amitié prend fin.

26Fin aussi d’un coup de force qui révèle un Sartre chicaneur, susceptible, impérial. Un censeur. Un mandarin de revue comme on dit qu’il y eut, autrefois, des mandarins dans l’université. Cette fois, Sartre est seul avec le Castor. L’heure des épigones est venue.

La mise en scène du conflit : la revue Esprit

27Si Les Temps modernes apparaissent comme le vecteur de la domination de Sartre sur le champ intellectuel dans les années qui suivent la seconde guerre mondiale, il semble donc que cette domination passe en même temps par l’élimination progressive des potentielles oppositions internes, et par la construction d’un groupe cohérent, communiant dans la reconnaissance de la position centrale de Sartre.

  • 16 Sur ce point précis, voir notre article à paraître : « La gestion du conflit intellectuel ou Comme (...)

28Cette logique de l’exclusion trouve, à travers la revue Esprit, une forme commode de contre-exemple dans les modes de gestion du désaccord, où la priorité réaffirmée de l’échange et du dialogue s’accompagne de la nécessité proclamée de ne jamais rompre16.

29On peut en effet constater que la revue Esprit offre l’image d’un collectif où la confrontation et le désaccord semblent consubstantiels à la revue, recherchés et mis en scène, voire véritablement orchestrés. Le constat est peu contestable, même si son explication varie en fonction des grilles de lecture. Ainsi, par exemple, pour Anna Boschetti, le fait qu’Esprit recherche une forme de dialogue avec d’autres revues et se montre soucieuse d’associer à sa rédaction des personnalités appartenant à des cercles différents signe sa position dominée. L’explication est de toute évidence un peu courte.

Sur la question du rapport de la revue Esprit au communisme

30Comme au sein de l’équipe des Temps modernes, la question de l’attitude politique à adopter face au phénomène communiste (que cela concerne le marxisme, le Parti communiste ou le rôle de l’Union soviétique) est la source de débats internes et de divisions importantes au sein de la rédaction d’Esprit dans les mois et les années qui suivent la Libération.

31Pour diverses raisons sur lesquelles il ne s’agit pas de revenir ici en détail, les positions pour le moins réticentes, sinon hostiles au communisme, développées dans l’entre-deux-guerres sont très fortement nuancées par une grande part des rédacteurs qui entourent Emmanuel Mounier dans ses efforts de refondation d’Esprit à partir de la Libération. De nombreux signes attestent cette attention nouvelle sinon cette sympathie de certains à l’égard du communisme, dont le philosophe Jean Lacroix est l’incarnation la plus évidente.

32Toutefois, il n’y a pas sur cette question, comme sur de nombreuses autres, unanimité, loin de là. Fidèles à l’esprit de l’entre-deux-guerres, d’autres rédacteurs, non moins influents et représentatifs en un sens de la diversité des personnalismes, comme l’historien Henri-Irénée Marrou ou le politologue François Goguel, s’insurgent contre ce qu’ils estiment être une déviation sinon une trahison de l’idéal personnaliste. Certes moins bien organisés collectivement que les partisans d’une posture « progressiste », ils n’hésitent pas toutefois à faire valoir leur point de vue, dans la vie interne d’Esprit, comme dans ses colonnes.

33Le clivage, très rapidement identifiable, à compter de la fin de l’année 1946, se donne à voir dans les congrès Esprit, manifestations annuelles où s’opère la rencontre des rédacteurs et de certains des lecteurs les plus investis dans le fonctionnement des groupes Esprit, qui sont eux-mêmes la base du « mouvement Esprit ». La confrontation entre Henri-Irénée Marrou et Jean Lacroix, les joutes verbales qui les opposent deviennent même de l’aveu des participants une sorte de « rituel », suggérant une certaine mise en scène du clivage.

34Dans la vie de la revue, l’entretien du conflit semble jouer un rôle essentiel, qui contribue à expliquer la posture et les positions de Mounier. De fait, ce dernier se pose comme le garant de la diversité interne, et, face à la tentation que certains peuvent éprouver de quitter l’espace de la revue, en désaccord avec ce qu’ils estiment être les opinions dominantes, il travaille sans cesse par le discours à rassurer les uns et les autres, dans un registre où chaque affirmation est balancée par une nuance, une concession ou l’affirmation parallèle d’une limite. D’où d’ailleurs l’ambivalence de ses écrits, où se conjuguent proximité et distance, adhésion et critique, etc. Cette ambivalence qui permet finalement à chacun de voir ses positions reconnues dans le discours directorial peut parfois se retourner également contre Mounier, en ce sens que lui sont reprochés son « ninisme », ses balancements permanents, ses nuances interminables et son incapacité à s’engager vraiment. D’où sur ce point encore ses rappels à la distinction de l’action et de la réflexion, de l’intellectuel et du politique.

  • 17 Emmanuel Mounier, Œuvres, tome 4, Le Seuil, p. 585-595.
  • 18 Emmanuel Mounier, Entretiens, 9 juin 1936, note inédite citée par Michel Winock, op. cit., p. 164- (...)

35D’où aussi et peut-être surtout son insistance sur l’autonomie en dernière instance de la revue, qui est son véritable œuvre, et le lien opéré entre cette autonomie et la nécessaire diversité interne. Car la remise en cause de la diversité, de son point de vue, comme du point de vue de l’extérieur, attenterait à l’existence même de la revue. C’est le rapport à l’Église qui permet d’illustrer au mieux cette hypothèse. Car même non catholique en tant que telle, la revue s’inscrit dans les faits dans une configuration particulière du champ catholique, et une éventuelle condamnation mettrait en péril la survie d’Esprit. La menace s’en est déjà fait sentir, au milieu des années trente, lorsqu’une partie de la rédaction de la revue exprime son soutien au Front populaire. Inquiet de l’imminence d’une sanction pontificale dont Jacques Maritain l’a informé, Mounier retourne stratégiquement la diversité interne de la revue en argument de défense à destination des autorités catholiques : il est bon, dit-il en substance, que l’Église laisse une marge de liberté à ceux qui contribuent à accroître son audience. « Les contacts qu’a pu nouer Esprit avec une fraction de ceux qui sont aujourd’hui au pouvoir [au sein du Front populaire] peuvent être mis au service des intérêts spirituels de l’Église », écrit-il ainsi dans un « rapport privé à l’intention de M gr Courbe et de l’Archevêque de Paris17 ». Pour lui-même, le ton est très différent : « Il va falloir vivre pendant un an comme des révolutionnaires, avec des tactiques souterraines18. »

Béguin : une succession difficile19

  • 19 Sur Albert Béguin, voir Goulven Boudic, « Héritage de Mounier, succession de Béguin », Esprit, jui (...)

36La gestion interne de la diversité et des clivages devient assurément plus problématique avec la disparition de Mounier. De fait, et même si les témoignages sur ce point sont plus divers que ne le laisse penser une tendance réelle à l’enjolivement sinon à l’hagiographie, Mounier était perçu par ses proches comme le détenteur d’une forme de légitimité charismatique. « C’était un saint », diront même certains, et à ce titre, il disposait d’une aura qui peut permettre de comprendre la fidélité de certains rédacteurs, au-delà des désaccords ponctuels.

37Or, de cette autorité, son successeur ne dispose pas. Albert Béguin se trouve dans les faits d’emblée contesté, et il lui faut à son tour déployer des trésors d’imagination et force temps, afin que le clivage central autour du communisme ne se traduise pas par des départs collectifs, des désaffections massives ou des scissions éventuelles. L’exercice est d’autant plus complexe que Béguin, soucieux probablement d’apporter sa propre marque à l’histoire de la revue prend parti plus souvent que Mounier dans les débats internes, au risque de se faire rappeler à l’ordre par l’une ou l’autre tendance. La critique, qu’il mène et encourage, du « progressisme de certains » lui vaut l’hostilité de ces derniers, que ne compensent pas intégralement les encouragements d’un Marrou ou d’un Goguel, peu investis dans le quotidien de la revue.

38La présence des progressistes reste toutefois une nécessité pour Béguin, au-delà de ses propres positions et de ses propres préventions. Aussi ne peut-il pas rompre brutalement avec eux, du fait de leurs rôles dans l’histoire de la revue, et de leur proximité passée avec le fondateur. Il faut ici souligner le rôle essentiel joué, dans la coulisse, par Paul Flamand, soucieux que le clivage ne dégénère pas, au point de déborder du seul cadre de la revue et d’affecter Le Seuil, la maison d’édition avec laquelle elle est liée par tant de liens personnels.

Jeanson

39C’est ce qui contribue à expliquer qu’au moment même où Sartre et Merleau-Ponty se déchirent sur la question du communisme et du rapport au « Parti de la classe ouvrière », la situation d’Esprit offre l’image d’un mode de gestion du conflit en tous points différents.

40La séquence de conflit choisie pour évoquer Les Temps modernes permet d’illustrer cette différence. Outre qu’elle dispose sur cette question de ses propres interrogations mais aussi de ses propres réseaux, la revue Esprit accueille aussi en son sein un rédacteur des Temps modernes, très proche de Sartre, en la personne de Francis Jeanson, incarnation de ces doubles appartenances qui révéleraient, selon Anna Boschetti, la « position dominée » d’Esprit.

41De fait, Francis Jeanson cumule une participation active aux Temps modernes et une présence dans les premiers cercles sartriens, avec une présence non moins active au sein de la revue Esprit, sans pour autant avoir une quelconque responsabilité dans la gestion quotidienne de la revue. Il apparaît en outre souvent dans une position de médiateur entre Sartre et les personnalistes d’Esprit, comme le suggèrent plusieurs correspondances dans lesquelles Jean-Marie Domenach le sollicite, afin d’obtenir par exemple de Sartre la signature de tel ou tel manifeste.

42Or, c’est Francis Jeanson qui vient, au congrès de 1952, défendre les arguments d’une position habituellement portée par Jean Lacroix, absent pour l’occasion. Reprenant à son compte l’essentiel de l’argumentation de son mentor, Jeanson incite ses amis personnalistes à abandonner leurs préventions pour s’engager résolument aux côtés du parti communiste et de l’Union soviétique. Béguin ne se trompe pas sur ce point, qui note dans son rapport qu’à l’habituelle opposition Lacroix-Marrou s’était substitué un affrontement Marrou-Jeanson. Loin de toute exclusive, la direction d’Esprit laisse donc la porte largement ouverte au débat et à l’expression de ces positions divergentes, au risque souligné par certains d’une impression de flou et d’incohérence. D’où d’ailleurs parfois la difficulté pour l’observateur de saisir ce que l’on pourrait présenter comme la position d’Esprit.

43Loin de susciter l’anathème, loin de justifier une quelconque logique d’exclusion, la diversité reste donc une donnée fondamentale de la revue Esprit sous la direction d’Albert Béguin. Francis Jeanson, à défaut d’être suivi, est au moins écouté, une place lui est faite. Son argumentation est considérée et débattue ; elle suscite la discussion, et, de ces débats, le sommaire de la revue témoigne. Et il faut souligner que non seulement Jeanson n’est pas exclu, pas plus d’ailleurs que ses contradicteurs, mais qu’il est amené à jouer un rôle important dans la prise de conscience du problème algérien à partir de 1954-1955 – problème qui aurait pu aussi être un exemple choisi de diversité et de gestion des conflits, tant il est impossible de résumer la revue à ses seules positions collectives, tant il est nécessaire au contraire de les réintégrer dans un ensemble plus large de positions, de questionnements et de débats.

44De cette attention au débat, de la prise en compte de la diversité, de la mise en scène des clivages, qui se proposent comme autant de caractéristiques d’un mode de gestion du désaccord intellectuel très éloigné de celui fourni au même moment par Les Temps modernes, une lettre d’Albert Béguin témoigne encore, que l’on veut citer ici comme contrepoint parfait de l’échange Sartre-Merleau-Ponty. S’adressant, à l’occasion de la préparation du Congrès de 1953, à l’économiste Henri Bartoli, l’un des chefs de file d’une lecture radicale du personnalisme, qui menace de boycotter cette rencontre et estime la revue engagée par Béguin dans des réorientations malheureuses, ce dernier écrit :

  • 20 Nos remercions ici Henri Bartoli qui nous a, entre autres lettres d’Albert Béguin à lui adressées, (...)

À la question que nous nous posions sur la France, vous avez votre réponse péremptoire, qui ne souffre pas discussion : vous en tirez la conclusion que votre présence est superflue […]. Pardonnez-moi : je vois là, moi, une raison péremptoire pour insister sur l’absolue nécessité de votre présence. Vous ferez la preuve de ce que vous affirmez, vous nous mettrez devant les faits et devant votre interprétation. Nous verrons si cela suffit à ruiner notre espoir de poser tout de même une question valable et pertinente. Mais nous ne la poserons valablement, pertinemment que si nous avons au départ votre contradiction, et tout au long de notre réflexion, votre vigilance20.

Beigbeder : un démenti ?

45L’opposition entre Les Temps modernes et Esprit, résumée ici à travers un couple antagoniste de type « exclusion » d’un côté, « éthique de la discussion » de l’autre, semble pourtant être contredite par certains faits, qui obligeraient à en nuancer fortement la portée. Car le débat qui nous sert d’arrière-fond, savoir le débat sur le communisme, est aussi le contexte dans lequel il faut replacer l’exclusion prononcée par le comité directeur d’Esprit d’un rédacteur dont le nom est aujourd’hui un peu oublié : Marc Beigbeder. Exclusion il y eut donc bien, et cette fois du côté d’Esprit, preuve que les choses ne seraient pas si simples.

  • 21 Voir sur ce point l’incomparable réédition par Bernard Comte des numéros de la « série lyonnaise » (...)

46Les faits, brièvement : Marc Beigbeder tout d’abord n’est pas un rédacteur de faible importance. Quasi-secrétaire de rédaction dans les années 1940-1941, il est l’auteur du texte qui a conduit à l’interdiction d’Esprit par le gouvernement de Vichy en août 194121. À la Libération, il assure la chronique théâtrale de la revue et, considéré par Mounier comme l’un des représentants de la jeune génération du personnalisme, il est intégré au comité directeur de la revue.

  • 22 Marc Beigbeder, Les Vendeurs du Temple, Éditions de Minuit, 1951 et Lettre à Esprit sur l’esprit d (...)

47La succession de Mounier par Béguin est toutefois pour lui l’occasion d’une réorientation profonde de ses convictions. Dans deux textes successifs publiés en 1951, il interpelle « les héritiers du personnalisme », afin qu’ils mettent en conformité leurs pratiques et leurs idées, et qu’ils rompent avec leurs préventions à l’égard du communisme22. S’il se distingue de la future position sartrienne, en insistant sur les motivations religieuses de son ralliement de fait au PCF, Beigbeder n’en aboutit pas moins à une position politique assez proche dans ses conclusions.

48Alors que Béguin se refuse de son côté à publier ses textes, Beigbeder s’engage dans une spirale conflictuelle avec le nouveau directeur d’Esprit, au point d’entamer une grève de la faim dans les locaux des Éditions du Seuil qui abritent alors la rédaction. Au terme d’échanges très vifs, Béguin décide alors de convoquer le comité directeur de la revue, qui réagit en excluant Beigbeder.

  • 23 Maurice Montuclard, Les Événements et la foi, Le Seuil, 1951.

49Au-delà des apparences immédiates, on peut penser toutefois que cette exclusion ne vient pas contredire l’existence des deux logiques évoquées, qui renvoient à une différence essentielle dans les modes de gestion du désaccord intellectuel et politique. En effet, outre qu’il convient d’insister sur le caractère exceptionnel de la décision en question (c’est la seule exclusion en bonne et due forme dans l’histoire d’Esprit), il faut encore souligner que ce ne sont pas tant les positions de Beigbeder en elles-mêmes qui sont condamnées par cette décision, mais plutôt les formes que prennent ces dernières, la façon dont elles sont formulées. Il est surtout finalement reproché à l’exclu de n’avoir pas respecté la figure du fondateur (et cela, Béguin, pas plus que les progressistes du groupe ne sauraient l’accepter), et d’avoir recouru à des méthodes dignes du chantage le plus puéril et le plus grotesque, au risque d’attenter à l’image de la revue. Que ses positions ne soient pas la cause première de son exclusion, on en a la confirmation quelques mois plus tard, lorsque la revue met en effet à la discussion l’ouvrage de Maurice Montuclard, fondateur du groupe Jeunesse de l’Église. Alors prêtre, ce dernier en arrive à son tour dans Les Événements et la foi, à souhaiter l’établissement d’un rapport de confiance et de collaboration entre les catholiques avancés et les communistes23. Mais son ouvrage est discuté, dans un débat contradictoire qui souligne la diversité interne des points de vue sur cette option. Et l’occasion est ainsi fournie à la direction de la revue de préciser que la forme de l’argumentation compte autant que le fond.

50Ce que suggère au final cette exclusion, ce sont les limites à l’expression du désaccord, plus que la remise en cause de la légitimité du désaccord lui-même.

Socialisme ou Barbarie : la « revue-parti », ou le triomphe de la scission

51Le problème du désaccord et du conflit intellectuel et politique est également central dans l’identité et l’histoire de Socialisme ou Barbarie. Revue aujourd’hui mythique pour de nombreux observateurs de l’histoire intellectuelle de la seconde moitié du xx e siècle, elle fut toutefois très marginale du temps de sa parution entre 1949 et 1964. Elle doit sa renommée et sa reconnaissance rétrospective à toute une série de rééditions, ainsi qu’à la légitimité postérieurement acquise de ses deux principaux fondateurs et animateurs : Cornélius Castoriadis et Claude Lefort.

  • 24 Marie-France Raflin, art. cité.
  • 25 Futur directeur d’Esprit, de 1977 à 1989, entretien avec l’auteur.

52Il importe ici de rappeler, à la suite de Marie-France Raflin, que Socialisme ou Barbarie, autant qu’une revue, fut un groupe politique de l’extrême gauche trotskiste, composé à l’origine, selon les témoignages, d’à peine dix à vingt personnes24. Au départ tendance du Parti communiste internationaliste (PCI), le groupe se revendique comme parti autonome à compter de 1950, soit une année à peine après la parution de la revue. On mesure mieux dès lors sa marginalité, dans un contexte où le Parti communiste, le marxisme comme l’URSS jouissent d’une image valorisée par l’attention que d’autres fractions du champ intellectuel veulent bien leur témoigner. « C’étaient des espèces de “moines-soldats” d’un trotskisme violemment et obsessionnellement anti-stalinien », se rappelle Paul Thibaud25, qui se souvient encore de leur « propension à nous convaincre que la grève larvée d’une usine au fin fond de la Géorgie était l’annonce d’une chute définitive et générale du système soviétique. Et il y avait chez eux de manière générale une tendance très forte au sectarisme ».

53De fait, aux dires de certains membres du groupe, Socialisme ou Barbarie, dans son fonctionnement collectif, reproduit tous les stéréotypes et toutes les caricatures généralement forgés à propos des groupuscules d’extrême gauche. Les débats internes sont interminables, on se dispute pour une virgule, les querelles idéologiques se transforment en conflits passionnels, au point qu’on en perd de vue leur origine idéologique. L’opposition entre les deux co-fondateurs devient comme ritualisée, mais lassé, Claude Lefort, après avoir pris à plusieurs reprises ses distances avec la revue, en vient à la quitter définitivement en 1958. Il en laisse alors la responsabilité au seul Cornélius Castoriadis, qui décidera à son tour de la saborder devant « l’absence de perspectives politiques », en 1964.

  • 26 Sur Arguments, voir l’article de Gil Delannoi, «Arguments. 1956-1962 ou la parenthèse de l’ouvertu (...)

54Autant que le fonctionnement conflictuel et scissionniste de Socialisme ou Barbarie, le destin du groupe mérite l’attention. Car la sortie de la marginalité atteste l’épuisement progressif de la domination et de la fascination exercée par le communisme sur les intellectuels de gauche français. Une première jonction s’opère à la fin des années cinquante autour de la revue Arguments, composée essentiellement d’intellectuels révisionnistes (au sens originel du terme…), en rupture avec le PCF : Kostas Axelos, Pierre Fougeyrollas, Edgar Morin, etc.26. Mais ce sont surtout les années soixante-dix qui marquent l’accès des deux co-fondateurs de Socialisme ou Barbarie à une reconnaissance élargie un peu tardive.

55Il importe ici de souligner le rôle essentiel joué dans cette évolution par la configuration Esprit-Le Seuil. C’est Jean-Marie Domenach, le successeur de Mounier et de Béguin, qui édite ainsi l’ouvrage de Castoriadis sur L’Institution imaginaire de la société ; c’est aux Éditions du Seuil, encore, que Claude Lefort publie son commentaire de L’Archipel du Goulag, Un Homme en trop, en même temps que débute entre Esprit et les deux hommes une relation forte – mais malgré tout plus durable et plus évidente pour ce qui concerne Claude Lefort, dont l’œuvre et l’enseignement pèsent directement sur les orientations de la revue au cours des années soixante-dix.

  • 27 Edgar Morin, Claude Lefort et Jean-Marc Coudray (pseudonyme de C. Castoriadis), Mai 68 : La Brèche(...)
  • 28 Sur cette dernière querelle, voir l’article de Cornélius Castoriadis, « Devant la guerre », Libre, (...)

56Cette reconnaissance s’accompagne d’une nouvelle réconciliation entre les deux hommes (qui avaient déjà republié ensemble La Brèche, avec Edgar Morin, dans la foulée des événements de Mai 68)27, autour d’une nouvelle revue, Libre, où l’on retrouve l’anthropologue Pierre Clastres, mais aussi un ancien étudiant de Claude Lefort, Marcel Gauchet, qui, comme son mentor de l’époque, fréquente assidûment le groupe politique d’Esprit. Pas plus que Socialisme ou Barbarie, Libre ne survit toutefois à une nouvelle brouille, homérique et quasi-définitive, autour de la pertinence d’une remise en cause de l’interprétation de l’URSS comme régime totalitaire. Paralysée par l’opposition irréductible des deux caractères inconciliables, la revue disparaît après seulement huit numéros semestriels, en 198028.

57Les liens noués entre Claude Lefort et Esprit au milieu des années soixante-dix révèlent l’influence décisive de celui-ci dans l’élaboration de la thématique antitotalitaire que la revue va désormais porter comme un étendard, rompant définitivement avec l’ambiguïté de ses rapports passés avec le Parti communiste. Mais les échanges, les influences ne sont pas à sens unique. Autant qu’une réorientation de la revue, la présence de Claude Lefort renvoie à une évolution décisive dans sa propre œuvre, où la critique du stalinisme et du totalitarisme s’accompagne désormais d’une analyse de la démocratie qui vaut adhésion à la modernité démocratique – évolution que ne suit pas pour sa part Castoriadis, qui devient l’un des critiques les plus féroces de cette modernité, dans une fidélité à l’idéal grec de la Polis.

58Dans ce rapprochement que l’on observe tout au long des années soixante-dix, il faut également souligner le rôle essentiel et précurseur de l’un des ces militants, intellectuel « autodidacte » issu du militantisme syndical et politique, Jacques Gautrat, alias Daniel Mothé, qui est associé à la rédaction d’Esprit à compter du milieu des années soixante, après la publication remarquée de son ouvrage Ouvrier chez Renault.

  • 29 Claude Lefort, La Complication, Essai sur le communisme, Fayard, 1999.
  • 30 Olivier Mongin, Face au scepticisme, La Découverte, 1994.

59Mais on voudrait ici rapidement suggérer que ce rapprochement révèle aussi la rencontre d’une pratique avec sa théorie. C’est qu’en effet, la logique intégratrice à l’œuvre dans l’histoire d’Esprit renvoie parfaitement à la conviction démocratique qui structure l’œuvre de Lefort et à propos de laquelle il livre dans un ouvrage récent, La Complication, plusieurs éléments de nature biographique29. Rappelant la controverse entre Sartre et Merleau-Ponty dans des termes peu amènes pour celui qui « fut un maître à penser sinon pour toute une génération, du moins pour ceux qui cherchaient à demeurer ou à devenir des « bien-pensants » de gauche », rappelant encore le meeting organisé à la Mutualité par le Parti communiste pour contrer la publication des Aventures de la dialectique en 1955, il remet en scène ce que fut une certaine atmosphère du débat intellectuel français dans les années cinquante, sur fond de guerre froide. Mais surtout, contredisant la prétention scientifique du communisme, il suggère finalement que la démocratie suppose le respect d’un domaine du non-démontrable, du désaccord irréductible, conviction que l’on retrouve formulée en des termes très proches chez Paul Ricœur, autre pilier de cette réévaluation de la démocratie dont Esprit fut l’un des creusets au tournant des années soixante-dix/quatre-vingt. Ou encore chez Olivier Mongin, qui en digne héritier de Lefort et de Ricœur, dont il fut successivement l’étudiant, organise cette jonction de la pratique et de la théorie sous la forme de « l’intellectuel démocratique » : non seulement porteur d’une conception de la démocratie, mais aussi comptable d’une pratique démocratique du débat30.

En guise de conclusion

  • 31 Marcel Gauchet, La Condition historique, Stock, 2004.

60Dans un ouvrage récent d’entretiens, La Condition historique, Marcel Gauchet ironise gentiment sur un jeune étudiant, venu un jour le questionner dans le cadre d’une recherche sur Le Débat, la revue qu’il anime avec Pierre Nora depuis la disparition de Libre, en 1980, et se moque de la propension de cet apprenti-chercheur à vouloir identifier en son sein des « tendances », des « oppositions internes », des « conflits31 ».

61Peut-être avons-nous nous-même accordé ici trop d’importance à ces éléments qui renvoient aux coulisses, aux « arrière-cuisines ». Nous persistons toutefois à défendre la pertinence de ce point de vue pour les publications évoquées ici. Il faut rappeler l’un des points communs qui rapprochent, au-delà de leurs différences, ces trois revues : la tentation toujours présente, et parfois réalisée, de prolonger la position intellectuelle par un engagement partisan. Le point est évident, on l’a souligné, pour Socialisme ou Barbarie, inutile d’y revenir. Mais il faut rappeler que Sartre lui-même quelques mois avant le congé signifié à Merleau-Ponty s’engagea dans l’aventure du Rassemblement démocratique révolutionnaire (RDR). Et que dans la querelle elle-même, faute de pouvoir mobiliser l’équivalent d’une base militante pour trancher le conflit qui l’oppose à son ami, il en vient à invoquer l’absence de sanction au niveau du lectorat, qui viendrait ainsi valider son propre revirement : de l’enrôlement des lecteurs dans les conflits internes… Esprit naît de la volonté de doter un nouveau mouvement politique d’une publication de propagande, et la revue ne prend son autonomie que par la volonté expresse et le combat d’Emmanuel Mounier, qui la dote à son tour d’un « mouvement », de « groupes » et de « congrès », le tout fonctionnant comme un « quasi-parti ». L’articulation de ces deux niveaux, la revue et le mouvement, est d’ailleurs l’un des éléments en cause dans le débat entre adversaires et partisans du progressisme, voire du compagnonnage de route, redoublant d’un côté la défense du pluralisme de la revue posée comme société de pensée, et de l’autre, l’exigence de la cohérence du message au nom de l’efficacité du débat politique.

62Si la pertinence d’une telle grille de lecture est plus contestable pour Le Débat, c’est peut-être précisément parce que la création de cette revue s’inscrit en 1980 dans la revendication d’une rupture avec les formes de l’engagement sartrien ; parce que la revue traduit cette conscience, nouvelle, du rôle limité de l’intellectuel en politique ; parce qu’enfin, elle n’est pas à proprement parler une « revue collective ».

63Reste une certitude : la montée en puissance de l’idéologie démocratique et l’exigence affirmée du respect des règles de débat ne semblent pas s’être traduites, dans l’espace intellectuel français en tout cas, par la disparition des controverses. Quelques débats récents le suggèrent : cette foi nouvelle placée dans la démocratie, qui vient rompre avec une si longue tentation de l’exotique combinée à une non moins longue revendication de scientificité (la fameuse « rupture épistémologique »), n’a pas relégué l’affirmation des convictions au second plan. Assurément, le travail ne manquera pas aux futurs historiens des querelles intellectuelles.

Notes

1 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830, Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, José Corti, 1985.

2 « La pratique du logos rend apte à tout, au service du mensonge aussi bien que de la vérité » : Jean Guéhénno, Journal des années noires, cité par Frédérique Matonti, Intellectuels communistes, Essai sur l’obéissance politique, La Nouvelle Critique (1967-1980), Éditions La Découverte, 2005, p. 202.

3 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Armand Colin, 1986.

4 Sans même parler de la tendance inverse… Christophe Prochasson, Les Intellectuels, le socialisme et la guerre (1900-1938), Le Seuil, 1993, p. 60.

5 Sur Esprit, cf Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années trente, Points-Seuil rééd. 2000 ; Michel Winock, Esprit, des intellectuels dans la Cité, Points-Seuil, rééd. 1996 ; et notre ouvrage, Les Métamorphoses d’une revue, Esprit, 1944-1982, Éditions de l’IMEC, 2005. Sur Les Temps modernes, voir surtout Anna Boschetti, Sartre et Les Temps modernes, Minuit, 1985. Sur Socialisme ou Barbarie, voir Marie-France Raflin, « Socialisme ou Barbarie », Cahiers de l’IHTP, n ° 6, novembre 1987.

6 « La chèvre broute où elle est attachée », disait Henri-Irénée Marrou, reformulant à sa manière ce travers de l’historien, De la Connaissance historique, Seuil, 1954, rééd. Points, p. 57.

7 Sur Claude Lefort, voir notamment Claude Habib, Claude Mouchard et Pierre Pachet (dir.), La Démocratie à l’œuvre, Éditions Esprit, 1993.

8 Voir notamment Jean-François Sirinelli, Sartre et Aron, Deux intellectuels dans le siècle, Fayard, 1995 et Michel Winock, Le Siècle des intellectuels, Le Seuil, 1997.

9 Voir sur cette question, notre mise au point, « La responsabilité des intellectuels », Esprit, décembre 2001, p. 217-221.

10 Premier volet d’une série de trois articles publiés en fait de 1952 à 1954, soit un total de près de 400 pages de revue au final !

11 Difficile ainsi de ne pas sourire devant de telles affirmations : « le panlogicisme de Hegel se doublait d’un panstragiscisme ; et dans le marxisme pareillement […] », in Jean-Paul Sartre, « Réponse à Claude Lefort », repris dans Situations VII, Gallimard, 1965, p. 15.

12 Sur cette distinction entre progressisme et compagnonnage de route, voir nos développements dans Les Métamorphoses d’une revue, op. cit.

13 La référence à Voltaire est pourtant explicite et très souvent utilisée par les biographes de Sartre, qui font notamment de l’affaire Henri Martin, du nom de ce jeune marin, militant du Parti communiste condamné pour avoir distribué des tracts hostiles à la guerre en Indochine, son « affaire Calas ». Reste que Voltaire ne prétend pas dans sa vision personnelle de la tolérance épouser systématiquement les idées de ceux qu’il défend, mais se battre pour leur droit et leur liberté de penser différemment… « Je ne suis pas d’accord avec vous, etc. »

14 . Initialement découvert puis publié et présenté par François Ewald dans Le Magazine littéraire, avril 1994, cet échange a été réédité dans le recueil posthume de Maurice Merleau-ponty, Parcours deux, 1951-1961, Verdier, 2000, p. 129-169.

15 . Maurice Merleau-ponty, Les Aventures de la dialectique, Gallimard, 1955.

16 Sur ce point précis, voir notre article à paraître : « La gestion du conflit intellectuel ou Comment éviter la rupture ?, L’exemple d’Esprit ».

17 Emmanuel Mounier, Œuvres, tome 4, Le Seuil, p. 585-595.

18 Emmanuel Mounier, Entretiens, 9 juin 1936, note inédite citée par Michel Winock, op. cit., p. 164-165.

19 Sur Albert Béguin, voir Goulven Boudic, « Héritage de Mounier, succession de Béguin », Esprit, juillet 1998 et Goulven Boudic, « Albert Béguin, l’amitié et la revue Esprit », in Albert Béguin et l’amitié, Martine Noirjean de Ceuninck (dir.), Droz, Lausanne, novembre 2001.

20 Nos remercions ici Henri Bartoli qui nous a, entre autres lettres d’Albert Béguin à lui adressées, signalé celle-ci.

21 Voir sur ce point l’incomparable réédition par Bernard Comte des numéros de la « série lyonnaise », Éditions Esprit, 2004.

22 Marc Beigbeder, Les Vendeurs du Temple, Éditions de Minuit, 1951 et Lettre à Esprit sur l’esprit de corps et la contrainte par corps, Gallimard, 1951.

23 Maurice Montuclard, Les Événements et la foi, Le Seuil, 1951.

24 Marie-France Raflin, art. cité.

25 Futur directeur d’Esprit, de 1977 à 1989, entretien avec l’auteur.

26 Sur Arguments, voir l’article de Gil Delannoi, «Arguments. 1956-1962 ou la parenthèse de l’ouverture », Revue française de Science politique, vol. 1, 1984.

27 Edgar Morin, Claude Lefort et Jean-Marc Coudray (pseudonyme de C. Castoriadis), Mai 68 : La Brèche, Premières réflexions sur les événements, Fayard, 1968.

28 Sur cette dernière querelle, voir l’article de Cornélius Castoriadis, « Devant la guerre », Libre, n ° 8, Payot, 1980, et surtout la note 1, p. 243-244.

29 Claude Lefort, La Complication, Essai sur le communisme, Fayard, 1999.

30 Olivier Mongin, Face au scepticisme, La Découverte, 1994.

31 Marcel Gauchet, La Condition historique, Stock, 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540