Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les revues et la dynamique des ruptures

 | 
François Hourmant
, 
Jean Baudouin

3. Rupture et transformation au sein du catholicisme social : la revue Politique (1927-1940)

Yves Palau

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis loubet del Bayle, Les non-conformistes des années trente. Une tentative de renouvelleme (...)

1Présenter Politique une revue démocrate chrétienne, issue du catholicisme social, située au centre de l’échiquier politique, profondément réformiste et parlementariste, dans un volume consacré aux revues et à la dynamique des ruptures ne peut que surprendre. La suprise peut être plus grande encore lorsque l’on constate que cette revue est publiée au cœur de ces années de l’entre-deux-guerres et à contre-courant de ce fourmillement de mouvements et revues révolutionnaires ou réactionnaires, personnalistes ou monarchistes dont l’hostilité à « l’ordre établi » semblait être le slogan partagé permettant de les regrouper sous la dénomination commune de « non-conformistes ». L’étude de revues et de mouvements en rupture pourrait donc sans difficulté se concentrer plutôt sur un d’entre eux ou les analyser collectivement comme le fit Jean-Louis Loubet del Bayle1. Et pourtant, il n’est pas insensé de voir en Politique une revue de rupture si l’on considère que l’adhésion à un certain « conformisme » démocratique et républicain constitue une véritable révolution par rapport aux manières de penser, aux habitudes culturelles d’un milieu qui est celui des catholiques sociaux de l’entre-deux-guerres. La rupture dont il est question ici n’est donc pas celle qui pourrait se produire entre les idées défendues par une revue et la société mais entre ces idées et un courant doctrinal dont elles sont issues. Rupture intellectuelle et qui ne signifie en rien un éloignement de ces catholiques de leur religion ni de leurs associations d’origine. La rupture prend ici la forme de la transformation profonde d’une idéologie, opérée par une partie de ses militants qui aboutit à une séparation intellectuelle de leur milieu d’origine. Cette rupture par rapport à une tradition catholique génère par contre coup une sorte de conformisme sous la forme de l’adhésion à la culture démocratique et républicaine, largement contestée à la même époque par ceux qui se considèrent comme étant aux avant-gardes.

  • 2 Il est vrai qu’à la même époque paraît également une revue nommée les Cahiers.
  • 3 Encyclique Inter innumeras sollicitudines, promulguée par Léon XIII le16 février 1892.
  • 4 La revue fondée par Marcel Prélot et Charles Flory est composée d’un comité de rédaction au sein d (...)

2Mais de quelle rupture s’agit-il ? Elle est tout entière dans le titre choisi pour cette revue : Politique. En apparence celui-ci semble plutôt sobre et même pauvre conceptuellement : un seul mot sans adjectif ni genre ni adverbe qui lui donnerait sens et mouvement. Encore ce mot semble-t-il bien technique, descriptif. Nous sommes là bien loin d’Esprit ou de Réaction, encore plus d’Ordre nouveau ou de Jeune Droite2 qui à eux seuls valaient programme. Politique donc mais de gauche, de droite, du centre, libérale, socialiste, monarchiste, républicaine ? Ces questions qui nous paraissent à présent essentielles sont ici secondes. Pour y répondre rapidement, on pourrait qualifier la revue de républicaine et centriste, intéressée aussi bien par la théorie que l’action politique. Peu de rupture dans tout cela. Mais l’essentiel est ailleurs, il est dans l’entreprise menée par la revue non pas seulement pour réhabiliter l’action politique mais pour inscrire celle-ci dans une perspective démocratique. C’est-à-dire développer une culture démocratique en milieu catholique. Pas simplement l’acceptation plus ou moins résignée des institutions républicaines, ce mouvement est en marche depuis le Ralliement3 mais il n’implique ni les âmes ni les cœurs, il peut n’être que positionnement tactique. Ce dont il s’agit ici est une évolution d’une tout autre ampleur. Elle est rupture avec toute une tradition née du refus de la Révolution française et de ses conséquences et choix de l’adhésion à la démocratie dans toutes ses composantes, philosophique, culturelle, sociale, institutionnelle c’est-à-dire aussi du réformisme comme mode de transformation politique, à l’exclusion de toute vélléité de coup de force et de tout culte de l’homme providentiel. Réformisme qui implique à son tour une démarche programmatique orientée vers l’idéal chrétien. Tel est à la fois l’intérêt de l’étude de cette revue et la difficulté qu’éprouvèrent ses contemporains : les catholiques dont il est question ici ne sont pas des « repentis » ou des croyants qui auraient accepté une coupure radicale entre foi et action politique, mais ils ne sont pas davantage les défenseurs d’un cléricalisme, d’une subordination de l’État à l’Église. Ils tentent au fond d’agir politiquement en chrétien et de vivre leur religion en démocrates. L’adhésion dont il est question ici n’est donc pas une simple acceptation, elle implique un mouvement réciproque : un souci de christianiser la cité politique et de démocratiser la culture catholique. Cette adhésion reste bien sûr largement intellectuelle mais elle n’est pas le seul fait de quelques théoriciens. La revue, si distincte là encore des autres revues qui naissent à cette époque, n’est pas composée de seuls normaliens, universitaires et écrivains. Elle est également au cœur de toute une nébuleuse de mouvements catholiques dont certains sont composés de clercs, comme l’Action populaire, d’autres surtout de laïcs comme les Semaines sociales, quelques-unes sont orientés exclusivement vers le milieu catholique comme l’ACJF, d’autres plus ouverts et en prise directe avec la vie de la cité comme la CFTC et le Parti démocrate populaire4. Ce ne sont donc pas essentiellement des intellectuels isolés qui composent le comité de rédaction mais des personnalités souvent en charge de responsabilités syndicales, politiques, associatives. La revue n’est pas pour autant un simple porte-parole de ces différents mouvements. Elle est également, et même surtout, une fabrique mêlant réflexions théoriques sur la foi, la culture, l’économie, les questions sociales, les institutions et prises de position favorables ou défavorables vis-à-vis de telle loi, tel projet gouvernemental, telle opinion. En cela elle est au sens plein du terme une revue politique.

3Si la revue est en soi rupture avec la tradition du catholicisme social, dont il ne sera question ici que d’un de ses aspects : son projet, les échanges intellectuels qui le préparent et quelques articles qui le présentent en 1927. On pourrait voir en ce projet l’essentiel d’une rupture que les années de parution, jusqu’en 1940 vont déployer et approfondir. Elle porte principalement sur la manière d’aborder la (et le) politique dans les milieux catholiques. À l’exception des catholiques libéraux qui résolvent le problème en séparant radicalement religion et politique, les mouvements catholiques développent dans leur majorité une attitude de défiance vis-à-vis de la politique qui peut prendre les deux formes en apparence opposées du combat ou du retrait. Cette défiance se fonde principalement sur l’affirmation des droits de la vérité – plus concrètement ceux de l’Église – et la subordination de l’État à la religion. Certains vont en induire un retrait de la sphère politique dans une France laïcisée et un investissement dans les mouvements sociaux et d’autres vont prôner la constitution d’un parti catholique en vue de transformer la France dans un sens plus conforme aux intérêts et aux aspirations de l’Église. Sur tous ces points, la revue s’inscrit en rupture en lui opposant une vision du (et de la) politique considéré comme un champ autonome, dans lequel les catholiques doivent s’engager au même titre que les autres citoyens pour diffuser leurs valeurs dans la vie et les institutions de la cité. En réhabilitant la politique, la revue se trouve motrice d’une transformation du catholicisme social. Ce faisant, les collaborateurs de Politique tentent d’éviter deux écueils : celui de la privatisation de leur foi au nom de leur citoyenneté et celui du rejet de leur citoyenneté au nom de leur foi.

Aux fondements d’une rupture : la détermination d’un champ politique spécifique

4À travers les thèmes étudiés à l’occasion des travaux préparatoires au lancement de Politique, le texte de présentation de la revue rédigé en juillet 1926 et certains articles publiés en 1927 et 1928 dont le manifeste en tête du premier numéro, les collaborateurs de la revue s’appliquent à la détermination d’un champ propre au politique.

  • 5 On trouve en fait au sein de la revue un éventail de positions allant de la simple prise en compte (...)

5Cette entreprise repose d’une part sur un constat, la sécularisation de la société dont les collaborateurs de Politique induisent la nécessité d’une forme d’action différente de celle qui pouvait prévaloir auparavant, et d’autre part sur une conviction, la responsabilité du chrétien dans la cité telle qu’elle est déduite de la doctrine du catholicisme social. Ce constat largement partagé peut entraîner des conséquences bien différentes selon que l’on est catholique libéral ou intransigeant, la légitimation de la privatisation du religieux ou le rejet en bloc des valeurs et principes de la société moderne. Il en est de même pour la nature de la responsabilité du chrétien dans la cité, l’affirmation des principes éthiques pour les catholiques libéraux, la construction d’une contre-société pour les intransigeants. Le choix fait par Politique et à travers elle par la mouvance de ces catholiques républicains est à la fois celui de la prise en compte5 de la sécularisation de la société, du refus de la formation d’un parti catholique et de l’affirmation de la liberté de conscience. Ces trois options sont constitutives d’un champ politique spécifique et distinct du champ religieux.

L’acceptation de la sécularisation de la société : prérequis à la formation d’un espace public.

6Dans un article publié en décembre 1927, C. Flory exprime ce qui rend possible et légitime la formation d’un espace public autonome : la prise en compte de la sécularisation de la société. Cette prise en compte devient progressivement une acceptation. Elle marque un point de rupture avec le catholicisme intransigeant et c’est bien en ces termes polémiques que Flory l’expose :

  • 6 C. Flory, « La question religieuse et les élections » Politique, n ° 12, décembre 1927, p. 1 064.

Beaucoup ne se résignent pas […] à détacher leurs regards d’un passé religieux qui fut magnifique. Ils considèrent toujours la société actuelle comme une société chrétienne maintenue sous le joug de l’irréligion par des forces ténébreuses qui la violentent, et dont il suffirait de relever le courage et les cadres pour la mener à la conquête de son véritable idéal. Or, en dépit des succès parfois grisants des manifestations de leur fédération nationale, les catholiques constituent aujourd’hui une minorité en France, comme dans plusieurs grandes nations issues de la chrétienté. Ce fait, qui blesse de vénérables illusions, comporte des conséquences politiques qu’il serait puéril de vouloir nier. Dans un pays soumis à la diversité des croyances, sous un gouvernement d’opinion dont la majorité des électeurs disons les deux tiers – se révèlent indifférents ou hostiles à la religion, est-il possible de demander à l’État ces actes d’hommage officiel à Dieu et ces concours positifs à l’Église, qui étaient aux âges de foi, la conséquence naturelle d’une parfaite communion de la nation dans un même idéal spirituel6 ?

  • 7 D’autant plus que fondée en 1924 la FNC a pu être perçue, un temps, comme le creuset d’un futur pa (...)

7Les conséquences politiques que Flory en tire sont la rupture avec l’idéal de contre-société catholique et l’affirmation constante de la distinction entre les buts poursuivis par la Fédération nationale catholique7 et par l’action politique des catholiques républicains.

Un engagement politique distinct de la défense des droits de l’Église : le refus d’un parti catholique.

  • 8 J. Hours « L’activité religieuse de la restauration et ses conséquences politiques » Politique, n (...)
  • 9 Ibid., p. 997.
  • 10 Ibid., p. 1012.
  • 11 C. Flory « Le Vatican et l’activité politique des Catholiques français » Politique, n ° 4, avril 1 (...)
  • 12 C. Flory « La question religieuse et les élections » Politique, n ° 12, décembre 1927, p. 1065.
  • 13 C. Flory écrit ainsi « […] trop de politiciens fort peu désintéressés, ne demandent qu’à exploiter (...)
  • 14 C. Flory « Le Vatican et l’activité politique des Catholiques français » Politique, n ° 4, avril 1 (...)
  • 15 Flory distingue le laïcisme qu’il rejette en tant qu’idéologie rationaliste ayant pour ambition de (...)

8L’attitude de Politique à l’égard de la FNC révèle le souci des collaborateurs de la revue de développer l’action politique des catholiques sur de tout autre base que celle de la défense des intérêts de l’Église, en rupture avec des pratiques passées. Un article de l’historien J. Hours8 analyse les conséquences politiques de l’alliance du trône et de l’autel mise en œuvre par les catholiques intransigeants et rend ces derniers responsables pour partie de la réaction anti-cléricale du début du siècle. C’est, en effet, à ses yeux cette conviction que « […] pour rendre à nouveau chrétienne la société française aucun moyen ne devait être négligé et moins que tout autre l’action gouvernementale qui se trouvait à leur portée9 » qui est à l’origine du développement d’un culte qu’il juge superficiel, purement démonstratif, conduisant, en réaction, de nombreux Français à penser que « […] pour empêcher l’État de mettre sa puissance au service du clergé et d’exercer sur la vie privée et les actes de chaque citoyen une surveillance constante, il fallait le maintenir résolument hors de l’Église et lui interdire toute profession de foi catholique10 ». C’est en tirant les conséquences politiques de l’échec de l’alliance des puissances temporelle et spirituelle que les collaborateurs de Politique vont refuser toute formule de création d’un parti catholique qui, ne trouvant aucune unité politique, serait contraint à réduire son action aux seules revendications religieuses. Aussi, accentuant encore son propos, C. Flory commente-t-il11 une lettre du cardinal secrétaire d’État adressée au général de Castelnau en y distinguant l’invitation du prélat adressée aux catholiques de s’unir pour la défense de la religion et la reconnaissance de leur liberté d’opinion et donc du pluralisme politique. Encore cette défense de la religion se limite-t-elle à l’élaboration d’un cadre légal offrant une sorte de neutralité bienveillante, « politiquement parlant, la question religieuse se ramène donc aujourd’hui à obtenir, avec le respect de la force morale que représente l’Église, les libertés nécessaires à l’accomplissement de sa mission spirituelle12 ». En fait la question religieuse embarrasse C. Flory qui la voudrait définitivement réglée tant elle contribue à brouiller la distinction qu’il veut établir entre les options politiques et l’appartenance religieuse13 et à présenter l’action publique des catholiques sous l’angle de la seule défense d’intérêts particuliers alors même qu’ils doivent « […] donner en toute chose l’exemple du dévouement civique et d’un intérêt passionné à la grandeur de la Patrie14 […] » La réflexion de Flory, si elle part du constat de la sécularisation de la société semble aussi en prendre son parti – il est favorable à celle de l’État – tant il est vrai qu’elle légitime un champ politique autonome qu’elle a d’ailleurs rendu nécessaire15.

  • 16 Charles Blondel « Les rapports de l’Église et de l’État » note du 16 décembre 1925, archives Flory(...)
  • 17 Ibid., p. 7.

9Une note rédigée en décembre 1925 par Charles Blondel dans le cadre des travaux préparatoires au lancement de Politique et marquée du sceau confidentiel éclaire plus précisément encore ce que sont les orientations de la revue sur cette question. Il dénonce les deux tendances à l’œuvre dans la manière de régler les relations entre Église et État, « l’ecclésiosticisme » qui met l’État au service de la défense de l’orthodoxie catholique et la dérive symétrique que représente « l’étatisme », l’État se constituant en Église et élaborant sa propre conception morale et spirituelle. Il s’agit alors de clarifier l’attitude des catholiques ceux-ci ne pouvant, sous peine d’être accusés de duplicité, s’opposer à l’étatisme au nom de la liberté de conscience et prôner « l’ecclésiosticisme ». La mise sur un plan d’égalité de ce qu’il juge être «deux tendances de même nature16 » est en soi éclairante, tant elle concerne le rapport à la vérité de ces catholiques pour lesquels celle-ci ne peut s’imposer par la contrainte sans aboutir à une « croyance pharisaïque17 » et ne peut pas plus légitimement disposer de la force que l’erreur.

La relativisation des « droits de la vérité » : un espace public fondé sur la liberté de conscience.

  • 18 Cette thématique est une véritable machine de guerre intellectuelle. Elle postule que seule la vér (...)
  • 19 L’éditorial de la revue décrira ainsi le champ politique : « […] la politique ne deviendra jamais (...)
  • 20 « Notes sur le libéralisme catholique », non-datées, non-signées. Archives Flory, dossier travaux (...)
  • 21 Ibid.

10Les années consacrées à la préparation du lancement de la revue sont également marquées par une réflexion intense sur la légitimité de la distinction à opérer entre l’action des catholiques pour la défense des intérêts de l’Église, conduite dans l’unité, et l’action politique des catholiques qui se mène dans la diversité et la pluralité. Ainsi s’explique que la réflexion sur les « droits de la vérité », thématique classique du catholicisme intégral, intransigeant ou non, ait une place primordiale dans ces réflexions18. L’émergence d’un espace propre au politique, considéré comme lieu de dialogue et d’échange19, davantage que champ d’affrontement des puissances implique en effet que l’État ne soit pas le simple « bras séculier » de l’Église, mais que surgisse une sphère publique laïcisée, il faut qu’une limite soit apportée à l’application des « droits de la vérité ». Cette limite pourrait être imposée au nom d’une attitude pragmatique, d’une vision réaliste des rapports de force, d’une acceptation résignée de la sécularisation de la société. Mais c’est pour eux, au nom même de la défense des droits de la vérité que le respect des consciences est nécessaire : « L’idéal ce n’est pas la protection de la vérité, exclusion faite de tout autre principe, c’est la protection de la vérité en tenant compte du respect des consciences, de la liberté de la foi, de l’ordre social et de la sauvegarde de la liberté de l’Église dans l’ordre spirituel20. » C’est donc au nom d’autres principes, celui de « la liberté essentielle de la foi », du « respect de toute conscience excusablement erronée », du « respect de l’ordre social » que les droits de la vérité sont relativisés. Plus encore, les « droits de la vérité » sont présentés comme inséparables de ses devoirs, c’est-à-dire des « devoirs de l’homme ou de l’institution qui possède la vérité21 », donc de ceux des catholiques et de l’Église qui apparaissent comme étant au fondement de l’action civique du chrétien déterminant ainsi la réhabilitation du politique engagée par Flory.

  • 22 C. Blondel, « Les rapports de l’Église et de l’État », Note du 16 décembre 1925, op. cit., p. 8.

11Pour Charles Blondel, comme pour Flory et Hours, la dérive vers une conception des « droits de la vérité » pouvant s’exercer par la contrainte est responsable du discrédit dont souffrent les catholiques de la part de l’opinion publique. Ceux-ci en sont grandement responsables car leur comportement qui « […] au lieu d’avoir la folie de la prédication et de l’apostolat n’a que la hantise du gouvernement qui mettra sa force au service de la religion explique, avec l’irréligion de l’État, la déchristianisation actuelle22 ».

  • 23 Ibid, p. 10.
  • 24 Ibid., p. 9.
  • 25 Ibid.

12Le rejet d’une politique faisant de l’État le bras séculier de l’Église n’implique pas le refus de voir l’État jouer un rôle en matière religieuse. Charles Blondel, fidèle en cela au catholicisme intégral – c’est-à-dire opposé à la privatisation de la foi – ne peut se contenter d’un État exempt de toute démarche spirituelle. Si l’État ne doit pas être au service de l’Église il doit néanmoins exercer sa fonction dans « l’Esprit de l’Évangile23 » : « C’est en exerçant de la sorte sa fonction propre que l’État fera à sa manière œuvre d’apostolat ; il est donc nécessaire que le christianisme pénètre dans l’État ; non pas pour vivre par lui mais pour l’inspirer dans sa tâche quotidienne24. » Blondel dessine ainsi en filigrane ce que devra être la tâche politique des catholiques : s’il confirme que la priorité n’est pas la question religieuse il n’oublie pas la tâche singulière des catholiques dans la cité qui, bien qu’agissant en citoyens parmi d’autres, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs, dans le respect des institutions, ne sauraient pour autant réduire leur foi à la sphère privée. Entre l’État et l’Église, il est donc « […] impossible de construire une fois pour toutes un système de collaboration équilibré et précis ; tout dépendra des circonstances et du rôle que l’État s’attribue25 ». On retrouve également cette confiance dans l’action des hommes plutôt que dans l’alliance des systèmes et des institutions pour la diffusion de l’esprit chrétien dans la société qui fondait déjà l’action des mouvements catholiques.

13L’acceptation des règles de la société sécularisée et la fidélité au catholicisme intégral donnent donc l’impulsion à une réhabilitation du politique appuyée sur la citoyenneté et la conviction qu’une politique d’inspiration chrétienne est possible. Les collaborateurs de la revue éviteront d’employer le terme de politique chrétienne pour tous les risques de mauvaise interprétation qu’il comporte. Néanmoins c’est bien une politique chrétienne qui est prônée, non pas au sens de l’alliance de deux systèmes mais d’une action politique inspirée par les principes chrétiens. La politique est alors chrétienne dans les buts qu’elle poursuit, les valeurs qu’elle développe, non dans les concordats qu’elle appelle ou les privilèges qu’elle induit :

  • 26 « Éditorial », Politique n ° 1, janvier 1927, p. 12.

Démocratie chrétienne traduirait donc assez heureusement notre idéal, si la formule ne présentait un double danger. Elle a été et demeure l’emblème d’une action plus sociale que politique et Léon XIII a authentifié cette acceptation d’une « bienfaisante action pour le peuple ». D’autre part, il nous semble qu’en dépit de toutes les précautions dont on entoure ces mots : politique chrétienne, démocratie chrétienne, monarchie chrétienne, on n’échappe jamais complètement au reproche d’accaparer pour des fins humaines et politiques, une institution divine dont le propre est de dominer tous les temps, tous les pays, toutes les formes contingentes des régimes26.

La réhabilitation de la politique comme vecteur de transformation du catholicisme social

  • 27 « Note sur un projet de revue politique » non-datée, non-signée, Archives Flory, 7 p.

14Les réflexions des collaborateurs de Politique sur la nature des rapports entre l’État et l’Église et sur le rôle du chrétien dans la cité se développent en 1925 et 1926 durant la phase préparatoire au lancement de la revue. Elles aboutissent à la rédaction d’un document confidentiel intitulé « Note sur un projet de revue politique27 », synthèse des principaux motifs devant conduire au lancement d’une nouvelle revue ainsi que de ses orientations les plus importantes. N’étant pas destinée à la publication cette note est écrite sans précaution de style et reflète l’accord auquel sont parvenus les principaux promoteurs du projet.

15Trois raisons déterminent le lancement de la revue, dont deux sont internes au mouvement catholique. Si le projet est en effet d’abord présenté comme la contribution des catholiques à l’étude et à la solution des problèmes que rencontre le pays, déterminé par le « devoir spécial des catholiques à cet égard », il s’agit essentiellement de remédier à la faiblesse de la doctrine politique des catholiques d’une part, de restaurer leur souci de l’esprit public d’autre part.

  • 28 Ibid, p. 2
  • 29 Ibid.
  • 30 Le PDP est fondé en 1925.
  • 31 L’Aube sera fondée en 1932.

16Cette carence de doctrine politique du milieu catholique a pour principal effet de laisser le champ libre à celle de l’Action française « […] en dépit de ses fondements positivistes ou rationalistes parce que, seule, elle […] offre un système abstraitement logique et des solutions cohérentes28 ». Contre cela, la revue entend rompre avec l’apolitisme apparent ou réel des générations précédentes du catholicisme social en élaborant des instruments d’études adaptés à la sphère politique et en formant les futurs responsables aux aspects les plus techniques des questions politiques afin de dépasser « l’attitude trop généralisée d’émigrés à l’intérieur ; ignorance des véritables problèmes et méconnaissance des réalités concrètes, exigences illimitées et impuissance pratique, tendance à un messianisme enfantin conduisant aux solutions antichrétiennes de la politique du pire29 ». La sortie du ghetto engagée pendant la Grande Guerre ne peut s’effectuer sans un effort intellectuel visant à donner un contenu clairement programmatique au retour des catholiques sur la scène publique30. Cet effort doit précéder la diffusion des idées des démocrates populaires auprès d’un plus large public par la presse quotidienne à grand tirage31, une revue leur paraît par sa forme même la mieux adaptée :

  • 32 Ibid. p. 4.

Mieux que toute autre publication, la revue se prête au travail de collaboration. Elle permet le groupement ou la formation d’une équipe, en même temps que des concours plus étendus. La revue facilite le développement de la pensée et l’élaboration d’un programme qui se précise au jour le jour, sous l’action des événements, par approximations successives32.

  • 33 « Note sur un projet de revue politique », op. cit., p. 5.
  • 34 Ibid, p. 5-6.

17La revue est alors très explicitement conçue comme spécialisée dans l’étude de la politique « […] seul moyen d’attirer sur elle l’attention des spécialistes qui ne partagent pas nos tendances33 » et d’être ainsi reconnue comme organe d’élaboration à part entière d’une pensée. Précisant le sens que prendra l’effort doctrinal de la revue, les initiateurs de ce projet le résument ainsi : « La revue sera chrétienne dans son inspiration […] républicaine et démocratique dans son orientation34. » On retrouve l’inspiration chrétienne dans le refus du primat du politique, considéré en revanche comme espace autonome, et dans la volonté mise en œuvre par ces hommes d’induire de leur foi des applications pour le monde temporel. Mais cette expression du catholicisme intégral s’accompagne de l’affirmation du pluralisme politique dans lequel les collaborateurs de la revue s’engagent à inscrire leurs efforts orientés dans un sens républicain et démocratique. République et démocratie ne constituent plus le cadre auquel la « prudence » invite à se rallier, la simple adaptation à un rapport de forces défavorables mais indiquent avec plus d’ambition le sens véritable d’une action :

  • 35 Ibid., p. 6.

[…] nous avons, au point de vue politique, des raisons de donner toutes nos préférences à un régime qui fait appel à la collaboration des citoyens ; c’est sans restriction ni arrière pensée que nous donnons notre libre adhésion aux institutions actuelles, préoccupés seulement de leur assurer le meilleur aménagement et de les vivifier par l’esprit chrétien35.

18Cette phrase annonce ce que sera l’orientation constante de la revue et dessine le chemin parcouru par certains catholiques depuis le ralliement à la République. Une pensée originale émerge, reposant sur une fidélité sans faille, intégrale, au catholicisme et une adhésion pleine et entière à la République, non seulement à la lettre que représentent ses institutions mais à l’esprit démocratique qui les fonde. Cette fidélité et cette adhésion rencontreront souvent un double écueil, celui d’induire de la foi un principe politique déterminé et celui de les séparer absolument. Les collaborateurs de la revue vont donc devoir véritablement penser la politique en l’inscrivant certes dans une fidélité au catholicisme intégral mais en réinterprétant les éléments traditionnels du catholicisme social.

La fidélité au catholicisme intégral

19La réhabilitation du politique engagée par les collaborateurs de la revue se veut intégralement catholique en insistant sur deux points principaux, la notion de devoir des catholiques vis-à-vis des affaires de la cité et le refus du primat du politique au nom de sa soumission à la morale. La politique, pour important que soit considéré son rôle et autonome son espace, n’en est pas moins perçue, en effet, comme devant être au service de fins qui lui sont supérieures.

  • 36 C. Flory « Catholicisme et vie civique » dans La crise de l’autorité, Lyon, Chronique sociale de F (...)

20S’adressant aux auditeurs des Semaines Sociales de France en 1925, Charles Flory avait abordé, en qualité de président de l’ACJF, les raisons qui devaient conduire à l’engagement des catholiques dans la vie politique, et présenté leurs devoirs dans ce domaine. Il distinguait alors deux fondements à leur action dans la cité. Le premier est directement hérité de la tradition d’obéissance au pouvoir temporel et du devoir civique qu’elle implique, résumée par les paroles « Rendez à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César » et que Flory rappelle ainsi « […] nous sommes tenus d’obéir à la loi et de prêter notre concours à l’État, dès qu’ils ne nous commandent pas de participer activement à une injustice36 ».

21Le second fondement à l’action des catholiques dans la cité est en revanche plus novateur. Flory complète la part faite au réalisme en développant une conception plus ample de la vie civique qui reste fidèle au catholicisme intégral. Elle repose sur l’idée que le devoir des catholiques ne prend pas seulement sa source dans leur catholicité mais dans leur citoyenneté et cela non pas au nom d’un principe de séparation absolue entre les deux sphères temporelle et spirituelle mais au nom de la diffusion des valeurs chrétiennes à l’ensemble des membres de la Cité. On retrouve, en effet, ce souci de ne pas limiter l’action des catholiques à la défense religieuse et de l’étendre à l’ensemble des questions politiques :

  • 37 Ibid.

Comment pourrions-nous légitimement nous en désintéresser ? Comment nous dérober aux responsabilités qu’elles font peser sur nous ? Et si nous avons le devoir de nous en préoccuper ce n’est pas seulement, j’y insiste, parce que l’État ne saurait se mouvoir longtemps sans rencontrer le domaine d’action de l’Église, c’est parce que ces intérêts valent par eux-mêmes et réclament de nous, en stricte justice, toute l’attention dont nous sommes capables37.

  • 38 « En même temps qu’une erreur, les catholiques commettent une faute lorsqu’ils perdent contact ave (...)
  • 39 Ibid., p. 1061.
  • 40 Ibid., p. 1062.
  • 41 Ibid.

22Cette position qui est à la base de l’initiative que représente la parution de Politique conduit Flory à reprocher à ses coreligionnaires leur préférence pour la défense des revendications religieuses au détriment de leur engagement civique global38. À ceux pour lesquels aucune action civique ne peut être engagée, « […] tant qu’il n’aura pas été donné satisfaction à leurs essentielles réclamations39 ». Flory propose une attitude diamétralement opposée fondée sur le principe selon lequel « plus que des exigences à soutenir, les catholiques ont une fonction sociale à exercer40 » et sur l’idée que pour les catholiques comme pour les autres « […] le droit est sous la dépendance du devoir, qui peut consister d’abord à coordonner leurs efforts avec tous ceux qui, autour d’eux, seront faits loyalement pour assurer, dans le domaine national et international, les solutions les plus conformes à leur idéal de justice et de charité chrétienne41 ». Cette aspiration à une politique de la « main tendue » avant l’heure et de collaboration aux institutions républicaines qui est l’expression de l’entrée de plain-pied des catholiques dans la vie civique, ne trouve pas sa source dans l’abandon du catholicisme intégral mais au contraire dans son déploiement qui fait de la participation à la vie civique, non le lieu de la défense des droits du catholique mais un des champs d’expression de ses devoirs envers Dieu et les Hommes. Pour cette raison, Flory précise contre les catholiques enclins à la seule politique de défense religieuse, les exigences d’un catholicisme authentiquement intégral :

  • 42 Ibid., p. 1061-1062.

Sans doute, les solutions politiques ne se déduisent pas, comme en un théorème, des principes transcendants de la doctrine chrétienne, mais elles ne lui sont pas non plus étrangères. Précisément l’Église a pris soin d’ouvrir à ses fidèles les grandes voies de la justice sociale et de la paix internationale ; et lorsque des questions de cet ordre se posent devant la conscience publique, ceux-ci s’en désintéresseraient sous prétexte qu’il n’est pas fait droit à leurs justes réclamations42 !

  • 43 C. Flory « Le Vatican et l’activité politique des Catholiques français », Politique, n° 4, 1927, p (...)

23Cette position amène Flory à prôner dans la revue l’engagement des catholiques au sein de structures politiques dans le cadre de partis non-confessionnels déjà existants ou à créer : « L’action politique n’est pas seulement un droit, elle est aussi un devoir. La tendance n’est que trop fréquente, chez les Catholiques, de s’en écarter et de voir dans les partis, qui en sont l’expression nécessaire, un ferment fâcheux de division qu’il y aurait avantage à éliminer le plus possible43. »

  • 44 « Éditorial », Politique, n° 1 janvier 1927, p. 4-5. Ces propos sont complétés par ceux-ci : « La (...)

24Pour autant, cette réhabilitation du politique à laquelle s’emploie la revue n’implique pas sa primauté sur tous les autres aspects de l’action des catholiques dans la sphère temporelle. Si l’engagement politique se trouve réévalué par rapport à la considération dont il jouissait chez la plupart des catholiques, s’il dispose d’un champ autonome pour lequel les sciences les plus pointues, les méthodes les plus précises sont requises, il n’en demeure pas moins subordonné à la morale et aux fins supérieures qu’il a vocation de servir conformément à la tradition du catholicisme intégral. C’est ce cadre qu’inscrivent les collaborateurs de Politique lorsqu’ils précisent en éditorial du premier numéro : « Les sciences divines s’inscrivent au-dessus des sciences humaines. La politique et le politique n’échappent pas aux règles de la morale. L’État, loin de constituer un primat éthique doit se soumettre à des lois qui le dépassent44. »

25Si la revue reste fidèle à un catholicisme intégral, son œuvre de réhabilitation du politique la conduit à adopter une démarche de transformation du catholicisme social dont elle est issue. La principale est l’engagement dans une perspective réformiste, rompant avec la tradition corporatiste et organiciste.

Une rupture dans la culture politique : de la réaction à la réforme

  • 45 « Note confidentielle sur un projet de revue politique » Archives Flory dossier Politique, p. 2.
  • 46 « Éditorial », Politique, n° 1, janvier 1927, p. 8.

26Indiquant dans la « note confidentielle sur un projet de revue politique », les raisons déterminantes présidant à sa fondation, les collaborateurs de Politique placent au premier plan l’absence quasi complète de doctrine politique et en rendent responsable l’attitude de la précédente génération, notamment celle des militants de l’ACJF, et cette « illusion des aînés, qui pour des motifs d’ailleurs élevés et courageux, se sont détournés de l’action politique pour se consacrer exclusivement à l’action sociale45 ». Ce faisant, les collaborateurs de Politique entendent bâtir « […] toute une théorie de l’État, du gouvernement, des besoins et des libertés, éclairée par une juste métaphysique et s’épanouissant en institutions et pratiques politiques46 ».

27Cet effort pour réhabiliter le politique constitue une tentative originale dans la France de l’entre-deux-guerres. La cohérence que nous trouvons entre l’action de ces catholiques au sein de mouvements tels que l’ACJF, les Semaines sociales et la nature de leur activité au sein de Politique ne doit pas masquer la singularité de ce courant comparé à l’idéal corporatiste de catholiques sociaux encore largement inspirés par la pensée traditionaliste et au développement d’une vision technocratique dans les courants intellectuels les plus divers de l’immédiat après-guerre. Tous les deux participent en effet, sur des registres différents, d’une semblable dévalorisation du politique et se rejoignent parfois dans une mystique corporatiste sous la pression de plus en plus forte du « fait » économique. Apolitisme pour lequel l’essentiel réside dans la nécessité d’établir un partenariat entre les classes sociales en vue d’un « bien commun » ou d’un objectif légitimé par la rationalité, et apolitisme par décalque des structures et des règles politiques sur celles de la sphère économique, contribuent à instrumentaliser le politique, à le réduire à une pure technique ou à l’étude de « lois » sociales régissant les rapports humains et qui leur préexisteraient.

  • 47 H. Madelin « Analyse des motivations des chrétiens en matière politique » Politique et foi, Strasb (...)
  • 48 L’expression est de H. Madelin, ibid., p. 117.

28La profonde réserve des catholiques pour la politique qui trouve un mode d’expression circonstanciel dans une « mystique » corporatiste renvoie en fait à une méfiance traditionnelle. Cette méfiance pourra se manifester de deux manières différentes mais qui résultent d’un même apolitisme fondamental. Soit la politique est perçue par les catholiques comme une activité si importante qu’elle doit être confiée aux élites compétentes, à un État de préférence assez lointain et autoritaire pour dépasser, même artificiellement, les antagonismes soit elle est au contraire vécue comme si méprisable qu’elle n’est pas digne de leur intérêt. Double rejet qu’exprime ainsi H. Madelin : « Sacraliser ou dévaloriser la politique c’est toujours maintenir la violence dans une extériorité lointaine, soit en la mettant au pinacle où quelques individus magnifiques savent la retourner à leur profit, soit en l’abandonnant à l’adversaire par indifférence ou mépris47. » En revanche, la politique comme espace au sein duquel joue la concurrence entre des projets collectifs, des conceptions le plus souvent incompatibles, aboutissant au choix de l’un d’entre eux au détriment des autres, n’entre pas dans la culture chrétienne qui valorise toujours ce qui unit de préférence à ce qui divise. S’explique alors la réserve encore plus grande de certains catholiques envers la démocratie. Alors que l’activité politique n’est admissible par les catholiques qu’autant qu’elle serait dépassement des antagonismes, la démocratie sacralise ceux-ci, au moins méthodologiquement, comme expression légitime des opinions. La démocratie a donc pu accroître pendant au moins un temps la méfiance traditionnelle des catholiques à l’égard de la politique. Cela explique pour une part le souci constant des collaborateurs de la revue de souligner le lien entre leur engagement politique et leurs convictions religieuses. Il s’agit de convaincre un public catholique réticent, et l’affirmation d’un « spécifique chrétien en politique48 » est un argument utile. Mais afin d’éviter toute accusation de cléricalisme, cette recherche d’un « spécifique chrétien » ne concernera pas des options politiques précises mais la manière de les prendre, d’y penser, de poser les problèmes en termes moraux. Cette recherche, d’ailleurs utilisée de manière assez ambiguë dans la revue de C. FLory qui oscille entre la mise en valeur de l’apport singulier des chrétiens en politique et l’affirmation de valeurs humanistes universelles, semble être en fait un point de passage indispensable pour l’intégration totale des catholiques à la vie politique en même temps qu’une tactique utile pour la faciliter.

  • 49 Ainsi peut-on lire dans les premières lignes du premier article de Politique : « Lorsque nous avon (...)
  • 50 Ibid., p. 2.
  • 51 Ibid., p. 1.
  • 52 « Loin de le contester, nous reconnaissons même volontiers qu’il fut des heures où le devoir était (...)

29La revue s’inscrit contre cet apolitisme49 qui « […] ne constitue pas seulement une réaction diffuse de la masse anonyme. Elle donne naissance à de vrais systèmes50 […] ». Nationalisme, économisme, primat du social constituent quelques-uns de ces systèmes que la revue combat au nom de la réhabilitation de la politique. Accusés de développer un conformisme national et de transformer la France en une gigantesque usine, ces deux premiers systèmes ont conduit la politique à ne pas avoir « […] dans le jugement de nos contemporains, la place qu’en elle-même ou par rapport aux autres activités humaines, elle devrait occuper51 ». Mais c’est du troisième système généré par la primauté accordée au social que Politique a le plus à cœur de se distinguer, illustrant le mieux le chemin parcouru depuis les débuts des mouvements catholiques sociaux. Très habilement, la valorisation du politique est présentée comme le fruit d’une évolution, de la prise en compte du contexte historique des années vingt, différent de celui dans lequel ont milité les générations précédentes52. Cette attitude permet d’une part de légitimer l’action des catholiques sociaux au sein des mouvements du début du siècle, la priorité sociale données par l’ACJF et les Semaines sociales, et d’autre part de valoriser l’action politique présente comme la suite logique sans laquelle l’action sociale des catholiques serait incomplète :

  • 53 Ibid.

Tout était à reprendre en sous-œuvre dans le domaine des idées comme dans celui de l’action pratique. Aujourd’hui ce travail est largement avancé. Il se poursuit par l’intermédiaire d’organes soigneusement diversifés. On comprend sans peine que ceux-ci entendent se tenir en dehors de la politique, mais leur réserve même justifie ceux qui veulent en sortir53.

30Cet apolitisme combattu par la revue et qui est loin de signifier l’absence d’essence politique des doctrines qui s’en réclament, conforte les thèmes les plus traditionnels du catholicisme social, sa vision d’une société constituée d’ordres et de corps intermédiaires de toutes sortes, provinces, corporations et syndicats mixtes notamment. Les années vingt connaissent l’essor, parmi les catholiques sociaux traditionalistes et certains intellectuels conservateurs ou réactionnaires comme ceux proches de l’Action française, des idées de La Tour du Pin et de l’ordre social différencié, en une structure inégalitaire qu’il appelle de ses vœux, composée de professionnels très spécialisés et de techniciens. Pour beaucoup d’entre eux la conception organiciste de la société est d’abord une manière de condamner le système démocratique, le corporatisme un prétexte pour jeter à bas la représentation des individus et l’organisation des professions, une négation des libertés syndicales.

31En revanche, la réhabilitation du politique et sa supériorité réaffirmée sur l’économique, apparaissent bien comme la manifestation d’un courant du catholicisme social qui se veut davantage l’héritier d’une méthode, celle des cercles d’études, que de théoriciens de l’École du catholicisme social et qui percevant ses faiblesses doctrinales, produits de son histoire, entend avec Politique se constituer une pensée autonome. M. Prélot condense, le plus clairement peut-être, les objectifs assignés à la revue, son ancrage dans le catholicisme intégral et la part qu’elle prendra dans l’élaboration d’une doctrine politique propre aux catholiques républicains, au détour d’un article consacré à la troisième conférence internationale des partis démocrates d’inspiration chrétienne qui

  • 54 M. Prélot, « La 3e conférence internationale des partis démocrates d’inspiration chrétienne », Pol (...)

[…] ressentent aujourd’hui le besoin de se présenter à un monde nouveau avec un visage également renouvelé. L’héritage intellectuel des origines confessionnelles et sociales ne suffit plus à polariser les forces jeunes, à alimenter un programme de gouvernement. Au-delà, il faut découvrir les linéaments d’une doctrine proprement politique qui, nourrie de toutes les leçons de l’expérience serait animée aussi des plus hautes espérances de l’âme graciée. Tâche ardue, alors qu’il est si aisé, d’élever entre le spirituel et le temporel une cloison étanche ou de tirer de prétendues prémisses d’abusives conclusions ! […] De tels desseins constructeurs, nos lecteurs le savent, sont ceux mêmes que « Politique » considère comme relevant de son programme essentiel54.

  • 55 Notre analyse s’inspire de celle présentée dans l’étude de Jean-Marie Mayeur, « L’évolution des po (...)
  • 56 Ibid., p. 75.

32La fondation de la revue marque la prise en compte de la dimension politique sous trois de ses aspects55. Premièrement, l’élaboration des politiques en termes de programmes d’actions spécifiques dans des domaines différents de la vie sociale, en cela, la revue systématise une démarche déjà initiée dans les mouvements catholiques sociaux d’avant-guerre avec notamment les projets de politique familiale, de législations en faveur des mutuelles qu’ils présentaient. Politique suivra avec une attention particulière l’ensemble des politiques mises en œuvre par les différents ministères en commentant projets de lois et lois. En second lieu, la revue se préoccupe de penser le politique, c’est-à-dire la nature même du pouvoir. Celui-ci n’est plus perçu comme résidant tout entier dans l’État auquel les catholiques pourraient donner leur appui sans avoir à se déterminer sur la forme du régime, sous la seule réserve que les intérêts de l’Église soient assurés. Bénéficiant des analyses et des enquêtes sociales menées dans le cadre des cercles d’études, les collaborateurs de Politique affinent leur vision du pouvoir qui en démocratie trouve sa source et sa légitimité dans l’action des citoyens. La formation des hommes, l’élaboration d’une doctrine, en fait, tout ce qui concourt à l’accroissement de la force de conviction devient le plus important. Dans le cadre d’un pouvoir trouvant sa source dans l’État, l’essentiel réside dans le jeu des alliances et dans la constitution d’une Église comme structure concurrente suffisamment forte pour amener l’État à négocier voire pour tenter de le dominer. L’unité des catholiques est nécessaire et constitue un élément de cette force. En revanche, la réalité du fait démocratique rend la formation des individus beaucoup plus importante. Dans le cas de Politique qui ne constate pas seulement le fait démocratique mais qui adhère à ses valeurs, la conception traditionnelle du politique que se font les catholiques se révèle contradictoire avec les idées qu’elle défend. Ainsi l’action politique des catholiques doit-elle non seulement se dérouler dans la cité au nom du droit des chrétiens à participer selon leur foi et leur conscience à l’espace public, conséquence du « fait » démocratique, mais également par l’intermédiaire des partis politiques les plus divers, au nom de la pluralité des convictions, conséquence de l’adhésion aux valeurs démocratiques. C’est alors « laffirmation du pluralisme et de la légitimité d’engagements politiques différents dans la fidélité à l’Évangile56 ». Troisième aspect réhabilité, la politique comme espace d’affrontement en vue de la conquête du pouvoir. La diversité et la quantité d’articles portant sur les différents partis, leurs doctrines, leurs structures, les chroniques mensuelles de la vie parlementaire et ministérielle témoignent de l’intérêt que porte la revue à l’analyse des rapports de forces politiques et à la critique fonctionnelle des élites au pouvoir.

33L’évolution des catholiques sociaux ne peut être perçue sous l’angle réducteur d’un choix tactique. Elle montre la dimension purement historique de certains éléments qui avaient pu paraître comme consubstantiels à la théologie voire à la foi catholiques tels qu’une vision hiérarchisée du pouvoir, la conception organiciste de la société. Tout autant et peut-être plus que les analyses développées par la revue tout au long de son existence, jusqu’en 1940, le projet et l’ambition de Politique sont la véritable rupture avec un catholicisme social qui fut longtemps aux marges de la vie de la cité. Et c’est au cœur même de ce courant qu’est née la transformation permettant après la seconde guerre mondiale l’insertion, de plain-pied cette fois des catholiques à la vie politique.

Notes

1 Jean-Louis loubet del Bayle, Les non-conformistes des années trente. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris, Seuil, 1969, 497 p. Fort logiquement pas une seule ligne n’est consacrée à la revue Politique dont il sera question ici et qui peut apparaître comme très conformiste. Mais par rapport à quelle norme ?

2 Il est vrai qu’à la même époque paraît également une revue nommée les Cahiers.

3 Encyclique Inter innumeras sollicitudines, promulguée par Léon XIII le16 février 1892.

4 La revue fondée par Marcel Prélot et Charles Flory est composée d’un comité de rédaction au sein duquel se retrouve des dirigeants et anciens dirigeants des Semaines sociales avec Adéodat Boissard son secrétaire général, de l’Action catholique de la jeunesse française avec ses anciens présidents Charles Flory et François de Menthon mais également avec Marcel Prélot et Georges Bidault. La Confédération française des travailleurs chrétiens est également représentée avec Gaston Tessier son secrétaire général, d’anciens sillonnistes comme Ernest Pezet ou Victor Diligent mais aussi des responsables du Parti démocrate populaire avec Auguste Champetier de Ribes, Georges Hourdin, Robert Schuman ou Robert Cornilleau collaborent à la revue. Des personnalités indépendantes comme Wladimir d’Ormesson, Maurice Vaussard ou Hubert Beuve-Méry cohabitent alors avec des philosophes comme Maurice Blondel ou Paul Archambault et avec d’autres intellectuels, en exils en France comme Don Luigi Sturzo, Domenico Russo ou Francesco Luigi Ferrari.

5 On trouve en fait au sein de la revue un éventail de positions allant de la simple prise en compte de cette sécularisation à l’acceptation de cette réalité avec toutes les implications politiques qui sont liées à ces attitudes.

6 C. Flory, « La question religieuse et les élections » Politique, n ° 12, décembre 1927, p. 1 064.

7 D’autant plus que fondée en 1924 la FNC a pu être perçue, un temps, comme le creuset d’un futur parti catholique. La délimitation très nette du rôle de la FNC sera ainsi presque toujours accompagnée par les collaborateurs de Politique de la réaffirmation de l’impossibilité de la constitution d’un grand parti catholique en France.

8 J. Hours « L’activité religieuse de la restauration et ses conséquences politiques » Politique, n ° 11, novembre 1927, p. 996-1012.

9 Ibid., p. 997.

10 Ibid., p. 1012.

11 C. Flory « Le Vatican et l’activité politique des Catholiques français » Politique, n ° 4, avril 1927.

12 C. Flory « La question religieuse et les élections » Politique, n ° 12, décembre 1927, p. 1065.

13 C. Flory écrit ainsi « […] trop de politiciens fort peu désintéressés, ne demandent qu’à exploiter les mécontentements – trop légitimes – des masses catholiques, au profit d’une attitude de réaction politique et sociale qui est souvent à l’opposé des principes chrétiens auxquels ils se réfèrent. Tels les communistes utilisant, pour leur action dissolvante, les sentiments d’aigreur des « mals lotis ». N’a-t-on pas vu un groupement politique dont les maîtres faisaient profession d’athéisme, se livrer sur le terrain des revendications religieuses à une surenchère d’autant plus désinvolte qu’il ne souhaitait aucun succès de nature à raffermir les institutions parlementaires » (Ibid. p. 1066). Dans une note rédigée à l’occasion des travaux préparatoires à la fondation de la revue, on peut lire : « La question religieuse est-elle en ce moment la première en importance ? Est-elle surtout la seule ? Si nous ne voyons que celle-là :
a)nous manquons à notre devoir de citoyen,
b)nous sommes sûrs d’échouer car le meilleur moyen d’aboutir c’est de collaborer et d’entrer pour servir dans la maison qu’on prétend vouloir remettre d’aplomb. On reconnaît peut-être que les questions religieuses ne sont pas les seules ; mais on ne voit les autres questions que sous un rapport négatif : anti-socialisme, anti-communisme, et au nom de la religion on commence à combattre, sur le terrain politique, des partis politiques hostiles et non pas seulement en tant qu’ils sont anti-catholiques mais sur tous les points. (« la question religieuse et les élections » note non datée, non signée, archives Flory, sous-dossier questions doctrinales).

14 C. Flory « Le Vatican et l’activité politique des Catholiques français » Politique, n ° 4, avril 1927, p. 352.

15 Flory distingue le laïcisme qu’il rejette en tant qu’idéologie rationaliste ayant pour ambition de se substituer à la religion catholique de la laïcité à laquelle il adhère en revanche : « S’agit-il de donner à l’État, laïque par définition, l’indépendance légitime qu’il doit avoir vis-à-vis de l’Église, personne n’y saurait contredire et il n’est que de trouver, en dehors de tout esprit de combat, la formule pratique qui, suivant les conditions du milieu, réalisera le mieux cet idéal. » (C. Flory « La question religieuse et les élections » Politique, n ° 12, décembre 1927, p. 1063).

16 Charles Blondel « Les rapports de l’Église et de l’État » note du 16 décembre 1925, archives Flory dossier travaux préparatoires à la fondation de la revue Politique, p. 5.

17 Ibid., p. 7.

18 Cette thématique est une véritable machine de guerre intellectuelle. Elle postule que seule la vérité – et non l’erreur – ayant des droits, le faux n’étant pas égal au vrai, et le catholicisme étant la seule confession dans la vérité, celle-ci dispose de droits supérieurs – voire les seuls – à ceux dont pourraient disposer l’athéisme, les autres confessions ou religions. Ce mélange entre deux registres, celui du droit et celui de la vérité permet surtout d’imposer une stricte discipline aux catholiques, dans la mesure où cette vérité est définie dans le détail par la hiérarchie ecclésiastique et qu’ils ne peuvent la contester sans qu’il leur soit reproché de remettre en cause la totalité de leur identité.

19 L’éditorial de la revue décrira ainsi le champ politique : « […] la politique ne deviendra jamais une sorte de physique sociale, aux lois rigoureuses et mathématiques. Au contraire, les voix de la conscience et de l’intérêt viendront toujours passionner les conflits du forum et dans cette nécessité réside la source de leur incontestable grandeur » (« Éditorial », Politique, n ° 1, janvier 1927, p. 2).

20 « Notes sur le libéralisme catholique », non-datées, non-signées. Archives Flory, dossier travaux préparatoires à la fondation de la revue Politique.

21 Ibid.

22 C. Blondel, « Les rapports de l’Église et de l’État », Note du 16 décembre 1925, op. cit., p. 8.

23 Ibid, p. 10.

24 Ibid., p. 9.

25 Ibid.

26 « Éditorial », Politique n ° 1, janvier 1927, p. 12.

27 « Note sur un projet de revue politique » non-datée, non-signée, Archives Flory, 7 p.

28 Ibid, p. 2

29 Ibid.

30 Le PDP est fondé en 1925.

31 L’Aube sera fondée en 1932.

32 Ibid. p. 4.

33 « Note sur un projet de revue politique », op. cit., p. 5.

34 Ibid, p. 5-6.

35 Ibid., p. 6.

36 C. Flory « Catholicisme et vie civique » dans La crise de l’autorité, Lyon, Chronique sociale de France, 1925, p. 518.

37 Ibid.

38 « En même temps qu’une erreur, les catholiques commettent une faute lorsqu’ils perdent contact avec les réalités vivantes qui les entourent ; lorsqu’ils acceptent le rôle de minorité ethnique que leurs adversaires ne désirent rien tant que de leur faire jouer ; lorsqu’ils s’excluent de la communauté politique qui comprend de moins en moins leur point de vue, et tend à s’organiser en dehors d’eux, quand ce n’est pas contre eux. Ils font alors figure de factieux ou de citoyens diminués et compromettent les causes mêmes qu’ils entendent servir. » (C. Flory « la question religieuse et les élections », Politique, n ° 12, décembre 1927, p. 1062.)

39 Ibid., p. 1061.

40 Ibid., p. 1062.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 1061-1062.

43 C. Flory « Le Vatican et l’activité politique des Catholiques français », Politique, n° 4, 1927, p. 348.

44 « Éditorial », Politique, n° 1 janvier 1927, p. 4-5. Ces propos sont complétés par ceux-ci : « La politique pour n’être dans l’ordre des préoccupations humaines ni intrinsèquement ni chronologiquement la première, n’en vient pas moins à une place telle qu’on ne saurait jamais en traiter avec trop de soin et de sérieux. » (p. 5.)

45 « Note confidentielle sur un projet de revue politique » Archives Flory dossier Politique, p. 2.

46 « Éditorial », Politique, n° 1, janvier 1927, p. 8.

47 H. Madelin « Analyse des motivations des chrétiens en matière politique » Politique et foi, Strasbourg, Cerdic-Publications, 1972, p. 109.

48 L’expression est de H. Madelin, ibid., p. 117.

49 Ainsi peut-on lire dans les premières lignes du premier article de Politique : « Lorsque nous avons épelé ses syllabes, sans article ni épithète, au frontispice de la revue que nous fondions, il nous a semblé que ce premier geste était presque un défi à la popularité. Mais […] puisqu’il s’agissait d’un organe qui traiterait exclusivement de la vie publique, il convenait de le dire à tout venant et de déployer nos enseignes, dussent-elles, claquant au vent de la mêlée, écarter quelques adhésions» (« Éditorial », Politique, n° 1, janvier 1927, p. 1.)

50 Ibid., p. 2.

51 Ibid., p. 1.

52 « Loin de le contester, nous reconnaissons même volontiers qu’il fut des heures où le devoir était d’abord social. » Ibid., p. 4.

53 Ibid.

54 M. Prélot, « La 3e conférence internationale des partis démocrates d’inspiration chrétienne », Politique, n ° 8, août 1927, p. 757.

55 Notre analyse s’inspire de celle présentée dans l’étude de Jean-Marie Mayeur, « L’évolution des positions des autorités religieuses en matière politique », Politique et foi, op. cit., 1972, p. 59-79.

56 Ibid., p. 75.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540