Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les revues et la dynamique des ruptures

 | 
François Hourmant
, 
Jean Baudouin

1. De la double nature des revues et des ruptures

François Hourmant

Texte intégral

1Enchâssées dans un jeu sans fin de correspondances, les revues déplient leurs sommaires et leurs pages dans une double dimension. Elles façonnent les débats et offrent un rapport différencié au temps et à la réflexion. Plus distanciée que le journal soumis au diktat de l’immédiateté, moins prisonnière de la longue durée qu’implique le livre, la revue dessine une ligne singulière dans la polytonalité des engagements. Par sa cotisation de plume, elle concourt à la structuration de la configuration politico-intellectuelle. Tribune privilégiée d’expression, elle se situe bien à l’interface de l’événement qu’elle entend mettre à distance comme du livre dont elle prétend souvent rendre compte.

2Mais ce maillon irremplaçable dans la circulation des idées, instance de production, de propositions et d’expérimentations intellectuelles, est aussi un étrange objet atomique. À la fois formellement clos sur lui-même, corseté par un nom et une jaquette qui en fixent l’identité et en définissent les contours reconnaissables, il offre aussi, par la modulation des sommaires, les dominantes toujours recomposées des engagements et des valeurs. Microcosme en apparence figé, défiant, comme Esprit ou Les Temps Modernes, les ans et surmontant les résistances et les disparitions, il est aussi voué à muer au contact des idées, des événements et des hommes.

  • 1 Christophe Prochasson, Les années électriques (1880-1910), Paris, La Découverte, 1991, p. 160.
  • 2 Olivier Corpet, « Avant-propos », La Belle époque des revues. 1880-1914, Paris, Éditions de l’Imec (...)

3Par les liens qu’elle noue entre le monde du texte et le monde des auteurs et des lecteurs, la revue apparaît alors comme un mélange détonnant et approximatif de durabilité et d’instabilité. Elle ne peut être saisie que par un double rapport au temps et aux hommes. Marquée par la prévisibilité de la périodicité, la revue est hantée par le désir de durer. Le numéro fondateur indexe les suivants ; l’initiale et éphémère publication est bien un acte inaugural qui ouvre, dans l’indétermination, la chaîne du temps, suggérant et impliquant succession et accumulation, fixant dans l’intermittence des parutions les linéaments d’un enracinement. Pourtant, la revue est aussi guettée par la menace de sa disparition, soumise aux aléas de la conjoncture politique, des revirements financiers, des dissensions intellectuelles ou des rivalités existentielles. « Lieu de vie1 », elle fonctionne alors comme matrice et comme cible, catalyseur d’affinités et accélérateur de particules d’inimitiés. Ce « fait éditorial total2 » est soumis au jeu brownien de la rupture, à la fois centre de gravité d’un genre et force centrifuge.

4Transversale et polymorphe, la rupture est donc consubstantielle à la vie des revues qui y puisent souvent leurs impulsions initiales. La volonté de rompre (avec le « désordre établi », l’existentialisme, le PCF…) colonise de façon incantatoire les déclarations d’intentions ou les manifestes fondateurs ; elle fixe un contrat de lecture qui s’est figé en horizon d’attentes. Elle invite à prendre en compte l’ambivalence féconde que recèle toute rupture. En effet, si cette notion convoque banalement le registre de l’arrachement, de la césure, elle suggère aussi d’interroger l’autre versant, celui de l’agrégation, de l’aimantation ou encore du tropisme. Mouvement duel qui permet de rendre compte de certaines stratégies de sorties comme à l’inverse des flux d’entrants. Postuler l’existence d’une dynamique des ruptures implique donc de ne pas limiter celles-ci au sentiment ou à l’expérience de l’abandon, de l’abjuration (des convictions passées) ou de la perte (des idéaux, des repères politiques, idéologiques, des certitudes et des croyances, des amitiés…) mais aussi de les appréhender comme apport et sédimentation, enrichissement voire approfondissement par rapport à l’existant (nouveaux choix, départs, retours, réconciliations ou redécouvertes…). Derrière la rupture affichée, il convient alors de ne pas négliger la permanence ou la continuité à l’œuvre.

5Points de ponctuation inaugurant naissances, rebonds ou bifurcation, fixant seuils, stases ou point final, les ruptures constituent alors les pulsations de ce genre éditorial complexe, à la fois lieu de sociabilité, instance d’agrégation et de reconnaissance, tribune d’expression et de dissensions. Syncopées ou régulières, elles livrent la respiration particulière de chaque revue et contribuent à définir son identité et son mode de fonctionnement. Leur dynamique se prête à des mise-en-intrigues différenciées, permettant soit l’ample reconstitution de trajectoires plus ou moins heurtées ou privilégiant des micro-récits exemplaires et idiosyncrasiques.

6De façon évidente d’abord, la notion de rupture se décline au pluriel : intellectuelles, politiques, idéologiques, théoriques, générationnelles, elles émaillent la vie des revues et s’affichent par cet élément paratextuel qu’est le titre, seuil qui emblématise de façon de plus ou moins ostentatoire cette volonté d’émancipation à l’égard des orthodoxies, des dogmes ou des schèmes dominants. Si les revues des années trente multipliaient les affirmations radicales (Réaction, Jeune Droite, Ordre Nouveau), les revues étudiées ici témoignent également de cette aspiration à la nouveauté et au changement. Que dire justement de Contrepoint qui entend opposer aux sirènes libertaires qui s’épanouirent aux lendemains de Mai 68 les vertus d’un libéralisme revitalisé, de Libre, désaliénée des vulgates politiques et des modes intellectuelles ou encore plus récemment du webzine libertarien Le Québécois libre, foyer de stigmatisation radicale des pouvoirs établis et de diffusion d’une idéologie peu portée au compromis ?

  • 3 Jean-Louis Loubet Del Bayle, Les non-conformistes des années trente. Une tentative de renouvelleme (...)

7Les manifestes fondateurs redoublent et explicitent souvent cette volonté, arrimant l’audacieuse entreprise éditoriale au môle de la contestation. Dans son étude de la revue Politique, fondée en 1927 par Marcel Prélot et Charles Flory, Yves Palau montre bien que, derrière l’apparente neutralité et sobriété du titre, le projet est plus novateur comme le proclame une note : « La revue sera chrétienne dans son inspiration […] républicaine et démocratique dans son orientation. » Rompant avec le catholicisme intransigeant, la revue apparaît comme une fabrique de sens assurant la promotion, dans un milieu catholique longtemps réfractaire, des valeurs démocratiques et républicaines, tout en étant aussi une force motrice visant à opérer une mutation du catholicisme social, trop longtemps relégué aux confins de la Cité. En ce sens, Politique se trouve en situation de porte-à-faux sur deux plans. Elle est d’abord à contre-courant des revues réactionnaires ou révolutionnaires, personnalistes ou monarchistes, qui, désormais étiquetées sous l’appellation de « non-conformistes3 », proliférèrent dans l’entre-deux-guerres. Politique veut ensuite réhabiliter l’action politique, assurer une acculturation démocratique en milieu catholique et œuvrer à la transformation du catholicisme social en s’émancipant d’une double tradition à la fois corporatiste et organiciste. Elle n’en incarne pas moins une volonté de rupture si l’on considère avec Yves Palau « que l’adhésion à un certain “conformisme” démocratique et républicain constitue une véritable révolution par rapport aux manières de penser, aux habitudes culturelles d’un milieu qui est celui des catholiques sociaux de l’entre-deux-guerres ».

8Les sommaires ensuite balisent une ligne éditoriale, fixent les jalons d’une ambition visant à faire naître des lieux alternatifs de réflexion en apportant leur contribution à une configuration intellectuelle et/ou politique en permanente recomposition. Tel est bien par exemple le projet explicite de la revue Contrepoint analysée par Gwendal Châton comme des revues Textures et de Libre étudiées par Franck Berthot. Apparue en 1970, Contrepoint constituait en effet le maillon qui entendait travailler à la réhabilitation du libéralisme politique tout en poursuivant une critique du totalitarisme, s’inscrivant alors dans une filiation initiée, aux lendemains de la seconde guerre mondiale, par des revues anticommunistes telles que Liberté de l’esprit, Preuves, Le Contrat social, Est & Ouest. Mais au-delà de ce combat et cet héritage, Contrepoint se voulait aussi, en accord avec son nom, une entreprise de « contestation de la contestation » de Mai 68 ainsi que du champ intellectuel imprégné de marxisme et de structuralisme, une petite opération « d’insubordination à l’air du temps » selon l’expression du manifeste fondateur.

9Quant aux revues Textures puis Libre (Miguel Abensour, Cornélius Castoriadis, Pierre Clastres, Marcel Gauchet, Claude Lefort et Maurice Luciani), elles ont marqué un retour au politique loin des rivages du marxisme tout en s’efforçant d’assurer la promotion de la philosophie, longtemps éclipsée par l’essor et le succès des sciences sociales dans les années cinquante et soixante. Autour des anciennes figures de proue de Socialisme ou Barbarie se constitua un pôle intellectuel qui posa les éléments d’une réflexion critique à l’égard des grands récits passés. Présentée de façon éloquente par Claude Lefort comme « un lieu où l’on tente de penser Libre », cette dernière revue apparaît au moment même où s’impose avec acuité dans le champ intellectuel français, aux lendemains de l’affaire Soljénitsyne, la problématique totalitaire. Dans la filiation d’Un Homme en trop. Réflexions sur l’Archipel du Goulag, livre dans lequel s’élabore la réflexion de Claude Lefort autour de la pensée et de l’œuvre d’Alexandre Soljénitsyne, et au centre de laquelle se trouve la figure de l’Égocrate, les collaborateurs de Libre s’efforcent de prolonger le questionnement déjà à l’œuvre dans Textures sur la question du totalitarisme (elle-même déjà esquissée par les travaux de Socialisme ou Barbarie sur la nature du régime soviétique et la déviation bureaucratique) mais initient aussi un débat sur l’idée démocratique. C’est un article de Claude Lefort et Marcel Gauchet dans le numéro 2/3 de Textures en 1971 et intitulé « Sur la démocratie : le politique et l’institution du social », qui allait ouvrir au sein de Libre ce nouvel horizon à la réflexion mais aussi une brèche entre Lefort et Castoriadis.

  • 4 Claude Lefort, « La méthode des intellectuels progressistes », in Éléments d’une critique de la bu (...)

10Née en 1977, soit deux ans après la fin de Textures, Libre témoigne ainsi de la vitalité et de l’importance des revues comme laboratoires intellectuels. Elle s’insère aussi dans l’interstice temporel laissé vacant par la disparition de Contrepoint (1970-1976) et avant la naissance de Commentaire (1978). Cette convergence chronologique n’est pas neutre. Ce n’est évidemment pas un hasard si toutes ces revues, diverses quant à leurs inspirations et leurs substrats idéologiques, convergent sur la prise en compte du phénomène totalitaire et entendent mener une impitoyable dénonciation de « l’hémiplégie des intellectuels progressistes4 ». Au moment où éclate l’Affaire Soljénitsyne, où s’opère un désenchantement à l’égard du communisme, et où, en divers point du champ politico-intellectuel, se trouve instruit le procès du marxisme, ces revues, chacune à leur manière, ont participé à ce basculement idéologique qui s’est opéré en profondeur pendant cette décennie charnière.

11Si les sommaires ordonnent la grammaire idéologique qui sous-tend le projet éditorial et rendent lisibles les préférences et les permanences, ils fixent aussi, de façon indicielle, les dissonances et les désaccords. Ils portent la trace de ces révisions parfois déchirantes, des volte-face ou des palinodies, des abjurations mais aussi plus modestement des ajustements ou des atermoiements. Ceux de Tel Quel illustrent de façon caricaturale de cette apparente inconstance politique. Sa trajectoire contrastée retracée par François Hourmant oscille du non-engagement des débuts au ralliement au Parti communiste français à la veille de Mai 68 au nom d’une double radicalité politique et littéraire, avant de porter les traces des ultimes conversions, au maoïsme d’abord avant d’être happés dans l’orbe de la contre-culture américaine.

  • 5 Voir par exemple Jacqueline Pluet-Desplatin, « Une contribution à l’histoire des intellectuels : l (...)
  • 6 Alain Corbin, Historien du sensible, entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000, p. (...)

12Observatoires privilégiés de la vie intellectuelle5 et « laboratoires » où « sous forme de concentrés d’articles, germe la novation6 », les revues sont encore des sismographes qui témoignent des échos plus ou moins assourdis émanant de la sphère politique. À cet égard, l’expérience participative de Porto Alegre a fécondé un intense débat et une abondante littérature. Si tous les supports furent mobilisés pour défendre ou stigmatiser ce processus original de participation des habitants à la gestion locale à Porto Alegre, il est possible d’identifier des modes d’expression préférentiels. À partir d’une typologie identifiant opportunistes, adversaires et défenseurs de l’expérience portoalegrense, Marion Gret livre la « structure des opportunités médiatiques » : les premiers se contentent de quelques pamphlets ou des notes internes aux partis politiques ; les seconds plébiscitent la presse quotidienne à gros tirage ; enfin les derniers tentent d’annexer à la fois les espaces militants et la presse d’opinion, mais se singularisent par le recours à des supports plus académiques, en particuliers les revues scientifiques brésiliennes. Ces dernières ont pu alors fonctionner comme incomparable révélateur de l’expérience en permettant de dresser, à partir du nombre d’articles publiés, la courbe de l’optimum d’intérêt entre 1994-1998, cette dernière année marquant par ailleurs le point d’orgue avant un relatif oubli. Elles ont aussi offert aux chercheurs et aux universitaires favorables à l’expérience une tribune d’expression en accord avec leur position dans la configuration politico-intellectuelle brésilienne. De scientifiques, ces contributions se sont alors parées d’une dimension partisane, accréditant une forme d’interventionnisme réflexif permettant à la société d’intervenir sur elle-même en pulvérisant les frontières traditionnellement érigées entre travail scientifique, caractérisé par son ambition de neutralité, et l’engagement militant.

13Ainsi, par-delà les thèmes circonscrits, les manifestes ou les prises de positions programmatiques renvoyant à l’histoire d’idées ou à la sociologie du champ (politique, intellectuel, artistique…) qui rendent visibles et parfois irrévocables ces ruptures, les revues offrent aussi un espace privilégié à l’investigation sémiologique et narratologique par la prise en compte du paratexte (titres, format, mise en page…) qui proclame, parfois de façon plus ou moins ostentatoire, cette volonté de rupture, moyen de se poser en s’opposant, dans une itérative logique de distinction. C’est par exemple toute l’importance accordée par Tel Quel lors de sa parenthèse maoïste aux idéogrammes. Ces derniers redoublent les déclarations ou les calligraphies du président Mao fièrement exhibées en exergue de chaque numéro dans une vaste production sémiologique singeant les dazibaos et la geste révolutionnaire de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne.

14Mais les ruptures peuvent aussi être plus radicales sur le plan formel, aboutissant à la disparition pure et simple du support papier au profit d’une revue virtuelle. L’étude de Sébastien Caré sur Le Québécois libre, revue lancée en 1998 par Martin Masse, illustre le mariage qui s’est opéré entre l’idéologie libertarienne et internet. Au-delà du faible coût engendré par une revue virtuelle, la toile offre aux promoteurs du Québécois libre à la fois un espace de visibilité incomparable et un modèle d’anarchie efficiente, accréditant la pertinence du néologisme « cyberlibertarien ». Elle permet ainsi la mise en œuvre d’une stratégie de prosélytisme originale qui entend toucher le plus grand nombre de destinataires (près de 100 000 chaque mois) par une politique systématique de présence et de recensement sur les moteurs de recherches afin de favoriser la publicité des théories libertariennes, suivant en cela le conseil formulé par Friedrich Hayek invitant à créer un « climat d’idées » favorable dans l’opinion. Conçue moins comme laboratoire que comme vitrine francophone de l’idéologie libertarienne, elle se veut dans son projet résolument œcuménique. Le choix du webzine s’accorde alors parfaitement avec la philosophie politique dont elle assure la promotion et dont les deux orientations majeures peuvent être sommairement identifiées autour de la défense des libertés individuelles et le retrait de l’État dans tous les domaines. Cette revue en ligne offre alors un incomparable espace de liberté d’expression et de diffusion en dehors de toute régulation étatique. Lieu d’une libre circulation des idées et des opinions, le Net apparaît bien, selon le mot de Martin Masse comme « l’archétype de la société anarcho-capitaliste ». Rupture idéologique et rupture médiatique se trouvent ici intimement associées et consommées.

  • 7 Jean-François Sirinelli, « Le hasard ou la nécessité ? Une histoire en chantier : l’histoire des i (...)

15Mais en définissant une politique éditoriale, les manifestes et les sommaires tendent cependant à figer le sens et à produire une forme de continuisme idéologique ou théorique qui élude les discussions et les oppositions. D’où l’intérêt aussi d’explorer l’autre versant des revues – celui de la sociabilité, de la vie interne du collectif – afin de rendre compte des synergies mais aussi des conflits et des contradictions à l’œuvre. À ce titre, comme le note Jean-François Sirinelli, la revue « structure le champ intellectuel par des mécanismes antagonistes d’adhésion – par les amitiés qui la sous-tendent, les fidélités qu’elle s’attache et l’influence qu’elle exerce – et d’exclusion – par les positions prises, les débats suscités et les scissions apparues7 ».

16Dès lors, la revue doit être appréhendée non seulement comme stratégie de signes mais encore comme stratégie d’auteurs. Elle est une invitation à déchiffrer les traces des sédimentations générationnelles, à suivre la genèse des amitiés, leur enracinement comme leur délitement, à disséquer la palette des ralliements et à esquisser une typologie des ruptures se déclinant en exclusions, démissions, excommunications. Les trajectoires des revues sont alors indissociables des trajectoires biographiques et des tensions entre conciliation et révocation, assentiment et divorces.

17Partagées entre les coulisses et la scène, cette vitrine officielle des sommaires dont l’harmonie préméditée ne laisse pas souvent filtrer le jeu des passions et des intérêts qui légifèrent la sphère privée des relations interpersonnelles, offrant aux lecteurs la cohérence des choix et des positions qui éludent le poids des émotions et des dissensions, les revues sont de configurations complexes et mouvantes dont la vie et la vitalité sont indissociables de ceux qui s’y investissent. Explicitement conçue et vécue comme une « revue-rassemblement » selon l’expression même d’Emmanuel Mounier, la revue Esprit étudiée par Goulven Boudic constitue bien l’incarnation même d’une diversité recherchée et assumée sur le plan intellectuel mais aussi confessionnel. Plus encore, elle se veut et se vit comme un « collectif d’amitiés » où les liens affectifs fonctionnèrent comme puissant ciment. Exemplaire est à cet égard la « communauté de vie » des Murs-Blancs à Châtenay Malabry, qui naît parallèlement à la création de la revue Esprit et qui incarne à l’origine le modèle utopique d’une communauté familiale visant à concrétiser un concept personnaliste d’éducation conforme au projet de son directeur Emmanuel Mounier. Fondateur d’Esprit et figure « d’homme de revue », celui-ci cristallise les amitiés et les admirations. Les proches soulignent ainsi son « charisme ». Quant à l’autorité qui lui est reconnue, elle constitue un adjuvant majeur dans la gestion d’une diversité érigée en valeur et en vertu.

  • 8 Sur cette notion et celle de « généalogie d’influence », voir Jean-François Sirinelli, « Le hasard (...)
  • 9 Marcel Gauchet, « De Textures au Débat ou la revue comme creuset de la vie intellectuelle », in La (...)

18De fait, les revues tissent souvent autour d’un « éveilleur8 » une riche trame qui convoque la palette des affects, le registre de la passion, de l’admiration, de la complicité, de la connivence mais aussi de la rivalité. Difficile en effet d’appréhender la trajectoire de Contrepoint sans convoquer la figure de Raymond Aron. Georges Liébert, à l’origine de l’entreprise éditoriale, a souligné l’importance de son séminaire qui cristallisa la « mouvance aronienne » ; il fonctionna comme pôle d’aimantation en agrégeant différentes strates générationnelles, intellectuelles et politiques : communisme, trotskisme, libéralisme et devint le vivier privilégié de la revue. Un processus comparable fut à l’œuvre dans la genèse de la revue belge Textures. Fondée en 1968 par un groupe d’étudiants (Jacques Dewitte, Marc Richir ou encore Robert Legros) dans le sillage de Max Loreau, « enseignant charismatique » selon Marcel Gauchet9, elle subira ensuite une inflexion en s’ouvrant à Marcel Gauchet et Claude Lefort en 1971. Ici, de façon informelle, une personnalité séminale irrigue par son rayonnement un microcosme qui trouve dans la fondation d’une revue une unité.

19D’autres instances naissent de façon plus préméditée, sous l’aiguillon d’un homme d’influence qui impulse une dynamique créatrice, mobilise les leviers éditoriaux et favorise l’alchimie des amitiés. Ainsi en fut-il de Jean Cayrol qui, aux éditions du Seuil, orchestra la rencontre de Philippe Sollers et de Jean-Edern Hallier, frères ennemis qui firent un temps régner une curieuse dyarchie au sommet de Tel Quel. Absents des comités de rédaction, ces figures tutélaires, parfois agissantes, parfois simplement bienveillantes, n’en furent pas moins déterminantes dans la genèse et l’envol de ces revues tant sur le plan intellectuel que matériel, impulsant de fructueuses logiques agrégatives et affectives.

20Mais de façon inversée parfois, les revues peuvent être phagocytées par un auteur voire instrumentalisées comme l’illustre David Bisson à propos de René Guénon, papillonnant d’une revue l’autre dans le monde foisonnant de l’occultisme et de l’ésotérisme. Ses collaborations épousent son cheminement intellectuel et spirituel ; elles balisent sa trajectoire comme autant d’étapes dans l’élaboration d’une pensée et la diffusion d’une idée directrice, celle de la Tradition primordiale. Proche de la mouvance occultiste, il s’en éloigne ensuite pour se rapprocher de l’Église gnostique de France et de son organe d’expression, La Gnose, au sein duquel il exerce rapidement une influence prépondérante bien qu’officieuse. Puis il collabore à différentes revues telles que La France Antimaçonnique, la Revue Philosophique, Vers l’Unité ou la revue catholique Regnabit avant de jeter son dévolu sur une revue ésotérique, Le Voile d’Isis, rebaptisée ensuite, à partir de 1936, Études Traditionnelles. Celle-ci devient pour lui, de 1926 à 1951, et au moment même ou il s’exile au Caire (1930), un lieu privilégié d’expression pour assurer son ascendant spirituel. En démêlant l’écheveau de ses collaborations c’est toute une cartographie intellectuelle qui se dessine, indissociable d’une trajectoire personnelle qui le mène de l’occultisme à l’ésotérisme (La Tradition) en passant par les milieux catholiques antimodernes. Par ailleurs, l’échiquier des revues est le témoin de ses stratégies d’infiltration de certains cénacles et la lice des affrontements qu’il mène sous la livrée opacifiante de pseudonymes (T. Palingénius, Le Sphinx) avec Gérard Encausse (alias Papus), figure bouillonnante de l’occultiste, maître à penser devenu ennemi intime.

21À rebours de toute lecture métonymique et mutilante réduisant la revue à une figure écrasante, celle de son directeur ou de son fondateur (André Gide et La Nouvelle Revue Française, Emmanuel Mounier et Esprit, Jean-Paul Sartre et Les Temps Modernes, Philippe Sollers et Tel Quel…), même si l’on ne peut exclure la centralité qu’ils occupèrent dans la vie du collectif, les études rassemblées s’attachent à souligner l’importance des réseaux, le poids des émotions et des admirations dans la genèse et la pérennité de ce genre. Du bicéphalisme (Marcel Prélot et Charles Flory, Philippe Sollers et Jean-Edern Hallier, Cornélius Castoriadis et Claude Lefort, Jean-Paul Sartre et Maurice Merleau-Ponty) au « gang des libertariens québécois » selon l’expression de Martin Masse (et regroupant, outre ce dernier, Éric Duhaime, Pierre Desrochers, Pierre Lemieux et Michel Kelly-Gagnon), nombreuses sont en fait les combinaisons qui ordonnent les jeux de l’amitié, voire de l’amour, et du hasard dans l’éclosion des revues.

22Mais à la dynamique féconde des affinités intellectuelles et affectives, il faut également opposer la mécanique des inimités et des rivalités. L’envie et la jalousie nourrissent les passions et entretiennent parfois un climat de violence et d’imprécation. Car les ruptures ne sont jamais purement idéelles ou théoriques : elles affectent les auteurs et renvoient alors à une dimension proprement biographique. Rappelant la célèbre brouille entre Sartre et Aron, Goulven Boudic s’attarde aussi sur le conflit opposant Sartre à Merleau-Ponty et à son élève Claude Lefort pour mettre en évidence une logique d’exclusion à l’œuvre au sein du comité de rédaction des Temps Modernes, dévoilant un mode de gestion des dissensions bien éloigné de « l’éthique de la discussion » qui tendait à prévaloir au sein d’Esprit.

23C’est un conflit persistant au sein de l’équipe dirigeante de Contrepoint (en particulier entre Georges Liébert et Patrick Devedjian) qui amène la fin de l’aventure au cours de l’été 1976. Le départ de Georges Liébert amorce une vague de retrait, celui de Raymond Aron puis de l’ensemble du comité de patronage. Le succès d’estime rencontré par Libre aurait ravivé selon Marcel Gauchet les « vieilles incompatibilités » entre Claude Lefort et Cornélius Castoriadis, déjà prégnantes à l’époque de Socialisme ou Barbarie, et aurait porté un coup fatal à la revue.

24Mais ces désaccords recèlent aussi une nature duelle : s’ils libèrent des forces centrifuges qui font imploser les équipes et les projets, ils sèment également les germes du renouveau. Privée de lieu d’expression, la mouvance aronienne se lance dans une nouvelle aventure éditoriale sous le nom de Commentaire et sous l’égide de Jean-Claude Casanova. Exclu de Tel Quel, Jean-Pierre Faye crée, au sein de la même maison d’édition, Le Seuil, une revue littéraire d’avant-garde rivale symboliquement nommée Change.

25Du climat délétère engendré par les désaccords peut naître une vigueur nouvelle. Les polémiques et les conflits secrètent une énergie qui permet parfois au collectif de durer. Tel Quel a ainsi fonctionné comme laboratoire ordinaire d’une conflictualité érigée en norme, secrétant dissidence et excommunications. Violences verbales et symboliques, épurations et exclusions furent les aliments quotidiens du minotaure telquelien, lui permettant d’atteindre les hautes conjonctures, sphère privilégiée d’épanouissement d’une secte littéraire puis politique auto-définie par la notion d’avant-garde et vouée au culte de la radicalité. La radiographie de la vie des revues permet alors de caractériser leur mode de fonctionnement interne, les modes de gestion et de régulation des conflits, de questionner le sens et les répercussions potentielles d’une stratégie de sortie, de dissidence choisies par un individu ou un groupe d’individus.

  • 10 Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie et Jean-Yves Mollier, La Belle époque des revues. 1880- (...)

26Dans leur diversité, toutes ces contributions, fruit d’une journée d’étude organisée par le Cerad (Centre d’études et de recherches autour de la démocratie) à la faculté de droit et de science politique de Rennes 8 avril 2005, offrent donc autant de différents points d’entrée pour appréhender la polymorphie et la vitalité d’un genre. Les revues convoquées épousent à la fois une diversité chronologique et idéologique. Des engagements de René Guénon à ceux de Martin Masse et des libertariens du Québécois Libre, c’est tout le vingtième siècle qui se trouve pris en tenaille. Mais cet ancrage temporel atteste la permanence d’un genre volontiers sollicité pour sa plasticité et l’espace de liberté qu’il procure ainsi que son irréductible fécondité et sa capacité de renouvellement et d’adaptation aux nouvelles configurations médiatiques. En effet, si la Troisième République a pu être considérée comme la « Belle époque des revues10 », la montée en puissance des hebdomadaires et de la télévision n’a pas relégué celles-ci au rang d’accessoires ou de fétiches. Plus encore, les nouvelles technologies de l’information et de la communication, et en particulier internet, ont ouvert un espace illimité ou blogs et webzines peuvent proliférer désormais dans une anarchie joyeuse.

27Hétérogénéité idéologique et politique aussi, car tous ces textes ne manquent pas de souligner la commune inscription de ces revues dans l’espace du débat politique même si leurs prises de paroles, désaliénées de toute allégeance ou inféodation à un parti politique, épousent un large spectre. D’un pôle traditionaliste incarné par la trajectoire de René Guénon à l’extrême-gauche de Socialisme ou Barbarie, toute une palette de nuances et de positions se dessinent : libertariens du Québécois Libre, mouvance libérale et aronienne de Contrepoint, catholicisme social de la revue Politique ou personnalisme d’Esprit, gauche critique de Textures puis de Libre, existentialisme des Temps Modernes, radicalité esthétique et politique de Tel Quel, expérience participative de Porto Alegre enfin.

28Autant de revues, de regards et de positions contrastées qui éclairent aussi l’histoire politique du vingtième siècle par les problématiques et les interrogations qui singularisent chaque période : le rapport de l’Église à l’État et à la République après la première guerre mondiale (Politique), la question du communisme, de la révolution et du totalitarisme dans les années cinquante-soixante-dix (Socialisme ou Barbarie, Esprit, Les Temps Modernes, Tel Quel, Contrepoint, Textures, Libre). Mais la diversité des trajectoires ne doit pas occulter le point de fuite vers lequel convergent toutes les revues dans leur rapport au politique : la problématique démocratique. Présente en filigrane ou résolument questionnée, elle tisse l’unité de ces contributions tant sur le plan intellectuel et politique, par les réflexions qu’elle anime et les positions qu’elle secrète, que sur le plan éditorial et affectif par les amitiés qu’elle fédère et les divorces qu’elle suscite.

29Toutes ces contributions tentent enfin de concilier des regards qui empruntent à la fois à l’analyse des idées mais aussi à la sociologie du champ politique ou intellectuel. Elles s’efforcent de contextualiser les engagements afin d’éviter une lecture purement interniste des idées politiques, de corréler les prises de positions aux valeurs dont elles sont porteuses, d’articuler les préoccupations intellectuelles aux pratiques propres à un milieu donné, de concilier les convictions affichées avec l’humeur idéologique et les horizons d’attentes constitutifs d’une époque donnée.

Notes

1 Christophe Prochasson, Les années électriques (1880-1910), Paris, La Découverte, 1991, p. 160.

2 Olivier Corpet, « Avant-propos », La Belle époque des revues. 1880-1914, Paris, Éditions de l’Imec, p. 8.

3 Jean-Louis Loubet Del Bayle, Les non-conformistes des années trente. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris, Le Seuil, 1969.

4 Claude Lefort, « La méthode des intellectuels progressistes », in Éléments d’une critique de la bureaucratie, Genève, Droz, 1971.

5 Voir par exemple Jacqueline Pluet-Desplatin, « Une contribution à l’histoire des intellectuels : les revues », in Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux, Les Cahiers de l’IHTP, n ° 20, mars 1992 ; Jean-François Sirinelli, « Les intellectuels », in Pour une histoire politique, sous la direction de René Rémond, Paris, Seuil, 1988.

6 Alain Corbin, Historien du sensible, entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000, p. 190.

7 Jean-François Sirinelli, « Le hasard ou la nécessité ? Une histoire en chantier : l’histoire des intellectuels » Vingtième siècle, revue d’histoire, janvier-mars 1986, n ° 9, p. 104.

8 Sur cette notion et celle de « généalogie d’influence », voir Jean-François Sirinelli, « Le hasard ou la nécessité ? », article cité, p. 102.

9 Marcel Gauchet, « De Textures au Débat ou la revue comme creuset de la vie intellectuelle », in La Condition historique, Paris, Stock, 2003, p. 155.

10 Jacqueline Pluet-Despatin, Michel Leymarie et Jean-Yves Mollier, La Belle époque des revues. 1880-1914, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540